Version classiqueVersion mobile

Écritures du pouvoir et pouvoirs de la littérature

 | 
Sylvie Triaire
, 
Alain Vaillant

Avant-propos

Alain Vaillant

Texte intégral

1Si l'on néglige, un instant, les arguties conceptuelles et les débats méthodologiques, il est clair que toute la théorie littéraire est une longue réflexion – ou rêverie – sur le pouvoir de la littérature, sur ce pouvoir mystérieux des mots dont l'écrivain, par vocation artistique, aurait découvert le moyen de décupler l'efficacité. De cette vertu intemporelle du langage, le discours critique sur le Romantisme – disons sur le xixe siècle – a en outre inventé la version historienne, qui est à l'origine de l'extraordinaire renouveau des recherches littéraires sur le xixe siècle français, depuis près d'un demi-siècle. L'homme d'après 1789 aurait découvert l'Histoire : que l'Histoire a un pouvoir sur le réel et un sens, et qu'il lui revient de se saisir du premier pour influer sur le second. Là encore, l'auteur, parce qu'il est, plus que tout autre, libre et responsable de ses mots, aurait la mission de penser le modèle de cette historicité-là, ou, du moins, d'en élaborer l'image textuelle ; si bien que, désormais, toute poétique est, ipso facto, une politique.

2Tout cela est bien connu. Mais, justement, il ne sera pas question, dans cette troisième livraison de Lieux littéraires/La Revue, de ces deux images, triomphales et aveuglantes, de la Littérature et de l'Histoire, mais, au contraire, de ce qu'elles ont laissé dans l'ombre – ou à contre-jour. S'il est vrai, en effet, que le xixe siècle est sans doute destiné à réaliser, dans le long terme, les promesses de la Révolution, jamais pourtant l'Histoire n'a paru autant piétiner, revenir sur ses pas ou divaguer hors du sillon glorieux que les romantiques du début de siècle lui avaient par avance tracé. Alors que se met en place, lentement mais sûrement, l'économie du capitalisme industriel – nouveau type de pouvoir, autrement redoutable que le politique –, la France voit ainsi se succéder, à un rythme que ponctuent les violences collectives, civiles ou militaires, deux monarchies, deux empires, deux républiques, trois révolutions et un coup d'État (ou deux, si l'on compte comme tel le retour de Napoléon Ier, en 1815). Le pouvoir au xixe siècle est ainsi polymorphe, anamorphique et tétracéphale, sans cesse partagé ou disputé par le Prince, le peuple, la foule, le financier.

  • 1 Avant d'être un numéro de revue, cette idée a fourni le thème d'un colloque qu'a organisé le Centr (...)

3L'idée qui a présidé au présent numéro1 est que cette instabilité, ces soubresauts de l'histoire événementielle, ont joué un rôle déterminant dans les représentations que les écrivains se font d'une part du pouvoir politique, d'autre part de leur statut, de leur fonction et de leur propre pouvoir en regard du politique. À cette idée est aussi liée la conviction que, outre le problème des sources du pouvoir, des fondements de sa légitimité et de sa forme idéale, qui intéresse la théorie politique et l'utopie sociale, si fécondes au xixe siècle, l'écrivain, parce qu'il est un spécialiste de la parole performative et donc, à sa manière discursive, un homme d'action, est d'abord fasciné par la réalité du pouvoir, par les modalités concrètes de sa conquête comme de son exercice. Au cœur de la conception énergétique de la littérature qui est celle du romantisme, se love un obscur désir de violence, qui se nourrit des coups de force de l'Histoire.

*

4Un premier ensemble d'articles s'intéresse au regard que portent les auteurs – certains auteurs, qui ont tous problématisé la violence et son rapport avec le cours des choses humaines – sur l'Histoire réelle. Éric Bordas analyse ainsi comment le marquis de Sade, avec autant de subtile malignité que de cohérence, récrit l'histoire d'Isabelle de Bavière, reine de France. Gisèle Seginger, revenant sur la question, complexe et controversée, de l'idéologie de Flaubert, montre que son apolitisme, déclaré et nourri d'une profonde méfiance à l'égard de l'Histoire, doit être sensiblement nuancé si l'on envisage la pratique de l'écrivain. Patricia Mines suggère, contre une bonne partie de la critique hugolienne, que Victor Hugo, des Misérables à Quatrevingt-treize, a teinté de couleurs beaucoup plus sombres et pessimistes son image de la violence révolutionnaire, peut-être jusqu'à la palinodie. Chez Barbey d'Aurevilly, la dénonciation de l'apocalypse révolutionnaire ne fait, elle, aucun doute ; mais, pour Marie-Françoise Melmoux-Montaubin, l'essentiel est bien moins le discours réactionnaire du lecteur admiratif de Joseph de Maistre que la tentative littéraire de concevoir un nouveau lyrisme, qui tourne résolument le dos à la rhétorique terroriste des révolutionnaires. Enfin, d'un point de vue apparemment extérieur à la littérature, Ramón Camats i Guàrdia nous invite, en philosophe, à nous interroger au préalable sur les « émotions » du pouvoir, sur sa nature affective et infra-consciente qui explique, selon lui, les étonnantes affinités entre le littéraire et le politique.

5Un deuxième volet est consacré au pouvoir de l'écrivain, à ses réalités ou à ses représentations. Par l'intermédiaire de la littérature des Lumières et de Diderot, Stéphane Lojkine revient à la figure héroïque de Sénèque, philosophe et pourtant conseiller du sanguinaire Néron : pour l'auteur de L'Essai de Claude et de Néron, il n'y aurait d'engagement possible qu'au prix d'un « détachement » préalable, qui conditionne la poétique de l'œuvre. A l'inverse, Jean-Louis Darcel entreprend de démontrer que Joseph de Maistre, bien avant et malgré le succès public de ses écrits, s'est rêvé conseiller du Prince – mentor d'un tsar auquel il ambitionnait de communiquer, notamment sous la forme qu'il leur donne dans les Soirées de Saint-Pétersbourg, des leçons de philosophie politique. Mais, à mesure qu'on avance dans le siècle, le pouvoir de l'écrivain procède bien moins de l'autorité politique que de son image auprès du public, de la représentation de lui-même qu'il élabore au travers de sa personne ou de son œuvre. Dans une perspective large, José-Luis Diaz propose une esquisse historique de l'écrivain comme pouvoir ; Stéphane Vachon, pour sa part, décline les conceptions balzaciennes, du prince des lettres au parti des « intelligentiels ». Mais la question du statut de l'écrivain est indissociable de l'examen des doctrines juridiques ou des réalités économiques : dans ces deux domaines, il apparaît que le pouvoir prétendu ou revendiqué de l'homme de lettres repose sur des bases extraordinairement fragiles, voire illusoires : selon Sandra Travers de Faultrier, ce pouvoir fonctionne comme une fiction inévitable ; et Jean-Yves Mollier, en historien de l'édition, montre que l'écrivain, s'il est un roi d'un nouveau genre et sacré comme tel, est décidément un roi nu.

6Il est alors tentant, dans ces conditions, de loger le pouvoir de l'écrivain dans les secrets d'une écriture par nature singulière, dans l'ambition démesurée – ou plutôt incommensurable – qui anime tout auteur. Ambition utopique d'illuminer le monde et de communiquer un savoir encyclopédique, sous la forme à la fois érudite et totalisatrice qu'imagine le citoyen Dupuis et que retrace Claude Rétat. Ce désir d'explication s'accompagne souvent de la conviction fantasmatique de détenir un mystère, et d'en contrôler la divulgation : Chantai Massol-Bédoin rappelle à quel point cette obsession du secret est une des clés de La Comédie humaine. Victor Hugo, selon l'évolution qu'en retrace David Charles, résoud la contradiction en faisant naître le sujet de l'écriture grâce à l'exil – proscription ou mort – du personnage anecdotique de l'écrivain : processus de désindividuation où lecteur et auteur doivent idéalement se rejoindre. Mais comment l'autorité légitime que ce dernier rêve pour lui-même pourrait-elle se prémunir de la violence originelle qui gît dans toute rhétorique – dans la rhétorique de l'écriture aussi bien que dans celle de la politique, qu'il est si facile et si gratifiant de condamner ? C'est à surmonter cette aporie que la littérature du xixe siècle s'est épuisée, en même temps qu'elle se constitue et se renouvelle grâce à elle. Ainsi, pour Pascale Auraix-Jonchière, la doctrine réactionnaire de Barbey d'Aurevilly, partagée entre l'exacerbation de la violence et le désir d'harmonie, semble-t-elle née de ce questionnement de la rhétorique, et d'avance fissurée par lui. Si bien que, suivant la suggestion vertigineuse de Corinne Saminadayar-Perrin, l'écriture, en représentant et en désignant le pouvoir politique, s'acharnerait à vouloir expulser d'elle-même cette rhétorique maléfique qui, pourtant, est le pouvoir même, et avec laquelle elle devrait enfin se résigner à vivre – en y réfléchissant poétiquement.

*

7À la suite de ce premier ensemble, on trouvera, comme pour les deux numéros précédents, un dossier scientifique, cette fois consacré à la dernière-née des méthodes critiques, la génétique littéraire, et constitué sous la responsabilité de Sylvie Triaire : je renvoie donc à la présentation qui figure en ouverture. Mais il reste, pour terminer, à justifier deux anomalies de ce numéro.

8Anomalie chronologique : ce troisième numéro paraît en automne au lieu du printemps, après deux livraisons de l'année 2000 elles-mêmes tardives. Que le lecteur se rassure. Ces retards sont ceux des débuts : les deux numéros de l'année 2001 – dont celui-ci – auront paru à peu près simultanément, d'octobre à décembre 2001, et le calendrier, ainsi remis en ordre, sera désormais respecté à l'avenir.

9Anomalie rédactionnelle : compte tenu de la masse exceptionnelle d'articles publiés dans les deux livraisons 2001, nous avons choisi de répartir entre elles les deux sections qui figurent habituellement dans chaque numéro, à savoir le dossier scientifique et les « chantiers en cours », consacrés à des recherches en voie d'achèvement. Pour le 2001-1 (ce numéro), le dossier sur la génétique ; les comptes rendus de recherches figureront, eux, dans le 2001-2 (n° 4). Mais les numéros retrouveront leur physionomie normale en 2002, et durant toutes les années à venir.

Notes

1 Avant d'être un numéro de revue, cette idée a fourni le thème d'un colloque qu'a organisé le Centre d'études romantiques et dix-neuviémistes de Montpellier III, en collaboration avec l'équipe xixe siècle de l'université Denis Diderot/Paris VII, sous la responsabilité scientifique de Jean-Claude Fizaine et d'Alain Vaillant. Une partie des communications a été publiée dans le numéro précédent de Lieux littéraires/La Revue (n° 2, 2000-2), consacré à « Rythmes. Histoire, littérature, culture ».

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Volume papier

amazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search