Version classiqueVersion mobile

Vanités, compositions de la fin

 | 
Marie Blaise
, 
Sylvie Triaire

Décadence et chute de Rome, des vanités historiographiques ?

Jean Meyers

Résumé

Ces dix dernières années, la question de la chute de Rome semble avoir retrouvé une vitalité liée à une angoisse croissante de la civilisation occidentale face à son avenir. Or tous les historiens qui ont travaillé sur la chute de Rome ont utilisé les mêmes sources sans jamais parvenir aux mêmes conclusions. Cet article vise simplement à montrer que le problème de la fin de l’Empire romain, pour être résolu, doit être déplacé loin des concepts inopérants de « chute » et de « décadence », qui apparaissent comme des « vanités historiographiques » empêchant de renouveler l’analyse et l’interprétation des faits.

En hommage à Gilbert Lesoinne,
Professeur de latin
au collège Saint-Hadelin de Visé (Belgique)

Texte intégral

  • 1 La chute de Rome. Violence, déclin et tragédies. Comment meurent les civilisations, Mensuel Le Poin (...)
  • 2 Br. Ward-Perkins, La chute de Rome. Fin d’une civilisation, Paris, Alma Editeur, 2014 (éd. original (...)
  • 3 Montesquieu, Grandeur et décadence des Romains (1734), Garnier-Flammarion, 1968 ; E. Gibbon, Histoi (...)

1Il est bien présomptueux d’aborder un thème aussi controversé et aussi complexe que celui de la décadence et de la chute de Rome, un thème qui a généré une bibliographie diluvienne, et, qui plus est, de l’aborder sous un angle, celui des « vanités comme compositions de la fin ». Mais l’idée que nos sociétés contemporaines manifestent une inquiétude de la fin dans tous les domaines étant à l’origine de ce livre et la chute de Rome, à laquelle je m’intéresse depuis longtemps sans en être un véritable spécialiste, ayant plus que tout autre événement symbolisé cette peur de la fin, il m’a semblé intéressant de revenir sur la question. Ainsi, le récent dossier du magazine Le Point, publié en août 2014, sur le thème de la chute de Rome, revient-il sur un sujet fascinant et qui aujourd’hui encore « nous angoisse : si Rome est morte, tout peut, tout doit mourir. Même la domination de l’Occident ? Même l’Europe ? Même nous ? Enquête sur un vertige1. » Plus sérieusement l’ouvrage de Bryan Ward-Perkins, qui vient d’être publié en français sous le titre La chute de Rome. Fin d’une civilisation2, a relancé le débat en tentant de contrer la pensée de Peter Brown, « le gourou intellectuel » du mouvement qui avait jusqu’ici presque imposé, du moins dans les milieux universitaires, l’image d’une fin de l’Empire romain conçue non comme un long déclin ou comme une chute brutale, mais comme une longue et complexe mutation sous l’influence, entre autres, du christianisme. D’une certaine façon, Br. Ward-Perkins vient de remettre à l’honneur les thèses de Montesquieu et de Gibbon3 sur la décadence de Rome avec une plume acerbe, provocatrice et ironique.

  • 4 A. Demandt, Der Fall Roms. Die Auflösung des römischen Reiches im Urteil der Nachwelt, Munich, Verl (...)

2Avant d’aller plus loin et de réfléchir sur les notions de décadence et de chute de Rome, essayons de résumer de manière très schématique les différentes thèses qui se sont affrontées pour expliquer la disparition de l’Empire Romain. Dans son ouvrage Der Fall Roms publié en 19844, le savant allemand Alexander Demandt a dressé un bilan épistémologique du thème de la chute de Rome, et il mentionne 400 auteurs (entre le ive et le xxe siècle) ayant avancé 210 facteurs différents pour expliquer la fin de l’Empire romain. Je ne vais évidemment pas les reprendre ici un par un. On peut en fait regrouper, avec Demandt lui-même, toutes ces explications en six grands types :

  • l’explication religieuse : la fin de l’Empire est due à l’émergence du christianisme ; c’est la thèse de Montesquieu et du monumental ouvrage de Gibbon, pour qui c’est surtout la diffusion du monachisme qui a provoqué une « perte de réalité » ayant fait de l’Empire une société atrophiée dans laquelle le tissu social s’est relâché et distendu. Le christianisme aurait été le « fossoyeur de la Romanité ». Et c’est ce qui explique, en partie du moins, que pendant si longtemps, et c’est encore en partie vraie d’ailleurs, on ne lisait pas dans les Universités de latin chrétien en Lettres classiques ;
  • l’explication matérialiste : la chute de Rome est due à un déclin du commerce et à un clivage de plus en plus sévère entre riches et pauvres (c’est la thèse des historiens marxistes comme Ivanovic Rostovtseff5) ;
  • l’explication « scientifique » : le déclin serait dû à une dégradation des sols et du climat, à la mauvaise santé, aux épidémies et donc à la dépopulation que cela aurait provoquée. Demandt rattache aussi à ce troisième groupe les théories biologiques faisant appel à l’idée d’une dégénérescence du sang romain par excès de mélange ;
  • l’explication politique : la chute est due à une faillite de l’État et à une corruption généralisée, thèse soutenue brillamment par Ramsay MacMullen en 19886 ;
  • l’explication cyclique, qui consiste à invoquer la croyance en une théorie de l’évolution des civilisations, qui connaissent nécessairement une période d’essor, une apogée, puis un déclin ; la fin de l’Antiquité correspondrait à cette dernière phase ;
  • enfin l’explication externe : la chute de Rome est due aux invasions, aux mouvements migratoires des barbares qui auraient, selon le mot d’André Piganiol, « assassiné » l’Empire romain7, donc aux invasions ; c’est au fond la thèse remise à l’honneur par Ward-Perkins.
  • 8 Cf., entre autres, P. Brown, Genèse de l’Antiquité tardive, trad. fr. A. Rousselle, Paris, Gallimar (...)
  • 9 W. Goffart, Barbarians and Romans 418-584. The techniques of Accommodation, Princeton, 1980.

3En réalité, ces six groupes différents peuvent se ramener à deux grandes explications contradictoires : soit on invoque une cause interne — et l’on rejoint ainsi l’idée de déclin, de décadence —, soit on suppose une cause externe — et l’on tend à considérer la fin de Rome comme un événement brutal et soudain dû aux invasions. Le problème est que chacune de ces thèses ont été rejetées par certains : Brown et son école refusent l’idée que le christianisme ait un rapport quelconque avec la chute de Rome8 et Walter Goffart, par exemple, nie toute responsabilité des barbares dans la disparition de l’Empire9. Le problème majeur des thèses visant à expliquer la fin de l’Empire romain est précisément qu’aucune n’a jamais pu emporter l’unanimité, et l’on en vient donc à se demander si cette aporie, permanente malgré le niveau ahurissant de connaissances accumulées par les chercheurs sur cette période, n’est pas due finalement à l’utilisation de deux concepts inopérants, à savoir ceux de « décadence » et de « chute » de Rome.

  • 10 R. MacMullen, Le déclin de Rome, p. 10.

4Car qu’est-ce qu’une décadence ? Il s’agit là d’un concept qui implique un évident jugement moral, une idée donc totalement subjective, qui suppose une période altérée, dégradée, pervertie par rapport à un idéal classique. Le terme a surtout été appliqué aux mœurs romaines ainsi qu’aux arts plastiques, à la langue et à la littérature. On peut au fond lui rattacher le terme de déclin, qui semble peut-être plus objectif et n’implique en apparence aucun jugement moral. C’est une notion qui doit pouvoir être quantifiée selon Ramsey MacMullen, qui la reprend dans le titre de son livre sur Le déclin de Rome et la corruption du pouvoir. Mais curieusement ses quantifications sur certains points n’ont rien d’objectif. Pour prouver que la littérature fut la première à mourir, il dresse une courbe du nombre d’auteurs latins et grecs publiés dans les collections Loeb, Oxford et Teubner (il aurait pu ajouter Budé sans que cela fausse ses apparentes statistiques) : résultat, on voit très nettement que la production littéraire disparaît presque complètement à partir du iie siècle. MacMullen ne se rend pas compte que les auteurs chrétiens et tardifs ont été pendant longtemps exclus de ces grandes collections : cela ne prouve rien, sinon que les éditeurs ont été pendant longtemps aveuglément attachés à l’idée de classicisme linguistique et littéraire et qu’ils ne se souciaient pas de publier dans les grandes collections des auteurs jugés décadents ! Dans d’autres domaines, cela fonctionne bien sûr : déclin des finances, du commerce, de la population, de l’économie, etc. Mais on sait aujourd’hui que si certains domaines ou certaines provinces de l’Empire ont décliné, on ne peut en tout cas pas prouver un déclin général et continu qui aboutirait à la prétendue chute de Rome. Il y a eu des périodes graves de crise, comme la fameuse crise du iiie siècle, mais il y a eu aussi des périodes de rétablissement et de restauration. Ramsey MacMullen lui-même reconnaît qu’il faut « supplanter tous ces brillants essais, tous ces tomes ventrus qui magistralement expliquent ce qui jamais n’eut lieu — y compris le fameux déclin lui-même (je répète et insiste : aucun événement isolable, monolithique, n’a mérité ce nom10) ».

  • 11 Le terme de décadence est en général désormais rejeté par tout le monde depuis bien longtemps : en (...)
  • 12 Cf. Cicéron, De Republica V, 1 : Nam de uiris quid dicam ? Mores enim ipsi interierunt virorum penu (...)

5Bref la décadence de Rome n’a jamais eu lieu11. Elle n’est sortie que de l’imagination des historiens, qui eux-mêmes l’ont tirée en réalité de leur lecture des textes antiques, car la littérature latine est obsédée par l’idée de décadence. Relisez Salluste, Cicéron, Tite Live, Tacite : les Romains dès le premier siècle avant Jésus-Christ souffrent d’une décadence morale due à l’avilissement des mœurs et à l’absence de grands hommes (uirorum penuria12). Dès la fin de la République romaine, se répand l’idée que les empires connaissent le déclin et que la République le vivait dans les guerres civiles. Il n’est donc pas surprenant que la prédiction de la chute de Rome date de cette époque. Elle est chez Horace dans une des pièces des Épodes, qui date vraisemblablement de 41 avant Jésus-Christ, au moment de la guerre de Pérouse, un des épisodes sanglants de la guerre civile entre Antoine et Octave :

  • 13 Horace, Épodes 16, 1-14 (éd.-trad. F. Villeneuve, Paris, CUF, 19596, p. 223-224).

Voici qu’une seconde génération s’use dans les guerres civiles, et que Rome s’écroule par ses propres forces : elle que n’ont eu le pouvoir de ruiner ni ses voisins les Marses ni le bras menaçant de l’Étrusque Porsenna, ni la valeur de Capoue rivale de la sienne, ni le fougueux Spartacus, ni l’Allobroge traître à sa foi en des jours de révolution ; elle que n’ont domptée ni la sauvage Germanie et ses jeunes hommes aux yeux d’azur, ni Hannibal exécré des parents, nous, génération impie, fille d’un sang maudit, nous la ruinerons, et, de nouveau, les bêtes sauvages en posséderont le sol. Le Barbare, hélas ! en foulera, victorieux, les cendres ; sur son cheval, il fouettera la ville d’un sabot grondant, et les os de Quirinus, abrités aujourd’hui du vent et du soleil, il les dispersera, spectacle sacrilège ! D’une main insolente13.

Comme on le voit, l’on retrouve dans ce poème les deux causes principales de la fin de l’Empire romain : la cause interne (génération impie qui s’écroule sous ses propres forces) et la cause externe (le barbare qui foulera victorieux les cendres de l’empire romain). Lors des invasions et spécialement en 410, les romains cultivés aussi bien païens que chrétiens pouvaient tout naturellement penser que la prédiction d’Horace se réalisait seulement à leur époque. L’idée de décadence et de chute de Rome réapparaîtra donc dans la littérature tardive aussi bien païenne que chrétienne. Lactance, dans ses Institutions, relance au début du troisième siècle la prédiction de la chute avec un luxe de détails terrifiants et qui peuvent presque sembler divinatoires :

  • 14 Lactance, Institutions divines VII, 15-16 (trad. anonyme du xviie s. reproduite par J. A. C. Buchon (...)

Les sybilles déclarent ouvertement que Rome périra par un juste effet de la colère de Dieu, dont elle a haï le nom et persécuté les serviteurs [...].
J’expliquerai de quelle manière cela doit arriver, de peur que cela ne paraisse incroyable : premièrement, l’autorité souveraine sera partagée entre plusieurs, et affaiblie par ce partage. Les semences des guerres civiles prendront racine, et il n’y aura ni paix ni trêve jusqu’à ce qu’il y ait dix rois qui partageront entre eux tout le monde, non pour le gouverner mais pour le détruire. Ils lèveront de puissantes armées, abandonneront le soin de cultiver la terre, ce qui est la source de toute calamité et de toute désolation, et dissiperont et détruiront toutes choses. Un très puissant ennemi s’élèvera tout d’un coup contre eux des extrémités du nord, et en ayant défait trois de ceux qui commanderont en Asie, il s’associera avec les autres et sera choisi par eux pour être leur chef. Il exercera une tyrannie insupportable sur l’univers, violera les lois divines et humaines, concevra d’exécrables desseins pour établir sa domination, abolira les anciennes ordonnances, et en inventera de nouvelles, souillera les choses saintes, enlèvera le bien des peuples, dépouillera et massacrera les innocents. Enfin, ayant changé de nom et transféré le siège de son empire, il fera de l’univers un théâtre de désordre et de confusion14.

Quant à la décadence des mœurs, il suffit de relire certaines pages d’Ammien Marcellin pour avoir un tableau de la Rome tardive dressé au même vitriol que celui d’un Juvénal. Bref cette idée de décadence est bien plus un thème littéraire qu’une réalité historique. Les intellectuels du Moyen Âge d’ailleurs ne s’y sont pas trompés, car pour eux le déclin et la chute de Rome n’existent pas : le pouvoir et la civilisation romaine sont simplement passés chez eux. Charlemagne aurait très bien pu dire comme Sertorius dans la tragédie de Corneille (1662) : « Rome n’est plus dans Rome, elle est toute où je suis. »

  • 15 D. Engels, Le déclin. La crise de l’Union européenne et la chute de la république romaine. Analogie (...)
  • 16 S. Mazzarino, La fin du monde antique. Avatars d’un thème historiographique, trad. fr. A. Charpenti (...)

6Ceux qui pour la première fois ont prêté foi aux descriptions de la décadence romaine, ce sont les humanistes, mais ils ont cru les confessions tardives de déclin et décadence, pas les confessions classiques. Aucun historien n’a jamais tiré des témoignages classiques sur la décadence un livre sur le déclin de la République romaine, à l’exception notable de l’historien belge David Engels, qui a tout récemment comparé, avec des arguments assez ingénieux (mais selon moi peu convaincants), le déclin de la République Romaine avec la crise européenne15. Cependant, David Engels a reconnu que son livre ne devait pas s’intituler ainsi et que ce titre lui avait été imposé par son éditeur comme argument de vente ! Le thème du déclin de Rome apparaît donc pour la première fois en 1453 chez l’humaniste Flavio Biondo qui parle de « déclin de l’empire romain » (inclinatio Romanorum imperii) dans ses « Trente livres d’histoires depuis le déclin de l’Empire romain » (Historiarum ab inclinatione Romanorum imperii decades tres). On a parfois supposé que ce concept et ce mot d’inclinatio avaient été suggérés à l’humaniste par l’image du Christ qui meurt dans les Évangiles (Jean 19, 30) « en inclinant la tête » (inclinato capite). En fait, comme l’a montré Santo Mazzarino16, le concept est biblique et provient de l’idée que Dieu « met le trouble dans les nations et fait s’incliner les Royaumes » (Psaume 45, 7 : contrubatae sunt gentes et inclinata sunt regna). Pour Flavio Biondo, l’inclinatio est donc un châtiment divin, qui commence en 410 avec le sac de Rome par Alaric ; quant aux causes du châtiment divin, elles sont lointaines comme la perte de la liberté républicaine, plus proches comme le transfert en 330 de la capitale à Constantinople ou comme les persécutions des chrétiens ; d’autres sont plus générales comme l’alternance des vicissitudes humaines et la chute nécessaire des Empires.

  • 17 B. Lancon, L’Antiquité tardive, Paris, PUF (Que sais-je ?, no 1455), 1997, p. 10.

7L’idée de la décadence et de la chute de Rome s’est ainsi répandue chez presque tous les humanistes, et il n’est pas inutile de souligner que la Renaissance, pour faire renaître la période glorieuse de l’Antiquité, avait besoin de faire décliner la Rome antique et, mieux, de la faire mourir à l’entrée de cet âge du milieu, de cet âge moyen entre elle et l’Antiquité, le sombre et obscur Moyen Âge. Il en ira de même au siècle des Lumières, qui a imposé une conception noire, pessimiste et ténébreuse de la fin de l’Antiquité et des débuts du Moyen Âge, mais, comme l’a écrit Bertrand Lançon17, « à toute lumière, ne faut-il pas une ombre pour se définir comme lumière ? »

8Bref, l’idée de décadence romaine est peu pertinente. Reste la possibilité d’une chute de Rome due aux invasions et provoquant la fin d’une civilisation pour reprendre le sous-titre de l’ouvrage de Bryan Ward-Perkins.

  • 18 Virgile, Énéide I, 278.

9Le concept de chute, contrairement au lent mouvement de décadence, évoque quelque chose de brutal, de rapide ; cela suggère un effondrement soudain dans lequel les caractéristiques de la civilisation romaine disparaîtraient sinon du jour au lendemain, du moins de manière assez rapide et définitive. Des dates ont été proposées, parmi lesquelles deux dates symboliques, celle de 410 et celle de 476. La date de 410 est celle qui est retenue par l’humaniste Flavio Biondo : c’est celle en effet qui a le plus traumatisé les Romains dans tout l’Empire. En 410, le chef des Goths Alaric pille Rome pendant trois jours. C’est une nouvelle bouleversante, d’autant plus bouleversante que Rome n’avait pas été prise par un ennemi depuis 390 avant Jésus Christ, donc depuis huit siècles, un record exceptionnel qui avait fini par convaincre les Romains de la véracité de la promesse de Jupiter à Énée : imperium sine fine dedi18, « les Romains avaient reçu un Empire sans fin. » Pour ne prendre qu’un exemple, lisons la réaction de Jérôme au lendemain du drame dans deux textes différents, l’un tiré de sa correspondance, l’autre de ses préfaces au commentaire à Ézéchiel :

  • 19 Jérôme, Lettres 128, 5 (éd.-trad. J. Labourt, t. VII, Paris, CUF, 1961, p. 153).

Horreur ! l’univers s’écroule, et en nous les péchés ne s’écroulent pas. Une ville illustre, la capitale de l’empire romain, a été détruite par un seul incendie. Nulle contrée qui n’ait des Romains exilés. On a vu tomber en cendre et poussière des églises jadis consacrées, et cependant, nous nous adonnons à l’avarice. Nous vivons comme si nous devions mourir demain, et nous bâtissons comme si nous devions vivre éternellement dans le siècle présent. L’or brille sur nos murs ; l’or est sur nos lambris ; l’or est sur les chapiteaux de nos colonnes ; et nu, affamé devant nos portes, le Christ meurt dans son pauvre19 !

  • 20 Jérôme, In Ezechiel I, Praef. (Migne, p. 25, col. 15-16) et III, Praef. (Migne, p. 25, col. 75 D) [ (...)

Et voilà tout à coup qu’on m’annonce [...] le siège de la ville de Rome et la mort de nombreux frères et sœurs. Et j’en ai été si consterné et si stupéfait que jour et nuit je n’ai plus pensé à autre chose qu’au salut de tous [...]. Mais une fois éteinte la lumière la plus éclatante de toutes les terres, bien plus une fois décapité l’empire romain et, pour dire toute la vérité, une fois mort le monde entier avec une ville et une seule, je me suis tu et je me suis humilié [...]. Tout ce qui naît meurt un jour et tout ce qui grandit vieillit [...]. Mais qui aurait cru que Rome, construite par ses victoires sur le monde entier, s’écroulerait et que la mère même de tous les peuples deviendrait aussi leur tombeau20.

Pourtant ce n’était pas la fin du monde. L’événement perdit vite de son importance et la catastrophe fut vite relativisée. Il suffit pour s’en persuader de lire deux textes, un passage d’Orose et quelques vers de Rutilius Namatianus. Orose écrit en 415-117 :

  • 21 Orose, Histoires contre les païens VII, 40, 1 (éd.-trad. M.-P. Arnaud-Lindet, t. III, Paris, CUF, 1 (...)

Ainsi donc s’accomplit, en 1164 après la fondation de Rome, l’irruption d’Alaric dans Rome : tout récent que soit le souvenir de cet événement, si cependant quelqu’un voit la multitude du peuple romain lui-même et entend sa voix, il pensera : « il ne s’est rien passé », comme même ceux-ci le reconnaissent ; à moins qu’il ne soit d’aventure informé par les quelques ruines de l’incendie qui se dressent encore21.

On pourrait évidemment soupçonner Orose de minimiser le drame pour défendre la cause des chrétiens qui avaient été accusés par les païens d’être responsables de la catastrophe, une accusation qui conduira Augustin à écrire la fameuse Cité de Dieu. Mais on trouve le même tableau apaisé chez le païen Rutilius, qui écrit en 417, au moment où il quitte Rome pour rejoindre ses domaines de Gaule éprouvés par les invasions :

  • 22 Rutilius Namatianus, Sur son retour I, 1-10 ; 43-54 et 115-124 (éd.-trad. É. Wolff avec la collabor (...)

C’est mon prompt retour qui t’étonnera plutôt, lecteur, et que je puisse me passer si tôt des attraits romains ? Est-il séjour trop long pour ceux qui vénèrent Rome leur vie entière ? Non, rien n’est long de ce qui ne cesse jamais de plaire. Oh ! combien, oh ! que de fois pourrais-je estimer heureux ceux qui ont la chance de naître sur ce sol béni, ces généreux descendants des nobles Romains, qui ajoutent à la gloire de leur naissance l’honneur de vivre à Rome ! Les germes des vertus, bienfait tombé du ciel, n’auraient pu être plus dignement reçus en un autre lieu. [...]
À maintes reprises, sur ces portes qu’il me faut quitter, je colle mes baisers ; à regret mes pieds franchissent le seuil sacré ; j’implore le pardon par des larmes, j’offre des louanges en sacrifice (pour autant que les pleurs laissent courir mes paroles) : « Écoute, ô Reine si belle d’un monde qui t’appartient, ô Rome, admise parmi les astres du ciel ! Écoute, mère des hommes, mère des dieux, nous sommes proches du ciel grâce à tes temples. C’est toi que je chante, que toujours, aussi longtemps que le permettront les destins, je chanterai ; personne ne peut être sauf et perdre ton souvenir. Un criminel oubli aura plus vite fait d’ensevelir le soleil que je ne laisserai s’évanouir de mon cœur ta glorieuse image. [...]
Relève les lauriers qui couronnent tes cheveux, et rajeunis ton chef sacré, Rome, sous une verdoyante coiffure. Que la couronne d’or, au sommet de ton casque bordé de tours, lance des rayons ; que toujours des feux jaillissent de la bosse d’or de ton bouclier. Que l’oubli de l’affront efface le souvenir d’une sinistre aventure ; que le mépris des souffrances ferme et cicatrise tes plaies. Dans tes revers tu as coutume d’escompter le succès ; à l’image du ciel tes pertes t’enrichissent. Les feux des astres préparent en se couchant des levers nouveaux ; tu vois la lune terminer son cours pour le recommencer22. »

  • 23 Br. Ward-Perkins, La chute de Rome, p. 44. Si l’on admet chez certains auteurs une « euphémisation  (...)
  • 24 G. Traina, 428, une année ordinaire à la fin de l’empire romain, Paris, les Belles Lettres, 2009, p (...)

Bryan Ward-Perkins verra sans doute ici une de ces « évocations euphémisées des atrocités commises23 ». Pourtant, c’est un texte où le souvenir du sac est encore vivace, mais où il s’efface néanmoins devant un optimisme plein de patriotisme et d’émerveillement pour la Rome éternelle. Faire de 410 la date de la chute de Rome est aussi incongru que de dater la fin de l’Empire américain du 11 septembre 2001. Par exemple le beau livre de Giusto Traina, 428, une année ordinaire à la fin de l’empire romain, montre très bien qu’en 428, « Rome, si elle n’était plus vraiment aeterna, était encore une entité réelle et n’avait pas encore été réduite à un simple concept24 ». Dans l’Empire comme à l’étranger, l’Empire romain après 410 restait une référence.

  • 25 A. Momigliano, « La caduta senza rumore di un impero nel 476 d. C. » [1973], dans Id., Sesto contri (...)
  • 26 Y. Le Bohec, Naissance, vie et mort de l’Empire romain, Paris, Picard, 2012, p. 807-808.

10Prenons alors 476, date de la déposition du dernier empereur romain d’Occident Romulus Augustule par le chef des Hérules, Odoacre. Là on a bien un événement brutal et une disparition soudaine de l’Empire. Certes cet événement fournit une date commode pour faire la ligne de partage entre Antiquité et Moyen Âge occidental. Pourtant cette déposition fut, pour reprendre une expression d’Arnaldo Momigliano, une « chute silencieuse25 ». L’événement fut même ressenti par certains comme une réunification de l’Empire, Odoacre ayant renvoyé les insignes impériaux à l’empereur d’Orient Zénon en signe de sa soumission à son autorité, et Zénon le reconnut comme patrice. Bref, dans l’Antiquité, il ne se passe rien ou presque en 476, c’est en réalité un non-événement, qui ne peut à lui seul expliquer la fin d’une civilisation. Comme l’a très bien souligné Yann Le Bohec26, « ces dates [406-410 et 476] sont pratiques, mais elles présentent un inconvénient : elles cachent une réalité, qui est que la chute fut en fait un processus de désagrégation assez lent ». Et même si Yann Le Bohec utilise ici le terme de chute, il préfère en fait, comme dans le titre de son livre, parler de la mort de Rome, car une mort peut être lente et douloureuse.

  • 27 J’ironise à dessein comme le fait Br. Ward-Perkins lui-même à propos de l’étude des textes hagiogra (...)

11L’Empire romain a certes disparu, et sa disparition est survenue au cours de changements majeurs, de bouleversements perturbateurs et d’événements plus ou moins violents et traumatisants. Sans prôner une conception irénique de l’Antiquité tardive, il est vain de considérer cette fin comme le résultat inévitable d’une longue décadence ou d’une chute brutale. Par ailleurs, la fin de l’Empire romain, en tant qu’État, signifie-t-elle nécessairement la fin de Rome et de sa civilisation ? Bryan Ward-Perkins soutient que oui, en comptant les poteries. Mais doit-on résumer une civilisation à son économie27 ? Ward-Perkins évidemment est archéologue ; pour un littéraire, un élément de civilisation comme celui de la langue et de la littérature paraît bien plus déterminant que celui de la poterie, tant une langue commune façonne, par ses propriétés mêmes et par sa structure, une identité de pensée et de culture. La langue est un facteur puissant de civilisation. Or les barbares ont adopté le latin et n’ont imposé nulle part leur langue sur l’aire latinophone, mais ils ont été victimes des clichés et des stéréotypes que la vision romaine des barbares a imposés dans presque toute la littérature latine et chez tous les historiens qui y ont cru. Non, Rome n’est donc pas morte brutalement avec eux.

  • 28 S. Mazzarino, La fin du monde antique, p. 7.
  • 29 B. Ward-Perkins, La chute de Rome, p. 304.

12Dans l’avant-propos à son ouvrage sur La fin du monde antique, Santo Mazzarino écrivait que « nous ressentons le besoin, tant de suivre le cheminement des idées de décadence et de “fin” du monde antique, que de nous demander, pour notre compte cette fois, quelle explication de cette “fin” peut paraître à l’homme d’aujourd’hui nécessaire et suffisante. Mais c’est précisément pourquoi un dialogue de ce genre est sans fin28 ». Les tentatives d’expliquer la décadence et la chute de Rome apparaissent donc bien comme des vanités historiographiques, qui imposent la fin de Rome « comme construction et spectacle » et dans lesquelles se cristallisent en réalité nos angoisses de la fin subite de nos valeurs et de nos civilisations. C’est vrai pour Gibbon, pour Rostovtseff, c’est vrai pour les historiens d’après guerre comme Piganiol ou Courcelle, traumatisés par l’occupation (le grand livre de Courcelle est divisé comme par hasard en trois parties : l’invasion, l’occupation, la libération), c’est vrai pour MacMullen, effrayé par les scandales dans l’Empire américain, et c’est encore vrai pour Ward-Perkins, bercé (ou berné) par les souvenirs enchantés de son enfance romaine et hanté par la crainte d’un retour aux temps préhistoriques. Il l’avoue clairement à la fin de son ouvrage29 :

Une civilisation complexe fut détruite, ramenant les habitants de l’Occident à des manières de vivre telles qu’aux temps préhistoriques. Les Romains, avant la chute, étaient aussi convaincus que nous le sommes, nous aujourd’hui, que leur monde resterait, pour l’essentiel, tel qu’il était. Ils avaient tort. À nous de ne pas répéter leur erreur et de ne pas nous bercer d’une fallacieuse assurance.

Ward-Perkins exprime ici une angoisse bien personnelle. Pense-t-il vraiment que la basilique Saint-Vital à Ravenne doive être comparée à la grotte de Lascaux ? On peut quand même en douter. L’historienne américaine Michele R. Salzmann, qui doit publier prochainement un ouvrage sur Les chutes de Rome : Les transformations de Rome dans l’Antiquité tardive (270-603 apr. J.-C.), est peut-être plus lucide : pour elle, la chute de Rome fonctionne comme un test de Rorschach pour comprendre notre propre époque. L’idée peut sembler séduisante, mais les tests de Rorschach ont été assez vite critiqués et j’ai une raison personnelle de m’en méfier. Lors de ma dernière année d’école primaire, vers l’âge de douze ans, un professeur de latin, M. Gilbert Lesoinne, est venu faire de la publicité pour les humanités gréco-latines, et je me souviens très bien m’être dit ce jour-là qu’avoir accès à la pensée d’êtres humains d’il y a deux mille ans en apprenant leur langue, c’était quand même autre chose que d’aller sur la lune (l’exploit venait d’être réalisé quelques années plus tôt). Mais c’est à partir du test de Rorschach que plusieurs « autorités » (directeur, instituteur responsable et psychologue) se sont liguées contre moi pour tenter de dissuader mes parents de m’inscrire en latin-grec sous prétexte que ma lecture des taches d’encre prouvait mes faibles capacités intellectuelles — faiblesse que j’admets volontiers — et donc mon incapacité à pouvoir apprendre le grec et le latin, ce qui était — le lecteur en conviendra, je l’espère — une odieuse absurdité. Je crois avoir eu raison de m’opposer aux autorités de mon collège en pensant autrement. Je crois de même que pour expliquer la fin de l’Empire romain et comprendre à partir de lui notre propre époque, il faut de la même façon penser autrement.

  • 30 H. Inglebert, « Les historiens et les clairs-obscurs de l’Antiquité tardive », dans S. Ratti (éd.), (...)

13Comme l’a écrit Hervé Inglebert dans les conclusions d’un article récent sur un sujet différent et néanmoins assez proche du mien, « on résout rarement des questions historiographiques par un recours aux sources (sauf s’il y a de nouvelles sources ou une possibilité de quantification) mais en déplaçant le problème grâce aux questions de méthodes et à la réflexion épistémologique30 ». Et de fait tous les historiens qui ont travaillé sur la chute de Rome ont utilisé les mêmes sources sans jamais parvenir aux mêmes conclusions, ce qui est bien la preuve que le problème de la fin de l’Empire romain pour être résolu doit être déplacé loin des « vanités historiographiques » que sont les concepts inopérants de « chute » et de « décadence ».

Notes

1 La chute de Rome. Violence, déclin et tragédies. Comment meurent les civilisations, Mensuel Le Point, no 2187, août 2014, p. 61 pour la citation. Voir aussi depuis lors les magazines suivants : La chute de Rome, mensuel L’Histoire, no 416, oct. 2015 ; Quand les Barbares envahissaient l’Empire romain. Comment meurt une civilisation, mensuel Le Figaro Histoire, no 23, nov. 2015 ; Du iiie au ve siècle : Invasions Barbares. La face cachée de l’histoire, mensuel Les Cahiers Sciences et Vie, no 158, déc. 2015.

2 Br. Ward-Perkins, La chute de Rome. Fin d’une civilisation, Paris, Alma Editeur, 2014 (éd. originale, Oxford, 2005). Depuis l’édition anglaise, les livres sur la « chute de Rome » se sont multipliés : on peut, entre autres, citer P. Heather, Empires and Barbarians. The Fall of Rome and the Birth of Europe, Oxford, University Press, 2010 ; M. De Jaeghere, Les derniers jours. La fin de l’empire romain d’Occident, Paris, Les Belles Lettres, 2015 ; C. Delaplace, La fin de l’Empire romain d’Occident. Rome et les Wisigoths de 382 à 531, Presses universitaires de Rennes, 2015 ; U. Roberto, Rome face aux Barbares. Une histoire des sacs de la Ville, Paris, Seuil, trad. fr. de Y. Rivière, 2015, ou encore, dans le registre romanesque cette fois, Max Gallo, La chute de l’Empire romain, Éditions XO, 2014.

3 Montesquieu, Grandeur et décadence des Romains (1734), Garnier-Flammarion, 1968 ; E. Gibbon, Histoire du déclin et de la chute de l’Empire romain (1776-1788), trad. fr. de Guizot, rééd., Paris, Laffont (coll. « Bouquins »), 1983.

4 A. Demandt, Der Fall Roms. Die Auflösung des römischen Reiches im Urteil der Nachwelt, Munich, Verlag C. H. Beck, 1984.

5 M. I. Rostovtseff, Histoire économique et sociale de l’Empire romain, trad. de l’angl., Paris, Laffont (coll. « Bouquins »), 1988 (1re éd., Oxford, 1926).

6 R. MacMullen, Le déclin de Rome et la corruption du pouvoir, trad. fr. de A. Spiquel et A. Rousselle, Paris, Belles Lettres, 1991 (éd. angl. 1988).

7 A. Piganiol, L’Empire chrétien, Paris, PUF, 1947, p. 422 : « La civilisation romaine n’est pas morte de sa belle mort. Elle a été assassinée. »

8 Cf., entre autres, P. Brown, Genèse de l’Antiquité tardive, trad. fr. A. Rousselle, Paris, Gallimard, 1983 ; La société et le sacré dans l’Antiquité tardive, trad. fr. A. Rousselle, Paris, Seuil, 1985 ; La Toge et la Mitre : le monde de l’Antiquité tardive, trad. fr. Chr. Monnate, Thames and Hudson, 1995 ; L’autorité et le sacré. Aspects de la christianisation dans le monde romain, trad. fr. Th. Loisel, Paris, éd. Noêsis, 1998 ; L’Essor du christianisme occidental, triomphe et diversité (200-1000), trad. fr. P. Chemlat, Paris, Seuil, 1997.

9 W. Goffart, Barbarians and Romans 418-584. The techniques of Accommodation, Princeton, 1980.

10 R. MacMullen, Le déclin de Rome, p. 10.

11 Le terme de décadence est en général désormais rejeté par tout le monde depuis bien longtemps : en France par exemple, depuis le petit livre si lumineux d’H.-I. Marrou, Décadence romaine ou Antiquité tardive ? iiie-vie siècle, Paris, 1977, les chercheurs l’évitent poliment, mais on a souvent l’impression que si le mot n’est plus utilisé, l’idée reste sous-jacente dans bien des travaux sur la fin de Rome.

12 Cf. Cicéron, De Republica V, 1 : Nam de uiris quid dicam ? Mores enim ipsi interierunt virorum penuria. On pourra se faire une idée de cette obsession romaine de la décadence en lisant par exemple les si riches commentaires tirés des prologues de Salluste par É. Tiffou, Essai sur la pensée morale de Salluste à la lumière de ses Prologues, Paris, Klincksieck, 1973.

13 Horace, Épodes 16, 1-14 (éd.-trad. F. Villeneuve, Paris, CUF, 19596, p. 223-224).

14 Lactance, Institutions divines VII, 15-16 (trad. anonyme du xviie s. reproduite par J. A. C. Buchon, Choix de monuments primitifs de l’Église chrétienne, Paris, Société du Panthéon littéraire, 1843, p. 694 ; pour le texte latin, on se reportera à l’éd. de S. Brandt dans le CSEL, t. 19, 1890).

15 D. Engels, Le déclin. La crise de l’Union européenne et la chute de la république romaine. Analogies historiques, Paris, Le Toucan, 2012.

16 S. Mazzarino, La fin du monde antique. Avatars d’un thème historiographique, trad. fr. A. Charpentier, Paris, Gallimard, 1973, p. 77.

17 B. Lancon, L’Antiquité tardive, Paris, PUF (Que sais-je ?, no 1455), 1997, p. 10.

18 Virgile, Énéide I, 278.

19 Jérôme, Lettres 128, 5 (éd.-trad. J. Labourt, t. VII, Paris, CUF, 1961, p. 153).

20 Jérôme, In Ezechiel I, Praef. (Migne, p. 25, col. 15-16) et III, Praef. (Migne, p. 25, col. 75 D) [trad. personnelle].

21 Orose, Histoires contre les païens VII, 40, 1 (éd.-trad. M.-P. Arnaud-Lindet, t. III, Paris, CUF, 1991, p. 117).

22 Rutilius Namatianus, Sur son retour I, 1-10 ; 43-54 et 115-124 (éd.-trad. É. Wolff avec la collaboration de S. Lancel et J. Soler, Paris, CUF, 2007, p. 2, 4 et 7-8). Sur le vibrant hommage du poète à sa Ville, on pourra lire en particulier P.-M. Martin, « Prosopopée de la patrie romaine dans la littérature latine », dans Br. Pérez-Jean & P. Eichel-Lojkine (éd.), L’Allégorie de l’Antiquité à la Renaissance, Paris, 2004, p. 129-159 et V. Zarini, « Trois éloges comparés de Rome : Ammien Marcellin, Claudien, Rutilius Namatianus », Camenae 2, 2007 (http ://www.paris-sorbonne.fr/IMG/pdf/Vincent.pdf).

23 Br. Ward-Perkins, La chute de Rome, p. 44. Si l’on admet chez certains auteurs une « euphémisation » des événements, il faut aussi reconnaître chez d’autres, comme chez Jérôme, une « apocalyptisation » de ceux-ci.

24 G. Traina, 428, une année ordinaire à la fin de l’empire romain, Paris, les Belles Lettres, 2009, p. 181.

25 A. Momigliano, « La caduta senza rumore di un impero nel 476 d. C. » [1973], dans Id., Sesto contributo alla storia degli studi classici e del mondo antica, Rome, 1980, p. 159-179).

26 Y. Le Bohec, Naissance, vie et mort de l’Empire romain, Paris, Picard, 2012, p. 807-808.

27 J’ironise à dessein comme le fait Br. Ward-Perkins lui-même à propos de l’étude des textes hagiographiques (La chute de Rome, p. 295) : « Au lieu d’étudier les systèmes économiques et d’analyser leur déclin, on semble préférer des sujets très différents de notre expérience, comme ces vies des saints ascètes, rédigées à la fin de Rome et au début des temps post-romains. De leur vivant, l’attrait qu’exercèrent ces saints résidait dans leur rejet des valeurs matérielles de leurs sociétés. Notre monde, encore plus matérialiste et “corrompu”, succombe à la fascination. Personne, certes, n’a l’intention d’imiter l’ascétisme d’un saint comme Cuthbert de Lindisfarne, qui passait ses nuits à prier Dieu, immergé, à genoux, dans la mer du Nord. Avec plus de distance, toutefois, Cuthbert s’avère un bon gars par sa manière de conjuguer la nature et Dieu. Une fois ses veilles terminées, un couple de loutres sortait des eaux pour le sécher et réchauffer ses pieds... Voilà un passé plus séduisant que celui que je propose, bien éloigné de tous mes développements sur la poterie. » J’ajouterai ici, pour rester sur un terrain plus proche de celui de l’historien anglais, que même au niveau de la fiscalité, la continuité entre l’Empire et le haut Moyen Âge est évidente : voir à ce sujet É. Magnou-Nortier, « La chute de Rome a-t-elle eu lieu ? », Bibliothèque de l’École des Chartes, t. 152, 1994, p. 521-541, un admirable article qui défend les thèses de J. Durliat, Les finances publiques de Dioclétien aux Carolingiens (284-888), Sigmaringen, 1990, contre les attaques de C. Wickham, « La chute de Rome n’aura pas lieu », Le Moyen Âge, t. 99, 1993, p. 107-125.

28 S. Mazzarino, La fin du monde antique, p. 7.

29 B. Ward-Perkins, La chute de Rome, p. 304.

30 H. Inglebert, « Les historiens et les clairs-obscurs de l’Antiquité tardive », dans S. Ratti (éd.), Une antiquité tardive noire ou heureuse ? Colloque international de Besançon, 12-13 nov. 2104, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 2015, p. 43-61 (p. 59 pour la citation).

Auteur

Université Paul-Valéry Montpellier 3, CRISES EA 4424.

Jean Meyers est professeur à l’université Paul-Valéry — Montpellier 3, s’est spécialisé dans le domaine du latin tardif et médiéval avec une attention particulière pour la littérature carolingienne et les récits de voyage de la fin du Moyen Âge. On lui doit entre autres quatre ouvrages sur la poésie de Sedulius Scottus, un livre sur le Manuel de la princesse carolingienne Dhuoda, ainsi que plusieurs articles sur l’Evagatorium de Félix Fabri, dont il assure, avec son collègue Michel Tarayre, l’édition critique avec traduction aux Classiques Garnier (six volumes parus entre 2013 et 2017 dans la collection des « Textes littéraires du Moyen Âge »).

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search