Version classiqueVersion mobile

Vanités, compositions de la fin

 | 
Marie Blaise
, 
Sylvie Triaire

Taxidermie du savoir : figement linguistique et clichés de Flaubert à Ourednik

Florence Pellegrini

Résumé

Cet article se propose d’analyser les idées reçues flaubertiennes et les lieux communs ourednikiens comme autant de vanités littéraires. Devenues l’objet même de la fiction, les locutions figées révèlent, dans un double mouvement paradoxal, leur caractère inopérant tout autant qu’incontournable.

Texte intégral

  • 1 Patrik Ourednik, Histoire de France. À notre chère disparue, Paris, Allia, 2014.

1Histoire de France1, récit publié en 2014 par le tchèque Patrik Ourednik, est sous-titrée de l’épitaphe suivante : « À notre chère disparue ». Ce petit « roman didactique en douze chapitres », le premier écrit en français par son auteur, s’ouvre ainsi sur une double postulation : il est à la fois évocation d’une perte — la disparition d’un savoir, l’« Histoire » — et exhibition d’une forme figée — la « nature morte » de l’expression tombale qui dit, dans le même mouvement, l’inanité de la phrase toute faite et son caractère inévitable. Parce que incommensurable à sa formulation, le sentiment de la perte emprunte, pour se dire, une forme convenue, un tour éculé, syntagme dont la signifiance s’est estompée dans l’usage mais dont on ne sait ni ne peut se défaire. Précédée sur la couverture et la page de titre de la petite croix latine qui orne traditionnellement les faire-part de décès et les avis nécrologiques, la dédicace inaugurale place le récit sous le signe du deuil et du rituel social où la déploration se réduit en convention, la reconnaissance du style formulaire tenant lieu de consolation.

  • 2 Patrik Ourednik, Europeana. Une brève histoire du xxe siècle (2001), Paris, Allia, 2004.

2La procédure qui consiste à épingler la formule figée tout en lui reconnaissant une valeur d’inscription mémorielle, partant une valeur pragmatique de cohésion culturelle — le stéréotype recèle un contenu résiduel, opératoire sur le plan social en tant que signe de reconnaissance et modèle identificatoire —, n’est pas isolée : Patrik Ourednik conçoit précisément ses « histoires » — « Une brève histoire du xxe siècle » est le sous-titre d’Europeana2, son premier ouvrage traduit en français (2004) — comme autant de boîtes entomologiques, où collectionner perles discursives et stéréotypes culturels :

  • 3 Vaclav Richter, Rencontres littéraires, « Le xxe siècle vu par Patrik Ourednik », 2 mars 2002, Czec (...)

Il se peut que j’aie une oreille sensible pour les stéréotypes et la langue vide de sens [affirme Ourednik] et que je sois capable de reproduire cette langue en tenant compte du fait que cette langue vide de sens n’est jamais tout à fait vide, car il y reste toujours des résidus d’idées et d’idéologies se rapportant à des choses qui, au début, pouvaient être vivantes3.

  • 4 « La littérature prendra de plus en plus les allures de la science ; elle sera surtout exposante, c (...)
  • 5 « Très paradoxalement la banalité est invraisemblable tant que nous ne la mettons pas en forme : et (...)

À partir de la monstration — c’est-à-dire de l’« exposition », au sens flaubertien du terme4 — du « lieu commun », désigné à la fois comme lieu de vacuité et lieu communautaire5, le travail d’Ourednik en révèle la puissance — une tension entre constriction et cohésion — et en démonte les mécanismes d’engendrement.

  • 6 Publié en 1995 et réédité en République Tchèque en 2002, Annéevingt-quatre a été traduit en alleman (...)

3Depuis Annéevingt-quatre6, son premier récit de fiction publié en 1995 et directement inspiré de Je me souviens de Georges Perec, en passant par Europeana (2001, 2004), Instant propice 1855 (2004, 2006) ou Classé sans suite (2011, 2012), jusqu’à son dernier opus Histoire de France, les récits de Patrik Ourednik sont tous marqués par la fascination des listes et la manie de l’accumulation qui se fixe singulièrement sur les discours rapportés rendus en lieux communs.

  • 7 « Il livello collettivo è [...] rafforzato dal fatto che Ourednik, a differenza dei suoi predecesso (...)
  • 8 « [...] i cliché, i dettagli, i frammenti di discorsi, il luoghi comuni, gli automatismi e i tic », (...)

4Les « Je me souviens » discursifs d’Annéevingt-quatrequi véhiculent davantage la voix collective qu’une parole individuelle7 le disputent aux discours à l’origine indistincte d’Europeana, fondus dans la voix indifférenciée d’un « on » indéfini : « on a dit », « on a appelé » (Europeana, p. 7). Ainsi, au travers des « clichés, détails, fragments de discours, lieux communs, automatismes et tics8 » de langage, se révèlent un monde et une époque, une Histoire aussi : celle de la Tchécoslovaquie, le pays natal d’Ourednik ou celle de la France, son pays de résidence, dans Histoire de France, plus largement, celle de l’Europe, c’est-à-dire celle des Européens croqués dans leurs petits travers comme dans leurs grandes dérives, et dont les apostilles lapidaires d’Europeana, disposées en marge d’un texte qui se donne à lire comme un catalogue de lieux communs historiques, offrent un panorama édifiant.

5Europeana, ce sont des opinions diffuses et nivelées dans le désordre d’une énumération où le siècle passé et ses bouleversements se figeraient en un conglomérat discursif délirant. Mise à mal de toutes les théories à la manière dont Bouvard et Pécuchet de Flaubert — texte avec lequel Europeana affiche une évidente parenté — contrecarrait déjà toute prétention doxique, le récit d’Ourednik fait entendre une multitude de voix dont la diversité se résorbe dans l’indistinction. Accumulation de propos entendus, répétés, colportés avant que d’être oubliés et remplacés par d’autres formules aussi catégoriques qu’éphémères, le texte se collette aux poncifs pour en révéler la relativité autant que la portée oppressive. La « brève histoire » rapportée est celle des préjugés qui traversent le siècle et en modèlent une représentation convenue et dérisoire.

6Histoire de France propose, quant à elle, un condensé suranné de notre histoire nationale version image d’Épinal pour manuel scolaire de Troisième République : on y retrouve certains « grands personnages [qui] firent depuis toujours partie de l’Histoire de France. » Jeanne d’Arc — « Une vierge ? Cela reste à prouver » (p. 30) — y côtoie Charlemagne ou Clovis, qui « ne fut pas un personnage moderne », comme l’attestent ses « longs cheveux broussailleux » (p. 25) ; les Gaulois y sont vaincus par les Romains, « plus civilisés » mais comme eux « travailleurs et intelligents » (p. 9) ; révolutions et guerres s’y succèdent, tout comme, dans le désordre, Sarrasins et Saxons, Anglais et Irlandais et ou encore République, galanterie, modernité, démocratie. Paris, « ville-capitale du monde » (p. 34) s’y dresse en emblème d’urbanité et de bon goût car, dit le chapitre III, « La femme parisienne est [...] fine et racée » (p. 14) même si, c’est bien connu, « c’est surtout dans les régions éloignées de toutes les “mondanités” que l’on retrouve le génie propre à une nation » (p. 37).

7C’est donc à travers les romans de Patrik Ourednik — plus particulièrement Histoire de France et Europeana — et, à partir de l’œuvre d’Ourednik, à rebours de la chronologie, dans une remontée jusqu’aux Idées Reçues flaubertiennes, que j’aborderai la question de la vanité. Il me semble en effet que « l’idée reçue » chez Flaubert et le « lieu commun » chez Ourednik, relèvent de cette logique duelle de l’élaboration — perceptible dans la fixité et la reproductibilité syntaxique et les invariants lexicaux — et de la mise en scène dont on a pu caractériser la figure.

  • 9 La notion de « modalisation autonymique » ou « réflexive » s’appuie sur la théorie sémiotique de Jo (...)
  • 10 Gustave Flaubert, Bouvard et Pécuchet (1880), éd. Stéphanie Dord-Crouslé, Paris, Flammarion, « Garn (...)
  • 11 Gustave Flaubert, Le Dictionnaire des Idées Reçues, suivi du Catalogue des idées chic, éd. Anne Her (...)
  • 12 Éric Chevillard, « Un maître en subversion », Le Monde des livres, 13 janvier 2012 [critique de Cla (...)

8Ma proposition est la suivante : la locution — ou l’image — figée, répliquant inlassablement les mêmes structures et les mêmes motifs, et exposée en tant que telle, autrement dit la locution figée à la fois en usage et en mention — ce que Jacqueline Authier-Revuz nomme la « modalisation autonymique9 », peut se lire comme une « composition de la fin » : fin de l’Histoire chez Ourednik ou plutôt, dans sa réduction en lieux communs amassés, fin des discours qui prétendent la circonscrire ; plus largement, fin des discours gnomiques — on pense à Bouvard et Pécuchet10 — et exhibition de la vacuité du langage, définitivement inapte à rendre compte de la vérité des expériences humaines et qui réduit chacun de nous à un éternel psittacisme — c’est le célèbre chaudron fêlé de Madame Bovary, l’énumération aléatoire du Catalogue des idées chic ou la liste alphabétique du Dictionnaire des idées reçues11. La croyance en un « plein » du langage s’est évanouie au profit de la désignation de son aporie constitutive, dont le lieu commun ou l’idée reçue constituerait concrétion. « Prêt-à-dire » mais aussi « prêt-à-penser » — ou encore « prêt-à-faire », car l’idée reçue règle aussi bien les comportements que les discours —, la formule figée rappelle inlassablement le modèle, la tradition, mais surtout la norme collective dont elle est le reflet sans jamais plus renvoyer à ces « choses qui, au début, pouvaient être vivantes », sinon par quelque fugace réminiscence. À la fois pierre angulaire et pierre d’achoppement du récit, la formule figée est le rappel constant de la précarité et de la défaillance du langage — quelque part aussi, de la mort du sens — tout autant que de l’inéluctabilité et de la nécessité de convention. « Le jeu constant sur les clichés [construit une] méditation [tragi-]comique sur la langue, laquelle est à la fois notre seul mode d’appréhension du réel, notre unique chance d’en partager l’expérience, de s’entendre sur celui-ci, en somme, et le principe même du malentendu, instrument vicieux de la manipulation12. »

*

9« Clichés », « poncifs », « lieux communs », « idées reçues », « stéréotypes » : la désignation des expressions figées est plurielle et, si j’ai utilisé indifféremment l’un ou l’autre terme, il me faut à présent préciser leur différenciation sémantique.

  • 13 Béatrice Lamiroy, « Le figement : à la recherche d’une définition », Zeitschrift für Französische S (...)
  • 14 . Ibid.

10Tout d’abord, une précision théorique concernant la notion de « figement ». Indépendamment des nombreux travaux dont elle fait l’objet dans le champ linguistique, la notion demeure d’une définition aussi complexe que floue. Le figement linguistique recouvre un large spectre de contraintes syntaxiques et lexicales et peut renvoyer tout autant à de simples procédures de collocation ou des phénomènes de lexicalisation des unités compositionnelles — formation des mots composés — qu’à la constitution d’expressions idiomatiques ou d’énoncés proverbiaux. Certains points font toutefois consensus : « on s’accorde à dire que le figement constitue un phénomène central du langage [...], au sens qualitatif comme au sens quantitatif. Du point de vue cognitif [...], le figement semble être inhérent au langage naturel. À force d’être répétée, toute séquence peut finir par fonctionner de manière automatique et monolithique : la routinisation entraînerait la perte du sens des mots individuels qui au départ constituent la séquence, cette dernière étant traitée à la longue comme une seule unité sémantique13. » Trois critères essentiels de reconnaissance se dégagent : la non-compositionnalité du sens (aspect sémantique) — c’est-à-dire que le sens de séquence lexicalisée n’est pas la somme des sens des unités qui la constituent —, la non-substituabilité paradigmatique (aspect lexical) et la non-modifiabilité (aspect morphosyntaxique). Enfin, un « aspect essentiel du figement sur lequel les experts tombent d’accord est son caractère graduel. Le figement n’est pas un phénomène absolu, il s’agit au contraire d’un continuum, à décrire en termes de degrés14 ».

11Ainsi, relèvent du figement des expressions aussi disparates que :

  • 15 Ce sont ces énoncés de type proverbial qu’Igor Mel’cuk désigne sous le terme de « clichés » : « un (...)

Tirer les leçons du passé (périphrase verbale figée, Europeana, p. 17, je souligne) ;
— Le monde court à sa perte (énoncé gnomique, Europeana, p. 10) ;
— La nature est perverse (énoncé gnomique, Europeana, p. 96) :
— L’homme est en fait un singe (énoncé gnomique, Europeana, p. 96)15 ;
— Courage et prévenance sont les principales qualités de l’homme français, qu’il vive à la campagne, dans un bourg ou dans une grande ville. Prêt à en « découdre », il ne fait pas « dans la dentelle » lorsqu’il s’agit de « courir sus » à l’ennemi (clichés + expressions idiomatiques, Histoire de France, p. 10) ;
— La vue de cette noce amena Bouvard et Pécuchet à parler des femmes, — qu’ils déclarèrent frivoles, acariâtres, têtues. Malgré cela, elles étaient souvent meilleures que les hommes ; d’autres fois elles étaient pires. (clichés, Bouvard et Pécuchet, p. 49, je souligne)

  • 16 Walter Lippman, Public Opinion, New York, Penguin Books, 1922, Pelican Books, 1946.

Mais se rattachent également à la problématique du figement des expressions qui, quoique nettement moins contraintes sur le plan morphosyntaxique, véhiculent des représentations figées, que celles-ci relèvent du préjugé ou d’une doxa d’époque ; il s’agit « d’images dans notre tête » comme l’a pittoresquement noté en 1922 le journaliste Walter Lippman à propos du stéréotype16, de constructions mentales prégnantes, qui se caractérisent par leur caractère reproductif et polylexical :

— Et les Espagnols dansaient le flamenco et les Tziganes lançaient des regards noirs et les Russes étaient arrogants et les Suédois pragmatiques et les Juifs rusés et les Français insouciants et les Anglais prétentieux et les Portugais attardés. Mais l’essor de la société de consommation et des moyens de communication a peu à peu uniformisé la vie des gens en Europe et certains sociologues et historiens ont estimé qu’on ne pouvait plus penser en termes de nationalités et ils disaient que le trait saillant de la société occidentale développée était le cosmopolitisme et que les Allemands ou les Roumains ou les Suédois etc. n’existaient pas et que ce n’étaient que des auto-projections de préjugés et de stéréotypes sociaux (Europeana, p. 149) ;
— Paris possède la plus grande bibliothèque et les plus beaux musées du monde.
On prend du café et d’autres boissons dans les cafés ; on lit les journaux, on y joue au billard, on y discute du progrès et de la modernité. On déjeune, dîne et soupe dans les restaurants. On peut boire de la bière blonde ou brune dans les brasseries. On demande : « Garçon, un bock ! » [« Garçon, un bock ! » est le titre d’une nouvelle de Maupassant publiée en 1884] (Histoire de France, p. 13) ;
— BADAUD : Tous les Parisiens sont des badauds — car à Paris, on ne travaille pas (Le Dictionnaire des Idées Reçues, p. 52) ;
— Les voyages enrichissent l’esprit de l’homme. [...] Il faut préparer son voyage avec soin. Il est bon et utile de se renseigner avant de se « lancer dans l’aventure ».
Avant toute chose il est nécessaire de fixer l’itinéraire qu’on se propose de suivre, et déterminer les endroits par où on compte passer. Puis on consulte l’indicateur des chemins de fer pour connaître les heures de départ et d’arrivée.
Ensuite le voyageur achète les articles de voyage nécessaires, une malle, un panier de voyage, une couverture, un carton à chapeaux, une casquette de voyage, un parapluie (Histoire de France, p. 17) ;
— Et avant d’entreprendre des explorations nouvelles, ils consultèrent le Guide du voyageur-géologue par Boué.
Il faut avoir, premièrement, un bon havresac de soldat, puis une chaîne d’arpenteur, une lime, des pinces, une boussole, et trois marteaux, passés dans une ceinture qui se dissimule sous la redingote, et « vous préserve ainsi de cette apparence originale, que l’on doit éviter en voyage. » (Bouvard et Pécuchet, p. 137) ;
— La fin de l’Histoire (Europeana, p. 150).

Au-delà de la contrainte morphosyntaxique, diversement actualisée — « Tous les Parisiens sont des badauds » ou « Les voyages enrichissent l’esprit de l’homme », « se lancer dans l’aventure » relèvent, dans leur forme proverbiale et leur reproductibilité en tant que tout, parfois soulignée par les guillemets, de ce qu’Igor Mel’cuk désigne sous le terme de « cliché » mais d’autres énoncés manifestent un degré moindre de figement — les formulations ont en partage des associations préconstruites d’idées et d’images : la préparation optimale d’un voyage, l’équipement impératif du « géologue-voyageur » ou encore les représentations sociologiques des peuples.

12Ce n’est ainsi pas un hasard si les substantifs qui désignent ces images figées « dans notre tête » — « clichés », « poncifs » et « stéréotypes » — ont en commun une origine iconique : gravure, dessin ou composition typographique pour le « cliché », qui désigne une plaque métallique d’imprimerie en relief destinée à la reproduction des motifs en grand nombre — le terme apparaît comme déverbal de « clicher » en 1809 ; son usage métaphorique est attesté en 1866 — ; dessin pour le « poncif » qui est une feuille de papier perforée selon les contours du motif à reproduire à l’aide d’une « ponce », sachet de poudre colorante — le terme est attesté dès le xviie siècle mais il faut attendre le xixe pour la diffusion du sens péjoratif et figuré — ; gravure ou série typographique imprimée à partir d’une forme obtenue par coulage de plomb dans une empreinte métallique pour le « stéréotype » (1803). Les trois termes actualisent les sèmes de la modélisation et de la reproduction — à grande échelle pour « cliché » et « stéréotype », lexies de l’ère industrielle —, et, corrélativement, à partir de la pensée romantique de l’originalité face à la trivialité commune, celui de la banalité, de la platitude, du médiocre.

  • 17 Ruth Amossy, Anne Herschberg Pierrot, Stéréotypes et clichés, Paris, Nathan, 1997, Armand Colin, «  (...)
  • 18 Ibid., p. 21.

13Les « lieux communs », quant à eux, héritiers des topoï, relèvent de la tradition et ce n’est que progressivement que l’expression se connote péjorativement : l’identification des « lieux communs » avec les sentences par les théories de la Renaissance participe de leur ultérieure réification et La logique de Port-Royal (1662) condamne le recours aux lieux communs « au nom de la spécificité du sujet et de la vérité17 ». « La valeur péjorative des lieux communs devient prédominante au xviiie siècle. Au xixe siècle, leur critique répond au refus des modèles communs de parole et de pensée. [...] Les lieux communs sont liés à la conversation, qui devient le champ d’exercice par excellence de l’opinable. Le roman s’en fait l’écho, de Stendhal [lieux communs de la province dans Lucien Leuwen] à Balzac [lieux communs de l’homme habile dans César Birotteau] et à Flaubert18 » :

— Étrange besoin, est-ce un besoin ? — Elles [les femmes] poussent au crime, à l’héroïsme et à l’abrutissement ! L’enfer sous un jupon, le paradis dans un baiser — ramage de tourterelle, ondulations de serpent, griffe de chat ; — perfidie de la mer, variété de la lune — ils dirent tous les lieux communs qu’elles ont fait répandre. (Bouvard et Pécuchet, p. 254)

  • 19 Anne Herschberg Pierrot, « Clichés et idées reçues : éléments de réflexion », Le cliché, textes réu (...)
  • 20 Ibid., p. 31.

Les « idées reçues », enfin, manifestent une différence sémantique notable par rapport aux termes précédents, car elles « traversent la banalité pour atteindre la question de l’opinion et du jugement (opinion au sens d’opinion publique, et au sens d’avoir une opinion). Nées au milieu du xviiie siècle, les “idées reçues” n’acquièrent leur sens d’aujourd’hui que vers le milieu du xixe siècle, chez Flaubert19 [...]. » « L’idée reçue se distingue du cliché (et du lieu commun pris au sens du xixe siècle, celui de la trivialité, de la banalité), en ce sens qu’elle n’est pas simplement banale, ressassée, répétée. Si la reprise inchangée d’une même formule crée le cliché de style ou le lieu commun, c’est l’acceptation sans discussion qui fait l’idée reçue. La notion d’idée reçue souligne une dimension du cliché qui reste tacite, tant qu’il n’est pas relié à l’idée reçue (comme le fait Flaubert en insérant des clichés de style dans son Dictionnaire des idées reçues) : le rapport à l’autorité20. »

  • 21 Anne Herschberg Pierrot, « Histoire d’“idées reçues” », Romantisme, 86, Langue et idéologie, 1994, (...)
  • 22 Anne Herschberg Pierrot, « Clichés et idées reçues : éléments de réflexion », op. cit., p. 33.

14Anne Herschberg Pierrot a consacré plusieurs travaux à la notion d’idée reçue : dans un article paru en 1994 dans Romantisme21, elle a en particulier étudié la genèse de la lexie « idée reçue » et note que « c’est véritablement Flaubert qui consacre le syntagme “idées reçues” (il invente même un singulier : une idée reçue) en lui donnant une valeur absolue et en en faisant un thème de définition. Les idées reçues appartiennent au pouvoir du nombre, des majorités, qui assoupit les consciences, et le pouvoir de la réflexion. [...] La perspective est devenue uniformément péjorative. À la critique du jugement, venue du xviiie siècle, se joint la critique romantique de la norme, des conformismes du pouvoir. La question du cliché, sans que le terme soit employé, est par là même impliquée : à la fois parole figée, association toute faite reçue des autres, rhétorique dont le moule fonctionne à vide, et signe du nombre22. »

15La problématique de l’idée reçue a partie liée avec le sociétal et le politique ; c’est cette dimension qui est en jeu déjà dans Madame Bovary et, plus radicalement, dans L’Éducation sentimentale ou dans Bouvard et Pécuchet sans parler du Dictionnaire des idées reçues, tout comme dans les romans de Patrik Ourednik. Clichés, lieux communs, idées reçues se révèlent dans toute leur force coercitive, discours labiles et diffus, propos sans origine ou à l’origine indistincte — ce que restitue la nomenclature alphabétique du Dictionnaire — transitant d’un individu à l’autre pour dessiner le panorama idéologique d’une époque.

— On a dit de la Première Guerre mondiale que les gens y tombaient comme des graines et les communistes russes ont calculé combien un kilomètre de cadavres pouvait donner d’engrais et combien ils économiseraient en coûteux engrais étrangers s’ils se servaient des cadavres de traîtres et de criminels. Et les Anglais inventèrent les chars d’assaut et les Allemands un gaz qu’on a appelé ypérite parce qu’ils l’auraient utilisé pour la première fois près de la ville d’Ypres mais on a dit plus tard que ce n’était pas vrai. (Europeana, p. 7)
— Certains historiens ont dit plus tard que le vingtième siècle n’avait en fait commencé qu’en 1914 quand la guerre avait éclaté parce que c’était la première guerre de l’histoire où il y avait autant de pays engagés et autant de morts et où les dirigeables et les aéroplanes bombardaient l’arrière et les villes et les populations civiles et les sous-marins coulaient les bateaux et les canons tiraient par-dessus les lignes à douze kilomètres de distance. (Europeana, p. 8-9)
— Mais d’autres historiens disaient qu’en réalité le vingtième siècle avait commencé plus tôt lorsqu’avait éclaté la révolution industrielle qui avait bouleversé le monde traditionnel avec l’invention des locomotives et des bateaux à vapeur. (Europeana, p. 10)
— À la fin du dix-neuvième siècle les gens des villes attendaient le siècle nouveau avec impatience parce qu’ils avaient le sentiment que le dix-neuvième siècle avait tracé les voies sur lesquelles l’humanité allait s’engager résolument et que dans le futur tout le monde pourrait téléphoner et voyager sur des bateaux à vapeur et se déplacer en métropolitain et prendre des escaliers roulants munis de rampes mobiles et se chauffer avec du charbon de qualité et prendre des bains une fois par semaine et communiquer ses pensées et ses désirs à travers l’espace et à la vitesse de l’éclair grâce au télégraphe électromagnétique et à la télégraphie sans fil. (Europeana, p. 16)
— À la fin du vingtième siècle les gens se demandaient s’ils devaient fêter le début du nouveau millénaire en 2000 ou seulement en 2001. (p. 19)
— Et certains disaient que la fin du monde était pour bientôt tandis que d’autres disaient qu’elle était pour plus tard. Et les anthropologues disaient que l’idée de fin du monde était importante pour les individus et la collectivité parce qu’elle permettait d’évacuer la peur et l’agressivité et d’accepter sa propre mort. Et les psychologues disaient qu’il importait que l’individu décharge son agressivité et que le mieux était de pratiquer la compétition sportive parce qu’elle permettait de décharger son agressivité et faisait beaucoup moins de morts que la guerre. (Europeana, p. 28)

  • 23 Franc Schuerewegen, « Muséum ou Croutéum ? Pons, Bouvard, Pécuchet et la collection », Romantisme, (...)

16« Europeana, ce sont des opinions diffuses et nivelées dans le désordre de l’énumération comme dans un muséum-croutéum23 où le siècle passé et ses bouleversements se figeraient en une compression extravagante de fragments de la Bibliothèque mondiale, rayon “histoire”, ou “politique”, ou”psychanalyse”, ou “appareils électroménagers”, c’est selon.

  • 24 « Certains historiens ont dit plus tard... » (Europeana, p. 8) ; « Mais d’autres historiens disaien (...)
  • 25 Florence Pellegrini, « Europeana de Patrik Ourednik. Une brève histoire critique du xxe siècle en f (...)

17Des “historiens” qui “disent” — et qui ne disent pas tous la même chose24 — aux “anthropologues” (p. 147) et aux “philosophes” (p. 141) en passant par “les jeunes gens” (p. 102), les “gens” tout court (p. 16), “on” ne sait qui, le texte fait entendre une multitude de voix dont la multiplicité s’efface dans l’indistinction formelle : stylistiquement homogènes — énonciation distanciée ou dépersonnalisée, utilisation minimale de la ponctuation (aucune virgule, aucun point-virgule, aucune ponctuation expressive), parataxe et clausule non conclusive par le “et” ou le “etc.” —, les énoncés rapportent sur le mode constatif espoirs et croyances d’une époque, peurs et jugements, tentatives explicatives et dogmes de tout crin25. »

  • 26 Patrik Ourednik, écrivain tchèque, Cercle de Réflexion, Soirée littéraire de la Représentation en F (...)

18La mise en aplat énonciatif, du même ordre que celle que l’on peut trouver dans Bouvard et Pécuchet ou dans le Dictionnaire, participe d’une dénonciation de la portée oppressive de l’opinion fors de laquelle il ne semble pas exister de possibilité de parole. Sauf peut-être poétique — c’est la postulation flaubertienne —, le récit fonctionnant alors comme un révélateur : dans l’ambiguïté de cette falsification assumée que constitue l’intégration narrative des idées reçues, le récit « fait spectacle » de la faillite du langage mais accueille, progressivement, une restitution du réel dans son hétérogénéité et sa complexité. Dans cette chambre d’échos qu’est Europeana, caisse de résonance où circulent et s’affrontent les voix concurrentes et pourtant semblables des discours prégnants, la restitution de la « rhétorique » et de la « syntaxe » d’une époque — en l’occurrence le xxe siècle — est ce « procédé » par lequel Ourednik « fabrique » — c’est-à-dire restitue et expose — « la réalité26 ».

  • 27 Ibid., p. 14.

L’idée de ce livre [explique Ourednik] a été de concevoir le vingtième siècle non pas comme un thème ou une thématique mais comme figure littéraire. Je m’étais demandé s’il était possible de mettre en scène un laps de temps donné sans avoir recours aux schémas habituels, un récit plus ou moins intimiste ou pour le moins individualisé. Qui dit pas de personnage, dit, si possible, pas de narrateur non plus. Il m’a semblé que c’était possible à condition que la langue, que le langage, que le discours eux-mêmes deviennent leurs propres narrateurs. De ce point de vue, il y a trois narrateurs dans ce livre. Puisque, phase suivante, je m’étais posé la question de savoir quels seraient éventuellement les trois mots [...] qui refléteraient, exprimeraient le mieux possible ce laps de temps donné.
J’avais pensé tout d’abord au chaos mais je l’ai aussitôt rejeté, le chaos étant propre à l’Histoire dans son ensemble et n’étant pas spécifique au xxe siècle. Mais ce mot m’a amené à un autre qui m’a paru tout à fait adapté à savoir la précipitation. Je crois que ce siècle a été en effet plus précipité que d’autres. Ce qui pour moi voulait dire essayons d’écrire un texte précipité. Second mot-clé, l’infantilisme — qui est une autre particularité, me semble-t-il, du xxe siècle, avec tout ce que ça implique, depuis cette image romantico-marchande de la juvénilité jusqu’au refus d’assumer ses faits et gestes. Pour moi, cela voulait dire, essayons d’écrire un texte enfantin, un texte qui aurait pu être finalement dicté par un gamin récitant sa leçon au tableau ou par un idiot du village. Et puis, troisièmement, ce siècle a été scientiste : introduisons donc un vocabulaire vaguement scientiste si possible dans toute sa vacuité. Ce sont ces éléments-là qui ont donné au livre sa forme [discursive] et son contenu, ce sont ces éléments-là qui en sont, non les personnages, mais les trois narrateurs27.

  • 28 Ruth Amossy, Anne Herschberg Pierrot, Stéréotypes et clichés, op. cit., p. 31.
  • 29 Ibid.

19« Précipité », au sens physique de « corps solide obtenu par réaction de substances en solution » — l’image suggère un raccourci de pensée —, « infantilisme », « scientisme » : la logique bouvardo-pécuchetienne imprègne le roman si ce n’est qu’au contraire de l’idée reçue flaubertienne, le lieu commun ourednikien semble conserver une valeur positive de cohésion, élément fédérateur de reconnaissance sociale et d’adhésion. En cela, Ourednik est bien un homme de son temps — et Flaubert un sceptique du sien —, qui a retenu la leçon des sciences sociales, reconnaissant au stéréotype une fonction de médiation sans laquelle le réel nous serait incompréhensible. Au cours du xxe siècle, en effet, le stéréotype est devenu « l’objet d’une réhabilitation qui permet de souligner ses fonctions constructives28 », concept opératoire pour « analyser le rapport de l’individu à l’autre et à soi, ou les relations entre les groupes et leurs membres individuels29. » Il y a quelque chose de cet ordre dans la désignation par Ourednik du lieu commun comme « lieu communautaire », régulant le vivre-ensemble ; concrétion inepte à laquelle s’affronter, le lieu commun est aussi le seul « lieu de mémoire » possible, partant le seul lieu d’émotion partagée — je renvoie ici en particulier à Année vingt-quatre.

20Il me semble pourtant qu’Histoire de France opère un « tour supplémentaire » dans le pessimisme d’Ourednik, qui dénie non seulement aux clichés leur valeur résiduelle mais encore au récit de fiction qui les expose toute capacité expressive.

21Histoire de France revisite notre histoire nationale par le poncif dans une forme extrêmement concise au dispositif énonciatif ambigu. L’énonciation est majoritairement non ancrée avec, parfois, l’apparition d’un « nous » collégial dont l’inscription spatio-temporelle reste problématique : en l’absence de tout toponyme ou de toute date, l’origine de la parole doit être reconstruite à l’aide de maigres indices discursifs, images empruntées aux manuels scolaires de nos aïeux ou tours au présent gnomique version « sagesse des nations ».

— La religion peut être utile si elle est pratiquée avec discernement. Dieu n’existe pas mais le Mystère de l’Univers reste entier. La science découvrit que l’Univers était dépourvu de centre. Cela est une bonne chose, pense l’instituteur, car ainsi il n’y a pas, dans l’Univers entier, d’observateur privilégié de la voûte céleste. Y a-t-il d’autres Républiques dans les astres ? Leurs citoyens y jouissent-ils des mêmes droits que nous ? Que de mystères ! (VI, p. 21-22)
— Ceux qui disent que les femmes ne devraient pas apprendre à lire ni se mêler de la politique ont tort. Les femmes sont parfois plus intelligentes que certains hommes. Même si ce n’est pas toujours le cas ; ça, non ! Et Marcel de rire bruyamment.
Il est vrai que nous autres les Français aimons rire de bon cœur. Même les bossus, en France, aiment beaucoup à rire, et c’est pourquoi on dit « rire comme un bossu », c’est-à-dire aux éclats, à gorge déployée, comme un fou. Mais le rire n’empêche pas la réflexion, ni l’intelligence. C’est pour cela qu’on peut faire confiance à la nation pour choisir les meilleurs d’entre nous.
Oui, un jour les femmes pourront aller au scrutin et liront aussi vite que les hommes. Pardienne ! Les femmes ne sont pas des nègres, ni des bêtes sauvages ! (VI, p. 23-24)

L’Histoire de France s’y raconte au passé simple, vue depuis l’école de Jules Ferry, articulée autour des « grands personnages » qui la « firent » (Chapitre VII, p. 25) — Jeanne d’Arc, Charlemagne, Clovis — et de la figure emblématique de l’instituteur. La logique à l’œuvre dans les enchaînements narratifs est celle de la kyrielle, chaque nouveau sujet étant introduits par le biais des derniers mots qui clôturent le paragraphe précédent.

À l’école l’instituteur nous a appris comment naquit la France. Peu de gens sont au courant.
Les Romains attaquèrent les Gaulois qui se battaient vaillamment, mais les Romains, étant plus civilisés, furent les plus forts et ils prirent la Gaule. Les Gaulois, les Romains et les Francs étaient travailleurs et intelligents.
Plus tard, les Français inventèrent la Galanterie et la Révolution. Ils se battirent avec bravoure contre les ennemis de la nation mais restèrent attentifs aux désirs des femmes.
Autrefois, pour exprimer leurs désirs, les femmes des grandes villes laissaient tomber leur mouchoir de dentelle orné d'initiales. L’homme le ramassait alors avec diligence, gravant rapidement les initiales dans sa mémoire avant de rendre le petit linge à sa propriétaire. Aujourd’hui, à ce qu’on dit, il est des femmes qui au « jeu de mouchoir » préfèrent trébucher contre le bord d’un trottoir et choir dans les bras de l’homme de leur cœur. (II, p. 9-10)

22L’impression produite est celle d’une leçon apprise par cœur et récitée mécaniquement dans un raccourci compact, plus attentif à la lettre qu’à l’esprit du discours, dans un psittacisme accru confinant à l’écholalie. Il y a du Bouvard et Pécuchet dans Histoire de France, mais un Bouvard et Pécuchet dont on aurait accentué la concision et la prévisibilité doxique. Car, dans la brièveté opératoire du roman — opératoire parce que la forme brève accentue l’effet de concrétion —, l’on retrouve tous les lieux communs attendus, qui transitent à la fin du xixe et au début du xxe siècles : l’histoire comme progrès, l’instruction qui « éclaire » les peuples, la démocratie, la république et l’harmonie universelle en ligne de mire — une certaine idée du « sens de l’histoire ».

À grands pas, le monde se fraie le passage vers la modernité et la démocratie. Les rues des grandes villes sont éclairées au gaz ou même à l’électricité. De nombreuses maisons particulières ont adopté le brûleur à bec renversé ; souvent il y a plusieurs becs dans chaque pièce.
Lorsque l’électricité éclairera le monde entier, les nations et les peuples seront eux aussi éclairés, car tous bénéficieront de l’instruction gratuite, et il n’y aura plus de guerres. Le drapeau de la République universelle flottera sur les bâtiments publics. Les hommes éliront ceux qui les représenteront à l’Assemblée nationale, en prenant bien soin de ne pas se tromper et après avoir pris connaissance de l’avis de leur femme. (VI, p. 22-23)

En contre-point, persistent obstinément des préjugés moins utopistes mais tout aussi prégnants qui décousent cette belle trame idéaliste :

Chaque race a ses caractéristiques répondant aux conditions de vie particulières. La peau sombre des Zouaves est la conséquence naturelle d’un climat fortement ensoleillé. La peau noire des nègres est due à un excès de soleil ; et c’est ce même excès qui empêche leur intelligence de se développer. (IX, p. 33)

Ailleurs, ponctuation expressive et formules optimistes qui dessinent, à coup d’images convenues — « cochons robustes », « enfants allègres » et « cheva[ux] fougeux » —, l’avenir radieux des « nations civilisées » (chapitre VIII, p. 29), laissent également percevoir une charge ironique dont la « modernité » fait les frais.

L’usage de la lumière électrique, surtout dans les campagnes, sera le meilleur garant de la civilisation. Car que faut-il à un homme qui ne demande qu’à s’élever ? Qu’il voie plus de gaité autour de lui ! Or, la lumière électrique y contribue puissamment, en hiver surtout. Davantage de rires dans la famille, plus de gaité dans le village ! Les enfants, allègres, seront davantage incités à l’exécution de leurs devoirs scolaires et l’étable et la porcherie mieux éclairées seront elles aussi mieux tenues. Nos vaches et nos cochons deviendront plus robustes et éviteront à l’avenir toute maladie. La nourriture deviendra saine, à l’instar des hommes eux-mêmes.
Nos enfants se protègeront de la rigueur des hivers en mangeant de la viande tous les jours de la semaine. Le saindoux sera à volonté ; les tripes abonderont ; les friandises ne seront plus l’apanage des gens de ville. L’alimentation riche et nourrissante sera à la portée de tous.
Dans les villes d’abord, puis dans les campagnes, l’hygiène se propagera, telle un cheval fougueux : l’eau courante arrivera d’elle-même dans nos maisons, des crachoirs seront installés dans les mastroquets, des urinoirs publics orneront nos places et nos jardins ! Car l’hygiène est importante, mais la liberté aussi. (XI, p. 40)

Si le récit décline, dans une énumération que chaque chapitre mène un peu plus avant, toutes les marques de la « civilisation », depuis la fée électricité jusqu’à la nourriture saine et abondante — la civilisation, c’est le saindoux plus l’électricité ! — en passant par l’hygiène et l’instruction, force est de constater que les lendemains qui chantent semblent renvoyés dans un futur indéterminé alors que « l’amitié entre les Peuples » (VIII, p. 29) escomptée pourrait bien n’être qu’une chimère : « en attendant, il est indispensable de vaincre l’ennemi. Une fois vaincu et humilié, il comprendra que l’animosité ne fait que retarder la marche vers l’Humanité unie. » (chapitre VIII, p. 29) Les idées reçues cèdent le pas au pragmatisme ; l’avalanche des discours est comme prise en défaut par le principe de réalité. Ou plutôt, les idées reçues euphoriques cèdent le pas à d’autres idées reçues, nettement plus inquiétantes, dans lesquelles s’impose la violence — « plus la portée de nos canons est longue, plus la guerre est joyeuse et pittoresque » (VIII, p. 30) —, l’harassement — « Les savants ont découvert que nos ancêtres, les grands singes, ne travaillaient que deux heures par jour. Nous travaillons beaucoup plus, de nos jours : c’est le prix du progrès ! » (XI, p. 40), la bêtise — « l’eau courante arrivera d’elle-même dans nos maisons, des crachoirs seront installés dans les mastroquets, des urinoirs publics orneront nos places et nos jardins ! car l’hygiène est importante, mais la liberté aussi. » (XI, p. 41).

23À tel point que le dernier chapitre, réduit à un paragraphe, interrompt le « coq-à-l’âne » approximatif des consécutions narratives pour céder la place à un constat d’échec :

Dans l’ancien temps on pensait que les malheurs arrivaient en témoignage de l’indignation et de la fureur de Dieu, lequel envoyait des fléaux et des calamités de toute sorte afin que les gens soient plus religieux. Nous savons aujourd’hui que ce ne sont là que des balivernes. Mais le Destin, lui aussi peut parfois nous jouer de mauvais tours. Il arrive dans la vie d’un homme des choses si cruelles et si pitoyables qu’il est impossible de les imaginer. La Littérature, la Poésie elle-même ne pourra jamais exprimer toute cette abomination. (XII, p. 42)

Il y a une rupture de ton — de prise en charge énonciative aussi — manifeste dans les deux dernières phrases. Comme s’il s’opérait un glissement du « nous » narrateur-personnage, témoin d’une époque disparue — « nous savons aujourd’hui que ce ne sont là que des balivernes » —, à un « nous » plus générique, susceptible d’englober à la fois le lecteur et le narrateur-auteur — « le Destin [...] peut parfois nous jouer de mauvais tours ». Le déictique « aujourd’hui » renvoie à un présent de l’énonciation, réactualisé par le présent de la lecture, alors que la généralité impersonnelle de l’énoncé — « il arrive », « il est impossible », « la littérature ne pourra jamais » — lui confère une valeur de maxime désabusée, dans laquelle lire une mise en abyme du récit. « Vanité des vanités », en quelque sorte, que cette clausule réflexive, qui réplique le processus de clichage pour proclamer, d’une sentence, l’insuffisance non plus de la parole commune mais de la parole poétique. Est-ce là l’enseignement à retirer de ce « roman didactique » ? Peut-être, si l’on considère que Patrik Ourednik préfère actuellement se consacrer à son activité de traducteur plutôt qu’à son travail d’écrivain.

*

  • 30 Remy de Gourmont, Esthétique de la langue française, 1899.

L’imitation est la souillure inévitable et terrible qui guette les livres trop heureux : ce qui était original et frais semble une collection ridicule d’oiseaux empaillés ; les images nouvelles sont devenues des clichés30.

  • 31 Patrik Ourednik, Classé sans suite (2011), Paris, Allia, 2012.

La métaphore taxidermiste de Remy de Gourmont imprègne l’imaginaire littéraire de Gustave Flaubert comme celui de Patrik Ourednik : Viktor Dyk, le héros de Classé sans suite31, collectionne les coléoptères qu’il « épingle » lors de ses déambulations dominicales dans Prague :

En son temps, au mitant du siècle dernier, il s’était [...] mis à [...] collectionner [les coléoptères] ; le dimanche il arpentait les parcs avec une pince à épiler, un coussinet de couture planté d’épingles et un encrier avec bouchon à vis. Les carabes et les capricornes formaient le gros de sa collection (p. 9).

Félicité, la servante d’« Un cœur simple » fait empailler Loulou, son perroquet, avant que de le confondre avec le saint Esprit. Et il n’est jusqu’au récit zolien — avec d’autres modalités et d’autres finalités semble-t-il — qui ne soit traversé par l’image des « boîtes entomologiques ». On peut, par exemple, lire en ce sens l’épisode inaugural de La Fortune des Rougon consacré aux visites de Pascal Rougon à la « ménagerie » du « salon jaune » de sa mère. Plus largement, le personnage de Pascal, en naturaliste « ramenant à la race humaine les observations qu’il lui était permis de faire sur la façon dont l’hérédité se comporte chez les animaux », appréhende ses semblables comme autant de spécimens à catégoriser et à classer : sa boîte à lui, ce sont ses « dossiers » et surtout ce fameux arbre généalogique, seul document épargné dans l’autodafé concerté par sa mère dans Le Docteur Pascal, ultime roman du cycle des Rougon-Macquart. La logique des boîtes entomologiques est duelle : à la fois taxinomique et taxidermiste, elle collationne et ordonne en même temps qu’elle fige dans une forme sérielle et archétypale. Elle réduit mais préserve, sclérose mais donne à voir, et, dans la multiplicité qu’elle expose, réplique la forme vivante qu’elle évide pourtant.

  • 32 Dan Sperber et Deirdre Wilson, « Les ironies comme mentions », Poétique, 36, 1978.

24La métaphore entomologique — et plus encore taxidermiste — me semble ainsi opératoire pour mon propos : elle joue à la fois sur le vivant et sur le mort — l’apparence de la vie et la mort effective —, sur l’idée de (re)-composition et de spectacle, de construction et de mise en scène, de modélisation et d’exhibition, fût-ce dans une boîte ou la vitrine d’un musée d’histoire naturelle. La modalisation autonymique des clichés, idées reçues et lieux communs réalise cet « empaillement spectaculaire » des locutions et des images figées et peut s’envisager comme une « composition de la fin », révélatrice du vide intrinsèque du langage. Au-delà de la « mention » qui caractérise l’ironie32, la combinatoire de l’usage persistant du cliché — on fait « comme si » il était encore productif — et de sa mention — on le désigne ironiquement comme « parole gelée » — scelle la vanité des discours de savoir, tout en rappelant que nous y sommes irrémédiablement condamnés.

Notes

1 Patrik Ourednik, Histoire de France. À notre chère disparue, Paris, Allia, 2014.

2 Patrik Ourednik, Europeana. Une brève histoire du xxe siècle (2001), Paris, Allia, 2004.

3 Vaclav Richter, Rencontres littéraires, « Le xxe siècle vu par Patrik Ourednik », 2 mars 2002, Czech Radio 7, Radio Prague, http://www.radio.cz/fr/article/24 603.

4 « La littérature prendra de plus en plus les allures de la science ; elle sera surtout exposante, ce qui ne veut pas dire didactique. Il faut faire des tableaux, montrer la nature telle qu’elle est, mais des tableaux complets, peindre le dessous et le dessus. » Gustave Flaubert, lettre à Louise Colet, 6 avril 1853 : Correspondance, II, édition établie, présentée et annotée par Jean Bruneau, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1980, p. 298.

5 « Très paradoxalement la banalité est invraisemblable tant que nous ne la mettons pas en forme : et c’est là qu’intervient aussi bien l’historiographie que la littérature. Dans les deux cas le contenu, synonyme supposé de la réalité, n’a aucune existence. Le contenu est un tas de sable virtuel et pour en tirer une quelconque réalité, nous devons d’abord le tasser dans un seau, l’arroser de l’eau et en faire un pâté. C’est toujours le même tas de sable mais entre temps il est devenu, selon les cas, manuel d’histoire ou œuvre littéraire. Dans les deux cas on fait appel, consciemment ou pas, à des stéréotypes, à des lieux communs, parce que justement, le lieu commun est le seul lieu où l’on peut se retrouver en commun. » Soirée littéraire de la Représentation en France de la Commission européenne consacrée à l’œuvre de Patrik Ourednik, écrivain tchèque, Cercle de réflexion — Communication sur l’Europe, 19 mai 2009, p. 8.

6 Publié en 1995 et réédité en République Tchèque en 2002, Annéevingt-quatre a été traduit en allemand, en hongrois et en italien. Il n’existe pas de traduction française du texte. Je m’appuie sur l’édition italienne de l’ouvrage : Patrik Ourednik, Annoventiquattro. Progymnasma 1965-89, eSamizdat, Padova, 2009.

7 « Il livello collettivo è [...] rafforzato dal fatto che Ourednik, a differenza dei suoi predecessori, spesso annota anche la “voce della gente” [...]. Non certo per caso il ricordo ha luogo sopratutto al livello della lingua (molto più che ad esempio al livello degli oggetti, dei colori e così via) ; proprio la lingua riflette infatti l’ideologia di una società nel modo più preciso possibile. » [« Le niveau collectif est [...] renforcé par le fait qu’Ourednik [...] retranscrit souvent la “voix des gens” [...]. Ce n’est pas par hasard que le souvenir se manifeste essentiellement au niveau de la langue (beaucoup plus que, par exemple, au niveau des objets, des couleurs, etc.) ; c’est la langue qui reflète en effet l’idéologie d’une société le plus précisément possible. »], Vlastimil Harl, « C’era una volta » [« Il était une fois »], postfazione, Patrik Ourednik, Annoventiquattro, op. cit. La « voix des gens », c’est ce « on » indéfinissable ou cette totalité verbeuse : « Mi ricordo di quando tutti parlavano » [« Je me souviens de quand tout le monde parlait »], Patrik Ourednik, Annoventiquattro, op. cit., VI/17, VI/18, VI/19.

8 « [...] i cliché, i dettagli, i frammenti di discorsi, il luoghi comuni, gli automatismi e i tic », Vlastimil Harl, « C’era una volta » [« Il était une fois »], postfazione, Patrik Ourednik, Annoventiquattro, op. cit.

9 La notion de « modalisation autonymique » ou « réflexive » s’appuie sur la théorie sémiotique de Josette Rey-Debove et son concept de connotation autonymique. La connotation autonymique, qui fait partie de la dimension métalinguistique de la langue naturelle, désigne la situation « d’un signe qui signifie, comme connotateur, son signifiant et son signifié dénotatif ». La connotation autonymique se distingue de l’autonymie par le double emploi qu’elle fait du signe. L’adoption d’une perspective énonciative conduit Jacqueline Authier-Revuz à proposer une notion moins « statique » que celle de connotation autonymique limitée à la structure sémiotique du signe linguistique. La modalisation autonymique, qui permet à l’énonciateur de commenter son dire « en train de se faire », constitue une configuration hétérogène et opacifiante, une énonciation « dédoublée » cumulant deux sémiotiques : l’usage d’un segment pour dénoter une chose (usage standard du signe) et le retour en mention de ce même segment (usage autonyme du signe). Voir Josette Rey-Debove, Le Métalangage, (1978) Paris, Armand Colin, 1997 et Jacqueline Authier-Revuz, Ces mots qui ne vont pas de soi, Paris, Larousse, 1995.

10 Gustave Flaubert, Bouvard et Pécuchet (1880), éd. Stéphanie Dord-Crouslé, Paris, Flammarion, « Garnier-Flammarion », 1999.

11 Gustave Flaubert, Le Dictionnaire des Idées Reçues, suivi du Catalogue des idées chic, éd. Anne Herschberg Pierrot, Paris, LGF, « Le Livre de Poche », 1997.

12 Éric Chevillard, « Un maître en subversion », Le Monde des livres, 13 janvier 2012 [critique de Classé sans suite].

13 Béatrice Lamiroy, « Le figement : à la recherche d’une définition », Zeitschrift für Französische Sprache und Literatur, Steiner 36, 2008, p. 85-99.

14 . Ibid.

15 Ce sont ces énoncés de type proverbial qu’Igor Mel’cuk désigne sous le terme de « clichés » : « un cliché est compositionnel sémantiquement, mais il est non compositionnel dans son syntactique : il a une caractérisation additionnelle de nature stylistique, qui exige qu’il soit stocké et reproduit comme un tout. » Igor Mel’cuk, « Phrasèmes dans le dictionnaire », Le figement linguistique : la parole entravée, textes réunis et présentés par Jean-Claude Anscombre et Salah Mejri, Paris, Champion, 2011, p. 46. Je retiendrai pour ma part une définition plus large du « cliché » comme idée banale exprimée en termes stéréotypés, indépendamment du degré de contrainte syntaxique.

16 Walter Lippman, Public Opinion, New York, Penguin Books, 1922, Pelican Books, 1946.

17 Ruth Amossy, Anne Herschberg Pierrot, Stéréotypes et clichés, Paris, Nathan, 1997, Armand Colin, « 128 », 3e édition, 2011, p. 20.

18 Ibid., p. 21.

19 Anne Herschberg Pierrot, « Clichés et idées reçues : éléments de réflexion », Le cliché, textes réunis par Gilles Mathis, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, « Interlangues littératures », 1998, p. 29.

20 Ibid., p. 31.

21 Anne Herschberg Pierrot, « Histoire d’“idées reçues” », Romantisme, 86, Langue et idéologie, 1994, p. 101-120.

22 Anne Herschberg Pierrot, « Clichés et idées reçues : éléments de réflexion », op. cit., p. 33.

23 Franc Schuerewegen, « Muséum ou Croutéum ? Pons, Bouvard, Pécuchet et la collection », Romantisme, no 55, CDU et SEDES, 1987.

24 « Certains historiens ont dit plus tard... » (Europeana, p. 8) ; « Mais d’autres historiens disaient... » (Europeana, p. 10).

25 Florence Pellegrini, « Europeana de Patrik Ourednik. Une brève histoire critique du xxe siècle en farce », Flaubert. L’empire de la bêtise, textes réunis et présentés par Anne Herschberg Pierrot, Éditions Nouvelles Cécile Defaut, 2012, p. 284-285.

26 Patrik Ourednik, écrivain tchèque, Cercle de Réflexion, Soirée littéraire de la Représentation en France de la Commission européenne, p. 8.

27 Ibid., p. 14.

28 Ruth Amossy, Anne Herschberg Pierrot, Stéréotypes et clichés, op. cit., p. 31.

29 Ibid.

30 Remy de Gourmont, Esthétique de la langue française, 1899.

31 Patrik Ourednik, Classé sans suite (2011), Paris, Allia, 2012.

32 Dan Sperber et Deirdre Wilson, « Les ironies comme mentions », Poétique, 36, 1978.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search