Version classiqueVersion mobile

Jean Potocki : le travail du temps

 | 
François Rosset
, 
Dominique Triaire

Partie IV — Documents inédits

Le cahier de Poznań : dessins, voyage, conte

François Rosset et Dominique Triaire

Texte intégral

1Le très riche fonds des Radoliński de Jarocin, conservé par les Archives Nationales de Poznań (Archiwum Państwowe w Poznaniu), où sont réunis les papiers personnels de Bernard Potocki, fils de Jean, vient de nous livrer un nouveau trésor : il s’agit d’un cahier manuscrit de 29,5 cm sur 23,5 cm qui avait été repéré par Mme Róża Kąsinowska que nous félicitons pour cette belle découverte. Ce cahier se trouve dans le dossier 53 sous la cote 938/3989 ; il est autographe et compte 49 feuillets avec quelques irrégularités qui seront signalées ci-après.

2Il fut probablement acheté chez un papetier parisien comme l’indique l’étiquette publicitaire au revers de la couverture, et utilisé par Potocki entre Bordeaux et Madrid au printemps 1791.

  • 1 Pour rappel : 1. Bib. Uniw., Varsovie, Zb. Król. T. 174 : a) Quatorze dessins réalisés pendant le (...)
  • 2 Ossolineum, Wrocław, Zb. Gabinetu Grafiki, 5434. Reproduction dans Jubileusz Jana Potockiego, Łańc (...)
  • 3 Bib. Nar., Varsovie, cote R.1140/III. Voir aussi : https://polona.pl/item/22038155/0/.
  • 4 Voir Jubileusz Jana Potockiego, Łańcut, 2015, p. 99.

3Quand nous avons donné notre édition des œuvres de Jean Potocki en 2004-2006, nous avions joint un CD qui contenait ses dessins alors retrouvés1. Depuis lors, peu avait été découvert : une scène qui représente Giulietta la Bella2, première épouse de Jean Potocki, dans un décor assez indéfinissable : la maisonnette du fond paraît couverte de chaume et de chaque côté sont plantés deux pins parasols. Sauf à admettre que cette œuvre fut réalisée avant la mort de Julie en 1794, rien ne permet de la dater plus précisément. Un autre dessin représente une scène d’intérieur avec plusieurs personnages3 ; il provient, comme ceux de Cracovie, de Wanda von Caboga, fille de Séverin, frère de Jean ; elle indique que le dessin date de 1792, chez Stanislas Félix Potocki au palais Mniszech à Varsovie. Enfin, M. Jan Franciszek Potocki possède un carnet de dessins4 qui paraît dater du voyage en Mongolie (1805-1806) ; il est inédit. La manière et les techniques de Potocki (mine avec rehauts, encre de Chine) sont fermement affirmées dans ces œuvres et ne laissent aucun doute quant à leur authenticité.

  • 5 Les dessins de la Basse-Saxe et du Caucase n’existent que dans la version imprimée. Le cahier de M (...)

4L’invention du cahier de Poznań présente deux avantages majeurs : c’est pour l’instant (en attendant de prendre connaissance du carnet de 1805-1806) le seul ensemble constitué de dessins de Potocki, dans son état originel ; tous les autres sont des pièces séparées5. Ce sont également les dessins les plus anciens : à part la scène avec Giulietta la Bella dont la datation est impossible, les autres sont postérieurs. Le cahier de Poznań enfin peut être relié aux quatorze dessins réalisés pendant le séjour de Potocki au Maroc (juillet-septembre 1791). Il est probable qu’entre Madrid et Tétouan, d’autres feuilles furent remplies ; elles sont malheureusement perdues, regret d’autant plus vif que c’est la portion du voyage lors de laquelle le voyageur traverse les contrées où il installera les héros du Manuscrit trouvé à Saragosse !

5Près de cinquante dessins sur les chemins de l’Espagne et du Maroc ont donc été retrouvés. Avant de les étudier, il faut signaler une particularité du cahier de Poznań : les dessins peuvent y être répartis en cinq ensembles :

  • Les dessins « maîtrisés » de Potocki, généralement à la mine ; ce ne sont parfois que des esquisses (f. 8, 13, 15, 23, 29...), mais l’attribution est certaine.
  • Les f. 14 et 33 sont légendés par Potocki et pourtant le caractère grossier de la ligne rompt avec la finesse et la maîtrise habituelles. Était-ce un tracé rapide, sur le vif, en attente d’un travail plus soigné ? une simple silhouette à garder en mémoire ? La technique ne reparaît pas dans la production ultérieure.
  • Les f. 3-6 volants où la main de Potocki ne semble pas se reconnaître.
  • Les dessins d’enfant(s) ; sur le f. 17, une voiture non attelée peut avoir été inspirée par le chariot de Potocki ; sur le f. 30, l’enfant semble copier le « fiacre » ; sur le f. 31, la copie de la place de Cibeles est encore moins discutable : le char étant devenu une voiture, l’enfant a ajouté un cocher et, à l’intérieur, une femme et un enfant, le tout suivi d’une chaise roulante avec un personnage. Comme le cahier de Poznań est conservé dans les papiers de Bernard, il est donc passé de Potocki à sa femme Constance, puis à leur fils. Bernard et/ou une de ses sœurs pourraient s’être exercés au dessin dans le cahier (et sur les conseils ?) de leur père, certainement avant 1810-1811, les enfants étant ensuite trop âgés pour un tracé aussi approximatif. On ne peut toutefois exclure le filleul de Bernard, Hugo von Radolin, né en 1841, ou son fils, Alfred, né en 1864, dont Bernard fera son héritier. Le f. 8 est surprenant : l’embarcation évoque un bateau avec une roue à aubes et deux cheminées qui fument ; en ce cas, les enfants Potocki devraient être écartés qui avaient peu de chance de voir un tel navire en Russie dans les premières années du xixe siècle.
  • Les gribouillis des f. 7-11, sans doute d’un enfant encore plus jeune : un trait sur lequel se succèdent des ronds maladroits.
  • 6 Nous indiquerons par un M en exposant les feuillets du Maroc (voir ci-dessus, note 1).
  • 7 Œuvres I, p. 103.
  • 8 Le comte de Belfort, rencontré sur les routes du Caucase (voir ci-dessus, note 1), entrera dans la (...)
  • 9 Œuvres I, p. 99.
  • 10 Rien n’indique que les deux profils dessinés dans les manuscrits du Manuscrit trouvé à Saragosse s (...)

6Que dessine Potocki entre Espagne et Maroc ? Avant tout et en grand nombre, des gens simples, non en costume folklorique ou en tenue du dimanche, mais dans la vie quotidienne. Ils peuvent présenter un trait caractéristique, comme ce Landais sur ses échasses (f. 9) ou la coiffure de cette magnifique femme marocaine, assise en tailleur, au regard droit et serein (f. 2M)6, mais le trait caractéristique n’est jamais accentué : le regard de Potocki n’est pas celui d’un aristocrate cultivé à la poursuite de sensations, mais se veut proche de celui d’un habitant des Landes ou du Maroc. Même le mangeur de serpents dont la joue droite semble transpercée par un clou (f. 5M) n’a rien d’effrayant ; il est vrai que Potocki lui-même n’est rien moins qu’effrayé7. Il y a aussi ces gens ordinaires qui se sont attiré la sympathie du voyageur : le bonhomme Bartolo, deux fois dessiné (f. 18-19), le bachelier Don Diego d’Espinosa (f. 22), pensif et indolent, de Valero qui enseignait la guitare à Potocki (f. 39), assis sur un coin de chaise ; l’instrument est inachevé, mais Potocki a soigné le gilet, soulignant l’élégance de son maître. En revanche, dès qu’il quitte ces gens modestes pour ceux qui appartiennent à son monde, le regard du dessinateur se fait acide (Tadini, f. 11), voire moqueur (Święcicki, f. 28)8. Toutefois, le ricanement si fréquent chez l’écrivain est rare chez le dessinateur. On sait que le voyageur aimait subjectivement à prendre le costume local et ainsi à disparaître dans la foule du pays visité ; les dessins montrent objectivement que son regard tend (en toute illusion, d’ailleurs) à se rapprocher de celui des Espagnols et des Marocains : il veut les voir comme ils le voient ‒ i.e. l’un d’entre eux. Bref, il a fait « retailler les verres9 » de ses lunettes. Un dessin mérite une mention : le f. 1M qui représente un couple enlacé, assez sûrement Medgenoun et Leïlé dont il est question dans les dernières pages du cahier de Poznań et qui terminent le Voyage de Hafez. Ce dessin est le seul10, si l’interprétation est juste, qui soit lié à la fiction chez Potocki (encore s’est-il certainement inspiré de personnes rencontrées) et l’affection qui ressort de la proximité des sujets, du regard intense qu’ils échangent fait de ce dessin un complément indispensable au récit.

7Le deuxième ensemble de dessins réunit des animaux et selon une répartition qui n’est pas très éloignée de celle des humains. Plus de dix fois, Potocki dessine l’animal le plus modeste et le plus ordinaire : le mulet. Et si paraît un cheval (semble-t-il) au f. 30, loin de caracoler, c’est un animal de trait. Le f. 38 figure assez bien ces choix en disposant un homme du peuple face à un mulet chargé d’un énorme ballot de paille. Ils se regardent comme s’ils partageaient la même condition. Unique concession à l’extraordinaire : le scorpion (f. 13M), seul animal dessiné très soigneusement sur les routes du Maroc.

  • 11 Au contraire, dans le Caucase : « Alors je suis alé sur le rempart, et j’ai vu toute la Chaine dep (...)
  • 12 Œuvres I, p. 54. Le dessin n’a pas été retrouvé.
  • 13 Ibid., p. 69.
  • 14 Œuvres II, p. 108.
  • 15 Œuvres I, p. 118.
  • 16 Ibid., p. 102.

8Il y a enfin les dessins qui peuvent être réunis sous le titre générique de vues ; l’ouverture peut aller du très fermé (un monument) au très ouvert (une scène). Signalons, au moins dans ce voyage, l’absence de paysages11 ; peut-être ne faut-il pas s’en étonner : Potocki fréquentait depuis sa jeunesse le monde méditerranéen et il n’avait plus de quoi le surprendre. Il est sensible aux sépultures : il avait donné le « tombeau du Pharaon12 », frémi devant celui de Guillaume d’Orange13 à Delft ; en route pour le Caucase, il signalera les « moghila », dessinera les ruines de Madjar14. Au Maroc, il figure avec une grande sobriété un petit mausolée (f. 8M), vu sans doute le 14 juillet dans les cimetières aux environs de Tétouan15. Il n’est pas moins intéressé par la demeure des vivants et dessine de vastes tentes d’une main plus ou moins précise : du simple trait aux limites du figuratif (f. 9M) jusqu’à l’aquarelle (f. 7M). Les jardins enclos qu’il visite le 8 juillet16 apparaissent sur le f. 11M dans une ample représentation. Les vues du Maroc sont statiques, purement descriptives, et se distinguent de celles de l’Espagne beaucoup plus dynamiques comme cette scène sur la place de la Cebada (f. 32) où des individus s’exercent aux armes devant un public vaguement intéressé et un mystérieux personnage enveloppé dans une cape. Deux vues sont frappantes : l’une de nuit (f. 25) où un homme en manteau et chapeau, une longue épée à la main, se fait ouvrir la porte d’une maison par un homme également couvert ; un violent contraste oppose la pénombre de la rue à la clarté de la porte entrouverte et du balcon qui la surplombe. L’imagination peut courir : amours secrètes, conspirateurs, vengeance ? Si le journal que Potocki écrivait en Espagne est retrouvé, nous aurons peut-être la narration. L’autre vue, de jour, (f. 27) est beaucoup plus explicite : l’aquarelle, soignée, paraît achevée. Elle représente, devant une maison de belle architecture, quatre individus parfaitement oisifs, entrant en ironique contradiction avec la légende : « diverses occupations des Espagnols. » Il y a déjà là une image de l’Espagnol qui sera reprise dans le caractère de don Phelipe d’Avadoro, impassible fumeur de cigares. La bonhomie attachée aux gens modestes a disparu. Le f. 31, dans sa moitié inférieure, offre la seule vue identifiée du cahier : la place de Cibeles. Le char de la déesse est au premier plan à gauche, devant une perspective sur la porte d’Alcalá et une rangée d’arbres à droite. La scène est déserte et évoque nos modernes cartes postales.

Diverses occupations

Diverses occupations
  • 17 Œuvres II, p. 108.
  • 18 D’où la perplexité signalée plus haut devant les f. 14 et 33.

9« [A]vec des moyens qui ne sont que du crayon et du bystre17 » : voilà comment Potocki dessine au Caucase ; ajoutons quelques couleurs à l’eau entre Espagne et Maroc. Pas d’huile. Mais si Potocki n’est pas peintre, il a assurément reçu une formation artistique pendant ses années de jeunesse en Suisse : aussi bien le petit motif architectural du f. 8 que les « Habitans des Landes » du f. 9, qui ouvrent le cahier, montrent une maîtrise assurée : le dessin, la proportion, la perspective n’ont aucune faiblesse, pas plus que les jeux d’ombres dans les dessins suivants. Même pour une esquisse (f. 13, 15, 29, 35...), le geste est sûr18. Aisance dans la composition : il suffit de regarder le f. 1M. Le couple des amants se situe au croisement des axes diagonal et vertical, comme une forme d’aboutissement du jardin ‒ composition d’autant plus visible que, dans cet état d’ébauche, les lignes sont nettement tracées.

  • 19 Voir ci-dessus, note 1.
  • 20 Œuvres I, p. 54.
  • 21 Ibid., p. 68.

10Matériel léger, croquis rapides, à peine esquissés parfois : toutes caractéristiques du voyageur. Et il est vrai qu’à de rares exceptions près19, le dessin chez Potocki est étroitement lié à cette activité. Au cours de chaque voyage, il dessine et si le cahier de Poznań est le plus ancien dans ce qui nous reste, il n’est certainement pas le plus ancien des dessins réalisés puisque Potocki ne manque pas en Turquie et en Égypte de dessiner tout au long du parcours20 ; même les troubles politiques de Hollande ne le détournent pas : « j’ai passé la matinée à dessiner ce que je voyois autour de moi, & sans m’en douter j’ai fait un tableau flamand21 ». Il en ira de même en Basse-Saxe, au Caucase, en Mongolie.

  • 22 Œuvres II, p. 123.

11Pourquoi Potocki dessine-t-il ? Deux ou trois réponses peuvent immédiatement être apportées. Il y a bien sûr le soutien de la mémoire, mais il ne faut pas l’exagérer : comme Potocki écrit en route (lettres ou journal), il ne lui est pas nécessaire de se remémorer l’expérience pour la relater plusieurs mois ou plusieurs années après l’avoir vécue. Il y a le dessin scientifique dont le meilleur exemple se trouve dans les illustrations du Voyage dans quelques parties de la Basse-Saxe. Les portraits de Tadini, de Święcicki, de Belfort montrent aussi que Potocki sait s’amuser en jouant de la caricature. Le dessin se transforme souvent en cadeau22 ; ainsi ceux du Maroc et quelques autres sont-ils offerts à Stanislas Auguste. Est-ce à lui, est-ce à Thérèse, mère du voyageur et destinataire de ses lettres, que furent confiés les dessins de Turquie et d’Égypte ? Mais le dessin est infiniment plus : il ne peut être dissocié de l’écriture. Deux « tableaux » vont aider à montrer la relation de l’un et de l’autre ; le premier ouvre la relation :

  • 23 Œuvres I, p. 91.

Je me suis réveillé a la vue de Tétuan : Cette ville est située à une lieue de la mer, dans un endroit où la chaîne du petit Atlas s’ouvre & laisse voir des vallées plus riantes. Ce lointain est éclairé & les montagnes qui bordent la côte, encore dans l’ombre, en prennent un aspect plus sombre & plus sauvage23.

  • 24 Œuvres II, p. 268.
  • 25 Il est probable que la même étude donnerait les mêmes résultats pour les autres voyages.

12Potocki découvre Tétouan. Que voit-il ou plutôt que retient-il de ce qu’il voit (mais peut-être ne voit-il rien d’autre) ? Il voit un paysage en deux plans : un « lointain [...] éclairé » et « les montagnes [...] dans l’ombre ». Première opposition clair/sombre qui se retrouve dans les dessins avec les jeux de rehauts, le « bystre ». Aucune couleur n’est donnée. Le paysage se compose de lignes en creux (« vallées ») et en relief (« montagnes ») ou, plus simplement, concaves et convexes. Chacun peut imaginer le dessin qui serait sorti de la mine du voyageur. De cette vue-dessin, deux impressions se dégagent : « riantes » et « sauvage ». Peut-on faire moins ? Potocki souligne peu après le caractère exceptionnel de ce voyage marocain et il ne voit rien de plus (à dire) que cette esquisse. Pas une odeur, pas un bruit. Un regard ordinaire sur un paysage ordinaire ; autrement dit, le regard de l’autochtone qui ne voit plus rien de la terre qu’il habite. Ce serait une erreur de penser que Potocki souffrirait d’une espèce de défaut qui le rendrait inapte à la description : il peindra somptueusement Sophio-polis24. Non : il fait au Maroc25 un choix socio-esthétique qui se manifeste dans le dessin et dans l’écrit.

13Passons au second extrait :

  • 26 Œuvres I, p. 137.

Tandis que l’Empereur parloit à l’Ambassadeur de Suède, j’eus le tems d’examiner sa figure. Il n’est pas possible d’en voir une plus belle, plus noble & plus imposante. Seulement j’ai cru voir dans ses yeux l’empreinte d’une profonde tristesse : digne prix peut-être de tout le sang qu’il a déjà versé. L’Empereur porte la barbe longue comme les Turcs dont il affecte aussi le costume. Il n’avoit d’Arabe que le Bernus blanc, dont il étoit enveloppé, & un Alcoran qu’il portoit en Bandouillière dans un étui de velours : Il se tenoit négligemment sur son cheval, & s’appuyoit sur une lance garnie en diamants, dont le plus beau lui avoit été donné récemment par la Reine de Portugal26.

14Moment rare, le voyageur rencontre l’empereur du Maroc. Potocki est habitué à fréquenter les grands, mais il réside au Maroc depuis plus d’un mois et il a pu mesurer l’impression que le tyran exerce sur ses sujets. La manière du portrait diffère peu de celle du paysage : pas de couleurs, quelques traits (« barbe », « Bernus blanc », « Alcoran », « lance », « cheval »). Un Marocain prosterné n’apercevrait pas plus de détails, mais sa représentation propre de l’empereur augmenterait sa perception ; aussi les impressions sont-elles plus profondes qu’à la découverte de Tétouan : figure belle, noble, imposante. Ces impressions sont aussi muettes dans un dessin qu’à l’écrit (comment est une belle figure ?), mais elles traduisent ce que voit le sujet : ce n’est pas l’empereur qui importe, c’est ce que ressent le Marocain. Deux notations toutefois, qui auraient pu s’exprimer dans le dessin, viennent du Polonais : la « profonde tristesse », portée par la première personne et expliquée par la cruauté sanguinaire du despote, aurait-elle touché l’un de ses sujets ? L’adverbe « négligemment », avec une économie toute graphique, exprime à la fois le mépris du maître pour ses inférieurs et la dégénérescence de la race impériale, violente critique peu susceptible de traverser l’esprit marocain.

  • 27 Ibid., p. 7.
  • 28 Œuvres II, p. 8.

15L’écrit confirme donc les choix esthétiques du dessin, visant à approcher au plus près du regard indigène ; ce qui était sûrement une bonne manière de reconnaître la richesse, l’intérêt des hommes et des femmes, souvent de condition humble, que croisait le voyageur. Mais était-ce bien ce qu’attendaient ses lecteurs ? Nous n’avons aucun document qui nous renseignerait sur la réception du Voyage dans l’Empire de Maroc, mais la fidélité de Stanislas Auguste aux relations de Potocki depuis le Voyage en Turquie et en Égypte27 jusqu’aux lettres-journaux du Caucase28, que le roi déchu attend impatiemment avec sa petite cour à Saint-Pétersbourg, montre que les esprits les plus éclairés reconnaissaient leur prix. Et puis il est permis de croire que ce regard sobre, commun, se confondant avec celui des « Habitans » des Landes, du pays basque ou du Maroc n’était pas moins surprenant ou exotique que celui que jettera, dans toute sa pompe et claire affirmation de son identité, un Chateaubriand sur le Nouveau-Monde.

  • 29 Voir Biographie, p. 193-199.

16Potocki est donc à son crayon comme le touriste d’aujourd’hui à son appareil de photo : le dessin et le voyage sont indéfectiblement liés, l’un servant de documentation aux expériences vécues dans l’autre. Aussi ne faut-il pas s’étonner de voir ce cahier contenir également des notes du voyageur. Non seulement les légendes des dessins (qui sont parfois caustiques ou sybillines), mais aussi, tracé en colonne sur la première page du cahier, le détail de l’itinéraire suivi de Bordeaux à Madrid, avec l’énoncé de chacune des localités traversées pendant les 20 journées du voyage (du 10 au 29 mars). On sait ainsi où les hommes ont passé les nuits, combien de temps ils se sont arrêtés à tel endroit (en général, juste une nuit, sauf à Bayonne qui a valu une halte de cinq jours), quelle distance ils ont parcourue dans la journée. C’est un complément très important à ce que l’on savait déjà de ce voyage et qui provenait presque essentiellement des lettres adressées par le compagnon de voyage de Jean Potocki, l’ambassadeur Tadeusz Morski, au cousin et beau-frère de Jean, Ignace Potocki, l’une des figures majeures du paysage politique polonais sous Stanislas Auguste29.

  • 30 Ibid., p. 464-465 et Rosset et Triaire 2000, p. 175.
  • 31 T. Gautier, Voyage en Espagne, J.-C. Berchet éd., Paris, 1981, p. 75.
  • 32 Ibid., p. 72 et 69.

17La route suivie passe par Bayonne et Saint-Jean de Luz, Irun, Vitoria, Burgos, Valladolid ; c’est exactement le même itinéraire qui sera décrit cinquante ans plus tard par Théophile Gautier. Le Voyage en Espagne de ce dernier parut en 1843, mais il avait été partiellement publié sous forme de lettres d’un voyageur, pendant l’été 1840 (soit pendant le voyage lui-même) par le quotidien La Presse d’émile de Girardin, celui-là même qui fut abusé quelques mois plus tard par Cousen de Courchamps dans la fameuse affaire des plagiats du Manuscrit trouvé à Saragosse30. En un demi-siècle, le monde avait bien changé ; même l’Espagne, au terme d’une guerre civile sans merci, était devenu un état moderne, régi par une constitution, mais les images n’avaient pas évolué à la même vitesse ; Gautier le dira à sa façon, à l’approche de la frontière : « Encore quelques tours de roue, je vais peut-être perdre une de mes illusions, et voir s’envoler l’Espagne de mes rêves, l’Espagne du Romancero, des ballades de Victor Hugo, des nouvelles de Mérimée et des contes d’Alfred de Musset31 » — du roman de Potocki, eût-il sans doute ajouté s’il en avait eu connaissance. Au reste, l’un des motifs récurrents dans les pages qui rendent compte du premier contact avec le pays de Cervantes est celui du temps qui semble s’être arrêté dans ce pays où tout est primitif, délabré, archaïque, passé. De là à lire Gautier, dans sa foisonnante relation du parcours Bordeaux-Madrid, comme un possible substitut de Potocki (en attendant que soit retrouvé — s’il l’est un jour — le récit du voyage en Espagne de ce dernier), il n’y a qu’un pas. On ne peut que recommander la lecture de ces pages de Gautier où la description des paysages et des figures d’indigènes rencontrés en chemin, la mention des inconforts du voyage, l’évocation effarée d’une route très dangereuse, faite de montées épuisantes et de descentes vertigineuses, permettent d’imaginer facilement les conditions du voyage effectué un demi-siècle plus tôt par l’ambassadeur Morski et son ami Potocki avec leur immense chargement. Quant aux gorges, aux défilés, aux escarpements décrits par Gautier, on croit les retrouver dans le paysage de la Sierra Morena du Manuscrit trouvé à Saragosse. Plus généralement, les dessins de Potocki dénotent une sensibilité et des réflexes, dans la perception du monde, qui ressemblent assez, le goût du pittoresque en moins, à la manière de Gautier. Les esquisses qui montrent les « Habitans des Landes », les « Habitans des Pignades » ou la femme portant une cruche sur la tête pourraient parfaitement accompagner des phrases comme celles-ci : « on n’aperçoit d’autre arbre que le pin avec son entaille d’où coule la résine » ou « les femmes [...] portent sur leur tête les paniers, les paquets et les cruches d’eau qui, par parenthèse, sont d’une forme très élégante32 ».

18Comme bien d’autres éléments découverts dans le dossier Potocki, ces notes de voyage très sommaires génèrent des sentiments confus : on se réjouit d’en savoir un peu plus et l’on en regrette d’autant plus de ne pas (encore) tout savoir ; tel est l’antidote infaillible à la lassitude du chercheur lancé sur les traces de cet auteur.

  • 33 Œuvres I, p. 177-197.
  • 34 Ibid., p. 35-36.

19La troisième leçon très significative que nous apporte ce « cahier de Poznań » concerne la technique d’écriture qu’on peut voir à l’œuvre sur les fragments d’un brouillon du conte Le voyage de Hafez qui sera publié par Potocki, sous sa forme définitivement élaborée, en trente et un chapitres, à la suite de son Voyage dans l’Empire de Maroc33. Ce que renferme le cahier, ce sont des morceaux qu’on retrouvera, sous une forme retravaillée, aux chapitres XXX et XXIV à XXVI du conte. Potocki couche au crayon sur le papier les passages qui lui viennent à l’esprit chemin faisant, dans des conditions peu propices à une écriture soignée (ce que révèle, on l’a dit, l’aspect cahoté de la graphie). Il laisse des blancs là où devraient apparaître des noms géographiques qu’il s’agira de vérifier quand les conditions le permettront. Les passages rédigés ne se suivent pas de manière linéaire, comme si Potocki élaborait d’abord les morceaux de l’œuvre séparément avant de les organiser dans un tout. D’ici à sa version finale, on voit que le texte subira d’importantes mises au point stylistiques, mais la différence la plus spectaculaire consiste dans le nom du héros du conte : celui qui s’appellera Hafez dans le récit achevé, porte encore le nom de Jessid. Pourquoi ce changement de nom ? Une des hypothèses possibles pourrait tenir au nom de l’empereur du Maroc, Mulay Yazid, qui est évoqué largement et sans complaisance dans la relation de Potocki. Il valait sans doute mieux ne pas risquer de confusion entre le souverain lunatique et le héros du conte. Quant à Hafez, nom qui était attribué, dans le monde arabe, à ceux qui savaient le Coran par cœur et étaient considérés comme des personnages sacrés, Potocki l’avait déjà utilisé dans un conte plus bref qu’il avait inséré dans une des lettres de son Voyage en Turquie et en égypte34.

20Avant de se lancer dans l’aventure si tortueuse du Manuscrit trouvé à Saragosse, Potocki avait donc éprouvé, sur une petite échelle, les vertus de la réécriture. Il y a d’abord la perception du monde qui ne va pas sans lien avec les innombrables lectures accumulées, puis des figures, des scènes et des idées qui s’ordonnent volontiers sous le régime de la narration, laquelle nécessite des ajustements successifs avant de s’imposer sous une forme à peu près définitive. Ces premiers essais du Voyage de Hafez seraient donc à l’état final du conte ce que la protoversion de 1794 du Manuscrit trouvé à Saragosse est à la version de 1810 du roman.

Description du cahier de Poznań

21Revers de couverture, numéroté 1
[Étiquette collée, texte imprimé :]
AU CHANT DE L’ALOUETTE
Place du vieux Louvre, près l’Académie Royale.
Niodot, Marchand Papetier des Académies Royales, [suit la liste des produits à la vente] a Paris.

  • 35 Il s’agit probablement de L’Hospitalet, au sud-ouest de Bordeaux, sur la commune de Belin-Beliet.
  • 36 Le détour par Bellocq ne s’explique pas.
  • 37 Distance en lieues entre Bayonne et Saint-Jean-de-Luz.

22F. 2
[Les deux tiers droits de la feuille sont arrachés]
Mars.
Bordaux
10
hospitalet35.
11
Belloc36. [Bellocq]
12
St Vincent [Saint-Vincent-de-Tyrosse]
13.
Bayonne
18
St Jean de Luz. 337.
Irun. 2
Oiarcun 2. [Oiartzun]
19
Arnani 2 [Hernani]
Andoïn 2 [Andoain]
Tolosa 2
20.

  • 38 Pour la description des dessins, nous avons bénéficié des conseils de Mme Michèle-Caroline Heck qu (...)
  • 39 Rien ne permet d’attribuer ces quatre dessins à Potocki.
  • 40 La lecture de ces mots est très incertaine ; une tache couvre le début du deuxième mot. Sans doute (...)
  • 41 Un Eusebio Vazquez, « maestro ebanista », est signalé dans le Mercurio de España, octobre 1798, p. (...)
  • 42 Casanova avait fait sa connaissance vers 1765 à Varsovie (Histoire de ma vie, Paris, 1964, t. iii, (...)
  • 43 Probablement Konstanty Święcicki (né en 1720), philosophe du droit, chanoine de Gniezno, qui avait (...)

23Villa réal. 6. [Villarreal de Urrechua]
Mondragon. 4.
21.
Vittoria. 4. [Vitoria-Gasteiz]
Venta Caétana. 3. [lieu non situé]
22.
Pancorvo 6. [Pancorbo]
Bribiesca 4. [Briviesca]
23.
Burgos. 7.
24
Venta Revillia. 8. [Revilla Vallereja]
Torquemada 4
25.
Venta Trixero. 6 [Trigueros del Valle]
Valadolid. 4.
26.
Valdestillas. 4
Olmedo. 4
27.
Martin Munos. 6. [Martin Muñoz de las Posadas]
Alabaxos. 3. [Labajos]
28.
La funda. 5 [lieu non situé]
Alapagar. 6. [Galapagar]
29.
Madrid. 5.
F. 3 : feuillet volant avec deux branches d’arbre, mine ; taches d’encre38.
F. 4 : feuillet volant avec un paysage de campagne, mine.
F. 5 : feuillet volant, assez proche de celui du f. 4.
F. 6 : feuillet volant, très proche de celui du f. 339.
F. 7
Calle Praco metrensa40 [Maestranza ?]
Eusebio Basque
Ebenista41
[Sous ces lignes, des figures maladroites au crayon et, disposés en demi-cercle, des points d’exclamation et des ronds, à la plume]
F. 8
[Un motif architectural au centre de la feuille, mine ; une embarcation au bas, des gribouillis à droite, au crayon]
F. 9
Habitans des Landes
[Hommes sur des échasses, paysage en arrière-plan, mine ; gribouillis à droite semblables à ceux du f. 8]
F. 10
Habitans des Pignades
[Hommes dont l’un récolte la résine, mine et rehauts gris ; gribouillis semblables à ceux du f. 8]
F. 11
Il signor Tadini42 Comte Palatin et Oculiste du sultan Achmet, et du Prince Radzivił
La legereté de sta man no se pou capir [sic].
[Homme de profil gauche, habillé à la française, mine ; gribouillis semblables à ceux du f. 8]
F. 12 : manque.
F. 13
[Femme de face, portant un pot sur la tête, mine]
F. 14
Vieille Biscayene, dessinée a Andoïn
[Femme de profil gauche, au crayon ; le dessin est grossier]
F. 15
[Esquisse d’une femme de trois quarts face, mine]
F. 16 : manque.
F. 17
[Homme de profil gauche avec un chariot à droite, mine ; une voiture a été dessinée par un enfant à gauche, au crayon]
F. 18
Bartolo vu par dériere
[Homme de trois quarts dos, mine]
F. 19
Bartolo maestro de Puertas [?] de Villaréal
[Sous ces mots, le même texte semble avoir été écrit au crayon, puis gommé. Homme de trois quarts face, mine et rehauts gris]
F. 20
Dessiné a Venta Révilla
[Mulet de profil droit buvant ou mangeant, mine]
F. 21
Dessiné a Venta Trixero.
[Mulet de profil gauche sellé, mine et rehauts gris]
F. 22
Don Diego d’Espinosa Bachelier gradué a Salamanque Dessiné a Venta Trixero.
[Homme de profil gauche, assis à terre, mine et rehauts gris]
F. 23
Mulet d’un marchand de drap de Ségovie dessiné a Tordésillas de [mot illisible]
[Mulet de profil droit sellé, mine et rehauts gris ; esquisse du cavalier, mine]
F. 24
dessiné a Madrid. le 3. avril 1791.
[Homme de face, assis à terre, aquarelle]
F. 25
[Scène nocturne : devant une façade dont le balcon est éclairé, un homme se voit ouvrir la porte d’entrée par un autre homme, aquarelle]
F. 26
[Mulet de profil gauche bâté, mine et rehauts gris]
F. 27
diverses occupations des Espagnols.
[Scène de rue avec quatre hommes immobiles, aquarelle]
F. 28
L’abbé Swięcicki43 le plus ennu[y]eux des mortels
[Homme de profil gauche, habillé à la française, mine et rehauts gris]
F. 29
[Esquisse d’un mulet de profil gauche bâté, mine, assez proche de celui du f. 26]
F. 30
fiacre de Madrid
[Voiture attelée à un cheval, mine ; au-dessus, dessin d’enfant qui paraît copier l’attelage, au crayon]
F. 31
[Dans la moitié inférieure, vue de la place de Cibeles avec la porte d’Alcalá en arrière-plan, mine et rehauts gris ; dans la moitié supérieure, dessin d’enfant représentant une voiture attelée, au crayon]
F. 32
lecon d’armes a la place de la sevada [Cebada]
[Quatre personnages dont trois se battent, devant un public nombreux, mine et rehauts gris]
F. 33
Chevriers qui suivent les processions ainsi déguisés
[Homme de profil droit avec capirote, au crayon ; le dessin rappelle celui du f. 14]
F. 34
Maitre de guitarre
[Homme de face, jouant de la guitare, mine]
F. 35
[Femme de profil gauche, mine]
F. blanc non paginé
[Esquisse d’un visage, mine]
F. 36
Mulets qui portent la paille a Madrid
[Deux mulets de profil, se faisant face, mine]
F. 37
[Esquisse d’un mulet de face, portant une charge volumineuse, mine]
F. 38
Mulets qui portent la paille a Madrid
[Homme et mulet de profil, se faisant face, mine]
F. 39
Mon maitre de Valero
[Homme assis de face, tenant une guitare, aquarelle, inachevé]
F. 40
[Deux mulets de profil gauche, lourdement chargés, mine]

24Les feuillets suivants sont occupés par un fragment du Voyage de Hafez. Potocki commence par la fin du cahier et remonte donc à l’envers au fur et à mesure qu’il avance. À compter du verso du f. 40, la numérotation est à la page (41-47). L’écriture de Potocki est mal formée comme s’il était souffrant ou écrivait allongé.

  • 44 Biffé : mathématiciens se tr
  • 45 Uzun Hassan (1424-1478), dont le nom apparaîtra dans la version imprimée, était sultan de la dynas (...)
  • 46 Biffé : Vos métaphisiciens confondent l’amour propre avec l’amour de soi qui a
  • 47 Corrige : Medgenoun
  • 48 Biffé : se portent assés
  • 49 En interligne.
  • 50 En interligne.
  • 51 En interligne.
  • 52 Biffé : les
  • 53 Biffé : et je l’engageai de f
  • 54 Corrige : le frivole
  • 55 Biffé : résolus
  • 56 Biffé : amants heureux ou malheureux. je me suis
  • 57 Biffé : ou les soïns d’at
  • 58 Biffé : qui dit on
  • 59 Biffé : sublime sultan
  • 60 Biffé : vos freres, et seurs, et toute votre famille auront vivement ressenti la joye
  • 61 Biffé : branches d

[47v] Je crois que vos44 metaphisiciens se trompent, répondit Medgenoun ; Lorsque le sublime chef de la Dynastie du mouton blanc45 me fit revétir d’un caftan doublé de peau de renard noir et me fit ainsi reconduire chés moi, aux yeux de tout le peuple de Schiraz j’eus alors un plaisir d’amour propre. Mais il n’avoit rien de commun avec les plaisirs que m’a fait connaitre Leïlé46. Mais (dit Jessid47), les amours de l’ancien Medgenoun n’ont fini que par sa mort Or comme votre seigneurie vit et48 me paroit se bient porter, je suppose que c’est la belle Leïlé qui est morte — Vous vous49 trompés seigneur, répondit le faux Medgenoun, elle vit et se porte bien, nous ne nous aimons plus parce que nous avons cessé de nous aimer, et c’est50 alors que51 je cessai aussi de porter avec52 autant de plaisir, le nom romantique de Medgenoun. je m’adonnai a des occupations plus sérieuses, je publiai un comentaire sur les loix contenues dans le canoun name, je me rendis a la cour de notre sublime sultan53 et je portai aux pieds de son throne, les veux des habitants de Schiraz. Mais quelques fussent mes soïns pour leurs être utile, Ils s’obstinerent a ne voir en moi que l’amoureux54 Medgenoun et continuerent a m’en donner le nom. Voyant cela je me55 déterminai a le garder tout a fait, Je fis mettre a mon jardin les inscriptions que vous aves lues, mais en l’abandonnant aux56 [46r] amants qui viennent s’y occuper de leurs peines et de leurs plaisirs, je me suis reservé ce pavillon57, j’y ai placé une nombreuse bibliothèque et l’etude y remplit si bien tous mes moments qu’elle ne me laisse poïnt appercevoir ce vide58 qui dit on succede aux grandes passions. ‒ Mais dit Jessid vous avés sans doute des amis. — J’en avois (répondit Medgenoun) mais comme je vous l’ai dit notre sublime59 monarque, m’a fait revetir du caftan, honneur qu’il n’avoit encore accordé a aucun habitant de Schiraz. et apresent je n’ai plus d’ami — Mais dit Jessid60 vous avés des freres, et des seurs, une famille qui a partagé la gloire de vos honneurs, et dont la societé répand quelque charme dans votre solitude. ‒ Non seigneur (répondit Medgenoun) j’ai le malheur d’être fils unique, sans doute si j’avois eu un frere j’aurois vécu plus heureux, Il m’eut pardonné des succès, des folies et même des torts. Deux freres sont comme les61 bras de l’Euphrate, La nature les a fait sortir d’une même source, et a voulu que leur cours fut le même, On les voit bien se séparer a [blanc] mais ils se rejoignent a [blanc]. Ils se séparent encore a [blanc] mais ils se retrouvent a [blanc] et tombent ensemble dans le sein de la mer persique.

  • 62 Corrige un mot illisible.

Deux freres sont comme les bras de l’Euphrate mais, des amis sont comme les torrent du desert [45v] du desert, le voyageur compte sur eux et se met en route mais il arrive au torrent et et [sic] le trouve desseché : il meurt de soif et se répent62 trop tard de sa confiance. Les amis sont comme les torrent du desert.

  • 63 Biffé : Il fit
  • 64 Biffé : et
  • 65 Corrige : et il
  • 66 Biffé : de
  • 67 Biffé : Il eut le
  • 68 Biffé : et puis il
  • 69 Biffé : avec les freres dervischs Bectaschi et qui est aujourdhui le pri
  • 70 Biffé : bectas

Jessid fut vivement frappé de cet appollogue, car il avait aussi un frere qu’il aimoit avec tendresse63. il partit bientot après de Schiraz64 prit sa route par [blanc], et65 arriva a Mossul le 17 de la lune66 Moharam67. Hadgi Bectasch passa quelque tems a Mossul avec ces deux68 freres, qui lui procurerent des aumones abondantes, avec lesquelles il partit pour conia l’ancienne Iconium, ou se voit encore le teket qu’il habitoit69 et ce couvent est aujourdhui regardé comme le chef lieu de l’ordre des dervischs70 Bektaschis.

  • 71 Les lignes qui suivent seront reprises dans le chapitre XXIV du Voyage de Hafez.
  • 72 Corrige : dites
  • 73 Biffé : beaux [ ?]
  • 74 Biffé : Les monarques de l’Asie ont recu une la plus part une mauvaise education et n’ont poï Lors (...)
  • 75 En interligne.
  • 76 En interligne.
  • 77 Corrige : obscures
  • 78 Biffé : comme lui
  • 79 Corrige : ne fit que s’y blesser
  • 80 Biffé : d’y
  • 81 Biffé : com
  • 82 Biffé : qui est ra
  • 83 Corrige : inegalle
  • 84 Biffé : il est di il est
  • 85 Biffé : Je sui
  • 86 Biffé : précisement
  • 87 En interligne.
  • 88 Biffé : de la m
  • 89 Les guillemets ne sont pas fermés.

Que71 pensés72 vous des73 raisonnement divers que nous avons entendu ce soir (dit Jessid a Bectasch) il me paroit que dans le nombre il y en avoit d’assés justes — Je n’ai fait aucune attention a ceux ci (répondit Bectasch) mais j’ai remarqué plusieurs raisonnements faux et absurdes, qui pouront bien prendre et influer sur le sort de l’Asie — Je ne comprens pas cela dit Jessid — C’est pourtant tout simple [44r] reprit Bectasch74. S’il arrivoit par hasard qu’un Monarque de l’asie eut l’esprit naturellement droit, il ne tarderoit pas a se fausser, car les courtisans en découvriroient le faible, et75 apuyeroit dessus pour le courber. Pour ce qui est des ministres, leur ésprit accoutumé aux labirintes obscurs76 de l’intrigues ou aux routines tortueuses77 d’un cabinet devient inaccessible a tout raisonnement et a tout projet qui ne seroit pas obscur et tortueux78, et ceci me rappelle une fable de notre sage dervisch Sadi. Un jour dit il, un cloud et une visse ayant entendu parler des voyages du pot de terre et du pot de fer formerent le projet de voyager aussi. Ils partirent ensemble et sur le soir se trouvants fatigués ils appercurent un trou et voulurent y entrer pour y passer la nuit. Le cloud essaya d’abord de s’y enfoncer, mais il se blessa79 et fut obligé80 de renoncer a son entreprise ; Alors la visse dit qu’elle vouloit essayer a son tour. Comment espere tu réussir, lui dit le cloud, si je n’ai pu entrer, moi qui suis aigu droit et poli81, il est absolument impossible que tu entre toi82 qui es raboteuse83 et toute tordue ; Mais la visse lui répondit « Je connois le trou ou vous n’avés pu vous in- [43v] troduire84, c’est ce que l’on appelle un écrou85. Vous dites que je suis toute tordue mais c’est86 ce qui me fera entrer car il est lui même87 tordu88 précisément dans le même sens89.

Chapitre.

  • 90 Biffé : toutes les curiosités de dans
  • 91 Biffé : s’aprochoit d
  • 92 Biffé : arréta ses chamaux pres d’un canal [ ?]
  • 93 Biffé : Bectasch fut curieux de faire le tour de ce jardin le mur était surm
  • 94 Biffé : insc
  • 95 Biffé : l’ins
  • 96 Biffé : garde toi

Jessid ayant vu tout90 ce qu’il y avoit de curieux a Basra, partit pour Schiraz, et comme il91 étoit déja tres près de cette ville le caravanebachi ayant a faire dans les fauxbourgs92, invita les voyageurs a se reposer, a l’ombre de plusieurs grands arbres, dont les branches passant par dessus les murs d’un jardin, s’étendoient vers la campagne, et présentoient aux passants un abrit agréable93. Le haut du mur etoit terminé par une94 corniche dont le seul ornement etoit une ligne de caractere Sulsi, qui formoit95 une inscription dont le sens étoit96, sois semblable a cet ombrage garde toi de renfermer tes bienfaits dans l’enceinte de ce qui t’appartient.

Chapitre.

  • 97 Le début du chapitre est biffé : La lecon est fort bonne (dit Jessid et en atten la lecon est fort (...)
  • 98 Biffé : auprès d’une fontaine
  • 99 Biffé : appartient a Medgenoun a été fait
  • 100 Biffé : de l’amant
  • 101 Biffé : vous même
  • 102 Biffé : dans ce beau style arabe que le roi de grenade a employé dans son palais d’el generalife e (...)

La97 leçon et l’ombrage sont également agréables dit Bectasch, et il étendit son tapis98 [42r] au pied de cette muraille, mais Jessid en voulut faire le tour, et bientôt après il revint en courant, et dit « Venés sage dervisch, j’ai fait une découverte merveileuse, ce jardin99 appartient [à] Medgenoun l’amant100 de la belle Leïlé — Mais dit Bectasch ces gens la sont morts il y a plus de deux mille ans — je le sais bien dit Jessid, mais venés101 et lisés l’inscription qui est sur la porte de ce jardin, vous verés ce que dit cette porte, car elle y parle elle-même102

  • 103 Biffé : du Roi
  • 104 Biffé : car alors l’on ne connoissoit de grenade qu’un seul genre de crime aux yeux de
  • 105 Les guillemets ne sont pas fermés.

C’est la le plus beau style des inscriptions arabes (dit Bectasch) et je l’ai vu partout employé dans ce beau jardin103 de grenade que l’on appelle El Generalif — comment dit Jessid vous avés été aussi loin que cela — oui sans doute (répondit le Dervisch) et même je me suis trouvé a Grenade lorsque la reine femme du roi [blanc] fut accusée d’avoir éte surprise dans ce même jardin avec un jeune Abencerage appellé [blanc] Etoit elle réellement coupable (demenda Jessid) Je ne saurois le décider104. Aux yeux des Zegris, le plus grand crime étoit d’etre du parti des Abencerages, et si les abencerages n’avoient pas tous eté massacrés a cette occasion ils auroient peutetre exterminé [41v] les zegris. Car tel est l’esprit de parti, aussi le royaume de Grenade n’a til guere tardé a succomber105

Chap.

Cependant nos voyageurs se raprochoient de la porte du jardin et ils y lurent l’inscription suivante

25p. 48r : feuillet volant avec tête d’homme de profil gauche, à la plume ; shako de la main d’un enfant ; taches d’encre. Au verso, p. 49v, formes non figuratives, au crayon.

Notes

1 Pour rappel : 1. Bib. Uniw., Varsovie, Zb. Król. T. 174 : a) Quatorze dessins réalisés pendant le voyage au Maroc (1791) dont dessin no 12 avec légende autographe : « Nopal » ; b) La caravane (s. d.) ; c) Taureau sauvage avec légende de Stanislas Auguste : « Ta[u]reau Sauvage dessine a Lazienki d’apres nature par le Cte Jean Potocki en Mars 1792. » ; d) Costume pour Gengis Khan avec légende de Stanislas Auguste : « Costume pour Gengis Khan dessiné par le Cte Jean Potocki, et envoye a Talma a Paris en 1793 » ; e) Femme nue (s. d.) avec légende de Stanislas Auguste : « Idée du Portrait d’Osero Esther, d’apres Bruce p le Cte Jean Potocki. »

2. Manuscrit trouvé à Saragosse, 2-4 MP, manuscrit appartenant à M. et Mme Marek Potocki, f. de garde : Profil de femme (1794 ?).

3. Voyage dans les steps d’Astrakhan et du Caucase, J. von Klaproth éd., Paris, 1829 (planches) : Six dessins réalisés pendant le voyage dans le Caucase (1797-1798).

4. APK, Cracovie, Arch. Krzeszo. Pot. cote 294 : a) Femme assise offrant un pigeon à l’amour (s. d.) avec légende : « Jean Potocki Frere de mon Pere » ; b) Huit dessins réalisés sans doute pendant le voyage dans le Caucase (1797-1798) dont dessin no 1 avec légende : « Jean Potocki Ce dessin a été fait par mon Oncle Jean », dessin no 2 avec légende autographe : « Kokos, résidence de Muhamed schachbeg en Crimée dessiné par J. Potocki, et ofert par lui a Monsieur Stanislas Potocki », dessin no 6 avec légende autographe : « Sonhak. Le Saïga de Bufon, Le Colus de Strabon », dessin no 8 avec légende autographe : « manier dont on trait les juments ».

5. AGAD, Varsovie, AKP, cote 356 cz. ii, p. 993 : Portrait du comte de Belfort (1797) avec légende de Stanislas Auguste : « Portrait du Cte de Belfort. Major de Place a Mozdok pres du Caucase. »

6. AGAD, Varsovie, APP, cote 82a (5), p. 353 : Visage d’homme (1797).

7. AVPRI, Moscou, F. Bib. du département asiatique, op. 505, d. 124 : Six dessins réalisés pendant le voyage en Mongolie (1805-1806). (23v, 24v, 28, 37v, 47v).

8. Manuscrit trouvé à Saragosse, 5 MV, Bib. Nar., Varsovie, cote BOZ 1047 : Profil d’homme (1807).

Il faut ajouter la centaine de dessins du Voyage dans quelques parties de la Basse-Saxe (Œuvres I, p. 264 sv.).

2 Ossolineum, Wrocław, Zb. Gabinetu Grafiki, 5434. Reproduction dans Jubileusz Jana Potockiego, Łańcut, 2015, p. 94.

3 Bib. Nar., Varsovie, cote R.1140/III. Voir aussi : https://polona.pl/item/22038155/0/.

4 Voir Jubileusz Jana Potockiego, Łańcut, 2015, p. 99.

5 Les dessins de la Basse-Saxe et du Caucase n’existent que dans la version imprimée. Le cahier de Mongolie (voir ci-dessus, note 1) qui recueille six dessins est principalement rempli par du texte.

6 Nous indiquerons par un M en exposant les feuillets du Maroc (voir ci-dessus, note 1).

7 Œuvres I, p. 103.

8 Le comte de Belfort, rencontré sur les routes du Caucase (voir ci-dessus, note 1), entrera dans la même série.

9 Œuvres I, p. 99.

10 Rien n’indique que les deux profils dessinés dans les manuscrits du Manuscrit trouvé à Saragosse soient ceux de héros du roman (voir ci-dessus, note 1).

11 Au contraire, dans le Caucase : « Alors je suis alé sur le rempart, et j’ai vu toute la Chaine depuis le mont Kazibek jusques a l’Elborus ‒ J’ai été prendre mes crayons, et j’ai achevé en deux heures de tems, un dessin d’une ressemblance frapante, et sur une echelle considérable, car j’ai employé neuf grandes feuilles de papier d’holande » (Œuvres II, p. 96).

12 Œuvres I, p. 54. Le dessin n’a pas été retrouvé.

13 Ibid., p. 69.

14 Œuvres II, p. 108.

15 Œuvres I, p. 118.

16 Ibid., p. 102.

17 Œuvres II, p. 108.

18 D’où la perplexité signalée plus haut devant les f. 14 et 33.

19 Voir ci-dessus, note 1.

20 Œuvres I, p. 54.

21 Ibid., p. 68.

22 Œuvres II, p. 123.

23 Œuvres I, p. 91.

24 Œuvres II, p. 268.

25 Il est probable que la même étude donnerait les mêmes résultats pour les autres voyages.

26 Œuvres I, p. 137.

27 Ibid., p. 7.

28 Œuvres II, p. 8.

29 Voir Biographie, p. 193-199.

30 Ibid., p. 464-465 et Rosset et Triaire 2000, p. 175.

31 T. Gautier, Voyage en Espagne, J.-C. Berchet éd., Paris, 1981, p. 75.

32 Ibid., p. 72 et 69.

33 Œuvres I, p. 177-197.

34 Ibid., p. 35-36.

35 Il s’agit probablement de L’Hospitalet, au sud-ouest de Bordeaux, sur la commune de Belin-Beliet.

36 Le détour par Bellocq ne s’explique pas.

37 Distance en lieues entre Bayonne et Saint-Jean-de-Luz.

38 Pour la description des dessins, nous avons bénéficié des conseils de Mme Michèle-Caroline Heck que nous remercions vivement.

39 Rien ne permet d’attribuer ces quatre dessins à Potocki.

40 La lecture de ces mots est très incertaine ; une tache couvre le début du deuxième mot. Sans doute s’agit-il d’une adresse.

41 Un Eusebio Vazquez, « maestro ebanista », est signalé dans le Mercurio de España, octobre 1798, p. 198.

42 Casanova avait fait sa connaissance vers 1765 à Varsovie (Histoire de ma vie, Paris, 1964, t. iii, vol. 11, p. 137).

43 Probablement Konstanty Święcicki (né en 1720), philosophe du droit, chanoine de Gniezno, qui avait publié en 1788 à Madrid son De jure naturæ et gentium.

44 Biffé : mathématiciens se tr

45 Uzun Hassan (1424-1478), dont le nom apparaîtra dans la version imprimée, était sultan de la dynastie turkmène des Moutons-Blancs.

46 Biffé : Vos métaphisiciens confondent l’amour propre avec l’amour de soi qui a

47 Corrige : Medgenoun

48 Biffé : se portent assés

49 En interligne.

50 En interligne.

51 En interligne.

52 Biffé : les

53 Biffé : et je l’engageai de f

54 Corrige : le frivole

55 Biffé : résolus

56 Biffé : amants heureux ou malheureux. je me suis

57 Biffé : ou les soïns d’at

58 Biffé : qui dit on

59 Biffé : sublime sultan

60 Biffé : vos freres, et seurs, et toute votre famille auront vivement ressenti la joye

61 Biffé : branches d

62 Corrige un mot illisible.

63 Biffé : Il fit

64 Biffé : et

65 Corrige : et il

66 Biffé : de

67 Biffé : Il eut le

68 Biffé : et puis il

69 Biffé : avec les freres dervischs Bectaschi et qui est aujourdhui le pri

70 Biffé : bectas

71 Les lignes qui suivent seront reprises dans le chapitre XXIV du Voyage de Hafez.

72 Corrige : dites

73 Biffé : beaux [ ?]

74 Biffé : Les monarques de l’Asie ont recu une la plus part une mauvaise education et n’ont poï Lors qu’un monarque de l’asie auroit l’esprit droit ce qu’avoit tres [deux mots illisibles]

75 En interligne.

76 En interligne.

77 Corrige : obscures

78 Biffé : comme lui

79 Corrige : ne fit que s’y blesser

80 Biffé : d’y

81 Biffé : com

82 Biffé : qui est ra

83 Corrige : inegalle

84 Biffé : il est di il est

85 Biffé : Je sui

86 Biffé : précisement

87 En interligne.

88 Biffé : de la m

89 Les guillemets ne sont pas fermés.

90 Biffé : toutes les curiosités de dans

91 Biffé : s’aprochoit d

92 Biffé : arréta ses chamaux pres d’un canal [ ?]

93 Biffé : Bectasch fut curieux de faire le tour de ce jardin le mur était surm

94 Biffé : insc

95 Biffé : l’ins

96 Biffé : garde toi

97 Le début du chapitre est biffé : La lecon est fort bonne (dit Jessid et en atten la lecon est fort bonne dit Jessid

98 Biffé : auprès d’une fontaine

99 Biffé : appartient a Medgenoun a été fait

100 Biffé : de l’amant

101 Biffé : vous même

102 Biffé : dans ce beau style arabe que le roi de grenade a employé dans son palais d’el generalife et qu’on dit etre [trois ou quatre mots illisibles]

103 Biffé : du Roi

104 Biffé : car alors l’on ne connoissoit de grenade qu’un seul genre de crime aux yeux de

105 Les guillemets ne sont pas fermés.

Table des illustrations

Titre Il signor Tadini
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/2190/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 593k
Titre Bartolo
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/2190/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
Titre Scène nocturne
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/2190/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Diverses occupations
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/2190/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Leçon d'armes
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/2190/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 452k

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search