Version classiqueVersion mobile

Pour la langue d’oc à l’école

 | 
Yan Lespoux

Préface

Jean-François Chanet

Texte intégral

1 Le livre qu’on va lire est le fruit d’un parcours personnel dont la richesse et la singularité méritent d’emblée l’attention. Yan Lespoux a abordé sa quête d’historien muni, certes, d’une formation adéquate, mais en outre d’une expérience d’enseignant d’occitan et de militant, bien conscient, donc, du caractère polémique des questions qu’il posait et se posait. Ce caractère ne tient pas seulement au fait que la revendication en faveur de l’enseignement de la langue d’oc à l’école — le titre de son livre affiche on ne peut plus clairement la nature de l’objet historique qu’il étudie — a été portée par des individualités fortes. Il résulte des divergences d’appréciation, entre les associations comme entre les hommes, sur la capacité de l’État à faire droit à leurs demandes et sur la capacité des mouvements à faire entendre des arguments raisonnables. Le travail d’historien dans lequel il s’est lancé a d’abord consisté à prendre la distance critique nécessaire par rapport à ce qui avait été pour lui, en premier lieu, une cause à défendre et un enseignement à faire vivre. Ce travail a abouti à une thèse de doctorat préparée sous la direction de Christian Thibon et Jean-Yves Casanova, soutenue le 8 septembre 2009 à l’université de Pau et des pays de l’Adour et jugée digne de la mention la plus haute.

  • 1 Youenn Michel, De la tolérance à l’intégration : l’école et l’enseignement des langues régionales e (...)

2 Sagement, Yan Lespoux s’est donné le temps de tirer de cette thèse le livre que voici. Il en a limité le propos, puisque la thèse embrassait une période plus longue, jusqu’aux années 1990. Il se concentre ici sur les spécificités paradoxales d’un temps commencé avec ce qui a pu être considéré comme le « cadeau de Carcopino », sous Vichy, et que clôt la conquête partielle obtenue dix ans après du législateur républicain. La sûreté de son information, fondée sur de vastes dépouillements d’archives, lui permet de brosser un tableau nuancé de l’entrée progressive de l’occitan dans les programmes scolaires, de préciser la division du travail ou la répartition des rôles entre les militants, les hommes politiques concernés à un moment ou à un autre et enfin les fonctionnaires du ministère, questions sur lesquelles s’était aussi penché, peu avant lui, Youenn Michel 1.

3L’un des premiers mérites de Yan Lespoux est de ne rien dissimuler des handicaps initiaux de la mobilisation en faveur de l’enseignement de la langue d’oc à l’école. Il n’élude pas la question de la représentativité. La faiblesse des effectifs du mouvement occitaniste limitait en effet le nombre de ceux qui pouvaient efficacement porter la revendication et, parmi eux, avant 1945, les non-enseignants étaient plus actifs que les enseignants, si respectés que fussent un Jean Bonnafous ou un Henri Mouly. L’Institut d’études occitanes, créé en 1945, se dote d’un secteur pédagogique ; mais les enseignants n’en sont pas les seuls animateurs, ni les plus zélés, pour des raisons qu’expliquent assez le poids du passé, les habitudes, les représentations dominantes de la hiérarchie. Le majoral Pierre-Louis Berthaud, journaliste, n’est pas des leurs. Yan Lespoux met bien en lumière l’influence des militants établis à Paris, comme Berthaud, mieux placés assurément que les instituteurs de village pour faire du lobbying. L’efficacité de ce lobbying se heurte cependant à la difficulté de rompre avec la posture de l’interpellation générale, sonore mais de peu d’effet pratique, en usage depuis Frédéric Mistral, pour s’engager dans un travail plus modeste et obscur, qu’il soit de nature didactique ou politique. D’un côté, la revendication se heurte à la difficulté de construire une pédagogie occitaniste qui prenne en compte l’évolution des pratiques linguistiques en pays d’oc, entre le temps où l’occitan est encore en usage dans les familles et celui où, dans bien des cas, il n’est plus pour les enfants qu’une seconde langue à apprendre ou à réapprendre. De l’autre, elle souffre d’un déficit de mobilisation des élus en relais de militants cantonnés sur le terrain de ce qu’on appellerait aujourd’hui l’action culturelle. La division déjà ancienne du mouvement entre l’aile occitaniste et l’aile mistralienne du Prouvençau à l’Escolo est une autre faiblesse : on a affaire à deux mouvements parallèles, entre lesquels existent à part égale les ressemblances inavouées et les concurrences envenimées.

  • 2 Philippe Martel, L’école française et l’occitan ou Le sourd et le bègue, préface de Robert Lafont, (...)
  • 3 Maïté Bouyssy, José Cubero et Robert V (dir.), Bertrand Barère, 1755-1841, actes du colloque orga (...)

4 Face aux militants, les institutions. De l’enquête que Yan Lespoux a conduite dans les archives ressortent d’abord un certain nombre de traits anciens dans l’idée que les responsables politiques et administratifs se font des langues régionales. Comme l’a souligné en son temps Philippe Martel 2, on trouve parmi eux peu de convaincus du bien-fondé de la revendication d’un enseignement des langues régionales à l’école. Ils se partagent plutôt entre la bienveillance pour des parlers qu’ils ont tendance à reléguer dans le patrimonial et l’hostilité déclarée, héritière des griefs de Barère en 17933. Mais l’historien fait aussi mesurer une évolution progressive et le rôle nouveau que, suivant les situations, les rapports de force, peuvent jouer certains acteurs, qu’ils soient hostiles, comme les membres du Conseil supérieur de l’Éducation nationale au moment de la loi Deixonne, ou plus réceptifs, comme tel ou tel ministre — ainsi Jérôme Carcopino et Yvon Delbos, si différents qu’ils soient par ailleurs —, tel ou tel parlementaire — c’est aussi le cas de Maurice Deixonne, à sa façon.

5 Yan Lespoux a vu les archives qu’il fallait voir pour éclairer les décisions politiques, mais ce qui fait vraiment le prix de son étude, c’est ce qu’il a tiré des archives privées et particulièrement des correspondances entre les acteurs, fort qu’il était de la conviction qui porte sa thèse, au sens intellectuel du terme : cette histoire est avant tout celle d’« hommes et de femmes investis dans la militance ». En fait, il s’agit d’une histoire à six groupes de personnages : les militants, les élus — qui le plus souvent cumulent un mandat national et au moins un mandat local —, les « institutionnels », hauts fonctionnaires au ministère ou membres d’un organe comme le Conseil supérieur de l’Éducation nationale, les enseignants, enfin les élèves et leurs parents. En raison de la délimitation de son sujet que je viens de rappeler et, faut-il ajouter, des sources existantes, ces deux derniers groupes sont largement absents de son étude et on ne saurait le lui reprocher.

  • 4 Denis Peschanski, « Les vichysto-résistants », communication au colloque « Pourquoi résister. Résis (...)
  • 5 Pierre Bourdieu, La distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Éditions de Minuit, coll. « L (...)

6 Dans la première partie, on voit se confirmer l’équivoque complémentarité des patriotismes sous l’Occupation, donc la pertinence de la catégorie de « vichysto-résistant » proposée par Denis Peschanski et Jean-Pierre Azéma 4. Entre toutes les illusions de ce temps, la plus étrangement tenace est celle qui consiste, de la part des félibres comme des occitanistes, à tenir l’État français pour un État fort et à tout attendre de lui. Mais on voit apparaître aussi ce qui devient l’un des fils rouges du livre : l’absence de demande sociale d’enseignement de la langue d’oc et l’indifférence, voire l’hostilité, largement répandues dans le corps enseignant, signes d’un consentement majoritaire à son déclin et conditions d’affirmation de ce que Pierre Bourdieu désignait comme une « reconnaissance sans la connaissance5 ».

7 Les pages relatives à la gestation de ce qui deviendra la loi Deixonne éclairent une autre lutte d’influence, celle qui existait alors entre les communistes, qui jouèrent leur rôle d’aiguillon, et les socialistes, en position de force au ministère de l’Éducation nationale. Il faut tenir compte des appartenances régionales de celles et ceux qui prirent la parole dans le débat : la position de Rachel Lempereur, par exemple, députée du Nord de 1945 à 1958, doit beaucoup au fait qu’elle avait été directrice d’école. Le lobbying des occitanistes gagne cependant en efficacité, au point que Yan Lespoux en vient à suggérer qu’avec la loi Deixonne, plutôt que des langues, ce sont des groupes de défenseurs de certaines langues qui font l’objet d’une reconnaissance. À cet égard, les usages de la presse sont bien mis en lumière. Ils sont loin d’avoir la simplicité binaire qu’on pourrait imaginer entre de grands quotidiens nationaux supposés indifférents ou hostiles et une presse militante ardente mais confidentielle. La presse régionale à grand tirage joue aussi son rôle, et celui-ci n’est pas univoque.

8 On sera sensible enfin aux nombreux signes de la dépendance de la culture occitane, en tant que culture politique, à l’égard du cadre national dans lequel s’inscrivent nécessairement les modes d’action de l’occitanisme — l’effort de création des centres départementaux de l’I.E.O. en témoigne : on ne parvient pas à penser l’efficacité en dehors du cadre départemental. Au total, on retiendra du présent livre trois apports importants. Il nous apprend beaucoup sur l’organisation et la vie internes des mouvements et associations, leur capacité à se constituer en véritable lobby mais aussi leur tendance à se diviser et à s’affronter, entre félibres et occitanistes ou entre mouvances occitanes. Il éclaire les réponses données par l’État, caractérisées par la continuité dans la réserve, la réticence de principe et tout de même aussi par des concessions progressives. Enfin, et plus largement, il sait donner à voir la culture occitane et son rayonnement dans la société méridionale, avec un sens jamais démenti de la nuance, de la contextualisation nécessaire et de la complexité des échanges entre cette culture et celles qui l’environnent. Cette histoire-là se poursuit bien sûr dans la seconde moitié du siècle et jusqu’à nos jours. Yan Lespoux est bien armé pour l’écrire et l’on ne peut que souhaiter qu’il ait l’occasion de le faire.

Notes

1 Youenn Michel, De la tolérance à l’intégration : l’école et l’enseignement des langues régionales en France, du régime de Vichy aux années 1980, thèse de doctorat d’histoire sous la direction de Jean-Noël Luc, université de Paris-IV-Sorbonne, 2007, 2 vol., 1 250 p.

2 Philippe Martel, L’école française et l’occitan ou Le sourd et le bègue, préface de Robert Lafont, Montpellier, Presses universitaires de la Méditerranée, 2007.

3 Maïté Bouyssy, José Cubero et Robert V (dir.), Bertrand Barère, 1755-1841, actes du colloque organisé à Tarbes en septembre 2005, Tarbes, Association Guillaume Mauran, 2012.

4 Denis Peschanski, « Les vichysto-résistants », communication au colloque « Pourquoi résister. Résister pour quoi faire », Caen, du 2 au 4 décembre 2004 ; Jean-Pierre Azéma, « Les vichysto-résistants », communication au colloque « Guerre, collaboration, résistance : un demi-siècle d’historiographie française », Tel-Aviv, 17-19 mai 2005 ; Johanna Barasz, De Vichy à la Résistance : les vichysto-résistants, 1940-1944, thèse d’histoire sous la direction de Jean-Pierre Azéma, Institut d’études politiques de Paris, 2010, 3 vol., 818 p.

5 Pierre Bourdieu, La distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Éditions de Minuit, coll. « Le sens commun », 1979, 2e éd. augmentée, 1982.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2016

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search