Version classiqueVersion mobile

L’occitan en guerre

 | 
Guy Barral

Lettres de Louis Bonfils (en occitan)

Texte intégral

  • 1 À la déclaration de guerre, Louis Bonfils fait son service militaire en Corse.

114 d’agoust1

2... Nostra partença es fissada, pareis, à deman au vèspre. Se parla d’un arrèst à Marselha ou à Lioun, d’una partença dirèta pèr Lunevila, Langres ou en quicon mai. Fai que de tout acò, t’affourtisse pas res ; t’hou dirai quand ié serai ou quand n’en revendrai... se n’en revène.

3Oh ! T’esfrayes pas ; car se, maugrat ma galoia imou, moun enveja baucha d’anà travessà las pinèdas de las Vosjas, me fau una perfèta idèia das risquas qu’anan courri, me fau pas de michant sang pèr tant pauc. Mès... i a talament de mau-adrechs en Alemagna qu’una bala perduda poudriè ben m’empougnà.

  • 2 Alors que les chants bellicistes français étaient nombreux, les chants occitans qui doivent guider (...)
  • 3 Nous verrons plus tard les réticences de ces Alsaciennes nostalgiques de l’occupation allemande ent (...)

4Acò’s lou triste coustat de l’afaire, mès d’un autre coustat n’en vese lou poulit, e chaca jour trobe una coulou nouvella au tableù que vole pintrà pèr lou metre dins la galariè de ma memòria. Couma, presemple, de mountà in assaut emé ma secioun en cantant Lou maset e travessà las carrièiras de quauca vila germana en bramant : Enfants de Mount-Peliè ou Aquelas mountagnas2. Me vese encara poutounejant la cara mignota de quauca poulida Alsaciana, sorre de nostas Arlatencas3.

5Dounc en un mot, partisse em’un bon espèr d’un milhou retour.

*

6Sant Roc 1914 [16 d’agoust]

7Partissèn à 17 ouras, direcioun Dôle, em’arrèst en Avignoun deman dilus et à Dijoun dimècres. Pioi...

8Soui lou soul sarjant qu’age dins soun sac las 8 cartas d’estat-major pèr la guerre. Acò me vai pas qu’a mistat ; aquela marca de fisança s’endevèn pas prou ben emé moun caratèra.

*

9Lou 18 d’agoust, 18 ouras

10Après 40 ouras de cami de ferre e 5 ouras de marcha, me vejaici dins un païs perdut de la frountièira... Sèn ara à quauques kiloumèstres de l’Alsaça e à 25 km d’ounte se mitralhoun. Deman ou après-deman à noste tour serèn sus lou prat-batalhè.

11Veses que poudièi pas dire tant courta e tant crusa aquela trista veritat as miéunes. Aurièn agut encara mas de làguis que de courage, e es lou countrari que cau ioi.

*

  • 4 Trobach-le-Haut : nom d’un village du Haut-Rhin, occupé dès le premier jour de la guerre, et qui re (...)

12Trobach-lou-Naut4, 22 d’agoust

13Lou 19 d’agoust, lendeman de nostra arribada, partiguèren à 2 ouras dau mati pèr anà renfourçà la bregada que se batiè un pauc davans Mulhouse. A 9 ouras èren renduts a Tagolsheim, après avudre travessat las planas fertilas de l’Alsaça e saludat lou paures morts toumbats aqui quauque jours davans ou lous que iè dourmissoun desempioi 44 ans.

  • 5 On pourrait dire que Bonfils fait ici allusion à La Butte Rouge (de Montéhus et Krier) écrite à pro (...)

14Lou païs es manific, à perta de vista de planas de tuferas, blad, luzerna, bledaravas, etc. Ailas ! i a pas un floc de terra que noun siègue estat trepilhat pèr de soudards en batalha, un valat qu’age pas carrejat de sang, un recantou que siègue pas un cementèri ! Es à creire que se las recoltas soun bonas, hou devoun au sang voujat5, qu’a trempat e retrempat aquel sòu.

15Lou canoun roundinava desempioi quaucas ouras quand arribèren. Lous Prussians èroun à 4 km d’aqui, en presas emé lous 157ma, 253ma e 97ma.

  • 6 Casque à pointe désigne par métonymie le soldat allemand. Les Allemands avaient été équipés dès le (...)

16Lou 38ma d’artilhariè e lou 6ma coumencèroun à mountà sas pèças e à chaplà lous càscous pounchuts6. Nautres dintrèren dins lou fioc à noste tour. Mès noste batalhoun sourtiguèt lèu d’aqui pèr anà aparà una autra mountagneta ounte seguèren tranquilles jusqua dors 3 ouras dau tantost.

17A-m-aquel moument, moutèren carrament à l’endrech que lous Alemands tenièn desempioi lou mati.

18Ah ! quante triste escalage ! De morts, de blassats, de jouvents que plouravoun, de balas que siblavoun, d’oubusses qu’esclatavoun.

19Dins lou camp de blad, qu’esperava pas parièira meissoun e pariès meissouniès, lous càscous pounchuts ravalavoun, mès d’aire, pas pus digus.

20En courriguent, travessan la plana, e à 6 ouras coumençan de dintrà dins un bos espès e negre, d’un negre que la nioch toumbanta aumentara encara. Lasses de marchà e de pas res troubà, nous revirèren, mès das 1500 omes que i èroun dintrats, quau se perdèt à drecha, quau à gaucha, e à pena una cinquantena sourtiguèroun dors 10 ouras dau vèspre.

21Pèr moun groupe, cerquèren lou cami dau retour sans lou troubà ; decidèren dounc de nous jaire aqui e d’esperà lou jour. Te parle pas de noste estat d’esperit a-m-aquel moument, de la previsioun de noste revèl e de noste sort.

22Una mièja-oura après — poudiè èstre mièja-nioch — ausiguèren una fusilhada. Te pintre pas, senoun noste esfrai, au mens nosta suspresa. Tout comte fach èra 4 ou 5 paurucs nostres qu’avièn agut pòu e qu’avièn tirat.

23Lou jour enfin venguèt, après aquelas quaucas ouras passadas sus de fiolhas bagnadas en se quichant à 3 ou 4 pèr pas trop senti lou frech que maugrat tout nous glaçava. Cau pas te dire que desempioi lou mati avièn pas res ou quasi pas res manjat, e begut soulament quauques degouts d’aiga limpousa presa au prumiè rec vengut.

  • 7 Illfurth, actuellement dans l’aire urbaine de Mulhouse.

24Emè lou jour troubèren enfin lou cami e gagnèren noste batalhoun en plena pagalha après avudre à Illfurt7 begut quauques iòus e un pauc de lach.

25Desempioi aquela journada que s’en parlarà longtems, ounte gagnèren un beù caire de terren mès que coustet car (subretout pèr de fautas ourriblas qu’un elèva-capoural auriè pas fachas mès que de 3, 4 ou 5 galouns faguèroun) pas rès de ben nòu. Quaucas pousiciouns d’avans-poste e pas mai.

  • 8 En 1871, le territoire de Belfort était resté français. Notons au passage que, en 1914, l’Alsace es (...)

26La reserva essent arribada pèr oucupà lou terraire gagnat, nautres faguèren mièch-tour, e direcioun Belfort. Cresièn ben nous embarcà ioi ; es pas que deman que quitaren l’Alsaça pèr la França8 e Belfort pèr St-Dié.

27D’aqui, emé saique la granda armada anarèn siègue dors Metz, siègue dors Strasbourg, siègue dors en quicon mai.

28Pus tard, te parlarai das sentiments esproubats dins aquela journada.

  • 9 On estime à environ 10 milliards les lettres ou cartes échangées entre le front et l’arrière durant (...)

29Se timbre aquesta letra es pèr pas que me fagoun couma ièr que me destripèroun ma letra au burèu dau coulounèl, amor qu’èra pas escricha en francès e que n’en disiè trop9.

30A despart d’acò la santat es bona, la crespina nous tèn, lou sang es bon pioique nous ’n fasèn pas de michant e esperan de vostas nouvellas que nous arriboun pas... on comprend perdequé.

*

  • 10 Département des Vosges.

31Rambervillers10, lou 29 d’agoust

32Sèn toujour en guerra e toujour en bona santat couma en imou galoïa.

33L’imou s’atrista pèr cops, hou coumprenes prou, quand demores couma nautres una dougena d’ouras jouta una ploja de shrapnells, qu’as un fusil entre mans e que t’en pos pas servi.

34Pèr contra, ièr mati, avèn foutut un estiblassage à quauques-uns d’aquela raça que t’en dise pas qu’acò.

  • 11 Au début, le mot alboche ou boche est en français et entre guillemets. Il sera vite occitanisé.

35Avèn pagat acò d’un mort et de 2 blassats, e eles de quauques dougenas, e dire qu’èren juste nosta coumpaniè contra 5 ou 600 Alboches11, es à dire 1 contra 3. Mès sèn d’omes, e hou sabes !

36M’alongue pas sus lou milanta detals de ma vida que, s’èra pas tant dangeirousa, seriè manifica, sustout après.

37Es maugrat tout penible, couchà à la bella estella, manjà un jour sus tres — mès pos creire alors que n’en prenèn ! Nous aurà caugut la guerra pèr bèure tant de champagna ou prene un ban de peses dins de vi vièl ou d’aiga-ardent, après avudre prou bagnat et negat l’enche.

38Tèn-te siau e galhard, que ièu m’en fau lou mens poussible. Counsola un pauc lous mièunes que, segu, s’en duvoun faire.

*

39Fourèst de las Vosjas, 10 de setembre 1914

40Soui toujour au mème redou que i a tres jours : la mèma trencada amagada pèr un pan de moussa, e quauques piboulets que iè bailoun l’èr de quauca terrassa d’ounte la vista s’espandis sus un cami fangous au founs d’una vau. A drecha, à gaucha, pertout, de pibouls drechs couma d’is e longs couma una journada de guerra, lèvoun sas nautas cimas dors lou cièl, ioi neblous.

41Aquela verdura que s’enaura antau s’ennegresis lou vèspre e fai emè lou cièl gris mès lusiguent d’estellas un tablèu manific... De noste coustat rès de ben nòu desempioi las terriblas journadas das 3-4 de setembre. L’oufensiva alemanda es arrestada sus noste pount...

  • 12 On verra qu’à propos d’un article de Barrès, Bonfils nuancera quelque peu son opinion.

42I a d’aqueste moument pas que de simples rescontres de patroulhas : ièu, pèr esemple, qu’emé 6 omes n’avèn davalat una dougena qu’èroun en trin d’acabà de blessats. Toutas las atroucitats que te pourran dire ou escriéure sus lou comte das Boches son vertadièiras12. A despart d’acò soun d’autres souldats que nautres, hou cau recounouissa, tant couma entrinament que couma disciplina ; me diràs, perdiéu ! que lou barrot marcha, em’eles... fai pas mai... La vida d’aquestes darriès jours sariè pas trop ni penibla, ni dangeirousa se lou tems s’èra pas sallit ièr. Ploù pèr escoutadas, e avèn pas ges d’abilhages pèr cambià. La nourritura es prou magra ; creban pas de fam, perdiéu, mès... Pèr bèure, i a ’na bona sourça au pèd de ma trencada, ai perdut lou goust dau vi i a ’na passa. Ounte soun Rambervillers e sas cavas ?

  • 13 L’Étang de l’Arnel, entre Palavas et Montpellier, à l’est du Lez. Une civilation de « cabanes » pop (...)

43Couma hou penses dourmissèn au sòu. Ara chacun s’ensenga de soun milhou ; sèn devenguts de perfèts bouscatiès e avèn chacun nosta cabana — pas de l’Arnel13 !

*

  • 14 Château sur la commune de Neufmaisons, Meurthe-et-Moselle.

44La Cense de Kœur14, lou 15 de setembre.

45Avèn desempioi 3 jours quitat la vièlha trencada ounte avèn passat una semmanada e que t’en ai parlat lou darriè cop.

46Duvian anà à Roan-l’Estapa en passant pèr lou Col de la Chipotte. Es a-m-aquel col qu’avèn tant batalhat l’autre jour (3-4 setembre) e que nous a coustat à la coumpaniè 1 mort e 2 blassats pèr un centenat de càscous pounchuts demourats rete morts sans coumtà lous blassats qu’an empourtat.

47Es estat la segounda bella journada pèr nautres e ounte agère mai lou bonur ou lou malur de n’en davalà quauques-uns.

48Sabian pas se lou col èra occupat ou no e dequ’aviè fach la contra-ataca menada la velha au vèspre e que s’èra countuniada emè la nioch negra e una ploja aboundousa. Urousament lou terren èra vouida de Boches e lous noumbrouses qu’avèn vistes soun estats talament toucats qu’an pas e qu’auran pas jamai la força de se relevà.

  • 15 Ce cimetière restera après 1919. Du 26 août au 24 septembre, durant la bataille de la Haute-Meurthe (...)

49Lou Col de la Chipota es a l’oura d’ioi un immense cementèri15. Lous Alemands — hou cau recounouisse — an lou culte das morts e sus lous croses noumbrouses qu’an dejà fatch e ounte repausoun 7, 8, 10 e de cops que i a, mai, das sièunes, veses una crous, un pougnat d’erbas en forma de bouquet e una escricioun em’un mot pietadous.

50Dins lou noumbre, ai troubat un cros ounte sus una crous de rescontre — dos planchetas de caissa — quicon es escrich. Un kepi de cassaire a pèd courona lou tout, em’au crousament de las planchetas 3 placas d’identitat francesas. Vejaci l’escricioun : « Hiez Ruhen 3 Franzosen von deutschen Kameraden Begraben. 3 7bre 14 » Acò vòu dire : « Ci-gît 3 soldats français enterrés par 3 camarades allemands. » Cau creire que pertout i a de brave mounde.

51La routa que davala a Raon a sous valats ples de càscous, de sacs, de fusils, de cartouches e d’equipaments de touta mena que dins una retrèta baucha lous Prussians an abandounat...

*

52Xivray (Meuse), 3 d’otobre 1914

  • 16 « N’ai un tibou, soui las, aco me fica’n caire... » Citation extraite de la scène V de la pièce de (...)

53Quante tibou ! Soui las ! Acò me fica un caire16, moun vièl coulèga, de me ravalà e de m’acrouchoumi e de m’entourtoulhà couma una trista serp dins una trencada.

54E aquelo vida dura desempioi dimenche ; pense pamens que vai èstre finit !

  • 17 Ici, une coupure au ciseau dans le feuillet manuscrit ampute d’une vingtaine de lignes ces états d’ (...)

55Dimenche seguet una journada de mort. Es pas permès quand on a de galouns plen las manchas de faire parièiras causas. Mès que foutoun general lou prumiè escoubilhaire vengut17 !

56Passan tres lègas de plana jouta una ploja de shrapnels e d’obusses. A nosta coumpaniè lou capitàni, lou jout-lioctenant, 9 serjents e un centenat d’omes soun estats mai ou mens toucats, la maja part mens, mès ailas ! quauques-uns soun demourats sus plaça : un trauc a soun coustat, souvent lou trauc de l’oubus mourtal, dos brancas de boi plaçadas en crous e un Pater esmougut... e n’i a agut prou, malurousament pèr eles.

57La marcha de noste batalhoun seguèt maugrat tout manifica e nosta coumpaniè citada à l’ordre dau jour. Acò nous rendet pas nostes dispareiguts, mès faguet plesi à lous que soun demourats.

*

58Raulecourt, lou 8 d’otobre

59Raulecourt es un vilajou de la Meusa, dins la Woëvre miedjournala ; se capita en bèu mitan d’immensas planas de civada. Res de ben remarcant lou sinnala pas a la vista. Ai revist aici quicon de carateristic pèr tout l’Uba, quicon qu’ai vist tant en Alsaça couma dins las Vosjas, couma de Toul aici. Es las gleisas em’un clouquiè pounchut e autour de la glèisa lou cementèri.

60Aquel cementèri à l’entour de la glèisa m’a toujour plasegut. M’a toujour agradat de veire antau lous morts acampats à l’entour de l’oustau dau Segne-Mèstre : aquala vista oublija lous crestians à pensà à lous que dourmissoun lou darniè som, quand soun dintrats dins l’oustau benesit.

61Couma, dins lou miejour, chaca prouprietari a dins lou cantou de sa remisa una prensa, lous prouprietaris d’aici an una machina à batre la civada.

62Ai vist, aici, aquel traval. Es pas desagradiéu, mès iè manca quicon, es aquela joia, aquel estrambord miejournal, aqueles refrins cantats en cor pèr lous travalhaires, aquelas galejadas dichas pèr lou pus galoi de la banda, tout en un mot ce que fai lou triounfle de nosta raça.

63Aici lou traval es counsiderat couma quicon de serious, e aquel serious lou rend triste... e, segu, penible... Avèn donc quitat nostas trencadas de Xivray ounte èren dempioi 8 jours pèr veni prene un pauc de repaus à l’abric das cops de canoun alemands.

64La vida es douça aici e souvetan pas que finigue lèu. Lou traval à faire es pas penible : de trencadas qu’on fai dau calabrun jusqua dors 10 ouras dau vèspre, e es tout. Lou jour on fai pas res que se sourelhà, jougà à las cartas ou ensejà de troubà quauque poul ou quauque lapin qu’age las alas ou las patas trop longas.

  • 18 Jean Bouin était un coureur de fond français. Il meurt au champ d’honneur à Xivray le 29 septembre (...)

65A Raulecourt avèn après la trista veritat de l’ourrible chaple de l’autre dimenche. Noste batalhon, quèra en prumièira ligna, es estat lou prumiè e lou ben servit. De 1000 qu’èren lou mati dau 28 de setembre nous trouban ara à pena 600, e la proupourcioun de blassats es pas estada oudinaria ni nourmala. Dins lou noumbre das morts, t’en citarai un, connougut dau moundi entiè, Jan Bouin, lou celèbre champioun de coursa à pèd qu’èra à la 13ma coumpaniè18.

*

66Xivray, 15 d’otobre

67Sèn tournamai dins las mèmas trencadas que i a 15 jours. La situacioun es la mèma, em’aquela diferencia qu’avèn pas tant de canous en facia de nautres et que nostas trencada en Z nous an sarrat de las trencadas tudescas. Pèr l’oura sèn de chi de faïança que se demandoun quante es que va mourdi lou prumiè.

68La vida es pas michanta aici, amai vague pas la de Raulecourt. Sèn entarrats sus una cresta qu’avèn cavada e tapada en dessus pèr lou michant tems e lous scrapnells.

69Aqui dedins i a de palha, de couvertas raubadas ou pulèu presas as oustaus abandounats de Xivray, de bougias que brulloun pèr caufà de cafè, una cougourda d’aiga-ardent e un joc de cartas. Emb’acò, de bonas lengas pèr la galejada, de franc coulégas, e « l’estat-major de la 4ma secioun » que n’en sièi lou chef es à l’abric e espèra la relèva pèr s’anà pausà (?).

  • 19 En rapport avec les fêtes de la saint Martin du 11 novembre autour des châtaignes et du vin nouveau (...)

70Las velhades aqui valoun pas belèu las St Martivencas19 qu’on poudriè passà au Clapàs, ni soulament las de i a dous ans à Calvi, mès es un genre nouvèl de vida que detèste pas avudre viscut.

71Aurièi pas jamai cresegut qu’aquesta regioun seguèsse tant astrada au pount de vista tems. Fai de journadas superbas, emè de sourel caud, à se figurà èstre dins lou miejour ; las niochs naturalament soun frescas, mès pas glaçadas e lou cièl linde couma un cristal es clafit d’estallas beluguejantas. Pos pas creire couma acò nous servis la nioch, pèr nous guidà en patroulha... mès, vole pas te parlà service, sustout que i a quauques jours que n’en fau pas.

*

724 de novembre 1914

  • 20 Théodore Botrel, l’auteur de La Paimpolaise.
  • 21 Pierre Azéma, dans Lou Gal de janvier 1918 (repris in... à boulet rouge, p. 43) écrit : « Lou Bulle (...)

73... Legissen de tems en tems lou Bulletin des armées. Pareis de cinq en quatre, es una fiolha de caulet que vòu pas lourd. Las nouvellas an lou mau de pas èstre frescas ; i a d’articles de founs d’un quaucun de l’Academia ou de l’Enstitut, de coumunicats ouficials, d’articlets sus un pauc tout, une crounica de pichots fèts, una publicacioun d’echos das journals parisencs e la longa lista de las decouraciouns ou de las citaciouns. I a tamben de pouësias ( !), Botrel20 mai que mai, lou genre que counouisses, en faussa imitacioun de jout-Déroulède21...

  • 22 Le 12 septembre les Français font de nouveau leur entrée dans Raon-l’Étape. L’occupation allemande (...)

74Counouisièi l’article de Barrès. Estent, nautres, las prumièiras troupas dintradas à Raon après la partença das Tudescs22, avèn vist la veritat et la poudèn dire en touta imparcialitat. Aquel article de Barrès counfirma ben nosta oupinioun : se manja au jour de ioi d’alamand couma à-m-une epoca se manjava de capelan.

75Lou servici militari sanitari das alamands es milanta cops milhou fach que lou nostre. Avèn un tiers de blassats que mourissoun fauta de souèns ou pèr la crapulariè de majors incapables ou brutals.

76I a un pauc de vrai dins ce que dis Barrès, mès on s’hou esplica après dos minutas de reflessioun. Quand lous nostres soun dintrats dins l’espitau (caserna dau 21ma cassaires) an pougut veire de blassats mancant de souèns, pèr la bona rasoun qu’à la partença das germans, tout ce qu’en cirourgia se pouguèt empourtà s’empourtèt e lous darniès arribats seguèroun dessoublidats. En mai d’acò demouret que 3 ou 4 majors e quauques infirmiès pèr 3 ou 4 cents blassats, ce qu’èra trop pauc.

77Ai vist ièu-mème l’espitau e èra pas de tout vrai la saloupariè pintrada pèr Barrès qu’a agut el lou gros avantage de pas hou veire.

78Au moument ounte iè soui estat, majors e infirmiès franceses e tudescs rivalisavoun d’ardou et de zèla pèr sougnà tout lou mounde.

79Pèr ce qu’es dau chaple de Raon, res arribarà pas, pèr esempla, à dire la veritat : oustaus brullats, mobles empourtats, argent raubat, cavas vouidadas e gens prou maltratats. E dire que dous jours après nosta arribada, lous Raouneses implouravoun à cor e à crids lous Prussians. Belèu perdequè pagavèn tout ce que nous voulièn vendre ou que prenièn pas las filhas de força...

  • 23 L’idée initiale de la grande et seule France est sérieusement écornée. Que malgré la destruction de (...)

80Es pas possible de dire couma aqueles païses de l’Est de la França soun germanisats23. Seriè-ti une preparacioun carculada pèr la cour de Guilhaume avans la guerra ?

*

8117 de novembre

82Las quaucas cartas mandadas en routa t’an dich que noste regiment aviè un cop de mai mudat sous catous. De fet, à l’oura e au moument que nous i esperaven lou mens, l’ordre es arribat. E sèn partits.

  • 24 Poperinge (Poperinghe en français), ville flamande de Belgique. Poperinge fut, avec Furnes, la seul (...)

83Avèn traversat emè lou rapide (!) militari un bon cantou de la França dau Nord. De Commercy jusqu’à Calais, Hezebrouck e pioi Poperinghe24, avèn vist lou païs, un pauc lou jour e pas res la nioch. Es à la nioch qu’avèn travessat la frontièira, e lèu èren dins Poperinghe, ounte davalèren e demourèren quaucas ouras.

84A part acò, sèn en plen dins la melassa e sabe pas dequé n’en sourtirà.

*

85Reminghelst, lou 5 de decembre 1914

86... A prepaus dau Libre d’or felibrenc, vejaqui moun idèia : lou trobe pas estra-necessari. Sans èstre tant qu’acò oupausat au proujèt, me sembla que troubarèn pèr pus tard d’autras responsas à faire que d’apegà lou libre sus lou mourre das criticaires dau Miejour.

  • 25 C’est Azéma, qui suit sans aucun doute Bonfils, qui souligne. Louis Bonfils découvre un « racisme » (...)

87Iè poudrèn cità lous esemples que counouissèn. E iè citarèn subretout l’aculida reservada pèr lous gens de l’Uba ou dau Nord au souldats dau Miejour : « Il vaudrait mieux avoir affaire à des Prussiens25 ! » Nautres que sèn toumbats sans pòu pèr pas que sous oustaus siègoun brullats e sas filhas desounouradas...

*

88Nieuport, 14 de decembre (mièja-nioch)

89... Avèn quitat lous parages d’Ypres pèr lous de Nieuport. Alai èra la vida de las trencadas, abrutissanta, penibla, e que menava pas a fossa resultats ; aici, ounte sèn pas que dempioi ièr, es l’ataca, vida boulegadissa, dangèirousa, mès sublima.

  • 26 Lombaertzyde est un lieu stratégique. Le 23 octobre 1914, la division Grossetti, accourue au secour (...)

90Avèn pres, couma t’hou ai dich, lou vilage de Lombaertzyde26. D’unes an pagat de sa pèl, d’autres laugièirament blassats ou ben toucats : lou resultat normal dau chaple. M’en soui tirat, ièu, de moun milhou.

  • 27 Deux pièces de théâtre de François Dezeuze, l’Escoutaïre. Voici un instituteur qui ne craint pas de (...)
  • 28 Le 5 mai 1915, Bonfils annoncera sa mort dans Lou Gal.
  • 29 Habitant de Fabrègues, actuellement dans la métropole de Montpellier.

91Ièr nous a menat de nouvèls souldats, blassats garits ou jouines de la classa 14. Dins lou noumbre, dous clapassiès counouguts. Lou capoural Martin-Péridier, un charmant garçon emé quau sèn estats d’ausida bons coulègas ; es aimable, jouine et gent, e acò’s pas ce que ajuda lou mai à faire lou triste e dur mestiè de capoural. L’autre es Laurent, lou mèstre d’escola, que jouguèt dins Lou juge de pas de Corconas e Lou doutou Purgamini27. Naturalament, l’ai tamben pres emè ièu ; vole prene toutes lous clapassiès dins ma secioun. Sèn quatre dejà : eles dous, ièu, e aquela vièlha branca d’Astre que, blassat à Rambervillers, nous estat tournat i a ’na mesada28. Avèn de mai un Fabregau29.

92Coumprenes couma fai bon rescountrà quaucun emé quau pos charrà de causas ou de gens counouguts ou aimats. Juja un pauc nautres que mai de tres cents lègas desseparoun de nostes oustaus e de nostes amics, que sèn chaca mati à nous demandà se lou vèspre seren encara en vida, s’es agradièu de se troubà ensemble, tant pèr la lucha couma pèr la gloria, couma au besoun pèr lou dòu.

*

93Nadau 1914

94Couma hou veses soui encara en vida e sempre e galoi e galhard, après las terribles estaminas ounte sèn passats, la semmana que venèn de veire courri, dins la regioun Nieuport, la Mar e Lombaertzyde.

95Dins ma darrièira letra t’as bufat un mot de nosta ataca que reüssiguet tant ben pèr la presa dau vilage. Coume se faguèt que lou lendeman mati, quand arribère emé mous omes de courvada pourtant la soupa, lou vilage èra tournamai en man das càscous-pounchuts, e que nautres èren dins las trencadas, à 150 mèstres dau vilage e à 50 mèstres de la ligna enemiga ? Hou sabe, ai las ! trop ben. Lou mouvament de las 13ma e 14ma seguèt empachat ou pas seguit sus lou rèsta de la ligna e las 2 coumpaniès courrissièn lou pus grand dangiè en fourmant aquela pouncha. Cauguèt desbarcà pèr pas èstre presouniès ou pèr pas se faire tugà pèr lou plesi qu’on pot troubà à-m-aquel joc.

96Adounc passan dous jours couma toutes lous autres dins nostas trencadas fachas dins la sabla das rivages de la mar dau Nord.

97Au 20 de decembre, lous ordres pressants d’ataca arriboun, se seguissoun, e maugrat la dificultat de la pousicioun, maugrat lous milanta fièus-de-ferre que vesèn davans las trencadas prussianas, maugrat tout enfin, à 9 ouras dindantes l’ordre lou pus sec, lou mai fourmal nous es transmès.

98Buvèn, l’ajudant-chèf que coumanda la secioun qu’es à ma drecha, ièu e lous tres serjants que soun aqui, un bon rach d’aiga-ardent, nous sarran la man e partissèn.

99Ah ! moun ome ! quante moument, quanta empressioun aquela pougnada de man, e quanta minuta !

100Mès l’esitacioun es de trop aici e i a pas que lous que se voloun faire tugà que demoroun sus lou caire.

101« Enfants, metès vostas baïounetas, anan parti » , dises à mous omes (car es ièu que coumande la secioun).

102M’auboure, revoulvèr au poung, sus la trencada, e en bona lenga d’oc brame : « Zou ! enfants, aqueste cop cau gagnà ou crebà ». L’ajudant-chèf s’amaga darriès un oustau desmoulit, e ièu, au mitan d’aquel centenat d’omes, me bandisse dors lous bòchous.

103Soun prumiè mouvament de suspresa passat, lous Tudeses s’avisèroun de nous tirà dessus ; ben mau-adrechament, hou cau dire. Semblava que tout anava pèr lou milhou, e me vesièi dins la trencada sans un mort, ou quasiment. Ai las ! à-m-aquel moument las mitralhusas fan un ourrible chaple. Recuèulà es trop tard ; mouri es trop coulhoun. I a pas qu’à avançà. Un ouficiè tudesc se mostra, lou davale de dous cops de revoulvèr, e saute dins la trencada alemanda en passant d’un bound tout lou fièu-de-ferre.

104La drecha a lou mai soufrit de las mitralhusas. Ai emè ièu dins la trencada alemanda, quasiment touta ma secioun. Sèn ara enstallats, las mitralhusas se soun arrestadas e lous mitralhaires quitoun l’oustau que lous amagava e foutoun lou camp. Pas un s’es pas sauvat, car i avèn bailat de plomb dins las ancas que te dise pas qu’acò. La trencada nouvella es plena de morts ou de blassats. D’unes soun encara sans e fan mina de se rendre. L’esaltacioun das omes es trop forta ; dins la trencada es encara lou chaple que countinua. Tout regoula de sang ; las baïounetas cremesinas lusissoun pas pus au sourel.

105Tout ce que te conte aqui, hou devignes, seguèt pus lèu fach que ce que metràs de tems pèr hou legi ; s’es tout fach au cop.

106Avèn d’ausida, en avans de la trencada counquistada, coumençat una autra trencada, e à la nioch avèn tapat l’autra qu’acò a fach lou cros das souldats prussians. Regarda aquela couïncidença : es lou 163ma regiment alemand qu’èra davans nautres.

  • 30 « L’ounou que reçaup regiscla sus soun vièl quartié de Boutounet » (Lou Gal, n° 2, fév. 1915). Bonf (...)

107Lou vèspre regagnère lou poste dau lioctenent coumandant la coumpaniè. Te dise pas qu’agère de felicitaciouns. Lou lioctenent agèt pas qu’un mot : m’embrassèt davans toutes en plourant. Eren toutes esmouguts, hou pos creire. Un raport seguèt fach sus moun comte e pode t’afourti que dins dous ou tres jours serai ajudant. Soui tamben citat à l’ordre de l’armada30... Mès counouisse quicon que vòu mai que la guerre. Es lou cantounament couma lou de ioi. Dins una bòria qu’es lionta de tout vilage, emè de mounde gent, aumentat pèr de refugiats e amirablament ournat pèr quatre ou cinq manidas.

  • 31 Le 1er avril 1917, Pierre Azéma signe dans Lou Gal un article très violemment misogyne : Las fennas (...)
  • 32 Il a à peine 24 ans.

108Couma i a pas que ma secioun dins aquela bòria, pos creire que languissèn pas. Dau tems que defora tout es nourmal, que lous trop jouines ou lous trop vièls s’oucupoun das camps, las fennas travalhoun dedins. E fan tout, en mai dau mainage. Es elas que mousoun las vacas, que fan lou burre, qu’arriboun las bestias, etc.31 An toutes un èr pietadous, l’èr de circounstencia, l’èr grave e serious que cau en parièira epoca. Mès quand sèn aqui, aquel èr passa. Emè nosta gaietat fasèn esvali lou neblun de sous fronts soucitouses e à la vesprada passan d’aqueles mouments à faire palli las vespradas galoïas qu’an tant ben flourit nosta jouvença32. E lou pichots jocs, e las cansous, e las dansas e las brassadas, res de tout acò manca pas ; e las manidas t’embrassoun à plena bouca n’en vos aqui n’as — es vrai qu’aici se lou païs es frech las filhas hou soun pas...

109Venèn de passà la nioch de Nadau ; l’avèn passada sans messa e jamai hou avèn tant regretat. Pèr contre, à mièja-nioch, l’avèn remplaçada pèr un councert nadalenc. D’unes d’entre nautres an cantat quauques nadaus, las pichotas Beljas nous an regalat en Flamen que coumprenièn pas, e ièu ai sourtit sus l’èr de Magali quauques marrits verses escrichs sus lou cantou de la taula e sus un vièl papiè. Sabe pas lous verses, e sabe pas ounte a passat lou papiè. Pioi, e couma de juste, regagnou.

*

1103 de janviè 1915... Me vejaici tournamai dins lous parages de Xivray-Raulecourt. I a dous jours que çai sèn, dous jours qu’avèn passats à reveire dins nostes souvenis las journadas terriblas de fin setembre. Aquelas planas immensas nous parloun e de glòria e de dòu, couma das amics que iè soun tant glouriousament toumbats ou que se iè soun tant glouriousament batuts. Noste cambiament de Belgica aici s’es fach sans trop d’auvari, couma sans res de ben marcant...

*

11111 de janviè

112Pas res de nouvèl dins la vida que menan aici. Las trancadas soun au mème ròdou e lous Tudescs tènoun lou mème caire, franc sus la drecha dins lou bosc Le Prêtre ou dins lou bosc Brûlé qu’acò caufa mai e ounte à-cha-pauc e poco a poco gagnan de terren.

113Raulecourt e Bouconville soun au mème endrech, Xivray de mai en mai engrunat, espoutit e arrouinat. La terra argilousa d’aici fai emè las grossas plojas, un pauc pertout, de barlacs e souvent chauchillan. Mès... riscan pas tant qu’à Lombaertzyde. Acò tapa acò... Mès oi, moun ome, avèn rasou de daurà d’un rai de pantas — couma dises — la banalitat d’una istòria. Dequè vos ? avèn d’idèias un plen sicap e aurian tort de las pas espandi couma nous vènoun. Sabe pas se m’engane, mès crese ben que s’un bèu jour ensengan quauques passages de nostas letras de l’an de delai ou de l’an passat, ou d’ara, troubaren d’idéias manificas ou tout au mens de braves flocs de rouman... Aurian tort de pas countinuà.

*

11416 de janviè

115Sèn estats relevats aquesta nioch, sèn ara au repos pèr 4 ou 5 jours, pioi torna-iè qu’es cabucella. La vida es pas terriblament dura aici : 2 jours de trencada pèr 4 de repaus. Couma acò nous cambia de la Belgica en general, de Nieuport en particuliè !

116Adouc proufite d’acò pèr t’escriéure, d’abord pèr lou plasi que iè prene, qu’acò’s pas pauc dire, e pioi pèr te countà ara qu’ai lou tems quauques pichots fachs de ma vida guerrièira passada. Vole pas te fairè una proufessioun de fe, mès d’avança pos èstre soulide qu’es l’entièire veritat que t’escriéurai... Acò se passava lous prumiès jours qu’èren dau coustat de Rambervillers. Journada terribles couma batejat dau fioc. Seguère mandat un jour à-m-un vilajou que iè disoun Bru, pèr anà querre d’ordres procha lou general de bregada. A moun retour, sus lou lindau d’una porta, vese una vièlha. La salude e istòria de passà un moumenet iè demande moun cami, pioi parlan de la guerra.

117Tot d’un cop la vièilha me dis : « Vous voyez cette dame qui est là-bas devant sa porte ? (e de soun det me moustrava una vièilha couma ela). Eh bien ! elle est de mon âge, 64 ans. En 1870, lorsque les Allemands vinrent, elle fut violée par eux... Violée (ajustèt la vièlha) c’est peut-être un peu trop dire, car dans le pays on la connaissait, elle avait sa réputation, et les Allemands ne furent pas les premiers car... elle aimait ça. »

118Pode pas te pintrà lous gèstes e l’intounacioun de la vièlha, mès pos creire qu’èroun mai que ben aproupriats. Manquere pas d’anà veire la violée qui aimait ça. Es facille de se metre en relaciouns em’quelas gens e lèu charrave emé la segounda vièlha. Aquesta coumencèt à me parlà de tout e de pas res, pioi sabes dequé me diguèt ? Ebé ! la méma causa que l’autra : la vièlha d’en facia violée, mès lous alemands éroun pas lous prumiès, car de soun tems la vièlha èra counouguda, l’avièn rescountrada en bona coumpagna dins lous bosses, etc., etc. Alors clavère :

119— « Oui, je comprends, elle aimait ça !

120— Parfaitement, parfaitement ! » faguèt la vièlha, que quitère sus aqueles mots.

121Se la vos mai p... couma dis lou prouvèrbe.

122Quand menaven nosta vida de bouscatiès, souvent nous mandavoun en patroulha jusqu’à las trencadas enemigas.

123Un jour agère pèr missioun d’anà emé quauques omes recounouisse l’orle d’un bosc ounte doutavoun que i aviè una batariè d’artilhariè tudesca. Traversère la fourèst de biais à toumbà à l’endrech endicat pèr darriès, e arribère sans auvari au pount vougut : pas ges de batariè, mès un pauc pus liont un càscou pounchut. Doubrissèn l’iol e lou bon. Recounouisse un jouine ouficiè d’artilhariè que una carta à la man estudiava lou terren. Dounc, se sa batariè èra pas plaçada l’ouficiè cercava lou bon rèdou.

124Ma prumièira idèia seguèt de lou prene, douçament, pèr pioi lou menà emé nautres, qu’acò auriè fach un bèu presouniè. Soulament, un de mous omes faguèt de bruch e seguèren vistes. Lou lioctenent prussian se vira dors nautres e me devistant lou prumiè me tira un cop de revoulvèr. Lou cop passèt ras de ièu, mès pèr contra la balla que iè mandère l’arrapèt en plen pitre e toumbèt rete.

125Demourèren un moument aqui pèr saupre s’aqueles dous cops de fioc nous aurièn pas menat de mounde. Digus venguent pas, nous sarrèren dau blassat que respirava encara e que me diguèt : « Poche, portefeuille » . Desfaguère sa tunica e troubère dins soun porta-fiolha un pertrach de jouventa poulida couma un sòu, bruna couma una miejournala.

126L’ouficiè agounisant s’aussèt pèr me la prene e soun iol lusiguèt d’un ilhau sublime que seguèt lou darriè, dau tems que pourtava lou retrach de la jouventa à sas labras dejà glaçadas. Virèt la tèste : èra mort.

127Prenguère lou pertrach e darriès legiguère en bon francès : « À mon bien-aimé Karl, que ce témoignage de mon amour lui porte bonheur et me le ramène victorieux. » Lou service despassant lou sentiment coupière lous ordres qu’aviè sus el, amai iè coumprenguèsse pas res pioiqu’èra escrich en alemand e replacère lou tout, retrach e ordres dins sa pocha.

128Sus una fiolha de moun bloc-notas escriguère pioi quauques mots qu’espinguère sus la tunica dau mort : iè disièi que lou lioctanent èra mort en brave, e pas tugat pèr darriès ; e ’n presentant mous regrèts à la jouina incounouguda qu’aviè pas sinat sa dedicaça iè souvetave que la mort erouïca de soun galant seguèsse una granda counsoulacioun dins soun grand malur. La galantariè m’èra revenguda.

129Pos creire que, quoura pense à-m-acò, soui encara boulegat.

*

1301 de febriè 1915

131... Es de ma trencada que t’escrive. Una trencada que n’es pas una pioiqu’es un poste de coummandament. L’ai fach faire esprès pèr ieu e pos creire que d’aquesta oura iè manca pas res. I a de large pèr dourmi, i a de large pèr se pourre boulegà. Las muralhas soun tapissadas ème de palha longa de civada, qu’acò tèn mai de caud. Lou planchè es fach emé de cledas pausant sus de cairous qu’acò isola de l’umiditat dau sòu, e pèr pas que nosta esquina se gimble i a ’na bona coucha de palha ounte nous aloungan.

  • 33 Cette description sera développée dans un texte écrit le 14 novembre 1916 et publié par Lou Gal le (...)

132De traucs carrats fachs dins la muralha nous servissoun de placards. Dins un cantou, un pichot brasero tout rouge de coke ben emprès mantèn una calou tebesa dins nosta cabana. Lou plafound se coumpausa d’abord d’una seria de bilhots de 20 centimèstres de diamèstre, sus aqueles bilhots una coucha de palha, pioi una coucha de terra, pioi de planchas, de tolas de zenc, e enfin una darrièira coucha de terra. Aquel plafound a pèr efèt de nous aparà contra lous oubuses33... T’ai dich qu’acò bardava pas gaire aici ; ebé, es ne varietur, couma disiè l’autre. Lou tems s’es mes au bèu e fai de niochs espetaclousas, pas frejas, em’un cièl estellat e una luna roussèla. Acò nous permès una nouvella distracioun que manca pas de charme. Nosta trencada aboutis pèr la gaucha à-m-un estang. S’es pas lou de l’Ort ou de Thau, e s’es pas au bord de la mar, acò l’empacha pas d’èstre grand, de i avedre de founs... e de barcas.

133Pèr mesura de precaucioun, pèr de dire que lous Bòchous nous viroun pas, se fas chaca nioch de patroulhas sus l’estang. Es ièu que soui cargat d’acò e pèr aquela besougna ai dous ramaires.

  • 34 Joseph Belloc. C’est lui qui, le 13 juin 1920 a lu l’adieu AFilhou de Pierre Azéma sur la tombe de (...)
  • 35 Journal quotidien montpelliérain.

134Veses dounc lou tablèu : aquelas passejadas en barca sus l’estanc, daus ounze ouras ou mièja-nioch, e acò pendent una ourada. La nioch es serena e s’ausis pas que lou bruch de l’aiga fendesclada pèr lous rems, ou sus la gaucha ou la drecha, quauca destounacioun ; acò’s las santinellas que se tiroun entre elas. L’aire es encara destripat pèr nostas cansous miejournalas : Lou maset, Se cantes..., Las trelhas ou lou Soulomi de la Rèino Jano... Ah en tems de pas acò seriè agradiéu, em’una poulida jouventa !... Ara n’i a prou, de felicitaciouns ! Me ié repescaran pas pus à prene de trencadas se pioi lous ausidous me devoun tant siblà. Jusqu’à-m-aquel bougre de Belloc34, à Paris, que s’amusa a carrejà pertout e à faire legi à toutes lou retal de L’Eclair35 que i an mandat. Fisàs-vous as amics, pioi !

135Soui un pauc fièr d’èstre estat un jour l’ome dau jour, sustout pèr la proupaganda felibrenca que ma letra a pougut faire. Mès pamens... Quand on fai soun debé es pèr sa counsciença parsounala e pas pèr la reclama que l’on n’en pot tirà. S’una bala ou una baïounetta m’avièn espandit, digus auriè pas parlat de ièu, e souls lous rares amics aurièn plourat couma ai plourat sus tant d’autres. E pamens es be lous morts qu’an lou mai drech as lauriès verds de la vitòria.

*

1367 de febriè

137Aici acò barda pas gaire. La guerra es una sinecure, un lioc de repaus. Tamben, fasèn travalhà noste sicap, nosta iniciativa e lèu seren d’omes de genia. Lou jour ounte lous alemands voudran veni prene nosta trancada, troubaran quicon davans de i arribà.

138En esperant, que te conte encara quauques souvenis d’en prumiè de la guerra.

139La prumièira ataca que faguèren dins las Vosjas contra un vilage oucupat nous reüssiguèt pas, au countràri. Seguèren oublijats de nous arrestà dins la fourèst de Rambervillers ounte pendent touta la journada lous grosses foutraus alemands nous massacrèroun. A la nioch, seguèt la debandada e chacun de nautres s’en anèt dau coustat que vouguèt ou que pouguèt. Acò t’esplicarà couma me troubère à Rambervillers dors 7 ouras dau vèspre. Las troupas passavoun, esquintadas, demouralisadas, abrutidas.

140Nous capitèren ensemble, dous souldats de ma coumpaniè e ièu. Desempioi un jour e demi avièn pas res manjat e avièn ensajat de damoussà nosta fèbra emé l’aigage de las erbetas ou de las fiolhetas. Travessan, en tirant la camba, Rambervillers vèuse de touta sa poupulacioun. Dins una carrièira destrecha, silenciousa, nous asartan.

  • 36 Marsouin est le surnom donné aux soldats de l’Infanterie de marine ou Infanterie coloniale.

141Tout d’un cop ausissèn de cacalasses e de crids ; pioi un marsouin36 bandat à clau sourtis davans la porta e nous enravala em’el. Davalan dins una cava. Ai lou tablèu !...

142Las boutas éroun trancadas à cops de baïounetas, las boutelhas avièn lou col coupat (soul remèdi quand an pas de tira-taps), i aviè un pan de vi au sòu, d’omes amourrats aqui à bèure couma un ase bèu dins un farrat. Un, mai pouetic, parava sa bouca douberta au rach de la sanneta trancada pèr una baïouneta. Tout aquela banda d’omes bandats que cantavoun entre dous cops de bèure e que buvièn entre dos paraulas, valiè lou cop d’iol. Nautres buguèren un pauquet, mès sans trop.

143Lou pus bèu de toutes éra un capoural. Aquel capoural èra esmougut e plourava. Trobe que pèr l’emoucioun e lous plours l’endrech èra causit. Mès cau pausà lou capel davans lou moutif. Lou capoural èra vèuse, e emé la pouncha de son coutèl que bagnava dins la vinassa espandida, escriviè sus la mancha de sa varusa una letra à sa paura fenna, e s’enquietava de saupre se lou vagamèstre iè fariè parti sa letra e se sa fenna la reçaupriè !

144Dos ouras après, dins un graniè dau vilajou de Bru, emé mous camaradas parlaven d’acò en manjant una bouèta de singe e en buguent 4 boutelhas de champagne.

*

145Lou 8 de febriè

146... E oi, es ben lou cas de se remembrà la paraula de l’an passat : estruments avugles d’un destin crudèl. Dequé vos ? Dequ’es lou pus malurous : tugà ou se faire tugà ? I a be la blassadure, mès, moun ome, quand ié siès, veses trop rouge e penses « as poulits iolhous que van plourà » .

147Quand me remembre dequ’avèn fach a Lombaertzyde e que vese la bouchariè qu’es estat, i a dequé èstre vergougnous d’avudre sannat aqueles omes trop vièls ou aqueles jouvents trop jouines. Pamens, poudèn pas avudre de remords, macarèl !

148Vole pas contunià pèr quicon de trop triste, mès pulèu te countà una farcejada jougada à-m-aqueles moussus d’en faça, e recounouitras un cop de mai l’aïssablige clapassié.

149Acò se passava à quauques passes d’aici, sus la cresta de prumièira ligna ounte avèn coumençat aquela vida de trencada.

150Lou batalhoun que venièn de relevà s’èra avisat qu’entre lous prumièrs aubres dau bos ounte i aviè lou fiéu de ferre alemand, en avans de las trencadas enemigas, lous Tudescqs avièn penjats d’esquillous au fiéu de ferre. Aqueles esquillous èroun mai que mai fachs emé de bouètas de singe ounte avièn fissat un moucèl de ferre que duviè servi de matable.

151La nioch d’après, èra escu couma la pega. Emè un capoural de moun trempe prenèn un roullèu de fiéu d’aram e avisan las santinellas de pas tirà qu’anan en patroulha.

152A pichots passes, sans bruch, nous sarran das Bòchous, evitant sustout de nous faire susprene pèr las santinellas à càscou-pounchut e arriban as prumiès aubres. Emè lous iols de la fe, e lous dau courage nous rendèn comte de la situacioun : vesèn, de fèt, lous esquillouns, e au fiéu alemand estacan lou nostre. E couma sèn venguts partissèn. Lou roullèu qu’avièn au coumençament, à la sourtida de nosta trencada, l’avièn delanat à mesura que marchaven e reunissiè ara la trencada nostra e la desfensa siéuna. S’agissiè pèr nautres de remoutà sans nous faire pescà. Ce que faguèren.

153Dins la journada abraquèren toutes lous fusils au carnèu dins la direcioun vouguda, e quand la nioch seguèt toumbada, que la natura agèt reprès soun siau abitual, veses l’aïssable Filhou e soun coulèga en trin de tirà lou fiéu qu’avièn estacat e touta la batariè de cousina se metre en mouvament em’un petard terrible. Lous esquillous èroun pas muts, s’en mancava. Nous arrestan de campanejà e esperan un brivet. Aussisèn lous crids d’alerta de l’autre coustat e à-m-aquel moument fau faire dos ou tres bonas salvas. Pioi baissan la tèsta pèr pas que las balas que nous revenièn pouguèssoun nous toucà.

  • 37 Le martelet consiste à frapper en pleine nuit à la porte d’une maison jusqu’à en réveiller les habi (...)

154Una oura de tems se passa. Tout èra siau ; e torna-ié, qu’es cabucella ! Tiran la corda, lous esquillous fan de bruch, e zou ! fioc dessus. E pendant quauques jours aquela coumedia de martelet37 nouvèl genre duret, jusqu’au jour que lous Bòchous coupèroun noste fiéu d’aram. Dequé vos ? Cau be ensajà de s’amusà, mème à la guerre...

*

15519 de febriè

156Soui estat à Coumercy pèr lou jour dau carnaval. Journada poulida couma tems, viage requist en vèitura emé 4 ou 5 bons coumpans : ère un das pus tristes.

157I anava pèr croumpà de viéures, en suplement de l’ourdinàri (pos pas creire couma lou boui monta aici : i a de coumpaniès que sarroun 12 ou 15 000 francs). Mas coumessiouns acabadas sèn estats prene l’apéro que i a de tems que nous èren pas assetats dins un café ! Pioi anèren dinnà à La Cloche d’or : on ié manja ben mau, mès on ié bèu mai que ben.

158Dintran dounc dins la sala e nous assetan à coustat de la taula d’oste. Aquesta èra dejà cafida d’ouficiès pimpats e tirats à quatre espingas, emé de botas vernidas e de manchetas e cols immaculats. Veses lou countraste d’aqueles emè nautres qu’avian lous godilhots plés de fanga, la capota craumousa, traucada pèr de balas, raspada pèr lou tems e courdurada emé de fiéu rouge ou blanc aqui ounte caudriè de negre.

159Veses encara aqueles moussus buguent d’aiga minerala e charrant à mièja-vouès... Nautres, tre nous metre à taula, demandan la carta das vins e coumandan un certan vin blanc que t’en dise pas qu’acò ! « Une bouteille, messieurs ? » nous dis lou garçon. De ma pichota vouès feminina ié responde : « Oui, une pour chacun ! » T’auriè caugut veire à-m-aquel moument lou cop d’iol de tout aquel mounde !

*

160Lou 22 de febriè

  • 38 Département des Ardennes.
  • 39 Lou Gal du 3 mars 1915 publie un poème de Bonfils écrit le 6 janvier : « Lou gai clouquié es espout (...)
  • 40 Cantique de Malachie Frizet, majoral du félibrige qui fut en 1883 directeur de L’Éclair de Montpell (...)

161... I auriè una bella paja à esciéure sus la messe à la guerra. Dins lou vilage de Bouconville38 ounte nous repausan au retour de las trencadas i a ’na glèisa espoutida pèr lous foutraus e plaçada en mitan dau cementèri39. Chaca dimenche se ié dis la messa e es un capelan-souldat que canta l’oufice. La glèisa es toujour plena. Ié soui estat de matis e soui estat estoumagat. Estoumagat, oi, moun ome, car i a ’gut de cants, e à despart de quauques canticas francimands, quauques Prouvençaus an cantat Prouvençau e catouli40.

  • 41 Émile Arné, né à Marseille en 1890 sera bientôt tué. Dans le journal Lou Delubre de juin 1915, le C (...)

162Lou cor de chacun tresanava d’ausi pariè cant e pos creire que lou samboutiment èra prou natural. Lou menaire d’aqueles cantaires es lou serjant-major de la 5ma, lou felibre Arné qu’es de Marselha e membre de L’Escolo de la mar41.

163Un cop de mai me passe de te faire de coumentaris : mes-te à ma plaça, coumprendràs ce que ressentisse.

*

16412 de mars 1915

165... Oi, trobe l’idèia de roumavage pedèstre à Las Santas mai qu’urouse. E pos creire qu’es de grand cor que m’escrive. Oh ! lou viage poueticament religious. Oh ! emé quante amour e quanta devoucioun pregarian nostas santas de Mirèio ! Mès proumeten-nous una causa : es que lous que demouraran (poudèn pas toutes parti, vejan !) lou faran, lou roumavage, en souveni de lou ou de lous qu’auran pagat de sa pèl la lucha contra lous barbares. E serièi d’avejaire de coumençà de relevà ’na lista de noums : lista courta e amistousa, d’aquela amistat que se counfound emé la frairetat. Roumavage frairenal e felibrenc...

*

16631 de mars

167Sabes dounc qu’avèn cambiat de setou, t’ai dich un mot sus lou [...]

168[la page 37 du manuscrit est perdue]

169[...] demourà acrouchounit dins lous abrics de las trencadas, acò ratatinava las cambas, lous brasses, en un mot tout lou cors. Adounc faguère une liçou de gimnastica e de jocs : à barras, à pichots paquets, ourganisère de coursas... E tout acò, moun ome, troutava, risiè, s’amusava. Ajusta aqui quauque pantèis couma n’i a pertout, un autre que fai quauques cambirolas, e ié saràs.

  • 42 La maternité de Montpellier était construite entre le ruisseau du Verdanson et la route de Ganges, (...)

170Lou terren d’alhurs se ié prestava : un camp couma lou de la Maternitat42, procha de la routa, mès un pauc en penta, au founs una ribièireta, un pont, d’oustaus, e sus l’autra riba lou terren remonta jusqu’à la granda routa bourdada de platanas. A gaucha de la routa lou cementèri dau vilage em’à coustat un cementèri militari. Jamai en lioc avièi pas vist acò. De lèias ben alignadas em’una bourdura de bouis verd, de crousas simplas en boi blanc em’aquela mèma escricioun, jouta lou noum e lou regiment : Mort pour la Patrie. Dins lou noumbre n’i a dau 81, dau 122, dau 96 e dau 56ma d’artilhariè. Ai pregat piousament sus la toumba d’aqueles miejournaus.

171Pamens, dins lou valoun, un cop l’esercice ( !) acabat, i a ’n cop d’iol que vòu la pena. Au bord de la ribièira lous uns lavavoun soun linge ou sa pèl. Despetrinats se bagnoun la mitat dau cors, se sabounoun, se fretoun, pioi la crassa enlevada, la cassa coumença. Quanta cassa ? As pas devignat qu’es das pesouls que parle ? Es pas de creire ce que lou que pot pas se souegnà s’arrapa. Es malurous, mès es antau. Dins la trencada un de mous omes n’aviè e acò i escasiè talament que s’éra desabilhat pèr pourre lous troubà e lous tugà. L’avertisse qu’es à un passage dangeirous e que fariè milhou de se recatà, que rescà de se faire tugà pèr pas res. Sabes dequé me respond aquel parisenc, engajat pèr la guerra : « Oh ! mon adjudant, vous en faites pas ! Si seulement ils pouvaient me les tuer tous ! » Aquel mot, à-m-aquel endrech, emé l’intounacioun que devignes, se passa de coumentaris.

172D’autres cercoun d’ensalada de campagna, ou se lançoun la fanga qu’es apegada à sous souliès. Tout acò vai, boulèga, courris, s’amusoun. Es pas pus la guerra, à pena s’es las grandas manobras. E, aqui dessus, fai bèu !

173Ah ! couma avèn ressentit la valou e lou pes d’aqueles dous mots : fai bèu. Lou sourel lusis e caufa, las fangas soun secas, las erbas poussoun noumbrousas e verdas, pèr endrechs de flous coumençoun de sourti, es lou printems, es abriéu.

174L’endrech ounte avèn lou mai tastat aquel charme dau beù tems, es au maset. Lou maset ? Dequ’es acò ? T’hou vau dire. Lou maset es lou noum qu’ai bailat à la barraca nostra qu’avian en segounda ligna dins lou bosc de la Jurada.

175Car sèn estats en segounda ligna. Viéure dins un bosc acò nous pareissiè du au mes d’agoust quand èren dins las Vosjas, mès ara, au countrari demandarièn d’estre toujour aqui dedins, car pos devignà couma l’imaginacioun s’es desveloupada pèr faire quicon e èstre ben emé pas res. E quand pos avudre à tus de boi en quantitat, veses lou ben-èstre qu’on pot se creà.

176Avèn dounc troubat aqui de barracas ben fachas, soulidas contra lou boumbardament, soula causa à creni, emé facilitat de ravitalhament e balada pertout à touta oura dau jour e de la la nioch.

  • 43 C’est le plus célèbre de ces masets de convivialité masculine, proches de Montpellier, décrits par (...)

177Mès, Lou maset es pas soulament la barraca jout-terrana, es tamben e sustout la tounella, car moun brave amic avèn una tounella facha de nostas mans. Poudèn i anà una dechena sans nous geinà. I a ’n banc que tèn tout lou founs de la tounella e dous pichounets plaçats à drecha e à gaucha de la porta ; en mitan, una taula. La tounella e la barraca portoun d’escrich pèr titoul : Lou maset e pèr divisa : Aici biscan pas. Poudriès pas creire ce que s’es begut e cantat jouta aquela tounella. L’Espounga43 es de fu-fu à coustat.

  • 44 Dessin non retrouvé.

178D’alhurs, te baile una milhoura idèia de moun maset pèr lou dessen44 qu’acoumpagna aquesta letra, qu’es estat craïounat pèr un ome de la secioun.

179Lou bos a pas gaire mai de 1500 mèstres de large, acò fai que ièu seguent sus la drecha, m’éra prou facille de me passejà, e de jouï de dous cops d’iol manifics : lou levà e lou couchà dau sourel. Au levà vesian lous prumiès rais sourti das aubres dau bos dau Capelan, pioi mountava douçament e esclairava la granda plana valounada de la Mausella.

180E sus la gaucha, lou vèspre, quante cop d’iol ! L’ourizoun rejoun au liont lou cièl e lous Nauts-de-Meusa. La plana s’espandis, immensa, valounada, la terra a ’na coulou pèr endrechs jauna, pèr endrechs rouja en mitan d’aqueles pichots valounaments quauques bosses, sus las crestas de trencadas. Lous clouqiès mai ou mens escrancats das vilages s’enauroun pèr dessus lous oustaus à muralhas espoutidas. L’iol pot veire à mai de 50 km. en longou e 15 de large. Sus la drecha, en regardant lou sourel couchant, es lou païs envahit, sus la gaucha es lou païs vesi de la batesta, lous vilages qu’avèn travessat. Vesèn alai Xivray escrancat, Mountsec ufanous, lou bos de Géréchamp ounte tant de camaradas soun toumbats, vesèn las crestas counquistadas au près de tant de vidas ; pus liont es l’estang ounte avèn fach de tant bellas partidas de barca ; davans es la trencada dau Brulot, pus liont encara i a Apremont, pioi las mountagnas e lous forts de Gironville nous empachoun de veire St-Mihiel d’un coustat, Commercy de l’autre.

181Davans aquela immensitat on se sentis embraigat de quicon de pouëtic, de grand, de sublime. La vista d’aquel païs fertile, ioi desert abandounat, vouat au chaple e au fioc, te samboutis lou cor d’una manièra terribla.

182E dins aquel tems, darriè las mountagnas, lou sourel s’amaga e sous rais sembloun escoupi de sang sus aquela plena batalhèira. Pioi, tout vèn siau. La vouès dau canou s’es calada ; soulas quaucas balas perdudas sibloun ; las estellas an pres sa plaça e lou creissant de la luna coumença de se moustrà, jaune e rouge. Deman es pariè à ioi.

*

1831é d’abriéu 1915

184Es lou prumiè d’abriéu, es lou dijòus-sant. Dous jours que n’en disoun fossa, ioi rassemblats en un soul. 1é d’abriéu, fèsta das aissaibles, de l’aissablige, das amusages galois dau bon vièl tems. Lou dijòus-sant, fèsta religiousa, la mort de Noste-Segne. Quand on pensa au sang voujat pèr l’Ome-Diéu, pèr la pas e lou bonur dau mounde e qu’on ausis à quauques kiloumèstres lou canou chaplaire ou las balas tugaires on se demanda perdequé aquel countraste.

185Mès lou dijòus-sant nous remembra autra causa. I a tres ans, un pariè jour, passaven lou counsel. Dempioi « N’a passa d’aigo au Rose e d’aigo au Rose » couma dis Mistral. Nous es estat bailat de veire de causas e de causas e es ben vrai de dire qu’aqueles tres ans nous an ben vielhit. Nous an vielhit perdequé nous fan escriéure de souvenis à l’age ounte dèurian vièure pas que d’illusiouns.

*

186Dissate-sant [3 d’abrièu] 1915

187Sèn pas pus au repaus ; sèn pas nimai dins las trencadas mas gaire s’en manca, ié mountan de vèspre. Ié mountan pas pès lou plesi de prene tres jours de garda couma autres cops. Lous batalhouns sus nosta drecha van apugà lou gros mouvament que vai se faire au Bos dau Capélan. Nautres que sèn tout procha d’aqui avèn fossa chança de tastà dau regiscle se lou cop reüssis, amai se reüssis pas.

188Es pèr acò que voulièi pas parti sans t’escriéure un mot. T’imagines pas pèr aqui qu’age une michanta pressentida, au countràri. I a bèu tems que nous manca un pauc de vida ativa, i a longtems que fasèn la guerra couma d’amatous, e acò’s pas fach pèr nostes caratèras miejournaus, viéus, empourtats e vioulents. N’avèn un sadoul, n’avèn un tibou d’aquesta vida ; acò a l’èr de voudre trop durà. E pioi, desempioi Lombaertzyde ai pas belèu tugat 4 ou 5 Bòchous. Ah ! ounte soun las brouchetas de las Vosjas !... Acò, oi, èra la guerra !

189Pos remarcà qui soui d’un pacifisme... !

*

1908 d’abrièu 1915

191Respiran una minuta dins lou vilajou que t’ai pintrat. Sans nous i esperà sèn estats relevats à nioch de la trencada. Me cau te dire un mot sus aqueles 4 jours que soun estats pèr nautres un vertadiè espetacle de chaple, l’aucasioun de quauques ouras d’anci, de glòria, e ailas ! de dòu.

192Dins ma darnièira letra te fasièi preveire qu’anaven pas à la noça en mountant au nord dau bos de la Jurada prene nosta plaça, ou puslèu la d’un autre regiment que, lou dilun de Pascas duviè fossa bailà.

193Las trencadas soun prefoundas e an un talus fach emé de saquets rouplits de terra. Entre dous sacs un pichot jour pèr veire e pèr tirà, car lous càscous-pounchuts soun pas lionts : 40 passes à pena — e aqueles càscous-pounchuts es la garda prussiana. Es à eles que nous anan butà, es eles que nous van reçaupre.

194La lucha a toujour caufat aici, e aquestes jours encara mai emé la granda oufensiva que s’es presa à Pont-à-Mousson (a nosta drecha), à Las Eparges (à 30 km à nosta gaucha) pèr ressarrà la pouncha de St-Mihiel.

195L’endrech ounte sèn es adounc lou pivot de l’ala drecha qu’a coumençat una grossa lucha dins lou bos dau Capelan. Veses que poudèn pas èstre mai dins lou pastis, mai en plen traval.

196La drecha de nosta coumpaniè (qu’es ela-mèma la drecha estrèma dau regiment) es asseparada dau regiment vesi pèr la dralha ferrada qu’es en contra-bas. Nosta coumpaniè es partajada en dous : un peloutoun en prumièira ligna, un en segounda, à quauques passes en arriès, dins de pichots abrics. Nosta prumièira ligna aici es mai avançada que la prumièira ligna tudesca de l’autre coustat dau cami de ferre.

197Es aqui qu’ai passat moun jour de Pascas, jour nibou emé de ploja tems à autre : pas res pèr se metre tant sié pauc à l’abric. Em’acò una survelhança... Lous Tudescs tems en tems nous mandoun de boumbas, de granadas, e tout autras bellas causas : envencioun darrièira dau siècle de lum e de prougrès.

  • 45 Poème de Bonfils publié dans Lou Gal en avril 1915 : « Un cors es espandit alai en plen camp / Es u (...)

198T’ai dich que s’èra fossa luchat aici : lou terren n’en porta las marcas ; es pertout un mescladis sans noum de vièlhas capotas, de bralhas espelhadas, de souliès escrancats ; dos brancas tourdudas fan de crouses à chaca pas. Aqui n’i a un qu’es mort e pas entarrat, pus liont las cambas d’un autre sourtissoun ; alai es un bos tout negre, au sòu de càscous, de fusils, de kepis, de baïounetas, d’equipaments45.

199Caudriè qu’agèsse davam ièu una oura pèr pintrà ce que l’iol vei sus aquesta terra fouchada pèr lous foutraus e ounte la mort grelha à chaca pas. Oh ! l’ourrible espetacle ! Toun imaginacioun acabarà ce que ma plouma te dis pas, e revène au traval.

200Es lou dilus de Pascas ; l’ataca se vai faire à la drecha dau cami de ferre. Nostes camaradas de l’autre regiment languissoun coma nautres de s’anà mesurà. An l’iol vièu, ardent, acò vai èstre du.

  • 46 L’occupation de la basse plaine de Woëvre par les Allemands depuis la fin septembre (le saillant de (...)

201L’artilharià barda, lous foutraus à moulous e de toutas las categourias (75, 90, 120, 155, 220) tustoun e foutoun en l’èr las trencadas enemigas. Acò dura tres quartd’ouras, a-m-aquel moument, couma una troumba, una darrièira rafala, e lous berets negres dau 157ma s’en van. Passoun la prumièira trencada, an quasiment pas ges de pertas, lous càscous fugissoun, la segounda es despassada : manca quauques berets, mès lous Prussians trempoun lou sòu de soun sang. Arriboun e s’enstalloun à la 5ma ligna, à quauques kiloumèstre dau bos de Mortmare46. Ailas ! lous ouficiès soun toumbats, lou 275 sus la drecha es pas sourtit, mès dau bos de batalhouns entiès, coulouna pèr 4, sourtissoun. Lous pialuts qu’an fach soun mestiè, e de bon traval, soun inoundats, countournats, van èstre tugats ou presouniès, alors se replegoun. Triste replec qu’a coustat la vida à un moulou de braves. Las tres lignas de trencadas soun abandounadas e quitadas à l’enemic. Soun pas gaire lous que s’en sourtissoun !

202Lous rais dau sourel à l’oura de miejour an vougut se moustrà e esclairà aquel triste recul. Las ouras e la nioch qu’an seguit soun estadas, hou coumprenes prou, terriblas pèr nautres.

203Lou lendeman, l’ataca dèu recoumençà : es noste batalhoun que dèu marchà. E a marchat. M’apartèn pas de faire de lausenjas sus soun comte, mès es estat un veritable tablèu...

204Acabe ma letra antau. L’ordre de parti nous arriba, es à nautres qu’apartèn de prene la trencada. Vai caufà. Ma letra partis antau.

*

  • 47 Sans aucun doute une carte postale annonçant sa promotion. Filhou est bien sûr le surnom de Bonfils (...)

20524 d’abriéu47

206Lou jout-lioctenent Bonfils te manda un afetuous souveni e una courala brassada de soun amic Filhou.

*

20724 d’abriéu

208... Ma darrièira letra es pas estada acabada pioiqu’au moument ounte l’escrivièi l’ordre de rejougne las trencadas es arribat. Se m’en souvène ben me soui arrestat au segound jour de l’ataca. L’ataca, dounc, ratada pèr lou 157ma es estada represa pèr nautres (noste 1è batalhoun). Eren nautres à la mèma plaça que la velha, jouïssian de la mèma foulié e dau même cop d’iol. L’ataca avourtèt un cop de mai, pas dau manca de courage das nostres, mès pèr la fauta dau mèma regiment de drecha e pèr la força enemiga. Au moument ounte lous nostres arribavoun à la trencada tudesca lous càscous-pounchuts n’en sourtiguèroun e la batalha seguèt en plen, lou cors à cors s’engaget furoun. Lous nostres luchavoun à 1 contra 5, semenavoun la mort dins lous traucs enemics, mès ai las ! paguèroun car dins aquela lucha inegala e duguèroun simplament revirà cami : lou sòu èra ple de morts ou de crebassinants.

209La lucha countunièt tout lou jour mès pas que d’una trencada à l’autra. Lou tems èra sempre gris e lou soul rai de sourel que lusiguèt seguèt juste au moument ounte se batièn à la baïouneta, que soun aciè macat de sang lusiguèt à-m-aquel palle rai.

210Jamai lasses, jamai assadoulats de lucha e de vitòria, lou subre-lendeman la trencada èra atacada e counquistada pèr un batalhoun nostre e un dau 157ma.

211Noste batalhoun anèt d’ausida relevà aqueles e nous apieguèren lou douç e sublime traval de 15 contra-atacas. Pas mai !

212Tout acò e mai seguèt repoussat à noste gros avantage e à nosta granda fatiga.

213Es precisament lou jour que t’escriguère ma letra inacabada qu’anèren rejougne la trencada que lous autres venièn de gagnà : una rega facha emé de traucs mau rejouns e amalugats pèr lous foutraus. Pertout de morts ; aici un bras pencha, aici una camba sourtis, alai marches sus una tèsta. Acò’s triste, acò’s terriblament triste.

214Travalhan dounc à netajà e à cavà la trencada. Soulament lous Bòchous nous quitoun pas tranquilles, car soun pas liont. Ièu soui emé ma secioun d’à founs sus la gaucha e la partida que se countunia dins la mèma direcioun i aparten encara. Sen adounc separats pèr una muralha de sacs qu’avèn facha e pèr una autra qu’an aubourada. Aqueles dos muralhas soun à 10 mèstres d’intervalle : veses dounc nosta situacioun. Nous batèn pas pus à cops de fusil mès à cops de granadas. A-m-un moument dounat lous Tudescs se soun sarrats e an balançat sus noste cantou un moulou de mitralha à faire fremi. Lous omes avièn abandounat lou cantou, èren countournats, la trencada anava èstre perduda. Feroun, ièu que dinnave à-m-aquel moument m’avance e coumence em’un simple souldat à traire as enemics una ploja de granadas que t’en dise pas qu’acò. Agèren lèu la superiouritat dau fioc, lous omes reprenguèroun courage e venguèroun traire à soun tour la mèma ploja de ferre : la trencada èra sauvada.

215Desempioi es la mèma vida e lou même traval. Car lou floc de terren près s’es pas famous pèr soun espandida l’es pèr la vista que l’on a d’aqui : nautres pèr ce que poudèn veire de l’autre coustat, eles pèr ce que podoun pas veire au nostre.

216Urousament que nous asseguroun un bon briéu de repaus, quoura quitaren aquel brasiè.

*

  • 48 Il est possible que ce fragment de lettre, intercalé sur un papier à part soit un extrait de la rép (...)

21730 d’abrièu 191548

218Siès à l’oura atuala pas mai avançat que ièu. Sièi en vida, hou siès, sén toutes dous espausats au mèmes dangiès, au mèmes foutraus. Te counselhe dounc la prudencia sans la pòu, lou courage sans la temeritat. T’espauses pas inutilament mès fas toun debè quand serà l’oura e i a ’n bon dièu pèr nautres e poudèn pas demourà sus lou prat batalhé. Ague fisança dins deman e rapele-te surtout que sèn pas à l’oura das plous ou de la pietat, mès ben à la lucha, la lucha sans treva, sans misericorda.

*

  • 49 Lettre en partie publiée en juin 1935 dans Calendau, revue dirigée à Montpellier par Pierre Azéma e (...)

219Aqueste bèu jour de Pentacousta (23 de mai49)

220Encara quauques ouras e serai pas pus aici. Aici es moun poste de coumandament. La relèva vai arribà e nous anan adralhà un pauquetou à l’arriès, au repaus.

221Lou repaus es un biais de parlà, car fourçan pas gaire ; lou traval marcha pas trop.

222Après las terriblas atacas e lou chaple dau mès passat, l’èr es devengut tournamai siau. Avèn reprès l’esistença quasiment agradiva dau bosc de la Jurada, emé Lou Maset, emé la vida en plen èr, en amirant la natura, en s’embraigant de pouësia.

223Moun peloutoun es quasiment en prumièra ligna ; lous Bòchous soun pamens liont de nautres : 800 mèstres à quicon proche. Tenèn lou bord dau bos e jouïssen tout lou jour dau panourama manific qu’en frasas mau vengudas te pintrère un jour : la vista immensa sus la valada de la Meusa que ziga-zaga au pèd de las colas das Nauts-de-Meusa.

224Fai un tems manific, tout es siau, on se diriè pas trop à la guerra se, la nioch, couma ara, un moulou de balas perdudas venièn pas petà dins lous aubres dau bos. Souls aqueles pichots bruchs secs e petants trebouloun la pas d’una nioch estelada e esclairada pèr una mièja-luna roussella.

225Un silença de mort segnoureja : on diriè que pas un de mous pialuts, tant gais, tant galois, que cantavoun à se desgargantà toutara, voù pas pèr lou mendre mot traire una nota faussa. Soun aqui que travalhoun dins la plana : fasèn una trencada de segouda ligna ; lous cops de pic souls s’entendoun emé la regularitat dau tica-taca d’una mostra. Las caladas tomboun e fan clapàs en avans, escampadas emé força sus lou sòu pèr mous pialuts terrassiès.

226Souvent à parièiras ouras quita mas letras pèr lous anà veire. Las balas sibloun naut de nautres. M’arrèste tout d’abord à la limita dau bos, e de darriès un bartas lous arregarde, lous amire avans de i anà parlà. Pèr parels, que de fès que i a poudrièn èstre paire e fil à quauques passes, moun issam travalha...

227Plourarièi perfes en pensant que d’unes d’aqueles omes soun paires de familha, paire necessitouses, e aqui sans relambi dempioi dèch meses travalhoun. An tout endurat, e la fam e la fatiga dau prumiè mes, e la calou assadoulanta de las atacas, e la ploja e lou frech de Belgica, se soun trempats lous pèses dins la fanga... e de fes dins lou sang. An plourat sous milhous camaradas, an coumtat sus una guerra courta, e ioi pauc noumbrouses soun encara aqui. Saboun pas couma la guerra finirà, e se la finiran, subissoun soun sort, an un bon mot pèr lous jouines arribats de la classa 15, prenoun 4 ouras de garda de mai que lous autres, es eles lous veritables jouines.

228M’aimoun fossa, soui fièr de te lou dire. An troubat en ièu un amic e pas un chef, un aparaire e pas un coumandaire. Se metoun en quatre pèr me faire plesi, car saboun que lous anarai veire à quanta ouro que siègue et quante tems que fague, e saboun sustout que ié parlarai en lenga d’oc. — Aco’s bèu, moun ome, de pourre parlà la lenga de la terra nostra. N’i a pas un que me parle en francimand.

229Quand ai prou pensat a tout ce que la guerra a d’ourrible e de sublime (la vida e la tenacitat de nautres toutes presemple) me sarre d’eles :

  • 50 Louis Bonfils n’a alors lui-même que 24 ans.

230— « Ebé, pichot50, es dura, la terra ? Ah ! voudriè mai descaucellà ou fouchà, dequé n̓en penses ?

231Hé, l’ouncle, dequé fasèn ? Anen, una minuta de pausa ; té, bèu un degout d’aiga-ardent.

232E tus, dequé foutes aqui ? Couparas pas lou manche ! Aqui as una cigarreta e me foutes pas pus un caire ! »

233E countinue ma virada. Acò dura un bon moument. Baile un counsel pèr la marcha dau traval, distribue un paquet de cigarretas, fournisse lou tabat pèr una vintena de pipas, pioi dintre ou me passeje pus liont.

234Es d’ouras que cau vièure pèr n’en saupre la bèutat e la grandou. E dins ges de diciounaris troubaràs pas lous mots pèr las escriéure, e sabe pas se se capitarà quaucun que pogue alignà de frasas pèr las pintrà.

235Es soulament la descricioun de pichots tablèus dins aquel biais que seran la vida vidanta, l’istòria justa de la guerra atuala, es soulament ce que s’en pourrà escrièure... Car las journadas de chaple s’escriéuran pas ou lous que lous escriéran las auran pas viscudas e faran de frasas faussas, fantasièirousas e belèu messourguièiras.... Soui pas d’una moudestia estraourdinaria, mès acò m’emm...asca prou de veire sus moun comte un moulou de frasas lausenjairas.

236Caudriè saupre, moun ome, perdequé on fai soun debé. Ai agut la crespina jusqu’à ioi de pourre passà en travès de las balas. Acò’s pas un merite, mès una rasou pèr qu’age pougut n’en faire un pauc mai ou toujour un pauc pus longtems que lous paures amics que soun toumbats au prumiè jour, à la prumièira bala.

237Lou que recolta la gloria de quicon es pas toujour lou que l’a gagnada. Car es be lous que toumboun que permetoun as autres d’avançà. Alors, das dous quantes soun lous mai meritouses ?

*

23827 de mai

239Emé lou mes de mai crese que s’acaba la culida dau muguet amai de la pervenca. Car sèn dins un ròdou ounte cau travalhà, i a d’obra pèr chacun e de mocas pèr toutes.

240Fai pas mai ! La raça latina es aqui e la raça germana s’en poudriè rendre comte.

*

241De moun trauc, 2 de jun 1915

242Lous Bòchous soun pas liont de ièu, pèr n’en pas perdre l’abituda, mès soun pas michants. Soun d’una mena que counouissièi pas encara ; es estounant, car Diéu sap se n’ai vist.

  • 51 Le Minenwerfer (lance-mine), mortier « léger » de 76 mm, pesait tout de même quelque 100 kg, ce qui (...)

243Imagina-te que tiroun pas un cop de fusil, mès pèr contra nous mandoun quicon couma boumbas, emé sous minenwerfer51. Avèn, couma dins touta ligna avançada, de postes d’ausida encara pus proches que la trencada. L’endrech ounte se capita lou de moun peloutoun es pas à mai de 25 mèstres d’un poste pariè das Bòchous. Eles ié van tems à autre alors que ié sèn tout lou tems.

244Aquel pichot poste se capita à l’estremitat de la cresta, dins un prat. A soun entour tout es verd, las margaridas mescloun sas flous jaunas e blancas, lous cacalacas doubrissoun sas fiolhas roujas, acò’s tout ple poulit. Lous saquets ples de terra fan una rega blanca e grisa sus aquel verd en marcant netament las limitas dau terren que nous apartèn, la froutièira atuala dau païs libre.

245I auriè bèucop à dire sus la guerra que fasèn e qu’es pas la guerra. Es una seguida d’assassinats, una bouchariè ourrible, que nous baila rarament l’aucasioun de proubà dequé soun capables lous souldats.

246Chaca rega de trencada es una batalha, chaca mèstre de terren costa car. Lou boumbardiè aluma la mèca de soun detonatou, pioi s’amaga ; las boumbas vouloun, fan cinquanta mila cambirolas, pioi toumboun, esclatoun ou esclatoun pas.

247S’esclatoun à l’endrech vougut, es la mort ou las blessaduras afrousas, es la trencada espoutida, las fustas chapladas, lous sacs de terra estripats, brullats. Es de braves que deman aurièn coumplit quauque trat nouvèl d’erouïsme tugats ou desmoulits pèr, belèu, un lache qu’aurà mes fioc à un moucèl de mèca.

248Es bèstie de mouri couma acò... e dire qu’es ce que pot m’arribà d’una segounda à l’autra, couma acò’s arribat a trop de mous omes que fossa fossa an trincat. Es nèsci de mouri tant jouine pèr pas res, sans pourre faire pagà car una pèl qu’avèn sauvada jusquas à ioi.

249Parlen pas pus d’acò, qu’es trop c... E pioi, sabèn be que la mort es pèr nautres. Ioi à ièu, deman à tus.

250... [une ligne de points dans le manuscrit]

251Counouisse (dequ’es que counouisse pas de la vida militaria, de caserna ou de campagna ?) las cabanetas ramudas, pintourladas, ouriginalas, ounte on fai la cousina e la sala à manjà, titouladas d’ensegnas variadas e tipicas.

252Dins nosta trencada, me regalave de matis de veire un souldat escriéure sus la plancha que tèn la terra de soun abric : Li sian pas qu’un. A soun coustat pos legi : Lou cabanoun, La Prouvènço flourido, Vila de la Crau, La Cetoria, e n’i a couma acò, e n’i a ! D’autres en francimand : Villa Belle-Vue (te sinnale sustout aquela, plaçada dins un cuèu-de-sac escu couma de pega), Aux trois étoiles, Villa Manon, La favorite, etc.

253Aqueles pichots detals qu’an l’èr de pas res èstre pèr lou que regarda sans veire ou que passa sans regardà nous podoun pas quità insensibles pèr soun pintouresca e sa simpla bèutat.

254Caudriè-ti faire de longas frasas pèr proubà qu’acò, milhou que res, es lou testimòni vivènt de nosta bella raça, de nosta gaietat sempre viva, mèmes au moument lou pus terrible e lou pus du.

*

2557 de jun

256... Sabe, e t’hou ai fach remarcà, que l’istòria de la guerra guerrièira, de la vida vidante das souldats, serà escricha soulament pèr lous que l’auran viscuda, couma nautres, e que ié serà estada ditada pèr ce qu’auren vist, en diguent las causas sans ges de pretencious literàrias ou autres.

  • 52 L’Écho des Marmites. Seul quotidien hebdomadaire [puis] périodique, aucun fil spécial avec Berlin, (...)
  • 53 Lou Gal, lui, se fait très loin du front, à Montpellier, mais avec des correspondants au front, com (...)

257Pèr moun comte, te farai chaca cop ma crouniqueta ou moun raconte emé lou mème estile, emé sustout la mèma lenga. Dequé vos ? Lou traval de la terra pot pas se cantà qu’emé la lenga de la terra. Tout ce que t’escrive es be, sièga-n-en soulide, moun cahiè de notas, ounte vendren refrescà nosta mementa se voulèn escrièure, ou discutà emé quauques cigàrrous de journalista. Car prevese d’aici aquelas discussiouns. Las prevese contra aqueles que se disoun lous poilus e que soun liont de las trencadas ; contra aqueles que fan de journals que s’apelloun Echo des marmites52 ou autres. Sabèn ounte e couma se fan aqueles journals. En arriès, dins las ambulanças ou dins lous estat-majors53.

258Soustènoun à toutes e à noutas vouès que soun sus lou front e que fan pas partida de l’arriès. Ebé, nautres, sèn pas sus lou front : sèn sus la ligna, sèn as endrechs ounte on a pas lou tems nimai l’idèia de faire de journals e de lous estampà mèmes à la poulicoupia ; e pèr faire una letra de 4 pages, nous i metèn à 10 represas diferentas, car avèn counsciença de noste traval e aquel traval lou fasèn de noste milhou.

259Sabe be que serà pas nautres qu’auren fach la guerra, que serà eles. Car de nautres fossa pourriran jouta sièis pans de terra dau tems qu’eles perfumats, cirats e poudrats auran fach la noça e se seran tirats de l’endrech ounte acò toumbava trop.

  • 54 Dans La Plume au fusil (op. cit., p. 173), on trouve cet extrait d’une lettre d’Alfred Roumiguières (...)

260Es pèr acò que duvèn escriéure fossa e que lous que demouraran e que nous legiran rendran justiça a lous que soun toumbats chanudament pèr d’autres qu’avièn l’avantage que soun paire èra nascut avans eles. Un travalhadou se fai tugà perdequ’a pas agut una autò à oufri à un general, à coundicioun de ié la menà pour la durée de la guerre54.

261... [Une autre ligne de points dans le manuscrit]

262Couma avèn cambiat de ròdou de traval, avèn cambiat d’endrech de repaus e lou vilajou de Minorville nous a bailat un repaus coumplet fisic e moural. Lou vilage es quilhat sus una pichota cresta, travessat pèr una granda routa e bourdat pèr un riéu.

263Lous prats soun verds e las flous jaunas fan de la terra un immense bouquet que s’espandis à perta de vista. Dau coustat dau couchant i a la routa, oumbrejada pèr una manifica lèia d’aubres ramuts e verds. Au founs d’aquela léia, à 100 mèstres dau vilage, una capeleta de la Vierja e d’aqui un panouramà superbe : la plana valounada, las colas bassas e verdejantas, de clouquiès pounchuts despassant las crestetas, de vilages quilhats.

264Au liont, dors lou nord, la routa de Metz, pus liont encara lou bos de la Jurada e à sa drecha lou de Mortmare ; à gaucha lous païses counouguts : Beaumont, Mandres amagant Xivray qu’on sap dins lou founs ; Montsec, la pousicioun enemiga qu’es l’oura d’ioi una vertadièira plaça forta ; pioi las mountagnas que soun davans St-Mihiel ou Commercy, countuniant sus la mèma man la fourèst de la Reina, pioi lous forts de Lagney, Boucq, Bruley, e Toul pèr bella finida.

265Mès quiten ce qu’es tant liont e regarden procha nautres. De dalhaires soun aqui que fan lou chaple de las espigas e de la luserna.

266Acò’s de vièls ou de souldats ; mès à coustat i a de fennas, las ligairas ou las qu’assetadas sus lou sèti fan tirà lous chivals atalats à la fourcassa à mecanica.

267Soui anat dins lou camp e ai parlat à-m-una jouventa, blounda couma lou blad madu. Me soui fach esplicà la marcha de la mecanica pioi avèn charrat, longtems, avèn parlat de tout, e dau tems que me disiè lou noum das vilages (que counouissièi pèr las carta), regardave lous dets mignots de sa maneta brunida pèr lou sourel.

268Era poulida, e soun mourretou friand ressourtissiè encara mai à l’oumbra de soun capèl campagnard de tèla blanca. Sous iols èroun viéus, mès sourrisièn couma pèr força. Avèn charrat longtems ; lou sourel acabava sa coursa quand sèn dintrats dins lou vilage, e sabièi que soun fraire èra presouniè e que soun calignaire dourmissiè soun darniè som.

269L’ai planida e l’ai counsoulada, i ai parlat de la Patria, e sabes dequé m’a respoundut :

Oh ! mon lieutenant, ma Patrie à moi c’est mon village et pas plus. Dès que je le quitte, dès que je suis loin de ces pays que mes yeux peuvent voir d’ici, eh bien ! c’est une autre patrie que je trouve là, et l’air de ce pays m’étouffe. J’aime mes champs et mon soleil, et je n’ai pas voulu me marier avec des jeunes gens de la ville, de Nancy, parce qu’il m’aurait fallu habiter là-bas. N’ai-je pas assez de choses à aimer dans mon petit village ? Tout me parle, tout me rit. Ma mère repose dans son cimetière et c’est là que je veux reposer moi aussi.

  • 55 On est bien loin de la grande France !

270E la jouventa parlava, e ièu l’escoutava... Soun parlà francimand me fasiè gau, mai que lou qu’ausisse d’abituda. Pioi l’amour d’aquel vilage trasse, salle, à mitat engrunat, dich emé tant de fermetat, me rendiè aquela manida mai simpatica. — E la definicioun de sa patria55 !...

271... Vole pamens fini ma letra. Serà pèr una nouvella trista. Te rapelles la figura nobla e granda de moun rèire-ouncle Bonfils, aquel qu’èra l’ainat de la familha vèn de mouri : es defuntat lou 1è de jun.

272Se dins moun cor de nebout ploure l’ouncle que m’aimava fossa, dins moun ama de miejournau ploure lou clapassiè que vèn de parti. Era la bella figura simboulica dau pacan miejournau, dau prouprietari-travalhadou, de l’ome de la terra.

273Te rapelarai un mot sièu que milhou que res te lou pintrarà. A sa vigna sus la routa de Grabel, ounte ère anat un jour pèr pausà lou cremascle dau mas, en me passejant em’el entre las gàbias de soucas prenguèt un pougnat de terra, s’en frièt las mans e me diguèt : « Veses, Filhounet, la terra a pas jamai sallit las mans de digus. » Dequ’ajustà à la bèutat granda d’aquela simpla paraule ?...

*

27411 de jun

275... Comte, franc auvàri, pourre t’escrièure pus souvent. L’arribada d’un jouine jout-lioctenant à la Coumpaniè me baila mai de lesè. Coumande pas ges de secioun, soui ajoun au coumandant de coumpaniè. Es poussible que demore pas gaire sans prene una coumpaniè jout ma respounsabilitat, ou pulèu sans que me la bailoun. Proubablament serà la 13ma.

276Acò me fai pas pena, car vertadièirament n’i a que farièn milhou de rendre sous galouns que de voudre s’imaginà de coumandà 250 omes.

*

27718 de jun

278... Es pèr acò, moun ome, que duvèn nous ’n tirà, pèr racà nosta billa, nosta coulèra, nosta ira, sus tout aquel mounde qu’an agut lou merite de noste traval, que nous an empachats d’arribà, même pèr nostes couides. N’en diren de causas, n’en farèn palli de ribans rouges !...

*

2795 de julhet 1915

280Sans eveniment remarcant, nosta vida se countunia. Vida vidante dau pialut dins sa trencada, vida abrutissanta pèr lous estrambourdats dau miejour couma sèn toutes.

*

  • 56 Le jour même où Pierre Azéma est blessé à la tête et à l’épaule. Il sera trépané le lendemain.

2817 de julhet56

282... Soui en prumièira ligna : acò t’estouna pas, nimai ièu. Sèn à 50 mèstres das Bòchous, ai un pichot poste que n’es à 22 esatament, e d’aqui me soui pagat lou lùssi inestimable de desmouli à cops de granadas una mitralhusa que m’aviè tugat dous omes.

283A coustat de la mitralhusa duviè i avudre un depaus de municiouns, car i agèt un bèu tarabastèri, una detounacioun fourmidabla, quicon que sautava. M’an tirat dessus, mès couma toujour m’an mancat.

284Ai agut dos blassaduras aquesta passa, dos esclatas de boumba : una à la man drecha, l’autra au ginoul. Simple esgraufignage, sans indispounibilitat — pas prou pèr m’en anà ’n pauquetou à l’arriès ensajà de me pausà. A ounze meses de campagna, es pas de besoun de se pausà ?... Soui toujour jouta-coumandant de coumpaniè : espère que lou vièl lioctenent (58 ans) que nous coumanda mau vogue ben se faire evacuà.

  • 57 Lou Delubre dont le sous-titre est Santo Ventùri ! (Le Mont de la Victoire), bulletin per tres mes (...)

285Ai pas à me fachà de ma vida atuala : soui mai que ben vist de lous que soun jouta mous ordres : e emm..., em’aquela oupinioun, lous que soun en dessus de ièu. Car soui d’à founs en michantas relaciouns emé moun coumandant de coumpaniè e moun chef de batalhoun. Acò t’esplica prou perdequ’ai pas ges de crous de guerra.... Saique as ressachut Lou Delubre alestit pèr Marcel Provence57 ? Te sinnale dins soun numerot l’anouncia de la mort dau felibre Emila Arné. Aquel Arné èra un de mous bons amics. Era serjant-major à la 5ma, es el que fasiè cantà lous canticas prouvençaus à la messa dau dimanche à Bouconville. Era un ome d’acioun pèr ecelencia, lous quauques-uns que l’avèn ben counougut l’avèn fossa plourat ; es toumbat en mièch dau barbelé bòchou pendent un assaut. Lous felibres, de fes, saboun se faire tugà.

286Vese espeli chaca jour, aici, un Clapassiè nouvèl que se recoumanda à ièu. Jouines de la classa 15, refourmats ou aussiliàris represes dins lou service armat, tout acò vèn. Las relaciouns soun pas toujour coumodas ; nostas oucupaciouns difèroun e, maugrat moun caratèra, soui tengut pèr moun galoun à me retène de trop de familièiretat. Acò m’embèstia prou, hou coumprenes, mès ma libertat depend pas toujour de ièu ; fau pamens tout ce que pode faire.

287Poudrièn mountà une coumpaniè res que de Clapassiès. Lous engule toutes car se cresoun oublijats de me parlà francimand quand ié parle en lenga d’oc. Un m’a mèma dich : « Je ne comprends pas le patois. » I ai respoundut « Lèva-te d’aqui, me fas veni lou bòmi ! »

*

28810 de julhet

289... L’ajudant abrutit pèr 15 ans de caserna a bèu passà jouta-lioctenent, es e demora toujour la vièlha bruta qu’èra ièr en caserna. Diràs pas que no, saique ! A caugut bailà de galouns à quaucun e an cresegut qu’èra eles lous prumiès que duvièn lous reçaupre. Se soui pas ’stat noumat pus lèu es be pèr quicon, es be pèr aquela banda à quau lou serjant de la classa n’avié fach veire. E a caugut que seguèssoun blassats ou tugats pèr qu’avancèssen. Lou jout-lioctenent jouine a d’idèias pus larjas ; se rapella qu’èra ièr souldat, capoural ou sarjant. E es acò que nous cambia das vièls abrutits que s’en voloun pas rapelà ; e ’s pèr acò que soun encara mai furiouses quand vesoun lous jouines mountà tant ou mai vite qu’eles.

*

  • 58 Cette lettre est la première qui suit la grave blessure d’Azéma dans le recueil qu’il constitue lui (...)

290Toul, espitau Gama, 4 d’agoust 191558

291Sabes pèr ma carta de ièr que soui à l’espitau. T’ai dièch acò en un mot, t’hou pode be dire en dous ioi.

292Lou 17 au vèspre mountaven relevà. En cami rescontre Ubert que mountava emé sa coumpaniè, e nous vejaqui charrant. Tout d’un cop te foutès un ourage pas terrible, mès que nous bagnèt prou. Quitère un bon moument après Ubert e esperère sus la routa ma coumpaniè qu’avièi bravament davançat. Bufava una cisampa glaçada, sentiguère lou frech m’arrapà, me metère à faire de mouvament. Arribat à mon P. C. moun ourdounancia me dis « Ai una camisa, de caussetas, vosta vesta en quior, dèuriàs sanjà. » Un brave pichot de la classa 14, moun ourdounancia, e èren ben d’acordi !

293Sanje de linge, pause ma capota pèr cargà ma vesta e roullat dins moun coubertou ensache de dourmi sans ié reüssi. Era dos ouras dau mati, tremoulave. Avian pas ges de vi, mès avian d’aiga-ardent, m’en fau brullà un pauc e buve. Acò me rescaufèt un pauc e me tenguèt jusqu’au mati. La tèsta me douliè, lous rens, l’esquina e las espallas semblavoun rousigats pèr touta la chinariè poussibla e tenièi pas pus sus mas cambas.

294Passère touta la journada e la nioch antau. Ausave pas, estent ouficiè, me faire pourtà malaute en prumièira ligna, mès tenièi pas lou cop e acò s’empusava. L’endeman ère pus mau ; ié tenguent pas pus davalère.

  • 59 Sans doute Guillaume Espagne, né à Gignac, médecin depuis 1883, installé à Aumessas, près du Vigan.

295Lou major qu’es dau Vigan e qu’a fach sas estùdias au Clapàs d’ounte sa familha sourtis — lou doutou Espagne59 — me dis dins sa barbassa blounda e en bona lenga : « Acò vai pas, as au mens 40 de fèbre. Demora aici emé nautres, te faren de tisana e à la prumièira autò t’en anaras. »

296L’autò arribèt, mès me quitèt à 6 kiloumèstres de moun cantounament. Pèr una courcha n’i a pas que 4, es aqui que passère. Au bout de 500 mèstres me foutère au sòu e poudièi pas pus me relevà, quand passa un artilhur que me prenguèt sus soun toumbarèl e que me menèt au cantounament.

297L’endeman mati mèma fèbra. Pouguent pas me souegnà, m’evacuoun e me vejaici à Toul desempioi lou 21.

*

2987 d’agoust

299... Enfin, acò serà pas mai e tout se petassarà pèr lou milhou. Sèn de la raça que s’en tira. Poudèn pas mouri jouines, e quand auren 90 ans ou 91 diran de nautres : Sembloun de jouvents de 20 ans.

300Aquela malautiè que me tèn encara couchat m’empecha de fini la campagna. La benisse de fes pèr lou repaus moural que me precura, e que pode pretendre i avudre un pauc drech. Mès de cops l’ahisse en me vegent soulet espandit sus un lièch à pensà touta la journada, à me souveni dau chaple qu’ai vist pendent un an, de las bellas ouras de nosta jouinessa ; de fes enveje mous camaradas que soun amount, ounte acò plòu de longa.

301La manifica vida vidante que menaven ! E couma èra vrai de dire : Lou qu’aurà viscut longtems aquela lucha, qu’aurà counougut aquela vida, pourrà pas dire qu’es nascut pèr pas res.

*

30217 d’agoust

  • 60 Ceux de lieutenant.

303... T’aprene qu’ai un double galoun sus chaca mancha e au kepi60. Blouque ma cantina e, deman, en routa !

*

304Nuits-St-Georges, 24 d’agoust

305Un mot de crounica, sans alònguis : las notas, couma disèn, gardant pèr pus tard lou desveloupament de tout ce que vesèn ioi.

306Niochs-St-Jòrdi es un gros vilage de 3 000 amas. On se remembre l’age mejan quand on vei sas vièlhas carrièiras mau caladadas, sous oustaus à tèulat en penta rapida amoulounats à l’entour dau vièl beffoi qu’es en mièch dau vilage.

307I a pamens d’oustaus nòus bastits sans goust, sans architetura mouderna ou anciana, em’un grand jardi davans ou darriès. Acò’s las richas demoras das grands prouprietàris ou negouciants que fan un trafic enorme das vis bourguignouns.

308Lous alentours soun pas mau : de plana au nord, au levant, au miejour, de colas au couchant, quaucas campagnetas. Las routas que sourtissoun dau vilage soun bourdadas de vilàs prou ben, emé quasi toujour una bella trelha que fai tounella.

309Las gens sont tout ple ounèstas ; poudèn pas passà davans una porta sans que lou mounde assetat se lèvoun e nous digoun bonjour. Entre que nous an vist passà se soun derenjats de sas tounellas e nous an counvidat à bèure una d’aquelas boutelhas... que t’en dise pas qu’acò.

310Mès l’espitau, toun espitau 33 ? me vas dire. Ié sèn. Se capita dins un ancian couvent d’Ursulinas, à la sourtida dau vilage, sus la routa de Dijoun. Poulida bastissa, pargue meravilhous, bon èr, bona nourriture, vi : vièl bourgougna, una bona cambra pèr chaca ouficiè, una sala à manjà pèr toutes.

311Sèn 4 : un lioctenent de cassaires à chival, un nourmand pas interessant ; un lioctenent de la Legioun estrangèira, liounés, blagaire, messourguiè, vantard ; un medeci-ajuda-major, Foch, toulousenc, es lou nebout dau general coumandant las armadas dau Nord, tipe espantant, parlant una lenga granada ; ièu.

312Lou medeci-chef, dous-galouns, bon vivant, nous baila touta libertat, fasèn ce que voulèn. Se garda lou plesi de nous acoumpagnà pèr nous presentà as grosses legums dau païs : lou maire, un ajount, lou farmacian, quauques riches prouprietàris.

313Lou maire e l’ajoun an pas res de remarcant. Lou farmacian, el, es establit dins lou vièl oustau das duqs de Bourgougna. La carta-vista que representa sa boutiga es estada editada pèr el e se crei quaucun d’avudre fach aquel tour de força. Es un tipe à croucà. Pichounet, ventrut, una barbeta negra, un parel de cugas, te fai una granda ounou en te bailant una carta, e soui estat remarcat ièu que n’ai demandat una de mai.

314Das riches prouprietàris ou negouciants que counouisse pas encara ben, i auriè dequé escriéure un rouman, ou mèma dous. Passen lous noums e lous detals que servirièn pas à res, e venguen tout drech à la pèira de toca.

    • 61 Barrique bordelaise qui contient 225 litres. Donc, en futs, quelques 27 000 hectolitres. Plus 7 à 8 (...)

    Cau veire, que merita d’èstre vist, las cavas d’aquel mounde. N’ai vist una ièr. Avèn fach 7 kiloumèstres de cami jout terra, car aici las cavas soun pas dins de celès, mès dins de cavas voutadas, frescas, negras. Lou prouprietàri nous aviè armats d’un candeliè e aquela fila de 7 ou 8 tipes dins l’escurina, tenguent sas camouflas, valiè un milhoun à veire. E ce que vesièn valiè mai de dèch milhous. A despart dau vi que servis diretament pèr lou coumerce, lou prouprietàri-negouciant nous afourtissiè avudre 12 000 bourdelesas61 e de 7 à 800 000 boutelhas. Tus creses qu’on pot bèure ! Lous iols te fan mau de veire las pilas longas e nautas de boutelhas ou de barricas alignadas, etiquetadas, ben renjadas. Te parle pas de l’outilhage mouderne que servis pèr l’embalage, la mesa en boutelhas, etc.

  1. E pioi, i a las familhas. Sèn estats counvidats dissate passat à passà la tantossada encò d’un d’aqueles richasses. I aviè, à despart de la familha, de cousinas, d’amigas de madoumaisella, vengudas esprès pèr tène coumpagna as galants ouficiès ( ! ). Se passèt ben, mès digus se counoussiè pas. I a pas agut de presentaciouns e sabe pas ges de noums, à despart d’una Marie e d’una Joséphine. Couma es trop pauc dire, dise pas res.

315Soulament soui das 4 ouficiès lou soul jouinome e lou soul prou jouine. Lous tres autres charravoun emé lous omes e ièu ère afairat emé 7 ou 8 manidas mai ou mens poulidas, pulèu mens, mai ou mens ajadas, pulèu mai. Arribèt l’oura dau goustà : countunière de bailà lou vanc mès ère pas seguit.

316Enfin la partida artistica ( ! ). Madoumaisella se mes au pianò e nous joga un èr d’ouperà, pioi acoumpagna una amiga dins una roumansa amourousa. Pioi i aguèt de verses, de verses patrioutics dichs pèr l’autou qu’es una doumaisella à maridà.

317I agèt silença encò das ouficiès ; nous reservèren pèr las felicitaciouns. Mès à tus pode dir que se soui un proufane pèr la musica, la pouësia patrioutica duviè filà drech couma un i, vite couma un ilhau, de Paris à Berlin... car mancava pas de pèses as verses.

318Pareis que parièiras journadas nous soun reservadas encara.

*

319Mount-Peliè, 10 de setembre 1915

320Jouta lou cièl sempre blu dau bèu païs nostre, tres jours soun dejà passats. Liont das foutraus et de las gognas, entourats de parents e d’amics, las ouras passoun vite, courtas mès bellas.

321Me sembla que soui pas jamai partit, que lou terrible malastre que treboula l’univers esista pas, talament aici lous mouments soun siaves, las minutas deliciousas.

322E pode pas te faire de crounica aqui dessus car devignes tout -tout ce que l’amour de la familha ou l’afecioun das amics, aumentats dempioi un an se poussible, podoun precurà.

  • 62 En octobre-novembre, Pierre Azéma est en convalescence à Montpellier. « A toumbat sa poulida perruc (...)

323Te seques pas las bèbas me dises. Sabes pas se pourrai segui toun counsel, car se i a secaresse de ploja, i a inoundacioun de poutous. Tamben, en bon camarada t’avertisse, vole pas que siègues susprès ou entreprès couma hou soui estat62 (!).

324Plòu de poutous, es lou deluge. E d’aquelas brassadas coumoulas d’afecioun e d’amistat, charmantas de tendressa, on s’en alassariè pas jamai... E d’autres, e d’autras, toutes pus amistouses, toutas pus gentas que jamai, espandiguent sa joïa de reveire un amic ; d’alhurs dins quauques jours auràs aquel bonur, e se duves parti pas que quoura commençaras de langui, siès à Mount-Peliè jusqu’après ta mort dins 99 ans...

325... E ara, qu’es l’oura de faire un tour sus lou sòu sacrat de noste Clapàs ben-aimat, te vau quità. Mès [pas] sans te mandà lou bon souveni de toutes aici, familha e amics, parents e counouissenças.

326En mai de la brassada miéuna ajustada à tout aquelas n’i a una autra que te mande : la de nosta terra e de noste sourel.

*

327Cagnes (A.-M.), 10 d’otobre 1915

  • 63 Ce même 7 octobre, Bonfils envoie, sitôt arrivé à Nice, une carte à Mlle Rose Lacombe, Fg Figueroll (...)

328... Ai quitat dijoùs (lou 763) lou Clapàs pèr la ciéutat niçarda... Lou coumandant Boutaire, que coumanda lou depaus dau 163 à Niça, après m’avudre souvetat la benvenguda m’afetet au camp de Cagnes ounte soui dempioi dissate mati.

329Lou camp de St Veran se capita à 1 km dau vilage, sus l’emplaçament dau Nice Golf ; apartèn à un Inglès que l’a lougat 20 sòus pèr touta la durada de la guerra. Es mai que ben situat. Lou terren n’es una seria de colas e de vaus, plantat en pinedas ; sus lous pichots platèus an dressat las tendas ounte sèn loujats.

*

330Cagnes, 23 d’otobre. 10 ouras de vèspre

331Vène de faire una passejada requista. Lou tems es dous, la luna roussèla esclaira lou sòu. Ai pres un caminet que mena à la mar. Las flous das jardis embaumoun l’aire, es una oura deliciousa. La grande mar latina sembla d’òli e au founs, dins lou founs, las vèlas das batèus pescaires fan taca negra sus aquela espandida blua e jaune pèr lou rebat de la luna.

332Me soui assetat sus la grava, ai fumat una cigaretta, soui dintrat. Acò èra trop bèu pèr ièu tout soul, vole pas gardà pèr ièu tout soul aquel tablèu. T’en fau passà un pauquetou, pas gaire, dins aquestas regas.

333Quanta plouma caudriè pèr te pintrà lous bèus recantous que vesèn dins nostes esercices de service en campagna. Es, aici una garriga seca à te rapelà lous serres còrsous, alai una mountagneta cafida d’ouliviès ; dins la vau es lous irangès tout verds encara, lous mimosas jaunes e las milanta coulous de flous mirgalhadas que tapiscoun mila jardis. Es una vilà manifica em’una granda verandah, es un castèl sus la cima d’un pioch, es un maset amagat jouta una figuèira. Es encara un vilajou apegat à-m-una mountagna ou perdut dins la founsou d’una valada. Es un riéu que raja entre dous prats, es una ribièira que soun aiga d’argent cascalheja entre lous roucasses dau pèd de dos mountagnas. Es de pinedes ou d’oulivedas, es la mountagna garruda e neblada, es un floc de plana, ou alors es la mar.

334Couma de longas serps, las routas e lous camis fan mila bistours blanc sus aquel païsage verd. E tout acò es bèu qu’on s’alassariè pas d’hou regardà e qu’on n’en garda la visioun e lou regrèt quand on es oublijats de s’en desseparà.

335Amagats dins lous aubrasses que seguissoun la ribièira, de cafetous ou de pichots otèls espèroun la pratica que counouis lous bons recantous. Lous groumands e lous lèca-froias saboun lou carrairou que cau prene. Counouissoun aqueste pèr sas trouchas, aqueste pèr sas galinas, aqueste pèr sous counils — e n’i a, e n’i a... Veses be, emè ce que toun imaginacioun ajustarà pèr veire couma se dèu aquel tablèu, qu’on fariè milhou de pausà sa plouma quand on pot pas troubà lous bèus mots qu’aquelas causas meravilhousas s’améritoun.

*

33615 de nouvembre 1915

337... La journada es bella, sabes dequ’acò vòu dire, dins lou ròdou ounte sèn e ounte tout porta à l’encantament on s’alassariè pas de regardà pèr l’amirà lou mème recantou.

338Sempre pariè, lou païsage sembla prene chaca jour un toun nouvèl pèr se faire mai poulit. Lou blu de la mar es mai blu, la nèu sus las Alpas es mai blanca e lous serres soun mai verds ou mai grises. Aquel gris cambia de coulou chaca oura e l’on se demanda s’es toujour lou même parage qu’on vei.

339Se la plouma poudiè escriéure esatament ce que lous iols vesoun, se lous mots avièn de coulous, se las frasas bailavoun à las causas sa vida naturala, on s’arrestariè pas d’escréure, couma on s’arrèsta pas de regardà.

*

34024 de nouvembre

341... Villers Cotterets — ounte ai desbarcat — es pas lou sèti de la 53na divisioun, mès n’es la gara la pus procha. Un cop que m’aguèroun afetat au 319ma metèroun à ma dispausition una autò que me menèt aici à Cœuvres, 15 km. au S.-O. de Soissons.

342La divisioun en entiè a participat à las atacas de Champagna e se faguèt prou cranament desmouli. Hou cau pèr qu’ajoun demandat d’ouficiès à drecha e à gaucha.

343Lou 319 tèn garnisoun à Lisieux e soun recrutament es en maja partida fach dins la Nourmandia ou à Paris : Parisencs e Nourmands poploun las coumpaniès. Ai pamens rescountrat aici dins ma coumpaniè un tipe de Paulhan e m’a dich qu’èroun 3 de l’Erau. I ai parlat en lenga et tout lou mounde seguèt estoumaca de m’ausi. Lou patois pèr aquel mounde, acò’s quicon de talament ourdinàri, vulgaire — couma disiè l’autra pèpia — qu’on auriè jamais cresegut qu’un lioctenent ausèsse lou parlà.

344Mès ièu ausère, e acò me varguèt [?] de prene la desfensa d’aquel paure bougre qu’èra sujèt à toutes lous camouflets de la part de sous coulègas. Penses, d’un autre coustat, se moun Paulhanés èra countent !

*

34528 de nouvembre

346Avèn agut passat-ièr una ramassada de nèu, e ièr una forta jalada. Mès lou tems es superbe : una journada d’ivèr frech e bèu, la glaça e lou sourel sans la mendre cisampa. Aquel paure sourel, l’avièi pas vist desempioi ma partença ; tamben troubave lo tems triste, mai que ce qu’èra gris, e es pas pauc dire.

347Pamens, en regardant pus attentivament lou païsage, me demandave s’aquel grisàs èra pas ce que caliè pèr aquestes parages.

  • 64 Fin novembre, après la neige et le gel, quelles sont ces fleurs jaunes et rouges qui poussent dans (...)

348Lou païs es una seguida de platèus ounte poussoun civada e blada-rave ; es sus un plan de pampas verdas, sus l’autre las grandas molas pounchudas de palha jauna, es lou terren laurat. Rarament se vei una prada : aquestas, verdas e mirgalhadas pèr las flous roujas ou jaunas64 soun pulèu dins l’en-bas das valounets que desseparoun lous platèus.

  • 65 Territoriaux.

349Sus chaca pan dau valoun, una routa grisa, routa de terra, mau empeirada, ounte le toriaux65 escampoun à bellas paladas de sabla. Au founs, un valat, un riéu ou una ribièireta.

350Ce que i a de remarcant es lou countraste brutal que fai em’aquel païsage lou bos espès que seguis. Aici, de terra, pas que de terra, alai lou bos. Aubras de toutas menas, bartasses espesses, tout acò desfioulhat e tapat d’una coucha de blanca barbasta. E la coulou rouja e castagna d’aqueles aubres e aquela pintura blanca de la barbasta, e dins lou founs lou cièl gris ou la nèbla mai grisa encara, es quicon au cop de triste e de terriblament bèu. Es triste coumparat à las cotas verdejantes e ensourelhadas de nosta terraire mieterranenc ; es bèu car aquel païsage sembla fach esprès pèr la lucha à mort que se decida à coustat.

351Car vese pas ben una batalha en mitan de las flous, la vese pulèu dins un païs triste e gris couma aqueste. Cau bailà à chaca causa l’abilhage que ié counvèn, e una batalha dins un jardi flourit e perfumat salliriè lou jardi sans s’embelli ela-mèma. E lou soul sourel que cau pèr una batalha es aquel qu’avèn dins noste cor de Miejournaus e que fai bouli lou sang latin que raja dins nostas venas.

*

3523 de decembre 1915

353... Sabes dequ’es un coumandant de coumpaniè. Counouissès d’un coustat las respounsabilitats e lou traval, de l’autre lous avantages mourals ou materials. Coumprenes l’obra qu’aquel ome pot faire, se sentiguent soun mèstre, agent pas pòu de prene sus el toutas las respounsabilitats, las criticas ou las felicitaciouns que soun lous avantages ou lous inconvenients dau mestiè.

354Moun cambiament de chèf de secioun à coumandant de coumpaniè es pas qu’una prougressioun, noun pas que quità de miejournaus pèr de nourmands es una enourmitat pèr de felibres couma nautres. Cau-ti regretà acò ? Cau-ti lausà lou sort ? Sabe pas. Mès crese que ce milhou serà de tirà d’aquela nouvella situacioun tout ce que serà paussible de n’en tirà.

  • 66 Le 24 août 1914 le journal Le Matin publie un texte signé Auguste Gervais, sénateur de la Seine, in (...)

355Coumandant una coumpaniè de miejournaus, farièi una obra felibrenca : la que penses. Coumandant una coumpaniè de nourmands, farai mous esfors lous pus grands pèr i aprene ce que sèn e ce que valèn. E me demande, se reüssisse a ié baila das miejournaus una autra oupinioun que la qu’a bailat lou gus de Gervais66, s’aquela obra serà pas de felibrige, mèma se sèn oublijats de faire de felibrige sans la lenga. M’es d’avejaire qu’es acò ma toca nouvella dins moun nouvèl regiment.

356I a ’na granda diferencia entre lous souldats qu’ai ioi jouta mous ordres emé lous qu’avièi ièr.

357Aqueles an mai l’esprit de la disciplina que ce qu’avièn lous autres. Se coumandes quicon, siès oubeït sans roundinà, sans regardà se lou que coumanda es capoural ou coulounèl. E veses d’ausida quanta força !

358Pèr contra, as pas lou gros avantage qu’aviès emé lous miejournaus, que fasièn quicon pèr te faire plesi ou que, prevenguent tous ordres, fasièn lou traval avans que seguèsse coumandat.

359Aici bailes un ordre, es esecutat. Aval, lou fan mès pas sans roundinà, mès se siès crane em’eles lou soun encara mai emé tus. Aquela diferença es ben caraterisada e ben carateristica. Quante n’en soun lous moutifs ? Vese pas ben, senoun aqueste que te vau dire.

360Pèr el-mèma, lou miejournau jouïs d’una prou granda libertat, pèr la bona rasou qu’es en granda partida soun mèstre. Dins noste païs soun noumbrouses lous qu’an soun floc de vigna que lous fai viéure, eles emé lous siéunes. Soun encara noumbrouses lous qu’an un atalhè de pati-pata-parés ounte l’ome gagna prou pèr faire bouli lou toupi de toutes. Aquel noumbre es toujour pus grand que lou das emplegats ou de las oubriès d’usina.

361Au countrari, dins lou Nord, l’endustria fai flòri. Cau que lou carbou fague lou traval dau sourel e lous emplegats soun de fossa mai noumbrouses que lous patrouns. Lous pichots atalhès esistoun pas, podoun pas esistà procha de las grandas usinasses e un soul ome coumanda à mila, dous mila, dèch mila emplegats. Ce ques de l’endustria dau Nord l’es tamben de las campagnas de Nourmandia ounte un soul prouprietàri es riche pèr tout un vilage. Aiçò pausat, dequ’es qu’arriba ? la causa la pus naturala : lou miejournau travalha pèr soun plesi, ausarièi dire, l’ome dau Nord travalha pèr força. Abituat à sa libertat, lou miejournau vòu èstre toujour libre ; abituat au coumandament, l’ome dau Nord se troba pas tant despaïsat davans la disciplina militària.

362Vejaqui, dins las grandas lignas, moun avejaire, que s’apuga sus de counstataciouns.

*

36312 de décembre

364... La nèu toumba. Es bèu mès rudament triste, aquel tems, car duves pas dessoublidà que d’aquesta oura soui en reserva e qu’après-deman serai en prumièira ligna. Oi, moun ome, es noste tour, ié cau anà. I a d’aiga e de fanga, i a dequé se metre salles couma de porcs. Dequé vos ? es la guerra, la guerra en plen ivèr. Aqueste ivèr me pareis pus terrible que lou de l’an passat, ou soui vengut pus doulhet. Pamens, se m’esfraie pas dau tems, lou cranisse i pas pèr ièu, mès pèr mous 250 pialuts.

  • 67 C’est dans ce village que se situe la tragédie du « pantalon rouge » : Lucien Bersot est fusillé le (...)
  • 68 Tous les vents du nord sont-ils lou magistrau ? Ou est-ce un occitanocentrisme ?

365L’endrech ounte sèn d’aquesta oura es un vilajou partajat en dous : Port-Fontenoy67. La ribièrassa de l’Aisne bagna lou pèd de sous oustaus. Es apegat contra un serre à l’abric dau magistrau68 ; sus lou platéu que nous doumina, las trencadas.

  • 69 À partir d’ici et jusqu’à la fin de cette lettre, la copie manuscrite de Pierre Azéma est remplacée (...)

366Vejaici couma çai sèn venguts. Tres ouras dau mati. Lou batalhoun es69 acampat, anan parti, partissèn... Pas sans bruch, car lou prèst seguèt pagat la velha, e las barricas de Toupineta (es l’escai qu’ai dounat à la pichota e grossa patrouna dau cafè de Cœuvres ounte cantounan) se vouidèroun prou. Las tèstas escaufadas cantavoun, cridavoun. Aqueste, pauruc, crei de sautà dessus las trencadas e se fout dins un valat ; un autre, galoi, pren un aubre pèr un bòchou e ié planta de cops de baïouneta, aderé...

367Lou tems a pas cambiat : pèr ramassadas la ploja tomba, fai una calounassa que crèba, sabe pas couma on ié pot tène. Lou bruch sour das canous s’ausis couma un ressoun dau tron que roundina, la flamba de fioc que giscla après l’oubus s’aparia emé l’ilhau. Es triste, mès terriblament bèu ! Sus lou platèu de Nouveon, ounte sount nostas trencadas, vesèn las fusadas traucant lou gris negre de l’èr, esclairant un moument lou sòu, pioi retoumbant damoussadas : lous iols parpalhejoun, on ié vei trop, pioi on ié vei pas res.

368Enfin arriban : tres ouras de marcha sount passadas. Ma coumpaniè en tèsta duguent s’arrestà au vilage, vese tout lou regiment passà davans nautres : souldats ravalant la camba, vièls escrancats pèr la longa campagna, toutes peltirats pèr lou sac — e acò canta, galeja e ris !

369Pamens, aquel defilat me quitèt pensatiéu ; car pensave as pariès cambiaments de setou ou de cantounaments, i’a ’n an ou mai.

370Lous prougrès, las liçous de la guerra, nous an tout moudernisat. Tout aqueles pialuts se revertoun emé sous càscous e sas capotas grisas. L’an passat, chacun aviè ’na tenguna : aqueste, una vèsta trop longa, aquel un pardessus trop court, un una roupa, l’autra un mantèl. Toutes lous gousts, toutas las modas, toutes lous abilhages èroun representats. Un marchava en botinas, l’autre avié d’esclops, aqueste avié ’na saca pèr se parà de la ploja, aquel avié ’na oumbrella blanca. Dirai pas qu’acò marchava milhou pèr acò, mès de quant se sentissiè mai qu’on èra en guerra !

371Reveirai pas, segu, un Poincaré (èra un cousinié que sounaven antau, sufis que s’apelava Raymond) parti à l’assaut un jour de ploja, em’un parasol doubert. Sembla pas de bon, e pamens es pas de contes.

372Lous cuistots ounchats, grasses e salles, renduts talament poupulàris (belèu trop), èroun à croucà. Avièn de tout e tout ié servissiè. Chaca cousina soun especialitat, chaca cousiniè soun genre. Una cousina emmenava em’ela un carretou à brasses, ou dous, l’autra una vouètureta d’enfant, l’autra un toumbarèl. E tout acò èra cargat que bessava : marmitas e pairòus, marranas, sacas, ourjous e farrats. Chacun s’èra desbarrassat de soun equipament e de soun sac pèr pourtà cinq ou siès musetas : d’aquelas musetas se counouissiè pas la mai plena e la mai salla ; èroun toutas estacadas emé de cordas, de courrejous ou de bouts de fiéu-de-ferre.

373E aquel equipage èra fièr de pareisse e aqueles fraires salops èroun countents d’eles. Ai pas souvenança d’une cavalcada que varguèsse acò.

  • 70 En 1915, déjà, la nostalgie des débuts de la guerre.

374E parle pas de las reflessiouns granadas, que cremavoun au lum, en prouvençau, en lengadoucian, en niçard : quau poudrà hou escriéure couma se dèu ?... Ioi, avèn las cousinas roullantas : dous chivals, un aparel, un caissou, e acò’s tout. Venguès pas me dire, lou rèsta aviè mai de charme qu’aiço70. Lou pialut e lou cuistot urousament, an agut lou tems de gagnà sa reputacioun ; nous an moustrat de quantes tours de força de saupre faire, d’abilletat, de debroulhardige èra capable lou souldat francès.

*

37526 de decembre

376... La vida trencada-reléva, reléva-trencada oufris pas, dins noste endrech, grand interèst. Acò’s trop pariè. Mai ou men deman sembla à ioi e ioi reverta prou ièr.

377Es trista, pamens, aquela seguida de jours pariès. Imagina-te de senmanas entièiras sans sourel, em’un tems nibou e prou souvent de ploja. Ajusta à-m-acò un terren enaigat e veiràs un pauc dins ta pensada couma duvèn patoulhà aici dedins. Avèn pas ’ncara vist lou mendre moucèl de glaça, lou mendre tapis de barbasta blanca. Ploù mès jala pas. Nous enfounsan dins la fanga mola ou nous trempan dins de barlacs d’aiga limpousa. Pos creire que sèn trempats e que sèn troupes fraiches. Fai pas mai, avèn lou sourrire.

378Mous amics dijouneses me demandant un jour couma se fasiè qu’agèssen aquel sourrire em’un tal marrit tems, i hou esplicave d’aqueste biais : jouines couma sèn, duvèn vièure d’espèr, e quand plòu vivèn emé l’espèr dau bèu tems, e quand fai bèu jouïssèn dau tems sans pensà à la ploja de l’aveni. Es de lougica rasounabla ou me ié counouisse pas.

379Maugrat tout, aquel marrit tems, aquela fanga, aquela aiga, las trencadas que se desmoulissoun toutas soulas, las planchas e lous barrots que soun pausats au sòu, una michanta cleda ou de grilhage traucat que retènoun las fangas fan de noste cantou un païsage requist.

380Requist pèr l’iol e requist pèr lou moural. T’ai belèu pas dich prou souvent moun amiracioun pèr mous pialuts dins aquelas escasenças. Ebé, es quicon de manific.

381Quand veses aqueles omes à pèu gris, que serièn quasi nostes paires, trempats, jalats, sans força, quand charres em’eles, devignes una força miraculousa que lous tèn.

382Se planissoun perdequ’es la moda, mès tènoun. Soun pas mai countents quand soun relevats que quand relèvoun. Es toujour pariè, an toutes lou mot de la circounstancia ; e à lous entendre e à lous veire, on esprouba un juste ourgul de coumandà d’omes antau.

383Moun obra felibrenca marcha ben. Estent revengut ce qu’ère, lou pialut d’autres cops emé quauques avantages de mai, pode milhou que ce qu’aurièi cresegut oubrà pèr noste miejour.

384E mous souldats m’hou disoun : aurièn pas cresegut qu’anesse dins lous endrechs reputats dangeirouses, que lou bruch dau canou ou de la mitralha me faguèsse tant pauc d’efet, talament èroun segus que lous miejournaus avièn la peta.

385E quand m’an vist charrant em’eles, oufriguent ou acetant una cigarreta ou quicon mai, lous counsiderant couma de camaradas, an pensat das miejournaus quicon mai que ce que nous supausoun èstre.

386Que de cops, amagat, après lous avudre quitats, lous ai entenduts me lausenjà, sus moun ausardige ou ma franquessa ! Ebé ! en aquel moument soui estat fier de ièu e crese ben qu’aquel ourgul èra legitime.

387Pioi, me reprenguent, soui estat encara pus fièr d’èstre ièu pèr dequ’ère felibre, e perdequé ère segu que soul lou felibrige poudiè nous bailà aquela força, aquel caratèra.

388Es una obra nouvella pèr ièu, qu’aquel felibrige sans la lenga. Dirai pas qu’a lou charme de l’autre, mès mentirièi s’ausave afourti que n’a pas ges ; e pioi, dins nosta counditioun avèn pas lou drech de demandà l’impoussible... Sèn mountats aici la velha de Nadau. Nous èren prepausats un bon regagnou. Lou recate i èra, lou vi mancava pas ; ai las ! lou tems manquèt car lous minen terribles nous an mandat una bona part de sous foutraus. Seguèren benits aquela nioch de Nadau de pas mai avudre de pertas que ce qu’agèren : un blassat.

389De pertout acò toumbava ; aquela artilhariè de trencada fai una obra dau tron de Dièu. A mièja-nioch, pensave à las niochs de Nadau das autres ans, à las que tablaven pèr l’aveni — e la mitralha toumbava toujour.

390Demandère à moun secous l’artilhariè. Lou 75 bailèt, lou 105 alemand respoundèt, e zou ! tè tus, tè ièu, au pus fort la pelha ! E la guinda frecha dau regagnou èra alai sus la taula de moun P. C., e nautres encourajaven lous omes pèr nosta presença. Pioi la ploja se metèt de la fèsta ; entre lous rachs d’aiga celesta, lous ilhaus das trons e lous das canous, las fusadas esclairantas e las fusadas-signals passavoun, e fasièn lusi lous degouts de ploja. Era terriblament bèu. E bagnats, e trempes, e jalats, d’unes de mous pialuts cantavoun Minuit, Chrétiens dins un poste d’ausida à 15 mèstres das Bòchous.

391Ensajà de refaire aquel tablèu en entiè, reveillou tout au cop, ausis toumbà la ploja, petà lous canous, e alai, dins lous founs, aquelas vouès masclas cantant... I a-ti de mots pèr dire couma se dèu de minutas antau ? N’en counouisse pas ges.

392E vejaqui. Nosta vida passa antau : la ploja que nous baila de fanga e que nous trempa e que nous jala, lou traval que fasèn pèr pas èstre inoundats d’a founs, e lou sourrire, e lous bons mots...

*

3938 de febriè 1916

  • 71 Ces mots entre guillemets sont une citation littérale tirée de Jout un balcon, la pièce de Bonfils (...)

394Cau be que siègue tus pèr qu’escrigue ioi. Car ai pas mai de goust à escréure qu’à me murjà. « N’ai un tibou, soui las, acò me fica ’n caire71 » de faire una guerra à cops de papiès ou à cops de telefona. Sèn tournamai dins nostas guitounas. Avèn apugat sus la gaucha de quauques kiloumèstres e lou platèu de Quennevières es noste ròdou d’amusament.

395Dise d’amusament car lou traval es pas terrible e lou tems es bèu. Las trencadas e lous bouïeus ben entretenguts an lou gros avantage d’èstre secs e sabes s’aquela secaressa a de valou. Ai un poste prou chanut, lou pus poulit qu’age agut, mès lou pus mau coumprès. Es toujour antau : i a de mounde que se plasoun à faire pas que de coulhounadas... Sèu pas trop mau : es vrai que sèn en segounda ligna. La situacioun dau terren, manifica pèr nautres, nous permés de sourti de las trencadas e de nous passejà dins la plana sans èstre vistes. Veses qu’emé de sourel es un veritable regal ; se duvian demourà longtemps aici, mountarièi una tounella à faire caneta à toutes lous mases de nostas garrigas.

  • 72 Un an avant, Bonfils était sûr de s’en tirer...

396Me soui regalat dau raconte de ta journada de dimenche passat. Aurièi tant aimat que m’hou countèsses pas e qu’hou agèsse viscut emé vautres. Enfin ! ... saique, un jour, se sèn pas morts... Ai toujour moun idèia que duve pas m’en tirà72. S’acò m’arriba, saupràs qu’hou avièi pressentit, mès pos creire que m’en fau pas pèr acò. Seriè trop coulhoun, e ièu hou soui pas ou toujour pas tant que d’autres.

397*

39816 de febriè

  • 73 Moulin-sous-Touvents dans l’Oise. Haut lieu de la « Grande Guerre » , la commune a sur ses terres u (...)

399Avèn mudat un cop de mai nostes catous. Quitant lou platèu de Quennevières e sa bòria espoutida, sèn un pauc mai à drecha, en facia d’un vilage que ié disoun (en francimand) : Mouli-jouta-toutes-lous-vents73. Te passe las descriciouns de trencadas e de P. C. : tout acò se reverta talament !

400Sèn partits sans regrèts, car s’avian pas alai lous incouvenients de la prumièira ligna, avian lous de la segounda, emé las courvadas, lou traval, etc. M’au mens aquel sejour aqui es estat pèr ièu una aucasioun poulida de travalhà seriousament.

401Moun P. C. estant à coustat de lou de noste coumandant, ère la doublura d’aqueste que me quitèt prou de libertat pèr reglà lou traval à faire (travals de sapa jout-terrenea, ourganisacioun de trencada, etc.). I aviè tamben un pount bèucop pus delicat e pus interessant, lou de l’acioun militària (ipoutèses d’ataca, endrechs febles, mejans de contra-ataca, etc.). Autant acò me sagava lous prumiès jours, autant i avièi pres goust sus la fin, talament goust que seguère countent de ièu.

402Lou setou d’aici a l’èr prou siau. D’alhurs, hou estent estat jusquas à ioi, nostes davanciès an pougut travalhà à soun aise e an fach quicon de ben. Lausenjas ié siègoun rendudas.

  • 74 Est-ce une allusion à la croisade albigeoise ? Ou à d’autres massacres ?

403Ai agut una letra de M. C... E prenguent dos regas d’aquela letra : « Nous, les méridionaux, sommes vraiment favorisés » , i ai dich : Hou crese pas. S’aven pas noste terraire trepilhat, nostes oustaus engrunats e nostas gens en païs counquistat, cau pas dessoublidà que lou Miejour a pagat mai que sa part e qu’a ressachut prou de camouflets à la Gervais. I ai fach la coumparasou entre lous miejournaus ressachent lous refugiats e lous tipes de l’Est ou dau Nord ressachent de souldats dau Miejour. Enfin, i ai renouvelat que noste sòu es estat chaplat — à-m-una epoca — e que malurousament digus ausava pas pus n’en parlà e pas gaire s’en souveni74.

*

40425 de febriè

405Lou tems nous a fougnat jusqu’à ièr. Avèn agut de ploja mai que nosta part e un pan de nèu i a 3 jours.

406Ioi tout es superbe. De journadas astradas d’un ivèr manific. De glaça lou mati, un tems sec e un sourel miejournau. Revivèn. A l’oura que t’escrive lou cièl es estellat couma un cristal e fai quasiment dous. Pamens se sentis la fresquièira em’una laugièira cisampa. Deman jalarà e farà bèu tournamai.

407Avèn dejà 10 jours de trencada e comte que deman anaren dins nostas barracas à Offemont. La vida abrutiguenta d’un repaus que n’en serà pas un vai tournamai recoumençà.

408Nosta relèva es estada marcada pèr un eveniment que comta : un ome de ma coumpaniè, de garda dins un poste avançat, s’es rendut as Bòchous. Penses un pauc lou traval qu’ai agut pèr rendre comte. Se quaucun te dis qu’ai passat una nioch à faire de raports, te dirai pas qu’a mentit.

409Un autre eveniment es que coumande pas pus la coumpaniè. Es arribat un lioctenent pus vièl e nous l’an apegat. Acò’s pas estat sans me foutre la magagna un pauquet ; hou coumprenes aisidament.

*

4105 de mars 1916

411Nosta vida dins nostas barracas dau bos es ne varietur ; d’alhurs fai un tems ourrible : ploja, nèu, frech, vent. Las marsejadas d’un michant mes de mars.

412T’avièi proumès de detals sus moun degoumage de coumandant de coumpaniè, lous vejaici.

413Quand D..., lou souldat ibrougna de ma coumpagniè foutèt lou camp encò das Bòchous, cauguèt troubà quaucun de respounsable pèr pourtà la carga. Me demandèroun de raports e de raports, de plentas en counsel de guerra, de depausiciouns escrichas das temouèns, etc, etc.

414Lou coumandant M..., noste chèf de batalhoun, qu’es estat mai que crane dins aquel’afaire, m’avisèt e me diguèt : « Sustout, fai mau atencioun à ce qu’escriéuras, car anan èstre jujats pèr de mounde mau entenciounats. » I agèt pas res à dire dins tout aqueles raports. Après que D... seguèt jujat pèr countumaça e coundamnat à mort, m’en demandèroun un de mai ounte me disièu d’establi lous respounsables d’aquel ate.

415N’avièi un tibou, e à ma plaça n’auriès agut autant. Reprenguère tout pèr lou detal e diguère en longas frasas : ni soun capoural, ni soun sarjant, ni soun chèf de secioun, ni soun coumandant de coumpaniè, ni digus, pot pas èstre respounsable de sa desercioun. Es pas aici que lou cau cercà, lou respounsable : es à l’arriès ; car lou vertadiè respounsable es lou medeci que i a passat la darnièira visita, que l’a recounougut bon maugrat sa tare e sachent à dequè poudiè s’espausà un ome couma acò.

416Tout acò èra mai que juste e avièi rasou. E lou coumandant M... metèt en seguida de moun raport : « Pour une fois, je vois quelqu’un qui ose dire la vérité, je l’approuve et l’appuie. » Soulament, toutas las veritats soun pas bonas à dire, e couma counclusioun, soui estat degoumat, amai i age dins lou batalhoun dous lioctenents pus jouines que ièu en grade que coumandoun una coumpaniè.

417Aquel nouvèl afaire vai ben pèr faire lou parel emé lou de Loumbaertzyde.

*

41812 de mars

419Me demandes dequ’ai agut emé lou medeci-chèf : quicon d’amusant. Soun serjant-brancardiè es lou rèi das cuéns. Lou pintrà, es ce que i a de pus simple : blound, pus lourd, mai ventrut e pus pichot que D... Intelligent, trop ; hou es talament que pot pas faire une fiolha de prest justa quand nous demanda l’argent que iè duvèn. Acò l’empacha pas de dire : « C’est moi qui ai la meilleure place du régiment » . E dis acò as pialuts fangouses que davaloun de 20 jours de trencada... Atabé, se fai d’amics qu’es pas de dire !

420Lou medeci dau 5ma batalhoun (lou nostre), ome charmant tant au fisic qu’au moural, serious pèr son traval, camarada pèr dessus tout, lou pot pas veire e es el que me counselhèt de i apegà 4 jours perdequé m’aviè pas avisat de la mutacioun de 2 brancardiès afetats à ma coumpaniè. Sabes lou rèsta. E acò venguent après moun espetourrida sus lous medecis de l’arriès, à perpaus de moun desertou, devignes ce que te dise pas.

421D’alhurs, ai passat moun darniè sejour en prumièira ligna à m’engulà emé tout lou mounde. Tout lou mounde me respèta ! Ai pres un martèl que pèr l’escasença es estat moun estilò e ai tustat sus lous boumbardiés, lous artilhès, lous mitralhaires e lou sacro-sant cors medical, lou T. R. e lou ravitalhament. Ai ausat dire naut e fort ce que fossa pensoun bas. Soui counougut couma l’ouficiè lou mai emmerdant de touta la divisioun. Soulament moun repoutegage èra ce que i a de mai foundat, e gracia à ièu e sustout à mous camaradas Roussel e Lecoq — amire chaca jour un pauc mai nosta coumunioun d’idèias — quaucas questiouns seriousas soun estadas regladas.

422T’hou dise francament : en cas d’ataca bocha, l’artilhariè èra pas capabla de nous secouri e d’arrestà l’avança enemiga. Ai reüssit à faire reglà pèr lous ouficiès d’artilhariè eles-mèma touta la ligna qu’es davans nautres, e ara es un plesi de veire couma acò marcha quand avèn de besoun d’eles.

423Ce qu’avèn fach pèr l’artilhariè s’es fach pèr las boumbardas e pèr las mitralhusas, e pèr toutes. En un mot, avèn ourganisat un setou, en aguent couma traval lou pus du de desfaire tout ce qu’éra fach.

424Ah ! se lou coulounèl Rivas dau 163ma èra estat aqui !

*

42515 d’abriéu 1916

426... Lou tems fougna un pouquetou. Avèn de ploja, de bèu, de vent, de frech. Pos pas jamai dire : fara bèu tout ioi.

  • 75 Sans doute un des frères Cagnoli dont on a retrouvé, en 2007, aux Archives municipales de Saint-Mar (...)

427Es dins aquelas coundiciouns de tems, que m’a vargut l’autre jour un susage au retour, que soui anat dinnà emé lou capitani Cagnoli. Sabes be ? lou redatou dau Petit niçois qu’èra tant celèbre à Cagnes pèr sas espressiouns (Fant d’una putan, etc.75).

428En me rendant à soun P. C., avièi vist au 205ma un de mous amics, lou lioctenent Magnen qu’em’el i avié lou coumandant Tajasque qu’es de Cannes. T’auriè caugut ausi aquel triò d’ouficiès parlant niçard, prouvençau, clapassié, en trin d’abilhà mèste Gervais, lou senatou.

429Au 236ma, emé Cagnoli, ai pas languit tamben, e se lou tems èra estat bèu, seriè ’stat una partida de mas. Mès, vai te faire foutre ! me parles pas de la ploja.

430Avèn ben manjat, ben begut, parlat en lenga, remembrat de souvenis, esquintat quauques tipes. El es toujour natura e es un regal de l’entendre remenà : ti venguèsse la rougna, la rasca ! Grand bachès ! T’aclapèsse un accidente ! etc.

  • 76 Allusion non élucidée à Prosper Estieu, écrivain occitan.

431En fet d’espressiouns n’i a una que fai furou dins lou cèucle ouficiè de noste batalhoun. Es : Me fas cagà ! Aquel mot celèbre e immourtalisat pèr Estiéu76, l’ai dich un jour à un jout-lioctenent que me segava la guèta. Couma es facile à retène l’a repetat e lou repetava sans n’en coumprene lou sens. La malautiè s’es presa e chacun se saluda pèr aquel nouvèl bonjour ben amistous e ben miejournau. Duves pas dessoublidà qu’es pas qu’à la longa que i ai bailat la traducioun literale e crusa.

432Pos pensà se n’i agèt de mouquets !

*

433Saintines (Oise), 3 de mai 1916

434... E oi, sèn au grand repaus, ié sèn vejaqui 6 jours dejà, 6 jours qu’avèn quitat Quennevières e sa bòria, Mouli-Jout-Touvent e sas trencadas, 6 jours que pas lou mendre esclatament d’oubus nous a pas samboutit, 6 jours de deliciousa vida dins aquesta vila, au miejour-pounent de Coumpiègna.

435Soui demourat un jour de mai que lous autres dins las trencadas pèr passà las counsinnas e aprene lou setou as tipes que nous an relevat. Aquel regiment es lou 408ma. Fourmat d’un pauc de tout, e mai que mai de classa 16 e de recuperats fasiè un bèu countraste emé lous vièls de noste regiment. I a atabé de mounde d’un pauc pertout : ai vist quauques aveirouneses, dous ou tres prouvençaus, un aspirant qu’es de Loudeva, e pos creire qu’à chacun i ai parlat couma ié parloun pas sous ouficiès.

436Aqueles ouficiès de la coumpaniè que nous relevava èroun ben palles. I aviès un capitàni brun, gras, lourdàs e soutàs, dous jout-lioctenents que vòu pas mai n’en pas parlà. Lou capitàni, emé sa vouès de sarralha rouvilhada, se fasié un plasi de parlà mau das miejournaus ; toutes lous cors dau Miejour ié passavoun, e ajustèt mèma : « J’ai dans ma compagnie une quinzaine de volontaires venus du 141e de Marseille, exprès pour ne plus appartenir au XVe corps. » Te dise pas se l’ai remès à sa plaça couma se dèu. Mès ce que i es estat pus grèu es quand vegère sous bluets de la classa 16 e que ié diguère, en lenga d’oc ben entendut : « Se ce que m’an dich es vrai, qu’avès vergougna d’éstre miejournaus, sès pas que de bastards, e acò vous pourtarà pas chança. » Ié diguère acò e quicon mai, couma penses, ié citère de numerots de regiments das 1e e 3e cors qu’avien foutut lou camp ou que s’èroun renduts, etc.

437Aqueles souldatets, pecaire ! sabièn pas pus dequé dire e vegère sus la gauta de mai d’un una espressioun malurousa e trista, quand en lous quitant ié diguère :

Serès toujour de malurouses ; sès toumbats dins un regiment ounte noste bèu païs es mau vist, ounte vous defendran de parlà vosta lenga, e es pas en francimand que pourrès vous rapelà das bords dau Rose ou das serres de las Cevenas. Vous counselhe pas qu’una causa : es de vous ben senti toutes, de marchà de coutria, e se que quaucun parla mau de noste païs, se disoun que nostes fraires an pas fach soun debé, arrapàs un barrot e tustàs. Emé lous coulhouns, on fai pas de rasounaments.

438Quitère dounc Quennevières sus las 3 ouras dau mati, pèr anà prene lou trin à 12 kiloumètres d’aqui. Era ben entendut que, demourant un jour de mai, avièn au mens l’avantage de pas faire lou cami à pèd.

  • 77 ÀRethondes, dans un wagon, seront successivement signés les armistices de 1918 et 1940. Mais alors (...)

439Te pintrà la routa, es inutille, la devignes. Avèn travessat un bosc que se derrevelhava, lou sourel nous a pres à nosta sourtida e semblava de perdessus lous aubrasses verds un gros froumage rouge, pioi la routa eternament blanca, e enfin la gara de Rethondes77.

440Rethondes es tèsta (ou queta, couma voudràs) de la ligna de ravitalhament. Aquela gara es en plena fourèst, à l’endrech ounte aquesta es travessada pèr la routa Soissons-Coumpiègna.

441Seriè un cantou charmant se, couma hou penses, i aviè pas milanta trins de coumbat, milanta autobusses qu’espèroun pèr cargà soun ravitalhament en vièures, municiouns, material. I a atabé lous permissiounàris, e acò’s un tablèu manific. Assetats sus lou troutadou, pèr groupes de dous ou tres, dejunoun : d’unes soun dejà esmouguts, d’autres hou van èstre.

442Eren tres ouficiès e faguèren couma eles. Au pèd d’un aubre ounte nous sèn assetats, pos creire qu’avèn brafat quicon e que bidoun e gourda agèroun pas frech.

443Enfin lou trin partis. Revese la mèma routa facha tres meses davans quand venguère en perma. Mès quante cambiament. Es pas pus un sòu gris jaune, fangous, trempat, es pas pus una fourèst morta e melancoulica, es pas pus lou cièl gris e l’ourizount neblous, no : lou païsage es manific. Après la fourèst verda pèr soun abilhage nòu, negra pèr soun oumbra espessa, es la plana à las mila coulous mirgalhadas. Es lou verd das blads que soun mai mountats que d’abituda, es un melange de terra e de verdura pèr la civada qu’à pena sourtis, es la coulou de terra laurada ounte veses encara lous biòus tirant l’araire, es lou jaune citroun das camps de colza, es un oustau en brica rouja, à juents blancs e à tèulat d’ardouèsa, es un castèl que se rescond darriès une lèia de marrouniès flourits, es una bòria emé sas molas de palha, es un mas ou un vira boutelhas, es pioi una capella grisa, un Crist à-m-un caire-fourc, es aici un jardi poutagè, es alai un carrat de flous...

444E tout acò lusis pèr un sourel brilhant, e au found lou cièl es sempre blou e sempre bèu. Dins lous camps ou lous jardis, las femnas, lous vièls e lous enfants travalhoun. Aquela natura tant bella, que sembla endourmida maugrat soun èr de vivacitat, a pas l’èr de sounjà au terrible drama que se joga à coustat — e que nous vèn remembrà lou bruch dau canoun qu’ausissèn entre dous cants de roussignòu.

445E moun viage serà tout lou tems antau jusqu’au vèspre. Nous arrestèren pèr dinnà à Crépy, una vilota prou poulideta, que travalha fossa. Nous sèn sentits revièure un brièu quand nous sèn vistes à-m-una taula d’oste ounte pos creire qu’avèn pas fach vergougna, amai que seguèssen salles couma de penches à coustat de farluquets de simples souldats embuscats à Crépy, souldats qu’arboroun nautament 2 briscas sus lou bras gaucha, couma de pialuts qu’an 18 meses de front.

446Enfin, à 5 ouras dau vèspre, arribave à Saintines...

*

4472 de jun 1916

  • 78 Le 319e ne sera pas dissous. C’est dans ses rangs que Bonfils trouvera la mort. Voici un résumé de (...)

448... Sabes pas la nouvella ? Ebé ! lou 319ma vai èstre dissous78. Oi, moun ome ; lou numerot de noste regiment dèu èstre suprimat, ni mai ni mens... Es tout ce que i a de pus simple e tout ce que i a de milhou. Soulament, marchan pas. Nous fan marchà, es entendut, mès voulèn pas res entendre.

  • 79 Respectivement : Chasseurs alpins, Tirailleurs algériens, Zouaves, Fusiliers marins.
  • 80 Biffin signifie d’abord « chiffonnier » (xixe s.) puis fantassin, à cause du sac.

449Hou dessoublissen pas : la guerra nous a moustrat ce que poudiè outène de l’esprit de corps. Lous Diables blus, lous Turcòs, lous Zouzous, lous Marsouins79, soun estats vantats, felicitats, cantats sus toutes lous touns e toutas las gamas, perdequé èroun pas de vulgària bifa80. Cau dounc coumprene que sèn pas capables, nautres qu’avèn pas un beret ou una chechia ou una varusa founçada, de faire ce qu’eles an fach. Nautres, lous biffins, sèn trop noumbrouses, cau pas ié trop faire cas.

450Ebé ! Pèr un cop, l’avèn aquel esprit de cors, e voulèn pas nous quità faire. Voulèn pas dintrà dins una autra familha ounte lou paire nous reçauprà couma sous enfants, mès ounte au bout de 8 jours serèn lous bastards.

  • 81 En français dans le texte, ainsi que les notes et propos du commandant.

451E voulèn pas i anà, dins una autra familha, pèr la bona rasoun que la nota de Joffre es clara à-n-aquel sujèt : « en cas de dissolution d’unités, ne pas prendre celles qui ont été citées81 » . Or, sus 3 regiments de la bregada, 2 soun citats ; perdequé pas prene lou qu’hou es pas ?

452Perdequé aqueste es coumandat pèr un lioctenent-coulounèl que s’en fout de caucigà lous autres, de ié marchà sus lou ventre, mouienant qu’el pogue arribà à sa 5ma ficella en or e au coumandament de la bregada... Pèr moun comte, ai renouvelat ma demanda pèr tournà au 163ma. Pode pas te passà aqui dessus sans te cità à quicon proche l’avejaire de Marsouin, moun coumandant :

Cette demande fait honneur aux sentiments du lieutenant Bonfils. Il est très compréhensible qu’au moment où, sans raison aucune, le 319me va être dissous, le lieutenant Bonfils qui n’est venu au 319me que momentanément et pour les besoins du service demande à retourner dans son ancienne famille. Dans son corps, l’enfant prodigue sera reçu à bras ouvert.

453Après avudre legit, ai dich au coumandant : Je ne vous croyais pas si rosse car el a ben coumprés, e m’hou a dich, quanta rasou me fasiè agi.

454Ce que m’a lou mai pretoucat, es quand m’a sarrat la man e que m’a dich : « Bonfils, nous étions deux amis, je te regretterai beaucoup, car tu es un des vrais officiers de la guerre et tu m’as donné sur le Midi une impression toute autre que celle que j’avais. »

455Soui anat soupà i a quauques jours encò de Mèstre Cagnoli, toujour lou mèma ; arribava de pèrma, sans un pèu de cafard. Lou soupà seguèt un pauc aqui, lous dous camaradas ouficiès de sa coumpaniè charmants, tout se passèt mai que ben.

  • 82 Lous laguis d’un pastourel sont du poète ferblantier de Montpellier Hyppolite Roch (1801-1872). A l (...)

456Au dessert, n’en cantèren una, e pioi d’autras, e noste councert seguèt una revisioun de las vièlhas cansous. Emé Cagnoli, quand lous autres agèroun finit sous Roi de Thulé, lou Temps des cerises e autras, cantèroun lou duò de Magali, pioi el i anèt de quauca niçarda, e ièu me rapelère A l’oumbra dau bouscage, Lou làguis d’un pastourèl82, etc.

  • 83 Mot composé sur le modèle de : marâtre. C’est-à-dire, selon la terminologie de Mistral dans La Coum (...)

457Mès ce que i a de pus fort, es qu’un cop de mai pouguère faire la remarca d’una causa déjà remarcada. En França (m’entendes ben, quand dise en França, es tout : la sorre e la sourrastro83) tout lou mounde sap lou refrin Se cantes que recantes... Toutes lous Nourmands de ma coumpaniè lou cantoun (sans saupre ce que vòu dire), lous Picards lou saboun tabé, à Dijoun l’ai entendut cantà, e à Toul encara.

458Mès quand seguère tout soul sus la routa, jouïguère d’un bonur qu’es pas de dire, en m’alandant en cansous, e tout ce que pouguère me rapelà de moun ancian repertori felibrenc i passèt. Tout, desempioi l’Evoucacioun de Calendau jusqu’à L’aiga boulida.

  • 84 Pierre Causse, Caussou de l’Oulivié (Montpellier 1883-1951). Un des fondateurs du journal Lou Gal.

459E quante countraste, aqueles verses miejournaus emé la terra picarda. Ni las obras de Mistral, ni las de Caussou84 troubavoun pas soun ressoun. La terra èra endourmida jouta lou cièl gris e ourajous, las espigas de blad ou de civada baissavoun sa cima granada, noun pas que, soui segu que la tèsta das espiguets ou lous gabèls de nostas soucas se serièn relevats quand aurièn entendut parlà en lenga nostra.

*

46028 de jun 1916

  • 85 Un des topoï de la riposte méridionale était de dire : Foch, Joffre, Castelnau, Sarrail, tous les g (...)

461Nous sèn engulats ièr, couma de peis pourrit, avèn mancat nous foutre sus lou mourre, H... (moun coumandant de coumpaniè) e ièu, à perpaus dau famous afaire dau XVma cors qu’el generalisava pèr tout lou miejour, toutes lous miejournaus sans ececioun, mèma Joffre, Castelnau e lous autres85, e ièu pèr-dessus tout. Couma acò s’es passat davans tout lou mounde, l’afaire fai un brave escandale. Marsouin, mes au courrent, sap pas couma hou petassà. Es tengut pèr ièu qu’ai drech dins moun rasounament, pèr H. qu’a la superiouritat de grada sus ièu. Se sap pas ouficialament res au coulounèl, mès saique acò vai pas tardà. Te tendrai au courrent.

*

46230 de jun 1916

  • 86 Le verdict du procès en conseil de guerre montre le souci de l’État-major d’atténuer au maximum l’a (...)

463L’afaire emé H. a marchat. Te countarai acò au long entre que pourrai. Sacha soulament qu’ai passat en Conseil de guerra, que soui estat aquitat emé felicitaciouns e que H. a ramassat 30 jours d’arrests86. Digus sap pas res d’aquel afaire. Sabes que la prudencia de l’oura hou demanda, mas deman, après la Pas...

*

46411 de julhet 1916

465Ah ! perdequé las ouras, las minutas mèma nous soun tant coumtadas, e perdequé qu’an n’aurièn tant de besoun n’avèn talament pauc. car es pas una letra ioi que voudrièi t’escréure, es un journal, un libre.

466Chaca minuta das jours que venèn de passà es estada talament longa e talament roumplida que caudriè de pajas e de pajas pèr l’escriéure. Chaca cantou de terra èra un pourridiè nouvèl e pas pariè à ges d’autres, chaca mouta meritariè d’èstre estudiada, chaca aubre, chaca erbeta.

467Hou fau pas ara ; hou coumprenes aisidament : amai seguèn en segounda ligna pèr quaucas ouras encara, sèn toujour sus lou cop d’un ordre.

468Revenguen d’un saut au 30 de jun. Aquel jour demourarà celèbre, pioi qu’es lou jour qu’ai passat au Counsel... Ah ! moun ome, as d’amics que se respètoun !

469Lou moutif de moun acusacioun èra : Injures envers un supérieur et menaces. Coumprenes qu’em aqueles 6 mots, i aviè lou pes. Fai pas mai.

470Lou president dau Counsel èra un miejournau, lou coulounèl Arnaud, un coumandant èra niçard e nous counouissèn ben. Lou capitàni que me defendiè, dau Centre. Lous autres, perquinaqui, prou palles en general.

471Acò se passèt dins l’intimitat e dins un ròdou prou arrousat pèr de grossas marmitas. Aquel arrousage ativèt las causas.

472De tout ce que i a à retène d’aquela sesilha te dirai 3 mots :

  1. L’interrougatàri ounte diguère francament las causas : las insultas d’un ouficiè francès pèr de troupas qu’avièn moustrat ce que valièn e pèr un païs qu’aviè fournit lous pus grands omes de la guerra ; las menaças fachas non pèr ièu, mès pèr H. en assegurant qu’en respoundent à de menaças de gognas pèr d’autras menaças ère dins moun drech de legitima desfensa.

  2. Lou requisitòri : espatent pèr ièu. Demandava una pena disciplinària pèr aquel incident regrettable pèr quau lou Counsel es trop.

  3. La desfensa : Parlaire agradiéu, lou capitàni Huguenin agèt de poulidas sourtidas : mous galouns gagnats au fioc, lou traval fach pèr lous miejournaus, l’amiracioun que lous omes an pèr ièu, la fisança que lous chèfes avièn pèr ièu, e aquela frasa :

Dire du mal des méridionaux, ce n’est pas faire une offense aux vivants, c’est injurier tous ceux qui vaillamment sont tombés depuis les Vosges à la mer du Nord, aux Dardanelles ou dans la Méditerranée. Or, injurier les morts mérite une sanction, une sanction d’autant plus sévère qu’en l’occurrence il s’agit de héros.

473Es belèu pas lous termes esats, mès ’s be lou sens lou mai coumplèt.

474Counclusioun : aquitat emé felicitaciouns pèr avudre aparat la reputacioun d’un païs que s’hou ameritava à mai d’un titre, 30 jours d’arrèsts simples pèr H. pèr michantas paraulas sus de souldats franceses.

475Lou 2 julhet au vèspre soulament sèn mountats à las trencadas ; lou 3, avèn coumençat de metre acò en prenguent de trencadas, à cops de granadas ou emé quauques pichots assauts. Avèn pas agut grand merite, car aquelas trencadas i èra toumbat un deluge de fèrre e de fioc. Pos pas t’imaginà l’artilhariè qu’avèn e las municiouns que se despensoun.

476Ounte nous sèn amusats, es à Estrées. Sèn arribats au vilage, oucupat, pèr un bouièu bòchou, sans nous faire veire de digus. Couma arribaven, la bregada que fasiè lou mouvament enveloupant desbouchava de pèr la plana. Travessèt lou vilage e nous quilhet emé lous oucupants. Zou ! lous cops de fusils, zou ! las mitralhusas. Acò durèt una ourada. Lous Bòchous tiravoun pas pus. Alors ièu qu’ère dejà sourtit dau bouièu e que coumandave la coumpaniè (H., l’insultaire èra aloungat au founs dau bouièu), de darriès un oustau m’avancère sus la routa ounte acò siblava prou de pèr una trencada ounte d’autres Bòchous nous tiravoun dins lou cuéu. Emé ma vouès de cascarineta cridère as Bòchous dau vilage « Rendez-vous ! » Pioi couma digus se fasiè pas veire ié gulère : « Ebé ! Quand voudrès ! N’avèn un sadoul, zou ! Kamerad, rendès-vous ! » Quicon de sublime se passèt : l’ouficiè que coumandave agitèt un drapèu blanc, sourtiguèt de soun fourtin e diguèt : « Nous nous rendons. » Nosta lenga encara un cop veniè de triounflà !

477Soulet toujour en mitan de la routa, ressachère lous prisouniès : 5 ouficiès e 140 omes. Lous Bòchous de l’autre coustat tiravoun toujour : n’en davalèroun una dougena das que se rendièn.

478Un cop acò finit, anèren veire lous autres, à-m-un ròdou que sonoun Lous Poumiès. Lucha de bouièu, cors-à-cors. Aqui mai fasèn una crantena de presouniès, e pioi lou vèspre encara una trentena, en mai 3 mitralhusas.

479Lou bilan de la journada èra bèu : la mitat dau vilage, 210 presouniès, 3 regas de trencadas, 7 mitralhusas, un viage de morts e de blassats.

  • 87 Voici une autre version, légèrement différente, tirée de l’histoire officielle du Régiment : les 1e (...)

480Tout aquel traval fach pèr un pougnat d’omes coumandats pèr Roussel e ièu. Lecoq s’oucupava das presouniès — e H. nous aplaudissiè... genre lous Italbòchous : « Bravo ! Signor Tiniente, bravo ! bravo ! » e zou ! lou nas dins lou bouièu. Ah ! lous an vistes, lous Miejournaus. E el que m’aviè dich 6 jours avans : « Je te surveillerai, et tu marcheras droit87 ! »

*

48126 de julhet 1916

482T’ai quitat, lou cop passat emé la prumièira partida de l’ataca d’Estrées. As vist e coumprès que ce que nous aviè fach marchà èra la reputacioun de noste bèu Miejour dins un regiment de Nourmands, e qu’aquela idèia aviè mai de pes que l’amour d’una glourioula persounala. Ataquèren mai Estrées, ou puslèu las trencadas au miejour ; èra lou 6ma batalhoun ranfourçat pèr dos coumpaniès dau 5ma : n’ère.

483A 9 ouras dau vèspre, l’ataca coumencèt. Acò marchèt. Mès pas longtems, car ailas ! fasian aquela trista guerra de trencadas, coumbats à la granada, que te costoun un moulou de mounde pèr quasi pas res.

484S’agissiè de prene dous bouièus, à 300 mèstres l’un de l’autre, e de se rejougne pèr la trencada qu’èra au bout.

  • 88 Capitaine Voisin, à la tête de ses grenadiers.
  • 89 Titre des chroniques que Louis Bonfils signe dans le journal Lou Gal. Dès leur rédaction, lettres e (...)

485La preparacioun d’artilhariè seguèt manifica. La 21ma qu’atacava à drecha èra ben avançada, quand ailas ! soun capitàni seguèt tugat88. Te proumete un tablèu de guerra89 sus la mort dau capitàni e un coumbat à la granada : ié troubaràs ce que te dise pas ioi.

486Emé dos seciouns vau renfourça la 21ma e n’en prene lou coumandament. La lucha seguèt dura : digus me counouissiè pas e toutes avièn la foutra de se veire coumandats pèr un estrangè. Quaucun diguèt : « Il n̓a qu’à marcher devant, celui qui parle, et nous le suivrons. »

  • 90 Un Tablèu de guerra de Bonfils, paru dans Lou Gal de décembre 1916, mais daté du 24 octobre et inti (...)

487Seguèt lèu fach ! E pichot à pichot, ièu en tèsta, gagnèren 150 mèstres de bouièu. Après tres ouras d’aquel ourrible traval de nioch, troubèren lou cors dau capitàni dins un trauc d’oubus90.

  • 91 Lou Gal, août 1916 : « Noste co-directou Louvis Bonfils, lioctenant, a près una part brilhanto as c (...)

488Aquel trauc ounte dourmissiè pèr toujour un das milhous ouficiès dau regiment e la plaça dau cadabre seguèroun la limita de nosta avança, car maugrat la lucha, maugrat la furia de noste fioc, pouguèren pas anà pus liont. I agèt pas res à faire. Lou capitàni èra toumbat, tres ouras davans à la plaça ounte duvièn nous arrestà... Sèn estats relevats lou 21 au mati. Era tems : èren lasses, toumbaven de fatiga. Aquela fatiga seguèt l’encausa qu’una ataca nostra reüssiguèt pas e que nous quitèren raubà 6 ouficiès e 200 pialuts. Coumprenes que (amai m’en foute un pauc) te vau pas countà acò en detal : caudrié pas qu’un cop que ma letra seguèsse pescada91 !

489Aquel jour, lou 20, s’avisèroun enfin qu’èren ben lasses, tant ou mai que ce que nostes raports hou disièn e qu’èren pas ficats de menà una ataca couma se duviè. A força de trop tirà sus la corda, aquesta finis pèr petà.

490Un cop de mai, avèn fach la trista esperiença dau manca d’ouficiès d’estat-major en prumièira ligna e Diéu sap s’aurièn servit ! Es vrai que se tout marchava couma se dèu, marchariè trop ben. Pamens, quand s’agis de la vida de centenats d’omes...

*

  • 92 En Saône-et-Loire, près de Paray-le-Monial. La Bourgogne sert une fois de plus de base arrière pour (...)
  • 93 En septembre, et jusqu’à la mi-octobre 1916, Bonfils est en convalescence à Montpellier (Lou Gal ). (...)

491Hautefond92, 28-31 d’otobre 191693

492Sèn toujours au Cours [de coumandants de coumpaniès]... Sèn un trentenat : 3 capitànis, una vintena de liocs-tenents e 5 ou 6 jout-lioc-tenents. Tout lou cors d’armada es representat e i a entre nautres una granda camaradariè, qu’es pas de dire.

493Aquela camaradariè, que se manifèsta mai que mai à taula es ce que i a de milhou dins noste cours. Lou rèsta es rudament abrutiguen pèr lou pauc d’interèst que n’en tirarèn. Car se sabiès lous esercices bèsties que nous fan faire aici, auriès vergougna. Aprenèn (!) pèr la teouria ce que fasèn en pratica desempioi dous ans. E coumença à 6 ouras e mièja lou mati, pèr quità à 6 ou 7 ouras lou vèspre...

494Imagina-te que fasèn d’escola de souldat, qu’aprenèn à tirà ’n cop de fusil, que nous fan lançà de granadas e que nous ensegnoun la teouria d’un coumbat à la granada pèr prene un bouïèu e la teouria pèr un assaut à la baïouneta. T’en dise pas mai !

*

49511 de decembre 1916

496Desempioi ièr avèn mudat nostes cantous. Pèr l’oura, sèn sus lou canal de l’Oise.

  • 94 Commune de Thourotte, dans l’Oise, près de Compiègne.

497S’avièi una plouma laugièira e abilla, se troubave de mots prou esats, te cantarièi las bèutats d’aqueste ròdou. La 22ma es cantounada à Bella-Riba94. Bella-Riba es un endrech ounte i a 7 ou 8 oustaus toutes engrunats pèr lous oubuses. Manca la mitat de las muralhas, lous tres-quarts das tèulats e la toutalitat de las vitras. Lou canal de l’Oise passa en mitan d’aqueles oustaus e un pont religa las dos ribas. I a mèma una enclusa, e ièu persounalament soui loujat encò de l’enclusiè.

498S’avièi encara mai de tems que ce que n’ai, farièi un rouman-fulhetoun à la Ponson du Terrail e ié bailarièi lou titre poumpous e tindant de L’Éclusier de Belle-Rive.

  • 95 Réservistes de l’Armée Territoriale, ils étaient surtout affectés aux travaux du génie.

499Lou sujet es vaste, car à Ribecourt, qu’es à dous passes d’aici, se i es passat de coumbats oumerics, e l’enclusiè, qu’es un R.A.T. dau genia95, seriè un tipe à croucà.

  • 96 Lieu de plaisir sur les rives du Lez à Montpellier, avec un restaurant et des barques...

500Lou ròdou de Bella-Riba es quicon d’agradiéu. Es un grand Rimbaud96 ; se veniè aici en passejada, i a de caminets astrats, en mitan d’un pargue, pèr de parels amourouses.

501Ioi demora de tout acò pas que lou souveni, e la trista realitat d’una pus trista lucha. Devignes lous oustaus, n’a vist de pariès ; m’arréste pas pèr te pintrà mai lous clapasses de rouïnas. Pamens, es aqui que loujan, e acò’s un pouèma.

502Das oustaus francament inabitables, enlevan portas e contra-vents e em’acò tapan las fenèstras de nostes cantounaments. Veses prou facillament una mitat de pourtau servi pèr barrà un fenestrou de pati-pata-parés. Avèn la fouliè de las grandous.

503I a encara sus lou canau de barcas e de barcots. Te dise pas se, dejà, las avèn ensachadas : ièr de vèspre, em’un frech mai que viéu e una luna clara, canoutejaven à noste aiset. Es acò qu’es bèu !

504Cau prene la guerra couma vèn, lou tems e lou païsage couma soun. I a longtems, pamens, qu’avièn pas vist quicon dins aquel biais...

Notes

1 À la déclaration de guerre, Louis Bonfils fait son service militaire en Corse.

2 Alors que les chants bellicistes français étaient nombreux, les chants occitans qui doivent guider Filhou ne sont pas belliqueux. Lou maset de Mèste Roumiéu, écrit par Louis Roumieux, est un hymne aux masets. Enfants de Mount-Peliè (en fait : Bèu Clapas !) paroles de L’Escoutaïre (François Dezeuze), musique de Justamand, a pour refrain : « Enfants de Mount-Peliè / E dau même quartiè, / Nous souvendren toujour / D’aquel bèu nis d’amour. » Aquelas montanhas serait plus « occitaniste », bien que sa connotation nationale soit sans doute plus récente.

3 Nous verrons plus tard les réticences de ces Alsaciennes nostalgiques de l’occupation allemande entre 1870 et 1914.

4 Trobach-le-Haut : nom d’un village du Haut-Rhin, occupé dès le premier jour de la guerre, et qui reste français pendant toute la durée du conflit.

5 On pourrait dire que Bonfils fait ici allusion à La Butte Rouge (de Montéhus et Krier) écrite à propos de la « Butte Bapaume » si la chanson ne datait pas de 1922 : « La Butt’ rouge, c’est son nom, l’baptême s’fit un matin / Où tous ceux qui montaient roulaient dans le ravin. / Aujourd’hui y’a des vignes, il y pousse du raisin. / Qui boira ce vin là, boira l’sang des copains. »
Dès son premier numéro de janvier 1915, le journal Lou Gal publiait un sonnet de Louis Bonfils : Ier... Ioi... Deman... de même inspiration : « Lou blad era madu e roussel couma d’or / Lou paisan garrut, tout agusant sa dalha / Vesiè lou gran croumpat, soun graniè ple de palha / E sa joia valié lou pus riche tresor. / Sans comte avié bailat la susou de soun cors / Per ’segurà lou pan de touta sa marmalha / Lou camp es tremudat en un prat de batalha / Ount de poples vesis se basseloun à mort. / Lous valats sount rasiès d’un sang ple de jouinessa / Lou dalhaire veirà quand tournarà deman / De brouquetas en crous as cantous de soun camp / Placadas sus de cros per quaucas mans amigas / Qu’an relevat de morts couchats sus las espigas. »

6 Casque à pointe désigne par métonymie le soldat allemand. Les Allemands avaient été équipés dès le début de casques à pointe confectionnés en cuir bouilli n’offrant aucune protection réelle. Le casque Adrian français n’est entré en service qu’en 1915.

7 Illfurth, actuellement dans l’aire urbaine de Mulhouse.

8 En 1871, le territoire de Belfort était resté français. Notons au passage que, en 1914, l’Alsace est encore, mentalement, hors de France pour Bonfils.

9 On estime à environ 10 milliards les lettres ou cartes échangées entre le front et l’arrière durant la durée de la guerre. La censure veille, mais d’une part, elle ne peut tout lire, d’autre part, elle n’a une connaissance systématique que des lettres acheminées en franchise postale par le service des armées. C’est parce qu’il utilise le réseau de la poste civile que Bonfils peut écrire à peu près ce qu’il veut, dans la langue qu’il veut.

10 Département des Vosges.

11 Au début, le mot alboche ou boche est en français et entre guillemets. Il sera vite occitanisé.

12 On verra qu’à propos d’un article de Barrès, Bonfils nuancera quelque peu son opinion.

13 L’Étang de l’Arnel, entre Palavas et Montpellier, à l’est du Lez. Une civilation de « cabanes » populaires, utilisées par les chasseurs, couvrait ses bords.

14 Château sur la commune de Neufmaisons, Meurthe-et-Moselle.

15 Ce cimetière restera après 1919. Du 26 août au 24 septembre, durant la bataille de la Haute-Meurthe, le col de la Chipotte, position clé sur la route menant vers l’ouest, a été le lieu d’affrontements journaliers violents avec de nombreux combats au corps-à-corps : passé cinq fois aux mains des Français et des Allemands, il a vu 4000 soldats français tomber et a été surnommé « le Trou de l’Enfer » par les Poilus. Ces affrontements meurtriers ont précédé la guerre des tranchées. Une nécropole nationale accueille les corps de 1 899 soldats français dont 893 non identifiés, en deux ossuaires.

16 « N’ai un tibou, soui las, aco me fica’n caire... » Citation extraite de la scène V de la pièce de Bonfils et Azéma : Jout un balcoun, écrite en 1910. Au plus profond de sa détresse, Bonfils retrouve les mots de la pièce qu’il a écrite.

17 Ici, une coupure au ciseau dans le feuillet manuscrit ampute d’une vingtaine de lignes ces états d’âme de Filhou au sujet des boucheries déclenchées par certains généraux français.

18 Jean Bouin était un coureur de fond français. Il meurt au champ d’honneur à Xivray le 29 septembre 1914 comme soldat du 163e régiment d’infanterie lors de l’attaque du « Mont Sec » , non loin de Saint-Mihiel. Les circonstances de son décès sont mal connues. Certains décrivent une mort en chargeant au cri de « Vive la France ! », d’autres évoquent une erreur de tir de l’artillerie française (Source : Wikipedia).

19 En rapport avec les fêtes de la saint Martin du 11 novembre autour des châtaignes et du vin nouveau. Fêter la saint Martin signifie faire bonne chère, car c’est une fête d’abondance comme le Mardi gras : après la saint Martin commençait le petit Carême de Noël.

20 Théodore Botrel, l’auteur de La Paimpolaise.

21 Pierre Azéma, dans Lou Gal de janvier 1918 (repris in... à boulet rouge, p. 43) écrit : « Lou Bulletin des Armées de la République vèn d’èstre supremit... Es estat dich que lous tres-quarts [das pialuts] lou vesièn pas jamai, que lous tres-quarts das que lou vesièn lou legissièn pas, e que lous quauques-uns que lou legissièn i arrapavoun las endourmidouiras. Au founs, digus plourarà pas d’aquela disparicioun. »

22 Le 12 septembre les Français font de nouveau leur entrée dans Raon-l’Étape. L’occupation allemande de la ville n’aura duré que 19 jours, mais les destructions volontaires touchent les ¾ de la ville.

23 L’idée initiale de la grande et seule France est sérieusement écornée. Que malgré la destruction de leur village les roannais « germanisés » regrettent les Allemands remet en cause les fondements même de la guerre de 1914.

24 Poperinge (Poperinghe en français), ville flamande de Belgique. Poperinge fut, avec Furnes, la seule ville belge à ne pas être occupée par les Allemands.

25 C’est Azéma, qui suit sans aucun doute Bonfils, qui souligne. Louis Bonfils découvre un « racisme » anti-méridional. On est loin des Alsaciennes « sœurs » des Arlésiennes. On est plus près de la marâtre ou de la mauvaise sœur du poème de Mistral : La Comtesse.

26 Lombaertzyde est un lieu stratégique. Le 23 octobre 1914, la division Grossetti, accourue au secours de l’armée belge, s’empare de plusieurs têtes de pont sur la rive droite de l’Yser et notamment du village de Lombaertzyde. Ce fut un des plus beaux faits d’armes de la bataille de l’Yser.
En novembre, les 3e et 4e bataillons sont envoyés en Belgique où ils occupent les tranchées du canal de l’Yser. Le 15 décembre, les deux bataillons attaquent Lombaertzyde et s’en emparent après un brillant assaut à la baïonnette. Une contre-attaque allemande sur le 3e bataillon prend pied dans quelques éléments, mais le bataillon attaqué reprend quelques heures après tout le terrain perdu.

27 Deux pièces de théâtre de François Dezeuze, l’Escoutaïre. Voici un instituteur qui ne craint pas de jouer du théâtre occitan.

28 Le 5 mai 1915, Bonfils annoncera sa mort dans Lou Gal.

29 Habitant de Fabrègues, actuellement dans la métropole de Montpellier.

30 « L’ounou que reçaup regiscla sus soun vièl quartié de Boutounet » (Lou Gal, n° 2, fév. 1915). Bonfils était né 7 rue des Sourds-Muets (actuelle rue Abbé-de-l’Épée).

31 Le 1er avril 1917, Pierre Azéma signe dans Lou Gal un article très violemment misogyne : Las fennas à l’oustau où il redoute les conséquences de cette situation pour l’après-guerre. Les femmes devront apprendre à rester à leur place, à faire le ménage : « L’emancipacioun e l’educacioun de las fannas es un malur per lou païs e per la raça. »

32 Il a à peine 24 ans.

33 Cette description sera développée dans un texte écrit le 14 novembre 1916 et publié par Lou Gal le 1er février 1917 : Dins la cagnà. Mais un an et demi seront passés, et en marge du pittoresque, le texte (publié sans censure) reprendra la terrible litanie de Bonfils : « N’ai un sadoul, n̓ai un vòmi. Vèni dire que sèn au siècle dau progrèt, qu’aquela bouchariè es digna d’omes civilisats... »

34 Joseph Belloc. C’est lui qui, le 13 juin 1920 a lu l’adieu AFilhou de Pierre Azéma sur la tombe de Louis Bonfils, à Bienville, dans l’Oise (Pierre Azéma... à boulet rouge, 1930, p. 247). Lors de la création en 1911 de Jout un balcoun, il tenait le rôle de Justi (sous le pseudonyme de J. Blocel).

35 Journal quotidien montpelliérain.

36 Marsouin est le surnom donné aux soldats de l’Infanterie de marine ou Infanterie coloniale.

37 Le martelet consiste à frapper en pleine nuit à la porte d’une maison jusqu’à en réveiller les habitants. Il y a toute une stratégie pour ne pas se faire attraper par la personne ainsi dérangée. La technique la plus élaborée consiste à attacher le heurtoir à une corde et à tirer de loin afin d’éviter les représailles, la plus classique de celles-ci étant de recevoir sur la tête le contenu d’un pot de chambre.

38 Département des Ardennes.

39 Lou Gal du 3 mars 1915 publie un poème de Bonfils écrit le 6 janvier : « Lou gai clouquié es espoutit / Per lous foutraus e la mitralha / Lou campanié, el, es partit... »

40 Cantique de Malachie Frizet, majoral du félibrige qui fut en 1883 directeur de L’Éclair de Montpellier.

41 Émile Arné, né à Marseille en 1890 sera bientôt tué. Dans le journal Lou Delubre de juin 1915, le Capoulié Valère Bernard le décrira tant dre, tant ferme, tant clarvesènt...

42 La maternité de Montpellier était construite entre le ruisseau du Verdanson et la route de Ganges, près de Boutonnet.

43 C’est le plus célèbre de ces masets de convivialité masculine, proches de Montpellier, décrits par François Dezeuze. En fait l’Espounga (éponge) était le nom d’une société dont les vingt membres se réunirent successivement dans un mas de L’Aiguelongue, puis derrière le moulin de Navitau et enfin entre les Quatre-Seigneurs et la route de Mende.

44 Dessin non retrouvé.

45 Poème de Bonfils publié dans Lou Gal en avril 1915 : « Un cors es espandit alai en plen camp / Es un eros, sa petrine es traucada / Fai éme soun cors dos tacas negre e rouja [...]. »
En avril 1916, Lou Gal publie sous la plume de Louvis Philibert (Azéma et Bonfils) un article, Lou pourridié (Le charnier) où l’horreur est encore pire qu’ici : « Encroucats a las pounchas d’un fièu de ferre, un poumon rose e de tripas verdejantes fan pensà a la devantura d’un marchand de fruchan, couma a un taulhé de bouché, se vei pertout de flocs de car coupada [...]. »

46 L’occupation de la basse plaine de Woëvre par les Allemands depuis la fin septembre (le saillant de Saint-Mihiel) coupe les communications avec Verdun par la vallée de la Meuse. L’offensive suivant la route de Thiaucourt débute le 3 avril 1915 vers Regniéville. Elle se termine le 11, mais des attaques locales ont encore lieu à Mortmare les 14 et 20 avril. Dans son ensemble c’est un échec coûteux : à Mortmare les quelques hectares enlevés à l’ennemi ont été payés de plus de 1 500 morts et d’une centaine de prisonniers. Sur près d’un kilomètre les premières lignes qui se sont rapprochées sont désormais distantes de moins de cinquante mètres. Les conditions de survie vont devenir très difficiles devant le bois : mines souterraines, artillerie de tranchée, grenades, etc.

47 Sans aucun doute une carte postale annonçant sa promotion. Filhou est bien sûr le surnom de Bonfils lui-même. En juin 1915, Lou Gal, saluant cette nomination, commente bizarrement : « La chança lou seguì de longa. »

48 Il est possible que ce fragment de lettre, intercalé sur un papier à part soit un extrait de la réponse de Pierre Azéma à la terrible lettre du 24 avril. À noter qu’elle est séparée de la suivante par un silence de presque un mois.

49 Lettre en partie publiée en juin 1935 dans Calendau, revue dirigée à Montpellier par Pierre Azéma et Jean Fournel.

50 Louis Bonfils n’a alors lui-même que 24 ans.

51 Le Minenwerfer (lance-mine), mortier « léger » de 76 mm, pesait tout de même quelque 100 kg, ce qui ne facilitait pas son transport par les fantassins pendant les opérations. Une équipe de six hommes pouvait maintenir une cadence de tir de 20 coups par minute, pendant une période limitée. Le mortier de 76 mm tirait un projectile de 4,5 kg, sa portée optimale était comprise entre 300 et 1 000 mètres. Son nom dans l’argot des Poilus était torpille, crapouillot ou tortue.

52 L’Écho des Marmites. Seul quotidien hebdomadaire [puis] périodique, aucun fil spécial avec Berlin, service gratuit dans les tranchées, publié par le 309e régiment d’infanterie, puis 221e, secteur postal 197. Paraît de 1914 à 1918.

53 Lou Gal, lui, se fait très loin du front, à Montpellier, mais avec des correspondants au front, comme Bonfils lui-même. La Gazeta loubetenca, éditée près de Paris par le montpelliérain Joseph Loubet, trop vieux pour être au front, est, elle, un peu plus ambiguë. Lou Delubre, de Marcel Provence, est édité à Aix-en-Provence.

54 Dans La Plume au fusil (op. cit., p. 173), on trouve cet extrait d’une lettre d’Alfred Roumiguières, instituteur socialiste, qui écrit le 5 juillet 1915 (à peu près en même temps que Bonfils) : « J’apprends qu’Embry part. Son auto est arrivée ; il va conduire cette auto qu’il met à la disposition du lieut-colonel Couscard. Il est content de partir. Moyennant quelques billets de mille, il augmente les chances de sauver sa peau. Dans une pareille combinaison, l’autorité militaire exploite la lâcheté de certains bourgeois. »

55 On est bien loin de la grande France !

56 Le jour même où Pierre Azéma est blessé à la tête et à l’épaule. Il sera trépané le lendemain.

57 Lou Delubre dont le sous-titre est Santo Ventùri ! (Le Mont de la Victoire), bulletin per tres mes di felibre de la Grando Guerro est envoyé gratuitement à tous les félibres mobilisés. Chaque livraison ouvre sur la manchette : An douna soun sang pèr la Grando Franço. Le n° 1 sort en juin 1915. Il faudra attendre novembre pour le n° 2. Marcel Provence est le pseudonyme de Marcel Jouannon (1892-1951). Il a le même âge que Bonfils et Azéma.

58 Cette lettre est la première qui suit la grave blessure d’Azéma dans le recueil qu’il constitue lui-même des lettres de son ami. Il est difficile de penser que Bonfils ne s’inquiète jamais de la santé d’Azéma. C’est la preuve s’il en fallait que cette correspondance est une sélection de lettres, et non leur totalité. D’un côté le « trop personnel » , de l’autre le « trop virulent » en ont été retirés, impossibles à publier en 1918.

59 Sans doute Guillaume Espagne, né à Gignac, médecin depuis 1883, installé à Aumessas, près du Vigan.

60 Ceux de lieutenant.

61 Barrique bordelaise qui contient 225 litres. Donc, en futs, quelques 27 000 hectolitres. Plus 7 à 8 000 hl en bouteilles. Soit, environ, la production annuelle (en 2012), tous cépages confondus, de la grosse cave coopérative de Montpeyroux dans l’Hérault.

62 En octobre-novembre, Pierre Azéma est en convalescence à Montpellier. « A toumbat sa poulida perruca » lit-on dans Lou Gal, de nov. 1915. C’est une litote pour annoncer qu’il a été trépané.

63 Ce même 7 octobre, Bonfils envoie, sitôt arrivé à Nice, une carte à Mlle Rose Lacombe, Fg Figuerolles à Montpellier : « Aprenès la farandola, la dansaren au retour. F. »
Lou Gal d’octobre 1915 annonce : « Louvis Bonfils es vengut passa quauques jours au Clapas. Toujours gai, toujours plè d’entrin, noste amic languis d’anà cercà la gloria. »

64 Fin novembre, après la neige et le gel, quelles sont ces fleurs jaunes et rouges qui poussent dans les prés ?

65 Territoriaux.

66 Le 24 août 1914 le journal Le Matin publie un texte signé Auguste Gervais, sénateur de la Seine, intitulé : La vérité sur l’affaire du 21 août. Le recul en Lorraine. C’est le début de la légende noire du XVe corps d’armée :
« L’inébranlable confiance que j’ai dans la valeur de nos troupes et la résolution de leurs chefs me donne la liberté d’esprit nécessaire pour m’expliquer sur l’insuccès que nos armes viennent de subir en Lorraine. Un incident déplorable s’est produit. »
« Une division du 15e corps, composée de contingents d’Antibes, de Toulon, de Marseille et d’Aix, a lâché pied devant l’ennemi. Les conséquences ont été celles que les communiqués officiels ont fait connaître. Toute l’avance que nous avions prise au-delà de la Seille, sur la ligne Alaincourt, Delme et Château-Salins a été perdue ; tout le fruit d’une habile combinaison stratégique, longuement préparée, dont les débuts heureux promettaient les plus brillants avantages, a été momentanément compromis. Malgré les efforts des autres corps d’armée, qui participaient à l’opération, et dont la tenue a été irréprochable, la défaillance d’une partie du 15e corps a entraîné la retraite sur toute la ligne. »
« Le ministre de la Guerre [Messimy], avec sa décision coutumière, a prescrit les mesures de répression immédiates et impitoyables qui s’imposaient [...]. »
« Surprises sans doute par les effets terrifiants de la bataille, les troupes de l’aimable Provence ont été prises d’un subit affolement. L’aveu public de leur impardonnable faiblesse s’ajoutera à la rigueur des châtiments militaires. Les soldats du Midi, qui ont tant de qualités guerrières, tiendront à l’honneur d’effacer, et cela dès demain, l’affront qui vient d’être fait par certains des leurs, à la valeur française. Elles prendront, nous en sommes convaincus, une glorieuse revanche et montreront qu’en France sans distinction d’origine, tous les soldats de nos armées sont prêts, jusqu’au dernier, à verser leur sang pour assurer contre l’envahisseur menaçant le salut de la patrie. »

67 C’est dans ce village que se situe la tragédie du « pantalon rouge » : Lucien Bersot est fusillé le 13 février 1915 parce qu’il avait refusé de porter le pantalon couvert du sang d’un soldat mort sur le champ de bataille. Réhabilité en 1922, son histoire a inspiré le téléfilm Le pantalon d’Yves Boisset. Mais bien avant Boisset, Hector Vince avait écrit pour Le Théâtre du Peuple de Servian (Hérault) sa pièce en un acte : Réhabilité ! créée en 1922 et publiée à Montpellier en 1923. La pièce, vivement anti-militariste se termine sur la dernière réplique du maire du village natal de Bersot : « Ah oui ! À bas la guerre !! »

68 Tous les vents du nord sont-ils lou magistrau ? Ou est-ce un occitanocentrisme ?

69 À partir d’ici et jusqu’à la fin de cette lettre, la copie manuscrite de Pierre Azéma est remplacée par le texte imprimé paru dans Lou Gal, n° 14, 16 janvier 1916.

70 En 1915, déjà, la nostalgie des débuts de la guerre.

71 Ces mots entre guillemets sont une citation littérale tirée de Jout un balcon, la pièce de Bonfils et Azéma.

72 Un an avant, Bonfils était sûr de s’en tirer...

73 Moulin-sous-Touvents dans l’Oise. Haut lieu de la « Grande Guerre » , la commune a sur ses terres un site sacré nommé « La Butte des Zouaves » , située à 1,5 km, à vol d’oiseau, au nord de la ferme de Quennevières. Cette butte rend hommage à des soldats enterrés vivants au cours d’un bombardement.

74 Est-ce une allusion à la croisade albigeoise ? Ou à d’autres massacres ?

75 Sans doute un des frères Cagnoli dont on a retrouvé, en 2007, aux Archives municipales de Saint-Martin-Vésubie dont ils ont été maires, un Pichoun Dissionari San-Martinenc, que son propri e ansieni dóu païs, coumo aussi d’espression e maniero de dire (1886), ainsi qu’un Projet d’un piciou dissiounari Sant-Martinenc ame lai etimologios probablos tiravis dal Grec, dal Latin e dal Espagnol.

76 Allusion non élucidée à Prosper Estieu, écrivain occitan.

77 ÀRethondes, dans un wagon, seront successivement signés les armistices de 1918 et 1940. Mais alors Filhou sera mort.

78 Le 319e ne sera pas dissous. C’est dans ses rangs que Bonfils trouvera la mort. Voici un résumé de ses opérations lorsque Bonfils en fait partie :
1915 : (juil.-août) : La Chipotte, Saint-Rémy. Bataille de Champagne (sept.-oct.) : butte de Tahure (26/09) puis Oise : Longpont, Villers-Cotterêt.
1916 : Oise : ferme d’Ecafaut, Quennevières (janv.-avril). Bataille de la Somme (juil.) : bois de Soyécourt, Estrées, bois du Satyre, ouest d’Estrées, est de Compiègne (sept.-déc.), Attichy, Bitry.
1917 : Ouest de Royes (jan.-mars), forêt de Coucy, attaque de Moy (avril). Aisne (août-sept.) : chemin des Dames, est de Braye-en-Laonnois puis bataille de Malmaison (oct.-nov.), plateau de Californie (déc.).
1918 : Braye-en-Laonnois (janv.-mars) Hainvillers, Rollot, nord d’Orvillers, Mont Renaud, Le Plessier, Le Plémont (28 mars-1er avril).

79 Respectivement : Chasseurs alpins, Tirailleurs algériens, Zouaves, Fusiliers marins.

80 Biffin signifie d’abord « chiffonnier » (xixe s.) puis fantassin, à cause du sac.

81 En français dans le texte, ainsi que les notes et propos du commandant.

82 Lous laguis d’un pastourel sont du poète ferblantier de Montpellier Hyppolite Roch (1801-1872). A l’oumbre dau bouscage est un traditionnel.

83 Mot composé sur le modèle de : marâtre. C’est-à-dire, selon la terminologie de Mistral dans La Coumtesso, la France du Nord, la demi-sœur : « Car sa sorre, sa sourrastro, / Pèr eireta de soun bèn, / L’a clavado dins li clastro, / Dins li clastro d’un counvènt / Qu’es barra coume un° mastro / D’un Avènt a l’autre Avènt. »

84 Pierre Causse, Caussou de l’Oulivié (Montpellier 1883-1951). Un des fondateurs du journal Lou Gal.

85 Un des topoï de la riposte méridionale était de dire : Foch, Joffre, Castelnau, Sarrail, tous les grands chefs ne sont-ils pas du Midi ?

86 Le verdict du procès en conseil de guerre montre le souci de l’État-major d’atténuer au maximum l’anathème du XVe corps et des méridionaux en général.

87 Voici une autre version, légèrement différente, tirée de l’histoire officielle du Régiment : les 1er et 2 juillet, le 319e est réserve de la VIe armée et n’a pas à intervenir. Mais le 3 juillet, il quitte Framerville et, par Foucaucourt, relève en première ligne un régiment de la 61e D.I. sur le terrain conquis entre Fay et Soyecourt, à la lisière d’un bois dénommé « bois du Satyre » . Le 4 juillet, la 53e D.I. a pour mission d’attaquer le village d’Estrées et les positions ennemies environnantes. Une première patrouille de la 21e compagnie du 319e régiment ramène 2 prisonniers du nord d’Estrées. Les 5e et 6e bataillons sont en ligne : l’attaque doit partir de la gauche de la 106e brigade. À 16 heures, l’attaque est déclenchée : Estrées est enlevé. La 18e compagnie, commandée par le lieutenant Huchon, en combattant dans le cimetière, à l’ouest d’Estrées, fait, à elle seule 200 prisonniers, dont 5 officiers, et prend deux mitrailleuses. Nos pertes sont minimes. Une contre-attaque, faite par les Allemands le lendemain, est repoussée dans Estrées. La 319e, qui tenait le village, fut secouru par les grenadiers du lieutenant Fisher, du 319e. Mais les succès d’Estrées et la brillante avance du Ier corps colonial, qui a poussé jusqu’à la Maisonnette, sur la rive de la Somme, face à Péronne, sont arrêtés, car l’attaque anglaise n’a pas donné tous les résultats attendus. Il faut donc rester sur les positions conquises en attendant le mouvement par le nord. Du 3 juillet au 6 août 1916, le 319e reste dans le secteur d’Estrées-Foucaucourt tantôt en première ligne, tantôt en deuxième ligne. Il fait plusieurs attaques, en particulier à l’ouest d’Estrées, sur un boyau dit « Boyau d’Estrées », qui passe de mains en mains et nécessite des combats meurtriers à la grenade. C’est dans un de ces combats que se distingue le capitaine Voisin, commandant la 21e compagnie, qui est tué à la tête de ses grenadiers. Le 19 juillet, une attaque du 5e bataillon, commandé par le capitaine Gompell, inflige à l’ennemi des pertes cruelles et s’empare, après une lutte à la grenade des plus violentes, du « boyau d’Estrées », où la 19e compagnie fait 69 prisonniers. Le 20, une violente attaque de l’ennemi est arrêtée par nos feux. Après tous ces combats, on s’organise en hâte sur le terrain pris à l’ennemi, on creuse tranchées et boyaux, on plante des réseaux de défense. Mais, si les poilus du 319e ont été à la peine, il n’est que justice qu’ils soient à l’honneur, et les deux ordres suivants en sont la preuve éclatante. Ordre général n° 378. Le général commandant la VIe armée cite à l’ordre de l’armée : « La 18e compagnie du 319e R.I. — Commandée par le lieutenant Huchon, a, le 4 juillet 1916, brillamment enlevé un cimetière, point d’appui très solide de l’ennemi après un corps à corps au cours duquel elle a fait environ 200 prisonniers, dont 5 officiers, pris 2 mitrailleuses. A conservé la position conquise, malgré le bombardement et a repoussé à la grenade plusieurs contre-attaques. Le 5 juillet 1916, par une active coopération, la 18e compagnie du 319e R.I. a permis à un détachement d’un autre corps, qui se trouvait dans une situation difficile, de se maintenir sur sa position. Au G.Q.G., le 11 août 1916. Le Général commandant la VIe armée, Signé : FAYOLLE. »

88 Capitaine Voisin, à la tête de ses grenadiers.

89 Titre des chroniques que Louis Bonfils signe dans le journal Lou Gal. Dès leur rédaction, lettres et tablèu sont complémentaires.

90 Un Tablèu de guerra de Bonfils, paru dans Lou Gal de décembre 1916, mais daté du 24 octobre et intitulé La mort dau capitàni décrit crûement : « Ié mancava la gauta drecha e l’iol ie penjava. Sa capote èra plena de sang ou de car machugada. Issava soun bras gauche e, coupada au pugnet, la man ié mancava... »

91 Lou Gal, août 1916 : « Noste co-directou Louvis Bonfils, lioctenant, a près una part brilhanto as coumbats de Picardie. Es estat pourtat a l’ordre de la division. »

92 En Saône-et-Loire, près de Paray-le-Monial. La Bourgogne sert une fois de plus de base arrière pour la convalescence ou la formation des officiers.

93 En septembre, et jusqu’à la mi-octobre 1916, Bonfils est en convalescence à Montpellier (Lou Gal ). Blessure, ou maladie ?

94 Commune de Thourotte, dans l’Oise, près de Compiègne.

95 Réservistes de l’Armée Territoriale, ils étaient surtout affectés aux travaux du génie.

96 Lieu de plaisir sur les rives du Lez à Montpellier, avec un restaurant et des barques...

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2015

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search