Version classiqueVersion mobile

Pour la langue d’oc à l’école

 | 
Yan Lespoux

Introduction

Texte intégral

1S’il faut chercher une origine à la revendication en faveur de l’enseignement de la langue d’oc, c’est sans aucun doute vers le Félibrige et vers son Maître que l’on doit se tourner. Un mouvement dont l’ambition était de sauver et promouvoir la langue d’oc ne pouvait faire l’impasse sur la question de la vie sociale et de l’usage de la langue, et donc de sa place dans l’école. L’intérêt premier du Félibrige, groupe de poètes, est avant tout la littérature, mais à partir de la fin du xixe siècle la question de l’enseignement de la langue prend de plus en plus d’importance au sein du mouvement. Frédéric Mistral lui-même va porter haut et fort cette revendication.

2Recevant les félibres catalans à Saint-Rémy, le 9 septembre 1868, Mistral commence à exprimer clairement les griefs que le Félibrige peut faire à la société concernant le recul de la transmission de la langue :

  • 1 Frédéric Mistral, Discours e dicho, Raphèles-les-Arles, Culture provençale et méridionale — Marcel (...)

Nous voulons que nos fils, au lieu d’être élevés dans le mépris de notre langue (ce qui fait que, plus tard, ils mépriseront la terre, la vieille terre maternelle sur laquelle Dieu les a fait naître), nous voulons que nos fils continuent à parler la langue de la terre, la langue dans laquelle ils sont fiers, par laquelle ils sont forts, par laquelle ils sont libres.
Nous voulons que nos filles, au lieu d’être élevées dans le dédain de nos coutumes de Provence, au lieu d’envier les fanfreluches de Paris ou de Madrid, continuent à parler la langue de leur berceau, la douce langue de leurs mères, et qu’elles demeurent, simples, dans la ferme où elles naquirent, et qu’elles portent à jamais le ruban d’Arles comme un diadème de reine.
Nous voulons que notre peuple, au lieu de croupir dans l’ignorance de sa propre histoire, de sa grandeur passée, de sa personnalité, apprenne enfin ses titres de noblesse, apprenne que ses pères se sont toujours considérés comme une race, apprenne qu’ils ont su, nos vieux provençaux, vivre toujours en hommes libres, et toujours su se défendre comme tels [...]
Il faut qu’il sache, notre peuple, qu’ils se sont, nos aïeux, annexés librement, mais dignement, à la généreuse France : dignement, c’est-à-dire en réservant les droits de leur langue, de leurs coutumes, de leurs usages et de leur nom national. Il faut qu’il sache, notre peuple, que la langue qu’il parle a été, quand il l’a voulu, la langue poétique et littéraire de l’Europe, la langue de l’amour, du gai savoir, des libertés municipales, de la civilisation...
Peuple vaillant, voici ce que nous voulons t’apprendre : à ne pas rougir, devant quiconque, comme un vaincu, à ne pas rougir de ton histoire, à ne pas rougir de ta patrie, à ne pas rougir de ta nature, à reprendre ton rang parmi les peuples méridionaux1...

  • 2 Sur le Félibrige d’avant 1914, son engagement et sa réception dans la société française, voir Phili (...)

3Ainsi donc le Félibrige doit œuvrer de manière à ce que les enfants apprennent à aimer leur langue, mais aussi que l’on cesse de leur enseigner des mensonges, ou tout au moins des vérités historiques qui ne sont pas celles de leur terre. Véritable projet ou simple rhétorique ? S’il a l’ambition d’atteindre cet objectif, le Félibrige n’en a en tout cas pas les moyens. Le mouvement garde sans doute pour beaucoup l’apparence d’une simple coterie de poètes (avec le peu de sérieux que cela suppose) réunis autour de Mistral2 . Mais le discours, pour romantique qu’il soit, révèle un début de prise de conscience de la situation de la langue ; prise de conscience qui va peu à peu amener l’association à s’intéresser de plus près au rôle de l’école.

4La seconde moitié du xixe siècle voit en effet considérablement progresser les effectifs des enfants scolarisés. Dans la majorité des départements du Sud de la France, qui sont de plus des départements ruraux, la langue maternelle de ces enfants est le plus souvent la langue d’oc. Or dans une Nation où le pouvoir est fortement centralisé depuis des siècles, et à une époque où l’existence même de cette Nation est menacée par des ennemis intérieurs (monarchistes) ou extérieurs (l’Empire germanique), il est important que l’école transmette un sentiment profond d’appartenance à cette communauté nationale. Cela passe par l’apprentissage d’une langue commune. Les progrès de l’école en France vont donc de pair avec le recul des langues régionales. La scolarisation de plus en plus importante des filles va sans doute accélérer encore ce processus : entre 1847 et 1861, note Françoise Mayeur (Mayeur, 2004, p. 391) on passe ainsi de 1 354 000 filles scolarisées à 2 632 000. Sans que ce facteur soit le seul à entrer en compte, si l’on part du principe que la langue régionale est souvent la langue maternelle, on imagine combien le fait que les femmes aient pu apprendre le français a pu avoir de l’influence sur le recul des langues régionales. À cela s’ajoute aussi la conscription, et, bien entendu, le travail de l’École elle-même vis-à-vis des élèves qui y arrivent en ne sachant parler que le « patois » local.

  • 3 Cité par Joseph Salvat, « Peut-on espérer ? », Lo Gai Saber, n° 156, octobre 1937, p. 277. « Cette (...)
  • 4 Cité par Joseph Savinian-Lhermite, « Esclargimen sus la Metodo pèr ensigna lou Prouvençau » (Éclair (...)

5Le constat est fait par Mistral lui même en 1875 à Montpellier : « Aquelo lengo d’O, grando voues istourico, signau de nosto raço, mirau de nosto glòri [...] à l’escolo la coursejon e ié barron la porto au nas3... » La même année, il demande qu’une épreuve de provençal puisse avoir lieu au baccalauréat. Les lois scolaires de la République laïque des années 1881-1882 ne vont pas inverser la tendance, bien au contraire. Le Félibrige se trouve alors une nouvelle mission : permettre l’enseignement de cette langue. Cela passera par l’organisation de concours scolaires en langue d’oc ; en 1878, 1882 et 1885 par exemple (Lafont, 1974, p. 216). Joseph Lhermite, entré en religion sous le nom de Frère Savinien, s’applique à créer une méthode. En 1882 est éditée une grammaire établie par Savinien. En 1896, il présente officiellement sa méthode destinée à faire de la langue d’oc le « latin des classes primaires du Midi », un auxiliaire pour un meilleur apprentissage du français. Il reçoit le soutien de Mistral mais voit s’élever contre lui de nombreuses voix chez les félibres qui souhaitent un enseignement de la langue elle-même et qui, pour reprendre des paroles du Maître, ne veulent pas qu’elle ne serve en fin de compte qu’à « cira li boto de soun desdegnous rivau », cirer les bottes de son dédaigneux rival4.

6C’est finalement là que va apparaître un long débat à l’intérieur même du Félibrige. Quelle place doit-on demander pour la langue d’oc dans les écoles ? Ses qualités intrinsèques suffisent-elles à justifier son enseignement ?

7Les positions de Mistral sur la question ne sont d’ailleurs pas toujours claires, qui alternativement s’insurge contre « le cirage de bottes » du rival et loue la méthode de Savinien. Mais après sa mort, en 1914, le pragmatisme va l’emporter chez les félibres. La première guerre mondiale terminée, le Félibrige compte ses morts et tente de se relancer.

8On pourrait penser que les sacrifices consentis par les populations du Midi qui ont payé un lourd tribut humain lors du conflit vont en quelque sorte décomplexer le Félibrige. À ceux qui pourraient lui reprocher des vues séparatistes, l’organisation provençale pourra au moins opposer ses morts pour la France. Mais cette position demeure minoritaire et, de plus en plus, la revendication pour l’enseignement de la langue d’oc s’appuie sur les arguments présentant la langue d’oc comme une aide dans l’apprentissage du français. Pragmatisme, disions-nous. C’est en effet ce que laissent penser les paroles du frère Savinien lorsqu’il écrit :

  • 5 Joseph Savinian-Lhermite, op. cit., p. 11-12. « Mais, à bien regarder le fond de la chose, entre l’ (...)

Mai, à bèn regarda dins lou founs de la causo, entre l’escolo ounte lou Mèstre ansin respetuous à sa maniero de la lengo meiralo, n’en tiro de richesso linguistico pèr alisca lou francés e aquelo autro escolo ounte mespreso lou prouvençau e se ié fai défènso de lou parla quento chausirié tout félibre amourous de sa lengo5 ?

9Les circonstances elles-mêmes, la conjoncture dans laquelle se trouve le Félibrige à cette époque, facilitent l’épanouissement de ce sens du pragmatisme chez les félibres. Les statuts de 1912 permettent aux « escolos », ces structures locales « qui œuvrent avec lui pour l’épanouissement de la langue d’oc [...] et généralement à toute association ayant pour but unique ou non la propagande des idées du Félibrige » (Calamel-Javel, 2002) de s’affilier à l’association. On passe ainsi de 11 écoles affiliées en 1908 à 47 en 1913 et 77 en 1936. Ces écoles locales acquièrent pour certaines une importance manifeste dans le Félibrige. Par le nombre de leurs adhérents d’abord : le Bournat du Périgord ou l’Escole Gastou Febus en Béarn par exemple comptent chacune plusieurs centaines de membres. Bien que les « véritables » félibres ne représentent qu’une très faible part des adhérents, ce nombre permet une diffusion importante des idées félibréennes par le biais des revues qu’éditent les écoles les plus importantes. Toutefois, ces écoles comptent parmi leurs adhérents beaucoup de notables et de fonctionnaires, qu’ils soient simplement des personnes importantes localement où qu’ils détiennent une certaine influence sur le plan national, comme a pu le montrer Jean-Marie Sarpoulet à propos de l’Escole Gastou Febus (Sarpoulet, 2005). Or, les félibres qui dirigent ces revues, aussi engagés soient-ils, à l’image d’un Michel Camélat ou d’un Simin Palay en Béarn, ne peuvent se permettre de heurter ce public avec une prose par trop violente vis-à-vis de l’État central ou de l’administration de l’Instruction publique. Enfin, ces écoles peuvent permettre de créer certains réseaux propres à faire porter la revendication pour la langue à l’école dans les plus hautes sphères de l’État. L’Escole Gastou Febus, encore elle, compte par exemple dans ses rangs dans les années 1920 le ministre de l’Instruction publique Léon Bérard qui, par ailleurs, ne fera rien pour l’enseignement de la langue d’oc. Plus généralement, les notables de ces écoles ont la possibilité d’exercer une amicale pression sur des parlementaires sensibles à leurs arguments et qui pourront éventuellement tenter de faire changer les choses. À condition, bien entendu, de ne pas passer pour des soutiens actifs d’un quelconque autonomisme... C’est aussi sans doute pourquoi la revendication scolaire félibréenne porte alors essentiellement sur cette demande minimale : permettre l’utilisation de la langue d’oc afin de faciliter l’apprentissage du français.

  • 6 Sur ce point, voir Philippe Martel [2010].

10La mise en place de ces réseaux de personnes permet tout au long de l’Entre-deux-guerres de faire de la question de l’enseignement de la langue d’oc — ou du français grâce à la langue d’oc — une question redondante dans les débats politiques au Parlement6.

  • 7 Jean d’Occitanie, « La langue d’oc au Sénat », Lo Gai Saber, n° 58, mars-avril 1929, p. 31.

11Des interventions ont lieu quasiment tous les ans, en direction du Parlement et des ministres. Elles restent toutefois lettre morte la plupart du temps et ne semblent avoir pour seul intérêt que de permettre aux élus de montrer à certains de leurs électeurs, à peu de frais, qu’ils agissent en faveur de leur langue et demeurent attachés à leur terroir. En effet, les réponses des ministres varient peu, notamment pour le primaire qui est le niveau pour lequel un enseignement de la langue semble le plus important aux félibres : c’est là, en extirpant de l’École la langue du peuple qu’on l’ôte de la société même, c’est là que se joue véritablement l’avenir de la langue d’oc. Mais l’argument qui naît alors en défaveur d’un tel enseignement et qui fera florès pour encore des décennies semble imparable : l’introduction d’une nouvelle matière ne fera qu’alourdir des programmes déjà trop lourds. Les ministres qui refusent cet enseignement prennent d’ailleurs bien souvent soin de faire remarquer l’attachement qu’ils éprouvent cependant vis-à-vis de la langue d’oc lorsqu’ils sont — et c’est souvent le cas — originaires du Midi. Ainsi le ministre Marraud, répondant à la demande de Paul Feuga, fait-il remarquer qu’il parle lui-même la langue d’oc mais que l’introduction de cette langue dans le cadre de l’École lui ferait perdre son charme puisqu’elle serait alors soumise « aux contraintes de l’enseignement et de la méthode, livré[e] aux supplices inséparables de la pédagogie7 ». En définitive, c’est bien une faveur que lui fait le ministre en l’empêchant d’entrer dans les salles de classes...

  • 8 Lettre reprise dans « Lous “patouès” a l’escole » (Les « patois » à l’école), Reclams de Biarn e Ga (...)

12Parfois les réponses sont plus sèches. À l’été 1925, huit personnalités, parmi lesquelles le Capoulié Marius Jouveau et les majoraux Loubet, Anglade et Charles-Brun, écrivent au ministre de l’Instruction publique Anatole de Monzie afin que les maîtres puissent « utiliser le dialecte maternel de leurs élèves pour l’enseignement du français8 ». Le ministre répond par une lettre et par une circulaire où il énonce les divers arguments qui s’opposent, selon lui, à l’utilisation des « patois ». La circulaire se termine ainsi :

  • 9 Ibid.

Est-il donc vrai que le dialecte local puisse servir à enseigner le Français ? Ce n’est, à cette heure, l’avis d’aucun pédagogue qualifié. [...] Comment en surplus, accorder une telle proposition avec les méthodes générales de l’enseignement, avec la méthode directe dont il est usé pour apprendre l’Allemand ou l’Anglais ? Se servira-t-on du Languedocien comme truchement du Français, tandis que le mot d’ordre moderne est l’apprentissage du Français par le Français ? Les objections valables se multiplient sans qu’apparaisse en sens contraire aucun argument décisif9.

13Ces refus répétés ne découragent toutefois pas les militants qui ne cessent de tenter de porter le débat sur la place publique et lancent même dans les années 1920 la première association corporatiste en faveur de l’enseignement de la langue d’oc. Il s’agit de la Ligue pour la langue d’oc à l’école, fondée en 1923, et qui cherche à regrouper des membres des divers niveaux de l’enseignement qui s’engagent à appliquer et à défendre six points essentiels pour que le peuple du Midi retrouve la fierté de sa langue :

  • ne jamais punir un enfant qui a parlé patois ;

  • ne pas inculquer aux élèves le mépris de la langue d’oc ;

  • utiliser autant que possible la méthode comparative « savinienne » ;

  • expliquer aux élèves l’histoire de leur langue ;

  • donner des cours sur la littérature en langue d’oc aux côtés de celle en langue d’oïl ;

  • commenter et faire traduire aux élèves des extraits d’œuvres en langue d’oc.

  • 10 Sur le sujet, voir Yan Lespoux, « Autour d’une revendication méridionale : la Ligue pour la langue (...)

14Si la Ligue pour la langue d’oc à l’école s’avèrera finalement être un échec politique, il n’en demeure pas moins qu’elle sera la première à mobiliser plusieurs centaines de personnes, et en particuliers des maîtres, en faveur de cet enseignement10.

15Parallèlement à l’expérience de la Ligue pour la langue d’oc à l’école, un autre projet voit le jour, lui aussi proche du foyer toulousain. En 1919, à Toulouse, a été créée l’Escòla Occitana, à la tête de laquelle se trouvent deux majoraux du Félibrige : Prosper Estieu et Antonin Perbosc. C’est cette école félibréenne qui lance en 1927, sous l’impulsion d’Estieu et de l’abbé Joseph Salvat, une nouvelle expérience originale en faveur de l’enseignement de la langue d’oc : le Collège d’Occitanie.

16Accueilli dans des locaux prêtés par la mairie de Castelnaudary, le Collège connaît des débuts modestes. Les cours assurés par l’abbé Salvat et Prosper Estieu n’accueillent au début qu’une quinzaine d’étudiants, adultes ou élèves du petit séminaire. L’année suivante, ils sont vingt-deux auxquels s’adjoignent sept inscrits par correspondance. En 1935, ce sont 250 personnes qui suivent les cours du Collège d’Occitanie, sur place et surtout par correspondance. Surtout, des Jeux floraux Scolaires sont organisés auxquels, dès 1927 près de 200 concurrents sont inscrits. De plus en plus d’écoles, privées en majorité, mais aussi publiques, adhèrent au Collège et reçoivent le matériel nécessaire à la mise en œuvre de cet enseignement, notamment à partir de 1929 avec la Rampelada del Colètge d’Occitania, bulletin de l’établissement dans lequel l’abbé Salvat publie par tranches sa grammaire.

17De fait, le Collège d’Occitanie forme des centaines d’élèves et de maîtres en Languedoc. Bien que son action reste généralement cantonnée à cette région, il est un vecteur important de diffusion de la langue et surtout de la graphie « Estieu-Perbosc ». Il montre aussi aux militants qu’il n’est pas nécessaire d’attendre l’action des pouvoirs publics pour œuvrer en faveur de la langue. Bien que le Collège n’en soit pas directement issu, il représente un relais essentiel à l’action menée par la Ligue pour la langue d’oc à l’école, et complète son action politique par une mise en place pratique.

18Au même moment, au début des années 1930, une autre tendance monte en puissance à la suite de l’expérience du journal Oc d’Ismaël Girard. La Societat d’Estudis Occitans (S.E.O.) est créée sur le modèle de l’Institut d’Estudis Catalans. La réussite catalane avec la création de la Generalitat est un modèle pour les occitanistes qui se lient avec les Catalans soutenant l’idée que, sous les différences dialectales, les dialectes occitans et le catalan ne forment en fait qu’une seule langue. C’est d’ailleurs un disciple du philologue Pompeu Fabra, Louis Alibert, qui va se charger de mettre en place une graphie unifiée de l’occitan voulant cherchant à concilier les systèmes mistralien, « Estieu-Perbosc » et catalan qui deviendra la graphie « officielle » de l’occitanisme.

19Outre ce foyer, une nouvelle génération de militants apparaît. À Toulouse les Estudiants Ramondencs avec notamment Jean Séguy, le Nouveau Languedoc des Jean Lesaffre, Roger Barthe ou encore Max Rouquette à Montpellier, Lou Calen et l’équipe de la revue l’Araire de Jòrgi Reboul, Paul Ricard et Charles Camproux à Marseille. Cette jeune génération va se retrouver dans un projet commun, la revue Occitania.

  • 11 « Programa Occitanista Basic adoptat a l’Acamp dels Amics d’Occitania, lo 8 de Decembre de 1935 » ( (...)

20Occitania paraît à partir de 1934 et se présente comme un organe de lutte. La revue est fédéraliste et son objectif, clairement énoncé dans son Programa Occitanista Basic11 de 1935, est d’arriver à une forte autonomie au sein d’un État français fédéralisé. Ce programme fait bien évidemment la part belle aux questions économiques, mais celle de l’enseignement est aussi très présente dans la revue.

21Toutefois, Occitania, comme le Félibrige depuis la fin du xixe siècle et comme la Ligue pour la langue d’oc à l’école, se heurte aux refus habituels de l’État de répondre à ses revendications. Là encore, comme toujours depuis près d’un demi-siècle, la question de la surcharge des programmes est récurrente dans l’argumentaire du ministère de l’Éducation nationale. Aussi Occitania propose-t-elle en 1937 un programme d’enseignement de l’occitan qui tient compte des arguments qui lui sont opposés par les autorités. Bien entendu, ce pragmatisme dont fait preuve Charles Camproux, le rédacteur de ce programme, ne peut que s’accompagner d’un allègement sensible de la revendication. Il n’est ainsi plus question, du moins clairement, d’un apprentissage réel de la langue, mais plutôt d’un enseignement culturel, plus général. Nul doute que, peu dupe des préventions de l’État vis-à-vis de cet enseignement, Charles Camproux compte sur un effet « boule de neige » : cet enseignement étant officiellement accepté tel que proposé par ce programme, on pourrait à force de propagande créer un réseau de maîtres et de professeurs militants épaulés par les associations locales qui seraient en mesure de dispenser des cours plus complets et allant au-delà de ces propositions minimales. Mais, une fois de plus, ce projet adressé au ministère de l’Éducation nationale reste lettre morte.

22Mais on ne peut cantonner Occitania à ces échecs. Ne serait-ce que parce que ce mouvement a su sensibiliser une nouvelle génération de militants à la question de l’enseignement de la langue d’oc. Jean Lesaffre, Jòrgi Reboul, Pierre-Louis Berthaud, Charles Camproux, seront parmi les plus investis dans ce combat pendant les décennies suivantes. Certes, ils reproduisent en partie les tactiques mises en place par le Félibrige et qui semblent vouées à l’échec. Mais, ce faisant, ils acquièrent une expérience qui leur sera d’autant plus profitable que, contrairement aux générations précédentes, ils vont savoir faire évoluer cette revendication, ainsi que le montre le projet de programme de 1937, et la porter d’une manière nouvelle et sans doute plus active qu’elle ne l’a été jusque là (Lespoux, 2009).

23Où en sommes-nous donc arrivés à la fin des années 1930 ?

24Sur le plan politique, depuis le début de la revendication pour l’enseignement de la langue d’oc, les réalisations un tant soit peu importantes sont à la fois rares et d’une portée minime :

  • En 1911, Maurice Faure incite à l’étude de l’histoire et de la géographie locales dans les écoles et préconise l’utilisation des dialectes pour l’apprentissage du français.

  • En novembre 1924, François-Albert, dans une très timide circulaire, autorise la tenue de conférences sur la langue d’oc dans les établissements secondaires et les Écoles normales du Midi, « à la condition que ces conférences ne soient pas trop nombreuses ».

  • Lorsqu’il succède à Anatole de Monzie, en 1925, Édouard Daladier se contente de confirmer les autorisations accordées précédemment.

25Maurice Faure, majoral du Félibrige, en 1911, Léon Bérard, membre de l’Escole Gastou Febus en 1919-1920 et entre janvier 1921 et mars 1924, Édouard Daladier maire de Carpentras et fervent défenseur des traditions locales... Il semble bien que les militants de la langue d’oc aient été destinés à être déçus par leurs amis.

26Sur le plan pratique, quelques autorisations de dispenser des cours ont bien été accordées. Qui par un ministre, qui par un recteur ou un inspecteur d’académie, permettant essentiellement l’ouverture de cours dans le secondaire (Joseph Fallen à Marseille et Aix-en-Provence, Pierre Fontan à Toulon...), ou de conférences dans des Écoles normales (par les membres de l’Escole Gastou Febus à Lescar, par exemple). Peu de choses en fait, et surtout dans des lieux où des écoles félibréennes sont bien implantées et dynamiques, c’est-à-dire, pour l’essentiel en Béarn et en Provence. Sans oublier le Collège d’Occitanie qui œuvre dans la région toulousaine.

27Les années 1930, avec l’accession à l’autonomie en 1931 de la Catalogne qui réveille les idéaux fédéralistes des Occitans, puis l’arrivée de la crise économique, et la montée des totalitarismes et surtout la guerre d’Espagne qui touche de plein fouet la Catalogne, font que Félibrige comme occitanisme naissant sont plus absorbés par des questions purement politiques (Simin Palay, en juillet 1936, en appelle même dans les Reclams de Biarn e Gascougne à la création d’un parti félibre) et ralentissent sensiblement leurs actions en faveur de l’enseignement. En 1939, lorsque la guerre éclate, on peut estimer que la question de l’enseignement, sans avoir été abandonnée, a été reléguée au second plan des préoccupations des militants de la langue.

Notes

1 Frédéric Mistral, Discours e dicho, Raphèles-les-Arles, Culture provençale et méridionale — Marcel Petit, 1980, p. 134-135.

2 Sur le Félibrige d’avant 1914, son engagement et sa réception dans la société française, voir Philippe Martel, Les félibres et leur temps. Renaissance d’oc et opinion (1850-1914), Bordeaux, Presses universitaires de Bordeaux, 2010, 690 p.

3 Cité par Joseph Salvat, « Peut-on espérer ? », Lo Gai Saber, n° 156, octobre 1937, p. 277. « Cette langue d’oc, grande voix historique, symbole de notre race, miroir de notre gloire [...] à l’école on la pourchasse et on lui ferme la porte au nez. »

4 Cité par Joseph Savinian-Lhermite, « Esclargimen sus la Metodo pèr ensigna lou Prouvençau » (Éclaircissements sur la Méthode pour enseigner le Provençal), Lou Felibrige, n° 10, janvier-mars 1919, p. 12.

5 Joseph Savinian-Lhermite, op. cit., p. 11-12. « Mais, à bien regarder le fond de la chose, entre l’école où le Maître ainsi respectueux à sa manière de la langue maternelle, en tire de la richesse linguistique pour corriger le français et cette autre école où il méprise le provençal et où il défend de le parler, laquelle choisirait tout félibre amoureux de sa langue ? »

6 Sur ce point, voir Philippe Martel [2010].

7 Jean d’Occitanie, « La langue d’oc au Sénat », Lo Gai Saber, n° 58, mars-avril 1929, p. 31.

8 Lettre reprise dans « Lous “patouès” a l’escole » (Les « patois » à l’école), Reclams de Biarn e Gascougne, octobre 1925, p. 30-31.

9 Ibid.

10 Sur le sujet, voir Yan Lespoux, « Autour d’une revendication méridionale : la Ligue pour la langue d’oc à l’école (1923-1928) », Annales du Midi, tome 122, n° 271, juillet-septembre 2010, p. 391-406.

11 « Programa Occitanista Basic adoptat a l’Acamp dels Amics d’Occitania, lo 8 de Decembre de 1935 » (Programme occitaniste basique adopté à la réunion des Amis d’Occitania, le 8 décembre 1935), Occitania, n° 22, 7 décembre 1935.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2016

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search