Version classiqueVersion mobile

Jean Potocki : le travail du temps

 | 
François Rosset
, 
Dominique Triaire

Partie II — L’œuvre

Jean Potocki en géologue — entre sciences de la Terre et histoire

Emiliano Ranocchi

Texte intégral

  • 1 Œuvres I, p. 214-216.
  • 2 Z. Wójcik, « Wplyw Komisji Edukacji Narodowej na rozwoj geologii w Polsce w drugiej polowie XVIII (...)

1En 1975, Zbigniew Wójcik, un des meilleurs connaisseurs de l’histoire de la géologie en Pologne au xviiie siècle, écrivait : « Dans ses récits de voyage, en effet, il [Potocki] ne donna pas trop de place à la géologie, mais ce qu’il écrit témoigne d’une connaissance profonde des fondements de cette discipline. » Par rapport à la lettre de Potocki écrite depuis Neubrandenburg et publiée dans le Voyage dans quelques parties de la Basse-Saxe1, Wójcik ajoute : « C’est peut-être l’exemple de traitement des questions géologiques le plus ample que j’ai rencontré dans la littérature polonaise du xviiie siècle2. » Depuis plus de trente ans, ces paroles n’ont pas perdu de leur actualité : grâce au grand mouvement de découverte de l’œuvre de Potocki qui dure depuis plusieurs années, le corpus de textes potockiens liés aux théories scientifiques de la Terre a sensiblement grandi et on peut maintenant apprécier en connaissance de cause les compétences tout à fait remarquables de Potocki dans ce domaine. La catégorie d’écrivain polonais pour quelqu’un qui écrivait presque exclusivement en français, qui ne connaissait pas de bornes linguistiques et nationales et qui par son milieu était potentiellement en contact avec tous les savants d’Europe, est aujourd’hui fortement problématique. Par ailleurs, il est vrai que — spécialement aujourd’hui, après la découverte de textes aussi intéressants du point de vue de la préhistoire de la géologie — on aurait de la peine à omettre Potocki dans un travail censé rendre justice aux principaux représentants des sciences de la Terre en Pologne. Comme souvent, quand on a affaire avec le xviiie siècle, on doit plutôt faire appel à des appartenances multiples.

  • 3 M. J. S. Rudwick, Bursting the limits of time. The Reconstruction of Geohistory in the Age of Revo (...)

2La première chose qu’on aurait à remarquer est que le fait fondamental qui distingue Potocki de beaucoup d’autres qui se sont occupés de sciences de la Terre à l’époque, est l’expérience du voyage ; c’est elle qui constitue sa différence d’approche. Potocki n’est pas un savant de cabinet comme Buffon, Hutton ou Kołłątaj en Pologne, mais ce que Martin J. S. Rudwick3 appelle un outdoor savant, un savant qui travaille on the field, comme Saussure ou Staszic (en Pologne). Cela revêt une signification considérable pour sa nouvelle méthode historique : Potocki est un des premiers à concevoir l’histoire comme un travail de terrain, lié au voyage et à l’observation directe des lieux. On verra ici combien étroit est le lien entre sciences de la Terre et histoire qui est le véritable centre des intérêts de Potocki.

Le corpus « géologique » potockien

  • 4 Œuvres V, p. 103-110 pour la première lettre (en particulier p. 107) et p. 115-116 pour la seconde (...)
  • 5 Œuvres IV, 1, p. 490 sv.

3En tant que géologue occasionnel, Potocki ne s’occupa pas de sciences de la Terre dans des textes séparés. On peut pourtant déterminer un certain nombre de textes où il approche cette matière. Une partie d’entre eux était déjà connue et publiée : il s’agit de la lettre susmentionnée, écrite de Neubrandenbourg le 15 août 1794, puis des lettres à Adam Georges Czartoryski, écrites depuis la Sibérie respectivement le 9 août et le 20 septembre 1805, et du chapitre XII de l’Histoire primitive des peuples de la Russie4. Enfin on ne peut pas oublier un texte littéraire comme le système de Velasquez, contenu dans le Manuscrit trouvé à Saragosse, surtout dans sa forme développée qui apparaît dans la version de 1810 du roman (quarante-neuvième et cinquantième Journées5).

  • 6 Центральний Державний Історичний Архів України (Archives Historiques Centrales d’État d’Ukraine, T (...)
  • 7 Bibliothèque Jagellonne, Cracovie, sans numéro de catalogue. Dans le catalogue de la famille von R (...)

4Récemment ont été retrouvés deux textes inconnus et manuscrits qui ont permis de mieux connaître la pensée de Potocki en matière de sciences de la Terre et de comprendre son lien avec sa pensée historique. Il s’agit respectivement du Recueil Raisoné des plus anciennes notions historiques, contenu dans un cahier conservé à Kiev6, et d’un autre texte dépourvu de titre, conservé à Cracovie7.

  • 8 Voir Recueil Raisoné de plus anciennes notions historiques et Essai sur le Déluge, dans Klene, p.  (...)

5Ces deux heureuses découvertes doivent être mises en relation avec le travail de l’Histoire primitive (le texte de Cracovie constitue peut-être même une ébauche du chapitre XII) et sont particulièrement précieuses dans la mesure où elles nous permettent de jeter un coup d’œil dans la cuisine de Potocki au temps où il entreprenait ses travaux de chronologie8.

Le modèle standard

  • 9 M. J. S. Rudwick, op. cit., p. 172-174.
  • 10 Klene, p. 318.

6Ces deux brefs textes forment, avec le système de Velasquez, les trois écrits dans lesquels Potocki se confronte le plus nettement avec les théories de la Terre les plus populaires de son temps. Il faut tout d’abord constater qu’ils ne s’éloignent pas de ce que Rudwick a appelé le modèle standard (the standard model9), c’est-à-dire la question de la diminution de l’eau sur la Terre, née de la constatation, faite déjà par les anciens, qu’autrefois la mer se trouvait dans des lieux où elle ne se trouve plus aujourd’hui. Le modèle standard était une hypothèse de travail universellement reconnue par la communauté des savants qui fournissait le cadre de référence pour toute théorie particulière. Il supposait l’existence d’un proto-océan qui aurait rempli toute la planète et qui se serait retiré graduellement ou d’une façon discontinue (à travers un certain nombre de catastrophes), en laissant à nu d’abord les sommets des montagnes et ensuite les continents. Le catalogue de la collection d’autographes du général von Radowitz, à laquelle appartenait le texte de Cracovie, avait reçu un titre provisoire qui, en traduction française, se présente comme Traité en langue française sur la diminution de l’eau sur la Terre. L’existence d’un océan primitif dont la ressemblance avec les océans actuels était le thème du débat semblait confirmer le récit du premier chapitre de la Genèse. La discussion scientifique tournait donc autour de la question de savoir si les traces marines qu’on retrouve sur la terre sèche devaient être attribuées à ce proto-océan ou bien au Déluge, mais la distinction entre les deux moments n’était plus objet de doute ; c’était plutôt l’existence même du Déluge qui était mise en question. En tout cas, Potocki considérait cette distinction comme certaine quand il écrivait dans l’essai de Cracovie : « Tout ce que nous pouvons faire, pour le moment est de bien distinguer cet ancien sejour des eaux sur la terre, d’avec ce que l’on a apelé le déluge10. » Cette distinction, appuyée sur le récit biblique de la Création, est aussi à la base du système de Velasquez. Dans le cadre donc d’une conception assez homogène et informée, on peut toutefois reconnaître une certaine évolution qui montre Potocki de plus en plus enclin à accepter des hypothèses expliquant le phénomène de la diminution des eaux par des causes extérieures, soudaines et violentes.

7Aucun des textes récemment retrouvés ne constitue un système ou une théorie. Potocki y considère les principales théories de son époque, notamment celles de Deluc, de Buffon et de Pallas (qu’il nomme explicitement), et cherche à prendre position par rapport à eux. Il garde quand même une certaine circonspection. Le seul texte où il se lance dans la création d’une théorie est justement le système de Velasquez qui se configure donc à la fois comme système originel, construit sur une séquence hypothétique d’événements, présupposant la confrontation avec toutes les théories précédentes, et comme genre littéraire désormais en disparition autour de 1810 ; comme tel, il appartient donc plutôt à la littérature qu’à la science.

  • 11 Op. cit., p. 216.
  • 12 Ibid., p. 219.
  • 13 Klene, p. 319.
  • 14 Œuvres V, p. 107.
  • 15 Klene, p. 318.
  • 16 Œuvres IV, 1, p. 510.

8Tous ces textes peuvent être lus aussi comme témoignages d’une confrontation créative avec la pensée de Deluc dont la connaissance chez Potocki apparaît au moins depuis la lettre de Neubrandenbourg où le savant genevois est cité pour la première fois. Potocki accepte le corps fondamental de la théorie de Deluc en la déclinant d’une façon qui doit beaucoup aussi à la pensée libertine, même si la distance avec celle-ci est plus grande qu’on pouvait s’y attendre. Il emprunte donc à Deluc l’explication de la diminution de l’eau par le Déluge, mais il brise le Déluge universel en plusieurs submersions partielles, distribuées dans le temps, dont le Déluge de la Bible n’aurait été qu’une parmi d’autres, même si ce fut la plus éclatante. Les causes de ces déluges particuliers dans les deux textes, de Kiev et de Cracovie, sont à voir plutôt dans des catastrophes soudaines. Ce penchant pour le catastrophisme est caractéristique de la fin du xviiie siècle. Potocki revient à plusieurs reprises (notamment dans les lettres à Czartoryski et dans le système de Velasquez) sur l’hypothèse que le Déluge pût être causé par la collision d’une comète avec la terre. Dans les deux textes récemment retrouvés, cette option n’est pas développée. Elle paraît dans l’Histoire primitive d’abord à l’occasion de la confusion qui règne, selon Potocki, dans les sources grecques entre le déluge d’Ogygès et le déluge de Babylone11, mais ici sans aucune référence à la problématique actuelle, ensuite en relation avec l’« alluvion australe », comme Potocki appelle le déluge de Babylone12. Ici il ne se prononce ni pour ni contre l’hypothèse, mais on comprend bien qu’il n’exclut rien a priori. C’est dans l’essai de Cracovie13, dans l’Histoire primitive et dans la lettre à Czartoryski du 9 août qu’est citée pour la première fois la théorie de Pallas14 (une épouvantable inondation dans l’océan Indien, causée par des éruptions volcaniques) pour expliquer la présence des rhinocéros et des éléphants en Sibérie. L’hypothèse d’une collision avec un corps céleste n’est prise en considération que comme deuxième éventualité. On voit donc que dès le premier moment, Potocki est assez loin de l’actualisme de Buffon dont il rejette résolument, dans l’essai de Cracovie, la théorie du refroidissement graduel de la Terre, tout comme la théorie du changement graduel de l’écliptique15. Les deux en effet ne sauraient rendre raison du fait que les restes des grands mammifères retrouvés en Sibérie n’ont pas pourri à l’intérieur de la terre. Selon Potocki, deux explications seulement sont ici possibles : l’hypothèse de Pallas (hypothèse volcanique fondée sur une cause intérieure au système de la Terre) et l’ancienne (car remontant à Whiston) hypothèse catastrophique de la collision de la Terre avec une comète — celle-ci fondée sur une cause externe à la Terre. Pourtant, c’est justement cette dernière option qui est adoptée dans le système de Velasquez pour rendre compte du Déluge. On y rencontre aussi une confrontation créative avec la théorie de Pallas, car la cause de la présence des rhinocéros et des éléphants en Sibérie y est attribuée à l’inondation de la « mer Baïkal16 ». Cette inondation serait confirmée aussi par les annales de la Chine. La prise en considération de causes externes à la Terre pouvait compter au temps de Potocki déjà sur l’autorité de Dolomieu et de Lavoisier. Le système de Velasquez montre-t-il que Potocki a fait sienne l’hypothèse catastrophiste ? Nous ne le savons pas, mais il n’y a aucun doute qu’il en prenait l’éventualité très au sérieux.

Théorie de la Terre et histoire

  • 17 M. J. S. Rudwick, op. cit., p. 234.
  • 18 H.-B. de Saussure, Voyages dans les Alpes, Genève & Neuchâtel, 1786, t. 2, p. 339-340.

9Malgré ses compétences tout à fait remarquables, les sciences de la Terre restent chez Potocki une discipline secondaire par rapport à l’histoire. Il ne le dit pas explicitement, mais le fait qu’il ait composé sa seule théorie complète comme fiction littéraire, conçue comme une interprétation (même si elle est très hétérodoxe parfois) du premier chapitre de la Genèse, nous montre que pour Potocki, comme pour Saussure, « geohistory was not yet sufficiently established as a scientific discourse to be readily expressed in more mundan terms17 » ; ce qui ferait du système de Velasquez une sorte d’équivalent fonctionnel de la vision depuis le sommet du Cramont chez Saussure18.

  • 19 Klene, p. 309.
  • 20 Ibid., p. 309 ; Histoire primitive, p. 8, 22, 57, 95, 182, 184, 215.
  • 21 Ibid., p. 11-12.
  • 22 Nicolas-Antoine Boulanger, Anecdotes physiques de l’histoire de la Nature, Œuvres complètes II, Pa (...)
  • 23 « Une troisième voie s’ouvrait pourtant aux savants du xviiie siècle, celle d’un deuxième commence (...)

10L’affirmation que l’histoire humaine est coextensive à l’histoire de la Terre, contenue au début du Recueil Raisoné19, peut tromper, car elle semble situer la position de Potocki dans un horizon traditionnel qui est commun au cosmos éternel d’Aristote (on pouvait en retrouver des versions modernes dans le système de Hutton et dans le premier de Buffon) et à la conception linéaire juive. Dans le premier, les hommes étaient partie constitutive du cosmos qui n’avait ni commencement ni fin ; dans la seconde, l’homme était créé à la fin du récit de la Création, mais au début de l’histoire, il était déjà là. Pourtant la position de Potocki est un peu plus nuancée. En effet, si on reconnaît que l’homme est un nouvel arrivant sur terre, on a ensuite à résoudre la question de l’aspect que le monde avait avant son apparition. Vient au secours de Potocki la méthodologie de la « plus ancienne mention historique20 », « première mention historique » ou même du « terme abordable21 » que Potocki emprunte à Boulanger et qui constitue une sortie commode de l’impasse22. Le déluge de Babylone (ou « alluvion australe ») est une première mention historique, pas nécessairement infranchissable, mais tout à fait fiable, car on peut avec une bonne approximation en fixer la date. Il peut ainsi se permettre de ne pas s’occuper du commencement du monde. Donc ce qui intéresse Potocki historien n’est pas le commencement de la Terre, mais le commencement de l’histoire ; ce qui rapproche sa pensée du courant que Susana Seguin a appelé la « troisième voie23 ».

11De plus, Potocki parle de coexistence des hommes avec la Terre, pas d’éternité du genre humain (comme Hutton ou Toulmin), même si certaines expressions du Recueil Raisoné sembleraient le suggérer. C’est bien la conception même de la chronologie, conçue comme juxtaposition linéaire d’événements qu’on ne peut pas prévoir a priori, qui situe la pensée de Potocki, malgré toutes les résonances libertines, dans l’horizon culturel judéo-chrétien. Décisive est ici l’idée de la contingence de l’histoire : l’impossibilité de la prévoir à partir d’un nombre fini de prémisses.

  • 24 Klene, p. 321.
  • 25 Œuvres IV, 1, p. 511.
  • 26 Klene, p. 319 ; Œuvres IV, 1, p. 495, 502.
  • 27 Klene, p. 318.

12Cela dit, peut-être ne faut-il plus s’étonner que Potocki soit un défenseur tardif de la chronologie courte, car la chronologie de Potocki n’a pas l’ambition de comprendre toute l’histoire du monde, mais seulement ce petit fragment dont on a des témoignages écrits et qu’on appelle histoire. Du côté des systèmes se trouvent donc tous les défenseurs de la chronologie longue et les éternalistes qui penchent pour un modèle cyclique de la Terre. Le refus chez Deluc de quantifier le temps qui a précédé le Déluge trouve son correspondant dans le scepticisme de Potocki par rapport à l’histoire des origines. Pourtant, le fait qu’il admette au moins trois déluges partiels (celui de la Bible, celui de Deucalion et celui d’Ogygès), celui de la Bible n’étant le plus important que par son ampleur, atténue chez Potocki la nette opposition binaire entre monde après le Déluge, dont on a des témoignages écrits, et monde avant le Déluge, qui reste inconnu, même si là-bas plusieurs institutions historiques plongent leurs racines24. On reconnaît ici aisément la trace de la lecture de Boulanger dont la conception de l’histoire a été au même moment modifiée en direction d’un dépassement de son caractère binaire — caractère qui distingue par ailleurs aussi d’autres penseurs comme Goguet, Vico, Deluc, Dolomieu ou Kołłątaj en Pologne. Chez Potocki le passage des temps préhistoriques (ou « antihistoriques » comme il écrit) à l’histoire est beaucoup plus fluide, car la limite supérieure du commencement de l’histoire peut être, au moins potentiellement, déplacée vers le haut. Le Déluge ne constitue plus dans cette perspective une césure qualitative, car il ne met pas fin à la civilisation humaine, mais — comme on l’apprend par le système de Velasquez — cause la disparition de presque toute la culture de l’Asie en faveur d’un continent nouveau, l’Europe, qui est forcé par conséquent à partir de ce moment-là de « refaire toute l’œuvre de l’esprit humain25 ». Il n’y a donc pas de Vorgeschichte ou Urwelt chez Potocki ; ce qui ne signifie pas qu’il n’eût pas conscience d’une différence entre monde primitif et monde actuel : ses compétences sont trop fines pour qu’il ne signale pas des espèces d’animaux et de plantes qui peut-être n’existent plus ou ont changé de place26. Il semble même avoir le pressentiment d’une nouvelle discipline dans les sciences de la Terre qui aura à s’occuper de ces époques dans l’histoire de la Terre « sur les quelles, les recherches historiques n’ont auqu’une prise27 ». Toutefois, justement, cette nouvelle discipline, que nous appellerions paléontologie, qui n’aura rien à faire avec l’histoire et la conscience de l’existence d’un monde préhistorique, peut-être pré-humain, n’aura aucune conséquence pour sa pensée. Apparemment Potocki jugeait qu’il était encore trop tôt pour s’en occuper ou plutôt c’était l’homme qui restait au centre de son attention.

  • 28 Œuvres III, p. 106, 130-131.
  • 29 Op. cit., p. 10 ; Klene, p. 316.

13La conception du « terme abordable » est présentée différemment dans l’introduction à l’Essay sur l’histoire universelle & recherches sur celle de la Sarmatie, comme direction des recherches du bas vers le haut, de ce qui est plus certain vers ce qui est moins certain28. Le rapport entre « perfection » et « perfectibilité » reproduit le rapport entre connaissance théorique, déductive, et connaissance historique, inductive. La connaissance historique est un processus d’approximation infini, l’idée de perfection — comme dirait Kant —, un principe régulateur. La condamnation de l’esprit de système est exprimée dans l’Histoire primitive et dans le Recueil Raisoné29. Le système est pour ainsi dire appuyé sur une perfection mauvaise : à partir d’un nombre insuffisant d’observations inductives, on construit un ensemble faux de déductions. L’esprit de système est une « maladie de l’esprit » contre laquelle le seul antidote efficace est le voyage :

  • 30 Œuvres III, p. 140.

Aussi les savants qui voyagent, sont-ils moins sujets à cette maladie de l’esprit, ils sont forcés à plus de méditation, et la vue de lieux et des choses les ramene sans cesse à la vérité par des impressions immédiates sur les sens. — Cette observation peut s’appliquer au Géologues aussi bien qu’aux historiens30.

  • 31 Ibid., p. 126-127.

14On se trouve donc face à une opposition entre deux conceptions de l’histoire qui — à y bien regarder — éclairent aussi l’ambivalence de Potocki par rapport aux sciences de la Terre. À l’histoire philosophique qui croit être capable d’expliquer l’histoire humaine top down, après avoir établi l’universel de l’homme — c’est la Geschichte der Menschheit qui s’attache beaucoup plus aux relations de voyageurs qu’au savoir de l’antiquaire — correspond la théorie de la Terre : toutes les deux sont gâtées par l’esprit de système qui est aussi esprit de conversation, comme nous l’apprend l’Essay sur l’histoire universelle31. À l’opposé, on retrouve une histoire composée depuis le bas, à partir d’une masse de données patiemment recueillies, à laquelle correspond la science de la Terre que Potocki apprécie le plus, celle de Pallas et de Deluc, une science aussi construite bottom up et sur le terrain comme l’histoire de Potocki. En voulant le schématiser, on aura l’équation suivante :

histoire philosophique : théorie de la Terre = histoire savante : histoire de la Terre

  • 32 Voir H. Zedelmayer, Der Anfang der Geschichte. Studien zur Ursprungsdebatte im 18. Jahrhundert, Ha (...)
  • 33 Le titre de l’opus magnum de Herder ne doit pas tromper. Kołłątaj a plus précisément essayé de con (...)

15En suivant la systématisation d’Helmut Zedelmayer32, du premier côté, on a donc les historiens de la civilisation comme Montesquieu, Rousseau, Ferguson et Staszic qui font dépendre l’évolution de la civilisation des changements de moyens de nourriture, des relations économiques et juridiques qu’on peut reconstruire à partir d’un modèle universel de l’homme ; de l’autre, le courant des historiens orientés sur la tradition comme Boulanger, Delisle de Sales, Herder et Kołłątaj33 pour lesquels le problème des origines est en fait le problème du réveil de la première culture. Potocki est naturellement beaucoup plus proche du deuxième où la naissance de la culture maintient un lien très étroit avec les révolutions de la Terre.

  • 34 Klene, p. 318.

16Potocki se trouve écrire à la charnière entre une théorie de la Terre qui est affectée par l’esprit de système et a perdu sa vraie raison d’être (car l’énorme développement des sciences de la Terre a montré qu’elle est un système qui ne se laisse pas facilement réduire à des théories) et une histoire de la Terre naissante, conçue comme discipline inductive sur le modèle de l’histoire, mais à la différence de l’histoire, fondée sur des témoignages muets tels que les fossiles ou les stratifications, et qui passe encore à ses yeux pour une discipline scientifique incomplètement formée. Pour cet ensemble de disciplines et compétences qui servent à reconstruire l’histoire de la Terre, un mot nouveau, inventé par Deluc (même s’il porte d’abord une signification un peu différente), commence à être utilisé : c’est le mot géologie que Potocki utilise déjà dans l’essai de Cracovie dans son sens moderne34.

17Dans cette perspective, le Déluge (ou bien les déluges) est le point de rencontre entre histoire naturelle et histoire de l’homme.

Mise en valeur et contextualisation de l’histoire juive

  • 35 H. Zedelmayer, « Sintflut als Anfang der Geschichte », dans M. Mulsow, J. Assman éd., Sintflut und (...)
  • 36 Voir Paolo Rossi, Le sterminate antichità e nuovi saggi vichiani, Scandicci, 1999, et I segni del (...)
  • 37 Op. cit., p. 207.

18On retrouve chez Potocki une attitude par rapport à l’histoire juive qui est caractéristique chez d’autres auteurs comme Goguet, Vico, Heumann ou Herder et qui a été source de nombreux malentendus. L’histoire juive y est présentée comme la plus fiable et par conséquent séparée du reste des histoires païennes qui — en tant que moins fiables — sont susceptibles d’une critique de texte, alors que l’histoire juive dure dans un état de privilège qui, à la longue, conduira à sa dévalorisation : le privilège aurait tourné en discrimination35. On a même supposé traditionnellement chez Vico et Herder une stratégie de dissimulation qui aurait visé à se débarrasser de l’histoire juive en lui reconnaissant le privilège de la véridicité. Cette supposition est un des préjugés les plus persistants dans l’historiographie et n’a commencé à être mise en discussion que récemment36. On ne trouve pas chez Potocki la moindre trace de dévalorisation du texte biblique d’origine libertine, à moins qu’on ne tienne pour libertine la lecture non littérale qu’il fait de la Genèse ; ce qui porterait à enrichir le nombre des libertins avec des noms comme Deluc, Herder, Vico, Kołłątaj etc. Par contre, on lit dans le chapitre XII de l’Histoire primitive : « l’histoire prophane est non seulement d’accord avec l’histoire sacrée, mais elle lui doit ses principaux eclaircissements37 ». La confrontation systématique des informations provenant de la Bible avec les Antiquités juives de Flavius Josèphe et nombre d’autres sources anciennes vise à prouver, parfois d’une façon forcée, l’absolue concordance entre histoire sacrée et histoire profane. L’histoire sacrée jouit donc d’un privilège de fiabilité dont elle ne jouit pas par exemple chez Boulanger où elle est placée strictement au même niveau que les autres témoignages de l’Antiquité.

19Potocki tire plutôt parti de l’expérience libertine en limitant la validité de l’histoire juive au contexte culturel du Proche-Orient et de la Méditerranée, position qui plongeait ses racines dans la pensée de Spinoza, mais qui avait, au tournant du siècle, perdu depuis longtemps son éclat de scandale. Le Déluge a été universel en tant qu’il toucha l’univers culturel des juifs. Même énorme, il s’agit d’un événement de portée locale. Tout cela montre que la faveur accordée à l’histoire biblique ne soustrait pas celle-ci à la critique textuelle et historique — un point encore en commun avec Herder, Vico et Kołłątaj.

  • 38 Klene, p. 316.

20Un deuxième point qu’on peut verser du côté libertin est la conséquence de l’affirmation de la portée locale du Déluge, c’est-à-dire la conviction, partagée avec Boulanger, qu’une partie des hommes a toujours survécu. Conséquence qui n’est pas nécessaire à vrai dire, car un autre penseur qui est proche de la théorie de la Terre de Deluc et partage la conception locale du Déluge comme Kołłątaj croit quand même qu’une seule famille humaine a échappé à la catastrophe — car dans l’autre moitié du globe qui n’avait pas été touchée par le Déluge, il n’y avait pas d’hommes. L’enjeu était de toute évidence l’unité de la race humaine. La position de Potocki par rapport au thème de la polygenèse est étayée par la critique du système linguistique de Court de Gébelin, lui aussi touché selon Potocki par l’esprit de système38 : dans l’essai de Cracovie, il remarque que les langues d’outre-Gange en Asie et d’outre-Sénégal en Afrique n’appartiennent pas aux langues européennes. Dans le système de Velasquez, en outre, il puise dans les apocryphes de l’Ancien Testament pour différencier la race d’Adam des autres.

Géologie et histoire — aussi un modèle rhétorique

  • 39 M. J. S. Rudwick, op. cit., p. 181-237.

21Le rôle joué par l’histoire savante avec sa méthode de travail dans la formation de la géologie a été déjà depuis longtemps reconnu et décrit39. Ce modèle méthodologique inductif dont il a été question plus haut fonctionnait aussi comme une topique rhétorique capable de faire passer dans les sciences de la Terre une dimension diachronique qui leur était jusque-là inconnue : cette dimension nouvelle fera tourner les sciences de la Terre vers la géologie moderne.

22Le texte le plus célèbre qui utilisait la topique de l’histoire ancienne pour les sciences de la Terre est la page d’ouverture des Époques de la Nature de Buffon :

  • 40 Œuvres, Paris, 2007, p. 1193.

Comme dans l’Histoire civile, on consulte les titres, on recherche les médailles, on déchiffre les inscriptions antiques, pour déterminer les époques des révolutions humaines, et constater les dates des événements moraux ; de même, dans l’Histoire naturelle, il faut fouiller les archives du monde, tirer des entrailles de la terre les vieux monuments, recueillir leurs débris, et rassembler en un corps de preuves tous les indices des changements physiques qui peuvent nous faire remonter aux différents âges de la Nature. C’est le seul moyen de fixer quelques points dans l’immensité de l’espace, et de placer un certain nombre de pierres numéraires sur la route éternelle du temps40.

23Le mot histoire prenait alors une signification nouvelle, non plus celle de description statique, mais celle, moderne, de reconstruction diachronique. Buffon jouait consciemment avec la double signification du mot à l’époque. C’est la même chose que fera Potocki onze ans plus tard dans son Essay sur l’histoire universelle en renversant pourtant les deux éléments de la comparaison : c’est l’histoire ici qui est comme les sciences de la Nature :

  • 41 Œuvres III, p. 106-107.

J’ai dit plus haut le grand tout historique. Ce vaste objet de notre etude, peut être défini la science de ce qui a été. Il est pour les savants ce que la nature est pour le Phisicien, un sujet inépuisable de doutes & de recherches : un immense amas de notions isolées ; & lors qu’à près des travaux infinis, ils croient appercevoir la théorie de leur ensemble, une notion de plus suffit pour les replonger dans l’incertitude. J’ose cependant conduire sur les bords de cet Erèbe dont j’ai longtems fixé la profondeur ; non pas en attachant mes regards sur quelques unes de ses plus sombres amphractuosités, mais en tenant les yeux constamment ouverts sur tous les points de son étendûe ainsi mes moyens ne sont pas une vûe plus perçante, mais une rétine accoutumée à la dilatation qui fait distinguer dans l’obscurité les objets a peine perceptibles pour d’autres, parceque leurs apparences indéterminées se détachent mal sur le fond vague du passé, au lieu qu’elles se pretent mutuellement des contours lorsque l’on sait les faire arriver sur le même plan41.

24L’histoire est donc « la science de ce qui a été ». Ce serait difficile d’exprimer d’une façon plus lapidaire toute la richesse et l’ambiguïté du mot à l’époque. Il y a à la fois la bidimensionalité statique du cadre (la science) et la profondeur dynamique de l’histoire (ce qui a été). Mais ce qui nous intéresse est que si pour Potocki l’histoire est comme les sciences de la nature, alors ce sont ces dernières qui servent comme modèle pour la première — ce qui en dit long sur le genre d’histoire que Potocki voulait pratiquer.

Notes

1 Œuvres I, p. 214-216.

2 Z. Wójcik, « Wplyw Komisji Edukacji Narodowej na rozwoj geologii w Polsce w drugiej polowie XVIII wieku », Prace Muzeum Ziemi, 23/II, 1975, p. 102.

3 M. J. S. Rudwick, Bursting the limits of time. The Reconstruction of Geohistory in the Age of Revolution, Chicago & London, 2005, p. 41-44.

4 Œuvres V, p. 103-110 pour la première lettre (en particulier p. 107) et p. 115-116 pour la seconde ; Histoire primitive des peuples de la Russie, Saint-Pétersbourg, 1802, p. 207 sv.

5 Œuvres IV, 1, p. 490 sv.

6 Центральний Державний Історичний Архів України (Archives Historiques Centrales d’État d’Ukraine, TsDIA) à Kiev, fonds 49/II, cote 2975. Voir P. B. Witkowski, « Jean Potocki à la charnière du xviiie et du xixe siècle d’après son journal de travail personnel et d’autres documents inédits des archives de Kiev », dans Rosset et Triaire, 2010, p. 161-201.

7 Bibliothèque Jagellonne, Cracovie, sans numéro de catalogue. Dans le catalogue de la famille von Radowitz, d’où il provient ([Ch. W. Hübner-Trams], Verzeichniss der von dem verstorbenen Preussischen General-Lieutenant J[oseph Maria] von Radowitz hinterlassenen Autographen-Sammlung, Berlin, 1864, 3 parties), il portait le numéro 4375.

8 Voir Recueil Raisoné de plus anciennes notions historiques et Essai sur le Déluge, dans Klene, p. 309-321 ; E. Ranocchi, « “Nous avons collationné l’histoire des hommes avec celle de la nature” : un essai inconnu de Jean Potocki », ibid., p. 27-47.

9 M. J. S. Rudwick, op. cit., p. 172-174.

10 Klene, p. 318.

11 Op. cit., p. 216.

12 Ibid., p. 219.

13 Klene, p. 319.

14 Œuvres V, p. 107.

15 Klene, p. 318.

16 Œuvres IV, 1, p. 510.

17 M. J. S. Rudwick, op. cit., p. 234.

18 H.-B. de Saussure, Voyages dans les Alpes, Genève & Neuchâtel, 1786, t. 2, p. 339-340.

19 Klene, p. 309.

20 Ibid., p. 309 ; Histoire primitive, p. 8, 22, 57, 95, 182, 184, 215.

21 Ibid., p. 11-12.

22 Nicolas-Antoine Boulanger, Anecdotes physiques de l’histoire de la Nature, Œuvres complètes II, Paris, 2006, p. 343.

23 « Une troisième voie s’ouvrait pourtant aux savants du xviiie siècle, celle d’un deuxième commencement, dans laquelle l’existence de l’homme apparaît comme une donnée réelle, coupée d’emblée de toute transcendance et livrée à ses propres ressources naturelles. » (M. S. Seguin, Science et religion dans la pensée française du xviiie siècle : le mythe du Déluge universel, Paris, 2001, p. 432).

24 Klene, p. 321.

25 Œuvres IV, 1, p. 511.

26 Klene, p. 319 ; Œuvres IV, 1, p. 495, 502.

27 Klene, p. 318.

28 Œuvres III, p. 106, 130-131.

29 Op. cit., p. 10 ; Klene, p. 316.

30 Œuvres III, p. 140.

31 Ibid., p. 126-127.

32 Voir H. Zedelmayer, Der Anfang der Geschichte. Studien zur Ursprungsdebatte im 18. Jahrhundert, Hamburg, 2003, p. 241.

33 Le titre de l’opus magnum de Herder ne doit pas tromper. Kołłątaj a plus précisément essayé de concilier les deux courants dans ses deux œuvres philosophiques principales : Porządek fizyczno-moralny et Rozbiór krytyczny zasad historii początkowej wszystkich ludów.

34 Klene, p. 318.

35 H. Zedelmayer, « Sintflut als Anfang der Geschichte », dans M. Mulsow, J. Assman éd., Sintflut und Gedächtnis, München, 2006, p. 259-260.

36 Voir Paolo Rossi, Le sterminate antichità e nuovi saggi vichiani, Scandicci, 1999, et I segni del tempo. Storia della terra e storia delle nazioni da Hooke a Vico, Milano, 2003.

37 Op. cit., p. 207.

38 Klene, p. 316.

39 M. J. S. Rudwick, op. cit., p. 181-237.

40 Œuvres, Paris, 2007, p. 1193.

41 Œuvres III, p. 106-107.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search