Version classiqueVersion mobile

Paysages du poème

 | 
Philippe Gardy

Georges Reboul : la marche du poème

Texte intégral

  • 1 Aigues-Vives, Marsyas, 1932 ; Aigues-Vives, Marsyas, 1937.
  • 2 « Amb una interpretacion francesa de Jean Malrieu », [présentation d’Andrée-Paule Lafont], Toulouse (...)
  • 3 Avec une préface et une version française de Jean-Marie Petit, Énergues, Vent Terral, 1985.

1On pourrait dire que la poésie de Georges Reboul se situe au carrefour des deux titres qui l’ont véritablement fait connaître comme poète d’oc : Sènso relàmbi et Terraire nòu1. Sans répit, Terroir nouveau : deux propositions, à quelques années d’intervalle, pour deux recueils de belle tenue dans lesquels le poète, encore jeune, mais déjà en pleine possession de son écriture, réunissait l’essentiel de sa production, en attendant d’autres étapes, que sanctionnèrent des titres tels que Chausida2, d’apparence modeste, et, plus tardivement, de façon sans doute encore plus décisive, Pròsas geograficas3.

1 Sans répit

  • 4 On songe ici à la façon dont René Méjean qui fut, après Reboul, l’un des poètes qu’accueillit la re (...)

2L’intitulé du premier de ces deux recueils suggère le mouvement. Un mouvement ininterrompu, un effort sur soi-même qui se confond avec l’élan initial. Il s’agit d’avancer, mû par une force, une énergie suffisamment égales pour que rien ne leur résiste. Il ne s’agit pas, en outre, cette fois en prenant l’expression ainsi lancée dans une acception plus abstraite, plus générale, de transiger, ou de musarder, d’aller ici ou là, au gré des humeurs et des circonstances. Il y a dans ce qui apparaît comme une devise, ou un précepte, l’idée d’une direction prise, et tenue, quoi qu’il en coûte. Mais cet esprit de décision, cette volonté4, sont tranquilles, paisibles, sans animosité aucune. Car c’est un sentiment profond de liberté qui les anime. Tout cela trouve sa résolution et sa concrétisation dans la poésie elle-même, telle que Reboul, dans ce premier véritable recueil, la définit : il s’agit d’une écriture directe, sans ornements superflus, sans états d’âme non plus. Si Sènso relàmbi est une devise, une maxime, la formule est également, et d’abord, un art poétique. Une discipline.

  • 5 La bibliographie détaillée de Georges Reboul a été établie par François Pic (Actes du colloque Jòrg (...)
  • 6 Sur les circonstances assez étranges du double enterrement, religieux puis civil, auquel eut droit (...)

3Reboul — il est né à Marseille en 1901 — écrit et publie depuis quelques années déjà quand il réunit les pièces composant ce premier recueil. Des plaquettes éditées sous le sceau marseillais de l’Amistanço dei Joueine (À couar dubert en 1928, avec un avertissement d’Antoine Conio ; Calignàgi en 1929 ; Escapolon en 1930, avec une préface de Charles Camproux), des pièces éparses dans ÒC, souvent dédiées à de grands aînés (Auguste Fourès, Antoine Conio, Valère Bernard, Antonin Perbosc5), révèlent l’existence d’un poète à la fois patient et volontaire. Un poète qui cherche son chemin, et, pour cela, se réfère à quelques figures tutélaires dont il médite l’exemple en insistant tout particulièrement sur le rôle d’éclaireurs qu’ils ont pu jouer à son égard. On citera, comme emblématique de cette attitude dont Reboul ne se départira jamais, la première strophe d’une pièce en hommage au poète languedocien Auguste Fourès, l’auteur des Grilhs (1888) et des Cants del soulelh (1891), qui fut enterré « debout en sa bière de chêne, en son tombeau profond », selon le mot d’Antonin Perbosc6 :

  • 7 « Ô chanteur si grand ! / Nous avons suivi ta route ; / notre langue n’est pas brisée, / Fourès, éc (...)

O Cantaire tant bèl !
Abèm seguit ta rota ;
nostra lenga es pas rota
Forès, escota, escota,
de dre dins ton tombèl7.

4Si ce poème, comme d’autres de facture similaire écrits par Reboul à la même époque, est aussi une pièce d’allégeance à des idées, au projet d’une destinée collective autour d’une langue, il est d’abord l’expression d’une authentique vérité poétique, résidant peut-être davantage dans l’élan qui le porte que dans le message dont il serait chargé. Ce que Fourès a transmis au jeune Reboul, c’est le souffle qui anime sa poésie, et, pour commencer, la langue dans laquelle celle-ci est élaborée, sculptée, à travers son dynamisme originel, qui est à la fois sens du mouvement et mise en œuvre rythmique de cette volonté, née d’un désir auquel il convient d’obéir.

5Depuis ses débuts, l’œuvre de Reboul est orientée et rythmée par les hommages rendus à ces figures de poètes qui ont pour lui fait office de guides, d’ordonnateurs du monde et du langage. Dans Terraire nòu, toute une section, la première, immédiatement après le poème initial, « Art pouëtique », est consacrée aux « Amistanço », aux amitiés. On y retrouve la plupart de ceux qui, chacun à sa façon, connus ou moins connus, ont montré le chemin au poète Reboul, en l’aidant sinon à comprendre le monde, à tout le moins à en entreprendre la reconnaissance méthodique et enthousiaste : Antoine Conio, Sully-André Peyre, Amy Sylvel, Joseph d’Arbaud, Albert Pestour, Jean Giono, Joseph Loubet, Jacques Santucci, Jean-Calendal Vianès, A.-G. Méric, Han Ryner. Chacun des noms présents dans cette guirlande d’hommages et de témoignages mériterait d’être élucidé et replacé dans son contexte. Tous sont différents, tout parfois oppose certains d’entre eux. Mais tous ont en commun, dans la peinture que Reboul en propose, d’avoir été, sur les voies de l’existence, et dans l’exercice de la poésie, des initiateurs ou des témoins précieux.

  • 8 Antoine Conio (Marseille 1878-1947) fut l’un des maîtres de Reboul. Il était un « rouge du Midi », (...)

6Avant même que le poète ait commencé à composer son paysage d’élection, ils lui ont en effet apporté de quoi ressentir la réalité des êtres et des choses, en appréhender la présence vivante et palpitante, et en retranscrire en mots la réalité rugueuse et pleine, l’épaisseur qui se confond avec les mystères et les surprises de l’existence. Rien, peut-être, ne résume mieux ce sentiment de gratitude, cette idée d’une dette majeure et sans contrepartie, que la première strophe du poème « Pèr Antòni Conio8 », qui ouvre cette section initiale du recueil :

Anàvi fourvia ma jouvènço
m’as ensigna lou bouon estè.
Pèr apoundre moun noum en d’aquéu de Prouvènço
ta franco ajudo s’ajustè.

J’allais fourvoyer ma jeunesse
tu m’as orienté.
Pour lier mon nom à celui de Provence
ton aide franche m’est venue.

7On remarquera comment le « je », souvent présent, intensément, chez Reboul, semble naître de ces rencontres et de ces échanges fructueux. Car il ne saurait y avoir d’engagement véritable du poète dans son poème que de ces fécondations successives et complémentaires, desquelles il est issu, comme de naissances foisonnantes et généreuses.

8C’est dans un tel contexte qu’il convient probablement de lire la deuxième pièce, souvent citée, de Sènso relàmbi, alors dépourvue de titre, et qui devait prendre par la suite celui de « Marignano » :

Siéu na longtèms après ma neissènço
siéu sourti dóu maridàgi
d’aquelo terro bruno emé moun esperit blound,
e lou capiti miés emé leis an.

Je suis né longtemps après ma naissance,
j’ai surgi du mariage
de cette terre brune avec mon esprit blond,
et je le comprends mieux avec les années.

9Ici, comme dans les pièces d’« amistanço », le poète naît de la rencontre, mais cette fois c’est d’un paysage qu’il s’agit. Qu’il célèbre hommes ou paysages, amitiés ou amours (y compris l’amour filial : la première partie de Sènso relàmbi est dédiée « À ma maire »), le poème est le fruit de ces occasions riches et heureuses, qu’il relate, ou, plutôt, qu’il reformule en s’efforçant d’en rendre sensibles les couleurs, la musique, jusqu’à en tirer la matière d’une forme nouvelle, à la fois fidèle aux émotions premières et capable de les dépasser en les stylisant, afin de n’en conserver que l’essentiel, la substance profonde et de la sorte susceptible d’en conserver la chaleur première, incomparable.

10Chez Reboul, ainsi, il n’est de poème que de la réunion, amicale ou amoureuse, d’un paysage, de ceux qui le rendent visibles ou le peuplent de leur présence incomparable, et du poète lui-même, de cette première personne qui fait le lien entre eux avant de le restituer à ses futurs lecteurs. Cette poésie est celle du dialogue ininterrompu, soutenu à tout instant par un engagement total du moi vers la réalisation de son désir. Un désir qui soulève et soutient le poème, qui lui donne forme et relief, comme s’il s’agissait d’une peinture, lourde de tout le poids suggéré des coups de pinceaux qui l’ont peu à peu fait sortir du néant pour, littéralement, en matérialiser l’émergence.

2 Terroir nouveau

11L’« Art poétique » par lequel s’ouvre Terraire nòu met précisément en avant le rôle prééminent du désir. Ce poème est tout entier traversé par l’évocation d’un pâtre et de son troupeau :

Emé d’estrofo puissanto,
sènso coumta lei mot,
ai segui la draio enaussanto
mounte passo un escabot

Avec de puissantes strophes,
sans compter les mots,
j’ai suivi la voie triomphale
où passe un troupeau

12Et le cheminement de l’un et de l’autre aboutit, au terme d’une avancée qui est aussi montée, dépassement de soi en direction du ciel étoilé, à la révélation finale, où se trouve consigné le cœur battant de cet art poétique :

E lou pastre es iéu, emé la troupo
que paisse à l’endavant de moun desi
e s’espandisse o bèn s’agroupo
à moun coumand jamai gausi

Et le pâtre c’est moi, avec le troupeau
qui broute au devant de mon désir
et se dépense ou se recueille
suivant ma volonté toujours intacte.

  • 9 « Aller loin toujours ». Le texte de ce poème, daté de 1931, est emprunté au recueil Pròsas geograf (...)

13Ce poème, daté de 1932, est presque l’exact contemporain de celui que Reboul dédia au poète provençal Folco de Baroncelli (Aix-en-Provence, 1869-Avignon, 1943), et dont le titre donne toute la mesure : « Anar luènh sèmpre9 ». Une mesure que répètent les mots du poète manadier placés en exergue : « Il n’y a que le désir ». La première strophe, qui est aussi la dernière, le chemin du poème ayant été entre temps parcouru, fournit quant à elle l’image idéale et pourtant bien réelle de ce paysage du désir, exprimant à la fois une volonté, un rythme, et au bout du compte une prise de possession du monde :

Anar luenh          sèmpre
sèmpre franquir la rega
que barra aquesta arada
e puei       aquí       durbir lei mans
per derrabar çò que s’aubora

Aller loin toujours
toujours franchir le sillon
qui ferme ce labour
et là          ouvrir les mains
pour saisir ce qui s’offre

14Toutes sortes de désirs, traversant la poésie de Reboul, en soutiennent le rythme et l’alimentent de leur perpétuel renouvellement. Et tous convergent vers un même horizon : au terme du spectacle du monde, en ce lieu où tout paysage s’élargit en se refermant sur lui-même, cet espace qui, littéralement, s’offre au poète, en s’élevant (s’aubouro) face à lui.

15Tel est l’un des sens que l’on peut donner au titre du recueil de 1937, au-delà de sa valeur de révélation et de découverte. Ce terroir nouveau est celui qui se contemple au terme d’une marche à la fois paisible et glorieuse, d’une avancée décidée dont la seule fonction serait de rendre visible la matérialité et l’épaisseur de la présence universelle, dans une sorte de communion avec le moi du poète.

16Pris dans un tel mouvement, hommes et paysages, au filet majestueux des mots, sont reliés entre eux jusqu’à former un seul monde, une unité qui les réunit et les féconde. Pour Reboul, menant son troupeau de langage, l’homme ou la femme et le paysage dans lequel ils évoluent forment une totalité vivante, et les uns ne sauraient exister sans l’autre. Et c’est le poète, par la hauteur de son chant, par la capacité de sa voix à réunir les éléments épars autour de lui dans un tableau unique, qui rend possible cette rencontre harmonieuse.

  • 10 Je me permets de renvoyer sur ce sujet à mon étude « Jorgi Reboul. Le mouvement d’une poésie », Act (...)

17Les poèmes de Reboul, dès le début, présentent en apparence des caractéristiques formelles assez diverses. Sans doute pour que chacun apparaisse le plus en accord possible avec le rythme dont il est porteur, et qu’il s’agit de rendre perceptible. Mais cette diversité, quoique réelle, recouvre une unité plus profonde. Si la poésie de Reboul est en rapport avec le rythme de la marche, et de la marche régulière, pour ainsi cadencée10, elle est aussi, et de façon très complémentaire, sœur du dessin et de la peinture, des arts plastiques plus généralement. Tout en elle est espaces, lignes, position sur la page. Rien à cet égard n’y est laissé au hasard, comme en attestent les nombreuses versions de ses textes que le poète avait coutume de réaliser, manuscrites ou dactylographiées, à l’intention de ses correspondants. Ce souci de l’architecture, de la mise en place, revient, non pas à quadriller un territoire, mais à le baliser au fur et à mesure que l’on en effectue la découverte, et qu’on en relève les inflexions essentielles, à la fois objectives et subjectives.

18En marchant, le poète, de même, inscrit dans son poème, en même temps qu’un rythme, celui de son corps et de sa raison, toute une topographie. La formule de « prose géographique », que Reboul utilisa souvent pour qualifier ses textes publiés à partir des années 1960, avant d’en faire le titre d’un recueil tardif mais qui est aussi une revue de l’œuvre passée, dit tout à cet égard. Le rythme pédestre de la prose s’y allie au sens de l’espace, et donne ainsi au poème son élan, ses dimensions, son cadre mental et quasi géométrique. Et le poème, de la sorte, s’affirme ouvertement comme une construction, par avancées et touches successives. On pourrait dire de cet art qu’il possède quelque chose de cubiste, parce qu’il procède par additions et juxtapositions, pièce à pièce, respiration après respiration, avec calme et non sans une certaine majesté.

19Si les écrivains sont nombreux dans cette poésie, les peintres, de leur côté, y occupent en apparence une place bien moindre. Mais ils n’en sont pas absents. Essentiellement dans la dernière partie, chronologiquement, de l’œuvre. Et parmi ceux-ci, il en est un dont la mention attire l’attention : un voisin, géographiquement parlant, de Reboul, l’Aixois Paul Cézanne. Cette présence est révélatrice. D’une admiration avouée, d’abord. Mais aussi, de façon plus décisive, d’un sentiment de fraternité, entre peinture et poésie. Et de quelques affinités substantielles. Le « paysage », réel et imaginaire, de Reboul ressemble sur certains points à celui de Cézanne. La montagne Sainte-Victoire domine le paysage du poète, avec d’autres cimes, telle celle du mont Olympe (l’Auripa en provençal), qui se dresse non loin de la demeure campagnarde de Reboul, son cabanon des « tres restancas », situé à Trets :

Au pendís de de l’AURIPA de Tres
          ma sosta
de tres restancas ferigoladas

Au versant de l’Olympe de Trets
          mon havre
de trois restanques fleuries de thym

  • 11 Pròsas geograficas, p. 170. « Mont Venturi », dédié à un compagnon de Reboul, Charles Brémond, de P (...)

20Telle est la chute du poème « Mont Venturi » (appellation provençale de « la montagne Sainte-Victoire de Paul Cézanne », au dire de Reboul lui-même commentant un autre de ses poèmes où il est également question de ce site emblématique de l’art de Cézanne11). Un poème dans lequel Reboul rend un hommage appuyé à cette montagne, qui possède probablement pour lui la propriété essentielle d’être tout à la fois un belvédère, une sorte de tour de guet surveillant et dominant les paysages d’une existence tout entière, et un idéal artistique et imaginaire. S’adressant directement à elle, Reboul l’apostrophe dès le premier vers comme s’il s’agissait en même temps d’une puissance tutélaire, d’une présence amicale et d’un modèle :

Gigant          Ami
ti tancas          universau
en totei lei Museòns
          dau Monde
ambé l’engèni dau pur Sestian
          PAU CÉZANNE
que son pincèu acolorit
enaurèt ton autura ventada
          e la sacrèt !
« Montagne de Sainte-Victoire ».

Géant          Ami
tu te dresses          universel
dans tous les Musées
          du Monde
par le génie du pur Aixois
          PAUL CÉZANNE
dont la palette
glorifia ta cime ventée
          et la sacra :
« Montagne de Sainte-Victoire ».

21Cette révérence empreinte de solennité, mais aussi de fraternité modeste, est révélatrice de ce que la montagne, ainsi magnifiée par un artiste d’exception, nous apprend de l’art de Reboul. Un art qui, par le verbe, s’efforce de parcourir et d’offrir un paysage, au carrefour des événements géologiques par lesquels il a été façonné et des aventures humaines qui l’ont touché en profondeur.

22Le paysage poétique de Reboul, ainsi, est profondément marqué par la silhouette de ces montagnes qui l’entourent, proches ou plus lointaines, et qui ont donné, peu à peu, à ses poèmes leur rythme, leur profil, leur force spécifique. L’identification à Cézanne nous renvoie à la généalogie d’une œuvre qui est l’expression d’une filiation et d’une volonté de découverte. Venu lui-même des montagnes, comme nombre de Marseillais, puisque né d’un père ardéchois et d’une mère originaire des Alpes, Reboul, depuis ses premiers textes, traverse et explore cet espace qui aussi celui de « sa » langue d’élection. L’un de ses premiers poèmes publiés s’intitule « Au pue de Bartagno » (Au pic de Bartagne). Cette imposante falaise (on la qualifie souvent de bauç), à une quarantaine de kilomètres à l’ouest de Marseille, au-dessus de Gémenos, domine d’un peu plus de 1 000 m le paysage de sa masse calcaire impressionnante. Ce premier chaînon du massif de la Sainte Baume est déjà pour Reboul un point de repère majeur, et aussi un repaire, comme l’exprime avec force le quatrain initial de ce sonnet mu par un lyrisme puissant :

  • 12 « Admirable, montagne, sainte roche des dieux ! / Je fuis ma Cité, ses embarras, ses vices, / pour (...)

Auturo espetaclouso, santo roco dei diéu !
Fugissi ma Ciéuta, soun trafé, sei magagno,
Pèr óublida vers tu l’amarun de mei lagno
En cantant ta belour qu’encapèlou lei niéu12.

  • 13 Ce poème est dédié à Mireille Lafont, cousine germaine de Reboul, dont la mère, sœur donc de celle (...)

23Ce n’est évidemment pas par hasard que l’on trouve en tête des Pròsas geograficas, un recueil qui constitue finalement le toit de l’œuvre, alors même que Sènso relàmbi et Terraire nòu en furent les murs et les fondations, un poème, « Salinhac 1930 », qui se présente comme un retour vers ce haut pays des origines. Salignac, petit village proche de Sisteron, et surplombant la Durance, est celui des ancêtres maternels de Reboul13. En ce lieu, celui de :

          l’Ostau de mon sorgènt
l’Ostau afondrat dei Ferauds de ma Maire

          la Maison de mes sources
la Maison effondrée des Féraud de ma Mère

  • 14 Ainsi que me l’indique l’éditeur des Pròsas geograficas, Jean-Marie Petit, sans toutefois en déteni (...)
  • 15 Le terme gavot, substantif ou adjectif, désigne les habitants des montagnes provençales, et peut s’ (...)

24« Que reste-t-il encore pour moi ? », s’interroge le poète, avant de répondre : « un calen », une lampe, qui l’attendait, depuis une centaine d’années, et, tel un signal, lui permet de poursuivre son chemin en direction de la Citadelle de Sisteron, « La Rouecho enchabanaio » et les souvenirs amicaux ou littéraires qui s’y attachent. Ce poème semble récent par rapport à la date qui figure dans son intitulé : certainement écrit dans les années 197014, il apparaît comme un regard jeté vers le passé, où le poète embrasse d’un même mouvement la vie de ses ancêtres « gavots15 », et la sienne propre. La maison en ruines, comme la présence de ce calen destiné à lui servir de guide, et dont on a vu plus haut ce qu’il représenta pour Reboul dans son itinéraire d’homme d’oc à Marseille et en Provence, s’y trouvent réunis, depuis ce belvédère familial que constitue le haut pays de Sisteron.

Notes

1 Aigues-Vives, Marsyas, 1932 ; Aigues-Vives, Marsyas, 1937.

2 « Amb una interpretacion francesa de Jean Malrieu », [présentation d’Andrée-Paule Lafont], Toulouse, Institut d’études occitanes (« Messatges », n° 35), 1965.

3 Avec une préface et une version française de Jean-Marie Petit, Énergues, Vent Terral, 1985.

4 On songe ici à la façon dont René Méjean qui fut, après Reboul, l’un des poètes qu’accueillit la revue Marsyas, animée par Sully-André Peyre, qualifia l’auteur de Sènso relàmbi dans les chroniques de « Lectures provençales » qu’il publiait entre 1955 et 1957 dans La France latine : « Georges Reboul ou la poésie du vouloir » (Marcel Decremps, « René Méjean journaliste et directeur de La France latine », La France latine, nouvelle série, n° 106, 1988, p. 44).

5 La bibliographie détaillée de Georges Reboul a été établie par François Pic (Actes du colloque Jòrgi Reboul (9 avril 1994), Mairie de Septème-les-Vallons, s. d. [1996], p. 69-81).

6 Sur les circonstances assez étranges du double enterrement, religieux puis civil, auquel eut droit Fourès (Castelnaudary, 1848-1891), on se reportera aux pages que leur a consacrées Joseph Salvat (en coll. avec Ernest Nègre), Le poète Auguste Fourès, Toulouse, Collège d’Occitanie, 1974, p. 192 et suiv. Le texte de Perbosc, daté de décembre 1893 (préface au Terradou de Prosper Estieu), est cité par Salvat dans ce même ouvrage, p. 198-199.

7 « Ô chanteur si grand ! / Nous avons suivi ta route ; / notre langue n’est pas brisée, / Fourès, écoute, écoute, / debout dans ta tombe. » Le texte occitan est celui donné par la revue ÒC (n° 78, 1er novembre 1927, p. 3), en graphie classique et en languedocien. Selon ÒC, ce poème aurait d’abord été publié (sans doute en provençal marseillais, et en graphie félibréenne) dans le périodique La vie marseillaise.

8 Antoine Conio (Marseille 1878-1947) fut l’un des maîtres de Reboul. Il était un « rouge du Midi », fondateur en 1925, avec Reboul notamment, du Calen de Marseille, organisme associatif d’éducation populaire affilié au Félibrige, et animateur, successivement de l’Armana marsihés (entre 1928 et 1937) et de L’Araire (1937-1939). Dans les deux dernières années de sa vie il rédigea la chronique provençale de Rouge Midi, le journal du Parti communiste à Marseille. C’est Conio qui présenta aux lecteurs, par une rampelado, la première plaquette poétique en langue d’oc de Reboul, À couar dubert, Marseille, Edicien de l’Amistanço dei Joueine, 1928 (sur l’histoire du « Calen » marseillais, on lira l’étude de Pierre Grau, « “Lou Calen” et “Nostra Terra”. Occitanisme et pan-occitanisme dans les années 1920 », Actes du colloque Jòrgi Reboul (9 avril 1994), Mairie de Septème-les-Vallons, s. d. [1996], p. 23-35).

9 « Aller loin toujours ». Le texte de ce poème, daté de 1931, est emprunté au recueil Pròsas geograficas (p. 14-15). Ce poème porte en exergue un hémistiche du poète et manadier camarguais : « L’a que desirança » (C’est-à-dire, dans sa version originale, « I’a que desiranço » (« il n’y a que désir »). Cet hémistiche est extrait de la pièce de Baroncelli intitulée « Ànci » (« Angoisse »). Celle-ci figure dans son recueil Blad de luno / Blé de lune, Paris, Lemerre et Avignon, Madame Roumanille, 1910. Le vers complet proclame : « Cresiéu au plesi : i’a que desiranço ».

10 Je me permets de renvoyer sur ce sujet à mon étude « Jorgi Reboul. Le mouvement d’une poésie », Actes du colloque Jòrgi Reboul (9 avril 1994), Mairie de Septème-les-Vallons, s. d. [1996], p. 17-21.

11 Pròsas geograficas, p. 170. « Mont Venturi », dédié à un compagnon de Reboul, Charles Brémond, de Puyloubier, se trouve dans le même recueil, p. 152-153.

12 « Admirable, montagne, sainte roche des dieux ! / Je fuis ma Cité, ses embarras, ses vices, / pour oublier auprès de toi l’amertume de mes chagrins / en chantant ta beauté que coiffent les nuages. » Ce poème, indiqué comme faisant partie du recueil À couar dubert (em’uno rampelado d’Antòni Conio, Marseille, Edicien de l’Amistanço dei joueine, 1928), a paru dans l’Almanach occitan, 6e année, p. 72. On n’en trouve pas trace dans le recueil en question, qui ne contient que des pièces de lyrisme amoureux.

13 Ce poème est dédié à Mireille Lafont, cousine germaine de Reboul, dont la mère, sœur donc de celle du poète, était native du même village.

14 Ainsi que me l’indique l’éditeur des Pròsas geograficas, Jean-Marie Petit, sans toutefois en détenir la preuve formelle.

15 Le terme gavot, substantif ou adjectif, désigne les habitants des montagnes provençales, et peut s’appliquer à tout ce qui s’y rattache. Reboul, très tôt, signa souvent ses articles ou ses poèmes en faisant suivre son nom de la mention « gavot de Marseille ».

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2014

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search