Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Rythmes. Histoire, littérature

 | 
Marie Blaise
, 
Alain Vaillant

Dossier. La recherche dix-neuviémiste et les nouvelles technologies

L’Histoire dans l’avant-texte de L’Éducation sentimentale

Tony Williams

Texte intégral

  • 1 Il faut, bien entendu, entendre le mot « histoire » dans plusieurs sens : les événements du passé (...)
  • 2 L’Éducation sentimentale. Histoire d’un jeune homme. Postface et notes de Pierre-Marc de Biasi (Pa (...)
  • 3 Leclerc, Yvan : Gustave Flaubert. « L’Éducation sentimentale » (Paris : PUF, 1997), p. 103.
  • 4 « Je bûche la révolution de 48 avec fureur. Sais-tu combien j’ai lu at annoté de volumes depuis si (...)

1L’histoire dans les œuvres de Flaubert représente un vaste champ de recherche1. Dans la version définitive, l’histoire est présentée non comme une réalité stable et solide mais plutôt comme une matière indécise, difficile à saisir, impossible à comprendre. En ce qui concerne L’Éducation sentimentale, ce qui frappe la critique moderne est « l’éclatement du réel historique en fragments hétérogènes2 ». Comme l’a bien dit Yvan Leclerc, « les événements ne nous parviennent pas dans le discours rétrospectif de l’historien qui les rend intelligibles, mais tels que dans l’instant ils apparaissent privés de sens à une conscience poreuse et détachée3 ». On s’accorde donc pour dire que la présentation des événements historiques dans le roman est très problématique. Pourtant, Flaubert en tant que romancier moderne s’est imposé la tâche de baser son roman sur une étude scientifique de l’histoire. Il se targue, par exemple, d’avoir consulté vingt-sept livres sur la Révolution de 484. Comment se fait-il, alors, qu’une connaissance approfondie se transforme dans le roman en une représentation incertaine et déroutante ? Comment ce qui est clair et précis à un certain stade devient-il si souvent opaque et vague ? Pour répondre à cette question il faut, bien entendu, étudier de près l’avant-texte.

2L’avant-texte de L’Éducation sentimentale est d’une telle ampleur que l’on est bien obligé de délimiter le champ de recherche. C’est la raison pour laquelle, nous avons décidé de nous concentrer sur le chapitre le plus long, le premier chapitre de la troisième partie du roman. Ce chapitre présente un intérêt particulier. C’est ici que Flaubert s’impose la tâche d’intégrer la révolution de Février et les Journées de Juin dans le développement de la vie privée de Frédéric. L’élaboration de ce chapitre a nécessité un travail de documentation très étendu et un travail d’emboîtement de l’histoire dans la fiction. En lisant ce chapitre on a l’impression que le roman risque d’éclater sous des pressions internes qui résultent de l’accumulation et de l’ajustement des crises successives sur les plans politique et affectif.

  • 5 . Voir les scénarios I (pp. 55-7), IX (pp. 164-6), X (pp. 178-80), XXX (pp. 272- 75), XXXI (pp. 27 (...)
  • 6 Le folio 44 est particulièrement révélateur. On trouve en marge un calendrier des principaux événe (...)

3La transformation des données de l’histoire dans l’avant-texte est un processus prolongé tel qu’il se manifeste dans le dossier génétique. À partir des scénarios, Flaubert commence à structurer la matière historique du roman. Les événements de 1848 apparaissent déjà dans les scénarios d’ensemble (1863) et les deux scénarios qui couvrent la troisième partie du roman (1864), puis finalement dans les trois scénarios détaillés qui couvrent le premier chapitre de la troisième partie, rédigés en 1867, un peu avant la rédaction du chapitre5. Le chapitre s’organise autour d’une série d’oppositions entre les générations, mais peu à peu les références à l’histoire se multiplient et les attitudes politiques des personnages se définissent. C’est autour de la vie privée que l’histoire vient s’arranger, plutôt que le contraire. À ce stade, la Révolution de Février et les Journées de Juin ne sont évoquées que brièvement. L’élaboration de la vie privée reste en quelque sorte en avance sur l’histoire6.

  • 7 De Biasi, Carnets de travail (Paris : Balland, 1988), p. 403 : « Une lecture attentive de la Corre (...)
  • 8 Alberto Cento, Il realismo documentario nell ‘Éducation sentimentale (Naples : Liguori, 1967).
  • 9 Les notes documentaires (Notes sur la Monarchie de Juillet et sur la révolution de 1848) se trouve (...)

4Ayant fixé les grandes lignes de son chapitre et sachant à peu près quels seront les principaux événements historiques qui seront traités, Flaubert s’attaque à la documentation détaillée. Les recherches les plus poussées sur 1848 commencent à partir de février 1867, en anticipation de la composition de la troisième partie du roman, entreprise en mars 1868, mais le cas échéant Flaubert continue à faire des recherches ponctuelles7. La grande majorité des notes, rédigées selon toute probabilité en 1867, ont été transférées au dossier de Bouvard et Pécuchet8. Il s’agit d’une centaine de feuillets contenant des notes de lecture proprement dit, des calendriers, et des résumés9. Repérés par Alberto Cento, ils n’ont pas encore été publiés. En outre, on trouve un certain nombre de notes documentaires dans les Carnets de travail, publiés par Pierre-Marc de Biasi.

  • 10 Les manuscrits de L’Éducation sentimentale se trouvent à la Bibliothèque Nationale de France sous (...)
  • 11 Matsuzawa, Kazuhiro : Introduction à l’étude critique et génétique des manuscrits de « L’Éducation (...)
  • 12 Le Calvez, Éric, « De la note documentaire à la description. (Quelques remarques génétiques à prop (...)

5Parmi les deux mille feuillets, écrits des deux côtés, du grand dossier du roman à la Bibliothèque Nationale10 il y a quelque quatre cents folios relatifs à ce chapitre, qui, grâce à la concordance publiée dans l’étude de Kazuhiro Matsuzawa11, sont faciles à identifier. Parmi ces folios, on trouve une cinquantaine d’esquisses, plus de deux cents brouillons et plus de cinquante mises au net. La rédaction du roman commence dans les esquisses qui fonctionnent comme un chantier de construction où la diégèse s’étoffe et se précise. L’épisode se raconte au temps présent et tout le matériau reste très fluide. Les notes documentaires sont intégrées dans la première esquisse, souvent telles quelles. Mais, très rapidement, dans les esquisses ultérieures, ce qui a été inséré est modifié selon des procédés variés. Le matériau documentaire brut subit les distorsions d’une focalisation en train de s’établir. Il y a aussi un parti pris de non-compréhension qui fait que le détail documentaire, arraché à son contexte, devient opaque. En outre, les notes documentaires sont modifiées pour étayer les isotopies de la futilité, de la confusion et de la sentimentalité qui commencent à émerger. Les esquisses jouent un rôle très important ; on est aux frontières de l’exogenèse et de l’endogenèse et le matériau documentaire commence à s’adapter et se transformer suivant les besoins de la fiction. Les brouillons, qui représentent la phase la plus intense et la plus prolongée de la rédaction, sont plus nombreux. Il s’agit d’une sorte de « gouffre transformationnel » dans lequel les notes documentaires « ne sont plus qu’un matériau linguistique à travailler selon les mêmes critères que le texte (narratif) sur lequel elles ont été greffés12 ». Il faut mentionner aussi la mise au net, où Flaubert continue à faire des corrections souvent significatives, le manuscrit autographe, où l’écriture se stabilise mais où des variantes continuent à apparaître, le manuscrit du copiste, qui n’a qu’un faible intérêt mais où Flaubert a quand même fait des corrections tardives.

  • 13 Nos travaux ont été subventionnés par l’Université de Hull, the Leverhulme Trust et the Arts and H (...)
  • 14 « Lorsqu’on examine les perspectives que l’hypertexte ouvre sur l’avenir de l’édition génétique, i (...)

6Notre projet, que l’on avait cru relativement modeste, s’est avéré extrêmement ambitieux. Il a fallu plusieurs subventions, quatre années de travail et l’aide de trois chercheurs pour mener le projet à terme13. Une partie essentielle du projet est la création d’une base de données qui incorpore l’avant-texte du chapitre et qui sera déposée à la Oxfort Text Archive attachée à la Arts and Humanties Data Service, l’organisation nationale qui conserve en Grande Bretagne tous les documents électroniques construits à partir des textes littéraires. Une édition génétique est toujours prévue, mais nous avons très rapidement conclu que la publication intégrale de l’avant-texte du chapitre ne serait pas possible, si l’on envisageait une édition génétique sur papier, à l’instar de l’édition du chapitre sur les Comices Agricoles réalisée par Jeanne Goldin. C’est la raison pour laquelle nous avons opté pour l’hypertexte dont les mérites ont été prônés par Jean-Louis Lebrave14. L’hypertexte comporte plusieurs avantages. Il permet la reproduction complète sur écran de tous les feuillets manuscrits par le moyen d’images numérisées. Il est possible de donner à voir des facsimilés de tous les manuscrits, ce qui ne serait pas possible dans une édition sur papier. Il permet aussi une utilisation plus commode des documents puisque l’on n’est pas obligé de les arranger dans un ordre fixe.

  • 15 Nous avons exclu l’épisode de Fontainebleau, épisode dont l’avant-texte est déjà bien connu grâce (...)

7La version hypertextuelle que nous avons réalisée contient l’avant-texte du chapitre le plus long du roman15. Le matériau est organisé en strates : scénarios, esquisses, brouillons, manuscrit autographe, manuscrit du copiste, version définitive. L’élément le plus important est constitué par les transcriptions, plus particulièrement les transcriptions diplomatiques, qui accompagnent les fac-similés. L’utilisateur peut accéder rapidement à ces transcriptions par le moyen de tables synoptiques. Les esquisses sont divisées en trois groupes (Février, Mars, Juin), les brouillons sont groupés selon l’épisode auquel ils appartiennent. Les tables synoptiques ont deux fonctions. Elles donnent le classement des manuscrits et, par le moyen de numéros sensibles à la touche, elles donnent accès aux transcriptions et aux fac-similés :

Fig. 1 : Table synoptique des brouillons de la fin du chapitre

8Les transcriptions diplomatiques peuvent être utilisées de plusieurs façons, en adaptant l’écran :

Fig. 2 : Transcription et fac-similé de 17607, fo 175v

9On peut s’en servir tel qu’il se présente immédiatement sur écran, ce qui permet de confronter la transcription avec le fac-similé ; on peut optimiser l’écran en modifiant la position de la barre horizontale, pour n’afficher que la transcription ou le fac-similé. L’utilisateur dispose aussi de la possibilité de visualiser simultanément le manuscrit autographe, le manuscrit du copiste et la version définitive ou bien d’adapter l’écran de la même façon pour ne voir qu’une seule version.

10Afin de permettre la navigation de ce dossier on a établi une multitude de liens hypertextuels, en particulier :

  1. des liens qui permettent de suivre les grandes lignes de la création. En cliquant sur une des flèches sur la barre horizontale supérieure (fig. 2), on peut avancer ou reculer « horizontalement » dans l’agencement syntagmatique des feuillets. Mais on peut aussi naviguer « verticalement », en passant d’une version à une autre du même passage.
  2. des liens avec les notes documentaires. Les transcriptions diplomatiques contiennent des « points chauds » qui correspondent à tous les détails historiques qui ont été importés. En cliquant sur ces points chauds, on accède soit à la note de lecture prise par Flaubert, soit au livre dont le détail a été tiré. Dans les transcriptions des notes de lecture on trouve aussi des extraits des livres consultés par Flaubert. On peut aussi envisager de donner le texte intégral des livres qui constituent les « sources » historiques du chapitre.
  3. des liens avec toutes les autres strates. En cliquant sur une icône, il est possible d’accéder soit au passage correspondant de la version définitive, soit à la table générale qui donne accès aux autres strates.
  4. des liens donnant accès à un commentaire génétique.
  5. des liens donnant accès à une transcription linéarisée du même folio.
  • 16 Voir Pierre-Marc de Biasi, La Génétique des textes (Paris : Nathan, 2000), p. 7.

11Sans l’apport de la nouvelle technologie, il ne serait pas possible de donner à voir un dossier génétique aussi abondant que celui qui se rapporte au chapitre qui nous intéresse16. Il faut bien reconnaître que cette technologie ne s’apprend pas du jour au lendemain et que l’on ne fait qu’entrevoir les possibilités qu’elle ouvre dans le domaine de l’édition génétique. Pourtant, il est permis de croire qu’elle va transformer les études génétiques.

Notes

1 Il faut, bien entendu, entendre le mot « histoire » dans plusieurs sens : les événements du passé jugés dignes de mémoire, mais surtout la connaissance ou la relation de ces événements.

2 L’Éducation sentimentale. Histoire d’un jeune homme. Postface et notes de Pierre-Marc de Biasi (Paris : Seuil, 1993), p. 666.

3 Leclerc, Yvan : Gustave Flaubert. « L’Éducation sentimentale » (Paris : PUF, 1997), p. 103.

4 « Je bûche la révolution de 48 avec fureur. Sais-tu combien j’ai lu at annoté de volumes depuis six semaines ? Vingt-sept, mon bon », Lettre du 1er avril 1867, Correspondance, éd. J. Bruneau, vol. 3, Bibliothèque de la Pléiade (Paris : Gallimard, 1991), p. 624.

5 . Voir les scénarios I (pp. 55-7), IX (pp. 164-6), X (pp. 178-80), XXX (pp. 272- 75), XXXI (pp. 276-9), et XXXII (pp. 279-82) dans L’Éducation sentimentale : Les Scénarios. Édition préparée par Tony Williams (Paris : Corti, 1992).

6 Le folio 44 est particulièrement révélateur. On trouve en marge un calendrier des principaux événements de 1848.

7 De Biasi, Carnets de travail (Paris : Balland, 1988), p. 403 : « Une lecture attentive de la Correspondance permet de se persuader que dans la majorité des cas, Flaubert a effectué ses enquêtes documentaires pour L’Éducation sentimentale au fur et à mesure de ses besoins, en anticipant seulement de quelques semaines sur les exigences immédiates de la rédaction proprement dite. »

8 Alberto Cento, Il realismo documentario nell ‘Éducation sentimentale (Naples : Liguori, 1967).

9 Les notes documentaires (Notes sur la Monarchie de Juillet et sur la révolution de 1848) se trouvent à la Bibliothèque Municipale de Rouen sous la cote 2264 90-205.

10 Les manuscrits de L’Éducation sentimentale se trouvent à la Bibliothèque Nationale de France sous la cote NAF 17599-611.

11 Matsuzawa, Kazuhiro : Introduction à l’étude critique et génétique des manuscrits de « L’Éducation sentimentale » de Flaubert. 2 vols. (Tokyo : France Tosho, 1992).

12 Le Calvez, Éric, « De la note documentaire à la description. (Quelques remarques génétiques à propos de L’Éducation sentimentale) », Revue d’histoire littéraire de la France, 92 (1992), 210-33.

13 Nos travaux ont été subventionnés par l’Université de Hull, the Leverhulme Trust et the Arts and Humanities Research Board. Les membres de l’équipe sont Lawrence Duffy, Maureen Ramsden et Alan Brunt. Ce dernier a été responsable du développement technique du projet.

14 « Lorsqu’on examine les perspectives que l’hypertexte ouvre sur l’avenir de l’édition génétique, il est facile de multiplier les exemples de dossiers susceptibles de se prêter à une telle mise en forme, de l’“hologramme proustien” aux brouillons de Valéry, de Finnegans Wake de Joyce au Passagenwerk de Walter Benjamin, de la Comédie humaine de Balzac au Rosenkavalier de Richard Strauss. Dans tous les cas, l’hypertexte introduit ce qu’on serait tenté d’appeler une méta-architecture à laquelle la multiplicité des réseaux de relations transversales insuffle une vie inconnue de l’imprimé dans sa rigidité linéaire et réductrice », Lebrave Jean-Louis, « L’Édition génétique » in Hay, L., Les Manuscrits des écrivains (Paris : Hachette/C.N.R.S., 1993). Voir aussi Jean-Louis Lebrave, « L’hypertexte et l’avant-texte » in Proceedings of Electronic Publishing, éd., C Vanoirbeck et G. Goray, (Cambridge : CUP, 1991), pp. 236-46. (Paru aussi dans Giaveri, M. T. and Grésillon, A., éds., I sentieri della creazione, tracce, traiettorie, modelli [Reggio Emilia : Diabasis, 1994]).

15 Nous avons exclu l’épisode de Fontainebleau, épisode dont l’avant-texte est déjà bien connu grâce aux travaux d’Éric le Calvez, et où on voit Frédéric en quelque sorte s’absenter de la scène de l’histoire.

16 Voir Pierre-Marc de Biasi, La Génétique des textes (Paris : Nathan, 2000), p. 7.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : Table synoptique des brouillons de la fin du chapitre
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/184/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 166k
Légende Fig. 2 : Transcription et fac-similé de 17607, fo 175v
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/184/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 218k

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter