Version classiqueVersion mobile

Croire à la lettre

 | 
Anne Dunan-Page
, 
Clotilde Prunier

Maintenir et rétablir la religion

« Réparer les brèches du sanctuaire » : organisation missionnaire et correspondance ecclésiastique pendant la Révolution française

Xavier Brilland

Texte intégral

1La Révolution française est une époque troublée pour la religion catholique. En imposant aux ecclésiastiques la prestation d’un serment à la Constitution civile du clergé, l’Assemblée constituante crée une véritable fracture religieuse entre les prêtres qui acceptent de s’y soumettre, les constitutionnels, et ceux qui le refusent, les réfractaires. Le clergé du diocèse du Mans a peu prêté ce serment. Dans les deux tiers du territoire, les prêtres réfractaires sont majoritaires. Ils représentent même trois quarts des effectifs dans la partie mayennaise. En revanche, la partie est, proche du Bassin parisien, est, à une petite minorité, constitutionnelle. Malgré la tourmente, dans cet évêché de l’ouest de la France, la pratique religieuse des fidèles s’est maintenue. Le problème vient de l’émigration et de la déportation des ecclésiastiques insermentés. C’est ainsi que, dès mai 1792, François-Gaspard de Jouffroy-Gonssans, l’évêque du Mans, incite les ecclésiastiques à utiliser la correspondance comme vecteur de la pastorale, dans une lettre qu’il adresse de Paris à son clergé reclus à Laval :

  • 1 Adresse de M. de Jouffroy-Gonssans, évêque du Mans, à son clergé de Laval. Le journal ecclésiastiqu (...)

Séparés de votre peuple, vous ne pourrez plus hélas lui distribuer le pain de la parole ; mais vous suppléerez par vos écrits, et vos exemples seront éloquents, plus persuasifs que les plus beaux discours : il ne sera plus présent à vos Saints Sacrifices, mais vous ne l’en rendrez pas moins participant1.

2L’enjeu premier pour le clergé réfractaire n’est donc pas la reconversion des fidèles, mais la possibilité de répondre à leurs besoins spirituels. Pour reprendre la métaphore du titre, on pourrait dire que l’Église du Mans, telle un sanctuaire, ne s’est pas effondrée, mais qu’elle a subi des attaques, qu’elle s’est fissurée. Les brèches à réparer sont de deux ordres : pallier le manque de prêtres non-jureurs emprisonnés ou exilés d’une part et d’autre part distribuer équitablement les secours spirituels sur ce vaste diocèse de 11 000 km2.

3Afin de remédier à ce problème, l’évêque a choisi de mettre en place une organisation missionnaire. À l’image de ce qui a pu être établi dans les diocèses de Lyon, de Laon ou de Gap, Mgr de Jouffroy-Gonssans conçoit un plan d’administration en 1797. Mais des envois de missionnaires ont déjà été faits depuis 1795. Entre ces deux dates, le système n’est pas organisé : l’administrateur du diocèse en l’absence de l’évêque, l’abbé Joseph Paillé, confie à quelques prêtres des pouvoirs exceptionnels de missionnaires qu’ils peuvent exercer dans une zone vaste mais peu définie. Ce n’est qu’avec l’organisation de 1797 et le décès du premier administrateur qu’est mise en place une véritable organisation. Le diocèse est divisé en vingt missions et une hiérarchie dans les pouvoirs est attribuée. À la direction du diocèse et sous l’autorité de l’évêque se trouve un conseil d’administration, composé d’un administrateur et d’adjoints. À la tête de chaque mission est établi un supérieur, aidé d’un ou plusieurs adjoints. Et enfin, pour desservir le plus grand nombre de paroisses possibles, sont nommés des missionnaires, là où le curé est absent.

  • 2 Extrait des lettres saisies chez les nommés Gagnot, place des Halles, Poisson, place de la Réunion, (...)

4Le maintien de la religion catholique romaine dans le diocèse du Mans passe inévitablement par cette organisation. La correspondance du clergé manceau constitue, pour l’historien, une source d’information sur le vécu immédiat du système missionnaire. En effet, comme le note le rédacteur de l’avertissement précédant la publication de lettres de prêtres réfractaires saisies sous le Directoire : « Elles ont le mérite particulier de présenter l’expression naïve des sentiments de leurs auteurs, qui les déposoient avec confiance dans le sein de l’amitié2. »

5Après avoir présenté les spécificités de la correspondance clandestine du clergé manceau, cette étude s’intéressera au statut de la lettre dans l’organisation ecclésiastique.

1. Une pastorale vécue au gré des aléas d’une correspondance clandestine

  • 3 Jacques-Pierre Fleury, Mémoires sur la Révolution, le Premier Empire et les premières années de la (...)

6Pendant la Révolution française, conserver des lettres exposant des principes religieux ou une correspondance provenant de l’étranger constitue un réel danger. Ainsi, comme l’expose l’abbé Fleury dans ses mémoires : « J’étais dans l’usage de déchirer toutes les lettres que je recevais aussitôt après les avoir lues3. »

7Ainsi, par prudence, une grande partie de la correspondance clandestine des prêtres réfractaires a été détruite, volontairement, pour éviter les poursuites judiciaires.

1.1. Un corpus épistolaire fragile, paradoxalement sauvé par les révolutionnaires

8Toutefois, par chance pour l’historien, une infime partie des courriers a été conservée jusqu’à nos jours. Tout d’abord, des éléments de la correspondance entre l’évêque et l’administration diocésaine ont été gardés par les administrateurs et se trouvent aujourd’hui aux archives du diocèse du Mans. Il s’agit d’échanges épistolaires entre l’administrateur et le prélat, ainsi que de directives manuscrites de l’évêque adressées à son clergé. Cette correspondance était gardée précieusement, car elle constituait la seule preuve pour les administrateurs que leurs actions et leurs décisions étaient promulguées par, ou avec l’accord de l’évêque.

9Certaines de ces lettres ont été publiées pendant la Révolution par le clergé lui-même. Il s’agit des décisions de l’évêque et de l’administration diocésaine locale. Le but de l’édition des lettres pastorales est la diffusion à grande échelle pour maintenir l’uniformité des pratiques ecclésiastiques. Les publications se font dans de petits formats, moins chers à l’impression et surtout très pratiques à emporter ou à cacher sur soi.

  • 4 Marie-Jean-François-Philibert Le Carlier d’Ardon (1752-1799) fut ministre de la police générale du  (...)
  • 5 Archives départementales de la Sarthe, L18 : Lettre du ministre de la Police Générale de la Républi (...)

10Une grande partie de la correspondance des réfractaires doit aussi sa conservation à des mesures de l’administration révolutionnaire La première action de l’administration qui a permis la conservation des relations épistolaires entre les prêtres et l’évêque est la suppression de l’inviolabilité de la correspondance. Malgré la garantie de l’inviolabilité de la correspondance inscrite dans la Constitution française, les arrêts du Directoire exécutif des 27 pluviôse (16 février 1796) et 11 floréal an IV (6 mai 1796) demandent l’inspection systématique des lettres ayant pour destination ou pour origine l’étranger. Dans le Maine, ces deux mesures ne semblent pas avoir été exécutées avec rigueur. Ainsi, des lettres non contrôlées au Mans ont été interceptées à Paris, et remises au ministre de la police Le Carlier d’Ardon4. Ce dernier en profite pour réprimander l’administration mancelle et leur transmettre les courriers saisis. Il s’agit d’échanges épistolaires adressés à un dénommé Mathéi pour un négociant de Wesel nommé Gaspard Wallet5. Ce sont là des lettres codées de l’administration diocésaine à l’évêque. Mathéi est le pseudonyme de l’abbé Hersant qui jouait le rôle de « correspondancier », chargé de l’envoi et de la réception de la correspondance du second administrateur diocésain, Charles Duperrier-Dumourier avec l’étranger. Gaspard Wallet n’est autre que Mgr de Jouffroy-Gonssans en résidence à Paderborn, à environ 180 km de Wesel.

11Les mesures répressives contre le clergé insermenté, et en particulier les arrestations de réfractaires actifs, ont permis la saisie de correspondances. Les arrestations de Matthieu Lamare, curé de Mareil-en-Champagne, en germinal an VI (avril 1798) et de Michel Launay, vicaire de Rouperroux en l’an IV ont permis la saisie de lettres donnant des informations sur le fonctionnement du diocèse en l’absence de l’évêque.

  • 6 Archives départementales de la Sarthe, L 163, f. 45-46 : Lettre de l’administration centrale de la (...)
  • 7 Dans la lettre de l’administration centrale du département de la Sarthe au ministre de la Police du (...)

12Avec l’instauration de visites domiciliaires, par la loi du 18 messidor an VI (6 juillet 1798), le mouvement s’amplifie. De nombreuses cachettes de réfractaires, abritant objets et vêtements de culte, mais aussi registres de catholicité et correspondances, sont découvertes. Il en est ainsi des visites domiciliaires du 25 thermidor an VI (12 août 1798) qui ont été fructueuses selon la lettre du commissaire de l’administration centrale au ministre de la Police6. Elles permirent non seulement l’arrestation de prêtres insermentés, la découverte de passeports et d’objets de culte, mais surtout la saisie d’environ deux cents lettres de réfractaires chez le dénommé Gagnot au Mans7.

13L’interception et la saisie de lettres par l’administration constituent une aubaine pour l’historien. Sauvée de la destruction aux dépens du prêtre réfractaire, cette correspondance clandestine est aujourd’hui conservée dans les fonds d’archives départementales, dans la série L. Dans les mains des autorités révolutionnaires, ces lettres changent de statut : les écrits religieux deviennent des pièces à conviction, des documents officiels de l’administration judiciaire. Tel est bien le but pour l’administration départementale de la Sarthe : utiliser cette correspondance clandestine à des fins judiciaires et politiques. Pour cela, les autorités départementales n’hésitent pas à publier certaines lettres, rarement en intégralité mais plutôt par extraits.

  • 8 Fleury, p. 339.

14Ainsi, un recueil édité en l’an VII est intitulé Extrait des lettres saisies chez les nommés Gagnot, place des Halles, Poisson, place de la Réunion, au Mans, et Fleury, de Mamers. Ce recueil est composé de lettres et d’extraits de seulement soixante-six courriers, sur un total d’environ 300 lettres saisies chez ces trois personnes. Les extraits retenus témoignent de l’opposition du clergé aux principes de la Révolution, voire de l’engagement du clergé dans la chouannerie. La correspondance est l’un des meilleurs témoignages permettant d’associer les prêtres à la contre-révolution et ainsi tenter d’affaiblir la religion catholique. Cette quête de la preuve tourne parfois à l’obsession pour la police. Ainsi, parmi les affaires saisies chez l’abbé Fleury, se trouve du papier d’emballage portant des inscriptions en langue anglaise. Il provient bien d’Angleterre, où le curé était déporté jusqu’en juillet 1797. Qu’à cela ne tienne, voilà une preuve pour faire accuser Fleury : « Le commissaire se livra à des transports de joie incroyable, lorsqu’il trouva des sacs de papier d’écriture anglaise dans lequel j’avais acheté du tabac à Londres. — je l’avais bien dit, s’écria-t-il, qu’il avait des correspondances avec Pitt8 ! »

  • 9 Le curé Fleury était effectivement acquis à la cause contre-révolutionnaire mais son rapprochement (...)
  • 10 Fleury, p. 342.

15Le chef d’accusation ainsi porté s’attache non à son retour condamnable de déportation, mais à une hypothétique relation d’espionnage au profit des Anglais. La police, dans le cas présent, cherche avant tout à jeter la suspicion sur le clergé, à l’associer à la contre-révolution9. Le titre des publications de lettres de réfractaires est parfois très évocateur : Extrait des lettres saisies dans la commune de Mamers, dans la chambre d’un ex-prêtre, fanatique, séditieux rebelle aux lois, provocateur à la guerre civile, perturbateur du repos public, ennemi implacable de la République de ce nom10.

16Le prêtre « fanatique » dont il est ici question est le mémorialiste Jacques-Pierre Fleury. Celui-ci assure d’ailleurs dans ses mémoires que, lors de leur édition, ses lettres avaient été « falsifiées », « corrompues », pour détériorer l’image du prêtre réfractaire.

  • 11 En 1797, l’évêque est touché par une paralysie partielle. Il décède en janvier 1799. Duperrier-Dumo (...)
  • 12 Extrait des lettres saisies..., p. 2.

17Par ailleurs, les extraits publiés par les autorités départementales sarthoises tendent aussi à montrer les dissensions qui existent au sein du conseil d’administration spirituelle du diocèse, entre d’un côté leur chef, Duperrier-Dumourier, ayant pour projet de devenir administrateur apostolique en cas de décès de l’évêque11, et de l’autre ses adjoints dont les fonctions sont, en réalité, pour partie, exercées par un réseau de prêtres dévoués aux ambitions de l’administrateur. La publication a aussi pour finalité de discréditer les chefs de l’organisation missionnaire, et, en particulier, de mettre au grand jour les « tracasseries de ménage » du conseil d’administration du diocèse12.

1.2. Une correspondance ecclésiastique mal contrôlée et difficile à reconnaître

  • 13 Ibid., p. 30-31.

18Malgré les interceptions et la surveillance des missives, le clergé manceau continue d’entretenir une correspondance suivie avec le prélat. Après la découverte des lettres de l’évêque, utilisant le pseudonyme « Gaspard Wallet », d’autres courriers parviennent encore à Duperrier-Dumourier sous la même forme. C’est ainsi qu’il écrit à l’abbé Hersant, le curé de Sainte-Gemmes-le-Robert : « Vous apprendrez avec plaisir [...] que j’ai reçu dans le même jour deux lettres très intéressantes, et par la voie et sous le nom si bien dénoncés13. »

19L’une est de Mgr de Jouffroy-Gonssans, l’autre d’une nièce réfugiée en Prusse. Malgré la saisie des lettres et les remontrances faites à l’administration centrale sarthoise, cette stratégie fonctionne encore après juillet 1798. Le courrier apparaît toujours aussi mal contrôlé dans le Maine. D’autant plus que le clergé réfractaire dispose de la complicité de fonctionnaires. La plupart du temps, la correspondance est adressée à une poste restante, et celui qui va retirer le courrier est un membre de l’administration. C’est cette méthode qui se trouve révélée dans une lettre de Duperrier qui fut publiée en l’an VII. L’administrateur y expose d’abord qu’il reçoit sa correspondance à une poste restante, sous le nom de citoyen Védie, négociant puis il explique :

  • 14 Ibid., p. 30.

Par le moyen de notre futur directeur, qui aurait soin de le retirer et de vous la remettre, elle me parviendrait. C’est le moyen que mon correspondant prend à Lyon ; je lui écris sous trois ou quatre noms, poste restante ; un bon commis tel que le vôtre est dans le secret, et retire soigneusement ces lettres14.

  • 15 Ibid., p. 31.
  • 16 Archives départementales de la Sarthe, L 188.

20La technique n’est pas spécifique au diocèse du Mans, le clergé lyonnais semble aussi l’avoir adoptée. Mais, en Sarthe, la complicité de fonctionnaires semble être plus importante. À tel point que dans un courrier, le curé de Jublains, Savarre, demande à son correspondant, sans doute l’abbé Hersant, de dresser la liste des personnes employées par lui, au département et à la poste15. Fort de cette complicité au sein de l’administration révolutionnaire, Hersant peut écrire à son évêque dans l’une des lettres interceptées : « Nous ne craignons ni les ports ni les postes. Je suis en mesure de faire face à tout ; le maître voit comme j’ai réussi depuis un an16. »

21Volontairement mal contrôlés, réceptionnés par des fonctionnaires de la poste bienveillants pour le clergé réfractaire, les échanges épistolaires sont aussi difficiles à contrôler par leur contenu souvent masqué. Afin de poursuivre leur correspondance religieuse, malgré la censure, les prêtres vont employer comme moyen de contournement l’utilisation d’un style marchand. Sous couvert de courriers commerciaux, des informations sur le diocèse parviendront ainsi à l’évêque. C’est dans ce style marchand que Duperrier-Dumourier écrit à l’évêque en 1798 :

  • 17 Ibid. Le Conte retiré à Vendôme après son arrestation et sa libération pour son grand âge, continue (...)

Dans mes deux dernières [lettres], je vous ai rendu un compte exact de l’état de vos affaires. Si elles vous sont parvenues, vous avez dû voir que nous avons peu de débiteurs [ceux qui ont prêté un serment révolutionnaire]. Nous faisons à l’amiable avec ceux qui montrent de la bonne foi et qui se mettent en règle, nous procédons contre les autres par voye de saisie. Il y a des parties où nous éprouvons quelques longueurs mais en général nous n’avons pas à nous plaindre. Vous savez qu’un de mes associés [l’administrateur adjoint Le Conte] est allé rétablir sa santé à Vendôme, l’autre se porte bien17.

  • 18 Lettre citée par l’Abbé Jean Lemarchand, Un évêque de contrebande sous la Révolution : Monseigneur (...)

22Cette technique, qui se caractérise par l’emploi d’un vocabulaire spécifique aux négociants, était déjà utilisée en 1795. En effet, dans une lettre informant de futurs prêtres des jours prévus pour leur ordination clandestine, les ecclésiastiques y emploient l’expression « recevoir la quittance » pour désigner la réception de la prêtrise18.

  • 19 Extrait des lettres saisies..., p. 9.

23Lorsque certains termes semblent difficiles pour le scripteur à traduire en vocabulaire marchand, celui-ci peut employer des abréviations. C’est ainsi que le curé de Jublains écrit à son confrère de Sainte-Gemmes-le-Robert : « On a demandé les p.s., je les ai demandés moi-même, les voilà, je ne vois rien de plus simple19. » Les p.s. sont les pouvoirs spéciaux accordés aux missionnaires.

  • 20 Archives départementales de la Sarthe, L 188. Lettre d’Hersant, signant Bamet, à la suite de la let (...)
  • 21 Fleury, p. 339.

24De la même manière, on emploie fréquemment des raccourcis, des abréviations pour suppléer aux noms propres. Ainsi, l’administrateur Duperrier-Dumourier est parfois noté « Dup. ». L’utilisation fréquente de noms tronqués s’explique aussi par la nécessité d’économiser le papier à lettre. En effet, pendant la Révolution le papier est cher et, par conséquent, les scripteurs essaient de noter le plus d’informations possibles sur un minimum de surface. Cette optimisation de l’espace scriptural se retrouve aussi dans l’emploi du papier à lettre. Le curé Hersant profite d’un peu de place que lui laisse Duperrier sur un courrier pour y ajouter quelques nouvelles qu’il veut faire passer à l’évêque20. L’abbé Fleury utilise, pour papier à lettre, le papier d’emballage du tabac qu’il avait acheté en Angleterre pendant son exil et rapporté en France21.

25Une autre stratégie pour masquer la correspondance et permettre au scripteur et à ses correspondants de garder l’anonymat est l’utilisation de pseudonymes. Dans leurs échanges épistolaires, les prêtres manceaux s’attribuent des surnoms féminins : l’administrateur Duperrier est nommé « Caroline », l’abbé Savarre devient « Julie » ou « Juliette ». Au curé Hersant est attribué le prénom « Pauline », et au curé de Ternay, Jacquet de la Haye celui de « Henriette ». Un prêtre peut avoir plusieurs pseudonymes. Ceux-ci peuvent changer au fil du temps ou selon l’interlocuteur. Ainsi Hersant signe « Courtin » en 1795 et devient « Carotte » ou « Pauline » à partir de 1797. La hiérarchie ecclésiastique trouve aussi son reflet dans les surnoms. Un évêque figure fréquemment sous les termes de « maître » ou de « grand maître ». L’administrateur du diocèse, Paillé, apparaît sous le surnom de « Grand Voyant ». Dans le même ordre d’idée, mais dans un registre familial, le septuagénaire Mgr de Jouffroy-Gonssans est appelé le « bon père », voire « le grand-père ». Lorsque le scripteur y associe le style marchand, l’évêque devient le « commettant » et l’administrateur le « premier commis » ou le « maître commis ».

1.3. L’évêque : un correspondant bien éloigné

  • 22 Archives du diocèse du Mans, recueil de correspondances diverses de Mgr de Jouffroy-Gonssans.

26Nul n’est besoin de masquer la correspondance lorsque les deux correspondants sont à l’étranger. Non soumis aux contrôles français, l’évêque peut entretenir des échanges avec son clergé déporté en Espagne et en particulier avec l’un de ses vicaires généraux, Jean-Baptiste Courte. Mais la reprise des pérégrinations du prélat en Europe de l’ouest lui fait quitter son domicile londonien, où son vicaire général lui écrit encore le 1er juillet 1793. C’est seulement le 30 août 1793, que l’évêque prend connaissance de ce courrier et répond, de Bruxelles : « J’ai reçu, Monsieur et très cher vicaire général, la lettre que vous m’avez fait l’honneur de m’écrire du 1er juillet ; elle a sans doute resté longtemps à la poste à Londres d’où je suis parti le 22 juillet pour revenir à Bruxelles22. »

27Les déplacements de l’évêque ne facilitent pas le maintien des liens épistolaires. À partir de 1795, le prélat se fixe enfin à Paderborn en Westphalie et cette difficulté s’efface. De plus, durant le printemps et l’été 1797, alors que la politique révolutionnaire s’est adoucie vis-à-vis du clergé catholique, la correspondance entre l’évêque et son administrateur reprend de manière plus suivie. Sans utiliser de cryptage ou de déguisement du contenu, les échanges épistolaires se concentrent sur la mise en place de l’organisation missionnaire. Mais les 800 kilomètres qui séparent Mgr de Jouffroy-Gonssans de son interlocuteur manceau constituent encore un frein à l’administration à distance de son diocèse. Ainsi dans un courrier adressé à Duperrier-Dumourier, et daté du 21 août 1797, l’évêque évoque ces difficultés :

  • 23 Archives du diocèse du Mans, registre des mandements de Jouffroy-Gonssans.

J’ai répondu le plus promptement possible, mon très cher Monsieur, à toutes les lettres que vous m’avez écrites. Il est d’autant plus fâcheux que vous ne les ayez pas reçues, qu’elles avaient pour but d’alléger le fardeau que vous portez avec votre zèle si actif et si louable [...]. Vous avez du recevoir un exemplaire signé de ma lettre pastorale et une copie exacte dans ma dernière réponse. Je viens profiter d’une occasion favorable pour vous les faire passer et réparer ainsi la perte des originaux. Je joins ici la copie de ma dernière. Jusqu’à présent vous n’avez point daté vos lettres. Si vous pouviez le faire sans inconvénients, je vous prie de leur donner la seule chose qui manque à leur perfection23.

28Il apparaît plus difficile de suivre les affaires en cours, de faire part des différentes réflexions lorsque les missives arrivent partiellement et parfois dans le désordre. C’est pourquoi l’évêque demande à Duperrier de dater ses lettres. De plus, même si Mgr de Jouffroy-Gonssans n’hésite pas à joindre à son courrier une lettre pastorale, des précautions sont prises. Afin d’éviter le risque de contrefaçon de ses instructions, le prélat utilise des moyens d’authentification : il envoie « un exemplaire signé » de sa lettre pastorale et « une copie exacte ». Malgré l’accalmie révolutionnaire, la prudence reste le maître mot dans la circulation des décisions et des conseils épiscopaux. C’est pourquoi, il reste toujours indispensable de « profiter d’une occasion favorable » pour transmettre les plis.

29L’énergie mise en place par le clergé pour poursuivre sa correspondance, même avec l’étranger, témoigne de la nécessité d’utiliser ce mode de communication pour réparer les brèches du sanctuaire et maintenir la foi. Ceci confère aussi à la lettre de multiples statuts dans l’organisation et le fonctionnement des missions mancelles.

2. Le statut de la lettre dans l’organisation missionnaire

2.1. Outil de diffusion des directives

  • 24 Fleury, p. 243.

30En premier lieu, la fonction de la correspondance est de permettre la circulation des mandements, lettres pastorales de Mgr de Jouffroy-Gonssans ou avis du conseil d’administration au clergé. L’évêque a ainsi tenté de garder son autorité sur l’ensemble de ses prêtres, même déportés. Lorsqu’il s’agit de donner des directives générales à son clergé réfugié dans un pays autre que son lieu d’exil, il utilise le réseau de ses confrères évêques. Pour inciter les ecclésiastiques manceaux déportés en Angleterre à rentrer dans le diocèse en 1797, et à rejoindre ainsi l’organisation missionnaire, il écrit à Mgr Le Mintier, l’évêque de Tréguier. Ce dernier informera ainsi le clergé manceau présent à Londres de l’injonction de leur prélat. C’est ainsi qu’au début de l’été 1797, Fleury, curé de Vieuvy, prendra connaissance de la décision qu’il s’empressera d’appliquer24.

  • 25 « L’une [des deux lettres reçues ce jour] est du prélat, qui m’envoie une instruction sur la questi (...)
  • 26 Ainsi Savarre note dans une lettre à Hersant : « J’y joins six instructions pastorales, que tu conf (...)
  • 27 Archives départementales de la Sarthe, L381.
  • 28 Archives départementales de la Mayenne, L950.

31Dans la correspondance avec le diocèse, c’est l’administrateur, demeurant au Mans, qui est le premier à prendre connaissance des instructions épiscopales. Il est l’unique destinataire des décisions de l’évêque. Sa première mission est de faire circuler les courriers épiscopaux aux membres du conseil, avant de les remettre à son secrétaire25. La plupart des instructions de l’évêque ont pu, après 1795, être imprimées et distribuées. Afin qu’un maximum d’ecclésiastiques puisse en prendre connaissance, les directives publiées circulent jointes à la correspondance26. C’est ainsi que, dans les papiers saisis au curé Lamare, se trouvent encore deux exemplaires imprimés de l’ordonnance de l’évêque datée du 16 février 179827. De même, le procès-verbal de l’arrestation du curé de Saint-Pierre-la-Cour, en Mayenne, le 17 août 1798, indique que la pièce où il se cachait contenait « un paquet de lettres contenant plusieurs lettres annonimes, toutes très contre-révolutionnaires » mais aussi « une circulaire des supérieurs et administrateurs du cy-devant diocèse du Mans28 ». La diffusion des instructions se fait sur l’ensemble de l’ancien diocèse mais aussi dans les diocèses voisins. Par des échanges épistolaires avec les diocèses de Sées, Tours, Blois ou Chartres, les réfractaires cachés dans ces diocèses sont informés des décisions mancelles. Duperrier note ainsi dans l’une de ses lettres :

  • 29 Extrait des lettres saisies..., p. 56. Lettre de Duperrier à Hersant.

Quand vous écrirez à l’ami Beucher, mention de moi, pour lui, et tous nos fidèles Manceaux. Chargez-le d’offrir mes hommages au vénérable abbé Belin, et de lui communiquer tout ce que nous faisons ; conduite envers les haineux, associations, ordonnances, instructions, etc.29

  • 30 Archives départementales de la Sarthe, L 381. Lettre du 18 mars 1798 d’un administrateur [Duperrier (...)

32Ce véritable réseau de diffusion d’informations religieuses a pour finalité de permettre à tous les prêtres originaires du diocèse du Mans de se préparer à rentrer et à intégrer le système missionnaire. Mais à cette distribution de directives s’ajoute la nécessité de les expliciter, voire de les adapter aux circonstances. C’est là une autre fonction de la correspondance. Ainsi, en réponse à une lettre de Matthieu Lamare, supérieur de la mission de Brûlon, l’administrateur ne se contente pas d’envoyer dix exemplaires de l’ordonnance épiscopale du 16 février 1798, il y joint une lettre qui résume et explicite la conduite à tenir envers les prêtres ayant prêté le serment de haine à la Royauté, et envers les fidèles qui auraient reçu de leurs mains des sacrements30.

33Dans certains cas, la correspondance est utilisée par l’évêque exilé pour compléter ou préciser ses décisions. Dans sa lettre du 21 août 1797 adressée à l’administrateur diocésain, Mgr de Jouffroy-Gonssans dénonce la mauvaise interprétation qui a été faite de ses directives concernant la pratique des mariages par les prêtres non-approuvés et l’autorisation donnée aux chanoines de confesser. Le prélat en profite pour expliciter et justifier son point de vue. La correspondance lui permet donc de continuer à instruire son clergé.

2.2. Vecteur de régulation de l’action missionnaire

  • 31 Administration spirituelle du diocèse du Mans, S.I., 1797, p. 23.

34La correspondance est aussi l’outil qui permettra la nécessaire reprise en main d’un clergé abandonné de ses vicaires généraux et de son évêque de 1792 à 1795. Ainsi, parmi les devoirs des supérieurs de mission, il y a celui d’instruire les administrateurs de tout ce qui concerne leur portion de diocèse, « au plus tard tous les deux ou trois mois, et même plus souvent, selon les circonstances et le besoin des choses31 ».

  • 32 Archives départementales de la Sarthe, L381.

35C’est pour cette raison que Matthieu Lamare fait état, auprès de l’administrateur adjoint Tessier, de l’état de la mission de Brûlon dans sa lettre du 23 mars 179832.

  • 33 Extrait des lettres saisies..., p. 63. Lettre de Duperrier à Hersant.

36Pour les administrateurs, entretenir des liens avec les supérieurs de mission vise aussi à contrôler, à fédérer l’action de chacun d’eux. « II est bon d’entretenir les relations avec Mrs les chefs de mission. On n’est que trop porté à l’indépendance » confie l’administrateur Duperrier à l’un de ses correspondants33.

  • 34 Archives départementales de la Sarthe, L379. Lettre de Launay à l’administrateur Paillé, datée du 2 (...)

37Au niveau local, c’est-à-dire à l’intérieur du diocèse, la correspondance remplace les échanges verbaux qui nécessiteraient une rencontre souvent trop dangereuse. Elle sert donc aussi, et avant tout peut-être, à régler les problèmes, à répondre aux difficultés quotidiennes des missionnaires ou des curés. En 1795, un prêtre rétracté demande à l’abbé Paillé l’autorisation de pouvoir « confesser les malades sans soutane, et dire la messe avec une perruque ronde sans couronne ». Cette mesure exceptionnelle, justifiée par les circonstances, lui est accordée par une simple note ajoutée par l’administrateur sur sa lettre qui lui est retournée34.

  • 35 Extrait des lettres saisies..., p. 74-78.
  • 36 Ces trois termes sont les plus fréquemment utilisés pour désigner les prêtres ayant prêté le sermen (...)
  • 37 Fleury, p. 336.

38La correspondance permet l’échange entre missionnaires. Ainsi, en juillet 1798, la question soulevée par Fleury auprès de ses confrères est la rétribution des messes et des mariages. Une bonne partie du clergé, suivant les instructions épiscopales, refuse de fixer un honoraire et accepte de ne vivre que de la charité des fidèles. Fleury, le curé de Vieuvy qui exerce à Mamers, ainsi que le supérieur de la mission de Brûlon, Lamare, témoignent dans leur correspondance de leur volonté de revenir à cette pratique habituelle de l’honoraire minimum, qu’il n’est pas raisonnable de repousser en ces temps de difficultés financières pour le clergé. Le sujet tient à cœur à Fleury, au point que celui-ci aimerait « mieux la dire gratis, que de recevoir moins35 ». Mais la pratique du cérémonial liturgique, l’adaptation de la liturgie aux circonstances, ou les questions financières ne sont pas les sujets qui dominent la correspondance conservée. Les difficultés soulevées par les prêtres réfractaires concernent plus particulièrement la conduite à tenir envers les ecclésiastiques qui ont prêté l’un ou l’autre des serments successivement imposés par l’administration révolutionnaire. Les courriers échangés entre prêtres ou avec les administrateurs abordent, de nombreuses fois, la conduite à tenir envers ceux qui ont rétracté, ainsi que la validité des sacrements donnés par ses « jureurs », « soumissionnaires » ou « haineux36 ». Preuve en est que les directives épiscopales, pourtant claires sur ces sujets, doivent être réexaminées localement pour chacun des cas que rencontrent les prêtres. Le rôle de délégué de l’évêque que joue le conseil d’administrateurs prend ici tout son sens. Toutefois, dans ses mémoires, l’abbé Fleury évoque avec ironie la correspondance directe qu’entretiennent la cheville ouvrière missionnaire et l’autorité ecclésiastique locale sur ces questions pratiques. Il écrit ainsi : « Pour résoudre les principales difficultés qui m’arrêtaient dans les fonctions pénibles du ministère, j’avais établi une correspondance avec les administrateurs du diocèse, qui étaient, pour l’ordinaire, aussi embarrassés que moi37. »

39Sans doute est-il difficile pour les administrateurs de prendre des décisions sans l’avis de l’évêque, et d’être certains ensuite que leurs résolutions ne seront pas remises en cause par une partie du clergé peu enclin à leur obéir. À cela s’ajoute la volonté de Duperrier de n’informer le prélat que du strict nécessaire, et, par conséquent, de ne pas pouvoir bénéficier de son avis sur les problèmes divers soulevés par les missionnaires.

2.3. Caution de l’administration diocésaine pour gouverner le diocèse

40En effet, la correspondance des administrateurs manceaux adressée au prélat vise essentiellement à le tenir informé de l’état du diocèse, mais sont rarement abordés les cas litigieux qui nécessiteraient son avis. En effet, confrontés au mauvais état de santé du prélat et au temps nécessaire pour recevoir ses conseils épiscopaux, les correspondants de l’évêque ne lui détaillent pas tous les problèmes. Ainsi, l’administrateur écrit à son secrétaire :

  • 38 Extrait des lettres saisies..., p. 64-65. Lettre Duperrier à Hersant.

Quoique j’aie bien quelques sujets de plaintes à faire contre certains particuliers, je n’en ai nommé aucun ; je me suis contenté de faire part de l’état où sont les choses, sans désigner personne. Il me suffit que le grand-père [l’évêque] travaille de concert avec moi, parce que, sans cela, le poste ne serait pas tenable38.

  • 39 Administration spirituelle..., p. 74. Courrier épiscopal daté du 5 juin 1797.
  • 40 Ibid., p. 12.
  • 41 Ibid., p. 74.

41D’ailleurs, l’évêque est conscient de ne pas être informé de tout. Il admet ainsi la nécessité de déléguer des pouvoirs et de permettre aux administrateurs d’adapter ses décisions aux circonstances39. C’est sur ce principe d’adaptation des directives que repose le système missionnaire mis en place. L’utilisation du « Plan d’administration spirituelle pour le diocèse du Mans » envoyé par l’évêque en mars 1797 illustre bien ce fonctionnement. Dans son instruction, l’évêque demande explicitement au conseil d’administration de former « sans délai un plan accommodé au local et aux circonstances40 ». C’est ce que fera le conseil d’administration spirituelle en ajoutant au plan des « avertissements », qui constituent à eux seuls un véritable guide pastoral pour le clergé. Après avoir été rédigés par le conseil, les textes sont envoyés au prélat qui, en réponse, les approuvent dans sa lettre du 5 juin 179741. Les administrateurs vont publier l’ensemble des instructions régissant l’organisation missionnaire sous le titre d’Administration spirituelle du diocèse du Mans. Mais ils ne se contentent pas de faire imprimer le plan envoyé par l’évêque et les avertissements rédigés par les administrateurs, ils publient aussi dans ce recueil les lettres de Mgr de Jouffroy-Gonssans qui valident les directives locales. La lettre épiscopale devient une fois de plus une preuve, une caution aux décisions prises par le conseil d’administration. Le besoin qu’ont éprouvé les administrateurs de publier ces lettres pour avaliser leur action témoigne de la difficulté avec laquelle le conseil a tenté d’affirmer sa légitimité face au clergé. Cette nécessaire docilité et obéissance des prêtres aux membres du conseil d’administration devra d’ailleurs être réaffirmée dans l’instruction pastorale de l’évêque datée du 15 juin 1797.

  • 42 René Liger, Coup d’œil sur les ravages que le conflit des opinions, tant politiques que religieuses (...)

42Dès que les instructions épiscopales ne sont pas claires ou semblent contradictoires, leur utilisation en tant que garantie entraîne des discordes au sein du clergé. Ainsi en est-il de la question de l’acte de soumission aux lois de la République. Les directives de Mgr de Jouffroy-Gonssans n’ont pas toujours été claires. De plus, une évolution de sa position a engendré un débat houleux au sein du clergé, menaçant ainsi la mise en place du système missionnaire. En 1801, cette dissension est toujours présente dans les esprits. À cette date, René Liger apostrophe encore l’administrateur du diocèse en brandissant les preuves que constituent des lettres de l’évêque qu’il détient. Duperrier affirme avoir conservé les lettres et les instructions de l’évêque condamnant cette soumission. Liger dit en détenir trois qui décident le contraire, et qui lui ont pourtant été fournies par les deux administrateurs successifs. Dès lors, ce dernier conclut à la faiblesse du prélat diminué par la maladie et influencé par les ecclésiastiques exilés à ses côtés, tel Duperrier jusqu’en 1797 : « On peut concilier ces contrariétés en convenant sans doute que le prélat sur la fin, était entre les mains de ceux qui l’environnaient, ce qu’était le flûteur automate entre les mains de Vaucanson42. »

43On a le sentiment d’assister à une bataille autour des courriers épiscopaux conservés, en particulier après le décès de Mgr de Jouffroy-Gonssans en janvier 1799. La lettre constitue bien, aux yeux de tous, le gage pour gouverner au nom du prélat. C’est pourquoi cette correspondance tenant lieu d’instructions circule, mais demeurera conservée à titre de preuve.

2.4. Support du maintien de l’unité gallicane

  • 43 Extrait des lettres saisies..., p. 30, 40.
  • 44 Archives du diocèse du Mans.

44Enfin, dans un cadre géographique plus vaste, celui de la France entière, on peut s’interroger sur l’utilisation de la correspondance comme vecteur du maintien d’une unité gallicane des pratiques pastorales. En effet, il existe des liens épistolaires entre les administrateurs des diocèses français. Ceux-ci permettent l’échange autour des pratiques de chacun. Ainsi, plusieurs fois dans la correspondance de Duperrier, il est fait allusion à un correspondant de Lyon43. Sans doute s’agit-il de son homologue l’abbé Linsolas, administrateur du diocèse de Lyon. Ces échanges interdiocésains donnent parfois lieu à l’envoi de reproduction de lettres. On retrouve ainsi dans les papiers de l’administrateur du diocèse du Mans, un document intitulé « copie d’une lettre des administrateurs de Lyon à ceux du diocèse de Blois du 23 décembre 1796 » donnant la position lyonnaise sur la seconde soumission, découlant de la loi du 7 vendémiaire an IV (28 septembre 1795)44. Les responsables diocésains font donc circuler leurs courriers afin de tenter d’harmoniser les pratiques, notamment face aux multiples serments révolutionnaires imposés au clergé. Les échanges épistolaires entre administrateurs diocésains témoignent donc d’un désir d’unité gallicane.

3. Conclusion

  • 45 Daniel Roche, Les Républicains des lettres : gens de culture et Lumières au xviiie siècle, Paris, F (...)

45L’étude de la correspondance du clergé réfractaire manceau permet de conclure au rôle primordial des échanges épistolaires dans le maintien de la religion catholique romaine dans le diocèse du Mans pendant la Révolution française. Elle est le vecteur de l’organisation missionnaire, le trait d’union entre le clergé, mais aussi un outil dangereux car utilisable par les autorités révolutionnaires. L’utilisation de la lettre pour fédérer l’organisation missionnaire se fondait sur le fait que, pour reprendre une phrase de Daniel Roche, « l’échange rend cohérente une communauté d’individus divisés et séparés45 ». Pour le clergé réfractaire, cet échange qui permet la cohérence ne se résume pas à une simple correspondance entre deux correspondants, il comprend aussi la diffusion des courriers par leur lecture à haute voix, la circulation des originaux ou de copies, mais aussi la conservation pour justification future. La correspondance devient l’unique vecteur de communication du clergé clandestin.

46Elle laisse ainsi apparaître que les échanges du prélat avec son clergé furent essentiellement de l’ordre de la communication pratique, spirituelle et disciplinaire. Ceux-ci témoignent de la volonté de l’évêque de mettre en place une pastorale adaptée aux persécutions. Mais les questions pastorales, laissées aux soins des autorités locales, apparaissent peu abordées. Il y est plus souvent question de conduite envers les prêtres ayant prêté un serment révolutionnaire ou de querelles de pouvoirs. Réalité ou fait du hasard ? Sans doute ni l’un ni l’autre. Le corpus de lettres ainsi rassemblé n’est peut-être pas significatif des échanges épistolaires entre les ecclésiastiques réfractaires manceaux. En effet, il s’agit d’une part de lettres saisies par l’administration révolutionnaire et sélectionnées pour leur contenu antirévolutionnaire ; et d’autre part, de courriers de l’évêque conservés par l’administration diocésaine pour servir de preuves de leur obéissance aux directives épiscopales. Ces derniers concernaient donc, en priorité, l’organisation des missions et les questions de discipline ecclésiastique. Seules quelques lettres saisies et non publiées permettent d’identifier les questions vives de ce groupe de prêtres. Ce corpus, bien qu’imparfait, permet, toutefois, de dégager un dessein commun à tous les scripteurs, qu’ils soient dans le diocèse, cachés dans un diocèse voisin, ou exilés à l’étranger : celui de veiller à maintenir de la manière la plus uniforme possible le culte catholique romain et de proposer une offensive contre l’Église constitutionnelle.

Notes

1 Adresse de M. de Jouffroy-Gonssans, évêque du Mans, à son clergé de Laval. Le journal ecclésiastique ou bibliothèque raisonnée des sciences ecclésiastiques, mai 1792, p. 715.

2 Extrait des lettres saisies chez les nommés Gagnot, place des Halles, Poisson, place de la Réunion, au Mans, et Fleury, de Mamers publiées par ordre de l’administration centrale du département de la Sarthe, Le Mans, Monnoyer, an VII, p. 3.

3 Jacques-Pierre Fleury, Mémoires sur la Révolution, le Premier Empire et les premières années de la Restauration, Le Mans, Leguicheux Gallienne, 1874, p. 338. Jacques-Pierre Fleury (1758-1832), nommé curé de Vieuvy (Mayenne) en 1788, refuse de prêter le serment à la Constitution civile du clergé en 1791 et s’exile en Angleterre. Son engagement politique et religieux dans le diocèse après son retour, en 1797, le porte à côtoyer la chouannerie mancelle. Ce prêtre a été récemment étudié par Frédérique Pitou, « Les Mémoires de Fleury : du prêtre zélé au réfractaire puis au fanatique », dans La foi dans le siècle : mélanges offerts à Brigitte Waché, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2009, p. 317-327.

4 Marie-Jean-François-Philibert Le Carlier d’Ardon (1752-1799) fut ministre de la police générale du 16 mai 1798 au 29 octobre 1798.

5 Archives départementales de la Sarthe, L18 : Lettre du ministre de la Police Générale de la République au commissaire du Directoire exécutif près de l’administration centrale de la Sarthe au Mans, datée du 23 messidor an VI.

6 Archives départementales de la Sarthe, L 163, f. 45-46 : Lettre de l’administration centrale de la Sarthe au ministre de la police du 13 fructidor an VI.

7 Dans la lettre de l’administration centrale du département de la Sarthe au ministre de la Police du 13 fructidor an VI, il est fait état de la découverte de trois cents lettres chez Gagnot (Archives départementales de la Sarthe, L 130). Mais le classement et la numérotation de ces lettres effectués à l’automne 1798 donnent un total de cent-quatre-vingt-douze lettres (Archives départementales de la Sarthe, L170).

8 Fleury, p. 339.

9 Le curé Fleury était effectivement acquis à la cause contre-révolutionnaire mais son rapprochement avec la chouannerie n’aura lieu qu’avec son emprisonnement en France.

10 Fleury, p. 342.

11 En 1797, l’évêque est touché par une paralysie partielle. Il décède en janvier 1799. Duperrier-Dumourier devient administrateur apostolique jusqu’à l’arrivée de Mgr de Pidoll en 1802.

12 Extrait des lettres saisies..., p. 2.

13 Ibid., p. 30-31.

14 Ibid., p. 30.

15 Ibid., p. 31.

16 Archives départementales de la Sarthe, L 188.

17 Ibid. Le Conte retiré à Vendôme après son arrestation et sa libération pour son grand âge, continue de jouer un rôle dans l’administration malgré la distance.

18 Lettre citée par l’Abbé Jean Lemarchand, Un évêque de contrebande sous la Révolution : Monseigneur Jean-Baptiste Maillé de la Tour Landry (1743-1803), Paris, Téqui, Editions régionales de l’Ouest, 1996, p. 116.

19 Extrait des lettres saisies..., p. 9.

20 Archives départementales de la Sarthe, L 188. Lettre d’Hersant, signant Bamet, à la suite de la lettre de Mathéi pour Gaspard Wallet.

21 Fleury, p. 339.

22 Archives du diocèse du Mans, recueil de correspondances diverses de Mgr de Jouffroy-Gonssans.

23 Archives du diocèse du Mans, registre des mandements de Jouffroy-Gonssans.

24 Fleury, p. 243.

25 « L’une [des deux lettres reçues ce jour] est du prélat, qui m’envoie une instruction sur la question présente. Je l’ai faite passer à mes confrères ; dès qu’elle me sera revenue je vous l’enverrai avec la lettre. » Extrait des lettres saisies..., p. 30-31.

26 Ainsi Savarre note dans une lettre à Hersant : « J’y joins six instructions pastorales, que tu confieras à qui tu jugeras à propos. » Ibidem, p. 52.

27 Archives départementales de la Sarthe, L381.

28 Archives départementales de la Mayenne, L950.

29 Extrait des lettres saisies..., p. 56. Lettre de Duperrier à Hersant.

30 Archives départementales de la Sarthe, L 381. Lettre du 18 mars 1798 d’un administrateur [Duperrier sans doute] au supérieur de la mission de Brûlon.

31 Administration spirituelle du diocèse du Mans, S.I., 1797, p. 23.

32 Archives départementales de la Sarthe, L381.

33 Extrait des lettres saisies..., p. 63. Lettre de Duperrier à Hersant.

34 Archives départementales de la Sarthe, L379. Lettre de Launay à l’administrateur Paillé, datée du 21 juin 1795.

35 Extrait des lettres saisies..., p. 74-78.

36 Ces trois termes sont les plus fréquemment utilisés pour désigner les prêtres ayant prêté le serment à la Constitution civile du clergé (loi du 12 juillet 1790) imposé en janvier 1791, ayant fait acte de soumission aux lois de la République en 1795 (loi du 11 prairial an III), et ayant adhéré au serment de haine à la Royauté imposé aux prêtres après le 18 fructidor an V.

37 Fleury, p. 336.

38 Extrait des lettres saisies..., p. 64-65. Lettre Duperrier à Hersant.

39 Administration spirituelle..., p. 74. Courrier épiscopal daté du 5 juin 1797.

40 Ibid., p. 12.

41 Ibid., p. 74.

42 René Liger, Coup d’œil sur les ravages que le conflit des opinions, tant politiques que religieuses, a causé [sic] dans la Vendée, et particulièrement dans les départements de la Sarthe et de la Mayenne, Paris, Poncelin, 1801, p. 157.

43 Extrait des lettres saisies..., p. 30, 40.

44 Archives du diocèse du Mans.

45 Daniel Roche, Les Républicains des lettres : gens de culture et Lumières au xviiie siècle, Paris, Fayard, 1988, p. 264.

Auteur

Est doctorant en histoire à l’université du Maine et prépare une thèse intitulée, Mgr François-Gaspard de Jouffroy-Gonssans, évêque zélé des Lumières face à la Révolution (1721- 1799), sous la direction de Brigitte Waché. Il a publié La Juillette : pèlerinage marial à Notre-Dame de Torcé (Imprimerie Brunet, 1993) et « Être citoyen-catholique sous la monarchie constitutionnelle : lettre d’un officier municipal au pape Pie VI », dans Mélanges en hommage à Brigitte Waché (Presses Universitaires de Rennes, 2008).

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2012

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search