Version classiqueVersion mobile

Jean Potocki : le travail du temps

 | 
François Rosset
, 
Dominique Triaire

Partie III — Le Manuscrit trouvé à Saragosse

Le Manuscrit trouvé à Saragosse ou l’autre Espagne du roman noir français au tournant des Lumières

Juan Carlos Rodriguez Rendon

Texte intégral

1 Quelques aspects du roman noir français au tournant des Lumières

1.1 Adaptation et transformations du roman gothique anglais en France

  • 1 Simone Bernard-Griffiths et Jean Sgard éd., Mélodrames et romans noirs : 1750-1890, Toulouse, 2000 (...)
  • 2 Max Milner insiste dès les années 1960 sur l’importance de l’atmosphère pour la constitution du ro (...)
  • 3 T. Todorov, Introduction à la littérature fantastique, Paris, 1976, p. 29.
  • 4 F. Lotterie, « Nommer les frontières, gommer les Lumières ? Retour sur “l’âge classique” et le “mo (...)
  • 5 A. Le Brun, Si rien avait une forme, ce serait cela, Paris, 2010, p. 59.

1Le roman noir a récemment été défini par la critique universitaire comme « un mode de récit qui développe des impressions d’angoisse ou d’horreur, dans un décor inquiétant de cloîtres, de souterrains, de labyrinthes, de cachots1 ». L’angoisse et l’horreur des personnages sont renforcées par l’hostilité du décor dans lequel se développe l’intrigue2. Les principes d’identité et de réalité y sont fortement ébranlés. En effet, le décor « convenu » du roman noir place les personnages dans une zone d’incertitude qui entraîne le fantastique. Les héros et héroïnes de ce genre romanesque sont confrontés à l’indéterminé lorsqu’ils s’exposent à l’hostilité de différents loci horribiles matérialisés par des cachots, des souterrains ou des grottes. Ils y subissent, selon Tzvetan Todorov, cette hésitation « éprouvée par un être qui ne connaît que les lois naturelles, face à un événement en apparence surnaturel3 » qui fonde le fantastique. Bien que la tradition du roman noir français plonge ses racines jusqu’à la Renaissance, au moment de l’adaptation des nouvelles de Bandello en France par Pierre de Boaistuau et François de Belleforest (1559-1582), il connaît une vogue importante pendant et après la Révolution, dans une période riche en changements politiques et sociaux. Dans ce contexte de transformations souvent violentes, le genre noir fascine un nouveau public toujours bouleversé par l’expérience révolutionnaire, expérience « d’étrangement du sujet dans un monde méconnaissable4 » d’après la formule de Florence Lotterie. Tout se passe comme si le genre offrait à son lectorat une sorte d’exutoire aux événements historiques qui avaient complètement brouillé ses anciens repères. Placé dans une large perspective historique, le roman noir participe, selon Annie Le Brun, d’un mouvement de la sensibilité que l’on peut situer entre la laïcisation du mal et la découverte de l’inconscient5. Mais si les auteurs de romans noirs se complaisent parfois dans les descriptions de supplices, de machinations et de ruses, ils imposent à leurs intrigues un double éloignement dans le temps et dans l’espace. La plupart de ces récits ont pour cadre historique des époques reculées et pour cadre géographique les pays méditerranéens, quand ce n’est pas l’Orient. L’Espagne est le lieu de prédilection des intrigues surnaturelles depuis la Relation du voyage d’Espagne (1691) de Madame d’Aulnoy. Les romanciers du noir du tournant des Lumières exploitent ce décor de manière paroxystique. Nous proposons quelques éléments d’analyse qui tendent à montrer comment Potocki bouleverse la représentation de l’Espagne dans la tradition du roman noir.

  • 6 Il est important de souligner que c’est par l’intermédiaire des traductions et adaptations françai (...)
  • 7 A. Radcliffe, The Romance of the Forest ; La forêt, ou L’abbaye de Saint-Clair, première traductio (...)
  • 8 M. G. Lewis, Le Moine, Paris, Maradan, an V-1797 ; cette première traduction est attribuée à Jacqu (...)

2La vague de romans gothiques anglais qui déferle sur la France sous la Convention et le Directoire confirme le succès du genre et en assure la diffusion au niveau européen6. Toutefois, au moment où s’affirme la faveur de l’école de Radcliffe et Lewis sur le continent, le goût français réactualise son attachement pour le macabre — cher à une certaine tradition romanesque méditerranéenne — qui conduit des Novelliere de Bandello ou des Novelas amorosas de Jose Camerino, jusqu’au roman sentimental de Loaisel de Tréogate. A contrario, c’est même la prégnance de certains motifs de cette littérature de la contre-réforme dans les genres narratifs français du xviiie siècle qui inspire les romanciers du gothique anglais. Ann Radcliffe puise l’intrigue de son premier grand succès, Les Mystères de la Forêt7 (1791), dans les Causes célèbres et intéressantes (1734) de Gayot de Pitaval. Quant à Lewis, l’atmosphère anticléricale du Moine8 (1796) lui aurait été inspirée, lors de son séjour parisien de 1791, par les représentations de deux drames : Camille ou le souterrain (1791) de Jean Marsollier et Les Victimes Cloîtrées (1791) de Boutet de Monvel. Évidemment les romans noirs de cette fin de siècle ne se contentent pas de copier des modèles. Ils recyclent une longue tradition démonologique à une époque où a lieu un transfert du sacré du religieux vers le politique. Le traitement de ces motifs baroques varie en fonction de la tradition romanesque dans laquelle s’inscrit chaque roman. Ainsi, l’anticléricalisme du roman gothique anglais est étroitement lié à une forme de propagande protestante, alors qu’en France il accompagne souvent le processus de déchristianisation qui a cours pendant et après la Révolution. Dans ce contexte, le traitement des thèmes et éléments du décor du roman noir — qui relèverait à première vue du simple lieu commun dans un genre étriqué — en dit long sur les conditions matérielles d’élaboration de chaque roman.

  • 9 A. Rivara, La traduction des langues modernes au xviiie siècle, Paris, 2002, p. 9.
  • 10 A. Radcliffe, L’Italien, ou Le confessional des pénitens noirs, trad. André Morellet, Paris, Marad (...)

3La traduction en français des principaux titres du roman gothique anglais, ainsi que de leurs nombreuses imitations, parues entre 1791 et 1823, marque le point culminant de la vogue du roman noir en France. Aussi le roman gothique se transforme-t-il au contact de la langue française. Les pratiques de traduction des langues modernes au tournant du siècle éclairent les différents enjeux de cette adaptation. Le statut de la traduction littéraire subit alors un bouleversement important. Les traducteurs de romans de cette époque-charnière n’obéissent pas encore à l’impératif de fidélité — qui est celui de notre époque — mais les habitudes classiques des belles infidèles ne sont plus d’actualité. Les références aux mœurs et à la vie sociale sont adaptées en fonction des canons français9 ; le respect des bienséances impose encore la réduction des allusions à la nourriture ; la gestuelle des personnages est, encore en grande partie, régie par le système de Le Brun qui date de l’âge baroque. L’abonné d’un cabinet de lecture qui découvre, sous le Directoire, une traduction de Radcliffe par André Morellet ou par Marie-Françoise Gay10 accède à un univers fictionnel qui a été doublement transformé en vue de sa réception. Ces traductions déconstruisent et reconstruisent l’intertextualité de ces œuvres, d’après la formule d’Annie Rivara.

  • 11 Jean-Claude Courbin, « Les éditions Maradan du Moine de Matthew Gregory Lewis », Bulletin du bibli (...)
  • 12 Voir Sade, Œuvres, M. Delon éd., Paris, 1990, t. I, p. 1201.
  • 13 Mona Ozouf, La fête révolutionnaire, Paris, 1976, p. 457.

4Le cas du Moine de Lewis est emblématique. Le roman connaît quatre éditions chez Maradan11. Il est également publié chez Favre sous un titre plus francisé : Le Jacobin espagnol ou Histoire du moine, Ambrosio et de la belle Antonia sa sœur. Ce dernier choix des éditeurs, reproduisant le nom des deux personnages principaux et indiquant le lieu de l’action par l’origine espagnole d’un des personnages, ainsi que leur parenté, reflète la volonté d’adapter le texte au goût français. En effet, les titres de romans composés d’un prénom masculin et d’un prénom féminin sont très à la mode dans cette fin de siècle, depuis la parution de Paul et Virginie en 178812. Après l’institution des fêtes révolutionnaires, l’imitation des modèles de l’antiquité gréco-latine dans la France révolutionnée répond à l’impératif d’abandon du passé immédiatement antérieur — l’Ancien Régime — pour renouer avec une Antiquité utopisée sur le plan littéraire, mais aussi sur les plans de « l’architecture, la peinture et l’ameublement13 ». C’est dans ce contexte d’ouverture à d’autres modes d’écriture que Potocki rédige son Manuscrit trouvé à Saragosse qui, sur bien des aspects, se démarque de l’abondante production de romans noirs qui lui est contemporaine.

1.2 Quelques singularités du roman noir français

  • 14 Rosa de Diego et Lydia Vázquez éd., De lo grotesco, Vitoria-Gasteiz, 1996.
  • 15 Robert-Martin Lesuire, Charmansage, ou Mémoires d’un jeune citoyen faisant l’éducation d’un ci-dev (...)
  • 16 Ibid., p. 99.
  • 17 Ibid., p. 100.
  • 18 J. Fabre oppose le paroxysme du roman de Lewis et de Maturin à la distance qui écarte l’auteur et (...)

5L’avatar français du roman noir comporte plusieurs particularités. La part de l’ironie y est plus accentuée que dans ses équivalents anglais. La faveur connue par le roman picaresque au cours du xviiie siècle en France — représentée principalement par Lesage et Du Laurens — impose des thèmes et des procédés narratifs propres à ce genre en accentuant son aspect grotesque. Certains romans qui évoquent l’Espagne sous la Révolution foisonnent de scènes où le comique côtoie le macabre14. Le héros de Charmasange15 de Lesuire assiste, lors de son arrivée à Barcelone, à une situation équivoque. Durant une procession il observe un pénitent « qui a les bras étendus attachés à une Croix un peu moins haute que lui, afin qu’il pût marcher16 ». Il lui vient une soudaine envie d’uriner, mais se trouvant dans l’impossibilité de se servir de ses mains, il se retire dans une rue où il prie une passante dévote « de lui rendre le service dont il avait besoin pour se soulager17 ». Les suites naturelles de la scène suscitent l’indignation des personnes âgées et les éclats de rire des jeunes. Le ton du Manuscrit trouvé à Saragosse est moins mordant, mais le roman regorge de scènes ambiguës. Il s’inscrit donc, par cette présence de l’ironie18, dans le versant français du genre noir. L’être de raison inventé par Frasqueta Salero pour se libérer de Cornadez, dans la trente-cinquième Journée de la version de 1804, rappelle d’autres « mystifications » de l’époque :

Le lendemain au soir, mon mari passant par une chambre qui n’était que faiblement éclairée par les rayons de la lune, crut voir dans un coin une tête d’homme dans un bassin : il en sortit rempli d’effroi et me dit ce qui l’avait causé. J’y allai et je ne vis que sa tête à perruque que par hasard on avait mise dans son plat à barbe. Comme je ne voulais point le contredire et que je voulais même entretenir ses terreurs, je fis des cris affreux et je l’assurai que j’avais vu la même tête sanglante et menaçante.

  • 19 Œuvres IV, 2, p. 369.

Depuis lors, la même apparut à presque tous les gens de la maison, et mon mari s’en affecta au point de faire craindre pour sa raison. Cependant je n’ai pas besoin de vous dire que toutes ces apparitions étaient de mon invention. Le comte de Penna Flor était, comme l’on dit, un être de raison imaginé seulement pour inquiéter Cornadez et lui faire perdre son air satisfait19.

  • 20 Sade, Contes étranges, M. Delon éd., Paris, 2014, p. 150-232.
  • 21 Ibid., p. 158.
  • 22 Œuvres IV, 2, p. 365.

6Parmi les plus emblématiques de cette période, nous trouvons celle du Président mystifié20 de Sade où des « esprits physiques » étrillent vigoureusement le cupide Fontanis sur un banc étroit, au château d’Olincourt près de Melun. Dans les deux cas, le surnaturel est parodié en vue de transmettre une leçon morale. De même dans les deux œuvres, une jeune et belle femme — Frasqueta Salero chez Potocki, Mlle de Téroze chez Sade — cherche à se débarrasser d’un vieux barbon dont la laideur au physique et au moral tranche nettement avec leur beauté. M. de Fontanis est un « assemblage un peu grotesque de physique ostrogoth et de morale justinienne21 » alors que le seigneur Cornadez est « un gros monsieur dont l’humeur [paraît] parfaitement calme et tranquille22 ». Au terme de chaque épisode, la raison de M. de Fontanis et celle de Cornadez sont fortement ébranlées.

  • 23 Mercedes Boixareu Vilaplana, « Rachel, La Juive de Tolède (Cazotte) et Gonzalve de Cordoue (Floria (...)

7Le décor espagnol devient une constante dans le roman noir de la fin du xviiie siècle après les récits de Cazotte. Dans Rachel ou la belle Juive (1788) le traitement de la matière espagnole se transforme en s’éloignant des images des récits de voyages des xviie et xviiie siècles23. Les choix historiques ou géographiques doivent être désormais justifiés. Potocki avance dans ce sens en proposant une représentation de l’Espagne qui n’obéit plus exclusivement à une tradition livresque, mais qui s’appuie dans une mesure importante sur son expérience de voyageur.

2 Le Manuscrit trouvé à Saragosse face au roman noir français

2.1 Un traitement différent de la matière historique

  • 24 Sade, Lettres choisies, Gilbert Lely éd., Paris, 1963, p. 28.
  • 25 Id., Lettres et mélanges littéraires, Georges Daumas et Gilbert Lely éd., Paris, 1980, t. I, p. 10 (...)
  • 26 D. Triaire, « Pérégrinations espagnoles », dans Miodońska-Joucaviel, p. 32.

8La tentation de rendre une image vraisemblable de la vie espagnole de la fin du xviiie siècle s’était déjà insinuée dans Aline et Valcour (1795) de Sade. Le projet abandonné par l’écrivain d’un séjour en Espagne au début de l’année 177724, ainsi que ses pressantes instances épistolaires auprès de son épouse Renée-Pélagie pour obtenir des informations précises sur Madrid et Lisbonne en 178625, attestent l’intention du marquis d’ajuster la couleur locale de son roman à la réalité. Toutefois et malgré ses intentions, dans le « roman philosophique », la fiction conserve son indépendance absolue à l’égard de l’histoire. Il en va autrement chez Potocki : le lecteur est d’autant plus sensible à l’image fantastique de l’Espagne qu’elle est émaillée d’allusions à des personnages de l’histoire espagnole récente. L’effet d’ancrage du récit dans l’histoire est renforcé par des clins d’œil à l’expérience personnelle de l’écrivain dans la péninsule ibérique. L’expérience des séjours espagnols de Jean Potocki éclaire le choix de certains personnages et motifs romanesques. Le télescopage de la fiction et de la réalité s’avère d’une grande utilité pour mieux cerner le travail de déformation du « réel en matériau littéraire26 » dans le Manuscrit trouvé à Saragosse. Il faut pour cela distinguer le temps de la fiction du temps de l’écriture du roman. Le temps des récits espagnols se circonscrit aux règnes de Charles II (1677-1700) et de Philippe V (1700-1746). Le temps de l’écriture nous est indiqué par différents documents historiques relatifs aux séjours de Potocki en Espagne ou à sa connaissance de l’actualité espagnole de son vivant.

2.2 L’Espagne du xviiie siècle dans le Manuscrit trouvé à Saragosse

  • 27 Dans la version de 1804, elle est désignée comme « princesse des Asturies » (Œuvres IV, 2, p. 161)
  • 28 Œuvres IV, 1, p. 198.

9Le souci d’ancrer la fiction dans le temps historique est beaucoup plus important dans la version définitive du roman. Alors que dans la version de 1804, les personnages historiques sont à peine désignés par leurs titres nobiliaires, dans la dernière, ils sont identifiés et nommés. Nous citerons en guise d’exemple l’Histoire de Marie de Torres qui contient, dans la version définitive, deux allusions à des personnages historiques, absentes de la première version. Le fougueux Rovellas, ayant grandi dans le Nouveau Monde et peu fait aux usages de la métropole, participe à une pareja, une sorte de carrousel, à son retour du Mexique. Il y arbore le chiffre de Marie-Thérèse d’Autriche27 (1638-1683), ce qui déplaît fortement à la princesse. Il est tout de suite envoyé à la Tour de Ségovie. Dans la même histoire, quelques années plus tard, Penna Velez, rentré du Mexique lui aussi, est empêché par un ordre de Charles II de s’approcher de Madrid : « les ordres suprêmes de Sa Majesté don Carlos II me prescrivent de ne point me rapprocher de Madrid de plus de cinquante lieues28. » Le dernier Habsbourg d’Espagne, qui était désigné comme Sa Majesté dans la version de 1804, est ici nommément désigné. Contrairement à ces deux personnages, le roi Philippe V est nommé à plusieurs reprises dans les deux versions. Mais alors que la volonté de fournir un cadre historique précis au roman s’accentue avec le temps, Potocki semble nuancer les détails macabres de la version de 1804. Dans cette dernière, l’Histoire de Pascheco contient une représentation du diable absente de la version définitive. Après avoir été poussé par un bouc dans le souterrain où il retrouve Alphonse, il a une vision diabolique :

enfin une cloche sonna minuit et bientôt après, je vis entrer un démon qui avait des cornes de feu et une queue enflammée que quelques petits diables portaient derrière lui.

  • 29 Œuvres IV, 2, p. 86.

Ce démon tenait un livre dans une main, et une fourche dans l’autre. Il menaça le cavalier de le tuer s’il n’embrassait la religion de Mahomet29.

  • 30 J. Caro Baroja, « Prólogo para uso del lector de la traducción española », Manuscrito encontrado e (...)
  • 31 P. de Calatayud, Opusculos y doctrinas prácticas que para el gobierno interior y direccion de las (...)
  • 32 S. Sola, « Las Doctrinas del padre Pedro de Calatayud (Aportación al estudio de la brujería españo (...)
  • 33 Ibid., p. 353.

10Le Manuscrit, dans sa version de 1804, offre la synthèse des différentes représentations littéraires du diable au xviiie siècle. Dans la version définitive, Potocki renonce à cette évocation ; ce qui semble confirmer que le roman évolue avec le temps d’un registre noir à un registre plus historique. Ce démon avec des cornes qui demande à Alphonse d’abjurer sa religion est un thème souvent évoqué dans le roman noir et dans l’art de la dernière décennie du xviiie siècle. Le sabbat des sorcières (1798) de Goya est une de ses représentations plastiques les plus réussies. En dépit de l’analyse de Julio Caro Baroja, d’après laquelle l’Inquisition est dirigée au xviiie siècle par des prélats rigoristes ou courtisans qui ne voient dans la kabbale et la sorcellerie que des tromperies et des supercheries ayant cours parmi la populace, nous pensons que cet imaginaire est encore partiellement partagé par les Inquisiteurs pendant cette période30. Sabino Sola a montré que les jésuites croient encore à l’existence des sorcières en 1754, en s’appuyant sur l’ouvrage du père Pedro de Calatayud Doctrina II. Del comercio de las brujas con el demonio y de sus maleficios31. La magie des sorcières est divisée en trois groupes : naturelle, artificielle et superstitieuse ou diabolique32. La frontière entre la médecine et l’exorcisme n’est pas étanche : il convient au prêtre de soigner les traumatismes liés aux sorts ; il affirme que les sorcières se servent de certaines formules, mais aussi de la kabbale ; il range au sein de la sorcellerie « les divinations des Gitans, qui ne sont que des gens grossiers, voleurs de métier et d’habitude33 ». La lecture de la bonne aventure dans les lignes de la main est une vieille coutume espagnole. Charles II lui-même eut recours à des curanderos et des exorcistes qui avaient plus ou moins de crédit.

2.3 Les choses d’Espagne vues par Potocki

11Potocki envisageait de donner à son roman, en plus de la vraisemblance historique, une vraie couleur locale. Les multiples allusions à la mode, à la danse, à la musique montrent qu’il connaissait les usages de la cour de Charles II. Sur le plan de l’écriture, il commence à déroger, au moins partiellement, aux principes de bienséance qui interdisent la profusion de détails et la description d’objets. À son retour de Paris, Don Carlos, l’oncle du géomètre Velasquez, se livre à une critique de la mode espagnole sous le règne de Charles II. La simplicité des golilles contraste avec la complexité des ornements qui sont en usage à la cour de France.

12Les différents styles de musique du pré-flamenco sont très présents dans le Manuscrit trouvé à Saragosse. À la fin de la quatorzième Journée de 1804, Rébecca rencontre deux jeunes jumeaux originaires du Péloponnèse qui entonnent une séguédille. Ayant révélé leur identité, ils causent l’évanouissement de la belle juive. Dans la dixième Journée de la même version, le couple de bohémiennes chante « avec des son-ahhas et cascarras » et danse un polo dont les paroles sont rapportées par Potocki :

Quando me Paco me azze Cuando mi Paco me hace
Las Palmas para vaylar las palmas para bailar,
Me se puene el corpecitos se me pone el cuerpecito
Como hecho de marzapan, etc.a como hecho de mazapán
a. Œuvres IV, 2, p. 100.
  • 34 Juan Antonio Arrebola Espejo, « Las leyes y el flamenco », Revista de investigación sobre Flamenco (...)

13Ici, le choix du style musical du polo laisse entrevoir l’Espagne vécue par Potocki bien que l’action du récit se passe sous le règne de Philippe V. En effet, le style du polo ne s’impose, dans la culture populaire, que pendant le dernier tiers du siècle, suite à l’assouplissement des poursuites contre les Gitans et à la suspension des interdits qui pesaient sur leurs manifestations culturelles34.

14Le Manuscrit trouvé à Saragosse est un roman de l’itinérance. À la différence de la plupart des romans noirs qui retracent l’itinéraire linéaire d’une héroïne, souvent à la quête de sa propre identité, nous avons affaire ici à une imbrication d’itinéraires qui convergent tous vers la Sierra Morena. Certains personnages que l’on croyait définitivement partis — comme Torres Rovellas et Penna Velez — reviennent au bout de quelques années de longs voyages. Tous les personnages sont confrontés à d’autres pays et d’autres époques. Certains, comme Pascheco qui se rend de Séville à la vallée de Los Hermanos, ne sortent jamais du cadre andalou. Cette itinérance à travers le monde méditerranéen et hispanique est un trait particulier du roman de Potocki. Il reprend et augmente l’exploration de l’Espagne initiée dans Le Moine, roman dans lequel les personnages convergent vers Madrid.

15Il convient à présent d’étudier quels éléments de l’image convenue de l’Espagne du roman noir sont repris par Potocki et sur quels points il s’en éloigne.

3 Thèmes du roman noir exploités par Potocki : continuités et innovations

3.1 Stéréotypes

  • 35 Mmed’Aulnoy, Relation du voyage d’Espagne, Maria Susana Seguin éd, Paris, 2005, p. 287.
  • 36 Ibid., p. 42.
  • 37 Ibid., p. 39.
  • 38 Madeleine-Angélique de Gomez, Les Cent nouvelles nouvelles, Paris, Sébastien Jorry, 1758, p. 263-3 (...)
  • 39 Op. cit., p. 264.
  • 40 Sade, Œuvres, M. Delon éd., Paris, 1990, t. I, p. 529.
  • 41 F. Rosset et D. Triaire, « La première version du Manuscrit trouvé à Saragosse », dans Klene, p. 4 (...)
  • 42 Œuvres IV, 2, p. 55.

16Potocki emprunte certains éléments du décor espagnol à la tradition romanesque du noir. Il s’agit de motifs lancés par la Relation du voyage d’Espagne de Mme d’Aulnoy, qui semble annoncer en 1691 la propension de l’espace ibérique à devenir le théâtre par excellence du noir : « Si je voulais dire tous les événements tragiques que j’apprends chaque jour, vous conviendriez que ce pays-ci est le théâtre des plus terribles scènes du monde35. » L’attirail conventionnel est tellement vaste que nous allons nous contenter de ne citer que quelques éléments. Dans l’Histoire de la gente Dariolette du Châtel de Sombre, la jeune fille est gardée par une duègne basque qui bégaye et ne parle que basque. Ce topos de la duègne, déjà présent dans la tradition des Histoires tragiques de la Renaissance, est réactualisé par Mme d’Aulnoy, notamment lors de la traversée de l’Oyarzun. Elle remarque que les jeunes personnes qui conduisent les barques « sont sous de vieilles filles auxquelles elles obéissent comme si c’étaient leurs mères36 ». La langue basque redouble le sentiment d’étrangeté dans le récit de la baronne : « Il n’y a que les naturels du pays qui la puissent comprendre37 », aussi bien que dans celui de la dariolette qui ne la sait point. Dans Le génie (1736), nouvelle de Mme de Gomez, Léontine, une « jeune personne biscayenne de naissance » est élevée par une tante taciturne « dont l’humeur sévère et retirée ne lui [laisse] prendre aucun divertissement » à Bayonne38. La duègne biscayenne — qu’elle soit française ou espagnole — est souvent employée comme geôlière dans les fictions du noir tout au long du siècle. D’autre part, les parloirs — « dont trois affreuses grilles, les unes sur les autres, hérissées de fer39 » surprennent Madame d’Aulnoy — ou d’autres parties du monastère font partie du décor de prédilection des romans noirs. Dans Le Moine, tout comme dans La Religieuse de Diderot, c’est l’endroit où se réalisent les crimes du despotisme religieux. Dans Aline et Valcour, aussi bien que dans la première version du Manuscrit trouvé à Saragosse, le déguisement dans le couvent donne lieu à des scènes burlesques. Là, Léonore, se cachant sous la statue de Sainte-Ultrogothe40, doit recevoir les hommages d’une ardente dévote, alors que dans la première version du roman de Potocki (1794), Avadoro, déguisé en jeune Elvire, reçoit un baiser de la mère Sainte-Thérèse41. Potocki reprend l’onomastique du roman de Lewis : la jeune Elvire fuit le mariage de convenance, alors que la tante de Velasquez, qui essaie de détourner le jeune homme de la vie studieuse pour l’amener sur le chemin des jouissances, s’appelle Antonia. Étonnant renversement des rôles si l’on tient compte du fait que l’Antonia de Lewis est l’archétype de la victime vertueuse du roman noir. Enfin, au début de l’Histoire du brigand Zoto42, Potocki introduit une allusion aux miquelets — sorte de mercenaires catalans qui refusent l’autorité centrale. Le thème fournit à Révéroni Saint-Cyr le titre et le décor d’un opéra en deux actes qui a connu un certain succès : Héléna ou les Miquelets (1793).

3.2 Un tournant dans le décor espagnol du roman noir français

  • 43 Michel Delon, Robert Mauzi et Sylvain Menant, Histoire de la littérature française. De l’Encyclopé (...)

17Nombre de noms, lieux et situations du Manuscrit trouvé à Saragosse rattachent le texte à la période de son écriture. Leur analyse permet de jeter un regard sur l’époque de l’entre-deux-siècles en vue de dépasser des notions de chronologie, telles que le préromantisme, qui a tendance à négliger le jeu intertextuel, mais aussi l’ancrage de l’œuvre dans son temps. Depuis 1750, la réputation d’obscurantisme de l’Italie et de l’Espagne est consolidée, mais leur culture n’arrête pas pour autant de pénétrer en France et dans le nord de l’Europe par « imprégnation et osmose ». Ces deux pays offrent un « vaste réservoir de paysages physiques et moraux43 » à des écrivains souvent venus du nord. Vers la fin du siècle, avec l’éclatement de la République des Lettres en cultures nationales, les romanciers du noir exploiteront ces paysages de manière convenue. Potocki, en revanche et peut-être grâce à son expérience de voyageur et à son travail d’historien, en projette une image bien différente : celle d’une Espagne bigarrée. Nous allons montrer maintenant comment l’expérience de voyageur de Potocki se reflète dans le Manuscrit à travers trois documents qui prouvent l’intérêt du jeune voyageur pour les choses d’Espagne.

3.2.1 La lettre datée du 20 mai 1791 au comédien Talma depuis Cordoue

  • 44 Pierre Chaunu, La civilisation de l’Europe des Lumières, Paris, 1971, p. 46.

18Certaines remarques de Potocki montrent qu’il est sensible au syncrétisme qui transforme l’Espagne en une sorte de « lointaine annexe [européenne] des espaces extérieurs44 ». Il s’intéresse particulièrement à la beauté des Andalouses et porte de l’intérêt aux costumes mexicains, qu’il croit plutôt chinois :

A propos de costumes je dois vous dire que j’ai vu a Madrid trois cuirasses semblables a celle que je vous ai donné. On les y donne pour méxicaines, mais il est certain qu’elles ne le sont pas car j’ai vu a l’une le dragon a cinq grifes, qui est la marque des empereurs de la chine.

  • 45 Œuvres V, p. 27-28.
  • 46 Œuvres IV, 2, p. 159 sv.

19L’Espagne apparaît alors comme une sorte de carrefour de l’Europe, de l’Amérique et de l’Orient. Par ailleurs, Potocki n’est pas indifférent à la particularité et multiplicité des spectacles espagnols : « Pour ce qui est de ce pays ci, le principal spectacle est celui des taureaux : vous jugés bien que les prémiers roles y doivent etre dificiles a jouer45 ». Les taureaux sont à l’Espagne ce que le théâtre est aux Français, et Potocki semble s’y intéresser. Il est possible qu’il fasse appel à ses souvenirs lorsqu’il rédige l’épisode de l’Histoire de Marie de Torres46 où un jeune inconnu sauve le riche Rovellas de l’attaque d’un taureau. Les précisions concernant les toros francos et les toros marrajos et d’autres règles de la tauromachie dénotent, sinon un bon connaisseur, du moins quelqu’un qui a assisté à ces spectacles.

3.2.2 Quelques références dans la correspondance entre Tadeusz Morski et Ignace Potocki

  • 47 Biographie, p. 198.
  • 48 Mercurio historico y político, Madrid, avril 1791, p. 289.

20Une bonne partie des détails concernant l’itinéraire de Potocki en Espagne en 1791 nous est parvenue grâce à la correspondance de Tadeusz Morski, ambassadeur de Pologne à la cour de Charles IV, avec Ignace Potocki. Nous y apprenons que le futur auteur du Manuscrit tient un journal, malheureusement perdu aujourd’hui, mais aussi qu’il « parle assez bien47 » l’espagnol. Le 8 avril, la délégation polonaise se rend à Aranjuez pour présenter ses lettres de créance au roi. Bien qu’aucun document ne permette d’affirmer la présence de Potocki dans cette réception, il est fort probable qu’il y ait pris part. Le Mercurio de España d’avril 1791 nous apprend que la délégation est accueillie et introduite dans les appartements du roi par Don Estanislao de Velasco y Coello (1737-1806). Cet ancien général de la marine de Charles III avait pris part à plusieurs expéditions sur le continent américain. Il avait défendu La Havane lors du siège anglais de 1762 pendant la guerre de Sept ans. Mais il avait aussi travaillé dans l’élaboration des cartes maritimes des îles Malouines en 1765 et sillonné les principaux ports maritimes de la Caraïbe dont La Havane et Veracruz. Si rien ne permet d’affirmer que ce personnage servit de modèle à l’énigmatique Rovellas/Penna Sombre, il est fort probable que Potocki ait eu l’un de ses contacts les plus directs avec le Nouveau Monde grâce aux récits de Velasco, car le port de Veracruz est plusieurs fois cité par les personnages du roman48.

  • 49 Les « pinces » en espagnol.
  • 50 José Santos Torres, El bandolerismo en Andalucía, Grenade, 1991, t. I, Sevilla y su antiguo Reyno, (...)

21La correspondance des deux hommes nous apprend aussi que Potocki quitte Madrid le 14 mai en direction de l’Andalousie. Quelques jours plus tard, on le retrouve sur les bords du Guadalquivir ; il visite la Giralda et l’Alcazar. Le brigandage sévit alors à Séville, qui est un des quatre royaumes qui forment l’Andalousie. Plusieurs facteurs de géographie et de société font de ce royaume un terrain favorable au brigandage. Son territoire comprend certaines des seigneuries les plus citées dans le roman noir : Medina Sidonia, Arcos et Osuna qui bénéficient du latifundio. Quelques colonies, peuplées essentiellement d’Allemands, ont été établies par Pablo de Olavide dans différents déserts pour décourager le banditisme. Dans un de ces bourgs, la venta de La Lusiana était l’objet d’assauts réguliers de brigands qui bénéficiaient de la complicité de certains nobles, comme le marquis de Peñaflor (nom que Potocki donnera à un de ses personnages). Par ailleurs, Diego Corriente, le plus célèbre des brigands espagnols du xviiie siècle et prototype du bandit généreux, avait hanté ces lieux. Lorsque Potocki se rend à Séville, le souvenir de Corriente est encore frais ; en effet, quelques mois avant son arrivée, le 25 février 1791, le cousin de Corriente, Franciso Mateo Pontón, alias El Tenazas49, avait été traîné, pendu et son corps dépecé et exposé dans la ville de Mairena del Alcor50.

3.2.3 Seconde lettre sur l’histoire de notre tems (29 février 1792)

  • 51 Œuvres III, p. 317.

22À son retour du Maroc, Potocki est confronté à une Espagne divisée, en proie à la guerre. Dans la Seconde lettre sur l’histoire de notre tems, publiée le 29 février 1792 dans le Journal Hebdomadaire de la Diète, il énumère les causes de cette division au nombre desquelles il inclut les « nouvelles rigueurs contre les contrebandiers, qui sont les héros et l’amour du peuple51 ». Le romancier n’est pas indifférent à cet aspect de la culture populaire espagnole. L’image saisissante du réveil d’Alphonse sous la potence de Los Hermanos — avec laquelle tout lecteur du Manuscrit commence l’exploration de l’Espagne de Potocki — nous renvoie les reflets du pays qu’il visita. La juxtaposition du décor romanesque avec son contexte historique nous apprend que la singularité de l’Espagne de Potocki par rapport à celle des autres romans noirs s’explique, entre autres choses, par son talent de transformateur du « réel en matériau littéraire », d’après la formule de Dominique Triaire.

Conclusion

23Comme nous venons de le voir, l’Espagne du Manuscrit trouvé à Saragosse n’est plus tout à fait l’Espagne uniforme de la tradition du roman noir, bien qu’elle prolonge certains de ses topoï. En tant qu’espace romanesque, elle est le point de convergence de différentes trajectoires romanesques en provenance de l’Orient, mais aussi du nord de l’Europe et du continent Américain que Potocki, inlassable explorateur des confins de l’Europe, n’a jamais pu explorer. L’Espagne est donc à la fois le confluent et la frontière entre toutes ces aires culturelles. Entre 1794 et 1815, l’écriture du Manuscrit jette un pont entre les deux siècles. Paradoxalement, Potocki refuse de perpétuer la représentation des types nationaux qui ont peuplé les romans du xviiie siècle, et propose une image plus complexe, enrichie par son expérience.

  • 52 L. Gutiérrez, Cornelia Bororquia o la víctima de la Inquisición, Senlis, an XI-1803.
  • 53 N. I. Gnedič, Дон-Коррадо де Геррера, или, Дух мщения и варварства Гишпанцев, Moscou, dans la typo (...)

24Ce parti pris renouvelle le décor espagnol du roman noir à une époque où il se répand dans les grandes traditions littéraires européennes en le revitalisant. En 1795, année de parution d’Aline et Valcour, le décor de l’Espagne noire émerge en Europe. En 1796, il s’installe en Angleterre avec The Monk de Lewis, puis en 1803 aux confins de l’Europe : de l’Espagne de Cornelia Bororquia o la víctima de la Inquisición de Luis Gutiérrez52 à la Russie de Don Corrado de Guerrero ou l’esprit de la vengeance et de la barbarie des Espagnols de Nikolaj Ivanovič Gnedič53. L’écriture du Manuscrit trouvé à Saragosse encourage de manière importante la diffusion de ce topos.

25Il est remarquable que ni Beckford ni Potocki, deux des écrivains francophones des plus importantes fictions noires qui se sont rendus en Espagne ne soient Français, et qu’ils aient tous deux donné à leurs récits une atmosphère teintée d’orientalisme. La conclusion de l’ouvrage que Sismondi consacre à la littérature espagnole en 1813 résume assez bien l’atmosphère espagnole du Manuscrit trouvé à Saragosse :

  • 54 Sismondi, De la littérature du midi de l’Europe, Paris, 1829, t. IV, p. 257.

Sous un autre rapport encore la littérature espagnole est pour nous un phénomène, un objet d’étude et d’observation. Tandis que son essence est tirée de la chevalerie, ses ornemens et son langage sont empruntés des Asiatiques. Dans la contrée la plus occidentale de notre Europe, elle nous fait entendre le langage fleuri, elle étale l’imagination fantastique de l’Orient54.

26Matière romanesque, l’Espagne est un propylée de Lumières et d’ombres, où cohabitent l’impétuosité des passions et le vertige de la raison, les rigueurs de l’Inquisition et la lubricité de ses habitants, portés par les rigueurs du climat et de leur histoire à tous les excès.

Notes

1 Simone Bernard-Griffiths et Jean Sgard éd., Mélodrames et romans noirs : 1750-1890, Toulouse, 2000, p. 8.

2 Max Milner insiste dès les années 1960 sur l’importance de l’atmosphère pour la constitution du roman noir : « Un des éléments constitutifs du roman noir est l’atmosphère dans laquelle il baigne » (Le diable dans la littérature française de Cazotte à Baudelaire, 1772-1861, Paris, 1960, t. I, p. 87).

3 T. Todorov, Introduction à la littérature fantastique, Paris, 1976, p. 29.

4 F. Lotterie, « Nommer les frontières, gommer les Lumières ? Retour sur “l’âge classique” et le “moment 1800” », dans S. Genand et C. Poulouin dir., Parcours dissidents au xviiie siècle. La marge et l’écart, Paris, 2011, p. 32.

5 A. Le Brun, Si rien avait une forme, ce serait cela, Paris, 2010, p. 59.

6 Il est important de souligner que c’est par l’intermédiaire des traductions et adaptations françaises du gothic novel que le genre se répand en Europe. Voir Miriam López Santos, La novela gótica en España (1788-1833), Pontevedra, 2010, p. 41.

7 A. Radcliffe, The Romance of the Forest ; La forêt, ou L’abbaye de Saint-Clair, première traduction française par François Soulès, Paris, Denné, 1794.

8 M. G. Lewis, Le Moine, Paris, Maradan, an V-1797 ; cette première traduction est attribuée à Jacques Deschamps (1750 ?-1826), Jean-Baptiste Desprès (1752-1832), Pierre Benoist (1758-1834) et Pierre Lamare (1753-1809).

9 A. Rivara, La traduction des langues modernes au xviiie siècle, Paris, 2002, p. 9.

10 A. Radcliffe, L’Italien, ou Le confessional des pénitens noirs, trad. André Morellet, Paris, Maradan, 1797 ; Id., Éléonore de Rosalba ou Le confessionnal des pénitents noirs, trad. M. Gay, Paris, Lepetit, 1797.

11 Jean-Claude Courbin, « Les éditions Maradan du Moine de Matthew Gregory Lewis », Bulletin du bibliophile, no 1, 1996, Paris, p. 153-159.

12 Voir Sade, Œuvres, M. Delon éd., Paris, 1990, t. I, p. 1201.

13 Mona Ozouf, La fête révolutionnaire, Paris, 1976, p. 457.

14 Rosa de Diego et Lydia Vázquez éd., De lo grotesco, Vitoria-Gasteiz, 1996.

15 Robert-Martin Lesuire, Charmansage, ou Mémoires d’un jeune citoyen faisant l’éducation d’un ci-devant noble, Paris, Defer de Maisonneuve, 1792, 4 vol.

16 Ibid., p. 99.

17 Ibid., p. 100.

18 J. Fabre oppose le paroxysme du roman de Lewis et de Maturin à la distance qui écarte l’auteur et son œuvre dans le cas du Diable amoureux (1772) et du Manuscrit trouvé à Saragosse (« Jean Potocki, Cazotte et le roman noir », dans Idées sur le roman de Madame de Lafayette au Marquis de Sade, Paris, 1979, p. 236).

19 Œuvres IV, 2, p. 369.

20 Sade, Contes étranges, M. Delon éd., Paris, 2014, p. 150-232.

21 Ibid., p. 158.

22 Œuvres IV, 2, p. 365.

23 Mercedes Boixareu Vilaplana, « Rachel, La Juive de Tolède (Cazotte) et Gonzalve de Cordoue (Florian) », dans L’histoire de l’Espagne dans la littérature française, Paris, 2003, p. 441‑459.

24 Sade, Lettres choisies, Gilbert Lely éd., Paris, 1963, p. 28.

25 Id., Lettres et mélanges littéraires, Georges Daumas et Gilbert Lely éd., Paris, 1980, t. I, p. 103.

26 D. Triaire, « Pérégrinations espagnoles », dans Miodońska-Joucaviel, p. 32.

27 Dans la version de 1804, elle est désignée comme « princesse des Asturies » (Œuvres IV, 2, p. 161).

28 Œuvres IV, 1, p. 198.

29 Œuvres IV, 2, p. 86.

30 J. Caro Baroja, « Prólogo para uso del lector de la traducción española », Manuscrito encontrado en Zaragoza, Madrid, 1970, p. 7-14.

31 P. de Calatayud, Opusculos y doctrinas prácticas que para el gobierno interior y direccion de las almas [...], Logroño, F. Delgado, 1754, t. III.

32 S. Sola, « Las Doctrinas del padre Pedro de Calatayud (Aportación al estudio de la brujería española del siglo XVIII) », dans Brujologia, congreso de San Sebastian Ponencias y comunicaciones, Madrid, 1975, p. 343.

33 Ibid., p. 353.

34 Juan Antonio Arrebola Espejo, « Las leyes y el flamenco », Revista de investigación sobre Flamenco La Madrugá, no 4, 2011, Murcia, p. 31. Dans la colonne de droite figurent les véritables paroles, citées dans cet article.

35 Mme d’Aulnoy, Relation du voyage d’Espagne, Maria Susana Seguin éd, Paris, 2005, p. 287.

36 Ibid., p. 42.

37 Ibid., p. 39.

38 Madeleine-Angélique de Gomez, Les Cent nouvelles nouvelles, Paris, Sébastien Jorry, 1758, p. 263-312.

39 Op. cit., p. 264.

40 Sade, Œuvres, M. Delon éd., Paris, 1990, t. I, p. 529.

41 F. Rosset et D. Triaire, « La première version du Manuscrit trouvé à Saragosse », dans Klene, p. 410.

42 Œuvres IV, 2, p. 55.

43 Michel Delon, Robert Mauzi et Sylvain Menant, Histoire de la littérature française. De l’Encyclopédie aux Méditations, Paris, 1998, t. 6, p. 60.

44 Pierre Chaunu, La civilisation de l’Europe des Lumières, Paris, 1971, p. 46.

45 Œuvres V, p. 27-28.

46 Œuvres IV, 2, p. 159 sv.

47 Biographie, p. 198.

48 Mercurio historico y político, Madrid, avril 1791, p. 289.

49 Les « pinces » en espagnol.

50 José Santos Torres, El bandolerismo en Andalucía, Grenade, 1991, t. I, Sevilla y su antiguo Reyno, p. 175.

51 Œuvres III, p. 317.

52 L. Gutiérrez, Cornelia Bororquia o la víctima de la Inquisición, Senlis, an XI-1803.

53 N. I. Gnedič, Дон-Коррадо де Геррера, или, Дух мщения и варварства Гишпанцев, Moscou, dans la typographie de Platon Beketov, 1803.

54 Sismondi, De la littérature du midi de l’Europe, Paris, 1829, t. IV, p. 257.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search