Version classiqueVersion mobile

Pour la langue d’oc à l’école

 | 
Yan Lespoux

Vichy et l’enseignement de la langue d’oc

Texte intégral

1 Vichy et les associations régionalistes d’oc : une communauté de pensée ?

1.1 La lune de miel des défenseurs de la langue d’oc et de l’État français

1Le mouvement en faveur de la langue d’oc, on l’a vu, est un mouvement pluriel. Pluralité dans le sens où l’on commence à la fin des années 1930 à bien distinguer Félibrige et occitanisme, mais aussi parce que, au sein de chacune de ces deux tendances se trouvent impliqués des hommes et des femmes aux opinions politiques différentes. On trouve ainsi représentée une droite dure proche de l’Action française dirigée par le félibre Charles Maurras avec des figures comme celles de Frédéric Mistral Neveu, Joseph Salvat, Philadelphe de Gerde ou Joseph d’Arbaud pour le Félibrige et Louis Alibert, Jean Lesaffre, Pierre-Louis Berthaud ou encore André J. Boussac chez les occitanistes. Si, comme l’indique Philippe Martel (Martel, 2001, p. 18), cette « famille » est la plus visible grâce à la figure charismatique de Maurras, les démocrates-chrétiens, la gauche et l’extrême-gauche sont tout aussi représentés dans le mouvement avec des personnes comme Pierre Azéma, Marius Jouveau, Léon Teissier, Antoine Conio, Charles Camproux, Max Rouquette ou Jòrgi Reboul. Ainsi, presque tout l’éventail politique est représenté à l’exception notable du fascisme tel qu’il se structurera autour de Déat et Doriot. Exception qui peut en partie être expliquée par deux facteurs : le premier est l’anti-germanisme féroce de l’Action française dont sont proches les milieux droitiers du mouvement occitan, le second est le sort réservé par l’extrême-droite franquiste aux Catalans. Or, quel que soit leur camp, les militants de la langue d’oc n’ont eu de cesse depuis le début de la guerre d’Espagne de défendre leurs frères catalans persécutés par un Franco soutenu par l’Allemagne et l’Italie. On peut relever ici le paradoxe qui veut que l’Action française soutienne Franco alors que ses membres militant en faveur de la langue d’oc apportent leur soutien aux Catalans. On trouvera ainsi parmi les Occitans qui apportent leur soutien aux intellectuels catalans réfugiés en France des personnalités aussi opposées que l’abbé Joseph Salvat, proche de l’Action française, et le docteur Ismaël Girard.

  • 1 Pierre-Louis Berthaud, « Libertat » (Liberté), Oc, janvier 1940. « Notre peuple méridional est celu (...)

2À partir de l’entrée en guerre de la France le 3 septembre 1939, l’ensemble du mouvement occitan va clairement faire acte de fidélité à la Nation française. Des Béarnais de l’Escole Gastou Febus maudissant dans les Reclams de Biarn e Gascougne de l’automne 1939 Hitler qui vient d’envahir la Pologne à Pierre-Louis Berthaud lançant une édition de guerre du journal Oc dans laquelle il met en avant les valeurs de liberté et de protection des opprimés que la civilisation occitane partage avec la Nation française lorsqu’il écrit « Nòste pòple mèijornau es lo que concep e que practica lo milhor la libertat. La libertat, a poscut dire un escrivan, “es consustanciala a nòste pòple1” », les Occitans font acte de loyalisme. Le même Pierre-Louis Berthaud, toujours dans Oc, se plaît à mettre en avant l’occitanité des ministres dont la réputation n’a pas encore souffert des échecs politiques et militaires. Il en va ainsi, dans le numéro de janvier 1940, du président du Conseil Daladier qui, « à un banquet presque officiel », avait su en 1938 en s’exprimant en occitan faire sentir à son auditoire « la patrie présente, charnellement présente entre nous, avec ses parfums et ses musiques, et sa raison pure comme son ciel... ». Quelques mois plus tard, dans un article de mars 1940 à l’intitulé sobrement révélateur, « Paul Reynaud ou le Montagnard Économe », alors que la sagesse toute méridionale de Daladier ne fait plus recette auprès de l’opinion, c’est au tour du Bas-alpin Paul Reynaud de faire preuve d’un sens aigu des responsabilités, un bon sens qu’il présente là encore forgé par ses racines occitanes ; n’est-il pas après tout « le fils d’un peuple qui a appris à compter, à économiser, à bâtir son destin lui-même » ?

3Bref, les militants de la langue d’oc montrent dans un bel ensemble leur fidélité à la France, mais cherchent aussi à mettre en avant l’esprit qu’ils jugent intrinsèque à la civilisation occitane ; cet esprit qui place au dessus de tout la liberté et la dignité de l’homme et qui oppose donc naturellement le peuple occitan à l’hitlérisme. Cet esprit, il faudra, afin d’éviter que le drame ne recommence, le replacer au centre de la société française une fois la guerre terminée ; c’est ce que dit encore en substance Pierre-Louis Berthaud, toujours dans Oc en mars 1940,

  • 2 Pierre-Louis Berthaud, « Le Message occitan », Oc, mars 1940.

[...] pour que l’homme reste vraiment libre et digne, il faut le restituer à son cadre naturel ; le replacer dans ses conditions normales de vie [...] c’est parce que les hommes issus de la prétendue civilisation moderne ne sont en définitive que des enfants trouvés que l’hitlérisme a été possible et la guerre s’en est suivie. Or, pour refaire une âme aux hommes, rien n’est inutile. Parler la langue de leurs pères et en être fier, c’est un moyen de se reconquérir eux-mêmes2.

  • 3 Jean-Louis Loubet Del Bayle, Les non-conformistes des années 30, Paris, Éd. du Seuil, 1969, édition (...)

4Ce disant, Berthaud exprime une sensibilité qui semble assez courante dans les milieux militants pour la langue d’oc et dont on peut légitimement se demander de quelle idéologie elle tient. Dénonçant à la fois la centralisation et la perte d’humanité entraînée par les « machines gigantesques, anonymes, monstrueuses et toutes-puissantes que sont devenus l’État et la forme de production », Berthaud paraît cristalliser dans sa réflexion plusieurs idéologies. Son article semble un patchwork politique mêlant socialisme, barrésisme de l’époque des Déracinés, maurrassisme dans une certaine mesure par sa critique de la centralisation et son désir de restituer l’homme à son « cadre naturel », et catholicisme social ; dont, même s’il a coutume de se déclarer athée, Berthaud se rapproche ici, dans le sens où il s’appuie sur les valeurs traditionnelles et sur la pensée de Mistral. Il en cite d’ailleurs des paroles dont les termes sont empreints de pensée chrétienne (« la langue, c’est le signe de famille, c’est le sacrement qui unit aux aïeux les petits enfants, c’est le fil qui tient le nid dans la famille »). On peut considérer à ce titre que ce qu’exprime là Berthaud est une idéologie sans doute proche de ceux que Jean-Louis Loubet Del Bayle appelle les non-conformistes des années 303 qui se trouve à la fois dans le droit fil de ce qu’a pu proposer la Troisième République en France à travers ses lois sociales, et de ce que va bientôt proposer Vichy avec sa Révolution nationale. Ces idées, on va d’ailleurs les retrouver, avec toute leur nébulosité et sans doute aussi quelque opportunisme, sous la plume de bien d’autres militants occitans quelques mois plus tard, une fois la défaite consommée.

5Après la débandade de l’armée française débordée par la guerre éclair des Allemands au mois de mai 1940, le gouvernement, qui a dû quitter précipitamment Paris pour se réfugier à Bordeaux, voit le maréchal Pétain succéder à Paul Reynaud à la présidence du Conseil le 16 juin. Le 22 juin, le héros de Verdun signe l’armistice. Le 10 juillet, après la débandade militaire, place à la « débandade républicaine » pour reprendre les termes de Jean-Pierre Azéma (Azéma, 1979, p. 81) : l’Assemblée nationale, par 468 voix contre 80 et 20 abstentions, accorde les pleins pouvoirs à Pétain afin qu’il promulgue une nouvelle Constitution. Le régime dit « de l’État français » est né. Comme le lui demandait l’Assemblée ce 10 juillet 1940, le nouveau chef de l’État va mettre en œuvre une Constitution garantissant « les droits du travail, de la famille et de la patrie » (Azéma, 1979, p. 82), trilogie qui remplace d’ailleurs en tant que devise nationale la liberté, l’égalité et la fraternité de la « Gueuse » enfin tombée.

6Et les Occitans dans tout cela ? Comme une majorité de Français, il semble bien qu’ils se satisfassent de ce changement de régime.

7Le Feu, « revue occitane de l’humanisme méditerranéen », qui peu auparavant continuait à opposer l’amitié pan-méditerranéenne et l’humanisme des civilisations de la Méditerranée face à la barbarie germaine, a tôt fait, dès juillet 1940, de chercher et de trouver les coupables de l’accablante défaite. Ce ne sont plus les barbares germaniques : « Abstractions, polytechniques, juridismes privés d’inspiration et de foi nous ont livré à la défaite », lit-on sous la plume de Gabriel Boissy dans Le Feu de juillet 1940. Le coupable, c’est le régime précédent. Et ce sont aussi finalement tous les Français, qui ont délaissé les valeurs essentielles, les choses simples et ont été « pourris par la démocratie ».

Nous n’étions plus, nous sommes encore — sauf beaucoup de simples et quelques rares êtres d’élite — que des espèces d’anarchistes jouisseurs, finalement des nihilistes intégraux, des destructeurs de nous-mêmes. Nous avons mérité le châtiment.

8La solution, c’est le changement, continue Boissy dans son article « Au vent des jours ». Un changement radical des modes de pensée, et « cette révolution d’ordre intellectuel ne peut être menée que par les hommes d’âge d’une pensée saine et énergique ». Fort heureusement, la France a la chance de disposer d’un de ces hommes d’âge, un octogénaire encore vert, le nouveau chef de l’État, le maréchal Pétain qui, pour preuve de sa sagesse, a su condamner « l’esprit de jouissance [qui] avait aboli l’esprit de sacrifice », et qui va mettre en place une nouvelle Constitution. Une « constitution si simple et si claire, si forte aussi par son caractère monarchique, née à Vichy et conçue par le sage M. Alibert ». C’est que la « revue occitane de l’humanisme méditerranéen » est aussi très proche de Maurras...

9Mais il est peut-être plus étonnant de lire dans le numéro de l’été 1940 de Terra d’Oc, la revue qui, sous l’autorité d’André-J. Boussac, prend le relais d’Occitania, des lignes finalement assez proches de celles écrites par Boissy concernant la Constitution :

  • 4 « [...] peut-être que s’il y avait eu un roi pour l’appliquer au lieu d’on ne sait combien de chefs (...)

[...] benleu que se i aviá agut un rei per l’aplicar alloc de sabem pas quantis de chefes irresponsables e de menistres entrecanviadisses, ne seriám pas arribats, chucats e vudes, al malastre de 19404.

10Bien que plus nuancé, le Montpelliérain Pierre Azéma, que l’on peut difficilement suspecter de sympathies maurassiennes, pointe lui aussi dans Calendau de juillet 1940 les erreurs du régime précédent et du peuple qu’il énumère ainsi :

  • 5 « [...] mauvais gouvernement, nonchalance et mollesse, paresse et jouissance, oubli des vieilles ve (...)

[...] mau-gouvèr, inchaiença e flaquige, pigresa e jouïna, oublidança de las vielhas vertuts e de las sanas tradiciouns dau terraire5.

11Coupable aussi l’École de la Troisième République, elle qui, par ses idéaux de laïcité et d’égalité, a ouvert ses portes à des enfants qui n’étaient pas faits pour cela, introduisant ainsi les ferments de la décadence et de l’instabilité. C’est ce que dit celui qui signe Lescholier dans un article au titre évocateur (« La Vraie Pitié de notre Enseignement ») de la revue Le Feu de juillet 1940 lorsqu’il s’offusque de la gratuité de l’enseignement secondaire qui a entraîné une baisse catastrophique (déjà !) du niveau du baccalauréat :

Était-il vraiment nécessaire de désaxer tant de cerveaux pour en arriver là ? Que pouvaient devenir, sauf exception, ces recalés de l’enseignement secondaire, sinon des ratés fauteurs du nivellement par le bas ?

12Pis :

Espérai-t-on (sic) une fusion des classes sociales sous l’égide des humanités ? On a vu les élèves arborer à leurs boutonnières les insignes de partis antagonistes, la politique s’introduire sous les formes les plus aigües dans les demeures des études désintéressées.

13Marcelle Drutel analyse de son côté en octobre 1940 la faillite de l’école primaire dans Fe, le journal de Marius Jouveau, le Capoulié du Félibrige, dont les idées sont pourtant assez éloignées de celles du Feu ou de l’Action française :

  • 6 « Ils ont parlé d’éducation du peuple... et nos écoles se sont tout juste avérées bonnes à faire éc (...)

An parla d’educacioun dóu pople… e nòstis escolo se soun tout just averado bono pèr manca meme soun estrucioun [...] nòstis escolo an mastrouia li cervello de nòstis enfant pèr n’en faire de marrit pisso-sciènci, liogo de n’en faire d’ome e de francès. Noste regime egalitàri, universau, a vueja un saupre mau adouba en d’esperit que poudien pas lou reçaupre6.

14Car, ainsi que le note ironiquement Philippe Martel, « tous les enfants ne sont pas fait pour le travail intellectuel » (Martel, 2001).

15La solution unanimement avancée par les défenseurs de la langue d’oc est finalement simple : il faut suivre les principes édictés par Mistral. On la retrouve dans toutes les publications. Le Feu, dans son numéro de juillet 1940, publie un article de Louis Giniès intitulé « De Mistral à Pétain ». Pierre Azéma, dans Calendau, écrit que « tout ço que nous predicoun ara, pèr reviéuda e reviscoulà la França matrassada, n’en trouban la mesoula dins l’obra dau Mèstre de Malhana » (tout ce qu’ils nous prédisent maintenant, pour raviver et ranimer la France meurtrie, on en trouve la moëlle dans l’œuvre du Maître de Maillane). Dans un article intitulé « Revièure », de septembre 1940, c’est le journal varois La Pignato qui met en avant la figure tutélaire de Mistral. Boussac fait de même dans Terra d’Oc, lorsque, après avoir évoqué l’exposé des motifs de l’Assemblée nationale où le gouvernement de Pétain a mis en avant l’importance des corporations et des régions autant que de la cellule familiale, il annonce :

  • 7 « Ne vous semble-t-il pas que vous connaissez déjà ces idées ? Vous ne les avez pas déjà vues, form (...)

Es que vos sembla pas que coneissetz ja aquelas ideas ? Las avetz pas jamai vistas, formuladas endacom, atal, o ço parier gairebén ? Oh ! que si, vertat ? Son aquelas d’Occitania, aquelas de Terra d’Oc, aquelas que descolan de la doctrina mistralenca7.

16Si les militants de la langue d’oc ont partagé l’idée d’une nécessaire repentance en suivant en cela, comme beaucoup de Français, le discours pétainiste, ils se retrouvent bien plus dans celle du retour à la terre, qui, elle, « ne ment pas », selon la formule d’Emmanuel Berl qui écrivit quelques discours pour le maréchal Pétain, et plus que tout dans l’éventuelle restauration des provinces, dans le provincialisme annoncé du gouvernement de Vichy. Longtemps les félibres ont fustigé la centralisation ; depuis 1892, chaque jeune génération de félibres a écrit son manifeste fédéraliste. Et voici qu’un gouvernement entend enfin appliquer ces idées et ces valeurs. Ajoutons que la France est coupée en deux. Le territoire de la zone dite « libre », administrée par le nouvel État français, correspond peu ou prou à la zone de diffusion de la langue d’oc en France, si l’on excepte évidemment une partie de l’Aquitaine, mur de l’Atlantique oblige, et une partie du Limousin. De fait, les Occitans peuvent avoir le sentiment que c’est par eux que la Nation va se régénérer. C’est ainsi que l’on peut interpréter les paroles du Capoulié dans sa circulaire du 21 juillet 1940 lorsque, après avoir précautionneusement incité les félibres à attendre un peu que les projets gouvernementaux soient éclaircis, il déclare :

Dès maintenant, faisons porter nos plus grands efforts sur la maintenance de notre langue et sur la diffusion de notre littérature. La maintenance de l’une contribuera à l’attachement si souhaité de l’homme à sa terre et l’expansion de l’autre montrera que demeure encore une pensée saine et fière dans le pays de France.
Ayons le plus grand soin, non seulement de ne pas perdre le contact avec le peuple, mais encore de le rendre chaque jour plus étroit et plus intime [...]
Enfin que nos Écoles, tout en revenant à leur vie normale, [...] continuent à mettre leur action au service de la Patrie [...] et qu’elles montrent ainsi que l’idéal félibréen est un idéal loyalement français. (Jouveau, 1977, p. 347)

17Bien entendu, les jeunes éléments les plus actifs et sans doute les plus à même de pouvoir émettre des réserves, parce qu’ils ont dès le début de leur revue fustigé les régimes totalitaires allemand, italien et espagnol, sont les membres du Parti occitaniste issu de la revue Occitania. Mais les plus charismatiques, les plus engagés aussi, comme Jean Lesaffre, Charles Camproux ou Jòrgi Reboul, font partie du million et demi de soldats prisonniers de guerre. Et finalement, le discours de Pétain séduit plus que celui qu’ont pu tenir les gouvernements précédents. Le temps est à l’opportunisme. L’on s’entend si bien là-dessus, que félibres et occitanistes, entre lesquels les relations sont plutôt tendues, en arrivent à se mettre d’accord. Boussac comme Azéma, dans leurs articles, en appellent assez nettement à l’union ; le premier, parlant de la cause occitane, prend soin de préciser qu’il n’a pas écrit « occitaniste », le second indique que lorsqu’il fait référence aux félibres, il entend le mot au « sens large ». Si cette union doit se faire, elle doit, comme le dit le Capoulié, se faire dans l’action. Voilà à quoi ces militants vont rapidement s’employer.

1.2 Premiers contacts

18Les doléances portées auprès des différents gouvernements concernant l’enseignement ont été, nous l’avons vu, régulières tout au long de l’Entre-deux-guerres. La dernière date d’ailleurs du printemps 1939. À l’initiative de la Commission permanente de l’enseignement du provençal, proche d’Occitania et dirigée par Paul Ricard et le majoral Antoine Conio, est alors demandée au ministre Jean Zay « l’introduction de la langue d’oc parmi les langues qui peuvent être présentées à l’examen du baccalauréat série B ». Le refus est toujours poli, mais Jean Lesaffre, au nom des « Amis d’Occitania » profite de l’occasion pour en appeler à l’union des « Occitanistes » afin de faire revivre une Ligue pour l’enseignement de la langue d’oc calquée sur le modèle de la ligue bretonne « Ar Brezonnez er Skol » qui pourrait notamment faire œuvre de propagande et ainsi faire un peu plus pression sur le ministère. Il ne faut sans doute pas réduire le terme « Occitanistes » aux seuls adhérents de la S.E.O. Lesaffre, lui-même occitaniste et félibre, fait ici référence, même si la formulation est sans doute maladroite, à tous les militants, occitanistes comme félibres. Ce vœu est d’ailleurs présenté par le Capoulié lors la Santo Estello de Carpentras. On voit donc que l’idée d’union, encore une fois sous l’impulsion du Félibrige parisien puisque Lesaffre fait partie des Amis de la langue d’oc par l’intermédiaire desquels le vœu est transmis au Capoulié, commence à faire à nouveau son chemin.

19Dès juillet 1940, alors que les remaniements ministériels se succèdent à un rythme effréné, Marius Jouveau écrit aux différents ministres et secrétaires d’État chargés de l’Instruction publique afin que, dans le cadre de la révision des programmes scolaires envisagée par le nouveau gouvernement, « une place soit faite à l’enseignement de l’histoire locale et à l’enseignement des langues provinciales » : à Rivaud le 5 juillet ; le 25 juillet à Mireaux qui répond gentiment le 7 août pour remercier le Capoulié de ses « intéressantes brochures » sans s’engager plus sur la question. Cela n’est pas bien grave, puisque qu’il est à son tour remplacé le 6 septembre par Georges Ripert dont on attend beaucoup, puisque son frère, Émile, est majoral du Félibrige.

20Au même moment, une autre action se met en place sous l’égide d’Ismaël Girard avec l’aide d’André J. Boussac et de Pierre Azéma. Il s’agit d’écrire une requête au maréchal Pétain ; requête qui serait cosignée par des représentants de l’ensemble des sensibilités existantes parmi les militants pour la langue d’oc. Cette requête présente un double intérêt : d’une part elle nous confirme les sentiments partagés par ces militants, de toutes tendances, à propos de la politique annoncée par Pétain, d’autre part elle nous montre la capacité d’action et d’union qu’ont pu déployer à ce moment précis ces personnes aux sensibilités bien différentes.

  • 8 Cité par Guy Rossi-Landri, « La région », dans Jean-François Sirinelli (dir.). Histoire des droites (...)

21L’idée vient donc de Girard qui, dès la deuxième quinzaine de juillet, la confie à Boussac. Il faut dire que dans son message du 11 juillet 1940, le nouveau chef de l’État avait annoncé que « des gouverneurs seront placés à la tête des grandes provinces françaises et ainsi l’administration sera concentrée et décentralisée », ajoutant même que « la province sera organisée de manière à pouvoir se suffire à elle-même8 ». L’annonce a de quoi séduire les militants de la langue d’oc qui peuvent trouver là un début de réponse à leurs revendications ; la simple référence à un nouveau découpage administratif, lorsque Pétain parle des « grandes provinces françaises » auxquelles il semble vouloir laisser une certaine autonomie, venant sans doute quelque peu titiller la fibre fédéraliste de nombre d’entre eux. Même s’il est vrai que l’idée d’une administration à la fois « concentrée et décentralisée » peut laisser dubitatif tant ces deux termes frisent l’antinomie.

  • 9 Texte de la requête publié dans « Le Maréchal Pétain et la langue d’oc », Supplément au numéro de f (...)

22Mais les revendications restent finalement classiques et diffèrent assez peu de celles faites jusque-là auprès des différents gouvernements, si l’on excepte bien sûr le premier de leurs trois grands points le plus lié à l’actualité politique puisqu’il consiste à interpeller le maréchal Pétain sur l’intérêt de ne pas négliger « l’élément historique et linguistique9 » dans la délimitation des provinces. Le deuxième point concerne la réorganisation de l’enseignement et demande que « l’histoire locale et la langue locale figurent en bonne place sur les programmes de l’école primaire ». Le troisième consiste en un vœu concernant « les futures Chambres où seront représentés tous les éléments vitaux du pays », dont la mise en place avait été annoncée par Pétain et dans lesquelles il faudrait que les « authentiques forces traditionnelles de nos provinces aient la possibilité de faire entendre leurs voix ». Il faut dire que la liste des signataires, dont certains ont des idées très opposées de la militance et de la défense de la langue, nécessite que l’on s’accorde sur un minimum de points consensuels.

  • 10 CIRDOC. Fonds Azéma, AZP 03-3-7, lettre du 4 août 1940. Les noms proposés par I. Girard sont : Jouv (...)

23En effet, ces signataires sont issus du Félibrige ou proches de lui (le Capoulié Jouveau, les majoraux Joseph d’Arbaud, Michel Camélat de l’Escolo Gastou Febus, Léon Teissier, les syndics des maintenances de Provence, Limousin et Languedoc qu’étaient alors respectivement André Jaubert, René Farnier et Pierre Azéma, les félibres Gandilhon-Gens-d’Armes, Jean Bourciez et le chanoine Laffargue, Alfred Jeanroy de l’Institut), ou bien de la Société d’études occitanes (Ismaël Girard, Louis Alibert auxquels on peut ajouter Léon Cordes, ancien d’Occitania) ; certains étant membres des deux organisations, notamment André J. Boussac, majoral du Félibrige et président de la S.E.O. Encore que la liste finale des signataires ne comprenne pas tous les noms envisagés au départ par Ismaël Girard, André J. Boussac et Pierre Azéma. Une première liste établie par Ismaël Girard10 comptait des personnes qui n’apparaissent finalement pas pour diverses raisons. Quelques noms ou organisations d’importance manquent en fin de compte.

24D’abord Jean Charles-Brun, le félibre président de la Fédération régionaliste française dont la politique envisagée par Pétain pouvait laisser penser que son organisation était susceptible d’avoir une certaine influence vis-à-vis du gouvernement. Or, cette absence semble due essentiellement au fait que les organisateurs de la requête n’aient pas pu le toucher à temps. Azéma, chargé de le contacter, voit sa lettre en date du 20 août retournée avec la mention « n’a pu être acheminé ». On est tout de même en droit de s’interroger sur le fait que personne d’autre ne semble avoir cherché à joindre Jean Charles-Brun. Peut-être simplement parce que la lourdeur des démarches entreprises pour joindre tous les signataires potentiels et toucher directement le maréchal Pétain n’ont finalement laissé que peu de temps pour cela ?

25Ripert ensuite, qui devient particulièrement important après le 6 septembre 1940 puisque c’est à cette date que son frère devient secrétaire d’État de l’Instruction publique et de la Jeunesse, est également absent des signataires. Or, il ne semble pas particulièrement pressé de répondre à la demande faite par Azéma, et ne donne pas clairement son accord malgré une lettre qu’il adresse à ce dernier le 17 septembre. Pierre Azéma note d’ailleurs en écrivant à Girard le même jour :

  • 11 Collège d’Occitanie. Fonds Girard, CQ 517 (19), lettre du 17 septembre 1940. « [...] je crois que c (...)

[...] crese qu’es subretout lo message del marescal que l’a decidat de sourti de soun silenci... Amai que, dins sa letra, aloungue prou la saussa e negue un pauc lo peis, on pot pensà que signarà11.

26C’est qu’entre temps, le Maréchal, comme nous allons le voir, s’est déjà manifesté.

27L’Escòla Occitana et l’académie des Jeux floraux ne sont pas non plus représentées parmi les signataires. Cela s’explique assez aisément. En effet, l’Escòla Occitana et la S.E.O. sont en conflit. Les dissensions portent essentiellement sur la question de la graphie, Perbosc reprochant en substance à la S.E.O. d’adopter la graphie proposée par Alibert, évacuant ce faisant la sienne, alors que cette graphie alibertine découle directement de la graphie Estieu-Perbosc. Cela explique nettement le fait que Perbosc ait refusé de répondre aux sollicitations concernant la requête sachant que l’idée venait de Girard et Boussac. On aurait pu s’attendre à voir aussi figurer l’abbé Salvat, au titre de l’Escòla Occitana ou de l’académie des Jeux floraux. Il semble là que l’absence finale de Salvat tienne surtout au caractère intransigeant de l’abbé, mais aussi à la méfiance qu’éprouvaient vis-à-vis de lui Boussac, Girard et Azéma. Dans une lettre du 30 août 1940, Azéma s’irrite ainsi d’une demande de Salvat :

  • 12 Collège d’Occitanie. Fonds Girard, CQ 517 (19), lettre de P. Azéma à I. Girard du 30 août 1940. « S (...)

Salvat demanda, se se mes de titouls as sinnatàris, que ié metoun à el « Director del Colètge d’Occitania »... s’agis pas, pas vrai ? de pensà à ço que pot faire lou milhour efèt à Vichy, mes de pas quità passà l’oucasioun d’una reclama pèr la pichota boutiga12.

28Et le 11 septembre :

  • 13 Collège d’Occitanie. Fonds Girard, CQ 517 (19), lettre de P. Azéma à I. Girard du 11 septembre 1940 (...)

Me sembla d’à-founs inutile d’anà querre de mounde que vesoun, dins una escasença couma aqueste, subretout lou mejan de faire de reclama pèr sa boutiga. D’alhours, couma es iéu que i’ai demandat sa sinnatura, me cargue de ié dire que ié la renden, e perdequé13.

29Salvat, jugé trop enclin à tirer la couverture à lui, se trouve donc écarté.

30L’académie des Jeux floraux, quant à elle, devait initialement être représentée, dans l’idée de Girard, par Joseph de Pesquidoux. Avec opportunisme, Ismaël Girard voit là un moyen de toucher directement le maréchal Pétain. En effet, le Gersois de Pesquidoux, membre de l’académie des Jeux floraux, est aussi membre de l’Académie française où il a été élu en 1936 grâce au soutien actif du maréchal Pétain à la faveur de ses états de services lors de la première guerre mondiale. Ismaël Girard est alors en contact avec le chanoine Laffargue, autre Gersois, proche de Joseph de Pesquidoux, dont il envisage d’éditer par le biais de la S.E.O. une traduction occitane du Livre de Ruth et des Évangiles. Il décide donc de transmettre à Laffargue une adresse au Maréchal que Pesquidoux pourrait présenter à ce dernier en préambule à la requête finale. Malheureusement, Pesquidoux, qui déjeune avec Pétain le 12 août à Vichy, décide de ne pas faire passer le message au chef de l’État, estimant qu’il serait futile de confier cette adresse au Grand Héros de Verdun, alors trop occupé par l’ampleur de la tâche à accomplir pour le relèvement de la France :

  • 14 CIRDOC. Fonds Azéma, AZP03 3-32, copie par Ismaël Girard à destination de Pierre Azéma de la lettre (...)

Songez de plus à la tâche écrasante assumée par le Maréchal, au milieu de la tristesse du désastre, aggravée par le souvenir des heures glorieuses vécues contre ces mêmes Allemands. Il y a la démobilisation à achever, le ravitaillement à ménager, que l’abominable blocus anglais rend précaire, la reconstitution matérielle, intellectuelle et morale du pays à opérer, les factions secrètes, les résistances égoïstes à réfréner ou briser. Tous les corps de l’État à passer au crible, l’ennemi à contenir, lorsqu’il est le maître, l’avenir à prévoir et sauvegarder parmi les difficultés dont le souci de l’ordre intérieur n’est pas le moindre. Tout est examiné au sein de conseils fréquents, examiné et médité ensuite par le Maréchal qui prend enfin la décision nécessaire, sans appel. [...] L’adresse que vous m’avez communiquée et que je garde répond certes en plusieurs points à ses conceptions. Quand l’heure sera venue, elle sera bonne à mettre sous ses yeux. Je pourrai le faire14.

31Il est bien entendu hors de question après cela de proposer à de Pesquidoux de figurer parmi les signataires de la requête. Salvat étant rejeté, l’académie des Jeux floraux se trouve donc ainsi écartée. Toulouse n’est finalement plus représentée que par la S.E.O. qui, dans l’esprit de Girard, peut certainement y gagner en légitimité.

32Mais à vouloir représenter un éventail aussi large, l’organisation de la requête est longue. Il faut composer avec ceux qui répondent tardivement, ceux qui ne répondent pas et ceux qui répondent et demandent des modifications du texte. Tant et si bien que la lettre n’arrivera au maréchal Pétain que le 17 décembre 1940, cinq mois après que le projet a germé. Et la requête perd donc beaucoup de son sens. Elle n’est finalement plus véritablement porteuse de revendications, aussi petites soient-elles, mais prend alors la forme d’un soutien sans faille à la politique du Maréchal comme le montre le préambule :

  • 15 Texte publié dans « Le maréchal Pétain et la langue d’oc », supplément au numéro de février 1941 de (...)

Nous savons maintenant combien votre pensée doit nous être chère et combien elle est notre pensée même. Nous savons maintenant que le destin de nos idiomes et de nos caractères ethniques sera devenu, grâce à vous, un destin heureux, pour le plus grand bien de notre pays. À telle enseigne que cette lettre que nous vous adressons devient presque superfétatoire15.

33En effet, entre septembre et décembre, le chef de l’État et son gouvernement se sont déjà acquittés de certains gestes vis-à-vis des défenseurs des langues régionales et plus particulièrement envers les militants de la langue d’oc.

1.3 La lune de miel de l’État français et des défenseurs de la langue d’oc

  • 16 Cité par René Auzias, « 8 de setèmbre 1940 » (8 septembre 1940). Fe, n° 7, octobre 1940.

Je tiens à m’associer du plus profond de mon esprit et de mon cœur à la célébration, qui ne fut jamais plus opportune, de la mémoire de Frédéric Mistral, parce que je vois en lui l’évocateur sublime de la France nouvelle que nous voulons restaurer, en même temps que la France traditionnelle que nous voulons redresser.
J’adresse mon fervent hommage :
Au poète, égal aux plus grands, qui consacra la force et la grâce de son génie à glorifier tout ce qu’il y a de noble et de pur dans l’univers et dans l’homme.
Au sage, l’égal des plus sages, qui, joignant l’exemple au précepte, ne cessa de répandre autour de lui la contagion des plus hautes vertus : courage optimiste, mâle persévérance, charme des choses de la terre et des humbles rites de la vie domestique, culte des autels, des foyers et des tombeaux.
Au citoyen, au patriote, dont l’œuvre et la vie témoignent que l’attachement à la petite patrie, non seulement n’ôte rien à l’amour de la grande, mais contribue à l’accroître en opposant une résistance invincible à tout ce qui peut nous déclasser, nous niveler, nous déraciner.
Au chantre inspiré de la race latine et des trésors spirituels dont elle est l’héritière et qui constituent pour elle une promesse d’éternité.
Et puisse notre renaissance française trouver en Mistral son guide et son maître, son animateur et son inspirateur16.

  • 17 René Gillouin, J’étais l’ami du maréchal Pétain, Paris, Plon, 1966, p. 40-41.
  • 18 Ibid.
  • 19 Cité par Eugen Weber, L’Action française, Paris, Fayard, coll. « Pluriel », 1985, p. 489.

34C’est cette lettre signée par le maréchal Pétain qui est remise à la veuve de Frédéric Mistral le 8 septembre 1940 à Maillane, lors du pèlerinage annuel destiné à honorer l’anniversaire (le cent-dixième en l’occurrence) de la naissance du Maître. L’initiative de cette missive ne revient pas au Maréchal, si l’on en croit René Gillouin : « [...] on lui avait demandé un “Hommage à Mistral” pour la fête commémorative célébrée annuellement à Maillane17. » Qui le lui a demandé ? Nous n’en savons pas plus. Ce qui est certain, c’est que c’est Gillouin qui rédige le message ainsi qu’il le dit dans ses souvenirs18, et qu’il est apporté et lu à Maillane par Henri Massis. Gillouin, conseiller et confident du maréchal Pétain, et Massis, fondateur de la Revue Universelle, et un temps chargé de mission au secrétariat général de la Jeunesse du gouvernement de Vichy, sont tous les deux des maurassiens. Si, comme le note Jean-Pierre Azéma, « l’influence de Maurras ne doit être ni sous-estimée, ni surestimée » (Azéma, 1979, p. 89), il est clair que les idées de Maurras trouvent dans les débuts de l’État français de nombreux relais à Vichy à travers des hommes tels Massis et Gillouin mais aussi, pour n’en citer que quelques uns, Henri Dumoulin de la Barthète, Raphaël Alibert, Paul Baudouin ou Yves Bouthillier, ministre des finances entre 1940 et 1942. Sans tous être membres de l’Action française, ils sont fortement imprégnés de la pensée de Maurras. Le Maréchal, lui-même tient Maurras en haute estime. Ne lui dédicace-t-il pas ses « Paroles aux Français » avec les mots suivants : « Au plus Français des Français19 » ? Il n’est donc pas interdit de voir dans la teneur de ce message une certaine influence maurassienne marquée essentiellement ici dans l’exaltation de la terre et des morts ainsi que dans la référence aux « trésors spirituels » de la race latine. Ajoutons que Charles Maurras lui-même est présent dans l’assemblée, avec le groupe Latinité, lors de la cérémonie.

35La reconnaissance officielle du grand poète par le grand soldat, sauveur par deux fois de la Patrie, qui lui attribue même une autorité spirituelle sur l’idéologie du régime ne peut que séduire les défenseurs de la langue d’oc. Les maurassiens bien entendu, mais aussi les autres.

  • 20 Ismaël Girard, « Mistral », Terra d’Oc, n° 10, octobre 1940. « Hommage prestigieux à celui dont nou (...)

Omenatge prestigiós a-n’aquet de qui nos trovam estre los diciples directs, omenatge que lo reclam n’a bronit d’un cap a l’autre dels païses d’Oc. Los mots clars del Marescal demoraràn gravats, d’ara enlà, dins nostras memoris tala una peira escriuta sus lo camin de nostra fortuna20.

36écrit Ismaël Girard ajoutant que ce message ne doit pas rester une simple profession de foi mais doit être illustré par des actes gouvernementaux et qu’il appartient aux disciples de Mistral que sont les défenseurs de la langue d’oc, de tirer de l’œuvre mistralienne toute sa sève afin de participer activement à cette rénovation du pays. Il ajoute enfin, pour faire bonne mesure :

  • 21 Ibid. « C’est une époque magnifique pour nous que celle où la loi qui doit gouverner la nation rejo (...)

Es un temps magnific per nosaus aqueste ont la lei que diu reglar la nación junta dambe la nostra propra lei. La França es plaçada debat lo signe de Mistral. A nosaus [...] a qui Mistral a dit un dia coma lo Crist a Lazari : « Leva-t e marcha ! », a nosaus de probar qu’em capable de viver e d’avançar21.

37Euphorie partagée par la plupart des militants de la langue d’oc qui ne semblent pas voir que si Mistral est effectivement hissé au rang d’inspirateur de la Révolution nationale, il n’est jamais fait référence dans ce message du Maréchal à la langue de Mistral. Pour eux, ce message qui vient après l’annonce de la restauration des provinces ne peut que sous-entendre que les langues régionales seront elles aussi remises à l’honneur.

38Ainsi le numéro de Fe rendant compte de la lettre du maréchal Pétain est aussi spécialement consacré au problème de l’école. Outre l’article de Marcelle Drutel déjà évoqué plus haut, on trouve, sous la plume de Marius Jouveau, un récapitulatif de l’attitude des ministres de l’Instruction publique de la Troisième République favorables à la langue d’oc mais empêchés d’agir par la « marrido » (c’est-à-dire mauvaise) politique de l’époque. Comme de nombreux français, Marius Jouveau voit dans la mise en place du nouveau régime la fin de l’immobilisme de la Troisième République, ce qui le pousse à conclure ainsi :

  • 22 Marius Jouveau, « La Lengo d’O e li Menistre » (La langue d’oc et les ministres), Fe, n° 7, octobre (...)

Lou message dóu Marescau Pétain i romiéu de Maiano nous douno à-n-espera qu’uno vìo novo es duberto à nòstis aspiracioun prefoundo de Patrioto e de Mistralen22.

  • 23 Cité dans Lo Gai Saber, n° 190, septembre-octobre 1940, p. 240-242.

39La première manifestation tangible de l’ouverture de cette nouvelle voie est l’envoi de la circulaire de Georges Ripert, le secrétaire d’État à l’Instruction publique, aux recteurs d’académies, le 9 octobre 1940. Le ministre y indique qu’il a « inscrit au programme quelques leçons sur l’histoire et la géographie locales » et « signale aux maîtres l’utilité que peut représenter pour eux l’étude du dialecte local » qu’il leur recommande d’étudier. Il ajoute enfin que « dans tous les pays du Midi, la langue d’oc a une littérature magnifique qui ne doit pas être inconnue des élèves23 ».

40Cette mesure, qui apparaît bien timide après les espoirs suscités par la lettre du Maréchal, ne soulève pas l’enthousiasme des défenseurs de la langue d’oc. La lettre qu’écrit le maréchal Pétain après la réception de la requête à lui adressée à l’initiative d’Ismaël Girard et André J. Boussac a d’ailleurs de quoi refroidir les ardeurs. En introduisant cette lettre dans le supplément de Terra d’Oc de février 1941 consacré au maréchal Pétain, Boussac fait bien évidemment référence à cette circulaire mais ne semble pas y voir un aboutissement : « [...] le 9 octobre, nous avions la joie de lire la circulaire du ministre Georges Ripert, secrétaire d’État à l’Instruction publique, qui apportait à nos espoirs une consolation nouvelle. » Le terme même de « consolation » exclut qu’il s’agisse d’une victoire pour la langue, mais plutôt d’une première étape et que les militants de la langue d’oc attendent encore d’autres gestes en leur direction. Pourtant, la réponse du Maréchal exprime plutôt la satisfaction du devoir accompli :

En décidant le rétablissement de nos anciennes provinces, en exaltant l’œuvre et la leçon de Mistral, en favorisant l’instruction de l’histoire, de la géographie et des idiomes locaux dans les programmes de notre enseignement, je suis d’autant plus heureux d’avoir comblé vos vœux, que ces vœux correspondaient plus exactement aux conditions du relèvement de notre Patrie.

41Il est difficile de voir en cette lettre du maréchal l’annonce d’une future évolution du statut de la langue et de son enseignement. Et ce n’est pas l’audience accordée par le ministre à l’abbé Salvat le 18 octobre 1940 qui va changer la donne. Dans son style très personnel, qui mêle anecdotes amusantes et autocongratulations, le majoral toulousain conte cette rencontre où les explications qu’il dispense au ministre sur l’histoire du combat pour l’enseignement de la langue d’oc alternent avec promotion de son Collège d’Occitanie :

  • 24 Joseph Salvat, « Le Collège d’Occitanie », La Rampelada del Colège d’Occitanìa, n° 59, mars-avril 1 (...)

Et vous ne connaissez pas le Collège d’Occitanie ? Je l’ai fondé moi-même, Monsieur le Ministre. Ou plutôt, j’ai aidé mon maître et ami le majoral Prosper Estieu à le fonder. C’était en 1927, à Castelnaudary, le pays du Cassoulet et du grand fédéraliste Fourès24.

42Mais ce que l’on peut surtout retenir de ce dialogue pagnolesque, c’est la réflexion du ministre concernant la possibilité d’enseigner la langue d’oc dès l’école primaire :

  • 25 Ibid.

Convenez avec moi que la question est délicate. Il ne semble pas possible encore d’enseigner les dialectes dans les écoles primaires. Je crois que la réforme doit venir d’en haut. Nous ferons la réforme dans l’enseignement supérieur lui-même. [...] Et nous aurons des licenciés de langue d’oc dotés d’une culture classique complète. Au collège, au lycée, ces jeunes professeurs pourront enseigner la langue d’oc, et nous étudierons alors les possibilités d’une interrogation de langue d’oc au baccalauréat. Les élèves-maîtres de nos Écoles normales devront d’ailleurs se présenter au baccalauréat. Et ils seront prêts à enseigner la langue d’oc à l’École primaire25 !

43Ce qui revient à repousser tout nouveau projet aux calendes grecques. Ce faisant, le ministre, sans aucun doute très conscient de la brièveté de son mandat, peut faire bonne figure sans avoir à mettre en place une quelconque réforme. Anne-Marie Thiesse a montré que le message vichyste du retour à la terre et de l’exaltation de la petite patrie est en fait une reprise d’un thème récurrent de l’école de la Troisième République (Thiesse, 1997) ; on peut dire de même que la réponse de Georges Ripert à l’abbé Salvat est elle aussi une reprise des réponses récurrentes de l’école de la Troisième République aux défenseurs de la langue d’oc. En définitive, tout a changé, mais rien n’a changé. Ce qui n’empêche pas l’abbé Salvat de répondre : « Le beau programme, Monsieur le Ministre. » Réponse que l’on imagine quelque peu crispée, mais qui incite le ministre à enfoncer un peu plus le clou : « Vous m’enverrez un rapport aussi détaillé que possible. Je vous promets de le lire avec intérêt. »

44On voit là que, malgré l’espoir suscité par le nouveau régime, la déception commence à poindre. Lors de la Sainte-Estelle de 1941, Marius Jouveau, qui prononce son dernier discours en tant que Capoulié puisqu’il passe la main à Frédéric Mistral Neveu, se sent d’ailleurs obligé de mettre en garde les félibres contre la tentation de croire que les buts de l’association ont enfin été atteints :

  • 26 « Santo-Estello de 1941 en Avignoun » (Sainte-Estelle de 1941 en Avignon), Armana Prouvençau per l’ (...)

[...] dève vous dire qu’après la bello flamado d’aquelo declaracioun neto e fièro ounte Mistral es prouclama pouèto, sage e patrioto de-mié li plus grand, ai agu pôu de m’atrouva tout d’un cop davans un Felibrige satisfa.
[...] Car dins nosto obro sarié esta uno gravo errour de pensa que tout èro fa, pèr ço que lou souléu avié briha tout un bèu jour sus l’iero.
[...] Ai agu pôu que li felibre se leissèsson engana pèr aquéu desbord d’article que retrasien, à proumiero visto, nôstis idèio, nôsti principe, nôstis aspiracioun, e qu’abandounèsson lou siuen de lis espandi e de li defèndre à d’ome que [...] parlavon subran em’uno aparènto counvicioun de causo qu’ignouravon la vèio, o que, meme, la vèio, coumbatien, en li tratant de foulasso, de dangeirouso, d’antipatrioutico.
Un moumen, m’a pres l’envejo de crida, coume lo vièi rat de la fablo : « Mesfisas-vous, ami ! Mesfisas-vous d’aquélis enfarina ! »26

45Mais ces premiers doutes vis-à-vis de la politique de l’État français s’effacent bien vite devant les multiples signes ostentatoires de déférence envers Mistral et la mise en valeur des provinces par le Maréchal durant la fin de l’année 1940 et tout au long de 1941.

46De fait, les réformes — réelles ou annoncées — du nouveau pouvoir contentent généralement les défenseurs de la langue d’oc. L’étude des presses félibréenne et occitane de cette période montre avec quelle unanimité les militants se satisfont de la politique du régime de l’État français durant les premiers mois du régime.

  • 27 Roger Barthe, « Mistral et la Révolution nationale », La Nacioun Gardiano, n° 11, janvier-février 1 (...)

47Ceux qui tendent à basculer à droite et les Maurrassiens, bien entendu, se félicitent de ce changement annoncé. Roger Barthe clame « qu’il est juste, il est nécessaire que la Révolution nationale soit animée par la pensée de Mistral27 ». Philadelphe de Gerde, accueillant Maurras à Pau, déclame un poème, qui paraît dans l’Action française du 5 juin 1941, où elle marque sa fidélité à Pétain : « Pour un temps, le Midi renonce à ses Causes et avec le Maréchal va loyal et d’accord ! » (Jouveau, 1977, p. 360). Et Henriette Dibon, dite Farfantello, autre maurrassienne, publie le 1er juin dans l’Éclair de Montpellier un article invitant d’une manière directe le Félibrige à suivre sans condition le Maréchal :

  • 28 Henriette Dibon, « Grandeur et misère du Félibrige avant le Consistoire », L’Éclair, 1er juin 1941.

Le Félibrige peut devenir le plus sûr, le plus habile, le plus précieux collaborateur du Maréchal. [...] Car si les félibres font le grand caprice, si le Félibrige ne veut pas faire sa révolution nationale, eh bien ! la révolution nationale se fera sans lui28 !

48Mais les Maurrassiens ne sont pas les seuls à soutenir activement l’action de la Révolution nationale. Dès octobre 1940, Ismaël Girard, dans un article sobrement intitulé « Provinces » paru dans le Feu, vante la future organisation du pays qu’il a cru discerner dans les discours du Maréchal :

  • 29 Ismaël Girard, « Provinces », le Feu, octobre 1940, 36e année, n° 10, p. 331.

Les institutions qui nous sont annoncées seront heureuses et bienfaisantes dans la mesure où elles sauront assurer l’harmonie des libertés légitimes des Provinces et de l’autorité nécessaire de l’État. [...] C’est dans le creuset de ses provinces que le pays retrouvera l’enthousiasme capable de le refaire. C’est dans le repliement sur ses provinces qu’il apprendra, selon le conseil du sage, à se connaître. C’est dans la hiérarchie nationale nouvelle que la France retrouvera les disciplines nécessaires et découvrira, avec la renaissance de ses provinces, cellules diverses mais unanimes de la solidarité nationale, sa vraie formule de vie29.

  • 30 Ismaël Girard, « Mistral », Terra d’Oc, n° 10, octobre 1940.
  • 31 « En Lengadoc » (En Languedoc), Terra d’Oc, n° 11, novembre 1940.

49Le même mois, dans Terra d’Oc, Girard s’applique à montrer comment le Maréchal a bien compris le message mistralien sur les thèmes de la terre et de la famille, plaçant ainsi la Révolution nationale et la France « debat lo signe de Mistral30 », « sous le signe de Mistral », thème qu’il reprend d’ailleurs en mars 1941, dans la même revue, dans un article intitulé « Questions d’actualitat ». En novembre 1940, la Maintenance du Languedoc, dont le syndic et le vice-syndic sont respectivement Pierre Azéma et Léon Cordes, publie une adresse au Maréchal où elle le remercie pour la lettre du 8 septembre et s’engage à participer au « grand œuvre de la renaissance nationale31 ». Cette adresse se double d’une autre à Georges Ripert pour le remercier de sa circulaire. En Gascogne, après avoir présenté la circulaire Ripert comme un pas décisif, Michel Camélat engage l’Escole Gastou Fébus à suivre le chemin tracé par le Maréchal. Fe, de Marius et René Jouveau, n’est pas en reste qui multiplie les articles montrant la similitude des pensées de Mistral et de Pétain (le numéro d’octobre 1941 se contente d’ailleurs même de mettre en première page un discours de Mistral accompagné d’un extrait de discours du Maréchal afin de faire la démonstration par le texte de cette communauté de pensée), et même, sous la plume de Léon Teissier, entre Mistral, Pétain et Goethe !

50Il est clair qu’à ce moment là, opportunisme et pragmatisme ne sont sans doute pas les raisons premières de l’adhésion des défenseurs de la langue d’oc à la politique de la Révolution nationale. Le message du maréchal Pétain les séduit et ils désirent, au moins pour nombre d’entre eux, apporter leur pierre à l’édifice. En ce sens, l’attitude de ces militants s’inscrit dans la mouvance générale qui voit en Pétain le sauveur de la France et en sa politique un moyen de la remonter. On ne voit d’ailleurs jamais poindre dans ces articles un quelconque discours nationaliste d’oc, mais bien plus la défense d’un régionalisme fortement attaché à la Patrie française que ces hommes et femmes ont longtemps défendu et qu’ils voient apparaître dans le discours pétainiste. Ce qui amène d’ailleurs le Capoulié Jouveau à dénoncer ces régionalistes de la dernière heure dont il craint qu’ils ne pervertissent ou détruisent l’esprit de régionalisme défendu jusqu’alors par le seul Félibrige.

  • 32 Cité dans « À l’académie des Jeux floraux », Lo Gai Saber, n° 191, novembre-décembre 1940, p. 264.

51Cette période est aussi marquée par les nombreux voyages du Maréchal aux quatre coins de l’Occitanie. La presse félibréenne en fait bien sûr des comptes-rendus réguliers, chacune de ces visites s’accompagnant de spectaculaires réceptions par des groupes folkloriques locaux : cavaliers de la Nation gardiane et tambourinaïres à Arles, Aussalois et Aussaloises en costume traditionnel et chorale du Beth Cèu de Pau en Béarn, reine du Félibrige à Avignon... À Toulouse, Pétain est reçu par l’académie de Jeux floraux le 6 novembre 1940. Accueilli par un discours de son ami le comte de Pesquidoux qui lui demande, ce qu’il n’a pas osé ou voulu faire quelques mois auparavant, de continuer à autoriser l’enseignement de la langue d’oc, il est élevé au titre de Protecteur des Jeux floraux et déclare : « Vous êtes dévoués à votre province et vous voudriez la voir renaître. Il faudra nous y aider, car nous y travaillons, mais il faut que la réforme vienne du fond du pays lui-même32. » Cela peut paraître peu et n’engager le Maréchal à rien de particulier, mais ces simples paroles qui nous révèlent un Maréchal assurant un service minimum de promotion du régionalisme ont tôt fait d’alimenter les espoirs des défenseurs de la langue d’oc. Un exemple fort révélateur de ce désir de voir en chaque parole ou geste anodin du chef de l’État ayant trait au Midi un signe de son attachement viscéral à ces provinces et à leur tradition est le petit article de l’Éclair du 16 avril 1942 intitulé « Le trident du Maréchal ». L’auteur de l’article en question fait remarquer que le Maréchal ne garde que quelques-uns des innombrables cadeaux qu’il reçoit. Parmi eux, il a retenu le trident de gardian que lui a offert le marquis de Baroncelli ; « Voilà une nouvelle qui fera le plus vif plaisir dans la Vaunage, à tous les hommes de bouvine » écrit l’auteur relevant que ces derniers n’appellent d’ailleurs plus le chef de l’État que par un tendre surnom : « lou sublime papet ».

52L’apogée de cette union entre les défenseurs de la langue et de la culture d’oc et le pouvoir demeure cependant la décision unanime du Conseil général du Félibrige lors de la Sainte-Estelle du 1er juin 1941 d’accorder au maréchal Pétain le titre de Sòci d’honneur du Félibrige.

53Mais cette dévotion au Maréchal s’accompagne aussi d’un certain opportunisme, Philippe Martel parle « d’opportunisme joyeux » (Martel, 2001, p. 24), qui prend toute son importance dans la tentative d’utilisation par les militants en faveur de la langue d’oc des structures régionalistes mises en place par le régime de Vichy.

1.4 Les Occitans et l’administration de Vichy

  • 33 CIRDOC. Fonds Azéma, AZP 22-5-106/107, lettre aux préfets de P. Laval, 28 septembre 1940.

54Le 28 septembre 1940, Pierre Laval, ministre vice-président du Conseil chargé de l’Information, adresse un courrier à tous les préfets les invitant à constituer et à convoquer des commissions départementales de propagande régionaliste. Celles-ci doivent mettre en place une documentation complète sur chaque département à des fins de propagande et établir un programme de la propagande régionaliste dans lequel elles pourront traiter des sujets tels que « les Grands Travaux, le repeuplement des campagnes et l’application des lois qui favorisent le retour à la terre, la vie artistique et intellectuelle avec ses traditions, ses costumes, son folklore etc.33 ». Les félibres et membres de groupes folkloriques sont bien entendu contactés pour participer à ces commissions. Faute d’une liste complète de ces commissions, il est difficile de faire le compte des militants de la langue d’oc qui se sont engagés dans cette démarche, mais il est clair qu’un certain nombre d’entre eux, et non des moindres, le firent. Ismaël Girard appelle sans ambiguïté à participer activement à ces commissions :

  • 34 Ismaël Girard, « Questions d’actualitat » (Questions d’actualité), Terra d’Oc, n° 15, mars 1941. «  (...)

En aqueste moment s’establichen « Comissions d’acción o de propaganda regionalista » dins cada despartament. N’en conechem pas los reglaments, mes d’après ço que se n’es dit, s’agís d’organismes destinats a amassar, en vista de discussions constructivas, los representants vertaders de las activitats provincialas futuras. Devem pas nos desinteressar de saber qual son los composants d’aquelas comissions. Tanpauc del trabalh qu’an feit o que faràn, siá lo que siá. Seran segurament consultadas qoand s’agirà de fer lo terminatge de las provinças avenidoras e d’avivar aquelas provinças34.

55De fait, ces commissions abordent des sujets qui intéressent au plus près les défenseurs de la langue d’oc, délimitation des futures provinces — dont parle Ismaël Girard — et langues régionales.

56La délimitation des provinces est un sujet d’importance pour les militants des langues régionales. Le projet de Vichy pourrait leur permettre de sortir du carcan artificiel des départements pour entrer dans des entités administratives respectueuses des frontières linguistiques et culturelles. Cela pourrait favoriser rapidement les mouvements régionalistes et pourquoi pas, à terme, le fédéralisme. Plus généralement, pour la plupart des militants pour la langue d’oc, le but à atteindre est une décentralisation réelle à même de permettre un développement plus autonome des provinces. Ces idées sont relayées par Maurras, avec les appuis que l’on sait à Vichy à cette époque, et par le majoral président de la Fédération régionaliste française, Jean Charles-Brun.

57Mais tout le monde ne partage pas ces vues : le professeur de droit constitutionnel Joseph Barthélémy, personnage respecté et écouté par le gouvernement dans lequel il entrera d’ailleurs un peu plus tard, dénie toute volonté de décentralisation. « Il s’agit de réorganiser ou plutôt de ressusciter l’autorité de l’État... Le plan n’est aucunement de décentraliser, comme on l’entend dire trop souvent par erreur ; mais de déconcentrer » (Barral, 1974, p. 914) écrit-il en décembre 1940. Quoi qu’il en soit, les commissions départementales de propagande régionaliste n’ont qu’un avis consultatif et ce n’est pas par elle que les défenseurs des langues régionales pourront atteindre l’objectif espéré. Finalement, comme l’a montré Pierre Barral [1974], l’État autoritaire finit par imposer ses propres vues en créant en mai 1941 dix-neuf provinces à la tête desquelles se trouvent autant de préfets régionaux, circonscriptions servant à la fois à donner le change aux régionalistes en respectant en grande partie des frontières par eux suggérées (ainsi par exemple, Joseph de Pesquidoux a œuvré pour que la Gascogne soit une entité séparée de Toulouse et Bordeaux) et à maintenir, par l’intermédiaire des préfets qui se trouvent directement sous les ordres de Vichy, la « tradition centralisatrice ».

  • 35 Sur ce sujet, voir Christian Faure, Le projet culturel de Vichy, Folklore et révolution nationale, (...)

58Mais ces commissions peuvent servir de relais importants pour la diffusion de la langue et de la culture d’oc. Cela d’autant plus que le régime de Vichy entend utiliser le folklore — dont les études se sont particulièrement développées en France durant les années 1930 avec notamment la création du musée national des Arts et Traditions populaires à Paris sous la houlette de Georges-Henri Rivière en 1937 — pour servir de support à sa propagande35. Les militants comprennent bien l’ouverture qui peut leur être faite dans ce cadre et n’hésitent pas à l’utiliser.

  • 36 CIRDOC. Fonds Azéma, AZP 22-5-108.
  • 37 CIRDOC. Fonds Azéma, AZP 22-5-33 à 35, lettre de M. Rouquette au préfet de l’Hérault, 25 juin 1941.

59À Montpellier, Pierre Azéma est membre de la commission départementale de propagande régionaliste dont la première réunion a lieu le 13 novembre 1940 et dans laquelle il fait partie de la commission de la vie artistique et intellectuelle36. Max Rouquette lui-même, en qui il est difficile de voir un sympathisant du régime de Vichy, tentera de profiter de cette opportunité en demandant au préfet de reconnaître officiellement le tambourin comme jeu régional et d’offrir des subventions à la fédération37. Mais il faut dire que l’expérience tourne court, le préfet se contentant comme réponse de retourner à Max Rouquette un formulaire à remplir, ce qui achève de tuer dans l’œuf tout embryon de sympathie de l’écrivain pour les commissions de propagande régionaliste ainsi qu’il l’exprime avec son ironie caractéristique :

  • 38 CIRDOC. Fonds Azéma, AZP 22-55-30, lettre de M. Rouquette à P. Azéma, 21 août 1940.

[...] je nourris les plus belles espérances en ce qui concerne le régionalisme dont le développement dans notre département est assuré de si beaux dévouements, de si ardents animateurs, de si lumineuses intelligences. Le rayonnement de notre éblouissant Super-Préfet dépassera certes les bornes de notre chère petite province. Puisse-t-on ne pas nous le prendre. C’est la grâce que je nous souhaite. Ainsi soit-il38.

  • 39 Archives nationales CARAN, F17 13354, « Dossier Giraudet ».

60De la même manière, après son retour de captivité en Allemagne, Charles Camproux reprend la militance en faveur de l’enseignement de la langue et n’hésite pas, comme nous les verrons plus loin, à s’appuyer sur le Comité départemental du Folklore pour faire passer au ministère en mai 1944 un rapport en faveur de l’introduction d’une épreuve de langue d’oc au Certificat d’études primaires39.

61La situation est encore plus favorable à Toulouse où le préfet Cheyneaux de Leyritz semble prendre particulièrement à cœur le rôle de la commission départementale de propagande régionaliste. Son allocution d’ouverture de la première réunion de la commission en décembre 1940 place les félibres en première ligne dans le combat régionaliste à mener :

  • 40 Archives du Collège d’Occitanie, AM 019, Commission de propagande régionaliste, compte-rendu de la (...)

La région a une existence propre. Cette réalité a été ignorée, méconnue, et parfois combattue. [...] Officiellement l’administration française a ignoré les régions et a agi comme si elles n’existaient pas. D’où l’inefficacité de bien des mesures.
Des hommes ont pris conscience de cette anomalie depuis près de cent ans : Frédéric Mistral et les félibres groupés autour de l’illustre poète. Les pouvoirs publics ont fait la sourde oreille à leurs revendications.
Aujourd’hui ils nous entendent, mieux, ils nous sollicitent40.

  • 41 Ibid.

62Les sujets de travaux destinés à la commission et qui lui sont présentés lors de cette première séance sont au nombre de trente. Le premier de la liste est le suivant : « La question de la langue d’oc : son évolution, son extension actuelle. Comment doit-on l’enseigner ? Quelle place doit-on lui réserver dans les programmes scolaires41 ? » Et les défenseurs de la langue ont bien leur place dans la commission : Lizop, Gavel Salvat, Praviel, Rozès de Brousse... on remarque toutefois l’absence de membre de la S.E.O. et en particulier d’Ismaël Girard, lui qui incitait pourtant à s’intéresser de près à ces commissions. Sans trop nous avancer, on peut émettre l’hypothèse que la S.E.O. n’a pas fait le poids face à l’antédiluvienne et respectable académie des Jeux floraux et au très actif et toujours bien placé abbé Salvat pour le Collège d’Occitanie dans la bataille toulousaine pour la reconnaissance officielle menée depuis les années 1920 par les trois associations.

63En août 1941, André Varagnac, l’adjoint de Georges-Henri Rivière au musée des ATP, prend la direction du Bureau du régionalisme qui vient d’être créé. L’amitié entre le folkloriste et l’abbé Salvat auquel la commission de propagande régionaliste a confié la charge des émissions en langue d’oc de la propagande par la radiodiffusion représente aussi un atout pour l’enseignement de la langue.

64Ces commissions de propagande, bureaux du régionalisme et autres comités régionaux ou national du folklore, créés par le régime de Vichy pour servir sa propagande sont donc pour les défenseurs de la langue d’oc et de son enseignement des outils qui leur apparaissent alors pouvoir servir leurs idéaux.

  • 42 Archives nationales CARAN, F41 7, « Personnel du ministère de l’Information, Vichy ».

65D’autres encore tentent de faire avancer la revendication depuis le lieu même de résidence du pouvoir central. C’est le cas en particulier de Pierre-Louis Berthaud. Journaliste de formation — il a dirigé à la fin des années 1920 et au début des années 1930 le quotidien l’Avenir de la Vienne. Monté à Paris vers 1937, il a fait des piges pour différents journaux et revues de droite comme Candide et La Revue Hebdomadaire. Au début de la guerre, enfin, il a repris le titre Oc en même temps qu’il gérait pour les intellectuels catalans réfugiés en France La Revista de Catalunya et la Fondation Ramon Llull. Après l’Exode de juin 1940, il trouve un poste de rédacteur principal au service de la Documentation42 au ministère de l’Information à Vichy. Là, sa connaissance des langues étrangères (il parle couramment espagnol, allemand et anglais) l’amène à s’occuper de la revue de presse quotidienne de la presse étrangère.

  • 43 Paru aussi sous forme de plaquette, Vichy, Imprimerie Ernest Wallon, 1942, 8 p.

66Berthaud profite alors de sa position proche des organes du gouvernement central et des réseaux de connaissances qu’il peut former pour tenter de favoriser l’enseignement de la langue d’oc. Ainsi, grâce à ses liens avec Henri Massis qui en est le fondateur, il publie dans la Revue universelle du 25 novembre 194143 un article intitulé « Réflexions sur l’Enseignement de la langue d’oc » dans lequel il invite les militants à profiter de l’ouverture créée par la circulaire Ripert pour prendre en main le plus vite possible cet enseignement sans attendre les hypothétiques gestes du gouvernement, mais en s’appuyant sur les structures existantes (Félibrige, « Sociétés d’Études », Collège d’Occitanie) et les personnalités militantes aptes à former les instituteurs et professeurs et à créer des manuels scolaires. Il propose aussi la création par l’État d’un comité consultatif afin d’unifier les dialectes (parmi lesquels il n’inclut pas le provençal dont il estime que la codification faite par Mistral et la littérature abondante l’ont déjà « constitué comme une langue ») et à les codifier, car Pierre-Louis Berthaud, catalaniste convaincu, est aussi un fervent soutien de la graphie classique d’Alibert.

67De fait, Pierre-Louis Berthaud cultive une attitude particulière qui détone avec une grande partie du mouvement de défense de la langue d’oc, ce qui explique sans doute son amitié avec les Toulousains Salvat et Girard : il attend beaucoup de l’État, et en particulier de celui qui vient de se mettre en place car pour lui « seul un État fort peut accorder de véritables libertés », mais se refuse à attendre cette intervention sans rien faire. Finalement, il désirerait que l’État donne les moyens matériels aux défenseurs de la langue d’oc de mettre en place cet enseignement sans intervenir outre mesure dans son organisation, et serve éventuellement de juge ou de « tampon » entre les différentes mouvances et surtout entre les tenants d’une graphie phonétique et ceux d’une graphie classique.

68Ce projet de commission, qu’il porte depuis la deuxième moitié de 1941 avec notamment l’aide d’Ismaël Girard et de Paul-Louis Grenier, prend finalement la forme d’un Centre permanent de défense de la langue d’Oc qui se met officiellement en place à la fin de l’année 1942. Il est finalement bien différent de ce qui est envisagé au départ.

69En effet, Berthaud voit initialement le projet de la manière suivante :

    • 44 Archives du Collège d’Occitanie, CQ 519 (2), lettre de P.-L. Berthaud à I. Girard, 2 septembre 1941 (...)

    Il s’agit d’une initiative de la S.E.O., mais il ne faut pas que cela soit trop visible afin de ne pas se mettre à dos le Félibrige, et en particulier les Provençaux, qui ont suffisamment de contacts au gouvernement pour faire échouer le projet : « Cau pas que l’om vede trop clar qu’es una enterpresa de la S.E.O. o de sons omes, pr’amor qu’aquo harè tort a noste projeit. Es per aquò que nos cau pas botar au premei rang44. »

  • La création de cette commission doit être le fait de l’État qui aura reçu une requête en ce sens, signée de personnalités reconnues comme Maurras, le Capoulié, des écrivains et des majoraux. C’est pour cela qu’il faut éviter au maximum de parler de graphie à ce moment-là.

  • Une fois la commission créée, faire pour elle de la propagande dans la presse et poser la question de la graphie devant le grand public.

    • 45 Ibid. « Il ne nous faut pas oublier surtout d’y mettre des curés, cela fait bien au jour d’aujourd’ (...)

    Procéder ensuite à la désignation des membres de la commission en privilégiant des personnes proches des vues de la S.E.O. mais aussi dont l’activité peut au moins donner l’illusion d’une organisation suivant le droit fil de la Révolution nationale : « Nos cau pas oblidar sustot de ié botar das curats, aquo hei plan au jorn d’avuei, e de “proprietaris-agricultors”. Tot ome que “possède un champ” diu estar decorat d’aquel titol : L.C. propriétaire-agriculteur à Siran (Hérault), écrivain45. »

70On voit là encore l’importance de l’opportunisme et du pragmatisme dans la démarche des défenseurs de l’enseignement de la langue d’oc. Peut-être Berthaud est-il en accord avec le nouveau système politique en place ; il n’en demeure pas moins qu’il se fait peu d’illusions sur la capacité de ce dernier à gérer réellement la mise en place d’un enseignement de l’occitan, tout comme il est très conscient de l’enjeu que représente cet enseignement pour les partisans des différentes graphies et de la difficulté qui risque d’apparaître au moment de sa mise en place. Il sait aussi interpréter assez clairement le jeu politique de Vichy et sait combien les légers acquis des militants en faveur des langues régionales sont fragiles :

  • 46 Archives du Collège d’Occitanie, CQ 519 (2), lettre de P.-L. Berthaud à un catalan non identifié, 4 (...)

Nous avons en ce moment une occasion unique qu’il ne faut pas laisser échapper. Songez que le Maréchal a quatre-vingt-cinq ans. Il est à la vérité le seul à s’intéresser tant soit peu à la langue d’oc. Autour de lui, on y est indifférent. Je ne suis même pas très sûr qu’on ne considère pas cela comme une fantaisie plus ou moins inoffensive de sa part. Après lui, si par malheur il disparaissait, personne n’aurait ni le goût, ni l’autorité pour s’occuper de nous. Il faut donc faire vite46.

71Mais son projet n’aboutit pas sous la forme désirée, même s’il a su rallier quelques personnalités importantes dont les noms peuvent résonner favorablement à Vichy au comité fondateur du Centre permanent de défense de la langue d’oc : le Capoulié Mistral Neveu, Charles Maurras, Jean Charles-Brun, Rozès de Brousse, Salvat ou encore les professeurs Ripert, Bourciez, Guillaumie et Praviel. On trouve aussi, bien entendu, le président de la S.E.O., André J. Boussac, celui des Amis de la langue d’oc, Joseph Loubet, et même Jean Bonnafous qui reste honoré de son titre de fondateur de la Ligue pour la langue d’oc à l’école dont Berthaud espère bien assurer la descendance avec ce centre permanent.

72Dans les faits, la responsabilité de cet organisme retombe entièrement sur les épaules de Pierre-Louis Berthaud et son influence est quasiment nulle. Un bulletin est publié irrégulièrement pendant quatre numéros (le dernier en janvier 1943) ; Berthaud se contente d’y faire des comptes-rendus d’articles concernant la langue d’oc parus dans la presse. Mais malgré cet échec, l’expérience de ce projet démontre chez ces militants une capacité assez forte à profiter de la situation et à s’engouffrer dans les brèches, aussi étroites ou ténues soient-elles, que leur ouvre l’État. Et une fois de plus, après la requête de 1940, à unir dans un même projet des personnalités importantes ayant de fortes divergences idéologiques à propos de la langue pour les faire avancer ensemble vers un objectif commun.

73Enfin, Berthaud joue un rôle important d’intercesseur à Vichy : il organise des rendez-vous (en particulier celui de l’abbé Salvat avec le secrétaire d’État à l’Instruction publique et à la Jeunesse Jérôme Carcopino en octobre 1941), il trouve du papier pour les publications en langue d’oc, il intervient pour que l’Armana Prouvençau puisse être publié malgré l’interdiction des almanachs par le régime, il règle les problèmes de censure...

  • 47 Archives du Collège d’Occitanie, CQ 519 (2), lettre de P.-L. Berthaud à I. Girard, 12 février 1942.

74Il essaie aussi, toujours dans le but d’offrir une vitrine la plus grande possible à la langue d’oc, de mettre en place un Office de presse occitane qui se chargerait de regrouper tous les articles parus dans la presse française à ce sujet, idée développée quelques années auparavant par Max Rouquette dans Occitania. Il fait là encore montre de son opportunisme. Sachant que les journaux sont à cours de matière et ont du mal à éviter la censure sur les « grands » sujets politiques, il pense que le moment est idéal pour proposer à ces mêmes journaux des articles sur la langue. Il illustre d’ailleurs cette stratégie dans une lettre adressée à Girard par le commentaire du chef de la censure de Vichy auquel il a apporté un article sur la question : « Tant qu’on polémiquera sur les dialectes, on nous foutra la paix sur le reste47. »

75Il n’est donc pas étonnant de retrouver Berthaud, ainsi que les félibres et occitanistes dans les divers congrès organisés ou soutenus par les commissions départementales de propagande régionaliste qui précèdent une nouvelle avancée pour l’enseignement de la langue d’oc constituée par les arrêtés Carcopino.

2 Avancées et crispations : les arrêtés Carcopino

76La mission des commissions de propagande régionaliste ainsi que des bureaux du folklore est aussi d’organiser des congrès sur différents thèmes touchant au régionalisme.

77L’enseignement de la langue d’oc entre dans ce cadre et ses militants vont profiter de ces occasions pour promouvoir leurs idées et leurs projets sur ce point précis. La question de l’enseignement est posée avec insistance dans huit d’entre eux entre 1941 et 1943 (Faure, 1989, p. 280-281) : à Arles en septembre 1941, Toulouse en novembre-décembre de la même année ainsi qu’en mai et décembre 1942, Rodez en avril 1942, Montpellier et Nice en novembre 1942 et Montauban en avril 1943.

78Les deux premiers, à Arles et Toulouse, précèdent de peu un nouveau texte officiel important dont on peut légitimement penser qu’ils sont en grande partie à son origine. En effet, ces congrès se réunissent à la fois pour promouvoir la langue d’oc et son enseignement en essayant en particulier de trouver les moyens de tirer le meilleur parti de la circulaire Ripert d’octobre 1940, et pour poser de nouvelles revendications.

2.1 État des lieux, « pantais » et lobbying : les congrès d’Arles (27 septembre 1941) et de Toulouse (30 novembre-6 décembre 1941)

79Bien qu’il s’organise clairement sous les bienveillants auspices de la Révolution nationale, le congrès d’Arles est l’œuvre quasi exclusive d’un Félibrige qui ne veut pas laisser passer l’occasion de montrer sa capacité d’organisation et espère que son message à propos de l’enseignement de la langue d’oc sera enfin entendu. C’est là l’objet du discours d’ouverture du Capoulié Frédéric Mistral Neveu. Devant la trentaine de participants et la presse qui s’est déplacée — ce qui montre s’il en est encore besoin tout l’intérêt que l’on porte alors aux questions régionalistes — il rappelle les actions que, depuis sa fondation, l’association a entreprises en ce sens.

80La question de l’enseignement a suscité de nombreuses réflexions, si l’on en croit le nombre de rapports parvenus au Capoulié en vue de ce congrès de la part d’un certain nombre de félibres et non des moindres : Pierre Azéma, Bénézet Vidal, Raymond Lizop, Émile Ripert, Michel Camélat, Paul-Louis Grenier, Étienne Fuzellier, Jules Palmade, Joseph Salvat... auxquels on peut adjoindre l’article de Pierre-Louis Berthaud paru dans la Revue Universelle en novembre mais écrit dans l’optique du congrès d’Arles. Trois de ces rapports sont lus : celui de l’abbé Salvat censé faire le point sur les réalisations en matière d’enseignement de la langue d’oc, celui de Barthélémy Taladoire sur les liens entre provençal et culture gréco-latine et celui d’Étienne Fuzellier à propos des mesures à envisager pour le développement de l’enseignement de la langue d’oc.

  • 48 Gabrié Bernard, « Procès verbau dou Coungrès per l’Ensignamen de la lengo d’O tengu en Arle lou 27  (...)
  • 49 ENTREMOUNT, « Lou Coungrès d’Arle pèr l’Ensignamen de la Lengo d’O » (Le congrès d’Arles pour l’ens (...)
  • 50 « Congrès del Ensenhament de la Lenga d’Oc » (Congrès de l’enseignement de la langue d’oc), Lo Gai (...)

81Salvat, malgré l’action personnelle qu’il mène avec le Collège d’Occitanie, mais peut-être soucieux de ne pas s’éloigner de la ligne officielle que lui a communiquée en son temps le ministre Ripert, demande que la réforme se fasse par le haut, c’est-à-dire depuis le sommet de l’État. Ce qui pousse Pierre Reynier, en réaction, à enjoindre ses camarades félibres à prendre eux-mêmes en charge cet enseignement lorsqu’il en est besoin. Léon Teissier et Marius Jouveau en profitent pour signaler que les programmes, notamment à l’université, ne laissent pas assez de place à la langue moderne qui est pourtant celle qui doit être enseignée en primaire, et donnent des exemples d’enseignement mis en place par des félibres, fustigeant en même temps le manque d’organisation officielle48. Si les félibres ont désiré jouer l’unité en repoussant sine die la discussion demandée par plusieurs participants sur l’unification de la graphie49, il semble que tout le monde ne partage pas le même point de vue sur les modalités de cet enseignement et surtout sur le rôle que devrait jouer l’État dans sa mise en place. Plus encore, tout laisse à penser que le rapport de Salvat, dont nous n’avons ni le texte ni même un résumé détaillé, a porté essentiellement sur l’action du Collège d’Occitanie, ce qui peut expliquer la discussion engagée ensuite sur les différentes expériences faites en Provence et ailleurs. La réponse de Pierre Azéma à ce sujet est d’ailleurs plus qu’incisive lorsqu’il reprend dans Calendau le résumé fait par Salvat dans Lo Gai Saber50 où ce dernier dit qu’il se fit un bon travail au congrès d’Arles :

  • 51 Pierre Azéma, « Ressouns dau Coungrès d’Arles sus l’ensegnament de la lenga d’oc » (Échos du congrè (...)

Es segu que mounsen Salvat ié pouguèt faire à soun aise, à l’asard de degalhà lou tems das coungressistas, una reclama de braguetian (un pauc descouranta en pariè lioc !) en l’ounou de soun cours de volapük pèr courrespoundencia51.

82Mais le rapport qui fait référence et permet d’ouvrir la discussion est celui d’Étienne Fuzellier, félibre présenté comme un ancien élève de l’École normale supérieure et professeur agrégé au Lycée Henri IV de Paris. Que propose-t-il ?

  • 52 « Lou Coungrès de l’ensignamen de la Lengo d’O » (Le congrès de l’enseignement de la langue d’oc), (...)
  • 53 Ibid.

83Pour Fuzellier, le but est de passer d’un enseignement non-officiel, alors en cours, à un enseignement officiel, réellement reconnu par l’État. Partant du principe que cet enseignement officiel ne peut être dispensé que par des enseignants formés à cela, il estime, en suivant Salvat et les propositions officieuses de Georges Ripert à ce dernier, que cette réforme ne peut se faire que par le haut. Il faut commencer par donner un enseignement de provençal au collège ou au lycée. Cet enseignement ne peut être qu’obligatoire pour les futurs instituteurs, puisque l’enseignement officiel de la langue d’oc en primaire le sera aussi une fois reconnu par l’État. L’enseignement primaire, lorsqu’il se mettra en place, portera sur la langue dans sa variante locale, mais aussi sur l’étude du provençal rhodanien puisque, comme l’indique Fuzellier, un nombre important de grandes œuvres sont écrites dans ce dialecte. On réservera aussi une partie de ces cours à l’étude des traditions locales. L’enseignement secondaire portera quant à lui sur le provençal, y compris le provençal ancien, et, les élèves s’éloignant alors du monde rural duquel ils étaient encore proches en primaire, n’étudieront plus la variante locale de la langue d’oc, mais plutôt le grand dialecte régional. Ces cours seront aussi conçus comme une « étude d’humanités complémentaires52 » permettant de lier la langue et sa littérature au français et aux langues anciennes. Pour l’enseignement supérieur, l’auteur du rapport se contente de demander la création de nouvelles chaires et la délivrance par d’autres facultés que celle d’Aix-en-Provence d’un certificat de langue et littérature provençales. Le Félibrige doit bien entendu être acteur de cet enseignement. D’abord parce qu’il est « une des rares organisations que n’aient pas entamé le discrédit et la méfiance attachés aux institutions d’avant 194053 », ce qui lui permet de porter légitimement ces revendications devant le gouvernement. Ensuite, parce qu’il compte en ses rangs des personnes capables de créer ou de réunir les livres et manuels indispensables à cet enseignement. Enfin, parce qu’il peut, en attendant que la formation des maîtres et professeurs soit réellement mise en place, faire dispenser ces cours par ses membres et soutenir les écoles par ses conseils, par l’organisation de concours régionaux, de conférences, etc.

  • 54 Entremount, « Lou Coungrès d’Arle pèr l’Ensignamen de la Lengo d’O », op. cit., « unanimement appla (...)

84Ce rapport, « unanimamen aplaudi54 », est ambitieux, mais il n’est pas révolutionnaire. Il rappelle des propositions déjà faites auparavant, en particulier par Ismaël Girard en 1922 ou Charles Camproux en 1937. Et force est de constater qu’il porte en lui les faiblesses du Félibrige d’alors : une confiance encore très forte envers un État qui n’est sans doute pas prêt à suivre de telles revendications, et une confiance peut-être exagérée en sa propre capacité à unir toutes ses forces vers un même objectif en suivant les mêmes consignes et méthodes. Le fait que le Capoulié ait dû commencer par repousser à plus tard la question de l’unification de la graphie en ouvrant le congrès ne fait que renforcer l’idée d’un Félibrige dont tous les acteurs, bien que conscients de l’importance de la question abordée, ne sont pas réellement prêts à travailler ensemble. L’attitude d’un Salvat, tenté de tirer la couverture à lui, et les réactions qu’elle provoque, l’attestent. De fait, le Félibrige, en faisant de ce rapport le centre de sa discussion sur l’enseignement et, par là même, de sa revendication, continue de pêcher par excès de « pantais », de rêve. C’est d’ailleurs ce que note le rédacteur du compte-rendu de ce congrès pour Calendau en parlant de l’intervention d’Étienne Fuzelier :

  • 55 « Lou Coungrès de l’ensignamen de la Lengo d’O », op. cit., p. 97. « Quelques illusions (et des ill (...)

Quàuquis ilusioun (e d’ilusioun n’en fau) mens d’esperit realisaire que dins lou prougramo de Camproux que Calendau publiquè [...]. Lou prougramo de 1937 rèsto encaro vuei ço que s’es esta di de mai proche di realisacioun poussiblo, mai lou raport Fuzellier lou doumino de touto la vertu de l’ideau, — e li felibre sian d’idealisto55.

85Voilà une critique fort polie de ces illusions dont semble alors se bercer le Félibrige malgré l’insistance de quelques-uns (comme Salvat, Berthaud, Azéma ou Teissier, pour ne citer qu’eux) qui voudraient que le Félibrige commence par agir avant de se tourner vers le gouvernement et n’attendent pas un texte de loi pour cela. Pierre-Louis Berthaud, en aparté, regrette d’ailleurs d’une manière plus directe que le rédacteur de Calendau cette tendance du Félibrige à trop prendre ses rêves pour de possibles réalités :

  • 56 Archives du Collège d’Occitanie, CP 008 bis (1), lettre de P.-L. Berthaud à J. Salvat, 9 octobre 19 (...)

[...] ei recevut vosta letra, damb lo voste raport sau Coletge d’Occitania, amei lo rendut-comte de l’acamp d’Arle, que-m parech qu’a encara estat un pantaiatge de premeira. Lo sentiment de las realitats es guaire lo propi de nostes amics56 !

  • 57 Rapport publié dans « Ressouns dau Coungrès d’Arles sus l’ensegnament de la lenga d’oc », op. cit., (...)

86Pierre Azéma, dans le rapport qu’il avait préparé pour le congrès mais qu’il n’a pu lire57, posait deux conditions pour que la revendication soit claire et puisse aboutir. Qu’un programme d’enseignement (calqué sur les demandes d’Occitania de Camproux en 1937) soit clairement défini, ou bien que l’on ne demande au gouvernement qu’une position de principe et qu’une commission à laquelle participerait le Félibrige soit chargée d’édicter des modalités d’application ; cette deuxième condition pouvant, ainsi que le note Azéma, aller de pair avec la première, le programme formant alors une base de discussion pour la commission. Il rejoint d’ailleurs là en partie les propositions émises par Berthaud dans son article de la Revue universelle.

  • 58 Léon Teissier, « Pèr lou Coungrès de l’Ensignamen (Arle, 27 de setèmbre 1941) — Note sur l’étude du (...)

87En définitive, le congrès s’achève sans aucune réalisation pratique et, ce qui est sans doute pire pour le Félibrige bien que personne ne semble s’en rendre compte ou vouloir le pointer, avec une revendication et un bilan qui semble n’avoir pas évolué depuis l’Entre-deux-guerres. On a évoqué le manque d’ouvrages pour enseigner en primaire ou dans le secondaire tout comme le faisait déjà la Ligue pour la langue d’oc à l’école dans les années 1920. Peut-on espérer que ce qui ne fut jamais réellement réalisé malgré de nombreuses interventions en ce sens durant vingt ans le sera par la seule autorité de ce congrès ? On a remarqué un rapport « intéressant », qualifié même de « chale » — c’est-à-dire de régal — par Calendau, de la part de Barthélémy Taladoire sur l’intérêt de l’utilisation de la langue d’oc pour favoriser l’apprentissage du latin et du grec, idée d’ailleurs aussi défendue par Léon Teissier dans un autre rapport en prévision du congrès d’Arles58... Là encore, la revendication ne semble pas avoir foncièrement évolué depuis le Frère Savinien et son « latin des classes primaires du Midi ».

  • 59 Gabrié Bernard, op. cit., p. 11, « qu’aquel ensignamen siegue oficialament recouneigu dins li tres (...)

88Ce qui ressort finalement du congrès d’Arles, c’est ce regain de vitalité d’un Félibrige qui ne veut pas laisser passer l’occasion de faire aboutir sa revendication sur l’enseignement alors qu’il a l’impression que le chef de l’État lui-même la soutient. C’est aussi le semblant d’unité dont font preuve les félibres malgré les divergences profondes qui peuvent exister, notamment concernant la question de la graphie. Mais l’association a du mal à trouver d’autres moyens pour faire aboutir ses doléances que ceux qu’elle avait déjà utilisés avec si peu de succès sous le régime précédent. Elle n’arrive pas à se débarrasser de ce vieux réflexe qui veut qu’afin de ne pas passer pour un bastion séparatiste, on ne cherche à mettre réellement en place des moyens d’enseigner et de promouvoir la langue qu’avec l’accord et l’appui de l’État plutôt qu’en les imposant soi-même. Cela serait d’ailleurs d’encore plus mauvais aloi sous le nouveau régime et après la défaite alors que la France qui se gouverne seule (ou plutôt veut le faire croire) n’est quasiment plus représentée que par ses provinces de langue d’oc. Et la seule action concrète de ce congrès est d’émettre un vœu en direction du gouvernement pour lui demander que l’enseignement de la langue d’oc « soit officiellement reconnu dans les trois ordres d’enseignement : primaire, secondaire et supérieur59 » et qu’une délégation soit reçue en audience à Vichy. Le vœu s’achève par un respectueux et reconnaissant salut au Maréchal en souvenir du message du 8 septembre 1940, ce qui tend à prouver une fois de plus combien les félibres n’ont vu dans cette lettre que ce qu’ils voulaient y voir, c’est-à-dire une reconnaissance du génie non seulement de Mistral mais aussi de la langue d’oc alors que ce dernier point ne revêtait sans doute que peu d’importance (pour ne pas dire pas du tout) pour le chef de l’État.

  • 60 Joseph Salvat, « Jérôme Carcopino et la langue d’oc », Lo Gai Saber, n° 269, mai-juin 1956, p. 68-7 (...)
  • 61 Ibid., p. 70.

89Le congrès d’Arles, sans surprise, n’a pas révolutionné la question de l’enseignement de la langue d’oc ; le vœu qu’il a émis semble encore demeurer un vœu pieux. Mais s’il n’a pas même abouti à une audience à Vichy, certains semblent avoir trouvé une ouverture pour rencontrer le nouveau ministre de l’Instruction publique, l’historien spécialiste de la Rome antique Jérôme Carcopino. C’est notamment le cas de l’omniprésent Joseph Salvat qui, une fois n’est pas coutume, décide de faire cavalier seul. Cette entrevue est, d’après ce qu’en dit Salvat lui-même dans un article consacré à Jérôme Carcopino60, une conséquence directe du congrès d’Arles, puisque elle aurait été proposée et facilitée par deux journalistes rencontrés lors de cette journée. Salvat explique ainsi la raison de son acceptation : « Sachant que les vœux des Congrès demeurent trop souvent lettre morte, et qu’une prise de contact personnelle risquait d’avoir plus de succès, j’acceptai l’offre61. »

90Notons dès à présent que cette attitude de l’abbé toulousain, après sa réclame permanente en faveur du Collège d’Occitanie, ne pouvait que froisser nombre de ses camarades félibres. On voit ici à la fois l’indépendance de l’Escòla Occitana et son désir d’agir, ce qui est sans doute une qualité dans le cadre d’un enseignement qui a du mal à se faire reconnaître officiellement, mais aussi, ce qui est sans doute moins reluisant, une tendance permanente de Salvat à s’arroger des prérogatives dans le but de briller auprès des officiels, au risque de briser le semblant d’unité qu’essaie difficilement d’instaurer le Félibrige. Cela nous éclaire sur l’ambition de Salvat et, plus largement, sur ce qui s’avère être depuis longtemps un problème de la revendication en faveur de la langue d’oc : les questions d’ego et les querelles de chapelles. Toulouse, aire d’influence de plusieurs organismes (S.E.O., Escòla Occitana, académie des Jeux floraux), représente à ce titre un microcosme où ces problèmes s’exacerbent. Tout comme les avantages que l’on peut tirer de ces inconvénients même, puisque ces querelles d’ego et d’influence favorisent en même temps une certaine émulation amenant les uns et les autres à prendre des initiatives originales pour garder la mainmise sur la revendication. La démarche de l’abbé Salvat, pour condamnable qu’elle soit dans le contexte d’un Félibrige essayant d’unir ses forces pour faire avancer les choses et atteindre ses objectifs, a donc aussi l’avantage d’ouvrir un peu plus grand les portes du ministère. Car on ne peut rejeter totalement l’analyse de Salvat lorsqu’il dit en substance que les vœux émis lors de tels congrès sont généralement inutiles.

  • 62 Ibid., p. 71.

91Et donc, grâce à l’aide des journalistes qui le mettent en contact avec le professeur Ourliac, chef de Cabinet de Carcopino, et aux démarches sur place de Berthaud, l’abbé Salvat réussit à rencontrer le secrétaire d’État de l’Instruction nationale le 30 octobre 1941 à Vichy. L’entretien d’une heure est, toujours selon Salvat, l’occasion de faire « le tour du problème complexe que [constitue] l’introduction de la langue d’oc à l’école62 » et de sensibiliser le ministre à cette épineuse question. L’objectif semble atteint si l’on en croit la lettre que Jérôme Carcopino adresse à l’abbé Salvat quelques semaines plus tard dans laquelle il met en avant l’intérêt d’un tel enseignement :

  • 63 Archives du Collège d’Occitanie, CP 013 (21), lettre de J. Carcopino à l’abbé Salvat, 28 novembre 1 (...)

De quoi s’agit-il en effet ? Non pas de donner aux enfants et aux jeunes gens un enseignement philologique et linguistique qui risquerait de rebuter ceux d’entre eux que leurs aptitudes et leurs goûts n’attirent pas vers de telles études, mais il est au contraire, très souhaitable de fournir aux élèves de nos écoles primaires, de nos établissements secondaires et, d’une façon générale, à tous ceux qui, nés dans nos provinces méridionales, parlent et aiment leur dialecte, le moyen de préciser leur vocabulaire, d’améliorer leur syntaxe et leur style et de maintenir cette belle « langue mayrane » qui, dans un avenir plus ou moins éloigné, et suivant la loi du moindre effort, se dégraderait, sur leurs lèvres, jusqu’à n’être plus qu’un patois63.

92On remarquera cependant que, si le ministre semble bien avoir assimilé les informations et la propagande de l’abbé Salvat, il ne se prononce aucunement pour un enseignement généralisé et ne voit de l’intérêt à ce genre de cours que pour des enfants ayant déjà une certaine connaissance de la langue. Bref, il est favorable à ce que ceux qui la parlent encore puissent le faire aussi bien que possible afin qu’elle ne s’abâtardisse pas, mais n’évoque pas ceux qui ne la parlent pas ou ne la parlent plus.

93Il convient ici de préciser que Jérôme Carcopino n’a pas reçu que l’avis de Salvat. En effet, en septembre 1941, la Société d’études occitanes a envoyé au ministre un mémoire rédigé par Louis Alibert concernant l’enseignement de la langue d’oc. Alibert y met en avant les publications de la S.E.O. : sa Gramatica Occitana ainsi qu’un ouvrage en préparation à destination des élèves, Lectures Occitanes. Les arguments développés dans ce mémoire ne sont guère originaux : la langue d’oc est une langue de civilisation, c’est le « latin du pauvre », elle peut être un auxiliaire précieux pour l’apprentissage du français. À cela s’ajoute une argumentation mettant en avant l’étroite relation qui pourrait exister entre un tel enseignement et la Révolution nationale :

  • 64 Louis Alibert, « La langue d’oc à l’école et la Société d’études occitanes », archives du Collège d (...)

Cet enseignement qui doit protéger et assurer la survie de la langue d’oc, a une portée sociale et morale de premier ordre. Elle attache l’homme à la terre et à la famille. Elle évite le déracinement en donnant une base puissante et concrète au patriotisme. À l’heure où notre Gouvernement cherche à revivifier l’amour du pays et à reconstruire la France sur ses fondations paysannes et traditionnelles, il ne trouvera pas de meilleur instrument que le maintien et la culture des dialectes provinciaux64.

  • 65 Georges-Henri Rivière, « L’amélioration de la vie culturelle des paysans. Notes pour un rapport », (...)

94Tout cela sans alourdir les programmes puisque, donc, l’apprentissage de cette langue facilitera celui du français. Cette idée de l’utilité de l’enseignement de la langue d’oc suit celle du folkloriste Georges-Henri Rivière qui, dans son rapport sur « L’amélioration de la vie culturelle des paysans » remis au ministère de l’Instruction publique en janvier 1941, note que « le bilinguisme aiguise l’esprit. Chaque dialecte porte en lui un trésor de connaissance et de façons de penser paysannes qui périra avec lui et les patois sont une source de vigueur linguistique pour le français65 ». Rivière conclut d’ailleurs à l’intérêt de cet enseignement et donc à la formation en ce sens des instituteurs.

95La S.E.O. se sent décidément particulièrement en phase avec le Maréchal mais ne veut toutefois pas brusquer le ministre. Elle reprend donc les paroles du chef de l’État lors de sa visite à l’académie des Jeux floraux, lorsqu’il déclarait que cet enseignement n’était pas « une affaire nationale à régler par une décision ministérielle étendue à tout le pays » pour expliquer qu’elle comprend bien que cela ne pourra se mettre en place qu’avec la nouvelle Constitution qui créera les assemblées provinciales, mais sent bien qu’il est de son devoir de préparer le terrain et le matériel pédagogique nécessaire. Elle ajoute enfin qu’un tel enseignement devrait être sanctionné par une épreuve facultative au certificat d’études et au baccalauréat... une manière de signifier au ministre que s’il prenait tout de même une décision sans attendre la création des assemblées provinciales, du temps serait gagné pour accomplir la lourde tâche dont la S.E.O. se sent investie par le chef de l’État lui même.

96Cet automne durant lequel le secrétaire d’État de l’Instruction nationale et de la Jeunesse a donc été régulièrement sollicité par les divers groupements de défense et d’illustration de la langue d’oc s’achève par un nouveau congrès, organisé par le Bureau du régionalisme de Toulouse du 30 novembre au 6 décembre 1941 et dont le thème est la linguistique et la phonétique occitanes. Carcopino, qui a fait le déplacement, prononce un discours à l’ouverture du congrès devant les organisateurs, dont le préfet Cheyneaux de Leyritz, le folkloriste Varagnac et les participants parmi lesquels on retrouve Salvat, Berthaud, Bonnafous, Émile Ripert, le Capoulié Mistral Neveu, Alibert, Perbosc, Boussac, l’instituteur rouergat Henri Mouly, et bien d’autres occitanistes et félibres. Après les remerciements d’usage et l’hommage nécessaire à Mistral et au Maréchal, le ministre loue les vertus du bilinguisme mais atténue sensiblement la portée de son propos en ajoutant :

  • 66 Cité dans « La langue d’oc à l’école », Lo Gai Saber, n° 200, mai-juin 1942, p. 56.

Sans introduire le dialecte occitan dans l’école, qui est celle de la France, je conçois qu’on puisse faire de lui, près d’elle, dans des cours complémentaires et facultatifs et dans les formations de Jeunesse, une sorte de latin du peuple, un latin qui, bien loin d’être un obstacle à l’enseignement du français, le servira comme un frère66.

  • 67 Archives du Collège d’Occitanie, AM 019, Commission de propagande régionaliste. Manuscrit d’André V (...)

97On constate qu’en utilisant le terme de « dialecte occitan » et l’argument du « latin du peuple », Carcopino a bien assimilé les messages de l’abbé Salvat, Louis Alibert, mais aussi sans doute de Pierre-Louis Berthaud si l’on en croit André Varagnac67. Aussi bien sûr du Félibrige. Il n’en demeure pas moins que son allocution semble marquer un refus assez net d’une introduction officielle dans l’école française. Si la langue d’oc doit avoir une place, elle se situe juste à côté de l’enseignement officiel et non pas en son sein.

  • 68 Archives du Collège d’Occitanie, CQ 310 (14)- (4), Rapport de M. Louis Alibert au « congrès de ling (...)

98Le sujet est abordé tout au long du congrès dans diverses communications dont, malheureusement, nous n’avons pas le détail, à l’exception de celle de Louis Alibert. Celui-ci, dans une partie de son intervention, disserte sur « l’importance morale et sociale de l’introduction de cette étude dans nos écoles et des possibilités actuelles de cet enseignement68 ». Il y reprend les arguments déjà développés dans le mémoire adressé au ministre en septembre 1941 en insistant sur l’importance qu’il y a pour la réussite de cet enseignement que le gouvernement prenne des mesures préparatoires à son introduction dans l’école par les futures assemblées provinciales : créer une licence de langue, littérature et histoire méridionales afin de former des professeurs de collège et lycée, organiser un enseignement pour les futurs maîtres de primaire, introduire une épreuve facultative de langue d’oc au certificat d’études et au baccalauréat, et enfin encourager toutes les initiatives bénévoles visant à créer des cours facultatifs dans les écoles.

  • 69 Ibid.

99Conscient de la difficulté politique que représente la mise en place d’un tel enseignement, Alibert sait aussi qu’une telle revendication ne peut aboutir qu’en recevant l’adhésion des populations concernées. Or, il note « le peu d’enthousiasme des populations qui ne comprennent ni la valeur, ni l’intérêt de cet enseignement sous l’influence du jacobinisme persistant de l’ancien régime et d’un snobisme bourgeois bien mal placé69 ». C’est pourquoi, avant de devenir un véritable enseignement de la langue, l’apprentissage de la langue d’oc doit être essentiellement oral et porter sur des faits culturels comme la toponymie et l’anthroponymie et se fonder sur des textes dans le dialecte le plus proche de celui parlé dans la région dont on puisse se servir par comparaison avec le français afin de bien en montrer l’utilité aux parents. Alibert soulève là une question importante que le Félibrige a trop souvent eu tendance à reléguer au second plan et qui peut entraîner une franche opposition à la mise en place d’un tel enseignement : la situation diglossique de la langue d’oc par rapport à la langue française, plus prestigieuse et considérée comme un vecteur d’ascension sociale. Pour résumer grossièrement la chose, on peut dire que ce n’est pas en parlant « patois » que l’on deviendra receveur des Postes ni instituteur, ce qui explique aussi le fait que nombre de maîtres soient peu disposés à dispenser un tel enseignement alors même qu’ils ont eux-mêmes dû abandonner cette langue pour accéder à leur profession et qu’en tout état de cause ils n’ont pas été formés pour en tenir compte dans leur enseignement.

100Ce congrès, qui devait traiter essentiellement de linguistique et de phonétique, est donc devenu une nouvelle tribune en faveur de l’enseignement de la langue d’oc. Une autre étape a été franchie après la requête au Maréchal, les diverses adresses aux ministres successifs et le congrès d’Arles. Dans le numéro de janvier-février du Gai Saber, P.-L. Berthaud note cette prééminence de la question scolaire :

  • 70 Pierre-Louis Berthaud, « Après le congrès de phonétique et linguistique occitanes de Toulouse. Au t (...)

L’esprit même des travaux du Congrès fut le souci du réel et du pratique. Exactement comme si chacun s’était rendu compte que « le moment était enfin venu ». Quel moment ? Celui où notre langue occitane — et en même temps, sans doute, tous les autres parlers naturels de France, parlers eux-aussi négligés, dont nous ne nous désolidarisons pas —, le moment donc, où nous entrerions à l’école, par une porte ou par une autre, n’importe70.

101D’abord, un ministre s’est enfin déplacé. Si ses intentions envers l’enseignement de la langue d’oc sont restées vagues et bien en-dessous de ce que pouvaient espérer les militants présents, sa seule participation au congrès apparaît comme une reconnaissance implicite de la légitimité de leurs revendications.

102Ensuite, après l’union de circonstance du Félibrige à Arles, la présence de la S.E.O. au congrès de Toulouse peut donner aux pouvoirs publics, souvent enclins à noter les dissensions existantes afin d’esquiver un débat de fond sur la revendication, une image d’unité du mouvement. Même si cette unité a manqué ne pas avoir lieu. C’est ce que montrent les correspondances entre Alibert, Girard, Azéma et Boussac. Il semble en effet que l’abbé Salvat avait manœuvré auprès de Varagnac afin de faire en sorte que ses opposants ne fussent pas conviés au congrès. Alibert, appuyé par Girard et Azéma, réussit finalement à contrebalancer l’influence de Varagnac. Invité avec l’écrivain carcassonnais René Nelli au nom du Groupe d’Études Folkloriques Audois, Alibert refuse ainsi de participer au congrès si la S.E.O. n’est pas officiellement invitée et demande à Girard de faire lui aussi pression sur Varagnac :

  • 71 Archives du Collège d’Occitanie, CQ 516 (13). Lettre de L. Alibert à I. Girard, 9 octobre 1941. « J (...)

Pensi que ço melhor seriá que vos vegèssetz lo sénher Varagnac per lo metre francament e directement davant lo fait. Es inadmissible que per d’intrigas e de manipolis locals la S.E.O. aja pas sa plaça al solelh. De tota faiçon gropa actualament la màger part de la valors occitanas71.

103C’est donc finalement en front uni plutôt qu’en ordre dispersé que les militants pour l’enseignement de la langue d’oc ont réussi à se présenter. Et qui plus est à Toulouse, où les tensions entre S.E.O., Escòla Occitana et académie des Jeux floraux sont importantes. Cet effort, que l’on verra rarement se renouveler dans les années et même les décennies suivantes, a sans doute eu une influence sur la perception qu’a pu avoir le ministre de ce mouvement.

  • 72 Cité par Joseph Salvat, « Jérôme Carcopino et la langue d’oc », op. cit., p. 73.

104D’ailleurs, quittant ce congrès où, comme à l’accoutumée, des vœux ont été émis notamment à propos de l’admission d’épreuves facultatives de langue d’oc au baccalauréat et au certificat d’études et l’organisation de cours — eux aussi facultatifs — dans les établissements d’instruction, le ministre annonce : « Vous serez contents de moi72. » En effet, le 24 décembre 1941, Jérôme Carcopino publie des arrêtés concernant l’enseignement des « langues dialectales ».

2.2 Les arrêtés Carcopino : une avancée ou un os à ronger ?

  • 73 Archives du Collège d’Occitanie, CP 008 bis (1). Lettre de P.-L. Berthaud à J. Salvat, 25 décembre  (...)

105« Avem ajut nòste nadau73 » écrit Pierre-Louis Berthaud à l’abbé Salvat le 25 décembre 1941. La veille, deux arrêtés sont parus à propos de l’enseignement des langues régionales.

106Le premier autorise les instituteurs et les institutrices à :

[...] organiser dans les locaux scolaires, en dehors des heures de classe, des cours facultatifs de langue dialectale (langue basque, bretonne, flamande, provençale), dont la durée ne devra pas excéder une heure et demie par semaine.

107Le second concerne les épreuves du certificat d’études primaires. Une des questions de l’épreuve écrite d’histoire-géographie portera sur l’histoire régionale, une autre, de géographie, « pourra être l’exécution d’un croquis ou porter sur la géographie locale ». De plus, la liste des cinq morceaux que doit proposer le candidat pour l’épreuve de chant pourra contenir un morceau « pris dans le répertoire local ».

108Ces arrêtés répondent en partie aux vœux exprimés à la fin du congrès de Toulouse... qui reprenaient en fait eux-mêmes en partie le discours fait par le ministre en ouvrant ledit congrès.

109Ainsi, lorsque Jérôme Carcopino dit : « je conçois et je souhaite qu’on puisse faire de lui [le dialecte occitan], près d’elle [l’école française], dans des cours complémentaires et facultatifs et dans les formations de Jeunesse, une sorte de latin du peuple », le vœu du congrès prend la forme suivante : « [...] souhaite que [...] des cours complémentaires et facultatifs de langue d’oc soient organisés dans les établissements d’instruction et dans les formations de Jeunesse. »

110La réponse est donc habile. Les vœux émis par les militants en faveur de l’enseignement de la langue d’oc en direction des ministres ont régulièrement perdu de leur substance et sont marqués par un net décalage avec les discours « officieux », c’est-à-dire ceux tenus lors de rendez-vous personnels avec les ministres ou dans les publications et réunions internes aux mouvements félibréen et occitaniste. Au début de l’État français, la revendication faite par le Capoulié, tout comme celle qui apparaît dans la requête au Maréchal, concernaient avant tout l’histoire et la géographie locales pour lesquelles on demandait plus de place dans l’école. La réponse fut la circulaire Ripert. Elle arrivait après des discussions officieuses durant lesquelles le ministre avait rejeté l’idée de la mise en place d’un enseignement généralisé de la langue mais était finalement en accord avec les demandes « officielles ». Après cela, nous l’avons vu, félibres et occitanistes ont estimé qu’il ne pouvait s’agir que d’un premier pas et sont revenus à la charge en demandant à nouveau l’introduction de cours officiels à tous les niveaux de l’enseignement ; il s’agit là en particulier de la revendication exprimée après le congrès d’Arles. Mais face à la réticence exprimée par le ministre devant une telle solution, le vœu de Toulouse revient en arrière et se contente finalement de demander des cours facultatifs. La seule revendication qui revient avec constance et clarté est celle de l’introduction d’une épreuve de langue d’oc au certificat d’études et au baccalauréat. Elle est d’ailleurs écartée avec la même constance. Il semble que le ministre ait réussi à faire en sorte de pousser les participants au congrès, sans doute tenaillés par l’envie de voir leurs demandes aboutir mais refroidis par le discours fait par Carcopino à l’ouverture du congrès, à présenter officiellement par le biais de leur vœu une demande a minima à laquelle il avait sans doute déjà décidé de répondre favorablement, ce qui expliquerait son « vous serez contents de moi » de la fin du congrès.

111Dans de telles circonstances, nulle surprise à ce que les textes ministériels ne soient pas reçus par tout le monde avec le même enthousiasme.

  • 74 Pierre-Louis Berthaud, « Après le congrès de phonétique et linguistique occitanes de Toulouse. Au t (...)

112Pour Pierre-Louis Berthaud, dans le Gai Saber, l’arrêté (au singulier car il s’agit de celui qui introduit les cours facultatifs) Carcopino, fruit pour une grande partie du congrès de Toulouse, est un pas décisif : « Nous voici maintenant non plus à la porte de l’école comme des bannis, ou même comme des quémandeurs. Nous voici DANS l’école comme invités. C’est déjà mieux74. »

  • 75 Pierre Azéma, « La Lengo à l’escolo » (La Langue à l’école), Calendau, n° 91, janvier-février 1942, (...)

113Pierre Azéma, dans Calendau, note que « i’a, pamens, un pas de fa, quasimen lou proumié — lou famous proumié pas, “lou soulet que coste” à ço que dis lou prouvèrbi75 ».

  • 76 René Auzias, « Lou Prouvençau à l’escolo » (Le Provençal à l’école), Fe, n° 22, janvier 1942. « Nou (...)

114Dans Fe, René Jouveau, sous son pseudonyme de René Auzias, achève un article sur le sujet par ces mots : « Sian pancaro à Berro, mai sian sus lou camin que ié meno, maugrat tout... Lou prougrè, coume Nietzsche l’a dit, vai au pas de la couloumbo76 ! »

115Il ne faut toutefois pas se laisser abuser par ces quelques phrases. Les avis ici affichés sont tous nuancés, et chacun d’entre eux ajoute un bémol à cette satisfaction souvent exprimée du bout des lèvres.

116Pierre-Louis Berthaud, sans doute le plus enthousiaste, enjoint ses camarades à travailler d’arrache-pied pour préparer un matériel pédagogique de qualité avant la rentrée 1942 où les arrêtés entreront en vigueur et tente de relancer le débat sur la graphie, resté en sommeil jusque là dans un souci de préservation de l’unité du mouvement :

  • 77 Pierre-Louis Berthaud, « Après le congrès de phonétique et linguistique occitanes de Toulouse. Au t (...)

Pratiquement, il ne peut être question d’offrir aux jeunes esprits la diversité des graphies où nous pataugeons : l’État ne l’acceptera jamais, et il aura raison. Il ne peut y avoir qu’une seule graphie par dialecte. [...] Si nous ne savons pas surmonter tout cela, rien ne sera prêt pour la rentrée scolaire. Nous laisserons une fois de plus passer l’occasion. Nous ferons faillite, en d’autres termes77.

117Il n’en demeure pas moins qu’il entrevoit dans le texte de Carcopino quelques failles susceptibles de poser problème ou d’en réduire la portée et semble aussi exprimer quelques réserves quant à son son application :

  • 78 Archives du Collège d’Occitanie, CP 008 bis (1). Lettre de P.-L. Berthaud à J. Salvat, 28 décembre  (...)

Adara, nos caudrà autenir que i’aje una sanction au certificat d’estudis. Nos caudrà tan-ben veire qu’aquet mòt de provençau este pas pres dens son sens estreit. Enfin, nos caudrà ajer la circulàri qu’organisarà aquet ensenhament78.

118Il reste donc bien du chemin à faire avant de pouvoir efficacement utiliser les textes du gouvernement et organiser un enseignement efficace de la langue d’oc.

119Les avis exprimés dans Calendau et Fe par Teissier, Azéma ou René Jouveau sont encore plus nuancés, et semblent même parfois tourner à la franche hostilité. Le ton de Jouveau est désabusé et, s’il reconnaît que la mesure ministérielle doit être interprétée comme un geste favorable, il regrette que la langue ne puisse pas être réellement enseignée pendant les horaires normaux de cours. Quant à Teissier, non seulement, en citant un « eirège dóu Felibrige » (un hérétique du Félibrige), il laisse entendre que la réforme n’est que poudre aux yeux et que le ministre n’est sans doute pas le défenseur des dialectes qu’il veut paraître :

  • 79 Léon Teissier, « La lengo à l’escolo » (La langue à l’école). Calendau, n° 91, janvier-février 1942 (...)

Carcopino counèis d’à-founs l’obro e la dóutrino de Mistral. Amiras coume s’esmouvènt, un pau ninoiamen, de menaço (?) de separatisme, chausis de man de mèstre tóuti li dicho mistralenco qu’an l’èr de renega la Coumtesso ! [...] E s’estènt amusa de vous coume lou cat d’uno furo vous barro la grand’porto pèr vous durbi la pichoto. Eh ! que voulès mai pèr la pichoto patrìo que la pichoto porto79 ?

120mais, en plus, il s’en prend ouvertement aux félibres qui applaudissent un peu trop hâtivement à son goût les textes ministériels :

  • 80 Ibid. « À tout cela, je connais des félibres, et des gros, qui applaudissent. Les uns, étant payés, (...)

De tout acò, sabe de felibre, e de gros que picon di man. Lis un, estènt paga, regardon lou nas de quau li pago avans d’escriéure, e lou papié qu’escrivon vau encaro mens que lou papié qu’an reçaupu pèr pagamen. [...]
Amièi Ripert s’espandis dins Paris-Soir en cantico, encèns e Te Deum : « [...] en dehors des heures de classe et à titre facultatif. Mais quoi ? c’est ainsi que doit être enseigné le catéchisme. Les dialectes sont traités aussi bien que le Bon Dieu ! » Lou majourau Ripert a perfetamen resoun : Santo Estello, l’umblo e pichounissimo Santo Estello, aura si sièis quart-d’ouro coume lo Paire Eterne ! E lou quart-d’ouro seten, se repausara de touto l’obro qu’aura facho80.

121Et Pierre Azéma, qui ne débordait déjà pas d’ardeur dans son article du numéro de janvier-février, semble s’apercevoir petit à petit des limites de la réforme et de tout ce qui la sépare encore de la revendication félibréenne :

  • 81 Pierre Azéma, « Lou Verd e lou Blanc » (Le Vert et le Blanc). Calendau, n° 92, mars-avril 1942, p.  (...)

Res a pouscu crèire, franc d’èstre bravamen prouvesi d’ilusioun o de naïveta, que l’arrestat dou 24 de desèmbre 1941, signa pèr M. Carcopino, marcavo lou coumplimen di desiranço felibrenco toucant l’ensignamen de la lengo d’O. Vole meme pas parla, pèr aro, de l’alargamen poussible e souvetable d’aquelo proumiero mesuro bèn-voulènto : moudificacion e meiour amagestramen de l’ouràri, ensignanço mens facultativo e miés sanciounado, acourajamen mens platouni di mèstre e dis escoulan, etc.81

122Après une apparente satisfaction sans doute plus due à l’annonce de mesures qu’à leur contenu, les félibres, ou tout au moins une part importante des félibres actifs dans la revendication, commencent donc à douter de l’efficacité des textes publiés par Carcopino.

  • 82 CIRDOC. Fonds Boussac, BOU04 1-9-1, lettre de P. Azéma à A.-J. Boussac, 14 janvier 1942.
  • 83 Ismaël Girard, « Orientacion » (Orientation). Oc, été 1942, p. 17, « la pâlichonne réforme Ripert-C (...)

123Du côté occitaniste, la joie à l’annonce de l’arrêté du 24 décembre 1941 semble aussi très mesurée et la déception pointe. Ainsi, Charles Camproux, lorsqu’il rencontre Azéma, lui explique que si le texte de Carcopino répond bien à une partie du vœu émis à Toulouse, il laisse de côté ce qui en faisait la substance, à savoir la demande de la création d’une épreuve facultative prise en compte dans la note finale pour l’admission au baccalauréat et au certificat d’études. Sans cela, affirme Camproux, rien ne se fera82. Ismaël Girard n’est pas en reste, qui critique dans Oc « la pallishota reforma Ripert-Carcopino83 » dont il pointe l’illogisme : si, comme l’ont laissé entendre les ministres, l’occitan est un outil essentiel dans la méthode qui vise à faire apprendre le français en s’appuyant sur le dialecte local, pourquoi ces cours ne sont-ils que facultatifs ? Ismaël Girard est encore plus sévère, quelques mois plus tard, lorsqu’il tire un premier bilan de l’application de la réforme à l’aune du témoignage d’un instituteur de ses amis :

  • 84 Ismaël Girard, « Orientacion » (Orientation), Oc, hiver 1943, p. 20. « Cet instituteur avait commen (...)

Aqueste regent aviá començat a seguir las instruccions ministerialas, amb activitat. Au cap de quauques meses estoc dins l’obligación d’arrestar l’ensenhament facultatiu deu gascón. Perque ? Permor que los escolans avián pas lo temps de demorar un ora de mai a l’escola, hora de l’orari normal. [...] Aquiu un detalh essenciau que ha de las circularias ministeriaus quaucom de negatiu en absolut. « Maugrat tot l’interès que los escolans an pres a las leçons qu’an ausidas, escriu lo Sr. Riviere, ara an totjorn una rasón per pas demorar a l’escola après las oras de classa ». E aquest estiu passat, En Riviere en disè que se las oras d’ensenhament de la lenga d’oc son pas incorporadas dins l’orari regular de las classas, i aura pas arren de heit84.

124Bref, il semble bien qu’une grande partie du mouvement en faveur de l’enseignement de la langue d’oc ne soit que modérément enthousiasmée par le geste de Jérôme Carcopino en sa direction. Et pourtant... Les arrêtés de décembre ne sont pas les seuls textes publiés. Une circulaire ministérielle en date du 13 mars 1942, adressée aux recteurs et aux préfets, leur demande d’enquêter dans les départements afin d’établir des listes d’instituteurs et institutrices envisageant de dispenser « un enseignement dialectal » afin de pouvoir pointer les éventuelles difficultés de mise en place. Elle est suivie le 18 juin de la même année par un arrêté fixant à 600 francs l’heure-année l’indemnité attribuée aux enseignants assurant ces cours en primaire. Le ministère ne s’est donc pas arrêté à la seule déclaration d’intentions qu’aurait pu être le texte du 24 décembre, mais semble tenter de faciliter autant que possible la mise en place de cette réforme. On est très loin de tout ce qui a pu être fait avant-guerre et aussi bien au-delà de ce que proposait la circulaire Ripert, mais force est de constater que l’enthousiasme n’est pas le même qu’à l’annonce de cette dernière.

125On peut donc légitimement s’interroger sur cette atténuation franche de la joie et de l’allégresse des militants de la langue d’oc vis-à-vis des initiatives gouvernementales. Comment une réforme qui, pour la première fois, permet officiellement à la langue d’oc de mettre un pied dans l’école pour y être enseignée, et qui incite clairement l’administration et les enseignants à appliquer cette décision, peut-elle créer tant de préventions de la part des félibres et occitanistes ?

126Laurent Abrate émet l’hypothèse que pour certains militants, et notamment Ismaël Girard, ce retournement tiendrait à une prise de conscience de l’antinomie entre les valeurs de l’occitanisme et celles de Vichy (Abrate, 2001, p. 339-340). Nous la retiendrons avec prudence pour nous intéresser à une autre raison, elle aussi évoquée par Abrate, qui nous semble plus essentielle : le sentiment que la réforme Carcopino marque un aboutissement pour l’État alors que les militants ne pouvaient y voir qu’une première étape vers l’officialisation de l’enseignement de la langue d’oc.

  • 85 Emmanuel Le Roy Ladurie, Guillaume Bourgeois, introduction au dossier « Vichy, État occitan ? », Ar (...)

127Bien entendu, la déception pointe. D’une manière générale, à la fin de 1941, beaucoup de ceux qui ont cru en la Révolution nationale commencent à perdre leurs illusions sur le régime, ainsi que le notent Emmanuel Le Roy Ladurie et Guillaume Bourgeois lorsqu’ils écrivent qu’aux « visionnaires nostalgiques, s’opposent, à Vichy, les réalistes technocrates », que ces derniers prennent de plus en plus d’importance dès 1941 « réduisant à néant les espoirs de ceux qui avaient cru lire un avenir dans le retour du passé85 », et qu’ils s’aperçoivent qu’en fait de régionalisme, Vichy s’oriente de plus en plus vers un centralisme accru.

  • 86 « Crida » (Appel), Terra d’Oc, n° 27, mars 1942. « Le premier pas vers l’établissement du régionali (...)

128Bien sûr, les écrits de Berthaud dans le Gai Saber comme ceux qui paraissent dans Terra d’Oc notant que cette réforme n’est que « lo primier pas cap a l’establiment del regionalisme integral86 » invitent les militants à poursuivre leur action tant sur le terrain qu’auprès des autorités et semblent marquer un certain optimisme. Pour autant, il paraît peu pertinent d’opposer à cette époque des personnalités comme Girard et Berthaud sur la seule base de leurs écrits dans la presse régionaliste. Ce sont tous deux des hommes d’action qui font preuve, nous l’avons vu, de pragmatisme et d’opportunisme lorsqu’il s’agit de la défense de la langue. Si Girard critique aussi ouvertement la réforme Carcopino, c’est sans doute aussi un peu pour essayer d’en amoindrir l’importance face à ceux qui y voient un danger pour l’unité du pays ainsi que nous le verrons ci-après, et pour montrer que l’on est encore loin de l’aboutissement des revendications occitanistes. Si Berthaud défend ouvertement la réforme, et parfois même le gouvernement, dans ses articles, il n’en est pas moins un résistant qui, dès le début de 1941, transmet en Angleterre les documents qu’il traduit. D’une manière générale, même si les militants sont de moins en moins en accord avec le régime de Vichy, ils essayent de faire preuve de pragmatisme et de continuer à œuvrer en faveur de la revendication pour l’enseignement de la langue d’oc. Charles Camproux, par exemple, lui aussi résistant, travaille avec les autorités, écrit un livre d’oc à l’usage des classes primaires afin de faire appliquer l’arrêté Carcopino et multiplie les démarches officielles pour favoriser l’enseignement de l’occitan. Bref, à notre sens, si les militants oscillent entre déception et enthousiasme, c’est au fond pour les mêmes raisons : déception de n’avoir franchi qu’une étape alors que l’on voulait arriver à la mise en place concrète d’un enseignement officiel d’un côté, espoir de pouvoir arriver à terme à des résultats réels suscité par cette première étape, ce « premier pas » qu’évoque Pierre Azéma, de l’autre.

129Si une crise de confiance commence à naître chez les militants en faveur de la langue d’oc et notamment chez les occitanistes, il nous semble donc quelque peu excessif d’en voir un révélateur dans les réactions à l’annonce de la réforme Carcopino. Cela d’autant plus que, si cette réforme ne crée pas chez les partisans de l’enseignement de la langue d’oc une unanime vague d’enthousiasme, elle les pousse à faire à nouveau front lorsque débute une campagne destinée à la remettre en cause.

2.3 La presse nationale et les arrêtés Carcopino : le rejet

130La réforme Carcopino ne fait pas débat seulement chez les militants en faveur de l’enseignement de la langue d’oc. Ces derniers ont été habitués durant l’Entre-deux-guerres à ce que leurs revendications suscitent une certaine opposition. En particulier des accusations de nationalisme et de séparatisme qu’ils se sont évertués à repousser et qui les ont amenés, ainsi que nous l’avons dit précédemment, à mettre en avant de nouveaux arguments tels que l’utilité de l’utilisation des « patois » pour l’apprentissage du français. Ils ont cependant contribué, faute d’arriver à des résultats probants, à créer à leur égard un climat relativement bienveillant, voire condescendant, tant chez les politiques que dans la presse qui se plaisaient à les ignorer ou à faire poliment référence aux vertus de la connaissance de la « petite patrie » et au talent des écrivains régionalistes, qu’ils écrivent en français ou en langue d’oc. Or, la propension de l’État, et surtout du ministre Carcopino, à favoriser l’enseignement des langues régionales va mettre fin à ce statu quo et à l’ignorance polie entretenue jusque-là par une grande partie de la presse vis-à-vis de cette question.

131C’est Le Temps qui, dès le 24 novembre 1941, voyant poindre le congrès de Toulouse, s’inquiète dans un éditorial de l’importance que commence à prendre le sujet :

  • 87 « L’unité française », Le Temps, 24 novembre 1941, cité par Martel Philippe, « Travail, famille, Pa (...)

Prenons garde toutefois de poser des problèmes que l’histoire a déjà résolus, de soulever des querelles, celle des langues et des dialectes, par exemple, depuis longtemps apaisées [...] Il y a assez de frontières, hélas, dans notre pays pour n’en pas forger d’autres87.

  • 88 « Le congrès de linguistique et de phonétique occitane », Le Temps, 10 décembre 1941.
  • 89 L. Recquard, « Le régionalisme », Le Temps, 10 décembre 1941.

132Et qui revient à la charge quelques semaines plus tard par l’intermédiaire du courrier des lecteurs, avec la lettre d’un certain L. Recquard qui se présente comme « correspondant de l’Institut ». Lettre qui prend d’ailleurs place dans la colonne voisine de celle où est fait un compte-rendu sommaire du congrès de Toulouse dans lequel on voit que l’abbé Salvat, affublé d’un titre de « conseiller national », « a conclu à l’introduction de l’enseignement de la langue dans les programmes scolaires88 ». Qu’écrit donc Recquard ? Après avoir remercié le journal pour son article du 24 novembre et pour « avoir indiqué les justes bornes dans lesquelles doit se tenir le “régionalisme89” », il fustige le mauvais régionalisme, « ethnique et linguistique », ce régionalisme qui « commence par d’aimables et poétiques variations littéraires sur l’esprit provincial, les parlers locaux » et qui « finit par le séparatisme », prenant à témoin les États d’Europe centrale, Autriche, Tchécoslovaquie, Yougoslavie, minés par ce régionalisme qui les a conduits au chaos auquel l’Espagne menacée par les Basques et les Catalans a échappé grâce à Franco. Et de s’interroger sur la situation française, notamment celle du Midi :

  • 90 Ibid.

Dans tout le Midi on essaie de réveiller les parlers locaux, de revenir sur l’œuvre d’unification accomplie par les siècles pour le bien de tous. Le français, qui recule dans le monde, va-t-il reculer en France aussi ? [...] Les idiomes locaux qu’on nous vante — j’en parle en connaissance de cause étant méridional d’origine et rural — suffisent tout au plus aux besoins de la vie courante90.

133Avant de conclure sur le statut de « chef-d’œuvre de notre histoire » de l’unité française et de se poser la question suivante : « n’est-ce plus assez pour nous que d’être Français ? ».

134Ces articles, qui ne semblent pas avoir de grand écho chez les militants en faveur de la langue d’oc, montrent que l’opposition aux mesures concernant l’enseignement de la langue commencent à monter. Rien d’étonnant à ce silence de la part des félibres et occitanistes qui attendent un geste de Carcopino et qui tentent alors d’insister sur la nécessité d’organiser un tel enseignement.

  • 91 Ismaël Girard, « Orientacion » (Orientation), Oc, été 1942, p. 17.

135Pierre-Louis Berthaud essaie de mettre en place une campagne de communication qui démarre d’ailleurs dans Le Temps (23 décembre 1941) avec la publication d’un compte-rendu de son article dans la Revue universelle, et qui se poursuit le 6 janvier 1942, dans le même journal, avec un article dans lequel il s’évertue à défendre des thèses occitanistes, en glosant sur le terme de « langue provençale » utilisé par le texte de Carcopino et en prônant une graphie unifiée nécessaire à un enseignement efficace. Mais ces considérations passent vite au second plan lorsque paraît dans le Figaro du 24 janvier 1942 ce qu’Ismaël Girard nomme « l’esposcada Lacretelle », c’est-à-dire « la volée de Lacretelle91 », un article de l’académicien intitulé « Le français seul ou le français langue unique ». Jacques de Lacretelle, s’il reconnaît l’importance de la politique terrienne du Maréchal, voit dans la possibilité laissée aux dialectes de s’exprimer dans l’école un danger pour l’unité française :

  • 92 Jacques de Lacretelle, « Le français seul ou le français langue unique », Le Figaro, 24 janvier 194 (...)

L’idée procède sans nul doute de la politique de retour à la terre et d’enracinement qui est préconisée avec tant de raison par le gouvernement actuel. Mais la résurrection des dialectes et leur consécration officielle doivent-elles être liées à cette idée ? On peut se le demander et, pour ma part, je réponds non.
L’unité française s’est formée, on ne doit pas l’oublier, contre le particularisme de nos provinces. En vue d’obtenir cette unité, nos rois qui ont fait la France ont eu à lutter contre l’orgueil, l’égoïsme ou la routine ; et le plus puissant auxiliaire de cette œuvre a sans nul doute été la langue. Elle est même attachée à l’autorité du pouvoir absolu92.

136L’argument du caractère unificateur de la langue française, aiguisé par la situation en Bretagne où le mouvement autonomiste s’est fortement développé durant les années 1930 et où une frange du mouvement, avec le Parti national breton, s’est rapprochée de l’occupant allemand, fait bien sûr mouche et permet à Lacretelle de rajouter :

  • 93 Ibid.

Pour rattacher le Français à la terre où il est né, on doit recourir à d’autres moyens que l’usage d’un dialecte qui, souvent, est mal déterminé et ne correspond plus aux besoins de notre époque. Ressuscitez la tradition provinciale sous toutes ses formes, encouragez les fêtes et les pèlerinages, honorez les gloires régionales. Laissez les poètes s’exprimer avec le souffle qui leur est propre et reconnaissez publiquement qu’un Mistral, lorsqu’il en naît un, est un admirable serviteur du pays, mais ne morcelez pas l’expression du peuple français93.

137Pour conclure, grandiloquent : « [...] que la leçon soit faite en bon français et qu’on ne trace pas toutes ces lignes de démarcation dans notre langage. Nous en avons une pour le moment. Cela suffit. »

138Le message est clair. Si l’on ne peut que louer la politique de l’État français en faveur de la renaissance des provinces, si l’on ne peut qu’apprécier et admirer toutes les manifestations de cette vitalité passée ou remise au goût du jour que sont la littérature, les danses, les costumes et autres fêtes folkloriques, il ne faut point aller trop loin au risque de donner à ce « nationalisme ethnique et linguistique » que dénonçait Recquard dans Le Temps, un terreau sur lequel croître.

139Les réponses ne se font pas attendre. La première, en date du 26 janvier 1942, est celle de Thierry Maulnier dans l’Action française, qui explique que c’est la centralisation excessive qui pousse au séparatisme. Après lui, dès le lendemain, c’est Charles Maurras qui prend la plume pour défendre dans son éditorial les langues « provinciales » qui créent un lien entre l’homme et sa terre. Dès lors, l’Action française est le seul quotidien national à prendre régulièrement la défense des « dialectes » et ce tout au long de l’année, ce qui, ainsi que le note Philippe Martel, peut accentuer chez les observateurs éventuels « l’idée que la question des dialectes est la chasse gardée des maurrassiens » (Martel, 1987, p. 58).

  • 94 Archives du Collège d’Occitanie, CP 008 bis (2). Lettre de P.-L. Berthaud à J. Salvat, 8 février 19 (...)
  • 95 Jacques de Lacretelle, « Pour l’unité de la langue. L’enseignement des dialectes », Le Figaro, 28 f (...)

140Du côté des militants en faveur de la langue d’oc, les réponses se font hésitantes, et l’argumentation est parfois maladroite. Ainsi, l’article de Pierre-Louis Berthaud paru dans Le Temps du 6 janvier 1942 avait pour but, de l’aveu même de son auteur, « de ne pas insister sur ce qui peut être fait, mais au contraire sur les difficultés » afin de « rassurer tout ce monde de jacobins qui voient déjà le pays en lambeaux94 » en reprenant les thèses qu’il avait exposées dans la Revue universelle. Mais cela sert finalement à Jacques de Lacretelle, dans un deuxième article du Figaro, à justifier le refus de l’enseignement des dialectes. Puisqu’il serait fort difficile d’unifier la graphie afin de dispenser un enseignement de qualité, partant du principe que « la mauvaise monnaie tend toujours à chasser la bonne95 », à quoi bon enseigner ces dialectes ? L’académicien pointe là une des grandes faiblesses du mouvement : son incapacité à résoudre l’épineux problème de la graphie et son inhérente propension à la division, faiblesse et division dont les défenseurs de l’enseignement de la langue d’oc auront d’ailleurs bien du mal à se départir durant les décennies suivantes.

  • 96 Jacques de Lacretelle, « L’enseignement des dialectes en France », Curieux, 19 juin 1942.

141Malgré une tentative d’offensive anti-Lacretelle lancée par les militants et notamment par Berthaud qui veut fonder à Vichy un Office de la presse occitane censé regrouper tous les articles de presse ayant trait à la langue et créer un réseau de journaux prêts à publier les articles défendant leur point de vue, la voix des félibres et occitanistes a bien du mal à se faire entendre. Elle n’a en effet que peu de relais dans la presse nationale, hormis l’Action française, et les opinions exprimées par les défenseurs des dialectes n’y sont finalement rapportées que par le biais du prisme déformant des articles de leurs pourfendeurs qui se plaisent à les caricaturer afin de mieux en souligner ce qu’ils jugent être de l’inanité. De ce point de vue, la réponse de Lacretelle à Berthaud déjà évoquée demeure cordiale, de même que celle qu’il fait à la lettre de protestation d’André J. Boussac dans laquelle ce dernier lui reproche de confondre l’unité avec l’uniformité, et l’auteur va même jusqu’à s’accorder sur ce point avec le président de la S.E.O. Dans un article du 19 juin 1942 publié par le journal genevois Curieux, Lacretelle laisse d’ailleurs de côté la question mouvante de l’utilité de l’enseignement des dialectes pour en souligner plutôt la difficulté d’application. Il s’appuie pour cela sur la lettre d’un correspondant « point suspect de partialité, car il s’affirme languedocien d’origine et provençal d’adoption96 » démontrant par l’exemple l’inutilité de toute tentative de codification des dialectes. C’est qu’en effet, écrit ce correspondant, à Montpellier, pour le mot « femme », on dit « una fenna », tandis qu’à Agde, on dit plutôt « uno fenno », à Béziers, lundi se dit « dilusse », mais « à dix kilomètres de là », on dira plutôt « dileusse »... ce qui fait conclure à Lacretelle : « l’enseignement des dialectes à l’école me paraît une mesure peu souhaitable et en tout cas très difficile à mettre en place », avant d’enfoncer le clou avec un argument que lui a soufflé un confrère et que les défenseurs de la langue d’oc commencent à connaître : « Les enfants ont déjà assez de mal à apprendre le français [...] et ils ne le parlent pas toujours très bien. Ne compliquons pas leur tâche. »

142Toutefois, une partie de la presse se fait plus virulente, quitte à recourir à des procédés caricaturaux et outranciers tels ceux utilisés par Dominique Egleton dans une série d’articles pour l’hebdomadaire Au Travail et qui entraînent une polémique, par journaux interposés, avec le vieil et irascible Maurras. Egleton commence par un article dans lequel il est censé donner la parole à deux personnes concernées au premier chef par la réforme, un instituteur et un paysan père de famille. Les avis de ces deux personnages sont édifiants... Prenons celui du paysan qui est sans nul doute le plus intéressant des deux :

  • 97 Dominique Egleton, « Apprendre les patois ou enseigner le français ? », Au Travail, 13 juin 1942.

Dans les campagnes françaises, on parle patois de moins en moins. Moins on parle patois dans le village, plus le village est évolué. Les plus beaux raisonnements de messieurs instruits, trop instruits peut-être et partant ayant du temps à perdre, ne me convaincront pas du contraire. Mais nous, nous n’avons pas de temps à perdre et nous entendons bien que lorsque nos enfants vont à l’école, ce soit pour devenir des Français véritables qui sachent parler et écrire comme tout le monde. [...] Dans un autre ordre d’idées, qu’on sache bien que nous rendons le patois responsable de nombre de maux de la paysannerie, à commencer par le complexe d’infériorité du paysan patoisant.[...] D’autre part nous avons déjà assez de prétendues raisons de nous diviser et de ne pas nous comprendre sans ajouter encore d’autres [...].
Nous entendons que disparaissent les signes linguistiques de notre faiblesse, de notre ignorance. Bien entendu, les dialectes et les patois pourront devenir des sujets d’étude de lettrés, des distractions d’esthètes, et je crois que c’est précisément ce qu’ils sont pour les gens savants qui s’en occupent présentement. Qu’on crée donc des chaires de dialectes et de patois dans les facultés, si l’on veut. Mais qu’on ne vienne pas nous abîmer nos écoles primaires avec ce nouveau dada. Si l’on veut marquer de la bienveillance à l’égard des gens des campagnes, qu’on leur donne plutôt des écoles rurales adaptées [...]. Ce sera là du régionalisme pratique qui donnera des résultats autrement probants que les fariboles de romanciers97.

143Au-delà du grossier procédé qui consiste à prêter à un personnage soi-disant authentique des paroles et des idées qui sont en fait celles du journaliste, procédé qui s’avère ici particulièrement amusant par le décalage créé entre l’image attendue du paysan fruste et peu éduqué et le ton docte et le vocabulaire particulièrement recherché retranscrit dans l’article, ce pseudo-entretien porte quasiment toute l’argumentation des opposants à la réforme Carcopino et à l’entrée des dialectes dans l’école : le « patois », qui a déjà presque achevé de disparaître, est la principale cause du retard des campagnes et de la légendaire ignorance des paysans (mis à part celui interrogé par Egleton apparemment), son enseignement ne peut que nuire à des enfants dont le programme est déjà assez chargé et dont le niveau en français est déjà assez faible sans cela. Il doit rester cantonné à l’université où il pourra satisfaire les esprits de quelques intellectuels curieux complètement coupés des réalités et amateurs d’une littérature écrite dans un ersatz de « patois » incompréhensible du peuple et des paysans qui, eux, connaissent le « vrai patois », mais ne désirent plus l’employer, encore moins le transmettre. Et Egleton va encore plus loin dans la caricature lorsqu’il répond à Maurras à travers un dialogue (cette fois ouvertement) imaginaire avec un dénommé Dudule le Dur, qui vient lui réclamer des explications à propos de son positionnement contre l’enseignement des dialectes et lance un vibrant plaidoyer en faveur de l’argot. Car :

  • 98 Dominique Egleton, « Enseignons l’argot », Au Travail, 12 décembre 1942.

L’argot est un dialecte vivant, réel, indiscutable. L’argot possède une magnifique littérature. Il a droit de cité dans les journaux, dans les théâtres, sur le forum, à la radio et même à l’Académie française... Il faut que l’argot soit enseigné dans nos écoles. L’enseignement de l’argot ne peut que servir, par comparaison, à parfaire l’enseignement du français98.

144Manière de tourner en ridicule les arguments de Maurras et des défenseurs de la langue d’oc en abaissant leur langue au niveau de l’argot — sous entendu, d’un « patois » — dépourvu de littérature et donc de rayonnement, langage de brutes basses de plafond. Il faut dire que l’argumentaire de Maurras, qui reprenait donc les thèses ici évoquées (littérature brillante en langue d’oc, aide à l’apprentissage du français), se doublait envers Egleton d’accusations d’appartenance à une loge maçonnique, et de socialisme. Autant dire que le débat, à ce moment-là, ne s’élève pas très haut et que, de plus en plus, la question de la pertinence de l’enseignement des dialectes s’efface derrière des querelles de personnes et de « boutiques ». Or, laquelle de ces personnes monopolise le débat du côté des défenseurs de la langue d’oc ? Maurras bien sûr, qui, pour les lecteurs de la presse nationale, en devient le principal représentant, ce qui aura des répercussions après-guerre.

145Les autres défenseurs de l’enseignement de la langue d’oc se trouvent donc, malgré leurs efforts, relégués dans les colonnes de la presse régionale ou locale. Les réponses régulières de Berthaud aux articles de Lacretelle et consorts, par exemple, régulièrement refusées par Le Temps, sont publiées dans La Garonne à Toulouse ou La Petite Gironde à Bordeaux. Henri Mouly écrit dans le Journal de l’Aveyron et, à Montpellier, Jules Véran continue d’écrire régulièrement dans l’Éclair. S’ils bénéficient donc malgré tout d’une diffusion locale, ils se trouvent finalement coupés d’un auditoire national envers lequel faire porter leurs arguments, ce qui ne laisse pas de les inquiéter, comme le note encore une fois Berthaud dans une lettre à Girard dans laquelle il défend son idée d’Office de presse occitane qui doit servir à faire publier des articles dans la presse nationale afin d’équilibrer les débats et de montrer au gouvernement qu’au moins une partie de la population soutien son action concernant l’enseignement des dialectes :

  • 99 Archives du Collège d’Occitanie, CQ 519 (2). Lettre de P.-L. Berthaud à I. Girard, 4 février 1942. (...)

Sarè util que nòste O.P.O. [...] alestesse tots los [articles] que pòdem escriure dens los grands jornaus pré que prenem la desfensa de l’arrestat Carcopino, e escantir los effets de las atacas dau Figaro e dau Temps, que manacen de har recular lo Govern. Sarè util que lo Govern se sintusse apujat99.

  • 100 Pierre Nohant, « Unité et régionalisme. Les dangers du régionalisme à outrance », La Légion, n° 12, (...)

146Mais il est vrai que dans les faits, l’argumentation des militants reste cantonnée à un cercle d’initiés et que les articles de la presse félibréenne et occitaniste ne servent finalement qu’a exprimer la frustration de leurs auteurs face aux écrits hostiles à l’enseignement des dialectes qui paraissent dans la presse nationale et ne font que prêcher des convaincus. De plus en plus, les défenseurs de l’enseignement de la langue d’oc s’aperçoivent non seulement que leur cheval de bataille, qu’ils pensaient partager avec le gouvernement de la Révolution nationale, n’est pas la priorité de ce dernier, mais surtout que nombre des tenants de cette Révolution et du retour à la terre prôné par le Maréchal y sont résolument opposés. Ils ont eu l’occasion de le vérifier dans les articles d’Egleton ou à travers les écrits de Pierre Nohant qui, dans la revue La Légion, dénonce le « régionalisme à outrance100 » qui pousse certains groupements à présenter des revendications, comme l’enseignement des dialectes, propres à mettre en danger l’unité de la France et le travail de relèvement des provinces mis en place par le Maréchal.

147Ils le ressentent encore lorsque des fonctionnaires de Vichy se mettent à voir d’un mauvais œil la réforme Carcopino, coupable de créer des sympathies en Allemagne même :

  • 101 Archives du Collège d’Occitanie, CP 008 bis (2). Lettre de P.-L. Berthaud à J. Salvat, 4 janvier 19 (...)

En Alamania, aquera refòrma es estada presentada coma una victòria de las minoritats nacionalas e das grops etnics (Der Mittag, de Dusseldorf, 28. XII.41). Naturalament aquò es estat remercat aqui e nos a pas portat benefici : « valà vòste premei resurtat » m’an dit lo monde101.

148C’est qu’en cette première période du régime de l’État français où, nous l’avons vu, traditionalistes et maurrassiens sont les plus influents, et où perdure l’illusion d’une France encore autonome en zone Sud, l’anti-germanisme est fort et l’approbation de la presse allemande ne peut qu’éveiller la suspicion vis-à-vis des défenseurs des dialectes, qu’ils soient bretons ainsi que nous l’avons évoqué plus haut, ou occitans.

149Et enfin, ils ressentent encore cette opposition à l’enseignement de la langue lorsque des polémiques éclatent dans la presse régionaliste.

2.4 Les préventions du régionalisme officiel : l’exemple de la revue Quercy

150Fondée par la commission départementale de propagande régionaliste du Lot en 1941, Quercy est une revue dont le but est de soutenir les efforts du maréchal Pétain dans son grand œuvre de redressement de la France et des provinces :

  • 102 Quercy, n° 3, février 1942, p. 4.

Nous avons dédié Quercy au Maréchal Pétain qui est le premier artisan de cette renaissance provinciale et nationale à laquelle nous voulons travailler de toutes nos forces. [...] Quercy sera bientôt la revue vivante de notre belle province. Et nous pourrons chanter avec Mistral autour d’une nouvelle Coupe Sainte : D’uno raço que regreio / Sian bessai li proumié gréu... D’une race qui regerme / Peut-être sommes-nous les premiers jets102.

151À la lecture de cet éditorial qui, après un hommage appuyé au Maréchal, ouvre le numéro 3 de la revue et qui met en avant à la fois l’importance de la renaissance des provinces et la figure tutélaire de Mistral, on peut penser que Quercy, dont le comité de rédaction est animé par le préfet du Lot lui-même, va s’évertuer à soutenir l’action du gouvernement et en particulier celle de Jérôme Carcopino. Or le premier article consacré aux arrêtés sur l’enseignement des dialectes est signé par Ernest Lafon. Celui-ci, membre de la commission départementale de propagande régionaliste, instituteur, a participé au congrès de Toulouse durant lequel il a compté parmi les « contradicteurs » des thèses défendues par ses collègues rouergat et quercynois Mouly et Bonnafous et de la majorité des intervenants, favorables à une introduction de l’enseignement de la langue d’oc à l’école. Il se propose dans cet article de revenir sur le point de vue qu’il a alors exprimé à la lueur de l’arrêté pris depuis lors par le ministre de l’Éducation nationale. Après les précautions d’usage consistant en un rappel du fait que, lorsqu’en 1925 le ministre de Monzie était venu, après sa circulaire touchant à l’interdiction d’utiliser les patois à l’école, inaugurer un monument à Luzech, Ernest Lafon avait récité un poème en langue d’oc, l’auteur en vient rapidement à exposer son opinion. Il affirme ainsi son opposition à tout enseignement obligatoire des dialectes locaux et se félicite du caractère facultatif de celui-ci dans les instructions ministérielles. Puis il approfondit son argumentation, classique, qui tient en trois grands points :

  • Les félibres qui ont encouragé l’utilisation du « patois » comme un latin du pauvre ne sont pas des pédagogues et, malgré l’utilité que la méthode peut parfois avoir, elle risque d’encourager les élèves à une certaine paresse intellectuelle car elle tend à leur mâcher le travail.

  • L’enseignement de la langue d’oc à l’écrit pose un problème encore plus profond puisque la question de la graphie n’est pas résolue et que la graphie « occitane » préconisée par Bonnafous ne peut que créer la confusion dans l’esprit des élèves. Lafon s’appuie pour cela sur un seul exemple, qu’il estime parlant, le fait que le mot « nation » s’écrive « nacion » en graphie « occitane ».

  • Un tel enseignement est difficilement applicable à cause de l’hétérogénéité des classes.

152En résumé, un tel enseignement n’est pas souhaitable, d’autant plus qu’il semble plus tenir, pour reprendre les mots du paysan philosophe d’Egleton, du « nouveau dada » que de la réforme durable.

  • 103 Ernest Lafon, « La Langue d’Oc à l’École », Quercy, n° 3, février 1942, p. 31.

Les professeurs et instituteurs qui, par expérience, savent que toutes les innovations mal étudiées, s’écartant dangereusement de l’assiette même des programmes officiels, n’ont eu dans le temps qu’un engouement passager, nous sauront gré, espérons-le, d’une intervention qui doit exprimer une opinion pédagogique voisine de la leur103.

153Mais on peut bien sûr, concède-t-il, recourir ponctuellement au « patois » pour expliquer quelques règles précises d’orthographe ou de grammaire et pour exalter un peu l’esprit provincial.

154Cette argumentation, anodine si elle n’était publiée dans une revue éditée par une de ces commissions de propagande régionaliste dans lesquelles les défenseurs de la langue d’oc ont placé de nombreux espoirs, lance un débat qui va durer jusqu’à novembre 1943 et monopoliser une grande partie de onze numéros de la revue. L’intérêt de ce débat tient non seulement à sa longueur mais aussi et surtout au fait qu’il présente, contrairement à celui qui est animé dans la presse nationale ou aux articles de revues félibréennes et occitanistes, un véritable échange de points de vue entre les opposants et les partisans de l’enseignement de la langue d’oc.

  • 104 Jean de Laramière, « La Langue d’Oc à l’École — L’avis de M. Jean de Laramière », Quercy, n° 5, avr (...)

155La contradiction à l’article de Lafon apparaît dès le numéro 5 de la revue, sous la plume de Jean Bonnafous, dont les arguments ont été mis en cause par l’auteur. Après un rappel de son action à travers la Ligue pour la langue d’oc à l’école, Bonnafous insiste sur un seul point : jamais un enseignement obligatoire n’a été réclamé, mais plutôt un enseignement sanctionné aux examens. Cet avis est suivi d’un autre, d’un certain Jean de Laramière, qui après avoir loué le « patois lotois » et son plaisir à le parler, s’appuie sur l’article de Berthaud paru dans la Revue universelle pour démontrer qu’une langue d’oc unique n’existe pas et qu’un tel enseignement serait bien difficile à appliquer, un instituteur nommé ailleurs que dans son propre village d’origine ne pouvant comprendre le « patois » parlé dans le village de son lieu de travail. Enfin, il met en avant son expérience d’enseignant à Paris et explique qu’il s’est aperçu là, par le biais de ses élèves provinciaux d’origine, des méfaits du « patois » sur la langue française. Le « patois » est en fait une « langue de luxe104 » qu’il convient de réserver aux élèves ayant déjà acquis leur certificat d’études et curieux de développer leur culture générale.

  • 105 Émile Laporte, « La Langue d’Oc à l’École », Quercy, n° 6, mai 1942, p. 28.
  • 106 Jean Bonnafous, « Pourquoi la Langue d’Oc à l’École ? », Quercy, n° 6, mai 1942, p. 29.

156La discussion se poursuit dans le numéro 6. Une courte lettre d’Émile Laporte explique la quasi impossibilité d’écrire le « patois », « parler de grand air et de plein champ » et non « instrument pour musique de chambre105 », et donc son impossibilité d’entrer dans l’école qui est là pour apprendre le français. Cet avis est suivi d’un nouvel article de Bonnafous qui, sentant sans doute qu’il s’était trop contenté précédemment de faire l’histoire de sa Ligue plutôt que d’argumenter, s’engage dans un exposé plus complet. Pour lui, « la Langue d’Oc doit trouver place dans l’École comme moyen pédagogique et comme fin en soi106 », autrement dit, elle doit être utilisée pour faciliter l’apprentissage du français mais aussi pour elle-même. Il faut avant tout tenir compte du fait que l’enfant qui arrive à l’école peut déjà posséder un certain bagage, des préacquis dont la langue de la maison ou du village font bien évidemment partie et que l’enseignant se doit donc de prendre en compte. À ce titre, l’enseignement de la langue d’oc est pertinent puisqu’il permet tout à la fois de mieux apprendre le français et de montrer à l’enfant qu’il parle aussi une langue de civilisation. De plus, ajoute Bonnafous par le biais d’une citation de Jaurès, la connaissance de la langue d’oc lui ouvrira une porte sur les autres langues latines.

  • 107 Ernest Lafon, « La Langue d’Oc à l’École — Un distinguo d’Ernest Lafon », Quercy, n° 7, juin 1942, (...)
  • 108 Ibid., p. 22.

157Le débat devient plus âpre dans le numéro suivant. Ernest Lafon répond à son tour à Bonnafous. Celui-ci dans son article du numéro 5, en citant les vœux de la Ligue pour la langue d’oc à l’école, avait noté que le fait de dispenser un enseignement de langue d’oc était aussi un moyen de freiner la dépopulation des campagnes en créant chez les élèves un attachement plus profond au sol natal, argument régulièrement repris d’ailleurs par l’Action française et les félibres proches de Maurras. Lafon s’élève contre cet argument qu’il considère, sans doute à raison, comme un cliché, et soutient lui-même un argument tenant du cliché tant il a été utilisé par les ministres de la Troisième République et les opposants à l’enseignement de la langue d’oc : les programmes, déjà surchargés, laissent à peine le temps « d’apprendre à nos jeunes paysans les rudiments de la langue française107 ». Toujours courtois, Lafon achève son article par un signe d’ouverture puisqu’il dit ne voir aucun inconvénient à ce que Quercy accueille en son sein des textes en « patois »... à condition qu’ils ne soient pas écrits « dans une graphie aussi conventionnelle qu’alambiquée108 », celle qu’utilise en fait Bonnafous, la graphie classique de la S.E.O. S’ensuit le vibrant plaidoyer d’un occitan demeurant à Paris, Gustave Lafage, qui, en réponse à Émile Laporte et à ceux qui mettent en avant le fait que la langue occitane se porte si bien aux champs et qu’elle n’a pas besoin d’être enseignée puisqu’elle est déjà sue, demande à quoi bon enseigner le français aux enfants d’Île-de-France.

  • 109 Raymond Lizop, « Réponse à M. Émile Laporte », Quercy, n° 7, juin 1942, p. 28.
  • 110 André J. Boussac, « Inopportunité d’une controverse », Quercy, n° 8, juillet-août 1942, p. 27.

158Le débat déborde ensuite du simple cadre quercynois puisque c’est le majoral Raymond Lizop, président de l’Escolo deras Pirenéos et membre de la commission de propagande régionaliste de Haute-Garonne, qui y prend part dans une longue diatribe contre l’article de Laporte accusé de se complaire dans le délabrement dans lequel est tombé la langue occitane et de freiner l’action du Maréchal. « Cet article a fourni une arme aussi facile qu’insidieuse à ceux qui s’efforcent d’entraver l’œuvre régionaliste des pouvoirs publics109 » écrit-il. Ces ennemis de l’œuvre régionaliste de la Révolution nationale ne sont pas nommés et cela ne peut que faire penser à Maurras accusant Dominique Egleton d’obéir aux ordres des Loges. C’est que, voyant que leurs arguments ont du mal à passer et que s’instaure un dialogue de sourds, les uns comme les autres, ennemis ou partisans de l’enseignement de la langue, ne peuvent plus que jouer à celui qui sera le plus régionaliste et le plus proche du gouvernement. C’est là d’ailleurs le propos principal de Boussac et Berthaud qui écrivent dans le numéro suivant. Le premier, rappelant la lettre écrite par le Maréchal en réponse à la requête lancée par la S.E.O. en 1940, conclut simplement : « Lorsque le Chef a parlé, les hommes n’ont qu’à s’incliner et se taire110. » Le second dresse clairement le constat selon lequel la discussion est dans l’impasse : « Désormais, adversaires et partisans de l’enseignement de la langue d’oc, nous en sommes réduits à redire les arguments de nos illustres devanciers », mais, ajoute-t-il :

  • 111 Pierre-Louis Berthaud, « Opinion de M. Pierre-Louis Berthaud », ibid., p. 28.

Il faut tout de même considérer que les raisons de l’un des deux clans sont plus fortes que celles de l’autre, puisqu’elles ont convaincu le gouvernement du Maréchal, dont la vigilance dans le patriotisme, le souci de l’unité nationale et le désir de rendre notre enseignement public utile et efficace sont [...] hors de question pour tous. [...] Maintenant que le Maréchal a parlé, le mieux que nous ayons à faire, les uns et les autres, est de nous incliner111.

  • 112 Joseph Maureille, « Réponse de Quercy », ibid., p. 27.

159Ces remarques froissent bien entendu la rédaction de Quercy, qui, sous la plume de Joseph Maureille, répond qu’au contraire le débat n’est pas clos et qu’il est possible de le poursuivre sans crainte de se montrer irrespectueux envers le Maréchal. En effet, si celui-ci avait désiré de toute force l’enseignement des dialectes, il l’aurait rendu obligatoire et non facultatif. Cela avant de conclure en égratignant les félibres dans leur ensemble, accusant ces derniers de vouloir inculquer au peuple une langue « savante, archaïque, littéraire, factice112 » plutôt que celle qu’il parle réellement.

  • 113 Jean Bonnafous, « L’autro nuetj soumieri », Quercy, n° 14, p. 22-26.

160Le débat reprend donc de plus belle dans les numéros suivants où les fiches pédagogiques de Bonnafous côtoient les échanges ulcérés de la rédaction de Quercy et de Boussac, les interventions de personnalités comme Salvat et l’abbé Cubaynes, et les interminables discussions sur la graphie qui prennent de plus en plus le pas sur le débat. Bonnafous tente finalement de clore la dispute. Une première fois dans le numéro 14, avec un article intitulé « L’autro nuetj soumieri113... » — L’autre nuit je rêvai — écrit dans une « graphie de transition entre celle des patoisants et celle de l’École Occitane ». Il y imagine une Europe unie et indivisible dans laquelle l’européen serait la seule langue officielle. Là, des rétrogrades français essaieraient de continuer à faire vivre tant bien que mal leur langue, dans une graphie approximative, en tentant d’écrire des chefs d’œuvres littéraires, le plus grand de ces auteurs étant Friedrich Akilon dont les vers les plus célèbres seraient les fameux « j’cantons ün garse d’Normandi ». Bien sûr, une tentative de réforme graphique, lancée par un certain Prosper Été et son collègue Antonin Pourbois, secondés par les religieux Sauvé et Chubènes créerait quelques tensions dans ces milieux « francimands » surtout au moment de demander l’entrée de la langue « françoise » à l’école, entraînant de longues polémiques, notamment dans la revue « Kierzig ». Tout cela sous les quolibets et moqueries de leurs opposants.

161Pour amusant qu’il soit, cet article ne touche sans doute pas vraiment les opposants à l’enseignement de la langue d’oc qui s’évertuent depuis des mois dans la revue à démontrer justement que français et occitan sont bien différents et que leurs situations respectives ne sont pas comparables. Dans le numéro suivant, Bonnafous tente plus sérieusement de mettre fin à la polémique dans un article au titre évocateur : « Essayons d’en finir... ». Plus que d’essayer, il y arrive même d’ailleurs. Non pas que ces arguments aient enfin porté, mais tout simplement parce que la revue cesse ensuite de paraître...

162Cette longue polémique, régulièrement alimentée, est particulièrement éclairante. Elle fait apparaître la difficulté pour les défenseurs de la langue d’oc de faire porter leurs arguments en dehors du cercle de personnes déjà convaincues et nous montre comment chaque camp ne peut que camper sur ses positions en n’arrivant finalement à s’entendre que sur des questions périphériques comme l’utilisation du dialecte pour l’apprentissage du français ou les qualités littéraires de certains auteurs de langue d’oc. Mais elle démontre aussi, à travers les lettres d’instituteurs, toute la difficulté que risque de rencontrer la réforme Carcopino sur le terrain. Les enseignants qui écrivent à la revue Quercy notent en particulier, sur le plan matériel, le fait que la langue n’a ni grammaire, ni graphie fixées et qu’elle change d’un village à l’autre, qu’il n’existe pas ou qu’il existe peu de méthodes et de manuels et bien sûr, sur un plan politique et social, qu’un tel enseignement risque de mettre en péril l’unité du pays à un moment où il en a le plus besoin. De fait, on leur demande du jour au lendemain de bien vouloir se porter volontaires pour enseigner une langue qu’ils estiment généralement ne pas connaître assez bien et qu’on les a même jusque-là incités à combattre. Et de plus, de l’enseigner avec un matériel limité à des enfants issus de familles auxquelles on s’est même parfois, lors des générations précédentes, évertué de faire oublier leur langue maternelle et qui ne trouvent pas d’intérêt à cet enseignement. C’est ce que note Jean Lesaffre que cite Ismaël Girard dans Oc :

  • 114 Ismaël Girard, « Orientacion » (Orientation), Oc, hiver 1943, p. 20. « Le peuple se fiche pas mal d (...)

Lo poble s’enchauta pas mau de l’ensenhament de sa lenga, e tant que los corses seran facultatius, los enfants i demoraràn pas. Cal l’ensenhament obligatori, amb sanccions aus examens e puoi, cal luchar contra l’indiferenci dau pople per una propaganda convenenta, vole dire orquestrada, larga, e pas a la pichota semana114.

163À cela vient sans doute s’ajouter au fil des mois la perte de confiance envers le régime, de la part de certains enseignants mais aussi de parents d’élèves, particulièrement après l’invasion de la zone libre le 11 novembre 1942 par les Allemands et les Italiens et la mise en place du S.T.O. en février 1943. Philippe Martel, dans son article « Travail, famille, patois » (op. cit.) évoque ainsi le témoignage d’une personne issue d’une famille de gauche, occitanophone, qui a cessé de parler la langue « ressentie comme un outil aux mains de la réaction ».

2.5 La mise en place de la réforme Carcopino sur le terrain : des résultats inégaux

164On peut donc se demander comment la réforme va s’appliquer sur le terrain. L’enseignement étant facultatif, l’arrêté fixant l’indemnité ne paraissant qu’en juin et l’indemnité de 600 francs l’heure-année étant relativement faible (rapportée à nos jours, une telle somme pour l’année 1942 correspondrait à environ 150 euros), l’arrêté du 24 décembre 1941 s’appuie donc sur un système qui, s’il ne relève pas du simple bénévolat, compte avant tout sur une motivation forte des enseignants. De la même manière, en plaçant l’heure facultative en dehors des horaires normaux de cours, il implique un investissement des élèves et des parents dont on est en droit de douter qu’il puisse se mettre en place.

165Il semble que, d’une manière générale, les inspecteurs d’académie aient joué le jeu en relayant les instructions ministérielles, en essayant d’inciter les enseignants à prendre en charge cette heure de cours et en tentant même parfois de créer des conditions favorables à un tel enseignement grâce à l’appui des félibres et sociétés savantes locales pour animer des concours scolaires ou publier des éléments de langue, de grammaire et de civilisation.

166Ainsi, dans l’Hérault, le Bulletin de l’Instruction Primaire récapitule avant la rentrée 1942 les textes du ministère et souligne leur intérêt. Il insiste sur l’aide qu’il est possible d’apporter aux enseignants volontaires et indique que le professeur Charles Camproux a été chargé de la préparation d’un manuel dont :

  • 115 « L’enseignement de la langue dialectale », Bulletin de l’Instruction Primaire de l’Hérault, n° 7, (...)

l’ensemble est compris de telle sorte que n’importe quel instituteur et n’importe quelle institutrice, à supposer même qu’ils connaissent mal le dialecte local, se trouvent à même, avec un minimum de bonne volonté, d’enseigner la langue dialectale115,

167et qu’en attendant sa publication, des feuilles polycopiées des leçons seront envoyées avant la rentrée aux maîtres et maîtresses volontaires. Et d’ajouter que cet enseignement ne saurait être cantonné aux villages et serait tout aussi utile en ville, même si les élèves y ont souvent perdu la connaissance du dialecte. Cela dans le double but de leur faire prendre conscience du fait qu’ils sont malgré tout attachés à un terroir et de leur faire comprendre « la formation de ce patois franco-méridional qu’est le français de nos faubourgs » afin qu’ils puissent correctement parler français, et pourquoi pas les deux langues.

  • 116 CIRDOC. Fonds Azéma, AZP20 2-4-27. Lettre de l’inspecteur d’académie d’Aix au préfet des Basses-Alp (...)
  • 117 CIRDOC. Fonds Azéma, AZP20 2-2-65. Lettre du préfet du Vaucluse aux maires et présidents de délégat (...)

168Dans l’académie d’Aix, l’inspecteur d’académie en résidence à Digne, dans les Basses-Alpes, prend les devants et écrit dès le 7 janvier 1942 au préfet auquel il rappelle que son département est le « premier où l’inspecteur d’académie ait autorisé [l’année précédente] l’organisation d’un concours de langue provençale dans les écoles primaires durant les heures de classe116 » et lui demande de prendre contact avec les sociétés félibréennes du département afin de voir avec elles de quelle manière aider les enseignants à mettre en place cet enseignement. À Avignon, le préfet charge l’inspecteur d’académie d’encourager les maîtres à organiser des cours de provençal. Il indique que le Capoulié Mistral Neveu est disponible pour donner des conseils aux instituteurs et institutrices, et en appelle enfin à l’investissement des communes auxquelles il demande de débloquer des crédits sur le budget municipal pour l’achat de livres ainsi que pour l’indemnisation des enseignants volontaires117.

  • 118 Premier congrès du Collège d’Occitanie, Rodez, 1943, p. 76. Pour plus d’informations sur l’enseigne (...)

169Dans l’Aveyron, l’inspecteur d’académie Defaut prend part au premier congrès du Collège d’Occitanie qui se tient à Rodez les 11 et 12 avril 1942 et y prononce un long discours dans lequel il assure les participants qu’il les « aidera de toutes ses forces à organiser et à animer dans toutes [les] écoles l’enseignement de la langue Occitane, source de beauté, de joie et de ferveur patriotique118 ».

170Dans les Basses-Pyrénées, le Bulletin de l’Instruction Primaire publie à partir de 1943 un supplément consacré à l’enseignement dialectal béarnais dans lequel se trouvent des leçons d’histoire du dialecte, de grammaire et de vocabulaire ainsi que des études de textes.

  • 119 René Auzias, « Pèr l’ensignamen de la lengo d’O » (Pour l’enseignement de la langue d’oc), Fe, n° 4 (...)

171Mais si l’administration se sent généralement obligée de faire des efforts — la revue Fe note toutefois à ce propos que dans certains lieux la réforme a rencontré l’indifférence ou même l’hostilité de l’administration119 — pour appliquer les décisions ministérielles, qu’en est-il des enseignants ?

  • 120 CIRDOC. Fonds Azéma, AZP20 2-2-5 à 56.
  • 121 CIRDOC. Fonds Azéma, AZP20 2-2-22. Lettre de l’inspecteur d’académie de l’Aude à P. Azéma, 21 décem (...)
  • 122 Henri Mouly, En tutant lo Grelh, Rodez, Subervie, p. 192.
  • 123 Henri Mouly, « Cours de langue d’oc », Escola e Terrador, 2e année, n° 1, 1er novembre 1943.

172Christian Faure (Faure, 1989, p. 205-206) a relevé que dans le Gers, seuls sept instituteurs sont abonnés aux publications du Bureau du régionalisme. Dans le Tarn-et-Garonne, trois instituteurs enseignent l’occitan. Dans l’Hérault, Faure relève une trentaine d’écoles où un tel enseignement est dispensé, ce qui recoupe nos propres relevés dans les archives de Pierre Azéma120 dont les coordonnées avaient été fournies, sans doute par le biais de la Commission départementale de propagande régionaliste, aux enseignants intéressés. On trouve dans le fonds vingt-neuf lettres d’instituteurs et institutrices demandant des renseignements et des manuels et livres entre 1942 et 1943. Dans l’Aude, se sont par contre une soixantaine d’enseignants qui dispensent des cours de langue d’oc dans des établissements privés ou publics121. Dans les Basses-Pyrénées, l’inspecteur d’académie, à travers plusieurs notes de service, demande aux enseignants de verser volontairement 10 francs chacun pour participer à la publication du bulletin de l’enseignement dialectal. Les rappels de l’inspecteur tendent à nous faire penser que l’initiative n’a sans doute pas eu le succès escompté. Mais un département où l’enseignement se met en place avec succès est celui de l’Aveyron où Henri Mouly, instituteur rouergat fondateur du Grelh Rouergat, école félibréenne du Rouergue, crée le bulletin Escòla e Terrador (École et Terroir) qui compte en 1943 312 abonnés122 dont une soixantaine d’enseignants123.

173La situation semble plus favorable dans le secondaire puisqu’on relève à travers les comptes rendus de congrès ou dans la presse que la plupart des établissements des préfectures dispensent des cours de langue d’oc. Il est vrai que la question s’avère ici moins cruciale et soulève moins d’opposition dans le sens où les élèves qui accèdent à ce niveau d’études sont supposés connaître le français et que l’on ne peut donc pas opposer à cet enseignement l’argument de la priorité à laisser à la langue nationale. De plus, cet enseignement est toléré sinon autorisé depuis la circulaire François-Albert de 1924 et a donc eu le temps de se pérenniser.

  • 124 René Auzias, « Pèr l’ensignamen de la lengo d’O », op. cit.

174Le premier degré demeure donc la priorité et prend la forme d’un bastion à conquérir pour les défenseurs de l’enseignement de la langue d’oc. Bastion difficile à prendre ; les chiffres que nous venons de citer le prouvent, de même que la création au sein du Félibrige, en 1943, d’une commission de défense de la langue d’oc à l’école qui, dès sa fondation, demande au ministre de bien vouloir rappeler aux instituteurs l’existence d’une indemnité attribuée à ceux qui se portent volontaire pour dispenser cet enseignement124.

175Alors quelle influence a donc réellement eu la réforme Carcopino ? Elle a d’abord marqué un jalon important dans la revendication pour l’enseignement de la langue d’oc. Michel Baris note que, malgré sa portée limitée, elle a « tout de même le mérite d’avoir existé » puisqu’il s’agit « du premier texte officiel en faveur de la langue d’oc à l’école primaire » (Baris, 1978, p. 98), tandis que Robert Lafont exprime une certaine amertume en écrivant qu’avec l’arrêté du 24 décembre 1941, « les maurrassiens ont obtenu ce que la descendance de Jaurès s’était vu refuser » (Lafont, 1974, p. 225). Car il faut bien dire que le fardeau des progrès faits grâce au régime de Vichy sera lourd à porter après la Libération.

176Bien que la timidité de la réforme Carcopino ait pu refroidir certaines ardeurs chez les défenseurs de la langue d’oc et pousser une grande partie du mouvement à porter de nouvelles revendications, elle a aussi servi à aiguillonner les militants concernant le problème récurent du manque d’outils pédagogiques, poussant à la réalisation de manuels (notamment ceux de Camproux et Mouly), recueils de textes ou rubriques pédagogiques dans des revues (Quercy, Terra d’Oc, Escòla e Terrador créée à ce seul usage).

177On peut même dire que, paradoxalement, le minimum de place qu’elle accorde à la langue, et la déception qui s’ensuit chez une partie des félibres et des occitanistes — et non des moindres, Girard, Azéma, Camproux, etc. — ont sans doute permis à la revendication de rebondir en se laissant moins aveugler par les lumières du régionalisme vichyssois, alors qu’une bonne part du mouvement tendait à se laisser hypnotiser par cette façade régionaliste et folkloriste du régime.

178De même, la faiblesse des concessions accordées a pu pousser les militants à chercher des solutions pour faire en sorte d’utiliser au mieux le peu de temps disponible pour cet enseignement et même pour en disposer d’un peu plus.

179Certes la réforme Carcopino a pu permettre de faire entrer la langue d’oc dans de nouvelles classes en poussant quelques instituteurs et institutrices à s’y intéresser. Certes certains militants, au premier rang desquels l’abbé Salvat ou encore Calelhon la consœur d’Henri Mouly au Grelh Roergat, ont mis en avant ces arrêtés pour justifier leur succès pour des raisons qui tiennent avant tout à une certaine communauté d’idées avec le régime du Maréchal. Mais cet enseignement se serait développé malgré tout dans les endroits où il l’a fait. Cela pour la simple raison que, s’il a pu s’implanter ainsi en ces lieux, c’est parce que des militants actifs s’en sont préoccupés et ont agi, sur le terrain ou auprès de l’administration, pour arriver à créer des foyers d’enseignement qui seraient sans doute aussi apparus sans cela et qui même, pour certains, existaient avant la réforme.

180Il faut bien dire par ailleurs que l’état de grâce qu’ont connu les régionalistes au moment de l’arrivée de Pétain au pouvoir et lors de la mise en place de la Révolution nationale est dorénavant passé et que l’on entre à partir de 1942 dans une ère nouvelle. Le vent tourne, la confiance envers le gouvernement s’effrite sensiblement et il est difficile pour le mouvement en faveur de l’enseignement de la langue d’oc de maintenir un semblant d’unité, ne serait-elle que de façade, comme il a pu le faire au moment de la requête au Maréchal ou des premiers congrès sur l’enseignement de la langue.

3 De la fin de 1942 à la Libération : le grand retournement

3.1 Entre débandade et poursuite de la revendication

181Le 11 novembre 1942, la Wehrmacht pénètre en zone sud. La zone libre qui ne l’était déjà pas autant qu’on l’aurait sans doute voulu le devient encore moins. L’armée d’armistice de l’État français est désarmée le même mois, ce qui entraîne le sabordage de la flotte à Toulon. Prise à la gorge, la France doit désormais payer à l’occupant un tribut journalier de 500 millions de francs. Pire encore, elle doit envoyer ses hommes valides travailler en Allemagne dans le cadre du Service du travail obligatoire (S.T.O.) mis en place le 16 février 1943. La déliquescence du régime apparaît clairement, tout comme son inféodation totale à l’occupant. Le mythe du Maréchal « bouclier » de la France en prend un coup, tout comme celui de l’invincibilité de l’armée allemande dont une partie, quasiment au même moment, capitule à Stalingrad.

182Une partie de l’opinion commence à sérieusement douter de ses dirigeants et de leur politique. Les militants en faveur de la langue d’oc pas moins que les autres. Si l’on excepte les derniers maurassiens qui veulent encore si ce n’est croire en lui, tout au moins soutenir le Maréchal, la plus grande partie du mouvement prend peu à peu ses distances avec le régime. Philippe Martel a bien montré ce retournement qui apparaît très clairement à partir de la fin de 1942 dans les revues félibréennes et occitanistes (Martel, 2001). Les références à la Révolution nationale et à ses vertus, nous explique-t-il, se font plus rares et, plus généralement, on évite de trop parler de l’actualité. Les revues félibréennes entreprennent ainsi de consacrer la plus grande part de leurs numéros à célébrer la mémoire des leurs (Mistral dont on fête régulièrement aussi bien l’anniversaire de la naissance que celui de la mort, Devoluy, Gras, Arène, Baroncelli...), ce que ne se prive pas d’ailleurs de relever ironiquement Max Rouquette lorsqu’il veut démontrer l’immobilisme du Félibrige :

Il n’y a rien de vivant à faire avec ses gens là : ils sont passéistes sans le savoir, sans s’en rendre compte. Lisez-vous « FE », leur bulletin officieux (fait par Marius et René Jouveau). [...]
Voulez-vous le sommaire du numéro de janvier-février 44 :

  • 125 CIRDOC. Fonds Gracia, GRA 01-03-3. Lettre de M. Rouquette à H. Cabanes, 10 avril 1944.

Page 1. Folco de Baroncelli par Jouveau 1er mort
Page 2. 1 article sur et 1 poème de Ch. Rieu 2e mort
Page 3. 1 article de Jouveau sur Batisto Bonnet. 3e mort
Et 4. 1 de Loubet sur Paul Arène et Bonnet. 4e mort.
Page 5. Été de la St Martin par M. A. Boyer. Mélancolie
Page 6. 1 extrait du philosophe réactionnaire Gustave Thibon.
Page 7. Un écho hargneux contre le « Génie d’Oc » que ces messieurs, noir sur blanc ont déclaré n’avoir pas lu125 !!!

183La revue littéraire de Sully-André Peyre, Marsyas, disparait pour sa part purement et simplement en 1943 après que la Légion française des combattants et volontaires de la Révolution nationale lui a demandé sa collaboration. René Jouveau, dans le volume de son Histoire du Félibrige consacré aux années 1941-1982, affirme que son père, en tant que directeur de Fe, a eu lui aussi à repousser ce genre de demande sans toute fois cesser de faire paraître sa revue (Jouveau, 1987, p. 33).

  • 126 Charles Camproux, « La mistica de l’un » (La mystique de l’un), Terra d’Oc n° 30 et n° 31, juin et (...)

184Du côté occitaniste, les choses sont quelque peu différentes avec l’arrivée d’une nouvelle génération, portée notamment par Camproux. Si Terra d’Oc n’a pas été en reste au début de la guerre pour vanter la Révolution nationale, les références directes au régime et, plus encore, les déclarations de fidélité au Maréchal et à sa politique se font plus rares. Camproux dénonce même, dès juin 1942126, ce qu’il appelle « la mystique de l’Unique » mettant en garde la France et les Occitans contre la tentation de se laisser aller à cautionner la politique hitlérienne, ce qui ne l’empêche cependant pas de louer la « sagesse du Maréchal » qui, en œuvrant en faveur de la reconnaissance des particularités des provinces françaises, travaille contre cette « monstrueuse » unification forcée de la France et de l’Europe. Ismaël Girard, partagé sans doute entre ses propres convictions et sa volonté de faire aboutir la revendication occitane se lance parfois dans Oc dans une véritable schizophrénie éditoriale, critiquant, nous l’avons vu, la « pallishota reforma Carcopino » dans le numéro de la revue de l’été 1942, mais affirmant que l’occitanisme doit se montrer fidèle à l’œuvre de relèvement moral de la France entamée par le Maréchal dans le numéro de l’automne 1942, pour critiquer à nouveau le peu d’efficacité de la réforme Carcopino à l’hiver 1943 après avoir précédemment, dans le numéro de l’automne 1943, chanté les louanges de Maurras, « maître entre les maîtres ».

185Nous n’insisterons pas sur la parution de la revue Les Cahiers du Sud avec son numéro de février 1943 intitulé Le Génie d’Oc et l’homme méditerranéen. Accueillant des écrivains occitans (Nelli, Rouquette, Eyssavel, Reboul, Sully-André Peyre, D’Arbaud) et des intellectuels parisiens comme Jean Ballard (directeur des Cahiers du Sud) et Simone Weil réunis autours de Joë Bousquet à Carcassonne, écrivant sur le thème de l’humanisme méditerranéen, ce numéro évoque de manière très allusive la situation de la France occupée à travers, par exemple, l’histoire de la croisade albigeoise (on pense notamment aux articles de Simone Weil écrits sous le pseudonyme d’Émile Novis, « L’agonie d’une civilisation vue à travers un poème épique » et « En quoi consiste l’inspiration occitanienne »). Si beaucoup d’occitanistes ont vu là une césure franche entre le moment ou le mouvement occitan croyait en la possibilité de voir ses revendications acceptées par un régime de Vichy avec lequel il pouvait penser avoir des accointances idéologiques et celui ou il aurait basculé dans la Résistance, nous nous montrerons pour notre part, rejoignant en ce point Philippe Martel et Laurent Abrate, plus circonspect. L’importance de ce numéro, tout comme la fondation d’un Institut d’études occitanes « issu de la Résistance » sur laquelle nous reviendrons, nous semblent avant tout des justifications symboliques fabriquées ou mise en exergue a posteriori pour gommer quelques aspérités concernant l’engagement réel dans la Résistance du mouvement. De fait, on n’oubliera pas que Louis Alibert, ouvertement pétainiste et collaborationniste, participe lui aussi à ce numéro et qu’il ne se prive pas dans sa contribution intitulée « Origine et destin de la langue d’oc » de louer les mérites de la Révolution nationale concernant la promotion de l’enseignement de la langue :

  • 127 Louis Alibert, « Origine et destin de la langue d’oc », Cahiers du Sud, Le Génie d’Oc et l’homme mé (...)

Aujourd’hui, une nouvelle aurore se lève, qui promet de beaux jours à la langue d’oc renaissante. Le gouvernement du maréchal Pétain vient de lui ouvrir les portes des écoles primaires et il nous promet la reconstitution de nos vieilles provinces127.

186Si la S.E.O. a, d’une manière symbolique, plus ou moins coupé le cordon avec le régime, c’est plutôt, ainsi que le note Laurent Abrate, lorsque, durant l’été 1943, René Nelli y a remplacé André J. Boussac au poste de président.

187Ce qui apparaît finalement le plus clairement, c’est ce recul pris vis-à-vis du régime dans la plus grande partie des revues. L’engagement des hommes dans la Résistance est moins visible. De plus, il a sans doute peu à voir avec leur engagement en faveur de la langue d’oc comme le montre leur attitude vis-à-vis du pouvoir. Charles Camproux, Pierre-Louis Berthaud, Honoré Bourguignon, Achille Teste, et dans une moindre mesure Ismaël Girard dont on sait finalement peu de choses concernant son action dans la Résistance, se sont investis dans la revendication en faveur de la langue et n’ont pas hésité à courtiser le pouvoir pour cela tout en le combattant dans la clandestinité. Enfin, dans le Félibrige comme dans l’occitanisme, la proportion des résistants n’est sans doute pas supérieure à celle de l’ensemble de la population française et la grande majorité des hommes de ces mouvements, tout comme le reste de la population, a surtout adopté une attitude attentiste.

188Ce qui peut nous paraître plus étonnant, par contre, c’est la situation d’après février 1943 alors qu’il apparaît dès lors que l’Allemagne n’est pas invincible et que la situation se retourne en faveur des Alliés. Et plus particulièrement à partir de novembre de la même année. Pétain n’est plus réellement que le chef d’un gouvernement quasi fantoche à la tête duquel les Allemands ont installé Laval, mais les militants en faveur de l’enseignement de la langue d’oc continuent à présenter leurs revendications.

  • 128 « 2e congrès du Collège d’Occitanie », La Rampelada del Colège d’Occitania, n° 69, mars-avril 1943, (...)

189Du côté de l’Escòla Occitana et du Grelh Roergat, des vœux ont été émis lors des congrès sur l’enseignement de la langue d’oc organisés à Rodez. Celui des 3 et 4 avril 1943 s’achève par la désormais traditionnelle demande aux autorités. Bien qu’ils fussent plus centrés sur le Rouergue, les vœux de ce deuxième congrès ont toutefois une portée plus large et en viennent même à interpeler ministère, inspecteurs et autorités ecclésiastiques sur des points jamais encore abordés ainsi auparavant. Si la demande de l’entrée de la langue d’oc aux examens (baccalauréat et certificat d’études primaires) comme celle de voir les bulletins pédagogiques faire une place plus importante à cette dernière demeurent raisonnables dans le sens où elles s’inscrivent dans le mouvement de revendications lancées aussi bien par les félibres que les occitanistes depuis au moins la parution des textes de Carcopino, d’autres vœux paraissent bien plus étonnants. C’est en particulier le cas du vœu demandant « que les mères de familles soient exhortées à parler en langue d’oc le plus possible à leurs enfants et à leur chanter des berceuses occitanes » ou celui enjoignant les autorités ecclésiastiques à encourager « de leur mieux la prédication dans la langue du terroir128 ». La revendication nous semble ici inédite qui enjoint l’administration à s’immiscer dans la sphère privée pour convaincre les familles d’utiliser la langue d’oc à la maison, tout comme est inédite la présence dans une liste de vœux adressée aux autorités de l’État français d’une demande faite aux autorités ecclésiastiques. Pourquoi de tels vœux ? Sans pouvoir apporter de réponse précise, on peut supposer que ces desiderata sont avant tout le reflet d’une situation locale. De telles demandent tiennent surtout compte de la situation en Rouergue et sont sans doute avant tout celles de Mouly, Calelhon et du Grelh Roergat dans un département où l’enseignement libre tient une place importante et où Mouly, par son travail pédagogique, tente avant tout de faire revivre la langue dans son usage social et pas seulement dans l’école. Cela démontre aussi la sensation qu’éprouvent ces militants d’avoir déjà gagné quelque chose. Le fait d’avoir su mettre en place un lien privilégié avec les autorités académiques à travers la création d’une revue pédagogique dédiée à la langue et surtout la mise en place fort symbolique d’un certificat d’études primaires occitanes, les incite à demander encore plus. En oubliant toutefois que la revendication en faveur de l’enseignement de la langue d’oc n’est pas portée qu’en Rouergue ou sur les terres où l’Escòla Occitana a su jouer de son influence, mais qu’elle s’étend sur toutes les régions où la langue est parlée et que les situations locales sont très différentes les unes des autres. Ainsi la demande faite aux autorités ecclésiastiques aurait tôt fait de braquer de nombreux instituteurs que les militants de la langue d’oc essaient de convaincre du caractère laïque d’un tel enseignement. Car si la situation semble plus détendue en Aveyron, Charles Camproux note en parlant de l’année scolaire 1942-1943, que dans l’Hérault :

  • 129 Charles Camproux, « Question d’ensenhança. Un experiment » (Question d’enseignement. Une expérience (...)

[...] força institutors son mesfisents perço que, estent que son mau resenhats (sic), mai que d’un veson dins l’ensenhament de la lenga d’oc, una entrepresa reaccionara o clericala129.

190De fait, les militants de l’Escòla Occitana et du Grelh Roergat ne semblent voir, ou vouloir voir, la situation que par le petit bout de la lorgnette et oublier ici qu’ils portent une revendication d’une portée plus importante que ce que peut laisser croire l’apparente légèreté (au sens où ils semblent manquer singulièrement de sérieux et de réalisme) de certains de leurs vœux.

191La revendication que porte le Félibrige semble plus raisonnable. Le Consistoire réuni à Arles le 13 juin 1943 crée une commission officielle de l’enseignement de la langue d’oc. Cette commission émet six vœux concernant intégralement l’enseignement primaire, bien que certains d’entre eux puissent s’étendre au secondaire :

  1. La designacioun d’un Delega, — Istitutour o proufessour, — pèr despartamen, deliéura de cours, que sare carga d’ourganisa l’ensignamen de la Lengo d’O dins lis Escolo. Aquéu delega aurié lou dre de countourroula lo resultat de l’ensignamen de la Lengo baia pèr lis Istitutour.

  2. La designacioun de tres Ispeitour primàri carga de diregi li Delega, d’establi li prougrame d’ensignamen, d’encouraja li Mèstre, d’engimbra de Councours pèr empura l’afecioun de touti.

  3. L’ourganisacioun oubligatori de l’ensignamen de la Lengo d’O pèr touti lis Eilèvo-Istitutour dins li Licèu e Coulège.

  4. L’istitucioun d’un certificat d’Estùdi en Lengo d’O, emé tème, versioun, ditado e redacioun simple. Lou certificat pourrié èstre eisigi pèr touti lis emplé rurau.

  5. Li crèdi necite pèr faire li frès d’un journau pedagougi en dos lengo, que facilitarié l’obre dis Istitutour.

    • 130 Archives de Pierre Fabre, Procès-verbal de la réunion du Consistoire du Félibrige à Arles le 13 jui (...)

    La creacioun dins chasque despartamen d’un Coumitat ouficiau, presida pèr l’Ispeitour d’Acadèmi que lou Vice-Presidènt n’en sarié l’Istitutour o lou Proufessour delega designa sai-subre au 1°130.

192Et d’ajouter un peu plus bas :

  • 131 Ibid. « La Commission demande à M. le ministre de l’Éducation nationale de bien vouloir rappeler au (...)

La Coumessioun demando à M. lou Menistre de l’Educacioun Naciounalo de bèn vougué rapela is Istitutour qu’uno indannita i’es alougado pèr l’Ensignamen de la Lengo d’O. Se pourrié-ti pas, de memo, outeni una indannita pèr li proufessour131 ?

193Les revendications félibréennes sont donc relativement claires et s’appuient autant que possible sur les textes existants. En ce sens, le Félibrige se touve jouer pleinement son rôle d’association dont le domaine géographique d’action concerne l’ensemble des pays d’oc, contrairement au Grelh Roergat ou a l’Escòla Occitana dont l’ancrage local transparaît clairement dans les revendications. Cette appréhension géographique plus large de la revendication se double donc d’une appréhension intellectuelle qui l’est tout autant. Alors que la plus grande part des vœux émis au congrès de Rodez, y compris parmi ceux touchant à l’organisation administrative, étaient orientés vers les instances locales, départementales ou régionales, ceux émis par la commission du Félibrige concernent l’ensemble des régions et départements occitans et, s’ils évoquent des changements de portée locale dans l’organisation de l’enseignement de la langue d’oc, c’est en demandant à ce qu’ils soient effectués par le ministère. De la même manière, alors que les vœux du congrès de Rodez paraissent souvent portés par un enthousiasme fort tendant à parfois à délaisser les questions purement matérielles, ceux du Félibrige s’emparent de cet aspect là des choses.

194La commission sait bien que les effectifs de militants qui se consacrent sans compter à l’illustration de la langue sont bien faibles et que les instituteurs devant dispenser des cours en dehors des horaires normaux et se former pour cela ne le feront pas par simple amour de la langue. En dehors des oppositions idéologiques, dont on peut d’ailleurs penser, bien que des chiffres précis ou des témoignages nous manquent, qu’elles se sont sans doute développées en même temps que s’émoussait le prestige du maréchal Pétain et de son gouvernement à partir de 1943, les félibres savent bien qu’un des freins les plus importants à l’enseignement est celui des horaires et de la rémunération. C’est pour cela qu’il semble nécessaire à la commission, après l’énoncé de ses vœux, de demander à ce que l’information concernant l’indemnité allouée aux enseignants dispensant des cours de langue d’oc soit faite de manière plus intensive et efficace et que cette rémunération soit aussi proposée aux professeurs du secondaire.

  • 132 René Auzias, « Pèr l’ensignamen de la lengo d’O » (Pour l’enseignement de la langue d’oc). Fe, n° 4 (...)

195Le seul vœu qui paraisse relever du domaine plus purement idéologique est le quatrième, qui propose que le certificat d’études en langue d’oc (qui n’existe d’ailleurs pas encore) puisse être exigé des personnes se portant candidates à un emploi rural. On peut voir une volonté manifeste de se rapprocher le plus possible de la politique de Révolution nationale. Il n’est d’ailleurs pas étonnant que cette revendication de la commission intervienne au moment où le Félibrige demande aux autorités la reconnaissance d’utilité publique. Cette démarche, envisagée l’année précédente, n’a pu aboutir, les statuts de l’association étant incompatibles avec les statuts-types nécessaires pour entrer dans les critères de la reconnaissance d’utilité publique. Ce problème strictement juridique étant posé, le Consistoire décide donc de le contourner en cherchant des appuis politiques susceptibles de faire en sorte que le Félibrige obtienne cette reconnaissance. Le Capoulié propose pour cela la création d’une commission dans laquelle figurent trois félibres. L’ancien Capoulié Marius Jouveau doit veiller à ce que dans cette démarche et les éventuels ajustements à apporter aux statuts du Félibrige, « l’âme » de l’association soit respectée. René Farnier, proche des vues du pouvoir puisqu’il est conseiller national pour le régionalisme de la Légion française des combattants, est chargé des questions juridiques, tandis que Charles Maurras doit servir de lien avec le chef de l’État. Dans les faits, Maurras, dont l’influence personnelle à Vichy est, ainsi qu’ont pu le montrer Weber, Paxton ou Azéma, finalement très faible et continue à faiblir en même temps que le régime s’engage encore plus dans la collaboration, ne fait sans doute rien. En fin de compte, la demande n’aboutit pas et on peut présumer que cette commission a été une commission fantôme. Il n’en demeure pas moins que ce point nous montre à quel point le Félibrige reste encore attaché en cette première partie de 1943 aux vues idéologiques de la Révolution nationale en ce qui concerne au moins le régionalisme et qu’il entend encore bien en profiter pour faire avancer ses revendications. « S’agis d’uno obro patrioutico, d’uno obro d’umanisme poupulàri que fai l’acord de tóuti lis esperit sena. Lou Gouvèr la voudra sousteni, n’avèn l’asseguranço132 » écrit d’ailleurs René Jouveau sous son pseudonyme de René Auzias dans un article de Fe se faisant l’écho des vœux concernant l’enseignement émis par le Consistoire.

196L’association semble lancée dans un périlleux exercice d’équilibriste, flattant la politique régionaliste du pouvoir pour pouvoir faire aboutir ses revendications tout en essayant de ne pas trop s’impliquer politiquement. Et on peut d’ailleurs se demander si la présence de Maurras au Consistoire ne devient pas alors déjà plus un handicap qu’un avantage. La revendication en faveur de l’enseignement existe donc toujours même si elle ne s’accompagne plus autant qu’avant, dans les revues, de panégyriques du « sublime papet » ou de la politique de Vichy.

197Les occitanistes ne sont pas en reste, qui continuent eux aussi à faire des demandes au ministère afin que soit accordées à l’enseignement de la langue occitane une plus grande légitimité et une meilleure visibilité. C’est le cas en particulier de Charles Camproux dont l’action militante en Languedoc ne faiblit pas dans les dernières années de la guerre. Création d’un manuel, rédaction d’un rapport en direction du ministre de l’Éducation nationale pour le compte du Comité départemental du folklore de l’Hérault, les démarches ne cessent pas malgré l’évidente distance idéologique qui sépare de plus en plus le régime de la plus grande partie des militants occitanistes. Là encore, le pragmatisme l’emporte souvent sur les convictions intimes, politiques ou philosophiques. Les occitanistes, malgré les évidentes réticences de la part d’une grande partie d’entre eux vis-à-vis du régime et de ses déviances, continuent à le solliciter pour défendre leur cause.

198Ces revendications continues, tant des félibres que des occitanistes, finissent d’ailleurs par aboutir en partie puisque, en juillet 1944, le ministère de l’Éducation nationale annonce la création d’une épreuve de langue d’oc au certificat d’études primaires. Réussite tardive et plutôt étonnante puisque le ministre alors en place, Abel Bonnard, qui a succédé à Carcopino, semble avoir sur la question de l’enseignement des langues régionales une opinion fluctuante. En effet, s’il accorde dès décembre 1943 la tenue d’une épreuve facultative de langue bretonne au certificat d’études primaires dans les départements bretons, il se montre plus circonspect à l’égard des revendications régionalistes concernant l’enseignement dans le texte intitulé « Unité française et régionalisme » et daté du 8 mars 1944 que l’on trouve dans les archives de son cabinet :

  • 133 Archives nationales CARAN, F17 13369, « Divers 1940-1944. Cabinet du Ministre ».

Les différentes demandes qui me sont adressées de temps à autre par les diverses organisations régionales, afin d’obtenir des avantages dans l’enseignement et les examens pour un des dialectes qui ont été parlés et qui le sont encore dans une des régions de la France, m’ont amené à penser qu’il serait utile de définir les principes sur les quels je veux me régler, conformément à l’esprit même qui doit animer notre révolution et notre renaissance.
Rien en principe n’est plus désirable que de ranimer la vie régionale [...]. La régénération de la vie locale [...] doit marquer que l’homme d’une terre reprend conscience et possession de tout ce qu’il est et se rattache avec joie, orgueil et gratitude aux ancêtres dont il sort [...]. C’est dans cet esprit qu’il convient en principe de favoriser les grandes régions de France, dont chacune apporte son propre caractère dans la figure de la Patrie. Mais ici une question d’opportunité se pose et s’impose : il est évident qu’un régionalisme pleinement développé a pour première condition l’existence d’un état fort qui le protège et qui le domine ; autrement on ne ferait qu’exciter et stimuler des forces centrifuges qui, dans un moment où la France est plus incertaine et plus affaiblie que jamais, tendraient sans qu’on le voulût à sa dislocation. En cet instant de détresse, la France a besoin avant tout de rassemblement. [...] Ainsi le programme des réformes et des avantages demandés par le régionalisme peut être soigneusement étudié et préparé ; pour les raisons que j’ai dites, la réalisation doit être remise à plus tard, par le juste et vigilant sentiment des risques que nous devons épargner, dans un des instants critiques de notre histoire, à l’unité de la Patrie133.

199Il est clair que le ministre est donc alors franchement opposé à toute nouvelle concession concernant l’enseignement des langues régionales. La référence au début du texte à « un des dialectes qui ont été parlés et qui le sont encore dans une des régions de la France » est sans doute destinée au flamand et justifierait la teneur d’ensemble du texte, les autorités de Vichy se trouvant alors confrontées au problème posé par le rapprochement d’une frange du mouvement flamand avec l’occupant nazi. En effet, on trouve dans les dossiers du ministère toute une correspondance concernant l’enseignement de cette langue qui nous éclaire sur ces liens.

  • 134 Archives nationales CARAN, F17 13380, « Cabinet du Ministre », chemise « Langues régionales ».
  • 135 Archives nationales CARAN, F17 13380, « Cabinet du Ministre », chemise « Langues régionales ».
  • 136 Archives nationales CARAN, F17 13354, « Dossier Giraudet ».
  • 137 Pascal Ory, Les Collaborateurs, 1940-1945, Paris, Seuil, 1980, coll. « Points Histoire », p. 172.

200Ainsi le 10 mars 1942, l’Oberfeldkommandant Müller, chef de l’administration militaire de Lille, demande au préfet du Nord de bien vouloir lui indiquer comment il compte mettre en place l’enseignement du flamand prévu par l’arrêté Carcopino134. Le préfet transmet alors la demande au ministère en proposant que l’on réponde au Dr Müller que cet enseignement est facultatif et qu’aucune famille n’a jusqu’à présent demandé la mise en place de cet enseignement135. Près d’un an plus tard, en février 1944, l’inspecteur d’académie du Nord transmet à son tour au ministère les revendications du Vlaamsch Verbond Von Frankrijk136, mouvement séparatiste flamand, qui, en 1940, a adressé à Hitler un serment d’allégeance137, et qui demande en substance à ce que le flamand soit traité dans l’enseignement à égalité avec le breton et la langue d’oc dont il relève que les préfets de Rennes et Toulouse ont aidé à la mise en place de l’enseignement.

201Ces craintes de voir, au moment où le régime de Vichy est particulièrement fragilisé, une partie des régions françaises s’inféoder à l’occupant est compréhensible, mais on peut alors se demander pourquoi une autorisation d’organiser une épreuve au certificat d’études est accordée quasiment au même moment aux Bretons dont il semble qu’une partie du mouvement soit particulièrement hostile à Vichy et plus proche des Allemands. Le fait d’accorder cette même autorisation aux Occitans en juillet 1944 ne fait que renforcer cette impression d’une politique hésitante et peu cohérente. En effet, étant entendu que le mouvement militant en faveur de la langue d’oc ne porte aucun projet séparatiste, pourquoi donc ne lui accorder cette concession qu’aussi tard ? À moins bien sûr que l’on prenne le problème dans l’autre sens, considérant alors que le fait de permettre une telle épreuve bien plus tôt pour la langue d’oc aurait pu renforcer les demandes bretonnes ou flamandes et les éventuelles pressions allemandes. Quoi qu’il en soit, le ministère de l’Éducation nationale, en permettant la tenue d’une telle épreuve, sait sans doute, un mois après le débarquement allié en Normandie, qu’il ne s’engage finalement pas à grand chose.

202En effet, la France étant libérée dans les semaines et mois suivants, la question de l’enseignement de la langue d’oc a tôt fait de passer au second plan. Cela d’autant plus que l’ordonnance du Gouvernement provisoire de la République française du 9 août 1944 déclare nuls « tous les actes constitutionnels législatifs ou réglementaires, ainsi que les arrêtés pris pour leur exécution, sous quelque dénomination que ce soit, promulgués sur le territoire continental postérieurement au 16 juin 1940 et jusqu’au rétablissement du Gouvernement provisoire de la République française ».

3.2 Le périlleux virage de la Libération

203Ainsi les rares progrès faits en faveur de l’enseignement de la langue d’oc depuis la circulaire Ripert jusqu’à ce dernier texte d’Abel Bonnard en passant par l’arrêté Carcopino se trouvent purement et simplement effacés. Reste maintenant aux associations qui militent en faveur de la langue d’oc, à négocier le tournant que représente la Libération, moment où il va sans doute être demandé à chacun de justifier ses choix durant l’Occupation et sous le régime de Vichy. Cela ne sera pas toujours aisé et occitanisme et Félibrige, chacun de son côté et en s’opposant parfois, vont devoir gérer ce moment en tentant de ne pas se trouver délégitimés par leur attitude durant la guerre.

204Au sortir de la guerre, le Félibrige se trouve dans une situation embarrassante. Il est bien difficile pour lui de nier ses affinités avec la politique de Révolution nationale du régime de Vichy. La présence de Maurras au Consistoire tout comme le titre de « sòci d’honneur » accordé au maréchal Pétain apparaissent stigmatisants pour l’association. La question entre en débat assez rapidement, certains félibres demandant dès la fin de 1944 l’épuration de l’association. Le Capoulié Mistral Neveu est d’avis d’attendre le verdict des tribunaux nationaux avant de se prononcer. Tout comme Marius Jouveau, rèire-Capoulié qui écrit alors :

Il ne faut pas voir des coupables partout, comme cela se voit. Nous ne serons jamais assez prudents. Tel de nos confrères qui est accusé d’avoir collaboré avec le gouvernement, s’il l’a fait pour une chose conforme aux vues félibréennes, il ne mérite pas même un blâme. Comme vous le voyez, je ne suis pas un disciple de Torquemada. Je ne suis pas non plus pessimiste au point de dire comme notre collègue du Clapas : « Si nous n’expurgeons pas, le Félibrige en crèvera. » (Jouveau, 1987, p. 48)

205Il est vrai que condamner tout félibre ayant eu quelque rapport que ce soit avec le gouvernement pour faire avancer les revendications aurait été suicidaire pour une association qui avait dans son ensemble tenté de profiter de la politique de Vichy pour voir aboutir ses demandes. Mais Marius Jouveau fait ici preuve d’une certaine mauvaise foi en généralisant trop. Car ce que demande le « collègue du Clapas », le montpelliérain Pierre Azéma, c’est que le Consistoire se penche sérieusement sur le cas de Charles Maurras et non pas sur ceux de tous les félibres ayant participé à la politique de Vichy (Azéma lui-même ayant d’ailleurs fait partie, nous l’avons vu, de la commission départementale de propagande régionaliste de l’Hérault). Ce qui est certain, c’est que le Félibrige appréhende avec difficulté la Libération et qu’il apparaît bien divisé et incohérent dans ses actes. En même temps qu’il rechigne à traiter du cas Maurras, il prend parfois de drôle de décisions. Ainsi l’importante et quasi omnipotente Maintenance de Provence décide dans une circulaire datée de novembre-décembre 1944 de rendre hommage aux F.F.I. et aux Alliés qui ont libéré la Provence et d’adhérer au Message clandestin envoyé par les félibres toulonnais à Londres en septembre 1943... mieux vaut tard que jamais.

206En décembre 1944, les majoraux Charles Maurras et Alphonse Arnaud sont condamnés à l’indignité nationale. Le Félibrige ne peut alors plus esquiver la question de leur maintien au Consistoire, d’autant que certains félibres, Jòrgi Reboul en tête, insistent pour que ces cas soient traités et que Maurras et Arnaud soient exclus du Félibrige.

207La question est finalement posée lors de la Sainte-Estelle de 1945 où la majorité des majoraux présents votent pour l’exclusion de Maurras et d’Arnaud dont les noms doivent être effacés du Cartabèu, le registre officiel du Félibrige, rendant ainsi leurs cigales vacantes. Mais c’est sans compter sur l’importante force d’inertie de l’association. Seuls les majoraux présents à la Sainte-Estelle ont pu prendre part au vote, c’est-à-dire trente-quatre sur les quarante-huit (si l’on exclut Maurras et Arnaud). Un premier scrutin est favorable, par 23 voix contre 11, à ce que le Consistoire se donne le droit d’enregistrer la condamnation de la Cour de Justice à l’encontre des deux félibres et prononce les sanctions prévues. Le deuxième scrutin, concernant l’effacement des noms du Cartabèu est plus serré : 19 pour, 11 contre, 3 bulletins blancs et un nul. Bref, en considérant qu’environ un tiers des majoraux n’a pas participé au scrutin et en supposant raisonnablement que les tenants de l’exclusion de Maurras et Arnaud ont sans doute fait le déplacement pour voter son éviction, il appert que cette décision est bien loin de faire l’unanimité. Et de fait, l’effacement des noms de Maurras et Arnaud prend du temps. Tellement d’ailleurs, que le lobby qui milite en faveur du maintien de Maurras au Consistoire réussit à faire voter lors de la Sainte-Estelle suivante, à Digne, le report de la décision de la Sainte-Estelle de 1945 et l’ouverture d’une nouvelle discussion.

208C’est alors tout l’équilibre du Félibrige qui est en jeu. Nombre de majoraux menacent de quitter purement et simplement l’association dans le cas où Maurras y serait maintenu, au risque pour le Félibrige d’apparaître alors comme un bastion réactionnaire nostalgique de l’époque vichyste. Il faut attendre le 28 décembre 1946 pour que la situation se règle finalement par un compromis. On décide après discussion de se ranger sur la même position que l’Académie française qui a exclu ses membres condamnés à la Libération mais n’a pas déclaré leurs sièges vacants.

209Ces polémiques internes qui remettent en cause l’unité même du Consistoire font que durant cette période le Félibrige est considérablement affaibli et laisse paraître au public une bien piteuse image. Cet affaiblissement de l’association fait que, si elle essaie encore de prendre sa place dans les débats concernant l’enseignement de la langue d’oc, sa position semble marginale et sa capacité à se faire entendre bien limitée alors qu’au même moment l’occitanisme réussit à trouver un second souffle.

210Le moins que l’on puisse dire est que la S.E.O. ne ressort pas totalement indemne de la guerre. Ses prises de positions favorables à la Révolution nationale au début des années 1940 sont encore dans les esprits même si elle a semblé prendre quelque recul vis-à-vis du régime à partir des années 1942-1943, au travers notamment de Terra d’Oc et surtout d’Oc et en remplaçant à sa présidence le très pétainiste Boussac par René Nelli.

  • 138 Jacques Ressaire, « Alibert et l’illusion », Lo Lugarn, n° 71, printemps 2000.

211Pis encore, le secrétaire général de la S.E.O., Louis Alibert est emprisonné à la Libération, accusé de collaboration et d’avoir participé avec sa femme à la dénonciation ayant conduit à l’arrestation puis à la déportation et la mort d’un résistant de leur village de Montréal d’Aude. Le coup est d’autant plus dur pour la S.E.O. qu’Alibert est aussi, et surtout, celui qui a codifié la graphie initiée par Perbosc et Estieu, graphie qui est le symbole même du modernisme de la S.E.O. et l’un de ses principaux piliers. Il semble d’ailleurs que certains occitanistes aient pris très tôt conscience de l’importance des conséquences que pouvaient avoir les actes et les idées politiques d’Alibert sur le mouvement. Si l’on en croit Jacques Ressaire138, Ismaël Girard aurait profité de ses amitiés dans la Résistance et de ses contacts à la préfecture de Toulouse pour en sortir à la Libération une lettre d’Alibert au préfet Régional. Dans ce courrier, Alibert se plaint d’avoir été écarté d’un poste de chargé de cours à la faculté de lettres de Toulouse pour des raisons politiques, à savoir son appartenance à la S.E.O. dont il souligne pourtant le « rôle de premier plan dans le mouvement de la renaissance régionaliste officielle voulu par le maréchal Pétain ». Il se justifie ensuite en invoquant sa lutte ancienne contre le radical-socialisme, son appartenance à l’Action française, son rôle de fondateur de la Légion des combattants de Montréal et son appartenance au groupe « Collaboration ». Il est vrai qu’une telle lettre, si elle avait alors été rendu publique aurait sans doute définitivement compromis la S.E.O. et l’occitanisme. Sa disparition n’empêche toutefois pas la tenue d’un procès en juillet 1945 qui s’achève pour Alibert par une condamnation à cinq ans de réclusion et à l’indignité nationale à vie. Il n’en demeure pas moins que ce genre de compromission affaiblit considérablement l’organisation qui cherche, sous la houlette d’Ismaël Girard, à se relancer afin de trouver définitivement un rôle de premier plan dans la défense et l’illustration de la langue d’oc face à un Félibrige jugé dépassé et définitivement compromis par son attitude face à l’État français de Pétain.

  • 139 CIRDOC. Fonds Azéma, AZP03 8-1-4. Lettre de M. Rouquette à P. Azéma, 17 décembre 1944.
  • 140 « Prêt à être imprimé ».
  • 141 « Darrièrs Escrits d’Ismaël Girard — Genèsi de l’I.E.O. — Ismaël Girard e Camil Soula » (Derniers É (...)

212La solution passe par la création d’un nouvel organisme qui, sous couvert d’une nouvelle naissance et d’une équipe largement remaniée, pourrait garder l’héritage, notamment graphique, de la S.E.O. tout en s’en démarquant. C’est ce que dit clairement Charles à Camproux à Laurent Abrate : « La S.E.O. passait pour s’être compromise. Par conséquent, pour effacer toute trace de compromission, on fondait quelque chose de nouveau. Cette compromission était due à l’arrestation d’Alibert » (Abrate, 2001, p. 360). De fait, c’est bien l’ombre des problèmes posés par ces diverses compromissions que l’on voit passer dans la lettre qu’écrit Max Rouquette à Pierre Azéma le 17 décembre 1944 pour le convier à la réunion de la S.E.O. des 26 et 27 décembre durant laquelle doit être évoquée la création d’un Centre d’études occitanes : « Je demanderai à Boussac d’être là. Je crois avoir aplani bien des obstacles pour lui. Il nous aide, de toute son âme, et loyalement. Il n’a plus rien à craindre d’autre part », et un peu plus bas sur la page, encadré : « La question Alibert sera évoquée là-bas139. » Détail intéressant à ce propos : le numéro d’Oc du printemps 1944 annonçait la parution prochaine d’un numéro spécial en hommage à Louis Alibert. Le numéro en question, « prest a estre estampat140 », devait entre autre comporter des contributions d’Ismaël Girard, Max Rouquette, Charles Camproux, Pierre Azéma, ou encore René Nelli. Il semble totalement oublié en 1945, au moment de la création de l’Institut d’études occitanes. Bref, la création d’une nouvelle structure est pour l’occitanisme l’occasion de se refaire une virginité après la période troublée de la guerre, même si Girard141 évoque à ce sujet un projet ancien dont il rêvait avec son ami Camille Soula dans les années 1920-1930 et dont la seule réalisation concrète fut la création de la Bibliothèque catalane confiée au professeur Anglade de l’université de Toulouse.

  • 142 Ibid., p. 32. « C’est le moment ou jamais, dans trois mois l’occasion sera perdue ; il faut profite (...)
  • 143 Félix Castan, « Le sens d’une fondation, la fondation d’un sens », Cinquantenari Institut d’Estudis (...)
  • 144 Ibid., p. 21.

213Comme le note Laurent Abrate, il semble que la S.E.O. soit alors bel et bien oubliée par ses fondateurs au sortir de la guerre lorsque Camille Soula annonce à Ismaël Girard : « Qu’es lo moment o jamès, dens tres meses l’ocasion serà perduda ; cau aprofeitar las circonstàncias per crear l’Institut142. » Les circonstances sont en effet favorables ; Girard est en contact avec Tristan Tzara, revenu du maquis dans le Lot, qui adhère au projet et y apporte son soutien en prenant contact avec Jean Cassou. Celui-ci devait prendre la place de commissaire de la République à Toulouse, mais, blessé lors des combats de la libération de la ville, il a été remplacé à ce poste par Pierre Bertaux avec qui il est toujours en lien. Son influence favorise grandement la mise en place de l’Institut et participe en particulier au statut d’officialité que lui accorde une inauguration à la faculté de lettres à laquelle participent le cardinal Saliège le doyen Faucher et le recteur Dottin et présidée par Bertaux lui-même. Félix Castan qualifie de coup de génie « l’alliance critique du nouvel organisme militant avec l’université143 ». Il s’agit en effet d’une alliance à laquelle n’avaient pensé ni l’académie des Jeux floraux, ni le Collège d’Occitanie, et qui offre à l’association une certaine légitimité scientifique et culturelle en la reliant à un milieu universitaire propre à lier lui-même les idéaux de l’occitanisme à « la vie culturelle française144 ». Ce lien entre l’occitanisme et l’intelligentsia française est clairement établi par la présence au conseil d’administration de personnalités comme Jean Cassou, Tristan Tzara, Joë Bousquet et René Nelli. Concernant l’université, Ismaël Girard s’est pour cela assuré du soutien du doyen de la Faculté de lettres qui appuie entièrement le projet et se propose même d’accueillir l’Institut en ses locaux s’il le faut. Plus encore, écrit Girard à Max Rouquette,

[...] il voudrait que nous trouvions une personnalité capable de faire, au sein de l’Institut ou du Centre, un cours d’histoire occitane. Il a des élèves capables de faire un cours de géographie [...]. Il voudrait aussi un cours de droit méridional [...].

214Le Doyen est persuadé que l’on obtiendra de l’État, sans difficulté plusieurs chaires de maîtrise pour ces divers cours.

  • 145 CIRDOC. Fonds Azéma, AZP03 8-1-3. Lettre de M. Rouquette à P. Azéma, 17 décembre 1944. Max Rouquett (...)

215À tout cela viendraient s’ajouter les cours de langue d’oc145.

  • 146 Max Rouquette, « Oc ten vint ans (1924-1944) » (Oc a vingt ans), Oc, n° 4, 1945, p. 38. « Fetichism (...)

216Girard espère ainsi bénéficier du prestige de l’université pour implanter solidement l’I.E.O. d’abord à Toulouse puis dans le reste de l’espace occitan et lui donner une légitimité nationale, y compris face aux pouvoir publics, afin de prendre définitivement le relais d’un Félibrige considéré dans le meilleur des cas comme stérile, dans le pire d’une médiocrité aggravée par un « fétichisme mistralien146 » confinant à l’immobilisme un mouvement que Mistral voulait dynamique. Car il est aussi clair que pour la génération de militants qui fonde l’I.E.O., des plus anciens comme Girard et Rouquette aux plus jeunes comme Robert Lafont ou Félix Castan, cette nouvelle institution ne peut se fonder qu’en réaction aux faiblesses du Félibrige.

217Cela explique en partie l’idée trop longtemps répandue d’une opposition entre les deux mouvements basée sur une dualité entre un I.E.O. issu de la Résistance et un Félibrige marqué du sceau infâmant de la Collaboration. Si une telle opinion n’a sans doute jamais été ainsi exprimée par les fondateurs de l’I.E.O., c’est pourtant bien comme cela que s’est propagée dans les décennies suivantes chez nombre de militants cette vision de l’attitude des félibres et des occitanistes durant la guerre. Les choses ne sont pas si simples, et chaque mouvement a compté en ses rangs résistants et collaborateurs. Toutefois, il est vrai que l’I.E.O. joue en 1945 la carte de la Résistance en mettant en avant notamment Jean Cassou qui devient le premier président de l’organisme, et en confiant l’inauguration à Bertaux. On note d’ailleurs qu’à part Achille Teste, aucun militant occitaniste résistant ne fait partie de ce premier conseil d’administration, et on remarque l’absence de Camproux.

  • 147 CIRDOC. Fonds Azéma, AZP03 8-1-3. Lettre de M. Rouquette à P. Azéma, 17 décembre 1944.
  • 148 Ibid.

218Quant à l’opposition avec le Félibrige, elle paraît se cristalliser à Toulouse où il semble bien qu’Ismaël Girard ait voulu prendre la place de l’académie des Jeux floraux à l’Hôtel d’Assezat. S’il a pu s’en défendre plus tard, Girard a bien eu le projet d’installer dans les locaux de l’Académie la bibliothèque du futur Institut si ce n’est l’Institut lui-même. « Certes, si nous aboutissons à quelque chose en ce qui concerne l’Hôtel d’Assezat, le Doyen en sera enchanté147 » écrit-il à Max Rouquette, marquant ainsi ses prétentions. C’est que la S.E.O. a beaucoup à reprocher au Félibrige toulousain, à commencer par une supposée dénonciation aux autorités comme organisme financé par l’étranger en 1942. L’opposition toulousaine entre occitanistes et félibres prend alors, comme l’écrit Laurent Abrate, des allures de règlement de comptes, et Girard et Soula sont bien à leur aise pour demander la dissolution d’une Académie accueillant en son sein des vichystes reconnus comme le duc Levis-Mirepoix, le comte de Pesquidoux, le ministre de la Justice de Vichy Joseph Barthélémy ou Charles Maurras et ayant élu comme « protecteur » le Maréchal lui-même. Si cette dissolution n’intervient pas, le commissaire de la République Bertaux ne sautant pas le pas, les occitanistes espèrent au moins profiter de cette faiblesse et de la déportation de l’abbé Salvat pour s’imposer. En effet Salvat a été arrêté le 9 juin 1944 en même temps que d’autres membres de l’Institut catholique dont son recteur, Monseigneur Saliège qui contrairement à Salvat, s’opposait clairement au régime de Vichy et à l’occupant. De fait, l’arrestation de Salvat est sans doute le fruit d’une erreur des Allemands. Les occitanistes comptent bien sur cette absence pour prendre la place jusqu’alors occupée par l’Escòla Occitana et l’académie des Jeux floraux d’interlocuteur privilégié des pouvoirs publics. Cela commence par l’Université où Girard entend bien rallier Jean Séguy qui a été chargé du cours d’occitan suite aux manœuvres de Salvat pour contrer la candidature d’Alibert : « Il y aura lieu par Gavel de l’amener à nous. Pendant l’absence du diable148 » écrit Girard à Max Rouquette, le diable étant, bien entendu, Salvat. De la même manière, au retour de Salvat, les occitanistes se feront fort de rappeler aux dirigeants de Radio Toulouse le rôle tenu par Salvat dans la collaboration avec le régime de Vichy afin de récupérer à leur compte les émissions occitanes. L’Institut peut ainsi confisquer au puissant système mis en place par Salvat le monopole de la présence publique de la langue d’oc à Toulouse.

219Bien que les événements toulousains, à travers l’opposition entre les occitanistes et les félibres locaux, puissent paraître anecdotiques, ils révèlent en fait la volonté profonde des fondateurs de l’I.E.O. de créer un véritable pôle occitaniste apte, en démarrant sur de nouvelles bases, à contrebalancer l’influence dévolue jusqu’alors au Félibrige. Comme le Félibrige l’a été à la fin du xixe siècle, l’Institut d’Estudis Occitans veut être à l’avant-garde de la renaissance occitane. Et cette renaissance ne peut se faire pour la jeune génération qu’en opposition au Félibrige même si les choses apparaîtront bientôt plus compliquées.

220Cependant, du côté du Félibrige comme de celui de l’occitanisme, la question de l’enseignement de la langue reste entière et chacun sait à quel point la Libération a fragilisé les acquis des dernières années. C’est pourquoi, ces deux courants militants pour la défense de la langue d’oc tentent alors de sensibiliser les autorités à ce problème.

3.3 Relancer la revendication

221Dès la fin de 1944, félibres et occitanistes savent qu’il leur est nécessaire de relancer la revendication. Or, pour ce faire, il est essentiel de marquer en même temps une rupture nette avec le gouvernement de Vichy duquel tous s’étaient pourtant rapprochés à un moment ou à un autre et qui fut le premier à accorder une place officielle à la langue d’oc dans les écoles. Ce climat favorable aux atermoiements entraîne de fait une certaine anarchie dans la revendication.

222Il semble que ce soit Charles Camproux qui le premier prenne contact avec les nouvelles autorités en écrivant le 11 janvier 1945 au ministre de l’Éducation nationale, René Capitant. La lettre de Camproux demandant au ministre d’annuler l’arrêté de juillet 1944 introduisant une épreuve de langue d’oc au certificat d’études primaires pour le remplacer par un nouveau décret, mêle habilement un pragmatisme de mise dans de telles circonstances et les flèches décochées contre le Félibrige. Ainsi Camproux commence-t-il par opposer de jeunes progressistes défenseurs de la langue d’oc et de la Patrie à un Félibrige corrompu par la pensée vénéneuse de Maurras :

  • 149 CIRDOC. Fonds Azéma, AZP16 2-1-71. Lettre de C. Camproux à M. le ministre de l’Instruction publique (...)

Je me permettrai en premier lieu de souligner l’attitude des jeunes et sincères défenseurs de la langue d’oc et du régionalisme d’oc. Tandis que certains pontifes du Félibrige s’extasiaient devant les exercices oratoires de personnalités du genre de Monsieur Charles Maurras, les éléments les plus actifs du jeune mouvement d’oc entraient hardiment dans la lutte clandestine contre l’envahisseur. [...]
En second lieu, je me permettrai de faire remarquer l’attitude digne de tous les militants du jeune régionalisme d’Oc qui, au risque d’être notés comme antiboches par la Gestapo opposaient un refus catégorique à certaines démarches d’émissaires allemands qui tentèrent en 1941 de susciter parmi eux un mouvement antinational. Le régionalisme d’Oc a ainsi fait preuve de son inébranlable attachement à la cause de la Patrie et il faut avouer que s’il avait eu des idées derrière la tête, l’occasion eut été bonne en 1941, d’autant que les honneurs et l’argent n’eussent pas manqué pour prix de la trahison149.

223On voit là que l’idée d’un occitanisme résistant n’est pas l’apanage de l’I.E.O. des débuts. Il s’agit d’un argument bien pratique. L’occitaniste qu’est Camproux ne peut faire valoir l’argument d’un occitanisme progressiste qu’en l’opposant à des défenseurs de la langue d’oc ayant depuis longtemps dévié du droit chemin. Il est en effet impossible de nier l’implication d’une frange du mouvement de défense de la langue dans la politique de Révolution nationale. Le Félibrige étant la structure qui a été la plus visible durant la guerre en faisant notamment grand bruit à chaque déplacement du Maréchal dans les provinces méridionales apparaît comme un parfait bouc-émissaire propre à faire oublier les errements de certains membres de la S.E.O. que Camproux, qui signe sa lettre en signalant sa fonction de responsable départemental du Mouvement national des prisonniers de guerre et déportés dans la clandestinité, passe bien entendu sous silence. Boussac ne s’y trompe pas qui écrit à Reboul en février après avoir pris connaissance du courrier de Camproux :

  • 150 CIRDOC. Fonds Azéma, AZP16 2-1-70. Lettre d’A. J. Boussac à J. Reboul, 7 février 1945. « Le décret (...)

Lo decret de julhet 44 es pas raportat ; sabem pas ço que ne serà : esperem e veirem. S’es raportat, direm ço que cal dire.
Mas, Felibrige d’un costat, S.E.O. d’un autre, o farem, portant al ministre de faches vertdiers e provats, sens ensatjar de portar un discrèdit quin que siá sus de movements que son pas responsables de la vida privada de sos aderents. Perque se Maurràs e Farnier son embarrats per de faches en defora del Felibrige, se’n pot dire aitant d’Alibert e de Barthe que, elis, son de la S.E.O.150.

224Il ne rappelle pas pour rien les cas de Louis Alibert et de Roger Barthe. Le premier nous l’avons vu, est le pilier de la réforme graphique de la S.E.O., tandis que le second, proche d’Occitania et de Camproux dans les années 1930, semble s’être dangereusement rapproché de la collaboration si l’on en croit ce qu’a pu nous dire à ce sujet Jean-Marie Petit. Boussac est d’autant plus irrité que Camproux n’hésite pas à signaler parmi les exemples d’occitanistes déportés tels Teste et Combarnous, l’abbé Salvat, « oubliant » au passage de signaler son appartenance au Félibrige. La conclusion de la lettre de Camproux enfonce encore un peu plus le clou :

  • 151 CIRDOC. Fonds Azéma, AZP16 2-1-71. Lettre de C. Camproux à M. le Ministre de l’Instruction publique (...)

[...] nous estimons avoir le droit de dire que la cause de la langue d’oc ne doit point être confondue avec celle de Vichy, que les gens de Vichy aient cru pouvoir s’en servir, s’est un fait que nous ne nions pas. Que la cause de la langue d’oc ait servi Vichy, c’est un fait que controuvent les considérations ci-dessus.
Nous demandons que l’on ne veuille pas enchaîner la cause de la langue d’Oc à celle traîtres. Assez des nôtres ont donné la preuve qu’on ne le peut pas, qu’on ne le doit pas151.

225Il ne faudrait donc pas que le ministre se méprenne et mette dans le même panier occitanistes démocrates et patriotes et félibres « à tendances antidémocratiques » et collaborateurs. Il s’agit pour Camproux d’un distinguo d’importance au moment où la France libérée cherche à retrouver son unité et où les compromissions de certains indépendantistes, notamment bretons et flamands, inspirent de la défiance vis-à-vis des « régionalistes ».

  • 152 Pierre Fabre. Archives d’Élie Bachas, lettre de J. Charles-Brun à J. Reboul, 27 décembre 1944.

226La difficulté de la tâche de Camproux est patente dans l’ambigüité même de la manière dont le courrier parvient au ministre. En effet, la lettre a été transmise par la Fédération régionaliste française de Charles-Brun qui, dans son bulletin de 1944, rappelle que le régionalisme se situe au-dessus des partis. C’est bien le moins qu’elle puisse faire, Charles-Brun ayant été en contact direct avec le régime de Vichy pour faire passer ses thèses régionalistes et présenter son plan de découpage régional de la France avant, à la Libération, d’annoncer qu’il est « nécessaire de ne pas laisser Vichy compromettre la régionalisme par le mauvais ersatz qu’il nous en a donné152 » et de donner des conférences sur « la faillite de Vichy en matière de régionalisme ». Une fois de plus, la situation est bien plus complexe que ne veulent le laisser entendre les défenseurs de la langue d’oc désireux, afin de ne pas compliquer les explications à donner au nouveau pouvoir, de désigner clairement les bons et les mauvais.

227La lettre de Camproux est suivie le 14 février 1945, par celle du Calen de Marseille qui, dans le même but de faire remplacer l’arrêté de juillet 1944 par un nouveau décret, invoque la résistance des Albigeois et Jaurès pour appuyer l’idée d’une tradition méridionale de liberté contraire à l’esprit collaborationniste de Vichy avant de conclure par une citation patriotique de Mistral : « Les Provençaux, flamme unanime, sont de la grande France, et ni en arrière, ni à côté ! » À la suite de ce courrier, le Calen invite ses adhérents à envoyer personnellement des courriers au ministre. Précisons que le Calen, école félibréenne très indépendante, ne représente pas la ligne officielle du Félibrige. D’autant plus qu’elle est alors en opposition frontale avec le Consistoire à propos de la question du maintien de Maurras.

  • 153 Jean-Marie Petit. Archives de Charles Camproux. Lettre du directeur de l’enseignement du premier de (...)

228La réponse ministérielle, par la voix du directeur de l’enseignement du premier degré, est négative et, si elle cherche à s’inscrire sur le terrain pédagogique, (« d’un point de vue strictement pédagogique, l’enseignement, même facultatif, d’un dialecte dans les écoles primaires élémentaires ne m’apparaît pas souhaitable »), ce n’est pas le cas de celle du directeur général de l’Enseignement, M. Bayet, qui ajoute sur ce même courrier des considérations politiques et sans doute plus franches : « Du point de vue de la politique générale, une mesure de cet ordre pourrait d’ailleurs susciter dans d’autres provinces des exigences moins anodines153. »

229Outre ces initiatives personnelles de Camproux et Reboul que l’on peut qualifier d’électrons libres tant leur tempérament les pousse à agir au plus vite sans s’encombrer des lourdeurs inhérentes aux longs débats internes des organisations comme la S.E.O. ou le Félibrige, il est intéressant de se pencher, justement, sur les initiatives des organisations en question.

230Le Capoulié Marius Jouveau avait, lors des élections municipales de 1935 et législatives de 1936, envoyé à des dizaines d’hommes politiques un questionnaire leur demandant en particulier s’ils étaient favorables à ce que « l’enseignement des langues particulières qui subsistent sur le territoire français soient autorisées dans les écoles, collèges et lycées » (Jouveau, 1987, p. 54). Sur les 91 réponses reçues, « la plupart » auraient été favorables. René Jouveau relève en particulier celles de François Billoux devenu depuis ministre de la Santé publique et de Félix Goin président de l’Assemblée constituante. Bref, le Félibrige espère, sans doute sans grande conviction tout de même, que ces hommes vont s’employer à soutenir une action à laquelle ils se sont montrés favorables dix ans plus tôt...

231Lors de la Sainte-Estelle du 20 mai 1945, il est décidé de réactiver la commission de l’enseignement et d’envoyer un courrier au ministre de l’Éducation nationale. Ce n’est d’ailleurs sans doute pas le premier ainsi que nous le verrons dans la lettre du ministre. Nous ne possédons pas le texte de la lettre du Capoulié, mais on peut, à la lecture de la réponse du ministre, émettre l’hypothèse que ce courrier évoque une fois de plus la question sensible des sentiments patriotiques du Félibrige et la crainte de voir le mouvement taxé de séparatisme. Le ministre rassure les félibres sur ce point avant d’opposer un refus poli à leur demande de faire entrer la langue d’oc dans l’école primaire en reprenant un argument désormais bien connu :

  • 154 « L’ensignamen de la lengo d’O » (L’enseignement de la langue d’Oc). Fe, n° 64-65, juillet-août 194 (...)

Je tiens à vous dire que mes précédents refus n’ont jamais été inspirés par la crainte qu’une telle innovation ne pût favoriser quelque particularisme nuisible à l’unité nationale [...]. Ils ont été uniquement dictés par le souci de ne point augmenter prématurément l’effort exigé d’enfants qui ont de grandes difficultés à apprendre les rudiments solides du français. [...] je ne crois pas souhaitable, d’un point de vue strictement pédagogique d’en faire la matière d’un enseignement donné dans le premier degré154.

232Il semble bien que les arguments n’aient pas changé depuis les années 1930 et que la revendication doive continuer à essuyer ce genre de « refus fleuris ».

233À la même époque, les félibres de la maintenance de Gascogne-Béarn envoient, sous la plume des majoraux Lizop et Palmade — ce dernier étant par ailleurs secrétaire de la commission enseignement du Félibrige — un autre courrier au ministre Capitant. À l’image de Charles Camproux, ils mettent en avant les résistants déportés Teste, Combarnous, Salvat et Berthaud et, comme lui, oublient de préciser l’appartenance de certains d’entre eux au camp opposé, la S.E.O. en l’occurrence. Peut-être, toutefois, vont-ils un peu trop loin en affirmant :

  • 155 Pierre Fabre. Archives d’Élie Bachas, copie du courrier des Félibres de la Maintenance de Gascogne  (...)

On a cru que l’État Français a voulu se servir du Félibrige et confisquer Mistral à son profit. Mais l’État Français a surtout mis à la mode le Folklore et le Régionalisme pour mieux étouffer le Félibrige. La Commission de défense de la Langue d’Oc du Félibrige a d’ailleurs démasqué la manœuvre. Elle a présenté au Gouvernement un plan d’organisation pratique de l’enseignement de la Langue d’Oc. Ce plan a été rejeté en bloc et sans appel. Les Félibres ont compris et ils n’ont pas été dupes155.

234En effet, on ne peut que constater le fait que si le plan en question a été rejeté, les félibres n’ont jamais cessé de le présenter au gouvernement de Vichy dans l’espoir de le voir finalement adopté.

235Il n’en demeure pas moins que Lizop et Palmade expliquent ici noir sur blanc ce que le Félibrige à fini par comprendre, sans doute trop tard. À savoir que si le régime de Vichy a voulu « mettre à la mode » le folklore et le régionalisme, il n’a jamais réellement désiré faire une place réelle à la langue. Costumes et chants folkloriques étaient bien suffisants pour faire passer le message du retour à la terre et aux traditions ancestrales d’une France fantasmée. Sans doute cela explique-t-il aussi l’hommage appuyé du maréchal Pétain à un Mistral chantre d’une Provence disparue et par bien des côtés fantasmée elle-aussi. Comme d’autres, la Fédération régionaliste française notamment, les militants de la langue d’oc se sont en grande partie laissés berner par le miroir aux alouettes du régionalisme vichyste. Quoiqu’il en soit, tous semblent bien mal à l’aise à l’heure où l’on demande des comptes. Il faut dire que du côté du Félibrige, des jolies arlésiennes accueillant le Maréchal aux danseurs de saut béarnais en passant par les cortèges de gardians qui s’exhibent à chacun de ses voyages méridionaux, on a bien souvent joué le jeu du régime sans vouloir parfois voir plus loin. Les félibres savent que le combat pour la langue qui passait au second plan sous le régime de Vichy y passe de la même manière à la Libération, mais que les exhibitions folkloriques, bien plus parlantes pour le grand public, ne sont quant à elles pas oubliées.

236Lizop et Palmade en sont bien conscients et se sentent obligés de nuancer leur revendication afin de ne pas trop heurter le ministre par une demande qui accréditerait trop l’hypothèse selon laquelle les régionalistes seraient de dangereux séparatistes :

  • 156 Ibid.

Oh ! Nous ne demandons pas, Monsieur le Ministre, que nos enfants parlent et écrivent seulement en langue d’oc. Là n’est pas la question mais nous voulons que notre langue d’oc serve à mieux apprendre le Français et puisqu’elle a servi de ralliement dans la clandestinité et qu’elle a permis à nos Revues de parler un langage français à la barbe des ennemis, qu’elle soit instrument de culture au même titre que les langues étrangères, par exemple l’allemand et l’italien156.

237Sans nous attarder sur le choix pour le moins maladroit de l’italien et de l’allemand comme exemples d’instruments de culture qui risque de créer un léger amalgame entre la langue d’oc et celle des envahisseurs, on remarque, outre une nouvelle fois l’argument à la mode de la lutte clandestine, que l’on revient tout à coup à la revendication des militants les plus frileux de l’époque de la Troisième République : celle de l’entrée de la langue d’oc dans l’école pour favoriser l’apprentissage du français. Cela ajouté à la réponse invoquant la surcharge des programmes faite par Capitant au Félibrige ne peut que nous amener à penser que la revendication en faveur de la langue d’oc à l’École vient de faire un saut en arrière d’au moins six ou sept ans. L’épisode de Vichy est totalement effacé et, sans doute par crainte de se voir définitivement classés du côté des traîtres, une partie des félibres rechigne à revendiquer d’une manière trop virulente ou à demander ne serait-ce que le maintient des quelques avancées faites alors. Au contraire de ce que demandent Camproux et Reboul qui, s’ils ne s’opposent pas à l’abrogation du dernier arrêté de Vichy concernant l’enseignement, veulent qu’il soit remplacé par un décret, c’est-à-dire un texte de valeur plus importante qu’un arrêté, à portée plus large que la simple introduction d’une épreuve de langue d’oc au certificat d’études primaires :

[...] nous demandons à Monsieur le Ministre de bien vouloir annuler l’arrêté en question et le remplacer par un décret qui reconnaîtra à la langue d’oc le bien fondé de sa valeur plus que jamais pédagogique, morale et politique.
(Camproux Charles)
Vous demande respectueusement de vouloir bien remplacer l’arrêté [...] par un décret, plus conforme à la Justice, d’autorisation définitive, qui reconnaîtra à notre grande langue historique et populaire toute sa valeur d’enseignement, et d’humanisme de notre pensée et de nos Lettres d’Oc. (Lou Calen)

238Là où le Félibrige, affaibli par les compromissions de certains de ses membres, tend à faire profil bas, Charles Camproux, fort de son action dans la Résistance, et Lou Calen mené par un Jòrgi Reboul qui peut se vanter d’avoir refusé les avances faites par Vichy pour participer à son action régionaliste, adoptent une autre attitude. Il s’agit pour eux de jouer de leur engagement reconnu pour réclamer une place méritée pour l’occitan, langue historique de lutte contre la barbarie, dans la France d’après-guerre.

  • 157 La S.E.O. disparaît définitivement, ses derniers fonds étant intégrés à la comptabilité de l’I.E.O. (...)
  • 158 « Actes de la S.E.O. », Oc, n° 4, 1945, p. 55. « D’ajornar tota petición e de trabalhar a la prepar (...)

239C’est peu ou prou la position que veut prendre l’I.E.O. qui ne peut alors que laisser dans l’ombre la S.E.O. et le lot de compromissions qu’elle porte elle aussi et se réclamer de la Résistance. L’I.E.O. bénéficie finalement du succès moindre de la S.E.O. avant et pendant la guerre. Il est possible pour les occitanistes de rebâtir par dessus l’ancienne maison puisqu’elle a eu du mal à dépasser la hauteur des fondations. C’est chose impossible pour le vieux Félibrige devenu depuis bien longtemps une institution par trop reconnue. Cela n’empêche pas S.E.O. et I.E.O. de cohabiter quelques temps157 ; toutefois la S.E.O. reste discrète en ce qui concerne les revendications concernant l’enseignement. Ainsi, le compte-rendu de l’assemblée générale de la société tenue le 6 mai 1945 (soit huit jours après la création officielle de l’I.E.O.) à Toulouse se contente d’annoncer que, à la demande d’Ismaël Girard, la S.E.O. décide « d’ajourner toute pétition et de travailler à la préparation d’un programme minimum à propos (il s’agit ici peut-être d’une coquille, le rédacteur entendant sans doute “proposer”) à la Constituante158 ».

  • 159 Ismaël Girard, « Ensenhança » (enseignement), Oc, n° 4, 1945, p. 45.
  • 160 Ibid.

240Girard s’en explique dans Oc159. À son avis, les milieux officiels ne sont pas prêts à aborder une telle question qui, pour eux, demeure secondaire. De plus, il estime que la question de la langue d’oc comme des autres langues régionales se situe pour l’État sur le même plan que celle des langues coloniales. Or, l’État ne semble avoir aucune politique encore bien établie à ce sujet puisque la conférence de Brazzaville qui s’est tenue du 30 janvier au 8 février 1944 sur l’initiative du G.P.R.F. d’Alger et a jeté les bases de l’Union française s’est clairement opposée à l’enseignement des dialectes coloniaux tandis qu’en mars 1945, le même G.P.R.F. a, à propos de l’Indochine, déclaré que « l’étude de la langue et de la pensée locales y sera étroitement associée à la culture française160 ». La position de l’État sur le sujet n’étant pas clairement posée, il convient donc, afin de se donner toutes les chances possibles de réussites, de faire en sorte que l’ensemble du mouvement en faveur de la langue d’oc à l’école, « dis Aup i Pireneu » s’entende sur un programme minimum auquel il faudrait ensuite rallier un maximum de députés de l’Assemblée constituante.

241Il n’en demeure pas moins, que, si l’I.E.O. et la S.E.O. restent finalement discrets concernant la revendication envers les pouvoirs publics, de nouvelles actions se mettent en place sur le terrain.

242Du côté occitan, un projet couve depuis plusieurs mois. Porté par Hélène Cabanes et Honoré Bourguignon depuis le début de l’année 1944, il s’agit de créer un bulletin d’information à destination des enseignants en prenant pour modèle le bulletin breton An Eost. Après la déportation de Bourguignon, Hélène Cabanes prend seule le relais avec l’aide de Max Rouquette, Charles Camproux, Ismaël Girard et même André Boussac qui lui transmettent des listes d’adresses d’enseignants qui peuvent être intéressés par le projet. Hélène Cabanes part du principe que l’enseignement ne peut se développer par la seule volonté politique. Les lois, décrets et autres circulaires ne peuvent être efficaces sans une réelle volonté des enseignants. Or, pour entrainer ces derniers à dispenser un enseignement de la langue d’oc, il faut commencer par leur offrir une documentation pédagogique qui les incite à le faire. C’est ce qu’elle écrit à André Boussac le 31 juillet 1944 :

  • 161 CIRDOC. Fonds Boussac, BOU05 5-2-3. Lettre d’Hélène Cabanes à André J. Boussac, 31 juillet 1944.

Je vous ai sans doute déçu en refusant de créer un groupe de jeunes occitans. Je ne vous apprendrai certainement rien en vous disant qu’il existe mille manières de servir la cause occitane. J’en ai choisi une plus conforme à mes goûts et à mes possibilités que n’importe quelle autre. J’essaie de créer et de lancer un journal destiné aux instituteurs publics, un journal qui leur apportera la documentation nécessaire pour leur cours de langue d’oc. Actuellement cette documentation est à peu près inexistante, et surtout elle n’est pas adaptée à l’enseignement que l’on peut donner à des élèves de 10 à 14 ans. Je suis persuadée que les cours seront plus nombreux quand les maîtres auront un journal pédagogique de langue d’oc. La tâche est donc urgente161.

  • 162 CIRDOC. Fonds Gracia, GRA01-03-3. Lettre de M. Rouquette à H. Cabanes, 30 mars 1944.

243La lettre d’Hélène Cabanes est intéressante à plus d’un titre. Sa première phrase nous indique d’abord la volonté de la S.E.O. de créer un groupe de jeunes occitans. Le refus cordial d’Hélène Cabanes s’accompagne de la présentation d’un projet important puisqu’il s’agit d’offrir au plus grand nombre d’instituteurs un outil pédagogique afin de les aider à enseigner l’occitan. Sans être révolutionnaire — Henri Mouly a créé Escòla e Terrador l’année précédente — ce projet a le mérite d’ouvrir un peu plus l’occitanisme à la question pédagogique trop souvent délaissée durant les années et décennies précédentes. Si d’autres (Camproux, Girard, Berthaud...) avaient déjà compris tout l’intérêt qu’il y avait à créer un matériel pédagogique et didactique pour faciliter l’implantation de l’enseignement de la langue dans les écoles, nul n’avait encore passé le pas en créant un organe régulier à destination des enseignants. On s’était jusque là cantonné à l’édition de méthodes de langues à l’utilité toutefois limitée pour des enseignants désirant aller un peu plus loin dans l’enseignement de la langue que le simple cadre proposé par ces méthodes et désireux d’enseigner différemment. Enfin, ce qui paraît important pour la S.E.O. et en particulier pour Ismaël Girard et Max Rouquette, c’est le fait que l’engagement laïque d’Hélène Cabanes, syndicaliste, proche de Célestin Freinet, lève en quelque sorte l’hypothèque qu’ils voient posée sur cet enseignement par le clergé (« Nous souffrons vraiment trop de la lourde hypothèque que fait peser sur nous le monde clérical, bourgeois et réactionnaire. Il est temps de faire comprendre au public que l’amour de la langue et du pays n’est pas un signe de conservation stérile » écrit Max Rouquette en mars 1944162)... et sans doute plus particulièrement par l’abbé Salvat. C’est là, pour Max Rouquette un intérêt primordial qui démarquerait le bulletin initié par Hélène Cabanes d’Escòla e Terrador :

  • 163 CIRDOC. Fonds Gracia, GRA01-03-3. Lettre de M. Rouquette à H. Cabanes, 10 avril 1944.

Je vous signale (pour le cas où vous l’ignoreriez) qu’il existe un bulletin bi-mensuel du genre de celui que vous voulez créer. Il s’appelle « Escòla e Terrador ». Henri Mouly en est son directeur [...]. Il est entièrement contrôlé par... l’abbé Salvat. Voyez l’attitude que vous aurez à adopter à son égard. Je ne crois pas que cela doive vous gêner car votre bulletin sera le seul à répondre au désir de laïcité de l’immense majorité du corps enseignant163.

244Alors que le projet de bulletin reste au point mort faute de pré-adhésions suffisantes, tout comme d’investissement militant (Hélène Cabanes y travaille seule) et à cause de problèmes matériel (manque d’argent et de papier pour l’édition), un projet de groupe d’étude centré d’abord sur le Languedoc prend forme. Sa genèse apparaît dans une autre lettre de Max Rouquette après qu’il ait lu l’ancienne brochure d’Antonin Perbosc intitulée « Les langues de France à l’École » qu’Ismaël Girard leur a transmis à lui et à Hélène Cabanes, et qu’il ait appris par la même Hélène Cabanes que Maurice Rouanet, voulait réunir un groupe d’instituteurs favorables à l’enseignement de la langue d’oc.

  • 164 CIRDOC. Fonds Gracia, GRA01-03-3. Lettre de M. Rouquette à H. Cabanes, 10 février 1945.

Je vois se préciser le plan de ce qu’il faut faire. Si Rouanet a, comme vous le dite, l’intention de créer un groupe d’instituteurs amis de la langue d’oc, il faut marcher avec lui.
Les expériences de Perbosc doivent leur servir de base. Je verrais d’ailleurs avec plaisir ces jeunes maîtres laïques arborer comme un drapeau le nom de Perbosc, accolé à celui du mot groupe, ou association, avec comme sous-titre : ass. des instit. amis de la langue d’oc.
Rouanet et vous créeriez le groupe de l’Hérault. Pierre Sire pourrait en faire autant dans l’Aude. Ainsi de suite. Et le bulletin dont vous rêviez trouverait ainsi, d’emblée, son public. Nos amis de la S.E.O. forts de l’expérience héraultaise s’emploieraient systématiquement à créer dans chaque département un Groupe Perbosc, dont l’ensemble formerait la Ligue Perbosc164.

245Le projet de Max Rouquette se réalise dans les semaines suivantes puisque Hélène Cabanes devient la référente de la S.E.O. pour l’enseignement lors de l’assemblée générale du 6 mai 1945 et que, en suivant, est créé le « Grop Antonin Perbosc » qui, bien qu’il ne soit pas officiellement rattaché à la S.E.O. accueille dans son comité d’honneur René Nelli et Max Rouquette, tous les deux désignés par leur fonction au sein de la société (respectivement président et délégué général).

  • 165 « Rapport de Mlle Cabanes sur l’enseignement primaire », Institut d’études occitanes, circulaire n° (...)

246Le programme du groupe est simple : défendre la langue d’oc tout en défendant l’école laïque, ouvrir les enfants à la langue, tout comme les enseignants intéressés, par le biais d’une revue pédagogique qui offrira aussi des informations sur la « vie intellectuelle occitane ». Il manque encore au Groupe l’impulsion qui en fera un référent sans conteste concernant l’enseignement de l’occitan. Encore faut-il pour cela qu’il puisse dépasser le cadre étroit de l’Hérault ou du Languedoc. C’est ce qu’espèrent ses fondateurs qui envisagent la création de bureaux départementaux un peu partout en Occitanie pour peu qu’il s’y trouve des enseignants motivés. La tâche est ardue et l’action a du mal à se mettre en place comme l’indique le rapport présenté par Hélène Cabanes lors de l’assemblée générale de l’I.E.O. qui se tient à Montpellier le 29 décembre 1946. Elle prend alors acte du silence du Groupe et l’explique par des difficultés d’ordre pratique, toujours les mêmes, à savoir l’absence d’une revue qui puisse toucher les instituteurs et les amener à se joindre à l’action : « Tant qu’un bulletin, si modeste soit-il, ne paraîtra pas, il est vain de parler d’action auprès des instituteurs165. »

247La publication, à partir de 1946, de l’Ase Negre, organe politique d’action de l’I.E.O. fondé par Robert Lafont, Léon Cordes et Hélène Cabanes, vient aider à faire connaître le Groupe Antonin Perbosc en lui laissant une demi-page pour s’exprimer, sans toutefois venir combler complètement le vide créé par l’absence d’un véritable bulletin consacré à la seule question de l’enseignement. Cependant le Groupe Antonin Perbosc s’active au moins localement sous l’impulsion des instituteurs qui y participent et qui pour une bonne part sont des syndicalistes ou des membres de l’École moderne de Freinet, voire même les deux à la fois. Cette double appartenance permet au groupe de développer, en s’appuyant notamment sur le fameux « texte libre » cher à Freinet, une pédagogie adaptée pour faire vivre l’occitan dans la classe bien différente des thèmes et versions chers à une grande part de la génération précédente, mais aussi de faire passer l’idée de l’utilité d’un tel enseignement dans les publications syndicalistes.

248En Provence aussi des changements ont lieu et de nouvelles actions prennent forme. Alors que le Félibrige reste empêtré dans les tourments de l’après-guerre et notamment des débats autour de Maurras, des enseignants, là aussi, tentent de reprendre en main la question de l’enseignement de la langue d’oc. Réunis en septembre 1946 au château de Belmont, près de Marseille, pour un stage pédagogique sur la « culture populaire » organisé par Jòrgi Reboul et Émile Bonnel, des pédagogues diffusent un texte, connu sous le nom de « manifeste de Belmont », en faveur de l’enseignement du provençal :

  • 166 Pierre Fabre. Archives d’Élie Bachas, « Manifeste de Belmont ».

La langue constitue, en fait, notre Trésor de Culture Populaire. Elle porte le double signe du milieu et des hommes qui y ont vécu et travaillé. Il est donc, à la fois, hypocrite et irréel de parler chez nous de Culture populaire et d’en laisser périr l’essentiel. Or il est évident que le provençal mourra très vite si l’on ne soutien pas la tradition orale. Le seul soutien pratique est l’École, et d’abord l’École Communale166.

249De ce stage naît le projet d’une nouvelle association, indépendante du Félibrige, à vocation strictement pédagogique : « Lou Prouvençau à l’Escolo ». Si l’association se veut indépendante du Félibrige malgré le fait qu’elle est constituée essentiellement de félibres, c’est sans doute pour éviter d’être trop assimilée à une structure dont on peut penser que l’image réactionnaire qu’elle porte à ce moment-là n’est pas de nature à faciliter l’adhésion d’enseignants dont les opinions tendent à porter plutôt à gauche, ainsi que le montre un des arguments en faveur de l’enseignement du provençal développé dans le manifeste :

  • 167 Ibid.

[...] nous nous dirigeons fatalement vers une ère de machinisme et d’uniformisation. Une réaction vivante dans le sens de la variété culturelle n’est pas moins inévitable. L’U.R.S.S. l’a bien compris. L’éducateur doit préparer consciemment cette réaction comme on crée des parcs dans une ville.
Signalons, au sujet de ce dernier point, que dans l’esprit de beaucoup d’Instituteurs, et pour des raisons évidentes, Provençalisme et esprit de réaction politique demeurent associés. L’association réelle, mais illogique, doit être dénouée par le fait. L’épanouissement des Cultures populaires dans toute leur diversité est une réalisation à venir167.

250Dirigée dès le départ par Charles Mauron et Camille Dourguin ainsi que Marie-Rose Poggio, ces deux derniers étant enseignants, l’association se fixe pour objectif premier l’impression de textes et de documents pédagogiques destinés à aider les enseignants à mettre en place des cours de provençal. Outre l’édition de grammaires et recueils de documents qui viendront un peu plus tard et qui sont alors publiés par le Félibrige lui-même, l’association ronéote puis imprime un bulletin qui porte son nom, Lou Prouvençau à l’Escolo, dont le premier numéro est daté de novembre 1946.

251C’est là, tant chez les occitanistes que chez les félibres, que s’opère la véritable révolution de l’immédiat après-guerre : pour la première fois la revendication pour l’enseignement de la langue d’oc commence à être portée par des enseignants. En effet, jusqu’alors, de Mistral jusqu’aux revendications menées sous le régime de Vichy, cette revendication à le plus souvent été le fait de personnes étrangères à l’enseignement. Des hommes comme Jean Bonnafous, Henri Mouly ou Charles Camproux sont en fait des exceptions. D’Ismaël Girard à Pierre-Louis Berthaud en passant par André J. Boussac, Pierre Azéma ou Max Rouquette, la plupart des plus importants acteurs de la revendication n’ont eux-mêmes jamais réellement enseigné.

252La rupture avec les modes de revendication des années de l’Entre-deux-guerres et le lobbying idéologique mené sous Vichy est consommée. Si l’action politique n’est pas abandonnée, on prend conscience de la nécessité de se doter d’une base d’enseignants et d’un matériel adapté à l’enseignement pour pouvoir exploiter efficacement une éventuelle avancée administrative ou législative dont on espère toujours qu’elle peut arriver. Après la difficile sortie de la période de l’Occupation, la revendication en faveur de l’enseignement de la langue d’oc entre dans une nouvelle ère.

Notes

1 Pierre-Louis Berthaud, « Libertat » (Liberté), Oc, janvier 1940. « Notre peuple méridional est celui qui conçoit et qui pratique le mieux la liberté. La liberté, a pu dire un écrivain, “est consubstantielle à notre peuple”. »

2 Pierre-Louis Berthaud, « Le Message occitan », Oc, mars 1940.

3 Jean-Louis Loubet Del Bayle, Les non-conformistes des années 30, Paris, Éd. du Seuil, 1969, édition revue et augmentée, coll. « Points Histoire », 2001, 562 p.

4 « [...] peut-être que s’il y avait eu un roi pour l’appliquer au lieu d’on ne sait combien de chefs irresponsables e de ministres interchangeables, nous n’en serions pas arrivés, lessivés et vidés, au malheur de 1940. »

5 « [...] mauvais gouvernement, nonchalance et mollesse, paresse et jouissance, oubli des vieilles vertus et des saines traditions du terroir. »

6 « Ils ont parlé d’éducation du peuple... et nos écoles se sont tout juste avérées bonnes à faire échouer leur instruction [...] nos écoles ont maladroitement tripoté les cervelles de nos enfants pour en faire de mauvais pisse-science, au lieu d’en faire des hommes et des français. Notre régime égalitaire, universel, a déversé un savoir mal préparé dans des esprits qui ne pouvaient pas le recevoir. »

7 « Ne vous semble-t-il pas que vous connaissez déjà ces idées ? Vous ne les avez pas déjà vues, formulées quelque part, comme cela, ou presque pareil ? Oh ! Si, n’est-ce pas ? Ce sont celles d’Occitania, celles de Terra d’Oc, celles qui découlent de la doctrine mistralienne. »

8 Cité par Guy Rossi-Landri, « La région », dans Jean-François Sirinelli (dir.). Histoire des droites, vol. 2, Cultures, Paris : Gallimard, 2006, (Tel), p. 94.

9 Texte de la requête publié dans « Le Maréchal Pétain et la langue d’oc », Supplément au numéro de février 1941 de Terra d’Oc.

10 CIRDOC. Fonds Azéma, AZP 03-3-7, lettre du 4 août 1940. Les noms proposés par I. Girard sont : Jouveau, Charles-Brun, Alibert, Ripert, Amade d’Arbaud, Eyssavel, Azéma, Boussac, Teissier, Camproux, Cordes, Farnier, Camélat, Vidal, Gandilhon-Gens-d’Armes, de Pesquidoux, Laffargue, Cubaynes, Salvat et Perbosc.

11 Collège d’Occitanie. Fonds Girard, CQ 517 (19), lettre du 17 septembre 1940. « [...] je crois que c’est surtout le message du maréchal qui l’a décidé à sortir de son silence. Quoi que, dans sa lettre, il allonge bien la sauce et noie un peu le poisson, on peut penser qu’il signera. »

12 Collège d’Occitanie. Fonds Girard, CQ 517 (19), lettre de P. Azéma à I. Girard du 30 août 1940. « Salvat demande, si l’on met des titres aux signataires, qu’on lui mette à lui “Directeur du Collège d’Occitanie”... il ne s’agit pas, n’est-ce pas ? de penser à ce qui peut faire meilleur effet à Vichy, mais de ne pas laisser passer l’occasion d’une réclame pour sa petite boutique. »

13 Collège d’Occitanie. Fonds Girard, CQ 517 (19), lettre de P. Azéma à I. Girard du 11 septembre 1940. « Il me semble totalement inutile d’aller chercher des gens qui voient, dans une occasion comme celle-là, surtout le moyen de faire de la réclame pour leur boutique. D’ailleurs, comme c’est moi qui lui ai demandé sa signature, je me charge de lui dire nous la lui rendons, et pourquoi. »

14 CIRDOC. Fonds Azéma, AZP03 3-32, copie par Ismaël Girard à destination de Pierre Azéma de la lettre de Joseph de Pesquidoux au chanoine Laffargue en date du 27 août 1940.

15 Texte publié dans « Le maréchal Pétain et la langue d’oc », supplément au numéro de février 1941 de Terra d’Oc.

16 Cité par René Auzias, « 8 de setèmbre 1940 » (8 septembre 1940). Fe, n° 7, octobre 1940.

17 René Gillouin, J’étais l’ami du maréchal Pétain, Paris, Plon, 1966, p. 40-41.

18 Ibid.

19 Cité par Eugen Weber, L’Action française, Paris, Fayard, coll. « Pluriel », 1985, p. 489.

20 Ismaël Girard, « Mistral », Terra d’Oc, n° 10, octobre 1940. « Hommage prestigieux à celui dont nous nous trouvons être les disciples directs, hommage dont l’écho a résonné d’un bout à l’autre des pays d’Oc. Les mots clairs du Maréchal demeureront gravés, dorénavant, dans nos mémoires telle une pierre gravée sus le chemin de notre fortune. »

21 Ibid. « C’est une époque magnifique pour nous que celle où la loi qui doit gouverner la nation rejoint notre propre loi. La France est placée sous le signe de Mistral. À nous [...] à qui Mistral a dit un jour comme le Christ à Lazare : “Lève-toi et marche !”, à nous de prouver que nous sommes capables de vivre et d’avancer. »

22 Marius Jouveau, « La Lengo d’O e li Menistre » (La langue d’oc et les ministres), Fe, n° 7, octobre 1940. « Le message du maréchal Pétain aux pèlerins de Maillane nous donne à espérer qu’une voie nouvelle est ouverte à nos aspirations profondes de Patriotes et de Mistraliens. »

23 Cité dans Lo Gai Saber, n° 190, septembre-octobre 1940, p. 240-242.

24 Joseph Salvat, « Le Collège d’Occitanie », La Rampelada del Colège d’Occitanìa, n° 59, mars-avril 1941.

25 Ibid.

26 « Santo-Estello de 1941 en Avignoun » (Sainte-Estelle de 1941 en Avignon), Armana Prouvençau per l’an de Graci 1942, p. 52-53. « Je dois vous dire qu’après la belle flamme de cette déclaration nette et fière où Mistral est proclamé poète, sage et patriote parmi les plus grands, j’ai eu peur de me retrouver tout à coup face à un Félibrige satisfait. [...] Car c’aurait été pour notre œuvre une grave erreur que de penser que tout était fait, parce que le soleil avait brillé un beau jour sur l’aire [...] J’ai eu peur que les félibres se laissent tromper par ce flot d’articles qui rappelaient, a première vue, nos idées, nos principes, nos aspirations, et qu’ils abandonnassent le soin de les répandre et de les défendre à des hommes qui parlaient tout à coup avec une apparente conviction de choses qu’ils ignoraient la veille, ou que, même, la veille, ils combattaient, en les traitant de folles, de dangereuses, d’antipatriotiques. Un moment, l’envie m’a pris de crier, comme le vieux rat de la fable : “Méfiez-vous, amis ! Méfiez-vous de ces enfarinés !” ».

27 Roger Barthe, « Mistral et la Révolution nationale », La Nacioun Gardiano, n° 11, janvier-février 1941.

28 Henriette Dibon, « Grandeur et misère du Félibrige avant le Consistoire », L’Éclair, 1er juin 1941.

29 Ismaël Girard, « Provinces », le Feu, octobre 1940, 36e année, n° 10, p. 331.

30 Ismaël Girard, « Mistral », Terra d’Oc, n° 10, octobre 1940.

31 « En Lengadoc » (En Languedoc), Terra d’Oc, n° 11, novembre 1940.

32 Cité dans « À l’académie des Jeux floraux », Lo Gai Saber, n° 191, novembre-décembre 1940, p. 264.

33 CIRDOC. Fonds Azéma, AZP 22-5-106/107, lettre aux préfets de P. Laval, 28 septembre 1940.

34 Ismaël Girard, « Questions d’actualitat » (Questions d’actualité), Terra d’Oc, n° 15, mars 1941. « En ce moment s’établissent des “Commissions d’action ou de propagande régionaliste” dans chaque département. Nous n’en connaissons pas les règlements, mais d’après ce qu’il s’en est dit, il s’agit d’organismes destinés à rassembler, en vue de discussions constructives, les véritables représentants des activités provinciales futures. Nous ne devons pas nous désintéresser de savoir qui sont ceux qui composent ces commissions. Ni du travail qu’ils ont fait ou qu’ils feront, quel qu’il soit. Elles seront sûrement consultées quand il s’agira de tracer les futures frontières et de raviver ces provinces. »

35 Sur ce sujet, voir Christian Faure, Le projet culturel de Vichy, Folklore et révolution nationale, 1940-1944, Lyon, Presses universitaires de Lyon, éditions du C.N.R.S., 1989, 335 p.

36 CIRDOC. Fonds Azéma, AZP 22-5-108.

37 CIRDOC. Fonds Azéma, AZP 22-5-33 à 35, lettre de M. Rouquette au préfet de l’Hérault, 25 juin 1941.

38 CIRDOC. Fonds Azéma, AZP 22-55-30, lettre de M. Rouquette à P. Azéma, 21 août 1940.

39 Archives nationales CARAN, F17 13354, « Dossier Giraudet ».

40 Archives du Collège d’Occitanie, AM 019, Commission de propagande régionaliste, compte-rendu de la première séance.

41 Ibid.

42 Archives nationales CARAN, F41 7, « Personnel du ministère de l’Information, Vichy ».

43 Paru aussi sous forme de plaquette, Vichy, Imprimerie Ernest Wallon, 1942, 8 p.

44 Archives du Collège d’Occitanie, CQ 519 (2), lettre de P.-L. Berthaud à I. Girard, 2 septembre 1941. « Il ne faut que l’on voie trop clairement qu’il s’agit d’une entreprise de la S.E.O. ou de ses hommes, car cela ferait du tort à notre projet. C’est pour cela qu’il ne faut pas que nous nous mettions au premier rang. »

45 Ibid. « Il ne nous faut pas oublier surtout d’y mettre des curés, cela fait bien au jour d’aujourd’hui, et des “propriétaires-agriculteurs”. Tout homme qui “possède un champ” doit être décoré de ce titre : L. C. (Léon Cordes) propriétaire-agriculteur à Siran (Hérault), écrivain. »

46 Archives du Collège d’Occitanie, CQ 519 (2), lettre de P.-L. Berthaud à un catalan non identifié, 4 septembre 1941.

47 Archives du Collège d’Occitanie, CQ 519 (2), lettre de P.-L. Berthaud à I. Girard, 12 février 1942.

48 Gabrié Bernard, « Procès verbau dou Coungrès per l’Ensignamen de la lengo d’O tengu en Arle lou 27 Setèmbre 1941 » (Procès verbal du congrès pour l’enseignement de la langue d’oc tenu en Arles le 27 septembre 1941), Lou Felibrige, juillet-septembre 1941, n° 95, p. 6-7.

49 ENTREMOUNT, « Lou Coungrès d’Arle pèr l’Ensignamen de la Lengo d’O » (Le congrès d’Arles pour l’enseignement de la langue d’oc), Fe, n° 19, octobre 1941.

50 « Congrès del Ensenhament de la Lenga d’Oc » (Congrès de l’enseignement de la langue d’oc), Lo Gai Saber, n° 196, septembre-octobre 1941, p. 427.

51 Pierre Azéma, « Ressouns dau Coungrès d’Arles sus l’ensegnament de la lenga d’oc » (Échos du congrès d’Arles sur l’enseignement de la langue d’oc), Calendau, n° 90, décembre 1941, p. 139. « Il est certain que monsieur Salvat a pu faire à son aise, au risque de gaspiller le temps des congressistes, une réclame de charlatan (un peu écœurante en pareil lieu !) en l’honneur de son cours de volapük par correspondance. »

52 « Lou Coungrès de l’ensignamen de la Lengo d’O » (Le congrès de l’enseignement de la langue d’oc), Calendau, n° 88, octobre 1941, p. 101.

53 Ibid.

54 Entremount, « Lou Coungrès d’Arle pèr l’Ensignamen de la Lengo d’O », op. cit., « unanimement applaudi ».

55 « Lou Coungrès de l’ensignamen de la Lengo d’O », op. cit., p. 97. « Quelques illusions (et des illusions, il en faut) moins d’esprit réalisateur que dans le programme de Camproux que Calendau publia [...]. Le programme de 1937 reste encore aujourd’hui ce qui s’est dit de plus proche des réalisations possibles, mais le rapport Fuzellier le domine de toute la vertu de l’idéal, — et les félibres sont des idéalistes. »

56 Archives du Collège d’Occitanie, CP 008 bis (1), lettre de P.-L. Berthaud à J. Salvat, 9 octobre 1941. « [...] j’ai reçu votre lettre, avec votre rapport sur le Collège d’Occitanie, et aussi le compte-rendu de la réunion d’Arles dont il me semble que ce fut encore une rêverie de première. Le sentiment des réalités n’est guère le propre de nos amis ! »

57 Rapport publié dans « Ressouns dau Coungrès d’Arles sus l’ensegnament de la lenga d’oc », op. cit., p. 140-142.

58 Léon Teissier, « Pèr lou Coungrès de l’Ensignamen (Arle, 27 de setèmbre 1941) — Note sur l’étude du latin vivant », Calendau, n° 87, juillet-septembre 1941, p. 94-96.

59 Gabrié Bernard, op. cit., p. 11, « qu’aquel ensignamen siegue oficialament recouneigu dins li tres ordre d’ensignamen : primàri, segoundàri e superiour ».

60 Joseph Salvat, « Jérôme Carcopino et la langue d’oc », Lo Gai Saber, n° 269, mai-juin 1956, p. 68-76.

61 Ibid., p. 70.

62 Ibid., p. 71.

63 Archives du Collège d’Occitanie, CP 013 (21), lettre de J. Carcopino à l’abbé Salvat, 28 novembre 1941.

64 Louis Alibert, « La langue d’oc à l’école et la Société d’études occitanes », archives du Collège d’Occitanie, CQ 310 (14).

65 Georges-Henri Rivière, « L’amélioration de la vie culturelle des paysans. Notes pour un rapport », Paris, janvier 1941, p. 9. Archives nationales CARAN, F1713369, Divers 1940-1944, cabinet du Ministre.

66 Cité dans « La langue d’oc à l’école », Lo Gai Saber, n° 200, mai-juin 1942, p. 56.

67 Archives du Collège d’Occitanie, AM 019, Commission de propagande régionaliste. Manuscrit d’André Varagnac sur les activités de la commission, p. 4 : « Depuis quelques temps l’attention du ministre avait été attirée sur l’enseignement dialectal par des interventions du Capoulié du Félibrige M. Frédéric Mistral Neveu, de M. Pierre-Louis Berthaud et de M. l’abbé Salvat. »

68 Archives du Collège d’Occitanie, CQ 310 (14)- (4), Rapport de M. Louis Alibert au « congrès de linguistique et de phonétique occitanes » de Toulouse (5 décembre 1941).

69 Ibid.

70 Pierre-Louis Berthaud, « Après le congrès de phonétique et linguistique occitanes de Toulouse. Au travail ! », Lo Gai Saber, n° 198, janvier-février 1942, p. 3-4.

71 Archives du Collège d’Occitanie, CQ 516 (13). Lettre de L. Alibert à I. Girard, 9 octobre 1941. « Je pense que le mieux serait que vous voyiez Monsieur Varagnac pour le mettre franchement et directement devant le fait. Il est inadmissible qu’en raison d’intrigues et de manipulations locales la S.E.O. n’ait pas sa place au soleil. De toute façon, elle regroupe actuellement la plus grande partie des valeurs occitanes. »

72 Cité par Joseph Salvat, « Jérôme Carcopino et la langue d’oc », op. cit., p. 73.

73 Archives du Collège d’Occitanie, CP 008 bis (1). Lettre de P.-L. Berthaud à J. Salvat, 25 décembre 1941.

74 Pierre-Louis Berthaud, « Après le congrès de phonétique et linguistique occitanes de Toulouse. Au travail ! », op. cit., p. 4.

75 Pierre Azéma, « La Lengo à l’escolo » (La Langue à l’école), Calendau, n° 91, janvier-février 1942, p. 154. « Il y a, toutefois, un pas de fait, quasiment le premier — le fameux premier pas, “le seul qui coûte” d’après le proverbe. »

76 René Auzias, « Lou Prouvençau à l’escolo » (Le Provençal à l’école), Fe, n° 22, janvier 1942. « Nous ne sommes pas encore à Berre, mais nous sommes sur le chemin qui y mène, malgré tout... Le progrès, comme Nietzsche l’a dit, va au pas de la colombe ! »

77 Pierre-Louis Berthaud, « Après le congrès de phonétique et linguistique occitanes de Toulouse. Au travail ! », op. cit., p. 5.

78 Archives du Collège d’Occitanie, CP 008 bis (1). Lettre de P.-L. Berthaud à J. Salvat, 28 décembre 1941. « Maintenant il nous faudra obtenir qu’il y ait une sanction au certificat d’études. Il nous faudra aussi veiller à ce que ce mot de provençal ne soit pas pris dans son sens étroit. Enfin, il nous faudra avoir la circulaire qui organisera cet enseignement. »

79 Léon Teissier, « La lengo à l’escolo » (La langue à l’école). Calendau, n° 91, janvier-février 1942, p. 151. « Carcopino connaît à fonds l’œuvre et la doctrine de Mistral. Regarde comme il s’émeut, un peu ingénument, des menaces (?) de séparatisme, il choisit de main de maître les citations mistraliennes qui ont l’air de renier la Comtesse ! [...] Et s’étant amusé de vous comme un chat d’une souris, il vous ferme la grand’ porte pour vous ouvrir la petite. Eh ! que voulez-vous de plus pour la petite patrie que la petite porte ? »

80 Ibid. « À tout cela, je connais des félibres, et des gros, qui applaudissent. Les uns, étant payés, regardent le nez de celui qui les paye avant d’écrire, et le papier qu’ils écrivent vaut encore moins que le papier qu’ils ont reçu pour paiement. [...] Émile Ripert se répand dans Paris-Soir en cantiques, encens et Te Deum [...] Le majoral Ripert a parfaitement raison : Saint Estelle, l’humble et minuscule Sainte Estelle, aura ses six quarts d’heures comme le Père Éternel ! Et le septième quart d’heure, elle se reposera de tout le travail qu’elle aura fait. »

81 Pierre Azéma, « Lou Verd e lou Blanc » (Le Vert et le Blanc). Calendau, n° 92, mars-avril 1942, p. 197. « Personne n’a pu croire, à moins d’être abondamment pourvu en illusions ou en naïveté, que l’arrêté du 24 décembre 1941, signé par M. Carcopino, marquait l’accomplissement des désirs félibréens en matière d’enseignement de la langue d’oc. Je ne veux même pas parler, pour l’instant, de l’élargissement possible et souhaitable de cette première mesure bienveillante : modification et meilleure disposition de l’horaire, enseignement moins facultatif et mieux sanctionné, encouragement moins platonique des maîtres et des élèves, etc. »

82 CIRDOC. Fonds Boussac, BOU04 1-9-1, lettre de P. Azéma à A.-J. Boussac, 14 janvier 1942.

83 Ismaël Girard, « Orientacion » (Orientation). Oc, été 1942, p. 17, « la pâlichonne réforme Ripert-Carcopino ».

84 Ismaël Girard, « Orientacion » (Orientation), Oc, hiver 1943, p. 20. « Cet instituteur avait commence à suivre avec zèle les instructions ministérielles. Au bout de quelques mois, il fut dans l’obligation d’arrêter l’enseignement facultatif du gascon. Pourquoi ? Parce que les élèves n’avaient pas le temps de rester une heure de plus à l’école, hors de l’horaire normal. [...] Voici un détail essentiel qui fait des circulaires ministérielles quelque chose de négatif dans l’absolu. “Malgré tout l’intérêt que les élèves ont éprouvé pour les leçons qu’ils ont entendues, nous écrit M. Rivière, ils ont maintenant toujours une raison pour ne pas rester à l’école après les heures de classe”. Et l’été dernier, M. Rivière m’a dit que si les heures d’enseignement de la langue d’oc ne sont pas incorporées dans l’horaire régulier des classes, rien ne se fera. »

85 Emmanuel Le Roy Ladurie, Guillaume Bourgeois, introduction au dossier « Vichy, État occitan ? », Arkhéia, n° 14-15-16, 2004-2005, p. 27.

86 « Crida » (Appel), Terra d’Oc, n° 27, mars 1942. « Le premier pas vers l’établissement du régionalisme intégral ».

87 « L’unité française », Le Temps, 24 novembre 1941, cité par Martel Philippe, « Travail, famille, Patois. Vichy et l’enseignement de l’occitan : apparences et réalité » in L’école française et l’occitan. Le sourd et le bègue. Montpellier : Presses universitaires de la Méditerranée, 2007, 190 p. (É.T.O.I.L.L., coll. « Études occitanes » ; n° 2), p. 123.

88 « Le congrès de linguistique et de phonétique occitane », Le Temps, 10 décembre 1941.

89 L. Recquard, « Le régionalisme », Le Temps, 10 décembre 1941.

90 Ibid.

91 Ismaël Girard, « Orientacion » (Orientation), Oc, été 1942, p. 17.

92 Jacques de Lacretelle, « Le français seul ou le français langue unique », Le Figaro, 24 janvier 1942.

93 Ibid.

94 Archives du Collège d’Occitanie, CP 008 bis (2). Lettre de P.-L. Berthaud à J. Salvat, 8 février 1942. « m’a parechut pus politic de pas insistir sus çò que pòt estar hèit, mas au contràri sus las defecultats. Nos cau rassegurar tot aquet monde de jacobins que vèden dijara lo pais espansalhat ».

95 Jacques de Lacretelle, « Pour l’unité de la langue. L’enseignement des dialectes », Le Figaro, 28 février 1942.

96 Jacques de Lacretelle, « L’enseignement des dialectes en France », Curieux, 19 juin 1942.

97 Dominique Egleton, « Apprendre les patois ou enseigner le français ? », Au Travail, 13 juin 1942.

98 Dominique Egleton, « Enseignons l’argot », Au Travail, 12 décembre 1942.

99 Archives du Collège d’Occitanie, CQ 519 (2). Lettre de P.-L. Berthaud à I. Girard, 4 février 1942. « Il serait utile que notre O.P.O. prépare tous les articles que nous pouvons écrire dans les grands journaux afin que nous prenions la défense de l’arrêté Carcopino, et pour atténuer les effets de attaques du Figaro et du Temps, qui menacent de faire reculer le Gouvernement. Il serait utile que le Gouvernement se sente appuyé. »

100 Pierre Nohant, « Unité et régionalisme. Les dangers du régionalisme à outrance », La Légion, n° 12, mai 1942.

101 Archives du Collège d’Occitanie, CP 008 bis (2). Lettre de P.-L. Berthaud à J. Salvat, 4 janvier 1942. « En Allemagne, cette réforme a été présentée comme une victoire des minorités nationales et des groupes ethniques. Naturellement cela a été remarqué ici et ne nous a pas porté bénéfice : “voilà votre premier résultat” m’ont dit les gens. »

102 Quercy, n° 3, février 1942, p. 4.

103 Ernest Lafon, « La Langue d’Oc à l’École », Quercy, n° 3, février 1942, p. 31.

104 Jean de Laramière, « La Langue d’Oc à l’École — L’avis de M. Jean de Laramière », Quercy, n° 5, avril 1942, p. 20.

105 Émile Laporte, « La Langue d’Oc à l’École », Quercy, n° 6, mai 1942, p. 28.

106 Jean Bonnafous, « Pourquoi la Langue d’Oc à l’École ? », Quercy, n° 6, mai 1942, p. 29.

107 Ernest Lafon, « La Langue d’Oc à l’École — Un distinguo d’Ernest Lafon », Quercy, n° 7, juin 1942, p. 21.

108 Ibid., p. 22.

109 Raymond Lizop, « Réponse à M. Émile Laporte », Quercy, n° 7, juin 1942, p. 28.

110 André J. Boussac, « Inopportunité d’une controverse », Quercy, n° 8, juillet-août 1942, p. 27.

111 Pierre-Louis Berthaud, « Opinion de M. Pierre-Louis Berthaud », ibid., p. 28.

112 Joseph Maureille, « Réponse de Quercy », ibid., p. 27.

113 Jean Bonnafous, « L’autro nuetj soumieri », Quercy, n° 14, p. 22-26.

114 Ismaël Girard, « Orientacion » (Orientation), Oc, hiver 1943, p. 20. « Le peuple se fiche pas mal de l’enseignement de sa langue, et tant que les cours seront facultatifs, les enfants n’y resteront pas. Il faut l’enseignement obligatoire, avec sanctions aux examens et puis, il faut lutter contre l’indifférence du peuple par une propagande décente, je veux dire orchestrée, large, et pas à la petite semaine. »

115 « L’enseignement de la langue dialectale », Bulletin de l’Instruction Primaire de l’Hérault, n° 7, 7 août 1942, p. 381.

116 CIRDOC. Fonds Azéma, AZP20 2-4-27. Lettre de l’inspecteur d’académie d’Aix au préfet des Basses-Alpes, 7 janvier 1942.

117 CIRDOC. Fonds Azéma, AZP20 2-2-65. Lettre du préfet du Vaucluse aux maires et présidents de délégations spéciales du Département, 16 mars 1942.

118 Premier congrès du Collège d’Occitanie, Rodez, 1943, p. 76. Pour plus d’informations sur l’enseignement de l’occitan en Aveyron durant cette période, on se réfèrera à Michel Lafon, Qui a volé mon « patois » ? L’épopée scolaire aveyronnaise d’une langue proscrite, Montpellier, Presses universitaires de la Méditerranée, 2015.

119 René Auzias, « Pèr l’ensignamen de la lengo d’O » (Pour l’enseignement de la langue d’oc), Fe, n° 41-42, août-septembre 1943. « [...] dins d’àutri rode, au contràri, s’es atrouva qu’indiferènci, manco de coumprenesoun e meme oustileta. »

120 CIRDOC. Fonds Azéma, AZP20 2-2-5 à 56.

121 CIRDOC. Fonds Azéma, AZP20 2-2-22. Lettre de l’inspecteur d’académie de l’Aude à P. Azéma, 21 décembre 1942.

122 Henri Mouly, En tutant lo Grelh, Rodez, Subervie, p. 192.

123 Henri Mouly, « Cours de langue d’oc », Escola e Terrador, 2e année, n° 1, 1er novembre 1943.

124 René Auzias, « Pèr l’ensignamen de la lengo d’O », op. cit.

125 CIRDOC. Fonds Gracia, GRA 01-03-3. Lettre de M. Rouquette à H. Cabanes, 10 avril 1944.

126 Charles Camproux, « La mistica de l’un » (La mystique de l’un), Terra d’Oc n° 30 et n° 31, juin et juillet 1942.

127 Louis Alibert, « Origine et destin de la langue d’oc », Cahiers du Sud, Le Génie d’Oc et l’homme méditerranéen, Paris, Rivages, 1981. (fac-similé du numéro original), p. 25.

128 « 2e congrès du Collège d’Occitanie », La Rampelada del Colège d’Occitania, n° 69, mars-avril 1943, p. 554.

129 Charles Camproux, « Question d’ensenhança. Un experiment » (Question d’enseignement. Une expérience), Oc, n° 3-4, Été-Automne-Hiver 1944, VIIIe série, p. 22. « [...] beaucoup d’instituteurs sont méfiants car, étant mal renseignés, plus d’un voient dans l’enseignement de la langue d’oc, une entreprise réactionnaire ou cléricale. »

130 Archives de Pierre Fabre, Procès-verbal de la réunion du Consistoire du Félibrige à Arles le 13 juin 1943. « 1° La désignation d’un délégué, — instituteur ou professeur, — par département, déchargé de cours, qui serait chargé d’organiser l’enseignement de la langue d’oc dans les écoles. Ce délégué aurait le droit de contrôler le résultat de l’enseignement de la langue dispensé par les instituteurs. 2° La désignation de trois inspecteurs primaires chargés de diriger les délégués, d’établir les programmes d’enseignement, d’encourager les maîtres, d’organiser des concours afin d’attiser l’affection de tout le monde. 3° L’organisation obligatoire de l’enseignement de la langue d’oc pour tous les élèves-instituteurs dans les lycées et collèges. 4° L’institution d’un certificat d’études en langue d’oc, avec thème, version, dictée et rédaction simple. Le certificat pourrait être exigé pour tous les emplois ruraux. 5° Les crédits nécessaires pour payer les frais d’un journal pédagogique en deux langues, qui faciliterait le travail des instituteurs. 6° La création dans chaque département d’un Comité officiel, présidé par l’inspecteur d’académie dont le vice-président serait l’instituteur ou le professeur délégué désigné ci-dessus dans le 1°. »

131 Ibid. « La Commission demande à M. le ministre de l’Éducation nationale de bien vouloir rappeler aux instituteurs qu’une indemnité leur est allouée pour l’enseignement de la langue d’oc. Ne pourrait-on pas, de même, obtenir une indemnité pour les professeurs ? »

132 René Auzias, « Pèr l’ensignamen de la lengo d’O » (Pour l’enseignement de la langue d’oc). Fe, n° 41-42, août-septembre 1943. « Il s’agit d’une œuvre patriotique, d’une œuvre d’humanisme populaire qui fait l’accord de tous les esprits sensés. Le Gouvernement voudra la soutenir, nous en avons l’assurance. »

133 Archives nationales CARAN, F17 13369, « Divers 1940-1944. Cabinet du Ministre ».

134 Archives nationales CARAN, F17 13380, « Cabinet du Ministre », chemise « Langues régionales ».

135 Archives nationales CARAN, F17 13380, « Cabinet du Ministre », chemise « Langues régionales ».

136 Archives nationales CARAN, F17 13354, « Dossier Giraudet ».

137 Pascal Ory, Les Collaborateurs, 1940-1945, Paris, Seuil, 1980, coll. « Points Histoire », p. 172.

138 Jacques Ressaire, « Alibert et l’illusion », Lo Lugarn, n° 71, printemps 2000.

139 CIRDOC. Fonds Azéma, AZP03 8-1-4. Lettre de M. Rouquette à P. Azéma, 17 décembre 1944.

140 « Prêt à être imprimé ».

141 « Darrièrs Escrits d’Ismaël Girard — Genèsi de l’I.E.O. — Ismaël Girard e Camil Soula » (Derniers Écrits d’Ismaël Girard — Genèse de l’I.E.O. — Ismaël Girard et Camille Soula). Oc, n° 256, Hiver 1976, p. 32-33.

142 Ibid., p. 32. « C’est le moment ou jamais, dans trois mois l’occasion sera perdue ; il faut profiter des circonstances pour créer l’Institut. »

143 Félix Castan, « Le sens d’une fondation, la fondation d’un sens », Cinquantenari Institut d’Estudis Occitans, Toulouse, I.E.O., 1995, p. 23.

144 Ibid., p. 21.

145 CIRDOC. Fonds Azéma, AZP03 8-1-3. Lettre de M. Rouquette à P. Azéma, 17 décembre 1944. Max Rouquette y a recopié une lettre de Girard.

146 Max Rouquette, « Oc ten vint ans (1924-1944) » (Oc a vingt ans), Oc, n° 4, 1945, p. 38. « Fetichisme mistralenc ».

147 CIRDOC. Fonds Azéma, AZP03 8-1-3. Lettre de M. Rouquette à P. Azéma, 17 décembre 1944.

148 Ibid.

149 CIRDOC. Fonds Azéma, AZP16 2-1-71. Lettre de C. Camproux à M. le ministre de l’Instruction publique, 11 janvier 1945.

150 CIRDOC. Fonds Azéma, AZP16 2-1-70. Lettre d’A. J. Boussac à J. Reboul, 7 février 1945. « Le décret de juillet 44 n’est pas rapporté ; on ne sait pas ce qu’il en sera : attendons et nous verrons. S’il est rapporté, nous dirons ce qu’il faut dire. Mais, Félibrige d’un côté, S.E.O. d’un autre, nous le ferons, en portant au ministre des faits véridiques et prouvés, sans essayer de porter un quelconque discrédit sur des mouvements qui ne sont pas responsables de la vie privée de leurs adhérents. Parce que si Maurras et Farnier sont enfermés pour des faits [commis] en dehors du Félibrige, on peut en dire autant d’Alibert et de Barthe qui, eux, sont de la S.E.O. »

151 CIRDOC. Fonds Azéma, AZP16 2-1-71. Lettre de C. Camproux à M. le Ministre de l’Instruction publique, 11 janvier 1945.

152 Pierre Fabre. Archives d’Élie Bachas, lettre de J. Charles-Brun à J. Reboul, 27 décembre 1944.

153 Jean-Marie Petit. Archives de Charles Camproux. Lettre du directeur de l’enseignement du premier degré, 1er août 1945.

154 « L’ensignamen de la lengo d’O » (L’enseignement de la langue d’Oc). Fe, n° 64-65, juillet-août 1945.

155 Pierre Fabre. Archives d’Élie Bachas, copie du courrier des Félibres de la Maintenance de Gascogne — Béarn au ministre de l’Éducation nationale envoyée par Jorgi Reboul à Jean Charles-Brun le 17 décembre 1945.

156 Ibid.

157 La S.E.O. disparaît définitivement, ses derniers fonds étant intégrés à la comptabilité de l’I.E.O. lors de l’assemblée générale de l’I.E.O. du 29 décembre 1946.

158 « Actes de la S.E.O. », Oc, n° 4, 1945, p. 55. « D’ajornar tota petición e de trabalhar a la preparación d’une programme minimum a perpaus de la Constituenta. »

159 Ismaël Girard, « Ensenhança » (enseignement), Oc, n° 4, 1945, p. 45.

160 Ibid.

161 CIRDOC. Fonds Boussac, BOU05 5-2-3. Lettre d’Hélène Cabanes à André J. Boussac, 31 juillet 1944.

162 CIRDOC. Fonds Gracia, GRA01-03-3. Lettre de M. Rouquette à H. Cabanes, 30 mars 1944.

163 CIRDOC. Fonds Gracia, GRA01-03-3. Lettre de M. Rouquette à H. Cabanes, 10 avril 1944.

164 CIRDOC. Fonds Gracia, GRA01-03-3. Lettre de M. Rouquette à H. Cabanes, 10 février 1945.

165 « Rapport de Mlle Cabanes sur l’enseignement primaire », Institut d’études occitanes, circulaire n° 1 du 15 janvier 1947, p. 21. Archives du musée national des Arts et Traditions populaires.

166 Pierre Fabre. Archives d’Élie Bachas, « Manifeste de Belmont ».

167 Ibid.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2016

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search