Version classiqueVersion mobile

Jean Potocki : le travail du temps

 | 
François Rosset
, 
Dominique Triaire

Partie II — L’œuvre

Jean Potocki et l’esprit de l’Encyclopédie

Maciej Forycki

Texte intégral

  • 1 L’une des premières éditions : L’esprit de l’Encyclopédie ou choix des Articles les plus curieux, (...)

1Le sujet de ce propos renvoie au titre des recueils d’articles tirés de l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert qui furent publiés à plusieurs reprises, à savoir L’esprit de l’Encyclopédie ou choix des Articles les plus curieux, les plus agréables, les plus piquants et les plus philosophiques de ce Grand Dictionnaire1. Ces recueils nous invitent à analyser les écrits de Jean Potocki en y cherchant des connotations, des correspondances, des influences ou encore des continuations et des polémiques avec la production encyclopédique, ceci non seulement dans le contexte des articles mêmes du Dictionnaire raisonné, mais aussi des autres textes de ses rédacteurs et auteurs du lexique. Il serait en outre utile de réserver une place importante dans cette étude aux passages qui se réfèrent aux affaires polonaises. Il est important de rappeler ici que les textes encyclopédiques étaient largement diffusés dans la République nobiliaire, notamment ceux qui portaient sur la condition paysanne de cette contrée de l’Europe.

2L’examen de l’œuvre de Jean Potocki sous cet aspect fait apparaître beaucoup plus d’influences encyclopédiques que l’on pouvait pressentir lors de la lecture ordinaire ou même de la première approche. Une analyse plus approfondie rend le chercheur impressionné par leur nombre et leur complexité ; c’est pourquoi la présente étude ne se veut qu’une indication de cette richissime problématique, d’où vient aussi le choix de la méthode de sa présentation.

  • 2 J.-M. Rohrbasser, « Le style géométrique de Potocki (2) », dans Klene, p. 182.

3Trois questions majeures guideront ce propos. Premièrement, chose évidente, il faut étudier ces emprunts, références, copiages ou enchaînements encyclopédiques que l’on trouve dans l’œuvre de l’auteur du Manuscrit trouvé à Saragosse. Dans le deuxième élément de recherche, nous allons montrer les différents visages de Potocki-encyclopédiste, en suivant cette juste constatation de Jean-Marc Rohrbasser selon laquelle l’écrivain se montrait tantôt « encyclopédiste-politique ou encyclopédiste-historien ou encore encyclopédiste-archéologue, mais toujours attaché au style géométrique, c’est-à-dire à la méthode des mathématiciens2 ». Il reste enfin un troisième cheminement à suivre, ou au moins à signaler — celui-ci porte sur l’esprit de l’Encyclopédie bien présent dans les narrations des chercheurs francophones et qui englobe le contexte historique de la vie de Jean Potocki et plus précisément les considérations qu’ils avancent sur la situation de la République nobiliaire dans la seconde moitié du xviiie siècle. Pour clore cette introduction, arrêtons-nous enfin sur la question de notre méthode. Il est certes possible d’englober les traces richissimes de l’encyclopédisme de Jean Potocki, mais à cette étape de la recherche, vu la complexité de la tâche, il vaut mieux ne pas s’aventurer dans un effort de synthèse. En revanche, nous nous proposons une méthode, certes élémentaire, mais qui se marie parfaitement bien avec le titre et l’essence même de cette étude. Ainsi, nous nous invitons à découvrir toute une suite des problèmes à étudier par le biais d’un abécédaire, en focalisant sur plusieurs aspects de cet « esprit de l’Encyclopédie » qui étaient propres à Jean Potocki.

4A comme Abattis

5Nous nous référons ici à un écrit politique de Jean Potocki, adressé au roi Stanislas Auguste en avril 1788, qui était une mise en garde devant le danger d’une agression prussienne. On retrouve dans ce passage notre écrivain et nonce à la Diète drapé en encyclopédiste-politique et en même temps bon disciple de Jean-Jacques Rousseau. Il s’y demandait comment réagir militairement à une attaque destructrice vu l’extrême faiblesse de l’armée polonaise, avec notamment son manque de formations ordonnées et de places fortes. En répondant par la glorification de l’engagement des hommes et le caractère forestier des terres polono-lituaniennes, il ordonne son discours de manière encyclopédique :

Article 1r

des Abbatis

  • 3 Œuvres III, p. 250.

Un Abbatis est un rempart d’arbres renverses les uns sur les autres. Ils doivent être coupés a 3. pieds de terre, et couchés sur les meme côté. En dehors de l’endroit qu’on veut fortifier. Un tel rempart est inacessible à la Cavalerie, à l’Infanterie et à l’Artilerie. On n’y penetre que la hache à la main, et quelques chasseurs peuvent y arreter les têtes de toutes les colonnes c’est a dire une armée entiere. Les lisières de toutes nos forêts doivent être convèrties en abbatis3.

6N’est-ce pas une explication qui s’inscrit parfaitement dans la lignée d’un article du Dictionnaire raisonné ? La suite de ce texte donne une autre définition, tout aussi proche de l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert :

Article 2.

des Palankas.

Palanka vieux mot esclavon, veut dire une enceinte de pieux. Ce sont des forts quarrés demi bastionés, palissadés, entourés d’un rempart de gazon et d’un fossé de 15. pieds dans tous les sens

Les Palankas sont excessivement multipliées dans la Bosnie et la Servie : Et il n’y en a pas une ou dans les guerres turques il n’est peri plus d’Autrichiens qu’il n’y a des pieux dans leur palissades

Chacun de nos villages doit avoir une Palanka proportionée à l’etendue de sa population. Elle doit être dans l’interieur de la forêt en dedans de l’Abbatis, proche du village et de quelque source d’eau, elle doit avoir son abbatis particulier fait de maniere a pouvoir faciliter les sorties.

  • 4 Diderot et d’Alembert, Encyclopédie, ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métier (...)
  • 5 Voir M. Forycki, « Oręże polskie w Encyklopedii Diderota i d’Alemberta », dans S. Achremczyk réd., (...)
  • 6 Œuvres III, p. 252.
  • 7 Voltaire, Collection complette des Œuvres de Voltaire, Histoire de Charles XII. Roi de Suède, Genè (...)
  • 8 E. Rostworowski, « Jean Potocki témoin de la crise de l’ancien régime en Europe et en Pologne », d (...)

7L’esprit encyclopédique apparaît ici non seulement dans le mode de présentation ou dans la langue parfaitement sobre, mais aussi par la correspondance lointaine avec l’article « Palanka » du dictionnaire raisonné dans lequel on trouve la définition d’un village de Pannonie ainsi nommé4. Ces deux définitions de Potocki se marient aussi parfaitement avec les textes des encyclopédistes non seulement sur l’état militaire de la République nobiliaire5, mais plus généralement sur cette partie du continent. On en retrouve la preuve dans le troisième article de cet écrit, dont le passage est étroitement lié — comme l’a remarqué déjà Dominique Triaire — avec les propos voltairiens. En effet, Potocki conseilla à ses compatriotes de « creuser des trous dans les lieux des forets les plus élévés et les plus secs mais en même tems les plus touffus. Les premiers du village doivent seuls en avoir connoissance6 » ; ce qui renvoie au fragment de l’Histoire de Charles XII, dans lequel Voltaire apprenait aux lecteurs que sur les terres ukrainiennes « [...] les paysans enfuissent dans la terre tous leurs grains, & tout ce qui peut s’y conserver : il faut sonder la terre avec de grandes perches ferrées, pour découvrir ces magasins souterrains7 ». Avec Jean Potocki caché sous le masque d’un rédacteur de définitions quasi encyclopédiques et puisant dans les écrits de Voltaire, nous arrivons au cœur même de notre propos. Potocki alla d’ailleurs encore plus loin, en appliquant ces idées par la tentative de formation d’un corps armé dans les forêts de Kurpie lors de la guerre de 1792 et en devenant ainsi « un des précurseurs de la théorie d’une guerre insurrectionnelle, de la résistance d’un peuple armé8 ». Promoteur de la guérilla dans les forêts, il dépasse non seulement les frontières de la tactique classique, mais se projette jusque dans l’actualité moderne. En ceci, il rejoignait bien évidemment Jean-Jacques Rousseau — fidèle conseiller des confédérés de Bar.

8B comme Ballon, Baleines

9Commençons par un passage de l’article paru en 1790 dans le Journal Hebdomadaire de la Diète. On y trouve une référence à Voltaire et une liaison inattendue avec les fameux Sermons pour la Diète de Piotr Skarga qui apparaissent en outre dans une métaphore bien naturelle pour notre aéronaute :

  • 9 Œuvres III, p. 292.

Quelqu’un a dit [Voltaire dans Zadig — M. F.] que la vanité étoit un ballon rempli de vent, & que quand on le piquoit il en sortoit des orages. C’est contre ces orages que nous devons chercher des paratonnerres. L’on peut dans la bourasque profiter de la rafale pour relever le navire prêt à chavirer [topos de la Pologne — patrie-navire en train de sombrer de Piotr Skarga — M. F.] ; mais pour une longue navigation il faut des moussons plus constantes & sur tout des pilotes plus habiles9.

10Ce passage sur la responsabilité politique face à la situation orageuse de la Pologne fait penser aussi aux « baleines » de Voltaire qui, dans sa lettre du 15 juin 1771 à Marie Louise de Talmont, née Jabłonowska, écrivit ces mots que l’on croirait sortir de la plume de Rousseau :

  • 10 Voltaire’s Correspondence, T. Besterman éd., 16203.

quelque chose qui arrive, je suis persuadé que votre respectable nation conservera toujours ce qu’il y a de plus précieux au monde, la Liberté. Les Turcs n’ont jamais pu l’entamer, nulle puissance ne la lui ravira. Vous essuierez toujours les orages, mais vous ne serez jamais submergés. Vous êtes comme les baleines qui se jouent dans les tempêtes10.

11C comme Chevelure ou Costume

  • 11 Biographie, p. 182.
  • 12 Encyclopédie, 1765, t. XII, p. 934 et p. 768.

12Les déguisements de Jean Potocki étaient bien connus. Stanislas Auguste se plaignait dans une lettre de 1790 qu’il était « le tout premier de nos élégants qui a renoncé à l’habit français pour reprendre l’habit polonais ». Le roi confrontait cette attitude avec le caractère même de Potocki et plus particulièrement avec ce que cachait sa coiffure auparavant française et désormais sarmate : « Car la tête de ce jeune homme joint à beaucoup d’esprit et de connaissances souvent des idées fort brusques et fort bizarres11 ». Les extravagances et les bizarreries des Polonais sont mentionnées à plusieurs reprises par l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert. Certainement mieux que d’autres, Jean Potocki se montrait — par son habillement, son entourage exotique ou ses idées excentriques — un Sarmate ressemblant à la figure décrite ou plutôt imaginée dans les passages du dictionnaire raisonné. Le rapprochement avec deux de ces articles paraît ici s’imposer : « Pologne, sacre des rois » et surtout « Plica polonica12 ». Dans le cas de ce deuxième article, la définition pouvait se lire à double sens : la plica polonica était un « entrelacement indissoluble des cheveux » décrit avec beaucoup de minutie dans une perspective purement médicale, mais elle pouvait aussi être comprise métaphoriquement comme l’image d’une anomalie dans l’organisation interne de la tête des Sarmates. Ainsi, après de longues années d’absence en Pologne, Potocki y revint en masquant sa figure et son esprit en accord avec les descriptions encyclopédiques des Sarmates.

13D comme Drząca Społeczność

  • 13 Œuvres III, p. 267. Le texte parut aussi en polonais sous le titre O Społeczności Drzącą nazywanej(...)
  • 14 Encyclopédie, 1765, t. XIII, p. 648. Voltaire, Lettres philosophiques, Amsterdam, Lucas, 1734, p. (...)

14Drząca Społeczność, la secte des Trembleurs, se réfère bien évidemment à l’article fameux de Jean Potocki13, paru en 1788, et qui reste en relation avec la définition « Quaker » du dictionnaire de Diderot et d’Alembert, tout en faisant aussi écho aux quatre premières lettres philosophiques de Voltaire14.

15E comme Esclave

16La question des esclaves, ou plus précisément des serfs dans la République nobiliaire est ici bien importante. Jean Potocki, dans un article du Journal Hebdomadaire de la Diète de 1790, entra en discussion directe avec les encyclopédistes et leurs continuateurs en les accusant d’une vision exagérée de la condition des paysans en Pologne et de nourrir des attentes inadéquates concernant les réformes radicales à mener pour l’améliorer :

  • 15 Œuvres III, p. 270-271.

[...] écrivant pour les étrangers, je crois devoir dire un mot de cette liberté des paysans, que les philosophes [...] de l’Europe semblent attendre de nous. [...] la condition de nos paysans n’est point aussi déplorable que de certains philosophes l’ont représenté15.

  • 16 Encyclopédie, 1755, t. V, p. 934.

17Ainsi Potocki entre dans une polémique avec le milieu philosophique hostile à la condition déplorable des serfs polonais ; ce milieu, par le biais des critiques de Montesquieu, Voltaire, Diderot et tant d’autres, condamnait le système économique polonais sur ce point. L’Encyclopédie en parla à plusieurs reprises — la déplorable situation des serfs polonais figure même dans l’article « Esclavage16 ». Apparemment, tout ce bruit irrita Potocki, notamment en raison de son aspect théorique et de son caractère propagandiste, exigeant des réformes, mais prenant peu en compte la réalité :

  • 17 Œuvres III, p. 271.

[...] que tels projets qui paroissent très simples dans un article de l’encyclopédie [...] devienent ensuite très compliqués dans l’exécution, & que leur perfectionnement n’est point comme la végétation spontannée des champignons17.

18F comme Fabre

  • 18 À propos du quarantième anniversaire de la mort de J. Fabre, voir les textes de Michel Delon, Rémi (...)
  • 19 J. Fabre, « Jean Potocki, Cazotte et le roman noir », dans Idées sur le roman de Madame de Lafayet (...)
  • 20 Id., Stanislas-Auguste Poniatowski et l’Europe des Lumières, Paris, 1952.

19L’année 2015 n’était pas seulement celle de l’anniversaire de la mort de Jean Potocki, mais aussi de Jean Fabre (1904-1975)18 qui non seulement démontra remarquablement le caractère fantastique et parodique de l’auteur du Manuscrit19, mais présenta aussi son œuvre dans le contexte de l’apport polonais aux Lumières européennes20.

20G comme Géométrique, Style

  • 21 Voir notamment J.-M. Rohrbasser, « Le style géométrique de Potocki (1) », dans Rosset et Triaire, (...)

21Les spécialistes de Potocki ont démontré en quoi consiste son style géométrique21, manière non seulement d’organiser le texte, mais aussi d’y faire figurer l’univers en appliquant des méthodes propres aux sciences exactes, telles la mathématisation, la systématisation ou la généralisation. Nous le retrouvons dans l’univers fictionnel dans la personne de Velasquez, le géomètre, et dans le champ de la science, par exemple, dans les théories de Potocki relatives à la chronologie des temps historiques. Par sa « galanterie géométrique », Potocki a élevé l’esprit de l’Encyclopédie à des hauteurs qui n’avaient même pas été rêvées par ses maîtres philosophes.

22H comme Hervas

23Sous la lettre H, il ne se peut cacher que Hervas, Diègue Hervas, l’encyclopédiste malheureux. Son histoire, racontée dans le Manuscrit par son fils Blaz, le pèlerin réprouvé, est celle de l’encyclopédisme même, c’est-à-dire du projet de ramasser en une seule œuvre, en un dictionnaire des dictionnaires, l’ensemble du savoir humain. Diègue Hervas rédigea un tel ouvrage en cent volumes, travail titanesque si on le compare aux dix-sept tomes produits par Diderot et compagnie. Or, une fois l’ouvrage achevé, son unique exemplaire fut dévoré par les rats : la nature avait pris le dessus sur l’esprit humain. Mais Diègue Hervas, en bon scientifique, n’abandonna point le projet et reconstitua son encyclopédie, ce qui lui coûta huit ans de travail supplémentaire. L’ouvrage achevé pour la seconde fois, il se révéla que son auteur n’avait point pris en compte le progrès continu des sciences : il lui fallut donc quatre années de plus pour actualiser son texte. Cette fois-ci, c’est devant le progrès de l’esprit humain, que l’encyclopédiste dut céder. L’ouvrage enfin achevé dans sa troisième mouture, l’éditeur Moreno refusa de le publier parce que le dictionnaire lui paraissait... trop volumineux ! L’idéal encyclopédique capitulait ainsi devant les exigences du marché, voire devant la bêtise partagée communément et dominant le monde. Ce désir de rassembler tout le savoir dans un livre, l’un des rêves les plus importants du siècle des Lumières, un fantasme totalement partagé par Potocki, enthousiaste de la totalisation des sciences, aura donc été par trois fois renié, tourné en ridicule par le même Potocki qui réduisait ainsi à néant les valeurs que partageait Diègue Hervas ou plutôt l’encyclopédisme.

24I comme Itinéraire

  • 22 J. Potocki, Voyages, F. Rosset et D. Triaire éd., Paris, 2015, 508 p.

25En nous plongeant dans les Voyages de Jean Potocki récemment parus chez Flammarion22, nous découvrons que leur auteur, disciple parfait des encyclopédistes, savait marier la lecture des érudits sur les terres à découvrir avec le travail scientifique du cabinet, l’expérience et le vécu. Son équipement de voyage resta digne du lecteur des définitions en toutes sciences du dictionnaire raisonné. Enfin, dans l’aboutissement de ses récits de voyage se réalise l’idéal de l’esprit encyclopédique qui est celui de la présentation des notions plutôt que leurs descriptions toutes faites : il s’agit donc de découvrir, de penser et de définir, et non pas de suivre et d’imposer des vérités incontestables.

26L comme Lecture, voir Voltaire

27M comme Manuscrit trouvé à Saragosse de Wojciech Has

  • 23 M. Maron, « Les contextes cachés du film Manuscrit trouvé à Saragosse de Wojciech Has », dans Miod (...)

28Le film de Wojciech Jerzy Has transfère le sujet entièrement dans le monde de l’imaginaire, mais en même temps ne permet pas d’oublier que même dans l’adaptation cinématographique, le « Livre » reste au centre des interprétations. Ce « Livre » est en fin de compte une encyclopédie « de la vie et de la création », comme le veut à juste titre Marcin Maron, en la plaçant du côté de Novalis plutôt que celui de Diderot23.

29N comme Nationalité, voir Patrie, Pologne

30O comme Olavidès

  • 24 Voir D. Diderot, Œuvres complètes, Don Pablo (Paul) Olavidès, Paris, 1972, t. XIII, p. 5-11.
  • 25 D. Triaire, « Au commencement », dans Klene, 2018, p. 115-128.
  • 26 Voir notamment Encyclopédie, 1755, t. V, p. 953, s. v. « Espagne ».

31Dans le cadre de ce sujet, le nom de don Pablo Olavidès, Péruvien originaire de Lima, brille dans tout son éclat. Il s’agit bien évidemment du héros de la première phrase du Manuscrit trouvé à Saragosse : « Le comte d’Olivadès n’avait pas encore établi des colonies étrangères dans la Sierra Morena ». Ce n’est pas par hasard que la figure de cet homme des Lumières en Espagne et grand ami des encyclopédistes24, persécuté par l’Inquisition, invite à la lecture de l’œuvre majeure de Jean Potocki. N’est-ce pas une provocation que ce soit justement Olavidès qui incite à découvrir l’Espagne potockienne25, si différente de celle décrite dans les articles du dictionnaire raisonné26 — l’Espagne qui au fil des pages du Manuscrit se montre si anti-encyclopédique ?

32P comme Patrie, Pologne

  • 27 D. Triaire, « Jean Potocki, écrivain francophone ? », dans Rosset et Triaire, 2000, p. 87-96.
  • 28 Encyclopédie, 1765, t. XII, p. 178-180 ; p. 924-934 ; p. 475-477.

33Il est ici question de la nationalité de Potocki, problème brièvement exposé par Dominique Triaire qui le voit en cosmopolite appartenant à la famille des éclairés tout en le présentant comme fils de sa Podolie natale27. Il est vrai que la notion de « patrie » ne prenait son sens qu’alors. Il est néanmoins important de se référer, une fois de plus, au dictionnaire raisonné pour rappeler que l’article « Patrie » y est étroitement lié avec celui de « Pologne », tous les deux ayant initialement le même auteur. Effectivement, c’est Gabriel-François Coyer, biographe du roi Jean III Sobieski et collaborateur de Stanislas Leszczyński qui se cachait derrière le chevalier de Jaucourt. Ses considérations sur les affaires de la République nobiliaire et les leçons qu’il tira de son histoire donnèrent lieu à trois articles « révolutionnaires » de l’Encyclopédie, le dernier étant « Peuple ». Coyer y donnait un éclaircissement portant sur les idées républicaines, une vision novatrice de l’attitude patriotique et des pensées audacieuses qui étaient familières à Jean Potocki28.

34R comme Rosset François, voir Spécialistes

35S comme Spécialistes

36Le tandem, François Rosset et Dominique Triaire, a fait redécouvrir et comprendre l’œuvre de Potocki dans toute sa grandeur. Penser à ces deux éminents « potockistes » dans notre contexte de l’esprit de l’Encyclopédie ramène notamment à la question signalée au début de ce propos, à savoir l’influence des polonica du dictionnaire raisonné sur les chercheurs d’aujourd’hui. En effet, expliquer le mieux possible aux lecteurs francophones la situation de la République nobiliaire dans la seconde moitié du xviiie siècle exige de se référer aux discours ou plus précisément aux clichés que les encyclopédistes ont véhiculés à son sujet. Les spécialistes de la vie et de l’œuvre de Potocki le font souvent. Il en est ainsi parce que les passages tirés du dictionnaire raisonné ou des textes de Voltaire étant parfaitement compréhensibles et faisant autorité par définition, plaisent aux lecteurs francophones d’aujourd’hui, tout en permettant aux biographes de Potocki de dévoiler la richesse de ces imagines sarmatarum.

37T comme Triaire Dominique, voir Spécialistes

38U comme Université

39Denis Diderot et Jean Potocki se retrouvent frères intellectuels et cousins législateurs, chacun d’eux ayant été incité par le pouvoir impérial de toutes les Russies à réfléchir sur les réformes éducatives, ainsi que sur le progrès des sciences, et à rédiger des projets pour l’Université dans le cadre des ambitions de ce pays aspirant à faire partie de l’Europe des Lumières. Le projet rédigé par Potocki trouva aussi peu d’intérêt auprès d’Alexandre Ier que celui de Diderot auprès de Catherine II.

40V comme Voltaire

41Voltaire était l’un des maîtres à penser de Jean Potocki. Il faut tout d’abord rappeler ici les lectures qui avaient formé le jeune comte : il lisait les textes des encyclopédistes (notons que l’admiration de sa belle-mère, la princesse Lubomirska, pour Voltaire et Rousseau était exemplaire) et son attachement à Voltaire resta constant : son épouse témoigna que dans sa jeunesse, les textes voltairiens lui donnaient plus de plaisir que d’autres lectures. Jean Fabre, l’éminent spécialiste des influences françaises en Pologne au xviiie siècle, témoigna, lors d’une discussion sur la recherche des sources potockiennes, avoir soupçonné de telles influences en évoquant le cas des écrits encyclopédiques de Voltaire :

  • 29 Varsovie, 1974, p. 263.

Potocki a [...] utilisé de nombreux articles du Dictionnaire philosophique, sans doute parce qu’il les avait dans la mémoire. Ces articles paraissaient par séries, sous forme de Questions sur l’Encyclopédie, et j’ai suivi leur diffusion en Pologne. Stanislas-Auguste avait, à peu près, toutes les séries. Il les a annotées, et j’imagine son cadet en faisant autant29.

  • 30 J. Vercruysse, « Le Manuscrit trouvé à Saragosse sous le poids des Lumières », dans Varsovie, 1974 (...)

42En effet, les correspondances entre Voltaire et Potocki se révèlent de plus en plus nombreuses. D’une part, il comprend le temps et l’histoire sur un mode voltairien dans son échelle globale, comme un continu du temps et de l’espace ; d’autre part — anecdote plus triviale — il s’imagine son ami, acteur déguisé à l’orientale, et de suite il se réfère au costume de Gengis Khan selon le modèle tiré de la tragédie L’Orphelin de la Chine. Le philosophe fut souvent son alter ego. Son influence sur le comte fut essentielle : « Potocki a-t-il reçu de Voltaire une âme voltairienne ? Oui » constate à juste titre Jeroom Vercruysse30. En effet, il ne peut y avoir de doutes : le voltairianisme de Potocki semble vraiment omniprésent dans son œuvre. Ainsi, cette influence de Voltaire sur les écrits du comte n’est pas négligeable et reste toujours à démontrer dans sa complexité.

43Z comme Zakończenie

44Dans la conclusion (zakończenie en polonais), revenons à l’essentiel. Notre écrivain nous a laissé quelque chose qui ressemble à une énigme : encyclopédiste, Potocki présente des écrits et des dessins, considérés souvent comme des bizarreries apparemment incompréhensibles, mais qui se révèlent soudainement intéressants, riches d’un important potentiel pour la recherche scientifique et qui finissent par devenir graves, essentiels, fondamentaux. Le dictionnaire de Potocki attend toujours son rédacteur, mais son testament est si riche et la recherche encore si incomplète et inachevée que même un éditeur du type de Moreno serait toujours loin d’être satisfait. Les mille et une connotations avec les textes des encyclopédistes s’y imposent — quelques correspondances seulement viennent d’être rappelées. Et puis, ce n’est qu’un commencement : n’oublions pas ce jeu entre Potocki et le lecteur contemporain qui ne fait que renforcer la thèse selon laquelle cet esprit de l’Encyclopédie concerne non seulement Jean Potocki, son œuvre et son temps, mais sort, et largement, hors du Siècle des Lumières et du tournant des xviiie et xixe siècles pour nous accompagner à tout jamais.

Notes

1 L’une des premières éditions : L’esprit de l’Encyclopédie ou choix des Articles les plus curieux, les plus agréables, les plus piquants et les plus philosophiques de ce Grand Dictionnaire, Genève-Paris, Briasson, 1771-1772, t. I-VII.

2 J.-M. Rohrbasser, « Le style géométrique de Potocki (2) », dans Klene, p. 182.

3 Œuvres III, p. 250.

4 Diderot et d’Alembert, Encyclopédie, ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, Paris, 1765, t. XI, p. 774.

5 Voir M. Forycki, « Oręże polskie w Encyklopedii Diderota i d’Alemberta », dans S. Achremczyk réd., Między Barokiem a Oświeceniem. Wielkie bitwy, Olsztyn, 2010, p. 49-57.

6 Œuvres III, p. 252.

7 Voltaire, Collection complette des Œuvres de Voltaire, Histoire de Charles XII. Roi de Suède, Genève, 1768, t. VII, p. 150.

8 E. Rostworowski, « Jean Potocki témoin de la crise de l’ancien régime en Europe et en Pologne », dans Varsovie, 1974, p. 21.

9 Œuvres III, p. 292.

10 Voltaire’s Correspondence, T. Besterman éd., 16203.

11 Biographie, p. 182.

12 Encyclopédie, 1765, t. XII, p. 934 et p. 768.

13 Œuvres III, p. 267. Le texte parut aussi en polonais sous le titre O Społeczności Drzącą nazywanej.

14 Encyclopédie, 1765, t. XIII, p. 648. Voltaire, Lettres philosophiques, Amsterdam, Lucas, 1734, p. 1-43.

15 Œuvres III, p. 270-271.

16 Encyclopédie, 1755, t. V, p. 934.

17 Œuvres III, p. 271.

18 À propos du quarantième anniversaire de la mort de J. Fabre, voir les textes de Michel Delon, Rémi Fabre, Maciej Forycki et Teresa Malinowski dans les Annales du Centre scientifique de l’Académie polonaise des sciences à Paris, vol. 16, 2016, p. 23-48.

19 J. Fabre, « Jean Potocki, Cazotte et le roman noir », dans Idées sur le roman de Madame de Lafayette au Marquis de Sade, Paris, 1979, p. 228-315. J. Fabre nous a laissé un témoignage personnel sur son attitude envers « Jean sans Terre » comme il l’appelait : « J’avais vu Potocki, dans mon livre, avec les yeux du roi Stanislas-Auguste qui avait pour lui de la sympathie, de l’indulgence, mais une indulgence amusée — je l’ai appelé un esthète de la révolution, ce qui est un peu léger de ma part — mais c’est ainsi que le voyait le roi. » (Varsovie, 1974, p. 26).

20 Id., Stanislas-Auguste Poniatowski et l’Europe des Lumières, Paris, 1952.

21 Voir notamment J.-M. Rohrbasser, « Le style géométrique de Potocki (1) », dans Rosset et Triaire, 2010, p. 317-348 ; id., « Le style géométrique de Potocki (2) », dans Klene, p. 131-182.

22 J. Potocki, Voyages, F. Rosset et D. Triaire éd., Paris, 2015, 508 p.

23 M. Maron, « Les contextes cachés du film Manuscrit trouvé à Saragosse de Wojciech Has », dans Miodońska-Joucaviel, p. 146-147.

24 Voir D. Diderot, Œuvres complètes, Don Pablo (Paul) Olavidès, Paris, 1972, t. XIII, p. 5-11.

25 D. Triaire, « Au commencement », dans Klene, 2018, p. 115-128.

26 Voir notamment Encyclopédie, 1755, t. V, p. 953, s. v. « Espagne ».

27 D. Triaire, « Jean Potocki, écrivain francophone ? », dans Rosset et Triaire, 2000, p. 87-96.

28 Encyclopédie, 1765, t. XII, p. 178-180 ; p. 924-934 ; p. 475-477.

29 Varsovie, 1974, p. 263.

30 J. Vercruysse, « Le Manuscrit trouvé à Saragosse sous le poids des Lumières », dans Varsovie, 1974, p. 261.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search