Version classiqueVersion mobile

Paysages du poème

 | 
Philippe Gardy

Des mots et des lieux

Texte intégral

1Que la poésie soit poésie d’un ou de plusieurs lieux est presque une évidence. Le poème s’accroche au monde, de diverses façons, et l’une de ces accroches, depuis l’Antiquité, réside dans la géographie imaginaire que le poète fait surgir de son environnement. Car on ne se défait pas facilement des lieux auxquels on est lié par des fréquentations et des rencontres nombreuses. Bien entendu, tout cela suppose nécessairement un ancrage historique : selon les époques et... les lieux, le lien qui s’établit entre le poème et son environnement privilégié n’a pas été le même. Mais ce lien subsiste et se charge, à chaque fois, de résonances spécifiques.

  • 1 Marie-Jeanne Verny, Enrasigament o nomadisme : trajectoire d’un écrivain occitan de la fin du xxe s (...)

2Il n’est pas jusqu’aux écrivains du voyage, jusqu’aux nomades de l’écriture, qui n’expriment leur sens du déplacement et du dépaysement à l’intérieur de ce cercle, souvent invisible, sans doute, mais cependant présent, qui les relie au monde à travers le langage. Car sans un tel lien, le poème ne serait pas, qui doit bien quelque part toucher terre, fût-ce pour s’en détacher, impérativement parfois. Un poète d’oc comme Roland Pécout, à la tête d’une œuvre éminemment voyageuse en quête d’Orients multiples1, ou un poète d’expression française tel que Frédéric-Jacques Temple, tout aussi prompt à s’éloigner de son enclos languedocien natal dans ses poèmes comme dans son œuvre de romancier, n’existent-ils pas d’abord à travers ce qui les relie, comme une origine dont on ne se défait pas, à ces lieux qui nourrissent leur écriture à la façon d’une source, souvent cachée, venue de loin, et alimentant le fleuve jusqu’à la mer ?

3Nos poètes d’oc du milieu du xxe siècle, s’ils n’échappent bien sûr pas à la règle commune de cette origine d’autant plus impérieuse qu’elle a puisé sa force dans l’imaginaire, ajoutent peut-être à ce lien, qui est parfois tout le contraire d’un attachement, une dimension supplémentaire. Celle du rapport, en apparence immédiat, mais ce n’est qu’apparence et trompeur effet d’optique, entre la langue dans laquelle ils ont choisi d’écrire et le lieu auquel cette langue fait référence. Leur occitan s’inscrit en effet dans une double tradition. D’un côté, on peut parler de tradition littéraire, représentée par des noms tels que Mistral, D’Arbaud, Perbosc, Peyre et quelques autres. Dans cette tradition, des écrivains comme Max Rouquette, Georges Reboul ou Jean-Calendal Vianès s’inscrivent clairement. Tandis que d’autres, plus jeunes (Cordes, Lafont), tout en revendiquant également cet héritage, peuvent trouver dans leurs aînés les plus immédiats (Max Rouquette en l’occurrence) d’autres sortes de références. Mais, d’un autre côté, ces filiations se trouvent elles-mêmes contestées, ou en tout cas limitées, par d’autres sortes de préoccupations, qui sont en même temps linguistiques et poétiques. À l’exception sans doute de Vianès, qui se trouve à cet égard mistralien par le fait qu’il partage avec le Maillanais un même paysage des origines, les autres élaborent leurs poèmes dans la familiarité d’une langue immédiate, de parlers bien vivants qui viennent féconder leur quête d’un paysage.

4Ce recours au réel prend des formes diverses, mais dans tous les cas il s’appuie sur un retour au « paysage de la langue » : Max Rouquette note régulièrement, dans des chroniques intitulées « Dins la boca del poble d’Oc » (Dans la bouche du peuple d’Oc), ce qu’il entend et retient de la parole quotidienne de ceux qui l’entourent ; Reboul, face au mistralisme linguistique intégral de son mentor en poésie, Sully-André Peyre, recourt au parler marseillais, dans la tradition des chansons de Victor Gelu, au nom d’un certain réalisme, qui se veut l’expression d’une vérité populaire ; Cordes centre son écriture sur le parler et le pays des siens, le Minervois, des vignes et des oliviers ; Lafont ancre ses premiers poèmes publiés dans les paysages de ses origines, de la mer (Aigues-Mortes) aux Cévennes (Calvisson, Anduze, la Gardonenque), en référence à un parler familial qui vient vivifier d’authenticité les essais ouvertement mistraliens (Mistral et D’Arbaud) de ses débuts. Chez Vianès, la boucle est sans doute similaire, bien que moins facilement appréhendable. Mais on remarque chez lui un souci de s’approprier par les mots les paysages de « son » versant des Alpilles, du côté de Mouriès, à l’opposé, géographiquement s’entend, de la plaine maillanaise. Pour Lesfargues, tout part et revient à Bergerac, et plus encore aux rives de la Dordogne, la rivière qui matérialise la force mortifère du temps et la disparition programmée de la langue d’enfance.

5Revenir au réel, ici, ne signifie pas tant une recherche de réalisme, dans l’acception la plus étroite du mot, que le désir de saisir l’esprit d’un lieu à travers ce que les mots, qui lui correspondent avec justesse, aident à en deviner et à en exprimer. Ce paysage complexe, où langage et présence élémentaire du quotidien se rejoignent, devient celui du poème, où tout cela se trouve réuni et sublimé par le mythe personnel, en formation ou déjà largement émergé, du poète. Car c’est un tel paysage, en première et décisive instance, qui paraît être par excellence le point de fixation de ce mythe, de cette portion de territoire longuement mûri et rêvé où le poème prend naissance et se déploie.

6 Dans ce processus, la matérialité de la langue, la forme qu’elle donne aux êtres et aux choses à partir de celle qu’ils lui ont eux-mêmes suggérée, jouent un rôle central. Le cercle « vertueux » des reconnaissances mutuelles, par le moyen des mots et des sons, aboutit à un allègement des influences et des références trop attendues, au bénéfice d’une autre vision de cet environnement dont le poème devient porteur.

Notes

1 Marie-Jeanne Verny, Enrasigament o nomadisme : trajectoire d’un écrivain occitan de la fin du xxe siècle, Roland Pécout, Puylaurens, Institut d’études occitanes (« Texte et documents »), 2003.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2014

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search