Version classiqueVersion mobile

Écritures du pouvoir et pouvoirs de la littérature

 | 
Sylvie Triaire
, 
Alain Vaillant

Les pouvoirs de l'écrivain

Honoré de Balzac : prince, propriétaire, maréchal, intelligentiel

Stéphane Vachon

Texte intégral

  • 1 L'Événement, jeudi 22 août 1850 (articles de tête « Les obsèques d'Honoré de Balzac », p. 1 col. 1 (...)

1Peut-on être de gauche avec des idées de droite ? Ou, inversement, peut-on être de droite avec des idées de gauche ? Peut-on être conservateur en politique et révolutionnaire en littérature ? Est-on automatiquement révolutionnaire en politique parce que l'on est révolutionnaire en littérature ? Qu'on formule ou qu'on tranche la question comme on veut, il faut se rappeler qu'elle est au cœur natif de toute lecture de Balzac, et de sa postérité. Aujourd'hui encore entier, ce débat surgit le 21 août 1850, au Père-Lachaise, sur la tombe du romancier, de la bouche de Victor Hugo : « A son insu, qu'il [Balzac] le veuille ou non, qu'il y consente ou non, l'auteur de cette œuvre immense et étrange [La Comédie humaine] est de la forte race des écrivains révolutionnaires1 ».

  • 2 Jean Pommier : « Balzac "écrivain révolutionnaire" », L'Année balzacienne 1967, p. 247-258.
  • 3 La Gazette de France, mercredi 21 août 1850 (p. 2 col. 1-2 ; article non signé).
  • 4 Jean Pommier : loc. cit., p. 247.
  • 5 La Gazette de France, vendredi 23 août 1850 (p. 3 col. 1 ; article non signé).
  • 6 L'Événement, samedi 24 août 1850 (p. 1 col. 4-5 ; article non signé).
  • 7 L'Assemblée nationale, lundi 2 septembre 1850 (p. 3 col. 1-5 ; « De la littérature révolutionnaire (...)

2Dans un article dont les arguments sont malheureusement un peu tombés dans l'oubli, Jean Pommier2 avait indiqué que l'affirmation de Hugo devait être située dans une polémique d'époque extrêmement précise. Selon cette démonstration, Hugo entendait ne pas abandonner Balzac à la droite parce que cela lui apparaissait comme un moyen de lutter contre La Gazette de France, qui avait, la veille des obsèques, conclu son article sur l'auteur de La Comédie humaine en revendiquant son appartenance : « C'était un de nos hommes : l'avenir et le triomphe des idées pour lesquelles nous combattons nous l'auraient rendu...3 ». Et cela était, du même coup, lutter contre L'Assemblée nationale, quotidien « fondé dès le lendemain de la Révolution de février, pour servir de tribune à des membres du personnel politique et administratif du régime de Juillet4 ». C'était lutter, en fait, contre La Gazette de France avec les armes de L'Assemblée nationale puisque, dans ce journal, le syntagme « littérature révolutionnaire » coiffe une série de seize articles publiés par Lerminier du 3 juin au 16 septembre 1850 (ceux des 17 et 25 juin, consacrés à Victor Hugo ne demeurèrent sans doute pas inconnus du poète). Au lendemain du discours de Hugo, le 23 août, La Gazette de France s'offusque : « M. Victor Hugo fait de M. de Balzac un écrivain révolutionnaire. Qu'entend-il par ces mots ? Il a voulu dire que l'auteur de tant de livres remarquables a été dans le sens de la révolution. Quelle révolution ? La révolution sociale, apparemment5 ». L'Événement, le 24, défend l'orateur, à tort accusé « de ranger Balzac parmi les écrivains révolutionnaires. Nous sommes étonnés de trouver dans ce journal [La Gazette de France] des niaiseries qui traînent partout sur le sens du mot révolutionnaire6 ». Lerminier, enfin, le 2 septembre, dans L'Assemblée nationale, résume et tente de conclure : « Au fond, ni son siècle ni la nature humaine ne trouvent grâce devant son inexorable pessimisme. Il [Balzac] ne traite pas mieux les paysans que les bourgeois, les journalistes que les banquiers. Sans aucun doute, Balzac n'est pas révolutionnaire7 ».

  • 8 Correspondance de Balzac publiée par Roger Pierrot, Garnier, 1960-1969, 5 vol. ; tome I, p. 45 (dé (...)

3On voit le conflit des interprétations et la chasse aux intérêts que suscita la valeur politique d'une dépouille à peine ensevelie. Sans surprise, car le commerce avec la politique n'a cessé d'intéresser Balzac, l'auteur, le penseur, l'homme, le militant. Dès l'âge de vingt ans, ne se définissait-il pas comme « un Brutus en abrégé8 », et ne travaillait-il pas à un Cromwell dont il voulait faire « le bréviaire des rois et des peuples » (Corr., t.I, p. 66) ?

Monde

4Nous n'entreprendrons pas ici l'étude des nombreux politiciens à l'œuvre dans La Comédie humaine, lesquels comptent parmi ses figures les plus reparaissantes et, peut-être, les plus représentatives : un premier ministre (de Marsay), un ministre de la Justice (Rastignac), un député (Canalis), un candidat (Maxime de Trailles), un adjoint au maire du deuxième arrondissement de la ville de Paris (César Birotteau), et d'autres encore, diplomates, pairs, sénateurs ; leurs auxiliaires : un magistrat (Granville), un juge d'instruction (Popinot), un espion (Corentin), un chef de la police (Vautrin) ; leurs secrétaires, obscures figures du renoncement et de la déception (Z. Marcas, Albert Savarus).

  • 9 L'expression appartient évidemment à Claude Duchet : « Idéologie de la mise en texte : ouverture d (...)
  • 10 Édition parue en 24 volumes entre 1869 et 1876. Jean-Yves Mollier en a retracé l'histoire dans Le (...)
  • 11 La Tribune, 31 octobre 1869, p. 7, sous la rubrique « Causeries » ; repris dans Œuvres complètes, (...)
  • 12 La Tribune, 31 octobre 1869 (dans ibid., p. 915).

5Il ne s'agira donc pas de relire La Comédie humaine et les œuvres qui la composent en tant que ces œuvres — comme toutes les œuvres — textualisent des visions du monde, une ou des idéologies, des représentations sociales. C'est dire qu'il ne s'agira pas, du moins pas provisoirement, du point de vue de la méthode, de voir en quoi ou comment les processus de textualisation incorporent des dits ailleurs, des dits antérieurs, organisés hors du texte dans les isotopies du discours social sur lesquelles l'œuvre littéraire opère par prélèvements pour créer les effets de référence nécessaires à sa communication. Il ne s'agira donc pas de voir en quoi, ou comment, les concrétions idéologiques que le roman fait circuler peuvent le mettre en conflit avec les lois qui le constituent par des perturbations ou des interférences qui le font dévier de son programme narratif ; c'est que le roman donne forme et figure, il « met en texte »9 le conforme et les différences. Emile Zola, bon lecteur, bon critique, bon romancier, et bon balzacien, avait bien vu cette tension, au fil des comptes rendus qu'il consacra à l'édition des Œuvres complètes de Balzac publiées par la maison Calmann-Lévy10. Ainsi, le 31 octobre 1869, dans La Tribune : « J'ai peu de place, je ne puis ici multiplier les exemples, montrer toute La Comédie humaine écrite par un démocrate sans le savoir. Mais il m'est aisé de prouver brièvement à quel point Balzac est allé contre toutes les croyances qu'il faisait sonner si haut11 ». Il conclut, une fois la démonstration, à ses yeux, faite : « J'aurais pu prendre tout autre roman que Le Cabinet des Antiques. Il est peu d'œuvres parmi celles de Balzac qui n'aillent ainsi contre les opinions politiques et religieuses de l'auteur12 ».

  • 13 Bernard Guyon : La Pensée politique et sociale de Balzac, Armand Colin, 1947, 829 p.
  • 14 La Comédie inhumaine, Gallimard, 1970, 838 p.
  • 15 Balzac et le mal du siècle, Gallimard, 1970, 2 vol. ; Mythes balzaciens, Armand Colin, 1972 ; Le M (...)
  • 16 Le Père Goriot, dans La Comédie humaine ; nouvelle édition publiée sous la direction de Pierre-Geo (...)

6C'est dire qu'il ne s'agira pas, du moins pas provisoirement, du point de vue du contenu, de réduire ou de résumer une certaine conception, dite balzacienne, de la France révolutionnée, capitaliste et bourgeoise. D'autres que nous, et notamment Bernard Guyon13, André Wurmser14 ou Pierre Barbéris15, s'en sont formidablement acquittés. Acceptons, cependant, de nous installer après Juillet (date politique), autour de l'invention de La Peau de chagrin (date littéraire). Nous ne plongerons pas au cœur d'une bataille d'allégories, ni dans une méditation sur le pouvoir, sur le désir et sur le destin de la vie humaine. Nous ne serons pas face à un vaste champ ouvert par la révolution, ni face à un monde en désordre, bouleversé, chancelant. Nous serons dans une société hiérarchisée, satisfaite, à prendre, dans une citadelle protégeant les nantis. Le triomphe des forts (de la trempe de Gobseck, « capable de faire des dominos avec les os de son père16 ») et l'élimination des faibles (ceux que subjugue leur passion, ceux qui ne peuvent la canaliser, la contrôler, lui résister) : telle semble être l'inexorable loi de la fiction balzacienne, loi de la jungle, loi d'une faune de carnassiers, de reptiles et de rongeurs, de loups-cerviers, d'aigrefins, de ramasseur de restes, loi d'un univers d'ambitions et de trahisons, d'ascensions et de chutes, loi d'un monde où l'argent ne vient pas de l'accumulation des efforts et du travail, ni de la gloire ni des services rendus a la nation, mais de richesses anciennes — chênes centenaires et vieilles terres grasses (le faubourg Saint-Germain) —, ou de fortunes nouvelles qui se matérialisent en métal, en immeubles, en banques, en mines (Nucingen), liquéfiables comme le vermeil que tord Goriot pour payer les dettes de l'amant de sa fille. A ceux qui vivent dans les salons, ou qui connaissent l'errance urbaine, dans un pays encore essentiellement agricole, les arbres, les labours et les champs sont désormais inutiles. Si les trois quarts des Français vivent encore dans des communes rurales, l'aristocratie du faubourg Saint-Germain, elle, a entrepris de « vend[re] ses terres pour jouer à la Bourse » (La Duchesse de Langeais ; Pl., t. V, p. 931).

7Il ne s'agira donc pas de cette représentation du monde de la force et du pouvoir, de la contrainte et de l'argent qui sert les appétits et les espérances qui le servent, qui trouble par les crimes qu'il entraîne toutes les vertus, qui contrarie par ses calculs les amours les plus passionnées, qui gâte par les complots qu'il engendre les sentiments les plus vrais. Il ne s'agira pas davantage de la leçon, ni de la morale, de ce monde représenté : nous ne sommes pas davantage condamnés au mal qu'au bien ; nous ne savons pas toujours, ni sur le plan individuel ni sur le plan collectif, où sont le bien et le mal ; il arrive que nous voulons le bien pour de mauvaises raisons ; il arrive que nous ne pouvons vouloir le bien.

Idées

  • 17 Deux cent soixante voix contre soixante. La candidature de Balzac avait pourtant été très dithyram (...)
  • 18 Œuvres diverses, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1990 et 1996, 2 vol. parus ; tome II, (...)
  • 19 Bernard Guyon : op. cit., p. 528.

8Il ne s'agira pas davantage de présenter quelques-unes des idées politiques de Balzac que l'on rencontrerait plus ou moins explicitement énoncées dans tel ou tel article, plus ou moins lucidement formulées à l'occasion de tel ou tel événement public, plus ou moins directement suscitées par telle ou telle circonstance biographique. Un exemple, toutefois, donnera l'idée de la fécondité de cette démarche : le flirt de Balzac avec le parti légitimiste — ou plutôt le flirt de Balzac avec la marquise de Castries déléguée par son oncle, le duc de Fitz-James, auprès de l'écrivain. On sait que le rapprochement ponctuel de Balzac avec ce parti, et sa candidature à la députation de Chinon en 1832, s'achevèrent par une sorte de séparation à l'amiable. Balzac ne fit pas activement campagne et fut battu, le 13 juin, par le juste-milieu Girod de l'Ain arrivant avec deux cents voix d'avance sur Jules Taschereau, le candidat du « mouvement »17. L'essentiel est ailleurs : dans un long « Essai sur la situation du parti royaliste » que Balzac venait de donner au Rénovateur, en deux livraisons, les 26 mai et 2 juin18. Bernard Guyon n'a évidemment pas tort de voir dans cette publication « un véritable manifeste électoral » et « pas seulement une prise de position théorique19 », la dernière et la plus importante, ajouterons-nous, des contributions de l'écrivain au journal de Pierre Laurentie.

9De quoi s'agit-il exactement ? Le Rénovateur fait campagne, à l'intérieur du camp légitimiste, pour la présentation de candidats et pour la participation aux élections. Mais siéger en Chambre exige de prêter serment à Louis-Philippe — roi que les légitimistes ne reconnaissent pas, et serment qu'ils dénoncent. Telle est « la situation du parti royaliste » qu'analyse Balzac, se disant « chargé de ce travail par [s]es amis » (O.D., t. II, p. 1047) sans avoir, ajoute-t-il, « ni la prétention ni le vouloir d'indiquer une marche à notre parti » (ibid., p. 1048). C'est donc contre ceux qui, dans son propre camp, prônent l'abstention qu'il prend la plume. Le duc de Fitz-James, échaudé par un échec à Toulouse le 8 janvier précédent, avait refusé de se présenter à Chinon. La circonscription était libre, la candidature de Balzac y fut symbolique : le jeune écrivain de talent fraîchement rallié que vantaient les journaux monarchistes n'était pas éligible. Cette solution de compromis convenait à toutes les tendances du parti.

  • 20 Lettres à madame Hanska, publiées par Roger Pierrot, Laffont, « Bouquins », 1990, 2 vol. ; tome I, (...)
  • 21 Voir les aperçus éclairants de Françoise Gaillard, que nous rencontrons avec plaisir sur bien des (...)

10Dans son étude, Balzac propose d'abord « un résumé historique destiné à éclairer les royalistes sur les modifications apportées par le temps dans leurs intérêts matériels et dans les principes qu'ils défendent » (ibid.). Il passe ainsi en revue quatre siècles, depuis « les querelles armées du xvie siècle », avant de formuler son objectif : « imprimer aux royalistes une pensée plus conforme au temps dans lequel nous sommes » (ibid., p. 1062). Comment ? En lui démontrant qu' « aujourd'hui, les seules armes que les royalistes doivent prendre sont celles que notre siècle a faites : la presse et la tribune » (ibid., p. 1063). Balzac a parfaitement compris que son temps — le « temps dans lequel nous sommes » — n'a rien à voir avec les siècles passés. Nous savons que cet inventeur de fables se définit comme un historien qui cherche dans le roman un « système » qui ne soit pas « inapplicable à un présent qui marche. L'auteur a devant lui pour modèle le dix-neuvième siècle » (« Préface » de Une fille d'Eve ; Pl., t. II, p. 265) ; nous savons encore que ce romancier définit son entreprise comme une « histoire de la société peinte en action20 », ou une « histoire de la société moderne en action » (Corr., t. III, p. 643). Mais le théoricien politique du légitimisme a tout à fait compris, à la différence des hommes de son parti, que ce temps nouveau, que ce monde moderne est celui d'une civilisation de la communication et de la circulation des idées, des opinions et des paroles, comme dépense (convaincre autrui), comme échange (autrui me persuade), comme compétition (différents autrui se disputent ma conviction), comme violence des uns sur les autres. En homme de la communication, en parfait médiologue, Balzac ne cesse de répéter aux royalistes que c'est « par la presse et par la parole » (O.D., t. II, p. 1065) que passent désormais le pouvoir, et la lutte pour son obtention, et les moyens de son exercice21. Sur ce différend, se prononce cordialement le divorce entre les abstentionnistes, qui furent en quelque sorte encouragés par le désistement du duc de Fitz-James à Chinon, et celui qui croit à l'intervention de l'homme de pensée sur la place publique.

  • 22 Voir encore Une fille d'Eve : le journalisme « tue le principe des grandes œuvres, et consacre la (...)
  • 23 O.D., t. II, p. 1066-1083. C'est au chapitre III du Médecin de campagne que Balzac réutilise son a (...)

11Retenons, pour l'heure, de l'engagement et de l'aventure légitimistes de Balzac, non pas simplement sa description de la presse et de la tribune, la tension qu'il maintient entre l'ancien (la tribune) et le nouveau (la presse), ou sa définition du journalisme — on en rencontre beaucoup sous la plume de l'écrivain, « religion des temps modernes » (La Peau de chagrin ; Pl., t. X, p. 93) ; « gouffre qui dévore tout et ne rend rien ; [...] monstre qui n'engendre pas » (XIe « Lettre sur Paris », 10 janvier 1831 ; O.D., t. II, p. 935)22 —, mais sa sensibilité et sa réaction, qui sont celles d'un homme de l'échange et de la communication, d'un homme de lettres, et non celles d'un homme de parti, ni d'un politique, ni d'un politicien. L'action (le politique) et le poétique ne lui apparaissent pas imperméables. Chez lui, l'engagement n'implique pas la suspension de l'activité littéraire, et celle-ci ne se trouve aucunement dépossédée de toute efficacité, sinon pourquoi reverserait-il, à l'automne 1832, dans Le Médecin de campagne qu'il est en train d'écrire la matière de l'article « Du gouvernement moderne » que vient de refuser Le Rénovateur23 ? Il est vrai que « la théorie du pouvoir » que Balzac y développe invoque les principes de Machiavel en les adaptant : « Aujourd'hui, Machiavel n'eût pas intitulé son livre : Le Prince, mais Le Pouvoir. Le POUVOIR, être moral, créature de raison, devant rester un et fort, est quelque chose de plus grand que le PRINCE » (O.D., t. II, p. 1073).

Prince

12Le prince entre les mains duquel se dépose le pouvoir, celui qui gouverne, c'est désormais, au xixe siècle, dans le « temps dans lequel nous sommes », celui qui règne sur l'opinion. En 1834, dans l'« Envoi » du Prêtre catholique, Balzac revendique la totale indépendance de « l'écrivain a[yant] remplacé le prêtre » (Pl., t. XII, p. 802), et ne dédicaçant plus : « Le temps des dédicaces n'est plus. [...] Une œuvre ne saurait donc être cachetée aux armes d'un clan, offerte à un financier, prostituée à une prostituée » (ibid., p. 802-803).

  • 24 Paul Bénichou : Le Sacre de l'écrivain 1750-1830, Corti, 1973.

13Paul Bénichou a bien montré comment s'opère, dans le passage du xviiie au xixe siècle, le transfert idéologique qui promeut la figure du poète à la place de celle du philosophe ayant sapé les bases de la société ancienne24. Balzac proclame autre chose : c'est l'imprimerie qui succède au prêtre, au pontife, au prophète — « La presse a organisé la pensée, et la pensée va bientôt exploiter le monde. Une feuille de papier, frêle instrument d'une immortelle idée, peut niveler le globe. Le pontife de cette terrible et majestueuse puissance ne relève donc plus ni des rois, ni des grands, il tient sa mission de Dieu [...]. L'imprimerie lui a fait avancer l'avenir [...] » (ibid., p. 803). Tel est le rôle de la presse et du journalisme comme règne et comme organisation de la pensée en parole et en communication dans l'espace public et dans l'humanité sociale. Campant le sujet d'un roman historique, 1'« Introduction » de Sur Catherine de Médicis applique au passé cette loi moderne : « L'imprimerie vint en aide à l'opposition commencée par les Vaudois et les Albigeois. Une fois que la pensée humaine, au lieu de se condenser comme elle était obligée de le faire pour rester sous la forme la plus communicable, revêtit une multitude d'habillements et devint le peuple lui-même au lieu de rester en quelque sorte divinement axiomatique, il y eut deux multitudes à combattre : la multitude des idées et la multitude des hommes » (Pl., t. XI, p. 174).

14Commandé par madame Hanska, l'« Envoi » du Prêtre catholique qui ne fut — est-ce un paradoxe ? — jamais imprimé, sacralise la figure de celui par qui advient la littérature (« l'écrivain a remplacé le prêtre »), tout en condensant les arguments qui justifient, chez Balzac, l'importance primordiale accordée par ses analyses raisonnées de la situation de la librairie autant que par son œuvre fictionnelle, à l'imprimerie, au journal, au livre, aux conditions techniques de fabrication, de multiplication et de diffusion de la littérature et de l'écrit. Contemporaine de cette entreprise inaboutie — Le Prêtre catholique est aussi un roman abandonné —, la « Lettre adressée aux écrivains français du xixe siècle » que Balzac donne à la Revue de Paris le 2 novembre 1834 interpelle le personnel politique en des termes voisins de ceux que nous venons de rencontrer : « Messieurs d'hier, qui vous a fait rois ? [...] La pensée vient de Dieu, elle y retourne ; elle est située plus haut que ne sont les rois ; elle les fait et les défait » (O.D., t. II, p. 1238). Ce plaidoyer en faveur de la profession des hommes de lettres précise aussi la relation de communication que l'auteur entretient avec son lecteur : dans le livre, « l'auteur a mis une offrande écrite » (ibid., p. 1246). Ce don du livre se situerait hors de l'échange marchand, et constituerait l'écrivain en prince parce qu'il est donateur. Dans cette économie de l'offrande, l'œuvre et sa dédicace imprimée, son manuscrit et son envoi autographe deviennent des entités transcendantes que le don transforme en oblation de soi.

  • 25 Les suivants ont paru les 11 mars et 22 avril. Sur cette étude capitale à tous égards, voir Roland (...)

15L'euphémisation de la relation économique n'est pas sa négation ni sa disparition. Balzac le sait mieux que quiconque. Dès le 25 février 1830, dans La Silhouette, en tête du premier d'une série de trois articles25 qui constituent une précoce tentative de définition de la figure de l'artiste, il écrivait déjà : « Un homme qui dispose de la pensée est un souverain. Les rois commandent aux nations pendant un temps donné, l'artiste commande à des siècles entiers » (« Des Artistes » ; O.D., t. II, p. 708) ; et affirmait immédiatement ensuite : « Jadis les rois traitaient de puissance à puissance avec les princes de la pensée » (ibid., p. 709). Si l'écrivain est prince parce qu'il est donateur, il l'est évidemment surtout parce qu'il dispose et dispense de la pensée. Le Traité de la vie élégante le répétera à l'automne de la même année : « Il [l'artiste] est toujours l'expression d'une grande pensée qui domine la société » (Pl., t. XII, p. 215). Balzac ne variera jamais sur ce point. Son propos ne ressemble toutefois pas à la restauration d'un statut d'Ancien Régime par lequel l'artiste travaillerait à l'image et au prestige du souverain. Le passage, sur le mode de l'être, de l'essence et de l'incarnation, est métaphoriquement simple de l'un à l'autre : tel écrivain est poète (ou romancier), tel auteur est la poésie (ou le roman), comme le prince est le pouvoir — tandis qu'en d'autres régimes, électif par exemple, les détenteurs du pouvoir ont le pouvoir (qui leur est donné par ceux qu'ils représentent) ; ils ne le sont pas. Ajoutons, cependant, que le prince représente, mais que c'est d'une autre manière : il est (le pouvoir) parce qu'il a (les signes du pouvoir).

  • 26 « Préface » aux Nouvelles Odes, dans Œuvres complètes, édition chronologique sous la direction de (...)

16Une telle conception de l'artiste, proche de l'engagement royaliste des jeunes romantiques, ressemblerait plutôt à celle des premières Odes de Hugo, qui célèbre en poète courtisan, entre 1818 et 1822, les victimes de la Révolution (« La Vendée », « Quiberon », « Louis XVII »), la restauration de la monarchie (« Le rétablissement de la statue de Henri IV »), la famille des Bourbons (« La mort du duc de Berry », « La naissance du duc de Bordeaux », « Le baptême du duc de Bordeaux ») ; de ce Hugo pensionné de Louis XVIII, puis de Charles X, décoré de la Légion d'honneur à 23 ans, invité en mai 1825 au sacre avec Lamartine et Nodier (« Les funérailles de Louis XVIII », « Le sacre de Charles X ») ; de ce Hugo qui écrit dans la préface de 1824 aux Nouvelles Odes que la poésie ne peut exister que dans une perspective monarchiste et religieuse, et que le poète, chantre d'une loi divine, « ne sera jamais l'écho d'aucune parole, si ce n'est de celle de Dieu26 ». On objectera que la Restauration pensionne les poètes et non pas les romanciers ; nous répondrons qu'en choisissant un genre littéraire, un écrivain choisit un mode d'inscription au sein de la littérature autant qu'un certain rapport à la société et au monde, à ce qui n'est pas la littérature et qui l'environne pourtant.

Propriétaire

17Balzac propose le pacte politique, et réactionnaire, de la propriété. Ce n'est pas exactement le pacte des riches contre les pauvres comme peut le faire entendre le Traité de la vie élégante : « En octobre 1830, il existe encore deux espèces d'hommes : les riches et les pauvres » (Pl., t. XII, p. 222), et qui spécifie brutalement : « Depuis que les sociétés existent, un gouvernement a donc toujours été nécessairement un contrat d'assurance conclu entre les riches contre les pauvres » (ibid., p. 218) ; c'est plutôt le pacte de « ceux qui possèdent » contre « ceux qui n'ont rien », dont le journaliste politique des Lettres sur Paris évoque « la lutte » le 31 décembre 1830, « lutte qui existe dans toute société [...] entre les privilèges et les prolétaires » (Xe « Lettre sur Paris » ; O.D., t. II, p. 925). L'auteur du Départ, petite contribution à un keepsake carliste, L'Émeraude, publié pour les étrennes de décembre 1831 par Urbain Canel, un vieux complice, confirmera ce point de vue : « Un roi héréditaire est le sceau de la propriété, le contrat vivant qui lie entre eux tous ceux qui possèdent contre ceux qui ne possèdent pas » (O.D., t. II, p. 1024).

  • 27 Estimation de G. de Bertier de Sauvigny : « Le pays légal se trouve ainsi constitué par quelque 90 (...)
  • 28 Pierre Larousse estime que les dispositions de 1831 firent « plus que doubler le nombre des électe (...)
  • 29 Sur la publication des œuvres complètes comme marque de la propriété de l'auteur, voir Roland Chol (...)
  • 30 Article « Anthologie », exceptionnellement signé « Pierre Larousse », Grand Dictionnaire universel (...)

18La Charte de 1814 avait fixé le cens électoral à 300 francs (et l'âge à trente ans), le cens d'éligibilité à 1 000 francs (et l'âge à quarante ans) ; les modifications introduites par la loi du 19 avril 1831 abaissèrent le cens électoral à 200 francs (et l'âge à vingt-cinq ans), le cens d'éligibilité à 500 francs (et l'âge à trente ans). Dans cette France censitaire qui réserve le droit de vote à une petite élite dont la fortune est attestée par son seuil d'imposition (quatre-vingt dix mille électeurs sous la Restauration27 ; le double sous Juillet28), selon une constitution qui distingue entre citoyens actifs — qui ont des droits politiques — et citoyens passifs (qui n'ont que des droits civiques), dans un régime de propriétaires, le plaidoyer balzacien consiste à associer l'artiste à la classe des propriétaires. Ou bien l'homme de lettres s'enrichit — c'est la voie longue — comme tout un chacun (et l'on connaît la fortune du mot de Guizot : « Enrichissez-vous par le travail et par l'épargne ») ; ou bien il se fait immédiatement reconnaître en tant que propriétaire — c'est la voie rapide. Mais de quoi peut-il être le propriétaire ? De ses œuvres, tout simplement, et, mieux, de ses œuvres complètes29, lesquelles ne révèlent pas simplement un souci d'honorabilité, ou un désir de légitimité, ou une quête de notabilité, elles exhibent une propriété, elles fondent un patrimoine, elles marquent un territoire en le clôturant. Pierre Larousse, proche à tant d'égards de Balzac, mobilisera explicitement la métaphore au tome I de son Grand Dictionnaire universel du xixe siècle : « Personne n'a le droit de venir semer et récolter dans le champ que, le premier, j'ai défriché et arrosé de mes sueurs30 » ; et la semeuse de sa maison apparaît aussi profondément juste et pertinente que l'homme à la bêche d'Alphonse Lemerre. Balzac, défendant la propriété littéraire en 1839, ne raisonnait-il pas à partir du cas des « dix ou douze maréchaux de France littéraires, [...] qui offrent à l'exploitation une certaine surface » (« Lettre au rédacteur de La Presse », 18 août 1839 ; Corr., t. III, p. 676) ? A ce titre, avec ce titre de propriété, avec cette « surface » — commerciale, et non plus territoriale —, l'écrivain peut entrer dans la lice politique, et jouter, puisque la propriété implique le droit politique.

19Nous disions propriétaire et producteur car, en effet, sans revenir sur les rapports qu'eut — ou que n'eut pas — Balzac avec les saint-simoniens, force est de constater qu'il emprunte leur terminologie, notamment lorsqu'il affirme que la « mission » de l'artiste consiste à « produire des effets prodigieux par le rapprochement de deux choses vulgaires » (« Des Artistes » ; O.D., t. II, p. 715) ; ou lorsque sa plume dénonce « le peu de respect qu'on a généralement en France pour les hommes auxquels la nation doit sa gloire » (ibid., p. 708), les « hommes qui spéculent sur les produits de la pensée » (ibid., p. 711) et le gouvernement constitutionnel : « quatre cents propriétaires, négociants ou avocats rassemblés, qui ne concevront jamais qu'on doive envoyer cent mille francs à un artiste » (ibid., p. 709). Étonnante puissance du chiffre, chez Balzac, ce « quatre cents » répété treize ans plus tard, en 1843, dans la préface de Les Souffrances de l'inventeur, troisième partie de Illusions perdues : « Il faut que les quatre cents législateurs dont jouit la France sachent que la littérature est au-dessus d'eux » (Pl., t. V, p. 120).

  • 31 Thierry Bodin : « Autour d'une critique de La Peau de chagrin », L'Année balzacienne 1997, p. 289- (...)

20Considéré isolément, l'argument balzacien peut paraître proche de celui des doctrinaires et des membres de la fraction modérée du parti libéral, qui proposent d'adjoindre à l'élite fortunée les « capacités », les hommes cultivés qui ne sont pas forcément riches. Dans une lettre dont Thierry Bodin a récemment montré qu'elle doit être datée d'août 183131, Balzac expose au rédacteur en chef d'un journal non identifié sa doctrine : « Il ne s'agit que de hiérarchiser la capacité » (Corr., t. II, p. 597). L'année suivante, lorsqu'il énumère à Zulma Carraud les « principaux points de [s]a politique », il n'omet pas « la reconnaissance des supériorités réelles » (ibid., p. 128 ; 23 septembre 1832). Mais la prétention à l'oisiveté, à la dilapidation, à la paresse et à la prodigalité, au luxe et au dandysme, qui traverse la pensée balzacienne, « Des Artistes » autant que le Traité de la vie élégante, oblige à constater que la « capacité » des banquiers, des avocats, des médecins, de ceux qui se distinguent dans les arts libéraux n'est pas le « talent » — encore moins le « génie » — de ceux qui s'illustrent dans les beaux-arts. Le plaidoyer de Balzac s'achève d'ailleurs, dans La Silhouette, sur un rappel anti-saint-simonien contre toute utilité, contre tout bien public et contre toute préoccupation collective : « Tout homme doué par le travail, ou par la nature, du pouvoir de créer, devrait ne jamais oublier de cultiver l'art pour l'art lui-même » (« Des Artistes » ; O.D., t. II, p. 720). Il y a ici un écart irréconciliable.

21L'argument de Balzac n'est toutefois pas davantage celui des conservateurs selon lesquels la nation doit être gouvernée par sa frange éclairée — quitte à ce que la souveraineté de la raison s'oppose à la souveraineté du peuple. Balzac, il est vrai, ne cesse de prôner l'union des « princes de la pensée, du pouvoir ou de l'industrie » (Traité de la vie élégante ; Pl., t. XII, p. 223), de défendre une triple alliance : « L'Aristocratie, l'Industrie et le Talent » (« Préface » du Cabinet des Antiques, Pl., t. IV, p. 959), « l'ambition du noble, l'ambition du négociant enrichi, l'ambition du poète. L'esprit, l'argent et le grand nom [...] » (« Préface » de Les Souffrances de l'inventeur, Pl., t. V, p. 117), « le droit d'élection ne doit être exercé que par des hommes qui possèdent la fortune, le pouvoir ou l'intelligence » (Le Médecin de campagne ; Pl., t. IX, p. 510). Son jugement est en réalité souvent plus nuancé : « [...] l'abus nécessaire que constitue l'inégalité des fortunes s'est régénéré sous de nouvelles formes. N'avons-nous pas, en échange d'une féodalité risible et déchue, la triple aristocratie de l'argent, du pouvoir et du talent, qui, toute légitime qu'elle soit, n'en jette pas moins sur la masse un poids immense, en lui imposant le patriciat de la banque, le ministérialisme, et la balistique des journaux ou de la tribune, marchepieds des gens de talent ? » (Traité de la vie élégante ; Pl., t. XII, p. 222). C'est cette conception du corps social liée à une théorie du pouvoir qu'expose l'article doctrinal « Du gouvernement moderne » que nous avons précédemment évoqué :

Il y a eu perfection dans l'ordre social parce qu'il s'est coordonné naturellement : trois classes distinctes se sont dessinées franchement, et ces trois zones se retrouveront infailliblement parmi toutes les sociétés humaines, en allant du bourg à la ville, de la ville à la contrée, de la contrée à la capitale, de la capitale au pays ; elles sont inévitables, et il n'y a pas de constitution sociale, même en faisant table rase, qui puisse les briser, les concasser perpétuellement pour obtenir des unités égales. Ces trois natures sont la masse pauvre, et ignorante, la masse moyenne, et la masse aristocratique, dans laquelle il faut comprendre toutes les supériorités créées par l'argent, le pouvoir et l'intelligence (O.D., t. II, p. 1073-1074) ;

22et que les romans dits utopiques, Le Curé de village et Le Médecin de campagne, s'efforcent d'exprimer : « [...] les supériorités sont une conséquence de l'ordre social. Elles sont de trois sortes et incontestables : supériorité de pensée, supériorité politique, supériorité de fortune » (Le Médecin de campagne ; Pl., t. IX, p. 509) — intelligence, pouvoir, argent.

  • 32 Compte rendu de La Confession de Jules Janin, Feuilleton des journaux politiques, 14 avril 1830 (O (...)

23Balzac assimile, en effet, la puissance intellectuelle à la primauté de la naissance : « L'aristocratie et le pouvoir du talent sont bien plus réels que l'aristocratie des noms et la puissance matérielle » (« Des Artistes » ; O.D., t. II, p. 715-716) ; ou bien : « Le grand seigneur, niais et pauvre rôle, depuis que l'aristocratie du nom s'efface et pâlit devant celle du talent32 ». Il récuse et condamne toutefois l'aristocratie pour avoir cru que cette coordination entre la pensée et le nom fonctionnait dans le sens inverse à celui qu'il indique et qu'il défend lui-même : « L'homme du faubourg Saint-Germain a toujours conclu de sa supériorité matérielle en faveur de sa supériorité intellectuelle » (La Duchesse de Langeais ; Pl., t. V, p. 929) ; il y voit l'un des éléments constitutifs de la « fausse politique » de cette caste (ibid.).

24Qu'en est-il, peut-on avoir envie d'ajouter, de la particule que Balzac usurpa au mépris de ses adversaires qui s'en gaussèrent, et s'en irritèrent, tant et plus ? Rappelons-nous que Bernard-François, le père, s'était nommé « de Balzac » bien avant le fils auquel il a proposé son exemple, et que la labilité et la circulation des noms propres sont aussi des phénomènes d'époque. Traditionnellement perçue comme une simple revendication nobiliaire (ce qu'elle fut, à n'en pas douter, chez le père), l'appropriation de la particule par le roturier « Honoré Balzac » nous semble être, au moins autant, si ce n'est davantage, l'affirmation d'un statut d'artiste : la revendication porte sur la noblesse de l'aristocrate et sur la noblesse de l'artiste. Si l'artiste est propriétaire, il est d'abord le propriétaire de son nom propre — du nom propre dont il signe les œuvres dont il est propriétaire — ; et son nom propre dit sa noblesse, sa propriété et sa puissance : « Quand Arouet s'est appelé Voltaire, il songeait à dominer son siècle, et voilà une prescience qui légitime toutes les audaces » (« Historique du procès auquel a donné lieu Le Lys dans la vallée » ; Pl., t. IX, p. 930).

25On pourrait, au total, croire Balzac proche des jeunes romantiques royalistes ou des saint-simoniens, proche de la propriété foncière spoliée par la révolution, des émigrés dont les biens sont devenus nationaux comme les œuvres de l'homme de génie appartiennent à la nation (ce que détermine, le 21 juillet 1793, un décret de la Convention faisant suite à un rapport de Lakanal), ou proche encore de ceux qui ne pouvaient trouver leur place au soleil dans la France d'Ancien Régime, de ceux qui, comme l'artiste, ne sont pas propriétaires. Laissons-lui plutôt son originalité, c'est-à-dire sa solitude. Balzac est, loin des partis, un homme seul.

Sujet

26Parce qu'il est le producteur et le propriétaire de ses œuvres, l'artiste balzacien est, de fait, un agent politique. Une activité professionnelle — qu'elle soit issue des arts libéraux ou des beaux-arts — est un affranchissement de toute forme de servitude et de contrôle : « En effet, aujourd'hui, les arts n'ont que très peu de salaire à attendre du pouvoir. Le peuple sait, seul, solder les artistes avec magnificence » (« Prospectus » de La Caricature, début octobre 1830 ; O.D., t. II, p. 796). Elle n'a à répondre que d'elle-même et ne peut être fonctionnarisée : « Quant à l'argent, jamais les arts n'en ont moins obtenu du gouvernement » (« Des Artistes » ; O.D., t. II, p. 708). Cette pratique intellectuelle libre exige la propriété commerciale de son produit. Tel serait le premier fondement — tout à la fois économique et socio-culturel — d'une théorie du sujet : en droit bourgeois, l'activité libérale (comme on dit « profession libérale ») crée un sujet producteur, responsable et propriétaire de ses œuvres, de ses actes et de ses paroles. Etre écrivain, se revendiquer artiste, c'est donc se définir comme le sujet autonome d'une création libre ; l'art libéral est donc le lieu d'un engagement réel, d'une expression authentique de l'être, d'une décision de la conscience individuelle dont la vérité et l'identité peuvent entrer en rivalité avec le jeu social des intérêts, l'hypocrisie des calculs, le compromis des élections.

  • 33 Voir, par exemple, les deux tentatives de Balzac publiées par Roland Chollet : « Un épisode inconn (...)

27Ceci n'est pas sans conséquences. Balzac s'aperçoit très tôt, et beaucoup plus tôt que la plupart de ses contemporains, qu'en situation de marché, la propriété intellectuelle est compromise ou menacée par la propriété commerciale. D'où sa tentative de définir le rapport de propriété qui lie l'artiste à son produit, son interrogation sur le système de la librairie (il essaiera d'en être le réformateur33) et sur la situation de l'écrivain (il s'en fera le défenseur au sein de la Société des gens de lettres et militera pour le droit d'auteur et la propriété littéraire). D'où son goût pour le légitimisme : « La légitimité, système inventé plus pour le bonheur des peuples que pour celui des rois, découle de l'impossibilité de gouverner le peuple quand l'État reconnaît des droits égaux à celui qui ne possède rien comme à celui qui possède beaucoup, à celui qui n'a point d'idées comme à celui qui a conquis une puissance intellectuelle » (« Essai sur la situation du parti royaliste », O.D., t. II, p. 1059). D'où son goût pour les sociétés stables, au pouvoir fort et centralisé, qui garantissent la propriété. Et la préférence idéologique et morale pour le catholicisme, « le plus grand élément d'Ordre social » (« Avant-propos », Pl., t. I, p. 12), s'en trouve peut-être éclairée, tout comme la prédilection pour le droit d'aînesse et pour le majorât, lesquels préservent l'acquis des fortunes, les inscrivent dans une logique durable de la transmission et de la filiation, les garantissent contre les héritages, évitent le morcellement de la propriété territoriale (voir Les Paysans), et prémunissent contre le fantasme de la division, du partage, de la dépense et de la perte.

28C'est au tout début de la monarchie de Juillet que se fixe la politique balzacienne de l'artiste, au moment d'une refonte du régime censitaire qui persiste à ignorer la propriété de l'écrivain (ses œuvres). Nous avons pu voir qu'aux yeux de Balzac, cette propriété intellectuelle est comparable à la propriété du nom, ou à la propriété foncière, ou à celle de l'argent, et doit leur être associée dans le pacte, qu'il nomme « aristocratie », des propriétés — qu'il nomme « ambitions », « supériorités », « capacités ». Ce que demande Balzac, c'est le partage — ou le bénéfice — d'un système qui ignore les droits de l'artiste alors qu'il devrait les assurer. Dans la lettre qu'il envoie à son oncle, Louis Lambert suppute une mise à l'écart délibérée : « Si le gouvernement avait une pensée, je le soupçonnerais d'avoir peur des supériorités réelles qui, réveillées, mettraient la société sous le joug d'un pouvoir intelligent » (Louis Lambert ; Pl., t. XI, p. 649).

  • 34 L'image est récurrente : « La semaine dernière, je n'ai pas pris en tout 10 heures de sommeil. Aus (...)

29Nous pourrions conclure immédiatement, en évoquant l'abandon du Député d'Arcis, ce roman des Scènes de la vie politique d'abord intitulé Une élection en province, puis Une élection en 1838. La première partie parut en feuilletons en avril-mai 1847 dans L'Union monarchique, mais le 29 juillet 1848, Balzac jette au feu les épreuves de l'ensemble « car elles étaient tellement mêlées qu'aucune puissance humaine n'auraient pu les mettre en ordre. Ça été un deuil de l'âme » (L.H.B., t. II, p. 937). Les causes de ce sacrifice et de cet abandon ont été beaucoup commentées, autant que le renoncement du génie fatigué, dont le « cerveau [...] s'est couché comme un cheval fourbu » (ibid., p. 450)34. Mais, au fond, quel intérêt y a-t-il à raconter une histoire électorale sous le régime censitaire alors que la révolution de Février 1848 vient d'instaurer le suffrage universel ?

Maréchal

  • 35 Fernand Baldensperger : Orientations étrangères chez Honoré de Balzac, Librairie ancienne Honoré C (...)

30Un phénomène doit cependant retenir encore notre attention. Si la réflexion de Balzac semble assez rapidement fixée dans le cadre national de la monarchie de Juillet, elle se transporte bientôt à l'échelle du continent. Selon Fernand Baldensperger, ce sont les années 1832-1836 qui « marquent le mieux, dans la destinée du grand romancier français, une ″européanisation″ consciente35 » qu'il nous reste à examiner.

  • 36 Préface au recueil Maximes et pensées de Napoléon recueillies par Balzac et cédée spar lui à J.-L. (...)
  • 37 Edmond Werdet : Portrait intime de Balzac. Sa vie, son humeur et son caractère, Dentu, 1859, p. 33 (...)

31À l'image de Napoléon qui se sacre lui-même sous les yeux du pouvoir spirituel, « le prince de la pensée » se sacre dans un monde qui se laïcise, tandis que la littérature revendique son autonomie, organise sa sphère publique, ses normes et ses formes institutionnelles. Dans l'imaginaire balzacien, la figure napoléonienne est une figure de synthèse qui occupe deux emplois. Elle emblématise d'abord la fonction du législateur, de l'organisateur — Napoléon est le « plus grand organisateur des temps modernes36 » —, de celui qui pèse et qui légifère sur les mœurs, et qui est, pour cette raison même, l'alter ego et le rival du romancier-historien des mœurs, de l'écrivain dont « la loi » propre « le rend égal et peut-être supérieur à l'homme d'État » (« Avant-propos », Pl., t. I, p. 12). Napoléon est d'autre part le chef des armées dont l'écrivain achève le combat européen, car « si la France exerce une prépondérance en Europe, elle le doit surtout à ses hommes d'intelligence. Aujourd'hui, la plume a évidemment remplacé l'épée » (« Lettre au rédacteur de La Presse », 18 août 1839 ; Corr., t. III, p. 676). Balzac affirme très tôt, dans sa correspondance privée, sa volonté de « gouverner le monde intellectuel en Europe » (L.H.B., t. I, p. 57 ; 13 septembre 1833) ; et dans une lettre à Laure Surville, du 20 juillet 1832, il se disait déjà « au moment d'être à la tête des intelligences de l'Europe » (Corr., t. II, p. 62). Ce rêve, qui rejoint l'anecdote que rapporte Werdet, du bout de papier « collé sur le fourreau de l'épée » de la statuette en plâtre de l'Empereur, dans le cabinet de travail de la rue Cassini, puis à Chaillot, avec cette inscription : « Ce qu'il n'a pu achever par l'épée, je l'accomplirai par la plume »37, va, en réalité, bien au-delà. En effet, Balzac professe, en termes identiques, la même rivalité dans ses écrits publics contemporains. Ainsi, la « Lettre adressée aux écrivains français du xixe siècle » que nous avons déjà évoquée, exige une « enquête sur l'état de la littérature, considérée comme intérêt matériel, comme produit énorme, comme moyen d'imposer l'Europe, de régner sur l'Europe par la pensée, au lieu de régner par les armes » (O.D., t. II, p. 1250). Balzac transpose le conflit sur un terrain qui n'est pas choisi au désavantage de la France : « une des gloires de la France est de remuer l'Europe par la plume comme elle l'a remuée par l'épée » (« Préface » de Une fille d'Eve, 1839 ; Pl., t. II, p. 267) ; et dans Modeste Mignon, en 1844, encore, bien que la parole soit donnée à Canalis : « Nous régnerons par le Livre peut-être plus sûrement, plus longtemps que par le Glaive » (Pl., t. I, p. 644).

  • 38 Voici le début de la longue tirade sur Napoléon, encore fois placée dans la bouche de Canalis, don (...)

32La métaphore napoléonienne, impériale et guerrière, inscrit donc sa fonctionnalité dans le registre de la lutte de la France contre l'Europe poursuivie dans le domaine intellectuel. Elle permet à Balzac de penser son statut à l'échelle de son continent et de son siècle, et lui sert de relais. Le « prince de la pensée » gouverne l'Europe par la plume comme l'Empereur la gouverna par les armes, mais celui-ci était en outre, selon l'écrivain — il importe de ne pas l'oublier —, la fusion des pouvoirs spirituel et temporel, « un homme qui avait dans sa tête un code et une épée, la parole et l'action » (Autre étude de femme ; Pl., t. III, p. 701)38. « Des Artistes » disait déjà, en 1830, cette dualité et cette réversibilité : « Ainsi tout va de pair dans tout ce qui procède de l'intelligence, et Napoléon est un aussi grand poète qu'Homère : il a fait de la poésie comme le second a livré des batailles » (O.D., t. II, p. 711). Le poète est homme d'action, et l'homme d'action est poète (Vautrin : « Je suis ce que vous appelez un artiste. [...] Mes poésies, je ne les écris pas : elles consistent en actions et en sentiments » ; Le Père Goriot, Pl., t. III, p. 136 et p. 141).

33On retrouve chez le « maréchal de la littérature » (le mot est de Victor Hugo), ou le « Napoléon des lettres » (le mot est de Paul Bourget), ces deux ordres, l'amalgame des institutions civiles et religieuses, les « deux Vérités éternelles » à « la lueur » desquelles le romancier prétend écrire : « la Religion, la Monarchie » (« Avant-propos » ; Pl., t. I, p. 13), une autorité à parler politique en même temps qu'une attitude qui ne s'écarte pas de l'action. C'est que Balzac se projette bien au-delà de la nostalgie partagée par les jeunes romantiques pour la gloire d'Empire qui avait tout éclipsé, pour les jeunes militaires auxquels le peu de temps séparant deux campagnes — la suivante pouvait être la dernière — donnaient toutes les audaces, pour ces officiers fougueux qui faisaient sonner leurs bottes sur les parquets cirés des salons et sous les lustres d'or des bals — désormais les seuls champs de bataille où vaincre et s'illustrer, par des conquêtes qui ne sont plus qu'amoureuses.

Intelligentiel

  • 39 Alphonse Karr a laissé un piquant récit de quelques dîners au cabaret du Cheval rouge qui devaient (...)
  • 40 On rencontre au moins deux autres occurrences du mot, chez Balzac, l'une et l'autre sous forme adj (...)
  • 41 Alain Pagès : Emile Zola. Un intellectuel dans l'affaire Dreyfus, Librairie Séguier, 1991.

34Dix jours avant d'exposer à madame Hanska le programme de sa grande œuvre complète — qu'il ne réalisera que huit années plus tard —, Balzac écrit à sa correspondante, le 16 octobre 1834 : « Nous avons atteint à l'ère de l'intelligence. Les rois matériels, la force brutale s'en va [sic]. Il y a des mondes intellectuels [...]. Il y aura des souverains dans le royaume universel de la pensée » (L.H.B., t. I, p. 202). Dix mois plus tard, en août 1835, se sentant « à la veille de commencer l'existence politique » (ibid., p. 265), il songe à s'appuyer sur la Revue de Paris et sur la Revue des Deux Mondes — « elles se réunissent à moi, me prennent pour chef » (ibid.) — pour former, avec François Buloz, un parti : « Je pense à n[ous] faire appeler le parti des intelligentiels, nom qui prête peu à la plaisanterie, et qui constituerait un parti auquel on serait flatté d'appartenir. Chef de ceci, en France, cela vaut la peine qu'on y pense. [...] Rien ne résisterait à cette ligue armée » (ibid.)39. Rien ne se fera, car Balzac se brouillera avec Buloz et la Revue de Paris à propos du Lys dans la vallée avant la fin de l'année ; la rupture, soldée par un retentissant procès, suivra. « Parti des intelligentiels », ou des « hommes d'intelligence », si l'adjectif signifie bien « de l'intelligence », ou « relatif à l'intelligence »40 : un substantif, ici, se cherche qui désignerait, bien avant l'affaire Dreyfus41, celui qui entre dans l'arène politique, et qui lutte au moyen de la plume contre l'étouffement du pouvoir.

35Ayant fait l'épreuve de la caducité des catégories anciennes, celles du poète et de l'artiste autant que celles du propriétaire et du producteur, celles du prêtre et du prophète autant que celle du prince et du maréchal, une pensée sûre de son droit, de sa force et de son pouvoir de transformation — elle possède un savoir certain sur des sujets importants aux hommes —, cherche à s'incarner. Le projet politique de Balzac est un projet philosophico-politique marqué par le souci de prendre part aux débats de la quotidienneté et de rester présent à l'événement — au risque de quitter la communauté philosophante. Toujours déjà saisie par le milieu qu'elle veut éclairer, ou dont elle veut faire sortir le sens, la parole balzacienne est tout à la fois réfléchissante en même temps qu'elle mène à des fins. Parole d'acteur et parole de théoricien.

Notes

1 L'Événement, jeudi 22 août 1850 (articles de tête « Les obsèques d'Honoré de Balzac », p. 1 col. 1-4) ; repris dans Actes et paroles, tome I : Avant l'exil (Michel Lévy, 1875, p. 420-423) ; dans Œuvres complètes, édition chronologique sous la direction de Jean Massin, Club français du livre, 1968, t. VII, p. 316-318.

2 Jean Pommier : « Balzac "écrivain révolutionnaire" », L'Année balzacienne 1967, p. 247-258.

3 La Gazette de France, mercredi 21 août 1850 (p. 2 col. 1-2 ; article non signé).

4 Jean Pommier : loc. cit., p. 247.

5 La Gazette de France, vendredi 23 août 1850 (p. 3 col. 1 ; article non signé).

6 L'Événement, samedi 24 août 1850 (p. 1 col. 4-5 ; article non signé).

7 L'Assemblée nationale, lundi 2 septembre 1850 (p. 3 col. 1-5 ; « De la littérature révolutionnaire. XIV. le roman démagogique »).

8 Correspondance de Balzac publiée par Roger Pierrot, Garnier, 1960-1969, 5 vol. ; tome I, p. 45 (désormais abrégé en « Corr. »).

9 L'expression appartient évidemment à Claude Duchet : « Idéologie de la mise en texte : ouverture de Germinal », Dossiers pédagogiques de la RTS [radio-télévision scolaire], tome II, français, 1972-1973, p. 104-107 ; « La mise en texte du social », Balzac et La Peau de chagrin, Sedes, 1979, p. 79-92 ; « Idéologie de la mise en texte », La Pensée, n° 215, octobre 1980, p. 95-107 (autre publication du même article sous le titre « Enjeux idéologiques de la mise en texte », Revue de l'Université de Bruxelles, 1979-3/4, p. 316-332).

10 Édition parue en 24 volumes entre 1869 et 1876. Jean-Yves Mollier en a retracé l'histoire dans Le Courrier balzacien, n° 20, juillet 1985, p. 4-12. Les comptes rendus de Zola ont notamment paru dans Le Gaulois, 8 février 1869, 17 mars 1869 ; La Tribune, 31 octobre 1869 ; Le Rappel, 13 mai 1870 ; La Cloche, 1er décembre 1871, 15 juin 1872, 21 août 1872 ; Le Bien public, 16, 23, 30 juillet 1877. Certains d'entre eux ont fourni, en 1881, la matière du chapitre consacré à Balzac dans Les Romanciers naturalistes.

11 La Tribune, 31 octobre 1869, p. 7, sous la rubrique « Causeries » ; repris dans Œuvres complètes, Cercle du livre précieux, t. X, 1969, p. 912-916 (ici, p. 913-914). Même formule (« Balzac, ce démocrate sans le savoir ») dans l'article du Rappel intitulé « Balzac (édition complète et définitive) », vendredi 13 mai 1870 (p. 3 col. 3-6 ; sous la rubrique « Les livres ») ; repris dans Œuvres complètes, ibid., p. 926.

12 La Tribune, 31 octobre 1869 (dans ibid., p. 915).

13 Bernard Guyon : La Pensée politique et sociale de Balzac, Armand Colin, 1947, 829 p.

14 La Comédie inhumaine, Gallimard, 1970, 838 p.

15 Balzac et le mal du siècle, Gallimard, 1970, 2 vol. ; Mythes balzaciens, Armand Colin, 1972 ; Le Monde de Balzac, Arthaud, 1973.

16 Le Père Goriot, dans La Comédie humaine ; nouvelle édition publiée sous la direction de Pierre-Georges Castex, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1976-1981, 12 vol. ; tome III, p. 83 (désormais abrégé en « Pl. »).

17 Deux cent soixante voix contre soixante. La candidature de Balzac avait pourtant été très dithyrambiquement annoncée par La Quotidienne le jeudi 24 mai, par Le Courrier de l'Europe le vendredi 25, par Le Rénovateur le samedi 26 (tome II, p. 125) ; et aussitôt moquée par Figaro le même samedi (p. 4, sous la rubrique « Bigarrures »).

18 Œuvres diverses, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1990 et 1996, 2 vol. parus ; tome II, p. 1047-1065 (désormais abrégé en « O.D. »). Pour les œuvres parues entre 1835 et 1848, il faut encore consulter le tome III des Œuvres diverses (1836-1848), dans les Œuvres complètes de H. de Balzac, texte révisé et annoté par Marcel Bouteron et Henri Longnon, Conard, 1912-1940 (désormais abrégé en « O.D.C. »).

19 Bernard Guyon : op. cit., p. 528.

20 Lettres à madame Hanska, publiées par Roger Pierrot, Laffont, « Bouquins », 1990, 2 vol. ; tome I, p. 538 (désormais abrégé en L.H.B.).

21 Voir les aperçus éclairants de Françoise Gaillard, que nous rencontrons avec plaisir sur bien des points : « Pulp story ou Balzac médiologue », Cahiers de médiologie, n° 4 (« Pouvoirs du papier »), 2e semestre 1997, p. 209-214.

22 Voir encore Une fille d'Eve : le journalisme « tue le principe des grandes œuvres, et consacre la lâcheté de l'esprit » (Pl., t. II, p. 304) ; ou la préface à Un grand homme de province à Paris, deuxième partie de Illusions perdues : « Non seulement le journal tue beaucoup de jeunesse et de talents, mais il sait enterrer ses morts dans le plus profond secret, il ne jette jamais de fleurs sur leurs tombes, il ne verse de larmes que sur ses défunts abonnés » (Pl., t. V, p. 115-116).

23 O.D., t. II, p. 1066-1083. C'est au chapitre III du Médecin de campagne que Balzac réutilise son article, dans le discours de Benassis (Pl., t. IX, p. 506 et suiv.).

24 Paul Bénichou : Le Sacre de l'écrivain 1750-1830, Corti, 1973.

25 Les suivants ont paru les 11 mars et 22 avril. Sur cette étude capitale à tous égards, voir Roland Chollet : « Des Artistes, un plaidoyer pour le créateur intellectuel », dans Balzac journaliste, Klincksieck, 1983, p. 200-211 ; et O.D., t. II, p. 1516-1518 (pour la notice).

26 « Préface » aux Nouvelles Odes, dans Œuvres complètes, édition chronologique sous la direction de Jean Massin, Club français du livre, 1967, tome II, p. 475.

27 Estimation de G. de Bertier de Sauvigny : « Le pays légal se trouve ainsi constitué par quelque 90 000 électeurs, parfois un peu plus, parfois un peu moins ; autrement dit, il y a environ un électeur pour cent Français majeurs » (La Restauration, 1974 [1955], Flammarion, « Champs », p. 295).

28 Pierre Larousse estime que les dispositions de 1831 firent « plus que doubler le nombre des électeurs » (article « Cens », Grand Dictionnaire universel du xixe siècle, 1865-1876, tome III, p. 707 col. 3).

29 Sur la publication des œuvres complètes comme marque de la propriété de l'auteur, voir Roland Chollet : « Ci-gît Balzac », Balzac, Œuvres complètes. Le "Moment" de La Comédie humaine, Presses Universitaires de Vincennes, 1993, p. 283-298.

30 Article « Anthologie », exceptionnellement signé « Pierre Larousse », Grand Dictionnaire universel du xixe siècle, 1865-1876, tome I, p. 430 col. 3.

31 Thierry Bodin : « Autour d'une critique de La Peau de chagrin », L'Année balzacienne 1997, p. 289-302.

32 Compte rendu de La Confession de Jules Janin, Feuilleton des journaux politiques, 14 avril 1830 (O.D., t. II, p. 699). On peut rapprocher de cet énoncé l'anecdote suivante, tirée du Traite de la vie élégante : « Quand M. Peel entra chez M. le vicomte de Chateaubriand, il se trouva dans un cabinet dont tous les meubles étaient en bois de chêne : le ministre trente fois millionnaire vit tout à coup les ameublements d'or ou d'argent massif qui encombrent l'Angleterre écrasés par cette simplicité » (Pl., t. XII, p. 216).

33 Voir, par exemple, les deux tentatives de Balzac publiées par Roland Chollet : « Un épisode inconnu de l'histoire de la librairie : la Société d'Abonnement général. Avec le texte inédit de Balzac », Revue des Sciences humâmes, janvier-mars 1971, p. 56-109 ; « Balzac et sa "grande affaire de librairie". L'acte de société de 1833 », L'Année balzacienne 1975, p. 145-175 ; voir encore « Pour une autre librairie : la "Société d'abonnement général" », dans Balzac journaliste, op. cit., p. 513-536. Le texte de 1829 a été republié dans O.D., t. II, p. 853-863 (p. 1640-1645 pour la notice).

34 L'image est récurrente : « La semaine dernière, je n'ai pas pris en tout 10 heures de sommeil. Aussi, hier et aujourd'hui ai-je été, comme un pauvre cheval fourbu, sur le flanc, dans mon lit, ne pouvant rien faire, rien entendre » (L.H.B., t. I, p. 212 ; 15 décembre 1834) ; « Je n'ai pas une minute à moi, et je ne prends une distraction que quand la cervelle se couche comme un cheval fourbu » (ibid., p. 238 ; 11 mars 1835) ; etc.

35 Fernand Baldensperger : Orientations étrangères chez Honoré de Balzac, Librairie ancienne Honoré Champion, 1927, p. 198.

36 Préface au recueil Maximes et pensées de Napoléon recueillies par Balzac et cédée spar lui à J.-L. Gaudy jeune qui les mit en vente sous son nom en 1838 ; dans Œuvres complètes publiée sous la direction de Maurice Bardèche, Club de l'Honnête Homme, 1956-1963, 28 vol. ; tome XXVIII, p. 740. Voir encore ceci : « organiser [...] est un mot de l'Empire, et qui contient Napoléon tout entier » (Autre étude de femme ; Pl., t. III, p. 692). Nous avons brièvement développé cet aspect dans « ″Le″ ″roman″ ″balzacien″ », Eidôlon, n° 52, à paraître en 1999.

37 Edmond Werdet : Portrait intime de Balzac. Sa vie, son humeur et son caractère, Dentu, 1859, p. 331.

38 Voici le début de la longue tirade sur Napoléon, encore fois placée dans la bouche de Canalis, dont ne nous retenons que quelques mots : « Qui pourra jamais expliquer, peindre ou comprendre Napoléon ? Un homme qu'on représente les bras croisés, et qui a tout fait ! qui a été le plus beau pouvoir connu, le pouvoir le plus concentré, le plus mordant, le plus acide de tous les pouvoirs ; singulier génie qui a promené partout la civilisation armée sans la fixer nulle part ; un nomme qui pouvait tout faire parce qu'il voulait tout ; prodigieux phénomène de volonté, domptant une maladie par une bataille et qui cependant devait mourir dans son lit après avoir vécu au milieu des balles et des boulets ; un homme qui avait dans sa tête un code et une épée, la parole et l'action ; [...] » (Autre étude de femme ; Pl., t. III, p. 700-701).

39 Alphonse Karr a laissé un piquant récit de quelques dîners au cabaret du Cheval rouge qui devaient concerner le projet d'association de ce « parti » (« Anecdote sur Balzac », En fumant, Michel Levy, 1861, p. 51-53).

40 On rencontre au moins deux autres occurrences du mot, chez Balzac, l'une et l'autre sous forme adjectivale ; en 1835, dans La Fille aux yeux d'or : « Mais ce pouvoir [...] était décuplé par l'intelligence européenne, par l'esprit français, le plus vif, le plus acéré de tous les intruments intelligentiels » (La Fille aux yeux d'or ; Pl., t. V, p. 1085) ; au printemps 1848, dans une « Lettre sur le travail » demeurée inédite du vivant de son auteur : « Selon nous, l'accord de la santé, de l'intelligence et de la main est au moins aussi rare chez les ouvriers de tous les corps d'état, que l'accord du talent et de la volonté chez les travailleurs intelligentiels » (O.D.C., t. III, p. 686).

41 Alain Pagès : Emile Zola. Un intellectuel dans l'affaire Dreyfus, Librairie Séguier, 1991.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Volume papier

amazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search