Version classiqueVersion mobile

Croire à la lettre

 | 
Anne Dunan-Page
, 
Clotilde Prunier

Facettes de la correspondance huguenote

La religion entre les lignes dans la correspondance de Pierre Bayle

Antony McKenna

Texte intégral

  • 1 Dorénavant NRL.

1La correspondance de Bayle est, à première vue, facile à lire ; elle semble tout à fait transparente et témoigne des efforts du jeune homme pour réaliser son ambition de désenclaver son « Ithaque » : le pays du Carla. Ainsi, nous avons souvent affaire à des listes de livres récemment parus, à des remarques sur des ouvrages qui font du bruit ou sur ceux qui sont annoncés — dans le Journal des savants d’abord, dans ses propres Nouvelles de la république des lettres1 ensuite. La culture livresque est une véritable obsession du jeune Bayle : sa présentation épistolaire de ses lectures est facile à lire, parfois ardue à annoter.

2Cette volonté de faire connaître la culture de la capitale et l’étroitesse de la communauté qu’il avait quittée au Carla imposent aussi la nature semi-publique de sa correspondance. Il sait que les lettres adressées à la famille seront lues par tous les membres si ce n’est par tous les amis des environs (voir Lettre 72). Son premier réseau hors de sa famille, celui qu’il constitue avec ses amis de Genève (Minutoli, Basnage, Léger, Pictet), est également un réseau semi-public : les correspondants, aspirants auteurs, lancent leurs coups d’essai et attendent les commentaires des uns et des autres. Le réseau que Bayle constitue pour les besoins des NRL est également un réseau public ou semi-public : Bayle exploite dès l’abord le réseau de ses amis et reproduit leurs lettres sur les curiosités livresques, culturelles ou même climatiques ; son journal s’enracine, en ce sens, dans sa correspondance ; et puis, peu à peu, il s’introduit dans les réseaux institutionnels des académies de Puylaurens, de Genève, de Charenton et de Sedan, de l’École illustre de Rotterdam, de l’Académie française (Benserade) et de l’Académie des sciences (Malebranche, Catelan), du Cabinet des médailles (Rainssant), de la Cour même (le Père de La Chaize) et exploite ces réseaux pour les besoins de son périodique. Là encore, il s’agit manifestement d’une correspondance « ouverte », semi-publique, visant une publication de « nouvelles » fraîches et authentiques, variées et utiles, une culture d’élite. Et ce ne sont pas ses contacts avec Malebranche, Leibniz, Arnauld, Nicole, Furly, Locke, Shaftesbury, Toland, qui peuvent l’inciter à prendre un autre ton. Tous ces hommes existent dans et par leurs réseaux et les collections épistolaires qui ont survécu témoignent de l’importance que les uns et les autres accordent à leur insertion dans un ou dans plusieurs réseaux. D’ailleurs, Bayle s’applique tout particulièrement à maintenir le contact avec un spécialiste du réseau épistolaire tel que l’abbé Claude Nicaise, puisque ce contact lui permet d’être comme au cœur de la culture parisienne.

3On chercherait en vain une correspondance « privée », où l’auteur prendrait un autre ton, laisserait entendre que le rôle public qu’il joue n’est après tout qu’un rôle et aspirerait à faire des confidences, à murmurer des secrets intimes. Au contraire, Bayle s’identifie à son travail : il est pleinement et entièrement journaliste, écrivain. Ses réactions vives, affectives, on les lit aussi bien dans ses œuvres que dans ses lettres : je pense au pamphlet Ce que c’est que la France toute catholique sous le règne de Louis le Grand, et à l’expression de sa rage et de sa douleur devant les persécutions qui avaient coûté la vie à son frère. Il n’y a pas deux niveaux de communication, un homme public et un homme privé. Bayle est tout à son œuvre.

4Est-ce donc comme un lapsus qu’il faut lire un propos exceptionnel qu’il livre à son frère cadet Joseph ? Depuis quelque temps déjà, Bayle tance ce frère fantasque et l’abreuve de recommandations sur ses lectures, sur l’orthographe, sur ses fréquentations... : il le vouvoie (contrairement à Jacob) et adopte la posture d’un maître d’école. On s’étonne donc de lire dans sa lettre du 28 mars 1677 un propos qui annonce les réflexions ambiguës de ses œuvres ultérieures. Ses conseils ont une certaine pertinence dans le contexte universitaire actuel : il faut trouver un poste, dit-il, qui pourra servir d’étape en attendant un poste plus important « quand Dieu y met sa bénédiction, comme il ne manque pas de faire lorsqu’on fait son capital de la vertu et de la crainte de son nom. C’est surtout ce que je vous recommande, et d’autant plus que vous vivez dans un air infecté et contagieux, ainsi que vous me l’apprenez. Il faut se munir de bons antidotes, et se fortifier contre le torrent du vice ». Et il développe cette remarque en une réflexion plus générale :

C’est la chose la plus douloureuse du monde pour une ame qui aime notre sainte Reformation que de voir la honte et l’opprobre dont on la couvre, les insultes outrageants que ses ennemis lui font à cause du peu de vertu qui se remarque dans la plupart des ministres et de ceux qui y aspirent. Cela fait un prejugé en quelque facon legitime contre la divinité de notre religion, car enfin il ne tombe que difficilement dans l’esprit que Dieu abandonne son Eglize à la conduite de gens qui ne font aucune réflexion sur la sainteté de leur ministère : et il semble que si Dieu prenoit un soin particulier de cette famille qu’il s’est choisie dans le monde, comme il ne faut pas douter qu’il n’en prenne, il revetiroit ceux à qui il addresseroit sa vocation pour la paitre, de pureté, de foy, et de bonnes mœurs ; que ne le faisant point, cela signifie qu’il ne regarde point d’un autre œil notre Eglize, que les societez infidèles avec qui il n’a point d’autre liaison que celle de createur et de conservateur.
(28 mars 1677 : vol. II, p. 402-403.)

5Est-ce là la simple remarque moralisatrice d’un maître d’école qui joue de son mieux le rôle qu’il s’est donné ? Est-ce le souvenir des tentations du « pays de Cocagne » qu’était Puylaurens au pays du pastel ? La réflexion sincère que lui inspire son expérience genevoise, qui lui a fait côtoyer nombre de jeunes proposants ? Les mœurs de la communauté de Charenton ou Sedan étaient-elles vraiment si licencieuses ? Est-ce là le Bayle qui est déjà intervenu auprès du comte de Dohna en faveur de son ami Vincent Minutoli, puisque celui-ci était suspendu du ministère après avoir été attrapé en galante compagnie par Jean de Labadie à Middelbourg ? Lui dont le meilleur ami, Jacques Basnage, allait se marier en 1684 avec Suzanne Du Moulin dans des circonstances jugées scandaleuses par Jurieu ? On a du mal à le croire. Il va d’ailleurs appliquer le même argument dans La France toute catholique pour montrer que l’Église romaine est celle des « mal-honnêtes gens », qui se repaissent de violence et de mauvaise foi :

On se consolerait si la persécution nous était livrée par des gens d’une morale rigide, par des anachorètes de la Thébaïde, par un abbé de La Trappe, par exemple, car nous pourrions croire qu’il y aurait quelque chose de sérieux, et quelque bon motif intérieur dans cette conduite : Mais que des prélats efféminez et superbes, que des intendants voluptueux, que des courtisans pourris de crime, que des courtisanes se rendent les promoteurs de nos maux, et y emploient des dragons, qui pour être bons doivent être, selon vos propres poètes, Un anathème, sans Dieu, sans foi, sans c[h]rême et sans baptême ; en vérité l’on ne saurait en revenir ; c’est une comédie de vôtre part, et une tragédie pour nous qui souffrons, et il résulte de tout cela quelque chose de fort fâcheux, et en même temps de fort bourru. (Éd. É. Labrousse, p. 64.)

6En effet, les hommes ne vivent pas selon leurs principes, et, dans ce même pamphlet, Bayle allait tirer une conclusion dangereuse :

Mais ne vous y trompez point ; vos triomphes sont plutôt ceux du déisme que ceux de la vraie foi. Je voudrais que vous entendissiez ceux qui n’ont d’autre religion que celle de l’équité naturelle. Ils regardent votre conduite comme un argument irréfutable, et lorsqu’ils remontent plus haut et qu’ils considèrent les ravages et les violences sanguinaires que votre religion catholique a commises pendant six ou sept cents ans par tout le monde, ils ne peuvent s’empêcher de dire que Dieu est trop bon essentiellement pour être l’auteur d’une chose aussi pernicieuse que les religions positives, qu’il n’a révélé à l’homme que le droit naturel, mais que des esprits ennemis de notre repos sont venus de nuit semer la zizanie dans le champ de la religion naturelle par l’établissement de certains cultes particuliers, qu’ils savaient bien qui seraient une semence éternelle de guerres, de carnages et d’injustices. Ces blasphèmes font horreur à la conscience ; mais votre Eglise en répondra devant Dieu, puisque son esprit, ses maximes et sa conduite les excitent dans l’âme de ces gens-là. (Ibid., p. 36-37.)

7Évidemment, dans sa correspondance avec son frère cadet, Bayle ne poursuit pas sa réflexion et ne tire pas cette conclusion.

  • 2 NRL, décembre 1685, appendice (Lettre 495).

8C’est évident, il ne dit pas tout. Ce n’est pas simplement qu’il est discret et qu’il ne dit pas tout à tout le monde. Il y a des choses qu’il ne dit à personne. Il est secret, en ce sens qu’il laisse au lecteur de tirer les conclusions : dans sa défense de Malebranche contre Arnauld sur le thème du plaisir2, il cherche, à son habitude, à contrer les accusations d’Arnauld par des arguments ad hominem ; il veut démontrer que le plaisir implique le bonheur par définition et que l’indignation effarouchée d’Arnauld devant le « néo-épicurisme » de Malebranche est sans fondement ; il ne dit pas que sa défense de Malebranche vise précisément à montrer que l’analyse psychologique de Malebranche est éminemment compatible avec l’épicurisme : ainsi, l’indignation d’Arnauld est risible, suggère-t-il, mais son accusation est parfaitement fondée : le malebranchisme est un nouvel épicurisme. Or, le malebranchisme est la philosophie chrétienne la plus cohérente, vulnérable néanmoins à des objections insolubles... Au lecteur de tirer ses conclusions.

  • 3 Antony McKenna, « Pascal et Épicure : l’intervention de Pierre Bayle dans la controverse entre Anto (...)

9De même, il compare Pascal avec Épicure et fonde sa comparaison sur une référence subtile à l’analyse malebranchiste de la psychologie d’Adam avant et après la Chute3. Comprenne qui voudra !

  • 4 Antony McKenna, « Pierre Bayle et Port-Royal », dans Michelle Magdelaine, Maria-Cristina Pitassi, R (...)

10Nicole est engagé dans une bataille âpre avec Claude sur le statut de l’Écriture par rapport à la Tradition ; Bayle se contente de compter les points forts de l’un et de l’autre4 ; c’est Lévesque de Burigny qui tirera explicitement la conclusion : les simples — et les moins simples — n’ont aucun critère sûr selon lequel ils peuvent préférer une doctrine à une autre ; les arguments de l’un et l’autre côté se détruisent réciproquement. Lorsque Jurieu s’engage à son tour dans le conflit, toujours avec Nicole, sur ses « préjugés légitimes » contre le protestantisme, Bayle se tient, de même, à l’écart ; il garde la tête froide. Il concède même que Nicole a parfaitement compris les arguments du réformé et semble sous-entendre qu’il les a bien réfutés. Après tout, ce n’est pas parce que Jurieu oppose de mauvais arguments à son adversaire que la cause réformée est perdue...

  • 5 Antony McKenna, « La norme et la transgression : Pierre Bayle et le socinianisme », dans Pierre Dub (...)

11Et que dire du socinianisme, dont Pascal devient le porte-parole5 ? Si ses publications (NRL, DHC, art. « Socin », rem. H) laissent une incertitude sur sa véritable intention, elle n’est pas levée par les accusations qu’il lance dans sa correspondance contre Jean Le Clerc, et celui-ci n’est pas dupe : il ne prend pas Bayle au sérieux, mais il est indigné par la posture publique du journaliste. Nous y reviendrons.

12Dans ses œuvres publiées, Bayle prend toujours un masque — de catholique, de socinien, de réformé « emporté » ou « modéré »... Il oblige le lecteur à interpréter son propos et à tenir compte des différents points de vue, puisque l’opinion qu’il exprime au moyen du masque qu’il a adopté n’est pas forcément la sienne. On est constamment renvoyé à un débat d’idées et à un jeu de rôles. Or, on serait tenté de dire que, dans sa correspondance semi-publique, Bayle fait de même ; il joue le rôle qu’on attend de lui ; il répond selon la logique du correspondant auquel il s’adresse. C’est une espèce d’argumentation ad hominem permanente. Je n’entends pas par là qu’il cache toujours volontairement son jeu avec des intentions secrètes, malignes ou audacieuses. C’est plutôt la nature de sa sociabilité : il répond à l’attente ; il joue le rôle qu’on lui donne et il le joue bien ; il argumente selon la logique de l’autre, à partir de ses prémisses et s’abstient parfois de dire que celles-ci sont mal conçues ou mal fondées, que d’autres points de vue sont possibles, que d’autres prémisses s’imposent. En ce sens, il dit à chacun ce qu’il veut entendre — sans pousser cette sociabilité jusqu’à l’obséquiosité, bien entendu — en taisant l’essentiel.

13Bayle est secret. Cela ne fait aucun doute. La difficulté est de découvrir sans ambiguïté sa véritable pensée. Si on doutait de ce caractère de son esprit, il suffirait d’évoquer la Lettre d’un nouveau converti et l’Avis aux réfugiés : il est l’auteur de ces deux écrits ; jamais il ne l’a avoué, même à ses amis les plus chers qui le défendaient contre les accusations de Jurieu. En disant cela, je ne veux pas l’accuser de duplicité morale. Je veux constater, tout simplement, qu’il ne dit pas toujours ce qu’il pense et que parfois même il prend des mesures assez drastiques pour ne pas dire ce qu’il pense. C’est une stratégie rhétorique assez stable dans ses écrits et qui peut nous inciter à lire sa correspondance avec précaution, sinon avec une arrière-pensée. Car il faut le lire entre les lignes, tout le monde est d’accord sur ce point.

14Point besoin de lire entre les lignes, cependant, pour trouver la religion dans la correspondance de Bayle. Fils et frère de pasteur, lui-même étudiant en théologie destiné à suivre l’exemple de son frère, comment aurait-il pu en être autrement ? Ses lettres sont « saturées » de religion, si je puis dire.

Neantmoins avec la grace de Dieu nous viendrons à bout de toutes ces difficultés. (25 août 1662)

On croit q[ue] les affaires changeront de face à la Cour pour notre régard, et Dieu veuille arreter les maux que l’on machine contre sa pauvre Eglize en general, et contre céste académie en particulier.
(7 avril 1665)

Dieu la veuille tenir en sa protection, et nous la conserver longuem[en]t et heureusem[en]t et vous aussi, mon tres honoré pere puis q[ue] vous étes si utile à l’Eglize du Seigneur et à votre propre famille, pour laquelle et pour tous ceux qui nous appartiennent, je presente continuellement à Dieu mes prières. (7 avril 1665)

Je pense que mon tour pour la proposition latine viendra dans quelques semaines ; j’y travaillerai aveq[ue] la bénédiction de Dieu.
(28 février 1662)

15Il se livre même à un discours assez élaboré sur la volonté divine :

Il est bien plus de l’ordre de la providence de Dieu et du soin que le S[ain]t Esprit prend des fidelles en gouvernant l’Eglize par la communica[ti]on de ses lumieres de laquelle il gratifie les lieutenans du fils de Dieu en terre, que ce soit l’Eglize qui instruise[, ] qui corrige et qui refforme les particuliers et les abus qu’ils pourroient laisser couler dans leur conduitte ou qui les guerisse de leurs erreurs[, ] que non pas que les particuliers reforment l’Eglise et la redressent de nouveau, car co[mm]e il y auroit bien de la folie à soutenir que Dieu dans le dessein de conserver des eaux du deluge dequoy reparer le genre humain, fit perir tout ce qu’il y avoit dans l’arche de Noë, et suscita en meme temps un certain homme qui s’etoit sauvé dans quelque caverne avec sa femme ou qui s’etoit derobé à la fureur et à l’inclemence des eaux dans je ne say quels azyles inviolables[, ] ainsi c’est bien rever à credit* et tout son sou* que de pretendre [que] le S[aint] Esprit dans le dessein de conserver toujours comme un peu de levain [de l]a foy contre les ravages des heretiques et des infidelles a laissé tomber l’Eglize[, ] qui est son epouse[, ] dans l’idolatrie, la superstition et l’aveuglement, et a tiré de l’obscurité d’une cellule ou d’un coin de chapelle Luther et Calvin pour propager la foy, la restituer dans ses droits et la relever de dessou[s] ses ruines.
(15 avril 1670)

16— mais on comprend, en lisant un discours apologétique catholique aussi explicite et aussi contraignant qu’il s’agit d’une lettre dictée, certainement, par ses maîtres jésuites. Et, en quittant Toulouse, Bayle s’exclame de lui-même :

Pour moy j’ay regardé ma sortie hors de cette ville superstitieuse où j’ay fait quelque sejour avec la meme joye qu’ont ceux qui habitent sous les poles de revoir le soleil apres une absence de six mois, et j’ay remercié Dieu de ce grand bienfait comme d’une delivrance et d’une redemption tres ardemment attendue.
(2 novembre 1670)

17Dieu est très présent dans toute la correspondance familiale. La foi également :

Je leur repo[n]dois que ma foi pour la providence de Dieu, faisoit toute ma quietude, et si j’avois voulu m’ouvrir d’avantage à eux, je leur aurois dit que j’avois en ma maison la cause de ma confiance, me persuadant que la pieté et les saintes prieres d’un pere, d’une mere, et d’un frere justes et craignans Dieu, tiendroient toujours le Ciel ouvert en ma faveur. (23 novembre 1674)

18— et au moment de la mort de leur père, il s’adresse ainsi à son frère cadet :

Il ne faloit pas attendre de sa pieté, une fin moins edifiante, que celle par où elle a terminé une vie emprainte de tant de crainte de Dieu, de tant de foi, et de charité : neantmoins, c’est une nouvelle faveur celeste, que la nature de son mal n’ait point traversé les demonstrations exterieures de son zele*, comme il est arrivé à plusieurs personnes de saincteté eminente, que les dispositions secrettes de leur ame, n’ont peu eclatter au travers des maux qui travailloient leur corps. (14 juin 1675)

19Et dans la même lettre :

Si quelque chose est capable de relever nos esprits abbatus sous le poids de cette angoisse, c’est la foi de la resurrection des morts, en vertu de laquelle nous serons rejoints à ceux dont la mort nous a separez violemment. (14 juin 1675)

20La religion fait constamment l’objet de ses réflexions :

Il [Rocoles] a tout quitté pour venir embrasser notre religion, et il paroit dans sa façon d’agir et dans toutes ses manieres tant d’honneteté qu’asseurement l’estime que Mr Claude temoigne avoir pour luy dans une lettre qu’il a ecritte en sa faveur à Mr le comte ne peut etre que bien fondée. (5 novembre 1672)

21Et Bayle suit de près les affaires des synodes ; il sera attentif au développement des mesures anti-protestantes et s’inquiète de la destruction des temples. Et si on entre un peu plus loin dans le contexte historique, on voit qu’il est parfaitement au courant des conflits et des courants ; il connaît son Saumur sur le bout des doigts : Amyraut, Cappel, d’Huisseau, Tanneguy Lefèvre : c’est sa culture. Pas besoin de lire entre les lignes pour constater que Bayle vit dans un monde structuré par la doctrine et par l’histoire de l’Église réformée.

22Pour aller plus loin et pour aller vite, je prendrai un exemple qui suggère, cependant, que sa correspondance ne se suffit pas à elle-même. Son réseau a été développé pour les besoins de son périodique ; on ne peut pas lire le texte de ses lettres sans référence aux articles qu’il préparait. L’exemple concerne une réflexion de Bayle à partir des travaux de Richard Simon, qui le mène à prendre position explicitement sur les « principes » de Jean Le Clerc et des sociniens, et sur ceux de Spinoza.

23Bayle est extrêmement attentif aux publications de Richard Simon et il est parfaitement conscient des conséquences que les progrès de l’exégèse entraînent pour le statut de l’Écriture Sainte. Il en fait part même à Joseph :

Pour vous parler de la Republique des Lettres, vous saurez que le P[ere] Simon, pretre de l’Oratoire avoit composé un livre fort curieux, mais comme on a seu qu’il etoit plein de doctrines un peu cavalieres, Mr l’evesque de Condom en a fait arreter l’impression, ou meme a fait saisir tout ce qui s’en est trouvé. C’est un gaillard que le P[ere] Simon, il a traduit le livre d’un jesuite nommé le P[ere] Dandini qui avoit ecrit en it[a]lien la relation de son Voyage au mont Liban, et l’a accompagné de remarques fort belles à la verité et fort curieuses, mais qui sont quelquefois bien malignes contre le jesuïte. L’ouvrage dont je vous veux parler est composé apparemment de quelques disserta[ti]ons sur l’Ecriture. Il dit beaucoup de bien des traductions des commentaires et de la critique des protestans sur les livres sacrez, et c’est ce qui a le plus choqué le monde. Il pretend que le Pentatheuque n’est pas un ouvrage de Moyse, et il le prouve entre autres raisons par celle cy, qu’il y a de lieux dans la terre de Canaan qui n’ont porté les noms qui leur sont donnez par l’autheur du Pentateuque, qu’apres le partage des 12 tribus, d’où il infere que ces livres ont eté ecrits apres la mort de Moyse. Il dit aussi que tous les livres sacrez se perdirent dans la desolation où se trouva la Judée sous les roys de Babylone et qu’Esdras en fit d’autres semblables ; il rejette l’antiquité des poincts etc[.] (21 juillet 1678 : iii.53)

24C’était évidemment une question cruciale pour l’Église réformée et pour le principe de la sola Scriptura. Par son approche philologique, Richard Simon apparaît comme l’héritier de Louis Cappel. Dans sa correspondance, Bayle relève toutes les publications de l’oratorien, mais ne tire aucune conclusion. Les catholiques trouvent qu’il accorde dans les NRL trop d’importance aux travaux de l’oratorien, mais quel poids attribuer à de telles remarques lorsqu’ils se plaignent constamment de son engagement en faveur du « parti » huguenot et qu’ils lui envoient pour compte rendu des panégyriques de la politique religieuse de Louis le Grand et des écrits de controverse adressés aux nouveaux convertis et aux huguenots captifs qui n’avaient pas encore franchi le pas...? Bayle s’amuse à tourner le couteau dans la plaie en se demandant longuement « pourquoi l’Histoire critique du Vieux Testament a été persécutée à Paris » :

Je ne sais si on ne pourrait pas dire qu’il y a certaines matières si délicates, que pour peu que l’on y touche, l’on jette l’alarme dans les esprits. Or quand une fois ces émotions de zèle sont excitées, il est assez malaisé qu’on examine les choses profondément. On n’écoute guère que les premières apparences : on craint je ne sais combien de suites fâcheuses, je ne sais combien d’abus, et on n’écoute que cela, soit qu’en effet on n’ait pas la capacité nécessaire pour pénétrer plus avant, soit que le zèle de religion nous grossisse les objets, et nous persuade qu’il faut user de diligence, et ne point perdre de temps en réponses et en répliques. (NRL, décembre 1684, art. XI.)

25On comprend que la censure est, aux yeux du journaliste, injuste. L’année suivante, il rend compte de la traduction de Léon de Modène par Richard Simon :

On y voit une préface admirable, où l’auteur a déployé son caractère, qui n’est pas de débiter de simples faits, mais d’aller jusqu’à la source, et de ne s’arrêter qu’aux choses les plus recherchées, et les plus utiles tout ensemble. (NRL, mai 1685, art. IX.)

26L’éloge n’est pas mince. Et c’est alors que s’engage le « débat » entre Richard Simon et Jean Le Clerc, où Bayle va jouer son rôle. Nous suivrons strictement la chronologie des événements pour mieux mettre en évidence la posture du journaliste, qui provoque l’exaspération de Le Clerc.

27En juillet 1685, Bayle a lu les Sentiments de quelques théologiens de Hollande, la réponse de Le Clerc à l’Histoire critique du Vieux Testament de Simon. Le journaliste prépare son compte rendu et adresse une lettre très sévère au savant d’Amsterdam :

J’y ai admiré votre savoir, et votre esprit. J’y ai trouvé une infinité de choses curieuses et qui marquent un homme qui examine et qui aprofondit et qui use d’un discernement severe. Il y a au reste mille traits piquans et bien assenés, qui reveillent le lecteur et qui tournent messieurs les docteurs de la belle maniere. Mais permettez moi de vous dire que tous ceux qui l’ont veu le trouvent beaucoup plus dangereux que celui du P[ere] Simon, de sorte qu’au lieu que l’on s’attendoit que la Hollande produiroit une reponse qui raffermiroit les fondemens de la foi que ce pretre avoit voulu ebranler, on trouve que vous les ebranlez beaucoup plus que lui, et que tout votre Traitté sur l’inspiration des prophetes et des apotres ne peut que jet ter mille doutes et mille semences d’atheisme dans les esprits. Vous savez mieux que moi combien il importe de conserver la Religion dans le monde, car le parti que vous avez embrassé je veux dire l’arminianisme n’est detaché du gros de l’arbre que parce qu’il a cru que l’interet de la conservation de la Religion devoit l’emporter sur mille passages de l’Ecriture qui parlent plus durement que Calvin lui meme, et sur toutes les lumieres de philosophie qui nous prechent que la creature n’est point la cause efficiente de ce qui se fait dans le monde. Vous savez qu’on s’est toujours moqué de ces raisons quand on a consideré les suites qu’on en craignoit et vous savez bien qu’on a dit qu’il faloit prendre au pied de la lettre les expressions de l’Ecriture qui font l’homme le maitre de ses actions et metaphoriquement celles qui l’assujettissent à la destinée. Vous savez, dis-je Monsieur, que la raison de tout cela a eté qu’en disant que l’homme ne fait rien que ce à quoi la destinée le porte invinciblement on ruine la Religion. Cela etant on ne comprend guere que le meme parti qui a raisonné de la sorte nous donne des livres qui attaquent la divinité de l’Ecriture, sur quoi est fondée la religion chretienne, l’arminienne aussi bien que la calviniste. Assurement Monsieur, vous auriez suprimé cet endroit si vous aviez bien preveu les murmures que cela va exciter parmi les contre-remontrans contre les arminiens dont on croira que vous etes l’interprete et les autres mauvais effects qui en naitront dans un pays aussi porté à l’atheisme que celui-ci. Je ne nie pas que vous ne vous serviez de raisons fort apparentes, mais vous savez bien les egards qu’il faut avoir pour l’infirmité de la foi de tant de gens qui vous liront. Faites y reflexion vous meme et emploiez votre propre esprit à refuter ce que vous avez avancé. Personne n’y sauroit etre plus propre que vous si vous voulez y emploier vos talens, et je vous puis repondre que vous en acquerrez une gloire plus solide et plus pure tant pour vous que pour le parti que vous servez que ne sauroit etre la gloire d’avoir bien disputé contre ce qui fait notre assurance que nous ne suivons pas les fantaisies des hommes mais la revelation de Dieu. Vous me direz que ce n’est pas bien prendre votre doctrine. Je vous avouë que vous ne dites cela ni formellement ni en consequence, mais c’est le mauvais usage que plusieurs feront de vos principes presque malgré qu’ils en ayent. Je parle au long de votre livre dans les Nouvelles de ce mois, et si j’avois osé le couronner et combler de loüanges apres ce qu’il y a qui fait deja murmurer les theologiens et dire qu’il est pire que Spinoza, je l’aurois fait avec la plus grande joye du monde mais je suis seur que vous aprouverez le menagement que j’ai gardé et que vous me pardonnerez la liberté que je viens de prendre de vous dire ingenument ma pensée.
(18 juillet 1685 : vol. V, p. 431.)

  • 6 « J’ai lu un livre in-12, imprimé à Amsterdam, chez Jacob Smith, l’an 1678, intitulé Traité des cér (...)
  • 7 « Mr Le Clerc vient de faire un livre contre Mr Simon. Il y a de bonnes choses mais trop hardies, v (...)

28« Pire que Spinoza », pire que ce Traité théologico-politique dont il avait déclaré que c’était le livre « bien le plus rempli de doctrines impies que j’aie jamais lu. Jamais je n’ai vu traiter l’Ecriture Sainte si cavalièrement6 » ! Bayle écrit sur le même ton à Jacques Lenfant, qui ne manque pas de recopier ses remarques pour les envoyer à son ami Le Clerc (Lettres 436, 4477). Celui-ci réagit très vivement : il porte un jugement très critique sur les remarques de Bayle concernant les articles essentiels de la religion chrétienne :

Pour ce que vous croiez qu’il renverse la religion, permettez moy de vous dire que vous n’y avez pas assez fait de reflexion : supposer la verité des miracles et de la Resurrection de Jesus-Christ, soutenir que nous avons dans le Nouveau Testament toute la doctrine de Jesus-Christ, sans qu’il nous manque rien d’essentiel, croire que les apôtres nous l’ont rapportée fidelement, qu’ils l’on[t] s[c]êlée de leur sang, et que Dieu leur a rendu temoignage par des miracles, est fort éloigné des pensées que vous avez de l’auteur. Si quelque théologien croit que c’est là renverser la religion, il seroit à souhaiter qu’il le fit voir, car le commun des chretiens a crû jusqu’à present que c’étoit là le fonds de la religion chrétienne.

29Et surtout sur l’inspiration de l’Écriture Sainte :

Vous trouvez que c’est ébranler les fondemens de la foy, que de croire que chaque mot de l’Ecriture n’est pas inspiré, peutêtre que d’autres en jugeront tout autrement, et Érasme, Grotius et plusieurs grans hommes se sont déclarez pour un sentiment fort semblable à celuy que l’auteur soûtient.

30Bayle adoucit donc son compte rendu : il rapporte les conclusions de Le Clerc sur l’auteur du Pentateuque :

On examine dans la 6e [lettre] si Moïse est l’auteur du Pentateuque. On soutient que non, et l’on rapporte avec beaucoup de réflexions qui sentent son habile homme, toutes les preuves qui se peuvent alléguer pour ce sentiment. (NRL, juillet 1685, art. VII.)

31Surtout, il traite de façon assez obscure le mémoire sur l’inspiration des auteurs sacrés, se conformant aux explications indignées de l’auteur :

Les deux lettres suivantes contiennent un long mémoire que l’auteur avait reçu d’un de ses amis, touchant l’inspiration des auteurs qui ont écrit les livres du Vieux et du Nouveau Testament. L’on débite sur cela des pensées peu communes, bien hardies, et qui marquent bien de l’esprit et bien de l’érudition. Il est à souhaiter que quelqu’un les réfute solidement. L’auteur nous assure qu’il le souhaite de toute son âme, et il espère qu’en publiant ce mémoire-là, il sera cause que quelque personne habile et judicieuse entreprendra d’approfondir et d’éclaircir cette importante question. (Ibid.)

32Une dernière remarque remet bien Le Clerc dans sa « catégorie » théologique :

La dernière lettre contient plusieurs réflexions choquantes contre les théologiens des cantons suisses et de Genève, car pour le dire en passant, l’auteur est fort éloigné de ceux qu’on appelle calvinistes.
(Ibid.)

33Le Clerc tire de cette affaire des conclusions qui ne sont pas très flatteuses pour notre héros :

Dans cette lettre ont été insérées des observations au sujet de l’inspiration des Écritures Saintes, que j’ai proposées aussi prudemment que je l’ai pu ; mais il y a toujours des hypocrites ou des superstitieux qui prennent tout en mauvaise part. Bayle, ce qui vous étonnera, est dans l’un et l’autre cas et m’a récemment écrit une lettre tout à fait sotte, où il faisait semblant d’être offensé par l’audace de ces observations, et disait que la religion en était renversée, mais de telle sorte qu’il apparaissait parler de la religion comme de quelque ruse politique par laquelle la populace devait être contenue. Dans son journal, il jugeait même assez malignement de l’ouvrage, ou plutôt faisait semblant d’avoir été offensé d’une manière extraordinaire. Mais j’ai écrit de nouveau pour lui dire que, s’il n’était pas parlé d’une autre manière de mon livre, j’avertirais la République des Lettres que son historien, qui se conduit en juge suprême, offre aux lecteurs de fausses idées des livres dont il parle. J’ai fait voir, en effet, qu’il cherche en vain à diffamer comme déiste l’auteur des Observations que j’ai publiées sous le nom d’un autre. Il a donc rayé tout ce qui pouvait m’offenser dans son journal, et m’a écrit plus doucement, ce qui a fait que j’ai répondu plus civilement. Mais, quoi qu’il en soit, je vois qu’il est de ceux qui ne cherchent pas beaucoup la sincérité et adhèrent aux partis dont ils espèrent tirer avantage. Beaucoup le croient athée, ce que je ne veux pas affirmer, mais quand je l’appellerai un homme scélérat et des plus médisants, vous verrez, quand vous aurez lu la lettre de sa part qui m’a été transmise il y a quelques jours pour que je vous l’envoie, que je n’affirme rien que je ne puisse prouver par les arguments les plus évidents.
(Le Clerc à Lenfant, Lettre 447 du 26 juillet 1685, vol. V, p. 450-451.)

34La Réponse de Simon aux Sentiments de Le Clerc sort tout de suite et Bayle en donne l’« extrait » dans les NRL du mois de novembre 1685. Les critiques fortes alléguées par Simon contre les sociniens sont rapportées comme des affirmations définitives ; ses remarques narquoises sur le peu de capacité de Socin et de ses disciples sont reproduites en italiques ; Simon vante la tradition de l’exégèse catholique, Bayle reproduit fidèlement ses références ; et il en vient à l’essentiel :

Les lecteurs auront remarqué sans doute que le grand but de M. Simon est d’obliger les protestants à convenir, que sans l’aide de la Tradition l’Ecriture ne saurait être bien entendue. On [Le Clerc] lui a répondu que l’Ecriture est assez claire sur les points fondamentaux, et qu’il n’y a rien de plus vague ni de plus controversé que la Tradition, de quoi on a donné pour exemple, entre autres disputes, celle des jansénistes et des molinistes. Voilà donc une réponse qui a deux parties. M. Simon fait sur chacune plusieurs remarques qui méritent d’être pesées ; et à l’égard de la doctrine de saint Augustin sur la grâce, il dit que si elle n’est pas conforme en tout et partout à celle des autres Pères, elle n’a pas été aussi approuvée en tout et partout par l’Eglise, mais seulement dans le point qui est opposé à l’hérésie de Pélage. Or il dit que les Pères et la Tradition de l’Eglise ont été toujours réunis en ce point-là. Il prétend que les hérétiques ne comprennent point ce qu’ils combattent, lorsqu’ils écrivent contre l’autorité de la Tradition et contre l’infaillibilité de l’Eglise ; et c’est pour cela qu’en divers endroits il marque ce qu’il faut précisément entendre par ces choses. Je ne sais pas si M. Le Clerc acquiescera à tous ces éclaircissements, ou si M. Arnauld, qui a fait une si belle apologie pour les saints Pères accusés de n’être pas du sentiment de Jansénius, approuvera les restrictions que l’on vient de lire.
(NRL, novembre 1685, art. VIII.)

35Il développe également les remarques acerbes de Simon sur les controversistes, que celui-ci tient pour ignares, et les arguments décisifs de l’oratorien sur le canon de l’Écriture et sur les livres qu’on tient pour apocryphes ; il met en évidence, enfin, la force de ses arguments contre Le Clerc sur la question de l’inspiration des auteurs sacrés et souligne que les règles de critique qu’il fournit « peuvent servir non seulement pour entendre l’Ecriture, mais aussi pour lire avec fruit bien d’autres ouvrages ».

36Bayle revient à Simon en décembre 1686, quelques mois seulement avant d’abandonner le journalisme, dans son compte rendu de la Lettre... touchant l’inspiration des livres sacrés (Rotterdam, Reinier Leers, 1686). Nous en retenons la conclusion :

Enfin on nous donne ici un court et bon examen des difficultés qui ont été proposées par Spinoza contre les livres de Moïse. On fait voir manifestement qu’elles sont très solides dès qu’on en veut conclure autre chose que ceci, savoir que dans la suite des temps l’addition de quelques mots fut jugée nécessaire, pour éclaircir certains endroits. Ces paroles de M. Simon me paraissent remarquables, Spinoza, dit-il, convient souvent de principe avec nos plus savants théologiens, et il est seulement blâmable dans les fausses conséquences qu’il en tire. C’est pourquoi quelques auteurs qui lui ont contesté de certains principes, qui lui sont communs avec les plus habiles gens de notre communion, l’ont fait peu judicieusement, car ils donnent par là occasion aux spinozistes d’établir leurs sentiments avec plus de force.
(NRL, décembre 1686, art. VII.)

37En d’autres termes, l’exégèse de Simon et celle de Spinoza se fondent sur les mêmes principes, mais, tandis que Spinoza conclut à la valeur très relative de la lettre de l’Écriture, qui se réduit à une allégorie permanente de la leçon de charité et de valeurs spirituelles, Simon, pour sa part, sauve l’inspiration du texte au moyen de sa conception de l’inspiration des copistes. Ainsi, Bayle peut légitimement exploiter les arguments de Simon contre Le Clerc, qui partage, dit-il, le penchant des sociniens pour des interprétations philosophiques du texte et se tient toujours prêt à quitter le sens littéral de l’Écriture.

  • 8 Voir François Laplanche, L’Écriture, le sacré et histoire. Érudits et politiques protestants devant (...)

38Tout se tient donc, et le journaliste apparaît comme le champion de l’orthodoxie calviniste — et même d’une ultra-orthodoxie, puisque la croyance à l’inspiration de la lettre (et des points-voyelles) de l’Écriture n’était pas nécessaire à cette époque dans l’Église réformée8. Bayle tient la Bible pour un texte inspiré en toutes lettres : il écarte le danger des interprétations philosophiques de Le Clerc et des sociniens. Cependant, nous l’avons vu, Le Clerc tient cette prise de position très dure de Bayle pour une posture de la part du journaliste. Que faut-il en croire ? Retenons ce commentaire du projet de Bible polyglotte de Simon et des craintes que pouvaient nourrir les protestants :

Cependant il y a lieu de croire que pourvû qu’ils [quelques protestants] examinent meurement la chose & qu’ils entrent bien dans l’esprit de leurs principes, ils calmeront leurs inquiétudes, car ce n’est point la doctrine des protestans, que chaque livre, chaque chapitre et chaque verset de l’Ecriture soit la base et la regle de la Religion. En effet, quand on leur objecte qu’il y a des citations dans la Bible qu’on ne trouve plus, et qu’on en infere qu’il s’est perdu quelque livre canonique, ils ne font point difficulté d’avouër que quand cela seroit vrai, leur foi n’en recevroit point de préjudice, parce que les véritez nécessaires au salut se trouvent assez clairement contenuës dans ce qui nous reste. Il faut dire la même chose touchant les petites altérations qu’on prétend qui se sont glissées dans le texte de l’Ecriture. Que les copistes ayent pris une lettre pour une autre en quelques endroits, cela n’y fait rien ; le corps des véritez révélées n’est pas attaché à cinq ou six voyelles ou consonantes ; il est répandu dans tout le Canon ; et on ne laisse pas de l’y rencontrer, quoi que toutes les paroles ne soient pas précisément les mêmes qu’elles étoient au commencement. Vouloir que le fondement de la foi dépende d’une telle exactitude de tous les copistes & de tous les interpretes qui ont manié l’Ecriture pendant deux ou trois mille ans ; que Dieu n’ait jamais permis qu’ils ayent pris l’un pour l’autre, est une supposition aussi dure que celle qui fait dépendre l’efficace des sacremens et notre salut de la bonne intention de tous ceux qui de main en main, depuis Jesus Christ jusqu’à nos jours, ont administré les choses saintes.
Ceux qui considerent ces choses ne sçauroient se persuader qu’aucun protestant se veuille servir de son crédit pour traverser l’impression de la nouvelle Polyglotte. Ils disent que cela seroit fournir des armes aux catholiques romains,
Hoc Ithacus velit & magno mercentur Atridæ, parce que ce seroit en quelque façon témoigner que l’on attache la divinité de sa religion et tout le fondement de sa foi à l’incorruptibilité de toutes les paroles de l’Ecriture. Or cette pensée seroit fort préjudiciable ; car on préten-droit avoir ruïné de fond en comble la foi de tout ce parti, pourvû qu’on trouvât une seule alteration dans le texte de la Bible. La prudence de l’Eglise romaine est fort remarquable. Elle ne souffriroit pas qu’on dît que le fondement de sa foi consiste dans son infaillibilité, quant au droit et quant au fait, parce qu’en suite de cela il n’y auroit rien de plus aisé que de ruïner tous ses fondemens en lui montrant dans l’histoire plusieurs erreurs de fait des papes et des conciles. (NRL, janvier 1685, art. XI.)

39Bayle apparaît ici — quelques mois seulement avant sa querelle avec Le Clerc — comme le défenseur lucide d’un calvinisme modéré, qui rejetterait avec dédain tous les arguments sur l’inspiration littérale et sur la lecture littérale de l’Écriture qu’il devait lui-même alléguer contre l’arminien. On comprend l’exaspération de celui-ci.

40Signalons aussi une remarque incidente dans la lettre que Bayle adresse à Minutoli le 8 juillet 1686 — à l’époque même du débat entre Simon et Le Clerc — où Bayle évoque les démêlés de Jurieu avec Simon — et le règlement de comptes que Jurieu proposait dans L’Accomplissement des prophéties. Dans les NRL, Bayle avait résumé ces démêlés comme suit :

Le dernier chapitre du premier tome regarde M. Simon, qui s’est emporté d’une manière très-choquante contre M. Jurieu dans sa Réponse aux Sentimens de quelques théologiens. On lui soutient que les remarques d’hébraïsme qu’il a mêlées dans son attaque, sont fausses ; on traite d’absurde le dessein de sa Bible polyglotte, et on lui reproche de ne s’être tant déchainé contre les protestants en général, et contre leurs plus illustres ministres en particulier, et nommément contre l’auteur, qu’afin de se réconcilier avec Messieurs du Clergé, qui ne sont pas trop persuadez, dit-on ici, que M. Simon soit catholique ; et qu’on espère que bientôt le Procureur général s’en mêlera, et qu’il le priera avec autorité de le devenir.
(NRL, mars 1686, art. VI.)

41Bayle revient sur la querelle dans sa lettre à Minutoli et ses termes sont très durs à l’égard de Le Clerc :

Mr Le Clerc se signale de jour en jour par sa hardiesse à imprimer des hérésies, et à condamner sans rémission, et avec une médisance outrée, dans les boutiques des libraires, tous les auteurs qui ne lui plaisent pas ; et cela veut dire beaucoup, et enferme presque tout le monde. Excepté Episcopius, Courcelles, Hammond, et quelque peu d’autres, le reste ne vaut rien selon lui.
(8 juillet 1686, vol. VII, p. 13-14.)

42— et il reprend le jugement de Jurieu sur Richard Simon :

On [Jurieu] l’a traité [Simon] comme il le mérite, car c’est dans le fond un impie, qui pour faire sa cour aux persécuteurs de France, s’est déchainé sur nous, comme un cheval, ou comme un dogue enragé, dans son dernier livre. (8 juillet 1686, vol. VII, p. 14.)

43Bayle adopte la position de Jurieu à l’égard de Richard Simon ? On ne saurait le croire. Mais force est de constater que toute la cohérence que nous avions cru saisir dans le débat Simon/Le Clerc s’évanouit ! Comment interpréter cette dernière remarque ? Il semble bien que Bayle ne tient pas pour convaincante l’inspiration divine par laquelle Simon sauvait le caractère sacré du texte biblique ; en d’autres termes, Simon aurait dû conclure comme Spinoza : « c’est dans le fond un impie ». Il ne croit pas à l’inspiration de la lettre de l’Écriture, ou bien, s’il suivait la cohérence de sa propre exégèse, il ne devrait pas y croire. Les éloges que le journaliste a donnés à la méthode exégétique de Simon tournent à l’avantage de Spinoza, car cette méthode aboutit à des conclusions contraires à celles de l’oratorien. Est-ce à dire que la véritable position de Bayle est proche de celle de Le Clerc ? Rien n’est moins sûr, mais on comprend mieux maintenant pourquoi Le Clerc tient la posture du journaliste pour une imposture.

44La correspondance de Bayle paraissait transparente. Mise en parallèle avec ses œuvres, elle livre quelques pistes de lecture et de réflexion, qui nous conduisent à conclure, comme toujours, à la complexité subtile de sa pensée.

Notes

1 Dorénavant NRL.

2 NRL, décembre 1685, appendice (Lettre 495).

3 Antony McKenna, « Pascal et Épicure : l’intervention de Pierre Bayle dans la controverse entre Antoine Arnauld et le Père Malebranche », xviie siècle, 137, 1982, p. 421-428.

4 Antony McKenna, « Pierre Bayle et Port-Royal », dans Michelle Magdelaine, Maria-Cristina Pitassi, Ruth Whelan et Antony McKenna (éd), De l’Humanisme aux Lumières. Pierre Bayle et le protestantisme : Mélanges... Élisabeth Labrousse, Paris, Universitas/Oxford, The Voltaire Foundation, 1996, p. 645-664.

5 Antony McKenna, « La norme et la transgression : Pierre Bayle et le socinianisme », dans Pierre Dubois (éd), Normes et transgression au xviiie siècle, Paris, PUPS, 2002, p. 117-136.

6 « J’ai lu un livre in-12, imprimé à Amsterdam, chez Jacob Smith, l’an 1678, intitulé Traité des cérémonies superstitieuses des juifs, tant anciens que modernes, qui est bien le plus rempli de doctrines impies que j’aie jamais lu. Jamais je n’ai vu traiter l’Ecriture Sainte si cavalierement. L’auteur avance, sans détour, que tous les livres du Vieux Testament, jusques aux Paralipomenes exclusivement, sont un ramas d’histoires qu’Esdras avoit compilé de divers endroits à dessein de composer un juste systême de l’histoire de sa nation ; qu’il prenoit de déçà, délà, des mémoires, et souvent de différens auteurs qui n’étoient d’accord ni quant au tems, ni quant au motif des faits ; et qu’un jour, s’il eut vecu, il eut choisi parmi ces memoires ce qu’il eut trouvé de plus vraisemblable et en eut fait un corps d’histoire, exact et bien suivi ; que la mort l’aiant prévenu, on trouva, parmi ces papiers des compilations indigestes et mal en ordre, dont on batit divers livres, qui s’appellent les uns le Livre de Josué, les autres, l’Exode, etc ; et que c’est la raison du peu de justesse qu’il y a, à ce qu’il pretend, dans la narration des faits, et des contradictions, qui éxercent si fort les théologiens. Ce qu’il dit sur la fin, que le prince est le souverain maître de la religion, me feroit penser que l’auteur est le fameux Spinosa, qui a composé de semblables pensées son Tractatus theologico-politicus. » (26 mai 1679 : Lettre 171, vol. III, p. 180). Bayle avait lu le texte latin du Tractatus dès le 19 novembre 1677 : voir Lettre 146, n. 19.

7 « Mr Le Clerc vient de faire un livre contre Mr Simon. Il y a de bonnes choses mais trop hardies, vous devriez l’avertir qu’au lieu de faire du bien au parti qu’il a embrassé, je veux dire aux arminiens, il ne servira qu’à les rendre plus odieux, car il ne servira qu’à confirmer les gens dans la pensée où l’on est ici, que les arminiens savants sont sociniens pour le moins. Ce “pour le moins” n’est pas dit sans cause. Ces Mrs n’ont point de politique, car s’ils avoient témoigné moins d’entêtement pour le socinianisme, dont ils empoisonnent avec tant d’affectation tous leurs livres, il eût été aisé de raccommoder le schisme du synode de Dordrecht/mais franchement nos calvinistes se font un honeur et un merite d’éloigner une secte qui est l’égoût de tous les athées, déistes et sociniens de l’Europe. » (Le Clerc à Lenfant [reproduisant un passage d’une lettre de Bayle à Lenfant], 26 juillet 1685, Lettre 447, vol. V, p. 451.)

8 Voir François Laplanche, L’Écriture, le sacré et histoire. Érudits et politiques protestants devant la Bible en France au xviie siècle, Amsterdam et Maarssen, 1986, et La Bible en France, entre mythe et critique, xvie-xixe siècle, Paris, 1994, p. 50-55.

Auteur

Université Jean Monnet Saint-Étienne, Institut Claude Longeon, C.N.R.S. U.M.R. 5037
Est professeur de littérature française à l’université Jean Monnet Saint-Etienne et dirige l’équipe de recherche UMR CNRS 5037 : Institut d’histoire de la pensée classique (Saint-Étienne, Lyon et Clermont-Ferrand). Il est l’auteur d’une thèse intitulée De Pascal à Voltaire. Le rôle des Pensées de Pascal dans l’histoire des idées entre 1670 et 1734, dans Studies on Voltaire and the Eighteenth Century (Oxford, 1990), ouvrage couronné par l’Institut de France, Prix Delmas 1991 ; il est co-auteur du Dictionnaire de Port-Royal (Honoré Champion, 2004) ; il dirige l’édition critique de la correspondance de Pierre Bayle (Oxford, Voltaire Foundation), et dirige différentes collections aux Éditions Honoré Champion, dont Les Dix-huitièmes siècles, La Vie des Huguenots et Libre pensée et littérature clandestine, ainsi que La Lettre clandestine. Bulletin d’information sur la littérature philosophique clandestine de l’Âge classique.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2012

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search