Version classiqueVersion mobile

Croire à la lettre

 | 
Anne Dunan-Page
, 
Clotilde Prunier

Maintenir et rétablir la religion

Correspondance clandestine et pratique religieuse illégale : autour du réseau et de l’activité épistolaire d’Antoine Court (1695-1760)

Pauline Duley-Haour

Texte intégral

  • 1 J. Basnage, Instruction pastorale aux reformez de France, sur la perseverance dans la foi, & la fid (...)

1En 1719, Jacques Basnage, pasteur de l’Église wallonne de La Haye, publiait une Instruction pastorale aux reformez de France, sur la perseverance dans la foi, & la fidelité pour le souverain1. Ce texte lui avait été demandé par Versailles car la monarchie s’inquiétait de voir depuis quelques années se multiplier les assemblées clandestines au Désert et craignait que ne s’y insinuent des espions à la solde de l’Espagne qui inciteraient les fidèles à la révolte. L’admiration qu’inspirait Basnage dans le monde huguenot était une garantie de l’effet que produirait une instruction rédigée par ses soins. L’essentiel de son propos se trouve résumé dans la recommandation suivante :

  • 2 Basnage, p. 16.

Pendant que Dieu vous conservera cette vie, consacrez la lui par un amour et un attachement inviolable pour la vérité selon le précepte de Saint Pierre, « craignez Dieu et honorez le Roy ». La douceur du Gouvernement present est comme un vent doux et printanier, lequel après les rigueurs d’un long hyver, anime la terre et fait revivre les plantes qui paroissoient mortes [...] Ne vous attirez point par des assemblées tumultueuses, et par un zele indiscret de nouveaux malheurs, qui dans le temps present paroîtroient sortir du sein de la Justice, plutôt que de la haine et de la difference de Religion2.

2Rapidement, les pasteurs du Désert qui, depuis 1715, avaient décidé de rétablir des Églises réformées en France en se conformant aux règles de l’ancienne Discipline, répondirent à l’illustre ministre de La Haye :

  • 3 Bibliothèque de la Société de l’histoire du protestantisme français [BPF] 601 II, f. 91-99. Lettre (...)

Nous protestons aujourd’hui que nous regardons comme nos plus cruels & dangereux ennemis tous ceux qui, animés de leurs seuls interêts, voudroient par les promesses d’une liberté que nous ne voulons recevoir que de Dieu seul, nous engager dans quelque revolte ; & S[on] E[xcellence] L[e] C[ardinal] A[lberoni] a beau envoyer de toutes parts ses emissaires pour nous faire oublier notre devoir & notre fidelité, sous l’espérance d’un prompt & d’un entier rétablissement ; les dignes successeurs d’Ignace, ces anges de ténèbres, ont beau se transformer en anges de lumieres & se joindre à ce Ministre ambitieux, pour le seconder dans ses desseins, attentifs comme nous le sommes à nos veritables engagemens, nous ne dementirons jamais notre caractere, la fidelite qui a été toujours notre partage le sera jusqu’au dernier de nos soupirs3.

3Les Églises ne sont donc pas dupes des tentatives maladroites de la monarchie espagnole et — très soucieuses de rompre avec l’histoire camisarde — insistent sur le caractère des protestants français auquel ils se rattachent : l’indéfectible fidélité à l’égard du souverain.

4Cet échange est révélateur des difficultés — malentendus, incompréhensions — qui se firent jour dans les relations épistolaires entre les porte-parole des protestants de l’intérieur du royaume de France et ceux de leurs coreligionnaires réfugiés. L’enjeu d’une correspondance qui permettait de maintenir un lien entre les deux composantes de la communauté huguenote était vital car elle offrait aux uns le secours d’institutions établies et aux autres le sentiment de ne pas abandonner complètement leurs frères « sous la Croix ». De nombreux exemples montrent pourtant que la différence des situations et des points de vue, la difficulté à obtenir une information fiable sur ce qui se disait ou se faisait de l’autre côté de la frontière, la circulation de rumeurs, furent autant de facteurs qui vinrent brouiller la communication entre les deux groupes, allant parfois jusqu’à susciter une défiance mutuelle. Les précautions matérielles dont devaient s’entourer les correspondants pour faire parvenir des informations compromettantes dans la mesure où elles portaient sur des pratiques religieuses illégales contribuaient également à creuser la distance.

  • 4 Hubert Bost et Claude Lauriol (éd.), Entre Désert et Europe, le pasteur Antoine Court (1695-1760), (...)

5Les extraits de lettre utilisés ici proviennent presque tous de la correspondance d’Antoine Court. Sans s’attarder à présenter Court qui a fait l’objet d’un colloque à Nîmes en 19954, rappelons seulement qu’il fut l’un des principaux artisans de la réorganisation d’Églises réformées en France au xviiie siècle et qu’il s’en fit surtout le porteplume, laissant un corpus de plus de 6 000 lettres qui couvrent une période de près de quarante ans, entre 1718 et 1755.

6Ce chapitre vise à souligner les obstacles que furent l’absence, la distance ou le délai dans les relations entre protestants de France et Refuge huguenot ou Églises étrangères. La difficulté à se mettre au diapason fut particulièrement sensible dans les premières années de cet échange épistolaire puisque le correspondant est encore un inconnu, qu’il faut évaluer ses intentions, mesurer ses réticences, jauger sa détermination. C’est donc sur ces premières années que nous nous concentrerons, en étudiant d’abord les critiques portées par l’Europe protestante contre l’organisation d’assemblées religieuses illégales, puis les réponses fournies pour justifier la tenue de ces assemblées, réponses qui portent elles aussi une part de critique à l’égard des correspondants du Refuge.

7Moins d’un an après la réunion des Montèzes, en Cévennes, lors de laquelle il fut décidé de rétablir des Églises protestantes en France, Pierre Corteiz, l’un des compagnons d’Antoine Court, se voit obligé de rendre des comptes à un correspondant — malheureusement pas identifié — à Genève sur l’organisation des assemblées :

  • 5 BPF 617 G-1, p. 1-18. Lettre de Corteiz, 1er avril 1716.

Monsieur, pour ce que vous nous demander de répondre avec ordre à ce qu’on dit que nos assemblées et les sacrements exposent non seulement les biens et les corps mais encore les consciences : tout ce que nous en pourrions dire vous pourrait être suspect ou à ceux qui veulent que nos assemblées soient inutiles. D’ailleurs dans une seule feuille de papier on ne peut pas guère s’exprimer5.

8Prétérition, puisqu’en réalité il consacre de longues lignes de sa petite écriture serrée à démontrer la nécessité du culte public au Désert. Pourtant, l’idée que chacun des arguments qu’il pourrait avancer en faveur de sa cause sera forcément « suspect » est un premier indice des doutes qui habitent et les guides des Églises renaissantes et ceux qui pourraient soutenir leur entreprise depuis l’étranger.

9Quand Benedict Pictet, professeur de théologie à l’Académie de Genève, écrit quatre ans plus tard à Pierre Corteiz, c’est encore pour tenter de le dissuader de convoquer des assemblées, ou du moins des assemblées trop nombreuses :

  • 6 Edmond Hugues, Histoire de la restauration du protestantisme en France au xviiie siècle. Antoine Co (...)

Je vous avoue que j’ai toujours condamné les grandes assemblées, soit parce que je sçay qu’il y a eu très souvent de la confusion et du désordre, soit parce que je sçay de très bonne part qu’il s’en est tenu contre toutes les regles de la prudence chrétienne [...], soit parce que j’ay appris que plusieurs fois des gens s’y mêlaient de precher qui ne sçavaient pas ce qu’ils disaient, en sorte que des personnes de bon sens en étaient scandalisées6...

10Confusion, désordre, ignorance des prédicants « qui ne sav[ent] pas ce qu’ils di[sent] », sont des objections fréquemment développées par une partie de l’Europe protestante qui a tôt fait d’assimiler la restauration d’Églises clandestines avec des épisodes de l’histoire récente du protestantisme français : petits prophètes ou guerre des Camisards. On l’a dit, les pasteurs du Désert se sont d’emblée désolidarisés de ces mouvements. Mais là n’est pas l’essentiel pour le sujet qui nous occupe : il convient de s’interroger sur les sources d’informations dont dispose Pictet. Il écrit : « je sçay de très bonne part... », « j’ay appris... », soulignant ainsi le caractère indirect des échos recueillis et indiquant qu’il ne veut pas s’en tenir aux seuls témoignages des pasteurs du Désert. Qu’il soit suscité par un désir d’être rapidement détrompé ou par la conviction réelle que ses correspondants habituels, Corteiz et Court, ne savent pas ou n’écrivent pas tout, le besoin qu’éprouve Pictet de préciser qu’il a d’autres informateurs laisse planer l’ombre du soupçon.

  • 7 Didier Boisson, Consciences en liberté ? Itinéraires d’ecclésiastiques convertis au protestantisme (...)

11C’est à nouveau depuis Genève, et ensuite depuis Londres, que Pierre Claris de Florian7 (1681-1738), prosélyte, ancien curé de Saint-Jean-de-Crieulon, près de Sauve, exprime son opinion sur les assemblées au Désert. Il adresse d’abord en 1716 une lettre pastorale à son ancien troupeau, quelques semaines après son départ pour l’exil, puis une autre qu’il envoie cette fois à Court, en 1719. Selon lui, les fidèles de France doivent partir au Refuge, et l’alternative des assemblées n’est qu’un leurre :

  • 8 Lettre de M. L’abbé de Florian, prieur curé de l’église de Saint-Jean de Criolon dans le diocèse de (...)

Vous croyés que vous exposant à perdre la liberté et la vie, en mourant dans les bois, pour assister à des assemblées nocturnes, et pour écouter ce que vous débitent des personnes qui ont du zèle véritablement, mais du zèle qui n’est pas selon la science, vous croyés, dis-je, rendre gloire à Dieu. Vous vous réassurés, vous restés tranquilles ; mais vous vous perdés. Ce sont là de détours dont votre amour propre se couvre, et qu’il cherche pour vous faire perdre de veüe vos véritables obligations, et pour éloigner de votre pensée ce que vous devés faire pour plaire à Dieu, et pour répondre aux veües de sa sagesse, qui veut que vous abandonniés tout pour aller professer ailleurs votre religion8.

12La critique des assemblées repose ici, du moins en partie, sur d’autres arguments. Comme Benedict Pictet quelques années plus tard, Claris de Florian déplore le manque d’instruction des prédicants, dénonçant leur « zèle qui n’est pas selon la science », c’est-à-dire, sans doute, excessif et déplacé. Mais ce n’est pas sur cette question que porte l’essentiel de son propos : récemment sorti du royaume, le prosélyte réfugié à Genève veut que ses anciens paroissiens le suivent. La fréquentation des assemblées n’est, selon lui, qu’un pis-aller qui donne aux fidèles l’illusion qu’ils peuvent oublier leurs « véritables obligations » et les conforte dans une situation de compromis incompatible avec la détermination qu’on attend d’eux et qui devrait les conduire sur la route du Refuge.

13On retrouve ce thème de la demi-mesure qui mène à la tiédeur quelques lignes plus loin :

  • 9 Ibid.

Ne croyés pas que les personnes qui courent le païs soient animées de son esprit. Elles font beaucoup plus du mal que du bien : elles donnent par là occasion à plusieurs désordres ; elles font que les ennemis de la vérité la calomnient et qu’ils accusent de rébellion ceux qui se trouvent dans ces assemblées sous prétexte qu’elles sont deffendues par autorité royale. Vouloir s’en tenir à ces assemblées secrettes, c’est avoir honte de la vérité ; c’est s’entretenir dans la tiédeur ; c’est vouloir conserver ses biens et sa vie aux dépens de la confession du saint Evangile ; c’est perpetuer les troubles et fournir des prétextes aux ennemis de notre religion9.

14Cette fois, le reproche de tiédeur est accompagné du soupçon de désordre qu’on a pu lire sous la plume de Pictet et de l’inquiétude sur des pratiques religieuses illégales qui risquent de prêter le flanc aux accusations du camp adverse.

15Trois ans plus tard, quand Claris de Florian — désormais ministre de l’Église de la Patente, à Londres — écrit à Court, son discours est plus nuancé et sa lettre commence par un éloge de Court et de ses compagnons :

  • 10 Actes, IX, 10.
  • 11 BPF 601 II, p. 215. Lettre de Claris de Florian à Court, 3 août 1719. Publiée par J. Bonnet dans le (...)

Je suis persuadé enfin que, vous sentant ensuite mené comme David du zèle de la Maison de Dieu, vous n’avez pris la résolution étonnante et chrétiennement héroïque d’aller animer au péril de votre vie vos frères lâches qu’après avoir consulté Dieu dans la retraite et dans la prière, et vous être convaincu en vous voyant poussé à cette sainte œuvre, que c’était le Saint-Esprit qui vous appelait, en vous faisant entendre sa voix par l’approbation que vous ont donnée des Ananias10 pleins de sa science et de son amour, tels que le sont surtout nos zélés pasteurs de Genève. Telle a été la vocation de l’incomparable monsieur Brousson de sainte mémoire, et de quelques autres témoins intrépides de la vérité dont le zèle et la foi me seront toujours vénérables11.

16Il oppose donc deux types de rassemblement ecclésial : l’entreprise de restauration des Églises décidée en 1715 aux Montèzes, qui vise à rétablir la Discipline des Églises réformées de France, à laquelle il adhère complètement ; et la tenue d’assemblées extérieures à ce cadre, sur lesquelles il a recueilli des témoignages alarmants. Cet extrait mérite d’être cité un peu longuement :

  • 12 Ibid., p. 76-77.

Ce que j’ai condamné et ce que je condamne, ce sont, mon cher frère, l’entreprise de certains protestants, qui, sans vocation, sans science, sans une piété bien connue, ont osé prendre l’encensoir, porter la main sur l’arche, s’ériger en ministres et en pasteurs, prêcher dans les bois et dans les maisons, administrer le baptême et la Sainte Cène, et abuser de la simplicité d’un peuple plus lâche que religieux, plus impétueux que fidèle, et moins partisan de la discipline que du désordre ; ce sont ces assemblées nocturnes où l’on va en armes comme pour braver le souverain qui doit toujours être respecté quoique non obéi dans l’abus qu’il fait de l’autorité en ce qui regarde la religion, jusqu’où le glaive ne s’étend point ; ce sont ces assemblées nocturnes tumultueusement convoquées où l’on reçoit indifféremment tout venant, où ceux qui y assistent jurent une foi qu’ils violent sacrilègement peu d’heures après si on les découvre et si on les presse, et qui n’ont pas honte d’aller se faire voir à la messe le matin de la nuit où ils ont été à ces assemblées, prétendant par là se mettre à couvert et de la recherche et de la poursuite. Ces sortes d’assemblées font bien plus de mal que de bien ; elles font des lâches, des menteurs, des sacrilèges, et non pas des chrétiens fidèles. Je ne parle pas sans savoir, car j’ai été moi-même le témoin de tous ces désordres ; j’ai parlé à des gens sans caractère qui avaient prêché et donné les sacrements, qui se faisaient suivre et qui savaient à peine les premiers éléments de la religion. J’ai vu des personnes, et en grand nombre, qui, après avoir été plusieurs fois à ces assemblées, allaient avec confiance à la messe et tenaient pour ainsi dire d’une main l’idole et de l’autre le Saint Évangile. Je condamne tout cela et je suis assuré que toute la terre le condamnera comme moi12.

17Claris de Florian conseille alors à Court de convoquer les assemblées « légitimes » en plein jour afin d’éviter tout amalgame avec celles qui sèment le désordre et entretiennent le nicodémisme. Il convient de s’interroger à nouveau sur l’information dont il dispose : elle date, et Claris le reconnaît lorsqu’il écrit qu’il a été lui-même le témoin de tous ces désordres. La situation qu’il décrit remonte au moins à 1716. Or, en 1719, les récits d’assemblées font régulièrement état de censures contre les fidèles qui sont « tombés » et qui reviennent « dans le sein de l’Église ». Depuis 1715, le rétablissement de la Discipline interdit toute ambiguïté dans le comportement des fidèles, bien que cette position souffre des accommodements dans les premiers temps. Qu’importe... En 1719, à Londres, le Désert a une réputation laxiste. Au reste, la fin de la lettre confirme cette impression : « j’ai fait voir ma lettre à M. Abbadie et à M. Saurin qui ont approuvé tous mes sentiments et qui m’ont permis de vous l’apprendre ». L’opinion du prosélyte est donc partagée.

18Si, dans la présentation de ces extraits de lettres qui émettent des réserves sur les assemblées, la chronologie a été un peu bousculée, c’est pour mettre en évidence la différence de points de vue entre des observateurs depuis longtemps — voire depuis toujours — habitants de Genève ou de La Haye, c’est-à-dire d’États où ils sont confessionnellement majoritaires et où ils occupent des positions en vue, et un homme dont l’exil est récent et la situation fragile. Celui-ci s’inquiète avant tout du salut de ses coreligionnaires, craignant qu’une certaine tiédeur ne s’insinue dans leur âme et qu’ils ne renoncent à quitter le royaume ; ceux-là insistent davantage sur les conséquences politiques d’une pratique religieuse illégale, contraire à l’obéissance qu’on doit au souverain et de ce fait susceptible de favoriser les troubles et la sédition. En cela, et bien que leurs propos soient nuancés car ils sont tout disposés à penser que leurs correspondants au Désert seront assez avisés pour suivre leurs conseils, ils tiennent un discours qui n’est guère éloigné de celui des catholiques français.

19La lettre pastorale rédigée par Claris de Florian fournit un exemple de relations épistolaires directes — c’est-à-dire indépendantes des institutions ecclésiales en cours de reconstitution dans le royaume — entre un pasteur réfugié et des fidèles de France. Dans l’autre sens, il n’est pas rare que ces mêmes fidèles s’adressent à Genève pour obtenir une sorte de « dispense » de culte public. Autrement dit, ils ne font que modérément confiance à leurs pasteurs et préfèrent se tourner vers l’étranger, vers des autorités reconnues, pour déterminer leur conduite.

20Revenons à Corteiz. Son amertume ressort des lignes qu’il envoie à Genève en 1716 à ce correspondant inconnu qui a dû lui demander certains détails sur l’organisation des jeunes Églises du Désert et sur le déroulement des assemblées. Corteiz devine que cette requête fait suite à des critiques formulées par certains « nouveaux convertis » :

  • 13 L. Bayly, Devoirs de l’âme chrestienne, ou la Pratique de la piété... traduite de l’anglois de L. B (...)
  • 14 BPF 617 G-1, p. 1-18. Lettre de Corteiz, 1er avril 1716.

Mais je vois bien la source du mal et que de malheureux apostats après avoir fait les lâches en France vous viennent déclamer nos assemblées pieuses ; d’autres qui font ici les hypocrites et qui ne peuvent souffrir que leur voisin lise la Pratique de piété13, plus cruels que les papistes, faisant d’autre part les sages et les dévots, — et vont à la messe, mangent et boivent avec les prêtres, — et puis vous écrivent des lettres remplies de faussetés, disant que nous exposons aveuglément le monde ; que nous les jetons dans les périls par un faux zèle, ou que c’est la misère qui nous fait agir14.

  • 15 E.-G. Léonard, Histoire ecclésiastique des réformés français au xviiie siècle, Paris, Fischbacher, (...)

21Ceux que vise Corteiz et dont il dresse un portrait sans complaisance, ce sont surtout les notables nîmois. L’expression « c’est la misère qui nous fait agir » souligne le fossé social qui les distingue du peuple des campagnes qui se rend aux assemblées. Dans son Histoire ecclésiastique des réformés français au xviiie siècle15, Émile Léonard insistait déjà sur ce point. C’est cette minorité (sociologique) dans la minorité (confessionnelle) qui s’adresse volontiers à Genève pour dénoncer les agissements des prédicants du Désert. Elle cherche à faire approuver une attitude de compromis qui lui permettrait de conserver sa place parmi les élus sans avoir à se frotter à de rugueux Cévenols et à s’exposer au danger et à l’inconfort des réunions clandestines.

22En 1720, Court part pour Genève afin d’y plaider la cause des Églises de France et d’y bénéficier d’une formation théologique un peu approfondie. Quelques mois après son arrivée, il reçoit une lettre du même Corteiz.

  • 16 BPF 601 II, p. 322-330. Lettre de Corteiz à Court, novembre 1720.

Nous avons administré la S. Cène au délicate demoiselle de Nimes. Mr le médecin me prie d’être bientôt de retour et sont un nombre de messieurs qui se préparent pour cette bonne œuvre. M. le pasteur et notre très cher ami V[ial] D. ne s’est pas si bien expliqué dans une lettre quil a écrit à Nimes à une demoiselle, comme M. le p[asteur] et p[rofesseur] P[ictet], en disant qu’on n’est pas toujours obligé d’aller aux assemblées. De cette parole les temporaires de Nimes infèrent que s’il y a jamais heu temps qui les doive dispenser des assemblées, des sacrements soit de Genève soit du Désert, c’est, disent-ils, dans le tems present. Ainsi, ces personnes ne ce font pas conscience détre privés des prédications, des sacrements disant que M. Vial leur a marqué qu’ils peuvent être sauvés sans ces moyens et quils seroient bien fous de sortir du royaume et daler sexposer au désert. Je say bien que la pensée de notre cher et pieux ami est bonne, cesta-dire lorsqu’on est réduit à l’impossible comme lorsqu’on est attaché dans un lit, renfermé dans un cachot et autres difficultés semblables. Mais il ce faut bien expliquer avec ces mondains qui ne cherchent que à colorer leur lacheté et tiédeur. Car ces damoiselles sont toutes remplie de préjugés, les unes trop rigides, les autres trop relachées16.

23« Temporaires » — ceux qui n’assistent au culte qu’épisodiquement, lorsqu’ils ne courent aucun danger — et mondains sont blâmés par Corteiz avec autant de véhémence qu’en 1716. Cette lettre apporte cependant un élément nouveau : elle montre que la moindre équivoque dans les lignes destinées aux fidèles peut être mal interprétée et servir de prétexte à la bourgeoisie nîmoise, à ces « délicates demoiselles de Nîmes » déjà rétives à l’idée de courir les Déserts, pour se dispenser d’assister aux assemblées. Remarquons aussi qu’à l’égard de ces hésitants, Corteiz n’est guère moins sévère que Claris de Florian, soulignant comme lui la lâcheté de ceux qui rejettent et l’option du Désert, et celle du Refuge.

  • 17 BPF 601 II, p. 954-961. Lettre de Carrière à Court, 21 février 1722.
  • 18 BPF 607 I, p. 535-552. Lettre de Court à Carrière, 1er avril 1722.

24Deux ans plus tard, alors que Court est encore à Genève, des fidèles languedociens adressent à Benedict Pictet des « questions théologiques » qui portent toujours sur la question des assemblées17. Pictet étant alors souffrant, Court rédige lui-même une lettre en faveur du culte public18. Sans illusion sur le poids de ses propres arguments, il cite à l’appui de sa démonstration un chapitre de la Morale chrétienne de Pictet sur la nécessité des assemblées, montrant qu’il a bien conscience des limites de sa seule autorité. Quelque temps plus tard, Pictet prend personnellement la plume — sa lettre n’a pas été retrouvée — et les recommandations qu’il adresse aux fidèles d’Uzès semblent satisfaire au moins une partie d’entre eux. Un membre de l’Église écrit alors à Court :

  • 19 BPF 601 III, p. 52-58. Lettre de Gazay à Court, 6 mai 1722.

Ont m’a fait part d’une lettre escritte par monsieur le professeur Pictet à quelque personne de nostre ville par laquelle ils font connoitre avoir receu toutte la satisfaction qu’ils souhaitoient et mesme nous lapersevont par leur procédé car auparavant ils avoit quelque panchant pour le service publy mais présantement au lieu dy estre exités ils font tout leur possible pour en désabuser les plus zellés, ainsi, monsieur, il est très-necessaire que vous en parliez à Mr le propheseur Pictet et le prier ardamment de la par de plusieurs fidèles qu’il aye la bonté de déclarer plus evidemment sont sentiment qu’il n’a fait, atandu quil dit au comancement de sa lettre quil nosse s’expliquer sur cela craignant de nuire à ces frères. Sil veut bien avoir la charité de mécrire, ce qui est d’une grande concéquance, il me fera lhonneur de madresser a moy mesme sa lettre19.

  • 20 BPF 607 I, p. 594-599. Lettre de Court à Gazay, 22 juin 1722. La lettre commence ainsi : « Mr le pr (...)

25Ainsi, les plus timorés des nouveaux convertis retournent à leur avantage les nécessaires précautions qu’avaient prises leurs correspondants. À Uzès, ils perdent la partie quand Pictet charge officiellement Court de blâmer ceux des fidèles qui ont déformé son propos20.

26En 1722, Genève semble donc ralliée à la cause et la majorité des lettres émanant de la cité de Calvin cautionnent désormais les exercices publics de religion. Il en va différemment des relations épistolaires plus tardives avec des pasteurs du Refuge, relations qui font état d’une défiance encore importante. Dans une lettre qu’il adresse à Jacques Saurin à La Haye en 1724, Court adopte un ton assez caustique. Saurin n’ayant pas répondu à une première lettre du pasteur vivarois, celui-ci écrit à nouveau et commence par s’interroger sur le silence de son illustre correspondant :

  • 21 Genève.
  • 22 BPF 607 II, p. 23-90, Lettre de Court à Saurin, 20 juillet 1724.

Seroit-ce, me suis-je dit souvent à cause qu’une personne sans nom qui n’est connue ni dans le monde, ni dans la République des lettres, l’a écrite ? Mais le caractère d’un Pasteur, d’un ministre de la religion, ne veut-il pas qu’on s’abaisse jusqu’aux plus petits et, qu’à l’exemple du Sauveur du monde, on ne méprise personne ? Serait-ce parce qu’on auroit craint qu’il y eut du danger d’avoir commerce de lettres avec un homme qui se trouve engagé par une vocation céleste de prêcher l’Evangile et d’assembler les fidèles au nom de Notre Seigneur J. C. contre les Edits de son Prince ? Une République21 l’a cru : elle a fait défense à quelqu’un de ses ministres qui avoit lié commerce de lettres avec nous, de l’entretenir plus longtemps. Mais outre qu’une conduite de cette nature me paroit être plutôt l’effet d’une prudence mondaine que celui d’une prudence évangélique, les ministres de la religion qui sont dans les états de Hollande peuvent ils avoir les mêmes raisons & les mêmes ménagemens à garder ? [...] Seroit-ce à cause de la matière même de la lettre ? Mais demande-t-on rien qui ne soit juste, rien même que ce qu’on semble vouloir nous accorder ? Vous dites dans la préface d’un de vos catéchismes, qu’il ne tiendra pas à la Société qui s’est établie à La Haye pour la propagation de la foi, qu’elle ne se communique au Juif, au Grec, au Scythe et au barbare. Sur cela, après avoir remarqué que des desseins si nobles sont dignes de tous les éloges et que leur accomplissement mérite tous nos vœux, je prends la liberté de représenter à cette même société, en votre personne, qu’elle pourroit porter plus près ses vues, sans pourtant se désister de son premier dessein. Qu’en France il y a bon nombre de protestants qui seroient prêts de donner gloire à Dieu au premier son de la trompette évangélique, mais qu’ils ont besoin qu’on la leur fasse retentir, cette trompette. J’invite à ce sujet les membres de cette Société, ces hommes pleins de zèle qui ont conçu le noble projet de porter la lumière dans les régions les plus éloignées ; je les conjure, ces hommes illustres, de vouloir ne nous omettre pas dans la classe des objets de leur charité et de leur zèle, de porter au milieu de nous la lumière de l’Evangile, de ne se cacher point arrière d’un peuple qui ne cesse de crier : la manne ! la manne ! pour les y inciter davantage je prends la liberté de leur dire que mille motifs les y engagent ; que nous sommes leurs frères et leur sang ; que c’est ici la patrie du plus grand nombre d’entr’eux [...] Y a-t-il dans cette proposition rien qui ne soit juste ? On veut porter l’Evangile chez le Scythe, chez le barbare etc., voila un noble dessein, disons-nous, voila un dessein digne du zèle le plus fervent et de la vigilance la plus active et dont l’accomplissement, quelque prompt qu’il puisse être, arrivera toujours trop tard, mais en remplissant de si beaux et de si vastes projets, doit-on négliger ses frères ? Doit-on, pour allumer le flambeau de l’Evangile dans les lieux où il n’a pas encore éclairé, laisser éteindre ce flambeau où il brilloit autrefois avec tant d’éclat, ou refuser de le rallumer où il n’est désormais que comme un petit lumignon qui fume22 ?

27Condescendance, crainte, oubli de la patrie et des frères qui continuent à y gémir et à réclamer la manne ? Les intentions que Court prête au pasteur de La Haye ne sont guère flatteuses. C’est sans doute dans l’espoir de réveiller les consciences de ses coreligionnaires des Provinces-Unies qu’il opte pour la provocation. Choix tactique audacieux, mais sans résultat : cette lettre restera sans réponse.

28En novembre de la même année, le proposant Martin, que Court a pu envoyer à Berlin auprès de Jacques Lenfant, rend compte de ses premières impressions dans la capitale prussienne. Il évoque la tentative auprès de Saurin :

  • 23 BPF 601 III, p. 329-334. Lettre de Martin à Court, 4 novembre 1724.

Je souhaite que la lettre que vous avez écrite à Mr Saurin produise de bons effets, mais je crains beaucoup pour le contraire ; il n’est pas donné à tout le monde une constance et un zèle comme le vôtre ; la chair aime ses aises et ne se plait que dans ce qui la flatte ; oui, on fait bien des reflections, on raisonne quelquefois, même on est pret à exécuter. Jusques là cela va bien, mais la chair, cette traitresse qui joue son rôle le mieux du monde vient interrompre toutes ces belles résolutions. J’entends à tout moment par le tiers et par le quart résonner à mes oreilles ce fameux passage de l’Evangile : Si on vous persécute dans un lieu fuyez dans un autre. Pierre, Paul disent à tout moment que c’est être fou à un souverain degré de s’exposer, de contrevenir à la volonté du prince : voila des raisonnements aussi mondains qui se puissent et auxquels je suis bien souvent obligé de ne rien dire. Vous voiez donc qu’il faut que Dieu opère dans ces sortes de choses, vous le savez vous même par expérience. Tout ce que je puis encore ajouter, c’est que Jérusalem me sera toujours fort chère et que je tiendrai à un prix fort élevé l’honneur d’essuyer ses larmes23.

29Martin n’est pas moins sévère que son correspondant au Désert : il tient pour spécieuse l’interprétation de l’Écriture comme une exhortation à l’exil ; il considère les arguments déployés contre les assemblées comme autant de manifestations d’attachement au monde et de souci de sa propre sécurité. Il finit en proposant de plaider auprès de Jacques Lenfant la cause des Églises de France.

  • 24 Alexandre Bouvier, qui publie la lettre dans le B.S.H.P.F., la date du 24 mars 1724, ce qui ne renv (...)

30En 1725, Court s’adresse directement à Lenfant24. Ce dernier a dû écrire contre les assemblées et recommander aux fidèles de France de s’en tenir au culte familial. Court est irrité de voir à nouveau une éminente figure du Refuge, bien peu informée des conditions dans lesquelles les Églises sont progressivement reconstituées dans le royaume, s’autoriser à recommander le culte privé, c’est-à-dire ce que lui-même considère comme une solution de facilité qui ne permet pas de soutenir les chrétiens dans leur foi. Il reproche notamment à Lenfant de conforter dans leurs réticences « la quantité de gentilshommes, de bourgeois et de marchands qui n’assistent point [aux] assemblées » et montre que les lettres adressées depuis Berlin sont utilisées pour justifier les faiblesses de fidèles qui répugnent à accomplir leur devoir :

  • 25 A. Bouvier, « Une réponse d’Antoine Court aux objections soulevées par les assemblées du Désert », (...)

Vous nous accablez, nous diront-ils tous, de reproches et de complaintes ; vous ne discontinuez jamais de crier au timide et au lâche ; vous voulez, quoi qu’il en soit, que nous renoncions aux douceurs et aux avantages dont nous jouissons pour assister à vos assemblées religieuses ; vous le voulez, du moins, à ce prix, si nous ne le pouvons faire à meilleur compte ; vous rétrécissez, par une doctrine si austère et si peu conforme aux inclinations de notre cœur, le chemin du ciel. Mais, grâce à Dieu, voyez des directeurs plus commodes et qui, sans vous fâcher, ont des lumières d’une plus vaste étendue que les vôtres. Ce que vous appelez timidité, lâcheté, amour du monde, eux l’appellent prudence, sagesse, bonne politique. Nous pourrons, selon eux, sans courir aucun danger ni aucun péril, être bons chrétiens et bons fidèles ; leur théologie nous décharge du pesant joug de confesser Jésus-Christ dans la cour de Caïphe, au milieu d’un peuple mutiné, d’une nation persécutrice. Tranquilles chez nous, sans exercices et sans religion, nous pouvons, aussi bien que vous qui courez les déserts et les bois pour entendre une prédication nous sauver et être heureux25.

  • 26 Ibid.

31Alors qu’elles défendent une position contraire, ces lignes rappellent celles que Claris de Florian adressait à Court en 1719, quand il écrivait que les assemblées faisaient « des lâches, des menteurs et des sacrilèges ». Ce sont désormais leurs détracteurs qui sont accusés d’encourager la tiédeur. Court souligne en outre que leurs écrits font d’autant plus de mal qu’ils émanent de plumes autorisées. Il insiste sur ce point quelques lignes plus loin : « Le chrétien de terre et de boue, uniquement attentif à conserver ses héritages et son repos, se félicite d’avoir trouvé des hommes savants, célèbres dans l’Église et dans la république des lettres qui soient les défenseurs et les apologistes de sa conduite26. »

32Le jeune pasteur du Désert exprime là des sentiments mêlés : colère devant l’attitude trop accommodante de certains correspondants du Refuge, mais aussi dépit de n’être ni « savant », ni « célèbre dans la république des lettres », et donc impuissant à faire entendre sa voix auprès de certains fidèles languedociens si attachés aux biens terrestres et si bien placés dans le monde qu’ils ne peuvent s’empêcher de manifester une certaine morgue à son égard.

33Quelques remarques conclusives peuvent être tirées des débuts difficiles des relations épistolaires entre les Églises du Désert et leurs correspondants de l’Europe protestante.

34Il convient en premier lieu de noter que Court et Corteiz expriment deux formes de sentiments distincts selon le destinataire auquel leurs lettres sont adressées : lorsqu’ils interpellent des correspondants, pasteurs ou laïcs — comme sans doute le correspondant inconnu de Corteiz en 1716 — appartenant à la première génération de réfugiés des années post-révocationnaires, la question qui se pose est celle de l’option juste dans l’alternative Refuge-Désert. Cette question engendre des incompréhensions à l’intérieur d’une même famille — celle des huguenots —, partant, une certaine amertume qui vire parfois à l’aigre comme on l’a vu dans les lettres de Court à Saurin ou à Lenfant. Les évocations de lettres échangées avec Pictet ou Vial de Beaumont à Genève font apparaître une attitude bien différente : ces correspondants sont considérés comme des bienfaiteurs à qui l’on doit beaucoup et qui, de ce fait, méritent tous les égards.

35Il faut ensuite souligner l’importance des différenciations sociales qui ressortent de ces relations épistolaires. Ce fossé-là ne sépare pas des correspondants de part et d’autre d’une frontière politique, mais plutôt d’une frontière sociologique. On trouve d’un côté les élites, celles des plus illustres figures de l’Europe protestante, auxquelles s’adressent directement les notables languedociens ; de l’autre, le troupeau populaire qui assiste aux assemblées et qu’encadrent des pasteurs comme Court et Corteiz. Un indice de cette fracture peut se lire dans le thème récurrent du défaut d’instruction des prédicants. Par la suite, l’institution du Séminaire français de Lausanne comblera partiellement cette carence.

36En somme, c’est la méconnaissance de l’autre, peut-être plus que son éloignement, qui crée la distance. Le séjour de Court à Genève de 1720 à 1723, son installation à Lausanne en 1729 et le maintien d’une correspondance suivie contribuent, dans les années qui suivent, à dissiper certains malentendus. Il reste que les Églises du Désert continuent pendant de longues années à faire l’objet d’une surveillance bienveillante mais vigilante de leurs bienfaiteurs.

Notes

1 J. Basnage, Instruction pastorale aux reformez de France, sur la perseverance dans la foi, & la fidelité pour le souverain, À Rotterdam, chez Abraham Acher, 1719.

2 Basnage, p. 16.

3 Bibliothèque de la Société de l’histoire du protestantisme français [BPF] 601 II, f. 91-99. Lettre des fidèles du Languedoc à Basnage, 30 juillet 1719. Le texte en fut publié à Zurich en 1722 sous le titre Abrégé d’histoire apologetique, ou Defense des reformés de France, qui sert de reponse à l’Instruction pastorale sur la perseverance en la foy & la fidelité pour le Souverain de Mr Bânâge, dattée du 19. Avril 1719.

4 Hubert Bost et Claude Lauriol (éd.), Entre Désert et Europe, le pasteur Antoine Court (1695-1760), Paris, Champion, 1998.

5 BPF 617 G-1, p. 1-18. Lettre de Corteiz, 1er avril 1716.

6 Edmond Hugues, Histoire de la restauration du protestantisme en France au xviiie siècle. Antoine Court, Paris, Michel Lévy frères, 1872, p. 375-378. BPF 617 G-2, p. 537-538. Lettre de Pictet (Genève) à Corteiz, janvier 1720.

7 Didier Boisson, Consciences en liberté ? Itinéraires d’ecclésiastiques convertis au protestantisme (1631-1760), Paris, Champion, 2009, p. 562.

8 Lettre de M. L’abbé de Florian, prieur curé de l’église de Saint-Jean de Criolon dans le diocèse de Nîmes, aux fidèles de la dite église de Criolon sur son changement de religion. [s. l.], 1716. Il existe un exemplaire de cette lettre imprimée à la Bibliothèque de Genève [BGE]. Elle est en outre publiée dans : Alexandre-Charles Germain, Souvenirs religieux de Cévennes. Le père Joseph et l’abbé de Florian, Montpellier, Bœhm et fils, 1884. J’utilise ici la transcription de Germain, p. 39-40.

9 Ibid.

10 Actes, IX, 10.

11 BPF 601 II, p. 215. Lettre de Claris de Florian à Court, 3 août 1719. Publiée par J. Bonnet dans le Bulletin de la société de l’histoire du protestantisme français [B.S.H.P.F.], 34, 1885, p. 71-82 (ici, p. 76).

12 Ibid., p. 76-77.

13 L. Bayly, Devoirs de l’âme chrestienne, ou la Pratique de la piété... traduite de l’anglois de L. Bayle... Dernière édition, Saumur, et se vend à Charenton, chez O. De Varennes, 1668.

14 BPF 617 G-1, p. 1-18. Lettre de Corteiz, 1er avril 1716.

15 E.-G. Léonard, Histoire ecclésiastique des réformés français au xviiie siècle, Paris, Fischbacher, 1940.

16 BPF 601 II, p. 322-330. Lettre de Corteiz à Court, novembre 1720.

17 BPF 601 II, p. 954-961. Lettre de Carrière à Court, 21 février 1722.

18 BPF 607 I, p. 535-552. Lettre de Court à Carrière, 1er avril 1722.

19 BPF 601 III, p. 52-58. Lettre de Gazay à Court, 6 mai 1722.

20 BPF 607 I, p. 594-599. Lettre de Court à Gazay, 22 juin 1722. La lettre commence ainsi : « Mr le profr Pictet m’a chargé de vous dire qu’il est fort surpris que ces messieurs dont vous me parlez fassent un si mauvais usage et qu’ils tirent de si mauvaises conséquences de la lettre qu’il leur avoit écrite en réponse de celle qu’ils lui avoient adressée. Il n’entend pas que les avis qu’il leur a donnés aient l’étendue qu’ils leur donnent ni qu’ils prennent de là occasion de détourner ceux qui sont dans les saintes dispositions de servir Dieu publiquement et de la manière qu’il l’a enseigné et prescrit aux hommes. »

21 Genève.

22 BPF 607 II, p. 23-90, Lettre de Court à Saurin, 20 juillet 1724.

23 BPF 601 III, p. 329-334. Lettre de Martin à Court, 4 novembre 1724.

24 Alexandre Bouvier, qui publie la lettre dans le B.S.H.P.F., la date du 24 mars 1724, ce qui ne renvoie à aucune lettre de la correspondance de Court. On trouve en revanche une lettre du 25 mars 1725 adressée à Lenfant dont il ne reste que la mention : « Apologie pour les assemblées : réponse à M. Lenfant ».

25 A. Bouvier, « Une réponse d’Antoine Court aux objections soulevées par les assemblées du Désert », B.S.H.P.F., 42, 1893, p. 652.

26 Ibid.

Auteur

École pratique des hautes études
Est professeur d’histoire dans l’enseignement secondaire et prépare une thèse de doctorat intitulée « Un réseau européen de soutien aux “Églises sous la Croix”, 1715-1745 » à l’École pratique des hautes études, sous la direction d’Hubert Bost. Elle a édité Mémoires pour servir à l’histoire et à la vie d’Antoine Court (Éditions de Paris, 1995) et Histoire des troubles des Cévennes ou de la guerre des camisards sous le règne de Louis le Grand (Presses du Languedoc, 2002), en collaboration avec Patrick Cabanel, Pierre Rolland et Otto H. Selles. Ses publications comprennent « Antoine Court, gardien de la tradition huguenote : débats sur l’histoire des Églises françaises après 1685 », dans Hubert Bost et Claude Lauriol (éd.), Refuge et Désert. L’évolution théologique des huguenots de la Révocation à la Révolution française (Honoré Champion, 2003), p. 225- 239 et « Le Comité londonien de soutien aux “Églises sous la Croix” (1743-1762) », dans Anne Dunan-Page et Marie-Christine Munoz (éd.), Les Huguenots dans les îles Britanniques de la Renaissance aux Lumières. Écrits religieux et représentations (Honoré Champion, 2008), p. 245-258.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2012

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search