Version classiqueVersion mobile

Jean Potocki : le travail du temps

 | 
François Rosset
, 
Dominique Triaire

Partie III — Le Manuscrit trouvé à Saragosse

Saragosse : l’énigmatique origine du « Manuscrit » de Jean Potocki

Inmaculada Barrena

Texte intégral

1À en juger par l’histoire du texte depuis sa création, le Manuscrit trouvé à Saragosse de Jean Potocki subit l’inexorable destin que lui réserva son auteur en lui donnant ce titre et en semblant le vouer, dans ses dernières lignes, à être trouvé et retrouvé :

Quoique jeune encore et dans la force de l’âge, je songeais à un emploi qui me permît de goûter les douceurs du repos. Le gouvernement de Saragosse vint à vaquer et je l’obtins.

Après avoir pris congé du roi, j’allai chez les Moro et je demandai un paquet cacheté que j’avais déposé chez eux il y avait vingt-cinq ans. C’était le journal des soixante premières journées de mon séjour en Espagne.

  • 1 Œuvres IV, 1, p. 572. Pour l’instant, retenons le nom de la ville dont le protagoniste (sous le no (...)

J’en ai fait une copie de ma main et je l’ai déposée dans une cassette en fer que mes héritiers trouveront un jour1.

2Pour le lecteur moderne ce roman semble entouré d’un halo de mystère. L’on dirait que le comte polonais a voulu jouer le rôle du Créateur, qu’en l’écrivant il détermina le sort de sa créature romanesque et lui assigna cette nature de manuscrit destiné à être trouvé sans cesse, à Saragosse comme ailleurs. Nous pouvons même nous demander si son titre nous renvoie à l’idée de quelque autre manuscrit sauvegardé, et postérieurement trouvé à Saragosse.

1 Manuscrits trouvés à Saragosse

Officier dans l’armée française, je me trouvai au siège de Saragosse. Quelques jours après la prise de la ville, m’étant avancé vers un lieu un peu écarté, j’aperçus une petite maisonnette assez bien bâtie que je crus d’abord n’avoir encore été visitée par aucun Français.

  • 2 Œuvres IV, 1, p. 29.

J’eus la curiosité d’entrer. Je frappai à la porte, mais je vis qu’elle n’était pas fermée ; je la poussai, et j’entrai. J’appelai, je cherchai, ne trouvai personne. Il me parut qu’on avait déjà enlevé tout ce qui avait quelque valeur ; il ne restait sur les tables et dans les meubles que des objets de peu d’importance. Seulement j’aperçus par terre, dans un coin, plusieurs cahiers de papier écrits ; je jetai les yeux sur ce qu’ils contenaient. C’était un manuscrit espagnol2.

3Cet « Avertissement » nous mène à l’une des premières questions qu’on ne peut manquer de se poser sur le roman de Jean Potocki. Pourquoi donc trouvé à Saragosse ?

4D’après l’auteur censé l’avoir trouvé, le lecteur du Manuscrit se trouve devant une histoire écrite en espagnol et — rappelons-le — cachée dans une cassette en fer pour être ensuite trouvée à l’intérieur d’une maisonnette abandonnée, dans un lieu un peu écarté de la ville de Saragosse.

5Dans son introduction au colloque international Le topos du manuscrit trouvé, Jan Herman évoquait à ce sujet :

  • 3 « Manuscrits trouvés à Saragosse, c’est-à-dire nulle part », dans Herman, 1999, p. xxix-xxx.

Faire le siège de Saragosse, pour François Rosset, c’est faire œuvre de lecture, chercher un sens, pluriel. C’est traduire le texte, le recopier et le remettre à son légitime propriétaire. Et François Rosset montre que c’est à Don Quichotte qu’il faut demander pourquoi le manuscrit a été trouvé à Saragosse : c’est dans une auberge sur la route de Saragosse que le chevalier à la triste figure et Sancho rencontrent les gentilshommes lisant le Quichotte, dans la version apocryphe d’Avellaneda. Voilà pourquoi le Manuscrit a été trouvé à Saragosse, voilà pourquoi tous les manuscrits ont été découverts à Saragosse3.

  • 4 « Saragosse ou le siège du lecteur », dans Herman, 1999, p. 255-266.

6En effet, lors dudit colloque4, tout comme dans son article « Pourquoi Saragosse ? », François Rosset avait avancé une première hypothèse sur la question du titre du Manuscrit de Jean Potocki qui le mettait en rapport avec le roman de Cervantès.

  • 5 « Pourquoi Saragosse ? », dans Rosset et Triaire, 2000, p. 196.

Don Quichotte n’atteindra donc pas Saragosse où il était censé éprouver sa valeur chevaleresque ; mais il fera de cette ville le théâtre d’une autre épreuve, celle de son identité de personnage, l’épreuve de vérité romanesque5.

  • 6 Ibid., p. 197.

7C’est ainsi que, grâce au roman de Cervantès, « Saragosse s’impose comme le lieu abstrait (parce que non atteint), la capitale inconsistante de cette fameuse “modernité” littéraire dont Cervantes est couramment soupçonné d’avoir assuré le sacre6 ».

8Certes, l’ascendant du roman espagnol est un fait indéniable dans le processus de composition du roman de Potocki. Et pour étayer son analyse, outre la version apocryphe du Quichotte, François Rosset souligne de nombreuses réminiscences qui attestent de cette influence.

  • 7 Dans la lettre que Jean Potocki écrivit le 6 avril 1804 à Adam-Jerzy Czartoryski (Œuvres V, p. 89) (...)

9Cependant l’on peut présumer que, de même que Miguel de Cervantès, Potocki put aussi avoir connaissance d’autres manuscrits trouvés à Saragosse. Car notre comte dut assurément avoir été au courant du sujet qui, à l’époque, occupait certains orientalistes, comme on l’apprend dans la lettre que le 27 juillet, à Madrid, Juan Antonio Conde García (1766-1820) écrivit à Silvestre de Sacy7 :

Mui señor mío : luego que en el Journal des savans leí la noticia que V. dio del ms. español en caracteres árabes, pensé comunicarle una lista de libros escritos en la misma forma, pues en este punto tengo á la vista mas de doscientos volúmenes.

Son en España mui frecuentes, y se hallan á cada paso en las ruinas de los despoblados y casas un poco antiguas, ya sea que las espulsiones y destierros continuos que sufrían nuestros pobres Muslimes los obligase á esconderlos, con esperanza de recobrarlos en tiempos mas venturosos, ó que la supersticiosa reverencia à sus doctrinas y al nombre de Allâ, que está al frente de sus escritos, les moviese á tan diligente y vana observancia : tal vez los rabinos enseñaron esto á los Muslimes, pues ellos deliran estrañamente en esta estravagancia, como se nota en “Hilcot isodê hatorà y en Hilcot soferim”.

  • 8 H. Derenbourg et L. Barrau-Dihigo, « Quatre lettres de Josef Antonio Conde à Silvestre de Sacy », (...)

Yo mismo tengo algunos ms. arabes y españoles en caracteres arabes, hallados no ha muchos años en el centro de un pilar de una casa antigua de Ricla, villa cercana á Zaragoza ; estaban estos embueltos en un lienzo y rodeados de piedras de sal, y puestos en el hueco de unas grandes texas8.

[Monsieur, Après avoir lu dans le Journal des savants la nouvelle que vous avez donnée sur le ms. espagnol en caractères arabes, j’ai pensé vous communiquer une liste de livres écrits de la même façon, puisque j’en ai devant moi plus de deux cents volumes.

En Espagne, ils sont très communs et se trouvent à tout moment dans les ruines des endroits dépeuplés et des maisons un peu anciennes, que ce soit parce que les expulsions et les exils que subissaient nos pauvres Musulmans les obligèrent de les cacher dans l’espoir de les récupérer à une époque plus heureuse, ou parce que la superstitieuse vénération pour leurs doctrines et pour le nom d’Allah, qui est à la tête de leurs écrits, les poussa à une si diligente et vaine observance : il est possible que les rabbins l’eussent appris aux Musulmans, car eux, ils délirent étrangement de cette extravagance, tel qu’on le remarque dans le “Hilkhot Yessodei Ha Torah” et dans le “Hilkhot Soferim”.

J’ai moi-même quelques ms. arabes et espagnols en caractères arabes, retrouvés il y a quelques années à l’intérieur d’un pilier d’une vieille maison de Ricla, ville proche de Saragosse ; ils étaient emballés dans une toile et entourés de pierres de sel, et placés dans le creux de quelques grandes tuiles.]

10Antonio Conde répondait ainsi à une notice que l’orientaliste français Antoine-Isaac Silvestre de Sacy avait publiée en 1793 dans le Journal des Savants :

  • 9 A. I. Silvestre de Sacy, « Notice d’un manuscrit espagnol écrit en caractères arabes », Journal de (...)

Lorsque je dressois le catalogue des manuscrits orientaux de Saint-Germain-des-Prés, je remarquai que ce volume, écrit en entier en caractère arabe africain, contenoit plusieurs chapitres de l’Alcoran, & quelques prières en langue arabe, mais que la plus grande partie des morceaux qu’il renferme étoient écrits en une langue qui ne paroissoit avoir aucun rapport avec l’arabe ; & je soupçonnai que ce pouvoit être quelqu’une des langues de l’Afrique, où le caractère arabe s’est répandu, comme l’on sait, avec la religion musulmane. Comme je ne pouvois donner alors que peu de temps à l’examen de chaque manuscrit en particulier, je me contentai pour le moment de cette conjecture. Depuis que les manuscrits de Saint-Germain-des-Prés ont été réunis à la bibliothèque nationale, j’ai examiné ce volume avec plus d’attention ; j’en ai même transcrit quelques lignes pour les comparer avec des manuscrits de Madagascar, parce que je soupçonnois que la langue dans laquelle il est écrit pouvoit être celle des Madécasses : mais je n’ai pas tardé à reconnoître que cette langue n’étoit autre chose que de l’espagnol écrit en caractères arabes9.

  • 10 On connaît sous le nom de Morisques les musulmans d’Espagne qui embrassèrent la religion chrétienn (...)
  • 11 « El término aljamiado ha acabado por especializarse para designar a un “texto morisco en romance, (...)

11Les propos échangés par Josef Antonio Conde et Silvestre de Sacy concernent donc la littérature des Morisques10, et en particulier celle que l’on a nommée littérature aljamiada11, écrite en caractères arabes, mais rédigée en aljamia (« langue étrangère »), c’est-à-dire, en castillan.

2 L’aljamia et le Manuscrit trouvé à Saragosse

  • 12 De façon inexorable, environ 300 000 Morisques furent définitivement expulsés du territoire espagn (...)
  • 13 Potocki n’oublia pas que la Tunisie avait été terre d’accueil des Morisques ; quand Alphonse deman (...)

12La littérature aljamiada est le résultat et le témoignage d’un peuple qui, pendant au moins un siècle, fut obligé de vivre dans la clandestinité en Espagne ou en exil12, notamment en Tunisie13. Un peuple qui, ici ou ailleurs, continua de parler et d’écrire en langue espagnole (ou dans le dialecte de la région d’Aragon, selon sa provenance), mais tout en utilisant pour la transcrire le même alphabet dont le Prophète s’était servi pour écrire le Coran.

  • 14 Maria José Cervera Frías l’explique comme suit : « Otro rasgo característico de la literatura alja (...)

13Dans ce contexte, et puisque les orientalistes contemporains du comte polonais savaient que le nombre de manuscrits aljamiados trouvés dans la région aragonaise14, et surtout à Saragosse, n’était point négligeable, nous n’écartons pas la possibilité que le souvenir de ces anciens manuscrits puisse se trouver aussi à l’origine du titre du roman de Potocki. Par ailleurs, il existe d’autres coïncidences nous permettant d’établir un certain parallélisme entre le roman du comte polonais et cette littérature aljamiado-morisque.

  • 15 L’on tient compte ici des deux langues principales dans la mise en texte de l’histoire. Mais n’oub (...)

14Tout d’abord, une circonstance commune entoure ces ouvrages : comme nous l’avons signalé ci-dessus à propos de l’« Avertissement », que l’histoire soit réelle ou fictive, tous ces textes manuscrits ont été découverts par hasard, dans des maisons abandonnées, et le plus souvent dans la région de Saragosse. Mais — ce qui est plus important — il existe aussi le désir de les garder en sûreté afin qu’ils soient retrouvés un jour, comme Alphonse lui-même, devenu comte de Pennaflorida, le donne à entendre à la fin du Manuscrit. En second lieu, dans tous ces textes, il y a la mise en jeu d’au moins deux langues : dans les anciens textes morisques, l’espagnol et l’arabe ; dans le Manuscrit, l’espagnol et le français15.

  • 16 Œuvres IV, 1, p. 30. Dans l’attachement du capitaine espagnol au propre texte des soixante et une (...)

Arrivés à l’endroit où ils nous conduisaient, les Espagnols commencèrent à nous dépouiller de nos effets : je ne demandai à conserver qu’un seul objet qui ne pouvait leur être utile, c’était le livre que j’avais trouvé. Ils firent d’abord quelque difficulté, enfin ils demandèrent l’avis du capitaine qui, ayant jeté les yeux sur le livre, vint à moi et me remercia d’avoir conservé intact un ouvrage auquel il attachait un grand prix comme contenant l’histoire d’un de ses aïeux. Je lui contai comment il m’était tombé dans les mains, il m’emmena avec lui, et pendant le séjour un peu long que je fis dans sa maison, où je fus assez bien traité, je le priai de me traduire cet ouvrage en français ; je l’écrivis sous sa dictée16.

15Outre ces éléments circonstanciels qui rapprocheraient le roman de Potocki de la littérature des Morisques, un trait fondamental permet de saisir dans le Manuscrit l’essence profonde de la littérature aljamiada : pour la première fois en Espagne, et sans doute aussi en Europe, les Morisques, qui vivent dans la clandestinité, y présentent à la première personne un autre point de vue, celui du monde musulman et leur propre manière de voir et de vivre.

16Luce López-Baralt montre parfaitement cette réalité historique et littéraire lorsqu’elle écrit :

La producción literaria de estos códices moriscos pertenecen en lo fundamental a los siglos XVI y XVII : se escriben después de la caída de Granada y, más tarde, en el exilio de Berbería. Resulta extraño pensar que estos documentos, que pertenecen por igual, desde un punto de vista lingüístico, a Oriente y Occidente, coexisten con la literatura española renacentista ; hombro con hombro con Garcilaso de la Vega y con el “Quijote” de Cervantes.

  • 17 L. López-Baralt, « La España invertida de la literatura aljamiado-morisca », dans J. M. Jiménez Ca (...)

Pero es que la hibridez de estos textos moriscos no es tan sólo lingüística ; es que los códices piensan a España “al revés” : desde un punto de vista islámico. Imposible, pues, acercarse a ellos sin perplejidad, ya que su lectura nos coloca en las antípodas de la literatura española tradicional. Los textos están escritos “al revés de los cristianos” y nos obligan a entrar en contacto con una España que resulta difícil de reconocer, porque sus valores culturales, religiosos, políticos y sociales más fundamentales han quedado “invertidos”. Es decir, “islamizados” : declaran que el Islam es la religión verdadera, que Mahoma es el Profeta de Dios, que el paraíso está lleno de huríes de ojos resplandecientes. La Inquisición, vedada como tema literario en el Siglo de Oro, se denuncia por primera vez : la toma de Granada es motivo de llanto y no de júbilo nacionalista ; el edicto de 1609 con el que se desterró para siempre el Islam español se interpreta como la liberación de los moriscos de sus opresores cristianos17.

[La production littéraire de ces manuscrits anciens appartient fondamentalement aux xvie et xviie siècles : ils sont écrits après la chute de Grenade et, plus tard, lors de l’exil en Berbérie. Il semble étrange que ces documents appartenant de façon égale, d’un point de vue linguistique, à l’Orient et à l’Occident coexistent avec la littérature espagnole de la Renaissance, côte à côte avec Garcilaso de la Vega et avec le Quichotte de Cervantès.

Mais il arrive que le caractère hybride de ces textes morisques ne soit pas que linguistique, que ces manuscrits anciens conçoivent l’Espagne à l’envers : d’un point de vue islamique. Il est donc impossible d’en approcher sans perplexité, puisque leur lecture nous situe aux antipodes de la littérature espagnole traditionnelle. Les textes se trouvent écrits « au contraire des chrétiens » et nous obligent d’entrer en contact avec une Espagne qui devient difficile à reconnaître, car ses valeurs culturelles, religieuses, politiques et sociales les plus fondamentales sont restées « inversées », c’est-à-dire « islamisées » : ils déclarent que l’Islam est la vraie religion, que Mahomet est le Prophète de Dieu, que le paradis est plein de houries aux yeux rayonnants. L’Inquisition, interdite en tant que sujet littéraire au Siècle d’Or, est dénoncée pour la première fois ; la prise de Grenade est motif de pleurs, et non pas de ferveur nationaliste ; l’édit de 1609, qui bannit à jamais l’Islam espagnol, est pris comme la libération des Morisques de leurs oppresseurs chrétiens.]

17Rappelons comment, dans le Manuscrit, chaque personnage possède une voix propre, s’exprime et exprime un point de vue qui coexiste harmonieusement avec celui des autres, composant une symphonie de récits et de pensées qui plongent le jeune Alphonse — et pourquoi pas le lecteur ? — dans l’univers ténébreux du doute, dont il sortira transformé.

18C’est dans ce contexte que les Gomelez, eux aussi, auront l’occasion d’exprimer la vision du peuple musulman dans l’Espagne chrétienne, et qu’Émina donnera un nouveau sens au terme fidèle ; un terme longtemps utilisé par la chrétienté pour désigner ses propres croyants, tandis que ceux qui professaient une autre foi, notamment les musulmans, étaient dits « infidèles ».

  • 18 Œuvres IV, 1, p. 39.

19La belle Maure parle ainsi à Alphonse dès la première Journée, lorsqu’elle l’invite à partager leur premier dîner, le soir même où il arrive à la venta Quemada : « Seigneur cavalier, vous trouverez ici une olla podrida composée de toutes sortes de viandes, une seule exceptée, car nous sommes fidèles, je veux dire musulmanes18. »

20Émina reprendra ce terme, toujours avec le même sens, lorsqu’elle fait le récit de l’Histoire du château du Cassar-Gomelez :

  • 19 Ibid., p. 48.

Cher Alphonse, me dit-elle, vous savez assez les persécutions que nous avons essuyées sous le règne de Philippe, fils de Charles. On enlevait des enfants, on les faisait élever dans la foi chrétienne. On donnait à ceux-ci tous les biens de leurs parents qui étaient restés fidèles19.

21Dans les discours des belles cousines d’Alphonse, ainsi que lors de l’expérience (quoique mystifiante) entre les mains de l’Inquisition, ou dans l’Histoire du scheik des Gomelez, le roman de Potocki nous offre cette autre vision « à l’envers », qui choque nécessairement le protagoniste, car bien qu’il ait été élevé dans la région des Ardennes, il le fut dans la plus pure tradition espagnole :

  • 20 Ibid., p. 62.

Quoique je ne fusse pas encore au monde, mon père qui ne doutait pas que j’y vinsse, songea qu’il était temps de me donner un maître en fait d’armes. Pour cela il jeta les yeux sur Garcias Hierro, le meilleur prévôt de salle qu’il y eut à Madrid. Ce jeune homme, las de recevoir tous les jours des bourrades à la place de la Cevada, se détermina facilement à venir. D’un autre côté, ma mère ne voulant point partir sans un aumônier fit choix d’Inigo Velez, théologien gradué à Cuenza. Il devait aussi m’instruire dans la religion catholique et la langue castillane. Tous ces arrangements furent pris un an et demi avant ma naissance20.

22Cette confrontation et d’autres confrontations de cultures, de religions et de philosophies, de points de vue, la polyphonie des voix et le dialogisme au bout du compte, réussiront à former la base du jeu qu’offre le Manuscrit trouvé à Saragosse à qui veut bien y participer.

3 L’Histoire de la Ville de Cuivre

23Et, pourtant, le jeu du roman de Potocki ne finit pas dans ce labyrinthe d’histoires, ni ne se limite à cette mise en scène où chaque personnage joue son rôle dans le grand théâtre que devient la Sierra Morena pour le jeune initié. Jean Potocki dut avoir recours à certains éléments circonstanciels, certes, pour le jeu de reconnaissances, de déguisements, de mystification. Mais, pour ce qui est du contenu, il est tout à fait imaginable que l’auteur s’est inspiré, au moins en partie, de quelque(s) récit(s) aljamiado(s), présumablement trouvé(s) à Saragosse.

  • 21 Bien que la plupart des écrits aient un caractère religieux plutôt que profane, on considère parmi (...)

24Le corpus des vieux manuscrits aljamiados comprend un grand nombre de textes juridiques et religieux21, mais aussi des œuvres racontant des légendes relatives aux personnages bibliques, des récits didactiques et fictionnels, des itinéraires comme l’Itinerario de España a Turquía et Avisos para el caminante — visant à guider les musulmans devant quitter la Péninsule — ainsi que des histoires épiques et des récits merveilleux.

  • 22 Edgar Weber nous présente les différentes versions du récit : « La version la plus ancienne de La (...)

25Au nombre de ces derniers se trouvent ceux qui ont bénéficié de la plus grande diffusion en Europe, notamment à partir de la traduction des Mille et Une Nuits. Parmi ces récits, c’est l’histoire d’une ville — selon les versions, de cuivre, d’airain ou même de bronze — qui retient notre attention, car elle raconte un voyage que certains auteurs situèrent dans l’extrême occident, c’est-à-dire dans al-Andalus22.

  • 23 Même si cette histoire était connue, elle ne fut pas incluse dans la version des Mille et Une Nuit (...)
  • 24 Voir Julia Hernández Juberías, La Penísula imaginaria : mitos y leyendas sobre al-Andalus, Madrid, (...)
  • 25 E. Saavedra publia le manuscrit dans la Revista Histórica de Barcelone en février 1876. À propos d (...)
  • 26 La’storia de la ciudad del allaton (cast-arag. ; s. XVI), ms. Gg 196 (avant 206), f. 41-61. Cepend (...)

26L’Histoire de la Ville de Cuivre23, connue dans des sources arabes géographiques et historiques depuis les iiie-ixe siècles, devint sujet littéraire durant la période comprise entre le xiie et les xviiie-xixe siècles24. En 1882, l’orientaliste espagnol Eduardo Saavedra y Moragas publia la transcription du texte aljamiado25, La Historia de la ciudad de alatón26. À ce propos, il commentait ce qui suit :

  • 27 « De Las mil y una noches sólo un cuento figura hasta ahora en las colecciones moriscas, y éste se (...)
  • 28 E. Saavedra, art. cit., p. 321-322.

Así es que, dejando de la verdad histórica otra cosa apenas que los nombres de España y Muza, y el recuerdo del rico botín allegado por el guerrero victorioso, supusieron que el Príncipe de los muslimes, maravillado por ciertos relatos que de muy luengas tierras vinieran, había ordenado al Gobernador de África una expedición, que dió por resultado el descubrimiento de cierta ciudad de azófar ó latón, situada en las comarcas de España27 ; penosa correría, de la cual volvió Muza cargado de singulares despojos. La crónica, así vestida, tuvo entrada en libros serios, como los Anales del Tabarí, escritor del siglo IX de nuestra era ; el Diccionario geográfico de Yacut, aunque con excusa por dar cabida à tales despropósitos, y otros, entre los cuales he de citar el Libro castizo sobre algunas maravillas del Occidente, compuesto por el granadino Mohamed Ebn Abderrahim, que manuscrito posee mi sabio maestro D. Pascual de Gayangos. La duración del camino á tierras desconocidas se presta à interpolar aventuras y prodigios sin tasa, sacados de fuentes diversas, no menos que la descripción de la ciudad encantada ; con todo lo cual fué tomando cada vez mayor bulto y más marcado sabor novelesco el relato, que vino al fin á ser incorporado hacia el siglo XV en la afamada colección de las Mil y una noches28.

[C’est ainsi que, une fois la vérité historique réduite principalement aux noms de l’Espagne et de Moussa, et au souvenir du riche butin remporté par le guerrier victorieux, l’on supposa que le Prince des Musulmans, émerveillé par certains récits venus de terres lointaines, avait ordonné au Gouverneur de l’Afrique une expédition qui aboutit à la découverte d’une certaine ville de cuivre jaune ou de laiton, située dans les régions de l’Espagne ; ce fut une escapade pénible de laquelle Moussa rentra chargé de dépouilles singulières. La chronique, revêtue de cette manière, apparut dans des livres sérieux, commes les Annales de Tabari, écrivain du ixe siècle de notre ère, le Dictionnaire géographique de Yaqout, bien qu’avec l’excuse d’avoir inclus de telles absurdités, et d’autres encore, parmi lesquels je dois citer le Livre typique sur quelques merveilles de l’Occident, composé par le grenadin Mohamed Ebh Abderrahim, dont mon savant maître M. Pascual de Gayangos possède le manuscrit. La durée du chemin vers des terres inconnues se prête à intercaler sans mesure des aventures et des prodiges tirés de sources diverses, de même que la description de la ville enchantée ; avec tout cela, le récit prit de plus en plus de pages et un plus intense goût romanesque, et vers le xve siècle, il fut inséré dans le célèbre recueil des Mille et Une Nuits.]

  • 29 Les Cent et Une Nuits, présentées et traduites de l’arabe par M. Gaudefroy-Demombynes, Paris, 1998

27Dans Memoria de los moriscos. Escritos y relatos de una diáspora cultural, Juan Carlos Busto Cortina nous donne ainsi le contenu général des différentes versions écrites en aljamia de cette histoire largement diffusée également en langue arabe — et incluse, entre autres, dans le recueil cité ci-dessus des Cent et Une Nuits29 :

  • 30 Il faut remarquer que, ni dans la version aljamiada de la Ville de Cuivre fournie en castillan par (...)
  • 31 Memoria de los moriscos. Escritos y relatos de una diáspora cultural, Madrid, 2010, p. 214. Ce liv (...)

Conocida también como Ciudad de Bronce, de Cobre, de Alatón o Aljófar, la leyenda cuenta la expedición del rey Mūçà, acompañado por el visir Ṭālib y por un enorme séquito. Llegarán primero a un rico alcázar vacío de moradores, donde verán las tumbas de sus reyes, leerán muchas inscripciones antiguas y comerán sobre una gran mesa30. Se encontrarán luego con una estatua equestre que les señalará el camino y, después de tratar con genios y demonios, llegarán a la misteriosa ciudad, rodeada de altos muros y sin puerta alguna. Dentro hallarán innumerables riquezas que tendrán a su disposición, salvo la corona de una prodigiosa estatua de mujer custodiada por dos estatuas de guerreros que matarán a Ṭālib cuando intente llevársela. El viaje termina con la visita al país de los negros, donde Mūçà, ayudado por su rey, conseguirá los vasos de Salomón. La leyenda aljamiada sigue muy de cerca a la de las « Mil y una noches » (y más aún a la recopilación magrebí conocida como « Ciento y una noches ») y desconoce la tradición andalusí que sitúa estos acontecimientos en la Península, la cual sí pudo influir en las tradiciones sobre la conquista de España31.

[Connue aussi sous le nom de la Ville de Bronze, de Cuivre, de Laiton ou de Perle, la légende raconte l’expédition du roi Moussa, accompagné du vizir Talib et d’une énorme suite. Ils arriveront d’abord à un riche alcazar inhabité où ils verront les tombes de leurs rois, liront beaucoup d’anciennes inscriptions et mangeront sur une grande table. Ensuite ils rencontreront une statue équestre qui leur indiquera le chemin et, après avoir fréquenté des génies et des démons, ils arriveront à la mystérieuse ville, entourée de hauts murs et sans aucune entrée. À l’intérieur, ils trouveront d’innombrables richesses à leur disposition, sauf la couronne d’une prodigieuse statue de femme protégée par deux statues de guerriers qui tueront Talib lorsqu’il essaiera de l’enlever. Le voyage finit avec la visite au pays des noirs où Moussa, aidé par son roi, obtiendra les vases de Salomon. La légende aljamiada suit de très près celle des Mille et une nuits (et encore de plus près celle du recueil maghrébin connu comme Cent et une nuits) et ignore la tradition d’al-Andalus qui situe ces événements dans la Péninsule, et qui a pu influencer les traditions sur la conquête de l’Espagne.]

28Ainsi, nous pouvons présumer que le comte Potocki connaissait l’Histoire de la Ville de Cuivre, et que le voyage des protagonistes dans une région désertique de la Péninsule et certains épisodes du voyage des protagonistes que nous évoquerons par la suite ne sont pas pure coïncidence.

29Mais considérons maintenant un autre élément du voyage de Moussa b. Nuşayr, un élément essentiel que Julia Hernández Juberías signale dans son ouvrage à propos des mythes et légendes ayant pour cadre la région d’al-Andalus :

  • 32 J. Hernández Juberías, op. cit., p. 36-37.

La actuación de Mūsa desde que se inicia el relato hasta que abandona la ciudad es llamativamente pasiva : se limita a copiar, a entender y aprender, o quizás a comprender, mientras que se nos dice cómo llora ante cada uno de esos mensajes. El viaje aportará a Mūsa algo más que beneficios materiales ya que, como señala Gerhardt, el protagonista de esta clase de relatos se beneficia en igual manera de la experiencia por los conocimientos adquiridos. En estas versiones literarias lo que se oculta tras la expedición es un viaje de iniciación, de características similares al que anteriormente ha llevado a cabo Alejandro ; del grado de ignorancia con el que se inicia el viaje se llega a un nivel de conocimiento tras el cual la vida sufre una dramática transformación que la leyenda también se encarga de recoger32.

[La façon d’agir de Moussa depuis le début du récit jusqu’à ce qu’il quitte la ville est ostensiblement passive : il ne fait que copier, discerner et apprendre, ou peut-être comprendre, tandis que l’on nous raconte comment il pleure devant chacun de ces messages. Le voyage apportera à Moussa quelque chose de plus que les bénéfices matériels car, tel que le signale Gerhardt, le protagoniste de cette sorte de récits profite également de l’expérience par les connaissances acquises. Dans ces versions littéraires, c’est un voyage d’initiation qui se cache derrière l’expédition, un voyage dont les caractéristiques sont similaires à celles du voyage réalisé auparavant par Alexandre ; du degré d’ignorance avec lequel on entame le voyage on arrive à un niveau de connaissance qui suscite dans la vie une dramatique transformation dont il est aussi question dans la légende.]

30Quant au Manuscrit, ne nous révèle-t-il pas lui aussi le parcours initiatique de son protagoniste, à travers une région pleine de vestiges et de souvenirs d’al-Andalus ?

4 De la Ville de Cuivre au Cassar-Gomelez

  • 33 Malgré les recherches que j’ai entreprises dans le but de confirmer l’existence d’un manuscrit alj (...)

31Pour l’instant, nous ne pouvons pas prouver33 que le voyage de Moussa ait inspiré celui d’Alphonse van Worden.

32Cependant, d’un côté, le roman de Potocki paraît le résultat d’un jeu où l’auteur dut s’amuser à écrire et à récrire, à créer et à recréer de manière peut-être à faire découvrir aux lecteurs et lectrices la trace déguisée d’autres œuvres historiques et littéraires. De l’autre, quant à l’Histoire de la Ville de Cuivre sous ses différentes formes, il est parfaitement vraisemblable que le comte polonais en ait entendu parler, éventuellement lors de ses voyages en France, en Espagne ou en Orient. Ou comme Alphonse lui-même, à travers les récits racontés par certains orientalistes de sa connaissance, par Sidi Mohammed-bin-Otman, ambassadeur du Maroc à Madrid, ou par quelque traducteur arabe durant l’un de ses périples en Afrique ou dans le Proche-Orient.

  • 34 « À la vérité, quelques auberges isolées se trouvaient éparses sur cette route désastreuse, mais d (...)

33En effet, de la même façon que Moussa est parti en long voyage au service du roi des musulmans, Alphonse, lui aussi en mission officielle au service du roi, arrive sur la côte andalouse. Une fois à Andujar, lorsque l’aubergiste de l’hôtellerie lui propose de prendre la route de Jaén ou de l’Estrémadure pour aller à Madrid34 :

  • 35 Ibid.

Je lui répondis que ce choix pouvait convenir à des voyageurs ordinaires, mais que le roi don Philippe Quinto ayant eu la grâce de m’honorer d’une commission de capitaine aux gardes wallonnes, les lois sacrées de l’honneur me prescrivaient de me rendre à Madrid par le chemin le plus court, sans demander s’il était le plus dangereux35.

34Alphonse avait décidé, malgré les conseils et les avertissements, et sous la dictée des lois sacrées de l’honneur, de pénétrer dans la Sierra Morena et d’entreprendre un voyage le menant dans des contrées inconnues et menaçantes, promettant toujours de nouveaux risques et aventures.

35Mais les ressemblances entre les histoires de Moussa et du jeune capitaine des gardes wallonnes ne se limitent pas à la modalité des voyages que les deux protagonistes entreprennent. Nous lisons au début de l’Histoire de la Ville de Cuivre et des flacons de Salomon :

  • 36 Les Cent et Une Nuits, p. 234. Pour établir la comparaison entre les deux textes, dorénavant je me (...)

On raconte, Seigneur, que le Prince des Croyants, Abd el Melik ben Merwan l’Oméyyade, était un jour assis, entouré de ses caïds, de ses visirs et des principaux personnages de son empire, dans sa grande salle d’audience, qui était l’une des merveilles du monde36.

  • 37 Identifié comme Merwan I ou Merwan II dans l’édition de 1810 du Manuscrit (Œuvres IV, 1, p. 544, n (...)

36Le même chef suprême qui est à l’origine du voyage de Moussa dans l’Histoire de la Ville de Cuivre, le calife Merwan, est nommé à la cinquante-sixième Journée par le scheik des Gomelez lorsqu’il entame le récit de l’histoire de sa famille devant Alphonse37 :

  • 38 Malgré la note de la p. 544, cette allusion à Bagdad, plutôt qu’une erreur de l’auteur, n’aurait-e (...)
  • 39 Après avoir essayé à plusieurs reprises, et toujours sans succès, d’entrer dans la Ville de Cuivre (...)

Bien des années se passèrent ainsi et le calife Merwan régnait à Bagdad38 lorsque Massoud trouva dans une cave du château une pierre chargée d’anciens caractères. Il la leva et trouva un escalier tournant qui conduisait dans l’intérieur de la montagne39. Massoud se fit donner un flambeau et descendit seul. Il y trouva des chambres, des salles, des corridors, et se hâta de remonter dans la crainte de s’égarer. Une seconde fois il visita le souterrain et vit sous ses pieds des fragments d’un métal poli et brillant. Il les ramassa, les emporta chez lui et trouva qu’ils étaient d’or pur.

37Tous les deux semblent être arrivés en al-Andalus et avoir parcouru une région désertique. Le narrateur de l’Histoire de la Ville de Cuivre décrit ainsi le début du voyage :

  • 40 Les Cent et Une Nuits, p. 237.

Leur marche fut d’abord facile, et pendant trois mois, ils traversèrent des pays habités ; mais ils arrivèrent ensuite dans un pays noir, dénudé, immense et vide, où seuls vivaient les djinns rebelles de la race d’Iblis le maudit. En ces lieux, celui qui entre se sent perdu ; celui qui sort, croit renaître à la vie40.

38Quant à Alphonse, lorsqu’il part chercher Moschito il découvre lui aussi un paysage aride et inhabité qu’il dépeint de la sorte :

  • 41 Œuvres IV, 1, p. 34.

je ne vis rien que la plaine déserte et sauvage, nulle trace d’hommes, d’animaux ou d’habitants, nulle route que le grand chemin que j’avais suivi, et personne n’y passait. Partout le plus grand silence. Je l’interrompis par mes cris que les échos répétèrent au loin41.

39Une fois traversées ces régions désertiques, les deux personnages arrivent enfin devant une demeure qui, isolée et vide, est précédée d’une inscription.

40Moussa, accompagné de l’émir Tâleb ben Sahl, du scheik Abd al-Samad, guide de l’expédition, et de leur énorme suite, arrive jusqu’à une ville dont « la blancheur éclatait entre les collines, comme la pleine lune au milieu du ciel ».

Cette ville avait quatre mille pas de tour, des pas de chameau ; elle apparaissait comme dans une brume lumineuse. Une coupole immense dominait la ville. Tout cela, au premier regard, plongea l’émir dans une admiration infinie ; à son approche, nul être humain n’avait paru, nul être vivant. Parvenu à la porte de la ville, l’émir aperçut au linteau une plaque de marbre où ces mots étaient gravés :

  • 42 Les Cent et Une Nuits, p. 238.

« Château, où s’en sont-ils allés tes maîtres ? Ils s’en sont allés, comme s’ils n’eussent jamais été. Où sont famille et esclaves ? Où est le père, où est l’enfant ? Allah a fixé leur fin ; car c’est lui qui détruit les plaisirs, lui qui sépare ceux qui sont unis, lui qui des femmes fait des veuves, lui qui rend orphelins les fils et les filles42. »

41Alphonse, suivant l’itinéraire des voyageurs partant le matin d’Andujar et ayant perdu ses valets sur la route désastreuse, arrive tout seul à la venta Quemada :

Au sortir de la vallée, j’entrai dans une autre et je découvris la venta qui devait être mon gîte, mais du plus loin que je l’aperçus, je n’en augurai rien de bon. Car je distinguai qu’il ne s’y trouvait ni fenêtre[s] ni volets ; les cheminée[s] ne fumaient point ; je ne voyais point de mouvement dans les environs et je n’entendais pas les chiens avertir de mon arrivée. J’en conclus que ce cabaret était un de ceux que l’on avait abandonnés comme l’avait dit l’aubergiste d’Andujar.

  • 43 Œuvres IV, 1, p. 36.

Plus j’approchais de la venta et plus le silence me semblait profond. Enfin j’arrivai et je vis un tronc à mettre des aumônes accompagné d’une inscription ainsi conçue : « Messieurs les voyageurs, ayez la charité de prier pour l’âme de Gonzalez de Murcie, ci-devant cabaretier de la venta Quemada. Sur toute chose, passez votre chemin et ne restez pas ici la nuit sous quelque prétexte que ce soit43. »

  • 44 Alors que l’Histoire de la Ville de Cuivre n’offre qu’une seule interprétation, le Manuscrit fait (...)

42Malgré les dissemblances que présentent les deux histoires : origines différentes des protagonistes, différences de religions et de cultures, traitement différent de la matière littéraire et dessein différent de l’auteur44, certaines analogies méritent toutefois de retenir notre attention.

43En effet, le jeune capitaine van Worden découvre que la venta n’est plus ce qu’elle semblait laisser deviner :

  • 45 Œuvres IV, 1, p. 36.

Comme le soleil ne faisait que de se coucher, je voulus profiter d’un reste de clarté et parcourir tous les coins de cette demeure, moins pour me rassurer contre les puissances infernales qui en avaient pris possession, que pour chercher quelque nourriture [...] Je traversai beaucoup de chambres et de salles. La plupart étaient revêtues en mosaïque jusqu’à la hauteur d’un homme, et les plafonds étaient en cette belle menuiserie où les Maures mettaient leur magnificence45.

  • 46 « Apprends, Seigneur, ajouta le cheikh, que mon père m’a conté ceci qu’il tenait de son père : le (...)

44Ce que le protagoniste croyait n’être qu’un gîte s’avère être un ancien château maure, comme celui que les voyageurs de l’Histoire de la Ville de Cuivre trouvent sur leur chemin et visitent46 :

  • 47 Les Cent et Une Nuits, p. 243.

L’émir Mousa [...] continua à marcher à travers les salles du château et arriva dans une chambre où se trouvait une table de marbre jaune, supportée par des piliers de verte émeraude. Sur les bords de cette table ces mots étaient tracés, en lettres d’or jaune : « Mille souverains mangèrent sur cette table ; tous ont quitté famille et empire, richesses et châteaux ; ils habitent maintenant la poussière de la tombe47. »

45Plus tard, lorsque Moussa réussit à pénétrer dans la Ville de Cuivre, il assiste à l’énorme contraste entre le désastre qui avait frappé ses habitants et le luxe du somptueux château :

  • 48 Ibid., p. 255.

Il entra dans le château où il trouva des chambres innombrables, et quatre grandes salles, immenses, opposées les unes aux autres, remplies d’or et d’argent. Entre elles, de nombreux objets d’orfèvrerie, et sur les côtés quatre colonnes rondes, qui soutenaient un filet aux mailles serties de perles, de pierres précieuses, de cornaline (ou de corail) rouge ; au milieu, sur un lit de bois d’ambre orné de rubis rouges et jaunes, entourés de vertes émeraudes, que parsemaient des pierres précieuses, une jeune femme était étendue, pareille à l’éclatant soleil, belle d’une beauté inconnue, d’une figure telle que le mortel assez hardi pour la regarder en devait perdre la raison ; telle enfin qu’un lingot d’argent48.

46Les inscriptions, la table, le lit, le luxe oriental, mais aussi les tombeaux sont des éléments communs, présents dans le château de l’Histoire de la Ville de Cuivre et dans le Cassar-Gomelez.

  • 49 Ibid., p. 240.

« Si tu entres dans ce château, dit le cheikh à l’émir, tu y verras une merveille. ‒ Qu’est-ce donc ? ‒ Un pavillon intérieur qui n’a point son pareil au monde. » L’émir s’empressa de pénétrer dans le palais, et aperçut tout d’abord quatre cents pavillons de marbre. Comme il demandait pour qui ils avaient été bâtis, le cheikh lui apprit qu’ils étaient destinés aux rois qui habitaient ce château. Bientôt apparut l’édifice dont le cheikh avait parlé et qui était plus haut et plus beau que les autres : il était entouré de quarante tombeaux, qui avaient chacun quarante coudées de longueur49.

  • 50 « Dans la conception populaire, la tombe symbolise le début du compte à rebours qui doit mener le (...)

47À côté de l’un des tombeaux50, Moussa lit les injonctions morales qui se répéteront tout au long de l’histoire :

  • 51 Les Cent et Une Nuits, p. 241.

Ces choses qui sont sous tes yeux, pour un autre que toi le destin en fit les splendeurs ; et après toi, un autre, pour en jouir, est désigné. ‒ Que tes regards sachent voir avant que soient fermées tes paupières ! Écoute, et ton cœur se fera humble en écoutant. ‒ Quoi que ce soit que tu sèmes, sache-le bien, crainte d’Allah ou autre graine, il faut que tu récoltes ce que tu as semé51.

  • 52 Œuvres IV, 1, p. 38. La belle musulmane lui parle en aljamía (العجميّه, al-’ajamiyya), à savoir en (...)

48Dans la venta Quemada, Émina, qui adresse la parole à Alphonse en castillan52, évoque le tombeau du souterrain du Cassar-Gomelez lorsqu’elle retrace l’histoire de sa famille :

  • 53 Ibid., p. 47.

Enfin ces beaux royaumes, ayant attiré sur eux les vengeances célestes, furent livrés aux mains des infidèles. Grenade fut prise et huit jours après, le célèbre Gonzalve de Cordoue vint dans les Alpujarras à la tête de trois mille hommes. Hatem Gomelez était alors notre scheik ; il alla au-devant de Gonzalve et lui offrit les clefs de son château. L’Espagnol lui demanda celles du souterrain. Le scheik les lui donna aussi sans difficulté. Gonzalve voulut y descendre lui-même : il n’y trouva qu’un tombeau et des livres, se moqua hautement de tous les contes qu’on lui avait faits, et se hâta de retourner à Valladolid où le rappelaient l’amour et la galanterie53.

49Observons, néanmoins, que ni les inscriptions, ni les tombeaux, ni les tables n’ont la même portée dans les deux histoires. Jean Potocki se sert de ces éléments, assez fréquents d’ailleurs dans le conte oriental, mais bien loin de mettre en exergue la petitesse humaine et la puissance divine qu’exalte la littérature islamique, le comte polonais leur enlève toute gravité religieuse, et les met au service des êtres humains et de la mise en scène qu’est le Manuscrit.

50Ensuite, Moussa rencontre, sur une haute colline, un cavalier de cuivre sur son cheval de cuivre qui leur montre la route à suivre ; et peu après :

  • 54 Les Cent et Une Nuits, p. 244.

Une figure ayant deux ailes, deux mains et deux pieds ; l’une de ses mains ressemblait à celle d’un homme, l’autre à la patte d’un lion aux griffes puissantes ; sa tête était couverte de poils pareils à ceux d’un sanglier. Ses yeux verts, pareils à deux charbons ardents, n’étaient point ronds ; mais, fendus en long, ils lançaient des feux terribles. Et la figure disait : « Gloire à celui qui eut le pouvoir de m’infliger ce châtiment affreux, cette peine exemplaire54. »

51Il s’agit de Diqqich ben el ‘Amach, un éfrit de la race des djinns, qui s’avoue enfermé au milieu d’une colonne de marbre noir « par la volonté de la Puissance Suprême, tant que le voudra Allah très-Haut ».

52Ce djinn, condamné pour avoir désobéi à la volonté de Salomon, racontera aux voyageurs son histoire de la même manière que Pascheco, puni en raison de ses péchés, la relatera devant Alphonse.

53Le jeune capitaine fait la connaissance du possédé chez l’ermite. Lorsqu’Alphonse voit Pascheco entrer dans la cabane, il le décrit comme « une figure plus effrayante » que tout ce qu’il avait vu jusqu’alors :

C’était un homme qui paraissait jeune, mais d’une maigreur hideuse. Ses cheveux étaient hérissés ; un de ses yeux était crevé et il en sortait du sang ; sa langue pendait hors de sa bouche et laissait couler une écume baveuse. Il avait sur le corps un assez bon habit noir, mais c’était son seul vêtement ; il n’avait même ni bas ni chemise.

  • 55 Œuvres IV, 1, p. 52.

L’affreux personnage ne dit rien à personne et alla s’accroupir dans un coin où il resta aussi immobile qu’une statue, son œil unique fixé sur un crucifix qu’il tenait à la main55.

  • 56 Le djinn, au service d’un roi des îles de la mer appelé El’Aziz ben Marra, s’occupait d’animer une (...)

54Comme dans le cas du djinn56, c’est l’impiété qui semble avoir conduit Pascheco à cette situation extrême. Malgré l’interdiction de son père, Pascheco, amoureux d’Inésille, sœur de sa belle-mère Camille, rejoindra les deux femmes dans la venta Quemada :

  • 57 Œuvres IV, 1, p. 56.

Lorsque Camille crut son élève assez endoctrinée, elle vint m’ouvrir la porte, me conduisit au lit de sa sœur. Que vous dirai-je de cette nuit fatale : j’épuisai les délices et les crimes. Longtemps je combattis contre le sommeil et la nature pour prolonger d’autant mes infernales jouissances. Enfin je m’endormis et je m’éveillai le lendemain sous le gibet des frères Zoto et couché entre leurs infâmes cadavres57.

55Pour le démoniaque Pascheco, le châtiment ne viendra pas d’un prophète tel le pieux Salomon, mais de deux démons, à son retour dans la venta Quemada :

En effet, je vis bientôt après de la flamme sur l’âtre de la cuisine. Elle devint plus claire et j’aperçus non plus Inésille et Camille, mais les deux frères de Zoto pendus dans la cheminée.

Cette vision me mit hors de moi. Je sortis de mon lit ; je sautai par la fenêtre et me mis à courir dans la campagne. Un moment je pus me flatter d’avoir échappé à tant d’horreurs, mais je me retournai et je vis que j’étais suivi par les deux pendus. Je me mis encore à courir et je vis que les pendus étaient restés en arrière. Mais ma joie ne fut pas de longue durée. Les détestables êtres se mirent à faire la roue et furent en un instant sur moi. Je courus encore, enfin mes forces m’abandonnèrent.

  • 58 Ibid., p. 57-58. Même si tous les deux deviennent la proie d’une horrible attaque, à la différence (...)

Alors je sentis qu’un des pendus me saisissait par la cheville du pied gauche. Je voulus m’en débarrasser, mais l’autre pendu me coupa le chemin. Il se présenta devant moi, faisant des yeux épouvantables et tirant une langue rouge comme du fer que l’on sortirait du feu. Je demandai grâce, ce fut en vain. D’une main, il me saisit à la gorge et de l’autre, il m’arracha l’œil qui me manque. À la place de mon œil, il entra sa langue brûlante. Il m’en lécha le cerveau et me fit rugir de douleur. Alors l’autre pendu, qui m’avait saisi la jambe gauche, voulut aussi jouer de la griffe. D’abord il commença par me chatouiller la plante du pied qu’il tenait. Puis le monstre en arracha la peau, en sépara tous les nerfs, les mit à nu et voulut jouer dessus comme sur un instrument de musique, mais comme je ne rendais pas un son qui lui fît plaisir, il enfonça son ergot dans mon jarret, pinça les tendons et se mit à les tordre comme on fait pour accorder une harpe. Enfin il se mit à jouer sur ma jambe dont il avait fait un psaltérion. J’entendis son rire diabolique. Tandis que la douleur m’arrachait des mugissements affreux, les hurlements de l’enfer y firent chorus. Mais lorsque j’en vins à entendre les grincements des damnés, il me sembla que chacune de mes fibres était broyée sous les dents des frères Zoto. Enfin je perdis connaissance. Le lendemain des pâtres me trouvèrent dans la campagne et me portèrent à cet ermitage. J’y ai confessé mes péchés et j’ai trouvé au pied de la croix quelque soulagement à mes maux58.

5 La transmutation du cuivre en or

56Le récit de Pascheco fait écho à l’expérience d’Alphonse lui-même en ce qu’elle est à la fois polygame et incestueuse, et, par conséquent, contraire aux principes moraux et religieux dictés par son éducation.

  • 59 Comme celle de Blaz Hervas et don Belial, d’autres histoires, lues ou narrées, rappellent au jeune (...)

57Alors que dans l’Histoire de la Ville de Cuivre, le protagoniste est invariablement témoin d’un dogme unique prônant la toute-puissance d’Allah, dans le Manuscrit, c’est l’expérience du double, reflétée comme dans un miroir, qui caractérise le parcours du capitaine van Worden à travers la contrée pittoresque de la Sierra Morena : Alphonse y découvre de nouveaux personnages qui lui font connaître de nouvelles histoires59 visant à provoquer chez lui le doute, à le troubler, à faire s’effondrer tout son monde de traditions et de croyances, afin qu’il soit en mesure de renaître à un nouvel univers : celui du Cassar-Gomelez.

  • 60 « Étrange attitude que celle des forgerons touaregs qui protègent les mauvaises influences du fer (...)

58Dans les deux histoires, les voyages aboutissent à un château à l’accès difficile et rempli de richesses. Dans le cas de Moussa, celui-ci parvient à l’intérieur de la Ville de Cuivre60 ; dans celui de Massoud, le personnage découvre une demeure dans les entrailles de la terre contenant des mines d’or. Il sera permis à Alphonse d’y accéder en tant qu’initié au secret des Gomelez, mais après avoir donné des preuves de courage et de fidélité à sa parole.

59Même s’il n’en est pas conscient, le protagoniste du Manuscrit entreprend son initiation au secret des Gomelez dès son premier entretien avec Émina et Zibeddé. Elles entament le récit de l’histoire de la famille, un récit que le scheik reprendra à la cinquante-sixième Journée :

  • 61 Œuvres IV, 1, p. 542. Dès leur première rencontre, Émina et Zibeddé avaient parlé à Alphonse de Ma (...)

Vous voyez en moi le cinquante-deuxième successeur de Massoud Ben Taher, premier scheik des Gomelez, qui bâtit le Cassar et disparaissait tous les derniers vendredis de chaque mois pour ne reparaître que le vendredi suivant61.

  • 62 Si nous jouons à la manière de Potocki, nous pouvons réduire le nombre ordinal 53 (5 + 3 =) à 8, s (...)

60Vers la fin du roman, le scheik se charge de dévoiler tous ses mystères à Alphonse, jeune initié, et sans doute le cinquante-troisième62 successeur de Massoud.

61À la fin de son parcours, Alphonse aura connu un voyage initiatique de même que Moussa. Si ce dernier a trouvé la Ville de Cuivre, Alphonse va être prié de descendre dans les mines d’or :

  • 63 Ibid., p. 540-541.

Je pris le ciseau de la main gauche, le maillet de la droite et en peu de temps, je devins assez habile mineur, mais les ciseaux s’émoussaient et j’étais obligé d’en changer. Au bout de trois heures, j’avais détaché plus d’or que dix hommes n’en eussent pu porter63.

62L’auteur semble faire du voyage d’Alphonse van Worden, non seulement un voyage initiatique du genre de celui de Moussa, mais encore une aventure bien particulière, comme semblent le suggérer ces deux instruments maçonniques : le ciseau et le maillet. Sans doute lié aux loges maçonniques, comme une bonne partie de sa famille, Jean Potocki place le ciseau — force intellectuelle et force agissante — dans la main gauche du jeune protagoniste, et le maillet — symbole de la volonté qui l’exécute ‒ dans sa main droite.

63Cependant, Alphonse se trouve loin de l’apprenti qui transforme la pierre brute en pierre taillée. Ce voyage à travers la Sierra Morena et le long labyrinthe d’histoires conduisent l’initié des domaines les plus sombres à la clarté solaire de l’or.

  • 64 Rappelons l’influence des Mille et Une Nuits dans la littérature de l’époque, et même celle des Ce (...)

64Et voilà peut-être la raison pour laquelle Jean Potocki n’a pas écrit de « nuits », dans le style oriental64, mais bien des « journées ». Son personnage a marché dans l’obscurité du doute, dans les ténèbres de la menace démoniaque, dans l’ombre du fantastique ; il est descendu dans les entrailles de la terre, afin de ressortir toutefois à la surface, de renaître et de vivre dans le domaine de l’astre roi.

Nous descendîmes dans l’escalier tournant ; nous arrivâmes au tombeau et de là au filon qui effectivement ne contenait plus d’or. Le scheik nous pressa de remonter. Lorsque nous fûmes dehors, un bruit affreux se fit entendre. Le scheik nous dit que des mines avaient détruit toute la partie du souterrain où nous avions été.

  • 65 Ibid., p. 570-571.

Ensuite nous allâmes à la caverne où l’or avait été disposé. Les Asiatiques et les Africains emportèrent leur part. Moro se chargea de la mienne et de presque toutes les autres65.

65Jean Potocki a donc réussi dans son Manuscrit la transmutation du cuivre en or.

66Si Moussa avait trouvé richesses et sagesse (fondamentalement religieuse) au cours de son voyage à la Ville de Cuivre, Alphonse, lui, est arrivé plus loin. Il est parvenu jusqu’à la source du métal le plus noble, ou peut-être a-t-il atteint la pierre philosophale, ou une partie seulement de son secret. Car, comme le grand scheik des Gomelez le lui avait expliqué, le risque peut être néfaste lorsqu’une seule personne se trouve entièrement en possession du mystère :

Tout alla bien jusque vers le règne de Charles, empereur et roi d’Espagne. La loi musulmane, qui n’avait plus en Asie le même lustre qu’au temps des califes, gagnait du côté de l’Europe par les conquêtes des Ottomans.

  • 66 Ibid., p. 547.

À cette époque, la discorde qui brouille tout sur la terre mit aussi le désordre sous terre, c’est-à-dire dans nos souterrains. L’animosité y fut d’autant plus grande que l’espace était plus resserré. Sefi et Billah se disputèrent la place de scheik qui véritablement n’était pas à mépriser puisqu’elle donnait le droit de disposer de l’inépuisable filon. Sefi, convaincu de sa faiblesse, voulut se tourner du côté des chrétiens. Billah lui plongea son poignard dans le sein. Après quoi il songea à la sûreté publique : le secret des souterrains fut écrit sur un parchemin qui fut ensuite coupé en six bandes, perpendiculairement à l’écriture, qu’on ne put lire qu’autant que les six bandes étaient mises l’une à côté de l’autre. Chaque bande fut confiée à l’un des six chefs de famille, et sous peine de mort il lui était défendu de la communiquer aux autres66.

67Potocki lui même a bien saisi cette idée, et il semble qu’il ait voulu l’appliquer à son roman.

68Comme pour le géomètre Velasquez, pour l’auteur du Manuscrit, les chiffres font partie de la vie, et — pourquoi pas ? — du jeu littéraire. Le Manuscrit trouvé à Saragosse n’est donc pas qu’un jeu avec les mots et les références littéraires.

69Le comte polonais fragmenta son grand œuvre, comme s’il s’agissait d’une combinaison secrète, non pas en six bandes, mais en six décamérons. Ou plus exactement, en six décamérons et une journée, car le souvenir des Mille et Une Nuits ou des Cent et Une Nuits devait demeurer vivant dans ses « Soixante et Une Journées ».

  • 67 Manuscrit appartenant à M. et Mme Marek Potocki, f. de garde.

70Des calculs mathématiques, nous en trouvons également sur la feuille contenant le profil de femme de la version de 179467.

71Et au sujet du manuscrit du Cinquième Décaméron (1804), conservé à la Bibliothèque Nationale de Varsovie et composé de 10 cahiers, nous lisons ces lignes écrites au crayon, probablement par Potocki :

  • 68 Manuscrit BOZ 1047, verso de la couverture. Le numéro six est manifestement récurrent.

2x + 40 = 60 — x + 10
2x + x = 60 + 10 — 40
3x = 30
x = 30/3
x = 1068.

72De quoi s’agit-il donc ? Que voulait exprimer le comte Potocki avec cette équation où le « x » a la valeur du décaméron (x = 10) ? Les références et les allusions numériques abondent véritablement tout au long des soixante et une journées.

  • 69 L’on peut y voir la sixième carte du tarot de Marseille, l’image de l’amoureux entre deux femmes, (...)

73L’auteur voulut-il imiter le sort de ces anciens manuscrits aljamiados dont on a trouvé, çà et là, des versions partielles, fragmentaires, souvent insérées dans des miscellanées ? Le mystère demeure. Il est toujours à résoudre, ou à imaginer69.

74Il est incontestable que le nom de la ville dont le protagoniste devient gouverneur, celui des banquiers Moro (More, Maure, Arabe), chargés de conserver le manuscrit, et le destin de la copie manuscrite, jalousement préservée et vouée à être trouvée un jour par ses héritiers, nous ramènent tous, sans détour, au souvenir des anciens manuscrits aljamiados.

75Dans ce contexte, le voyage d’Alphonse, son histoire, et toutes les histoires des autres personnages, sa vision et la vision des autres font de son journal une miscellanée dialogique trouvée à Saragosse ; une miscellanée qui remplace la vision univoque de tous ces anciens manuscrits aljamiados et incarne à jamais l’entente entre les différentes philosophies, cultures et religions ; cette entente dont le manque avait causé tant de malheurs ; et que le protagoniste a enfin trouvée à la fin de son voyage.

76En effet, l’ouvrage d’Alphonse, extraordinaire portrait de l’Espagne et mosaïque de ces races et de ces cultures dont Jean Potocki rêva, ne peut plus apparaître sous le signe de la chrétienté fanatique qui expulsa les Séfarades et les Morisques, ni sous celui de l’Islam, tel qu’il se donne à voir dans les Mille et Une Nuits ou les Cent et Une Nuits. Dans le Manuscrit, l’apparition de l’Inquisition ne constitue qu’un âcre souvenir de l’histoire passée, un ingrédient parfait dans cette mystification servant à mettre à l’épreuve le jeune van Worden. Les dévots côtoient les athées ; la plupart des personnages, des anges et des démons. L’empire des grandes religions et des superstitions dominantes a disparu. La compagnie réunie dans la Sierra Morena est formée de païens, chrétiens, juifs et musulmans ; le Bohémien Pandesowna introduit à son tour une peinture variée, multiforme, du pays par le biais de ses innombrables histoires espagnoles ; peinture que le marquis de Torres Rovellas complète en y ajoutant une pittoresque évocation du Nouveau Monde.

77Enfin, peu importe que l’expérience vécue soit vraie, qu’elle ait été lue, entendue ou jouée. Alphonse, gouverneur de Saragosse, devient l’auteur de l’ouvrage polyphonique que Potocki voulut composer, le grand œuvre alchimique de la transmutation, la pierre philosophale capable de transformer le cuivre en or, les métaux vils et, pourquoi pas, les personnes ordinaires en nobles. Et afin que l’intolérance historique ne reprenne plus, Alphonse, porte le témoignage d’une autre société possible et, à la manière des Morisques, s’assure que ses descendants trouveront le manuscrit de ses journées espagnoles, un jour, à Saragosse.

Notes

1 Œuvres IV, 1, p. 572. Pour l’instant, retenons le nom de la ville dont le protagoniste (sous le nom de comte de Pennaflorida) devient gouverneur, le nom des banquiers chargés de garder son manuscrit et, enfin, le destin de la copie manuscrite, jalousement protégée et vouée à être trouvée un jour par ses héritiers. Jan Herman présente une analyse fort intéressante de la dernière phrase : « Il faut rappeler ici la dernière phrase du roman : “Je le recopiai — mon journal — de ma main et le déposai dans une cassette de fer où mes héritiers le retrouveront un jour”. Fin. Le futur simple de “retrouveront”, qui n’est nuancé d’aucun “peut-être”, confère à l’histoire du manuscrit un coefficient de nécessité : mes héritiers retrouveront nécessairement mon manuscrit ; on se fie au hasard pour qu’une telle nécessité se réalise. » (« Tout est écrit ici-bas : Le jeu du hasard et de la nécessité dans le Manuscrit trouvé à Saragosse », CAIEF, p. 140).

2 Œuvres IV, 1, p. 29.

3 « Manuscrits trouvés à Saragosse, c’est-à-dire nulle part », dans Herman, 1999, p. xxix-xxx.

4 « Saragosse ou le siège du lecteur », dans Herman, 1999, p. 255-266.

5 « Pourquoi Saragosse ? », dans Rosset et Triaire, 2000, p. 196.

6 Ibid., p. 197.

7 Dans la lettre que Jean Potocki écrivit le 6 avril 1804 à Adam-Jerzy Czartoryski (Œuvres V, p. 89) pour lui présenter son projet de création d’une Académie orientale, il proposait la participation de quatre savants orientalistes, parmi lesquels il citait Silvestre de Sacy.

8 H. Derenbourg et L. Barrau-Dihigo, « Quatre lettres de Josef Antonio Conde à Silvestre de Sacy », Revue Hispanique, t. XVIII, 1908, New York-Paris, p. 259-260.

9 A. I. Silvestre de Sacy, « Notice d’un manuscrit espagnol écrit en caractères arabes », Journal des Savans, 16 germinal an V, p. 205-206. Plus tard, Silvestre de Sacy ajouta dans sa « Notice de deux manuscrits arabico-espagnols ; No 208 de la Bibliothèque nationale, & 290 de celle de Saint-Germain-des-Prés » : « J’ai déjà donné la notice de ce dernier manuscrit dans le Journal des Savans du 16 germinal an V ; mais comme ce journal, dont la publication a été, pour la seconde fois, interrompue au bout de six mois, a été peu répandu, je ne crois pas hors de propos d’insérer de nouveau cette notice dans un recueil auquel elle appartient de droit.

Les manuscrits espagnols en caractères arabes, sont très-rares en Europe, si l’on excepte l’Espagne, où il s’en trouve un assez grand nombre, ainsi que je l’ai appris par une lettre de D. J. A. Conde, jeune littérateur attaché à la bibliothèque du roi d’Espagne, Je donnerai, dans la suite de cette notice, un extrait des renseignements contenus dans cette lettre. » (Notices et Extraits des Manuscrits de la Bibliothèque Nationale, Imprimerie de la République, Paris, an VII, t. IV, p. 626).

10 On connaît sous le nom de Morisques les musulmans d’Espagne qui embrassèrent la religion chrétienne (du moins, en apparence) afin de pouvoir rester dans le pays et d’y conserver leurs biens. L’édit de conversion signé par les rois catholiques fut promulgué dans le Royaume de Castille en 1502, et dans le royaume d’Aragon, en 1525.

11 « El término aljamiado ha acabado por especializarse para designar a un “texto morisco en romance, pero transcrito con caracteres árabes” (según la segunda acepción del DRAE, s. v. « Aljamía »), e incluso se ha aplicado a otros casos similares, por ejemplo a un “texto judeoespañol transcrito con caracteres hebreos” (tercera acepción del diccionario académico). Sin embargo, el adjetivo se refería originalmente a la lengua en la que estaba escrito el texto, no a su grafía. Esa lengua es la que los árabes andalusíes llamaban ağamiyya, propiamente ‘(lengua) extranjera’, frente a la arabiyya ‘(lengua) árabe’ ; y con ella se referían, claro está, a las diversas modalidades romances habladas por sus vecinos del norte. El caso es que cuando determinados grupos de población islámica quedaron englobados en la creciente expansión de los reinos cristianos peninsulares, tuvieron que aprender a hablar esa lengua, pero lo hicieron con algunas singularidades que ocasionaron que la variedad de romance por ellos empleada fuese designada por sus vecinos cristianos con el nombre que los propios andalusíes le daban. En consecuencia, el arabismo aljamía se especializó para denominar el tipo de romance con fuerte influencia árabe (en la pronunciación, la sintaxis y el vocabulario) utilizado por las comunidades mudéjares. Cuando éstas, en el período comprendido entre los siglos XI y XIV, perdieron en Castilla y Aragón el uso del árabe, salvo como lengua culta aprendida por unos pocos musulmanes doctos (en especial, los alfaquíes y cadíes de las aljamas moras), su vehículo normal de expresión fue la aljamía y en ella compusieron los textos a los que aquí se va a prestar atención. Tales composiciones fueron mayoritariamente escritas en caracteres arábigos, inicialmente por una cuestión práctica : los mudéjares alfabetizados lo estaban en árabe, y fue éste al que recurrieron para representar su nueva lengua de uso diario, la aljamía. Cuando más tarde se difundió entre ellos el uso del alfabeto latino, la preferencia por la grafía árabe se había establecido ya como un rasgo de su identidad cultural, aunque no pueden descartarse como factores de su pervivencia otros más prosaicos, como la inercia profesional de los escribanos, sin desdeñar el impacto puramente estético de una página escrita en caligrafía árabe, frente a la relativa torpeza con que la mayoría de los moriscos capaces de escribir utilizaba los caracteres latinos. » (Alberto Montaner Frutos, « La literatura aljamiada », Memoria de los moriscos. Escritos y relatos de una diáspora cultural, Madrid, 2010, p. 45-46).

12 De façon inexorable, environ 300 000 Morisques furent définitivement expulsés du territoire espagnol à partir de 1609, lorsque le décret de leur expulsion fut promulgué par le roi Philippe III.

13 Potocki n’oublia pas que la Tunisie avait été terre d’accueil des Morisques ; quand Alphonse demande à la belle inconnue de se présenter, Émina lui explique qu’elle et sa sœur viennent d’arriver de Tunisie : « Nous sommes établies à Tunis, mais notre famille est originaire de Grenade, et quelques-uns de nos parents sont restés en Espagne où ils professent en secret la loi de leurs pères. Il y a huit jours que nous avons quitté Tunis ; nous avons débarqué près de Malaga dans une plage déserte. » (Œuvres IV, 1, p. 39).

14 Maria José Cervera Frías l’explique comme suit : « Otro rasgo característico de la literatura aljamiada es ser fundamentalmente aragonesa, pues la mayor parte de los manuscritos de procedencia conocida son de Aragón y, aun en aquellos cuyo origen no consta, el análisis lingüístico nos remite a la misma área geográfica. El sistema de transcripción en aljamiado, que es bastante uniforme, se adapta a la fonética aragonesa ; asimismo, los aragonesismos sintácticos, morfológicos y léxicos son abundantes en estos textos, textos que están escritos en el castellano que hablaban los aragoneses en los siglos XV y XVI. » (Bibliografía y fuentes para el estudio de los moriscos aragoneses, J. M. Latorre Ciria coord., série Estudios mudéjares y moriscos, Centre de Estudios mudéjares, Teruel, 2010, p. 28).

15 L’on tient compte ici des deux langues principales dans la mise en texte de l’histoire. Mais n’oublions pas le grand nombre de langues présentes dans la mise en scène : la langue italienne, celles des Bohémiens et des Américains, le latin, l’hébreu, l’arabe, l’espagnol... ou encore l’allusion à l’euskera et le langage des chiffres.

16 Œuvres IV, 1, p. 30. Dans l’attachement du capitaine espagnol au propre texte des soixante et une journées espagnoles d’un de ses aïeux, et dans le fait de sa traduction tel qu’il nous est expliqué dans l’« Avertissement », pourrait-on voir quelque liaison entre le Manuscrit et la littérature dite aljamiada ? Pourrait-on y voir quelque connexion avec ces autres manuscrits dans l’importance que les Morisques attribuèrent aux traditions et à la transmission des récits des ancêtres (raison pour laquelle ils cachèrent leurs textes avant de quitter leurs maisons), aussi bien que dans la combinaison qu’ils firent de deux langues, à savoir, la langue parlé et l’alphabet arabe utilisé pour transcrire la première ? Connaisseur de la tradition littéraire des Morisques, dans le IXe chapitre de la première partie du Quichotte, publiée en 1605, Cervantès, devenant lui-même personnage de son propre roman, présente son ouvrage de fiction comme une traduction aljamiada lorsqu’il demande de transposer en castillan le présumé Quichotte rédigé en langue arabe : « Estando yo un día en el Alcaná de Toledo, llegó un muchacho a vender unos cartapacios y papeles viejos a un sedero ; y como yo soy aficionado a leer, aunque sean los papeles rotos de las calles, llevado desta mi natural inclinación, tomé un cartapacio de los que el muchacho vendía, y vile con carácteres que conocí ser arábigos. Y puesto que aunque los conocía no los sabía leer, anduve mirando si parecía por allí algún morisco aljamiado que los leyese. » (El Ingenioso Hidalgo Don Quijote de la Mancha, Madrid, 1982, I, p. 146).

17 L. López-Baralt, « La España invertida de la literatura aljamiado-morisca », dans J. M. Jiménez Cano, Lo apolíneo y lo báquico en las tres culturas, Murcia, 2009, p. 15.

18 Œuvres IV, 1, p. 39.

19 Ibid., p. 48.

20 Ibid., p. 62.

21 Bien que la plupart des écrits aient un caractère religieux plutôt que profane, on considère parmi les premiers principalement les textes coraniques, les traités au sujet de l’Islam et du Christianisme, les récits et les poèmes sur la vie de Mahomet, les prières, les sermons et les prophéties. Le manuscrit 774 de la BNF est une miscellanée contenant des légendes, des itinéraires de voyage, quatre prophéties sur la destruction de l’Espagne et d’autres récits morisques. À propos des prophéties, Luce López-Baralt explique : « Las profecías del ms. 774 BNF [...] predicen futuros distintos para el islam español. La primera, atribuida a Alī Ibnu Ǧābir Alfārasiyo, predice el futuro de los moriscos y la conversión al islam del rey cristiano esgrimiendo fechas crípticas. El segundo oráculo, atribuido a un “San Isidro” islamizado, augura también la victoria final morisca, tras siete eclipses de sol y un fuerte planeta en la mar. El tercer aljofor, autorizado también con la firma isidoriana, predice, sin embargo, la victoria de la cristiandad. De la mano del Encubierto, los cristianos arrasarán las ciudades de Al-Andalus, y la derrota morisca es particularmente humillante porque no se interpreta desde el punto de vista islámico, como castigo por haber olvidado su religión. El último oráculo se atribuye a Mahoma, que predice, llorando, la desolación de la Andalucía de los últimos tiempos, tierra sagrada que, como La Kaba o Jerusalén, está situada bajo el paraíso. » (« Cuatro profecías moriscas » dans Memoria de los moriscos. Escritos y relatos de una diáspora cultural, Madrid, 2010, p. 224-225).

Dans le Manuscrit trouvé à Saragosse (soixante et unième Journée), Alphonse nous annonce une fin qui ne semble point tragique, ni pour les musulmans, ni pour les chrétiens, ni pour le monde profane : le fils d’Émina reste musulman et devient dey de Tunis ; la fille de Zibeddé, chrétienne au fond du cœur, duchesse d’Oran. Alphonse van Worden, nommé comte de Pennaflorida, devient gouverneur de Saragosse. L’on est sûr que personne d’autre que lui ne gouvernera plus généreusement cette région de l’ancien al-Andalus ; l’on est sûr que, devenu membre de la société secrète des Gomelez, il sera capable de faire renaître l’esprit des temps glorieux où les gens de toute religion vivaient ensemble et en paix.

22 Edgar Weber nous présente les différentes versions du récit : « La version la plus ancienne de La Ville de Cuivre se trouve dans un manuscrit anonyme conservée à la bibliothèque d’Oxford : Ta’rîkh Ibn Habîb, daté de la fin du ixe siècle. Mûsa, le célèbre conquérant du Maghreb et de l’Espagne découvre une forteresse en cuivre. Ceux de ses hommes qui réussissent à escalader la muraille en sont renvoyés et demeurent incapables de se souvenir de ce qu’ils ont vu. Mûsa lève le camp sans avoir pu y pénétrer. Le thème de l’inviolabilité reviendra comme une donnée essentielle dans toutes les attestations antérieures à celle des Mille et Une Nuits. Là, Mûsa réussit à pénétrer dans la ville, alors que la tradition classique des géographes le fait échouer chaque fois qu’il entreprend d’y entrer.

À ce thème de l’inviolabilité, Ibn al-Faqîh (m. ap. 903) ajoute celui de la pêche des vases de Salomon. Ainsi le conte de la Ville de Cuivre se trouve-t-il en fait composé de deux récits originairement indépendants, l’un appartenant à ce que l’on pourrait appeler le cycle de Salomon cher à la tradition sémitique judéo-chrétienne, l’autre appartenant au cycle des conquêtes arabes et plus précisément des hauts faits de Mûsa Ibn Nusayr, conquérant de l’Afrique du Nord. Selon Ibn al-Faqîh, c’est Alexandre (Dhu l-Qarnayn) qui aurait fait construire la ville pour y déposer ses trésors et l’intérieur aurait été édifié avec la pierre de baht dont la propriété est d’attirer, comme l’aimant de fer, les hommes qui la regardent, après avoir provoqué chez eux un irrésistible rire.

Plus proche d’Ibn al-Faqîh dans le temps, Masºûdi (m. 956) mentionne deux fois la Ville de Cuivre dans ses célèbres murûj al-dhahab (Prairies d’or). Le premier texte situe la ville au Maghreb. “Ensuite vient le pays du Sûs al-Adna qui est distant de Kairouan d’environ 2 300 milles et d’une vingtaine de journées de marche du Sûs al-Aqsa, sur un parcours constamment fertile et cultivé ; [mais au-delà de ce dernier point] on arrive au Wâdi r-raml et au Château Noir, puis au désert de sable dans lesquels se trouve la ville connue sous le nom de Ville de cuivre et Coupoles de Plomb. C’est à cet endroit que se rendit Mûsa b. Nusayr du temps de Abd al-Malik b. Marwân et qu’il y vit toutes les merveilles dont il a donné la description dans un livre que l’on se passe de main en main. D’autres disent que [cette ville] se trouvait dans les déserts qui avoisinent l’Espagne et que l’on appelle la Grande Terre”.

Dans le second passage, Masºûdi fait allusion à un livre : akhbâr al-zamân, aujourd’hui perdu, dans lequel il aurait développé l’histoire de cette ville. Il ajoute cependant : “[il a été question...] des sept édifices de l’Espagne, de la ville d’airain (madînat al-sufr) et de la coupole de plomb qui se trouvent dans les déserts de ce pays ; [nous avons raconté les aventures] de ses anciens rois, [et dit] qu’il était impossible d’y accéder ; puis [nous avons expliqué] comment elle fut assiégée par le général d’Abd al-Malik b. Marwân, comment les Musulmans furent précipités du haut des murs, en montant à l’assaut, et comment, d’après leur propre récit, ils goûtèrent ensuite les délices de ce monde et de l’autre. [Nous avons mentionné] une autre ville entourée de remparts de cuivre et située sur la côte de l’océan indien, à l’extrémité des déserts de l’Inde ; nous avons parlé des aventures des rois de l’Inde dans cette ville, où il leur était impossible de pénétrer ; enfin des [eaux] qui sortent du Wâdi r-raml et se dirigent vers cette cité.”

Yâqût (1179-1229) dans son muºjam al-buldân attribue à Salomon la construction de la Ville de Cuivre pour y mettre des trésors, comme l’atteste également la version de Tabari. Yâqût reproduit un texte d’Ibn al-Faqîh, qui, lui-même, se retrouve chez Qazwîni. La traduction est la suivante :

“La Ville de Cuivre : on dit aussi madînat al-sufr. Son histoire est difficile à croire à cause de sa divergence avec ce qui est habituel. Je ne m’en porte pas responsable. Je n’écris que ce que j’ai trouvé dans les livres célèbres que les savants ont composés. [Quoi qu’il en soit], c’est une ville connue, aussi l’ai-je mentionnée à mon tour. Ibn al-Faqîh rapporte : Parmi les villes d’al-Andalus il y a la madînat al-sufr. Certains savants pensent qu’elle a été construite par Dhu l-Qarnayn qui y a déposé ses trésors et sa science et en [interdit] l’entrée avec des talismans (tilasm). Personne ne l’a encore découverte. Il construisit l’intérieur avec la pierre baht qui est [comme] un aimant pour les hommes. En effet, quand un homme la regarde, il ne peut plus s’empêcher de rire, ni de se jeter vers elle. Il ne peut plus s’en détacher non plus jusqu’à ce qu’il meure. [Cette ville] se situe dans les déserts (mafâwiz) d’al-Andalus. Lorsqu’Abd al-Malik Ibn Marwân en entendit parler, ainsi que de ses trésors et de la science qu’elle renfermait et [qu’il apprit] qu’à côté d’elle se trouvait un lac renfermant également d’immenses trésors, il écrivit à Mûsa Ibn Nusayr, son lieutenant au Maghreb, et lui donna l’ordre de s’y rendre et de tout faire pour y pénétrer, puis de lui faire savoir ce qu’elle renferme.” » (Edgard Weber, « La Ville de Cuivre, une ville d’Al-Andalus », Sharq Al-Andalus (études arabes), no 6, Annales de l’université d’Alicante, 1989, p. 48-49).

23 Même si cette histoire était connue, elle ne fut pas incluse dans la version des Mille et Une Nuits d’Antoine Galland. En Europe, il fallut attendre la version que Mardrus fit paraître dans sa traduction des Mille et Une Nuits (1899-1904) sous le titre de l’Histoire prodigieuse de la Ville d’Airain. Il y réunissait deux histoires qui avaient été transmises aussi séparément : l’histoire des djinns et des démons emprisonnés dans des vases depuis le règne de Salomon d’un côté ; et le conte de La Ville de Cuivre proprement dit de l’autre. Dans les manuscrits aljamiados, cette histoire est connue sous des titres différents : Recontamiento de la çibdad del aranbre (Ms. BNE 4998), La leyenda de la ciudad del cobre (Ms. BNE 5044), Leyenda de la ciudad del latón (Ms. BNE 5238), Estoria de la ciudad del allatón y de los alqanqames de Çilayman (Ms. BNE 5305) et Al adīz de madīnat al-nuāç (Ms. CSIC. J27) entre autres.

24 Voir Julia Hernández Juberías, La Penísula imaginaria : mitos y leyendas sobre al-Andalus, Madrid, 1996, p. 30.

25 E. Saavedra publia le manuscrit dans la Revista Histórica de Barcelone en février 1876. À propos de la publication dans la Revista Hispano-Americana, il expliquait : « Tanto la redacción como la copia, están hechas con más descuido de lo usual en otros códices aljamiados. He procurado remediar el primer defecto multiplicando la puntuación, pero sin alterar en nada el texto, y el segundo me ha obligado á suplir con letra cursiva las sílabas deficientes, encerrando las sobrantes entre paréntesis. En notas al pie de las páginas explico las palabras oscuras, así arábigas como del uso provincial de Aragón, donde debio el códice ser escrito, á lo que me parece. » (« La Historia de la Ciudad de Alatón », Revista Hispano-Americana, año II, tomo V, Madrid, 1882, p. 323). D’origine aragonaise, ce manuscrit, comme la plupart de ceux qui furent découverts dans la région, fut sans doute lui aussi trouvé à Saragosse.

26 La’storia de la ciudad del allaton (cast-arag. ; s. XVI), ms. Gg 196 (avant 206), f. 41-61. Cependant, cette même histoire (plus ou moins fragmentée) apparaît en aljamía dans d’autres manuscrits, en général des miscellanées. Si bien des spécialistes sont d’accord sur le fait que la plupart des manuscrits aljamiados furent trouvés dans la région de Saragosse, il est difficile de trouver des documents antérieurs au xixe siècle qui explicitent l’année où ces textes furent découverts. Les études se sont essentiellement attachées à déterminer la date de composition des textes. Voici les manuscrits connus à ce jour qui contiennent des versions de cette même histoire :

— Le ms. 5238 de la BNM contient plusieurs documents en aljamía, arabe et castillan. « La Leyenda de la Ciudad del Latón » n’y prend que la première page.

— Le ms. LVII de la Bibliothèque de la Junta (Saragosse), f 112v : « El recontamiento de la çibdad del arambre declarado en achamí » in Hadices. Le terme castillan hadiz (hadith en français), d’origine arabe, désignait au début une communication orale du prophète Mahomet, et par extension un recueil sur les actes et paroles du prophète et de ses compagnons servant d’instruction religieuse à la communauté musulmane.

— Le ms. J-100 de la même bibliothèque. Il s’agit de quelques feuilles volantes provenant de manuscrits différents. Deux feuilles sont un fragment du hadith de « La ciudad de latón ».

Alors que pour la plupart des manuscrits ci-dessus, nous ne savons pas quand ils furent découverts, pour les deux manuscrits suivants, l’on sait qu’ils furent trouvés plus récemment, lors du dernier quart du xxe siècle : le Manuscrito aljamiado de Urrea de Jalón (Urrea de Jalón, Saragosse, 1984) contenant l’« Alhadith de la ciudad de latón » (f. 147-167) ; et le MS 8 (Calanda, Teruel, 1988) du Fondo Documental de las Cortes de Aragón qui présente « La storya de la çibdat de cobre » (f. 73v-123). Voir Relación de manuscritos aljamiados conocidos. Compilación V. Barletta. Addenda B. Ruiz-Bejarano, Valencia, mayo 2011.

27 « De Las mil y una noches sólo un cuento figura hasta ahora en las colecciones moriscas, y éste seguramente no procede de aquella colección, sino de fuentes mucho más antiguas, puesto que conserva más puro el rastro de las tradiciones fabulosas relativas a la pérdida de España. Refiérome a la Estoria de la ciudad de Alatón y de los alcancames, o vasijas, en que Sulaymén (Salomón) tenía encerrados los diablos. Las maravillas de esta encantada ciudad, de latón o azófar, a cuyos habitantes encontró Muza como aletargados o sorprendidos por repentina muerte, colócalas todavía el narrador aljamiado en España, al paso que el compilador de Las mil y una noches las lleva al centro de África. » (Orígenes de la novela. Influencia oriental : libros de caballería, E. Sánchez Reyes éd. [à partir de l’Edición nacional de las obras completas de Menéndez Pelayo, Madrid, 1943, vol. 13], Alicante, 2008, p. 60).

28 E. Saavedra, art. cit., p. 321-322.

29 Les Cent et Une Nuits, présentées et traduites de l’arabe par M. Gaudefroy-Demombynes, Paris, 1998.

30 Il faut remarquer que, ni dans la version aljamiada de la Ville de Cuivre fournie en castillan par Saavedra y Moragas, ni dans celle publiée dans les Cent et Une Nuits, il n’y a de voyageurs qui mangent assis à une grande table. Le cas d’Alphonse sera différent car, arrivé dans la venta Quemada, il sera invité à dîner avec deux séduisantes morisques. Sur la route vers la Ville de Cuivre des Cent et Une Nuits, les voyageurs « virent briller une ville, dont la blancheur éclatait entre les collines comme la pleine lune au milieu du ciel. On eût dit des constructions de fer en voyant ces édifices bâtis en pierre dure, que maintenaient des piliers de fer recouverts de plomb. Les créneaux étaient dorés, avec des incrustations de perles et de rubis ; des tours en fer, recouvertes de faïence, s’élevaient » (p. 238). Ils y trouvent un château dans lequel ils lisent plusieurs inscriptions qui leur rappellent l’inconsistance de la vie et de ses plaisirs, et l’inexorabilité de la mort. Dans l’une des chambres du château, l’émir Moussa trouve une table de marbre jaune supportée par des piliers de verte émeraude, mais ils ne s’y arrêtent que pour lire les mots en lettres d’or jaune qui leur rappellent que tous les souverains qui mangèrent sur cette table habitent à présent la poussière de la tombe. À propos de la grande table et de la Ville de Cuivre, Jon Juaristi déclarait en 2006 à Radio Sefarad : « En el siglo IX estas leyendas fueron recogidas por los cronistas andalusíes, y se convirtieron en tópicos historiográficos. Los más resistentes de estos temas fueron el de la Ciudad de Cobre, bronce o latón (según las distintas versiones), el del Palacio Encantado o Casa de Hércules, y la mesa del Rey Salomón. Los tres estuvieron relacionados entre sí y se articularon en relación con leyendas épicas de los dos héroes islámicos de la conquista de la Península Ibérica : Tariq ben Ziyad y Musa ben Nusayr, este último, envidioso de su liberto Tariq, pasó a España para llevarse la fama de la conquista y en este tema entra en juego la mesa de Salomón, como reivindicación de Tariq (bereber) frente a la casta minoritaria y dominadora árabe de Musa. Musa a instancias del califa dirigió una expedicción al extremo occidente en busca de los cántaros de cobre en que Salomón había enterrado a los “genios” de la mitología islámica. En un castillo abandonado encuentra una mesa de valor y una ciudad de cobre donde sus habitantes yacen muertos, es un viaje místico. Y es una alegoría de la conquista de España, la Ciudad de Cobre es España, el cobre corresponde al planeta Venus en la alquimia árabe. » (

http://argantonios.blogspot.com/2006/12/conferencia-sobre-la-leyenda-de-la.html).

31 Memoria de los moriscos. Escritos y relatos de una diáspora cultural, Madrid, 2010, p. 214. Ce livre recueille le contenu de l’exposition que la Bibliothèque Nationale de Madrid organisa en juin-septembre 2010, à l’occasion du IVcentenaire de l’expulsion des Morisques par Philippe III.

32 J. Hernández Juberías, op. cit., p. 36-37.

33 Malgré les recherches que j’ai entreprises dans le but de confirmer l’existence d’un manuscrit aljamiado de ladite Histoire de la Ville de Cuivre, retrouvé à Saragosse avant 1804 et dont Jean Potocki eût pu au moins entendre parler, je n’ai pas encore réussi à en révéler l’évidence. Ayant consulté le professeur de l’université de Saragosse, Alberto Montaner Frutos, à ce propos, il m’expliqua que bien qu’il ne connaisse pas de version aljamiada des Mille et Une Nuits, déjà au Moyen-Âge, certains récits du recueil avaient été traduits en castillan grâce à Alphonse X le Sage et son École de Traducteurs de Tolède. Pour ce qui est des versions aljamiadas, elles datent des xve et xvie siècles, mais tous ces manuscrits furent cachés à l’occasion de l’expulsion des Morisques en 1609-1610. Depuis lors, les trouvailles n’ont pas cessé ; de nos jours, de temps à autre, de nouveaux manuscrits sont encore trouvés. Pour les chercheurs dix-huitiémistes, le problème est qu’au xviiie siècle, ces trouvailles aljamiadas eurent peu de retentissement culturel. À Madrid, Miguel Casiri, savant orientaliste né à Tripoli, fut attaché à la Bibliothèque Royale dès 1748, et s’occupa de celle de l’Escurial dès 1763, où il rédigea le catalogue de tous les manuscrits arabes en deux volumes sous le titre Bibliotheca arabico-hispana Escurialensis (1760-1770). Cependant, ce n’est pas la date et le lieu de la trouvaille qui ont intéressé les spécialistes, mais la date et le lieu où les textes furent écrits. Aussi, puisque les bases actuelles des études sur la littérature aljamiada furent établies par les savants Gayangos et Saavedra au xixe siècle, il existe peu de renseignements sur les manuscrits parus antérieurement à ce siècle.

34 « À la vérité, quelques auberges isolées se trouvaient éparses sur cette route désastreuse, mais des revenants plus diables que les cabaretiers eux-mêmes avaient forcé ceux-ci à leur céder la place et se retirer en des pays où leur repos ne fût plus troublé que par les reproches de leur conscience, sortes de fantômes avec qui les aubergistes ont des accommodements. Celui de l’hôtellerie d’Andujar attestait saint Jacques de Compostelle de la vérité de ces récits merveilleux. Enfin il ajoutait que les archers de la sainte Hermandad avaient refusé de se charger d’aucune expédition pour la Sierra Morena, et que les voyageurs prenaient la route de Jaen ou celle de l’Estrémadure. » (Œuvres IV, 1, p. 31-32).

35 Ibid.

36 Les Cent et Une Nuits, p. 234. Pour établir la comparaison entre les deux textes, dorénavant je me rapporterai à la version des Cent et Une Nuits, donnée par M. Gaudefroy-Demombynes, éd. cit.

37 Identifié comme Merwan I ou Merwan II dans l’édition de 1810 du Manuscrit (Œuvres IV, 1, p. 544, note), il est possible que littérairement il s’agisse du même personnage. Dans le texte aljamiado de l’Historia de la ciudad de alatón, il apparaît sous le nom d’Abdo elmálique fijo de Maruán, c’est-à-dire Abd al-Malik Ibn Marwân (ou Abd Al-Malik, ou Abū Al-Walīd). Aussi, outre le nom de l’ancien calife de Damas présent dans les deux récits, pourrait-on reconnaître dans le nom de Massoud quelque écho de celui de Moussa ?

38 Malgré la note de la p. 544, cette allusion à Bagdad, plutôt qu’une erreur de l’auteur, n’aurait-elle pas la fonction de nous rapporter au récit de l’Histoire de trois calenders fils de rois et de cinq dames de Bagdad, traduit par Galland, et inclus dans son recueil des Mille et Une Nuits ? Car dans cette histoire apparaissent, parmi d’autres, deux sœurs appelées Amine et Zobéide, dont les noms peuvent facilement être reconnus comme ceux des charmantes cousines d’Alphonse, elles aussi protagonistes, mais du Manuscrit.

39 Après avoir essayé à plusieurs reprises, et toujours sans succès, d’entrer dans la Ville de Cuivre, « le cheikh s’avança le long de la muraille de la ville, en répétant le nom d’Allah. Il arriva ainsi devant deux tours de cuivre fermées par deux portes d’or, où se dressait un cavalier de cuivre ; dans sa main ouverte étaient tracés ces mots, que le cheikh lut sans peine : “Quatre doigts de la main droite te feront connaître la porte.” Le cheikh suivit cette indication, et ouvrant la porte, il descendit un escalier qui le conduisit à une sorte de corps de garde rempli de morts. Aux murs étaient pendus des boucliers, des coutelas, des sabres nus ; et la porte était barrée par une tige de fer, que fermait une serrure. Le cheikh pensa aussitôt que la clé devait se trouver sur l’un des cadavres qui jonchaient le sol. Il distingua bientôt parmi eux un homme d’un certain âge, où il crut deviner le portier. En effet, en soulevant les vêtements qui couvraient le cadavre, la première chose qu’il vit fut une clé, pendue à sa ceinture. Il la prit et la tournant dans la serrure, il poussa la porte de la ville, qui s’ouvrit en faisant un bruit semblable à celui du tonnerre éclatant. » (Les Cent et Une Nuits, p. 253-254).

Moussa comme Massoud : tous les deux doivent faire face à la peur. Également ils lisent une inscription et descendent un escalier au bout duquel chacun obtient sa récompense : la clé permettant l’accès à la Ville de Cuivre pour le premier, ou l’entrée aux grottes d’or du Cassar Gomelez pour le second.

40 Les Cent et Une Nuits, p. 237.

41 Œuvres IV, 1, p. 34.

42 Les Cent et Une Nuits, p. 238.

43 Œuvres IV, 1, p. 36.

44 Alors que l’Histoire de la Ville de Cuivre n’offre qu’une seule interprétation, le Manuscrit fait voyager son protagoniste — et avec lui le lecteur — dans le doute par le jeu du double, de la répétition, du contraste et du miroir.

45 Œuvres IV, 1, p. 36.

46 « Apprends, Seigneur, ajouta le cheikh, que mon père m’a conté ceci qu’il tenait de son père : le grand-père de ce dernier, qui faisait profession de guider les caravanes, accomplit une fois le voyage que nous venons de faire, s’égara aux lieux où nous nous perdîmes, et arriva comme nous au château devant lequel nous sommes aujourd’hui. Il racontait que d’ici à la Ville de Cuivre, il y a cinq mois de marche, puis un mois encore pour atteindre le but de notre voyage. » (p. 239) Le scheik Abd eç Çamed avait entendu en parler au grand-père de son grand-père. Alphonse, arrivé le lendemain chez l’ermite, entendra raconter au démoniaque Pascheco une histoire semblable à l’expérience vécue la nuit dans la venta Quemada et son réveil sous la potence des deux pendus.

47 Les Cent et Une Nuits, p. 243.

48 Ibid., p. 255.

49 Ibid., p. 240.

50 « Dans la conception populaire, la tombe symbolise le début du compte à rebours qui doit mener le croyant de sa vie terrestre au lieu où il est jugé. » (Malek Chebel, Dictionnaire des symboles musulmans. Rites, mystique et civilisation, Paris, 1995, p. 423).

51 Les Cent et Une Nuits, p. 241.

52 Œuvres IV, 1, p. 38. La belle musulmane lui parle en aljamía (العجميّه, al-’ajamiyya), à savoir en langue « étrangère ».

53 Ibid., p. 47.

54 Les Cent et Une Nuits, p. 244.

55 Œuvres IV, 1, p. 52.

56 Le djinn, au service d’un roi des îles de la mer appelé El’Aziz ben Marra, s’occupait d’animer une immense idole en cornaline dont ils étaient adorateurs. Il se cachait à l’intérieur de l’idole, la faisait parler par sa voix et conseillait le roi qui tenait ses messages pour un oracle. Le djinn devint ainsi responsable des malheurs du royaume lorsqu’il encouragea le roi à se battre contre le roi Salomon et ses armées de serpents, d’oiseaux, d’animaux terrestres et de djinns soumis, plutôt que de se plier à sa volonté. En effet, Salomon avait demandé au roi El’Aziz ben Marra et de lui donner sa belle fille en mariage et d’abandonner l’adoration des idoles pour embrasser l’Islam : « Je te somme de revenir à notre foi, et de faire ce que je t’ai ordonné, c’est-à-dire de prononcer les mots : Il n’y a de dieu qu’Allah, et Salomon est le prophète d’Allah ! » (Les Cent et Une Nuits, p. 246).

57 Œuvres IV, 1, p. 56.

58 Ibid., p. 57-58. Même si tous les deux deviennent la proie d’une horrible attaque, à la différence de Pascheco, qui n’essaya pas de se défendre, mais d’échapper aux pendus, le djinn raconte comment il prit part à la bataille contre les armées de Salomon : « Quand les deux armées furent en présence, le roi me donna l’ordre d’aller provoquer l’ennemi en combat singulier. En me voyant approcher, Salomon (le salut soit sur lui !) fit avancer contre moi un éfrit de la tribu des djinns soumis, nommé Damriat. Il marcha sur moi, pareil à une immense montagne, en poussant un cri épouvantable et en lançant des étincelles. Je m’élançai à mon tour contre lui, et nous luttâmes quelque temps avec acharnement. Tout à coup, il poussa un cri terrible, qui me sembla près de faire crouler le ciel sur la terre, et me portant un coup terrible, il me terrassa. Je réussis d’abord à lui échapper ; mais en me voyant fuir, nos troupes tournèrent le dos, et nous devînmes leur victime et une proie pour leur férocité.

Mon ennemi, après m’avoir vaincu, s’acharna à ma poursuite, me fit prisonnier et m’amena devant Salomon. J’eus beu me faire petit, humble ; il ordonna de me mettre en prison, et c’est ici que je suis resté enfermé depuis ces temps lointains. » (Les Cent et Une Nuits, p. 246-247).

59 Comme celle de Blaz Hervas et don Belial, d’autres histoires, lues ou narrées, rappellent au jeune protagoniste comme au lecteur le pouvoir du Malin. Dans la bibliothèque du château des cabalistes, Alphonse trouve « sur la table un gros volume écrit en caractères gothiques dont le titre était Relations curieuses de Hapelius. Ce volume était ouvert à dessein sur le commencement d’un chapitre » où il lit l’Histoire de Thibaud de La Jacquière, un jeune libertin qui, se croyant dans les bras de la jeune Orlandine, « sentit comme des griffes qui s’enfonçaient dans son dos », les griffes de Belzébuth (p. 126-133). Dans une autre histoire rapportée par Pandesowna, le jeune Giulio Romati connaît dans le château de la princesse de Mont-Salerne, non pas le Paradis, mais l’Enfer (p. 164-165).

60 « Étrange attitude que celle des forgerons touaregs qui protègent les mauvaises influences du fer en incrustant du cuivre ou du laiton au bas des enclumes, sur les lances, les poignards, les cadenas et les outils. Dans la mesure où il “neutralise” le fer, le cuivre est un métal bénéfique. “Le cuivre dispose également d’un pouvoir curatif et prophylactique : il évite ou aide à guérir les blessures”, note Jean Gabus (SAS, p. 45). Le cuivre, qui fait partie de l’imaginaire symbolique des métaux nobles — sans toutefois égaler l’or —, intéresse tout particulièrement les dinandiers qui le travaillent quotidiennement. » (Malek Chebel, op. cit., p. 128-129).

61 Œuvres IV, 1, p. 542. Dès leur première rencontre, Émina et Zibeddé avaient parlé à Alphonse de Massoud : « Massoud prit le titre de scheik et fit bâtir un château très fort qu’il appela Cassar-Gomelez. Plutôt juge que souverain de la tribu, Massoud était en tout temps accessible et s’en faisait un devoir, mais au dernier vendredi de chaque lune, il prenait congé de sa famille, s’enfermait dans un souterrain du château et y restait jusqu’au vendredi suivant. » (p. 45-46).

62 Si nous jouons à la manière de Potocki, nous pouvons réduire le nombre ordinal 53 (5 + 3 =) à 8, symbole de la perfection chez les Grecs, de la régénération des âmes chez les premiers chrétiens, mais aussi de la transmutation alchimique, de l’évolution en termes généraux.

63 Ibid., p. 540-541.

64 Rappelons l’influence des Mille et Une Nuits dans la littérature de l’époque, et même celle des Cent et Une Nuits que je présume dans la présente analyse.

65 Ibid., p. 570-571.

66 Ibid., p. 547.

67 Manuscrit appartenant à M. et Mme Marek Potocki, f. de garde.

68 Manuscrit BOZ 1047, verso de la couverture. Le numéro six est manifestement récurrent.

69 L’on peut y voir la sixième carte du tarot de Marseille, l’image de l’amoureux entre deux femmes, celle du jeune Alphonse entre Émina et Zibeddé, ou celle de l’initié toujours obligé à prendre une décision, à choisir entre deux chemins.

Auteur

Université du Pays Basque ‒ Euskal Herriko Unibertsitatea

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search