Version classiqueVersion mobile

Jean Potocki : le travail du temps

 | 
François Rosset
, 
Dominique Triaire

Partie II — L’œuvre

Monarchie, propriété, esprit citoyen les patriotismes de Jean Potocki

Łukasz Maślanka

Texte intégral

  • 1 Voir N. Machiavel, Le Prince, Paris, 1999.
  • 2 Voir Brigitte Hamman, Österreich, ein historisches Portrait, Munich, 2009.
  • 3 Un fait admis même par ces historiens que l’on ne peut pas soupçonner de sympathie pour la Républi (...)

1L’époque de l’absolutisme éclairé a répandu en Europe la notion de « raison d’état » (popularisée à l’époque de la Renaissance par Niccolò Macchiavelli) qui consiste en une maximisation, même au prix de la morale, des avantages pour un État et pour le monarque qui le gouverne1. Il faut remarquer que jusqu’à la Révolution française, la raison d’état assimilait d’une manière indissoluble, dans la plupart des pays européens, l’intérêt de l’État à celui de la dynastie. Cette harmonie était particulièrement visible dans l’Empire autrichien dont l’expansion territoriale s’expliquait par la politique des mariages2. Le moment du renversement politique et social en France est communément considéré comme un point de rupture entre ces deux intérêts (ceux du monarque et de la nation) et Louis XVI a payé de sa tête de ne pas l’avoir compris3. La guerre d’indépendance des États-Unis, les révolutions en Hollande et en France ont propagé la notion de « patriotisme » qui signifie le respect et l’amour de sa propre communauté politique, étant en même temps une communauté d’intérêts, indépendamment de savoir par qui elle est gouvernée. Dorénavant, le patriotisme pouvait même exiger la désobéissance envers le monarque.

2La Pologne a en quelque sorte précédé l’Occident sur ce chemin, car les circonstances politiques (l’extinction de la dynastie des Piasts à la fin du xive siècle) ont favorisé le développement du sentiment de responsabilité quant au sort du pays auprès d’un groupe social relativement vaste, nommé szlachta (la noblesse). L’extinction de la dynastie suivante, celle des Jagellons, n’a contribué qu’à accélérer ces processus, ce qui a confronté les rois successifs à la nécessité de se soumettre par serment à tout un ensemble de postulats visant à renforcer le système de liberté politique de la République des Deux-Nations. Ce système réalisait les intérêts de la classe nobiliaire dominante — bien plus large que ses homologues d’Occident, car elle embrassait à peu près 10 % de la société. Le xviie siècle a vu le début de son déclin dû à l’oligarchisation des structures du pouvoir : un certain nombre de grandes familles aristocratiques (magnateria) a gagné en importance grâce au clientélisme de la petite noblesse (gołota). Au xviiie siècle, faisant face au danger extérieur et à l’affaiblissement intérieur, la République a dû initier un processus de réforme fondamentale de son système politique. C’est exactement avec cette dernière période que coïncide l’apogée de l’activité publique de Jean Potocki.

  • 4 Biographie, p. 126-132.
  • 5 Œuvres I, p. 71-72.
  • 6 Voir Paweł Jasienica, The Commonwealth of Both Nations III, New-York, 1992.
  • 7 D. Triaire, « Jean Potocki et l’indépendance nationale pendant la Grande Diète polonaise », dans R (...)

3Avant le début de l’activité réformatrice de la Grande Diète (1788-1792), Potocki avait déjà observé les événements révolutionnaires en Hollande4 ; ce qui était pour lui une expérience à la fois du chaos, résultant de la labilité des centres du pouvoir5, mais aussi de la force de l’opinion publique, une fois acquise la possibilité de lutter pour ses droits. Sa position sociale, ainsi que sa formation l’inclinaient à assumer d’une manière naturelle l’attitude d’un intellectuel engagé que l’on peut considérer comme typique non seulement pour l’époque des Lumières, mais aussi pour la nôtre. Il s’est proposé la tâche d’indiquer une solution possible pour sortir de cette situation sensible dans laquelle se trouvait la République. Bien sûr, il y avait là une arrière-pensée, une certaine dose de paternalisme, mais aussi — on peut le supposer — une crainte que les réformes postulées par la « nation nobiliaire » puissent prendre un tour trop radical, défavorable à la magnateria dont Potocki, pour des raisons familiales, représentait les intérêts. Or, si le patriotisme civique d’un « clerc » peut nous sembler par excellence moderne et toujours actuel, il est beaucoup plus difficile de comprendre, de notre perspective, l’autre point de référence important pour les classes dominantes d’alors : celui de la propriété. Une part des territoires concernés par cette problématique de la propriété, surtout après le premier partage (1772), se trouvait sur le territoire des puissances voisines, ce qui limitait les ambitions politiques des grandes familles. À la veille de la Grande Diète, la famille de Potocki se trouvait divisée entre deux factions qui, toutes deux, restaient en opposition envers le roi Stanislas Auguste : la faction « décentralisatrice », sous le patronage de la Russie (Stanisław Szczęsny Potocki) et la faction « centralisatrice », soutenant les réformes et visant à conclure une alliance avec la Prusse (les Czartoryski, Ignacy Potocki, Stanisław Kostka Potocki6). Jean Potocki balançait entre ces deux partis de peur de déplaire au roi qui incarnait pour lui l’indépendance et la liberté, tout en étant en même temps le seul facteur politique apte à préparer et à introduire les réformes. Il était donc royaliste, mais un royaliste très éloigné du traditionalisme. Sa formation occidentale et ses voyages fréquents l’avaient séparé en grande partie des affaires de son propre pays ; c’est pourquoi ses opinions font souvent penser aux conseils d’un étranger bienveillant à l’égard de la Pologne7.

  • 8 Œuvres III, p. 250.
  • 9 Ibid., p. 263.
  • 10 Ibid., p. 277-280.
  • 11 Voir P. Jasienica, Rzeczpospolita Obojga Narodów — Agonia, Varsovie, 2007.
  • 12 Œuvres III, p. 263.
  • 13 Ibid., p. 264.
  • 14 Ibid., p. 265.
  • 15 Ibid., p. 285.

4L’analyse des opinions exprimées par Potocki dans ses premiers écrits politiques nous porte à croire que son esprit était plein de vœux pieux, un trait assez caractéristique d’une certaine école de pensée politique en Pologne. Cette école s’active à chaque fois que notre pays cesse d’être libre ou fait face à une menace mortelle. Elle consiste à prendre pour argent comptant la propagande des cours voisines (la Russie, « allié naturel8 », sa protection n’a rien de mauvais vu notre faiblesse9). Cette manière de penser (qui a perduré à travers les siècles) implique l’acceptation de l’idée que la faiblesse et la dépendance font partie du caractère national polonais et résultent du type d’organisation politique de ce peuple. La faiblesse était alléguée comme justification de la dépendance, de même que les prétendus (très illusoires d’ailleurs) avantages de la soumission. Cette manière de penser, annonçant certains courants politiques qui nous sont connus de l’histoire des xixe et xxe, mais aussi du xxie siècle, ne subira, dans le cas de Potocki, aucune modification et le conduira enfin à la dénégation de sa responsabilité envers la communauté politique polonaise après le troisième partage. Ce n’est que le vecteur de la dépendance qui subissait des changements : dans les lettres rédigées pour son journal, le Journal hebdomadaire de la Diète, Potocki avait tendance à changer de parti en passant de la faction russophile aux amis de la Prusse10. On croit à juste titre que l’indépendance de la Pologne était devenue fictive à la suite de la grande guerre du Nord (1700-1721), donc presqu’un siècle avant le partage final de la République entre trois puissances impérialistes (1795)11. Dans l’entre-temps, notre État avait continué à s’affaiblir ; ce qui se perçoit bien à travers les alliances contractées avec ses voisins et futurs « bourreaux ». Le but de la politique de Stanislas Auguste consistait donc à sauver l’unité du pays sous le protectorat de la seule Russie. Cependant, une politique réaliste à l’époque de la Grande Diète devait tenir compte non seulement de l’influence russe, mais aussi des intérêts de la Prusse (qui contrôlait les points-clés de la navigation de la Vistule). Or on observe que Potocki, en s’acquittant de son rôle d’intellectuel engagé, a poussé au plus loin cette logique en élaborant tout un programme politique selon lequel le protectorat extérieur des puissances, considérées comme « garants de la liberté », était une condition sine qua non pour l’existence de l’État républicain12. On peut remarquer dans cette position une lointaine analogie avec la fameuse conception de Montesquieu qui attribuait le système monarchique aux grandes nations, tandis que le système républicain n’était convenable qu’aux petits pays, comme la Suisse à laquelle, d’ailleurs, Potocki comparait la Pologne : les Helvètes jouissent de la liberté intérieure en payant le prix géopolitique imposé pour pouvoir continuer d’exister au milieu des grands joueurs. Cette autolimitation des ambitions dans la politique extérieure n’a pas été inventée seulement à l’usage intérieur : Potocki se rendait compte du fait que le Journal Hebdomadaire de la Diète était aussi lu par les ambassades, y compris la plus détestée de toutes, l’ambassade russe. Potocki croyait cependant que l’abdication de la souveraineté extérieure lui permettait d’exiger que le protecteur limite ses interventions dans la vie politique polonaise : il condamnait les aristocrates corrompus par la Russie et demandait la révocation de l’ambassadeur Stackelberg13 en l’accusant d’abuser de l’hospitalité des Polonais14. Le « réalisme » politique de Potocki lui faisait donc prendre pour argent comptant la rhétorique officielle des puissances envers la Pologne et ensuite demander qu’ils assument jusqu’au bout ces déclarations, sans en même temps contester le fait de la dépendance. Il oubliait un facteur important (même s’il l’évoque ailleurs15) : comme frappé par une malédiction, l’Empire russe s’avérait incapable d’arrêter son expansion, ainsi que ses aspirations à l’universalisme.

  • 16 Teresa Kostkiewiczowa, « “Comme une truite parmi les carpes” : Jean Potocki dans le paysage intell (...)
  • 17 Ibid., p. 269.
  • 18 Ibid., p. 267.

5Si une vraie politique étrangère n’était pas praticable, alors que pouvait bien signifier, selon Potocki, être patriote en Pologne ? La réponse est simple : il faut soutenir ceux qui veulent introduire des réformes intérieures. C’est ainsi que le comte est devenu un partisan conséquent, bien que parfois critique, des travaux de la Grande Diète. Malgré son attachement au parti réformateur, Potocki s’opposait, à cause de son appartenance sociale, aux solutions radicales qui auraient pu porter préjudice aux intérêts des grands propriétaires terriens. Contrairement à ce que nous dit l’historiographie marxiste, il ne faut pas considérer cette attitude comme négative ou rétrograde : les propriétés de la magnateria, dont la grandeur désorganisait auparavant la République, auraient pu servir de base pour sa puissance et sa richesse si seulement on avait réussi à coordonner des intérêts qui, pendant des décennies, semblaient irréconciliables. Même Potocki, une personne pleine de contradictions16, a prouvé qu’il savait non seulement prendre soin de ses propres biens, mais aussi en laisser une partie à la disposition de l’État, si sa défense l’exigeait. Le comte était en même temps conscient — contrairement à bien de ses « frères en noblesse » — qu’une réforme profonde de l’État était absolument nécessaire. Il prônait l’abolition du liberum veto17 et se rendait compte du fait que la noblesse polonaise était pacifiste. Ce trait, que l’on pourrait normalement considérer comme digne d’être imité, menait la nation à sa perte au moment de la tourmente géopolitique qui s’était déclarée. Dans l’un de ses écrits politiques, Potocki ose comparer la noblesse aux quakers qui « croyent que le meilleur moyen d’empêcher qu’on entre chez eux est de tenir leurs portes ouvertes, parce qu’ils disent que s’ils les fermoient cela pourroit donner à quelqu’un l’envie de les ouvrir18 ».

  • 19 Marian Kukiel, Zarys historji wojskowości w Polsce, Cracovie, 1929, p. 159-169.
  • 20 Œuvres III, p. 267.

6Potocki vérifie aussi de cette manière ses propres opinions à propos de « nations libres sous le protectorat de puissances ». Le règne de la dynastie saxonne (1697-1763), considéré comme le pire dans l’histoire de la république des Deux-Nations, a popularisé chez nous la conviction que l’impuissance militaire est la meilleure méthode pour éviter l’agression. Au contraire, les réformateurs de la Grande Diète décidèrent de reconstituer une armée nationale en recrutant des troupes permanentes de 100 000 soldats19. Dans le même texte, Potocki oppose les quakers pacifistes d’Angleterre aux quakers philadelphiens (Philadelphie était la première capitale des États-Unis, mais philadelphien peut aussi signifier celui qui aime son frère, donc celui qui est apte à vivre dans la société) qui étaient capables de se révolter contre l’oppression de la métropole20. Si l’étape de l’apaisement dans la carrière journalistique de Potocki le rend précurseur des positivistes (dans le contexte du xixe siècle polonais, ceux qui refusent la lutte armée contre l’oppresseur en faveur d’un « travail organique »), les opinions qu’il exprime plus tard sur la défense font penser plutôt aux méthodes qui, pour la première fois, seront mises en œuvre presque un siècle plus tard, pendant l’Insurrection de janvier 1863 contre l’occupant russe. Potocki propose une lutte clandestine, maquisarde, en considérant les forêts non seulement comme la richesse de notre pays, mais aussi comme le pilier de sa liberté. Citons par exemple ce fragment :

En général toutes les contrées de l’Europe peuvent être considerées comme des campagnes bien cultivées, ou l’on auroit conservé quelques bouquets de bois la notre au contraire comme une vaste forêt coupée par quelques défrichements

  • 21 Ibid., p. 251.

Les forêts doivent être notre retraite21.

  • 22 Biographie, p. 142.

7Comme le remarquent F. Rosset et D. Triaire22, Potocki considérait la milice nobiliaire comme base des forces armées de l’État, sans nier en même temps la possibilité et la nécessité d’y engager les paysans, ce qui pourrait faire naître un esprit civique auprès des groupes sociaux discriminés. On y reviendra ci-après.

8À l’exemple de Jean Potocki (mais aussi du roi Stanislas Auguste lui-même), nous pouvons observer un certain processus psychologique dans le cadre duquel des esprits jusque-là sceptiques acquièrent un sentiment patriotique fondé sur l’hypothèse que l’on peut réussir à introduire les réformes nécessaires et surmonter l’impossibilisme qui régnait jusqu’ici. Une Pologne renforcée qui reconstruit son potentiel, en combattant les pathologies et l’injustice, gagne en attractivité et fait croire que cela vaut la peine de prendre part à son succès. Hélas, la fugacité des réformes a provoqué une disparition tout aussi rapide de ces comportements édifiants.

  • 23 E. Rostworowski, « Dwa pisma polityczne Jana Potockiego z lat 1790 i 1792 », dans A. Zahorski, Wie (...)
  • 24 Œuvres III, p. 271.
  • 25 Voir Remigiusz Forycki, « Obraz Rosji w twórczości Josepha de Maistre’a i Jana Potockiego » dans M (...)

9Comme je viens de le souligner, la protection de la propriété (surtout de la propriété foncière) constituait un élément essentiel de la vision idéologique et sociale de Potocki. Cela se traduit dans les opinions qu’il exprimait à propos du postulat de l’abolition du servage. Il l’abordait avec scepticisme, sans nier sa nécessité théorique. De même que le statut de citoyen dans la République nobiliaire dépendait de la naissance qui déterminait — au moins en théorie — un certain ensemble de connaissances sur le fonctionnement de l’État, la liberté individuelle devait être accompagnée d’un état de connaissances approprié. L’auteur du Manuscrit trouvé à Saragosse distingue la « conscience de la liberté » de la « science de la liberté23 » en suggérant que cette valeur n’est pas donnée, mais assignée ; ce qui implique des obligations concrètes envers sa communauté politique. Une « conscience de la liberté » prolifique mène à l’anarchie si elle n’est pas liée à la « science de la liberté ». Cette argumentation pourrait nous sembler convaincante si Potocki n’en avait pas poussé les conséquences jusqu’à mettre en question le droit au jugement pour les paysans. Il évoque à cette occasion un exemple chinois où les plaignants n’étant pas capables de porter une plainte écrite étaient fouettés même si leur plainte était ensuite écoutée par un mandarin24. Relevons encore un fait intéressant : à la différence des autres conservateurs, Potocki évite l’argumentation religieuse, n’évoque pas la cohérence de la hiérarchie sociale traditionnelle avec le magistère de l’Église à l’époque. Par contre, il préfère se servir d’exemples tout à fait exotiques. Il est difficile d’estimer dans quelle mesure les opinions citées reflétaient ses convictions. Peut-être n’était-ce qu’une défense tactique des intérêts de sa classe sociale. D’ailleurs, l’un n’empêche pas l’autre. Il convient de rappeler que les arguments de Potocki contre l’abolition subite du servage rappellent un peu ceux qui étaient exprimés par Joseph de Maistre lors de son séjour à Saint-Pétersbourg, bien que — comme on vient de le remarquer — le credo de l’écrivain polonais se passât de l’élément religieux, de l’enracinement dans l’ordre éternel des choses. Les deux nobles qui firent connaissance dans la capitale de Russie, maintenaient des contacts et discutaient même âprement sur différents sujets25.

10L’adoption de la constitution polonaise du 3 mai 1791 marque un jalon majeur de l’étape « patriotique » de la biographie de Potocki. Le comte juxtapose la violence des événements révolutionnaires en France aux réformes prudentes, mais également profondes de la Diète polonaise :

  • 26 Œuvres III, p. 281.

L’Evêque d’Autun dit que le peuple est heureux : mais si cela est, il faut convenir que son humeur n’annonce pas la sérénité & dément un peu cette assertion. Quoiqu’il en soit, nous sommes trop loin & peut être trop en arrière pour juger du bien qui se fait en France : mais comme je l’ai dit, nous pouvons toujours nous felliciter de ce qu’il n’est pas arrivé chez nous. En effet, les Echafauds n’ont point paré nos places publiques ; non seulement le sang mais les larmes mêmes n’ont point coulé26.

  • 27 Ibid., p. 282-283.
  • 28 Ibid., p. 295.

11Faisant écho à la nouvelle loi fondamentale, Potocki soutient la monarchie limitée qui respecterait en même temps le système républicain de l’État. Ce paradoxe apparent, mal compris par les étrangers, signifie tout simplement que la nation nobiliaire élit un roi-arbitre, représentant à l’extérieur, symbole de l’unité27, et non pas un souverain comme le voudraient les traditionalistes. La position du roi s’approchait donc de celle qu’assument les monarques en Europe aujourd’hui. Remarquons que Potocki n’attendait pas que le salut pour la Pologne repose sur son éventuelle assimilation idéologique aux absolutismes éclairés qui l’entouraient. À la République, selon lui, il fallait conférer un gouvernement libre, pour autant que la mentalité des élites changeât28. Certaines institutions dont la réforme avait été entreprise par la Grande Diète exigeaient aussi une révision.

  • 29 Ibid., p. 296-297.
  • 30 Voir M. Kukiel, Czartoryski and European Unity, New Jersey, 1955.

12Le comte Potocki a engagé sa plume pour la défense de ce processus, en critiquant les adversaires des changements. Dans sa Neuvième lettre à l’auteur du journal, il présente une allégorie où les Polonais sont travestis en un peuple asiatique, longtemps placé sous le joug des voisins, qui obtient enfin de son souverain différentes améliorations, sans savoir montrer sa gratitude. Au contraire, il demande l’impossible. Le souverain se met en colère et réveille son peuple de la transe hypnotique dans laquelle il était tombé pour se rendre compte finalement qu’il était retombé dans la servitude29. Cette anecdote est très ambiguë, car elle ne se limite pas à critiquer les réactionnaires, mais elle met également en question (peut-être malgré la volonté de l’auteur) l’importance effective des travaux des partisans des réformes face au danger extérieur constant. Ce présage sinistre était destiné à se réaliser à la lettre, car la Pologne a disparu de la carte politique de l’Europe cinq ans après sa publication. En dépit du pessimisme de Potocki et à l’encontre du choix personnel qu’il fera ultérieurement de servir le tsar de Russie, les réformes de la Pologne des Lumières n’ont pas été vaines puisqu’elles ont préparé, au niveau intellectuel et spirituel, toute une génération qui — contrairement à Potocki — n’allait pas oublier son pays. Dans cette génération se déploiera une nouvelle mentalité, les patriotes s’attachant désormais à l’idée de l’État et au service de la nation ; ce qui constituera un clair dépassement de leur attachement à la propriété ou à la personne du monarque. Le plus bel exemple d’une personnalité ayant su surmonter les contraintes de sa classe sociale est celui du prince Adam Jerzy Czartoryski qui — à l’instar de Potocki et de Stanislas Auguste — s’était tourné, après les partages, vers Saint-Pétersbourg, avant de s’en détourner une fois qu’il eut acquis la conviction que la Pologne ne renaîtrait pas par la grâce de l’empereur30. Dans un certain sens, Czartoryski se présente comme le remords de Potocki.

13Jean Potocki a fait un choix différent. Chez lui, c’est encore l’attachement à la propriété, aux intérêts de sa propre classe sociale qui a triomphé. Il ne s’agit pas bien sûr d’énoncer des jugements faciles envers l’époque où la notion de l’identité nationale moderne était encore en gestation. Il faut cependant signaler qu’un choix patriotique était déjà possible. Quand le vent eut emporté la Pologne (au moins telle était la perception du comte d’Uładówka), l’ancien serviteur de l’ancien Royaume s’est trouvé une nouvelle idée fixe : faire de la Russie une courroie de transmission de la culture européenne vers les pays de l’Orient. L’Empire des tsars devait diriger son attention vers les territoires du Caucase, du Moyen et de l’Extrême-Orient pour y propager les valeurs occidentales. Cette nouvelle vision de Potocki a également échoué, car la conviction de l’inconditionnelle supériorité de l’Europe, typique de l’époque des Lumières, avait commencé — en Russie surtout — à tourner, suscitant un sentiment de défiance envers les puissances européennes qui pouvaient représenter un danger imminent. Comme le remarque Andrzej Nowak :

  • 31 A. Nowak, « Rosja i Europa, albo orientacje geopolityczne w myśli rosyjskiej (do 1917 roku) », dan (...)

le « système asiatique » de Potocki, ou plutôt son interprétation idéologique « optimiste » qui le préconise comme un élément de la collaboration harmonieuse des puissances de l’Occident visant à brider les forces du chaos, c’est-à-dire de l’Orient, s’est avérée avoir quarante ans de retard. L’unité du monde des Lumières, soutenue par l’auteur du Manuscrit trouvé à Saragosse, avait déjà été mise en question. La Russie s’était engagée dans une rivalité mortelle avec l’Empire de l’Ouest, celui de Napoléon en Europe ; en Asie, par contre, elle devait mener depuis le milieu du xviiie siècle une lutte de plus en plus véhémente (à partir des détroits de la Mer Noire) contre la Grande-Bretagne. Il était difficile de rêver à une mission civilisatrice des Lumières dans des pays « sauvages » au moment où la Russie elle-même se sentait de plus en plus menacée dans ses ambitions (et même dans son identité) par les plus « éclairées » des puissances de l’Europe occidentale31.

14Remarquons pour finir que la défaite « russe » de la conception politique de Potocki a les mêmes sources que la défaite « polonaise » : le comte avait la conviction, inspirée par la philosophie des Lumières, qu’un ordre international non conflictuel en Europe était possible. La même conviction, qui lui avait fait croire — sans aucun fondement — que les puissances voisines voudraient garantir l’indépendance de Pologne, lui dictait en Russie le dogme d’une communauté idéologique de l’Europe face à l’Orient. Une communauté sachant surmonter les intérêts politiques. Le « crépuscule » du Potocki homme-politique et savant accompagne le « crépuscule » de toute une époque dans l’histoire intellectuelle de l’Europe.

Notes

1 Voir N. Machiavel, Le Prince, Paris, 1999.

2 Voir Brigitte Hamman, Österreich, ein historisches Portrait, Munich, 2009.

3 Un fait admis même par ces historiens que l’on ne peut pas soupçonner de sympathie pour la République : Jacques Bainville, Histoire de France, Paris, 1924, ch. XVI.

4 Biographie, p. 126-132.

5 Œuvres I, p. 71-72.

6 Voir Paweł Jasienica, The Commonwealth of Both Nations III, New-York, 1992.

7 D. Triaire, « Jean Potocki et l’indépendance nationale pendant la Grande Diète polonaise », dans Rosset et Triaire, 2000, p. 25.

8 Œuvres III, p. 250.

9 Ibid., p. 263.

10 Ibid., p. 277-280.

11 Voir P. Jasienica, Rzeczpospolita Obojga Narodów — Agonia, Varsovie, 2007.

12 Œuvres III, p. 263.

13 Ibid., p. 264.

14 Ibid., p. 265.

15 Ibid., p. 285.

16 Teresa Kostkiewiczowa, « “Comme une truite parmi les carpes” : Jean Potocki dans le paysage intellectuel des Lumières européennes », CAIEF, p. 103.

17 Ibid., p. 269.

18 Ibid., p. 267.

19 Marian Kukiel, Zarys historji wojskowości w Polsce, Cracovie, 1929, p. 159-169.

20 Œuvres III, p. 267.

21 Ibid., p. 251.

22 Biographie, p. 142.

23 E. Rostworowski, « Dwa pisma polityczne Jana Potockiego z lat 1790 i 1792 », dans A. Zahorski, Wiek XVIII. Polska i Świat, Varsovie, 1974, p. 94.

24 Œuvres III, p. 271.

25 Voir Remigiusz Forycki, « Obraz Rosji w twórczości Josepha de Maistre’a i Jana Potockiego » dans Między Wschodem a Zachodem, Varsovie, 1991 ; D. Triaire, « Huit lettres de Jean Potocki à Joseph de Maistre (1805-1814) », Revue d’histoire littéraire de la France, no 1, Paris, 2013, p. 135-146.

26 Œuvres III, p. 281.

27 Ibid., p. 282-283.

28 Ibid., p. 295.

29 Ibid., p. 296-297.

30 Voir M. Kukiel, Czartoryski and European Unity, New Jersey, 1955.

31 A. Nowak, « Rosja i Europa, albo orientacje geopolityczne w myśli rosyjskiej (do 1917 roku) », dans Putin. Źródła imperialnej agresji, Varsovie, 2014, p. 25 (traduction du fragment : ŁM).

Auteur

Université Catholique de Lublin

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search