Version classiqueVersion mobile

Croire à la lettre

 | 
Anne Dunan-Page
, 
Clotilde Prunier

Maintenir et rétablir la religion

Croire à la lettre : faits, tableaux et signes dans la correspondance entre Antoine Court et Jacques Serces

Pierre Lurbe

Texte intégral

  • 1 C’est tout particulièrement aux travaux remarquables de Pauline Duley-Haour que l’on doit la connai (...)
  • 2 La collection originale des Papiers Court est conservée à la Bibliothèque Publique et Universitaire (...)
  • 3 Pauline Duley-Haour, « Le comité londonien de soutien aux “Églises sous la Croix”, 1743-1762 », dan (...)
  • 4 Frédéric Gardy, Correspondance de Jaques [sic] Serces, Publications of the Huguenot Society of Lond (...)

1La correspondance qu’entretinrent Antoine Court, qu’on ne présente plus1, et Jacques Serces, qu’on présentera dans un instant, s’étendit sur près de quinze ans (de janvier 1745 à septembre 1759). En volume, elle ne représente qu’une faible fraction (environ cent dix lettres, correspondances passives et actives incluses) de l’immense ensemble que représentent les Papiers Court2 (environ 7 000 lettres), mais leur importance ne se mesure pas à leur nombre, ni à la durée de la correspondance, mais à la place toute particulière, et même stratégique, qu’occupait Jaques Serces dans le réseau des correspondants d’Antoine Court : celui de représentant du comité londonien de soutien aux « Églises sous la Croix3 », chargé en cette qualité de solliciter les 500 livres sterling que le roi d’Angleterre s’était engagé à verser annuellement pour venir en aide aux Huguenots demeurés en France. C’est donc avant tout pour solliciter des secours et des subsides qu’Antoine Court correspondit régulièrement avec Jacques Serces. Bien qu’anglican, et à ce titre chapelain depuis 1738 de la Chapelle Royale Française de St James, bien que naturalisé anglais depuis 1743 — peu avant le début de sa correspondance avec Court —, et bien que natif de Genève (le 18 juin 1695), Jacques Serces était lui-même d’ascendance huguenote, fils du réfugié huguenot Moïse Serces (de Montmeyran, dans le Dauphiné)4. Malgré leurs divergences théologiques, Antoine Court et Jacques Serces avaient donc suffisamment en commun pour que le contact noué entre eux pour des raisons publiques et officielles prenne aussi une tournure plus amicale et intime. Mais ce n’est pas cet aspect qui nous arrêtera : nous nous intéresserons plutôt aux difficultés que leur correspondance rencontra, et à ce qu’elle nous révèle aussi de ce que peut vouloir dire « croire à la lettre ».

2Dès les tout premiers échanges (de fait, dès sa réponse à la première lettre de Court, du 29 janvier 1745), Serces précise les attentes du comité londonien, dans ce qui ressemble à un véritable contrat de correspondance, dans lequel chacun doit remplir sa part : à Court revient le devoir de fournir des informations précises et fiables, à Serces celui de les relayer auprès des autres membres du comité, et plus largement, de les diffuser en Angleterre par tout moyen approprié. Selon les propres termes de Serces :

  • 5 Bibliothèque de la Société de l’histoire du protestantisme français [BPF] Lettre de Serces à Court, (...)

L’essentiel, Monsieur, c’est que vous ayez la bonté de m’informer de ce qui se passera, — le plus tot qu’il vous sera possible. Ce que l’on souhaite surtout ici, ce sont des intelligences promptes et exactes [...] Une autre chose, Monsieur, dont je vous prierai, c’est de marquer aussi exactement qu’il vous sera possible, la date des faits, les lieux où ils se seront passés et le nom des principales personnes qui y seront intéressées5.

3Cette véritable lettre de mission que Serces envoie à Court fait de ce dernier un correspondant étranger, dont le travail consiste à collecter les informations, de manière quasiment notariale, à renseigner des rubriques préétablies, à dresser l’inventaire précis des événements (dates, lieux, noms) plus qu’à en faire la chronique. Le cahier des charges assigne à Court la tâche de faire des sortes de dépêches d’agence, qui doivent parvenir au plus vite à ses commanditaires, dont Serces traduit ici les exigences.

  • 6 Lettre de Court à Serces, 2 novembre 1745, Gardy, vol. I, p. 123.

4Cela n’empêche pas les deux correspondants d’aspirer à un échange plus humain, dans lequel la transmission réglée d’informations et la collecte organisée de renseignements le céderait à la rencontre libre et directe des consciences. C’est en tout cas le vœu qu’exprime Court dès le 2 novembre 1745 : « Vous pouvez, Monsieur, avec une entière liberté, me dire votre pensée aussi naturellement, et avec aussi peu de détour, que vous la diriez à un autre vous-même6. »« Me dire votre pensée » : l’expression est révélatrice du rêve d’une double immédiateté. Immédiateté d’une parole si transparente qu’elle en révélerait directement la pensée ; mais aussi immédiateté d’une relation à l’autre, considéré comme un double, un miroir (« un autre moi-même »), qui prendrait forme dans une parole (« dire ») prononcée de vive voix dans le face-à-face de la rencontre. Or s’il est bien une situation dans laquelle il est, au sens propre, impossible de dire sa pensée, c’est bien celle de l’échange épistolaire, qui implique nécessairement la médiation de l’écriture. À la présence immédiate, se substitue une présence non seulement différée, mais symbolique, la lettre reçue tenant lieu d’interlocuteur. L’idéal qu’exprimait Court dans le passage à l’instant cité est donc un idéal inaccessible, car la réalité de la correspondance, et de plus, cela même qui la rend nécessaire, c’est l’existence d’un écart, à la fois spatial, temporel, et culturel, entre un ici (Lausanne, mais aussi la France, par procuration, pour Court ; Londres, pour Serces), et un là-bas (réciproquement, Londres pour Court ; Lausanne et la France pour Serces), l’ici de l’un étant le là-bas de l’autre. Cet écart, qui peut être en lui-même cause d’incompréhensions et de malentendus est fréquemment souligné dans les échanges :

  • 7 BPF Lettre de Serces à Court, 13 septembre 1748, Papiers Court, ms. 601xxi f. 805-806. Je souligne.

En un mot, Mr, si j’ose dire, il me semble que pour prendre avec prudence des résolutions sur de tels sujets, il faut être au fait de ce qui se passe de secret dans le lieu même de l’action et entre les parties contractantes ; ce que vous ne sauriez pénétrer dans le lieu où vous êtes, au lieu qu’étant dans celui où nous sommes, nous pouvons par le moyen de certains amis savoir si le temps pour agir d’une certaine façon est favorable7.

5Non seulement le face-à-face et l’échange de vive voix sont rendus physiquement impossibles par l’éloignement, mais le statut respectif des correspondants est tel que l’idéal d’égalité que suggère l’expression « un autre moi-même » n’est pas davantage atteint. Quel que soit le sentiment de sympathie mutuelle qui se dégage des lettres, la dissymétrie entre les interlocuteurs fonde et structure leur échange : elle le fonde, car c’est bien parce que Serces est en position d’intercéder en faveur des huguenots français que Court s’adresse à lui ; elle le structure, car Court et Serces ont des préoccupations exactement symétriques et inverses : là où le premier doit convaincre pour être cru, le second doit être convaincu pour croire à ce qu’on lui rapporte.

  • 8 Les passages dans lesquels ces termes figurent sont cités ci-dessous (voir notes 2 et 3 page ci-con (...)

6De fait, tout s’oppose à la transparence supposée qu’eût permis un échange de vive voix. Qu’il s’agisse, pour reprendre les termes mêmes de nos correspondants, d’« accidents » (Court), ou de « difficultés » (Serces)8, les obstacles s’accumulent à un tel point que l’un des objets mêmes de la correspondance est d’inventer des façons de les contourner ou de les réduire.

  • 9 « L’abondance des matières m’entraîne et me fait oublier que mon épître devient un volume, mais mal (...)
  • 10 Lettre de Court à Serces, 17 septembre 1745/6 décembre 1745, Gardy, vol. I, p. 114.

7Les « accidents » d’abord, qui incluent l’ensemble des circonstances externes qui ralentissent ou entravent la rédaction même des lettres9, puis qui en perturbent ou en empêchent l’acheminement, à commencer par la longueur même du trajet et l’incommodité de la correspondance : « Que n’avons-nous pu vous consulter sur cette délicate et importante matière ! Mais le tems et les gros paquets qu’il aurait fallu vous envoyer pour vous mettre en l’état d’en bien juger, ne l’ont pu permettre, quelque grande qu’en fût notre envie10. » Les lettres se perdent en route, dont celle qui a été citée à l’instant : envoyée le 24 septembre 1745, Serces ne l’a jamais reçue, si bien que Court lui en adresse une copie le 6 décembre. De manière plus inquiétante encore, les lettres sont interceptées, ce que ne cessent de redouter les deux correspondants. C’est d’ailleurs dans ce contexte que Court utilise le terme d’« accident » :

  • 11 Lettre de Court à Serces, 6 décembre 1745, Gardy, vol. I, p. 127-128.

Je suis extraordinairement fâché que celle que j’eus l’honneur de vous écrire le 24 septembre se soit perdue ; je l’avois remise moi-même à la poste, comme je fais toujours, ne me fiant à personne pour cela, et j’appréhende infiniment qu’elle ne soit trouvée dans un des paquebots qui doivent avoir été pris par des armateurs françois, et que par là elle n’aye été vue par ceux de qui nous avions tant d’intérêt qu’elle fut ignorée. Mais comment est-il possible de prévoir ni de prévenir de tels accidents11 ?

8Alors que l’accident reste par définition imprévisible et impossible à empêcher, les « difficultés » dont parle Serces, qui sont certes conditionnées en grande partie par la pression extérieure (comme la crainte d’être découvert), sont cependant internes à la lettre même et à la manière de la rédiger, ce qui les rend maîtrisables dans une large mesure, sinon complètement :

  • 12 Lettre de Serces à Court, 26 février 1745, BPF, Papiers Court, ms. 601xvi, fo 233.

Notre correspondance est, par elle-même, sujette à des difficultés qu’il serait à souhaiter que nous puissions lever tout à fait, ou du moins diminuer. Craignant de parler trop clairement nous pouvons courir [le] risque de nous exprimer d’une manière obscure et trop énigmatique, deux extrémités que nous devons tâcher d’éviter12.

  • 13 Lettre de Serces à Court, 26 février 1745, BPF, Papiers Court, ms. 601xvi, fo 235.

9La correspondance écrite est ainsi exposée en permanence au risque de l’erreur d’interprétation, que l’entretien oral permet de dissiper beaucoup plus facilement, et dans l’instant. Une partie de la correspondance entre les deux hommes concerne la mise au point et le réglage, toujours à refaire à certains égards, de ses propres conditions et de ses propres conventions : adresses qu’il faut changer pour brouiller les pistes ; intermédiaires grâce auxquels les lettres parviennent à leur destinataire, mais dont il faut aussi changer par précaution ; difficultés qu’impose le fonctionnement des postes, et qu’il faut contourner. C’est jusqu’à la taille même des lettres de l’écriture manuscrite qui doit être ajustée ; se plaignant de sa mauvaise vue, Serces demande à Court de faire un effort particulier pour écrire gros : « Quelque nette et lisible que soit l’écriture de ces deux lettres, permettez qu’en considération de mes yeux un peu affaiblis, je vous prie de vous servir de caractères tant soit peu plus gros : ma vue en souffrira moins13. » Ce sont surtout les termes mêmes qu’emploient les correspondants qui font l’objet d’un codage, pour en déguiser la signification. C’est ainsi, pour ne prendre que quelques exemples, qu’une « fabrique » est une église, un « pupille », un protestant de France, une « foire », une assemblée religieuse, etc. Quant à Court et à Serces, ils signent respectivement « Goutrespac » et « du Sablon ». Mais l’effet en retour paradoxal de cet encodage assez primitif est de redoubler encore le risque de l’ambiguïté ou du malentendu, qu’il faut alors clarifier au fil des échanges suivants. À propos d’un projet d’émigration des protestants français que Serces a soumis à Court, le pasteur anglican rectifie ainsi l’erreur d’interprétation de son correspondant :

  • 14 Il s’agissait en l’occurrence de l’expression « gens de métier ».
  • 15 BPF Lettre de Serces à Court, 6 novembre 1745, Papiers Court, ms. 601xvii, f. 463.

Ce que vous avez fixé principalement vos idées sur des gens capables et résolus de porter les armes m’a fait soupçonner que vous aviez cru devoir entendre mes expressions14 non dans un sens littéral, mais figuré, la figure étant assez fréquente dans nos lettres ; si je devine juste, j’ose dire que vous vous êtes trompé et que je n’avois en vue que des gens de métier proprement dit, ou capables de défricher et de cultiver des terres15.

  • 16 Pauline Duley-Haour, « Le réseau européen d’Antoine Court, moteur financier de l’émigration de 1752 (...)

10Pour paraphraser Shakespeare, the course of true correspondence never did run smooth, ou pour reprendre le cliché bien connu, la correspondance entre Court et Serces n’est pas un long fleuve tranquille : méandres, tourbillons, cataractes et bras morts s’y succèdent, et il faut plutôt s’étonner de voir que malgré tous ces obstacles accumulés, et qui se surdéterminent mutuellement (la crainte de la découverte conduisant à un codage qui multiplie les ambiguïtés, et ainsi de suite), cette correspondance a continué pendant une quinzaine d’années, et que ses fins ont été largement atteintes (versement des subsides annuels du roi d’Angleterre, organisation de l’émigration des huguenots en Irlande — bien que le bilan soit plus mitigé sur ce dernier point16).

  • 17 « Je vous avoue que je ne sais comment me résoudre à croire ou à ne pas croire », BPF Lettre de Ser (...)

11Tout au long de ces années de correspondance, le problème central qui se pose, et que se pose le chapelain anglican en particulier, est bien celui-ci : comment croire à la lettre17, c’est-à-dire comment accorder crédit à son contenu ?

  • 18 Lettre de Court à Serces, 7 octobre 1746, Gardy, vol. I, p. 148.

12Dans cet échange, c’est à Court qu’il revient de convaincre et autant que faire se peut, de prouver la véracité de ce qu’il écrit. La méthode qu’il emploie pour gagner la confiance de son correspondant consiste à produire systématiquement toutes les pièces susceptibles de prouver, d’attester, de justifier ses assertions. Conformément au mandat qui lui a été confié, ou au contrat de correspondance qu’il a conclu avec le chapelain anglican, Court insère très fréquemment dans ses lettres toute sorte de documents (lettres de pasteurs ou textes officiels) cités in extenso et verbatim. Dans sa lettre du 7 octobre 1746, il s’engage en effet à se procurer tous les documents officiels nécessaires pour « informer [Serces] de tout ce qui arrivera d’intéressant pour la Religion en France », qu’il s’agisse de « déclarations de la Cour, arrêts des Parlements, procédures des Cours de justice, lettres des gens dans le Ministère, ou autres pièces justificatives, qui peuvent servir de preuves des faits concernant la Religion, et je vous en envoyerai des extraits, même légalisez si vous le souhaitez, pour qu’ils soient reconnus plus authentiques18 ».

13Faits et données sont enregistrés, consignés, attestés ; les lettres tendent ainsi à se transformer en recueils de documents, au point que la correspondance tout entière finit par acquérir un véritable statut d’archive historique, qui lui donne, aux yeux de Serces en tout cas, une valeur testimoniale et probatoire qui justifie sa conservation :

  • 19 Lettre de Serces à Court, 22 août 1754, Gardy, vol. II, p. 198.

Ce dont je suis fâché, c’est de ne pouvoir accorder une chose qu’on m’a demandée, savoir de brûler toutes les lettres qui ont formé cette correspondance. Je ne crois pas le pouvoir faire, parce qu’elles établissent en partie les faits raportés dans ma narration angloise des souffrances de nos frères, et 2o parce qu’on y peut voir en original, et par une main non suspecte, la manière dont les choses se sont passées entre nous19.

  • 20 Philippe Joutard, La légende des Camisards. Une sensibilité au passé, Paris, Gallimard, 1977, p. 14 (...)

14Comme l’a souligné Philippe Joutard20, Antoine Court a un rapport aux sources qui fait de lui un historien ; on pourrait presque dire que l’on trouve déjà chez lui quelque chose de l’école historique positiviste du xixe siècle (Seignobos, Langlois), pour laquelle la science historique ne peut être science que si elle s’appuie sur des sources parfaitement authentifiées, ce qui ne laisse aucune place au seulement probable.

  • 21 « Le triste tableau [celui des persécutions] que je vais mettre sous vos yeux », Lettre de Court à (...)

15Mais ce rapprochement ne peut être conduit trop loin et trouve même très vite ses limites, car Court ne se contente pas de collecter les faits et de reproduire des documents. Faute de pouvoir s’entretenir directement avec son correspondant, il se fait peintre, et à la communication orale, il substitue la représentation picturale : la lettre se fait « tableau21 ». Tout au long de la correspondance, Court met en scène — et le tableau rejoint ici le théâtre — les événements les plus marquants, s’appuyant sur les témoignages pour constituer autant de tableaux édifiants. Ainsi du martyre de Jacques Roger, supplicié au printemps 1745 :

  • 22 Lettre de Court à Serces, 28 décembre 1745, Gardy, vol. I, p. 131-132.

M. Roger, en sortant de la prison, récita à haute voix le Psaume 51. Sa contenance ferme, mais modeste, l’air de sérénité qui paroissoit sur son visage, sa piété, son zèle, tout émouvoit, tout touchoit le spectateur, tout le remplissoit d’admiration. Les gens mêmes de la communion contraire, m’écrivent les prisonniers, ne purent s’empêcher de verser des larmes. Les Jésuites mêmes se virent forcez à rendre des glorieux témoignages au martyr. Il fit une prière à genoux au pied de l’échelle, il en monta ensuite les échelons avec un air qui marquoit bien sa confiance, et quelles étoient la grandeur de ses espérances. Son corps demeura attaché à la potence 24 heures, il fut ensuite traîné de là au bord de la rivière qui traverse Grenoble, où il fut jetté, et qui lui servit de sépulcre. Telle fut la fin du digne M. Roger. Son troupeau le pleure encor et le pleurera longtems22.

16Témoin des témoins, c’est-à-dire témoin des martyrs, Antoine Court devient aussi le témoin des signes que Dieu adresse aux hommes au moyen des faits que sont les phénomènes naturels. La chronique météorologique se transforme en épiphanie :

  • 23 Lettre de Court à Serces, 2 juillet 1752, Gardy, vol. II, p. 152.

Depuis ma lettre écrite, je viens d’apprendre que le 19 Juin, un jeune homme nommé Roques du lieu de Beauvoisin à deux lieues de Nimes, fut pendu dans ladite ville, pour avoir enlevé d’entre les mains des soldats une de ses tantes et deux de ses sœurs qui avoient été arrêtées au retour d’une assemblée religieuse ; qu’on avoit mis tout en œuvre pour le faire changer de religion, mais que sa fermeté avoit été à toute épreuve, que le même jour à six heures du matin, on avoit entendu dans les airs, sans qu’il parut aucun nuage, un si grand éclat de tonnerre, que tout le monde de la ville et du voisinage en fut saisi d’étonnement et de frayeur, que le lendemain 20me, il tomba une grêle si abondante qu’elle ravagea tout la campagne, les avoines, les olives et les raisins à plusieurs lieues à la ronde, accident qui mettra toujours plus hors d’état les pupiles à fournir aux fraix de voyage, le plus grand nombre attendant d’avoir fait leur récolte pour se mettre en chemin23.

  • 24 BPF Lettre de Serces à Court, 28 mai 1745, Papiers Court, ms. 601xvi, f. 592.

17Court se garde bien de gloser cet épisode, dont la signification se dégage en quelque sorte d’elle-même. Le signe ne fait signe que pour celui, comme Jacques Serces, qui sait déchiffrer et en reconnaître le sens : l’histoire humaine, dans toutes ses dimensions, demeure subordonnée à l’Histoire sainte. Cette clé de lecture-là n’est pas donnée, comme sont données les équivalences permettant de décoder les noms de lieux ou de personnages ; elle est implicite, tacitement présupposée dès le début d’une correspondance entre deux protestants qui, malgré leur différence confessionnelle, ont en partage une commune foi en l’œuvre mystérieuse de la Providence. C’est sans doute cette intelligence partagée, et toujours présente, de l’histoire, tout autant, voire plus encore, que la chronique documentée de faits authentifiés, qui fonde la confiance — la foi — que Serces accorde à Court. En dernière analyse, c’est bien la personne qui atteste le fait, non le fait authentifié qui atteste la fiabilité du scripteur : « nous n’ajouterons foi à aucun fait, tant soit peu important, que nous ne le tenions de vous24 ».

Notes

1 C’est tout particulièrement aux travaux remarquables de Pauline Duley-Haour que l’on doit la connaissance que nous avons aujourd’hui de la pensée et de l’action d’Antoine Court.

2 La collection originale des Papiers Court est conservée à la Bibliothèque Publique et Universitaire de Genève. Pour le présent travail, on a consulté la copie intégrale qui en a été faite au xixe siècle, et qui est conservée à la bibliothèque de la Société de l’histoire du protestantisme français (Copie des papiers d’Antoine Court, conservés à la Bibliothèque de Genève, par le pasteur Émile Gaidan, Paris, Société de l’histoire du protestantisme français, ms. 601-651).

3 Pauline Duley-Haour, « Le comité londonien de soutien aux “Églises sous la Croix”, 1743-1762 », dans Anne Dunan-Page et Marie-Christine Munoz-Teulié (éd.), Les Huguenots dans les îles Britanniques de la Renaissance aux Lumières, Paris, Champion, 2008, p. 245-258.

4 Frédéric Gardy, Correspondance de Jaques [sic] Serces, Publications of the Huguenot Society of London 43, Frome, Butler and Tanner, 1952, vol. I, p. ix.

5 Bibliothèque de la Société de l’histoire du protestantisme français [BPF] Lettre de Serces à Court, 26 février 1745, Papiers Court, ms. 601xvi, f. 233-234.

6 Lettre de Court à Serces, 2 novembre 1745, Gardy, vol. I, p. 123.

7 BPF Lettre de Serces à Court, 13 septembre 1748, Papiers Court, ms. 601xxi f. 805-806. Je souligne.

8 Les passages dans lesquels ces termes figurent sont cités ci-dessous (voir notes 2 et 3 page ci-contre).

9 « L’abondance des matières m’entraîne et me fait oublier que mon épître devient un volume, mais mal élaboré, puisqu’il n’y a point de ligne que l’auteur ait pu faire sans être interrompu. On n’a pas d’idée du tourbillon qui l’environne ; et en ce cas, il est assés à plaindre. » Lettre de Court à Serces, 30 août 1752, Gardy, vol. II, p. 162.

10 Lettre de Court à Serces, 17 septembre 1745/6 décembre 1745, Gardy, vol. I, p. 114.

11 Lettre de Court à Serces, 6 décembre 1745, Gardy, vol. I, p. 127-128.

12 Lettre de Serces à Court, 26 février 1745, BPF, Papiers Court, ms. 601xvi, fo 233.

13 Lettre de Serces à Court, 26 février 1745, BPF, Papiers Court, ms. 601xvi, fo 235.

14 Il s’agissait en l’occurrence de l’expression « gens de métier ».

15 BPF Lettre de Serces à Court, 6 novembre 1745, Papiers Court, ms. 601xvii, f. 463.

16 Pauline Duley-Haour, « Le réseau européen d’Antoine Court, moteur financier de l’émigration de 1752 », dans Hubert Bost et Claude Lauriol (éd.), Entre Désert et Europe, le pasteur Antoine Court (1695-1760), Paris, Champion, 1998, p. 363-377.

17 « Je vous avoue que je ne sais comment me résoudre à croire ou à ne pas croire », BPF Lettre de Serces à Court, 24 janvier 1746, Papiers Court, ms. 601xvii, f. 701 ; « J’ai des raisons de croire que M. le Professeur Polier est mort et qu’il ne l’est pas. Mandez-moi, je vous prie, ce que je dois penser », BPF Lettre de Serces à Court, 13 septembre1748, Papiers Court, ms. 601xxi, f. 807.

18 Lettre de Court à Serces, 7 octobre 1746, Gardy, vol. I, p. 148.

19 Lettre de Serces à Court, 22 août 1754, Gardy, vol. II, p. 198.

20 Philippe Joutard, La légende des Camisards. Une sensibilité au passé, Paris, Gallimard, 1977, p. 141.

21 « Le triste tableau [celui des persécutions] que je vais mettre sous vos yeux », Lettre de Court à Serces, 16 avril 1751, Gardy, vol. II, p. 76.

22 Lettre de Court à Serces, 28 décembre 1745, Gardy, vol. I, p. 131-132.

23 Lettre de Court à Serces, 2 juillet 1752, Gardy, vol. II, p. 152.

24 BPF Lettre de Serces à Court, 28 mai 1745, Papiers Court, ms. 601xvi, f. 592.

Auteur

Est professeur de civilisation et de littérature britanniques au département d’anglais de l’université Paul-Valéry, Montpellier 3 III. Il est spécialiste d’histoire des idées aux xviie et xviiie siècles, et s’intéresse tout particulièrement aux idées politiques et religieuses et à leur interaction. Il a publié une traduction de Raisons de naturaliser les Juifs (1714) de John Toland (PUF, 1998), et a dirigé ou co-dirigé deux volumes d’actes de colloque, Le joug normand : la conquête normande dans la pensée politique anglaise des xviie et xviiie siècles (Presses Universitaires de Caen, 2004), La question de l’athéisme au xviie siècle, (Brepols, 2004, avec Sylvie Taussig). Ses articles récents comprennent « Political liberty in John Toland’s Anglia Libera », dans Christophe Miqueu et Mason Chamie (éd.), Locke’s political liberty : readings and misreadings, (Voltaire Foundation, 2009), p. 35-49 et « Traduire, trahir, se trahir : le cas du Pantheisticon de John Toland », dans Ann Thomson, Simon Burrows et Edmond Dziembowski (éd.), Cultural transfers : France and Britain in the long eighteenth century (Voltaire Foundation, 2010), p. 233-242.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2012

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search