Version classiqueVersion mobile

Jean Potocki : le travail du temps

 | 
François Rosset
, 
Dominique Triaire

Partie IV — Documents inédits

Pour un complément à la biographie de Jean Potocki

Dominique Triaire et Przemysław B. Witkowski

Texte intégral

  • 1 Biographie, p. 343.

1Que reste-t-il de Jean Potocki ? Quelques portraits et des manuscrits. Aucun objet personnel. Il serait bien difficile de remplir un musée Potocki. Ferney, La Brède nous rappellent leurs illustres résidants ; la maison d’Uładówka (Уладівка) a disparu et aujourd’hui encore, nous ne savons pas où était située exactement la dernière demeure du comte Jean. On se souvient de quelques traits physiques tracés par Filip Viguel, son compagnon de voyage en Sibérie : « Il était un peu tors, son épaule droite était plus élevée que la gauche ; son visage était pâle, il avait des traits agréables, des yeux bleus et, sans aucun doute, complètement fous1. » Mais l’homme était-il grand, petit, de taille moyenne ? Comme si le silence sur ses états d’âme, si frappant dans son œuvre (au moins pour ce qui a été retrouvé), s’étendait à l’individu et à ce qui l’entourait. Une exception cependant : une suite du rez-de-chaussée du château de Łańcut est présentée comme celle de Jean Potocki ; elle est décorée de superbes panneaux peints par Vicenzo Brenna, inspirés de l’Antiquité et représentant des scènes champêtres animées par des boucs dans des activités parfois obscènes. Un art du quotidien raffiné, l’Antiquité, un clin d’œil malicieux : un peu du jeune Potocki qui fréquentait le palais de sa belle-mère, la princesse Lubomirska.

2Aussi la découverte récente d’un cahier concernant Uładówka est-elle d’un intérêt majeur ; il s’agit d’un manuscrit de 23 feuillets, établi par Antoni Łączyński, entièrement en polonais et divisé en trois parties :

  • Extrait des comptes particuliers du domaine d’Uładówka du 17 mai 1816 au 1er juillet 1821 et du trimestre du 1er juillet au 1er octobre 1821, avec le rapport trimestriel de toutes les recettes et dépenses pécuniaires (f. 1-11),
  • Inventaire du château d’Uładówka dressé après le décès de son Excellence le comte Jean Potocki, conseiller privé d’État et chevalier de nombreux ordres, établi sur place le 1er décembre 1821 (f. 12-16),
  • Inventaire de ce qui reste dans le domaine d’Uładówka au 1er décembre 1821 (f. 17-23).

3Ce document est rentré depuis peu à l’AGAD de Varsovie, dans le fonds des Archives des Potocki de Łańcut, sous la cote 94 ; il était donc en possession d’Alfred, le fils aîné de Jean Potocki.

  • 2 Œuvres V, p. 63.
  • 3 Ibid., p. 225.
  • 4 Ibid., p. 233.

4L’inventaire de ce qui constituait le monde familier de l’écrivain occupe la partie centrale du document et appelle quelques remarques. À partir de son divorce avec Constance en 1808, il a pour seule résidence Uładówka, même s’il séjourne régulièrement à Tulczyn. Il en parle pour la première fois le 18 avril 1802 dans une lettre à son frère Séverin, évoquant son « royaume de Uladowka2 ». Il y trouvait certainement où loger puisqu’il y passe plusieurs semaines en mai-juin 18083, mais il écrit à sa nièce Maria en octobre 1809 : « et ici [Uładówka] j’ai trouvé tout en bon ordre La subsistance de mes paysans assurée, et une jolie maison, qu’Ibrahim a bati avec les rognures de l’Economie, et sans rien oter au revenu4 ».

  • 5 Ibid., p. 256.
  • 6 B. Chlebowski et W. Walewski, Słownik geograficzny Królestwa polskiego i innych krajów słowiańskic (...)

5Le document 94 montre que le « royaume » de Potocki incluait les villages circonvoisins d’Uładówka : Żurawien (Журавное à l’o. d’Uładówka), Kolibabin (Колыбабинцы au n.), Łuzniańsk (non situé) et Mikołaiowsk (Николаевка au s.-o.) ; sans doute possédait-il aussi les villages dont les cartes d’arpentage figurent dans sa bibliothèque à côté de celle d’Uładówka : Zabuże (non situé), Kamianohórka (Каменогорка au s.) et Maydan Bibka (Майдан-Бобрик au s.). Était-ce là que se concentraient les « deux mille ames, bien netes, sans detes5 » qu’il s’attribue dans une lettre à Maria Potocka de mai 1811 ? Bien que proche de Pików (Пиків) où il était né et qui appartenait à ses parents, Uładówka provenait des Lubomirski6 et était donc probablement passé à Jean Potocki par sa première épouse Julie Lubomirska. Il y résida presque sans interruption de 1813 à sa mort.

  • 7 Il est possible aussi qu’en donnant le jour en 1820 à Roger, fils d’Edouard Raczyński, son second (...)

6La dernière date du document 94 est le 1er décembre 1821. Potocki était mort depuis presque six ans et il n’est pas aisé d’expliquer ce long délai. Plusieurs raisons peuvent être avancées : a-t-on attendu la majorité d’André-Bernard, le troisième fils, né le 12 novembre 18007 ? Alfred et Arthur, les deux aînés, avaient certainement engagé les discussions concernant la succession de leur grand-mère, la princesse Lubormirska (1733-1816) qui allait aboutir au partage en 1822 ; peut-être souhaitaient-ils dans le même temps régler la succession paternelle. Enfin le droit russe ou polonais pouvait obliger cette opération dans les cinq années suivant le décès. Autre question : l’inventaire semble sincère, il fait état d’objets aussi bien précieux que courants, et rien ne permet de soupçonner des « enlèvements » antérieurs. Il n’enregistre toutefois aucun effet personnel (vêtements, chaussures...), aucun linge de corps (serviettes, draps...). Potocki s’était suicidé ; ce qui lui était propre fut-il marqué du signe de la honte et d’une secrète horreur ? De surcroît, on imagine mal les enfants, déjà fortunés, porter ses vêtements ; sans doute furent-ils distribués aux domestiques.

7Même si cette lacune est regrettable, l’inventaire tel qu’il nous parvient est riche d’enseignements. Jean Potocki, loin de la richesse de ses parents, de ses beaux-parents ou de ses enfants, vivait dans ce que l’on appelait alors une heureuse médiocrité : seize chaises « travail de menuiserie, avec des passements d’indienne » et six « en bois, sans passements » ; on mange dans des « assiettes de faïence », peu d’argenterie, rien aux murs.

  • 8 Biographie, p. 448.

8L’inventaire dénombre dix couchages (quatre lits et six divans), dix assiettes creuses, dix-huit plates (pour deux services), douze verres, dix couteaux ; ce qui suffit à montrer qu’Uładówka pouvait recevoir une dizaine de personnes : le maître de maison, ses deux enfants, André-Bernard et Irène (Thérèse restait auprès de sa mère), Ibrahim, son factotum depuis plus de vingt ans, son secrétaire, le fils du rabbin de Brody8, une gouvernante pour les enfants, quelques domestiques, des amis de passage.

9La lecture de l’inventaire laisse aussi apparaître le quotidien de l’écrivain : cette grande table « en acajou, garnie en maroquin, avec trois tiroirs de dessus » et une grande chaise « recouverte de cuir vert » devaient composer son mobilier de travail ; une seule épée, plus pour observer les convenances de son rang que pour exhiber un quelconque honneur van wordien ; deux fois plus d’étoiles d’ordres russes que d’ordres polonais manifestent assez les choix politiques du comte.

10La bibliothèque retient évidemment toute l’attention. Elle ne compte que 516 livres, ce qui peut paraître modeste, mais Potocki avait à sa disposition la riche bibliothèque de Tulczyn. La part considérable des cartes, des plans, des atlas montre que ce forcené de chronologie ne s’intéressait pas moins à l’espace et se souvenait qu’il avait voyagé ; ce que corrobore le grand nombre de voitures dans l’écurie. Les « trois portraits encadrés » représentaient-ils ses enfants du deuxième lit ? Mais comment ne pas regretter la disparition ou la dispersion de ces 368 manuscrits autographes ? Parmi les « 57 reliés », combien pour le Manuscrit trouvé à Saragosse ? Nous en avons retrouvé... dix ! Et dans ces « onze portefeuilles divers », combien de lettres, de brouillons, de minutes ? D’une certaine manière, l’inventaire trace le champ des investigations futures.

  • 9 Ibid., p. 457.

11Trois objets portent une charge émotionnelle particulière : il y a d’abord cette « vieille valise » d’un voyageur qui ne voyage plus ; le « lit double en fer » où Jean Potocki commit sans doute l’acte final ; enfin ce sucrier d’argent dont le couvercle perdu a pu fournir la balle mortelle « qu’il avait modelée péniblement9 ».

12Les archives peuvent encore parler : il doit certainement exister à Kiev, à Lviv, à Vinnytsia, à Cracovie, à Varsovie ou ailleurs un cadastre qui situera exactement le dernier domicile de Potocki. Avec un peu de bonheur, il pourrait s’y trouver un plan et pourquoi pas une gravure ?

Inventaire du Château d’Uładówka DRESSé après le Décès de son excellence le comte Jean Potocki conseiller privé d’état et chevalier de nombreux ordres, établi sur place le 1er décembre 1821

Meubles et objets divers

Meubles et objets divers

une en acajou, garnie en maroquin, avec trois tiroirs de dessus

une en acajou, garnie en maroquin, avec trois tiroirs de dessus

deux en chêne, de grande taille, travail de menuiserie, sans tiroir

deux en chêne, de grande taille, travail de menuiserie, sans tiroir

deux en aulne, neuves, carrées

deux en aulne, neuves, carrées

Notes

1 Biographie, p. 343.

2 Œuvres V, p. 63.

3 Ibid., p. 225.

4 Ibid., p. 233.

5 Ibid., p. 256.

6 B. Chlebowski et W. Walewski, Słownik geograficzny Królestwa polskiego i innych krajów słowiańskich, Warszawa, 1886, s. v. « Uładówka ».

7 Il est possible aussi qu’en donnant le jour en 1820 à Roger, fils d’Edouard Raczyński, son second époux, Constance ait hâté le partage.

8 Biographie, p. 448.

9 Ibid., p. 457.

Table des illustrations

Titre Meubles et objets divers
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/2199/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 586k
Titre Tables
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/2199/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 458k
Titre grandes
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/2199/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 411k
Titre une en acajou, garnie en maroquin, avec trois tiroirs de dessus
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/2199/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 345k
Titre deux en chêne, de grande taille, travail de menuiserie, sans tiroir
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/2199/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 354k
Titre deux en aulne, neuves, carrées
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/2199/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 407k

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search