Version classiqueVersion mobile

Croire à la lettre

 | 
Anne Dunan-Page
, 
Clotilde Prunier

Facettes de la correspondance huguenote

« Madame de Louvigny est ma mère en Jésus-Christ » : La Beaumelle, le huguenot de Saint-Cyr

Hubert Bost

Texte intégral

  • 1 Claude Lauriol, La Beaumelle. Un protestant cévenol entre Montesquieu et Voltaire, Genève, Droz, 19 (...)
  • 2 Hubert Bost, Claude Lauriol, Hubert Angliviel de La Beaumelle (éd.), Correspondance de La Beaumelle (...)
  • 3 Madeleine Charlotte Bouvet de Louvigny, née en 1703, religieuse de Saint-Cyr en 1728 († 1765), est (...)
  • 4 Lettres de Madame de Maintenon. A Nancy, chez Deilleau, 1752, 2 tomes in-12 ; Vie de Madame de Main (...)

1La Beaumelle n’est pas un inconnu pour les dix-huitiémistes, puisque Claude Lauriol a consacré à sa vie et à ses écrits une partie considérable de ses recherches1 et que, depuis plusieurs années, nous avons entrepris de publier sa correspondance, dont plusieurs tomes sont déjà parus2. Ce protestant cévenol admirateur de Montesquieu et adversaire redouté de Voltaire, au tempérament haut en couleurs et à la vie romanesque, a toute sa place dans un volume consacré aux questions religieuses dans l’épistolaire. De son adolescence catholique (lorsqu’après un long séjour au collège d’Alès il revient chez son père, il exige de respecter le carême) à sa conversion au protestantisme et sa fugue au « Désert » pour devenir pasteur sous la croix, des écrits genevois en faveur de ses coreligionnaires publiés dans le Journal helvétique aux engagements de la maturité aux côtés des responsables ecclésiastiques, Paul Rabaut en tête, à l’occasion de la tenue du synode national de 1763, La Beaumelle n’aura pas perdu une occasion de manifester son appartenance confessionnelle dans un pays où le protestantisme restait interdit et où sa pratique cultuelle était passible de la prison ou des galères. Sans parler de son engagement dans l’affaire Calas ou d’autres épisodes moins connus. Ni du fait que son intérêt pour la pensée de Montesquieu, une partie de ses polémiques avec Voltaire, certains aspects de ses relations avec Maupertuis ou sa longue amitié avec La Condamine sont traversés par des échanges religieux nombreux et variés. Si l’on s’en tient à l’histoire du protestantisme, la correspondance de La Beaumelle fourmille d’indications, d’autant plus importantes et précieuses qu’elles rectifient ou précisent des faits connus par les correspondances pastorales (en particulier les papiers Court conservés à la Bibliothèque de Genève). Il n’est pas possible de brosser ne serait-ce qu’un panorama de ses centres d’intérêt et de ses interventions. On ne considérera ici que de la séquence épistolaire la plus longue, et probablement la plus originale, de toute sa correspondance : celle qui met en relation le jeune homme de lettres huguenot avec les dames de Saint-Cyr, gardiennes de la mémoire de Madame de Maintenon, et notamment avec Mme de Louvigny, qui sera sa plus fidèle interlocutrice3. La Beaumelle, qui avait publié quelques lettres de Madame de Maintenon et un petit ouvrage sur la première partie de la vie4, voudrait éditer sa correspondance — on appréciera la mise en abyme — et des « mémoires » de Maintenon. En s’entretenant notamment avec Louis Racine, il a subodoré que cette correspondance présentait un réel intérêt. Et il n’a pas tardé à comprendre qu’il frapperait un grand coup s’il parvenait à faire mieux que Voltaire dans le Siècle de Louis XIV.

  • 5 « Nos conversations au sujet de Madame de Maintenon dont vous recueilliés alors les lettres, quelqu (...)
  • 6 Adrien-Maurice (1678-1766), duc de Noailles et maréchal de France. Il avait épousé en 1698 François (...)
  • 7 Voir t. V, LB 1348.

2Nos connaissances sur les circonstances précises dans lesquelles La Beaumelle est entré en contact avec Saint-Cyr sont fragmentaires. Il est certain que son ami le savant La Condamine5 d’une part, et le maréchal de Noailles d’autre part6, y ont joué un rôle déterminant. On sait aussi qu’après un premier passage rapide à Saint-Cyr en novembre 1752, à son retour d’Allemagne, La Beaumelle a vraiment été accueilli dans la Maison royale en janvier 1753, à l’occasion d’un séjour qu’il faisait à Versailles chez Noailles. À cette époque, le maréchal lui donne accès à ses propres archives sur la maison de Saint-Louis dont il est le protecteur7.

  • 8 « [...] nous aurions souhaité une plume catholique, mais nous n’en aurions pu désirer une plus bril (...)
  • 9 Le maréchal de Noailles « possede déja une copie de la lettre de Paul Godet des Marais evesque de C (...)
  • 10 Comme La Condamine le rappelle à La Beaumelle dans une lettre du 8 avril 1754 : t. VII, LB 1921, on (...)
  • 11 « M. le maréchal de Noailles m’envoïa à Saint Cyr & me fit porteur d’une lettre pour ces dames qui (...)

3Malgré ses importantes lacunes — on n’a que très peu de textes de La Beaumelle lui-même —, la correspondance recèle quantité d’informations et présente un intérêt exceptionnel. La situation est unique, presque inconcevable. Qu’on se rende compte : un homme de lettres français protestant (c’est-à-dire, rappelons-le, appartenant à une confession interdite en France) du xviiie siècle est en relation épistolaire suivie, pendant plusieurs années, avec des catholiques, et qui plus est des religieuses ; bien qu’elles n’ignorent pas son appartenance confessionnelle, celles-ci passent outre aux objections et, se ralliant au maréchal de Noailles, décident de confier au jeune huguenot l’histoire des origines de leur établissement8. La confiance mutuelle n’est pas absolue, mais elle est incroyablement étendue. Il convient cependant d’éviter le piège de la lecture idéaliste. On dira que la collaboration est fondée sur une alliance objective entre les deux parties : pour travailler, La Beaumelle a besoin des documents que détiennent les religieuses et que Mme de Louvigny ainsi que quelques rares autres sœurs de la « cabale » transcrivent pour lui ; il ménage ses correspondantes, leur témoigne respect et affection, et ne leur dissimule ni son protestantisme ni son appartenance à la coterie des gens de lettres. De leur côté, les religieuses, instruites par les premières publications de La Beaumelle sur Mme de Maintenon, comprennent le parti qu’elles peuvent tirer de l’élégance de son style et de la vigueur de sa pensée. Tout le monde sait à la cour que Louis XIV s’est marié avec Mme de Maintenon en 16839, mais cela n’a jamais été explicitement reconnu10. En le rendant sinon officiel, du moins public, les religieuses apporteraient la preuve que leur fondatrice ne vivait pas dans le péché ; elles sont donc prêtes à fournir à La Beaumelle les sources documentaires qui lui permettront de prouver la réalité de cette union conjugale et son caractère catholique11. Détestant les esprits forts du temps, et tout particulièrement Voltaire, elles ne se forcent guère pour alimenter l’ambition qu’a La Beaumelle d’écrire, avec ses Mémoires pour servir à l’histoire de Madame de Maintenon et à celle du siècle passé, un anti-Siècle de Louis XIV .

  • 12 Voir les lettres des 2 et 6 décembre 1754 : t. VIII, LB 2127 et LB 2128.
  • 13 « [...] souvenés vous qu’il faudra que nous voïons vostre ouvrage ; si en prenant le parti que je v (...)
  • 14 « Je vous proposois d’aller en Lorraine pour la tirer de captivité ; je n’aimerois point qu’elle se (...)
  • 15 Du reste, l’impression hors de France présente l’inconvénient de rendre encore plus difficile la co (...)

4De nombreux aspects de ces échanges épistolaires mériteraient qu’on s’y arrête. Faute de temps, on se contentera de mentionner la question du financement de l’entreprise éditoriale et les recherches de solutions, emprunt ou prêt12 ; de même pour l’hypothèse qui aurait consisté à faire imprimer plutôt en Lorraine13 qu’en Angleterre ou en Hollande14 — ce qui montre que Mme de Louvigny était bien informée des questions de privilège, d’autorisation tacite et d’impression clandestine15. L’attention se focalisera plutôt sur la discussion qui s’établit sur l’orientation éditoriale, les choix historiographiques, le style et le ton de La Beaumelle.

  • 16 « Prenés y bien garde, je vous en conjure, et de retrancher dans cette page 3 ce qui pouroit blesse (...)
  • 17 « [...] vous avés des lettres de Mme la duchesse de Vantadour, on vous supplie, quelqu’interressant (...)
  • 18 « [...] je m’imagine que Mr le maréchal se soucie assés peu de Mme de M, qu’il est dans l’opinion c (...)
  • 19 « [...] de quelque zele que vous soiés epris, il vaudroit mieux suspendre vostre ouvrage que de vou (...)

5On est frappé du soin avec lequel Mme de Louvigny relit les brouillons ou les épreuves que La Beaumelle lui soumet. Elle traque tout ce qui pourrait écorner le portrait de Mme de Maintenon ou donner d’elle une image de femme dont la moralité ne fut pas irréprochable, de courtisane calculatrice, d’épouse royale incapable de rester dans son rôle, de chrétienne hésitante à l’époque de la querelle du quiétisme, etc. Elle se montre d’une prudence extrême à l’égard des familles concernées par la correspondance de Mme de Maintenon, les Rohan ou les Gramont16, les Ventadour17, les d’Aumale, les d’Osmond d’Havrincourt qui font partie de sa propre famille, et surtout de Noailles, puisque rien ne saurait être publié que le maréchal n’ait préalablement agréé ; or, dans cette entreprise, celui-ci n’a pas forcément les mêmes intérêts que les religieuses18, lesquelles entendent, on l’a dit, saisir l’occasion de rendre public le mariage et d’en mettre au jour les preuves19.

  • 20 « Concertés avec Mr de La C[ondamine] ; imaginés tout ce que la discretion et l’habileté peuvent in (...)
  • 21 « Votre projet, monsieur, est trop beau pour n’en pas desirer l’entiere exécution, et pour n’estre (...)
  • 22 « J’ay vu il y a peu de jours une fort aimable dame qui m’a dit que la Vie de Madame de M. etoit pa (...)

6Mme de Louvigny est également très attentive à tous les indices qui permettraient aux lecteurs de deviner que Saint-Cyr a participé, en fournissant des matériaux, à l’entreprise éditoriale de La Beaumelle20. Depuis le début de cette collaboration (en fait, dès 1751), les religieuses ont exigé le secret en considérant que son succès dépendait de l’incognito, et demandé à contrôler ce que La Beaumelle s’apprêtait à mettre sous la presse21. Mais Mme de Louvigny se révèle extrêmement lucide à propos du genre épistolaire lui-même. D’autant plus consciente de ses pièges et de son intérêt qu’elle-même écrit lettre sur lettre, elle mesure qu’une correspondance livre bien des indices à l’historien qui sait la lire et déconcerte quiconque en est resté à l’image officielle et lisse du personnage public. Cette réflexion l’engage à redoubler d’attention et à exhorter La Beaumelle au même effort22.

  • 23 « [...] j’espere que vous ferés en sorte qu’on ne me devinera jamais, c’est tout ce que j’exige de (...)
  • 24 « Mr de La Valée nous aporteroit les manuscrits que vous voudrés bien nous confier et lundi sans fa (...)
  • 25 « Mgr l’evesque de Chartre arrive ce soir et fera peut estre ce qu’on apelle la visitte ; elle dure (...)

7Parfois Mme de Louvigny s’affole presque en réfléchissant aux risques qu’elle prend vis-à-vis de sa communauté, et adjure La Beaumelle de ne pas trahir sa confiance23. Elle surveille scrupuleusement les manuscrits confiés à La Beaumelle et en exige le retour, surtout lorsqu’elle s’inquiète, non sans raison, d’une possible perquisition chez l’écrivain24. Pourtant, elle est convaincue, comme la « cabale » autour d’elle, que le fait que l’historien de Mme de Maintenon ne soit pas catholique donne à son travail un crédit supérieur25.

  • 26 « [...] l’article du mariage est trop essenssiel, trop à la gloire de Mme de Maintenon pour estre d (...)

8Mme de Louvigny juge que La Beaumelle ne devrait pas s’immiscer dans les querelles du quiétisme ou du jansénisme : son protestantisme le rend inapte à bien exposer la nature de ces débats, il ne peut — selon elle — qu’en offrir une interprétation biaisée ; en outre, y mêler Mme de Maintenon risque de la desservir : elle paraîtra comme une protagoniste de querelles dans lesquelles elle s’est efforcée de ne pas entrer26.

  • 27 « [...] j’ay pris la liberté de vous donner mes avis sur cela et si vous voulés les suivre vous les (...)
  • 28 « [...] au reste, je ne saurois assés vous dire combien je vous lis avec plaisir. Vostre plume a ce (...)
  • 29 « [...] j’aime [mieu]x, ne vous en deplaise, q[ue] vous aïés ecrit en courtisan qu’en philosophe du (...)

9Le fait que La Beaumelle soit protestant et homme de lettres retient tout particulièrement l’attention des dames de Saint-Cyr. Non sans ambiguïté, du reste. Comme protestant, il est harcelé de remarques sur la fausseté de sa confession et d’incitations à se convertir au catholicisme (on y reviendra). Quant à l’homme de lettres, il présente un double danger : qu’il se serve de la vie de Mme de Maintenon comme un canal par lequel il diffuserait des idées philosophiques peu en rapport avec les valeurs et la spiritualité chrétiennes ; et qu’il manifeste son audace historiographique, en particulier lorsqu’il entreprend l’analyse politique du règne de Louis XIV, ce qui vaudrait au livre d’être interdit et des représailles à son auteur27. Mais la forme de son discours fascine, séduit, enchante28. Et le personnage obnubile Mme de Louvigny, qui pense à lui toujours et prie pour lui sans cesse29.

  • 30 « J’ai vu avec une vraie douleur que vous pensiez que j’avois besoin de M. Le François [abbé Le Fra (...)
  • 31 « Je viens de lire La Dévotion réconciliée avec l’esprit [de J.-G. Le Franc de Pompignan]. Et je n’ (...)
  • 32 « [...] si vous etiés assés complaisant pour dire tous les jours le venisancté au commencement de v (...)
  • 33 « [...] trouvés en de pareille contre la crainte d’estre devinée, d’estre accusée de vous avoir liv (...)

10Revenons à ces échanges relatifs au protestantisme de La Beaumelle. Comme on aimerait connaître ses lettres ! Comment s’y prit-il pour assumer son hétérodoxie religieuse tout en manifestant le respect dû au catholicisme en général et à la piété de Mme de Maintenon ? À lire Mme de, on comprend qu’il a toujours exclu de changer de confession, mais qu’il ne se montrait pas fermé à la spiritualité et aux valeurs catholiques — quoi qu’il fasse remarquer qu’un protestant adhère aux vérités de la révélation30, ou se montre assez habile pour souligner que la valeur d’un écrit de dévotion est d’autant plus grande que l’auteur s’en tient à la Bible31 ; qu’il pouvait se moquer gentiment d’elle et éprouver pour elle une immense affection, comme un fils pour sa mère32. La Beaumelle veut embrasser tout le xviie siècle : il n’est donc pas question pour lui de rester sur le seuil des querelles doctrinales. Mais dès qu’il y touche, sa lectrice se hérisse et trouve que sa plume sent le huguenotisme33.

11Les reproches qu’elle émet plus ou moins subtilement lorsqu’elle flaire des relents d’hérésie n’empêchent pas Mme de Louvigny de déployer toute son énergie, toute sa théologie et toute sa spiritualité pour ramener le petit huguenot au bercail.

  • 34 « [...] si j’etois née calviniste, il me semble que deux chose me jeteroient en soubçon contre ma r (...)
  • 35 « Je suis desolée, je vous envisage come un malade desesperé, plus il m’interesse plus son delire m (...)
  • 36 « Cette pensée de la mort est un prelude des graces que Dieu veut vous faire, il attens que vous le (...)
  • 37 « [...] toutes nos dames sont en prieres pour vous, chacune a ecrit aux personnes eminentes en piet (...)
  • 38 « Il est vray que vous n’este pas de ceux qu’on apelle nés coefés ; mais n’apercevés vous pas, sous (...)

12Elle reprend les arguments théologiques les plus rebattus de la controverse du siècle précédent : le défaut de mandat ecclésial qui hypothèque l’autorité de Calvin et la condamnation de ses thèses eucharistiques par le magistère, la propension des protestants à ne pas reconnaître l’autorité, voire à se rebeller contre elle, le refus de l’importance des mérites dans la vie de foi34. Trop humble pour espérer convertir elle-même La Beaumelle, elle souhaiterait qu’un grand saint ou une grande sainte s’en mêlât35. À la moindre ouverture — lorsque La Beaumelle pense à la mort par exemple —, elle saisit l’occasion de « prêcher36 », au risque d’agacer son correspondant et de devoir lui promettre ensuite de ne plus lui parler de religion37..., quitte à recommencer de plus belle quelques semaines après38.

13Deux lettres de mars et avril 1754 illustrent bien les différents thèmes qui ont été abordés : la spontanéité de l’écriture épistolaire, l’espérance que malgré son protestantisme et sa philosophie La Beaumelle sera sauvé, conjuguée à la crainte qu’il n’en soit rien s’il ne s’y efforce pas, le soupçon qu’il soit un esprit fort, et la convocation du passé de ce jeune homme singulier, qui a tout de même été formé dans un collège catholique :

  • 39 5 mars 1754 : t. VII, LB 1859.

Vous avés tant de guignon que je vous prendrois pour un predestiné si vous etiés catolique, mais je gemis douloureusement quand je pense que vous n’este point heureux dans ce monde et ne le serés surement pas dans l’autre... je me trompe, Dieu vous poursuit... il vous cherche par la voie des afflictions... rapellés vous certainnes années de vostre vie où il vous a parlé au cœur, ne prenés pas ces graces là pour des mouvemens que l’enfance avoit produits, comparés ces années d’innocence à celles d’aujour d’huy et jugés vous mesme lesquelles sont à preferer. Je ne vous dissimule pas que ce n’est pas Calvin seul qui me fait trembler pour vous ; Lebnits, Voltaire mesme ne me donne guerre moins de fraïeur ; doüé d’un beau genie come eux, n’envisagés vous point aussy come eux (pardonnés si j’ose le dire) la religion come un sisteme necessaire pour contenir le vulguaire mais très inutile pour un bel esprit ? N’este vous point adorateur du vostre et ne tournés vous pas contre Dieu mesme par vostre incredulité les dons qu’il vous a faits ? Este vous convaincu que vostre ame est immortelle et que le germe de sa felicité, de sa beatitude, est l’amour de son createur, ainssy que le germe de son supplice et de son suplice eternel est son orgueuil d’où naist l’incredulité, son ingrattitude monstrueuse et ces prevarications contre la loy39 ?

14Un mois plus tard, Mme de Louvigny revient à la charge. C’est à nouveau le renvoi à l’hérésie calviniste qui damne ipso facto celui qui la professe, le passé au collège d’Alès, la justification de l’ecclésiologie catholique et du magistère pontifical, l’intercession des saints, et finalement la conviction que la véritable doctrine a triomphé, de sorte qu’il suffit d’ouvrir les yeux pour s’en apercevoir :

  • 40 5 avril 1754 : t. VII, LB 1908. Nouvelle tentative quelque mois plus tard : « je vous renvoie encor (...)

Vous vous plaignés, monsieur, et vous avés, dites vous, sur le cœur que j’aye si mal auguré de vostre salut ; mais pouvoi je en juger autrement ! Diciple de Calvin, quelle sort pouvoit vous attendre que la reprobation qui n’est encore que suspendue si la misericorde de Dieu que j’implore ne vient à vostre secours ; je blasme le zele amer des deux prestres qui vous ont dit des duretés ; il auroit fallu un saint François de Salles pour vous persuader ; la conversion d’un calviniste n’est accordée qu’à des saints ; les miracles mesme n’i font rien [...] il etoit de la sagesse eternelle de donner des marques senssibles et palpables de la visibilité de son Eglise affin que les simples, le peuple qui ne sçait point argumenter, ne pussent s’i meprandre ; il falloit donc un chéf ; J. C. l’a etabli ; il falloit une authorité absolüe ; il y a pourvu ; et depuis dix huit siecles les successeurs de Pierre en sont en possession ; voila des tiltres bien forts, que le bon sens saisit sans peine, de prime abord ; ajoutés à cela le soin qu’a eu la providence d’orner son Eglise de tant de grands homes, de tant de saints precisement dans ces malheureux siecles ravagés par Lhuther et Calvin, c’est alors qu’on a vu paroitre saint Ignace, sa compagnie entiere ; saint Charles Boromée, sainte Therese, saint Jan de la Croix, saint Pierre d’Alcantara, saint François Xavier, vray taumaturge et qui, par les prodiges renouvellés de la primitive Eglise, a enlevé chés les idolatres autant d’âmes au Demon que les heretiques en enroloient sous ces etendarts en France et en Allemagne ; tous ces saints que je viens de nomer, ces heros du christianisme et tant d’autres dont j’oublie le nom semblent estre venus pour rassurer les fidelles ebranlés et pour leur dire coment il falloit croire, ce soumettre et agir. Saint François de Salles depuis et la mere de Chantal nous ont donné les mesmes leçons. S’il faut des docteurs, la pluspart de ces saints l’etoient, et dans le siecle precedant ou au commencement de celuy cy nous avons eu pour nous le grand Arnauld, quoy que par un secret jugement de Dieu et que peut estre ebloüi de son savoir il se soit egaré come Tertullien ; mais enfin le grand Arnault a resisté au ministre Claude, l’a convaincu40.

  • 41 « Encore bienheureuse si je vous persuade ce calme, cette moderation que je vous presche pour le su (...)

15En bonne apologète, Mme de Louvigny sait qu’il vaut mieux que La Beaumelle soit protestant qu’incroyant ou déiste41.

  • 42 « Ces filles de Saint Cyr ont bien raison de m’aimer. Car Madame de Maintenon étoit la seule chose (...)
  • 43 « Vous êtes mon pere en Apollon & madame de Louvigny ma mere en J. C. Mais le premier est bien plus (...)
  • 44 « Je blesse en vostre faveur, monsieur, des loix [le règlement de Saint-Cyr] que j’approuve et dont (...)

16Cette relation épistolaire de haute tenue, où les enjeux historiques ne sont pas minces, où une controverse respectueuse mais ferme peut se déployer, où les deux correspondants misent gros, n’en est pas moins traversée par des sentiments extrêmement affectueux et profonds42. On peut même parler de rapport filiaux : tout comme La Beaumelle considérait que La Condamine était son père, il voyait en Mme de Louvigny sa mère43. Bien sûr, il s’agissait d’une sorte de mot d’esprit. Cependant, il est hautement probable que La Beaumelle — dont la mère était morte alors qu’il n’avait que trois ans — a parlé en ces termes à Mme de Louvigny, puisque celle-ci en fournit de forts indices dans la correspondance44.

  • 45 « Je n’ecrirai point à Mme de Louvigny : elle ne répond point aux articles les plus intéressans de (...)
  • 46 « Je vois que la lettre de Mme de Louvigni vous embarasse, mais ne vous l’etes vous pas attirée en (...)
  • 47 « [...] je me tairois donc tout de bon mais il faut bien que je m’adresse desormais à vous, monsieu (...)

17Du reste, l’intervention de La Condamine n’est pas sans intérêt. Lorsque La Beaumelle s’impatiente de devoir endurer les sermons de Saint-Cyr pour obtenir les lettres45, son ami le tempère et l’exhorte à se laisser tranquillement convertir par cette religieuse qu’il qualifie de « Père de l’Église46 » ! Et dans cette période de brouille passagère, Mme de Louvigny écrit à La Condamine pour qu’il fasse passer certaines information au « petit hérétique » qui boude et ne veut plus avoir affaire avec elle47.

  • 48 6 volumes in 12 de Mémoires et 9 volumes in 12 de Lettres de Mme de Maintenon (deux éditions hollan (...)
  • 49 « J’ai été à Saint Cyr, j’ai vu madame de Louvigny et madame de Mornai qui va rentrer en fonction. (...)

18La focalisation sur la première phase de cette correspondance a conduit à passer sous silence bien des questions relatives à la correspondance de Mme de Maintenon. Il faudrait pouvoir entrer dans le détail des choix éditoriaux et des raisons de ces choix. Les quelques exemples recueillis ici suffisent néanmoins à mesurer l’ampleur et l’intérêt de ce lien épistolaire aussi durable qu’exceptionnel. À la sortie des Mémoires et des Lettres de Mme de Maintenon48, La Beaumelle est embastillé puis exilé dans sa province. Les liens se relâchent. La Condamine les maintient toutefois49, jusqu’à ce que La Beaumelle se marie et en fasse part à sa vieille correspondante. L’ultime lettre que celle-ci lui envoie — elle meurt l’année suivante — est un élégant adieu plein de bons vœux. Comme elle n’aura pas eu le dernier mot sur le plan religieux, n’est-il pas normal qu’on le lui laisse sur le plan épistolaire ?

  • 50 Mme de Louvigny, 23 avril 1764.

Vous ne vous meprandrés jamais en suposant que tout ce qui vous touche m’interesse, je suis ravie de vostre himen avantageuse et des qualités aimables de celle dont vous avés fait choix. Puisse cette prospérité qui n’est que pour le tenir estre suivie d’une infinité d’actions et avec elles des graces de salut pour vostre fortune eternelle. Je la demande souvent à Dieu, monsieur, et en le benissant des bienfants qu’il repand sur vous je le prie justament de toucher vostre cœur et de luy faire sentir que luy seul peut le rendre veritablement heureux [...]
[Mme de Mornay, redevenue supérieure] vous souhaittant comme moy et à madame de La Beaumelle des jours filés d’or et de soye. Les miens s’abregant par l’age et les infirmités, mais il n’en aura aucun de ma vie où je ne sois très parfaitement, monsieur, votre très humble et très obéissante servante50.

Notes

1 Claude Lauriol, La Beaumelle. Un protestant cévenol entre Montesquieu et Voltaire, Genève, Droz, 1978, idem, Études sur La Beaumelle, Paris, Champion, 2008.

2 Hubert Bost, Claude Lauriol, Hubert Angliviel de La Beaumelle (éd.), Correspondance de La Beaumelle (1726-1773), Oxford, Voltaire Foundation, t. I : 1726- 1747 (2005) ; t. II : avril 1747-juillet 1749 (2006) ; t. III : août 1749-février 1751 (2007), t. IV : mars 1751-avril 1752 (2008) ; t. V : mai 1752-avril 1753 (2009) ; t. VI : 15 avril 1753-21 janvier 1754 (2010) ; t. VII : 22 janvier 1754-18 octobre 1754 (2011) ; t. VIII : 20 octobre 1754-30 juin 1755 (2012).

3 Madeleine Charlotte Bouvet de Louvigny, née en 1703, religieuse de Saint-Cyr en 1728 († 1765), est la fille du marquis de Louvigny et d’Anne d’Osmond et la sœur de la marquise d’Havrincourt.

4 Lettres de Madame de Maintenon. A Nancy, chez Deilleau, 1752, 2 tomes in-12 ; Vie de Madame de Maintenon, tome premier, A Nancy, chez H. Brenneau, 1753, in-12.

5 « Nos conversations au sujet de Madame de Maintenon dont vous recueilliés alors les lettres, quelques unes que cette dame avoit écrites à ma mere, et la correspondance que j’entretenois avec feu madame de Louvigny, l’une des dames de Saint Cyr, me firent naitre l’idée de vous faire connoitre d’elle et de madame de Mornai la supérieure, vous savés le reste. » (La Condamine, 14 juillet 1772). « Je me hâte de me justifier sur l’infidélité de ma mémoire, elle est très excusable dans le cas présent. Je crois tout ce que vous me dites de votre connoissance avec les dames de Saint Cyr avant que vous me connussiés \et\par conséquent avant votre voyage à Paris en 1753 [...] Ceci posé, vous ne devés pas etre surpris que j’aie oublié que lorsque nous avons eté à Saint Cyr voir ces dames que vous voyiés alors pour la premiere fois, ce me soit resté dans l’esprit que c’etoit moi qui vous avois procuré leur conoissance, et que j’aie oublié que vous leur aviés ecrit précedemment et reçu de leurs lettres, et j’ai encore dans la tete que je n’ai pas nui à vous faire accepter pour l’historiographe de Madame de Maintenon » (La Condamine, 20 octobre 1772).

6 Adrien-Maurice (1678-1766), duc de Noailles et maréchal de France. Il avait épousé en 1698 Françoise Amable d’Aubigné (1684-1739), nièce héritière de Mme de Maintenon.

7 Voir t. V, LB 1348.

8 « [...] nous aurions souhaité une plume catholique, mais nous n’en aurions pu désirer une plus brillante et plus agréable que la vôtre, nous ne l’avons pas choisie, comme vous le savez, mais nous acquiessons avec joie aux décrets de la providence qui vous destinoit à mettre au jour des vertus si capables de vous ramener à la lumiere de la vérité [...] » (Mme Du Han de Crèvecœur, supérieure de la maison de Saint-Louis, juin 1756).
« [...] à propos de dissimulation, je comprans à merveille vos scrupules : un cœur droit ce revolte et ne peut ce resoudre à dire faux ; mais il est plus vray que vous ne le pensés que nostre republique en corps vous eût refusé tout net la communication des materiaux que vous avés, et sitost qu’on vous a sceu diciple de Calvin, on a temoigné des opositions que la mere superieure n’a calmée qu’en nomant Mr le marechal ; on luy devoit donc envoier tout et vous voiés ce qu’il en auroit resulté ; ma sœur de Montorsier et moy, plus hardie que les autres, avons osé interpreter les intentions de la mere superieure ; elle a fermé les yeux et j’ay ecrit tout ce que j’ay pû ; ainssy deux particulieres vous ont effectivement fourni la plupart de vos materiaux ; c’est encore un mistere pour nos dames et mesme pour ma sœur de Gennetines que je ne voudrois pas jurer qui n’eût de son costé fait come nous... » (Mme de Louvigny, 13 octobre 1754 : t. VII, LB 2084).

9 Le maréchal de Noailles « possede déja une copie de la lettre de Paul Godet des Marais evesque de Chartres au roy, qui confirme entierement le mariage. Cette lettre fut aparament remise par le roy mesme entre les mains de Mme de Maintenon qui l’a apostillée et rendue ensuïte à ce prélat ; c’est par son successeur Mr de Mérinville qu’elle nous a esté remise avec ordre de ne la décacheter qu’aprés sa mort. » (Mme de Mornay, 31 mars 1753 : t. V, LB 1428).

10 Comme La Condamine le rappelle à La Beaumelle dans une lettre du 8 avril 1754 : t. VII, LB 1921, on trouve cependant des allusions à ce mariage dans les Mémoires pour servir à l’histoire de Louis XIV de l’abbé de Choisy, Utrecht, Van de Water, 1727, in-12, t. II, liv. VI, p. 157-159 et dans les Lettres historiques et galantes de deux dames de condition de Mme Du Noyer, Amsterdam, P. Brunel, 1732, 5 vol in 12, t. I, lettre vi.

11 « M. le maréchal de Noailles m’envoïa à Saint Cyr & me fit porteur d’une lettre pour ces dames qui renfermoit la permission la plus ample. Ces dames qui avoient sollicité autant que moi cette permission en ont usé avec tout le zele qu’elles doivent à Mme de Maint... & avec toute la reconnoissance que ce zele leur inspire pour son historien. Quoiqu’elles aient apris que ma façon de penser sur les matieres de foi étoit différente de la leur, elles n’en ont pas eu moins de confiance. Tous les originaux m’ont été communiqués sans réserve. J’ai été six jours enterré chez elles dans des tas de papier. J’ai tout examiné & marqué ce qu’il m’en faloit. J’aurai des copies de tout. Et cela ira bien à dix ou douze mille lettres, tant de Mme de Maintenon que de Louis XIV, des princes, ministres, magistrats, eveques & cardinaux [...] J’ai travaillé comme un forçat ; mais on m’a fait bonne chere & bon feu, & l’on m’a logé dans la chambre qu’occupe l’evêque de Chartres, supérieur de la maison. On m’a remis en partant les copies qu’on avoit ; & l’on est après à faire copier les lettres qui ne l’étoient pas encore. Je n’ai pas encore rendu compte au maréchal de Noailles, qui m’a remis à demain à neuf heures & demie ; mais je ne doute plus qu’il ne me donne ses 3 volumes in 4o & divers mémoires sur le regne de Louis XIV. J’ai copié moi-même les billets de Louis XIV sur les originaux ecrits de sa main, & j’en ai conservé autant qu’il m’a été possible les fautes d’ortografe & d’accentuation. Malheureusement il n’y en a que 22. On m’a confié les originaux de la reine d’Angleterre. Enfin tout est au mieux, pourvu que les copistes se hâtent. » (La Beaumelle à Jean Angliviel, 12-14 décembre 1753 : t. VI, LB 1717 ; je souligne).

12 Voir les lettres des 2 et 6 décembre 1754 : t. VIII, LB 2127 et LB 2128.

13 « [...] souvenés vous qu’il faudra que nous voïons vostre ouvrage ; si en prenant le parti que je vous propose vous vous determinés à le faire imprimer, j’aimerois mieux que ce fust à Mets qu’à La Haïe ; si vous este aussy moderé que je vous le recommande, Mets vaudra mieux, et si vous l’este moins, vous seriés plus surement à La Haïe » (Mme de Louvigny, 6 décembre 1754 : t. VIII, LB 2128). « [...] il me vient une autre idée et qui remedieroit, ce me semble, à tout inconvenient : ce seroit d’obtenir de la reine ou des princesses une recommandation auprès du roy duc de Loraine et de faire imprimer à Luneville. Ce prince aime les gens de lettres, il y a une petitte Academie ; vostre religion est le seul obstacle que je craindrois à ces bontés pour vous ; cependant il a un medecin lhuterien qu’il aime fort, ce qui me feroit croire qu’il pouroit bien tolerer un calviniste » (Mme de Louvigny, le 21 janvier 1754 : t. VI, LB 1763 ; je souligne).

14 « Je vous proposois d’aller en Lorraine pour la tirer de captivité ; je n’aimerois point qu’elle se refugiast chés ces insulaires où toute religion periclite aussy bien que les mœurs » (Mme de Louvigny, 23 janvier 1754 : t. VII, LB 1768). « [...] je n’aime point pour vous ces païs desolés par l’heresie où vous trouverés de nouveaux prejugés pour vous y affermir ; Dieu saura bien vous en tirer toute fois si vous cherchés scincerement la verité et si, loin de la craindre, de la haïr, vous desirés de la trouver ; tous les biens vous viendront par elle et avec elle, et ce sont là les biens que je vous souhaitte avec une bonne santé. » (Mme de Louvigny, 1er décembre 1754 : t. VIII, LB 2126).

15 Du reste, l’impression hors de France présente l’inconvénient de rendre encore plus difficile la conversion de La Beaumelle au catholicisme : « [...] je vous conjure bien instament de prendre celuy [le style] que Mr le marechal exigera ; sans cette complaisance nous ne verrons jamais Mme de Maintenon à moins que vous ne preniés vostre parti de la faire imprimer dans un païs etranger ; vous expatrier ce n’est pas mon compte car j’espere toujours quelque coup favorable de la providence, quelque rencontre heureuse de quelque saint catolique qui opere\ra\vostre conversion ; vostre mepris des biens de la terre quoy que meslé d’orgueuil ne laisse pas d’estre une disposition à renoncer à tout pour trouver Dieu ; helas le trouver, c’est trouver dès ce monde le bonheur et la felicité ; vous la chercherés vainement dans les creatures, elles nous trompent ou nous quitte et nous passons nous mesme ; pourquoy tant de vertus et une si belle ame si ce n’est pour estre la conqueste et la possession de celuy qui la crée. » (Mme de Louvigny, 16 novembre 1754 : t. VIII, LB 2117).

16 « Prenés y bien garde, je vous en conjure, et de retrancher dans cette page 3 ce qui pouroit blesser les maisons de Rohan et de Gramont [...] » (Mme de Louvigny, 13 octobre 1754 : t. VII, LB 2084).

17 « [...] vous avés des lettres de Mme la duchesse de Vantadour, on vous supplie, quelqu’interressantes qu’elles vous paroissent, de ne pas sucomber à la tentation de les mettre au jour ; il y est question de la brouillerie entre elle et le marechal de Villeroy ; cette affaire est delicatte et il ce pouroit faire qu’il y en eût d’autres qui ne le seroient pas moins. » (Mme de Louvigny, 16 décembre 1753 : t. VI, LB 1721).

18 « [...] je m’imagine que Mr le maréchal se soucie assés peu de Mme de M, qu’il est dans l’opinion come tous les grands que son mariage declaré sera une tache pour le feu roy, une honte pour le trosne & c et qu’imbu de cette fausse grandeur il y sacrifiera les interrests de sa tante et les nostres sans contredit » (Mme de Louvigny, 8 janvier 1755 : t. VIII, LB 2146) ; en sens contraire : « le marechal, à qui vous auriés dû plaire, à qui vous n’auriés point deplu en constatant le mariage de Louis 14, sera mecontant et empeschera la permission et le debit » (Mme de Louvigny, octobre 1755 : t. IX, LB 2462).

19 « [...] de quelque zele que vous soiés epris, il vaudroit mieux suspendre vostre ouvrage que de vous exposer à de nouveaux malheurs et mesme à des retranchemens odieux come de taire le mariage du roy » (Mme de Louvigny, 5 avril 1754 : t. VII, LB 1908) ; « [...] profités des longueurs de M. le marechal, qui suspend l’impression, qui sera un siecle à vous lire, pour revoir corriger et embellir vostre ouvrage ; si j’ose vous donner un conseil, c’est de vous rendre à tout ce que Mr le marechal exigera, si ce n’est qu’il voulût taire le mariage ; dite luy bien alors que tout ce qui respire à Saint Cir ne consentira jamais qu’on le dissimule ; vous avés tant de belles et bonnes raisons à alleguer, vous este si eloquent sur cet article qu’infailliblement vous persuaderés » (Mme de Louvigny, 5 novembre 1754 : t. VIII, LB 2101).

20 « Concertés avec Mr de La C[ondamine] ; imaginés tout ce que la discretion et l’habileté peuvent inspirer et mandés nous vos projets en disant : si j’avois cette lettre, je ferois telle et telle chose ; il en faut retrancher, elle est trop longue, mais surtout ne nous livrés pas, la mere n’en sçait pas un mot ni qui que ce soit ; ce coup est le plus hardi que nous aïons risqué, soiés donc complaisant à vostre tour en retranchant de vostre livre tout ce que vous sentés de bonne foy que nous retrancherions ou desirerions qui fût retranché. » (Mme de Louvigny, 6 novembre 1754 : t. VIII, LB 2103).

21 « Votre projet, monsieur, est trop beau pour n’en pas desirer l’entiere exécution, et pour n’estre pas tentée d’y contribuer. La Vie de Mme de Maintenon écrite avec une pleine connoissance des faits et des traits qui la caractérisent renfermeroit sans doute un panégerique complet ; plus on saisira le vray sur ce qui la regarde, et plus on aura de vénération pour sa mémoire ; on n’a pû la noircir de son vivant que par haine ou par jalousie, et par erreur aprés sa mort [...], il nous reste en effet des matériaux bien prétieux et qui peuvent supléer à son silence. Toutefois, monsieur, vous me permettrés de ne vous en envoyer aucun que vous n’ayés eu la bonté de me comuniquer vostre ouvrage ; la crainte de répéter ce que vous auriés déja n’est pas la seule que la prudence suggere en cette occasion ; d’ailleurs le secret inviolable sur une telle démarche de vostre part seroit absolument essentiel ; il est vrai que vostre exposé inspire la confiance et qu’on y aperçoit une capacité égale au zele qui vous anime, mais le nostre, quoique vif, ne doit rien hasarder. » (Mme de Mornay, 1er septembre 1751 : t. IV LB 898). « [...] je me tairois si je m’interressois moins à vous, mais je ne puis souffrir qu’on puisse vous accuser de manquer à vostre parole et c’est ce qui ne manquera pas d’arriver si vous nous refusés la communication des memoires de la Vie de Mme de M. ; Mr de La Condamine que j’ay eu l’honneur de voir hiert nous dit que vous balenciés à nous les envoier, il persuada mesme la mere superieure que vous aviés raison et je fus du mesme avis, mais les dames initiée au secret trouvent vostre reserve assés etrange ; on ne pretendroit nullement garder vostre ouvrage mais on voudroit le lire ; vous vous y este engagé, on m’a pressée de vous sommer de vostre parole et je ne m’en puis dispense ; que craignés vous de nostre part ? » (Mme de Louvigny, 1er décembre 1754 : t. VIII, LB 2126).

22 « J’ay vu il y a peu de jours une fort aimable dame qui m’a dit que la Vie de Madame de M. etoit parfaitement bien ecrite — je ne l’ignorois pas — et qu’elle l’auroit entendû extremement aplaudir — ce qui ne m’a pas surprise — mais elle a ajouté que le public ne croioit pas que toutes les lettres qu’on attribuoit à Madame de M. dans les deux volumes fussent d’elle parce qu’il y en avoit plusieurs qui ne repondoient pas à l’idée qu’on avoit de son esprit. Ce jugement, quoy que très baroc, doit, ce me semble, vous engager, monsieur, à une nouvelle attention sur le choix et mesme à suprimer ou corriger ce qui a pu echaper de moins bien à Madame de M. qui ecrivoit avec precipitation, souvent interrompûe et plus souvent encore gesnée depuis sa haute piété par le scrupule de trop bien dire, et qui enfin ne comptoit nullement qu’on imprimeroit ces lettres. » (Mme de Louvigny, 15 janvier 1754 : t. VI, LB 1753 ; je souligne).

23 « [...] j’espere que vous ferés en sorte qu’on ne me devinera jamais, c’est tout ce que j’exige de vostre reconnoissance ; il ne faut pas qu’on puisse imaginer qu’il y ait quelqu’un icy assés hardi pour avoir osé faire ce que j’ay fait ; cela retomberoit sur la maison entiere et seroit d’une consequance infinie ; ainssy je ne crains point de vous repeter de cacher soigneusement la source où vous avés puisé ; vous me le devés, vous le devés à Mme de Mornay dont la premiere complaisance, complaisance alors legitime et authorisée, m’a decidée pour le reste. » (Mme de Louvigny, 13 novembre 1753 : t. VI, LB 1682).

24 « Mr de La Valée nous aporteroit les manuscrits que vous voudrés bien nous confier et lundi sans faute nous vous les renverrions et nous ferions plus de diligeance encore pour ne point retarder vostre depart [pour la Hollande] ; [...] Vous croiés bien que, quelle que sureté que vous preniés pour nos manuscrits, nous aimerions mieux les ravoir » (Mme de Louvigny, 26 décembre 1754 : t. VIII, LB 2136).

25 « Mgr l’evesque de Chartre arrive ce soir et fera peut estre ce qu’on apelle la visitte ; elle dure trois jours et il fait entrer qui bon luy semble ; je ne sçait si vous aimeriés à vous rencontrer avec luy et si on ne l’aura pas prevenu par quelque scrupule sur ce qu’etant d’une croïance oposée à la nostre, on vous confie la Vie de Mme de M. ; il y a plus d’un devot qui s’en scandalise ; pour moy, je tiens que la verité sortant de vostre plume n’en aura que plus de force, et je suis sur cela de l’avis de Mr de La Condamine. » (Mme de Louvigny, 14 juin 1754 : t. VII, LB 2005).

26 « [...] l’article du mariage est trop essenssiel, trop à la gloire de Mme de Maintenon pour estre de ces verités qu’il faille taire, mais les disputes de Mr de Fenelon et de Mr Bossuet ne sont point du tout du ressort de cette histoire » (Mme de Louvigny, 1er décembre 1754 : t. VIII, LB 2126).

27 « [...] j’ay pris la liberté de vous donner mes avis sur cela et si vous voulés les suivre vous les retrouverés dans mes lettres, mais quand vous serés dans ce païs lointain je vous conjure instament d’estre en garde contre le penchant d’ecrire courageusement ; contés que ce courage et cette liberté pouroit fort bien aneantir vostre livre, le proscrire et vous attirer la disgrace de ceux qui ne respirent que vostre bien ; Mr le marechal de N. a dit icy que c’etoit autant pour vous que pour luy qu’il vouloit voir vos manuscrits affin d’en effacer ce qui vous seroit fatal ; je crois bien qu’il mutileroit plus que nous ne le voulons vostre ouvrage, mais cet inconvenient n’aproche pas du danger que vous courrés en vous livrant trop à cette liberté que vous vantés dans vostre preface ; tout ce que vous avés à dire est interressant, pourquoy y ajouter plus que n’exige l’histoire de Mme de M ? Parler moderement des disputes sur la religion est une prudence louable ; admirer Mme de M. dans la conduitte pleine de sagesse qu’elle tient à cet egard est le tribut que son autheur et la posterité luy doivent ; il est essenssiel de la representer toujours dans cette uniformité de conduitte et d’eviter qu’on n’infere de quelques variations insseparables de l’humanité ces odieuses epithetes d’hipocrites qu’on luy donnoit parce qu’en mesme tems qu’elle ecrivoit à l’abé Gobelin avec pieté, on la voit ecrire à Mme de Montespan avec defferance et avec eloges. » (Mme de Louvigny, 14 décembre 1754 : t. VIII, LB 2130).

28 « [...] au reste, je ne saurois assés vous dire combien je vous lis avec plaisir. Vostre plume a ce je ne sçait quoy qui seduit, qui entraine. Nostre mater dit qu’en lisant vostre preface (lecture qu’elle auroit dû suspendre pour affaire), il ne luy fut pas possible de la commencer sans la continüer et l’achever ; tout de mesme pour vostre Discours sur les arts et vostre Reponce à Voltaire, mais prenés garde (je vous parle en amie scincere) d’estre si preocupé de vos talens que vous ne defferiés à personne. » (Mme de Louvigny, 8 octobre 1754 : t. VII, LB 2081).
« [...] je n’ay cherché ni desiré les relations que j’ay avec vous, j’eus mesme beaucoup de repugnance dans les commencemens de me mesler de cette affaire, ma superieure me le commanda, j’obeïs et me voila au point de ne m’en pas desister quoy que je sois mecontente de la licence de vostre plume qui me charme d’ailleurs en tout le reste ; que n’ecrivés vous des livres come vous ecrivés des lettres ! les vostres sont d’un agrement, d’un naturel, tout y respire l’home d’esprit, l’honneste home, enfin elle sont delicieuses et quelque fois un peu irroniques car, ne vous deplaise, c’est ce moquer de moy que de m’inviter d’estre après vous l’historien de Mme de M. » (Mme de Louvigny, 28 octobre 1755 : t. IX, LB 2469).

29 « [...] j’aime [mieu]x, ne vous en deplaise, q[ue] vous aïés ecrit en courtisan qu’en philosophe du tems ; [...] il faut prendre patience sur la premiere, faire agréer au ministre les additions, ne mettre que celles qui seroient à la gloire de l’institutrice et rester, s’il vous plaist, les mains liées sur le reste car cette ligature, ou je me trompe bien, n’aura rien de funeste pour la catolicité dont il n’est pas etonnant que vous ne teniés pas grand compte, malheur que je deplore tous les jours, sujet de mes gemissemens et de mille vœux offerts pour vous ; mais que vous sert mon zele ? Si vous n’etiés pas un mondain aussy bien qu’un huguenot, je vous dirois cependant que je crois que Dieu l’exige ; vous este à cent lieüe de ma pensée que vous me revenés dans l’esprit si tost que je prie, et il faut malgré que j’en aïe que je m’oublie moy mesme pour parler de vostre salut et pour le demander avec instance ; j’acuse l’ange de Mme de M. de cette persecution, puisse t’elle vous estre avantageuse ; vous en rirés sans doute et vous dirés que voila de ces pieu[ses] folies du monachisme tandis que je traitte à mon tour de folie et avec justice tout ce qui ne conduit pas au salut ; vous le croïés très aisé à faire ; Dieu ne s’avisera pas de nous damner, dite vous, il est trop bon ; mon Dieu, lisés l’evangile, voiés tout ce qui met obstacle à vostre foy, surtout dans le 5eme chapitre de saint Jan, et vous conviendrés que ce salut, ces très certaines et magnifiques promesses, doivent s’achetter, qu’il faut ce faire violence & c ; il faudroit d’abord les desirer, lire et relire ce qui peut incliner nostre ame à leur poursuitte ; il faudroit dans d’excellans livres puiser le degout de cette fausse et vainne sagesse stoïcienne pour chercher la veritable... Je m’areste, il ne me sied pas de prescher, mais je ne presche assurement que parce que je suis plus que personne, monsieur, vostre très humble et très obeissante servante. » (Mme de Louvigny, 10 juin 1754 : t. VII, LB 2002).

30 « J’ai vu avec une vraie douleur que vous pensiez que j’avois besoin de M. Le François [abbé Le François, Defense de la religion contre les incredules, ou suite des preuves de la religion, Paris, 1755]. Non, madame, il m’est parfaitement inutile. La verité de la religion naturelle & de la religion revelée m’est démontrée depuis lontems. J’en ai fait une étude particuliere, & je ne doute pas plus de la resurrection de J. C. qui est le fondement de notre foi que de mon existence. Cela n’empêche pas que je ne sois infiniment obligé à Mme la superieure du beau présent qu’elle m’a fait. J’en ai lu le 3e vol. qui m’a paru bien. Je lirai le reste pour m’instruire, mais non pour me convaincre. » (La Beaumelle, 31 mars 1754 : t. VII, LB 1892).

31 « Je viens de lire La Dévotion réconciliée avec l’esprit [de J.-G. Le Franc de Pompignan]. Et je n’en grossirai pas ma petite biblioteque. On prouve très bien que la vertu s’allie avec toutes sortes d’esprits ; mais on ne prouve point que la devotion telle que l’imaginent les mistiques ait cette propriété. Le chapitre du gouvernement n’est point aprofondi : on ne dit mot de ce zele intolérant qui est particulier à la devotion. Le chapitre des affaires est assez bien ; mais on ne persuadera jamais aux hommes d’Etat que le mensonge, la corruption, les coups d’autorité, la violation ou l’oubli des lois n’ont jamais sauvé un empire. Le stile de l’ouvrage est sans ame & sans énergie. L’auteur paroit avoir assez d’esprit, peu de piété & beaucoup d’ambition. Ce qu’il dit de la malignité de M. de Montesquieu est aussi ridicule que son titre. Voilà, madame, mon sentiment : je ne serois point surpris qu’un autre en jugeât plus favorablement que moi : chacun a ses idées. Je ne prétends rien ôter au mérite de M. du Puy que je reconois pour un très bel-esprit & que j’aime beaucoup, parce qu’il ne s’amuse pas à citer les Peres & qu’il va droit à l’Ecriture sainte, la source de toute bonne doctrine. » (La Beaumelle, vers le 28 septembre 1754 : t. VII, LB 2067 ; je souligne).

32 « [...] si vous etiés assés complaisant pour dire tous les jours le venisancté au commencement de vostre priere, vous obtiendriés bien des graces ; vous vous moquerés de moy, il n’i a pas grand mal » (Mme de Louvigny, 11 novembre 1754 : t. VIII, LB 2110). « [...] moqués vous de moy si vous voulés, les choses ce passent cependant come cela et je sens que si vous etiés d’humeur à vous faire au moins quelqu’effort, la misericorde de Dieu qui ne cherche qu’à ce faire jour dans vostre ame vous rameneroit aux biens que vous avés quittés, à cette foy vive source de toute delices et qu’on n’aquiert point sans ce faire violence » (1er décembre 1754 : t. VIII, LB 2126).

33 « [...] trouvés en de pareille contre la crainte d’estre devinée, d’estre accusée de vous avoir livré toutes nos anecdotes et mesme Mr de Sens, crainte, je ne vous le dissimule point, qui redouble à l’aspect de vostre preface où on sent que vous ne menagerés guere ceux dont on voudroit que vous ne disiés mot ou peu de chose ainssy que sur la religion ; une plume taillée à Geneve n’est guerre propre à entrer dans ces details en ecrivant l’histoire de la femme de son siecle la plus catholique, la plus simple dans sa foy et dont la haute pieté a prevalu sur tous les motifs qui auroient naturellement dû la porter à agir dans bien des occasions autrement qu’elle n’a fait ; elle n’etoit point ebloüie de ces propres lumieres, elle n’a jamais sceu que les soumettre à l’authorité, persuadée que c’est toute la sureté de nostre sexe et mesme des laïques » (Mme de Louvigny, 25 octobre 1754 : t. VIII, LB 2096).

34 « [...] si j’etois née calviniste, il me semble que deux chose me jeteroient en soubçon contre ma religion : la premiere, que Calvin sans mission, sans authorité, l’a preschée en suivant les erreurs de Gilbert de La Porree et de Beranger, tous deux anathématisés par l’Eglise ; la seconde, le retranchement de tout ce qui mortifie et qui coute le plus come la confession, l’abstinence, le jeune, les vœux, la vie religieuse ; enfin, ce manque de soumission aux concile m’eût eté suspect ; je suis désolée de vostre aversion pour Mr de M[e]aux ; cette aversion, permettés moy de vous le dire, n’est elle point une conviction secrette, un triomphe de la verité qu’on ne veut pourtant ni voir ni apercevoir ? j’ay grand peur que le sejour de la B. ne vous ait donné de faux scrupules sur le dessein que vous aviés de vous eclaircir avec les docteurs catoliques ; ce seroit un artifice de Satan, vous ne sauriés trop con chercher la verité ni demander à Dieu de la connoistre. » (Mme de Louvigny, 19 octobre 1753 : t. VI, LB 1647).

35 « Je suis desolée, je vous envisage come un malade desesperé, plus il m’interesse plus son delire m’afflige et plus je le plains ; si j’etois une sainte come les Therese, les Piere d’Alcantara, les Xavier, les Charles Boromée, les François de Salles, j’aurois persuadé, j’aurois du moins jetté quelque doute heureux. Je suis une pecheresse et la lumiere qui sort d’un tel canal perd sa force et ne rend que plus coupable ; je ne vous parleray donc plus religion et je ne vous parleray mesme plus du tout, non pas que je sois blessée, que je sois offencée — vostre ame m’est toujours precieuse et tant que je viveray je solliciteray et feray solliciter la misericorde de Dieu pour vous —, mais je suis à sec pour les materiaux. » (Mme de Louvigny, 7 novembre 1753 : t. VI, LB 1670).

36 « Cette pensée de la mort est un prelude des graces que Dieu veut vous faire, il attens que vous les luy demandiés ; vostre etat me fait une compassion que je ne puis vous exprimer, vous este lié avec des chaines de fer, vostre propre volonté est le plus grand de tous vos ennemis, vous ne sauriés triompher des penchans qui vous captive\nt\, vous craignés mesme d’en triompher ; ne sont ce pas là les anecdotes de vostre ame ? et n’en penetrai je pas bien tous les replis ! Cependant le tems passe, l’eternité s’aproche et il n’i aura que ceux qui ce seront fait violence qui seront courronnés ; mais n’attendés pas de vous mesme de si genereux efforts, demandés les humblement, demandés les perseverament et mesme malgré l’oposition que vous sentirés de les demander ; je voudrois que vous essaïassiés d’un moïen infaillible, mais vostre religion le proscrit, n’importe, vous jugerés (si vous este exaucé et vous le serés infailliblement) que nous sommes dans le bon chemin et vous dans le mauvais ; recourés donc à la mere du Sauveur, c’est le refuge, l’avocate des pecheurs, priés la d’interceder pour vous et lisés ce que dit saint Piere quand il assure les fidelles qu’il intercedera pour eux quand il sera dans le Royaume de J. C. ; si saint Piere, eclairé par le saint Esprit, dit qu’il pouvoit dans l’autre vie obtenir pour les habitans de ce monde, la mere d’un Dieu homme a sans doute le mesme privilege dans un degré bien superieur ; écoutés une remarque d’une sainte ame : on ne voit point, dit elle, de catholiques reclamer au lit de la mort la religion de Calvin, de Lhuther et l’embrasser ; mais on voit quantité de calvinistes et de lhutheriens abjurer leurs erreurs et ce faire catoliques dans ces derniers momens ; que dites vous de cette preuve ? elle est bien forte ! » (Mme de Louvigny, 28 octobre 1755 : t. IX, LB 2469).

37 « [...] toutes nos dames sont en prieres pour vous, chacune a ecrit aux personnes eminentes en pieté de sa connoissance pour les engager de solliciter le Saint Esprit affin qu’il dissipe les tenebres qui vous cachent la lumiere ; on dit que c’est grand domage ; je le pense encore mieux, mais je n’ay garde de m’etendre sur ce sujet. Je vous l’ait promis, je ne vous parleray plus religion. » (Mme de Louvigny, 13 novembre 1753 : t. VI, LB 1682).

38 « Il est vray que vous n’este pas de ceux qu’on apelle nés coefés ; mais n’apercevés vous pas, sous ces rigueurs aparantes, l’immense misericorde de Dieu qui vous poursuit ? Vous ne serés heureux que quand vous cesserés d’estre l’esclave du monde et de sa vanité, que quand, desabusé d’une fausse philosophie, vous n’en connoistrés point d’autre que d’aimer et servir vostre createur. Ho, si vous pouviés recourir à luy dans ces amertumes qui dechirent si souvent vostre cœur trop sensible ! Si vous luy demandiés scincerement de dissiper vos tenebres, vous sentiriés bien tost son puissant secours. Vous l’aimeriés, et en l’aimant vous seriés vainqueur de vous mesme et du malheur qui vous poursuit ; ce seroit alors que vos jours couleroient dans la paix. Je ne desespere point que cet etat delicieux ne soit un jour le vostre ; mais il faut de vostre coté y travailler et surtout ne lire que de bons livres, et chercher sincerement la verité [...] Ce n’est point parce que vous me dites que je presche bien que je moralise avec vous ; j’ay, par la grace de Dieu, une autre intention ; mais il est vray que vous m’encouragés en ne paroissant pas rebuté de mes sermons ; vous n’este pas come celle de mes eleves qui me mandoit maman j’aime vos lettres à la folie, mais ce n’est pas quand vous preschés ; je dis mon mea culpa de l’odieux soubçon que j’avois pris si mal à propos » (Mme de Louvigny, 7 février 1754 : t. VII, LB 1814).

39 5 mars 1754 : t. VII, LB 1859.

40 5 avril 1754 : t. VII, LB 1908. Nouvelle tentative quelque mois plus tard : « je vous renvoie encore à vostre enfance, à ce tems que vous avés passé au college ; de vostre aveu n’a t’il pas eté le plus heureux de vostre vie et ne seriés vous pas plus content que vous ne l’este si, fidelle à Dieu, vous l’aviés choissy pour vostre partage lorsqu’il frapoit si vivement à vostre cœur ? Je ne crains point de me tromper dans ce que j’avance et si vous me faisiés les annecdotes de vostre ame j’y trouverois mille traits qui apuieroient encore tout autrement mes conjectures ; vous serés bien fatigué de mon zele mais ce Dieu qui vous poursuit encore par mes foibles expressions semble m’en recompenser et je redouble d’empressement pour vostre salut à mesure que je m’aproche de luy soit dans la priere ou dans la reception des sacremens. » (Mme de Louvigny, 1er décembre 1754 : t. VIII, LB 2126).

41 « Encore bienheureuse si je vous persuade ce calme, cette moderation que je vous presche pour le succés mesme de vostre ouvrage. Au nom de Dieu, si vous n’i paroissés pas catolique, n’affectés pas au moins de paroistre huguenot, ne le soiés pas plus qu’Abadie dans son Traité [J. Abbadie, Traité de la vérité de la religion chrétienne, Rotterdam, 1684]. Vous n’i pouvés assurement paroistre qu’home de bonne mœurs, parfait honneste homme, et cela suffit. Ainssy il seroit impertinant de vous precautionner contre l’immonde philosophie de Voltaire, malheureusement trop accreditée à Paris. Vous ne voulés point plaire à des gens frivoles, vous le dites vous mesme, et avec cette assurance je suis tranquile, je vous applaudis. » (Mme de Louvigny, 27 janvier 1754 : t. VII, LB 1786).
« On vous plaint beaucoup de n’estre pas catolique mais on ne vous fera pas un procés de ne le pas paroistre surtout si vous ne paroissés que moderement protestant ; mais s’il vous echapoit quelques traits de ces homes à sistemes qui ne croient en Dieu que par bienseance, croiés moy nous vous rendrions un grand service de vous engager à les retrancher ; l’irreligion ne fut jamais le partage d’un honneste home et quoy qu’elle soit plus accreditée que jamais elle donne de terribles prejugés contre la probité de ses sectateurs ; à Dieu ne plaise que je vous croie de ce malheureux nombre, mais il ne tient pas à des personnes qui ont ecrit icy et qui parlent sans doute d’après Voltaire qu’on ne vous en taxe » (Mme de Louvigny, 1er décembre 1754 : t. VIII, LB 2126 ; je souligne).
« Ce que vous me mandiés il y a quelque tems, que les jensenistes sont des enfans qui ce revoltent contre leur pere, qu’il y auroit plus de bonne foy de s’en separer tout à fait que de vouloir malgré luy y tenir, est d’un protestant, mais d’un protestant merveilleusement droit ; il pouroit y avoir de l’inconvenient de tenir ce lengage ouvertement, mais il n’i en aura jamais de passer très legerement et très rapidement sur toutes ces brouilleries ; il suffit, ce me semble, de faire connoistre le sentiment et la conduitte de Mme de M. dans toutes ces affaires epineuse. » (Mme de Louvigny, 6 décembre 1754 : t. VIII, LB 2128 ; je souligne).

42 « Ces filles de Saint Cyr ont bien raison de m’aimer. Car Madame de Maintenon étoit la seule chose que je regrettois en partant de ce monde. D’ailleurs, j’ai une passion particuliere pour madame de Louvigny. Je crois qu’elle m’aime autant que vous m’aimez. Et il se pourroit bien faire que je ne vous aimasse pas plus qu’elle. » (La Beaumelle à La Condamine, 28 mars 1754 : t. VII, LB 1886).

43 « Vous êtes mon pere en Apollon & madame de Louvigny ma mere en J. C. Mais le premier est bien plus sûr que l’autre. Et s’il plait au Seigneur, je serai plutot un grand littérateur qu’un grand saint. Aussi Tacite qui demande quelque talent passera-t’il devant Mme de Maintenon, qui demande trop de dévotion. » (La Beaumelle à La Condamine, 22 juillet 1754 : t. VII, LB 2028).

44 « Je blesse en vostre faveur, monsieur, des loix [le règlement de Saint-Cyr] que j’approuve et dont, par la grace de Dieu, je suis esclave sans chagrin ; mais le moïen d’apercevoir les vostres sans y compatir et sans vous parler avec cette espece de maternité que vostre confiance et mes propres sentimens exigent ? » (Mme de Louvigny, 5 mars 1754 : t. VII, LB 1859 ; je souligne).
« J’ay bien peur, monsieur, que ce temperament si vif dont vous me rendés compte come un enfant à sa mere ne vous ait donné de terribles armes contre moy » (Mme de Louvigny, 28 octobre 1755 : t. IX, LB 2469).

45 « Je n’ecrirai point à Mme de Louvigny : elle ne répond point aux articles les plus intéressans de mes lettres. Elle me prêche toujours ; ses lettres restent toujours deux fois plus qu’il ne faut en chemin. Elle me donne pourtant un bon conseil pour l’arangement des lettres. » (La Baumelle à La Condamine, 9 avril 1754 : t. VII, LB 1922).

46 « Je vois que la lettre de Mme de Louvigni vous embarasse, mais ne vous l’etes vous pas attirée en vous plaignant qu’elle eût si mal auguré de votre salut ? Ma foi, convertissés vous, il ne faut pas etre honteux de se rendre à un pere de l’Eglise et elle en est un. » (La Condamine, 9 avril 1754 : t. VII, LB 1923).

47 « [...] je me tairois donc tout de bon mais il faut bien que je m’adresse desormais à vous, monsieur, puisque le petit heretique ne veut plus m’entendre. Il pretend que mes lettres sont dangereuses ; ce n’est pas à moy qu’il faut s’en prandre, c’est aux verités de mon cathechisme que j’ay retenüe et que je luy ait dit tout simplement. S’il aperçoit la verité, si il la fuit, si il la craint, il n’en sera que plus coupable et ce n’est pas là mon compte [...] le petit heretique, puis qu’il lit vos lettres, lira aussy ceux qui sont pour luy de sa mesme part si vous le trouvés bon. Pour moy, je l’assure du mesme zele ; il aura beau faire, je luy souhaitteray toujours le plus grand de tous les biens ; si j’en connoissois qui fussent au dessus, je les luy desirerois encore ; je croy que cela vaut bien des complimens. » (Mme de Louvigny, 19 avril 1754 : t. VII, LB 1947 ; je souligne).

48 6 volumes in 12 de Mémoires et 9 volumes in 12 de Lettres de Mme de Maintenon (deux éditions hollandaises, 1756).

49 « J’ai été à Saint Cyr, j’ai vu madame de Louvigny et madame de Mornai qui va rentrer en fonction. Nous avons parlé de vous, elles y prennent toujours un tendre interet...\mais tout bas\. » (La Condamine, 19-23 août 1760).

50 Mme de Louvigny, 23 avril 1764.

Auteur

Est directeur d’études à l’École Pratique des Hautes Études (section des Sciences religieuses) où il occupe la chaire « Protestantismes et culture dans l’Europe moderne, xvie-xviiie siècles ». Ses recherches portent principalement sur l’histoire et la pensée des huguenots à l’époque moderne, et notamment sur l’œuvre de Pierre Bayle (1647-1706). Il est membre de l’Institut de recherche sur la Renaissance, l’Âge classique et les Lumières de l’université Paul-Valéry, Montpellier 3 (rattachement secondaire), dans le cadre duquel il codirige avec Claude Lauriol et Hubert Angliviel de La Beaumelle l’édition de la Correspondance générale de La Beaumelle (1726- 1773) qui paraît à Oxford, Voltaire Foundation (huit tomes parus).

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2012

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search