Version classiqueVersion mobile

Paysages du poème

 | 
Philippe Gardy

Bernard Lesfargues : de Bergerac à Bergerac, l’odyssée d’un paysage

Texte intégral

  • 1 Merci à François Pic, qui m’a permis de prendre connaissance de son très complet « Essai de bibliog (...)
  • 2 Sous le nom de Bernard A. Lesfargues. A. pour Abel, son second prénom.

1Les premiers poèmes publiés de Bernard Lesfargues (né à Bergerac en 1924), le furent en français, entre 1945 et 19461. Dans la revue qu’il animait à Paris avec quelques amis, Les cahiers du Triton bleu, et, pratiquement au même moment, dans une plaquette également française publiée à compte d’auteur, Premiers poèmes2. Ces poèmes, qui portent des dates allant de 1942 à 1945, cultivent, avec sûreté déjà, un lyrisme qui mêlent les images de l’enfance aux accents de l’amour : ce sont là deux des registres que le poète n’a pas cessé depuis d’illustrer, sous le double signe d’une nostalgie souvent poignante, et d’un goût pour la violence verbale, celle qui dit les choses sans rien leur ôter de leur force et des excès qui vont avec.

2Dans ces poèmes, comme dans ceux que publient entre avril 1946 et avril 1947 les cahiers du Triton bleu (ils ne devaient pas dépasser le numéro 5 publié à cette dernière date), au milieu d’autres, plus discrets, un paysage s’impose. Celui des origines, autour de la ville de Bergerac, sur la Dordogne. Ce paysage, dont on devine la présence à plusieurs reprises, à travers une allusion ou un nom de lieu, vient clore explicitement le recueil, avec une prose, « Mes quartier ensablés », que rythment les mots magiques de l’enfance :

Ô noms, vous tous qui résonnez en ma mémoire, Pont du Gibet, L’Alba, Rosette et Pécharmant, et l’île et le barrage, et le Nébout des sables, chacun de vous en moi lève des souvenirs comme un coup de fusil dans le matin perlé débusque les faisans et fait courir les lièvres...

  • 3 La brasa e lo fuòc brandal / La braise et les flammes, poesia [in]completa, 1945-2000, Montpeyroux, (...)

3Ce texte a été repris, en 2001, par le poète, sous le titre « Bergerac, naguère », en tête de la partie Vos escrivi de Brageirac / Je vous écris de Bergerac, du volume dans lequel il a regroupé l’essentiel des recueils et des poèmes épars qu’il avait publiés dans ce long intervalle de temps3. Par fidélité, sans doute, à ces premiers essais d’écriture, mais aussi, plus profondément, parce qu’il y avait là, à plus d’un demi-siècle d’intervalle, un point fixe, un lieu d’origine et, plus encore, de retour, possible et impossible à la fois, qui n’avait jamais continué d’être la scène ultime d’une écriture. Celui vers lequel elle tend, mais qu’elle ne saurait jamais atteindre pleinement, car il a été, par avance, comme certains paradis, perdu, détaché à jamais du monde.

  • 4 Des attachements qui sont tout le contraire d’une vision étroite du monde, comme Lesfargues en prév (...)

4C’est probablement cette double présence des lieux d’enfance qui a donné très tôt à la poésie de Lesfargues, au-delà des attachements qu’elle signale4, son ton si particulier, au-delà des conventions auxquelles le choix d’un lyrisme transparent et direct ne peut que sacrifier. Présence charnelle, que le souvenir ne parvient pas à mettre à distance, encore moins à atténuer ou effacer. Mais aussi présence au deçà du temps, et au-delà aussi, dans cette sorte d’éternité très particulière qui se situe en dehors de toute croyance, et qui pour cette raison même poursuit le poète comme un autre soi-même, qui d’un seul mouvement veille sur lui et le menace de ses foudres s’il venait à en oublier l’impérieuse nécessité.

  • 5 Toulouse, Institut d’études occitanes (coll. « Messatges » n° 12), 1952. Le titre n’est pas traduit (...)
  • 6 Il avait paru auparavant dans la revue ÒC (nos 1946-1947-1948, p. 73).

5Mais Bergerac n’est pas seulement une vieille cité, qui évoque les débuts d’une existence et n’en finit pas de revenir hanter la mémoire du poète au fil des années. Elle est aussi un port, un port dont les gloires sont presque oubliées, mais dont demeure ce qui le fit tel : la rivière Dordogne, et le mouvement sans fin de l’eau, qui viennent troubler ce sentiment d’éternité. Le poème qui ouvre le premier recueil en occitan de Lesfargues, Cap de l’aiga5, porte le titre de Brageirac / Bergerac6. Comme s’il s’agissait de reprendre le fil de l’écriture au point où le premier recueil l’avait abandonné, sept ans plus tôt. Et, à partir de cette reprise, d’aller au-delà, de se laisser dériver.

6C’est d’ailleurs cela, entre autres choses, que dit ce poème inaugural, dans sa dernière strophe :

  • 7 « Hélas ! coule la rivière. / Hélas ! amour qui t’en vas vite, / vers Bordeaux qui a des bateaux, / (...)

Ai ! de l’aiga que davala !
Ai ! amor que te’n vas lèu,
vers Bordèu qu’a de batèus
e Blaia pus de gabarras7.

7Le poème se présente comme un poème d’amour — et tout est, plus ou moins, amour chez Lesfargues poète —, mais c’est aussi bien de la cité des bords de Dordogne que d’un amour qu’il y est question. Bergerac, lieu magique, est celui dont l’amour s’éloigne, quoi qu’on fasse, comme s’en éloigne l’eau de la rivière. Parler de Bergerac « sus la Dordonha », comme l’énonce, sous forme d’apostrophe le premier vers du poème, c’est d’abord parler de ce qui s’en va. Et c’est cela même qui donne à la cité son prix particulier : son image est celle des départs, des éloignements, des abandons :

  • 8 « Bergerac sur la Dordogne, / Bergerac du mois de mai, / je te perdis à jamais, / avec l’amour, ave (...)

Brageirac sus la Dordonha,
Brageirac del mes de mai,
te perdèri per jamai
amb l’amor e la vergonha8.

8Cap de l’aiga, ainsi, venait renforcer et développer ce que le premier recueil en français laissait largement pressentir. Le titre de ce deuxième ensemble poétique pouvait en outre être compris comme une mise en évidence du rôle majeur joué par l’eau de la rivière, s’écoulant vers Bordeaux et plus loin sur l’estuaire de la Gironde, jusque vers Blaye, ville lointaine déjà, et riche des échos que son nom pouvait faire surgir : ceux du troubadour Jaufré Rudel et de ses chansons d’« amour de loin ». « Mère des eaux », Bergerac devenait à la fois le symbole imaginaire d’un périple sans fin, d’une dérive improbable, et la source d’une écriture, à laquelle les poèmes de Lesfargues ne cessaient pas, explicitement ou non, de se référer.

9Il s’agit là d’une pente inéluctable, d’une sorte de nostalgie primordiale, de laquelle le sentiment de la langue en train de se perdre n’est sans doute pas absent. Blaye, cité de Jaufré, n’y est-elle pas évoquée privée, désormais, des gabarres qui autrefois avaient peuplé Dordogne et Gironde de leurs allers et retours réguliers ? De la même façon que leur activité a cessé, c’est la langue d’oc qui semble elle aussi avoir déserté, ou presque, ces lieux « en allés », dont Bergerac est à la fois le centre sentimental et le symbole. Si, dans ce premier recueil en occitan, de la langue, contrairement à ce que l’on peut observer dans des recueils plus tardifs, il n’est pas question, sinon indirectement on va le voir, le thème de l’eau qui emporte et s’enfuit y est, lui, bien présent. L’image de « l’aiga de l’espèra » (« l’eau de l’attente ») parcourt souterrainement le poème « Espèra ». La « Cançon » qui suit évoque, elle, le temps des gabarriers auquel faisait déjà allusion « Brageirac », mais elle l’évoque comme un temps définitivement passé : les chansons que chantaient les navigateurs de la rivière se sont tues, et probablement, avec elles, effacée, ou presque, la langue dans lesquelles elles étaient chantées :

  • 9 « Tu n’entends plus de chansons / oublieuse de la neige, mon cœur, lui ne t’oublie pas / car sont m (...)

Ausisses pus de cançons
— oblidaira de nevèia
mon còr, el, t’oblida pas —
que son mòrts los gabarrièrs,
ma Dordonha sangglaçada9.

10À Ségovie (« Recòrd de Segovia »), le refrain (« còbla ») que le poète a laissé dans une rue

  • 10 « Qui dévale, dévale, dévale / dans un ravin d’eau glacée ».

que fins au vaure d’aiga freja
davala que davalaràs10

continue, laissé pour compte, d’être repris, « sens fin ni pausa », « sans repos ni fin », par l’eau qui file entre les peupliers. Comme si la voix du poète, et donc le poème lui-même, n’étaient rien d’autre que l’écho, atténué, mais tenace, sans relâche au loin répété, de ce départ, de cette dérive au gré du courant.

11On pourrait, dans la continuité de toutes ces eaux fuyantes, citer d’autres pièces de Cap de l’aiga, par exemple ce « Flume del matin », ce fleuve seulement désiré, hélas ! dont la beauté reste du domaine du rêve, du paradis entr’aperçu et chanté. Mais l’on s’arrêtera surtout sur ce poème intitulé « Çò que l’aiga jonjoneja » (« Ce que fredonne l’eau »), une eau dans laquelle semblent se refléter tous les autres textes du recueil. Comme la Dordogne, cette eau échappe au poète :

  • 11 « Cette eau sait vers quoi elle coule, / et moi je sais ce qu’elle murmure. / Ses mots luisants, qu (...)

Quela aiga riva onte ben sap
e sabi plan çò que marmusa.
Sos mots lusents, quicòm los ditz
dempuèi d’annadas dins mon arma11.

12Mais elle lui murmure à l’oreille une chanson, comme à Ségovie, où s’assemblent et s’effacent les regrets et les désirs, sous le signe du Quichotte

  • 12 « Qui maintenant pourrit dans le ventre / de sa mère. Mais je m’en vais, moi, / où je sais, dans ce (...)

qu’ara se poirís dins lo ventre
de sa maire. Mas ieu me’n vau
onte ben sabi, dins quela baissa
que tot desaire se i acaba12.

  • 13 « N’ont que des ailes tordues », proposait la version française de 1952. Moins élégante, certes, ma (...)

13Le propos reste ambigu, qui paraît mêler signes d’espoir et de désespérance autour de ce Quichotte pourissant, tandis que les moulins, « subre los termes e las vinhas », « sur les coteaux et sur les vignes », paysage des bords de Dordogne, assurément « an non mas las aspas torsudas », « ont leurs ailes tordues13 ».

14Cap de l’aiga : sur ce titre, Bernard Lesfargues a voulu que rêvent ses lecteurs. Et c’est bien de cette eau, à la fois source et mère, mais aussi lieu de fuite et d’effacement, que le paysage de ce recueil, dans la lignée du précédent, nous entretient. En 1993, dans une note de son anthologie intitulée Bergerac et autres lieux (p. 53), le poète entreprit de livrer à ceux qui ne les auraient pas connus, quarante années ayant passé, sinon la clé, en tout cas le sens profond, intime, de ce titre. Un sens que les poèmes invitaient déjà à repérer et à interroger sans en fournir, bien sûr, l’exacte solution :

Cap de l’aiga, titre du recueil auquel est emprunté ce poème, est la forme languedocienne du limousin « Chap de l’aiga ». Francisé de longue date en Chadelaygue, c’est un lieu-dit de la commune de Saint-Jean-d’Eyraud ; comme le nom l’indique (« tête de l’eau »), l’Eyraud y prend sa source. Ce merveilleux toponyme est aujourd’hui déshonoré par un panneau où se lit Chadeleige. À quand Chat de neige ? ou Chasseneige ?

15L’érosion des noms de lieux, la perte de signification qui en résulte, rejoignent l’idée d’un monde écartelé entre sa destruction et sa résurrection : ce monde dont le poète, par éclat, par circonstance, s’évertue à capter les échos et les harmonies, alors même qu’il s’éloigne déjà, et qu’il ne promet de revenir un jour, peut-être, que pour faire durer ces instants de réconciliation.

  • 14 « Font sebelida / dins lo printemps... » Ce texte n’a pas été repris en recueil par la suite.
  • 15 Elle portait ce premier vers en guise de titre en 1952. Le texte de ce poème a en outre fait l’obje (...)
  • 16 Ou la nécesssité de choisir : Cap de l’aiga, comme tous les volumes de la collection « Messatges » (...)

16Dans le recueil de 1952 ne figure pas un poème publié dans la revue ÒC en 1948, aux côtés d’une version courte de « Brageirac » et d’une chanson14. Ce poème, intitulé « Al ròc d’Anglars » (« Au roc d’Anglars »), a été intégré à la partie Cap de l’aiga de La brase e lo fuòc brandal en 2002, à l’avant-dernière place. Le dernier poème a d’ailleurs été lui aussi changé : il ne s’agit plus, comme en 1952, d’« Un angèl, òc-plan » (« Un ange, bien sûr »), mais d’une pièce plus brève, sans titre, « La patz del ser » (« La paix du soir »)15. Ce rapatriement du « Ròc d’Anglars » au sein du recueil que l’on est en droit de considérer comme la « mère » de toute la poésie occitane de Lesfargues vient à coup sûr réparer un oubli16. Il éclaire, en tout cas, d’une clarté quasi aveuglante, bien que douce, infiniment, l’oscillation dont témoignent les évocations de l’eau de la rivière Dordogne, et de tout ce que celle-ci suggère et symbolise.

17Sur un sujet qui est aussi celui de la « Font sebelida... » mentionnée un peu plus haut, celui d’un amour en allé, ce poème est composé autour de deux vers d’un chant populaire :

  • 17 « Au roc d’Anglars / est une claire fontaine ». Cette chanson, dont est repris ici le refrain, est (...)

Al ròc d’Anglar
si a ’na clara fontana17

18Le visage de la femme aimée, tel celui de Jeanne dans la chanson, s’est noyé dans l’eau tremblante, mais le poète, depuis ce temps déjà bien lointain, continue de le voir, lui, « dins mos uèlhs e dins mas lagremas », « dans mes yeux et dans mes larmes ».

19En 2002, un autre poème sur le même thème a également été inséré dans Cap de l’aiga par Bernard Lesfargues : la « Cançon de la cara negada » (« Chanson du visage noyé »), qui avait été déjà publiée en 1964 dans le n° 26 de l’éphémère revue Letras d’òc :

  • 18 « Poisson, perle ou si l’on veut pierre, / ce visage s’est noyé / et s’est noyé le souvenir / au fo (...)

Peis o pèrla o ben tot pèira
s’es negada aquesta cara
e lo recòrd s’es negat
dins lo fons del fons de l’aiga18.

  • 19 Còr prendre. Poemas en lenga d’òc, amb revirada francesa de Jean-Marie Auzias, Bordeaux, Escole Jau (...)
  • 20 Dans la revue Viure, n° 5, printemps 1966, p. 39.
  • 21 Bergerac et autres lieux, par exemple, est autant une anthologie de textes déjà publiés qu’un recue (...)
  • 22 Nîmes, 4 Vertats, 1970.
  • 23 Bergerac, Les Amis de la Poésie (« Le Poémier de Plein Vent », n° 69).
  • 24 Gardonne, Fédérop (collection Paul Froment n° 42), 2006.

20Cette alchimie temporelle, réunissant des poèmes de la fin des années 1940 à des textes apparemment plus récents, et recomposant certains d’entre eux autour d’une même scène, est révélatrice de la puissance rétrospective du motif concerné. Et de son rôle majeur dans une œuvre poétique apparemment dispersée, et largement confiée, jusqu’en 2002, au seul hasard des circonstances. Comme le remarqua Yves Rouquette quand il eut l’occasion de recenser le deuxième recueil en occitan de Lesfargues, Còr prendre19, « Bernat Lesfargas escriu pas pro »20. Et de fait les divers recueils qui suivirent Cap de l’aiga, et pour commencer Còr prendre, demeurèrent minces, publiés à l’occasion d’un prix (en l’occurrence le prix Jaufré Rudel) ou d’une circonstance favorable. Souvent ils revêtirent la forme de brèves anthologies, réunissant poèmes des rares recueils antérieurs et pièces nouvelles21. De telle sorte qu’avant la somme de 2002, seules deux plaquettes virent en réalité le jour : Ni cort ni costier, dont les textes peuvent être qualifiés de « poèmes de combat22 », liés à diverses circonstances ; et Finie la fête, brochure hors commerce23. Il faut ajouter à ces deux titres, plus récemment, La plus close nuit, regroupant des poèmes anciens, en français, demeurés longtemps inédits, et, dans une seconde partie, des poèmes récents, en occitan surtout, sous l’intitulé « Lum dins l’escur / Lumière dans l’obscurité24 ».

21Les poèmes de Ni cort ni costier, répartis en diverses sections en fonction de leur thématique (mai 1968 à Lyon, par exemple), pourraient paraître bien éloignés de ceux des premiers recueils. Mais il n’en est rien au bout du compte. Hormis, peut-être, pour certains d’entre eux, un ton moins lyrique, plus proche du slogan, ce sont les mêmes espoirs qui dominent, les mêmes bonheurs entrevus et célébrés, et, simultanément, un même souffle de résignation, face aux atteintes inexorables du temps et du malheur. La langue fait toujours partie de ce jeu difficile, de ce paysage odysséen où la perspective du retour ne serait qu’un mirage :

  • 25 « Jésus, Jésus, il ne faut pas pleurer, / c’est la dernière fois que je m’adresse à toi dans ma lan (...)

Jèsus, Jèsus, non te cal pas plorar,
te parli dins ma lenga e quò’s lo darrièr còp,
mas daissa-me parlar tot mon sadol auèi25.

22Mais malgré tout cette perspective persiste, et c’est elle, finalement qui fait naître le poème, et lui donne son élan, la tension lyrique qui soutient les mots et les fait vivre. Ainsi dans « Catalonha » (« Catalogne ») :

  • 26 « Et combien [j’en donnerais] / pour que ce printemps-là un frémissement / passant par-dessus les P (...)

E quantas [ne’n donariái]
per que d’aquela prima un fremiment
sautant per dessús los Pirenèus
vengue far tressalir los bòrds de ma Dordonha
e se sente pus naut encara
pels tèrmes negres e verds del Lemosin
onte s’acaba nòstra lenga.
O veirai, aquò ?
Veirai sus quela tèrra estèrla
timidament frotjar quauqua violeta
e bofar un vent
qu’avalisca tot aquel femorièr26 ?

23Nombreux sont les poèmes de ce recueil (et des dernières sections de La brasa e lo fuòc brandal) qui apparaissent soulevés par ce levain de l’espérance. Le feu qui les parcourt tantôt y flamboie, tantôt s’y éteint. On sait que les flammes de la Pentecôte ont très tôt illuminé la poésie de Lesfargues. Le poème qui venait clore la version de 1952 de Cap de l’aiga, « Un àngel, òc-plan », plaçait rétrospectivement tout le recueil sous l’image indécise de l’ange :

  • 27 « Un ange, pourtant, m’a visité, / étincelant, / et il m’a nettoyé les lèvres d’une braise. / On di (...)

Pasmens, un angèl me venguèt veire,
esbleugissent,
e las pòtas me netegèt amb una brasa.
Dison que lo cal sonar Isàias,
d’autres dison la Poesia27.

24Le recueil hors commerce de 1999 brandissait le feu de Pentecôte, dans son intitulé comme dans son poème inaugural : une lumière aveuglante jetée sur la courte anthologie qui suit, « ce feu suspendu sur ma tête ». Un poème sans titre, en français seulement, de Lum dins l’escur, seconde partie de La plus close nuit, fait quant à lui de l’ange, à travers le temps (le poème est daté de 1946-2006), le messager fidèle et brûlant de l’écriture dans un recueil qui, on l’a vu, comme les précédents, réunit les époques en tissant entre elles tout un réseau de fulgurances :

Un silence plein de lumière
que dévoile une mésange
c’en est assez pour qu’un ange
s’en vienne sur cette terre
écouter les battements
à l’unisson du cœur des hommes
composant un hymne...

25C’est ce feu, soudain ressenti, ou seulement espéré, qui fait surgir le poème chez Bernard Lesfargues. Sa perception, telle la foudre, embrase les mots ; son attente, souvent désespérée, vient souvent clore le poème, comme un foudroiement à l’envers, une onde d’absence qui rend plus désirable et difficile la survenue de l’ange. Cette irruption a quelque chose à voir avec une annonciation, en ce qu’elle est très étroitement liée à la survenue de la langue elle-même, prise entre les feux de sa destruction et ceux de sa révélation inattendue. Il faudrait y croire, à cette révélation qui se renouvelle, rarement, avec chaque poème (qu’il soit en français ou en occitan d’ailleurs). Mais cette croyance est fragile. Et obscurcie, au fil des années, par la familiarité de plus en plus pressante de la nuit. La plus close nuit, selon la formule empruntée à Jules Supervielle. Ce qu’incarne remarquablement l’un des poèmes de ce recueil « Fuòc de paraula / Feu de mots », dans lequel le poète, face à la braise des mots, finit, pour se venger des moqueries qu’ils ont pu proférer à son égard, par en faire à leur tour la proie des flammes :

Uèi vos crami al vòstre torn
Aujourd’hui, c’est à vous de brûler

Notes

1 Merci à François Pic, qui m’a permis de prendre connaissance de son très complet « Essai de bibliographie de l’œuvre imprimée de Bernard Lesfargues », encore inédit.

2 Sous le nom de Bernard A. Lesfargues. A. pour Abel, son second prénom.

3 La brasa e lo fuòc brandal / La braise et les flammes, poesia [in]completa, 1945-2000, Montpeyroux, Jorn, 2011, p. 140 et suiv. C’est à partir de ce recueil récapitulatif, auquel il est plus facile de se reporter, que je cite les poèmes (ainsi que leur version française). Mais je restitue la référence des recueils initiaux.

4 Des attachements qui sont tout le contraire d’une vision étroite du monde, comme Lesfargues en prévenait plus tard ses lecteurs dans un avertissement destiné à préfacer un recueil dont l’intitulé affichait clairement cette origine : « Si quelqu’un, né à Bergerac, me déclare n’en avoir cure, je ne le lui reprocherai pas. On peut avoir vu le jour en Périgord et faire le choix de vivre à Zanzibar ou au Monomotapa [...] Ce qui a de l’importance, par contre, et une incommensurable importance, ce sont les années qu’enfant et adolescent on a passées dans un lieu, Réel ou imaginaire, peu importe. » (Bergerac et autre lieux / Brageirac e autres luòcs. Poèmes de Bernard Lesfargues, poèmes choisis et ordonnés par Joël Cornuault, Bergerac, Libraire La Brèche, 1993, p. 7).

5 Toulouse, Institut d’études occitanes (coll. « Messatges » n° 12), 1952. Le titre n’est pas traduit. Il a souvent été rendu par Mère des eaux (voir par exemple Andrée-Paule Lafont, Anthologie de la poésie occitane. 1900-1960, Paris, Les Éditeurs français réunis, 1961, p. 175). Bernard Lesfargues lui-même a utilisé cette formule en 2002 dans la réédition revue du recueil (La brasa e lo fuòc brandal).

6 Il avait paru auparavant dans la revue ÒC (nos 1946-1947-1948, p. 73).

7 « Hélas ! coule la rivière. / Hélas ! amour qui t’en vas vite, / vers Bordeaux qui a des bateaux, / et Blaye plus de gabarres. »

8 « Bergerac sur la Dordogne, / Bergerac du mois de mai, / je te perdis à jamais, / avec l’amour, avec la honte. »

9 « Tu n’entends plus de chansons / oublieuse de la neige, mon cœur, lui ne t’oublie pas / car sont morts les gabarriers, / ma Dordogne au cœur figé. »

10 « Qui dévale, dévale, dévale / dans un ravin d’eau glacée ».

11 « Cette eau sait vers quoi elle coule, / et moi je sais ce qu’elle murmure. / Ses mots luisants, quelque chose les dit / depuis des années dans mon âme. »

12 « Qui maintenant pourrit dans le ventre / de sa mère. Mais je m’en vais, moi, / où je sais, dans cette plaine / où tout regret prend fin. »

13 « N’ont que des ailes tordues », proposait la version française de 1952. Moins élégante, certes, mais peut-être plus proche du sentiment exprimé dans la version occitane, plus négative encore, et plus prompte à frôler le néant qui se profile en ce refrain.

14 « Font sebelida / dins lo printemps... » Ce texte n’a pas été repris en recueil par la suite.

15 Elle portait ce premier vers en guise de titre en 1952. Le texte de ce poème a en outre fait l’objet de réécritures remarquables, destinées, on le devine, à en actualiser la forme et le sens pour le poète, sous la pression du temps écoulé entre les deux publications.

16 Ou la nécesssité de choisir : Cap de l’aiga, comme tous les volumes de la collection « Messatges » de ces années-là, ne comporte que peu de pages (trente-six, pour quinze poèmes).

17 « Au roc d’Anglars / est une claire fontaine ». Cette chanson, dont est repris ici le refrain, est également connue sous le titre de chanson de Jeanne (Joana) d’Aymé. Cette chanson a inspiré d’autres poètes d’oc, par exemple Louisa Paulin (« Joana d’Aimé », in Sorgas, Toulouse, Privat, 1940 : « Anuèit, me cantes pas anuèit / la cançon de Joana d’Aimé... » [ « Ce soir, ne me chante pas ce soir / la chanson de Jeanne d’Aymé... » ; « Je voudrais bâtir une ville heureuse ». Anthologie poétique bilingue, Valence d’Albigeois, Vent Terral, 1986 ; 1999, p. 78-79). Elle a fait l’objet de nombreuses interprétations et sa musique, recueillie en Auvergne, a été harmonisée par Joseph Canteloube.

18 « Poisson, perle ou si l’on veut pierre, / ce visage s’est noyé / et s’est noyé le souvenir / au fond de l’eau tout au fond. »

19 Còr prendre. Poemas en lenga d’òc, amb revirada francesa de Jean-Marie Auzias, Bordeaux, Escole Jaufré Rudel, 1965.

20 Dans la revue Viure, n° 5, printemps 1966, p. 39.

21 Bergerac et autres lieux, par exemple, est autant une anthologie de textes déjà publiés qu’un recueil de textes nouveaux. Cette plaquette vit le jour, comme l’indique l’achevé d’imprimer, « à l’occasion de la 74e Félibrée, qui s’est tenue à Bergerac le 4 juillet 1993 ». Pentecôte, textes choisis et présentés par Yves Rouquette, Bergerac, Les Amis de la Poésie, 1999, est d’abord une anthologie, « en hommage à B. L., invité des Journées de Poésie des 4, 5 et 6 juin 1999 à Bergerac » ; il s’agissait, en outre, d’une édition hors commerce.

22 Nîmes, 4 Vertats, 1970.

23 Bergerac, Les Amis de la Poésie (« Le Poémier de Plein Vent », n° 69).

24 Gardonne, Fédérop (collection Paul Froment n° 42), 2006.

25 « Jésus, Jésus, il ne faut pas pleurer, / c’est la dernière fois que je m’adresse à toi dans ma langue, / laisse-moi te parler aujourd’hui autant que j’en ai envie. » Ce poème a été retouché entre sa première publication en 1970 et sa reprise en 2002. C’est cette dernière version qui est donnée.

26 « Et combien [j’en donnerais] / pour que ce printemps-là un frémissement / passant par-dessus les Pyrénées / vienne faire tressaillir les bords de ma Dordogne / et que plus haut encore on le sente / sur les coteaux noirs et verts du Limousin / là où prend fin notre langue. / Le verrai-je cela ? / Est-ce que je verrai sur cette terre stérile / timidement fleurir une violette / et souffler un vent qui balaye / toute cette pourriture ? »

27 « Un ange, pourtant, m’a visité, / étincelant, / et il m’a nettoyé les lèvres d’une braise. / On dit qu’il faut le nommer Isaïe, / d’autres le nomment Poésie. »

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2014

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search