Version classiqueVersion mobile

L’occitan en guerre

 | 
Guy Barral

Préface

Philippe Saurel

Texte intégral

1Cher lecteur,

2Les lettres que vous allez lire aujourd’hui ont été retrouvées après cent ans d’oubli. Elles ont été écrites, entre 1914 et 1916, par Louis Bonfils, dit « Filhou » , à Pierre Azéma, tous deux jeunes intellectuels de Montpellier. Cette correspondance est la seule connue qui soit intégralement rédigée en occitan.

3Filhou est né dans la maison mitoyenne de celle où je suis né, au faubourg Boutonnet, ce quartier de Montpellier qui a su garder son caractère si populaire.

4Sa courte existence se termine dans le Nord, où à l’âge de 24 ans, devenu capitaine, il est tué dans cette guerre où la France croyait défendre son existence alors que l’Europe se suicidait. Il est parti en espérant délivrer l’Alsace et la Lorraine, mais sur place, il fait face à une réalité plus complexe et voit des Alsaciens hésiter entre la France et l’Allemagne.

5Il découvre aussi que si le combat unit souvent ses camarades dans le même amour du pays, les origines, les différences sociales peuvent parfois les opposer : riches et pauvres, ouvriers et paysans, gens du Nord et Méridionaux s’affrontent quelquefois rudement.

6Surtout, il ressent le mépris violent des soldats du Nord envers ceux de Midi, injustement accusés d’être lâches... Les marques de bravoure des soldats du Sud ne manquent pas pourtant, pour preuve. Filhou, courageux, ouvre un second front pour l’honneur bafoué du paure Mièjorn. Il y remportera quelques belles batailles.

7Les Poilus du Midi avaient honte de leur langue. Pour mettre des mots nécessaires sur l’apocalypse vécu, seul le français leur venait à la plume, et difficilement... Filhou, lui, rédige tout en occitan : aussi bien ses lettres que ses articles pour Lou Gal, le journal qu’il a fondé à Montpellier avec Pierre Azéma, son alter ego et correspondant.

8C’est aussi en lengo nostro qu’il mène ses troupes à l’assaut, qu’il prend des tranchées, qu’il chante à tue-tête. Et c’est pour l’avoir violemment défendue qu’il est alors déféré, sur le front, devant un Conseil de guerre. Seul et isolé, la condamnation paraît inéluctable mais au moment où tout semble perdu, le Conseil le blanchit, et le félicite même d’avoir défendu l’honneur des siens que tant de gradés, les méridionaux Foch ou Joffre en tête, foulent aux pieds dans un bain de sang.

9Cet honneur du Midi, nous l’avons retrouvé et vivifié. L’année même où ces lettres sont publiées, des classes bilingues français-occitan sont ouvertes pour la première fois dans les écoles élémentaires publiques de Montpellier. Désormais, de jeunes écoliers qui n’ont pas reçu cette langue en héritage, peuvent la choisir pour s’ouvrir au monde et renouer avec notre histoire.

10Et à l’occasion du centenaire de cette guerre inutile et terrible, les noms de tous nos morts qui jusqu’alors étaient relégués dans la crypte du monument aux morts de Montpellier sont désormais exposés en pleine lumière, sur les murs de ce monument. Pour ceux qui auront lu ce livre, le nom de Louis Bonfils brillera un petit peu plus.

11Car, cent ans après, citoyens du xxie siècle, nous pouvons toujours nous reconnaître dans la liberté d’esprit de Filhou : c’est que son indéfectible fidélité aux idées, comme chez Jaurès, va de pair avec son refus des routines inefficaces et du carcan des organisations sclérosées.

12Il est temps, cher lecteur, de vous laisser découvrir cette correspondance unique et passionnante où l’enthousiasme mêlé à la tragédie, laisse entrevoir une des figures les plus attachantes de l’histoire montpelliéraine.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2015

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search