Version classiqueVersion mobile

L’occitan en guerre

 | 
Guy Barral

Épilogue

Texte intégral

1Louis Bonfils est à nouveau blessé en avril 1917. Il ajoute encore deux étoiles à sa croix de guerre en mai puis en décembre 1917. Il est nommé capitaine en mai 1918.

2Il est finalement tué le 11 juin 1918.

3Mais Pierre Azéma achève ici sa retranscription des lettres de Louis Bonfils, deux lignes seulement après le début de sa 90e page. Leur caractère impubliable, juste avant les derniers efforts de guerre ou juste après la joie des retrouvailles dans une unité nationale à redéfinir a fini par lui sauter aux yeux. Car en pratique, cette union sacrée est une somme de tiraillements : entre Nord et Sud, entre civils et militaires, entre front et arrière, entre riches (planqués ou plancables) et pauvres, entre hommes et femmes...

4Mais nous pouvons ajouter au corpus fourni par Pierre Azéma quelques pièces, dont la lettre-récit suivante, parue dans Lou Gal n° 42, 15 mars 1917 sous le titre : Retour de permissioun. Cet article est contemporain de la criminelle offensive du Chemin des Dames et de Craonne imaginée et dirigée par le général Nivelle. Elle décrit de façon assez féroce et avec une aigreur certaine le décalage entre le front et l’arrière et les tensions naissantes du début de 1917.

4 de mars 1917 — Retour de permissioun

  • 1 Lou Chivaliè est le pseudonyme de Pierre Azéma dans Lou Gal.

5Carissime Chivaliè1

6Desempioi quauques jours, me vejaici tournamai dins mas tranchadas, e dins lou païs neblous e gris que t’ai pintrat mai d’un cop. Dins moun abric à sièis mèstres jout terra, esclarat pèr un floc de candella, sounge à vautres. Revive pèr la pensada la longa senmana que vène de passà au Clapàs.

7Noste Clapàs ! Emé soun sourel d’or, soun cièl toujour — ou presque toujour — blu, sas niochs esteladas, emé lou labech laugiè e dous que ié bufa, emé soun èr perfumat pèr las potas de nostas garrigas, emé tout, enfin, ce que a e ce que fai que l’aiman de mai en mai, que l’aiman sustout perdequé de longas e rudas journadas nous an desseparat dau sòu familhè qu’es estat noste brès e vers quau s’en van toutes nostes espèrs, toutes nostes souvenis, toutes nostes pantais...

8Pamens, nous l’an cambiat, noste Clapàs ! La guerra nous vòu acò. Pas pus de Clapassiès de noste tems, sount toutes à la guerra. Las carrièiras autres cops risentas pèr la jouinessa mount-pelièirenca, pèr lou bauchige das estudiants, pèr las galoias cavalcadas que se desroulavoun de St-Danis à Boutounet dins una interminabla farandola, las carrièiras de ioi sount tristas. Veses pertout lou prefach ourrible de nosta bouchariè erouïca. D’omes jouines e garruts se ravaloun emé de bequilhas ou marchoun gimblats mai que de canas un jour de mistrau. A soun coustat, d’autres omes jouines e garruts se passejoun emé las manchas vouidas de sous brasses ou se quitoun menà pèr d’enfantous, car veiran pas pus lou jour dau sourel.

9Lous glouriouses blassats de la granda guerra bailoun a nosta patria un ournament nouvèl de tristessa e de fiertat.

10Mès s’aquel tablèu pot esmòure lous cors sensibles, a pas tant d’efèt sus lous caratèras trempats au fioc de la batalha. Lous qu’an vist lous pourridiès de la Marna ou de l’Yser, de Verdun ou de la Souma s’esfralhoun pas pèr tant pauc.

11Lou Clapàs oufris tamben un autre tablèu pus amusant. Es lou das Clapassiès qu’an pas digus au front e que coumençoun, tant lèu, de s’avisà que i a la guerra.

  • Creses pas, Filhou, que sèn malhurouses, me disiè un jour après-dinnà mèste Barnabè que rescountrère encò d’Arnal. Regarda, avèn pas pus de carbou e jala à pèire fendre.

  • S’ère atissous, mèste Barnabè, ié respoundère, vous demandarièi quant i’a agut, aqueste ivèr, de pèses jalats au Clapàs. Lou carboun manca, mès demoura pas mau de causas à brullà, quand seguèsse pas que toutas las afichas qu’emplastroun nostes vièls mounuments, las barracas en boi qu’ornoun nosta Esplanada, ou lous pissadous que sount pas encara desmoulits davans la porta dau Peirou ou lou pont procha de la granda Crous. Ah ! n’en fariès un fioc de St-Jan, emé tout acò ! De qué vous caufà, vous e tout lou quartiè, pas qu’em’ aquelas roupilhas.

  • Oi, galeja qu’acò te vai ben. Mès sabes-ti que ara avèn pas pus drech qu’à una liéura-e-mièja de sucre pèr mes, que pèr avudre aquel sucre te cau una carta de la coumuna, e que quand as aquela carta, i’a pas un espiciè que siègue ficat de t’en bailà mièja-liéura ou alors te baila pas que d’aquel cristallisat que nous vèn d’America !

  • Es pèr acò que roundinàs, n’es be la pena ! Nautres, au front, e sans carta, toucan tres liéuras de sucre pèr mes. Acò nous permés de béure chaca jour dous cops de cafè et de faire lou tè dins la tantoussada, couma dins lou bèu mounde. Quant au sucra d’America, digues pas res. I’a mai de dous milhouns de pialuts que s’en servissoun desempioi agoust 14 e digus n’es pas mort. E pioi, acò baila as Americans lou plesi d’engrepià nostes bèus louvidors.

  • E ara qu’anan manjà que de pan du, iéu qu’ai pas pus de dents !

  • Lous mêmes pialuts que vous parlave, mèste Barnabé, desempioi longtems, manjoun de pan qu’a au mens ioch jours. I’arriba souvent qu’es jalat ou mousit
    e de fes n’en manjoun pas à sa fam. Pamens countùnioun de se faire tugà pèr vautres.

  • Hou sabe tout acò, e vous planisse, mous enfants. Mès, es pas una vergougna de nous faire jalà d’ouras entièiras, davans la bouchariè municipala, pèr toucà, dequé ? Mièja-liéura de graissa e qu’es pas de porc, encara !

  • E nautres, mèste Barnabè, plantan desempioi trenta-e-un meses dins de tranchadas fangousas e pèr toutes lous tems. E toucan couma gratificacioun d’oubusses de tout calibre, en bon aciè de Briey.

  • E ara que pouden pas pus nous sarrà de la car talament a aumentat. Ma fenna me disiè de matis que Cruvèl l’aviè encara aumentada de dous sòus pèr liéura.

  • Es pas qu’acò ? ebé, s’ère vous, prendrièi mas lignas, un esparviè au besoun, e mountarièi au Gascounet. Mèste Bouet, lou mouliniè, se fariè un plesi de vous quità pescà. Anas-iè de ma part se voulès, es de mous bouns amics. Manjarés de peis se poudès pas croumpà de car !

  • Presemple, Filhou, es pas iéu que me planirai dau ministre qu’a decidat que dous jours pèr semmana se manjariè pas pus de pastissous. Ai lou diabèta e las douçous valoun pas res pèr moun estoumac.

  • E perdequé vous planissiès toutara pèr lou sucre ?

  • N’en fasièi una questioun generala. Coumprene pas perdequé fan barrà lous cafès à nòu ouras e mièja e damoussoun toutes lous lums à ounze ouras.

  • Es aqui que vous esperave, mèste Barnabè. Pèr de mounde couma vous, qu’avès quaucas rendas, es embestiant de se couchà tant lèu e de pas poudre jougà jusqu’à toutas las ouras vosta manilha ou voste piquet. Vous derenja encara quand sourtissès de veire Zigomar sus l’escran d’un cinemà ou d’aplaudi una troupa de passage au Teatre, de regagnà voste oustau sans lum. Rescàs de metre lou pèd dins un bachàs d’aiga ou dins un patoul de fanga. Acò hou coumprene, car es pas de ioi que sabèn que lous caladaires an pas besoun de bralhes.

Quand jougariès à la manilha, seriès trop liont de pensà as pialuts que se jaloun lous pèses e que ressaboun sus l’esquina la ploja, la nèu e lou gibre. A voste oustau, ié pensas pas gaire mai, mès las aparenças sount sauvadas.
Quant au lum, s’ère quicon, vous ’n bailarièi pas ges. Nostas tranchadas sount pas esclairadas e pamens ié vesèn. Se broucan e se nous fican au sòu, ebé, sèn de milhou ramassà que d’òli. Regardàs ce que pourriès faire emé tout lou gaz que se brulla couma acò, tant mau à perpaus. Pensàs à l’ecounoumia dau carboun. D’aquel gaz, auriès pas qu’à n’en bailà, presemple, un pauc as boulangiès qu’an un pichot mouvèire e que fauta de gaz e perdequ’an sous enfants à la guerra, se crèboun pèr vous pastà lou pan que manjàs. E pioi, se vostes carrièiras èroun pas esclairadas, acò fariè plesi a fossa mounde. Mai d’un couble amourous vous beniriè, e lous pialuts en perma dau front aurièn pas mau as iols, en vegent lous embuscats passejà, dins de carrièiras illuminadas, sas gaugnas frescas e sas pansas mouflas.
Tèn-te siau e galhard, brave Chivaliè. t’en quiche cinq.

12En janvier 1918, sous le titre : A Tusta-Limbusta, Bonfils en arrive, lui qui a écrit et joué Jout un balcoun, à demander l’interdiction des théâtres et des cinémas. Le fossé entre le front et l’arrière est bien plus profond que les tranchées ! Le divorce entre civils et futurs anciens combattants est consommé.

A Tusta-limbusta2

  • 2 Dans le lexique de son livre... à boulet rouge, Pierre Azéma donne cette traduction, que nous adopt (...)
  • 3 Lous « Espetacles » de Mount-Peliè an fach 50 000 F de mai qu’en 1916 annonce en manchette Lou Gal (...)

13I’a pas de lougica mai justa, mai simpla, mai linda qu’aquela das chifres. Lous que bailan ioi en mancheta parloun toutes souls3.

14Empacha pas que bailoun à reflechi. Lou que couma nautres a lou tems de reflechi, perdequ’a pas mai à faire pendent las longas niochs d’ivèr en prumièira ligna, pensa à de bellas causas.

15Pensa presemple à sa darnièira permissioun. Toutes lous qu’a vist à sa davalada de trin ou lou prumiè jour de soun arrìbada, i’an cantat sus lou mème èr la sansònia-rèssa :

Siès mai aqui ! — Chaval ! Couma te portes ben, as engraissat. — L’èr dau front dèu pas èstre michant ! — Eres pas tant galhard avans la guerra ! — Duvès manjà sans pregà Diéu e mai que voste sadoul !

16E zou toujour ! la bouta es destapada... Quauques jours après, la rèssa-sansònia countùnia :

Siès pas ’ncara partit ? — Se vei pas que tus ! — As troubat una engoulumpa pèr pas revirà au front, alors que moun ome es à Verdun, au Cami de las Damas, etc., etc.

17Ie’sèn mai ! La bouta es tournà destapada...

18A-m-aquela sansònia, i’a’ n refrin. Un refrin qu’es encara pus poulit que lou coublet :

Mancan de tout, avèn pas ges de carbou, pas ges de sucre ! — Lou pan es negre, destraca l’estoumac. — Un caulet costa trenta sòus. — Lou vi es à cent francs l’etò. — Es una vergougna que la guerra dure tant longtems...

19Cau arremarcà pamens que lous que se fachoun lou mai de la guerra, es aqueles que n’en soufrissoun pas, que i’an pas digus, ou que duguent i’èstre ié sount pas.

20Planisse de tout moun cor de pialut las familhas ounte la guerra a semenat lou dóu. Planisse lous oustaus ounte lou mèstre mancant, lous pichots qu’an fam badoun, sans que la maire posque ié bailà la becada. Mès es pas aqueles que se planissoun, es lous autres.

  • 4 Sociétaire de la Comédie française, il a 70 ans lors de ses tournées de 1917.
  • 5 La série des Zigomar est une des premières sagas françaises : Zigomar; Zigomar roi des voleurs; Zig (...)

21Lous autres, acò’s aqueles que sans goust, sans amour de l’art, sans autra idèia que l’ourgul de se mounstrà roumplissoun lous teatres, pèr escoutà un tenor gamat, una cantaira broulhada emé lous èrs, un Pau Mounet4 se pagant la tèsta de soun public. Lous autres, acò’s aqueles pèr quau lous Zigomars e toutes lous Mistèris de New-York5 an pas pus de sicrèt. Lous teatres sount ples, lous cinemàs refusoun de mounde. Quante carbous s’escounoumisariè em’ aquel lum que s’estrassa !

22Davans aquel succès tout lou mounde fai de cinemàs. Me demande per de qué i’a’ ncara d’escoubilhaires prou sots pèr se crebà à enlevà de pesetas coumoulas de saloupariès, à respirà una poussa pudenta, alors qu’en mountant una barraca de quatre sòus em’un ciné en mitan gagnarièn de cents e de milas.

23E lous viéures podoun aumentà. Lous caulets se vendran vint sòus la fìolha, lou jauvert cinq francs lou pessuc e lou vi dèch francs lou litre, acò empacharà pas lous teatres e lous cinemàs de faire foula.

24E’s acò que nous es lou mai penible, à nautres que pathoulhan dins la nèu e la fanga, d’aussi lou mounde se plani : « Tout aumenta » .

  • 6 Causse de l’Olivier.

25La vida es crusenta, couma cantava Caussou6, mès poudriè hou èstre mai. Lou vi se vendriè be pus car se las poumpas avièn pas tant ben marchat. De pous ou de cisterna, de font ou de valat, l’aiga aquelas dos darnièiras annadas a vargut sèt cents francs lou mioch. Tout lou coumerce es pas estat qu’un afaire de boursa. Lous coumerçants an croumpat tant bas qu’an pouscut, an gardat dins sous rèires-magasins de bonas reservas que pioi an vendut naut, ben naut.

26E diguen-z-hou, sèn de Franceses, milhou sèn de Miejournaus, aiman pas de manjà pauc, ni de mau-manjà : fossa e bon, couma disiè moun papeta. Ara que las raciouns arriboun, es du. Es du de sarrà d’un soul cop la courreja au darniè cran. A quau la fauta ? A lous que nous goubernoun, un pauc, as civils, fossa.

27Lous que nous goubernoun aurièn degut preveire una guerra longa e coumençà l’espargna au debut e pas ioi. Lou countraste seriè pas ’stat tant fort. Caliè pas que nous faguèssoun cridà, pèr sous varlets dau grand journalisme, que lous Alamans crebavoun de fam, amor que de l’autra man dau Ren s’enstituavoun las cartas de carbou, de pan, de sucre.

28Lous avèn aguts lous jours sans car e las cartas de touta mena. Lou avèn aguts e acò’s estat mai du, perdequé i’èren pas prèstes. Lous civils à l’abric dins sous oustaus pensavoun pas prou à lous que se batièn, que chaca jour espausavoun sa pèl. Ioi quau es lou civil que pensa ben à la guerra ? Tout a représ soun plan-plan nourmal ! Chacun fai soun pichot afaire. La vida a aumentat, lou petròli es rare, i’a pas pus d’essença, lous pipaires an pas ges de tabat, lou pan es negre, lou vi es negat, mès... la loucacioun marcha couma jamai a marchat, lous diretous de teatre, qu’autres cops s’arrouïnavoun, ioi fan de fourtunas.

29Oi, se dessoublida trop que sèn en guerra e que lou quatrième an es coumençat. Per de qué lous uns jouirièn dau tems que d’autres se fan crebà ?

30Toutes lous endrechs ounte se festeja dèurièn èstre barrats : teatres e councerts, cinemàs, liocs de joia e liocs de plesi ; la guerra pèr tout lou mounde. Lous que se batrièn aurièn pas l’idèia de mouri pèr pas res, pèr lou plesi que ié troboun.

31E lou mounde qu’acò fai viéure, lous artistes, las dansairas, de qué n’en fasès, m’anàs dire ? Quand n’i’a, d’abord, que lou teatre fai viéure ? Lous jouines sount moubilisats (ou duvoun l’èstre !), lous vièls an degut s’amassà de braves sòus : gagnavoun prou pèr acò. Las cantairas das cafès-councerts, las dansairas d’operà ? Avès pas jamai cresegut que lou teatre las nourrissiè ! E lous vièls abounats, à de qué servirièn alors ?

32A l’oura d’ioi, i’a pas qu’un teatre que dèu coumtà : es lou ounte se joga lou pus grand drame, e ounte chaca jour i’a de morts... e pas pèr rire couma à la coumedia.

33Filhou

34Paradoxalement, le 15 mai de la même année, Lou Gal annonçait en grande manchette la réédition de la pièce Jout un balcoun, de Louis Bonfils et Pierre Azéma, avec cette publicité : « Un bon moument n’en fai passà cent de michants (vièl prouvèrbe). Per passà un bon moument, croupàs e legissès Jout un Balcoun que vèn de pareisse. » Personne n̓est jamais vraiment cohérent !

35Le 1er aout 1918, Lou Gal titre : Lous darniès jours e la mort dau capitàni Louvis Bonfils countats pèr lou coumandant Hugues, et cette lettre, datée du 10 juillet et adressée à l’oncle de Filhou, occupe toute la une du journal, qui, pour la première (et dernière) fois, est en français.

36Monsieur,

37Le colonel Chenouard me transmet votre lettre du 4 juillet et me donne ainsi l’occasion d’accomplir le devoir sacré de vous parler de votre cher défunt mon camarade le capitaine Bonfils.

38Si je ne l’ai fait plus tôt, c’est que je voulais laisser se sécher les larmes que vous avez dû verser sur son trépas. Ce que j’aurais pu vous dire ne pouvait avoir l’ambition de vous consoler car je me doute et je sais le vide que peut causer dans une famille une telle disparition. J’avais le capitaine Bonfils sous mes ordres depuis le 5 avril, date à laquelle j’ai pris le commandement du 6e bataillon. Une sympathie mutuelle était née entre nous en apprenant que nous étions l’un et l’autre du Midi, de ce Midi qu’il aimait tant. Il me parlait patois et j’étais amusé et heureux quoique ne le parlant pas moi-même d’y trouver la sonorité musicale de mon patois d’Anduze, le patois du Gard.

39La franchise et la bonté d’âme se lisaient dans ses yeux et sous les dehors exubérants on devinait un cœur d’or. Et l’on ne se trompait pas ! Il faut avoir entendu votre cher neveu parler de ses hommes !

40Et comme il les aimait ! Sans cesse préoccupé d’améliorer leur bien-être, de leur épargner des fatigues inutiles, de réduire au minimum le sacrifice de vies humaines lorsque le sacrifice était nécessaire. Les hommes l’adoraient, il les connaissait tous et il savait ce qu’il pouvait attendre de chacun d’eux. Les moins fortunés, les déshérités, les sans-famille savaient que sa bourse leur était ouverte. Aux uns une bonne parole ou une plaisanterie, en passant, aux autres le quart de vin de rabiot qu’ils ne pouvaient s’offrir de leur poche. Et toute cette générosité si franche, si discrète, ce cœur d’or se cachaient sous une enveloppe un peu rude mais qui ne trompait personne. Voilà quel était l’homme ! Le chef ne lui était pas inférieur : une énergie indomptable, une volonté tenace, un courage et un sang-froid hors de pair. Et pas seulement le courage militaire mais le courage civil, celui qui consiste à dire ce que l’on pense, toujours, même si la vérité doit blesser celui qui vous interroge. J’en ai été témoin d’un exemple le 27 octobre 1917 : l’attaque que nous devions faire était... Il n’a pas hésité à dire... de l’entreprise avec cette franchise un peu brutale et impétueuse qui le caractérisait. Et comme le colonel, qui venait d’arriver et ne le connaissait pas, lui demandait si c’était bien pour ses hommes qu’il craignait, il lui a fait à l’heure de l’attaque la plus fière réponse. Il est sorti le premier de sa compagnie, a enjambé le parapet sa canne à la main, magnifique de crânerie devant le danger. Et je suis sûr que c’est un peu au Midi si souvent calomnié qu’il pensait !

41Mon estime pour Bonfils est venue de ce jour-là ! Et lorsque le hasard me fit devenir son chef, j’ai réparé le long oubli où il avait été laissé et je l’ai fait nommer aussitôt capitaine. La réparation n’était pas complète : il fallait sur cette poitrine la Croix des braves. Ah ! Il enrageait assez le 3 avril d’être arrivé après la bataille et je me souviens de sa douleur profonde de trouver dans sa compagnie tant de places vides, et son jeune lieutenant, Glatigny, disparu, pour qui il avait une si tendre affection... Et voilà le chef ! Mais le chef n’avait pas donné sa mesure, les circonstances allaient lui en fournir l’occasion. Après deux mois de secteur où il déploya une activité inlassable dans l’organisation de la position que nous devions défendre, où nous fêtâmes aussi le verre à la main les justes récompenses que j’avais pu faire décerner aux uns et aux autres et où il se montra plein de vie et de gaieté, le 9 juin nous trouvait sur la deuxième position, entre l’E... et la ferme de A... au moment de l’attaque ennemie.

42La 21e Cie défendit A..., une vraie forteresse naturelle d’une importance exceptionnelle qui était à droite de ma ligne. J’y avais mis ma compagnie d’« as » et le soir du 9 Bonfils se plaignait amèrement que les boches ne l’avaient pas attaqué, lorsque le resserrement du front me permit de le mettre en réserve auprès de moi.

43Nous passâmes ensemble, à mon P. C., la nuit du 9 et la matinée du 10. Mon brave camarade avait un appétit d’ogre et nous prîmes ensemble un frugal repas en attendant les évènements : il se trouva que malgré le marmitage le repas fut assez copieux et Bonfils fut intarissable de bonne humeur et de gaieté, plaisantant, riant, projetant un dîner « à tout casser » pour lorsque nous serions au repos. Le 10 à 15 heures nous devions, après avoir résisté avec acharnement, nous replier sur la ferme de la C..., les troupes à notre droite et à notre gauche ayant été sérieusement enfoncées. La rage au cœur car notre front à nous était intact. Le marmitage était sérieux. Un obus fit irruption même dans la cagna nous obligeant à nous mettre à l’abri. Bonfils, à côté de moi, m’aidait dans la rédaction des ordres. Le temps pressait, les boches n’étaient plus — nous l’avons su depuis — qu’à 100 mètres de notre abri. On partit à l’anglaise, moi d’un côté, lui de l’autre du ravin de M... copieusement arrosé. Je ne devais le revoir que le soir même : après des alternatives de recul et d’avance nous occupions à la nuit le château de St-A... où il vint me voir. Le repas du matin était loin : j’avais pu me procurer quelques conserves, nous les mangeâmes du bout des doigts sans nous asseoir, riant de notre misère.

44Et nous partîmes avec son camarade le capitaine Collet, de la 22e, reconnaître et jalonner une nouvelle ligne. Le jour du 11 nous trouva absorbés dans cette besogne ; un jour sale, gris, maussade. Il était temps ! Car le boche nous dominait de partout : on attendit toute la matinée, sur nos nouvelles lignes, la nouvelle attaque. Elle n’eut lieu qu’à 11 heures mais sur notre gauche, par Ch... : notre front à nous ne fut guère inquiété. Cependant devant le danger de flanc, il fallut se résigner à battre en retraite de l’autre côté du M... Je chargeai Bonfils, lorsque, la rage au cœur, je reçus l’ordre de me conformer au mouvement général, de protéger mon flanc gauche vers P... M... où se trouvait un dépôt de matériel de guerre. Je le vis au moment où il prenait ses dispositions et je pris assez vertement sa défense au moment où un chef de bataillon voisin avait une altercation avec lui au sujet de ses hommes qui se montraient trop. Il vint me retrouver à mon P. C. quelques instants après pour dire :

45« Si on s’en va encore, je fous le feu au dépôt de matériel : qu’est-ce qu’il y a comme planches là-dedans ! Et dire qu’en ligne on en manquait soi-disant. Vous allez voir cette flambée ! » N’est-ce pas lui tout entier !

46Et il riait et il s’amusait de ce bon tour à jouer aux boches ! Malheureusement il fallait bien y songer bientôt en effet, à s’en aller. Je demandai à la 21e de couvrir mon repli de l’autre côté du M... La fusillade était très vive et sa Cie très sérieusement pressée. Il réussit cependant à se dégager et 1/2 heure après il me rejoignait sur le chemin où j’avais établi mon P. C., jurant, pestant contre les boches qui l’avaient forcé à faire vite pour monter la côte et à se « planquer » à chaque pas. C’est là qu’il devait trouver la mort. Lorsque après avoir essayé d’organiser la résistance le long de cette route nous dûmes convenir qu’elle était impossible, les boches nous mitraillant de l’autre rive, je lui prescrivis de se replier vers un boqueteau qu’on voyait près de là. Je lui dis de passer d’un côté d’une petite carrière tandis que je passerais de l’autre. Nous nous séparâmes. Quoique l’heure fut grave il riait et me disait : « Vous savez, mon commandant, ce n̓est pas encore aujourd’hui qu’ils nous auront. » Et il les insultait de loin, les traitant, en patois, de tout. Je ne devais plus le revoir.

471/2 heure après, comme je le faisais demander, on m’apprit qu’il devait être blessé. En réalité, la balle qui devait l’emporter l’avait tué net au moment où, deux minutes après que je l’avais quitté, il s’apprêtait à me rejoindre. Il avait eu la carotide sectionnée. Il n’a pas souffert. La mort a été foudroyante, il n’a pas dit un mot et s’est affaissé, perdant le sang à flots. Ses hommes le transportèrent pendant un moment ; mais, s’étant rendu compte que c’était fini, ils se proposèrent d’aller le chercher quand la nuit serait venue. C’est ce qui fut fait dès le soir. Le corps de ce héros repose à présent à L...-A..., où nous avions cantonné une semaine auparavant. Ce coin de France que nous avons défendu et que nous occupions déjà l’an dernier est devenu pour nous un autre pays, puisqu’il garde nos morts. Si nous y revenons, le bataillon ira présenter les armes à la tombe où il est couché. Que ses chers parents ne le pleurent pas : il est mort de la plus belle mort dans une apothéose de gloire, au milieu de ses hommes qui l’adoraient. Il est mort joyeux, une galéjade aux lèvres : il n’a pas un instant senti l’approche de la mort. Il n’a pas souffert une seconde : jamais l’angoisse de l’inconnu ne l’a effleuré : il nous a légué un exemple magnifique de courage bien français, de courage de notre Midi.

48Nous autres, ses camarades, ses hommes, nous le regrettons comme vous-mêmes. Mais nous ne le pleurerons pas, nous le glorifierons et nous le vengerons !

49La première, la seule croix que j’aie demandée pour le bataillon, ce fut pour lui. Je la lui avais promise et, l’ayant méritée déjà, il l’a méritée mille fois pendant ces durs combats. J’avais accompagné ma proposition de cette citation :

Capitaine BONFILS commandant de compagnie à l’âme ardente, plein d’impétuosité, d’énergie et de courage. Après avoir protégé jusqu’à la dernière extrémité le repli délicat de son bataillon et d’unités voisines, ne se repliant lui-même qu’après avoir mis en feu un important dépôt de matériel, a été mortellement frappé au milieu de ses hommes, qui l’adoraient, en organisant une position plus en arrière. A donné à tous le plus bel exemple de ce que peut une énergie farouche au service d’un grand cœur.

50Je ne sais si le commandement donnera suite à ma proposition. Vivant il était sûr d’avoir la croix ; on est peu enclin à récompenser les morts. Mais la citation à l’armée aboutira sûrement et je me ferai un pieux devoir de vous adresser sa croix de guerre. Veuillez dire de ma part à ses parents qu’ils doivent être fiers d’avoir un tel fils. L’hommage ému que je rends à sa mémoire est l’écho des hommages plus humbles, mais plus touchants de ses hommes et de ses camarades. Et tout en vous engageant à ne pas le pleurer, dois-je vous dire que moi, je l’ai pleuré, comme un ami et comme le meilleur de mes officiers. Je salue respectueusement sa famille et vous charge de lui transmettre l’hommage pieux que je rends à la mémoire du capitaine Bonfils, tombé en héros, personnification généreuse de notre France et de notre beau Midi.

51Commandant Hugues

52Commandant le 6e bataillon du 319e

*

53À ce récit de la mort de Bonfils, nous pouvons en ajouter deux autres. Le premier est publié dans Lou Gal le 12 juin 1920 (soit exactement deux ans après) par un montpelliérain, Charles Ricome, qui rapporte le récit d’un témoin visuel, le sergent Pasturel.

La mort du capitaine Bonfils

54Ceci me fut raconté sous la tente, au fort de Sidi-Bouk-Hadei, à quelques soixante kilomètres de Fez, en terre marocaine, une nuit du mois de juillet dernier, par le sergent Pasturel. Nous nous étions connus une heure avant, et ce récit, il me le fit parce que je lui avais demandé où il avait connu cet officier d’infanterie dont le portrait était accroché au mur de toile de la tente.

55D’un seul jet, sans vaine phraséologie, avec cette rudesse et cette émotion de ceux qui ont vu et qui ne tâchent pas à l’écrire, il me raconta alors la mort de Filhou. Je notai ces détails. Pasturel les relut et les trouva conformes à la vérité. Quant à moi, comme aujourd’hui, cette nuit-là il m’apparut qu’ils ne constituaient pas seulement une page d’histoire certaine et sublime, mais que ce récit tout entier était un véritable acte d’amour et de foi pour la mémoire de ce grand honnête homme qu’avait été Bonfils, le capitaine.

56Charles-F. Ricome

  • La compagnie part de Ribecourt, le 7 juin 1918.

  • Arrive sur la route de l’Ecoubillon le soir, assez tard, un peu avant le crépuscule.

  • Le 7 au soir, la troisième monte en deuxième ligne, en soutien. Le capitaine reste à son P. C. dans le bois de X ( ?)

  • Le 8. Rien à signaler. Nous étions pourtant prévenus de l’éventualité d’une attaque ennemie.

  • Le 9, dans la journée, rien à signaler.

  • Dans la nuit du 9 au 10, j’étais de garde au gaz à 23 heures. À minuit moins dix, l’attaque est déclenchée. Toute la section se porte en avant. Bombardement intensif par obus toxiques. Gardons le masque durant 8 heures. À 10 heures du matin, subissons la première vague d’assaut allemande. À 12 heures, le 205e régiment d’infanterie avec lequel nous étions en liaison, se replie. À 15 heures, les Allemands occupaient les carrières de Loërmont et se rendaient maîtres de la route de l’Ecoubillon. Recevons l’ordre de nous replier. Le 75 nous tirait dessus. La compagnie protège la retraite jusqu’au 11 juin, 3 heures du matin.

  • Le matin du 11, nous nous abritons dans la carrière X, les deux autres compagnies du bataillon, sous le commandement du commandant Hughes, y sont rassemblées. Y restons jusqu’à 13 heures. Nouveau repli. Compagnie Bonfils protège la retraite. Débandade générale, sous un marmitage intensif. Aux carrières de Montigny, le dernier groupe de fuyards était composé du capitaine Bonfils, des quatre agents de liaison, du caporal-fourrier, du fusil-mitrailleur Bordelé et moi.

57Le capitaine Bonfils était armé d’un fusil Lebel. D’autres fuyards se joignent à nous, peu à peu le capitaine parvient à rassembler sa compagnie. Les boches avancent toujours, la compagnie résiste déployée en tirailleurs sur le haut des carrières. Nouveau repli. Attendons l’ennemi à côté du château de Saint-Amand. Couchons dans un ravin sur les terres du château. Aucun vivre. Mécontentement du capitaine qui voudrait que ses hommes mangeassent.

58Je vais chercher à une compagnie voisine un bouteillon de soupe et une boule de pain pour l’escouade.

59Au matin du 12, creusons sous des pommiers, des abris individuels. Face à Mélicoq. Bombardement intense. Retrouvons le contact vers midi. Nouveau repli. Suivons au village de Mélicoq. Nos pertes deviennent de plus en plus fortes. Le capitaine reste en arrière, le dernier, seul pour mettre le feu à une grenade incendiaire AB à colorite destinée à détruire un groupe de maisons. Il était au plus 13 heures, passage du Matz, traversons la rivière au gué.

60Protégeons toujours la retraite. Le groupe composé du capitaine Bonfils, du sous-lieutenant... ? du soldat Jusseaume, des deux fusils-mitrailleurs Mas et Viclin et moi, brûlant 26 chargeurs, arrêtons la marche ennemie pendant une demi-heure environ. Le capitaine nous encourageait, il était tête nue. À trente mètres derrière nous, la compagnie déployée dans un petit fossé tiraillait. Jusseaume tenait son fusil-mitrailleur sous les bras : il eut les chairs brûlées par le canon du fusil. Les munitions épuisées, nouveau repli. Nous nous sommes portés sur la route, près d’un champ de blé. Avons retrouvé là le commandant Hughes et les deux autres compagnies. Terrain plat comme la main. Pertes de plus en plus grandes.

61Nous étions très fatigués, mes camarades et moi, nous sommes assis, le capitaine nous causait. Il nous dit que lui aussi n’ayant pas plus mangé que nous, il était bien fatigué et il ajouta : « Je vais porter le fusil-mitrailleur. » Il fut tué quelques secondes après avoir prononcé cette phrase. La balle lui traversa le cou. Il était assis à côté de moi, entre Verdier et moi. J’ai sorti mon paquet de pansement et l’ai pansé aidé par Verdier.

62L’ennemi avançait toujours. Nouveau repli de la compagnie. Nous sommes restés là, Verdier, moi et deux autres que je ne connaissais pas et le caporal-fourrier, nous avons porté le capitaine, il vivait encore, mais avait perdu connaissance. Nous l’avons porté Verdier et moi pendant 500 mètres environ. Il était mort à ce moment-là. Je suis resté avec Jenonde. Un sous-lieutenant d’artillerie nous vit, prit la veste et le portefeuille qu’il donna au sergent Gaillard. Nouveau repli. Je ne sais pas où le capitaine est enterré.

*

63Le second récit est de la plume même de Pierre Azéma, et a été publié dans l’Anthologie des écrivains morts à la guerre, 1914-1918 (Amiens, Malfère, 1924-1926, t. II, p. 72-77) :

64Il est là, jeune capitaine, aux avancées de Compiègne, en ces jours de juin 1918 où commence l’épilogue du grand drame dont il ne verra pas la fin. Il doit défendre le passage du Matz et protéger le repli de son bataillon. À la tête de sa compagnie, sacrifiée, il lutte trois jours sans répit, l’œil à tout, inlassable, attisant à sa flamme le foyer de la résistance, tonnant des ordres de bataille et des jurons languedociens, et, furieux et beau comme un héros d’Homère, insultant l’ennemi dans la langue de Mistral. Et, en même temps, toujours bon, pitoyable à la souffrance de ses poilus ; à l’un deux, qui n’en peut plus, il prend pour le porter lui-même son fusil-mitrailleur. Comme il venait d’accomplir ce geste de Cyrénéen, il tomba, la gorge trouée d’une balle...

65Ces trois récits sont écrits et publiés en français.

Notes

1 Lou Chivaliè est le pseudonyme de Pierre Azéma dans Lou Gal.

2 Dans le lexique de son livre... à boulet rouge, Pierre Azéma donne cette traduction, que nous adoptons, de cette expression : Tusta-limbusta (a) : à la six-quatre-deux, à la boulevue.

3 Lous « Espetacles » de Mount-Peliè an fach 50 000 F de mai qu’en 1916 annonce en manchette Lou Gal de ce 15 janvier 1918.

4 Sociétaire de la Comédie française, il a 70 ans lors de ses tournées de 1917.

5 La série des Zigomar est une des premières sagas françaises : Zigomar; Zigomar roi des voleurs; Zigomar contre Nick Carter; Zigomar peau d’anguille... Les 14 épisodes des Mystères de New-York commencent à être diffusés en France en décembre 1915.

6 Causse de l’Olivier.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2015

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search