Version classiqueVersion mobile

Croire à la lettre

 | 
Anne Dunan-Page
, 
Clotilde Prunier

Les conflits et leur résolution

Les Lettres pastorales de Jean Soanen : témoignage ou supercherie ?

Sébastien Drouin

Texte intégral

Il est à craindre qu’en étant absous par l’autorité, on ne soit condamné par la vérité.
Jean Soanen (1647-1740)

  • 1 Sur Jean Soanen, voir les notices qui lui sont consacrées dans Jean Lesaulnier et Antony Mckenna(...)
  • 2 Marcel Laurent, L’exilé de la Chaise-Dieu. Jean Soanen (1647-1740) ou la vie religieuse à Riom, Le (...)

1Si la fin du règne de Louis XIV n’avait pas été marquée par la crise engendrée par la bulle Unigenitus, on se souviendrait surtout de Jean Soanen en raison de ses sermons prononcés à Paris dans les années 1680 et 16901. Il en fut pourtant autrement et le brillant prédicateur céda la place, dans l’historiographie, à l’évêque janséniste dont la longue existence se confond avec le fouillis des luttes fratricides qui déchirèrent le clergé français dans les premières décennies du xviiie siècle. Depuis les travaux de Catherine Maire et de Bruno Neveu sur le jansénisme des Lumières, on connaît mieux le rôle de plusieurs personnages centraux de cette période tels l’abbé d’Étemare et l’avocat Louis-Adrien Le Paige. Or, peu d’études ont été consacrées à Jean Soanen, si l’on fait exception d’une courte monographie de Marcel Laurent intitulée Jean Soanen : l’exilé de la Chaise-Dieu parue en 1982 et de la très récente édition de lettres envoyées par des moniales à Charles-Joachin Colbert de Croissy, évêque de Montpellier, et à Soanen lui-même, édition que l’on doit aux bons soins de Françoise de Noirfontaine2. C’est à ce titre qu’il nous a semblé important de nous attarder à Jean Soanen, évêque de Senez, dont l’œuvre épistolaire constitue un témoignage poignant des événements qui secouent l’Église de France au xviiie siècle.

  • 3 Sur l’œuvre épistolaire de Pasquier Quesnel, voir La correspondance de Pasquier Quesnel : inventair (...)

2Comme celles de Pasquier Quesnel, la vie et l’œuvre de Jean Soanen sont indissociables des épreuves que connaissent les héritiers spirituels de Port-Royal pendant les premières décennies du xviiie siècle3. L’histoire de sa vie se confond avec celle de ses combats contre la bulle Unigenitus, fulminée en 1713, puis contre le concile provincial d’Embrun tenu en 1727 lors duquel il fut déposé puis exilé à la Chaise-Dieu (Auvergne) où il vivra jusqu’à sa mort, survenue en 1740. Les correspondants de Soanen sont à l’image des nombreux réseaux catholiques auxquels il appartient : du grand prélat gallican comme le cardinal de Noailles en passant par les prêtres appelants, les docteurs de Sorbonne opposés à la Bulle, jusqu’aux figuristes et aux convulsionnaires des années 1730. Nous nous proposons ainsi d’envisager l’étude de cette correspondance en abordant fort brièvement trois moments essentiels du jansénisme au xviiie siècle : la résistance à la bulle Unigenitus, le concile d’Embrun et les convulsions, ceci afin de dégager non seulement un portrait du prélat exilé, mais aussi afin de mettre en évidence les nombreuses fractures qui surviennent au sein du groupe des appelants.

  • 4 Jean Soanen, Lettres de Messire Jean Soanen, évêque de Senez, Cologne, aux dépens de la Compagnie, (...)
  • 5 Jean Soanen à Philippe d’Orléans, lettre LIII sur un Bref de Rome, 8 septembre 1718, Lettres de Mes (...)

3Les lettres de Soanen paraissent en 1750 simultanément en sept volumes in-octavo et en deux volumes in-quarto4. Il s’agit des seules éditions de cette correspondance active qui contient 1632 lettres écrites entre 1697 et 1740. On ne doit pas se leurrer quant aux objectifs de cette entreprise éditoriale empreinte d’hagiographie : il s’agit de montrer comment le saint évêque (car ainsi le nomme-t-on) n’avait rien d’un téméraire, mais qu’il combattait, au nom de la « cause de Dieu », les suppôts de Versailles et de Rome : le cardinal de Rohan, le cardinal Dubois, le cardinal Fleury, le cardinal de Bissy et le cardinal de Tencin. Aussi, les lettres de Soanen sont principalement adressées aux « Amis de la vérité » : le cardinal de Noailles (avant qu’il n’accepte finalement la bulle), l’évêque de Montpellier Colbert de Croissy, les catholiques de l’Église de Hollande et plusieurs prêtres et religieuses appelants. Certaines lettres pastorales, lettres circulaires et autres missives publiques ont également été insérées dans cette édition. Le mystérieux éditeur tenait aussi à publier les lettres envoyées au régent et, plus tard, au roi5. On le voit sans peine, il s’agit d’une importante correspondance pour quiconque s’intéresse au conflit théologico-politique qui déchire le clergé français au xviiie siècle.

  • 6 « La clef de plusieurs lettres de Mgr Soanen, Eveque de Senez dont les noms des personnes ont été s (...)

4En 1750, le ou les éditeurs ont procédé à un choix arbitraire parmi les très nombreuses lettres de l’évêque afin d’offrir la quintessence de ses combats et de ses afflictions. En confrontant l’édition du xviiie siècle aux archives conservées à Utrecht, il paraît de toute évidence que ces sept volumes in-octavo ne présentent qu’une partie de la vaste correspondance active de Soanen. L’éditeur intervient également dans le texte, souvent pour abréger une lettre qu’il juge trop longue, ce qu’il indique à l’aide de points de suspension. Bon nombre d’entre elles sont ainsi réduites à leur plus simple expression. L’éditeur cache aussi les noms cités par Soanen et même, dans bien des cas, l’identité des destinataires. Il faut avouer que la mention « à un prêtre de l’Oratoire » ne renseigne guère, pas plus que l’adresse « à M. *** ». Un manuscrit du xixe siècle conservé à Utrecht permet toutefois de résoudre la majorité de ces énigmes6.

5Les archives d’Utrecht conservent également une bonne partie de la correspondance passive de Soanen qui ne figure évidemment pas dans l’édition de 1750, hormis quelques réponses du cardinal de Noailles. Le nombre de lettres reçues par Soanen conservées à Utrecht s’élève ainsi à plus d’un millier. Nous sommes donc en présence d’un vaste corpus dont l’analyse et la compréhension nécessitent de faire un retour sur les principaux moments du jansénisme au xviiie siècle, dont cette correspondance se veut un témoin privilégié : la bulle Unigenitus (1713) le concile d’Embrun (1727) et les convulsionnaires de Saint-Médard, dans les années 1730. On verra à terme dans quelle mesure le témoignage de Soanen s’est vu instrumentalisé par certains jansénistes à un point tel que certains écrits parus sous son nom sont, en fait, des apocryphes.

  • 7 Clément XI avait déjà condamné l’ouvrage en 1708 avec la bulle Vineam Domini Sabaoth, qui ne fut to (...)

6Fulminée en septembre 1713, la bulle Unigenitus divisa le clergé français en deux camps : ceux qui souscrivirent aux recommandations de Clément XI (les acceptants) et ceux qui appelèrent aux condamnations de la bulle : les « appelants ». Véritable commande de Louis XIV au pape, la bulle visait tout le courant port-royaliste en prenant comme cible un ouvrage de l’oratorien Pasquier Quesnel, les Réflexions morales sur le Nouveau Testament, d’abord paru en 16727. Les désaccords sur la nature de la grâce suffisante et efficace sont, bien sûr, au centre du débat, mais les cent une propositions qui condamnent Quesnel mettent également l’accent sur d’autres aspects de la sensibilité port-royaliste : l’accès des fidèles au texte biblique en langue vernaculaire, l’importance de la pénitence, etc.

7Ce qui sema la consternation parmi plusieurs catholiques fut que des maximes n’ayant pas attisé un tel courroux lors des nombreuses rééditions de l’ouvrage de Quesnel, qui fut d’ailleurs approuvé par l’archevêque de Paris en 1695, se retrouvèrent soudainement « fausses », « captieuses » et « impies ». Les appelants se regroupèrent sous la tutelle des quatre évêques qui contestèrent la validité de la bulle : Colbert de Croissy, évêque de Montpellier, Pierre de Langle, évêque de Boulogne, Pierre de La Broue, évêque de Mirepoix et, enfin, Jean Soanen, évêque de Senez, le seul de ces évêques qui, en 1727, fut déposé lors du Concile d’Embrun par le Cardinal de Tencin.

  • 8 Jean Soanen au cardinal de Rohan, lettre XIII, décembre 1713, Lettres de Messire Jean Soanen, t. I, (...)

8Les lettres de Soanen contemporaines de la promulgation de la Bulle sont principalement destinées à des personnages occupant de hautes charges. Il essaie un peu naïvement d’influencer le cardinal de Rohan en évoquant son salut, tout comme il le met en garde contre les risques de division : « je vois avec un plaisir infini que vous avez tous les cœurs. Mais de quelque côté que vous vous tourniez, je crains que vous n’en perdiez plusieurs8 ». Il espère de même que le cardinal de Noailles interviendra auprès du roi pour lui faire comprendre dans quelle mesure la bulle est contraire aux intérêts de la France puisqu’elle proviendrait d’une cour étrangère. À partir de l’appel à la Bulle, en 1717, Soanen commence toutefois à douter de la capacité de Noailles à défendre les intérêts de la cause :

  • 9 Jean Soanen à M. l’Abbé Gastaud, lettre XLI, 22 juillet 1717, Ibid., t. I, p. 153-154.

L’inaction d’un grand homme de bien afflige ses meilleurs amis, arrête les mieux intentionnés, & donne cours aux voyes violentes, que les adversaires savent prendre, en profitant de son silence, & s’en servant eux-mêmes pour crier plus haut ; car en certains endroits, plus on crie, plus on est écouté. La confiance en Dieu me persuade, que quand le monde sera bien convaincu que les hommes ne peuvent rien faire pour la verité, Dieu se montrera pour la défendre lui-même par des prodiges de sa Providence9.

  • 10 Jean Soanen à M***, lettre XLII, 26 octobre 1717, Ibid., t. I, p. 158.

9Soanen ne croit donc plus dans le gallicanisme conciliant de Noailles. Tout pacte conclu avec la cour ne peut qu’entraîner la perte des Amis de la Vérité. Désormais, il se méfiera toujours de l’archevêque de Paris qui, dès lors, n’est plus appelé le « grand homme de bien », mais simplement « Le Monsieur » ou le « Prélat ». « Il est à craindre, [dit Soanen en 1718 au sujet de Noailles], qu’en étant absous par l’autorité, on ne soit condamné par la vérité10. »

  • 11 Jean Soanen à une religieuse, lettre XLIX, 6 Juillet 1718, Ibid., t. I, p. 179 : « Pour qu’une Bull (...)
  • 12 Ibid., p. 178 : « [...] il n’y a ni crainte de damnation, ni ombre de péché mortel à croire que le (...)
  • 13 Ibid.
  • 14 Ibid.
  • 15 Jean Soanen au P. Marrot, lettre LXI, 7 Juin 1719, Ibid., t. I, p. 232.

10Si Soanen observe avec joie le mouvement d’appel gagner les provinces, la crainte de désobéir au roi et à Rome au nom de Dieu pose d’épineux problèmes de conscience aux congrégations religieuses et aux laïcs. C’est à partir de ce moment que Soanen commence à jouer son rôle de directeur de conscience auprès des appelants, tant religieux que laïcs, en soutenant que la bulle est contraire à l’Église et au souverain11. Pour ce faire, il trouve des précédents dans l’antiquité chrétienne où les évêques ont désobéi au Pape et ramenèrent le chef de l’Église dans le giron de l’orthodoxie12. C’est le cas du Pape Libere qui « souscrivit à la Formule Arienne du Faux Concile de Rimini13 » et du Pape Zozime qui « se laissa tromper par la Cabale des Pélagiens de Rome14 ». Le Pape peut donc errer et il est du devoir des Amis de la Vérité de défendre la cause de Dieu. Quant à savoir si les laïcs peuvent se mêler à cette dispute théologique, Soanen établit une fois de plus des parallèles avec l’antiquité chrétienne en évoquant Saint Prosper qui « n’étoit que Laïque, quand il écrivit avec tant de zele & d’érudition contre divers Evèques de nos Gaules & de notre Provence, qui s’étoient par malheur laissé surprendre aux artifices des Semi-Pelagiens15 ».

  • 16 Jean Soanen à M. AMB, lettre CXXXVII, « sur les préparatifs du concile, & demande un Conseil d’Avoc (...)

11À cette époque, Soanen cesse peu à peu de vouloir intervenir auprès du Régent et délaisse les requêtes officielles au profit d’une correspondance échangée presque exclusivement avec d’autres appelants. Si Soanen, à l’époque de l’appel et du réappel, tente toujours d’influencer les prélats en faveur de sa cause, en fait surtout Noailles, il apparaît plutôt, dans la seconde moitié des années vingt, tel un martyr se rendant le cœur léger au lieu de son supplice : le concile d’Embrun tenu en 172716. Le rôle de ce concile, surnommé le « brigandage d’Embrun », est d’une importance capitale pour l’histoire des liens entre les appelants et le parlement de Paris, puisque c’est à ce moment que paraît une Consultation de Messieurs les avocats de Paris, au sujet du jugement rendu à Ambrun contre M. l’Evêque de Senez signée par une quarantaine d’avocats parisiens qui dénoncent les vices procéduraux du concile d’Embrun dont, notamment, l’incarcération des théologiens devant aider Soanen lors de son audition devant le concile. Il s’agit d’une des premières étapes par lesquelles le parlement de Paris s’engage à servir sous la bannière des Amis de la Vérité. Il est également un autre épisode de la saga du jansénisme au xviiie siècle qui est tout aussi important, mais peut-être moins connu, et dont témoigne la correspondance de Soanen. Il s’agit d’une querelle entre les appelants qui survient à l’époque des convulsions et à laquelle Soanen est involontairement mêlé.

  • 17 Sur cette question, voir l’étude essentielle de Catherine Maire, De la cause de Dieu à la cause de (...)
  • 18 Jean Soanen (?), Lettre de monsieur l’évêque de Senez contre les erreurs avancées dans les nouveaux (...)
  • 19 Louis de Bonnaire, Traité sur la venue d’Elie, Rotterdam [fausse adresse], 1737 ; Examen critique, (...)

12Les convulsions ont très tôt suscité une vague de scepticisme au sein même des appelants. Guérisons douteuses, cabrioles indécentes des femmes, langage ordurier, masochisme : la cause des Amis de la Vérité était alors défendue, il faut l’avouer, par de bien étranges avocats. On connaît les convulsionnaires, mais on connaît moins les opposants aux convulsions17. Ces hommes d’Église de sensibilité gallicane et janséniste ont rejeté la divinité prétendue des convulsions en affirmant qu’il s’agissait de l’œuvre du démon ou, plus simplement, d’impostures. Vers 1735, les querelles font rage chez les appelants au désespoir de Soanen qui reconnaît la divinité des convulsions et voit en elles l’ultime preuve que Dieu agit en faveur de l’appel. C’est dans ce contexte que paraît en 1736 un long essai intitulé Lettre de monsieur l’évêque de Senez contre les erreurs avancées dans les nouveaux écrits18. Ces nouveaux écrits, ce sont ceux de quelques hommes d’Église que nous pourrions qualifier, suivant Catherine Maire, de représentants des Lumières religieuses : Hyacinthe de Lan, Étienne Mignot, Philippe Boidot et, surtout, Louis De Bonnaire, auteur d’un Traité sur la venue d’Elie et d’un Examen critique, physique et théologique des convulsions19. Tels sont donc ces « Nouveaux écrivains » parisiens auxquels Soanen, jeune nonagénaire exilé en Auvergne, espère faire entendre raison au terme d’une longue dissertation.

13Pourtant, dès la parution de cette lettre, quelques auteurs prétendent qu’elle ne serait pas de Soanen : quelqu’un a profité de son autorité morale pour rappeler à l’ordre les ennemis inattendus de la cause de Dieu. C’est ce qu’affirme Louis de Bonnaire qui s’exclame dans un Jugement sommaire de la lettre de M. l’evêque de Senez :

  • 20 Louis de Bonnaire, Jugement sommaire de la lettre de M. l’evêque de Senez, s.l., 1736, p. 1.

Il paroît une Lettre sous le nom d’un Evêque, qu’on s’est fait une douce habitude de révérer ; ce nom prévient en faveur de l’Ecrit, & trouve, pour ce qu’il contient, une docilité de préjugé, qu’on aura peine à contenir dans ses justes bornes. On lit, & ce que la Lettre annonce, ce sont des erreurs avancées dans quelques nouveaux Ecrits : ce sont plusieurs dogmes unanimement professés par tous les Catholiques, & combattus néanmoins, dit-on, par deux ou trois appelans. C’est un respectable vieillard, un pieux Evêque, qui ne peut plus contenir la juste douleur que la publication de ces Ecrits lui cause. [...] A ce début, quel est le sage qui comprendra que tout ceci n’est que feinte & supercherie20 ?

  • 21 Nous nous permettons de renvoyer ici à notre Théologie ou libertinage ? L’exégèse allégorique à l’â (...)

14Comment, dès lors, prouver que le texte en question n’est pas de Soanen ? Il y a quelques années, nous nous étions contenté de vérifier ce que Soanen lui-même en disait dans sa correspondance imprimée21. En 1736, il lui arrive par exemple de mentionner que « sa » lettre vient de paraître. N’ayant jamais été convaincu par ce témoignage, nous avons tenté de tirer cette affaire au clair à l’aide des archives d’Utrecht. Les lettres que Soanen reçoit entre 1735 et 1736 permettent en effet de mieux comprendre les raisons ayant mené quelques auteurs à considérer la Lettre de monsieur l’évêque de Senez contre les erreurs avancées dans les nouveaux écrits comme une supercherie ou, pourrions-nous dire de façon moins polémique, comme un apocryphe.

  • 22 Jean-Baptiste Le Scene des Ménilles d’Étemare à Charles de Caylus, 1735, Het Utrechts Archief, fond (...)

15L’abbé d’Étemare, Jean-Baptiste Le Scene des Ménilles d’Étemare (1682-1770), fut l’un des principaux architectes de la mobilisation contre la bulle et de sa transformation, notamment, par l’exégèse figuriste dont il est un grand représentant avec son maître Jacques-Joseph Du Guet. D’Étemare, bien plus jeune que Soanen et Colbert de Croissy, mobilise un réseau absolument gigantesque et ses lettres — qui sont inédites — se présentent souvent sous la forme de traités de théologie. Alors que les convulsions se voient critiquées, d’Étemare, qui est plutôt convaincu de leur divinité, veut faire taire ces voix discordantes qui risquent de faire imploser le parti. En 1735, dans une lettre à l’évêque appelant d’Auxerre, Charles de Caylus, il affirme au sujet d’Hyacinthe de Lan et de Louis de Bonnaire : « L’Auteur du nouvel Ecrit multiplie ses imputations. Il en fait bon nombre contre lesquelles les Ecrivains qu’il cite se recrieront surement. [...] Il faut qu’on lui réponde, et qu’on le fasse selon ses formules22. » Quelques mois plus tard, en février 1736, d’Étemare envoie une longue missive d’une soixantaine de feuillets à Soanen dans laquelle il lui résume les principales thèses défendues par les nouveaux ennemis de la religion, et ce, en insistant sur l’importance de se regrouper sous la bannière des évêques martyrs :

  • 23 Jean-Baptiste Le Scene des Ménilles d’Étemare à Jean Soanen, 25 fevrier 1736, Het Utrechts Archief, (...)

Dans le fort de la mêlée, où sont les Escadrons qui combattent pour la verité ? Où sont les étendarts auxquels il faut se tenir unis ? A cette derniere question je fais une reponse tres facile et tres naturelle. A qui se tenir unis ? A vous, Mgr., à m. l’Eveque de [Montpellier] et à m. l’Eveque d’Auxerre Aux Eveques Appelans23.

  • 24 Jean Soanen à Jean-Baptiste Le Scene des Ménilles d’Étemare, 18 avril 1736, Het Utrechts Archief, f (...)
  • 25 Jean-Baptiste Le Scene des Ménilles d’Étemare à Mr. Rousse, 27 Juillet 1736, Het Utrechts Archief, (...)

16Accusant réception deux mois plus tard, Soanen semble très peu au parfum de la nature réelle de ces querelles somme toute parisiennes ; son éloignement de la capitale et les problèmes que ses correspondants ont à lui faire parvenir des imprimés n’aidant en rien les choses : « Nos larmes, dit-il, sont-elles donc toute nôtre ressource, et ne nous reste-t-il qu’un pain de douleur24 ? » En juillet 1736, d’Étemare écrit à un certain Rousse et évoque les hardiesses des nouveaux écrivains. C’est alors qu’il fait cet aveu au sujet de Soanen : « M. l’Eveque de Senez a des reponses toutes pretes (et j’en ay vû il y a longtemps) pour faire voir que lui et M. de Montpellier ont eu bien d’autres raisons de parler comme ils le font de Mr. de Bonnaire25. » Traduisons : si l’évêque de Senez a des réponses toutes prêtes, c’est que d’Étemare lui a expliqué dans le détail les polémiques qui déchirent le groupe des appelants. Nous ne sommes pas, du reste, le premier à émettre cette hypothèse. C’est exactement ce qu’avance le principal concerné en 1736, Louis de Bonnaire, ce représentant par excellence des Lumières jansénistes, dans son Jugement sommaire de la lettre de M. l’évêque de Senez :

  • 26 Louis de Bonnaire, Jugement sommaire..., p. 17.

L’essentiel est donc qu’on soit pleinement convaincu que c’est là le sistême de M. d’Etemare, de ses collégues, de ses adhérans, & de tous ceux que nous nommons singulierement Figuristes : ce sistême qu’ils ont commencé de proposer depuis plus de vingt-cinq ans, & qu’ils se sont appliqués à répandre par toutes sortes de moyens, qu’ils ont souvent recherché, qu’ils ont amplifié, qu’ils ont ajusté selon les tems & les conjonctures, & qu’ils entreprennent aujourd’hui de justifier sous le nom de M. de Senez26.

17De Bonnaire poussera même l’audace à écrire à Soanen en l’avertissant qu’une lettre circule à Paris sous son nom et qu’il est impossible qu’il ait pu souscrire à des thèses aussi fanatiques. Cette lettre est conservée dans les papiers de Soanen à Utrecht :

  • 27 Louis de Bonnaire à Jean Soanen, 1736, Het Utrechts Archief, fonds Port-Royal, ms. 6444, n° 30, let (...)

Je ne doute que je sois le premier à vous représenter que cet Extrait n’est propre qu’à ternir la gloire de votre heureuse et sainte vieillesse. Ceux qui vous sont le plus sincerement et le plus affectueusement attachés ne peuvent s’en consoler que par la pensée de la surprise qu’on <vous> a faite. On croit pouvoir ne reconnoitre ni votre stile ni vos sentimens dans un Ecrit qui dement la veneration qu’on voudroit conserver pour vous27.

18Argument superficiel que celui du style, mais en comparant les lettres de Soanen avec la Lettre sur les erreurs avancées dans les nouveaux écrits, il apparaît fort peu probable que ce très long texte écrit dans un style acrimonieux et violent soit sorti de la plume d’un évêque martyr nonagénaire dont l’œuvre épistolaire, à cette époque, est arrosée non pas de venin, mais bien de larmes amères. La Lettre sur les erreurs avancées dans les nouveaux écrits signée par Jean Soanen, prisonnier de Jésus-Christ, n’est en effet autre chose que l’œuvre de l’abbé d’Étemare.

19L’histoire de la correspondance de Jean Soanen montre bien à quel point il est vital de confronter les éditions des correspondances de l’âge classique avec les archives, lorsque cela est possible, puisque l’archive révèle souvent ce que l’imprimé tait. Les luttes fratricides entre les appelants ne peuvent dès lors être étudiées qu’à la lumière des lettres qu’ils échangent entre eux, car leurs imprimés sont non seulement anonymes mais aussi, comme le cas de Soanen le montre bien, le résultat d’un complexe processus de pseudonymat. Si l’étude comparée de la Lettre sur les erreurs avancées dans les nouveaux écrits et des archives de Soanen permet de faire la lumière sur la fausse attribution de ce texte à l’évêque de Senez, elle confirme aussi une fois de plus l’importance des activités souterraines de l’abbé d’Étemare, tout en le gratifiant d’une notice de plus au catalogue de ses œuvres. L’éventuel éditeur de la correspondance active et passive de Soanen devra dès lors non seulement combler les importantes lacunes que présente l’édition imprimée des lettres de Soanen, mais il devra également faire intervenir le vaste réseau de théologiens jansénistes dont les activités incessantes contribuèrent à la fortune d’une Lettre que Jean Soanen n’a probablement que signée. C’est pourquoi il faudra bien, un jour, que quelqu’un donne une édition critique complète d’une des grandes correspondances jansénistes du xviiie siècle.

Notes

1 Sur Jean Soanen, voir les notices qui lui sont consacrées dans Jean Lesaulnier et Antony Mckenna (éd.), Dictionnaire de Port-Royal, Paris, Honoré Champion, 2004, p. 937-939 et dans le Dictionnaire de théologie catholique, t. XIV, col. 2261-2272.

2 Marcel Laurent, L’exilé de la Chaise-Dieu. Jean Soanen (1647-1740) ou la vie religieuse à Riom, Le Coteau, Horvath, 1982 ; Françoise de Noirfontaine, Croire, souffrir et résister. Lettres de religieuses opposantes à la bulle Unigenitus adressées aux évêques Charles-Joachim Colbert de Croissy et Jean Soanen (1720-1740), préface de Monique Cottret, Paris, Nolin, 2009.

3 Sur l’œuvre épistolaire de Pasquier Quesnel, voir La correspondance de Pasquier Quesnel : inventaire et index analytique établis par Joseph Anna Guillaume Tans et Henri Schmitz du Moulin, Bruxelles, Nauwelaerts, Louvain-la-Neuve, Bibliothèque de la revue d’histoire ecclésiastique, 1989-1993.

4 Jean Soanen, Lettres de Messire Jean Soanen, évêque de Senez, Cologne, aux dépens de la Compagnie, 1750, 8 vol. in-8o ; 2 vol. in-4o.

5 Jean Soanen à Philippe d’Orléans, lettre LIII sur un Bref de Rome, 8 septembre 1718, Lettres de Messire Jean Soanen, t. I, p. 194. Voir aussi la lettre CX, datée de 1725 et adressée à Louis XV.

6 « La clef de plusieurs lettres de Mgr Soanen, Eveque de Senez dont les noms des personnes ont été supprimés dans le Recueil imprimé », Het Utrechts Archief, fonds Port-Royal, ms. 7025.

7 Clément XI avait déjà condamné l’ouvrage en 1708 avec la bulle Vineam Domini Sabaoth, qui ne fut toutefois pas reçue en France.

8 Jean Soanen au cardinal de Rohan, lettre XIII, décembre 1713, Lettres de Messire Jean Soanen, t. I, p. 42.

9 Jean Soanen à M. l’Abbé Gastaud, lettre XLI, 22 juillet 1717, Ibid., t. I, p. 153-154.

10 Jean Soanen à M***, lettre XLII, 26 octobre 1717, Ibid., t. I, p. 158.

11 Jean Soanen à une religieuse, lettre XLIX, 6 Juillet 1718, Ibid., t. I, p. 179 : « Pour qu’une Bulle soit regle de notre créance, il faut qu’elle ne blesse en rien, ni la foi, ni la morale, ni la discipline, ni la tradition des Peres, ni le Thrône des Rois. [...] La Constitution ébranle tous ces fondemens à la fois. »

12 Ibid., p. 178 : « [...] il n’y a ni crainte de damnation, ni ombre de péché mortel à croire que le Pape est bien le Chef de l’Eglise, mais qu’il n’est pas l’Eglise ; puisque, quand divers Papes se sont trompés, comme l’assure le Pape Adrien VI, elle n’est pas pour cela tombée dans l’erreur. »

13 Ibid.

14 Ibid.

15 Jean Soanen au P. Marrot, lettre LXI, 7 Juin 1719, Ibid., t. I, p. 232.

16 Jean Soanen à M. AMB, lettre CXXXVII, « sur les préparatifs du concile, & demande un Conseil d’Avocats », 22 juin 1727, Ibid., t. I, p. 496 : « Je m’estime d’avance heureux, s’il [le Seigneur] me fait la grace de me rendre digne de souffrir quelque oprobre pour lui. Le tems paroit s’approcher, puisque mes amis de Paris me mandent qu’on a dépéché à M. l’Arch. d’Embrun pour lui faire assembler le Concile de sa Province contre moi. [...] Mais je regarde ce premier bruit comme un avis de la Providence, qui m’oblige de hâter mes précautions contre la mauvaise volonté des ennemis de la grace de Dieu & de son amour. Jamais, grace au Seigneur, je n’ai été plus calme ; mais par prudence, il me faut former un bon conseil à Aix, & j’écris pour cela à M. de Cormis, à M. Geboin, à M. Saurin, & à L. l’Abbé Gastaud, qui vient de m’écrire la lettre du monde la plus obligeante. »

17 Sur cette question, voir l’étude essentielle de Catherine Maire, De la cause de Dieu à la cause de la nation. Le jansénisme au xviiie siècle, Paris, Gallimard, 1998.

18 Jean Soanen (?), Lettre de monsieur l’évêque de Senez contre les erreurs avancées dans les nouveaux écrits, s.l., 1736.

19 Louis de Bonnaire, Traité sur la venue d’Elie, Rotterdam [fausse adresse], 1737 ; Examen critique, physique et théologique des convulsions, s.l., s.d.

20 Louis de Bonnaire, Jugement sommaire de la lettre de M. l’evêque de Senez, s.l., 1736, p. 1.

21 Nous nous permettons de renvoyer ici à notre Théologie ou libertinage ? L’exégèse allégorique à l’âge des Lumières, Paris, Honoré Champion, 2010, p. 230-232.

22 Jean-Baptiste Le Scene des Ménilles d’Étemare à Charles de Caylus, 1735, Het Utrechts Archief, fonds Port-Royal, document sans cote, f. 5-6.

23 Jean-Baptiste Le Scene des Ménilles d’Étemare à Jean Soanen, 25 fevrier 1736, Het Utrechts Archief, fonds Port-Royal, ms. 66, f. 3-4.

24 Jean Soanen à Jean-Baptiste Le Scene des Ménilles d’Étemare, 18 avril 1736, Het Utrechts Archief, fonds Port-Royal, ms. 67 ; voir cette lettre imprimée dans Lettres de Messire Jean Soanen, t. V, p. 374.

25 Jean-Baptiste Le Scene des Ménilles d’Étemare à Mr. Rousse, 27 Juillet 1736, Het Utrechts Archief, fonds Port-Royal, ms. 74, f. 4.

26 Louis de Bonnaire, Jugement sommaire..., p. 17.

27 Louis de Bonnaire à Jean Soanen, 1736, Het Utrechts Archief, fonds Port-Royal, ms. 6444, n° 30, lettres non foliotées.

Auteur

 Est professeur adjoint à l’université du Nouveau Brunswick, Frédéricton. Ses recherches doctorales portèrent, entre autres, sur les hétérodoxies religieuses et philosophiques aux xviie et xviiie siècles. Il a publié en 2010 sa thèse, qui s’intitule Théologie ou libertinage ? L’exégèse allégorique à l’âge des Lumières (Honoré Champion). Il fera paraître en 2013 une anthologie de textes aux Presses de l’université Laval : Pèlerinages d’amour au siècle des Lumières. Ses travaux actuels sont consacrés à l’histoire du journalisme savant au xviiie siècle, de même qu’aux nouvelles à la main. Il prépare à ce titre une édition critique de la correspondance diplomatique envoyée par Jean Palairet au duc Frédéric III de Saxe-Gotha-Altenbourg.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2012

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search