Version classiqueVersion mobile

Jean Potocki : le travail du temps

 | 
François Rosset
, 
Dominique Triaire

Introduction : Potocki quinze ans après

François Rosset

Texte intégral

1L’œuvre de Jean Potocki reste encore largement méconnue. Il ne s’agit pourtant pas de dire, comme pour adresser des reproches à une communauté de lecteurs qui auraient manqué quelque chose, que les textes édités de cet auteur n’auraient pas eu la réception qu’ils méritent. Au contraire : cet homme atypique qui a détourné tous les modèles imposés d’office par son rang et son milieu, ce savant obsédé par sa vocation d’archéologue des peuples et des cultures finissant par railler amèrement cette ambition du savoir universel qui avait rempli sa vie, cet écrivain d’exception qui n’a probablement jamais mesuré lui-même la force de son propre génie, s’est bel et bien acquis le public qui lui revenait : des foules de passionnés répartis dans le monde entier, des créateurs, des originaux, des francs-tireurs, des collectionneurs, des réfractaires à tous les dogmatismes, qu’ils soient épistémologiques, académiques, esthétiques, philosophiques ou religieux. Avec pour effet de cette présence massive, mais dans les marges, une position toujours biaisée par rapport aux canons qui structurent les officialités littéraires, éditoriales et universitaires. Auteur pas plus — ni moins — français que polonais, à califourchon entre deux siècles, saboteur de toutes les grandes causes intellectuelles qu’il avait lui-même défendues, à commencer par le programme fondamental des Lumières, Jean Potocki est trop difficile à classer pour devenir un classique. Il n’y a pas lieu de le déplorer ; sa position à l’écart est la position qui convient à son œuvre.

2Si elle reste néanmoins méconnue, cette œuvre, c’est dans un sens objectif. Et c’est même un état qui semble lui être consubstantiel. Le pan historique ou historiographique de l’activité de Potocki est celui qui a été le mieux servi par lui-même, puisque c’est dans ce domaine qu’il a mis le plus de soin à la publication. Mais ces nombreux et forts volumes, imprimés à Berlin, à Brunswick, à Vienne, à Florence, à Varsovie, à Saint-Pétersbourg ou à Krzemieniec n’ont que très rarement suscité les commentaires d’une communauté scientifique européenne dont on ignore toujours si le silence doit être pris pour de la méconnaissance ou pour du mépris. On peut seulement constater un fait qu’à la lumière de l’histoire du savant Hervas du Manuscrit trouvé à Saragosse, il y aurait lieu de qualifier d’ironiquement tragique : le fait que les efforts immenses et continus de l’érudit historien Potocki auront eu une réception quasi nulle. Les relations de voyages, en Turquie et en Égypte, en Hollande, au Maroc, en Basse-Saxe, qu’il a pris soin d’éditer, lui auront valu une petite réputation d’arpenteur curieux et pénétrant ; mais — nous y reviendrons — nous sommes encore loin aujourd’hui de connaître l’ensemble des voyages dont il aurait rendu compte par écrit. Son œuvre littéraire, faute d’avoir été publiée en son temps à la régulière a connu d’invraisemblables vicissitudes qui en ont déterminé une connaissance insuffisante et pourtant fascinée, ceci n’étant pas propre à atténuer cela. En somme, depuis qu’il s’est mis à écrire, Potocki a produit une œuvre que deux siècles de découvertes n’ont cessé de reconfigurer et dont on ne connaît pas encore ni toute l’ampleur, ni tous les accents.

3Car l’expérience des quinze dernières années a mis au jour une vérité à la fois prometteuse et préoccupante : à mesure que de nouveaux documents ressortent de l’ombre des archives, des bibliothèques ou des collections privées, ce sont de nouvelles lacunes qui apparaissent. On sait toujours plus ce que l’on a et toujours plus aussi ce qui nous manque. Le chantier reste ouvert et l’on n’est pas près d’en venir à bout.

  • 1 Voir, ci-après, la contribution d’Anna Wasilewska.

4L’exemple du Manuscrit trouvé à Saragosse est significatif à cet égard. Pendant longtemps, on a cherché un manuscrit complet qui aurait dû être celui à partir duquel, en dépit des incohérences déjà souvent relevées, Edmund Chojecki (ou peut-être quelqu’un d’autre1) avait donné, dans sa traduction en polonais parue à Leipzig en 1847, la forme supposée complète du roman qui demeura la seule connue durant un siècle et demi. Quand le projet d’édition des Œuvres de Jean Potocki a été lancé, nous savions que le problème majeur nous était posé par ce manuscrit manquant. Comme c’est souvent le cas dans la recherche, les investigations nous ont apporté des leçons différentes de celles qui étaient attendues. Elles nous ont conduits en divers lieux, notamment à Poznań où nous avons pu identifier six manuscrits classés sous les anonymes dans le catalogue des Archives d’État de cette ville où Constance Potocka, la veuve de Jean, ainsi que leur fils André-Bernard, s’étaient établis. L’étude critique et matérielle de ces manuscrits a pu permettre, par comparaison avec les autres documents déjà connus, de reconstituer de manière quasi certaine l’histoire de la genèse du roman, avec ses trois versions successives, et de mettre très sérieusement en doute l’existence possible de cet hypermanuscrit définitif qui aurait servi à l’auteur de la traduction publiée en 1847 et qu’on a si longtemps rêvé de retrouver.

  • 2 Les références des ouvrages les plus cités sont développées dans la liste des abréviations.

5Les découvertes de l’année 2002, concrétisées dans l’édition des volumes IV, 1 et IV, 2 des Œuvres2, ont donc permis d’établir le texte de ces versions de manière fiable, mais elles ont aussi réorienté les attentes en définissant de manière totalement nouvelle les pièces manquantes du dossier. Ainsi, nous savons aujourd’hui assez précisément quelles sont ces pièces : il y a, pour se limiter à l’essentiel, les dix-huit premières Journées de la protoversion de 1794, les manuscrits autographes des deux premiers décamérons de la version de 1804, les manuscrits autographes des deux premiers et du sixième décamérons de la version de 1810. En dehors des lacunes de la protoversion de 1794, ces manques ne sont pas dramatiques dans la mesure où des copies fiables ou des imprimés d’époque livrent l’état du texte attendu. La base philologique pour l’édition des versions de 1804 et de 1810 est donc solide, mais elle permet également de définir avec précision les objectifs de la recherche à venir. En même temps, la grande dispersion des vingt-deux documents sources du Manuscrit trouvé à Saragosse que l’on connaît à ce jour rend problématique l’élaboration d’hypothèses qui permettraient d’orienter cette recherche ; on ne sait même pas si Potocki a laissé à ses descendants des séries complètes de manuscrits, mais on sait que le lot dont disposaient Constance, puis André-Bernard n’était déjà pas cohérent et que les occasions de mélanger ou de perdre des ensembles de documents ou des pièces isolées se sont multipliées depuis la mort de Potocki jusqu’à la dispersion d’une bonne partie des collections de Łańcut par Alfred III Potocki à partir de 1944.

  • 3 Voir P. B. Witkowski, « Jean Potocki à la charnière du xviiie et du xixe siècle d’après son journa (...)
  • 4 Voir A. Cholewianka-Kruszyńska, « Łańcuckie portrety Jana Potockiego », Spotkania z Zabytkami, 3-4 (...)

6On le voit, les papiers de Jean Potocki ont été exposés à toute la gamme des accidents qui guettent les papiers en général, mais dans son cas, les effets de ces accidents ont été plus dévastateurs que pour bien d’autres auteurs. D’abord parce qu’une partie très importante de ses écrits est restée à l’état de manuscrits ; des papiers qui ont circulé au gré des pérégrinations incessantes de leur propriétaire, puis de ses descendants. Potocki a tissé des réseaux dont la diversité est infinie : il y a tout d’abord sa famille, immense, tentaculaire, disséminée dans l’Europe entière ; il y a les milieux liés à son rang, depuis les souverains jusqu’aux salons les plus huppés de Londres, de Vienne ou de Paris, en passant par l’ordre des chevaliers de Malte et la franc-maçonnerie ; il y a les érudits et les savants dans toute l’Europe ; le personnel politique, depuis les fonctionnaires jusqu’aux ambassadeurs et aux ministres ; les intellectuels de la plus haute volée comme Herder, Barthélemy, Volney, Pallas, Joseph de Maistre ou Germaine de Staël. Autant de cercles, autant de lieux, autant de personnes, c’est-à-dire autant de fils à dévider pour pister la trace de nouveaux documents. Ensuite, parce que les fonds d’archives ont connu, justement en Europe centrale, des vicissitudes particulièrement dévastatrices. Qu’est-ce qui a disparu dans les innombrables pillages et les incendies, comme celui du palais Krasiński à Varsovie ? dans les déprédations consécutives à la révolution bolchevique ? dans la réorganisation des archives de l’URSS ? Qu’est-ce qui n’est pas identifié dans des fonds encore très sommairement catalogués, à l’exemple du fameux fonds 49 des archives de Kiev où l’on compte 6 167 dossiers liés à la famille Potocki ? Que renferment des collections de la Bibliothèque universitaire de Vilnius qui devraient contenir des cahiers de Jean Potocki déposés par Klaudiusz Wiszniewski au milieu du xixe siècle sans qu’on puisse aujourd’hui les retrouver dans les inventaires de la bibliothèque ? Y a-t-il encore des choses à découvrir dans les fonds considérables de la Bibliothèque prussienne de Berlin qui se sont retrouvés, après 1945, à la Biblioteka Jagiellońska de Cracovie ou encore dans la partie des fonds de l’Ossolineum restés à Lviv ? Et l’on ne parle même pas des archives russes, à Moscou, à Saint-Pétersbourg, à Kazan et ailleurs3 ? Où sont les papiers de Séverin Potocki, le frère qui a reçu de Jean, on le sait, une multitude de lettres et probablement aussi d’autres textes de natures diverses ? Les deux filles, Irène et Thérèse, ont-elles laissé des papiers quelque part ? Et encore, plus près de nous, où sont passés les portraits de Jean qui ornaient encore les murs de Łańcut avant 1944, comme l’a montré récemment Aldona Kruszyńska4 ? Enfin, quelles pièces inconnues se trouvent aujourd’hui conservées auprès des nombreux descendants directs et indirects ? L’exposition du bicentenaire organisée au château de Łańcut a permis la découverte d’un fort intéressant cahier de notes et d’esquisses, appartenant à M. Jan Franciszek Potocki ; il y a certainement encore bien d’autres pièces de ce genre qui referont surface.

7Ces questions mettent le doigt sur autant de pertes probables, mais elles inspirent aussi aux chercheurs un espoir qui n’a rien d’infondé, comme l’ont prouvé ces dernières années, où, avec le regain d’activité opéré dans la recherche à la suite de la publication des Œuvres, bien des découvertes d’importance ont été faites, essentiellement par quatre personnes : Dominique Triaire, Emiliano Ranocchi, Przemysław Witkowski et Lorenz Frischknecht.

8Essayons de faire le tour de ce qui a été retrouvé depuis la parution du dernier volume des Œuvres en 2006.

  • 5 On trouvera un inventaire complet des 39 lettres découvertes depuis 2002 dans les annexes du prése (...)

9La moisson qui peut paraître la plus importante concerne la correspondance : nous avons publié, en 2006, dans le volume V des Œuvres, les 199 lettres qui étaient alors connues. Depuis, une quarantaine de nouvelles pièces ont été retrouvées ; elles ne sont certes pas toutes de la même importance, mais elles apportent d’intéressantes précisions et permettent d’utiles ajustements ne serait-ce que du point de vue de la biographie de notre auteur. Soulignons en particulier la lettre à Herder qui documente de façon assez spectaculaire les relations de Potocki avec les ténors de l’Aufklärung, les lettres à Joseph de Maistre qui permettent de mieux mesurer le fossé idéologique qui sépare leur auteur de la frange archi-conservatrice des Lumières, les lettres à Adam Jerzy Czartoryski qui amplifient notre connaissance de cet échange épistolaire si essentiel pour la compréhension de la vision de Potocki relative à la politique orientale de la Russie, les lettres à la princesse Izabela Lubomirska, qui apportent encore un peu de lumière sur la relation très ambiguë qui a lié le comte Jean à sa belle-mère. On peut aussi, grâce à un brouillon de lettre à un destinataire inconnu, daté du 25 octobre 1814, relativiser l’opinion commune selon laquelle Potocki aurait eu de grandes difficultés à pratiquer la langue polonaise5.

  • 6 Lettre non datée à la princesse Izabela Lubomirska, mai 1803, Klene, 2018, p. 261.
  • 7 Lettre à Joseph de Maistre, fin mai 1811 (D. Triaire, « Huit lettres de Jean Potocki à Joseph de M (...)
  • 8 Lettre à Joseph de Maistre du 10 septembre 1814 (ibid., p. 145).

10Mais tout cela n’est pas décisif, ni surprenant, ni propre à éclairer significativement de l’intérieur une œuvre et une pensée barricadées derrière la pudeur qui semble toujours retenir cet épistolier au seuil du dévoilement de quoi que ce soit de profondément intime. À peine peut-on goûter quelques considérations auto-ironiques, comme cet aveu jeté comme en passant dans une lettre à la princesse Lubomirska : « Si j’avais mis dans toute ma vie et ma conduite votre esprit à la place du mien, je serais devenu tout autre chose que ce que je suis. Et quelques talents que j’ai n’auraient pas été perdus dans une foule de bizarreries que je n’aurais jamais dû avoir6 » ; à peine peut-on s’arrêter sur certaines phrases péremptoires qui, dans les lettres à Joseph de Maistre, confirment les prétentions de l’historien libéré des préjugés : « La révélation et l’histoire ne peuvent avoir rien de commun ou du moins elles doivent être traitées séparément7 » ; ou encore : « moi, je n’en veux qu’à la Mythologie à qui je substitue l’histoire partout où je suis8. »

11Il ne fait aucun doute que d’autres lettres réapparaîtront ; quelques-unes ont même été annoncées à la vente il y a une dizaine d’années par un libraire de Cracovie avant de disparaître à nouveau dans des circonstances obscures. Car des lettres, Potocki en a certainement écrit des milliers et notre connaissance actuelle de sa production épistolaire est particulièrement pauvre. Mais encore une fois, il n’est pas sûr que des découvertes, même massives et spectaculaires, nous apportent autre chose qu’une documentation plus précise sur sa vie et son action. Il n’y a guère que la correspondance toujours insuffisamment connue avec son frère Séverin qui pourrait peut-être fournir des révélations de nature à éclairer ses projets d’écrivain et de savant, les motivations profondes qui l’ont animé dans sa vie, les convictions qu’il aurait pu cultiver au-delà de la carapace d’ironie derrière laquelle il semble s’être toujours réfugié — bref : des révélations qui nous donneraient des éléments propres à consolider l’approche herméneutique de ses écrits.

  • 9 Ces textes sont commentés ci-après dans la contribution d’Emiliano Ranocchi.

12C’est donc plus sûrement vers les ébauches, les brouillons, les fragments de textes divers qu’il faut se tourner pour espérer mieux comprendre le parcours intellectuel de Jean Potocki. Un très bon exemple de cela est apporté par les deux manuscrits sur l’histoire de la terre et la question du déluge retrouvés respectivement par Przemysław Witkowski et Emiliano Ranocchi. Ce sont deux textes sans doute contemporains de la rédaction de l’Histoire primitive de la Russie (parue en 1802), dont l’analyse comparée a permis de préciser le positionnement mouvant de Potocki sur la question de l’histoire de la terre et des rapports entre les sources profanes et les sources sacrées de sa documentation. Cet éclairage est particulièrement utile pour comprendre l’origine, dans l’esprit de l’auteur du Manuscrit trouvé à Saragosse, des pages étonnantes qu’il écrira pour compléter le système de Velasquez développé dans la version de 1810 du roman, où l’on trouve un commentaire très élaboré de la Genèse en tant que source possible d’inspiration pour la constitution d’une histoire scientifique de la terre9 — sans qu’il faille naturellement attribuer à Potocki une quelconque paternité relativement aux mouvements révisionnistes et créationnistes qui prolifèrent aujourd’hui.

  • 10 Extrait historique de l’Iliade, Центральний Державний Історичний Архів України (Archives Historiqu (...)

13S’il entendait fermement, comme on l’a vu, substituer l’histoire à la mythologie et distinguer rigoureusement les textes de la révélation du travail de l’historien, Potocki n’en a pas moins cherché, dans la Bible, dans les chronologies sacrées comme dans les monuments de la littérature, les traces d’éléments propres à inspirer la pensée, les hypothèses et les conjectures de l’historien. C’est ce qui ressort aussi de cet autre texte étrange, intitulé Extrait historique de l’Iliade, inséré dans le cahier de notes découvert à Kiev par Przemysław Witkowski, où Potocki reprend le texte de l’Iliade dont il donne, semble-t-il une traduction originale assortie de commentaires, les unités du poème étant découpées par lui non pas en chants, mais en journées. Ces fragments écrits probablement entre 1798 et 1802 font immanquablement penser au Manuscrit trouvé à Saragosse auquel Potocki travaillait alors depuis une dizaine d’années. Mais ce rapprochement, loin de nous simplifier la lecture du roman, nous place au contraire au cœur des tensions irréductiblement contradictoires qui marquent toute la démarche intellectuelle et créatrice de cet auteur. Voyons plutôt ce qu’il nous dit : « j’omets tout ce qui dans ce poème [c’est-à-dire l’Iliade] n’est pas purement historique10 » ; l’épopée originaire de notre civilisation serait donc à lire, de même que la Bible et les autres textes sacrés, pour ce qu’ils nous apportent de données utiles à la reconstitution de la chronologie antique, au mode de vie des contemporains d’Achille, à l’organisation des sociétés, à l’architecture, aux rites, aux mœurs ; lecture historienne donc, teintée de cette tendance proto-ethnologique que nous connaissons bien chez le Potocki voyageur. Comment dès lors devrions-nous traiter cette œuvre si essentiellement romanesque qu’est le Manuscrit trouvé à Saragosse où se trouvent toutefois encodées toutes sortes de données relatives à l’histoire et à l’histoire des idées ?

14En substituant au découpage poétique en chants une répartition des unités textuelles en journées, Potocki thématise, en l’exposant, cette dimension du temps cosmique qui l’obsède et qu’il appliquera également au texte apparemment le moins historique de son œuvre, le Manuscrit trouvé à Saragosse, expression pleine et déroutante de son inclassable génie. Telle une nouvelle épopée, au crépuscule des Lumières, qui célébrerait ironiquement les dérisoires tentatives de l’esprit humain à embrasser tout à la fois le monde dans sa double extension géographique et historique, la connaissance de ce monde et la bibliothèque infinie qui renferme toutes les traces de ces tentatives. Ce parallèle constitué dans ses brouillons par Potocki entre la source homérique et son propre roman pourrait nous dire quelque chose comme ceci : plus un texte est poétique, mythologique, sacré ou fictionnel, plus il y a lieu d’y quérir les débris épars d’une information utile à l’historien. Faire œuvre littéraire peut alors signifier construire un univers verbal cohérent, mais complexe, offert à une pluralité de lectures possibles, parmi lesquelles doit figurer, comme un enjeu majeur, l’interrogation sur le déroulement et la computation du temps. Rien d’étonnant, dans ce sens, qu’il ait fallu à Potocki plus de vingt ans et plusieurs recommencements pour parvenir à ses fins en tant que romancier.

  • 11 Ibid., p. 194.

15Une autre découverte d’importance concerne l’œuvre théâtrale de Potocki. On connaissait la comédie mêlée d’ariettes, Les Bohémiens d’Andalousie, les six Parades, plusieurs fois mises en scène en Pologne, en France et au Maroc et en Suisse, ainsi que le proverbe l’Aveugle. Przemysław Witkowski a exhumé une septième parade dans le fonds 49 de Kiev. Intitulée Gile en ménage, cette pièce est donnée comme une suite de Gile amoureux, la première de la série des six parades connues jusqu’ici. C’est un indéniable et très heureux enrichissement du volet théâtral de cette œuvre, mais non susceptible de changer l’idée que l’on avait pu se faire déjà de la pratique du théâtre de société par Potocki, ni de ses tendances à la dérision réflexive (confirmées par exemple par cette réplique de Zarzabelle : « Tu deviens tout à fait tragique. Songe que tu es un Gile11 ! »).

  • 12 E. Ranocchi, « Karlsbad lato 1785 », dans Rzeczy minionych pamięć, Studia dedykowane prof. Tadeusz (...)

16Cinq autres documents retrouvés méritent d’être signalés, même s’ils ne présentent pas la même nouveauté que les pièces évoquées à l’instant. Il s’agit d’abord des manuscrits autographes de deux petits textes politiques publiés dans le volume III des Œuvres, l’Essay de logique et De la civilité puérile et honnête. Dans l’édition des Œuvres, le texte avait été établi sur la base de copies. Les documents mis au jour permettront donc une révision philologique de cette édition, mais cette révision ne concerne que des détails. Ces textes sont insérés dans ce cahier de Kiev déjà mentionné ; on y trouve également une version manuscrite du Voyage au Caucase qui vient encore enrichir le dossier, déjà passablement complexe, des sources de cette relation. On peut faire un pareil constat pour le manuscrit du Voyage de Feirouz, un conte oriental inséré dans le Voyage en Turquie et en Egypte, que Potocki a recopié de sa main pour le joindre à cette lettre dont il a déjà été question, adressée à Herder probablement en automne 1785 et retrouvée à Cracovie par Emiliano Ranocchi12. Il existe plusieurs sources de ce conte et la nouvelle version pourra servir à étoffer le dossier des variantes, mais sans apporter au texte de modifications vraiment significatives. Enfin, un fragment d’un tout premier brouillon du Voyage de Hafez, le conte moral et politique adjoint au Voyage dans l’Empire de Maroc, a été retrouvé dans le « Cahier de Poznań » décrit en détail dans les annexes du présent volume, tout récemment exhumé des Archives d’État de Poznań ; là aussi, cette nouveauté ne permettra guère que des ajustements philologiques certes importants, mais pas décisifs quant à la connaissance du conte lui-même dans sa forme et son contenu. En revanche, grâce à cette découverte, nous tenons la preuve du fait que Le Voyage de Hafez a bien été conçu et entrepris dans sa composition au cours même du voyage ; c’est un document qui côtoie, dans le cahier, les esquisses et autres notes, comme un produit de l’expérience immédiate. L’élaboration successive de nouvelles versions de ce conte jusqu’à celle qui figurera en annexe au Voyage dans l’Empire de Maroc nous donne une idée de cette pratique de l’écriture chez Potocki, où les premières esquisses sont à la fois le résultat et le document de la perception du monde. C’est probablement à cette même lumière qu’il convient de considérer l’histoire de l’élaboration du Manuscrit trouvé à Saragosse.

  • 13 Bibliografia Literatury polskiej « Nowy Korbut », Varsovie, 1970, vol. 6*, p. 70, no 10.
  • 14 Voir Kotwicz.
  • 15 Lettre de Tadeusz Morski à Ignacy Potocki du 30 mars 1791, AGAD, Ap. 280.

17Dans l’état actuel de ce que nous savons, il est également possible de dresser la liste des textes que Potocki a certainement produits, mais que l’on n’a pas — on voudrait pouvoir dire avec conviction : que l’on n’a pas encore — retrouvés. Sans revenir sur la correspondance dont il a déjà été question, on peut commencer par évoquer au moins trois relations de voyage qui auraient été écrites par Potocki et dont on n’a jusqu’ici pas repéré la moindre trace. Il y aurait eu, selon le Nowy Korbut13, un Voyage en Pologne datant de 1788, soit au temps où Potocki sillonnait le pays en lien avec sa candidature, puis son élection comme député de Grande Pologne à la célèbre « Diète de quatre ans ». On ignore d’où provient cette information qui n’apparaît dans aucune autre des sources connues. Władysław Kotwicz, de son côté, qui avait eu accès aux archives de Łańcut avant leur dispersion en 1944, faisait état, dans son livre publié en 193514, d’un Voyage en Espagne, Portugal, Angleterre, France et Allemagne, soit le périple réalisé en 1791-1792 dont nous connaissons bien l’étape marocaine, avec le splendide Voyage dans l’Empire de Maroc de 1791. Si l’on en croit Kotwicz, il aurait donc pu y avoir aussi des relations des autres étapes de ce grand tour. C’est une supposition corroborée par un indice assez solide que l’on trouve dans une lettre de Tadeusz Morski à Ignace Potocki. Morski, qui avait été nommé ambassadeur de Pologne auprès du roi d’Espagne, avait fait le chemin de Paris à Madrid en compagnie de Jean Potocki ; le 30 mars 1791, il écrivait à son protecteur Ignace Potocki que son cousin et beau-frère, le comte Jean, « a écrit un petit journal de notre voyage qu’il a envoyé à Séverin15 ». C’est encore quelque chose que pourrait nous révéler l’hypothétique mise au jour des papiers de Séverin. Est-ce là aussi qu’on aurait une chance de retrouver la description du fameux vol en ballon effectué par Potocki au-dessus de Varsovie en mai 1790, qu’il dit avoir rédigée et dont il cite même un passage dans son Voyage dans l’Empire de Maroc ?

18Peut-être y aurait-il lieu d’établir un lien entre ces mentions de voyages qui auraient été écrits et la série des cahiers de notes dont on sait quelque chose de plus depuis les investigations de Przemysław Witkowski. Comme cela a déjà été dit, plusieurs cahiers devraient se trouver (ou en tout cas se trouvaient) à la Bibliothèque universitaire de Vilnius. Celui qui a été exhumé du fonds 49 de Kiev permet au moins de se faire une idée de ce que pourraient révéler ces cahiers de Vilnius et sans doute encore d’autres (mais combien ?) qui dorment quelque part. Dans ce cahier de Kiev se succèdent et se mélangent des brouillons plus ou moins élaborés, des textes pratiquement achevés, des calculs, des dessins, des notes de lecture, des projets de lettres, etc. C’est le cahier d’esquisse d’un intellectuel en activité permanente. Nul doute que la mise au jour d’autres cahiers apporterait des informations de toute première valeur. Il se pourrait que plusieurs de ces cahiers soient aujourd’hui en possession de descendants de Potocki, mais que leur contenu probablement peu lisible, voire chaotique, ait caché leur importance aux yeux de ceux que l’on appellera, selon le mot de Potocki, leurs « légitimes propriétaires ». C’est probablement ce qui s’est passé avec ce carnet de notes appartenant aujourd’hui à Jan Franciszek Potocki dont il a déjà été question et dont l’existence vient seulement d’être révélée.

  • 16 Œuvres V, p. 273-274.
  • 17 Ibid., p. 281-296.
  • 18 Voir ci-après la contribution de D. I. Weber et E. I. Nosova.

19C’est dans ce type de documents que l’on pourrait trouver des réponses aux questions suscitées par certaines pièces fragmentaires qui ont été publiées comme telles dans le dernier volume des Œuvres en 2006. Il y a quelque chose qui ressemble à un morceau de roman épistolaire, tracé sur du papier portant la date de 1796 en filigrane, conservé comme feuilles éparses dans le fonds Potocki des AGAD à Varsovie et qui, à l’heure actuelle, reste une énigme16 ; Potocki aurait-il écrit d’autres romans que le Manuscrit trouvé à Saragosse ? Avouons que la question ne manque pas d’intriguer. On pourrait peut-être aussi mieux comprendre le statut de la traduction française qu’il a donnée d’un texte écrit en espagnol par le chevalier polonais Maciej Tytlewski qui est une relation en forme de journal de la guerre polono-turque de 1620-21 (publiée à Madrid en 1623)17. S’agissait-il de préparer une publication ou en tout cas une certaine forme de diffusion, puisqu’il n’y aurait pas eu de sens pour Potocki, de traduire, pour son usage personnel, quelque chose qu’il comprenait parfaitement ? Et alors, à qui ce travail était-il destiné ? Y aurait-il d’autres textes du même genre ? On sait maintenant que la réponse est oui, puisque l’on vient de retrouver, à Saint-Pétersbourg, une autre traduction de notre auteur qui semble elle-même en cacher encore une autre18.

  • 19 L’Ethno-logie est également évoquée par un autre témoin de 1811, le comte de Lagarde-Chambonas, so (...)

20Enfin, pour ce qui concerne les textes, il faut signaler encore une pièce évoquée par l’auteur lui-même dans une lettre à Joseph de Maistre du 1er mai 1811, qui n’a pas été repérée jusqu’à ce jour. Il s’agit d’un ouvrage dont l’écriture dut être tout à fait contemporaine de la rédaction de la dernière version du Manuscrit trouvé à Saragosse, ouvrage au titre prometteur : Ethno-logie ou connaissance des peuples considérés sous le rapport de leurs origines. Cinq chapitres de cet ouvrage figurent dans le cahier de notes retrouvé dans le fonds 49 de Kiev sous le titre Introduction à la Connoissance historique des peuples de l’Europe et de l’Asie19. Mais qu’en est-il de l’ensemble ?

  • 20 Œuvres I, p. 54-55.
  • 21 Voir les annexes ci-après.

21Reste encore à évoquer un autre pan de la création de notre auteur qui est documenté, mais seulement très partiellement : ce sont les dessins. Des esquisses prises sur le vif aux illustrations élaborées mobilisant différentes techniques de dessin et de peinture, la palette est assez large. À plusieurs reprises, dans ses relations de voyages, Potocki nous dit avoir dessiné tel ou tel objet, tel personnage, tel monument. Sept à huit heures passées à dessiner les pyramides lui valurent, nous dit-il, un méchant coup de soleil20. Il a certainement dû produire des centaines, peut-être même des milliers de croquis, d’esquisses, de portraits, de paysages, de scènes. Là encore, on peut espérer bien des découvertes qui permettront peut-être un jour de mettre pleinement en valeur le talent brut et spontané du Potocki dessinateur. La preuve vient d’en être apportée avec l’identification toute récente du « Cahier de Poznań » qui comporte, outre le brouillon du Voyage de Hafez, une quarantaine de dessins réalisés par Potocki lors de son voyage de Bordeaux à Madrid en 179121.

  • 22 Voir Varsovie, 1974.
  • 23 M.-E. Żółtowska, Un précurseur de la littérature fantastique : Jean Potocki, sa vie et son Manuscr (...)
  • 24 Inmaculada Barrena (université de Bilbao, 2015), Lorenz Frischknecht (universités Paul-Valéry Mont (...)
  • 25 Rękopis znaleziony w Saragossie, wersja 1810, Kraków, 2015 ; la nouvelle traduction de la version (...)

22On le constate : beaucoup de chemin a été parcouru depuis le fameux colloque organisé par l’Institut français de Varsovie en 197222 et depuis la thèse de Maria-Ewelina Żółtowska, soutenue à l’Université de Yale l’année suivante23. Après les travaux de Daniel Beauvois, puis l’édition du Manuscrit trouvé à Saragosse par René Radrizzani en 1989, les livres de Dominique Triaire et du soussigné, de Janusz Ryba, puis, un peu plus tard, d’Antonio Dominguez Leiva, de Luc Fraisse et de Józef Szczepaniec sans oublier les importants colloques de Londres et de Louvain, ni le numéro de la revue Europe consacré, en 2001, à Potocki et à ses écrits, l’édition des Œuvres a donné une nouvelle base de lecture et de travail ; elle a suscité des découvertes et, comme on vient de le montrer, éveillé des attentes. Une nouvelle génération de chercheurs s’est affirmée avec sept thèses soutenues récemment24 ; plusieurs autres travaux de même ampleur sont en cours et l’on peut attendre après une année de bicentenaire dignement célébrée, avec notamment la publication, en octobre 2015, de la nouvelle traduction polonaise du Manuscrit trouvé à Saragosse par Anna Wasilewska25, d’importantes avancées tant dans la connaissance de l’œuvre que dans son interprétation.

23L’histoire de la réception de l’œuvre de cet auteur si particulier est donc une histoire en cours ; c’est aussi une histoire propre à donner une consistance concrète aux réflexions que l’on peut faire sur la question théorique si centrale, dans les études littéraires, de la construction d’une œuvre. Qui est l’auteur d’une œuvre ? Le cas de Potocki montre bien que cette question est loin d’être simple et certainement pas spécieuse, comme on pourrait naïvement le penser. Il est relativement facile d’expliquer que les textes ne commencent à vivre qu’à partir du moment où ils sont lus et que ce sont les lecteurs qui les légitiment en tant que foyers de significations potentielles demandant à être actualisées de nouveau lors de chaque expérience de lecture. Mais entre le créateur d’un texte et ses destinataires, il ne faudrait pas oublier cet acteur à l’identité fuyante, mais terriblement agissant qu’est l’histoire elle-même. L’histoire et ses aléas qui, à propos des œuvres littéraires, président à toutes ces circonstances plus ou moins fortuites dont résultent la conservation, la disparition, la destruction, la réapparition des papiers, leur circulation dans les espaces privés et publics, la concrétisation ou non de leur publication, les conditions de leur lecture et de leur relecture. Une histoire souvent cruelle, l’histoire avec sa grande hache, selon le mot bien connu de Georges Perec, qui taille autant dans les productions, notamment littéraires, des hommes que dans la chair et l’âme de ceux-ci.

24Ce sont aussi les contextes culturels et idéologiques différents, les événements de l’actualité, les préoccupations dominantes à telle époque qui orientent la curiosité des hommes et déterminent leurs choix, notamment pour ce qui regarde les lectures et les modalités de lecture. Il n’y a pas si longtemps, alors que l’on ne pouvait concevoir la bizarrerie d’un être et, pire encore, son suicide comme autre chose qu’une malheureuse et honteuse déviance, on n’aurait guère pu imaginer une célébration aussi festive que celle du bicentenaire organisée au palais de Łańcut, avec le soutien enthousiaste des descendants. Quant aux développements de l’actualité, ils invitent aussi périodiquement à relire Potocki ; ce fut le cas récemment, lors des troubles dans le Caucase et en particulier lors des deux guerres successives de Tchétchénie. Certains commentateurs ont pu alors se référer aux nombreuses observations développées par Potocki, dans son Voyage à Astrakhan et sur les lignes du Caucase, sur l’esprit d’indépendance des peuples caucasiens et leurs conflits permanents avec l’Empire des tsars. C’est encore le cas aujourd’hui, où le Mémoire sur un nouveau périple du Pont Euxin ou les Fragments historiques et géographiques sur la Scythie, la Sarmatie et les Slaves pourraient donner beaucoup à penser sur les racines du conflit actuel entre Ukraine et Russie.

25Célébré deux siècles après la mort qu’il s’est donnée comme un personnage de roman noir, Jean Potocki nous invite à dérouler le temps pour le considérer en tant qu’il détermine la variation des lectures en fonction tout aussi bien de l’état de connaissance de son œuvre que des contextes toujours changeants de sa réception. Ainsi, nous sommes déjà prévenus que, dans les prochaines décennies, les commémorations de nouveaux jubilés donneront des occasions de commenter une œuvre renouvelée dans une mesure que nous ignorons encore et un auteur un peu ou passablement différent de ce que nous voyons en lui aujourd’hui.

26Trois parties se découpent premièrement dans ces pages, correspondant aux trois dimensions du Potocki cerné par les chercheurs : l’homme, l’œuvre dans son ensemble, le Manuscrit trouvé à Saragosse. Ce dernier, comme bien souvent, se taille la part majeure, avec une série d’approches thématiques (Marius W. Haugen, Émilie Klene, Maria Janoszka, Michel Delon), des enquêtes d’orientation intertextuelle (Juan Carlos Rodriguez Rendon, Inmaculada Barrena, Lena Seauve, Marcin Wołk) et une approche détaillée du texte à la lumière de la nouvelle traduction polonaise (Anna Wasilewska). L’œuvre est abordée dans son ensemble, avec une esquisse d’abécédaire (Maciej Forycki), puis dans trois de ses orientations spécifiques : politique (Łukasz Maślanka), histoire de la terre (Emiliano Ranocchi), voyages (Sylvie Requemora-Gros). L’homme nous est rapproché dans le détail de ses relations avec la partie occidentale de son pays, dite « Grande-Pologne » (Dominique Triaire) et, plus généralement, en tant que posture transhistorique d’intellectuel (Tomasz Swoboda). Ces travaux sont enrichis d’une quatrième partie qui décrit plusieurs découvertes récentes.

  • 26 La plupart des contributions ici réunies est issue de deux manifestations organisées dans le cadre (...)

27Une autre caractéristique de ce volume consiste dans la jeunesse de la plupart des contributeurs : le passage du temps se fait sentir là aussi et il est très heureux que dans le prolongement des célébrations du bicentenaire26, un volume puisse mettre en valeur le travail et les qualités d’une génération nouvelle. C’est le Potocki de demain qui se profile déjà.

28Ainsi, le travail du temps qui est célébré dans ce livre peut être considéré sous différents aspects. Il y a d’abord cette histoire de l’œuvre qui est déjà longue et particulièrement compliquée, mais loin d’être achevée, une histoire qui s’affirme très clairement comme partie prenante dans la réception critique de Potocki sous tous les aspects de sa production. Et il n’en va pas différemment pour la connaissance de sa vie qui présente encore bien des lacunes. Histoire qui, elle-même, n’est cependant que fragment, particule microscopique dans le grand corps de l’histoire universelle, celui-là même dont Potocki a cherché toute sa vie à comprendre et à définir la configuration. Histoire singulière, anecdotique pour ainsi dire, qui renvoie donc immanquablement au champ infiniment plus vaste où se fait, se défait et se refait le sens des vies, des actions et des productions humaines. On lit et relit Potocki dans le même mouvement qui fait se succéder les événements et leur narration, les idées et les théories qu’elles inspirent, les croyances et les nœuds de valorisation. Les enquêtes des chercheurs et les découvertes qu’ils font parfois, fournissant de nouveaux indices, de nouvelles informations et de nouveaux textes, relèvent des événements. Les instruments qu’on utilise pour légitimer nos lectures et qui évoluent sans cesse, sont issus des idées et des théories. Les jugements se fondent sur les croyances et s’enroulent autour d’axiologies elles aussi labiles et mouvantes. Et tout cela est en marche, de découvertes en découvertes, de décennies en décennies, de générations en générations.

Notes

1 Voir, ci-après, la contribution d’Anna Wasilewska.

2 Les références des ouvrages les plus cités sont développées dans la liste des abréviations.

3 Voir P. B. Witkowski, « Jean Potocki à la charnière du xviiie et du xixe siècle d’après son journal de travail personnel et d’autres documents inédits des archives de Kiev », dans Rosset et Triaire, 2010, p. 161-201. Sur les découvertes d’E. Ranocchi, voir Klene, 2018, p. 245-252.

4 Voir A. Cholewianka-Kruszyńska, « Łańcuckie portrety Jana Potockiego », Spotkania z Zabytkami, 3-4, 2011, p. 14-21.

5 On trouvera un inventaire complet des 39 lettres découvertes depuis 2002 dans les annexes du présent volume.

6 Lettre non datée à la princesse Izabela Lubomirska, mai 1803, Klene, 2018, p. 261.

7 Lettre à Joseph de Maistre, fin mai 1811 (D. Triaire, « Huit lettres de Jean Potocki à Joseph de Maistre (1805-1814) », Revue d’histoire littéraire de la France, no 1, Paris, 2013, p. 142).

8 Lettre à Joseph de Maistre du 10 septembre 1814 (ibid., p. 145).

9 Ces textes sont commentés ci-après dans la contribution d’Emiliano Ranocchi.

10 Extrait historique de l’Iliade, Центральний Державний Історичний Архів України (Archives Historiques Centrales d’État d’Ukraine, TsDIA) à Kiev, fonds 49/II, cote 2975, f. 22-36. Cité par P. Witkowski, art. cit., p. 179.

11 Ibid., p. 194.

12 E. Ranocchi, « Karlsbad lato 1785 », dans Rzeczy minionych pamięć, Studia dedykowane prof. Tadeuszowi Ulewiczowi w 90 rocznicę urodzin, Kraków, 2007, p. 419-447.

13 Bibliografia Literatury polskiej « Nowy Korbut », Varsovie, 1970, vol. 6*, p. 70, no 10.

14 Voir Kotwicz.

15 Lettre de Tadeusz Morski à Ignacy Potocki du 30 mars 1791, AGAD, Ap. 280.

16 Œuvres V, p. 273-274.

17 Ibid., p. 281-296.

18 Voir ci-après la contribution de D. I. Weber et E. I. Nosova.

19 L’Ethno-logie est également évoquée par un autre témoin de 1811, le comte de Lagarde-Chambonas, sous un titre un peu différent : Ethnologie ou connaissance des peuples considérés sous le rapport des langues, des races et familles. Pour plus de détails liés à ce sujet, voir P. Witkowski, art. cit., p. 180-182.

20 Œuvres I, p. 54-55.

21 Voir les annexes ci-après.

22 Voir Varsovie, 1974.

23 M.-E. Żółtowska, Un précurseur de la littérature fantastique : Jean Potocki, sa vie et son Manuscrit trouvé à Saragosse, Yale University, 1973.

24 Inmaculada Barrena (université de Bilbao, 2015), Lorenz Frischknecht (universités Paul-Valéry Montpellier 3 et Zurich, 2012: Frischknecht Lorenz, Jean Potocki romancier au travail, Paris, 2018, 386 p.), Marius Warholm Haugen (université technique de Trondheim, 2012 — voir Haugen), Maria Janoszka (université de Silésie à Katowice, 2015), Émilie Klene (université Paul-Valéry Montpellier 3, 2014 : Klene Émilie, Jean Potocki. L’Homme à l’épreuve du relatif, Montpellier, 2016, 431 p.), Pamela Obone Mbeng (université Paul-Valéry Montpellier 3, 2016) et Lena Seauve (université Humboldt de Berlin, 2014 : Seauve Lena, Labyrinthe des Erzählens. Jean Potockis Manuscrit trouvé à Saragosse, Heidelberg, 2015, 262 p.).

25 Rękopis znaleziony w Saragossie, wersja 1810, Kraków, 2015 ; la nouvelle traduction de la version de 1804 a été publiée par le même éditeur en 2016 sous forme de livre électronique.

26 La plupart des contributions ici réunies est issue de deux manifestations organisées dans le cadre des célébrations du bicentenaire de la mort de Potocki, l’une au palais de Łańcut, les 25-26 juin 2015, l’autre à la Bibliothèque polonaise de Paris, le 11 décembre 2015. Un autre colloque international a été organisé en 2015, à Francfort-sur-l’Oder ; une publication séparée de ses actes est à paraître en version trilingue (allemand-français-polonais).

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search