Version classiqueVersion mobile

Jean Potocki : le travail du temps

 | 
François Rosset
, 
Dominique Triaire

Partie I — L’homme

Jean Potocki et la Grande-Pologne

Dominique Triaire

Texte intégral

  • 1 Œuvres III, p. 257.

1Jusqu’en 1788, aucun lien particulier n’unissait Jean Potocki, alors âgé de vingt-sept ans, à la Grande-Pologne. Stanisław (1698-1760), son aïeul, avait bien été voïvode de Poznań, mais il était mort un an avant la naissance de son petit-fils. Les immenses biens des Potocki s’étendaient aux confins orientaux de la Pologne entre Dniepr et Dniestr. Les attaches de la princesse Izabela (Elżbieta) Lubomirska (1736-1816), récente belle-mère de Jean, se situaient plutôt à Varsovie et en Galicie — déjà passée à l’Autriche pour une bonne part. Le jeune homme lui-même reconnaissait peu connaître son pays1 ; il y avait effectivement peu résidé. Élevé en Suisse après avoir fui la confédération de Bar, il avait participé en 1778, avec son oncle Wincenty, à l’éphémère guerre de Succession de Bavière. Puis il avait entrepris de longs voyages dans le monde méditerranéen, profitant de son statut de chevalier de l’ordre de Malte. En 1785, il avait épousé à Wilanów Julia Lubomirska (1767-1794), mais le séjour en Pologne avait été bref : quelques jours plus tard, les nouveaux mariés partaient pour Łańcut. Ils s’étaient ensuite installés à Paris, non sans de fréquentes escapades dans les pays voisins de la France.

  • 2 Voir mon article « Jean Potocki, cosmopolite européen ? » dans Entre Pologne et France, le cosmopo (...)
  • 3 Emanuel Rostworowski, « Debiut polityczny Jana Potockiego w r. 1788 », Przegląd Historyczny, 47/IV (...)
  • 4 Józef Potocki avait reçu le titre de krajczy (écuyer tranchant) en 1767.

2À l’occasion d’un voyage en Hollande, à l’automne 1787, Jean Potocki avait découvert un pays en révolution, éveillant chez lui un vif intérêt pour la chose politique2 ; il avait vu aussi l’intervention énergique de l’armée prussienne aux ordres du duc de Brunswick, le même qui se ferait connaître comme l’on sait à Paris en 1792. Il ne faut donc pas être surpris si, en avril 1788, ayant appris, alors qu’il séjournait à Vienne chez la princesse Lubomirska, que la Prusse nourrissait des projets menaçants contre la Pologne3, le krajczyc (fils du krajczy4, titre polonais que Potocki choisit de porter non sans raison) avait précipitamment réagi, filant à Varsovie où il entendit le 17 avril, lors d’un bal chez son beau-frère Ignacy Potocki, que les Prussiens étaient même entrés en Pologne !

3L’hostilité de Potocki à l’égard du Royaume de Frédéric, mort depuis moins de deux ans, convenait à ses sympathies politiques : pour la Russie d’abord à laquelle son puissant et proche cousin Stanisław Szczęsny Potocki (1752-1805) était tout dévoué, pour l’Autriche ensuite que la princesse Lubomirska considérait comme sa seconde patrie. Or, les deux puissances venaient de s’allier dans la guerre contre l’Empire ottoman et se méfiaient de la cour de Berlin qui pouvait profiter de leur retrait du théâtre européen.

  • 5 Voir la lettre de Barnewall, médecin du roi, en date du 17 mai (Eugène Mottaz, Stanislas Poniatows (...)
  • 6 Œuvres III, p. 250.
  • 7 L’Encyclopédie résume assez justement les idées de Potocki où il faut « savoir suppléer par l’art (...)
  • 8 Aujourd’hui Inowrocław ; le palatinat avait été largement amputé à la suite du premier partage.
  • 9 Œuvres V, p. 15.
  • 10 Œuvres III, p. 258.
  • 11 Des choses dont un chasseur a besoin dans les forêts, Ofiara (ibid., p. 259 et 261).
  • 12 Voir les Lettres données en 1790 au Journal Hebdomadaire de la Diète (ibid., p. 273, 300 et 301).
  • 13 Ibid., p. 263.
  • 14 Ibid., p. 265.

4Jean Potocki multiplia les initiatives : il est certain que la situation géographique de la Grande-Pologne, glissée entre les mâchoires prussiennes ne laissait pas d’inquiéter ; elle sera d’ailleurs croquée quatre ans plus tard. Le 18 avril, il remet au roi Stanislas Auguste effrayé5 le Ne quid detrimenti respublica capiat, brûlot de quelques pages contre la Prusse (« ou le Ministre se vante […] d’avoir achévé les plans du partage6 ») dans lequel il déploie des « moyens de defence », inspirés de la guerre de partisans7, qu’il entend « porter dans les provinces ». Et joignant le geste à la parole, dès le 20, il part pour la Grande-Pologne « dans la seule intention de connoitre la topographie des palatinat[s] de Płock, d’Inowłodź8 et de Bresć9 », soit les palatinats qui bordaient la frontière prussienne entre Varsovie et Poznań. La visite dure une dizaine de jours ; au retour, Potocki ne relâche pas la pression et donne son Essai de logique : « J’ai fait un voyage dans les Provinces pour y acquerir des nouvelles lumieres sur Mon systeme de defense, et me mettre en étât de repondre aux objections qu’on pourroit me faire10 ». Il se montre toutefois moins virulent contre le voisin ; c’est qu’il s’est aperçu que l’habit cosaque qu’il porte pour exprimer son caractère guerrier et son culte des valeurs ancestrales était moqué : il dirige alors ses attaques contre la frivolité de ses compatriotes. Mais surtout, il opère un déplacement majeur dans son positionnement politique : s’il poursuit sa réflexion sur la défense militaire (équipement du partisan, impôt11), la Prusse ne reparaîtra que plus tard et en des termes beaucoup plus conciliants qui concerneront l’échange de Toruń et de Gdańsk12 ; en revanche, le 14 mai, Jean Potocki remet à Stanislas Auguste un court pamphlet, Des intérêts de la Russie et de la Pologne13, où il s’en prend violemment à Otto von Stackelberg, l’ambassadeur de Russie à Varsovie. Aucun document n’éclaire sur la ou les causes de ce revirement. L’écrivain avait pu se rendre compte sur place que la menace prussienne était exagérée, voire inexistante ; il avait pu se laisser convaincre par le parti pro-prussien de sa famille qui comptait des esprits aussi brillants que le maréchal Ignacy Potocki. Mais il en fallait plus pour oser attaquer Stackelberg : au premier rang des amis de Catherine de Russie, figurait le bien-aimé Stanisław Szczęsny Potocki, alors au sommet de sa popularité en Pologne. Le contre-pied de Jean Potocki garde donc toute son énigme, d’autant qu’il récidive peu après dans un style encore plus féroce avec Civilité puérile et honette14. Pour le coup, le roi s’inquiète : Stackelberg est susceptible et irritable, il est l’oreille et la voix de l’impératrice, il faut éloigner le jeune insolent.

5Le roi eut recours à Stanisław Szczęsny Potocki dont il savait l’influence sur Jean. Tout cela prit quelques semaines et ce n’est que dans les premiers jours de juin que celui-ci prit le chemin de l’Ukraine. Pour peu de temps :

Je demande Pardon a Votre majésté d’avoir pris congé d’élle pour m’en allér en Ukraine et puis de revenir a mon ancien project de faire un tour en grande pologne. mon principal motif en cela, est de détruire la réputation de folie, que je me suis appérçu avoir acquise dans les provinces et que je n’ambitionne poïnt du tout :

  • 15 Œuvres V, p. 16.
  • 16 Voir Biographie, p. 144 et 150, ainsi que les poèmes plus ou moins railleurs qui se répandaient su (...)

6écrit-il au roi le 11 juin15. Bien des sujets avaient pu donner naissance à une telle « réputation » : vêtement, comportement16 et surtout volte-face politique ; ce qui ne fournit pas la raison du retour en Grande-Pologne : la « réputation » avait pu tout aussi bien gagner les provinces du Midi ou la Lituanie. Peut-être le krajczyc nourrissait-il déjà le projet de se présenter à la nonciature en vue de la diète qui s’annonçait ; plus certainement redoutait-il de se trouver face à Stanisław Szczęsny Potocki après ses récentes sorties contre Stackelberg et de devoir s’expliquer. Il revint assez vite à Varsovie en compagnie de son épouse qui rentrait de Vienne.

7À la fin du mois de juin, Jean Potocki fut invité par le roi aux fêtes qu’il organisait à Łazienki pour l’anniversaire de sa sœur, Izabela Branicka, Mme de Cracovie, mais le 27 juin, il écrivait à Stanislas Auguste :

  • 17 À l’occasion de la foire de la Saint-Jean qui attirait toute la province à Poznań.
  • 18 Œuvres V, p. 17.

Je demande bien des pardons a votre Majesté d’être parti [...] mais comme Calligula, je souhoitois que la grande Pologne n’eut qu’un cœur, affin de le gagnér tout d’un coup, Au défaut de cela il étoit naturel que je choisisse le tems ou tous les cœurs etoien[t] au même endroit17. Je ne puis pas m’empéchér de croire que j’ai un peu réussi, car on m’encourage et même l’on me prie D’etre Nonce et cela les chefs Si je me détérmine a l’etre. J’ose éspérér que votre majésté voudra bien ne pas m’etre contraire dans ce prémiér pas que je fais dans la cariere de Citoyen18.

8Le roi répondit favorablement (pouvait-il faire autrement ?) le 2 juillet :

Monsieur le Comte Jean Potocki.

D’après ce que Vous m’avez dit et promis, Je dois compter que si vous ètes Nonce, vous serez du nombre de ceux, dont J’aurai lieu d’être content. Il m’est donc égal de quel endroit Vous serez Nonce. Si vous trouvez des facilités à Vous faire élire en Grande Pologne, Je le trouverai très bon. Et sur ce Je vous dis bien volontiers que Je suis

  • 19 Ibid.

Votre très affectionné19.

9Les choses étaient cependant plus avancées que ne le laissait entendre Potocki, car le 29 juin, il écrivait à Stanisław Szczęsny :

  • 20 Il n’avait pas encore reçu la lettre du roi en date du 2 juillet.

J’ai eu l’honneur de vous marcquer dans ma derniere lettre que j’étois intentioné d’être nonce dans le Palatinat de Braclaw, et que je n’etois alle en grande Pologne que par curiosité, mais j’ai trouve ici des facilités extremes, et j’ai vu même qu’en m’excusant j’offençois et que je risquois de perdre les amis que je m’y étois fait. Il me paroit impossible que j’échoue. Car j’ai la parolle de Bninski Zachrzeski s’en ait fait une affaire ou il met son honneur. Je suis a peu pres sur de Skurzewski et de Lipski. Et si la petite noblesse me suit a la diétine comme elle a fait ici, je puis me passér de tout le monde, enfin il me paroit impossible que la cour soit contre moi20.

  • 21 Les fonctionnaires.
  • 22 Œuvres V, p. 18.

Mes amis m’ont dit que cela me feroit beaucoup d’honneur dans la province si vous vouliez bien écrire en ma faveur aux sénateurs et aux Urzędniki21. [...] Si vous avés la bonté d’écrire les lettres que je vous demande, Je vous prie de demandér auparavant a mon Oncle Vincent, s’il veut être nonce ou non car ce seroit la la seule dificulté22.

10Le jeune homme n’est pas tout à fait sincère avec ses deux destinataires : à lire la lettre au roi, il semble que sa campagne électorale ne soit qu’au début (le « premier pas » !) alors que la lettre à Stanisław Szczęsny révèle qu’il a déjà des relais actifs en Grande-Pologne ; dans la lettre à celui-ci, il laisse croire qu’il comptait se présenter à Bracław (Брацлав) quand il était bien décidé à faire campagne à Poznań. Cette lettre garde pourtant un intérêt majeur en ce qu’elle éclaire l’activité de Jean Potocki en Grande-Pologne. Elle montre d’abord que son siège était réservé en Ukraine, parmi les fidèles de Stanisław Szczęsny et que c’est en toute conscience (au moins personne ne croira qu’il choisit Poznań par obligeance) qu’il se présente à l’autre bout du pays. Elle montre aussi que « la réputation de folie » s’était dissipée comme le prouvera le résultat des urnes. Elle montre enfin qu’en priant son puissant cousin d’intervenir en sa faveur, Jean Potocki cherche à lui manifester son affection, mais aussi à le ménager.

11Bien que les propriétés de Vincent Potocki (1740-1825) fussent principalement situées en Ukraine, deux raisons pouvaient le pousser à se présenter en Grande-Pologne (et donc à gêner la candidature de son neveu) : son père Stanisław qui avait été, comme nous l’avons vu, voïvode de Poznań, et surtout son épouse Anna dont le père, Józef Mycielski, possessionné en Grande-Pologne, était voïvode d’Inowrocław. Mais les liens de Vincent Potocki avec son épouse se relâchaient : il venait de faire la connaissance d’Hélène de Ligne, née Massalska, qu’il épouserait en 1792. Il ne se présenta pas aux élections.

  • 23 Ibid., p. 20.

12Par cette lettre, Jean Potocki dévoile donc le réseau qu’il s’était constitué et qui atteste que le choix de Poznań, loin d’avoir été fait « par curiosité », n’était rien moins qu’improvisé. L’un de ses premiers soutiens fut assurément Jan Suchorzewski, conservateur affirmé, qui était tribun (wojski) de Wschowa et avait été élu nonce de Gniezno à la diète de 1786 ; il siégera à la diète de 1788 comme voïvode de Kalisz ; Potocki, qui avait pu le rencontrer lors de sa visite d’avril en Grande-Pologne, venait de suivre son exemple en versant un impôt volontaire (Ofiara) pour augmenter l’armée. Cinq noms, de tous bords politiques, apparaissent dans la lettre du 29 juin : Łukasz Bniński qui adhérera à la confédération de Targowica, Ignacy Zakrzewski, l’un des principaux hommes politiques de la Grande Diète, maire de Varsovie, Paweł Skórzewski qui, après avoir été Barien, participera à l’insurrection de Kościuszko, Jan Lipski, général commandant de l’armée de la Couronne, et, dans un courrier à Ignacy Potocki23, Ksawery Działyński qui jouera un rôle important lors de l’insurrection de Kościuszko. Tous les cinq étaient des hommes politiques consommés et seront élus. À propos du dernier, Jean Potocki pouvait-il deviner que sa fille, la courageuse Klaudyna Działyńska (1801-1836), épouserait son fils André-Bernard (1800-1874) ? Lien ténu entre les deux moments de Potocki en Grande-Pologne.

  • 24 J. Szczepaniec, art. cit., p. 69.
  • 25 D. Triaire et P. B. Witkowski, « Six lettres inédites de Jean Potocki », dans Klene, 2018, p. 253- (...)
  • 26 Œuvres V, p. 20.

13L’élection qui se tint pendant plusieurs jours en août lors de la diétine de Środa, donna lieu à quelques coups de sabres ; Jean Potocki fut élu en troisième position24. Le 22 août, déférent, il rendit compte à Stanisław Szczęsny dans un billet autographe, en polonais25, marquant ainsi, lui dont la langue courante était le français, son engagement patriotique. Il eut moins de scrupules en écrivant dans la même période à Ignacy Potocki : il retrouvait le français et cet humour qui lui est si particulier : « La Grande-Pologne a été grosse neufs jours de ses nonces. Enfin elle a accouché de vingt jumeaux dont je suis un26. » Dans le billet du 22 août, il avait donné la liste des « vingt jumeaux » en réunissant les élus de Poznań, de Kalisz, de Gniezno et de Wschowa. La liste compte en fait dix-neuf noms, Potocki compris, et deux ont été oubliés : Piotr Radoliński et Maksymilian Zielonacki, tous deux élus de Kalisz ; peut-être Potocki ne disposait-il pas encore des résultats complets. Dans le même billet, apparaît le nom d’Adam Moszczeński, un autre Ukrainien, allié de Stanisław Szczęsny ; il figure parmi les nonces de Poznań et il n’est pas interdit de penser qu’il avait été envoyé en Grande-Pologne pour surveiller le krajczyc...

  • 27 Biographie, p. 154 sv.

14Celui-ci était à Varsovie en septembre, attendant l’ouverture de la diète, le 6 octobre, et déployant une grande activité27 : création d’une imprimerie (Drukarnia Wolna), lancement d’un journal, ouverture d’une « chambre de lecture pour le public »... Progressivement, la fièvre politique retomba et il revint à l’écriture : le Voyage en Turquie et en Égypte, fait en l’année 1784, suivi du Voyage en Hollande, fait pendant la révolution de 1787, puis son premier ouvrage d’histoire, l’Essay sur l’histoire universelle et Recherches sur celle de la Sarmatie parurent en 1789 sur les presses de la Drukarnia Wolna. À la diète, la parole du « nonce de Poznanie », dont le polonais manquait d’assurance, était portée par son frère Séverin (qui était resté sagement sous l’aile de Stanisław Szczęsny en se faisant élire à Bracław) ou par Julian Ursyn Niemcewicz (qui traduisit en polonais les Voyages dès 1789). Sans doute ce rôle silencieux et puis aussi le travail quotidien de la diète, fait de minuties irritantes et de débats interminables, finirent-ils par lasser le krajczyc et il prit la clef des champs à l’automne de 1790, filant vers la France, puis l’Espagne et le Maroc. Il avait oublié la Grande-Pologne.

15Après avoir été observateur pendant la révolution de Hollande, l’expérience poznanienne permit à Jean Potocki de devenir acteur, d’entrer dans la vie politique. En dépit de son handicap linguistique, il avait tout pour réussir, comme avaient réussi bien des membres de sa famille : un grand nom qui le protégeait, une culture nourrie à la source des Lumières, l’énergie de la jeunesse, du charme assurément, des soutiens efficaces et bien sûr... de l’argent. Il aurait pu jouer un rôle comparable à celui de ses brillants beaux-frères, Ignacy et Stanisław Kostka, il aurait pu...

16Tout cela ne fut-il donc qu’un jeu ? un divertissement d’aristocrate ? Certes, non. Les écrits du krajczyc, les témoignages contemporains expriment un engagement sincère, un désir vif de servir et d’aider la patrie, mais le comportement cyclothymique (dirait-on bipolaire ?) de Potocki se manifeste là, l’une des premières fois, instable dans ses idées, dans ses sentiments, comme dans ses actions : chez lui, rien ne durait longtemps. Il sera effectivement repris par le goût de la politique quelques années plus tard, non plus en Grande-Pologne, mais en Russie, et pour un rôle bien différent.

  • 28 Biographie, p. 456.
  • 29 Jean Potocki appelle son fils indifféremment André ou Bernard.
  • 30 Voir « Pour un complément à la biographie de Jean Potocki », ci-après.

17Et la Grande-Pologne disparaît de la vie et de l’œuvre de l’éphémère « nonce de Poznanie » ; cet article aurait pu s’arrêter ici. Mais un événement va étroitement et définitivement lier la Grande-Pologne et Jean Potocki, quelques années après sa mort. Cette mort dont nous connaissons la date exacte, le 11/23 décembre 1815, grâce à un acte de décès, rédigé en latin et conservé... dans le fonds Rogalin de l’Archiwum Państwowe à Poznań28. Comment s’explique cette situation ? Nous devons remonter jusqu’au 13 juin 1799, à Tulczyn, date du mariage de Jean Potocki avec Constance, fille de Stanisław Szczęsny Potocki. Il est clair que le tragique épisode de la confédération de Targowica, dont ce dernier fut l’un des chefs, n’embarrassait guère celui qui courait jadis aux frontières du pays par peur d’une invasion prussienne. De cette union qui ne fut pas plus heureuse que la première puisque les époux divorcèrent moins de dix ans plus tard, naquirent trois enfants : André-Bernard29 en 1800, Irène en 1803 et Thérèse en 1805. Une première succession eut lieu à la suite du suicide de Jean Potocki ; il y eut trois héritiers : les fils du premier lit, Alfred et Arthur à qui revint Uładówka en Podolie30 où résidait leur père, et Constance pour ses trois enfants mineurs.

  • 31 Le palais conserve un superbe portrait de Constance par Lampi (1805).

18La migration de l’est vers l’ouest se produit quelques années plus tard : Constance donne naissance à Roger (1820-1864), fils d’Edward Raczyński dont la famille compte parmi les plus considérées de Grande-Pologne. Le couple se marie en 1824 et réside entre Poznań et le palais de Rogalin31. La fin du second époux sera aussi malheureuse que celle du premier puisqu’Edward Raczyński se suicide en 1845. Constance meurt à Salon-de-Provence sept ans plus tard. Sa dépouille sera ramenée en Pologne par Roger et enterrée avec Edward à Zaniemyśl.

  • 32 Une lettre (Œuvres V, p. 11) et l’acte de décès signalé.

19Cette seconde succession ne semble avoir été suivie d’aucune dispersion. En effet, Irène qui avait épousé Henryk Łubieński en 1818, était morte en 1835 (non sans descendance toutefois) et Thérèse, mariée en 1830 à Youri Lachman, donna naissance à Konstancja (1834-1874), laquelle épousera en 1862... Roger Raczyński. Autrement dit, le fils de Constance a épousé sa petite-fille ; ce qui est vaguement incestueux, mais assure l’unité du patrimoine, et en particulier des archives familiales ! Pour autant, peu de documents de Jean Potocki ont été retrouvés à ce jour dans les fonds Raczyński à Poznań32.

20Une autre source, toujours en Grande-Pologne, est plus abondante. André-Bernard, qui ne reçut pas de son père ni de sa mère une grande fortune, demeura en Grande-Pologne et épousa en 1825 Klaudyna Działyńska dont le père Ksawery, comme signalé plus haut, avait rencontré Jean Potocki en 1788. Elle deviendra l’héroïne que l’on connaît et mourra en 1836. Le couple n’eut pas d’enfant.

  • 33 Hugo von Radolin prénommera son fils aîné André-Bernard.

21Vers 1840, André-Bernard devient l’amant de Józefa Radolińska (1809-1880) et s’installe à Tulce, à l’est de Poznań — il est enterré dans l’église paroissiale. En 1841, Józefa donne naissance à Hugo qui fera une brillante carrière de diplomate au service de la Prusse sous le nom de von Radolin. André-Bernard qui était son parrain et lui était très attaché (était-il son père ?) en fit aussi son héritier33. Ainsi les papiers d’André-Bernard furent-ils déposés dans les archives du palais de Jarocin, récemment construit et propriété des Radoliński ou von Radolin. Sans doute y seraient-ils encore en raison de la correspondance sulfureuse des deux amants, mais la seconde guerre mondiale entraîna leur transfert dans les archives de Poznań.

  • 34 Voir « Le cahier de Poznań », ci-après.
  • 35 Voir ci-après.
  • 36 Biographie, p. 424 sv.
  • 37 « il avait fait payer leurs gages à tous ses employés » (Biographie, p. 457).

22C’est par cette voie que se retrouve aujourd’hui à l’Archiwum Państwowe de Poznań le plus riche ensemble de documents originels du Manuscrit trouvé à Saragosse. Et une question se pose immédiatement : pourquoi ne trouve-t-on aucun autre document de Jean Potocki, à une exception, notable il est vrai : un superbe cahier de dessins34 ? Comme si André-Bernard n’avait reçu de son père que le grand roman. L’inventaire après décès signale pourtant « 368 manuscrits autographes35 ». Pour l’instant, nous en sommes aux conjectures. Il est toutefois probable que la première succession n’ait principalement concerné que les deux aînés : Constance dont le caractère fantasque est avéré36 et qui avait vécu une relation difficile avec son ex-époux a pu se détourner de la succession qui, de surcroît, ne devait pas être bien conséquente. Or le Manuscrit trouvé à Saragosse était une œuvre connue : Potocki l’avait donné à l’imprimeur en 1805 à Saint-Pétersbourg et en 1813-1814 à Paris. Les documents originels furent donc recueillis avec soin par Alfred et Arthur ; ceux de Łańcut furent attentivement classés par le conservateur de la bibliothèque, mais transférés, puis dispersés à la fin de la seconde guerre mondiale. Il est donc possible que les aînés aient réservé à leur cadet une part de l’important héritage littéraire du père. Nous ne pouvons pas non plus totalement exclure qu’un partage ait été fait par Jean Potocki lui-même ; on sait qu’il avait pris quelques dispositions avant de se suicider37. Il aurait transmis des exemplaires du Manuscrit à Constance, pour elle, pour leurs enfants... J’y reviendrai plus loin.

23La répartition des manuscrits du roman entre les trois frères est la suivante :

Version de 1794

Version de 1804

Version de 1810

1er décaméron

(1e j.-10e j.)

C

C

2e décaméron

(11e j.-20e j.)

Ms (< 19e j.)

C

3e décaméron

(21e j.-30e j.)

Ms

Ms

Ms

4e décaméron

(31e j.-40e j.)

Ms (> 39e j.)

Ms

Ms

Ms

C

5e décaméron

(41e j.-50e j.)

Ms (> 48e j.)

Ms (> 48e j.)

Ms (> 48e j.)

C

6e décaméron

(51e j.-61e j.)

C

Collection Alfred, en gras; collection Arthur, soulignée; collection André, en italiques.

Ms : manuscrit totalement ou partiellement autographe.

C : copie non autographe.

→ indique que le document est relié au suivant.

24Cette répartition, établie d’après les trois versions du roman (1794, 1804, 1810), permet les constatations suivantes :

  1. La collection d’André-Bernard qui compte huit décamérons successifs est très certainement restée dans son état d’origine. Comme les deux aînés durent recevoir ou s’octroyer une part égale, la collection d’Alfred (Łańcut) a perdu au moins le dernier décaméron ; celle d’Arthur (Krzeszowice) a le plus souffert puisqu’elle ne réunit plus que deux décamérons.
  2. Il n’a pas été tenu compte de la genèse du roman puisque chaque frère a reçu des décamérons qui se rattachent à deux versions au moins. Si la répartition fut faite par l’auteur, il signifiait ainsi que chaque version avait à ses yeux autant de prix que les deux autres et que la continuité narrative n’était pas primordiale. Si elle a été faite par les héritiers, il apparaît que la genèse du roman leur a totalement échappé.
  3. La collection d’André-Bernard compte proportionnellement le plus grand nombre de copies (5/8) ; celle d’Arthur est composée de deux manuscrits autographes et celle d’Alfred réunit une copie38 et six manuscrits autographes. Les aînés se seraient-ils réservé la meilleure part ?
  • 39 Œuvres IV et Manuscrit trouvé à Saragosse, version de 1804 et version de 1810, Paris, 2008. La ver (...)

25Comme nous le voyons, cette collection remarquable d’André-Bernard garde encore des zones d’ombre ; il n’en demeure pas moins qu’elle a rendu possible une édition enfin solide du Manuscrit trouvé à Saragosse39. Involontairement (ou pas), l’enfant chéri de l’écrivain lui a offert le cadeau qui l’aurait assurément le plus réjoui.

26Un dernier événement, lié à la Grande-Pologne, doit être évoqué : en 1847, un jeune homme, Edmund Chojecki (1822-1899), qui prendra le nom de Charles Edmond à la suite de son émigration à Paris, donne une traduction polonaise du Manuscrit trouvé à Saragosse, événement majeur qui assurera la postérité de l’œuvre en Pologne. La question se pose encore aujourd’hui de savoir quelle source Chojecki a exploitée. Il ne se trouve aucune trace de cette entreprise dans la correspondance d’André-Bernard. En revanche, des liens étroits unissaient Chojecki et Roger Raczyński. Le 6 mai 1853, le premier écrit :

Le porteur de la présente est mon ami Roger Raczynski qui part pour Genève dans l’intention de s’y établir pour qque tems. Vous vous connaissez tous deux sans vous avoir vus ; ce billet aidera à remplir la dernière formalité et réalisera le fameux adage : les amis des amis de nos amis, doivent être amis des amis de leurs amis, — et réciproquement.

27Le 10 mars 1864, peu après la mort de Roger :

Un de mes amis d’enfance, un homme avec lequel je me suis élevé, le parrain de ma fille, un certain comte Roger, tombe malade. J’arrive chez lui ; il était au plus mal. Après quatre jours de souffrance, il expire dans mes bras. Chagrin, fatigue après des nuits de veille, enterrement, affaires de la veuve [Konstancja, petite-fille de Jean Potocki] et de l’enfant, je suis bousculé de fond en comble.

28Et le 8 août 1895 :

  • 40 Emmanuel Desurvire, Charles Edmond Chojecki, Paris, 2013, t. V, p. 137, t. IV, p. 121, 307.

Roger Raczynski en 1862 [sic] est mort à Paris chez son cousin Xavier Branicki. J’ai assisté à la mort de cet homme que j’ai aimé au-delà de toute limite. Il méritait d’être aimé davantage40.

  • 41 Voir Œuvres IV, 1, p. 20 sv.
  • 42 Ne reconnaît-il pas lui-même que ses « Journées espagnoles sont destinées à amuser les dames » (Ko (...)

29Il est hors de doute que dans les années 1840, Chojecki a eu accès au roman par Roger Raczyński. La difficulté provient du fait que le traducteur ne suit pas les manuscrits d’André-Bernard41, qu’il a donc eu un autre ensemble entre les mains. À cette époque, André-Bernard, veuf, s’est rapproché de Józefa Radolińska ; Edward, le père de Roger, met fin à ses jours en 1845. Jean Potocki avait pu remettre un exemplaire de son roman à son épouse Constance42, distinct de celui que recevra André-Bernard probablement à sa majorité ou au temps de son mariage, dans les années 1820. La disparition d’Edward a peut-être rendu possible la publication du peu catholique roman. Est-ce l’exemplaire de sa mère que Roger aurait confié à Chojecki pour la traduction ? que celui-ci aurait emporté dans ses malles à Paris ? La circulation du Manuscrit n’est pas clairement déterminée, mais il est certain que la Grande-Pologne, alors sous domination prussienne, est au départ de la traduction qui verra le jour sous les presses de Leipzig.

  • 43 Œuvres III, p. 305 sv.

30Si la première relation de Jean Potocki avec la Grande-Pologne ne dura que quelques mois, elle fut indispensable à sa formation d’écrivain et à l’élaboration de sa pensée politique dont un écrit comme l’Essay d’aphorismes sur la liberté43, par sa concision, son intelligence, sa lucidité, constitue un sommet pour l’époque et au-delà. Elle marqua aussi son retour vers la Pologne et suffit à montrer que le cosmopolite Potocki n’avait pas oublié sa patrie. Il ne semble pas qu’il ait participé de quelque manière à la seconde relation (qui concerne plus l’œuvre que l’auteur). Constance même, par qui cette relation s’établira, était, du vivant de Potocki, la maîtresse d’Octave de Choiseul-Gouffier, son beau-frère, et ne ferait la connaissance d’Edward Raczyński que plusieurs années après la mort de son premier mari. Rien ne prédisposait donc à cette relation avec la Grande-Pologne ; c’est pourtant dans cette région qu’en dépit des aléas familiaux et historiques (et ils ne furent pas moindres que ceux des « provinces du Midi », terres de Potocki et de ses ancêtres), a pu se conserver une œuvre majeure de la littérature des Lumières.

Notes

1 Œuvres III, p. 257.

2 Voir mon article « Jean Potocki, cosmopolite européen ? » dans Entre Pologne et France, le cosmopolitisme des Lumières, Rome, 2018, p. 68-85.

3 Emanuel Rostworowski, « Debiut polityczny Jana Potockiego w r. 1788 », Przegląd Historyczny, 47/IV, Varsovie, 1956, p. 690.

4 Józef Potocki avait reçu le titre de krajczy (écuyer tranchant) en 1767.

5 Voir la lettre de Barnewall, médecin du roi, en date du 17 mai (Eugène Mottaz, Stanislas Poniatowski et Maurice Glayre, Paris, 1897, p. 198).

6 Œuvres III, p. 250.

7 L’Encyclopédie résume assez justement les idées de Potocki où il faut « savoir suppléer par l’art et la ruse à la force » (s. v. partisan).

8 Aujourd’hui Inowrocław ; le palatinat avait été largement amputé à la suite du premier partage.

9 Œuvres V, p. 15.

10 Œuvres III, p. 258.

11 Des choses dont un chasseur a besoin dans les forêts, Ofiara (ibid., p. 259 et 261).

12 Voir les Lettres données en 1790 au Journal Hebdomadaire de la Diète (ibid., p. 273, 300 et 301).

13 Ibid., p. 263.

14 Ibid., p. 265.

15 Œuvres V, p. 16.

16 Voir Biographie, p. 144 et 150, ainsi que les poèmes plus ou moins railleurs qui se répandaient sur le compte de Potocki : J. Szczepaniec, « Jan Potocki w poezji lat 1788-1789 », Wiek Oświecenia, 10, 1994, p. 75 sv.

17 À l’occasion de la foire de la Saint-Jean qui attirait toute la province à Poznań.

18 Œuvres V, p. 17.

19 Ibid.

20 Il n’avait pas encore reçu la lettre du roi en date du 2 juillet.

21 Les fonctionnaires.

22 Œuvres V, p. 18.

23 Ibid., p. 20.

24 J. Szczepaniec, art. cit., p. 69.

25 D. Triaire et P. B. Witkowski, « Six lettres inédites de Jean Potocki », dans Klene, 2018, p. 253-257.

26 Œuvres V, p. 20.

27 Biographie, p. 154 sv.

28 Biographie, p. 456.

29 Jean Potocki appelle son fils indifféremment André ou Bernard.

30 Voir « Pour un complément à la biographie de Jean Potocki », ci-après.

31 Le palais conserve un superbe portrait de Constance par Lampi (1805).

32 Une lettre (Œuvres V, p. 11) et l’acte de décès signalé.

33 Hugo von Radolin prénommera son fils aîné André-Bernard.

34 Voir « Le cahier de Poznań », ci-après.

35 Voir ci-après.

36 Biographie, p. 424 sv.

37 « il avait fait payer leurs gages à tous ses employés » (Biographie, p. 457).

38 Vendue par le dernier propriétaire de Łańcut après dispersion des collections, et retrouvée en Espagne.

39 Œuvres IV et Manuscrit trouvé à Saragosse, version de 1804 et version de 1810, Paris, 2008. La version de 1810 a été traduite en polonais par Anna Wasilewska, Wydawnictwo Literackie, Kraków, 2015 (voir ci-après, p. 225).

40 Emmanuel Desurvire, Charles Edmond Chojecki, Paris, 2013, t. V, p. 137, t. IV, p. 121, 307.

41 Voir Œuvres IV, 1, p. 20 sv.

42 Ne reconnaît-il pas lui-même que ses « Journées espagnoles sont destinées à amuser les dames » (Kotwicz, p. 94) ?

43 Œuvres III, p. 305 sv.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search