Version classiqueVersion mobile

Jean Potocki : le travail du temps

 | 
François Rosset
, 
Dominique Triaire

Partie III — Le Manuscrit trouvé à Saragosse

Potocki et l’imaginaire du souterrain1

Michel Delon

Texte intégral

  • 1 Cet article a bénéficié d’une édition en français et en polonais dans Studia Pragmalingwistyczne, (...)

1La première image qui s’impose au lecteur du Manuscrit trouvé à Saragosse est la sombre silhouette de la Sierra Morena. Le récit se présente comme un voyage vers Madrid, mais la dimension verticale vient vite en compliquer l’itinéraire. La montagne introduit un paysage de sommets et d’« abîmes sans fond », de même que la multiplicité des aventures et des récits secondaires transforme un périple linéaire en un entrelacs d’histoires, mêlant le passé au présent, l’imaginaire au réel, mais aussi l’horreur au désirable et l’interdit à l’ordre social. La hiérarchie militaire, avec ses grades ostensibles et le titre de capitaine aux gardes wallonnes dont s’enorgueillit le narrateur, est confrontée à la subversion de bohémiens et de brigands qui ont leur propre code. Le catholicisme qui entend contrôler le pays est débordé par les superstitions traditionnelles, par les pratiques et les savoirs du mahométisme et du judaïsme, ainsi que par la perspective d’une connaissance laïcisée. Le mariage monogamique est concurrencé par de joyeux ébats à trois et par une polygamie déculpabilisée. Le voyageur s’engage dans une contrée sauvage où les frontières se mettent à trembler, voire à s’effacer, où les catégories s’inversent et se confondent dans la prolifération des personnages et de leur histoire personnelle, puis dans les métamorphoses et les anamorphoses qui changent les points de vue et les identités, dans un vertige ludique selon la version de 1804 ou bien dans une équivalence générale selon la version de 1810. Quand on poursuit la lecture du roman, on peut dire que le récit avance, mais surtout qu’il s’approfondit, se complique, qu’il creuse une mémoire collective.

  • 2 Œuvres IV, 1, p. 78.
  • 3 Ibid., p. 80.
  • 4 Voir Œuvres complètes, Les Rêveries du promeneur solitaire, « Septième promenade », Paris, 1959, t (...)

2Au quatrième jour, le narrateur Alphonse van Worden et ses compagnons cheminent sur « de hauts sommets et des crêtes de montagnes chenues2 », ils jouissent d’une vue panoramique sur toute la région, mais dès le lendemain la caravane descend dans une vallée « ou plutôt dans des précipices qui semblaient atteindre aux entrailles de la terre3 ». À la claire maîtrise de l’espace par la vue rationnelle s’opposent la désorientation et la perte des repères. À l’intellectualité s’oppose la viscéralité de ces entrailles. Jean-Jacques Rousseau, qui partage les préjugés anciens contre le travail des mines4, a répandu une équivalence entre ascension alpine et élévation morale. Le Manuscrit trouvé à Saragosse suggère un autre type de maîtrise. Il faudra des centaines de pages pour qu’une logique s’esquisse et pour que, dans la version finale, la profondeur du passé, la généalogie familiale et l’histoire deviennent compréhensibles sur le même mode panoramique. L’arbre généalogique et la chronologie de la dynastie acquièrent alors la visibilité d’une carte géographique. Le cinquième jour de leur course, les voyageurs arrivent à une ville abandonnée et s’arrêtent près d’un puits dans lequel ils descendent à l’aide d’une échelle de corde. Une porte latérale les fait pénétrer dans un autre monde, non pas un monde minéral, dénué de vie, qui contrasterait avec l’activité sociale, mais dans une société souterraine, inversée, à la façon dont les voyageurs des récits utopiques découvrent une société tout autre sur une île qu’ils croyaient sauvage, aux antipodes de l’Europe, ou comme le couple fraternel de l’Icosaméron de Casanova qui pénètre au cœur du globe terrestre dans la communauté des mégamicres.

  • 5 Œuvres IV, 1, p. 80-81.

[...] nous nous trouvâmes sur un bel escalier taillé dans le roc, éclairé par des lampes. Nous descendîmes plus de deux cents marches. Enfin nous arrivâmes dans une demeure souterraine composée d’une quantité de salles et de chambres. Les pièces que l’on habitait étaient tapissées en liège, ce qui les garantissait de l’humidité [...] De plus, de bons feux, bien disposés, donnaient une température très agréable au souterrain de Zoto5.

3Le savoir-faire artisanal permet de contrôler la lumière, la chaleur, l’humidité. Seule l’aération n’est pas précisée. Une machine fait même communiquer directement « le sein de la terre » et la surface du globe. Elle est utilisée pour le transfert des chevaux. La descente initiatique par les escaliers est doublée par cet ascenseur. L’utilisation de ressources techniques est suggérée, sans être explicitée. Jusqu’au bout, le roman maintient un double registre de l’exploration héroïque des entrailles de la terre et de l’aménagement confortable, si ce n’est luxueux d’une société parallèle. L’obscurité contraste avec la lumière, l’obstacle physique avec la commodité de l’installation.

4À la cinquante-cinquième Journée, à l’autre bout de la fiction, Alphonse est à nouveau invité à prouver son courage par une descente au cœur de la montagne :

[...] nous arrivâmes à une ouverture du rocher où commençait une sombre galerie.

  • 6 Ibid., p. 540-541. J’ai essayé d’analyser cette métaphore viscérale dans « Les Entrailles de la te (...)

— Seigneur Alphonse, dit le chef bohémien, votre valeur m’est connue et je suis convaincu que vous n’hésiterez point à prendre ce chemin pour vous enfoncer dans les entrailles de la terre. [...] En effet je n’hésitai point et je marchai plusieurs heures sans y voir clair. Seulement je sentais que le terrain allait en pente et qu’effectivement je m’enfonçais dans les entrailles de la terre ainsi qu’on me l’avait annoncé6.

  • 7 Ibid., p. 541.
  • 8 Les traités parlent du quartz micacé ou du schiste micacé. La nacre est un « marbre opalisé » dont (...)

5Après une pause, un escalier en limaçon aide à poursuivre l’enfoncement : « Je descendis un millier de marches toujours dans l’obscurité, puis j’arrivai à une caverne éclairée par plusieurs lampes. » Ciseaux et maillets d’acier sont là comme les outils d’une initiation maçonnique. Ils invitent le héros à travailler dans la mine d’or, ce qu’il ne manque pas de faire durant trois heures avant que l’eau envahisse le souterrain. Il monte alors le millier de marches d’un escalier tournant et se retrouve dans « une rotonde éclairée d’une infinité de lampes dont l’éclat était réfléchi par des minéraux micacés et opalisés7 ». Ces deux adjectifs semblent précieux, ce sont alors des termes techniques, empruntés aux traités spécialisés, ils assurent la transition entre la chimie et l’artisanat du luxe8. Alphonse a retrouvé la société parallèle du grand scheik des Gomelez.

  • 9 Œuvres IV, 1, p. 544.
  • 10 Œuvres IV, 2, p. 309.

6Le scheik lui raconte la découverte de la mine d’or par un de ses ancêtres. Dans la cave d’un château, cet ancêtre a trouvé « une pierre chargée d’anciens caractères » derrière laquelle « un escalier tournant » s’enfonçait à l’intérieur de la montagne, il y voit « des chambres, des salles, des corridors », un espace social tout prêt à habiter, mais aussi un filon d’or qui demande un investissement de travail9. On glisse ainsi de la construction humaine aux ressources minérales, de la tombe à la caverne naturelle, du généalogique au géologique. Potocki n’a pas conservé les détails de la version initiale qui introduisait plus de sensations et d’émotions. Il mentionnait alors le bruit des gros rochers qui se ferment derrière Alphonse pénétrant dans le souterrain, le jour qui passe par une crevasse de la montagne et laisse apercevoir la galerie s’enfonçant sous terre, la frayeur de quiconque s’aventurerait comme lui à l’intérieur de la terre. Le héros découvre dans une grotte ses belles amies musulmanes. Il énonce le paradoxe d’un souterrain tout à la fois céleste et infernal, inquiétant et délectable. « Nous sommes ici dans le fond de je ne sais quel abîme, mais bien que voisins des enfers, nous pouvons y trouver les délices que le Prophète promet, dit-on, à ses saints10. ». La topologie prolonge cet oxymore. Alphonse parvient le lendemain à « un escalier en limaçon » par lequel on peut remonter à la surface ou bien continuer à descendre. Il choisit ce dernier parti : c’est le chemin du tombeau et, plus tard, de la mine.

  • 11 Œuvres IV, 1, p. 567.

7Le dénouement du roman tourne autour de cette mine qui assure le pouvoir de la lignée des Gomelez, lui donne une forme de devoir de prosélytisme religieux et constitue le secret transmis de génération en génération. Si les premières Journées du Manuscrit trouvé à Saragosse étaient consacrées à la marche, les dernières le sont au travail d’extraction de l’or. Ce travail de mineur a une dimension initiatique, à la suite des multiples épreuves auxquelles Alphonse a été soumis. Les soirées sont pareillement le moment des récits. La mine n’est pas inépuisable ; à ses ressources minérales succèdent des lettres de change qui semblent n’être que de huit mille pistoles, mais qui sont en fait illimitées. Une partie de la famille s’est consacrée à la banque et assure la transition d’une économie artisanale à une économie financière. « D’énormes amas de métaux fulminants sont disposés de manière » à faire croire à un tremblement de terre11, comme le pratiquent les scélérats de Révéroni Saint-Cyr à la fin de Pauliska ou la perversité moderne et ceux de Sade dans La Nouvelle Justine. Il ne s’agit que d’effacer pour le public la mémoire secrète des Gomelez. Héritier de cette mémoire et de cette fortune, Alphonse peut remonter à la surface et reprendre le chemin de Madrid. « Je montai les deux mille marches et à peine j’aperçus le jour que je vis mes deux valets [...] ». Il a retrouvé le monde connu, rassurant sans doute, mais plan et unidimensionnel.

  • 12 Ibid., p. 570.

8Une ultime réunion familiale, dans cette version de 1810, reprend l’explication générale de la part du scheik des Gomelez. « Le filon d’or qui depuis mille ans est comme le patrimoine de notre famille paraissait inépuisable. C’est dans cette supposition que mes ancêtres ont cru devoir le consacrer aux progrès de l’islamisme et particulièrement de la confession d’Ali. Ils n’ont été que dépositaires de ce trésor [...]. » Le filon est maintenant vide, le dernier minerai extrait est entreposé dans une autre caverne et réparti entre les différents membres de la famille et associés, dispersés désormais à travers le monde. Une visite collective constate la fin d’une aventure et celle du récit. « Nous descendîmes dans l’escalier tournant ; nous arrivâmes au tombeau et de là au filon qui effectivement ne contenait plus d’or. » Il ne reste plus qu’à faire sauter un pan de la montagne, en faisant croire à un tremblement de terre naturel. « Le scheik nous pressa de remonter. Lorsque nous fûmes dehors, un bruit affreux se fit entendre. Le scheik nous dit que des mines avaient détruit toute la partie du souterrain où nous avions été12. » Les deux sens de la mine se sont rejoints, sens minéral et industriel, militaire et artificier : la mine de l’extraction et celle de l’explosion.

9Le monde souterrain possède ainsi une quadruple fonction dans le roman de Potocki, pittoresque, sociale, économique, symbolique. La dimension verticale, tant topologique qu’historique, est assurée par l’escalier tournant qui fait passer d’un monde dans l’autre, de la société ostensible à la société secrète et du présent au passé. Rembrandt dans Le Philosophe en méditation et Piranèse dans ses Prisons en avaient imposé à toute l’Europe une image inquiétante et suggestive. L’escalier s’enfonce dans la terre, se perd dans l’inconnu, plonge dans les secrets individuels et collectifs. Le roman de Potocki appartient au même imaginaire que ceux de William Beckford ou de Sade, pour choisir deux autres auteurs de la fiction francophone européenne, au tournant du xviiie au xixe siècle. « Le rocher s’entr’ouvrit, et laissa voir dans son sein un escalier de marbre poli, qui paraissait devoir toucher à l’abîme. » Vathek et sa compagne, imaginés en langue française par le scandaleux Beckford, pénètrent résolument dans une vapeur camphrée et se précipitent parmi les exhalaisons infernales.

  • 13 William Beckford, Vathek, Paris, 1947, p. 205-206.

La seule chose qui leur donnait de l’inquiétude, c’était que les degrés ne finissaient point. Comme ils se hâtaient avec une ardente impatience, leurs pas s’accélérèrent à un point qu’ils semblaient tomber rapidement dans un précipice, plutôt que marcher13.

  • 14 Le Dictionnaire de Trévoux illustre l’adverbe par cette citation du père Daniel : « Pourquoi nier (...)

10L’imaginaire est emprunté à l’Orient des Mille et Une Nuits, mais il s’apparente au château féodal dans Les Cent Vingt Journées de Sodome que Sade, le non moins scandaleux prisonnier de la Bastille, nous invite à visiter. Il détaille l’architecture de cette forteresse, entée sur un rocher de la Forêt-Noire et transformée en une terrifiante « École du libertinage » : « Une fatale pierre se levait artistement sous le marchepied de l’autel du petit temple chrétien. » L’adverbe artistement suggère un chef-d’œuvre artisanal, une prouesse technique14.

  • 15 Sade, Œuvres, Paris, 1990-1998, t. I, p. 58.

On y trouvait un escalier en vis, très étroit et très escarpé, lequel, par trois cents marches, descendait aux entrailles de la terre dans une espèce de cachot voûté, fermé par trois portes de fer et dans lequel se trouvait tout ce que l’art le plus cruel et la barbarie la plus raffinée peuvent inventer de plus atroce, tant pour effrayer les sens que pour procéder à des horreurs15.

  • 16 Voir les études classiques de Jean Fabre, « Jean Potocki, Cazotte et le roman noir », « Sade et le (...)
  • 17 L. Keller, Piranèse et les romantiques français. Le Mythe des escaliers en spirale, Paris, 1966.
  • 18 Cette lignée est suivie par Piranèse et les Français, 1740-1790, catalogue de l’exposition Rome-Di (...)

11Le décor devient ici celui des chambres de torture de l’Inquisition et des cachots des romans gothiques16. Le romantisme européen se délectera de tels escaliers tournants qui épousent le mouvement tourbillonnant de la rêverie, qui nous entraînent jusqu’aux Enfers ou bien nous désignent l’infini. Luzius Keller a consacré un bel essai au mythe romantique des escaliers en spirale qui provoquent le vertige et font parfois perdre jusqu’au sens du haut et du bas17. Les milliers de marches descendues et remontées par Alphonse van Worden matérialisent le travail moral et spirituel du héros pour trouver sa place, non plus dans une famille étroitement liée à une morale féodale de l’honneur et à une foi chrétienne de stricte orthodoxie, non plus dans une continuité génétique, mais dans un large réseau familial qui passe les frontières nationales, religieuses et culturelles. Elles ont une puissance visionnaire, digne des gravures « à la manière noire », celle de Piranèse et de ses émules qui révèlent à l’acide nos angoisses et nos hantises18.

  • 19 Voir « Histoires souterraines » dans Pierre Macherey, À quoi pense la littérature ?, Paris, 1990, (...)
  • 20 Voir l’essai d’Augustin Barruel, réédité jusqu’à aujourd’hui, Mémoires pour servir à l’histoire du (...)

12Une deuxième fonction est sociale. Comme la caverne des voleurs, des proscrits et des hors-la-loi, des misérables et des prolétaires19, le souterrain est à la fois prison et refuge. Il agresse et rassure. Dans l’Espagne de la reconquête, il représente la possibilité pour les musulmans et les juifs de rester fidèles à leur tradition religieuse. Il est associé au masque, à la clandestinité, mais aussi à la société secrète. On sait l’insistance obsessionnelle du complot dans l’Europe des révolutions. La subversion d’un ordre ancestral, l’effondrement du Trône et de l’Autel dans une Révolution française contagieuse ne semblent explicables à certains que par le travail souterrain d’une secte d’initiés qui auraient juré la fin de la monarchie et du christianisme20. La secte des Gomelez à vocation prosélytique apparaît comme bien sage et finalement œcuménique dans l’Europe du xviiie siècle.

  • 21 Voir Olivier Caporossi, « Figures de faux-monnayeurs du moyen-âge à nos jours », Criminocorpus, 20 (...)
  • 22 Voir Yves Citton, « La mondialisation entre revenants et revenus : finances et liquidités chez Pot (...)

13En tant que mine, le souterrain possède une dimension économique. Le gisement d’or rappelle les trésors du Nouveau Monde, évoqués dans le roman, réalité et mirage, ainsi que tous les souterrains où un trésor a été caché et les repaires de faux-monnayeurs21. L’époque de Potocki voit le développement de l’extraction des minerais et du charbon à travers l’Europe. Des écoles des mines se créent dans chaque pays pour former un nouveau type d’ingénieur, tandis que s’affirment des sciences nouvelles : la géologie, la minéralogie, la cristallographie, les premières occurrences de ces trois noms de disciplines datent respectivement en français de 1751, 1753 et 1772. L’opposition classique entre l’ordre et le désordre, l’extérieur et l’intérieur est bousculée par la découverte du centre igné de la terre et des phénomènes volcaniques. De l’Etna, fréquenté par les brigands siciliens, jusqu’au tremblement de terre artificiel provoqué dans la montagne espagnole, l’intrigue du Manuscrit trouvé à Saragosse intègre la vie violente du globe terrestre. Le volcan n’est plus une exception absurde à l’ordre de la nature, il appartient au mouvement interne de la terre. L’explication des phénomènes telluriques par l’eau est en concurrence avec l’explication par le feu. Les éruptions de l’Etna, rapportées par Zoto, renverraient plutôt au plutonisme, le système développé par Velasquez au neptunisme. Dans une hypothèse comme dans l’autre, la terre nous apprend que la nature est mouvement, métamorphose, convulsions. L’histoire des hommes n’est pas plus calme que celle du globe sur lequel ils s’agitent, ni l’activité économique dont ils vivent. La continuité familiale et la filiation à travers les siècles sont bousculées par les accidents génétiques. À l’illusion d’une fortune stable et durable, sur le modèle de la rente terrienne succèdent les mouvements d’argent, la circulation des capitaux, le déplacement des investissements22. Le roman de Cervantès racontait le passage du monde ancien de la chevalerie à la société moderne ; celui de Potocki marque la transition brutale de l’histoire cyclique au devenir erratique, de la société de la naissance à celle du devenir individuel, de la continuité des dynasties à la dispersion d’une histoire conflictuelle. Le préambule du roman insère l’histoire du manuscrit dans la guerre napoléonienne qui précipite brutalement l’Espagne dans la modernité.

  • 23 Goethe, Romans, Paris, 1954, p. 1186 sv.

14Avec ses fossiles, ses ruines, ses inscriptions fragmentaires, énigmatiques, avec les tombes ancestrales, les profondeurs de la terre conservent une mémoire des temps anciens. Le ciel offre l’évidence d’un ordre étoilé où Kant voulait voir une image de la loi morale. Le souterrain raconte une logique plus complexe des êtres de désir. Goethe qui a fréquenté les mines du grand-duc de Weimar introduit un épisode minier dans la formation de Wilhelm Meister et une discussion des hypothèses sur la formation du globe23. Après le chef des mineurs, Meister interroge l’astronome, selon un jeu d’échos entre les profondeurs de la terre et celles du ciel. Les romantiques allemands ont systématisé cette équivalence postulée de l’ordre céleste aux révolutions secrètes de la terre. Novalis place dans la bouche d’un ermite s’adressant à un mineur dans Heinrich von Ofterdingen:

Ihr seid beinah verkehrte Astrologen, sagte der Einsiedler.

Vous êtes, à peu de chose près, des astrologues à rebours, dit l’ermite. Alors que ceux-ci fixent leur regard vers le ciel et parcourent ses espaces immenses, vous tournez les vôtres vers le sol et vous cherchez à découvrir sa structure. Ils étudient les pouvoirs et les influences des astres, et vous scrutez les forces cachées dans les rochers et les montagnes, ainsi que les actions variées des différentes couches de terre et de roche. Le ciel est pour eux le livre de l’avenir, tandis que la terre vous montre les vestiges du passé le plus reculé.

  • 24 Novalis, Heinrich d’Ofterdingen, Paris, Aubier-Editions Montaigne, s. d., p. 216-219.

[...] während Euch die Erde Denkmale der Urwelt zeigt24.

  • 25 Voir Josef Dürler, Die Bedeutung des Bergbaus bei Goethe und in der deutschen Romantik, Frauenfeld (...)
  • 26 Œuvres IV, 1, p. 29.

15De la caverne de La Loge invisible chez Jean Paul aux Mines de Falun chez E. T. A. Hoffmann, les autres romantiques ont marqué une semblable prédilection pour le monde souterrain25. Le Manuscrit trouvé à Saragosse n’accède sans doute pas à une équivalence aussi claire que celle énoncée par l’ermite de Novalis. Plusieurs fois remis sur le métier, évitant des énoncés trop scandaleusement hérétiques, le roman déjoue la linéarité d’un sens qui serait préalable. Quel est le « légitime propriétaire26 » de ce manuscrit ? quels sont les héritiers pour lesquels le narrateur l’enferme dans un paquet cacheté, lui-même déposé dans une cassette de fer ? C’est un « manuscrit espagnol » dont on ne saura jamais la formulation première, la lettre initiale. Nous devons accepter de vivre à tâtons dans un monde relatif, contradictoire, conflictuel, dans le mouvement brownien d’identités problématiques, dans la concurrence des religions, des systèmes et des explications. Telle me semble, à travers ses jeux littéraires et son ironie, la leçon de prudence et de tolérance de Jean Potocki.

Notes

1 Cet article a bénéficié d’une édition en français et en polonais dans Studia Pragmalingwistyczne, IX, Varsovie, 2017, p. 51-58 et 139-148.

2 Œuvres IV, 1, p. 78.

3 Ibid., p. 80.

4 Voir Œuvres complètes, Les Rêveries du promeneur solitaire, « Septième promenade », Paris, 1959, t. I, p. 1066.

5 Œuvres IV, 1, p. 80-81.

6 Ibid., p. 540-541. J’ai essayé d’analyser cette métaphore viscérale dans « Les Entrailles de la terre. Métaphore de la mine et imaginaire du souterrain (1750-1815) », Par les siècles et par les genres. Mélanges en l’honneur de Giorgetto Giorgi, Paris, 2014, ainsi que dans « Un roman de l’an VIII ou comment enterrer l’Ancien Régime et la Révolution », Romanistische Zeitschrift für Literaturgeschichte/Cahiers d’Histoire des Littératures Romanes, no 3-4, 2012.

7 Ibid., p. 541.

8 Les traités parlent du quartz micacé ou du schiste micacé. La nacre est un « marbre opalisé » dont on fait des bagues et des tabatières dans l’Histoire abrégé des coquillages de mer de Cubières l’aîné (an VIII) ; tel type d’opale a « la contexture du bois, mais la surface opalisée » (L’Esprit des journaux, oct. 1802), etc.

9 Œuvres IV, 1, p. 544.

10 Œuvres IV, 2, p. 309.

11 Œuvres IV, 1, p. 567.

12 Ibid., p. 570.

13 William Beckford, Vathek, Paris, 1947, p. 205-206.

14 Le Dictionnaire de Trévoux illustre l’adverbe par cette citation du père Daniel : « Pourquoi nier que les bêtes soient des machines, puisqu’on ne peut douter que Dieu n’ait pu fabriquer un ouvrage si artistiquement composé ? »

15 Sade, Œuvres, Paris, 1990-1998, t. I, p. 58.

16 Voir les études classiques de Jean Fabre, « Jean Potocki, Cazotte et le roman noir », « Sade et le roman noir », dans Idées sur le roman de Madame de Lafayette au Marquis de Sade, Paris, 1979.

17 L. Keller, Piranèse et les romantiques français. Le Mythe des escaliers en spirale, Paris, 1966.

18 Cette lignée est suivie par Piranèse et les Français, 1740-1790, catalogue de l’exposition Rome-Dijon-Paris, Académie de France à Rome, et Piranèse et les Français, 1740-1790, Rome, 1976.

19 Voir « Histoires souterraines » dans Pierre Macherey, À quoi pense la littérature ?, Paris, 1990, p. 88-91. P. Macherey rappelle la formule de Hamlet, « Bien creusé, vieille taupe », reprise par Hegel, puis Marx.

20 Voir l’essai d’Augustin Barruel, réédité jusqu’à aujourd’hui, Mémoires pour servir à l’histoire du jacobinisme, Hambourg, 1798-1799, 5 vol., et l’étude historique de John Morris Roberts, La Mythologie des sociétés secrètes, traduit de l’anglais, Paris, 1979.

21 Voir Olivier Caporossi, « Figures de faux-monnayeurs du moyen-âge à nos jours », Criminocorpus, 2011 et, plus précisément, François Rosset, « L’histoire des faux-monnayeurs et quelques autres du même genre : de Sorel à Potocki », dans J. Herman, A. Paschoud, P. Pelckmans, F. Rosset éd., L’assiette des fictions. Enquêtes sur l’autoréflexivité romanesque, Louvain, 2010, p. 399-408. L’enquête pourrait être élargie à la scène. Cuvelier par exemple fait jouer en 1797, sur une musique de Gresnich, Les Faux Monnayeurs, ou la vengeance, drame en trois actes mêlés de chants, Paris, an V. La scène se passe en Sardaigne dans une campagne aride, entre un château gothique et des ruines antiques.

22 Voir Yves Citton, « La mondialisation entre revenants et revenus : finances et liquidités chez Potocki », dans M. Poirson éd., Art et argent en France au temps des Premiers Modernes (xviie-xviiie siècles), SVEC, no 10, 2004, p. 159-172. On comparera Potocki à Sade : Richard Spavin, « La mythologie de la mine : la fiction anti-économique chez le marquis de Sade », Lumen, XXIV, 2016, p. 71-83.

23 Goethe, Romans, Paris, 1954, p. 1186 sv.

24 Novalis, Heinrich d’Ofterdingen, Paris, Aubier-Editions Montaigne, s. d., p. 216-219.

25 Voir Josef Dürler, Die Bedeutung des Bergbaus bei Goethe und in der deutschen Romantik, Frauenfeld/Leipzig, 1936. Pour se moquer de l’école nouvelle, Joseph Berchoux fait déclarer à un exalté, bloqué avec son cousin par un éboulement dans un souterrain près de Lisbonne : « Jouissons de la situation romantique où nous sommes. Ne trouves-tu pas ce souterrain admirable ? » (Le Philosophe de Charenton, par l’auteur de La Gastronomie, Paris, an XI-1803, p. 51). Le personnage débite alors un cours de minéralogie : « [...] la matière qui nous environne est composée de substances insipides, opaques et calcaires, mêlées de coraux, d’astroïtes, d’étoiles de mer, de trochites et des cornes d’Ammon ; il y entre aussi une substance de gypse saturé avec de l’acide vitriolique, des stalactiques [sic], ou des gouttes pétrifiées. » (p. 58).

26 Œuvres IV, 1, p. 29.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search