Version classiqueVersion mobile

L’occitan en guerre

 | 
Guy Barral

Épilogue

Texte intégral

1Louis Bonfils est encore blessé en avril 1917. Il ajoute encore deux étoiles à sa croix de guerre en mai puis en décembre 1917. Il est nommé capitaine en mai 1918.

2Il est finalement tué le 11 juin 1918.

3Mais Pierre Azéma achève ici sa retranscription des lettres de Louis Bonfils, deux lignes seulement après le début de sa 90e page. Leur caractère impubliable, juste avant les derniers efforts de guerre ou juste après la joie des retrouvailles dans une unité nationale à redéfinir a fini par lui sauter aux yeux. Car en pratique, cette union sacrée est une somme de tiraillements : entre Nord et Sud, entre civils et militaires, entre front et arrière, entre riches (planqués ou plancables) et pauvres, entre hommes et femmes...

4Mais nous pouvons ajouter au corpus fourni par Pierre Azéma quelques pièces, dont la lettre-récit suivante, parue dans Lou Gal n° 42, 15 mars 1917 sous le titre : Retour de permissioun. Cet article est contemporain de la criminelle offensive du Chemin des Dames et de Craonne imaginée et dirigée par le général Nivelle. Elle décrit de façon assez féroce et avec une aigreur certaine le décalage entre le front et l’arrière et les tensions naissantes du début de 1917.

4 mars 1917 — Retour de permission

  • 1 Lou Chivalié est le pseudonyme de Pierre Azéma.

5Très cher Chevalier1

6Depuis quelques jours, me voici à nouveau dans mes tranchées, et dans le pays gris et brumeux que je t’ai décrit plusieurs fois. Dans mon abri à six mètres sous terre, éclairé par un morceau de chandelle, je pense à vous. Je revis par la pensée la longue semaine que je viens de passer à Montpellier.

7Notre Clapas ! Avec son soleil d’or, son ciel toujours — ou presque — bleu, ses nuits étoilées, avec la brise de mer légère et douce qui y souffle, avec son air parfumé de l’haleine de nos garrigues, avec tout, enfin, ce qu’il a et ce qui fait que nous l’aimons de plus en plus, que nous l’aimons surtout parce que de longues et rudes journées nous ont séparés du terroir familier qui a été notre berceau et vers quoi vont tous nos espoirs, tous nos souvenirs, tous nos désirs...

8Pourtant, on nous l’a changé, notre Clapas ! C’est la guerre qui veut ça. Plus aucun montpelliérain de notre âge, ils sont tous à la guerre. Les rues autrefois rendues joyeuses par la jeunesse montpelliéraine, par les folies des étudiants, par les sacrées cavalcades qui, de Saint-Denis à Boutonnet déroulaient leur interminable farandole, les rues sont tristes aujourd’hui. On voit partout les conséquences de notre boucherie héroïque. Des hommes jeunes et costauds se trainent avec des béquilles ou marchent aussi courbés que des roseaux un jour de mistral. À côté d’eux, d’autres hommes, tout aussi jeunes et costauds se promènent avec des manches vides, sans bras, ou se font conduire par des enfants, car ils ne voient plus la lumière du soleil.

9Les glorieux blessés de la grande guerre donnent à notre patrie un nouveau décor de tristesse et de fierté.

10Mais si ce tableau peut émouvoir les cœurs sensibles, il a moins d’effets sur les caractères durcis au feu de la bataille. Ceux qui ont vu les charniers de la Marne ou de l’Yser, de Verdun ou de la Somme ne s’effrayent pas pour si peu.

11Montpellier offre aussi un autre tableau, plus amusant. Celui des montpelliérains qui n’ont personne sur le front et qui commencent, déjà ! à s’aviser qu’il y a la guerre.

  • Tu ne crois pas, Filhou, que nous sommes bien malheureux, me disait un jour, après diner, maître Barnabé, que j’avais rencontré chez Arnal. Regarde, nous n̓avons plus de charbon, et il gèle à pierre fendre.

  • Si j’étais taquin, maître Barnabé, lui répondis-je, je vous demanderais quand il y a eu, cet hiver, des pieds gelés à Montpellier. Le charbon manque, mais il reste pas mal de choses à brûler, ne serait-ce que les vieilles affiches qui défigurent nos vieux monuments, les baraques en bois qui ornent notre Esplanade, ou les pissotières qui ne sont pas encore démolies devant le Peyrou ou sur le pont à côté de la grande croix. Ah ! Vous feriez un de ces feux de Saint-Jean, avec tout ça ! Avec toutes ces vieilleries, il y aurait de quoi vous chauffer, vous et tout le quartier.

  • Oui, rigole que ça te va bien ! Mais est-ce que tu sais que maintenant, nous n̓avons plus droit qu’à une livre et demie de sucre par mois, que pour avoir ce sucre, il te faut une carte de la mairie, et que, quand tu as cette carte, il n̓y a pas un épicier qui soit foutu de t’en donner une demi-livre, ou alors, il te donne de ce sucre cristallisé qui nous arrive d’Amérique !

  • Et c’est pour ça que vous rouspétez ? Ça vaut le coup ! Nous autres, au front, sans carte, nous touchons trois livres de sucre par mois. Ça nous permet de boire chaque jour deux tasses de café, et de faire le thé dans l’après-midi, comme dans le beau monde. Quant au sucre d’Amérique, ne dites rien. Il y a plus de deux millions de poilus qui s’en servent depuis août 14 et personne n’en est mort. Et puis, ça donne aux Américains le plaisir de ramasser nos beaux louis d’or.

  • Et maintenant, nous n̓allons manger que du pain dur, moi qui n̓ai plus de dents !

  • Les mêmes poilus dont je vous parlais, maître Barnabé, mangent depuis longtemps du pain qui a au moins huit jours. Il arrive souvent qu’il soit gelé ou moisi, et des fois, ils n̓en mangent pas à leur faim. Et pourtant, ils continuent à se faire tuer pour vous.

  • Je le sais bien, tout ça, et je vous plains, mes enfants. Mais n̓est-ce pas une honte de nous faire geler des heures entières, devant la boucherie municipale, et pour toucher quoi ? Une demi-livre de graisse, et qui n’est même pas de porc !

  • Et nous, maître Barnabé, nous sommes plantés depuis trente et un mois dans des tranchées boueuses, et par tous les temps. Et comme gratification, nous touchons des obus de gros calibre, en bon acier de Briey.

  • Et maintenant, on ne peut plus s’approcher de la viande, tellement qu’elle a augmenté. Ma femme me disait ce matin que Druvel l’avait encore augmentée de 2 sous la livre.

  • Ce n’est que ça ? Eh bien, je serais vous, je prendrais mes lignes, au besoin un épervier et je monterais au Gascounet. Maître François Bouët, le meunier, se fera un plaisir de vous laisser pêcher. Allez-y de ma part si vous voulez, c’est un bon ami à moi. Si vous ne pouvez pas acheter de la viande, vous mangerez du poisson.

  • Par contre, Filhou, ce n’est pas moi qui vais me plaindre du ministre qui a décidé que, deux jours par semaine, on ne mangerait plus de pâtisserie. J’ai le diabète et les sucreries ne valent rien pour mon estomac.

  • Et pourquoi vous vous plaigniez tout à l’heure pour le sucre ?

  • C’est une question de principes. Je ne comprends pas pourquoi ils font fermer les cafés à neuf heures et demie et éteignent toutes les lumières à onze heures.

  • C’est là que je vous attendais, maître Barnabé. Pour les gens comme vous, qui ont quelques rentes, c’est ennuyeux de se coucher si tôt et de ne pas pouvoir jouer jusqu’à toutes les heures à la manille ou au piquet. Et ça vous dérange aussi quand vous venez de voir Zigomar sur l’écran d’un cinéma ou d’applaudir une troupe de passage au théâtre, de regagner la maison sans lumière. On risque toujours de mettre le pied dans une flaque d’eau ou dans un bourbier, car ce n̓est pas d’aujourd’hui qu’on sait que les cantonniers ne cassent pas les manches.

12Quand vous jouez à la manille, vous êtes loin de penser aux poilus qui se gèlent les pieds et qui reçoivent la pluie, la neige et le givre sur le dos. Chez vous, vous n̓y pensez pas plus, mais les apparences sont sauves.

13Quant à la lumière, si c’était moi, je ne vous en donnerais pas du tout. Nos tranchées ne sont pas éclairées, et pourtant, nous y voyons. Si on bronche et qu’on se casse la gueule, eh bien, on se ramasse plus facilement que de l’huile. Voyez tout ce qu’on pourrait faire avec tout le gaz qui se brûle comme ça, si mal à propos. Pensez à l’économie de charbon. De ce gaz, il n̓y aurait qu’à en donner, par exemple, un peu aux boulangers qui ont un petit pétrin et qui, faute de gaz, et parce que leurs enfants sont à la guerre, se crèvent à pétrir le pain que vous mangez. Et puis, si vos rues n̓étaient pas éclairées, ça plairait à pas mal de monde. Combien de couples d’amoureux vous béniraient ! Et les poilus en perme de sur le front n̓auraient plus mal aux yeux en voyant les embusqués promener, dans les rues illuminées, leurs joues fraîches et leur ventre replet.

14Tiens-toi sage et gaillard, brave Chevalier, je te serre la main.

15En janvier 1918, sous le titre : ATusta-Limbusta, Bonfils en arrive, lui qui a écrit et joué Jout un balcoun, à demander l’interdiction des théâtres et des cinémas. Le fossé entre le front et l’arrière est bien plus profond que les tranchées ! Le divorce entre civils et futurs anciens combattants est consommé.

À la six-quatre-deux2

  • 2 Dans le lexique de son livre ...à boulet rouge, Pierre Azéma donne cette traduction, que nous adopt (...)
  • 3 Lous « Espetacles » de Mount-Peliè an fach 50 000 F de mai qu’en 1916. (Les spectacles de Montpelli (...)

16Il n’y a pas de logique plus juste, plus simple, plus claire que celle des chiffres. Ceux que nous donnons aujourd’hui en manchette parlent tout seuls3.

17N’empêche qu’ils donnent à réfléchir. Celui qui, comme nous, a le temps de réfléchir, parce qu’il n’a pas plus à faire pendant les longues nuits d’hiver en première ligne, pense à de belles choses.

18Il pense, par exemple à sa dernière permission. Tous ceux qu’il a vus à sa descente du train ou le premier jour de son arrivée lui ont chanté sur le même air la même rengaine :

Tu es encore là ! Sapristi ! Tu te portes bien, tu as grossi. — L’air du front ne doit pas être mauvais ! — Tu n’étais pas si en train avant la guerre ! — Vous devez manger sans prier Dieu, et plus que votre saoul !

19Et allons-y ! Une fois la bonde enlevée... Quelques jours après, la rengaine continue :

Tu n’es pas encore parti ? — On ne voit plus que toi ! — Tu as trouvé une entourloupe pour ne pas retourner au front, alors que mon mari est à Verdun, au Chemin des Dames, etc., etc.

20Et on y est de nouveau, la bonde a encore sauté...

21À cette rengaine, il y a un refrain. Un refrain qui est encore plus beau que le couplet :

Nous manquons de tout, nous n’avons ni charbon, ni sucre ! – Le pain est noir, il détraque l’estomac. — Un chou coûte trente sous. — Le vin est à cent francs l’hecto. — C’est une honte que la guerre dure aussi longtemps !...

22Il faut pourtant remarquer que ceux qui se fâchent le plus contre la guerre sont ceux qui n’en souffrent pas, qui n’y ont personne, ou qui, devant y être, n’y sont pas.

23Je plains de tout mon cœur de poilu les familles où la guerre a porté le deuil. Je plains les maisons où, le chef de famille parti, pleurent les enfants affamés sans que leur mère puisse leur donner à manger. Mais ce ne sont pas ceux-là qui se plaignent, ce sont les autres.

  • 4 Sociétaire de la Comédie française, il a 70 ans lors de ses tournées de 1917.
  • 5 La série des Zigomar est une des premières sagas françaises : Zigomar ; Zigomar roi des voleurs ; Z (...)

24Les autres, ce sont ceux qui, sans goût particulier, sans aucun amour de l’art, sans autre idée que l’orgueil de se montrer, remplissent les théâtres pour écouter un ténor enrhumé, une cantatrice brouillée avec la musique, un Paul Mounet4 se payer la tête de son public. Les autres, ceux pour qui les Zigomars et tous les Mystères de New-York5 n’ont plus aucun secret. Les théâtres sont pleins, les cinémas refusent du monde. Tout le charbon qu’on pourrait économiser avec toutes ces lumières gaspillées !

25Devant un tel succès, tout le monde ouvre des cinémas. Je me demande pourquoi il y a encore des balayeurs assez cons pour se fatiguer à ramasser des poubelles qui débordent de saloperies, et respirer des poussières qui puent, alors qu’en montant une baraque de quatre sous avec un ciné au milieu, ils gagneraient des cents et des milles.

26Et les vivres peuvent bien augmenter. Même si les choux se vendaient vingt sous la feuille, le persil cinq francs la poignée et le vin dix francs le litre, ça n’empêcherait pas la foule dans les théâtres et les cinémas.

27C’est ça qui nous est le plus pénible, à nous qui pataugeons dans la neige et la boue, d’entendre les gens se plaindre : « tout augmente » .

  • 6 Causse de l’Olivier.

28La vie est dure, comme chantait Caussou6, mais ça pourrait être pire. Le vin se vendrait bien plus cher si les pompes n’avaient pas si bien marché. De puits ou de citerne, de source ou de rivière, l’eau, ces deux dernières années s’est vendue sept cent francs le muid. Le commerce n’a plus été qu’une affaire de bourse. Les commerçants ont acheté aussi bas qu’ils ont pu, ils ont gardé dans les arrière-boutiques des bonnes réserves qu’ils ont vendues haut, très haut.

29Et il faut bien le dire, nous sommes des Français, plus encore nous sommes des Méridionaux, nous n’aimons manger ni peu, ni mal. Bon et copieux, comme disait mon grand-père. Maintenant que le rationnement arrive, c’est dur. C’est dur de se serrer tout d’un coup la ceinture au dernier cran. À qui la faute ? À ceux qui nous gouvernent, un peu, aux civils, beaucoup.

30Ceux qui nous gouvernent auraient dû prévoir une guerre longue et commencer les économies dès le début, et pas maintenant. Le contraste n’aurait pas été si fort. Il ne fallait pas qu’il nous fassent crier par leurs valets du grand journalisme que les Allemands crevaient de faim parce que de l’autre côté du Rhin, on mettait en place des tickets de charbon, de pain, de sucre.

31Nous avons nous aussi eu droit aux jours sans viande, et a toutes sortes de cartes. Nous les avons eus et ça a été d’autant plus dur que nous n’y étions pas préparés. Les civils dans leurs maisons ne pensaient pas assez à ceux qui se battaient, qui risquaient leur peau chaque jour. Aujourd’hui, quel est le civil qui pense bien à la guerre ? Tout a repris son train-train normal ! Chacun fait ses petites affaires. La vie a augmenté, le pétrole est rare, il n’y a plus d’essence, les fumeurs de pipe n’ont plus de tabac, le pain est noir, le vin est noyé d’eau, mais... les réservations marchent comme jamais, les directeurs de théâtre, qui dans le temps se ruinaient, aujourd’hui font fortune.

32Oui, on oublie trop que nous sommes en guerre et que nous avons commencé la quatrième année. Pourquoi les uns se la couleraient-ils douce pendant que d’autres se feraient crever ?

33Tous les endroits où on fait la fête devraient être fermés : théâtres et concerts, cinémas, lieux de joie et lieux de plaisir ; la guerre pour tout le monde. Ceux qui se battent n’auraient pas l’impression de mourir pour rien, juste pour le plaisir.

34Et tous les gens que ça fait vivre, les artistes, les danseuses, qu’est-ce que tu en fais, me direz-vous ? Combien y en a-t-il, d’abord, que le théâtre fait vivre ? Les jeunes sont mobilisés (ou devraient l’être !), les vieux ont dû ramasser assez d’argent : ils gagnaient assez pour ça. Les chanteuses de café-concert, les danseuses d’opéra ? Personne n’a jamais crû que le théâtre les nourrissait ! Et à quoi serviraient alors les vieux abonnés ?

35Au jour d’aujourd’hui, un seul théâtre doit compter : c’est celui où se joue le plus grand drame, et où chaque jour il y a des morts... et pas pour rire comme à la comédie.

36Filhou

37Malgré cet article incendiaire, le 15 mai suivant, Lou Gal annonçait en grande manchette la réédition de la pièce Jout un balcoun, de Louis Bonfils et Pierre Azéma, avec cette publicité : « Un bon moument n’en fai passà cent de michants (vièl prouvèrbe). Per passà un bon moument, croupàs e legissès Jout un Balcoun que vèn de pareisse ». Personne n̓est jamais vraiment cohérent !

38Le 1er août 1918, Lou Gal titre : Lous darniès jours e la mort dau capitàni Louvis Bonfils countats pèr lou coumandant Hugues, et cette lettre, datée du 10 juillet et adressée à l’oncle de Filhou, occupe toute la une du journal, qui, pour la première (et dernière) fois, est en français.

39Monsieur,

40Le colonel Chenouard me transmet votre lettre du 4 juillet et me donne ainsi l’occasion d’accomplir le devoir sacré de vous parler de votre cher défunt mon camarade le capitaine Bonfils.

41Si je ne l’ai fait plus tôt, c’est que je voulais laisser se sécher les larmes que vous avez dû verser sur son trépas. Ce que j’aurais pu vous dire ne pouvait avoir l’ambition de vous consoler car je me doute et je sais le vide que peut causer dans une famille une telle disparition. J’avais le capitaine Bonfils sous mes ordres depuis le 5 avril, date à laquelle j’ai pris le commandement du 6e bataillon. Une sympathie mutuelle était née entre nous en apprenant que nous étions l’un et l’autre du Midi, de ce Midi qu’il aimait tant. Il me parlait patois et j’étais amusé et heureux quoique ne le parlant pas moi-même d’y trouver la sonorité musicale de mon patois d’Anduze, le patois du Gard.

42La franchise et la bonté d’âme se lisaient dans ses yeux et sous les dehors exubérants on devinait un cœur d’or. Et l’on ne se trompait pas ! Il faut avoir entendu votre cher neveu parler de ses hommes !

43Et comme il les aimait ! Sans cesse préoccupé d’améliorer leur bien-être, de leur épargner des fatigues inutiles, de réduire au minimum le sacrifice de vies humaines lorsque le sacrifice était nécessaire. Les hommes l’adoraient, il les connaissait tous et il savait ce qu’il pouvait attendre de chacun d’eux. Les moins fortunés, les déshérités, les sans-famille savaient que sa bourse leur était ouverte. Aux uns une bonne parole ou une plaisanterie, en passant, aux autres le quart de vin de rabiot qu’ils ne pouvaient s’offrir de leur poche. Et toute cette générosité si franche, si discrète, ce cœur d’or se cachaient sous une enveloppe un peu rude mais qui ne trompait personne. Voilà quel était l’homme ! Le chef ne lui était pas inférieur : une énergie indomptable, une volonté tenace, un courage et un sang-froid hors de pair. Et pas seulement le courage militaire mais le courage civil, celui qui consiste à dire ce que l’on pense, toujours, même si la vérité doit blesser celui qui vous interroge. J’en ai été témoin d’un exemple le 27 octobre 1917 : l’attaque que nous devions faire était... Il n’a pas hésité à dire... de l’entreprise avec cette franchise un peu brutale et impétueuse qui le caractérisait. Et comme le colonel, qui venait d’arriver et ne le connaissait pas, lui demandait si c’était bien pour ses hommes qu’il craignait, il lui a fait à l’heure de l’attaque la plus fière réponse. Il est sorti le premier de sa compagnie, a enjambé le parapet sa canne à la main, magnifique de crânerie devant le danger. Et je suis sûr que c’est un peu au Midi si souvent calomnié qu’il pensait !

44Mon estime pour Bonfils est venue de ce jour-là ! Et lorsque le hasard me fit devenir son chef, j’ai réparé le long oubli où il avait été laissé et je l’ai fait nommer aussitôt capitaine. La réparation n’était pas complète : il fallait sur cette poitrine la Croix des braves. Ah ! Il enrageait assez le 3 avril d’être arrivé après la bataille et je me souviens de sa douleur profonde de trouver dans sa compagnie tant de places vides, et son jeune lieutenant, Glatigny, disparu, pour qui il avait une si tendre affection... Et voilà le chef ! Mais le chef n’avait pas donné sa mesure, les circonstances allaient lui en fournir l’occasion. Après deux mois de secteur où il déploya une activité inlassable dans l’organisation de la position que nous devions défendre, où nous fêtâmes aussi le verre à la main les justes récompenses que j’avais pu faire décerner aux uns et aux autres et où il se montra plein de vie et de gaieté, le 9 juin nous trouvait sur la deuxième position, entre l’E... et la ferme de A... au moment de l’attaque ennemie.

45La 21e Cie défendit A..., une vraie forteresse naturelle d’une importance exceptionnelle qui était à droite de ma ligne. J’y avais mis ma compagnie d’« as » et le soir du 9 Bonfils se plaignait amèrement que les boches ne l’avaient pas attaqué, lorsque le resserrement du front me permit de le mettre en réserve auprès de moi.

46Nous passâmes ensemble, à mon P. C., la nuit du 9 et la matinée du 10. Mon brave camarade avait un appétit d’ogre et nous prîmes ensemble un frugal repas en attendant les évènements : il se trouva que malgré le marmitage le repas fut assez copieux et Bonfils fut intarissable de bonne humeur et de gaieté, plaisantant, riant, projetant un dîner « à tout casser » pour lorsque nous serions au repos. Le 10 à 15 heures nous devions, après avoir résisté avec acharnement, nous replier sur la ferme de la C..., les troupes à notre droite et à notre gauche ayant été sérieusement enfoncées. La rage au cœur car notre front à nous était intact. Le marmitage était sérieux. Un obus fit irruption même dans la cagna nous obligeant à nous mettre à l’abri. Bonfils, à côté de moi, m’aidait dans la rédaction des ordres. Le temps pressait, les boches n’étaient plus — nous l’avons su depuis — qu’à 100 mètres de notre abri. On partit à l’anglaise, moi d’un côté, lui de l’autre du ravin de M... copieusement arrosé. Je ne devais le revoir que le soir même : après des alternatives de recul et d’avance nous occupions à la nuit le château de St-A... où il vint me voir. Le repas du matin était loin : j’avais pu me procurer quelques conserves, nous les mangeâmes du bout des doigts sans nous asseoir, riant de notre misère.

47Et nous partîmes avec son camarade le capitaine Collet, de la 22e, reconnaître et jalonner une nouvelle ligne. Le jour du 11 nous trouva absorbés dans cette besogne ; un jour sale, gris, maussade. Il était temps ! Car le boche nous dominait de partout : on attendit toute la matinée, sur nos nouvelles lignes, la nouvelle attaque. Elle n’eut lieu qu’à 11 heures mais sur notre gauche, par Ch... : notre front à nous ne fut guère inquiété. Cependant devant le danger de flanc, il fallut se résigner à battre en retraite de l’autre côté du M... Je chargeai Bonfils, lorsque, la rage au cœur, je reçus l’ordre de me conformer au mouvement général, de protéger mon flanc gauche vers P... M... où se trouvait un dépôt de matériel de guerre. Je le vis au moment où il prenait ses dispositions et je pris assez vertement sa défense au moment où un chef de bataillon voisin avait une altercation avec lui au sujet de ses hommes qui se montraient trop. Il vint me retrouver à mon P. C. quelques instants après pour dire :

48« Si on s’en va encore, je fous le feu au dépôt de matériel : qu’est-ce qu’il y a comme planches là-dedans ! Et dire qu’en ligne on en manquait soi-disant. Vous allez voir cette flambée ! » N’est-ce pas lui tout entier !

49Et il riait et il s’amusait de ce bon tour à jouer aux boches ! Malheureusement il fallait bien y songer bientôt en effet, à s’en aller. Je demandai à la 21e de couvrir mon repli de l’autre côté du M... La fusillade était très vive et sa Cie très sérieusement pressée. Il réussit cependant à se dégager et 1/2 heure après il me rejoignait sur le chemin où j’avais établi mon P. C., jurant, pestant contre les boches qui l’avaient forcé à faire vite pour monter la côte et à se « planquer » à chaque pas. C’est là qu’il devait trouver la mort. Lorsque après avoir essayé d’organiser la résistance le long de cette route nous dûmes convenir qu’elle était impossible, les boches nous mitraillant de l’autre rive, je lui prescrivis de se replier vers un boqueteau qu’on voyait près de là. Je lui dis de passer d’un côté d’une petite carrière tandis que je passerais de l’autre. Nous nous séparâmes. Quoique l’heure fut grave il riait et me disait : « Vous savez, mon commandant, ce n̓est pas encore aujourd’hui qu’ils nous auront. » Et il les insultait de loin, les traitant, en patois, de tout. Je ne devais plus le revoir.

501/2 heure après, comme je le faisais demander, on m’apprit qu’il devait être blessé. En réalité, la balle qui devait l’emporter l’avait tué net au moment où, deux minutes après que je l’avais quitté, il s’apprêtait à me rejoindre. Il avait eu la carotide sectionnée. Il n’a pas souffert. La mort a été foudroyante, il n’a pas dit un mot et s’est affaissé, perdant le sang à flots. Ses hommes le transportèrent pendant un moment ; mais, s’étant rendu compte que c’était fini, ils se proposèrent d’aller le chercher quand la nuit serait venue. C’est ce qui fut fait dès le soir. Le corps de ce héros repose à présent à L...-A..., où nous avions cantonné une semaine auparavant. Ce coin de France que nous avons défendu et que nous occupions déjà l’an dernier est devenu pour nous un autre pays, puisqu’il garde nos morts. Si nous y revenons, le bataillon ira présenter les armes à la tombe où il est couché. Que ses chers parents ne le pleurent pas : il est mort de la plus belle mort dans une apothéose de gloire, au milieu de ses hommes qui l’adoraient. Il est mort joyeux, une galéjade aux lèvres : il n’a pas un instant senti l’approche de la mort. Il n’a pas souffert une seconde : jamais l’angoisse de l’inconnu ne l’a effleuré : il nous a légué un exemple magnifique de courage bien français, de courage de notre Midi.

51Nous autres, ses camarades, ses hommes, nous le regrettons comme vous-mêmes. Mais nous ne le pleurerons pas, nous le glorifierons et nous le vengerons !

52La première, la seule croix que j’aie demandée pour le bataillon, ce fut pour lui. Je la lui avais promise et, l’ayant méritée déjà, il l’a méritée mille fois pendant ces durs combats. J’avais accompagné ma proposition de cette citation :

Capitaine BONFILS commandant de compagnie à l’âme ardente, plein d’impétuosité, d’énergie et de courage. Après avoir protégé jusqu’à la dernière extrémité le repli délicat de son bataillon et d’unités voisines, ne se repliant lui-même qu’après avoir mis en feu un important dépôt de matériel, a été mortellement frappé au milieu de ses hommes, qui l’adoraient, en organisant une position plus en arrière. A donné à tous le plus bel exemple de ce que peut une énergie farouche au service d’un grand cœur.

53Je ne sais si le commandement donnera suite à ma proposition. Vivant il était sûr d’avoir la croix ; on est peu enclin à récompenser les morts. Mais la citation à l’armée aboutira sûrement et je me ferai un pieux devoir de vous adresser sa croix de guerre. Veuillez dire de ma part à ses parents qu’ils doivent être fiers d’avoir un tel fils. L’hommage ému que je rends à sa mémoire est l’écho des hommages plus humbles, mais plus touchants de ses hommes et de ses camarades. Et tout en vous engageant à ne pas le pleurer, dois-je vous dire que moi, je l’ai pleuré, comme un ami et comme le meilleur de mes officiers. Je salue respectueusement sa famille et vous charge de lui transmettre l’hommage pieux que je rends à la mémoire du capitaine Bonfils, tombé en héros, personnification généreuse de notre France et de notre beau Midi.

54Commandant Hugues

55Commandant le 6e bataillon du 319e

56À ce récit de la mort de Bonfils, nous pouvons en ajouter deux autres. Le premier est publié dans Lou Gal le 12 juin 1920 (soit exactement deux ans après) par un montpelliérain, Charles Ricome, qui rapporte le récit d’un témoin visuel, le sergent Pasturel.

La mort du capitaine Bonfils

57Ceci me fut raconté sous la tente, au fort de Sidi-Bouk-Hadei, à quelques soixante kilomètres de Fez, en terre marocaine, une nuit du mois de juillet dernier, par le sergent Pasturel. Nous nous étions connus une heure avant, et ce récit, il me le fit parce que je lui avais demandé où il avait connu cet officier d’infanterie dont le portrait était accroché au mur de toile de la tente.

58D’un seul jet, sans vaine phraséologie, avec cette rudesse et cette émotion de ceux qui ont vu et qui ne tâchent pas à l’écrire, il me raconta alors la mort de Filhou. Je notai ces détails. Pasturel les relut et les trouva conformes à la vérité. Quant à moi, comme aujourd’hui, cette nuit-là il m’apparut qu’ils ne constituaient pas seulement une page d’histoire certaine et sublime, mais que ce récit tout entier était un véritable acte d’amour et de foi pour la mémoire de ce grand honnête homme qu’avait été Bonfils, le capitaine.

59Charles-F. Ricome

  • La compagnie part de Ribecourt, le 7 juin 1918.

  • Arrive sur la route de l’Ecoubillon le soir, assez tard, un peu avant le crépuscule.

  • Le 7 au soir, la troisième monte en deuxième ligne, en soutien. Le capitaine reste à son P. C. dans le bois de X ( ?)

  • Le 8. Rien à signaler. Nous étions pourtant prévenus de l’éventualité d’une attaque ennemie.

  • Le 9, dans la journée, rien à signaler.

  • Dans la nuit du 9 au 10, j’étais de garde au gaz à 23 heures. À minuit moins dix, l’attaque est déclenchée. Toute la section se porte en avant. Bombardement intensif par obus toxiques. Gardons le masque durant 8 heures. À 10 heures du matin, subissons la première vague d’assaut allemande. À 12 heures, le 205e régiment d’infanterie avec lequel nous étions en liaison, se replie. À 15 heures, les Allemands occupaient les carrières de Loërmont et se rendaient maîtres de la route de l’Ecoubillon. Recevons l’ordre de nous replier. Le 75 nous tirait dessus. La compagnie protège la retraite jusqu’au 11 juin, 3 heures du matin.

  • Le matin du 11, nous nous abritons dans la carrière X, les deux autres compagnies du Bataillon, sous le commandement du commandant Hughes, y sont rassemblées. Y restons jusqu’à 13 heures. Nouveau repli. Compagnie Bonfils protège la retraite. Débandade générale, sous un marmitage intensif. Aux carrières de Montigny, le dernier groupe de fuyards était composé du capitaine Bonfils, des quatre agents de liaison, du caporal-fourrier, du fusil-mitrailleur Bordelé et moi.

60Le capitaine Bonfils était armé d’un fusil Lebel. D’autres fuyards se joignent à nous, peu à peu le capitaine parvient à rassembler sa compagnie. Les boches avancent toujours, la compagnie résiste déployée en tirailleurs sur le haut des carrières. Nouveau repli. Attendons l’ennemi à côté du château de Saint-Amand. Couchons dans un ravin sur les terres du château. Aucun vivre. Mécontentement du capitaine qui voudrait que ses hommes mangeassent.

61Je vais chercher à une compagnie voisine un bouteillon de soupe et une boule de pain pour l’escouade.

62Au matin du 12, creusons sous des pommiers, des abris individuels. Face à Mélicoq. Bombardement intense. Retrouvons le contact vers midi. Nouveau repli. Suivons au village de Mélicoq. Nos pertes deviennent de plus en plus fortes. Le capitaine reste en arrière, le dernier, seul pour mettre le feu à une grenade incendiaire AB à colorite destinée à détruire un groupe de maisons. Il était au plus 13 heures, passage du Matz, traversons la rivière au gué.

63Protégeons toujours la retraite. Le groupe composé du capitaine Bonfils, du sous-lieutenant.. ? du soldat Jusseaume, des deux fusils-mitrailleurs Mas et Viclin et moi, brûlant 26 chargeurs, arrêtons la marche ennemie pendant une demi-heure environ. Le capitaine nous encourageait, il était tête nue. À trente mètres derrière nous, la compagnie déployée dans un petit fossé tiraillait. Jusseaume tenait son fusil-mitrailleur sous les bras : il eut les chairs brûlées par le canon du fusil. Les munitions épuisées, nouveau repli. Nous nous sommes portés sur la route, près d’un champ de blé. Avons retrouvé là le commandant Hughes et les deux autres compagnies. Terrain plat comme la main. Pertes de plus en plus grandes.

64Nous étions très fatigués, mes camarades et moi, nous sommes assis, le capitaine nous causait. Il nous dit que lui aussi n’ayant pas plus mangé que nous, il était bien fatigué et il ajouta : « Je vais porter le fusil-mitrailleur. » Il fut tué quelques secondes après avoir prononcé cette phrase. La balle lui traversa le cou. Il était assis à côté de moi, entre Verdier et moi. J’ai sorti mon paquet de pansement et l’ai pansé aidé par Verdier.

65L’ennemi avançait toujours. Nouveau repli de la compagnie. Nous sommes restés là, Verdier, moi et deux autres que je ne connaissais pas et le caporal-fourrier, nous avons porté le capitaine, il vivait encore, mais avait perdu connaissance. Nous l’avons porté Verdier et moi pendant 500 mètres environ. Il était mort à ce moment-là. Je suis resté avec Jenonde. Un sous-lieutenant d’artillerie nous vit, prit la veste et le portefeuille qu’il donna au sergent Gaillard. Nouveau repli. Je ne sais pas où le capitaine est enterré.

*

66Le second récit est de la plume même de Pierre Azéma, et a été publié dans l’Anthologie des écrivains morts à la guerre, 1914-1918 (Amiens, Malfère, 1924-1926, t. II, p. 72-77) :

67Il est là, jeune capitaine, aux avancées de Compiègne, en ces jours de juin 1918 où commence l’épilogue du grand drame dont il ne verra pas la fin. Il doit défendre le passage du Matz et protéger le repli de son bataillon. À la tête de sa compagnie, sacrifiée, il lutte trois jours sans répit, l’œil à tout, inlassable, attisant à sa flamme le foyer de la résistance, tonnant des ordres de bataille et des jurons languedociens, et, furieux et beau comme un héros d’Homère, insultant l’ennemi dans la langue de Mistral. Et, en même temps, toujours bon, pitoyable à la souffrance de ses poilus ; à l’un deux, qui n’en peut plus, il prend pour le porter lui-même son fusil-mitrailleur. Comme il venait d’accomplir ce geste de Cyrénéen, il tomba, la gorge trouée d’une balle...

68Ces trois récits sont écrits et publiés en français.

Notes

1 Lou Chivalié est le pseudonyme de Pierre Azéma.

2 Dans le lexique de son livre ...à boulet rouge, Pierre Azéma donne cette traduction, que nous adoptons, de cette expression : Tusta-limbusta (a) : à la six-quatre-deux, à la boulevue.

3 Lous « Espetacles » de Mount-Peliè an fach 50 000 F de mai qu’en 1916. (Les spectacles de Montpellier ont produit 50000 F de plus qu’en 1916) (en manchette de Lou Gal de ce 15 janvier 1918).

4 Sociétaire de la Comédie française, il a 70 ans lors de ses tournées de 1917.

5 La série des Zigomar est une des premières sagas françaises : Zigomar ; Zigomar roi des voleurs ; Zigomar contre Nick Carter ; Zigomar peau d’anguille... Les 14 épisodes des Mystères de New-York commencent à être diffusés en France en décembre 1915.

6 Causse de l’Olivier.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2015

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search