Version classiqueVersion mobile

Écritures du pouvoir et pouvoirs de la littérature

 | 
Sylvie Triaire
, 
Alain Vaillant

Les pouvoirs de l'écrivain

Joseph de Maistre, nouveau mentor du prince : le dévoilement des mystères de la science politique

Jean-Louis Darcel

Texte intégral

  • 1 Mis à part quelques mémoires chambériens antérieurs à la Révolution, son œuvre naît de l'exil au c (...)
  • 2 Cf. mon édition, PUF, coll. Questions, 1992, p. 280.

1Joseph de Maistre, on l’a souvent noté, n’a pas fait œuvre d’idéologue de la Contre-Révolution ; ses œuvres sont des essais fragmentés, parfois inachevés, souvent publiés après sa mort. En vingt ans, des Considérations aux Soirées1, elles touchent à l’histoire politique, à la controverse philosophique et religieuse sans construire une doctrine au sens où nous l’entendons, ce qui est surprenant de la part du plus radical des contempteurs de la modernité. Diverses raisons ont été avancées : son rejet d’une organisation rationnelle de la société l’amène à condamner toute construction intellectuelle qu’il assimile dédaigneusement à un exercice d’école de faiseurs de système ou de constitution en chambre ; le peu de temps à consacrer à son œuvre littéraire que lui laisse sa vie de magistrat et de diplomate ; son incapacité, enfin, à produire un traité en forme comme en témoigne l’abandon en 1796 de son étude sur la souveraineté qu’il avait pourtant conçue comme un anti-contrat social2. Alors, est-ce refus, impossibilité ou incapacité de sa part de faire œuvre de théoricien ?

2Je voudrais ici envisager une autre problématique peut-être plus riche de perspectives nouvelles, en tout cas peu explorée. Puisqu’on lui attribue le statut d’écrivain, croire qu’il a écrit pour un public paraît relever de l’évidence, mais peut dans son cas relever de l’illusion. Il ne s’est jamais posé en écrivain comme plusieurs de ses connaissances ou correspondants, Germaine de Staël, Benjamin Constant, Chateaubriand, Lamartine, Lamennais, Ballanche ou Bonald. Nombre de ses œuvres sont restées dans son portefeuille et celles publiées l’ont été avec réticence, parfois à son corps défendant. Tout se passe comme si ce n’était pas le public qu’elles visaient, mais, risquons l’hypothèse, le prince, le détenteur de la souveraineté, l’unique interlocuteur très consciemment interpellé par le maçon investi d’une mission. Il nous reste à en justifier le bien fondé.

3Il convient de rappeler d’abord que les œuvres de Joseph de Maistre sont nées des circonstances dont il fut à la fois observateur et acteur : la tentative de reconquête de la Savoie par le roi de Sardaigne en 1793 ; le rétablissement possible de la monarchie en France dès 1797 ; la perspective d’un empire constitutionnel en Russie en 1808 ; l’effondrement prévisible de l’Empire napoléonien à partir de 1812 et l’urgence de penser le nouvel ordre politique et religieux européen à partir des antiques monarchies régénérées.

  • 3 Les manuscrits de Joseph de Maistre ont fait l'objet d'un don des descendants aux archives départe (...)

4Des indices convergents issus de l’étude attentive des manuscrits3 permettent d’avancer que ses œuvres n’étaient pas destinées à la publication, mais que leur destination première était d’éclairer le souverain, de peser sur ses choix ou ceux de son entourage. Nous serions en présence de monitions ou de plaidoyers produits par un expert de la science politique et maçon mystique qui en dévoile les secrets à son lecteur privilégié, en principe omnipotent. Avec les œuvres de la période russe, dont le mysticisme martiniste s’affiche ostensiblement, où les allusions maçonniques affleurent, nous serions même en présence d’un dialogue maçonnique entre le frère Josephus a Floribus et le frère Alexandre, initié en 1803 peu après son accession au trône par le maçon mystique Ivan V. Boeber, si l’on en croit le répertoire des francs-maçons russes dressé par Tatiana Bakounine.

  • 4 1923 ; rééd. La Colombe, 1946.
  • 5 Cf. Revue des études maistriennes n° 5-6, actes du colloque sur Joseph de Maistre : illuminisme et (...)

5On voit alors les conséquences en terme d’intertextualité : le texte que nous connaissons serait la version établie à l’usage du profane d’un hypotexte destiné primitivement au prince initié pour infléchir ses décisions dans le sens de l’illuminisme catholique maistrien. L’œuvre serait véritablement à double entrée : une lecture ésotérique des secrets du monde en train de naître de la Révolution et une lecture exotérique, partiellement recodée, que Maistre se résout de livrer après l’échec de sa mission de conseiller occulte. Cette interprétation n’est pas nouvelle. C’était déjà celle amorcée par Emile Dermenghem dans son Joseph de Maistre mystique4, plus près de nous c’est celle d’Henry Corbin et de Gilbert Durand, familiers comme on sait de la pensée et de l’écriture maçonniques5.

  • 6 Maistre, alias Josephus a Floribus pendant la Révolution, Revue des études maistriennes n° 5-6, op (...)
  • 7 Ecrits maçonniques, op. cit., p. 105.

6Sur l’engagement maçonnique de Joseph de Maistre, sur sa précocité, sa profondeur et sa permanence, je renvoie aux recherches éclairantes de Jean Rebotton6. Il est néanmoins utile de rappeler que, dès 1782, dans son Mémoire au duc de Brunswick, grand maître de la Stricte Observance Templière, Maistre fixe aux maçons du second grade comme double mission « l’instruction des gouvernements et l’union des Eglises »7 :

On ajoute que très souvent les princes et les dépositaires de leur puissance désirent trouver la vérité, sans pouvoir se flatter de la rencontrer. Dans ces occasions délicates où les passions déroutent si souvent l’équité la plus clairvoyante, une société dévouée par les motifs les plus sacres à faire triompher la vérité pourrait rendre des services essentiels, soit en la faisant parvenir indirectement aux agents de l’autorité, soit en entrant en correspondance avec eux, s’ils appartenaient à l’ordre, ce qui peut arriver aisément.

  • 8 Ibid., p. 109.

7Quelques pages plus loin, à propos du Christianisme transcendant, objet d’étude du troisième grade, il écrit : « Tout est mystère dans les deux Testaments, et les élus de l’une et l’autre loi n’étaient que de vrais initiés. Il faut donc interroger cette véritable antiquité, et lui demander comment elle entendait les allégories sacrées. »8

  • 9 Revue des études maistriennes, n° 10, p. 35.
  • 10 Ibid., p. 47.

8Maistre a été sa vie durant fidèle à ce programme, même si la mise en accusation de la Franc-Maçonnerie dans les milieux contre-révolutionnaires le contraignit à la plus extrême prudence : sa correspondance en témoigne. Il a privilégié l’entretien personnel où son « impérieuse éloquence » faisait merveille : ses carnets intimes conservent la trace des nombreuses audiences demandées et obtenues, notamment avec Alexandre. Il a utilisé la médiation de l’œuvre manuscrite quand, suivant la conjoncture, il devenait persona non grata, suivant une stratégie qui fait songer à celle d’Alceste : « Peu m’importe [...] qu’on dise de moi ceci ou cela, ou qu’on me prête telle ou telle vue. Je vais droit à ce qui me paraît juste et vrai ; et je laisse dire »9 ; ou encore : « Il faut écouter les gens qui savent la politique, et ne pas les traiter de mauvaises têtes [...] lorsqu’ils montrent très respectueusement du bout du doigt un abyme où l’on court. »10

Les œuvres de la période 1793-1803

9Les œuvres de cette période sont à cet égard les plus difficiles à interpréter. On sait, par exemple, que les Lettres d’un royaliste savoisien, au nombre de quatre avec une cinquième esquissée, ont été destinées à servir à la propagande royaliste lors de la tentative avortée de reconquête de la Savoie en 1793. Rédigées et publiées sous le patronage de Jacques Mallet Dupan, elles appartiennent au genre du libelle destiné à agir sur l’opinion. Toutefois, Joseph de Maistre prenait soin d’envoyer son manuscrit à Turin où son appartenance à la Franc-Maçonnerie était connue et lui valait une particulière suspicion. Les maçons étaient nombreux à la cour de Turin même si les loges étaient dissoutes par ordre du roi depuis 1789. Aucun document, aucun indice ne permet d’identifier les destinataires turinois connus de l’auteur pour appartenir à l’ordre.

10Les Considérations sur la France sont plus intéressantes. Écrites au début de 1797 dans le milieu lausannois où les maçons étaient nombreux et divisés en deux obédiences rivales : le Grand Orient acquis aux idées émancipatrices de la Révolution, et les loges mystiques rattachées au Rite Ecossais Rectifié où le Philosophe inconnu, Louis-Claude de Saint-Martin, était en grand honneur. On peut conjecturer que l’amie de Joseph de Maistre, Isabelle de Polier, directrice de la Gazette de Lausanne était au cœur d’un foyer actif de maçons mystiques. Toutes ses archives ayant disparu dans un château de Prusse orientale à la fin de la seconde guerre mondiale, on ne peut aller plus loin. Toutefois, l’œuvre qui développe la thèse providentielle et une lecture mystique de la Révolution dans la perspective martiniste offre déjà une double lecture.

  • 11 Cf. mon édition, Slatkine, Genève, 1983, p. 61.

11Un autre indice peut être relevé. La page de titre du manuscrit révèle que le dédicataire de l’œuvre était primitivement Niklaus-Friedrich von Steiger (1729-1799)11, premier magistrat de la ville et république de Berne et ardent adversaire de la Révolution. Comment imaginer que Joseph de Maistre ait pris le risque de compromettre la plus haute autorité bernoise par la publication d’un libelle contre-révolutionnaire aussi explosif ? N’est-ce pas, par contre, l’indice que le manuscrit des Considérations lui était destiné pour prolonger leur discrets entretiens à Lausanne entre 1793 et 1796 ? Maistre, ayant été amené à le publier à la demande de Louis Fauche-Borel, agent du comte de Provence, remania son manuscrit et fit disparaître toute référence au dédicataire.

12Mais la plupart des œuvres de Joseph de Maistre ont été conçues à Saint-Pétersbourg. Se trouve posée de façon moins ténue la relation privilégiée quoique ambiguë entre l’ambassadeur de Sardaigne et l’entourage immédiat du tsar, puis Alexandre lui-même.

Les œuvres de la période russe : 1808-1815

  • 12 Dictionnaire de la franc-maçonnerie, Dir. Daniel Ligou, PUF, 1987 ; cf. part. art. Russie, p. 1058 (...)
  • 13 Le comte Joseph de Maistre. Itinéraire intellectuel d'un théologien de la politique, L'Harmattan, (...)
  • 14 De nombreux mémoires manuscrits sont encore à exhumer de dépôts interdits de consultation durant l (...)
  • 15 Manuscrit revu et augmenté en mars 1812 et achevé en juin de la même année. La première édition pa (...)

13Joseph de Maistre, dès son arrivée à Saint-Pétersbourg en mai 1803, s’intègre rapidement grâce à son frère Xavier, mais plus encore grâce aux amitiés maçonniques et ce qu’on peut aujourd’hui en connaître : il vit dans l’entourage de personnes ou de familles qui jouent un rôle important dans les débuts de la franc-maçonnerie en Russie comme dans la vie politique russe : les Gagarine, Tolstoï, Pouchkine, Potocki, Razoumosky, Stedding12. Si sa position de diplomate étranger l’obligeait à se tenir à l’écart, il ne pouvait qu’être informé de « la guerre » des obédiences où l’on retrouve les trois courants de la franc-maçonnerie du xviiie siècle, déiste, rationaliste et mystique, et leur positionnement politique face à la Révolution et l’Empire : libéralisme anglo-saxon, réformisme pro-français et adversaires de la Révolution. Les deux premiers représentaient des adversaires, le dernier des alliés. Dans un livre récent, Franck Lafage dresse un fort éclairant état de la question13. Les archives russes offrent de nouveau un champ d’étude passionnant sur la ville la plus cosmopolite d’Europe, sur la personnalité d’Alexandre Ier, sur les débats d’idées et les enjeux de l’époque. Nul doute que les travaux en cours ne permettent de mieux situer le rôle du ministre du roi de Sardaigne14 dans les luttes d’influence très âpres qui se déroulent dans l’entourage du tsar. C’est dans ce contexte qu’il faut situer la genèse de l’Essai sur le principe générateur des constitutions politiques et des autres institutions humaines dont le manuscrit initial est daté de mai 180915.

14Pour être interprété, cet essai est donc à situer dans le contexte de l’alliance franco-russe signée à Tilsitt (juillet 1807), de ses suites et de la mise en œuvre d’une constitution russe confiée à Michel Speranski. Il comporte soixante-sept articles où Maistre, sans viser apparemment le projet du principal ministre et conseiller d’Alexandre, récuse le constitutionalisme à l’anglaise et à la française, de telle sorte que sa réfutation apparaisse comme la critique permanente de la constitution d’empire en gestation. La thèse de Maistre, qui rappelons-le est juriste de formation et de profession, est de fixer la limite du droit et, par suite, des lois écrites : la loi s’arrête où commence le droit du souverain, à savoir sa maîtrise plénière - absolue - de la souveraineté. Ce qui condamne toute constitution, qu’elle soit imposée comme en France par une assemblée usurpatrice ou qu’elle soit octroyée ainsi qu’Alexandre envisageait de le faire et que Louis XVIII le fera en 1815.

  • 16 R. Triomphe a repéré ces échos de l'Homme de désir, des Erreurs et de la vérité, du Tableau nature (...)

15Il réfute l’essai de Locke sur le gouvernement civil en lui opposant les jurisconsultes anciens et modernes, dont le célèbre genevois Delolme, des théologiens contemporains comme Bergier. A partir de l’article XIX, après avoir abondamment cité Platon et saint Jean Chrysostome, père de l’église d’Orient cher à l’orthodoxie, son texte se charge de réminiscences des thèses de Saint-Martin transparentes pour des lecteurs familiers de l’œuvre du théosophe16. Une moitié des articles passe en revue l’antiquité et les temps modernes pour justifier la loi immuable rappelée en conclusion : « D’un côté, le principe religieux préside à toutes les créations politiques ; et de l’autre, tout disparaît dès qu’il se retire » (LXVI). Dans le dernier article surgit l’allégorie maçonnique de « l’éternel architecte » dont l’œil observe l’Europe coupable « d’avoir fermé les yeux à ces grandes vérités » et qui s’apprête à expier « certains crimes commis par les individus, par les nations et par les souverainetés » (LXVII).

16Derrière l’apparente généralité de la réflexion sur « le principe générateur des constitutions politique », c’est la Russie, ce sont les mauvais conseillers du tsar, c’est le souverain lui-même qui sont désignés comme les perturbateurs de l’harmonie politique voulue par Dieu. Ce mysticisme révèle un imaginaire qui est dans l’analyse politique le correspondant de la vision du monde développée par le romantisme européen. Qui d’autre la monition viserait-elle en 1809, à Saint-Pétersbourg, où Joseph de Maistre se veut théologien de la politique ? Rien ne permet de dire à qui le manuscrit était destiné. Alexandre, les adversaires de Speranski, le duc de Serra-Capriola auquel Maistre était lié intimement, le comte Razoumovski qui sera le destinataire des Cinq lettres sur l’éducation publique en Russie de 1810, eux qui joueront un rôle décisif dans l’éviction du ministre réformateur et dans le retour en 1812 à l’autocratie, version russe de l’absolutisme. On voit les zones d’ombre que l’histoire littéraire a encore à dissiper pour situer avec exactitude la genèse du texte et ses enjeux. Les papiers de l’écrivain aujourd’hui accessibles aux archives départementales de la Savoie peuvent y contribuer tout en sachant que les activités de l’initié y laissent peu de traces écrites. Peut-être que les archives de Saint-Pétersourg apporteront quelque écho de la réception du manuscrit à partir de 1809, en tout cas lors de sa publication en mai 1814.

  • 17 Publiés sous les titres : Observations sur le prospectus disciplinarum signé Philorusse ; Mémoire (...)
  • 18 Sur l'éducation publique en Russie, 13 (25) juin 1810, O. C. VIII, p. 195-196.

17Avant même la rupture de l’alliance franco-russe en 1811 qui débouchera sur l’invasion de la Russie par la Grande Armée, Maistre intervient nommément dans une série de cinq lettres (juin-juillet 1810) destinées au ministre de l’instruction publique, le maçon mystique Alexis Razoumoski, lettres auxquelles il convient de rattacher une série d’opuscules17. De façon significative ces lettres sont la transcription littéraire des positions développées par Maistre lors des entretiens entre les deux hommes, à la demande du ministre d’Alexandre. Maistre y expose ses vues sur la réforme de l’instruction publique, particulièrement de l’Université, sur la place et sur le rôle des jésuites en Russie. La troisième lettre précise clairement le rôle que se fixe l’auteur18 :

Je ne prétends pas du tout, M. le Comte, changer les idées d’une nation et proposer des choses impraticables ; mais je pose les principes et je cite les exemples. Ce sera ensuite aux hommes d’État qui connaissent les hommes et les choses, de prendre les précautions qu’ils jugeront convenables pour approcher du but comme ils pourront et autant qu’ils pourront.

  • 19 Op. cit., p. 145-150.

18C’est bien en nouveau mentor que Maistre situe son rôle. Celui de gardien des vrais fondements de la science politique et de mémorialiste des « exemples » présentés par les civilisations passées et présentes. Sa quête de l’unité l’amène à prendre en compte la totalité de l’espace-temps : à l’observation du présent, il associe l’approche prospective et le regard rétrospectif liant le sacré et le profane. Par ailleurs, sa vaste culture allant de l’antiquité gréco-latine et du fonds judéo-chrétien aux cultures de l’Orient, de l’Inde et de la Chine telles qu’il pouvait les connaître à travers les mémoires des missionnaires jésuites en Chine et ceux des indianistes de Calcutta, s’ouvre depuis Saint-Pétersbourg aux cultures germaniques et slaves. Ce qui déroute ses lecteurs français est sans doute son impressionnante culture cosmopolite qui lui a fait franchir les frontières culturelles et temporelles, même s’il lit la société russe, la philosophie allemande ou anglaise avec ses préjugés de catholique ultramontain. La visée universelle de Joseph de Maistre en fait incontestablement l’héritier de l’encyclopédisme des Lumières pour leur opposer un encyclopédisme des anti-Lumières. Proche, Franck Lafage a raison de le souligner19, de celui des théosophes du romantisme allemand, Heinrich Jung-Stilling, Karl von Eckartshausen et Franz Xavier von Baader.

Du Pape comme utopie politique

  • 20 Ed. Slatkine, Genève, 1993, t. 1, p. 14-22; 69-70.

19De son adhésion au catholicisme, de sa fréquentation des sources chrétiennes et de son érudition à prétention universelle, vont naître les Soirées de Saint-Pétersbourg dont le manuscrit date pour l’essentiel des années 1809-181020. On sait qu’elles circulaient à l’état de manuscrit dans la haute société pétersbourgeoise et que leur publication interviendra dix ans plus tard à la demande insistante de sa fille Constance, non sans de fortes réticences de leur auteur. Là également, tout se passe comme si la publication de son chef-d’œuvre n’avait pas été la visée première de Joseph de Maistre.

  • 21 O. C. VIII, p. 143.

20Mais sa dernière œuvre d’envergure est Du Pape qui est, on l’oublie trop souvent, une œuvre écrite en Russie puisque le manuscrit primitif porte la date de 1817. Cette apologie de la catholicité destinée à des lecteurs russes va encore plus loin que le parallélisme classique entre la souveraineté temporelle du roi et la souveraineté spirituelle du pape, par ailleurs également souverain temporel. Maistre imagine une utopie faisant du Pape le souverain universel. Elle est déjà évoquée dans la Lettre à une dame russe de février 181021 :

Et si l’on s’entendait tous pour une monarchie tempérée par les lois fondamentales et par les coutumes, avec des états généraux pour les grandes occasions, composée d’un souverain qui serait le Pape, d’une noblesse formée par le corps épiscopal, et d’un tiers état représenté par des docteurs et par les ministres du second ordre, il n’y a personne qui ne dût applaudir à ce plan.

21L’allégorie représente évidemment l’Église romaine, mais elle est suffisamment ambiguë pour qu’elle n’exclut pas une souveraineté temporelle universelle. Et là nous entrons dans l’utopie d’une humanité réconciliée avec elle-même et avec Dieu sous l’égide du Pape, restauration d’une chrétienté médiévale mythique reconstituant la robe sans couture, l’unité perdue et enfin retrouvée.

22Cette vision grandiose de la nouvelle Europe que Maistre porte en lui, dont les dynasties alliées seraient pacifiées, dont les intérêts nationaux divergents se trouveraient transcendés par le pasteur commun, révèle un imaginaire puissant progressivement libéré au contact du mysticisme slave.

23La vision « métapolitique » de l’unification politique de l’Europe est peut-être une extension de l’expérience à laquelle Maistre a été mêlé de près, celle de la survie et du succès de la Compagnie de Jésus recueillie en terre non catholique. Histoire, en effet, extraordinaire que cet institut fondé au xvie siècle pour assurer la défense de la papauté de la Contre-Réforme, chassé des États catholiques à partir de 1759, supprimé par Rome en 1773, et ayant trouvé refuge et reçu mission d’éducation des élites en terre protestante, la Prusse de Frédéric et, plus encore, la Russie de Catherine, de Paul et d’Alexandre. Oui l’unité est possible, elle est pour demain puisqu’elle existe déjà expérimentalement.

  • 22 Cf. la 1e éd. de 1819, Lyon-Paris, Rusand, t. 2, p. 674-681.

24Le livre Du Pape s’achève sur un hymne mi-religieux mi-profane fort développé puisqu’il occupe l’ultime chapitre XVIII22. Il est dédié à la « sainte Eglise romaine », présenté « comme un spectacle superbe », construit comme une gloire baroque des églises de la Contre-Réforme... ou comme une de ces allégories qu’affectionnent les loges mystiques.

  • 23 Ibid., p. 676.

25L’hymne commence par les voix alternées et réconciliées de Bossuet et de Fénelon qui accompagnent, tels des prophètes, le cortège des pontifes romains « agents suprêmes de la civilisation, créateurs de la monarchie et de l’unité européennes, conservateurs de la science et des arts, fondateurs, protecteurs nés de la liberté civile, destructeurs de l’esclavage, ennemis du despotisme, infatigables soutiens de la souveraineté, bienfaiteurs du genre humain »23. Accompagnés du cortège de tous les saints, ils montent vers la « Ville Eternelle », comme une caravane humaine allant du Panthéon antique au Panthéon chrétien, Saint-Pierre de Rome. Du Pape s’achève comme le livre de l’Apocalypse sur la vision de la « cité sainte », la « Jérusalem céleste », le livre phare de la maçonnerie mystique.

  • 24 Problèmes de l'utopie, Archives des Lettres modernes, n° 85, 1968, p. 33.
  • 25 Le Bois tordu de l'humanité, Albin Michel, coll. Idées, 1992 ; l'essai sur Maistre est publié aux (...)

26Ainsi, la spéculation théologico-politique de Maistre, si elle est lue dans la perspective d’un « illuminisme moderne » est bien une utopie de la cité idéale au sens défini par Claude-Gilbert Dubois renouant avec « les courants millénaristes médiévaux » pour qui « la cité radieuse n’est pas au-dessus de l’histoire, mais au bout de l’histoire »24. Ne voir dans Maistre qu’un « remarquable et terrifiant prophète de notre époque » comme le fait Isaiah Berlin est réducteur25. Dans Du Pape, son œuvre ultime, il conçoit une utopie politique dans le droit fil du visionnaire de Patmos.

  • 26 Du Pape, éd. citée, LUI, Chap. IV, p. 514
  • 27 À dessein, je n'ai pas envisagé ici le cas plus complexe des Soirées. Pierre Glaudes dans son Jose (...)

27Sa vision d’une Europe de monarchies absolues régénérées en droit, limitées en fait par les pouvoirs délégués des corps constitués, sous le magistère spirituel du pape garant et « du caractère divin de la souveraineté » et de « la liberté légitime des hommes »26 est en un sens une utopie parfaite puisque restée jusqu’à ce jour à l’état de construction idéale. Elle est révélatrice de l’engagement cryptomaçonnique d’un écrivain qui déclare depuis la Révolution avoir rompu avec cette « niaiserie de franc-maçonnerie « et qui n’a jamais cessé de lui rester fidèle de cœur et d’y abreuver son imaginaire. Les obédiences mystiques de la franc-maçonnerie contemporaine ne s’y trompent pas, qui consacrent aujourd’hui à Maistre de fréquents ateliers27.

Notes

1 Mis à part quelques mémoires chambériens antérieurs à la Révolution, son œuvre naît de l'exil au cours de la période lausannoise 1793-1797 ; six années de tribulations et de refuges temporaires l'interrompent. Le séjour à Saint-Pétersbourg est le plus fécond entre 1808 et 1817. A partir de cette année qui marque son retour à Turin, Joseph de Maistre ne compose plus, mais révise ses manuscrits, pour l'essentiel Du Pape et les Soirées de Saint-Pétersbourg.

2 Cf. mon édition, PUF, coll. Questions, 1992, p. 280.

3 Les manuscrits de Joseph de Maistre ont fait l'objet d'un don des descendants aux archives départementales de Savoie où elles sont consultables à Chambéry ou sur CD-ROM.

4 1923 ; rééd. La Colombe, 1946.

5 Cf. Revue des études maistriennes n° 5-6, actes du colloque sur Joseph de Maistre : illuminisme et franc-maçonnerie, les Belles Lettres, Paris, 1980.

6 Maistre, alias Josephus a Floribus pendant la Révolution, Revue des études maistriennes n° 5-6, op. cit. p. 141-181 et éd. des Ecrits maçonniques, Slatkine, Genève, 1983, 145 p.

7 Ecrits maçonniques, op. cit., p. 105.

8 Ibid., p. 109.

9 Revue des études maistriennes, n° 10, p. 35.

10 Ibid., p. 47.

11 Cf. mon édition, Slatkine, Genève, 1983, p. 61.

12 Dictionnaire de la franc-maçonnerie, Dir. Daniel Ligou, PUF, 1987 ; cf. part. art. Russie, p. 1058-1064 ; et, surtout, Tatiana Bakounine, Répertoire biographique des francs-maçons russes (xviiie et xixe siècles), institut d'études slaves de l'université de Paris, 1967, 655 p.

13 Le comte Joseph de Maistre. Itinéraire intellectuel d'un théologien de la politique, L'Harmattan, 1998 ; cf. part. le chap. III, p. 121-197.

14 De nombreux mémoires manuscrits sont encore à exhumer de dépôts interdits de consultation durant l'ère soviétique.

15 Manuscrit revu et augmenté en mars 1812 et achevé en juin de la même année. La première édition paraîtra à Saint-Pétersbourg en mai 1814 chez Pluchart ; 1 édition parisienne paraît à la Société typographique en octobre-novembre 1814. Consulter l'excellente édition due à Robert Triomphe, Publications de la Faculté des lettres de l'Université de Strasbourg, 1959, 112 p.

16 R. Triomphe a repéré ces échos de l'Homme de désir, des Erreurs et de la vérité, du Tableau naturel, de la Lettre à un ami sur la Révolution et de l'Éclair sur l'association humaine, op. cit.

17 Publiés sous les titres : Observations sur le prospectus disciplinarum signé Philorusse ; Mémoire sur la liberté de l'enseignement public signé Philalexandre ; Quatre chapitres sur la Russie et, enfin, Réflexions critiques d'un chrétien dévoué à la Russie daté de 1812, dans O. C. Vitte, t. VIII, p. 163-447).

18 Sur l'éducation publique en Russie, 13 (25) juin 1810, O. C. VIII, p. 195-196.

19 Op. cit., p. 145-150.

20 Ed. Slatkine, Genève, 1993, t. 1, p. 14-22; 69-70.

21 O. C. VIII, p. 143.

22 Cf. la 1e éd. de 1819, Lyon-Paris, Rusand, t. 2, p. 674-681.

23 Ibid., p. 676.

24 Problèmes de l'utopie, Archives des Lettres modernes, n° 85, 1968, p. 33.

25 Le Bois tordu de l'humanité, Albin Michel, coll. Idées, 1992 ; l'essai sur Maistre est publié aux pages 100-174 sous le titre Joseph de Maistre et les origines du totalitarisme. La citation est à la page 168.

26 Du Pape, éd. citée, LUI, Chap. IV, p. 514

27 À dessein, je n'ai pas envisagé ici le cas plus complexe des Soirées. Pierre Glaudes dans son Joseph de Maistre et les figures de l'histoire (Cahier romantique n° 2, diffusion Nizet, 1997) consacre un excellent essai (p. 95-141) à l'art de la conversation sérieuse que le Comte des Soirées et ses deux compagnons portent à une rare perfection en privilégiant « la voie oblique » (p. 128). À propos du chef-d'œuvre de Joseph de Maistre, il invite le lecteur à aller au-delà du dialogue philosophique entre trois amis conversant dans un locus amoenus septentrional. La réunion peut masquer une « tenue » libre : réunion d'hommes, d'origine, de culture différentes, pratiquant une tolérance mutuelle faite d'écoute et de respect parce qu'ils se reconnaissent comme égaux. De leur dialogue réunissant les trois âges de la vie, les trois grades, naît une œuvre foncièrement cosmopolite au sens maçonnique puisqu'elle fait naître l'harmonie des trois savoirs, des trois cultures de l'Occident : la romane (le comte), la slave (le sénateur), la germanique (le chevalier). Rappelons, en effet, que le chevalier de Bray, ambassadeur de Bavière à Saint-Pétersbourg, s'il était d'origine française et admirateur de Napoléon, était un excellent connaisseur de la philosophie et de la littérature allemandes. Il avait épousé en 1805 une comtesse livonienne d'origine allemande et fera souche en Bavière (cf. Robert Triomphe, Joseph de Maistre, Droz, 1968, p. 578-582.) Dix ans après la rédaction des Soirées, Joseph de Maistre a hésité à les publier après avoir révisé et complété laborieusement son manuscrit. Est-ce l'effet de la fatigue d'un homme désabusé ? Est-ce l'aveu d'une destination primitive autre que la publication ? Primittivement, l'unique lecteur des Soirées devait-il s'appeler Alexandre ?

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Volume papier

amazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search