Version classiqueVersion mobile

L’occitan en guerre

 | 
Guy Barral

Lettres de Louis Bonfils (version française)

Texte intégral

  • 1 À la déclaration de guerre, Louis Bonfils fait son service militaire en Corse.

114 août 19141

2... Notre départ est fixé, semble-t-il, à demain soir. On parle d’un arrêt à Marseille ou à Lyon, d’un départ direct pour Lunéville, Langres ou ailleurs. Ça fait qu’avec tout ça, je ne te dis rien de certain ; je te dirai quand j’y serai et quand je reviendrai... si je reviens.

3Oh ! N’aie pas peur, car si malgré ma bonne humeur, mon envie folle d’aller traverser les pinèdes vosgiennes, je me fais une idée parfaite des risques que nous allons courir, je ne me fais pas de mauvais sang pour autant. Mais... il y a tellement de maladroits en Allemagne qu’une balle perdue pourrait bien m’attraper.

  • 2 Alors que les chants bellicistes français étaient nombreux, les chants qui doivent guider Filhou ne (...)

4C’est le mauvais côté de l’affaire, mais de l’autre, j’en vois un plus joli, et chaque jour je trouve une nouvelle couleur pour le tableau que je veux peindre pour le mettre dans la galerie de ma mémoire. Comme, par exemple, de monter à l’assaut avec ma section en chantant Lou maset et de traverser les rues d’une ville allemande en gueulant Enfants de Mount-Peliè ou Aquelas mountagnas2 .

  • 3 Nous verrons plus tard les réticences de ces Alsaciennes nostalgiques de l’occupation allemande.

5Je me vois aussi embrassant le joli minois de quelque belle Alsacienne, sœur de nos Arlésiennes3.

6Donc, en un mot, je pars avec le bon espoir d’un meilleur retour.

*

7Saint Roch 1914 [16 août]

8Nous partons à 17 heures, direction Dôle, avec un arrêt à Avignon demain lundi et à Dijon mercredi. Puis...

9Je suis le seul sergent à avoir dans son sac les 8 cartes d’état-major pour la guerre. Ça ne me plaît qu’à moitié. Cette marque de confiance ne s’accorde pas très bien avec mon caractère.

*

10Le 18 août, 18 heures

11Après 40 heures de train et 5 heures de marche, me voici dans un pays perdu de la frontière... Nous sommes maintenant à quelques kilomètres de l’Alsace et à 25 kilomètres de là où ça mitraille. Demain ou après-demain, à notre tour, nous serons sur le champ de bataille.

12Tu comprends bien que je ne pouvais pas dire si vite et toute crue cette triste vérité à ma famille. Ils auraient eu plus de peine que de courage, et c’est le contraire qu’il faut, maintenant.

*

  • 4 Village du Haut-Rhin, occupé dès le premier jour de la guerre, et qui reste français pendant toute (...)

13Traubach-le-Haut4, 22 août

14Le 19 août, le lendemain de notre arrivée, nous sommes partis à 2 heures du matin pour aller renforcer la brigade qui se battait un peu avant Mulhouse. À 9 heures, nous sommes arrivés à Tagolsheim après avoir traversé les plaines fertiles de l’Alsace et salué les pauvres morts tombés ici quelques jours plus tôt et ceux qui y dorment depuis 44 ans.

  • 5 On dirait volontiers que Bonfils fait ici allusion à La Butte Rouge (de Montéhus et Krier) écrite à (...)

15Le pays est magnifique, à perte de vue des plaines de pommes de terre, blé, luzerne, betteraves, etc. Hélas, il n’y a pas un morceau de terrain qui n’ait été piétiné par des soudards en bataille, pas un ruisseau qui n’ait charrié du sang, pas un coin qui ne soit transformé en cimetière. C’est à croire que si les récoltes sont bonnes, elles le devront au sang versé, qui a baigné et rebaigné cette terre5.

16Le canon tonnait depuis quelques heures quand nous sommes arrivés. Les Prussiens étaient à 4 km d’ici, aux prises avec les 157e, 253e et 97e.

  • 6 Casque à pointe désigne, par métonymie, le soldat allemand. Les Allemands avaient été équipés au dé (...)

17Le 38e d’artillerie et le 6e commencèrent à monter leurs pièces et à tailler les casques-à-pointe6. Nous sommes entrés dans le feu à notre tour. Mais notre bataillon est sorti assez vite de là pour aller défendre une autre colline où nous sommes restés tranquilles jusqu’à 3 heures de l’après-midi.

18À ce moment-là, nous sommes directement montés à l’endroit où se tenaient les Allemands depuis le matin.

19Ah ! Quelle triste ascension ! Des morts, des blessés, des jeunes qui pleurent, des balles qui sifflent, des obus qui éclatent.

20Dans le champ de blé, qui n’attendait ni pareilles moissons ni pareils moissonneurs, les casques-à-pointe se terraient, mais arrivés là, plus personne.

21Nous traversons la plaine à la course, et à 6 heures, nous entrons dans un bois épais et noir, d’un noir que la nuit qui tombe augmente encore.

22Fatigués de marcher et de ne rien trouver, on fait demi-tour, mais de 1 500 hommes que nous étions en entrant, entre ceux qui se sont perdus à droite et ceux qui se sont perdus à gauche, c’est à peine une cinquantaine qui sortent vers 10h. du soir.

23Avec mon groupe, j’ai cherché le chemin sans le trouver ; nous avons donc décidé de nous coucher là et d’attendre le jour. Je ne te parle pas de notre état d’esprit à ce moment-là, en prévision de notre réveil et de notre sort.

24Une demi-heure après — il pouvait être minuit — on entend une fusillade. Je ne te fais pas un dessin sur notre frayeur, ou au moins notre surprise. Tout compte fait, c’étaient 4 ou 5 froussards de chez nous qui avaient eu peur et avaient tiré.

25Le jour arrive enfin, après quelques heures passées sur des feuilles trempées en se serrant à 3 ou 4 pour ne pas trop sentir le froid qui nous glaçait malgré tout. Pas besoin de te dire que depuis le matin nous n’avions rien, ou presque rien mangé, et nous n’avions bu que quelques gorgées d’eau boueuse au premier ruisseau venu.

  • 7 Illfurth, actuellement dans l’aire urbaine de Mulhouse.

26Avec le jour, on retrouve enfin le chemin et on rejoint notre bataillon en pleine pagaille après avoir bu quelques œufs et un peu de lait à Illfurt7.

27Depuis cette journée dont on parlera longtemps, où on a gagné un bon bout de terrain, mais qui a coûté cher (surtout à cause des terribles fautes qu’un élève-caporal n’aurait pas faites, mais que des 3, 4 ou 5 galons ont faites), rien de neuf. Quelques positions d’avant-poste et pas plus.

  • 8 En 1871, le territoire de Belfort était resté français. Notons au passage que, en 1914, l’Alsace es (...)

28La réserve étant arrivée pour occuper le terrain gagné, nous avons fait demi-tour, direction Belfort. On croyait bien s’embarquer aujourd’hui ; ce n’est que demain que nous quitterons l’Alsace pour la France8 et Belfort par St-Dié.

29De là, avec sans doute la grande armée, nous irons soit vers Metz, soit vers Strasbourg, soit vers quelque part ailleurs.

30Plus tard, je te parlerai des sentiments ressentis durant cette journée.

  • 9 On estime à environ 10 milliards les lettres ou cartes échangées entre le front et l’arrière durant (...)

31Si je timbre cette lettre, c’est pour qu’ils ne me fassent pas comme hier où ils ont déchiré ma lettre au bureau du colonel, sous prétexte qu’elle n’était pas écrite en français et que j’en disais trop9.

32À part ça, la santé est bonne, le moral est bon, comme le sang puisque nous ne nous en faisons pas de mauvais, quand on attend de vos nouvelles qui n’arrivent pas... on comprend pourquoi.

*

  • 10 Département des Vosges.

33Rambervillers10, le 29 août

34Nous sommes toujours en guerre et toujours en bonne santé et de bonne humeur.

35Même si l’humeur s’attriste parfois, tu comprends bien, quand on reste comme nous une douzaine d’heures sous une pluie de shrapnels, que tu as un fusil dans les mains et que tu ne peux pas t’en servir.

36Par contre, hier matin, nous avons foutu une dérouillée à quelques uns de cette race que je te dis que ça !

  • 11 Au début, ce mot (alboche ou boche) est en français et entre guillemets. Il sera ensuite occitanisé

37Ça nous a coûté un mort et deux blessés, et à eux quelques douzaines, et dire que nous étions juste notre compagnie contre 5 ou 600 Alboches11, c’est-à-dire 1 contre 3. On est des hommes, nous, tu sais !

38Je ne m’étends pas sur les mille détails de ma vie qui, si elle n’était pas si dangereuse serait magnifique, surtout après.

39C’est quand même pénible, coucher à la belle étoile, manger un jour sur trois — mais tu peux croire qu’alors on mange quelque chose ! Il aura fallu la guerre pour boire tant de champagne ou prendre un bain de pieds dans du vin vieux ou de l’eau-de-vie, après s’être bien rincé le gosier.

40Sois tranquille et gaillard, moi je m’en fais le moins possible. Console un peu ma famille qui sans doute doit s’en faire.

*

41Forêt des Vosges, 10 septembre 1914

42Je suis toujours au même endroit qu’il y a trois jours : la même tranchée cachée par un talus de mousse, et quelques peupliers qui lui donnent l’air d’une terrasse d’où la vue s’étend sur un chemin fangeux au fond de la vallée. À droite, à gauche, partout, des peupliers droits comme des i et longs comme une journée de guerre, qui dressent leurs cimes vers le ciel, aujourd’hui nuageux.

43Cette verdure qui s’élève ainsi s’assombrit le soir et fait avec le ciel gris, mais scintillant d’étoiles, un tableau magnifique... De notre côté, rien de bien neuf depuis les terribles journées des 3-4 septembre. L’offensive allemande est arrêtée dans notre secteur...

  • 12 On verra qu’à propos d’un article de Barrès, Bonfils nuancera quelque peu ce jugement.

44Il n’y a en ce moment que de simples rencontres de patrouilles : pour moi, par exemple, avec 6 hommes nous en avons descendu une douzaine qui étaient en train d’achever des blessés. Toutes les atrocités qu’on pourra te dire ou écrire sur le compte des Boches sont véritables12.

45À part ça, ce sont d’autres soldats que nous, il faut bien le reconnaître, aussi bien comme entraînement que comme discipline ; tu me diras qu’ils marchent à coup de trique... mais enfin !... La vie de ces derniers jours ne serait pas trop pénible ni dangereuse si le temps ne s’était gâté hier. Il pleut des hallebardes, et on n’a aucun habillement de rechange. La nourriture est maigre, on crève pas de faim, mais... Pour boire, il y a une bonne source au pied de ma tranchée, et il y a une passe que j’ai perdu le goût du vin. Où sont Rambervilliers et ses caves ?

  • 13 L’étang de l’Arnel, entre Palavas et Montpellier, sur la rive gauche du Lez. Une civilisation de «  (...)

46Tu penses bien qu’on dort par terre. Chacun s’arrange de son mieux ; on est devenu de parfaits bûcherons, et nous avons chacun notre cabane — même si elle n’est pas de l’Arnel13 !

*

  • 14 Château sur la commune de Neufmaisons, Meurthe-et-Moselle.

47La Cense de Kœur14, le 15 septembre.

48Nous avons depuis 3 jours quitté la vieille tranchée où nous avons passé une semaine et dont je t’avais parlé la dernière fois.

49Nous devions aller à Raon-l’Étape en passant par le Col de la Chipotte. C’est sur ce col qu’on s’est tant battu l’autre jour (3-4 septembre), ce qui a coûté à la compagnie un mort et 2 blessés pour une centaine de casques-à-pointe raides morts sans compter les blessés qu’ils ont emportés.

50C’était la seconde belle journée pour nous, où j’ai eu le bonheur ou le malheur d’en descendre quelques uns.

51Nous ne savions pas si le col était occupé ou non, et ce qu’avait donné la contre-attaque menée la veille au soir et qui s’était poursuivie à la nuit noire sous une pluie battante. Heureusement, le terrain était vide de Boches et tous ceux que nous avons vus ont été tellement touchés qu’ils n’ont pas et n’auront plus jamais la force de se relever.

  • 15 Ce cimetière sera pérennisé en 1919. Du 26 août au 24 septembre, durant la bataille de la Haute-Meu (...)

52Le Col de la Chipotte est à l’heure qu’il est un immense cimetière15. Les Allemands — il faut bien le reconnaître — ont le culte des morts et sur les nombreuses tombes qu’ils ont déjà faites et où reposent 7, 8, 10 et des fois plus des leurs, tu vois une croix, une poignée d’herbe en guise de bouquet et une inscription avec un mot de compassion.

53Dans le nombre, j’ai trouvé une tombe où sur une croix de rencontre — deux planchettes de caisse — il y avait quelque chose d’écrit. Un képi de chasseur à pied couronne le tout, avec au croisement des planches 3 plaques d’identité françaises. Voici l’inscription : « Hiez Ruhen 3 Franzosen von deutschen Kameraden Begraben. 3 7bre 14. » C’est-à-dire : « Ici reposent 3 soldats français enterrés par 3 camarades allemands. » Il faut croire qu’il y a partout de braves gens.

54La route qui descend à Raon a ses fossés pleins de casques, de sacs, de fusils, de cartouches et d’équipements de toute sorte que les Prussiens ont abandonné dans leur folle retraite...

*

55Xivray (Meuse), 3 octobre 1914

  • 16 « N’ai un tibou, soui las, aco me fica’n caire... » est une citation extraite de la scène V de la p (...)

56Quelle lassitude ! Je suis fatigué ! Ça me tue16, mon vieux collègue, de me traîner et de ramper et de me contorsionner comme un serpent triste dans une tranchée.

57Et cette vie dure depuis dimanche ; je pense pourtant que ça va être fini !

  • 17 Ici, une coupure au ciseau dans le feuillet manuscrit ampute d’une vingtaine de lignes ces états d’ (...)

58Dimanche a été une journée de mort. Ce n’est pas possible quand on a des galons plein les manches de faire des choses pareilles. Qu’ils foutent général le premier balayeur venu17 !

59On a passé trois lieues de plaine sous une pluie de shrapnels et d’obus. Dans notre compagnie, le capitaine, le sous-lieutenant, 9 sergents et une centaine d’hommes ont été plus ou moins touchés, la plupart moins, mais hélas ! Quelques uns sont restés sur place : un trou à côté d’eux, souvent le trou de l’obus mortel, deux branches de bois placées en croix et un Pater à pleurer... et c’est tout, malheureusement pour eux.

60La marche de notre bataillon a quand même été magnifique et notre compagnie a été citée à l’ordre du jour. Ça ne nous rend pas nos disparus, mais ça fait plaisir à ceux qui restent.

*

61Raulecourt, le 8 octobre

62Raulecourt est un petit village de la Meuse, dans la Woëvre méridionale ; il se trouve en plein milieu d’immenses plaines d’avoine. Rien de bien remarquable ne le signale aux regards. J’ai revu là une chose caractéristique de tout le Nord, quelque chose que j’ai vu aussi bien en Alsace que dans les Vosges, comme de Toul à ici. Ce sont des églises avec un clocher pointu et le cimetière autour de l’église.

63Ce cimetière autour de l’église m’a toujours plu. J’aime bien voir ces morts ainsi rassemblés autour de l’église de Notre-Seigneur : leur vue oblige les chrétiens à penser à ceux qui dorment leur dernier sommeil, quand ils entrent dans la maison de Dieu.

64Comme dans le Midi où chaque propriétaire a un pressoir dans un coin de sa remise, les propriétaires d’ici ont une machine à battre l’avoine.

65J’ai vu ce travail, ici. Ce n’est pas désagréable, mais il y manque une chose, c’est cette joie, cet entrain méridional, ces refrains chantés en chœur par les travailleurs, ces galéjades dites par le plus drôle de l’équipe, en un mot, ce qui fait le triomphe de notre race.

66Ici, le travail est considéré comme une chose sérieuse, et ce sérieux le rend triste... et, bien sûr, pénible... Nous avons donc quitté nos tranchées de Xivray où nous étions depuis 8 jours pour venir prendre un peu de repos à l’abri des coups de canons allemands.

67La vie est douce, ici, et nous ne souhaitons pas que ça finisse bientôt. Le travail à faire n’est pas pénible : on fait des tranchées du crépuscule à dix heures du soir, et c’est tout. Le jour, on ne fait rien d’autre que de se mettre au soleil, jouer aux cartes et essayer de trouver quelque poule ou quelque lapin qui ait les ailes ou les pattes trop longues.

  • 18 Jean Bouin était un coureur de fond français. Il meurt au champ d’honneur à Xivray le 29 septembre (...)

68À Raulecourt, nous avons appris la triste vérité sur l’horrible massacre de l’autre dimanche. Notre bataillon, qui était en première ligne, a été le premier et le mieux servi. De 1000 que nous étions le matin du 28 septembre, nous restons à peine 600, et la proportion des blessés n’est ni habituelle ni normale. Au nombre des morts, je t’en citerai un, connu du monde entier, Jean Bouin, le célèbre champion de course à pied qui était à la 13e compagnie18.

*

69Xivray, 15 octobre

70Nous sommes à nouveau dans les mêmes tranchées qu’il y a 15 jours. La situation est la même, avec cette différence que nous avons moins de canons en face de nous et que nos tranchées en Z nous ont rapprochés des tranchées tudesques. Pour l’heure, nous sommes comme des chiens de faïence qui se demandent qui va mordre le premier.

71La vie n’est pas mauvaise ici, même si elle ne vaut pas celle de Raulecourt. Nous sommes enterrés sur une crête que nous avons creusée et couverte par dessus contre le mauvais temps et les shrapnels.

72Dedans, il y a de la paille, des couvertures volées, ou plutôt prises dans les maisons abandonnées de Xivray, des bougies qui brûlent pour chauffer le café, une gourde d’eau-de-vie et un jeu de cartes.

73Avec en plus des bonnes langues pour la galéjade et des bons copains, « l’état-major de la 4e section » dont je suis le chef est à l’abri et attend la relève pour aller se reposer.

  • 19 En rapport avec les fêtes de la saint Martin du 11 novembre autour de châtaignes et de vin nouveau. (...)

74Les veillées ici ne valent peut-être pas les St-Martinencas19 qu’on pourrait passer au Clapas, ni même celles d’il y a deux ans à Calvi, mais c’est un nouveau genre de vie que je ne déteste pas d’avoir vécu.

75Je n’aurais jamais cru que cette région soit aussi gâtée par le climat. Il fait des journées superbes, avec un soleil chaud, et on se croirait dans le Midi ; naturellement, les nuis sont fraîches, mais pas glaciales, et le ciel clair comme du cristal est rempli d’étoiles qui scintillent. Tu peux pas savoir comme ça nous aide la nuit pour nous guider, en patrouille... mais je ne veux pas te parler service, surtout qu’il y a quelques jours que je n’en fais pas.

*

764 novembre 1914

  • 20 Théodore Botrel, l’auteur de La Paimpolaise.
  • 21 Pierre Azéma, dans Lou Gal de janvier 1918 (repris dans... à boulet rouge, p. 43) écrit : « Lou Bul (...)

77... Nous lisons de temps en temps le Bulletin des armées. Il paraît quand ça lui plaît, c’est une feuille de chou qui ne vaut pas grand chose. Les nouvelles ont le tort de ne pas être fraîches ; il y a des articles de fond d’un ponte de l’Académie ou de l’Institut, des communiqués officiels, des entrefilets sur un peu tout, une chronique de faits divers, la reprise d’échos de journaux parisiens et la longue liste des décorations et des citations. Il y a aussi des poésies (!), Botrel20 surtout, le genre que tu connais, des plates imitations de sous-Déroulède21...

  • 22 Le 12 septembre les Français font de nouveau leur entrée dans Raon-l’Étape. L’occupation allemande (...)

78Je connaissais l’article de Barrès. Comme nous étions, nous autres, les premières troupes à entrer à Raon après le départ des Tudesques22, nous avons vu la vérité et on peut la dire en toute impartialité. Cet article de Barrès confirme bien notre opinion : on bouffe aujourd’hui de l’Allemand comme à une époque on bouffait du curé.

79Le service sanitaire militaire des Allemands est mille fois meilleur que le nôtre. Nous avons un tiers de blessés qui meurent faute de soin ou par la crapulerie de médecins incapables ou brutaux.

80Il y a un peu de vrai dans ce que dit Barrès, mais tout s’explique après deux minutes de réflexion. Quand les nôtres sont entrés dans l’hôpital (caserne du 21e chasseurs) ils ont pu voir des blessés manquant de soins, pour la bonne raison qu’au départ des Germains, tout ce que les chirurgiens ont pu emporter, ils l’ont emporté, et les derniers arrivés ont été oubliés. En plus de ça, il n’est resté que 3 ou 4 majors et quelques infirmiers pour 3 ou 400 blessés, ce qui était trop peu.

81J’ai vu moi-même l’hôpital et il n’y a rien de vrai dans toutes les saloperies que raconte Barrès qui a eu, lui, le gros avantage de ne pas les voir. Quand j’y suis allé, majors et infirmiers français et tudesques rivalisaient d’ardeur et de zèle pour soigner tout le monde.

82Pour ce qui est du massacre de Raon, rien n’arrivera, par contre, à dire la vérité : maisons brûlées, meubles emportés, argent volé, caves vidées et populations bien maltraitées.

83Et dire que deux jours après notre arrivée, les Raonais imploraient à cor et à cris les Prussiens. Peut-être parce que nous payions tout ce qu’ils voulaient nous vendre ou qu’on ne prenait pas leurs filles de force.

  • 23 L’idée initiale de la grande et seule France est sérieusement écornée. Que malgré la destruction de (...)

84Il est impossible de dire combien ces pays de l’est de la France sont germanisés23. Est-ce une préparation concertée par la cour de Guillaume avant la guerre ?

*

8517 novembre

  • 24 Poperinge (Poperinghe en français), ville flamande de Belgique. Poperinge fut, avec Furnes, la seul (...)

86Les quelques cartes envoyées en cours de route t’ont dit que notre régiment avait une fois de plus changé de coin. En fait, à l’heure et au moment où nous nous y attendions le moins, l’ordre est arrivé. Et nous sommes partis. Nous avons traversé en rapide (!) militaire un grand morceau de la France du Nord. De Commercy jusqu’à Calais, Hezebrouck puis Poperinghe24, nous avons vu du pays, un peu le jour et pas du tout la nuit. C’est de nuit que nous avons traversé la frontière et bientôt nous étions à Poperinghe, où on descend et où on stationne quelques heures.

87À part ça, nous sommes en pleine mélasse et je ne sais pas ce qui en sortira.

*

88Reminghelst, le 5 décembre 1914

89... À propos du Libre d’or felibrenc, voici mon idée : je ne le trouve pas de première nécessité. Sans être absolument opposé au projet, il me semble que nous trouverons plus tard d’autres réponses à faire que de coller un livre sur le mourre de ceux qui critiquent le Midi.

  • 25 Azéma, qui suit sans doute Bonfils, souligne la phrase. Louis Bonfils découvre un « racisme » anti- (...)

90On pourra leur citer les exemples que nous connaissons. Et nous leur dirons surtout l’accueil réservé par les gens du Nord ou de l’Est aux soldats du Midi : « Il vaudrait mieux avoir affaire à des Prussiens !25 » Nous qui sommes tombés sans peur pour que leurs maisons ne soient pas brûlées ni leurs filles déshonorées...

*

91Nieuport, 14 décembre (minuit)

92... Nous avons quitté les parages d’Ypres pour ceux de Nieuport. Là-bas, c’était la vie des tranchées, abrutissante, pénible, et qui n’amenait pas beaucoup de résultats ; ici, où nous ne sommes que depuis hier, c’est l’attaque, la vie en mouvement, dangereuse, mais sublime.

  • 26 Lombaertzyde est un lieu stratégique. Le 23 octobre 1914, la division Grossetti, accourue au secour (...)

93Nous avons pris, comme je te l’ai dit, le village de Lombaertzyde26. Certains l’ont payé de leur peau, d’autres ont été légèrement blessés, ou sérieusement touchés : le bilan normal d’un carnage. Je m’en suis tiré, moi, de mon mieux.

  • 27 Deux pièces de François Dezeuze, l’Escoutaïre. Voici un instituteur qui ne craint pas de jouer du t (...)

94Hier nous a amené de nouveaux soldats, blessés rétablis ou jeunes de la classe 14. Dans le nombre, deux montpelliérains bien connus. Le caporal Martin-Péridier, un charmant garçon avec qui j’ai sympathisé d’emblée ; il est aimable, jeune et gentil, et ce n’est pas ce qui aide le mieux pour faire le dur et triste métier de caporal. L’autre est Laurent, le maître d’école qui a joué dans Lou juge de pas de Corconas et dans Lou doutou Purgamini27.

  • 28 Le 5 mai 1915, Bonfils annoncera sa mort dans Lou Gal.

95Bien sûr, je l’ai pris aussi avec moi ; je veux prendre tous les montpelliérains dans ma section. Nous sommes déjà quatre : eux deux, moi, et cette vieille branche d’Astre qui, blessé à Rambervilliers, nous est revenu il y a un mois28. Nous avons aussi un Fabrégois.

96Tu comprends bien que ça fait plaisir de rencontrer quelqu’un avec qui tu peux discuter de choses ou de gens connus ou aimés. Imagine un peu comment, pour nous que trois cent lieues séparent de nos maisons et de nos amis, qui chaque matin nous demandons si nous serons encore en vie le soir, c’est agréable de se trouver ensemble, aussi bien pour le combat que pour la gloire, et au besoin pour le deuil.

*

97Noël 1914

98Comme tu vois, je suis encore en vie, toujours en train et gaillard, après les terribles épreuves par lesquelles nous sommes passés, la semaine dernière, dans la région de Nieuport, la Mer et Lombaertzyde.

99Dans ma dernière lettre je t’ai soufflé un mot de notre attaque réussie et de la prise du village. Comment se fait-il que le lendemain matin, quand j’arrivais avec mes hommes de corvée en portant la soupe, le village soit revenu aux mains des casques-à-pointe, et que les nôtres aient été dans les tranchées à 150 mètres du village et à 50 mètres de la ligne ennemie ? Je ne le sais que trop, hélas ! Le mouvement des 13e et 14e avait été empêché ou non suivi sur le reste de la ligne de front et les deux compagnies courraient dès lors le plus grand danger en formant une telle pointe. Il a fallu débarquer pour ne pas être faits prisonniers ou pour ne pas se faire tuer pour le seul plaisir de jouer à ce jeu-là.

100Donc, nous passons deux jours comme tous les autres dans nos tranchées creusées dans le sable des plages de la Mer du Nord.

101Le 20 décembre, les ordres d’attaquer arrivent, de plus en plus pressants, et malgré la difficulté de la position, malgré tous les fils de fer que nous voyons devant les tranchées prussiennes, malgré tout enfin, à 9 heures sonnantes l’ordre le plus sec et le plus formel nous est transmis.

102Nous buvons, l’adjudant-chef qui commande la section qui est à ma droite, moi, et les trois sergents qui sont là, une bonne rasade d’eau-de-vie, nous nous serrons la main, et en avant. Ah, mon cher, quel moment, quelle impression cette poignée de main, et quelle minute !

103Mais l’hésitation n’est pas de mise ici, et il n’y a que ceux qui veulent se faire tuer qui restent sur le quai.

104Enfants, metès vostas baïounetas, anan parti, dis-je à mes hommes (car c’est moi qui commande la section). Je me dresse, révolver au poing, sur la tranchée, et, en bonne langue d’oc, je gueule : Zou ! Enfants, aqueste cop cau gagnà ou crebà. L’adjudant-chef s’abrite derrière une maison en ruine, et moi, au milieu d’une centaine d’hommes, je m’élance vers les boches.

105Leur premier mouvement de surprise passé, les Tudesques s’avisent de nous tirer dessus, bien maladroitement, il faut dire. Il semblait que tout allait pour le mieux, et je me voyais dans la tranchée sans un mort, ou quasiment. Hélas ! À ce moment, les mitrailleuses commencent leur terrible carnage. Trop tard pour reculer. Trop couillon de mourir. Il n’y a plus qu’à avancer. Un officier tudesque se montre, je le descends de deux coups de révolver, et je saute dans la tranchée allemande en passant d’un bond par dessus tous les fils de fer.

106C’est la droite qui a le plus souffert des mitrailleuses. J’ai avec moi, dans la tranchée allemande, quasiment toute ma section. Nous sommes installés, les mitrailleuses se sont arrêtées et les mitrailleurs quittent la maison qui les abritait et fichent le camp. Mais pas un ne s’est sauvé, car nous leur avons donné du plomb dans les hanches que je te dis que ça. La nouvelle tranchée est pleine de morts et de blessés. Certains sont encore valides et font mine de se rendre. L’exaltation des hommes est trop forte. Le massacre continue encore dans la tranchée. Tout ruisselle de sang. Les baïonnettes rougeoyantes ne luisent plus au soleil.

107Tout ce que je te dis là, tu le devines, a été fait plus vite que le temps qu’il te faut pour le lire. Ça s’est fait tout d’un coup.

108Nous avons tout de suite commencé une autre tranchée en avant de celle que nous avions conquise, et à la nuit, nous avons comblé l’autre qui est devenue la tombe des soldats prussiens. Note la coïncidence : c’était le 163e régiment allemand qui était devant nous.

  • 29 « L’ounou que reçaup regiscla sus soun vièl quartié de Boutounet » (L’honneur qu’il reçoit rejailli (...)

109Le soir, j’ai rejoint le poste du lieutenant commandant la compagnie. Je ne te dis pas les félicitations que j’ai eues. Le lieutenant n’a eu qu’un mouvement pour m’embrasser devant tout le monde en pleurant. Nous étions tous très émus, tu peux le croire. Un rapport a été fait sur mon compte et je peux t’assurer que dans deux ou trois jours je serai adjudant. Je suis aussi cité à l’ordre de l’armée29... Mais je connais quelque chose de mieux que la guerre. C’est le cantonnement comme celui d’aujourd’hui. Dans une ferme loin de tout village, avec des gens aimables, plus quelques réfugiés, et l’ornement de quatre ou cinq jeunes filles.

  • 30 Le 1er avril 1917, Pierre Azéma signe dans Lou Gal un article très violemment misogyne, « Las fenna (...)
  • 31 Il a à peine 24 ans.

110Comme il n’y a que ma section dans cette ferme, tu peux croire qu’on ne languit pas. Quand tout est normal dehors, les trop jeunes ou les trop vieux s’occupent des champs et les femmes travaillent à l’intérieur. Et elles font tout, en plus du ménage30. Ce sont elles qui traient les vaches, qui font le beurre, qui soignent les bêtes, etc. Elles ont toutes un air pitoyable, un air de circonstance, l’air grave et sérieux qui convient dans une telle époque. Mais quand nous sommes là, cet air change. Avec notre gaieté, nous faisons partir les nuages de leur front et à la veillée nous passons des moments à faire pâlir les soirées joyeuses qui ont égayé notre jeunesse31. Des petits jeux, des chansons, des danses et des embrassades ; les filles embrassent à pleine bouche à qui mieux mieux, c’est vrai que si ici le pays est froid, les filles ne le sont pas...

111Nous venons de passer la nuit de Noël. Nous l’avons passée sans messe, et jamais nous ne l’avons tant regretté. Mais à minuit, nous l’avons remplacée par un concert de Noël. Nous avons chanté des noëls, les petites belges nous ont régalés de chants Flamands que nous ne comprenions pas. Et moi, j’ai chanté sur l’air de Magali quelques mauvais vers écrits sur un coin de table sur un vieux papier. Je ne me souviens plus de ces vers, et je ne sais pas où est passé le papier. Puis, comme de juste, le réveillon.

*

1123 janvier 1915

113... Me voici à nouveau dans les environs de Xivray-Raulecourt. Il y a deux jours que nous sommes là, deux jours que nous ruminons dans nos têtes les terribles journées de fin septembre. Ces immenses plaines nous parlent de gloire et de deuil, des amis qui y sont glorieusement tombés ou qui s’y sont glorieusement battus. Notre changement de Belgique à ici s’est fait sans trop de dommages, rien de bien marquant...

*

11411 janvier

115Rien de nouveau dans la vie que nous menons ici. Les tranchées sont au même endroit et les Tudesques tiennent le même coin, sur notre droite dans Le Prêtre ou dans le Bois brûlé où ça chauffe plus et où peu à peu ils gagnent du terrain.

116Raulecourt et Bouconville sont au même point, Xivray de plus en plus démoli, écrasé et en ruine. La terre argileuse avec les grosses pluies fait ici des mares boueuses et nous pataugeons. Mais... nous risquons moins qu’à Lombaertzyde. Ceci compense cela.

117Mais oui, mon cher, nous avons raison de dorer d’un peu de rêve — comme tu dis — la banalité d’une histoire. Que veux-tu ? Nous avons des idées plein la tête et nous aurions tort de ne pas les répandre à mesure qu’elles nous viennent. Je me trompe peut-être, mais je crois bien que si un jour nous rassemblons quelques passages de nos lettres d’il y a deux ans, ou de l’an dernier, ou de cette année, nous y trouverons des belles idées, ou au moins de beaux morceaux de romans. Nous aurions tort de ne pas continuer.

*

11816 janvier

119Nous avons été relevés cette nuit, nous sommes maintenant au repos pour 4 ou 5 jours, puis on recommence. La vie ici n’est pas très dure : deux jours de tranchées pour quatre de repos. Ça nous change de la Belgique en général et de Nieuport en particulier.

120J’en profite donc pour t’écrire, d’abord pour le plaisir que j’y prends, et c’est pas peu dire, et puis pour te raconter, maintenant que j’ai le temps, quelques petits faits de ma vie guerrière passée. Je veux pas en faire une profession de foi, mais tu peux d’avance être sûr que ce que je t’écris est la vérité pleine et entière... Ceci se passe les premiers jours où nous étions du côté de Rambervillers. Terribles journées pour un baptême du feu. J’avais été envoyé un jour dans un patelin qui s’appelle Bru, pour aller chercher des ordres auprès du général de brigade. Au retour, je vois une vieille sur le seuil de sa porte. Je la salue, et histoire de passer le temps je lui demande mon chemin, puis nous parlons de la guerre. Aussitôt, la vieille me dit : « Vous voyez cette dame qui est là-bas devant sa porte ? (et de son doigt elle me montrait une vieille comme elle) Eh bien ! Elle est de mon âge, 64 ans. En 1870, lorsque les Allemands vinrent, elle fut violée par eux... Violée (ajoute-t-elle) c’est peut-être un peu trop dire, car dans le pays on la connaissait, elle avait sa réputation, et les Allemands ne furent pas les premiers car... elle aimait ça. »

121Je ne peux pas te dire les gestes et l’intonation de la vieille, mais tu peux croire qu’ils étaient bien appropriés au discours. Je ne manquais pas d’aller voir la violée qui aimait ça. C’est facile d’entrer en contact avec ces gens et bientôt je discutais avec la seconde vieille. Elle commença par me parler de tout et de rien, puis tu sais ce qu’elle me dit ? Eh bien, la même chose que l’autre : la vieille d’en face violée, mais les Allemands n’étaient pas les premiers, car de son temps la vieille était connue, on l’avait rencontrée en bonne compagnie dans les bois, etc., etc.

122Alors je conclus :

123— « Oui, je comprends, elle aimait ça !

124— Parfaitement, parfaitement ! » fit la vieille, que je quittais sur ces mots. Se la vos mai p... comme dit le proverbe.

125Quand nous menions notre vie de bûcherons, on nous envoyait souvent en patrouille jusqu’aux tranchées ennemies.

126Un jour j’avais pour mission d’aller avec quelques hommes reconnaître l’orée d’un bois où on pensait qu’il y avait une batterie d’artillerie tudesque. Je traverse la forêt de biais pour tomber par derrière à l’endroit indiqué, et j’arrive sans encombre au point voulu. Pas de batterie, mais, un peu plus loin, un casque-à-pointe. Nous ouvrons l’œil et le bon. Je reconnais un jeune officier d’artillerie qui étudiait le terrain une carte à la main. Donc, la batterie n’était pas en place, mais l’officier cherchait le bon placement.

127Ma première idée fut de le prendre, doucement, puis de l’amener avec nous, ce qui aurait fait un bon prisonnier. Seulement, un de mes hommes fit du bruit et nous avons été repérés. Le lieutenant prussien se retourne vers nous et me voyant le premier me tire un coup de révolver. Le coup passa près de moi, mais par contre la balle que je lui envoyais le frappa en pleine poitrine et il tomba raide.

128Nous restons un moment là pour voir si ces deux coups de feu ne nous amenaient pas du monde. Comme personne ne venait, nous nous approchons du blessé qui respirait encore et me dit : « Poche, portefeuille. » Je défais sa tunique et je trouve dans son portefeuille un portrait de jeune fille belle comme un sou neuf, brune comme une méridionale.

129L’officier agonisant se redresse pour me la prendre et son œil luit d’un éclair sublime qui a été le dernier, tandis qu’il portait le portrait de la jeune fille à ses lèvres déjà glacées. Il tourna la tête, il était mort.

130J’ai pris le portrait, et derrière, j’ai lu en bon français : « À mon bien-aimé Karl, que ce témoignage de mon amour lui porte bonheur et me le ramène victorieux. » Le devoir passant avant le sentiment, je copiais les ordres qu’il avait sur lui, sans rien y comprendre parce qu’ils étaient écrits en allemand et replaçais le tout, ordres et portrait, dans sa poche.

131Sur une feuille de mon bloc-notes, j’écrivis ensuite quelques mots que j’épinglais sur la tunique du mort : j’y disais que le lieutenant était mort en brave, et qu’il n’avait pas été tué par derrière, et, en présentant mes regrets à la jeune inconnue qui n’avait pas signé sa dédicace, je souhaitais que la mort héroïque de son fiancé soit une grande consolation dans son grand malheur. La galanterie m’était revenue.

132Tu peux croire que, quand je pense à ça, j’en suis encore bouleversé.

*

1331 février 1915

134... Je t’écris de ma tranchée. Une tranchée qui n’en est pas une puisque c’est un poste de commandement. Je l’ai fait faire exprès pour moi et crois-moi, à l’heure qu’il est, il n’y manque rien. Il y a de la place pour dormir, il y a de la place pour se remuer. Les murailles sont tapissées de longues pailles d’avoine, qui tiennent bien chaud. Le plancher est fait de chevrons posés sur des cairons pour isoler de l’humidité du sol, et pour que notre dos ne souffre pas trop, il y a une bonne couche de paille pour s’allonger.

135Des trous carrés faits dans les murs nous servent de placards. Dans un coin, un petit brasero tout rouge de coke maintient une douce chaleur dans notre cabane.

  • 32 Cette description sera développée dans un texte écrit le 14 nov. 1916 et publié par Lou Gal le 1er (...)

136Le plafond se compose d’abord d’une série de billots de 20 centimètres de diamètre, sur ces billots une couche de paille, puis une couche de terre, puis des planches, des tôles de zinc et enfin une dernière couche de terre. Ce plafond a pour mission de nous protéger des obus32.

137Je t’ai dit que ça ne bardait pas trop ici. Eh bien, c’est ne varietur comme disait l’autre. Le temps s’est mis au beau et nous avons des nuits spectaculaires, pas froides, avec un ciel étoilé et une lune rousse. Ça nous permet une nouvelle distraction qui ne manque pas de charme. Notre tranchée aboutit sur la gauche à un étang. S’il n’est ni celui de l’Ort ni celui de Thau, et s’il n’est pas au bord de la mer, il est grand, avec du fond... et des barques.

138Par mesure de précaution et pour éviter que les Boches ne nous contournent, on fait chaque nuit des patrouilles sur l’étang. C’est moi qui suis chargé de ça, et j’ai deux rameurs pour cette besogne.

139Tu vois le tableau : ces promenades en barque sur l’étang, vers onze heures ou minuit, et ce pendant une bonne heure. La nuit est sereine et on n’entend que le bruit de l’eau glissant sous les rames, et, à droite ou à gauche, quelque détonation : les sentinelles qui se tirent dessus. L’air est aussi déchiré par nos chansons du Midi : Lou maset, Se cantes..., Las trelhas ou Lou soulomi de la Rèin° Jano...

  • 33 Joseph Belloc. C’est lui qui, le 13 juin 1920 a lu l’adieu AFilhou de Pierre Azéma sur la tombe de (...)
  • 34 Journal quotidien montpelliérain.

140En temps de paix, ce serait bien agréable, avec une jolie fille ! ... Maintenant, assez de félicitations ! On ne m’y prendra plus à prendre des tranchées si ensuite les oreilles doivent autant me siffler. Jusqu’à ce bougre de Belloc33, à Paris, qui s’amuse à trimballer partout et à faire lire à tout le monde les coupures de L’Éclair34 qu’on lui a envoyées. Fiez-vous à vos amis, après ça !

141Je suis assez fier d’avoir un jour été l’homme du jour, surtout pour la propagande félibréenne que ma lettre a pu faire. Mais pourtant... Quand on fait son devoir, c’est pour sa propre conscience et pas pour la réclame qu’on peut en retirer. Si une balle, ou une baïonnette m’avait fauché, personne n’aurait parlé de moi, et seuls quelques rares amis auraient pleuré, comme j’ai pleuré sur tant d’autres. Ce sont quand même les morts qui ont le plus de droits sur les lauriers verts de la victoire.

*

1427 février

143Ici, ça ne barde pas trop. La guerre est une sinécure, un lieu de repos. Aussi, nous faisons travailler notre cerveau, notre imagination et nous serons bientôt des hommes de génie. Le jour où les Allemands voudront venir prendre notre tranchée, ils en trouveront, des choses, avant d’arriver !

144En attendant, que je te raconte encore quelques souvenirs du début de la guerre.

145La première attaque que nous avons faite dans les Vosges contre un village occupé ne nous a pas réussi, au contraire.

146Nous avons été obligés de nous arrêter dans la forêt de Rambervillers où pendant toute la journée les grosses marmites allemandes nous ont massacrés. À la nuit, ce fut la débandade et chacun est parti où il voulait ou pouvait. Ça t’explique comment je me suis retrouvé à Rambervilliers vers les 7 heures du soir. Les troupes passaient, esquintées, démoralisées, abruties.

147Nous nous sommes retrouvés ensemble, deux soldats de ma compagnie et moi. Nous n’avions rien mangé depuis un jour et demi, et on avait essayé de calmer notre soif avec la rosée de l’herbe ou des petites feuilles. Nous traversions, en tirant la jambe, Rambervilliers vide de toute présence humaine. Nous nous aventurons dans une rue étroite et silencieuse.

  • 35 Marsouin est le surnom donné aux soldats de l’Infanterie de marine ou Infanterie coloniale.

148Tout à coup, on entend des rires et des cris. Puis, un marsouin35 pété comme un coing sort d’une porte et nous entraîne avec lui. On descend dans une cave. Quel tableau ! ...

149Les tonneaux étaient crevés à coups de baïonnette, les bouteilles avaient le goulot coupé (seul remède quand on n’a pas de tire-bouchon), il y avait un pan de vin au sol, des hommes penchés là dessus à boire comme un âne dans un seau. L’un d’eux, plus poétique, avait la bouche ouverte au ras de la bonde tranchée à la baïonnette. Toute cette bande d’hommes saouls qui chantaient entre deux goulées et buvaient entre deux couplets valait le coup d’œil. Nous avons bu un coup, mais sans trop.

150Le plus beau de tous était un caporal. Ce caporal était ému et pleurait. Je trouve que pour l’émotion et les larmes, il avait choisi son endroit. Mais chapeau bas devant le tableau. Le caporal était veuf, et avec la pointe de son couteau qu’il trempait dans la vinasse répandue, il écrivait sur la manche de sa vareuse une lettre à sa pauvre femme, et il s’inquiétait de savoir si le vaguemestre ferait partir sa lettre et si sa femme la recevrait.

151Deux heures après, dans un grenier du village de Bru, nous en parlions encore avec mes camarades en mangeant une boite de singe arrosée de 4 bouteilles de champagne.

*

152Le 8 février

153... Eh oui, c’est le moment de se souvenir de la parole de l’an passé : instruments aveugles d’un destin cruel. Que veux-tu ? Quel est le plus grand malheur : tuer ou se faire tuer ? Il y a bien la blessure, mais, mon cher, quand tu y es, tu vois rouge et tu penses aux jolis yeux qui vont pleurer.

154Quand je me souviens de ce que nous avons fait à Lombaertzyde et que je revois la boucherie que ça a été, il y a de quoi avoir honte d’avoir saigné ces hommes trop vieux et ces jeunes trop jeunes. Et pourtant, on ne peut pas avoir de remords, macarel !

155Je ne veux pas continuer avec quelque chose de trop triste, mais plutôt te raconter une farce jouée à ces messieurs d’en face, et tu vas reconnaître une fois de plus l’espièglerie montpelliéraine.

156Ça se passait à quelques pas d’ici, sur la crête de première ligne où nous avons commencé notre vie de tranchée.

157Le bataillon que nous venions de relever s’était aperçu qu’entre les premiers arbres du bois où étaient les fils de fer allemands, en avant des tranchées ennemies, les Tudesques avaient suspendu des clochettes au fil de fer. Ces clochettes étaient faites avec des boites de singe où ils avaient attaché un morceau de fer qui servait de battant.

158La nuit suivante était noire comme de la poix. Avec un caporal de mon acabit, nous prenons un rouleau de fil de cuivre et prévenons les sentinelles de ne pas tirer, que nous allons en patrouille.

159À petits pas, sans bruit, on se rapproche des Boches, évitant surtout de nous faire surprendre par les casques-à-pointe en sentinelles et nous arrivons aux premiers arbres. Avec les yeux de la foi et ceux du courage, nous nous rendons compte de la situation : nous voyons bien les clochettes, et nous attachons notre fil au fil allemand. Et on repart comme on était venus. Le rouleau que nous avions emporté de notre tranchée, nous le déroulons à mesure que nous marchons et ainsi nous établissons un lien entre notre tranchée et leur défense. Le tout est de revenir sans se faire prendre. Ce qu’on fait.

160Dans la journée, on braque tous les fusils au créneau dans la direction voulue, et une fois la nuit tombée, quand la nature a repris son calme habituel, voila Filhou l’Espiègle et son collègue en train de tirer le fil qu’ils avaient attaché, et toute la batterie de cuisine se met en branle avec un pétard terrible. Les cloches s’en donnent à cœur joie. Nous nous arrêtons de carillonner et nous attendons un instant. On entend les cris d’alarme de l’autre côté et c’est le moment de faire deux ou trois bonnes salves. Puis on baisse la tête pour que les balles qui nous reviennent ne nous touchent pas.

  • 36 Le martelet consiste à frapper en pleine nuit à la porte d’une maison jusqu’à réveiller ses habitan (...)

161Une heure passe. Tout se calme, et on remet ça ! On tire la corde, les cloches font du bruit, et zou, feu ! Cette comédie du martelet36 dura quelques jours, jusqu’à ce que les Boches coupent notre fil de cuivre. Qu’est-ce que tu veux ? Il faut bien s’amuser, même à la guerre...

*

16219 février

163Je suis allé à Commercy le jour du carnaval. Belle journée, beau temps, voyage en voiture avec 4 ou 5 bons copains : j’étais un des plus tristes.

164J’y allais pour acheter des vivres pour compléter l’ordinaire (tu peux pas croire à combien la tambouille monte ici : il y a des compagnies qui serrent les 12 ou 15 000 francs).

165Mes commissions terminées, on est allé prendre l’apéro, il y avait une éternité que nous ne nous étions pas assis dans un café ! Puis, on est allé dîner à La Cloche d’or : on y mange bien mal, mais on y boit mieux que bien.

166Nous rentrons donc dans la salle et nous nous asseyons à côté de la table d’hôte. Celle-ci était déjà pleine d’officiers pomponnés et tirés à quatre épingles, avec bottes vernies, manchettes et cols immaculés. Tu vois le contraste avec nous, nos godillots pleins de fange, la capote crasseuse, trouée par les balles, râpée par le temps et recousue avec du fil rouge ou blanc là où il faudrait du noir.

167Je vois encore ces messieurs buvant de l’eau minérale et parlant à mi-voix... Nous autres, sitôt à table, nous demandons la carte des vins et nous commandons un certain vin blanc que je te dis que ça. « Une bouteille, messieurs ? » nous dit le garçon. De ma petite voix de fausset je lui réponds : « Oui, une pour chacun ! » Il aurait fallu que tu voies à ce moment le coup d’œil de tout ce beau monde !

*

168Le 22 février

  • 37 Département des Ardennes.
  • 38 Lou Gal du 3 mars 1915 publie un poème de Bonfils écrit le 6 janvier : « Lou gai clouquié es espout (...)

169... Il y aurait une belle page à écrire sur la messe à la guerre. Dans le village de Bouconville37 où nous nous reposons au retour des tranchées il y a une église écrasée par les marmites et placée au milieu du cimetière38.

  • 39 Cantique de Malachie Frizet, majoral du félibrige qui fut en 1883 directeur du journal montpelliéra (...)

170Chaque dimanche, on y dit la messe et c’est un prêtre-soldat qui chante l’office. L’église est toujours pleine. J’y suis allé de bon matin et j’ai été estomaqué. Oui, estomaqué, mon cher, car il y a eu des chants, et, à côté de quelques cantiques français, quelques provençaux ont chanté Prouvençau e catouli39.

  • 40 Émile Arné, né à Marseille en 1890 sera bientôt tué. Dans Lou Delubre de juin 1915, le Capoulié Val (...)

171Tous les cœurs frémissaient d’entendre de tels chants et tu peux croire que tout le monde avait des frissons. Le conducteur de ces choristes est le sergent-major de la 5e, le félibre Arné, qui est de Marseille et membre de L’Escolo de la mar40.

172Encore une fois, je ne te fais pas de commentaires : mets-toi à ma place, tu comprendras ce que je ressens.

*

17312 mars 1915

174... Oui, je trouve l’idée de pèlerinage pédestre aux Saintes-Maries-de-la-Mer fort heureuse. Et c’est de grand cœur que je m’y inscris. Oh ! Le voyage poétiquement religieux. Oh ! Avec quel amour et quelle dévotion nous prierons nos saintes de Mirèio ! Mais jurons-nous une chose : c’est que ceux qui resteront (on ne peut pas tous y rester !) le feront, ce pèlerinage, en souvenir de celui ou de ceux qui auront payé de leur peau la lutte contre les barbares. Et je serais d’avis de commencer d’établir une liste de noms : liste courte et amicale, de cette amitié qui se confond avec la fraternité. Pèlerinage fraternel et félibréen...

*

17531 mars

176Tu sais donc que nous avons changé de secteur, je t’ai dit un mot sur le

177[La page 37 du manuscrit est perdue...]

178rester accroupi dans les abris de tranchées, ça ratatinait les jambes, les bras, en un mot tout le corps. Donc, j’ai fait une leçon de gymnastique et des jeux : les barres, les petits paquets, j’ai organisé des courses... Et tout ça, mon cher, trottait, riait, s’amusait. Ajoute à ça le comique de service comme il y en a partout, un autre qui fait des cabrioles, et tu y es.

  • 41 La maternité de Montpellier est construite entre le ruisseau du Verdanson et la route de Ganges, pr (...)

179Le terrain d’ailleurs s’y prêtait : un champ comme celui de la Maternité41, près de la route, mais un peu en pente, avec au fond un ruisseau, un pont, des maisons, et sur l’autre rive le terrain qui remonte jusqu’à la grande route bordée de platanes. À gauche de la route le cimetière du village avec à côté un cimetière militaire. Je n’avais jamais vu ça nulle part. Des rangées bien alignées, avec des bordures de buis vert, des croix toutes simples en bois blanc avec toujours la même inscription, sous le nom et le régiment : Mort pour la Patrie. Dans le nombre, il y en a du 81, du 122, du 96 et du 56es d’artillerie. J’ai prié pieusement sur la tombe de ces méridionaux.

180Pendant ce temps, dans le vallon, une fois l’exercice (!) terminé, le spectacle vaut le coup. Au bord de la rivière, les uns lavent leur linge ou leur peau. Dépoitraillés, ils se baignent la moitié du corps, ils se savonnent, se frictionnent, puis, la crasse enlevée, la chasse commence. Quelle chasse ? Tu as compris que je parle des poux ? Ce n’est pas croyable comme ce qui ne se soigne pas s’attrape facilement. C’est malheureux, mais c’est ainsi. Dans la tranchée, un de mes hommes en avait et ça le démangeait tellement qu’il s’était déshabillé pour les trouver et les tuer. Je le préviens qu’il est à un passage dangereux et qu’il ferait mieux de se planquer, qu’il risque de se faire tuer pour rien. Devine ce que me répond ce parisien, engagé pour la guerre : « Oh ! Mon adjudant, vous en faites pas ! Si seulement ils pouvaient me les tuer tous ! » Ce mot là, à cet endroit, avec l’intonation que tu devines, se passe de commentaires.

181D’autres cherchent des salades sauvages, ou se lancent la boue qui est collée à leurs souliers. Tout ce monde va, bouge, court, s’amuse. Ce n’est plus la guerre, ce sont à peine les grandes manœuvres. Et, par dessus tout, il fait beau !

182Ah ! Comme on ressent la valeur et le poids de ces mots : il fait beau. Le soleil luit et chauffe, les boues se dessèchent, les herbes poussent, drues et vertes, par endroit des fleurs commencent à sortir, c’est le printemps, c’est avril.

183Là où nous avons le mieux ressenti ce charme du beau temps, c’est au maset. Le maset ? Qu’est-ce que c’est ? Voilà : Lou Maset est le nom que j’ai donné à la baraque que nous avons en seconde ligne dans le bois de la Jurade.

184Car nous avons été en seconde ligne. Vivre dans un bois nous paraissait dur au mois d’août quand nous étions dans les Vosges, mais maintenant, au contraire, nous voudrions toujours être là dedans, car tu n’imagines pas comment l’imagination s’en est donnée pour faire quelque chose avec rien. Quand tu peux avoir du bois à volonté, tu devines le bien-être qu’on peut se créer !

185Nous avons trouvé ici des baraques bien faites, solides sous les bombardements, qui sont la seule chose à craindre, faciles à ravitailler, et avec des balades partout à toute heure du jour ou de la nuit.

  • 42 Le plus célèbre de ces masets de convivialité masculine, proches de Montpellier, décrits par Franço (...)

186Mais Lou Maset n’est pas seulement une baraque souterraine, c’est surtout la tonnelle, car, mon cher ami, nous avons une tonnelle que nous avons faite de nos mains. On peut s’y tenir à dix sans se gêner. Il y a un banc qui tient tout le fond et deux plus petits placés à droite et à gauche de la porte. Au centre, une table. La tonnelle et la baraque portent un panneau avec pour titre : Lou Maset et pour devise : Aici biscan pas. Tu ne peux pas t’imaginer tout ce qui s’est bu et chanté sous cette tonnelle... L’Espounga42, c’est de la rigolade à côté.

  • 43 Dessin absent.

187D’ailleurs, je te donne une meilleure idée de mon maset par le dessin43 qui accompagne cette lettre, qui a été crayonné par un des hommes de la section.

188Le bois n’a pas plus de 1 500 mètres de large, ce qui fait qu’étant sur la droite, il m’était facile de me promener et de jouir de deux magnifiques spectacles : le lever et le coucher du soleil. Au lever, nous voyons les premiers rayons sortir des arbres sur le bois du Curé, puis monter doucement et éclairer la grande plaine vallonnée de la Moselle.

189Et sur la gauche, le soir, quel coup d’œil ! L’horizon réunit au loin le ciel et les Hauts-de-Meuse. La plaine s’étale, immense, vallonnée, la terre a par endroit une couleur jaune, ailleurs rouge, et au milieu de ces petits vallonnements quelques bosses, sur la crête des tranchées. Les clochers plus ou moins détruits des villages s’élèvent au dessus de maisons et de murailles effondrées. On peut voir à plus de 50 km en longueur et 15 en largeur. Sur la droite, en regardant le soleil couchant, c’est le territoire envahi ; sur la gauche, le pays proche du front, les villages que nous avons traversés. On voit là Xivray en ruine, Montsec en gloire, le bois de Géréchamp où tant de camarades sont tombés, on voit les crêtes conquises au prix de tant de vies. Plus loin, c’est l’étang où nous avons fait de si belles parties en barque. Devant, la tranchée du Brulot, plus loin encore il y a Apremont, puis les montagnes et les forts de Gironville nous empêchent de voir St-Mihiel d’un côté, Commercy de l’autre.

190Devant cette immensité, on se sent saisi par quelque chose de poétique, de grand, de sublime. La vie de ce pays fertile, aujourd’hui un désert abandonné, voué au massacre et au feu, ça vous secoue le cœur d’une manière terrible.

191Et pendant ce temps, derrière les montagnes, les rayons du soleil qui se cache semblent cracher du sang sur cette plaine de batailles. Puis, tout se calme. La voix du canon se tait ; quelques balles perdues sifflent encore ; les étoiles ont pris leur place dans le ciel et la lune se montre, jaune et rouge. Demain sera pareil à aujourd’hui.

*

1921er avril 1915

193C’est le premier avril, c’est le jeudi saint. Deux jours qui en disent beaucoup, cette année réunis en un seul. 1er avril, fête des espiègles, de l’espièglerie, des joyeuses facéties du bon vieux temps. Le jeudi saint, fête religieuse, la mort de Notre-Seigneur. Quand on pense au sang versé par l’Homme-Dieu pour la paix et le bonheur du monde et qu’on entend à quelques kilomètres le canon qui massacre ou les balles tueuses, on se demande à quoi rime un tel contraste.

  • 44 Il en est passé de l’eau dans le Rhône et de l’eau dans le Rhône.

194Mais le jeudi saint nous rappelle autre chose. Il y a trois ans, à pareil jour, nous passions le conseil [de révision]. Depuis, « N’a passa d’aigo au Rose e d’aigo au Rose44 » , comme dit Mistral. Il nous a été donné de voir des choses et des choses, et il faut dire que ces trois ans nous ont bien vieillis. Ils nous ont vieillis puisqu’ils nous font écrire des souvenirs à l’âge où nous ne devrions vivre que d’illusions.

*

195Samedi saint, [3 avril] 1915

196Nous ne sommes plus au repos ; nous ne sommes pas non plus dans les tranchées, mais il s’en faut de peu, nous y montons ce soir. Et ce n’est pas pour le plaisir d’y prendre trois jours de garde comme les autres fois. Les bataillons sur notre droite vont appuyer le grand mouvement qui va se faire au bois du Curé. Nous qui sommes tout près de là, nous risquons de recevoir des régicles si le coup réussit, et même s’il ne réussit pas.

197C’est pour ça que je ne voulais pas partir sans t’écrire un mot. Ne t’imagine pas pour autant que j’aie un méchant pressentiment, au contraire. Il y a beau temps que nous manquons de vie active, il y a longtemps que nous faisons la guerre en amateurs, et ça ne convient pas à nos caractères méridionaux, vifs, emportés et violents. On en a marre, on en a assez de cette vie : ça a l’air de vouloir trop durer. Et puis, depuis Lombaertzyde, je n’ai peut-être pas tué 4 ou 5 Boches. Ah ! Où sont les brochettes des Vosges !... Ça, oui, c’était la guerre !

198Note mon pacifisme... !

*

1998 avril 1915

200Nous respirons un instant dans le village que je t’ai dépeint. Alors que nous ne nous y attendions pas, nous avons été relevés cette nuit de la tranchée. Il me faut te dire un mot sur ces 4 jours qui ont été pour nous un véritable spectacle de massacre, l’occasion de quelques heures d’angoisse, de gloire, et, hélas ! de deuil.

201Dans ma dernière lettre, je te laissais prévoir que nous n’allions pas à la noce en montant au nord du bois de la Jurade prendre nos positions, ou plutôt celles d’un autre régiment qui devait attaquer le lundi de Pâques.

202Les tranchées sont profondes et ont des talus faits de sacs remplis de terre. Entre deux sacs, un petit jour pour voir et pour tirer, car les casques-à-pointe ne sont pas loin : 40 pas à peine — et ces casques-à-pointe là, c’est la garde prussienne. C’est à eux qu’on va s’affronter et ce sont eux qui vont nous recevoir.

203Ici, la lutte a toujours été chaude, et encore plus ces jours derniers avec la grande offensive qui s’est déclenchée à Pont-à-Mousson (sur notre droite), et aux Éparges (à 30 km sur notre gauche) pour réduire la poche de St-Mihiel.

204L’endroit où nous sommes est donc le pivot de l’aile droite qui a commencé un grand combat dans le bois du Curé. Tu vois qu’on ne pouvait pas être plus dans le pastis, en plein dans l’action.

205La droite de notre compagnie (qui est elle-même l’extrême droite de notre régiment) est séparée du régiment voisin par la voie ferrée qui est en contrebas. Notre compagnie est partagée en deux : un peloton en première ligne, un en seconde, à quelques pas derrière, dans des petits abris. Notre première ligne est ici plus avancée que la première ligne tudesque de l’autre côté du chemin de fer.

206C’est ici que j’ai passé le jour de Pâques, jour gris avec des pluies de temps à autre : rien pour se mettre un tant soit peu à l’abri. Avec ça, toujours en vigilance : les Tudesques de temps en temps nous envoient des bombes, des grenades, et tout un tas de jolies choses : les dernières inventions d’un siècle de lumière et de progrès.

  • 45 Poème de Bonfils publié dans Lou Gal en avril 1915 : « Un cors es espandit alai en plen camp / Es u (...)

207Je t’ai dit qu’on s’était beaucoup battu ici : le terrain en porte la marque. Partout, un mélange sans nom de vieilles capotes, de pantalons déchirés, de morceaux de souliers ; deux branches tordues qui marquent les tombes à chaque pas. Parfois un mort qui n’est pas enterré, plus loin les jambes d’un autre qui ressortent. Ailleurs, un bois noirci, le sol couvert de casques, de fusils, de képis, de baïonnettes, d’équipements45...

208Il me faudrait une heure devant moi pour dépeindre ce que l’œil voit sur cette terre fauchée par les obus et où la mort bourgeonne à chaque pas. Horrible spectacle ! Ton imagination finira ce que ma plume ne te dit pas, et je reviens au « travail » .

209C’est le lundi de Pâques ; l’attaque va se faire par la droite du chemin de fer. Les camarades de l’autre régiment languissent autant que nous d’aller en découdre. Ils ont l’œil vif, ardent, ça va chauffer.

  • 46 L’occupation de la basse plaine de Woëvre par les Allemands depuis la fin septembre (le saillant de (...)

210L’artillerie donne à plein, des tas d’obus de toutes les catégories (75, 90, 120, 155, 220) foutent en l’air les tranchées ennemies. Ça dure trois quarts d’heures et à ce moment-là, comme une trombe, une dernière rafale, et les bérets rouges du 157e s’élancent. Ils passent la première tranchée quasiment sans pertes, les casques s’enfuient, la seconde est dépassée. Il manque bien quelques bérets, mais les Prussiens abreuvent le sol de leur sang. Ils arrivent et s’installent à la 5e ligne, à quelques kilomètres du bois de Mortmare46.

211Hélas, les officiers sont tombés, le 275, sur la droite, n’est pas sorti, mais des bataillons entiers en colonnes de 4 sortent du bois. Les poilus qui ont fait leur boulot sont débordés, contournés, ils vont être tués ou prisonniers, alors ils se replient. Triste repli qui a coûté la vie à un paquet de braves. Les trois lignes de tranchées sont abandonnées et laissées à l’ennemi. Rares sont ceux qui s’en sortent !

212À midi, les rayons du soleil ont bien voulu se montrer pour éclairer ce triste recul. Les heures et la nuit suivantes ont été terribles pour nous, tu t’en doutes.

213Le lendemain, l’attaque est à refaire : c’est notre bataillon qui doit marcher. Et il a marché. Ce n’est pas à moi de chanter ses louanges, mais ce fut un véritable tableau...

214Je termine ma lettre comme ça. L’ordre de partir nous arrive, c’est à nous qu’il appartient de prendre la tranchée. Ça va chauffer. Ma lettre part aussi.

*

  • 47 Sans doute une carte postale annonçant sa promotion. Filhou est bien sûr le surnom de Bonfils lui-m (...)

21524 avril47

216Le sous-lieutenant Bonfils t’envoie un affectueux souvenir et une cordiale accolade de son ami Filhou.

*

21724 avril

218Ma dernière lettre n’a pas été terminée puisqu’au moment où je l’écrivais est arrivé l’ordre de rejoindre les tranchées. Si je m’en souviens bien, je me suis interrompu au second jour de l’attaque. L’attaque, donc, ratée par le 157e a été reprise par nous (notre premier bataillon). Nous étions à la même place que la veille, jouissant du même coup d’œil sur les mêmes folies. L’attaque avorta une fois de plus, non par manque de courage des nôtres, mais par la faute du même régiment de droite et de la force ennemie. Au moment où les nôtres arrivaient à la tranchée tudesque, les casques-à-pointe en sont sortis et le combat fut général, un corps à corps s’engage, furieux. Les nôtres luttent à 1 contre 5, semant la mort dans les trous ennemis, mais hélas ! Ils payèrent cher cette lutte inégale et durent simplement rebrousser chemin : le sol était couvert de morts et d’agonisants.

219La lutte continua tout le jour, mais seulement d’une tranchée à l’autre. Le temps était toujours gris et le seul rayon de soleil perça au moment où ils se battaient à la baïonnette, dont l’acier rougi de sang luisait sous ce faible rayon.

220Jamais fatigués, jamais rassasiés de lutte et de victoire, le surlendemain la tranchée était attaquée et conquise par un de nos bataillons et un du 157e.

221Notre bataillon alla tout de suite relever ceux-là, et nous eûmes droit au doux et sublime travail de résister à 15 contre-attaques. Pas moins !

222Toutes furent repoussées à notre grand avantage et à notre grande fatigue.

223C’est justement le jour où je t’écrivais ma lettre inachevée que nous avons rejoint la tranchée que les autres venaient de gagner : une rigole faite de trous mal joints et démantibulée par les obus. Partout des morts ; ici, un bras suspendu, ici une jambe qui sort, là tu marches sur une tête. C’est triste, c’est terriblement triste.

224Le premier boulot est de nettoyer et de recreuser la tranchée. Seulement, les Boches ne nous laissent pas tranquilles, car ils ne sont pas loin. Moi, je suis avec ma section tout à fait à gauche, et la partie de la tranchée qui se poursuit dans la même direction leur appartient encore. Nous sommes donc séparés par une muraille de sacs que nous avons faite et par une autre qu’ils ont montée.

225Ces deux murailles sont à 10 mètres l’une de l’autre : tu vois notre situation. Nous ne nous battons plus à coups de fusils mais à coups de grenades. À un moment donné, les Tudesques se sont rapprochés et ont balancé de notre côté un tas de grenades à faire trembler. Les hommes avaient abandonné leurs postes, ils étaient contournés et la tranchée allait être perdue. Furieux, alors que j’étais en train de dîner, je m’avance et je commence avec un simple soldat à jeter sur les ennemis une pluie de grenades que je te dis que ça. Nous eûmes bientôt la supériorité du feu, les hommes reprirent courage et vinrent à leur tour alimenter cette pluie de fer : la tranchée était sauvée.

226Depuis, c’est la même vie et le même travail. Car le morceau de terrain que nous avons pris, s’il n’est pas fameux pour son étendue l’est pour la vue qu’on a d’ici : pour nous, nous pouvons voir de l’autre côté, pour eux, ils ne peuvent pas voir du nôtre.

227Heureusement qu’on nous promet un bon moment de repos quand nous quitterons ce brasier.

*

  • 48 Il est possible que ce fragment de lettre, intercalé sur un papier à part soit un extrait de la rép (...)

22830 avril 191548

229Tu n’es, à l’heure actuelle, pas plus avancé que moi. Tu es en vie, je le suis, nous sommes tous les deux exposés aux mêmes dangers, aux mêmes obus. Je te conseille donc la prudence sans la peur, le courage sans la témérité. Ne t’expose pas inutilement mais fais ton devoir quand ce sera l’heure, il y a un bon dieu pour nous et nous ne pouvons pas rester sur le champ de bataille. Aie confiance dans le lendemain et souviens-toi surtout que nous ne sommes pas à l’heure des pleurs et de la pitié, mais à la lutte, la lutte sans trêve, sans miséricorde.

*

  • 49 Lettre en partie publiée dans Calendau, revue dirigée à Montpellier par Pierre Azéma et Jean Fourne (...)

230Le beau jour de Pentecôte (23 mai49)

231Encore quelques heures et je ne serai plus ici. Ici, c’est mon poste de commandement. La relève va arriver et nous allons aller vers l’arrière, au repos.

232Le repos, c’est une façon de parler, car on ne se fatigue pas beaucoup : le travail n’avance pas trop.

233Après les terribles attaques et le massacre du mois dernier, l’air est redevenu serein. Nous avons repris l’existence presque agréable du bois de la Jurade, avec Lou maset, avec la vie en plein air, à admirer la nature et se saouler de poésie.

234Mon peloton est quasiment en première ligne ; les Boches sont pourtant loin de nous : 800 mètres à peu près. Nous tenons le bord du bois et jouissons tout le jour du panorama magnifique qu’en phrases malvenues je t’ai décrit un jour : la vue immense sur la vallée de la Meuse qui zigzague au pied des collines des Hauts-de-Meuse.

235Il fait un temps magnifique, tout est calme, on ne se dirait pas trop à la guerre si la nuit, comme en ce moment, un paquet de balles perdues ne venaient péter sur les arbres du bois. Seuls ces petits bruits secs et crépitants troublent la paix d’une nuit constellée d’étoiles et éclairée par une demi-lune rouge.

236Il règne un silence de mort : on dirait que pas un seul de mes poilus, si gais, si drôles, qui chantaient à s’égosiller tout à l’heure, ne voudrait pour rien au monde faire une fausse note. Ils sont là à travailler dans la plaine : nous faisons une tranchée de seconde ligne. On entend seulement les coups de pics qui ont la régularité du tic-tac d’une montre. Les calades tombent en faisant des tas de pierres en avant, jetées avec force par mes poilus terrassiers.

237Souvent, à cette heure-ci, je délaisse mes lettres pour aller les voir. Les balles sifflent au dessus de nous. Je m’arrête d’abord à la limite du bois, et de derrière un buisson je les regarde, je les admire avant d’aller leur parler. Par groupes de deux, et des fois ce pourraient être le père et le fils, mon essaim travaille...

238Parfois, je pleurerais en pensant que certains de ces hommes sont pères de famille, pauvres, et qu’ils travaillent ici, sans relâche, depuis dix mois. Ils ont tout enduré, la faim et la fatigue du premier mois, la chaleur enivrante des attaques, la pluie et le froid de la Belgique, ils se sont trempés les pieds dans la boue... et parfois dans le sang. Ils ont pleuré leurs meilleurs copains, ils ont compté sur une guerre courte, et aujourd’hui, ils ne sont pas nombreux à être encore ici. Ils ne savent pas comment la guerre finira, ni s’ils la finiront, ils subissent leur sort, avec un bon mot pour les jeunes arrivés de la classe 15, et ils prennent 4 heures de garde de plus que les autres : ce sont eux les véritables jeunes.

239Ils m’aiment bien, je suis fier de le dire. Ils ont trouvé en moi un ami et pas un chef, un coordinateur et pas un commandeur. Ils se mettent en quatre pour me faire plaisir, car ils savent que j’irai les voir à n’importe quelle heure et par n’importe quel temps, et ils savent surtout que je leur parlerai en langue d’oc. C’est beau, mon cher, de pouvoir parler la langue de notre pays. Il n’y en a pas un qui me parle en français.

240Quand j’ai bien pensé à ce que la guerre a d’horrible et de sublime (la vie et notre ténacité par exemple), je m’approche d’eux :

  • 50 Rappelons que Louis Bonfils n’a alors que 24 ans.

241— Eh bien, petit50, la terre est dure ? Ah ! Ce serait mieux de déchausser les pieds de vigne, ou de faucher le blé, tu crois pas ?

242— Eh, l’oncle, qu’est-ce qu’on fait ? Allez, une minute de pause, tiens, prends un coup d’eau de vie.

243— Et toi, qu’est-ce que tu glandes là ? Au moins, tu risques pas de casser le manche ! Tiens une cigarette, et m’embête plus !

244Et je continue ma tournée. Ça dure un bon moment. Je donne un conseil sur le travail, je distribue un paquet de cigarettes, du tabac pour une vingtaine de pipes, puis je rentre ou me promène plus loin.

245Ce sont des heures qu’il faut vivre pour en savoir la beauté et la grandeur. Et tu ne trouveras les mots pour les décrire dans aucun dictionnaire, et je ne sais pas si on trouvera quelqu’un qui saura aligner les phrases pour les peindre. Seule la description de petits tableaux dans ce genre décrira la vie réelle, l’histoire juste de la guerre actuelle, et c’est la seule chose qui pourra en être écrite... Car les journées de massacre ne seront pas écrites, ou bien ceux qui les écriront ne les ayant pas vécues, ils feront des phrases fausses, fantaisistes ou mensongères... Je ne suis pas d’une modestie extraordinaire, mais ça m’emm... bête pas mal de voir sur mon compte ces tas de phrases louangeuses.

246Il faut savoir, mon cher, pourquoi on fait son devoir. J’ai eu la chance jusqu’ici de pouvoir passer à travers les balles. Ce n’est pas un mérite, mais c’est pour ça que j’ai pu en faire un peu plus ou au moins un peu plus longtemps que les pauvres amis qui sont tombés au premier jour, à la première balle.

247Celui qui recueille la gloire d’une action n’est pas toujours celui qui l’a méritée. Car c’est bien ceux qui tombent qui permettent aux autres d’avancer. Alors, des deux, quels sont les plus méritants ?

*

24827 mai

249Avec le mois de mai, je crois que s’achève la cueillette du muguet, et aussi de la pervenche. Car nous sommes dans un monde où il faut travailler, il y a à faire pour tous, et de la besogne pour chacun.

250N’empêche ! La race latine est ici, et la race germaine pourrait bien s’en rendre compte.

*

251De mon trou, 2 juin 1915

252Les Boches ne sont pas loin de moi, pour ne pas perdre l’habitude, mais ils ne sont pas méchants. Ils sont d’une espèce que je ne connaissais pas encore ; c’est étonnant car Dieu sait si j’en ai vus.

  • 51 Le Minenwerfer (lance-mine), mortier « léger » de 76 mm, pesait tout de même quelque 100 kg. Une éq (...)

253Figure-toi qu’ils ne tirent pas un coup de fusil, mais par contre, ils nous envoient quelque chose comme bombes, avec leurs minenwerfer51. Nous avons, comme dans toute ligne avancée, des postes d’écoute encore plus près de leurs tranchées. L’endroit où se trouve celui de mon peloton est à 25 mètres à peine du poste équivalent des Boches. Eux n’y vont que de temps à autre alors que nous, nous y sommes en permanence.

254Ce petit poste est tout au bout de la crête, dans un pré. Autour de lui, tout est vert, les marguerites mélangent leurs fleurs jaunes et blanches, les coquelicots ouvrent leurs pétales rouges, c’est joli comme tout. Les petits sacs pleins de terre font une raie blanche et grise sur ce vert en marquant nettement les limites du terrain qui nous appartient, la frontière actuelle du pays libre.

255Il y aurait beaucoup à dire sur la guerre que nous faisons et qui n’est pas la guerre. C’est une suite d’assassinats, une boucherie horrible qui nous donne rarement l’occasion de prouver de quoi les soldats sont capables.

256Chaque ligne de tranchée est une bataille, chaque mètre de terrain coûte cher. Le canonnier allume la mèche de son détonateur puis se cache. Les bombes volent, font cinquante mille cabrioles, puis elles tombent, éclatent ou n’éclatent pas.

257Si elles éclatent à l’endroit voulu, c’est la mort ou d’affreuses blessures, c’est la tranchée écrasée, les poutres brisées, les sacs de terre éventrés, brûlés. Ce sont quelques braves qui demain auraient peut-être accompli quelque nouveau trait d’héroïsme qui sont tués ou démolis par quelqu’un, qui est peut-être un lâche, qui a juste mis le feu à une mèche.

258C’est bête de mourir comme ça... et dire que ça peut m’arriver d’une seconde à l’autre, comme c’est arrivé trop souvent à mes hommes qui plus que tous ont trinqué. C’est de la folie de mourir si jeune pour rien, sans venger une peau qu’on avait sauvée jusque là.

259Ne parlons plus de ça, c’est trop con. Et puis nous savons bien que la mort est pour nous. Moi aujourd’hui, toi demain.

260... [Une ligne de points dans le manuscrit]

261Je connais (qu’est-ce que je ne connais pas de la vie militaire, de caserne ou de campagne ?) des cabanons branchus, peinturlurés, originaux, où on fait la cuisine et la salle à manger, baptisés d’enseignes variées et typiques.

262Dans notre tranchée, je me régalais ce matin de voir un soldat écrire sur la planche qui retient la terre de son abri : Li sian pas qu’un. À côté, on peut lire : Lou cabanoun, La Prouvènço flourido, Villa de la Crau, La Cetoria, et il y en a comme ça tant et plus. D’autres en français : Villa Belle-Vue (note surtout celle-là, placée dans un cul-de-sac noir comme de la poix), Aux Trois étoiles, Villa Manon, la Favorite, etc. Ces petits détails qui n’ont l’air de rien pour celui qui regarde sans voir ou qui passe sans regarder ne peuvent pas nous laisser insensibles par leur pittoresque et leur beauté toute simple.

263Faut-il faire de longues phrases pour prouver que c’est, plus que tout le reste, le témoignage vivant de notre belle race, de notre gaieté toujours si vive, même dans les moments les plus terribles et les plus durs ?

*

2647 juin

265... Tu sais, et je te l’ai fait remarquer, que l’histoire de la guerre guerrière, de la vie vivante des soldats ne sera écrite que par ceux qui l’auront vécue, comme nous, et qu’elle leur sera dictée par ce qu’ils auront vu, en disant les choses sans aucune prétention, littéraire ou autre.

  • 52 L’Écho des Marmites. Seul quotidien hebdomadaire [sic, puis périodique], aucun fil spécial avec Ber (...)

266Pour mon compte, je te ferai chaque fois mon rapport avec le même style, avec surtout la même langue. Que veux-tu ? Le travail de la terre ne peut se chanter que dans la langue de la terre. Tout ce que je t’écris constitue mon carnet de notes où nous irons rafraichir notre mémoire si nous voulons écrire, ou discuter avec quelque cigare de journaliste. Car je prévois d’ici ces discussions. Je les prévois contre ceux qui se disent poilus et qui sont loin des tranchées ; contre ceux qui font des journaux qu’ils appellent Écho des marmites52 ou autres.

  • 53 Lou Gal, lui, se fait très loin du front, à Montpellier, mais avec des correspondants au front, com (...)

267Nous savons où et comment se font ces journaux. À l’arrière, dans les ambulances ou les états-majors53.

268Ils soutiennent à cor et à cri qu’ils sont sur le front, qu’ils ne font pas partie de l’arrière.

269Eh bien, nous autres, nous ne sommes pas sur le front : nous sommes sur la ligne, nous sommes aux endroits où on n’a ni le temps ni l’idée de faire des journaux et de les imprimer, même en polycopie. Et pour faire une lettre de 4 pages, on s’y reprend à 10 fois, car nous avons la conscience de notre travail, et nous faisons ce travail de notre mieux.

270Je sais bien qu’à la fin, ce ne sera pas nous qui aurons fait la guerre, ce seront eux. Car des nôtres, beaucoup pourriront sous six pans de terre pendant qu’eux, parfumés, cirés et poudrés, ils auront fait la noce, bien à l’écart de l’endroit où ça tombait trop.

  • 54 Dans La Plume au fusil (op. cit., p. 173), on trouve cet extrait d’une lettre d’Alfred Roumiguières (...)

271C’est pour ça que nous devons beaucoup écrire et que ceux qui resteront et qui nous liront rendront justice à ceux qui seront tombés à foison pour d’autres qui avaient l’avantage d’avoir un père né avant eux. L’ouvrier se fait tuer parce qu’il n’a pas une auto à offrir au général, à condition de la conduire pour la durée de la guerre54

272... [Une ligne de points dans le manuscrit]

  • 55 Meurthe-et-Moselle.

273Comme nous avons changé de secteur d’action, nous avons aussi changé de secteur de repos et le village de Minorville55 nous a donné un repos complet, physique et moral. Le village est juché sur une petite crête, traversé par une grande route et longé par un ruisseau.

274Les prés sont verts et les fleurs jaunes font de la terre un immense bouquet qui s’étend à perte de vue. Au couchant, il y a la route, ombragée par une magnifique allée d’arbres verts et feuillus. Au fond de l’allée, à 100 mètres du village, une petite chapelle de la Vierge et de là, un panorama superbe : la plaine vallonnée, les collines basses et verdoyantes, des clochers pointus dépassant les crêtes, des villages perchés.

275Au loin, vers le Nord, la route de Metz, plus loin encore le bois de la Jurade et à sa droite celui de Mortmare. À gauche, le pays connu : Beaumont, Mandres qui touche Xivray qu’on devine dans le fond ; Montsec, la position ennemie qui est maintenant une véritable place forte ; puis les montagnes qui sont devant St-Mihiel ou Commercy, et en continuant sur le même côté la forêt de la Reine puis les forts de Lagney, Boucq, Bruley et Toul pour finir en beauté.

276Mais quittons les lointains pour revenir au premier plan.

277Des faucheurs sont là qui coupent les épis et la luzerne.

278Ce sont des vieux ou des soldats. Mais à côté il y a des femmes, les lieuses ou celles qui, assises sur le siège font tirer les chevaux attelés à la moissonneuse mécanique.

279Je suis allé dans le champ et j’ai parlé avec une jeunette, blonde comme du blé mur. Je me suis fait expliquer le fonctionnement de la mécanique, puis nous avons causé longtemps, en parlant de tout, et pendant qu’elle me disait les noms des villages (que je connaissais grâce aux cartes), je regardais les jolis doigts de sa petite main brunie par le soleil.

280Elle était jolie et sa frimousse gourmande ressortait encore plus à l’ombre de son chapeau campagnard en toile blanche. Elle avait les yeux vifs, mais souriait comme par force. Nous avons parlé longtemps ; le soleil se couchait quand nous sommes rentrés au village, et je savais que son frère était prisonnier et que son fiancé dormait de son dernier sommeil.

281Je l’ai plainte et consolée, j’ai parlé de la Patrie, et sais-tu ce qu’elle m’a répondu ? « Oh ! Mon lieutenant, ma Patrie à moi c’est mon village et pas plus. Dès que je le quitte, dès que je suis loin de ces pays que mes yeux peuvent voir d’ici, eh bien ! C’est une autre patrie que je trouve là, et l’air de ce pays m’étouffe. J’aime mes champs et mon soleil, et je n’ai pas voulu me marier avec des jeunes gens de la ville, de Nancy, parce qu’il m’aurait fallu habiter là-bas. N’ai-je pas assez de choses à aimer dans mon petit village ? Tout me parle, tout me rit. Ma mère repose dans son cimetière et c’est là que je veux reposer moi aussi. »

  • 56 On est bien loin de la grande France !

282Elle parlait et moi je l’écoutais... Son parler français me faisait plaisir, plus que celui que j’entends d’habitude. Puis l’amour de ce misérable village, sale, à moitié détruit, dit avec tant de fermeté me rendait cette petite encore plus sympathique. Et sa définition de la patrie56 !... Il me faut pourtant terminer ma lettre. Ce sera par une triste nouvelle. Tu te souviens de la figure grande et noble de mon grand-oncle Bonfils, celui qui était l’ancien de la famille, et qui vient de mourir. Il est décédé le 1er juin.

283Si dans mon cœur le neveu pleure l’oncle qui m’aimait tant, dans mon âme de méridional je pleure le montpelliérain qui vient de partir. C’était une belle figure, symbole du paysan méridional, du propriétaire-exploitant, de l’homme de la terre.

284Je te redirai un mot de lui qui te le dépeindra mieux que tout. Dans sa vigne sur la route de Grabels, où j’étais allé un jour pour poser la crémaillère du mas, en me promenant avec lui entre les souches, il prit une poignée de terre, s’en frotta les mains en me disant : « Tu vois, Filhounet, la terre n’a jamais sali les mains de personne. » Qu’ajouter à la beauté de cette grande et belle parole ?...

*

28511 juin

286... J’espère, sauf imprévu, pouvoir t’écrire plus souvent. L’arrivée d’un jeune sous-lieutenant à la compagnie me donne plus de loisirs. Je ne commande aucune section, je suis adjoint du commandant de compagnie. C’est possible que je ne reste pas longtemps sans prendre une compagnie sous ma responsabilité, ou plutôt sans qu’on me la donne. Ce sera probablement la 13e.

287Ça ne me porte pas peine, car en vérité il y en a qui feraient mieux de rendre leurs galons que de s’imaginer commander 250 hommes.

*

28818 juin

289... C’est pour ça, mon cher, que nous devons nous en tirer, pour dégorger notre bile, notre colère, notre rage sur tous ces gens qui ont eu le mérite de notre boulot, qui nous ont empêchés d’arriver, même sur les coudes. Nous en dirons, des choses, et nous en ferons pâlir, des rubans rouges !...

*

2905 juillet 1915

291Sans évènement remarquable, notre vide se continue. Vie quotidienne du poilu dans sa tranchée, vie abrutissante pour les enthousiastes du midi que nous sommes.

*

  • 57 Le jour même où Pierre Azéma est blessé à la tête et à l’épaule. Il sera trépané le lendemain.

2927 juillet57

293... Je suis en première ligne : ça ne t’étonne pas, moi non plus. Nous sommes à 50 mètres des Boches, avec un petit poste qui n’en est qu’à 22 exactement, et de là je me suis payé le luxe inestimable de démolir à coup de grenades une mitrailleuse qui m’avait tué deux hommes.

294À côté de la mitrailleuse il devait y avoir un dépôt de munition, car il y a eu un beau remue-ménage, une détonation formidable, quelque chose qui explosait. Ils m’ont tiré dessus, mais ils m’ont manqué comme toujours.

295J’ai eu deux blessures ces temps-ci, deux éclats de bombe : une à la main droite, l’autre au genou. De simples égratignures, sans indisponibilité ; pas assez pour aller un peu me reposer à l’arrière. Après onze mois de campagne, qui n’aurait besoin de se reposer ?... Je suis toujours sous-commandant de la compagnie : j’attends que le vieux lieutenant (58 ans) qui nous commande mal veuille bien se faire évacuer.

  • 58 Lou Delubre dont le sous-titre est Santo Ventùri ! (Le Mont de la Victoire), bulletin per tres mes (...)

296Je n’ai pas à me fâcher de ma vie actuelle : je suis bien vu de ceux qui sont sous mes ordres ; et j’emm..., avec ces idées, ceux qui sont au-dessus de moi. Car je suis en très mauvais termes avec mon commandant de compagnie et mon chef de bataillon. Ça t’explique pourquoi je n’ai pas la croix de guerre... Tu as sans doute reçu Lou Delubre édité par Marcel Provence58 ? Je te signale dans son numéro 1 l’annonce de la mort du félibre Émile Arné. Cet Arné était un de mes bons amis. Il était sergent-major à la 5e, c’est lui qui faisait chanter les cantiques provençaux à la messe du dimanche à Bouconville. C’était un homme d’action par excellence, les quelques uns qui l’ont bien connu l’ont beaucoup pleuré. Il est tombé au milieu des barbelés boches pendant un assaut. Les félibres, des fois, savent se faire tuer.

297On voit éclore ici, chaque jour, un nouveau montpelliérain qui se recommande à moi. Jeunes de la classe 15, réformés ou auxiliaires repris dans le service armé, tout nous arrive. Les relations ne sont pas toujours faciles ; nos occupations sont différentes, et, malgré mon caractère, je suis obligé par mes galons à me retenir de trop de familiarité. Ça m’embête beaucoup, tu comprends bien, mais ma liberté ne dépend pas toujours de moi ; je fais pourtant tout ce que je peux faire.

298On pourrait monter une compagnie rien qu’avec des montpelliérains. Je les engueule tous car ils se croient obligés de me parler français quand je leur parle en langue d’oc. Il y en a un qui m’a même dit : « Je ne comprends pas le patois. » Je lui ai répondu : « Casse-toi d’ici, tu vas me faire gerber ! »

*

29910 juillet

300L’adjudant abruti par 15 ans de caserne a beau passer sous-lieutenant, il est et reste toujours la vieille brute qu’il était dans sa caserne. Tu vas pas dire non, peut-être ! Il a bien fallu donner des galons et on a pensé que c’étaient eux qui devaient les recevoir en premier. Si je n’ai pas été nommé plus tôt, il y a bien une raison, c’est à cause de cette bande à qui le sergent de la classe en avait fait baver. Et il a fallu attendre qu’ils soient blessés ou tués pour que nous avancions. Un jeune sous-lieutenant a les idées plus larges, il se souvient qu’hier, il était soldat, caporal ou sergent. C’est ce qui nous différencie des vieux abrutis qui ne veulent pas s’en souvenir ; c’est pour ça qu’ils sont furieux quand ils voient des jeunes monter aussi ou plus vite qu’eux.

*

  • 59 Cette lettre est la première après la grave blessure d’Azéma. Il est difficile de penser que Bonfil (...)

301Toul, hôpital Gama, 4 août 191559

302Tu sais par ma carte d’hier que je suis à l’hôpital. Je t’ai dit ça en un mot, je peux bien te le dire en deux aujourd’hui.

303Le 17 au soir, nous montions prendre la relève. En chemin, je rencontre Hubert qui montait avec sa compagnie, et nous voici à discuter. Tout à coup, il te fout un orage, pas terrible, mais assez pour nous tremper. Un moment après, je quitte Hubert et j’attends au bord de la route ma compagnie que j’avais joliment devancée. Il soufflait un vent glacé, j’ai senti le froid me prendre, je me suis mis à faire des mouvements. Arrivé à mon P. C., mon ordonnance m’a dit : « J’ai une chemise, des chaussettes, votre veste en cuir, vous devriez vous changer. » Un brave petit de la classe 14, mon ordonnance, et nous nous entendions bien !

304Je change de linge, je pose ma capote pour enfiler ma veste et, roulé dans ma couverture, j’essaie de dormir sans y arriver. C’était deux heures du matin, je tremblais. Nous n’avions plus de vin, mais on avait de l’eau de vie, je m’en fais brûler un peu et je bois. Ça me réchauffe un peu et ça me tient jusqu’au matin. La tête me faisait mal, les reins, le dos et les épaules semblaient rongés par toute la chiennerie possible et je ne tenais plus sur mes jambes. Je passe toute la journée et la nuit comme ça. Je n’osais pas, étant officier, me faire porter malade en première ligne, mais je ne tenais plus le coup et ça s’imposait. Le lendemain, j’étais plus mal ; je n’en pouvais plus et je suis descendu.

  • 60 Sans doute Guillaume Espagne, né à Gignac, médecin depuis 1883, installé à Aumessas, près du Vigan.

305Le major qui est du Vigan et qui a fait ses études à Montpellier d’où sa famille est originaire — le docteur Espagne60 — me dit dans sa grande barbe et en bonne langue d’oc : « Ça va pas, tu as au moins 40 de fièvre. Tu vas rester ici avec nous, on te fera des tisanes et à la première auto, tu repartiras. »

306L’auto arriva, mais me laissa à 6 kilomètres de mon cantonnement. Par un raccourci, il n’y en a que 4, c’est par là que je passais. Au bout de 500 mètres je suis tombé et je ne pouvais plus me relever, quand passe un artilleur qui me prend dans son tombereau et qui m’amene au cantonnement.

307Le lendemain matin, même fièvre. Ne pouvant pas me soigner, on m’évacue et me voici à Toul depuis le 21.

*

3087 août

309... Enfin, ce ne sera rien et tout se réparera pour le mieux. Nous sommes de la race qui s’en tire. Nous ne pouvons pas mourir jeunes, et quand nous aurons 90 ans, ou 91, on dira de nous : On dirait des jeunes de 20 ans.

310Cette maladie qui me tient encore au lit m’empêche de finir la campagne. Je la bénis parfois pour le repos moral qu’elle me procure, et auquel je peux prétendre avoir un peu droit. Mais il y a des fois où je la hais en me voyant tout seul étendu sur un lit à penser toute la journée, à me souvenir des massacres que j’ai vus pendant un an, des belles heures de notre jeunesse ; des fois je pense à mes camarades qui sont là-haut, où ça pleut sans arrêt.

311La magnifique vie que nous menions chaque jour ! Et comme il est vrai de dire : « Celui qui aura vécu longtemps cette lutte, qui aura connu cette vie, ne pourra pas dire qu’il est né pour rien. »

*

31217 août

  • 61 Ceux de lieutenant.

313... Je t’apprends que j’ai un double galon sur chaque manche et au képi61. Je boucle ma cantine et demain, en route !

*

314Nuits-Saint-Georges, 24 août

315Un mot de chronique, sans s’étendre : des notes, comme on dit, gardant pour plus tard le développement de tout ce que nous faisons aujourd’hui.

316Nuits-Saint-Georges est un gros village de 3 000 âmes. On pense au Moyen-Âge quand on voit ses vieilles rues mal pavées, ses maisons à toit en pente raide, groupées autour du vieux beffroi qui est au milieu du village.

317Il y a pourtant des maisons nouvelles, bâties sans goût, sans architecture moderne ou ancienne, avec un grand jardin devant ou derrière. Ce sont les riches demeures des grands propriétaires ou négociants qui font un trafic énorme de vins de Bourgogne.

318Les environs ne sont pas mal : des plaines au nord, à l’est, au midi, des collines au couchant, quelques campagnes. Les routes qui sortent du village sont bordées de jolies villas, avec presque toujours une belle treille en tonnelle.

319Les gens sont polis tout plein ; on ne peut pas passer devant une porte sans que les gens assis ne se lèvent et nous disent bonjour. Sitôt qu’ils nous voient passer, ils sortent de leur tonnelle et nous invitent à boire une de ces bouteilles... dont je te dis que ça.

320Mais l’hôpital, ton hôpital 33, vas-tu me dire ? Nous y sommes. Il se trouve dans un ancien couvent d’Ursulines, à la sortie du village, sur la route de Dijon. Joli bâtiment, parc merveilleux, bon air, bonne nourriture, vin : vieux bourgogne, une bonne chambre pour chaque officier, une salle à manger pour tous.

321Nous sommes 4 : un lieutenant des chasseurs à cheval, normand sans intérêt ; un lieutenant de la Légion étrangère, lyonnais, blagueur, menteur, vantard ; un médecin adjudant-major, Foch, toulousain, c’est le neveu du général commandant les armées du Nord, un type épatant, parlant une langue savoureuse ; et moi.

322Le médecin-chef, deux galons, bon vivant, nous laisse toute liberté, nous faisons ce que nous voulons. Il se réserve le plaisir de nous accompagner pour nous présenter aux gros légumes du pays : le maire, un adjoint, le pharmacien, quelques riches propriétaires.

323Le maire et l’adjoint n’ont rien de remarquable. Le pharmacien, lui, est établi dans le vieil hôtel des ducs de Bourgogne. La carte postale qui représente sa boutique a été éditée par lui et il se croit quelqu’un pour avoir réussi un tel tour de force. C’est un type à peindre. Tout petit, ventru, une barbiche noire, une paire de binocles, il te fait un grand honneur en te donnant une carte, et je me suis fait remarquer en en demandant une de plus.

324Des riches propriétaires ou négociants que je ne connais pas encore bien, il y aurait de quoi écrire un roman, ou même deux. Passons sur les noms et les détails qui ne serviraient à rien, et venons-en directement à la pierre de touche.

    • 62 Barrique bordelaise qui contient 225 litres. Donc, en futs, quelques 27000 hectolitres. Plus 7 à 8  (...)

    Il faut voir, et ça mérite d’être vu, les caves de ces gens-là. J’en ai vu une hier. Nous avons fait 7 kilomètres sous terre, car ici les caves ne sont pas dans des celliers, mais dans des caves voûtées, fraîches, noires. Le propriétaire nous avait armés d’un chandelier et cette file de 7 ou 8 bonshommes dans l’obscurité, ça valait bien un million de voir ça. Et ce que nous voyions valait plus de dix millions. À côté du vin qui sert directement au commerce, le propriétaire-négociant nous a assuré qu’il avait 12 000 bordelaises62 et de 7 à 800 000 bouteilles. Tu vois qu’il y a de quoi boire ! Les yeux te font mal de voir les longues et hautes rangées de bouteilles ou de barriques alignées, étiquetées, bien rangées. Et je ne te parle pas de l’outillage moderne qui sert à l’emballage, la mise en bouteille, etc.

  1. Et puis, il y a les familles. Nous avons été invités samedi dernier à passer l’après-midi chez un de ces richards. Il y avait, en dehors de la famille, des cousines, des amies de mademoiselle, venues tout exprès pour tenir compagnie aux galants officiers ( !). Tout se passa bien, mais personne ne se connaissait. Il n’y a pas eu de présentation, et je ne sais aucun nom, à part celui d’une Marie et d’une Joséphine. Comme c’est trop peu dire, je ne dis rien.

325Seulement, je suis des 4 officiers le seul célibataire et le seul jeune. Les trois autres causaient avec les hommes et moi j’étais avec 7 ou 8 demoiselles plus ou moins jolies, plutôt moins, plus ou moins âgées, plutôt plus. L’heure du goûter arriva : je continuais à mettre de l’entrain, mais je n’étais pas suivi.

326Enfin, la partie artistique (!). Mademoiselle se met au pian° et nous joue un air d’opéra, puis accompagne une amie pour une romance amoureuse. Ensuite il y a eu des vers, des vers patriotiques dits par l’auteur qui est une demoiselle à marier.

327Il y eut silence du côté des officiers ; nous nous réservions pour les félicitations. Mais à toi je peux bien dire que si, en musique, je suis un profane, il me semble que la poésie patriotique devrait filer droite comme un i, rapide comme l’éclair de Paris à Berlin... car ses vers ne manquaient certes pas de pieds.

328Il paraît que d’autres journées comme celle-là nous sont encore réservées.

*

329Montpellier, 10 septembre 1915

330Sous le ciel toujours bleu de notre beau pays, trois jours sont déjà passés. Loin des obus et des cagnas, entouré de parents et d’amis, les heures passent vite, courtes mais belles.

331Il me semble que je ne suis jamais parti, que le terrible malheur qui fait trembler l’univers n’existe pas, tellement les moments d’ici sont suaves, les minutes délicieuses.

332Et je ne peux pas te faire de chronique là dessus parce que tu devines tout, — tout ce que peut te donner l’amour de la famille ou l’affection des amis, plus grande si c’est possible depuis un an.

  • 63 En octobre-novembre, Pierre Azéma est en convalescence à Montpellier. A toumbat sa poulida perruca (...)

333« Tu te sèches par les lèvres » , me dit-on. Je ne sais pas si je pourrai suivre ton conseil, car s’il y a sécheresse de pluie, il y a inondation de baisers. Aussi, je t’en avertis en bon camarade pour que tu ne sois pas surpris et entrepris comme je l’ai été63.

334Il pleut des baisers, c’est le déluge. De ces embrassades pleines d’affection et d’amitié, on ne se lasserait jamais... Et d’autres, d’autres, tous plus amicaux, tous plus gentils que jamais, étalant leur joie de revoir un ami. D’ailleurs dans quelques jours tu auras ce bonheur, et si tu ne devais partir que quand tu commenceras à languir, tu serais encore à Montpellier jusqu’après ta mort, dans 99 ans...

335Et maintenant, à l’heure de faire un tour sur le sol sacré de notre Clapas bien-aimé, je vais te quitter. Mais pas sans t’envoyer le bon souvenir de tout le monde d’ici, famille et amis, parents et connaissances.

336En plus de mes embrassades, ajoutée à toutes celles-là, il y en a une autre que je t’envoie : celle de notre terre et de notre soleil.

*

337Cagnes (A.-M.), 10 octobre 1915

  • 64 Ce même 7 octobre, il envoie, sitôt arrivé à Nice, une carte à Mlle Rose Lacombe, Fbg Figuerolles à (...)

338... J’ai quitté jeudi (le 764) Montpellier pour la cité niçarde. Le commandant Boutaire, qui commande le dépôt du 163e à Nice, après m’avoir souhaité la bienvenue m’a affecté au camp de Cagnes où je suis depuis samedi matin.

339Le camp de Saint-Véran se trouve à 1 km du village, sur l’emplacement du Nice Golf ; il appartient à un anglais qui l’a loué 20 sous pour toute la durée de la guerre. Il est situé mieux que bien. Le terrain est une série de collines et de vallons, plantés en pinède. Sur les petits plateaux, on a dressé les tentes où nous logeons.

*

340Cagnes, 17 octobre. 10 heures du soir

341Je viens de faire une exquise promenade. Le temps est doux, la lune rousse éclaire le sol. J’ai pris un petit chemin qui mène à la mer. Les fleurs des jardins embaument l’air, c’est une heure délicieuse. La grande mer latine semble d’huile et au fond, dans les lointains, les voiles des bateaux de pêche font des taches noires sur cette étendue que le reflet de la lune rend bleue et jaune.

342Je me suis assis sur la plage, j’ai fumé une cigarette et je suis rentré. C’était trop beau pour moi tout seul, ce tableau. Je t’en fais passer un peu, pas beaucoup, dans ces lignes.

343Quelle plume faudrait-il pour te dépeindre les beaux coins que nous voyons dans nos exercices de service en campagne. C’est ici une garrigue sèche qui rappelle les montagnes corses, ailleurs une montagnette couverte d’oliviers ; dans la vallée, ce sont les orangers encore tout vert, les mimosas jaunes et les mille couleurs du mélange de fleurs qui tapisse mille jardins. C’est une villa magnifique avec une grande véranda ; c’est un château sur la cime d’un pic, c’est un maset caché sous un figuier. C’est encore un village collé sur une montagne ou perdu au plus profond d’une vallée. C’est un ruisseau qui coule entre deux prés, une rivière dont l’eau d’argent tombe en cascade entre les rochers au pied de deux montagnes. Ce sont des pinèdes, des olivettes, c’est la montagne dressée dans les nuages, c’est un bout de plaine, ou alors, c’est la mer.

344Comme de longs serpents, les routes et les chemins font mille détours blancs dans ce paysage vert. Et tout ça est si beau qu’on ne se lasse pas de le regarder et qu’on en garde la vision et le regret quand on est obligé de s’en séparer.

345Cachés sous les grands arbres qui suivent la rivière, des cafés ou des petits hôtels attendent la pratique qui connait les bons coins. Les gourmets et les gourmands savent la ruelle qu’il faut prendre. On connait celui-ci pour ses truites, celui-là pour ses poulets, l’autre pour ses lapins, et ainsi de suite... Tu vois bien, avec ce que ton imagination ajoutera pour voir ce tableau comme il se doit qu’on ferait mieux de poser la plume quand on ne sait pas trouver les beaux mots que ces merveilleuses choses méritent.

*

34615 novembre 1915

347La journée est belle, tu sais ce que ça veut dire ; dans le secteur où nous sommes, où tout porte à l’enchantement, on ne se lasserait pas de regarder et d’admirer toujours le même coin.

348Toujours le même, le paysage semble prendre chaque jour un ton nouveau pour se faire plus joli. Le bleu de la mer est plus bleu, la neige des Alpes plus blanche, les collines plus vertes ou plus grises. Ce gris change de couleur à chaque heure et on se demande si c’est bien le même paysage qu’on voit.

349Si la plume pouvait écrire exactement ce que les yeux voient, si les mots avaient des couleurs, si la phrase redonnait aux choses leur vie naturelle, on ne s’arrêterait pas d’écrire, comme on ne s’arrête pas de regarder.

*

35024 novembre

351... Villers-Cotterêts — où j’ai débarqué — n’est pas le siège de la 53e division, mais c’est la gare la plus proche. Une fois affecté au 319e, on a mis à ma disposition une voiture qui m’a amené à Cœuvres, 15 km au S.-O. de Soissons.

352La division toute entière a participé aux attaques de Champagne et s’est faite joliment démolir. Il faut le croire puisqu’ils ont demandé des officiers à droite et à gauche.

353Le 319e tient garnison à Lisieux et son recrutement est en grande partie fait en Normandie et à Paris : Parisiens et Normands peuplent donc la compagnie. J’ai pourtant rencontré ici, dans ma compagnie, un type de Paulhan et il m’a dit qu’ils étaient 3 de l’Hérault. Je lui ai parlé en langue et tout le monde a été estomaqué de m’entendre. Le patois, pour ces gens-là, c’est tellement ordinaire, vulgaire — comme disait l’autre — qu’on n’aurait jamais cru qu’un lieutenant ose le parler.

354Mais moi j’ai osé, et ça m’a plu de prendre la défense de ce pauvre bougre qui était sujet à tous les camouflets de la part de ses collègues. Tu penses, d’un autre côté, si mon Paulhanais était content !

*

35528 novembre

356Nous avons eu avant-hier une averse de neige et hier une forte gelée. Mais le temps est superbe : une journée d’hiver fraîche et belle, la glace et le soleil sans le moindre vent. Ce pauvre soleil que je n’avais plus revu depuis mon départ. Aussi je trouvais le temps triste, plus triste encore que gris, et ce n’est pas peu dire.

357Pourtant, en regardant le paysage, je me demandais si ce gris n’était pas ce qui convenait le mieux à ce type de paysages.

  • 65 Fin novembre, après la neige et le gel, quelles sont ces fleurs jaunes et rouges qui poussent dans (...)
  • 66 Territoriaux.

358Le pays est une suite de plateaux où on cultive l’avoine et la betterave. Sur un côté, des fanes vertes, sur l’autre des grandes meules pointues de paille jaune, c’est le terrain labouré. On voit rarement une prairie : celles-ci, vertes et parsemées de fleurs rouges ou jaunes65 sont plutôt en bas des vallées qui séparent les plateaux. Sur chaque rive, une route grise, route de terre, mal empierrée, où les toriaux66 jettent de grandes pelletées de sable. Tout au fond, un fossé, un ruisseau, ou une petite rivière.

359Ce qu’il y a de remarquable, c’est le contraste brutal que fait ce paysage avec le bois épais qui le suit. Ici, la terre, rien que de la terre, là le bois. Arbres de toutes les espèces, buissons épais, tout ça défeuillé et couvert d’une couche de gelée blanche. La couleur rouge et châtain de ces arbres, la teinture blanche de la gelée, et dans le fond le ciel gris ou des nuages encore plus gris, c’est à la fois très triste et terriblement beau. C’est triste comparé aux coteaux verdoyants et ensoleillés de notre terroir méditerranéen ; c’est beau parce que ce paysage a l’air fait exprès pour la lutte à mort qui se décide à côté.

360Car je ne vois pas bien une bataille au milieu des fleurs, je la vois plutôt dans un pays triste et gris comme celui-là. Il faut donner à chaque chose l’habillage qui lui convient, et une bataille dans un jardin fleuri et parfumé salirait le jardin sans en être embellie. Et le seul soleil qui convient à une bataille est celui qui est dans notre cœur de méridionaux et qui met en ébullition le sang latin qui coule dans nos veines.

*

3613 décembre 1915

362... Tu sais ce qu’est un commandant de compagnie. Tu connais, d’un côté les responsabilités et le travail, de l’autre les avantages moraux et matériels. Tu comprends l’œuvre que cet homme peut accomplir, se sentant son propre maître, n’ayant pas peur de prendre sur lui toutes les responsabilités, les critiques ou les félicitations qui sont les avantages et les inconvénients du métier.

363Mon passage de chef de section à commandant de compagnie n’est quand même pas une progression, car quitter des méridionaux pour des normands est une énormité pour des félibres comme nous. Faut-il le regretter ? Faut-il s’en féliciter ? Je ne sais pas. Mais je crois que le mieux sera de tirer de cette nouvelle situation tout ce qu’il sera possible d’en tirer.

  • 67 Le 24 août 1914 le journal Le Matin publie un texte signé Auguste Gervais, sénateur de la Seine, in (...)

364Commandant une compagnie de méridionaux, je ferais œuvre félibréenne, celle que tu penses. Commandant une compagnie de normands, je ferai mes plus grands efforts pour leur montrer ce que nous sommes et ce que nous valons. Et je me demande, si je réussis à leur donner des méridionaux une autre opinion que celle que leur a donné ce chien de Gervais67, si ce ne sera pas aussi un travail de félibre, même si nous sommes obligés de faire du félibrige sans la langue. À mon avis, c’est ça ma nouvelle tâche dans mon nouveau régiment.

365Il y a une grande différence entre les soldats que j’ai sous mes ordres et ceux que j’avais hier.

366Ils ont plus l’esprit de discipline que n’avaient les autres. Si tu commandes quelque chose, tu es obéi sans rouspéter, sans regarder si celui qui commande est caporal ou colonel. Tu vois la force que ça donne !

367Par contre, tu n’as pas le gros avantage que tu avais avec les méridionaux, qui le faisaient pour te faire plaisir ou qui, prévenant tes ordres, faisaient le travail avant que tu ne le leur commandes.

368Ici, tu donnes un ordre, il est exécuté. Là-bas, ils le font en rouspétant, mais si tu es sympa avec eux, ils le sont encore plus avec toi. Cette différence est caractérisée et caractéristique. Quels en sont les motifs ? Je ne vois pas trop, si ce n’est ceux que je vais te dire.

369Par lui-même, le méridional jouit d’une grande liberté, pour la bonne raison qu’il est en grande partie son propre maître. Dans notre pays, il y en a beaucoup qui ont leur morceau de vigne qui les fait vivre, eux et les leurs. Nombreux aussi ceux qui ont un atelier de tout et de rien où l’homme gagne assez pour faire bouillir la soupe de toute la famille. Ça représente beaucoup plus de monde que les employés ou les ouvriers d’usine.

370Au contraire, dans le Nord, l’industrie est florissante. Il faut que le charbon fasse le travail du soleil, et les employés sont beaucoup plus nombreux que les patrons. Les petits ateliers n’existent pas, ils ne peuvent pas subsister à côté des grandes usines et un seul homme commande à mille, deux mille, dix mille employés.

371Ce qui vaut pour l’industrie du Nord vaut aussi pour les campagnes de Normandie où il n’y a qu’un seul propriétaire riche pour tout un village. Ceci posé, qu’arrive-t-il ? La chose la plus naturelle : le méridional travaille pour son plaisir, si j’ose dire, et l’homme du Nord travaille par force. Habitué à sa liberté, le méridional veut toujours être libre ; habitué au commandement, l’homme du Nord se trouve moins dépaysé devant la discipline militaire.

372Voici, dans les grandes lignes, mon opinion qui s’appuie sur des constatations.

*

37312 décembre

374... La neige tombe. C’est beau mais rudement triste, ce temps, car il ne faut pas oublier qu’à l’heure actuelle je suis en réserve et qu’après-demain je serai en première ligne. Oui, mon cher, c’est notre tour, il faut y aller. Il y a de l’eau et de la boue, il y a de quoi se mettre sales comme des porcs. Que veux-tu ? C’est la guerre, la guerre en plein hiver. Cet hiver me semble plus terrible que celui de l’an dernier, ou alors je suis devenu plus douillet. Pourtant, si je ne m’effraye pas du temps, je le crains, non pas pour moi, mais pour mes 250 poilus.

  • 68 C’est dans ce village que se situe la tragédie du « pantalon rouge » : Lucien Bersot est fusillé le (...)
  • 69 Tous les vents du nord sont-ils le mistral ? Ou est-ce un occitanocentrisme ?

375L’endroit où nous sommes en ce moment est un village partagé en deux : Port-Fontenoy68. La grande rivière de l’Aisne baigne le pied de ses maisons. Il est collé à une montagne à l’abri du mistral69 ; avec, sur le plateau qui nous domine, les tranchées.

  • 70 À partir d’ici et jusqu’à la fin de cette lettre, la copie manuscrite de Pierre Azéma est remplacée (...)

376Voici comment nous sommes venus ici. Trois heures du matin. Le bataillon est rassemblé70, nous allons partir, nous partons... Mais pas sans bruit, car le prêt a été payé la veille, et les barriques de Toupinette (c’est le surnom que j’ai donné à la petite et grosse patronne du café de Cœuvres où nous cantonnons) se sont bien vidées. Les têtes échauffées chantent, crient. Il y a un trouillard qui croit sauter sur les tranchées et se fout dans un ravin ; un autre, joyeux, prend un arbre pour un boche et y plante des coups de baïonnettes, en veux-tu, en voilà.

377Le temps n’a pas changé : la pluie tombe en grosses averses, il fait une chaleur à crever, je ne sais pas comment on peut y tenir. Le bruit sourd des canons s’entend comme un écho du tonnerre qui gronde, la flamme du feu qui gicle après l’obus se confond avec l’éclair. C’est triste mais terriblement beau. Sur le plateau de Nouveon, où sont nos tranchées, nous voyons les fusées trouer le gris noir de l’air, éclairant un moment le sol, puis retomber émoussées : les yeux papillonnent, on y voit trop, puis on n’y voit plus rien.

378On arrive enfin : trois heures de marche sont passées. En tête, ma compagnie doit s’arrêter au village, on voit passer tout le régiment devant nous : soldats traînant la jambe, vieux abîmés par la longue campagne, tous ployés sous leur sac — et tout ça qui rie et chante !

379Pour le coup, ce défilé me rend songeur : je pense aux mêmes changements de secteur ou de cantonnement, il y a un an de ça.

380Le progrès, les leçons de la guerre nous ont modernisés. Tous ces poilus se ressemblent avec leur casque et leur capote grise. L’an dernier, chacun avait une tenue : celui-là une veste trop longue, cet autre un pardessus trop court, l’autre une cape, ou un manteau. Tous les goûts, toutes les modes, tous les habillages étaient représentés. Un marchait en bottines, l’autre avait des sabots, celui-là avait un sac pour se protéger de la pluie, il y en avait un avec une ombrelle blanche. Je ne dis pas que ça marchait mieux pour ça, mais on avait davantage l’impression d’être en guerre.

381Je ne reverrai pas, c’est sûr, un Poincaré (c’est un cuisinier qu’on appelait ainsi, juste parce qu’il s’appelait Raymond) parti à l’assaut un jour de pluie avec un parasol ouvert. Ça semble pas vrai, mais c’est pas des histoires.

382Les cuistots graisseux, gras et sales, rendus tellement populaires (parfois trop), étaient à croquer. Ils avaient de tout et tout leur servait. À chaque cuisine sa spécialité, à chaque cuisinier son genre. Une cuisine emmenait avec elle un charreton à bras, ou deux, l’autre un landau d’enfant, l’autre un tombereau. Et tout ça était chargé à craquer : marmites et chaudrons, vases, sacs, poteries ou seaux. Chacun s’était débarrassé de son équipement et de son sac pour porter cinq ou six musettes : de ces musettes on ne savait ni la plus sale ni la plus pleine ; elles étaient toutes attachées avec des cordes, des courroies et des bouts de fil-de-fer.

383Cet équipage était fier de se montrer et ces frères salops étaient contents d’eux. Je ne me souviens pas d’une cavalcade qui vaille ça.

384Et je ne dis rien des réflexions savoureuses, qui fusaient en provençal, en languedocien, en niçard : qui pourrait les écrire comme il faudrait ?

  • 71 Dès 1915, déjà, la nostalgie de la guerre d’antan.

385Aujourd’hui, nous avons les cuisines roulantes : deux chevaux, un fourneau, un caisson, et c’est tout. Tu viendras pas me dire, le reste avait plus de charme que ça71.

386Le poilu et le cuistot, heureusement, ont eu le temps de se faire une réputation ; ils nous ont montré de combien de tours de force, d’habileté, de débrouillardise était capable le soldat français.

*

38726 décembre

388... La vie tranchée-relève, relève-tranchée n’offre pas, dans notre coin, grand intérêt. C’est toujours pareil. Plus ou moins, demain ressemble à aujourd’hui et aujourd’hui rappelle beaucoup hier.

389C’est triste, quand même, cette suite de jours semblables. Imagine-toi des semaines entières sans soleil, avec un temps nuageux, et bien souvent la pluie. Ajoute à ça un terrain inondé, et tu verras un peu dans ta tête comme on patauge là-dedans.

390Nous n’avons pas encore vu le moindre morceau de glace, le moindre tapis de gelée blanche. Il pleut mais ne gèle pas. Nous enfonçons dans la fange molle ou trempons dans des flaques boueuses. Tu peux croire que nous sommes trempés et que nous sommes des troupes fraîches. Ça ne fait rien, nous avons le sourire.

391Mes amis de Dijon me demandaient un jour comment il se faisait que nous ayons le sourire avec ce mauvais temps, je le leur ai expliqué comme ça : jeunes comme nous sommes, nous devons vivre d’espoir. Quand il pleut nous espérons le beau temps, et quand il fait beau nous jouissons du temps sans penser à la pluie à venir. Voici de la logique raisonnable ou je ne m’y connais pas.

392Malgré tout, ce mauvais temps, cette fange, cette eau, les tranchées qui s’éboulent toutes seules, les planches et les chevrons qui sont posés au sol, un méchant palissage ou du grillage troué pour retenir la fange, tout ça fait de notre cantonnement un paysage exquis.

393Exquis pour l’œil, exquis pour le moral. Je ne t’ai sans doute pas assez dit mon admiration pour mes poilus dans ces circonstances. Eh bien, c’est quelque chose de magnifique.

394Quand je vois ces hommes à cheveux gris, qui pourraient presque être nos pères, trempés, gelés, épuisés, quand je discute avec eux, je ressens la force miraculeuse qui les fait tenir.

395Ils se plaignent parce que c’est la mode, mais ils tiennent. Ils ne sont pas plus contents d’être relevés que de relever. C’est toujours pareil, ils ont toujours un bon mot de circonstance. Et à les voir et à les entendre, on éprouve une juste fierté de commander à de pareils hommes.

396Mon œuvre félibréenne marche bien. Étant redevenu ce que j’étais, le poilu d’autrefois avec quelques avantages de plus, je suis plus à même que je n’aurais cru de travailler pour notre Midi.

397Et mes soldats me disent : on n’aurait pas cru que vous iriez dans les endroits réputés dangereux, que le bruit du canon ou de la mitraille vous fasse si peu d’effet, tellement on était certains que les méridionaux étaient des pétochards.

398Et quand ils me voient discutant avec eux, offrant ou acceptant une cigarette ou autre, les considérant comme des camarades, ils pensent des méridionaux autre chose que ce qu’ils supposaient que nous étions.

399Combien de fois, caché après les avoir quittés, je les ai entendus dire du bien de moi, de mon courage et de ma franchise ! Eh bien, à ce moment-là, j’ai été fier de moi et je crois bien que cet orgueil était légitime.

400Puis, me reprenant, j’ai été encore plus fier d’être moi, parce que je suis félibre et que je suis sûr que seul le félibrige pouvait nous donner cette force, ce caractère.

401C’est un travail nouveau pour moi que ce félibrige sans la langue. Je ne dirais pas qu’il a le charme de l’autre, mais je mentirais si je disais qu’il n’en a aucun ; et puis, dans notre situation, nous n’avons pas le droit de demander l’impossible... Nous sommes montés ici la veille de Noël. Nous nous étions promis un bon réveillon. Le repas était là, et le vin ne manquait pas ; hélas ! Le temps nous a manqué car les terribles minen nous ont envoyé une bonne part de leurs obus. La bénédiction de cette nuit de Noël, c’est de ne pas avoir eu plus de pertes que ce que nous avons eu : un blessé.

402Ça tombait de partout ; cette artillerie de tranchée fait un boulot du tonnerre de Dieu. À minuit, j’ai pensé aux nuits de Noël des autres années, à celles que nous espérons pour l’avenir — et la mitraille tombait toujours.

403J’ai demandé le secours de l’artillerie. Le 75 a donné, le 105 allemand a répondu, et zou, à toi à moi, à qui tirerait le plus. Et la dinde fraîche du réveillon était là sur la table de mon P. C. tandis que nous encouragions nos hommes par notre présence. Ensuite, la pluie s’est mise de la fête ; entre les averses d’eau du ciel, les éclairs de la foudre et ceux des canons, les fusées éclairantes et les fusées de signalement passaient en faisant scintiller les gouttes de pluie. C’était terriblement beau. Et saucés, trempés, gelés, quelques uns de mes poilus chantaient Minuit, Chrétiens dans un poste d’écoute à 15 mètres des Boches.

404Essayer de refaire le tableau en entier, le réveillon surtout, entendre tomber la pluie, péter les canons, et là, dans le fond, ces voix d’hommes qui chantent... Y-a-t-il des mots pour dire comme il se doit de telles minutes ? Je n’en connais pas beaucoup.

405Et voilà. Notre vie passe ainsi : la pluie qui nous donne la boue, qui nous trempe et nous gèle, le boulot à faire pour ne pas être complètement inondés, et le sourire, et les bons mots...

*

4068 février 1916

  • 72 « J’en ai marre, je suis fatigué, ça me démolit » : ces mots entre guillemets sont une citation lit (...)

407Il faut que ce soit toi pour que j’écrive aujourd’hui. Je n’ai pas plus envie d’écrire que de me saouler. « N’ai un tibou, soui las, acò me fica ’n caire72 » de faire une guerre à coups de papiers ou à coups de téléphone. Nous sommes de nouveau dans nos guitounes. Nous avons glissé sur la gauche de quelques kilomètres et le plateau de Quennevières est notre secteur d’amusement.

408Je dis amusement car le travail n’est pas énorme et il fait beau. Les tranchées et les boyaux bien entretenus ont le gros avantage d’être secs et Dieu sait si cette sécheresse est précieuse. J’ai un poste de premier ordre, le plus beau que j’aie jamais eu, mais le plus mal conçu. C’est toujours comme ça : il y a des gens qui ne se plaisent qu’à faire des couillonades.

409Je ne suis pas trop mal. Il est vrai que nous sommes en seconde ligne. La situation du terrain, magnifique pour nous, nous permet de sortir des tranchées et de nous promener dans la plaine sans être vus. Tu devines qu’avec le soleil, c’est un véritable régal. Si nous devions rester ici, je monterais une tonnelle à faire pâlir tous les mas de nos garrigues.

  • 73 Un an avant, Bonfils disait être sûr de s’en tirer...

410Je me suis régalé du récit de ta journée de dimanche dernier. J’aurais mieux aimé que tu ne me la racontes pas et que je l’aie vécue avec vous autres. Enfin !... Peut-être un jour, si nous ne sommes pas morts... J’ai toujours mon idée que je ne dois pas m’en tirer73. Si ça m’arrive, tu sauras que je l’aurai pressenti, mais tu peux être certain que je ne m’en fais pas pour ça. Ce serait trop couillon, et je ne le suis pas, ou du moins, pas autant que d’autres.

*

41116 février

  • 74 Moulin-sous-Touvents dans l’Oise. Haut lieu de la « Grande Guerre » , la commune a sur ses terres u (...)

412Nous avons encore changé de cantonnement. Nous avons quitté le plateau de Quennevières et sa ferme écrasée, nous sommes un peu plus à droite, en face d’un village qui s’appelle, en français : Moulin-sous-Touvents74.

413Je t’épargne les descriptions des tranchées et du P. C. : tout ça se ressemble tellement !

414Nous sommes partis sans regret, car si nous n’avions pas là-bas les inconvénients de la première ligne, nous avions tous ceux de la seconde, avec les corvées, le boulot, etc.

415Mais au moins, ce séjour là a été pour moi une belle occasion de travailler sérieusement. Mon P. C. étant à côté de celui de notre commandant, j’étais la doublure de celui-ci qui me laissait toute liberté pour régler le travail à faire (travaux de sape souterraine, organisation des tranchées...). Il y avait aussi un sujet beaucoup plus délicat et intéressant, celui de l’action militaire (hypothèses d’attaque, endroits faibles, moyens de contre-attaque, etc.). Autant ça me rasait les premiers jours, autant j’y avais pris goût sur la fin, jusqu’à être assez content de moi.

416Le secteur d’ici a l’air plus calme. D’ailleurs, comme il l’est depuis un moment, nos devanciers ont pu travailler à leur aise et ont fait quelque chose de bien. Gloire leur en soit rendue.

417J’ai eu une lettre de M. C... Et, à propos de deux lignes de sa lettre : « Nous, les méridionaux, sommes vraiment favorisés » , je lui ai dit :

  • 75 Est-ce une allusion à la croisade albigeoise ? Ou à d’autres massacres ?

418— Je ne crois pas. Si notre terroir n’est pas saccagé, nos maisons ruinées et nos populations en pays conquis, il ne faut pas oublier que le Midi a payé plus que sa part et qu’il a reçu tous les camouflets à la Gervais. Je lui ai fait une comparaison entre les méridionaux recevant les réfugiés et les gens de l’Est ou du Nord recevant les soldats du Midi. Enfin, je lui ai rappelé que notre territoire avait été saccagé — dans le temps — et que malheureusement, personne n’osait plus en parler et à peine s’en souvenir75.

*

41925 février

420Le temps nous a boudés jusqu’à hier. Nous avons eu plus de pluie qu’à notre tour et la neige il y a trois jours.

421Aujourd’hui, temps superbe. Des journées superbes, un hiver magnifique. De la glace le matin, un temps sec et un soleil méridional. On revit. À l’heure où je t’écris, le ciel est étoilé comme un cristal et il fait presque doux. On sent pourtant la fraîcheur avec un petit vent. Demain, il gèlera et il fera encore beau.

422Nous avons déjà 10 jours de tranchées et je pense que demain nous irons dans nos baraques d’Offemont. La vie abrutissante d’un repos qui n’en est pas un va recommencer.

423Notre relève a été marquée par un évènement important : un homme de ma compagnie, de garde dans un poste avancé, s’est rendu aux Boches. Tu imagines les soucis que ça m’a donné pour en rendre compte. Si quelqu’un te dit que j’ai passé la nuit à faire des rapports, il ne te mentira pas.

424Un autre évènement, c’est que je ne commande plus la compagnie. Il est arrivé un lieutenant plus ancien, et ils nous l’ont collé. Ça m’a foutu pas mal en boule, tu comprends bien.

*

4255 mars 1916

426Notre vie dans nos baraques du bois est ne varietur ; d’ailleurs, il fait un temps horrible : pluie, neige, froid, vent. Les giboulées d’un mauvais mois de mars.

427Je t’avais promis des détails sur mon dégommage de commandant de compagnie, les voici.

428Quand D..., le soldat ivrogne de ma compagnie a foutu le camp chez les Boches, il a fallu trouver un responsable pour porter le bonnet. On m’a demandé rapports sur rapports, des plaintes en conseil de guerre, des dépositions écrites de témoins, etc., etc.

429Le commandant M[arsouin], notre chef de bataillon, qui a été plus que chic dans cette affaire, m’a prévenu et m’a dit : « Surtout, fais bien attention à ce que tu vas écrire, car nous allons être jugés par des gens mal intentionnés. » Il n’y avait rien à dire dans tous ces rapports. Après que D... ait été jugé par contumace et condamné à mort, on m’en a demandé un autre où on me disait d’établir les responsabilités d’un tel acte.

430J’en avais marre et à ma place tu en aurais fait autant. J’ai tout repris par le détail, pour dire en longues phrases : ni son caporal, ni son sergent, ni son chef de section, ni son commandant de compagnie, ni personne, ne peut être tenu pour responsable de sa désertion. Ce n’est pas là qu’il faut chercher un responsable : c’est à l’arrière. Car le véritable responsable est le médecin qui lui a fait passer sa dernière visite, qui l’a reconnu apte malgré sa tare en sachant à quoi pouvait s’exposer un homme comme ça.

431Tout ça était plus que vrai et j’avais raison. Et le commandant M... a mis à la suite de mon rapport : « Pour une fois, je vois quelqu’un qui ose dire la vérité, je l’approuve et l’appuie. » Seulement, toutes les vérités ne sont pas bonnes à dire, et en conclusion, j’ai été dégommé, même s’il y a dans le bataillon deux lieutenants plus jeunes que moi qui commandent une compagnie.

432Cette nouvelle affaire fait le pendant de celle de Lombaertzyde.

*

43312 mars

434Tu me demandes ce qu’il m’est arrivé avec le médecin-chef : c’est une chose amusante. Son sergent-brancardier est le roi des cons. Le peindre, rien de plus simple : blond, plus lourd, plus ventru et plus petit que D... Intelligent, trop : il l’est tellement qu’il ne peut pas faire une feuille de prêt qui soit juste quand il nous demande l’argent qu’on lui doit. Ça ne l’empêche pas de dire : « C’est moi qui ai la meilleure place du régiment. » Et il dit ça à des poilus boueux qui descendent de 20 jours de tranchée. Je ne te dis pas s’il se fait des amis !

435Le médecin du 5e bataillon (le nôtre), homme aussi charmant au physique qu’au moral, sérieux dans son travail, camarade par dessus tout, ne peut pas le voir et c’est lui qui m’a conseillé de lui coller 4 jours pour ne pas m’avoir avisé de la mutation de deux brancardiers affectés à ma compagnie. Tu sais la suite. Et tout ça arrivant après mon éclat sur les médecins de l’arrière à propos de mon déserteur, tu devines ce que je ne te dis pas.

436D’ailleurs, j’ai passé mon dernier jour en première ligne à m’engueuler avec tout le monde. Tout le monde me respecte ! J’ai pris un marteau, qui pour le coup a été mon stylo et j’ai tapé sur les bombardiers, les artilleurs, les mitrailleurs et le sacro-saint corps médical, le T.R. et le ravitaillement. J’ai osé dire haut et fort ce que beaucoup pensent tout bas. Je suis connu comme l’officier le plus emmerdant de la division. Seulement, mes rouspétances étaient ce qu’il y avait de mieux fondé, et grâce à moi et surtout à mes camarades Roussel et Lecoq — j’admire chaque jour un peu plus notre communion d’idées — quelques questions sérieuses ont été réglées.

437Je te le dis franchement : en cas d’attaque boche, l’artillerie n’était pas capable de nous secourir et d’arrêter l’avance ennemie. J’ai réussi à faire régler par les officiers d’artillerie eux-mêmes toute la ligne qui est devant nous, et maintenant c’est un plaisir de voir comment ça marche quand nous avons besoin d’eux.

438Ce que nous avons fait pour l’artillerie s’est fait pour les bombardes et les mitrailleuses, et pour tout. En un mot, nous avons organisé un secteur avec, comme travail le plus difficile, défaire tout ce qui avait été fait.

439Ah ! Si le colonel Rivas du 163e avait été là !

*

44015 avril 1916

441... Le temps boude un peu. Nous avons de la pluie, du beau temps, du vent, du froid. On ne peut jamais dire : il fera beau tout le jour.

  • 76 Sans doute un des frères Cagnoli dont on a retrouvé, en 2007, aux Archives municipales de Saint-Mar (...)

442C’est dans ces conditions de temps, qui m’ont valu une bonne suée au retour, que je suis allé dîner avec le capitaine Cagnoli. Tu sais bien ? le rédacteur du Petit niçois qui était si célèbre à Cagnes pour ses expressions (Fant d’una putan, etc.76).

443En me rendant à son P. C., j’avais vu au 205e un de mes amis, le lieutenant Magnen et il y avait avec lui le commandant Tajasque qui est de Cannes. Il t’aurait fallu entendre ce trio d’officiers parlant niçard, provençal, montpelliérain en train d’habiller maître Gervais, le sénateur.

444Au 236e, avec Cagnoli, je n’ai pas langui non plus, et si le temps était resté beau, ça aurait été une partie de plaisir. Mais, va te faire foutre, ne me parle pas de la pluie !

445Nous avons bien mangé, bien bu, parlé en langue, rappelé des souvenirs, esquinté quelques types. Lui est toujours « nature » , et c’est un régal de l’entendre répéter : ti venguèsse la rougna, la rasca ! Grand bachès ! T’aclapèsse un accidente ! etc.

  • 77 Allusion non élucidée à Prosper Estieu, écrivain occitan.

446En matière d’expression, il y en a une qui fait fureur au cercle des officiers de notre bataillon. C’est : Me fas cagà ! Ce mot célèbre et immortalisé par Estiéu77, je l’ai dit un jour à un sous-lieutenant qui me cassait la tête. La maladie s’est propagée et on se salue avec ce nouveau bonjour bien amical et bien méridional. Ce n’est que bien après que je leur ai donné la traduction littérale toute crue.

447Tu aurais vu la tête qu’ils faisaient !

*

448Saintines (Oise), 3 mai 1916... Eh oui, nous sommes au grand repos, nous y sommes depuis 6 jours déjà, 6 jours que nous avons quitté Quennevières et sa ferme, Moulin-sous-Touvents et ses tranchées, 6 jours sans le moindre éclatement d’obus pour nous secouer, 6 jours de délicieuse vie dans cette ville, au sud-ouest de Compiègne.

449Je suis resté un jour de plus que les autres dans les tranchées pour passer les consignes et apprendre le secteur aux hommes qui nous relevaient. Ce régiment est le 408e. Formé avec un peu de tout mais surtout de la classe 16 et de récupérés, il faisait un joli contraste avec les vieux de notre régiment. Il y a aussi des gens d’un peu partout : j’ai vu quelques avignonnais, deux ou trois provençaux, un aspirant de Lodève, et tu penses bien que j’ai parlé à chacun comme aucun de leurs officiers ne leur parle.

450Les officiers de la compagnie qui nous relevait étaient bien pâles. Il y avait un capitaine brun, gras, lourdaud et bébête, deux sous-lieutenants dont il vaut mieux ne rien dire. Le capitaine, avec sa voix de serrure rouillée, se faisait un plaisir de parler mal des Méridionaux. Tous les corps du Midi y passaient, et il a même ajouté : « J’ai dans ma compagnie une quinzaine de volontaires venus du 141e de Marseille, exprès pour ne plus appartenir au XVe corps. »

451Je ne te dis pas si je l’ai remis à sa place comme il faut. Mais ce qui a été plus grave, c’est quand j’ai vu ses bleuets de la classe 16 et que je leur ai dit, en langue d’oc, bien entendu : « Si ce qu’on me dit est vrai, que vous avez honte d’être du Midi, vous n’êtes que des bâtards, et ça ne vous portera pas bonheur. » Je leur ai dit ça et autre chose, tu penses bien, je leur ai cité des numéros de régiments des 1er et 3e corps qui avaient foutu le camp ou qui s’étaient rendus, etc.

452Ces petits soldats, peuchère ! ne savaient plus que dire et j’ai vu sur la joue de certains une expression malheureuse et triste, quand je les ai quittés en disant :

Vous serez toujours des malheureux ; vous êtes tombés dans un régiment où notre beau pays est mal vu, où on va vous défendre de parler votre langue, et c’est pas en français que vous pourrez vous rappeler les bords du Rhône ou les montagnes des Cévennes. Je ne vous conseille qu’une chose : c’est de vous soutenir entre vous, de marcher ensemble, et si quelqu’un parle mal de notre pays, si on dit que nos frères n’ont pas fait leur devoir, prenez un bâton et tapez. Avec les couillons, on ne fait pas de raisonnement.

453J’ai donc quitté Quennevières sur les 3 heures du matin, pour aller prendre le train 12 km plus loin. Il était bien entendu que, restant un jour de plus, nous avions au moins l’avantage de ne pas faire la route à pied.

  • 78 ÀRethondes, dans un wagon, seront successivement signés les armistices de 1918 et 1940. Mais alors (...)

454Te décrire la route est inutile, tu la devines. Nous avons traversé un bois qui se réveillait, le soleil nous a pris à la sortie, on aurait dit, dessus les grands arbres verts, un gros fromage rouge, puis la route éternellement blanche, et enfin la gare de Rethondes78.

455Rethondes est tête (ou queue, comme tu voudras) de la ligne de ravitaillement. Cette gare est en pleine forêt, à l’endroit où celle-ci est traversée par la route Soissons-Compiègne.

456Ce serait un coin charmant si, comme tu penses bien, il n’y avait pas mille trains de combat, mille autobus qui attendent pour charger le ravitaillement en vivres, munitions et matériel. Il y a aussi les permissionnaires, et c’est un très beau tableau. Ils déjeunent assis sur le quai, par groupes de deux ou trois : certains sont déjà émus, d’autres vont l’être.

457Nous étions trois officiers et nous avons fait comme eux. Au pied de l’arbre où nous nous étions assis, tu peux croire qu’on a mangé quelque chose et que bidons et gourdes ne se sont pas refroidis.

458Le train part enfin. J’ai revu la même route faite trois mois avant quand je suis venu en perme. Mais que de changements ! Ce n’est plus un sol gris-jaune, fangeux, trempé, ce n’est plus une forêt morte et mélancolique, ce n’est plus le ciel gris et les nuages à l’horizon. Non, le paysage est magnifique. Après la forêt verdie par ses nouveaux habits, noircie d’ombre épaisse, c’est la plaine avec ses milles couleurs mélangées. C’est le vert du blé qui est mieux monté que d’habitude, c’est un mélange de terre et de verdure pour l’avoine qui sort à peine, c’est la couleur des terres labourées où on voit encore les bœufs tirer la charrue, c’est le jaune citron des champs de colza, la maison en brique rouge, avec ses joints blancs et son toit d’ardoise, c’est un château qui se cache derrière une allée de marronniers fleuris, c’est une ferme avec ses meules de paille, un mas ou une cave à vin, c’est aussi une chapelle grise, un Christ à un carrefour, ici un jardin potager, ailleurs un carré de fleurs.

459Et tout ça reluit sous un soleil brillant, et au fond, toujours le ciel bel et bleu. Dans les champs et les jardins, les femmes, les vieux et les enfants travaillent. Cette nature si belle, qui semble dormir malgré son allure vivace, n’a pas l’air de penser au terrible drame qui se joue à côté — et que nous rappelle le bruit du canon qu’on entend entre deux chants de rossignol.

460Mon voyage sera toujours ainsi jusqu’au soir. Nous nous arrêtons pour dîner à Crépy, une jolie petite ville, qui travaille beaucoup. Nous nous sommes sentis revivre un brin quand nous nous sommes retrouvés à une table d’hôte à laquelle on n’a pas fait honte, même si on était crasseux comme des peignes à côté de simples soldats, freluquets embusqués à Crépy, soldats qui arborent deux chevrons sur le bras gauche, comme des poilus qui ont 18 mois de front.

461Enfin, à 5 heures du soir, nous sommes arrivés à Saintines...

*

4622 juin 1916

  • 79 Le 319e ne sera pas dissous. C’est dans ses rangs que Bonfils trouvera la mort. Voici un résumé de (...)

463... Tu ne sais pas la nouvelle ? Eh bien, le 319e va être dissous79. Oui, mon cher, le numéro de notre régiment doit être supprimé, ni plus ni moins... C’est tout ce qu’il y a de plus simple et de mieux. Seulement, on n’est pas d’accord. On nous fait marcher, c’est entendu, mais nous ne voulons rien entendre.

  • 80 Respectivement : Chasseurs alpins, Tirailleurs algériens, Zouaves, Fusiliers marins.
  • 81 Biffin signifie d’abord « chiffonnier » (xixe s.) puis fantassin, à cause du sac.

464Ne l’oublions pas : la guerre nous a montré tout ce qu’on pouvait obtenir de l’esprit de corps. Les Diables bleus, les Turcos, les Zouzous, les Marsouins80, ont été loués, félicités, chantés sur tous les tons et toutes les gammes, parce qu’ils n’étaient pas de la vulgaire biffe81. Il faut donc comprendre que nous ne sommes pas capables, nous qui n’avons ni béret, ni chéchia, ni vareuse foncée, de faire ce qu’ils ont fait. Nous autres, les biffins, nous sommes trop nombreux, on ne peut pas en faire trop cas.

465Eh bien ! Pour une fois, nous l’avons, cet esprit de corps, et nous ne voulons pas nous laisser faire. Nous ne voulons pas entrer dans une autre famille où le père nous recevrait comme ses enfants, mais où au bout de 8 jours, nous serions des bâtards.

466Et nous ne voulons pas aller dans une autre famille pour la bonne raison que la note de Joffre est claire sur ce sujet : « en cas de dissolution d’unités, ne pas prendre celles qui ont été citées » . Or, sur 3 régiments de la brigade, 2 sont cités. Pourquoi ne pas prendre celui qui ne l’est pas ?

467Parce que celui-ci est commandé par un lieutenant-colonel qui se fout de piétiner les autres, de leur marcher sur le ventre, pourvu qu’il puisse arriver à la 5e ficelle d’or et au commandement de la brigade.

468Pour mon compte, j’ai renouvelé ma demande pour revenir au 163e. Je ne peux pas passer là-dessus sans te citer à peu près l’avis de Marsouin, mon commandant :

Cette demande fait honneur aux sentiments du lieutenant Bonfils. Il est très compréhensible qu’au moment où, sans raison aucune, le 319e va être dissous, le lieutenant Bonfils qui n’est venu au 319e que momentanément et pour les besoins du service demande à retourner dans son ancienne famille. Dans son corps, l’enfant prodigue sera reçu à bras ouvert.

  • 82 En français dans le texte, ainsi que les notes et propos du commandant.

469Après avoir lu, j’ai dit au commandant : « Je ne vous croyais pas si rosse82 » car il a bien compris, et il me l’a dit, quelle raison me faisait agir.

470Ce qui m’a le plus touché, c’est quand il m’a dit en me serrant la main : « Bonfils, nous étions deux amis, je te regretterai beaucoup, car tu es un des vrais officiers de la guerre et tu m’as donné sur le Midi une impression toute autre que celle que j’avais. »

471Je suis allé souper il y a quelques jours chez Maître Cagnoli, toujours le même ; j’arrivais de perme, sans un poil de cafard. Le souper était un peu là, les deux camarades officiers de sa compagnie charmants, tout s’est passé mieux que bien.

  • 83 Lous laguis d’un pastourel est du poète ferblantier de Montpellier Hyppolite Roch (1801-1872). A l’ (...)

472Au dessert, on en chanta une, et puis d’autres, et notre concert a été une révision des vieilles chansons. Avec Cagnoli, quand les autres eurent terminé leur Roi de Thulé, le Temps des cerises et autres, nous avons chanté le duo de Magali, puis il y alla de quelques niçardes, et moi je me suis souvenu de A l’oumbra dau bouscage, Lou làguis d’un pastourèl83, etc.

  • 84 Mot composé sur le modèle de : marâtre. C’est-à-dire, selon la terminologie de Mistral dans La Coum (...)

473Mais ce qu’il y a de plus fort, c’est que j’ai pu encore une fois constater une chose que j’avais déjà remarquée : En France, (et comprends bien que quand je dis : en France, c’est toute la France, la sœur et la sourrastro84) tout le monde sait le refrain Se cantes que recantes... Tous les Normands de ma compagnie le chantent (sans comprendre ce que ça veut dire), les Picards le savent aussi, je l’ai entendu chanter à Dijon, et aussi à Toul.

474Quand j’ai été tout seul sur la route, j’ai ressenti un bonheur incroyable, de marcher en chantant, et tout ce que j’ai pu me rappeler de mon ancien répertoire félibréen y est passé. Tout, depuis l’Evocacioun de Calendau jusqu’à L’aiga boulida.

  • 85 Pierre Causse, Caussou de l’Oulivié (Montpellier 1883-1951) est un des fondateurs du journal Lou Ga (...)

475Quel contraste, ces vers méridionaux avec la terre picarde ! Ni les œuvres de Mistral, ni celles de Caussou85 ne trouvaient leur écho. La terre était endormie sous un ciel gris et orageux, et les épis de blé et d’avoine ployaient leurs têtes lourdes, alors que je suis sûr que les épis de lavande ou les sarments de nos souches se seraient dressés en entendant parler en langue notre.

*

47628 juin 1916

  • 86 Un des topoï de la riposte méridionale était de dire : Foch, Joffre, Castelnau, Sarrail, tous les g (...)

477Nous nous sommes engueulés, hier, comme poisson pourri, nous avons manqué de nous foutre sur la gueule, H... (mon commandant de compagnie) et moi, à propos de la fameuse affaire du XVe corps, qu’il généralisait à tout le Midi, à tous les Méridionaux sans exception, même Joffre, Castelnau, et les autres86, et moi par dessus tout. Comme ça s’est passé devant tout le monde, l’affaire a fait un sacré scandale. Marsouin, mis au courant, ne sait pas comment rattraper le coup. Il est coincé entre moi qui ai raison dans mon raisonnement, et H. qui a un grade supérieur au mien. Officiellement, on ne sait rien de ça chez le colonel, mais ça va sans doute pas tarder. Je te tiendrai au courant.

*

47830 juin 1916

  • 87 Le verdict du procès en conseil de guerre montre le souci de l’État-major d’atténuer au maximum l’a (...)

479L’affaire de H. a fait son chemin. Je te raconterai ça tout au long dès que je pourrai. Sache seulement que je suis passé en conseil de guerre, que j’ai été acquitté avec des félicitations et que H. a ramassé 30 jours d’arrêts87. Personne ne sait rien de cette affaire. Je sais bien que la prudence le demande à l’heure actuelle, mais demain, après la Paix...

*

48011 juillet 1916

481Ah ! Pourquoi les heures, et même les minutes nous sont comptées, et pourquoi, alors que nous en aurions tant besoin, nous en avons si peu. Car ce n’est pas une lettre que je voudrais t’écrire aujourd’hui, c’est un journal, un livre.

482Chaque minute des jours qui viennent de passer a été si longue et tellement remplie qu’il faudrait des pages et des pages pour l’écrire. Chaque coin de terre était un nouveau charnier et différent de tous les autres, chaque motte de terre mériterait d’être étudiée, chaque arbre, chaque brin d’herbe.

483Je ne le fais pas maintenant, tu comprendras aisément. Même si nous sommes en seconde ligne pour quelques jours encore, on est toujours sous le coup d’un ordre.

484Revenons d’un coup au 30 juin. Ce jour-là demeurera célèbre, puisque c’est le jour où je suis passé en conseil... Ah ! Mon cher, tu as des amis qui se respectent !

485Le motif de ma mise en accusation était : Injures envers un supérieur et menaces. Tu comprends que ces six mots-là pesaient lourd. Ça ne fait rien.

486Le président du conseil était un Méridional, le colonel Arnaud, un commandant était de Nice et nous nous connaissions bien. Le capitaine qui me défendait était du Centre. Les autres, par-ci, par-là, assez ternes en général.

487Ça se passait dans l’intimité et dans un secteur bien arrosé de grosses marmites. Cet arrosage activa les choses.

488De tout ce qu’il y a à retenir de cette séance, je te dirais trois choses :

  1. L’interrogatoire où j’ai dit franchement les choses : les insultes d’un officier français pour des troupes qui ont montré ce qu’elles valaient et pour un pays qui a fourni les plus grands hommes de la guerre ; les menaces faites non par moi, mais par H., en assurant qu’en répondant à des menaces de coups par d’autres menaces, j’étais dans mon droit de légitime défense.

  2. Le réquisitoire : épatant pour moi. Il demandait une peine disciplinaire pour cet incident regrettable pour lequel le conseil de guerre était trop.

  3. La défense : agréable orateur, le capitaine Huguenin a eu de jolies tirades : mes galons gagnés au feu, le travail fait par les Méridionaux, l’admiration que les hommes ont pour moi, et la confiance que les chefs m’accordent, et cette phrase :

Dire du mal des Méridionaux, ce n’est pas faire une offense aux vivants, c’est injurier tous ceux qui vaillamment sont tombés depuis les Vosges à la mer du Nord, aux Dardanelles ou dans la Méditerranée. Or, injurier les morts mérite une sanction, une sanction d’autant plus sévère qu’en l’occurrence il s’agit de héros.

489Ce ne sont peut-être pas les termes exacts, mais c’est bien le sens profond.

490Conclusion : acquitté avec les félicitations pour avoir défendu la réputation d’un pays qui le mérite à plus d’un titre ; 30 jours d’arrêts simples pour H. pour de mauvaises paroles sur des soldats français.

491Nous ne sommes montés aux tranchées que le 2 juillet seulement. Le 3, nous avons commencé à nous mettre en train en prenant des tranchées, à coups de grenades, ou avec quelques petits assauts. Nous n’avons pas eu trop de mérite, car ces tranchées avaient reçu un déluge de fer et de feu. Tu ne peux pas croire l’artillerie qu’on a et les munitions qu’on balance.

492Là où nous nous sommes amusés, c’est à Estrées. Nous sommes arrivés au village, occupé, en suivant un boyau boche, sans nous faire voir de personne. Comme nous arrivions, la brigade qui faisait le mouvement enveloppant débouchait par la plaine. Elle traverse le village et nous plante là avec les occupants. Zou ! Les coups de fusil, zou ! Les mitrailleuses. Ça a duré une heure. Les Boches ne tiraient plus. Alors moi qui étais déjà sorti du boyau et qui commandais la compagnie (H., l’insulteur, était à plat ventre au fond du boyau), de derrière une maison je m’avance sur la route où les balles sifflaient à cause d’une tranchée d’où d’autres Boches nous tiraient dans le cul. Avec ma voix de tourlourou, je crie aux Boches du village : Rendez-vous ! Puis comme personne ne se montrait, je me suis mis à gueuler : « Ebé ! Quand voudrès ! N’avèn un sadoul, zou ! Kamerad, rendès-vous ! »

493Il s’est alors passé une chose sublime : l’officier qui commandait agita un drapeau blanc, sortit de son fortin en disant : « Nous nous rendons. » Notre langue venait de triompher encore une fois !

494Toujours seul au milieu de la route, j’ai réceptionné les prisonniers : 5 officiers et 140 hommes. Les Boches de l’autre côté tiraient toujours : ils ont descendu une douzaine de ceux qui se rendaient.

495Une fois ceci achevé, nous sommes allés retrouver les autres, dans un secteur qui s’appelle Les Pommiers. Lutte de boyaux, corps-à-corps. Ici encore, nous avons fait une quarantaine de prisonniers, et dans l’après-midi, encore une trentaine, et 3 mitrailleuses en plus.

496Le bilan de la journée est joli : la moitié du village, 210 prisonniers, 3 lignes de tranchées, 7 mitrailleuses, un chargement de morts et de blessés.

  • 88 Voici une autre version, légèrement différente, tirée de l’histoire officielle du Régiment :
    Les 1er(...)

497Tout ce boulot a été fait par une poignée d’hommes commandés par Roussel et moi. Lecoq s’occupait des prisonniers — et H. nous applaudissait... genre Italboche : « Bravo ! Signor Tiniente, Bravo ! Bravo ! » Et zou, le nez dans le boyau. Ah ! Il les a vus, les Méridionaux. Et lui qui m’avait dit 6 jours plus tôt : « Je te surveillerai, et tu marcheras droit88 ! »

*

49826 juillet 1916

499Je t’ai quitté, la dernière fois, sur la première partie de l’attaque d’Estrées. Tu as vu et compris que ce qui nous avait fait marcher était la réputation de notre beau Midi dans un régiment de Normands, et que cette idée avait plus de poids que l’amour d’une gloriole personnelle. Nous avons encore attaqué Estrées, ou plutôt les tranchées au sud ; c’était le 6e bataillon renforcé par deux compagnies du 5e : j’en étais.

500À 9 heures du soir, l’attaque a commencé. Ça a bien marché. Mais pas pour longtemps, car, hélas ! Nous faisons cette triste guerre de tranchées, combats à la grenade, qui te coûtent un tas de monde pour presque rien.

501Il s’agissait de prendre deux boyaux, à 300 mètres l’un de l’autre, et de se rejoindre par la tranchée qui était au bout.

  • 89 Capitaine Voisin, à la tête de ses grenadiers.
  • 90 Titre des chroniques que Louis Bonfils signe dans le journal Lou Gal. Dès leur rédaction, lettres e (...)

502La préparation d’artillerie avait été magnifique. La 21e qui attaquait à droite était bien avancée quand, hélas ! Son capitaine a été tué89. Je te promets un Tablèu de guerra90 sur la mort du capitaine et un combat à la grenade : tu y trouveras ce que je ne te dis pas aujourd’hui.

503Avec deux sections, je vais renforcer la 21e et j’en prends le commandement. La lutte a été dure : personne ne me connaissait et tous avaient les boules de se voir commander par un étranger. Il y en a un qui a dit : « Il n’a qu’à marcher devant, celui qui parle, et nous le suivrons. »

  • 91 Un Tablèu de guerra de Bonfils, paru dans Lou Gal de décembre 1916, mais daté du 24 octobre et inti (...)

504Aussitôt dit, aussitôt fait. Et petit à petit, moi en tête, nous avons gagné 150 mètres de boyaux. Après trois heures de cet horrible travail de nuit, nous avons retrouvé le corps du capitaine dans un trou d’obus91.

  • 92 Lou Gal, août 1916 : « Noste co-directou Louvis Bonfils, lioctenant, a près una part brilhanto as c (...)

505Ce trou où dormait pour toujours un des meilleurs officiers du régiment et la place du cadavre furent la limite de notre avance, car malgré la lutte, malgré la furie de notre feu, nous n’avons pas pu aller plus loin. Il n’y avait rien à faire. Le capitaine était tombé, trois heures avant, au point où nous devions nous arrêter... Nous avons été relevés le 21 au matin. Il était temps : nous étions épuisés, nous tombions de fatigue. Cette fatigue fût la cause de l’échec d’une de nos attaques où nous nous sommes fait prendre 6 officiers et 200 poilus. Tu comprends bien (même si je m’en fous un peu) que je ne vais pas te raconter ça : il ne faudrait pas que pour le coup, ma lettre soit repêchée92.

506Ce jour-là, le 20, on s’est enfin avisé que nous étions bien fatigués, autant et plus que ne le disaient nos rapports et que nous n’étions pas foutus de mener une attaque comme il fallait. À force de trop tirer sur la corde, celle-ci finit par péter.

507Une fois de plus, nous avons fait la triste expérience du manque d’officier d’état-major en première ligne et Dieu sait s’ils auraient été utiles ! Il est vrai que si tout marchait comme il faut, ça irait trop bien. Pourtant, quand il s’agit de la vie de centaines d’hommes...

*

  • 93 En Saône-et-Loire, près de Paray-le-Monial. La Bourgogne sert une fois de plus de base arrière pour (...)
  • 94 En septembre, et jusqu’à la mi-octobre 1916, Bonfils est en convalescence à Montpellier (Lou Gal ). (...)

508Hautefond93, 28-31 octobre 191694

509Nous sommes toujours au Cours [de commandants de compagnie]... Nous sommes une trentaine : 3 capitaines, une vingtaine de lieutenants et 5 ou 6 sous-lieutenants. Tout le corps d’armée est représenté et il y a entre nous une grande camaraderie à ne pas croire.

510Cette camaraderie, qui se manifeste surtout à table est ce qu’il y a de mieux dans notre cours. Le reste est rudement abrutissant pour le peu d’intérêt qu’on en retire. Si tu savais les exercices stupides qu’on nous fait faire ici, tu aurais honte. Nous apprenons (!) en théorie ce que nous mettons en pratique depuis deux ans. Et ça commence à 6 heures et demie du matin pour terminer à 6 ou 7 heures du soir...

511Imagine-toi que nous faisons l’école de soldat, que nous apprenons à tirer un coup de fusil, qu’on nous fait lancer des grenades et qu’on nous enseigne la théorie d’un combat à la grenade pour prendre un boyau et la théorie pour un assaut à la baïonnette. Je ne t’en dis pas plus...

*

51211 décembre 1916

513Depuis hier, nous avons changé de cantonnement. Pour l’instant, nous sommes sur le canal de l’Oise.

  • 95 Commune de Thourotte, dans l’Oise, près de Compiègne.

514Si j’avais une plume légère et habile, si je trouvais les mots exacts, je te chanterais les beautés de ce secteur. La 22e est cantonnée à Belle-Rive95. Belle-Rive est un endroit où il y a 7 ou 8 maisons toutes démolies par les obus. Il manque la moitié des murailles, les trois quarts des toits et la totalité des vitres. Le canal de l’Oise passe au milieu de ces maisons et un pont relie les deux rives. Il y a même une écluse, et personnellement je suis logé chez l’éclusier.

515Si j’avais plus de temps que j’en ai, je ferais un roman feuilleton à la Ponson du Terrail et je lui donnerais le titre pompeux et cinglant de : L’Éclusier de Belle-Rive.

  • 96 Réservistes de l’armée territoriale. Ils étaient surtout affectés aux travaux du génie.

516Le sujet est vaste puisqu’à Ribecourt, qui est à deux pas d’ici, se sont déroulés des combats homériques, et l’éclusier, qui est un R.A.T. du génie96, serait un type à croquer.

  • 97 Lieu de plaisir sur les rives du Lez à Montpellier, avec un restaurant et des barques...

517Le paysage de Belle-Rive est agréable. C’est un grand Rimbaud97 ; on venait ici en promenade, il y a des chemins charmants au milieu d’un parc, pour les couples d’amoureux.

518Maintenant, il ne reste que le souvenir de tout ça, et la triste réalité d’une lutte encore plus triste. Tu imagines les maisons, tu en as vu des comme ça : je ne vais pas te dépeindre des maisons en ruine. C’est pourtant là qu’on loge, et c’est tout un poème.

519Des maisons franchement inhabitables, nous enlevons les portes et les volets et avec ça, nous fermons les fenêtres du cantonnement. On voit facilement la moitié d’un portail servir pour fermer une lucarne de rien du tout. Nous avons la folie des grandeurs.

520Il y a encore sur le canal des barques et des canots. Tu comprends bien qu’on les a déjà essayés. Hier au soir, par un froid plus que vif et une lune claire, nous canotions à notre aise. C’était beau !

521Il faut prendre la guerre comme elle vient, le temps et les paysages comme ils sont. Il y a longtemps, quand même, que nous n’avions pas vu quelque chose comme ça...

Notes

1 À la déclaration de guerre, Louis Bonfils fait son service militaire en Corse.

2 Alors que les chants bellicistes français étaient nombreux, les chants qui doivent guider Filhou ne sont pas belliqueux. Lou maset de Mèste Roumiéu, écrit par Louis Roumieux, est un hymne aux masets. Enfants de Mount-Peliè (en fait : Bèu Clapas !) paroles de L’Escoutaïre (François Dezeuze), musique de Justamand, a pour refrain : « Enfants de Mount-Peliè / E dau même quartiè, / Nous souvendren toujour / D’aquel bèu nis d’amour. » Aquelas montanhas serait plus « occitaniste » , bien que sa connotation nationale soit sans doute plus récente.

3 Nous verrons plus tard les réticences de ces Alsaciennes nostalgiques de l’occupation allemande.

4 Village du Haut-Rhin, occupé dès le premier jour de la guerre, et qui reste français pendant toute la durée du conflit.

5 On dirait volontiers que Bonfils fait ici allusion à La Butte Rouge (de Montéhus et Krier) écrite à propos de la Butte Bapaume si la chanson ne datait pas de 1922 : « La Butt’ rouge, c’est son nom, l’baptême s’fit un matin / Où tous ceux qui montaient roulaient dans le ravin. / Aujourd’hui y’a des vignes, il y pousse du raisin. / Qui boira ce vin là, boira l’sang des copains. »
Dès son premier numéro de janvier 1915, le journal Lou Gal publiait un sonnet de Louis Bonfils : « Ier... Ioi... Deman... » de même inspiration : « Lou blad era madu e roussel couma d’or / Lou paisan garrut, tout agusant sa dalha / Vesiè lou gran croumpat, soun graniè ple de palha / E sa joia valié lou pus riche tresor. / Sans comte avié bailat la susou de soun cors / Per ’segurà lou pan de touta sa marmalha / Lou camp es tremudat en un prat de batalha / Ount de poples vesis se basseloun à mort. / Lous valats sount rasiès d’un sang ple de jouinessa / Lou dalhaire veirà quand tournarà deman / De brouquetas en crous as cantous de soun camp / Placadas sus de cros per quaucas mans amigas / Qu’an relevat de morts couchats sus las espigas. » (Hier, aujourd’hui, demain... Le blé était mur et blond comme de l’or / Le paysan trapu, en aiguisant sa faux / Voyait le grain vendu, le grenier plein de paille / Et sa joie valait les plus riches trésors. / Sans compter, il avait donné la sueur de son corps / Pour assurer le pain de toute sa famille / Le champ s’est transformé en un champ de bataille / où des peuples voisins se disputent à mort / Les valons sont repus d’un sang plein de jeunesse / Le faucheur quand il viendra demain verra / Des branchettes en croix dans les coins de son champ / Placées dessus des tombes par quelques mains amies / Qui auront relevé les corps sur les épis.)

6 Casque à pointe désigne, par métonymie, le soldat allemand. Les Allemands avaient été équipés au début de la guerre de casques à pointe confectionnés en cuir bouilli n’offrant aucune protection réelle. Le casque Adrian français n’est entré en service qu’en 1915.

7 Illfurth, actuellement dans l’aire urbaine de Mulhouse.

8 En 1871, le territoire de Belfort était resté français. Notons au passage que, en 1914, l’Alsace est encore (même mentalement), hors de France pour Bonfils.

9 On estime à environ 10 milliards les lettres ou cartes échangées entre le front et l’arrière durant la durée de la guerre. La censure veille, mais d’une part, elle ne peut tout lire, d’autre part, elle n’a connaissance que des lettres acheminées en franchise postale par le service des armées. C’est parce qu’il utilise le réseau de la Poste civile que Bonfils peut écrire à peu près ce qu’il veut, dans la langue qu’il veut.

10 Département des Vosges.

11 Au début, ce mot (alboche ou boche) est en français et entre guillemets. Il sera ensuite occitanisé.

12 On verra qu’à propos d’un article de Barrès, Bonfils nuancera quelque peu ce jugement.

13 L’étang de l’Arnel, entre Palavas et Montpellier, sur la rive gauche du Lez. Une civilisation de « cabanes » populaires, utilisées par les chasseurs, couvrait ses bords

14 Château sur la commune de Neufmaisons, Meurthe-et-Moselle.

15 Ce cimetière sera pérennisé en 1919. Du 26 août au 24 septembre, durant la bataille de la Haute-Meurthe, le col de la Chipotte, position clé sur la route menant vers l’ouest, a été le lieu d’affrontements journaliers violents avec de nombreux combats au corps-à-corps : passé cinq fois aux mains des Français et des Allemands, il a vu 4000 soldats français tomber et a été surnommé « le Trou de l’Enfer » par les poilus. Ces affrontements meurtriers ont précédé la guerre des tranchées. Une nécropole nationale accueille les corps de 1899 soldats français dont 893, non identifiés, en deux ossuaires.

16 « N’ai un tibou, soui las, aco me fica’n caire... » est une citation extraite de la scène V de la pièce de Bonfils et Azéma : Jout un balcoun, écrite et jouée en 1910. Au plus profond de sa détresse, Bonfils retrouve les mots de la pièce qu’il a écrite.

17 Ici, une coupure au ciseau dans le feuillet manuscrit ampute d’une vingtaine de lignes ces états d’âme de Filhou.

18 Jean Bouin était un coureur de fond français. Il meurt au champ d’honneur à Xivray le 29 septembre 1914 comme soldat du 163e régiment d’infanterie lors de l’attaque du Mont Sec, non loin de Saint-Mihiel. Les circonstances de son décès sont mal connues. Certains décrivent une mort en chargeant au cri de « Vive la France ! » , d’autres évoquent une erreur de tir de l’artillerie française (d’après le site Wikipédia).

19 En rapport avec les fêtes de la saint Martin du 11 novembre autour de châtaignes et de vin nouveau. Fêter la saint Martin signifie faire bonne chère, c’est une fête d’abondance comme le Mardi Gras : après la fête commençait le petit carême de Noël.

20 Théodore Botrel, l’auteur de La Paimpolaise.

21 Pierre Azéma, dans Lou Gal de janvier 1918 (repris dans... à boulet rouge, p. 43) écrit : « Lou Bulletin des Armées de la République vèn d’èstre supremit... Es estat dich que lous tres-quarts [das pialuts] lou vesièn pas jamai, que lous tres-quarts das que lou vesièn lou legissièn pas, e que lous quauques-uns que lou legissièn i arrapavoun las endourmidouiras. Au founs, digus plourarà pas d’aquela disparicioun. » (Le Bulletin des Armées de la République vient d’être supprimé... On a dit que les trois quarts des poilus ne le voyaient jamais, que les trois quarts de ceux qui le voyaient ne le lisaient pas, et que les quelques uns qui le lisaient s’endormaient dessus. Au fond, personne ne pleurera sur cette disparition.)

22 Le 12 septembre les Français font de nouveau leur entrée dans Raon-l’Étape. L’occupation allemande de la ville n’aura duré que 19 jours, mais les destructions volontaires la laisseront aux trois quarts détruite.

23 L’idée initiale de la grande et seule France est sérieusement écornée. Que malgré la destruction de leur village les roannais « germanisés » regrettent les Allemands remet en cause les fondements mêmes de la guerre de 1914.

24 Poperinge (Poperinghe en français), ville flamande de Belgique. Poperinge fut, avec Furnes, la seule ville belge à ne pas être occupée par les Allemands.

25 Azéma, qui suit sans doute Bonfils, souligne la phrase. Louis Bonfils découvre un « racisme » anti-méridional. On est loin des Alsaciennes « sœurs » des Arlésiennes. On est plus près de la marâtre ou de la mauvaise sœur du poème de Mistral : La Comtesse.

26 Lombaertzyde est un lieu stratégique. Le 23 octobre 1914, la division Grossetti, accourue au secours de l’armée belge, s’empare de plusieurs têtes de pont sur la rive droite de l’Yser et notamment du village de Lombaertzyde. Ce fut un des plus beaux faits d’armes de la bataille de l’Yser. En novembre, les 3e et 4e bataillons sont envoyés en Belgique où ils occupent les tranchées du canal de l’Yser. Le 15 décembre, les deux bataillons attaquent Lombaertzyde et s’en emparent après un brillant assaut à la baïonnette. Une contre-attaque allemande sur le 3e bataillon prend pied dans quelques éléments, mais le bataillon attaqué reprend quelques heures après tout le terrain perdu.

27 Deux pièces de François Dezeuze, l’Escoutaïre. Voici un instituteur qui ne craint pas de jouer du théâtre occitan.

28 Le 5 mai 1915, Bonfils annoncera sa mort dans Lou Gal.

29 « L’ounou que reçaup regiscla sus soun vièl quartié de Boutounet » (L’honneur qu’il reçoit rejaillit sur son vieux quartier de Boutonnet)(Lou Gal, n° 2, fév. 1915). Rappelons que Bonfils était né 7 rue des Sourds-Muets (actuelle rue Abbé-de-l’Épée), quartier de Boutonnet, le 12 décembre 1891.

30 Le 1er avril 1917, Pierre Azéma signe dans Lou Gal un article très violemment misogyne, « Las fennas à l’oustau » où il redoute les conséquences de cette situation pour l’après-guerre. Les femmes devront apprendre à rester à leur place, à faire le ménage : « L’emancipacioun e l’educacioun de las fannas es un malur per lou païs e per la raça. » (L’émancipation et l’éducation des femmes est un malheur pour le pays et pour la civilisation.)

31 Il a à peine 24 ans.

32 Cette description sera développée dans un texte écrit le 14 nov. 1916 et publié par Lou Gal le 1er février 1917 : Dins la cagnà. Mais un an et demi seront passés, et en marge du pittoresque, le texte (publié sans censure) reprendra la terrible litanie de Bonfils : « N’ai un sadoul, n̓ai un vòmi. Vèni dire que sèn au siècle dau progrèt, qu’aquela bouchariè es digna d’omes civilisats... »

33 Joseph Belloc. C’est lui qui, le 13 juin 1920 a lu l’adieu AFilhou de Pierre Azéma sur la tombe de Louis Bonfils, à Bienville, dans l’Oise (Pierre Azéma... à boulet rouge, 1930, p. 247). Lors de la création en 1911 de Jout un balcoun, il tenait le rôle de Justi (sous le pseudonyme de J. Blocel).

34 Journal quotidien montpelliérain.

35 Marsouin est le surnom donné aux soldats de l’Infanterie de marine ou Infanterie coloniale.

36 Le martelet consiste à frapper en pleine nuit à la porte d’une maison jusqu’à réveiller ses habitants. Il y a toute une stratégie pour ne pas se faire attraper par la personne ainsi dérangée. La technique la plus élaborée consiste à attacher le heurtoir à une corde et à tirer de loin afin d’éviter les représailles, la plus classique de celles-ci étant de recevoir sur la tête le contenu d’un pot de chambre.

37 Département des Ardennes.

38 Lou Gal du 3 mars 1915 publie un poème de Bonfils écrit le 6 janvier : « Lou gai clouquié es espoutit / Per lous foutraus e la mitralha / Lou campanié, el, es partit... » (Le gai clocher est écrasé / Par les obus et la mitraille / Le sonneur, lui, est parti...

39 Cantique de Malachie Frizet, majoral du félibrige qui fut en 1883 directeur du journal montpelliérain L’Éclair.

40 Émile Arné, né à Marseille en 1890 sera bientôt tué. Dans Lou Delubre de juin 1915, le Capoulié Valère Bernard le décrira « tant dre, tant ferme, tant clarvesènt... »

41 La maternité de Montpellier est construite entre le ruisseau du Verdanson et la route de Ganges, près de Boutonnet.

42 Le plus célèbre de ces masets de convivialité masculine, proches de Montpellier, décrits par François Dezeuze. En fait l’Espounga (éponge) était le nom d’une société dont les vingt membres se réunirent successivement dans un mas de L’Aiguelongue, puis derrière le moulin de Navitau et enfin entre les Quatre-Seigneurs et la route de Mende.

43 Dessin absent.

44 Il en est passé de l’eau dans le Rhône et de l’eau dans le Rhône.

45 Poème de Bonfils publié dans Lou Gal en avril 1915 : « Un cors es espandit alai en plen camp / Es un eros, sa petrine es traucada / Fai éme soun cors dos tacas negre e rouja... » (Un corps est étendu là-bas en plein champ / C’est un héros, sa poitrine est trouée / Il fait avec son corps deux taches noire et rouge.)
En avril 1916, Lou Gal publie sous la plume de Louvis Philibert (Azéma et Bonfils) un article, Lou pourridié (Le charnier) où l’horreur est encore pire qu’ici : « Encroucats a las pounchas d’un fièu de ferre, un poumon rose e de tripas verdejantes fan pensà a la devantura d’un marchand de fruchan, couma a un taulhé de bouché, se vei pertout de flocs de car coupada... » (Accrochés aux pointes d’un fil de fer, un poumon rose et des tripes verdoyantes font penser à la devanture d’un marchand de fruits, ou à un étal de boucher, on voit partout des morçeaux de chair coupée...)

46 L’occupation de la basse plaine de Woëvre par les Allemands depuis la fin septembre (le saillant de Saint-Mihiel) coupe les communications avec Verdun par la vallée de la Meuse. L’offensive suivant la route de Thiaucourt débute le 3 avril 1915. Elle est soutenue à partir du 5 par des combats de diversion importants devant Flirey. L’offensive se termine le 11 mais des attaques locales ont encore lieu à Mortmare les 14 et 20 avril. Dans son ensemble c’est un échec coûteux : à Mortmare les quelques hectares enlevés à l’ennemi ont été payés de plus de 1500 morts et d’une centaine de prisonniers. Sur près d’un kilomètre les premières lignes qui se sont rapprochées sont désormais distantes de moins de cinquante mètres. Les conditions de survie vont devenir très difficiles devant le bois : mines souterraines, artillerie de tranchée, grenades, etc.

47 Sans doute une carte postale annonçant sa promotion. Filhou est bien sûr le surnom de Bonfils lui-même. En juin 1915, Lou Gal, saluant cette nomination, commente bizarrement : « La chança lou seguì de longa ». (La chance sans cesse le suit.)

48 Il est possible que ce fragment de lettre, intercalé sur un papier à part soit un extrait de la réponse de Pierre Azéma à la terrible lettre du 24 avril. À noter qu’elle est séparée de la suivante par un silence de presque un mois.

49 Lettre en partie publiée dans Calendau, revue dirigée à Montpellier par Pierre Azéma et Jean Fournel, en juin 1935.

50 Rappelons que Louis Bonfils n’a alors que 24 ans.

51 Le Minenwerfer (lance-mine), mortier « léger » de 76 mm, pesait tout de même quelque 100 kg. Une équipe de six hommes pouvait maintenir une cadence de tir de 20 coups par minute, pendant une période limitée. Le mortier de 76 mm tirait un projectile de 4,5 kg, sa portée optimale était comprise entre 300 et 1000 mètres. Son nom dans l’argot des Poilus français de l’époque était torpille, crapouillot ou tortue.

52 L’Écho des Marmites. Seul quotidien hebdomadaire [sic, puis périodique], aucun fil spécial avec Berlin, service gratuit dans les tranchées. Publié par le 309e régiment d’infanterie, puis 221e, secteur postal 197. Paraît de 1914 à 1918.

53 Lou Gal, lui, se fait très loin du front, à Montpellier, mais avec des correspondants au front, comme Bonfils lui-même. La Gazeta loubetenca, éditée près de Paris par le montpelliérain Joseph Loubet, trop vieux pour être au front, est, elle, un peu plus ambiguë. Lou Delubre, de Marcel Provence, est édité à Aix-en-Provence.

54 Dans La Plume au fusil (op. cit., p. 173), on trouve cet extrait d’une lettre d’Alfred Roumiguières, instituteur socialiste, qui écrit le 5 juillet 1915 (à peu près en même temps que Bonfils) : « J’apprends qu’Embry part. Son auto est arrivée ; il va conduire cette auto qu’il met à la disposition du lieut-colonel Couscard. Il est content de partir. Moyennant quelques billets de mille, il augmente les chances de sauver sa peau. Dans une pareille combinaison, l’autorité militaire exploite la lâcheté de certains bourgeois. »

55 Meurthe-et-Moselle.

56 On est bien loin de la grande France !

57 Le jour même où Pierre Azéma est blessé à la tête et à l’épaule. Il sera trépané le lendemain.

58 Lou Delubre dont le sous-titre est Santo Ventùri ! (Le Mont de la Victoire), bulletin per tres mes di felibre de la Grando Guerro est envoyé gratuitement à tous les félibres mobilisés. Chaque livraison ouvre sur la manchette : An douna soun sang pèr la Grando Franço. Le n° 1 sort en juin 1915. Il faudra attendre novembre pour le n° 2. Marcel Provence est le pseudonyme de Marcel Jouannon (1892-1951). Il a le même âge que Bonfils et Azéma.

59 Cette lettre est la première après la grave blessure d’Azéma. Il est difficile de penser que Bonfils ne s’inquiète jamais de la santé d’Azéma. Preuve s’il en fallait que cette correspondance est une sélection de lettres, ou d’extraits de lettres, et non leur totalité. D’un côté le « trop personnel », de l’autre le « trop virulent » en ont été retirés, impossibles à publier en 1918.

60 Sans doute Guillaume Espagne, né à Gignac, médecin depuis 1883, installé à Aumessas, près du Vigan.

61 Ceux de lieutenant.

62 Barrique bordelaise qui contient 225 litres. Donc, en futs, quelques 27000 hectolitres. Plus 7 à 8 000 hl en bouteilles. Soit, environ, la production annuelle actuelle (2012), tous cépages confondus, de la grosse cave coopérative de Montpeyroux dans l’Hérault.

63 En octobre-novembre, Pierre Azéma est en convalescence à Montpellier. A toumbat sa poulida perruca (Il a perdu sa belle tignasse) remarque Lou Gal, de novembre 1915. Pour cause, il a été trépané.

64 Ce même 7 octobre, il envoie, sitôt arrivé à Nice, une carte à Mlle Rose Lacombe, Fbg Figuerolles à Montpellier : « Aprenès la farandola, la dansaren au retour. F. » (Apprend la farandole, nous la danserons au retour).
Lou Gal d’octobre 1915 : « Louvis Bonfils es vengut passa quauques jours au Clapas. Toujours gai, toujours plè d’entrin, noste amic languis d’anà cercà la gloria. » (Louis Bonfils est venu passer quelques jours à Montpellier. Toujours gai, toujours plein d’entrain, notre ami languit d’aller chercher la gloire).

65 Fin novembre, après la neige et le gel, quelles sont ces fleurs jaunes et rouges qui poussent dans les prés ?

66 Territoriaux.

67 Le 24 août 1914 le journal Le Matin publie un texte signé Auguste Gervais, sénateur de la Seine, intitulé : La vérité sur l’affaire du 21 août. Le recul en Lorraine. C’est le début de la légende noire du XVe corps d’armée :
L’inébranlable confiance que j’ai dans la valeur de nos troupes et la résolution de leurs chefs me donne la liberté d’esprit nécessaire pour m’expliquer sur l’insuccès que nos armes viennent de subir en Lorraine. Un incident déplorable s’est produit.
Une division du 15e corps, composée de contingents d’Antibes, de Toulon, de Marseille et d’Aix, a lâché pied devant l’ennemi. Les conséquences ont été celles que les communiqués officiels ont fait connaître. Toute l’avance que nous avions prise au-delà de la Seille, sur la ligne Alaincourt, Delme et Château-Salins a été perdue ; tout le fruit d’une habile combinaison stratégique, longuement préparée, dont les débuts heureux promettaient les plus brillants avantages, a été momentanément compromis. Malgré les efforts des autres corps d’armée qui participaient à l’opération, et dont la tenue a été irréprochable, la défaillance d’une partie du 15e corps a entraîné la retraite sur toute la ligne.
Le ministre de la Guerre [Messimy], avec sa décision coutumière, a prescrit les mesures de répression immédiates et impitoyables qui s’imposaient. [...] Surprises sans doute par les effets terrifiants de la bataille, les troupes de l’aimable Provence ont été prises d’un subit affolement. L’aveu public de leur impardonnable faiblesse s’ajoutera à la rigueur des châtiments militaires. Les soldats du Midi, qui ont tant de qualités guerrières, tiendront à l’honneur d’effacer, et cela dès demain, l’affront qui vient d’être fait par certains des leurs, à la valeur française. Elles prendront, nous en sommes convaincus, une glorieuse revanche et montreront qu’en France sans distinction d’origine, tous les soldats de nos armées sont prêts, jusqu’au dernier, à verser leur sang pour assurer contre l’envahisseur menaçant le salut de la patrie.

68 C’est dans ce village que se situe la tragédie du « pantalon rouge » : Lucien Bersot est fusillé le 13 février 1915 parce qu’il avait refusé de porter le pantalon couvert du sang d’un soldat mort sur le champ de bataille. Réhabilité en 1922, son histoire a inspiré le téléfilm Le pantalon d’Yves Boisset. Mais bien avant Boisset, Hertor Vince avait écrit pour Le Théâtre du Peuple de Servian (Hérault) sa pièce en un acte : Réhabilité ! créée en 1922 et publiée à Montpellier en 1923. La pièce, vivement antimilitariste se termine sur la dernière réplique du maire du village natal de Bersot : « Ah oui ! À bas la guerre ! ! »

69 Tous les vents du nord sont-ils le mistral ? Ou est-ce un occitanocentrisme ?

70 À partir d’ici et jusqu’à la fin de cette lettre, la copie manuscrite de Pierre Azéma est remplacée par le texte imprimé paru dans Lou Gal, n° 14, 16 janvier 1916.

71 Dès 1915, déjà, la nostalgie de la guerre d’antan.

72 « J’en ai marre, je suis fatigué, ça me démolit » : ces mots entre guillemets sont une citation littérale tirée de Jout un balcon, la pièce de Bonfils et Azéma.

73 Un an avant, Bonfils disait être sûr de s’en tirer...

74 Moulin-sous-Touvents dans l’Oise. Haut lieu de la « Grande Guerre » , la commune a sur ses terres un site sacré nommé « La Butte des Zouaves » , située à 1,5 km, à vol d’oiseau, au nord de la ferme de Quennevières. Cette butte rend hommage à des soldats enterrés vivants au cours d’un bombardement. Elle se compose d’un tertre, sous lequel reposent les zouaves qui avaient participé activement aux combats de la ferme, surmonté d’une croix. C’est cet endroit qu’a choisi l’Union nationale des Zouaves pour y ériger le futur monument en l’honneur de tous les zouaves (Wikipédia).

75 Est-ce une allusion à la croisade albigeoise ? Ou à d’autres massacres ?

76 Sans doute un des frères Cagnoli dont on a retrouvé, en 2007, aux Archives municipales de Saint-Martin-Vésubie dont ils ont été maires, un Pichoun Dissionari San-Martinenc, que son propri e ansieni dóu païs, coumo aussi d’espression e maniero de dire (1886), ainsi qu’un Projet d’un piciou dissiounari Sant-Martinenc ame lai etimologios probablos tiravis dal Grec, dal Latin e dal Espagnol.

77 Allusion non élucidée à Prosper Estieu, écrivain occitan.

78 ÀRethondes, dans un wagon, seront successivement signés les armistices de 1918 et 1940. Mais alors Filhou sera mort.

79 Le 319e ne sera pas dissous. C’est dans ses rangs que Bonfils trouvera la mort. Voici un résumé de ses opérations lorsque Bonfils en fait partie :
1915 : (juil.-août) : La Chipotte, Saint Rémy. Bataille de Champagne (sept.-oct.) : butte de Tahure (26/09) puis Oise : Longpont, Villers-Cotterêt.
1916 : Oise : ferme d’Ecafaut, Quennevières (janv.-avril). Bataille de la Somme (juil.) : bois de Soyécourt, Estrées, bois du Satyre, ouest d’Estrées, est de Compiègne (sept.-déc.), Attichy, Bitry.
1917 : Ouest de Royes (jan.-mars), forêt de Coucy, attaque de Moy (avril). Aisne (août-sept.) : chemin des Dames, est de Braye-en-Laonnois puis bataille de Malmaison (oct.-nov.), plateau de Californie (déc.).
1918 Braye-en-Laonnois (janv.-mars) Hainvillers, Rollot, nord d’Orvillers, Mont Renaud, Le Plessier, Le Plémont (28 mars-1er avril)

80 Respectivement : Chasseurs alpins, Tirailleurs algériens, Zouaves, Fusiliers marins.

81 Biffin signifie d’abord « chiffonnier » (xixe s.) puis fantassin, à cause du sac.

82 En français dans le texte, ainsi que les notes et propos du commandant.

83 Lous laguis d’un pastourel est du poète ferblantier de Montpellier Hyppolite Roch (1801-1872). A l’oumbre dau bouscage est un traditionnel.

84 Mot composé sur le modèle de : marâtre. C’est-à-dire, selon la terminologie de Mistral dans La Coumtesso, la France du Nord, la demi-sœur : « Car sa sorre, sa sourrastro, / Pèr eireta de soun bèn, / L’a clavado dins li clastro, / Dins li clastro d’un counvènt / Qu’es barra coume un° mastro / D’un Avènt a l’autre Avènt. » (Car sa sœur, sa sœurâtre, / Pour hériter de son bien / L’a enfermé dans un cloître / Dans le cloître d’un couvent / Qui est fermé comme un pétrin / D’un Avent à l’autre Avent.)

85 Pierre Causse, Caussou de l’Oulivié (Montpellier 1883-1951) est un des fondateurs du journal Lou Gal.

86 Un des topoï de la riposte méridionale était de dire : Foch, Joffre, Castelnau, Sarrail, tous les grands chefs ne sont-ils pas du Midi ?

87 Le verdict du procès en conseil de guerre montre le souci de l’État-major d’atténuer au maximum l’anathème contre le XVe corps et les Méridionaux en général.

88 Voici une autre version, légèrement différente, tirée de l’histoire officielle du Régiment :
Les 1er et 2 juillet, le 319e est réserve de la VIe armée et n’a pas à intervenir. Mais le 3 juillet, il quitte Framerville et, par Foucaucourt, relève en première ligne un régiment de la 61e D.I. sur le terrain conquis entre Fay et Soyecourt, à la lisière d’un bois dénommé « bois du Satyre ». Le 4 juillet, la 53e D.I. a pour mission d’attaquer le village d’Estrées et les positions ennemies environnantes. Une première patrouille de la 21e compagnie du 319e régiment ramène 2 prisonniers du nord d’Estrées.
Les 5e et 6e bataillons sont en ligne : l’attaque doit partir de la gauche de la 106e brigade. À 16 heures, l’attaque est déclenchée : Estrées est enlevé. La 18e compagnie, commandée par le lieutenant Huchon, en combattant dans le cimetière, à l’ouest d’Estrées, fait, à elle seule 200 prisonniers, dont 5 officiers, et prend deux mitrailleuses. Nos pertes sont minimes. Une contre-attaque, faite par les Allemands le lendemain, est repoussée dans Estrées. La 319e, qui tenait le village, fut secouru par les grenadiers du lieutenant Fisher, du 319e.
Mais les succès d’Estrées et la brillante avance du Ier corps colonial, qui a poussé jusqu’à la Maisonnette, sur la rive de la Somme, face à Péronne, sont arrêtés, car l’attaque anglaise n’a pas donné tous les résultats attendus. Il faut donc rester sur les positions conquises en attendant le mouvement par le nord.
Du 3 juillet au 6 août 1916, le 319e reste dans le secteur d’Estrées-Foucaucourt tantôt en première ligne, tantôt en deuxième ligne. Il fait plusieurs attaques, en particulier à l’ouest d’Estrées, sur un boyau dit « Boyau d’Estrées » , qui passe de mains en mains et nécessite des combats meurtriers à la grenade. C’est dans un de ces combats que se distingue le capitaine Voisin, commandant la 21e compagnie, qui est tué à la tête de ses grenadiers.
Le 19 juillet, une attaque du 5e bataillon, commandé par le capitaine Gompell, inflige à l’ennemi des pertes cruelles et s’empare, après une lutte à la grenade des plus violentes, du « boyau d’Estrées », où la 19e compagnie fait 69 prisonniers. Le 20, une violente attaque de l’ennemi est arrêtée par nos feux. Après tous ces combats, on s’organise en hâte sur le terrain pris à l’ennemi, on creuse tranchées et boyaux, on plante des réseaux de défense.
Mais, si les poilus du 319e ont été à la peine, il n’est que justice qu’ils soient à l’honneur, et les deux ordres suivants en sont la preuve éclatante.
Ordre général n° 378
Le général commandant la VIe armée cite à l’ordre de l’armée :
« La 18e compagnie du 319e R.I. – Commandée par le lieutenant Huchon, a, le 4 juillet 1916, brillamment enlevé un cimetière, point d’appui très solide de l’ennemi après un corps à corps au cours duquel elle a fait environ 200 prisonniers, dont 5 officiers, pris 2 mitrailleuses. A conservé la position conquise, malgré le bombardement et a repoussé à la grenade plusieurs contre-attaques. Le 5 juillet 1916, par une active coopération, la 18e compagnie du 319e R .I. a permis à un détachement d’un autre corps, qui se trouvait dans une situation difficile, de se maintenir sur sa position. Au G.Q.G., le 11 août 1916. Le Général commandant la VIe armée, Signé : FAYOLLE. »

89 Capitaine Voisin, à la tête de ses grenadiers.

90 Titre des chroniques que Louis Bonfils signe dans le journal Lou Gal. Dès leur rédaction, lettres et Tablèu sont complémentaires.

91 Un Tablèu de guerra de Bonfils, paru dans Lou Gal de décembre 1916, mais daté du 24 octobre et intitulé La mort dau capitàni décrit crûement : « Ié mancava la gauta drecha e l’iol ie penjava. Sa capote èra plena de sang ou de car machugada. Issava soun bras gauche e, coupada au pugnet, la man ié mancava... » (Il lui manquait la joue droite et l’œil pendait. Sa capote était pleine de sang ou de chair broyée. Il levait son bras et, coupée au poignet, la main manquait...)

92 Lou Gal, août 1916 : « Noste co-directou Louvis Bonfils, lioctenant, a près una part brilhanto as coumbats de Picardie. Es estat pourtat a l’ordre de la division. »

93 En Saône-et-Loire, près de Paray-le-Monial. La Bourgogne sert une fois de plus de base arrière pour la convalescence ou la formation des officiers.

94 En septembre, et jusqu’à la mi-octobre 1916, Bonfils est en convalescence à Montpellier (Lou Gal ). Blessure, ou maladie ?

95 Commune de Thourotte, dans l’Oise, près de Compiègne.

96 Réservistes de l’armée territoriale. Ils étaient surtout affectés aux travaux du génie.

97 Lieu de plaisir sur les rives du Lez à Montpellier, avec un restaurant et des barques...

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2015

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search