Version classiqueVersion mobile

Écritures du pouvoir et pouvoirs de la littérature

 | 
Sylvie Triaire
, 
Alain Vaillant

Les pouvoirs de l'écriture

Le pouvoir des Lumières : le tableau du citoyen Dupuis (1806)

Claude Rétat

Texte intégral

1Charles-François Dupuis est un écrivain aujourd’hui peu connu malgré la notoriété qu’il a eue pendant tout le xixe siècle, et jusqu’au début du xxe. Il a été en même temps un homme politique, député à la Convention (1792 à 1795), membre du Conseil des Cinq-Cents sous le Directoire (de 1795 à 1797), membre du Corps législatif après le 18 Brumaire (1799-1802). Dix ans d’action politique.

  • 1 Rappelons que Dupuis (1742-1809) a été fondamentalement un professeur : quarante-quatre ans d’ensei (...)

2Je ne vais pas du tout aborder cet aspect de la carrière de Dupuis, mais analyser un imaginaire du pouvoir qui, s’il ne tient pas immédiatement à l’aspect politique de la carrière de Dupuis, marque un aboutissement de la pensée des Lumières : il s’agit d’une sorte de fantasme didactique de la révélation1.

  • 2 Origine de tous les cultes, ou Religion universelle, par Dupuis, citoyen françois, Paris, H. Agasse (...)

3Ce qu’il appelle, et ce qu’on appelle autour de lui, son « grand ouvrage », l’Origine de tous les cultes2, est apparu très vite comme le monument de l’esprit de système : l’univers y est ramené à l’unité, tout s’ouvre avec une seule « clef astronomique ». Ce système despotiquement unificateur, qui a le soleil pour centre, a été victime de la facilité avec laquelle on peut l’enclore dans une formule.

4Il y a un malentendu au départ. Dupuis veut faire œuvre de savant (savant en mythologie et en astronomie, il explique la première par la seconde), et faire œuvre de savant, c’est par là même faire avancer les lumières, dévoiler les mystères sur lesquels reposait l’oppression des rois et des prêtres, c’est percer à jour toutes les religions, dont, bien entendu, la religion chrétienne. Etre savant, être polémique, c’est ici la même chose, c’est poser un nouveau pouvoir (la raison, la nature, la république) contre l’ancien. Ainsi, toute l’érudition de Dupuis est polémique, mais toute sa polémique est érudite. Or l’ouvrage a été accueilli comme une parfaite machine de guerre, mais par des lecteurs qui demandent surtout, dans le fond, à savoir les conclusions, l’idée générale ; des lecteurs qui, en quelque sorte, nient en Dupuis le savant et l’érudit, au moment même où ils cherchent en lui des lumières, ou des armes contre la nuit.

5L’Origine de tous les cultes, dont l’impression a été accélérée sur les instances du club des Cordeliers, et dont le premier exemplaire a été offert en hommage à la Convention, en septembre 1795, est un monument du savoir-pouvoir. Il repose sur la conviction que toute l’oppression tombera, quand tous les hommes seront éclairés sur son origine. Il entre ainsi dans le drame de son propre pouvoir à répandre la science, à rendre la vue aux hommes, ou plutôt, il vit le drame du pouvoir même qu’il prête aux lumières : le pouvoir d’une évidence lente à régner, une sorte de révélation, mais qui passe par les lenteurs de la raison, un éblouissement laborieux. L’Origine de tous les cultes tend vers la simplification (en pratiquant continûment le style de la réduction : chaque dieu ou héros, Apollon, Bacchus, le Christ, Osiris, etc., « n’est que » le soleil), mais en même temps vers la complication : si Dupuis favorise une sorte de slogan, c’est en l’accompagnant d’une montagne de recherches et de démonstrations, en réclamant, non qu’on répète le slogan, mais qu’on refasse le chemin de la démonstration, car il s’agit absolument pour lui d’une œuvre de science et de raison. Le lecteur a intérêt à se procurer un globe spécial, construit sur les instructions de Dupuis par le Citoyen Loysel, « rue du Plâtre-Jacques, N° 9, au premier sur le devant » : c’est la condition pour bien suivre. Alors l’évidence apparaîtra, on verra vraiment, le « flambeau de l’érudition » montrera comme il éclaire. On fera pivoter sur le globe des croix mobiles avec des épingles : le texte dit comment faire, prévoit pour lecteur une sorte d’élève à distance, qui soit capable de recommencer ou de compléter par lui-même la série des preuves, de faire les applications tout seul.

6Il y a consensus entre les amis et les ennemis pour trouver que le « grand ouvrage » est un gros ouvrage : quatre volumes in-4°, dont trois de texte serré, sur deux colonnes, avec un système peu commode de pagination, et l’atlas en quatrième volume (planches et planisphères). Le format in-8°, en douze volumes, auxquels s’ajoute l’atlas in-4°, est peut-être plus abordable par son prix, mais également lourd à manier (sinon plus).

7L’activité de l’écrivain Dupuis, après le grand ouvrage de 1795, va dans deux sens. D’une part il abrège pour mieux diffuser : l’Abrégé de l’Origine de tous les cultes paraît en 1798 ; « Je l’ai dépouillée », dit Dupuis,

  • 3 Abrégé de l’Origine de tous les cultes par J.B. [sic] Dupuis, avec une notice et des notes critique (...)

autant que la matière l’a permis, de la haute érudition, afin de la mettre a la portée d’un plus grand nombre de lecteurs ; car l’instruction et le bonheur de mes semblables ont été et seront toujours le but de mes travaux.3

8L’œuvre monumentale, et qui a été aussitôt consacrée comme un monument, avait besoin d’une sorte de guide portatif. Mais le texte de l’Abrégé ne cesse de dénoncer sa propre insuffisance, de pousser le lecteur vers le grand ouvrage, vers son irremplaçable intégrité érudite. L’Abrégé n’a pas proprement d’existence dans l’œuvre de Dupuis : alors qu’elle ne cesse de se référer à elle-même, on ne trouve jamais aucun renvoi à ce texte. C’est un produit second, marginal, qui n’appartient pas à l’édifice scientifique.

  • 4 Mémoire explicatif du zodiaque chronologique et mythologique ; Ouvrage contenant le Tableau compara (...)
  • 5 P. 18 et p. 31, note 1.
  • 6 P. 33, 134.

9D’autre part, l’œuvre continue de vouloir s’accroître, d’aller vers plus énorme encore. Même l’Abrégé, au lieu de faire simplement retour sur la publication passée, tend vers un supplément, sert d’annonce, en en donnant un extrait, à « notre manuscrit des Cosmogonies comparées, qui est depuis longtemps prêt à être imprimé ». De 1798 à 1806, Dupuis ne publie aucun livre, mais ses travaux à l’Institut, ainsi qu’un article publié dans La Décade, en 1804, déclarent à la fois de grands projets et la nécessité d’y renoncer : les Mémoires sur les Pélasges, lus à l’Institut, sont les fragments d’une sorte de super-Origine, un grand ouvrage encore plus grand, qui devait « faire tourner le globe sous les yeux du lecteur ». L’article dans La Décade, en 1804, se présente comme le prospectus d’un « nouvel ouvrage » sur les Cosmogonies, mais, en note, on apprend que l’auteur a retiré son manuscrit. Enfin le dernier livre que Dupuis ait publié, le Mémoire explicatif du Zodiaque chronologique et mythologique, en 1806, se donne comme ce qui reste, ou ce qui arrive à percer, de cet autre grand ouvrage sur les Cosmogonies : c’est, écrit Dupuis dans les dernières pages, un « aperçu très abrégé de notre travail sur les Cosmogonies comparées »4, et les premières pages renvoyaient déjà à cette somme inédite : « c’est surtout dans notre manuscrit des Cosmogonies que nous le faisons remarquer »..., « nous [en] parlons avec plus de détail dans [...] les suppléments manuscrits de notre grand ouvrage »5. Les notes, particulièrement abondantes et minutieuses, renvoient pourtant à un trésor d’érudition pire encore : « Nous réservons pour nos Cosmogonies les explications des autres faits », « description [...] dont nous réservons l’explication pour nos Cosmogonies »6.

  • 7 Origine de tous les cultes, t. II, 2ème partie (Traité des Mystères), p. 118, 121. Tomes et pages, (...)
  • 8 Abrégé de l’Origine, p. 269, 305.

10Ainsi, tout ce qui suit le grand ouvrage de 1795 est pris dans une logique de l’abrègement : d’un côté il y a ce qui abrège le livre fait, et qui couronne une notoriété, de l’autre côté il y a ce qui abrège, ébranche, émiette un livre à venir qui ne viendra jamais. Les travaux de Dupuis qui précédaient l’Origine (une série d’articles donnés à partir de 1779, et un Mémoire très remarqué, en 1781, sur l’origine des constellations et sur l’explication de la fable par l’astronomie) se présentaient eux aussi comme les éclats d’un « système » dont l’expression complète devait suivre ; mais elle a effectivement suivi : c’est l’Origine. Dupuis recommence à fonctionner après l’Origine comme il avait fait auparavant : mais cette fois, il est sur le versant descendant de sa carrière. Autant l’Origine voit triompher « la raison et la justice éternelles », dans un « peuple éclairé comme le nôtre7 », autant l’Abrégé est amer, constate la lèpre inguérissable de la religion, le « petit nombre des sages », le recul des lumières8. Alors que l’Abrégé de l’Origine est une version diminuée pour lecteur non érudit, et vulgarise un ouvrage consacré, le Mémoire de 1806, autre « aperçu abrégé », selon la formule de Dupuis, cherche, quant à lui, le sage qui saura lire, pour lui faire passer sous forme concentrée, par ces temps de nuit qui reviennent, le maximum du système. Le livre n’est pas gros (148 pages in-4°), et surtout il contient une sorte d’hiéroglyphe de la science de Dupuis : un tableau savant, dont le livre entier n’est que le commentaire explicatif. Voici le mot ultime :

Il se trouvera tôt ou tard un homme d’esprit qui fera usage de ce Tableau, et c’est à lui que je le dédie.

11Ce tableau est proprement lumineux : il doit faire voir l’antiquité des mythologies, et donc l’antiquité du monde (ce qui ruine les dates des chronologistes). Et il fait voir en même temps la méthode de Dupuis, car il réalise, dans un espace de 51 sur 68 cm, la perfection du rapprochement :

  • 9 Mémoire explicatif..., p. 60 (je souligne).

C’est le tableau abrégé des dates astronomiques prises depuis la Chine jusques en Grèce, c est-à-dire dans tout l’Orient et en Europe, ainsi qu’en Égypte dans les siècles les plus éloignés, et dont la plus rapprochée est celle du Souria-Sidantha, que nous mettons sous les yeux des amis de la Philosophie et de la Science ancienne ; car c’est pour eux seuls que nous écrivons. Nous citons les autorités dont nous nous appuyons [...] Il n’y a presque rien de nous que les rapprochements ; mais ces rapprochements faits pour la première fois, sont tout. En effet, tant que les diverses parties du tableau sont isolées elles sont presque nulles pour les conséquences qu’on doit en tirer ; rapprochées elles jettent de toutes parts des rayons de lumière qui nous éclairent dans l’étude de l’antiquité.9

12Tableau d’autant plus parfait que Dupuis n’a pas voulu le « charger » trop, et qu’il ne demande ainsi qu’à fonctionner sous la main du lecteur et du disciple : il est prévu pour se réactiver, pour délivrer à la demande les autres aspects du même message. Il est livré, en quelque sorte, avec un dynamisme programmé :

  • 10 Р. 62.

Il m’eût été facile de faire ressortir cette différence qui existe entre les dates de la Chronologie historique et celles de la Chronologie astronomique, en marquant sur le cercle gradué le lieu qui répond aux équinoxes, aux époques que supposent ces dates fournies ou supposées par nos historiens. Mais j’aurais trop chargé le tableau ; et c’est un travail que chacun peut faire à l’aide de la méthode que nous avons indiquée plus haut [...] J’invite même le lecteur à faire ce travail ; ce sera le moyen de rendre ce tableau plus complet, plus utile, et de lui faire naître à lui-même des réflexions qui nous auraient échappé, ou que nous n’aurions pas cru devoir faire.10

13C’est un tableau qui commande : trouve toi-même, dit-il au lecteur, ce que je te montre. Epouse intégralement mon raisonnement. Les « réflexions que nous n’aurions pas cru devoir faire » sont retirées de l’affichage du texte (nous ne sommes plus en 1795), mais elles sont mises en sécurité dans la logique du tableau : une évidence et un silence.

14Cet abrégé, qui arrive à la brièveté et à la totalité sous forme de tableau, exerce, d’une façon testamentaire, un pouvoir double : pouvoir du visible, pouvoir de la raison. Voir ce tableau, plonger les yeux, grâce à lui, dans la révélation de l’antiquité du monde, cela suppose une science de l’astronomie, et de plus une science de cette espèce d’astronomie archéologique que développe Dupuis. Évidence de savant. Évidence lente à éblouir : il faudra, dit Dupuis, relire plusieurs fois le mémoire explicatif. Éblouissement laborieux, mais labeur éblouissant : car le tableau se ramasse sous l’œil pour s’exposer comme un tout, et un tout-ensemble, merveilleusement figuré par la forme circulaire :

  • 11 P. 60.

Il est curieux d’envisager d’un seul coup d’œil l’antique et immense chaîne qui lie le système général des connaissances astronomiques sur une grande partie du globe, d’en apercevoir les filiations, d’en saisir les rapports, et de se former une idée juste de l’état de la science astronomique, et par une conséquence assez naturelle, de celle des arts et des autres connaissances humaines, dans des siècles où l’on prétend que les hommes étaient à peine réunis en société, au moins venaient d’éprouver une destruction presque générale.11

  • 12 P. 66, 71, 121.

15Le tableau est la présence efficace de l’évidence : « Il suffit de jeter un coup d’œil sur notre tableau », « Ainsi l’on verra, du premier coup d’œil, l’origine de la fête de la purification par l’eau », « D’un seul coup d’œil on embrassera ce vaste Tableau »12, etc. Ces expressions sont récurrentes.

  • 13 Voir Cl. Rétat, "Lumières et ténèbres du citoyen Dupuis", à paraître dans les Chroniques d’histoire (...)

16C’est bien une révélation, le dévoilement de la vérité, mise sous les yeux, impressionnante. Le texte qui développe le système en déroulant la diachronie du discours trouve son achèvement dans cette synchronie, qui ne s’adresse pas seulement à l’intelligence, mais à l’œil : car le tableau ne fonctionne pas seulement comme une sorte de machine qui donnera à celui qui sait s’en servir la solution des problèmes qu’il pose, il fonctionne aussi, dans son ensemble visible, comme un signe du système, et comme un signe du monde que ce système suppose : tout se tient, tout s’ordonne, à l’intérieur d’un cercle qui est le cercle du visible même, la clôture des apparences célestes. Toute la fabulation religieuse de l’humanité est enfermée dans ce cercle du zodiaque qu’elle voit circuler devant ses yeux. Le Tableau de Dupuis va avec l’esprit systématique de son auteur, mais aussi avec l’apologie particulière du visible que ce système comporte. Le spiritualisme, la métaphysique, c’est-à-dire l’invention d’un au-delà invisible, sont pour Dupuis un produit tardif et dégénéré. A l’origine, c’est-à-dire avant la chute de l’homme en métaphysique, seul le visible existait : et la religion, close dans les bornes indépassables du temple-univers, était une science et une représentation du visible, des phénomènes astronomiques. Le Tableau rend visible que le visible est tout. Il est pour ainsi dire une exclusion d’invisible, et par lui Dupuis trouve la forme qui exerce le pouvoir même des lumières : exclusion d’invisible, ou encore exclusion de mystères13 et d’ignorance, exclusion des oppresseurs. En même temps, il rend visible une époque où le visible fut tout, une sorte de paradis du matérialisme savant :

  • 14 P. 62.

On voit [...] que les beaux temps de l’Astronomie, ceux des fictions poétiques et des monuments religieux, auxquels l’Astronomie a servi de base, remontent à 4700 ans au moins avant notre ère.14

  • 15 Origine de tous les cultes, t. I, livre III, ch. IV, p. 457.
  • 16 T. II, suite du livre III, ch. VI, p. 98.

17C’est ce « bel âge de la poésie et des sciences15« que lOrigine a déjà décrit avec une sorte d’enthousiasme poétique, trouvant dans la nuit de cette antiquité profonde un « siècle de lumières, où les prêtres de toutes les nations peignaient et chantaient la nature et consacraient ces monuments ingénieux et savants16 ». C’est l’ère du Taureau (l’époque où le printemps commence quand le soleil entre dans le signe du Taureau).

18La diffusion de Dupuis jusqu’au début du xxe siècle tient essentiellement à son abrégé de 1798, que la propagande raccourcit encore parfois, en le réduisant à son chapitre IX. Or il apparaît, par son mode de vulgarisation, comme un hapax, voire comme une anomalie dans l’œuvre de Dupuis. Il trahit au fond l’idée que Dupuis se fait du pouvoir des lumières, il ne correspond pas au pouvoir qu’il veut que ses propres lumières exercent sur le public. Quoique lAbrégé regorge lui aussi des formules de l’évidence, il n’éclaire pas comme il convient. Il a dépouillé ce que l’Origine offrait à la fois de résistance et de visibilité : le taillis d’un texte archi-savant, gorgé de notes, et tout cet appareil de la démonstration, les grands tableaux à déplier, les planisphères, les planches. Pour être diffusable et populaire, il a perdu tout ce qui faisait du livre un livre cher, mais aussi tout ce qui, pour Dupuis, avait une valeur, la science indispensable au dévoilement.

19Le Mémoire de 1806 retourne à une forme et à un format qui sont ceux de l’Origine. Il enjambe le populaire pour retourner au savant : foisonnement de notes, déploiement d’un Tableau qui fait tout voir à celui qui aura maîtrisé le texte. Mais le Mémoire se rassemble en un seul tableau rayonnant, alors que l’Origine propose plusieurs tableaux, partiels et en colonnes, ainsi que divers planisphères. Ce qui, dans l’Origine, se rapprocherait le plus du Tableau de 1806, c’est, me semble-t-il, le frontispice même, qui occupe une place unique, liminaire et finale : c’est une gravure rassemblant les allégories de tous les cultes aux époques où le Taureau puis le Bélier correspondaient à l’équinoxe de printemps. Dupuis conclut son « Explication du frontispice » en montrant en lui le « Tableau raccourci de l’Origine de tous les cultes », qui « sert à en fixer les bases principales, d’une manière aussi ingénieuse que piquante ». On pourrait le décrire, selon les définitions de Dupuis, grand admirateur de la science des prêtres égyptiens, comme un hiéroglyphe composé d’hiéroglyphes : une écriture simultanée attendant qu’on la décompose, supposant à côté d’elle la longue explication, la traduction. La recherche du « raccourci », qui apparaît ainsi en même temps que le monument du grand ouvrage, en même temps que l’immense discours, et en complémentarité de lui, aboutit en 1806 à une nouvelle forme : à ce Tableau du Zodiaque qui, dans le cercle des signes du Zodiaque, ordonne et rapproche non plus des figures composées, mais des mots. Mais c’est toujours une grande composition qui est, à la fois, à voir d’un coup et à décomposer. Ce raccourci est compliqué. Faire voir, ou dévoiler, exercer le pouvoir de la lumière et des lumières, c’est chez Dupuis, trouver un certain mode d’écriture, auquel la vulgarisation de 1798 est étrangère, et qui repose sur la conjonction d’un excès du discours savant, et d’un super-concentré graphique. Faut-il suggérer pour finir que cet imaginaire de la révélation peut aboutir, non pas à la parfaite clarté, mais à deux surenchères d’obscurité dans l’érudition, à deux effrois pour l’œil du lecteur ?

Notes

1 Rappelons que Dupuis (1742-1809) a été fondamentalement un professeur : quarante-quatre ans d’enseignement littéraire, de 1766 à sa mort.

2 Origine de tous les cultes, ou Religion universelle, par Dupuis, citoyen françois, Paris, H. Agasse, l’an III de la République une et indivisible.

3 Abrégé de l’Origine de tous les cultes par J.B. [sic] Dupuis, avec une notice et des notes critiques par B. Saint-Marc, Paris, Garnier, sa [1895], p. xii.

4 Mémoire explicatif du zodiaque chronologique et mythologique ; Ouvrage contenant le Tableau comparatif des Maisons de la Lune chez les différents Peuples de l’Orient, et celui des plus anciennes observations qui s’y lient, d’après les Egyptiens, les Chinois, les Perses, les Arabes, les Chaldéens et les Calendriers grecs, par Dupuis, Paris, Courcier, 1806, p. 76. Nous modernisons l’orthographe.

5 P. 18 et p. 31, note 1.

6 P. 33, 134.

7 Origine de tous les cultes, t. II, 2ème partie (Traité des Mystères), p. 118, 121. Tomes et pages, dans tous nos renvois à l’Origine, sont ceux de l’édition in-4° de l’an III.

8 Abrégé de l’Origine, p. 269, 305.

9 Mémoire explicatif..., p. 60 (je souligne).

10 Р. 62.

11 P. 60.

12 P. 66, 71, 121.

13 Voir Cl. Rétat, "Lumières et ténèbres du citoyen Dupuis", à paraître dans les Chroniques d’histoire maçonnique (Paris, IDERM), n° 50.

14 P. 62.

15 Origine de tous les cultes, t. I, livre III, ch. IV, p. 457.

16 T. II, suite du livre III, ch. VI, p. 98.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Volume papier

amazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search