Version classiqueVersion mobile

Croire à la lettre

 | 
Anne Dunan-Page
, 
Clotilde Prunier

Introduction

Une théorie des lettres religieuses au XVIIIe siècle en Angleterre ?

Alain Kerhervé

Texte intégral

  • 1 Voir par exemple John Telford, The Letters of John Wesley, Londres, Epworth Press, 1931 et Madelein (...)

1En matière d’épistolarité, la critique universitaire s’intéresse avant tout aux romans épistolaires et aux grandes correspondances, à mesure que l’on découvre des lettres dans les archives ou que de nouvelles éditions voient le jour. De nombreux travaux ont déjà porté sur les écrits des frères Wesley ou de Laurence Sterne dont les lettres réelles et fictives illuminent le xviiie siècle1. Ces deux types d’approches permettent effectivement de se forger une idée de ce qu’est l’écriture épistolaire en général, et l’écriture religieuse en particulier, puisque les épîtres authentiques ou fictionnelles proposent des exemples de missives de nombreux types. Pourtant, la dimension romanesque dans un cas, la figure du correspondant principal des grandes correspondances dans l’autre restreignent l’ampleur de l’aperçu que peut avoir un lecteur contemporain de la lettre religieuse et de son écriture à l’époque.

2Les secrétaires, manuels d’apprentissage de l’écriture épistolaire qui combinent le plus souvent théorie de l’écriture et exemples de lettres proposés comme modèles à leurs lecteurs, permettent de compléter l’ensemble. Ils voient le jour au xvie siècle, avec The Enimie of Idleness (1568) de William Fulwood et The English Secretorie (1586) d’Angel Day, pour connaître une popularité sans équivalent en Angleterre au xviiie siècle, avec plus de soixante ouvrages différents publiés, dont certains connurent plusieurs dizaines d’éditions au cours du siècle.

3Dès lors, il semble intéressant de se demander quelle part est accordée à l’écriture religieuse au sein de ces ouvrages. On posera tout d’abord la question de la présence divine dans les manuels ; on s’attachera ensuite à la prise en compte d’une écriture religieuse ; on présentera enfin quelques caractéristiques des lettres religieuses.

4Au sein des secrétaires, bon nombre de missives font allusion à Dieu de manière quasi automatique, sous la forme de locutions interjectives comme « please God », « good God », « God knows » qui sont employées à plusieurs reprises, « Thank God », « blessed be God », « I will trust in God », « God is my witness », « for God’s sake », « gracious God » de manière plus exceptionnelle. La distribution de ces formules au cœur des ouvrages est présentée dans le tableau ci-dessous. L’interjection, parfois reproduite en italiques, parfois accompagnée d’un point d’exclamation, relève tout autant d’un style familier, proche de celui de la conversation, que d’un discours religieux ; la plupart des lettres concernées ne comporte pas la moindre allusion religieuse dans le reste du propos.

5Au-delà de cette utilisation d’ordre phatique, le recours à la religion permet souvent de soutenir un propos. Ainsi trouve-t-on, par exemple, une lettre échangée par deux amis sur la question de la richesse, qui permet de revenir à des considérations morales et religieuses sur le danger de la prospérité :

  • 2 « La prospérité est [...] plus dangereuse que l’adversité. Elle tend à nous rendre vains et insolen (...)

Prosperity is... more dangerous than Adversity. It is apt to make us vain and insolent; regardless of others, and forgetful of God; ambitious in our pursuits, and intemperate in our enjoyments. Thus it proved to the wisest man on earth, I mean Solomon2.

Tableau 1. — Locutions interjectives ayant pour racine « God » dans les manuels anglais les plus célèbres du xviiie siècle

Tableau 1. — Locutions interjectives ayant pour racine « God » dans les manuels anglais les plus célèbres du xviiie siècle

a. On compte treize occurrences de l’expression dans Elegant Epistles : Or, A Copious Collection of Familiar and Amusing Letters, Selected for the Improvement of Young Person, Dublin, 1791.

  • 3 John Conybeare, (1692-1755), Sermons by John Conybeare, D.D..., Londres, 1757), sermon 5 (« The His (...)

6En fait, cette prétendue lettre, qui est reproduite dans bon nombre de manuels au cours du siècle, se compose principalement d’une partie d’un sermon3 de John Conybeare, imprimé en 1757 par Samuel Richardson, sans qu’il soit fait la moindre allusion à la source. Comme dans beaucoup de cas, le secrétaire s’inspire d’autres genres pour faire passer un message dont l’objectif principal dépasse l’apprentissage de l’écriture épistolaire.

7C’est le cas de nombreuses lettres qui concernent l’éducation. Principalement échangées entre parents et enfants, elles comportent de fréquents rappels de l’importance de Dieu. Lorsqu’une jeune fille écrit à son père qui vient de s’embarquer pour les Indes, elle place sa confiance dans l’être divin pour protéger celui qu’elle aime :

  • 4 « Oh ! Que l’Être Divin vous protège contre les nombreux dangers de cet élément turbulent qu’il vou (...)

Oh ! May the Divine Being be you protector against the many dangers of that boisterous element you are obliged to traverse! may he direct such gentle and favourable breezes as may conduct you to your destined port! may he add this a happy and successful voyage! and to crown all my wishes, grant you a speedy and safe return4.

  • 5 Le manuel, initialement paru en 1755, atteint sa dix-neuvième édition en 1800. Cette édition est ce (...)
  • 6 Voir p. 54-55, lettre 8 : « Si ma conscience ne m’accuse pas d’avoir commis quoi que ce soit de cri (...)

8Cela est aussi vrai pour les jeunes filles que pour les jeunes gens, comme on peut le voir dans The Complete Letter-Writer, le manuel le plus reproduit du siècle5. La lettre 8, intitulée « From a young lady in answer to a letter she had received from her mamma, advising her to persevere in the Christian duties she had been instructed in », permet de mesurer la large place occupée par la religion dans les activités quotidiennes de la jeune femme qui dès le lever manifeste sa reconnaissance à « cet être divin à qui elle doit la vie », puis se joint à des « prières publiques » après le petit déjeuner, avant d’aller à l’école ; en fin d’après-midi, elle se plonge dans des lectures pieuses (« Books of piety are our most common choice »), puis elle participe aux prières collectives du soir et se retire dans sa chambre pour être seule avec Dieu : « If my conscience does not accuse me of having committed any thing criminal, I give glory to God ; and with bended knees and an humble heart, return him unfeigned thanks for protecting me against those temptations which the enemy to mankind is ready to allure us with6. » Si cette lettre reflète bien l’éducation de bon nombre de jeunes filles de bonne famille à l’époque, elle acquiert à ce titre une fonction référentielle, qui demeure assez rare dans les manuels.

  • 7 « The more you examine the works of nature, the more you will learn to love and adore the great God (...)

9Plus fréquents en revanche sont les rappels à Dieu, comme lorsqu’une mère écrit à sa fille qu’au lieu de penser aux divertissements et à la mode, elle devrait davantage contempler la nature qui l’entoure depuis qu’elle a été confiée à sa grand-mère qui habite à la campagne : elle apprendrait ainsi à « aimer et adorer le grand Dieu de la Nature, source de tous les plaisirs7 ». Les jeunes gens doivent aussi vivre en conformité avec la religion, comme le montre une lettre d’un aîné à son frère, apprenti à Londres, qui finit par ces recommandations : « Be careful and honest, and God will bless you. If ever you commit a fault, confess it at once ; for the lie in denying it is worse than the thing itself. Go to church constantly ; and write to us often. » (p. 80) ; la dernière lettre envoyée à son fils par Thomas Wentworth, premier comte de Strafford, y fait écho :

  • 8 La lettre (p. 138) est écrite par Thomas Wentworth (1672-1739), premier comte du nom et Lord of the (...)

Serve God diligently, morning and evening, and recommend yourself unto him, and have him before your eyes in all your ways. [...] For the heart of man is deceitful above all things. And in all your duties and devotions towards God, rather perform them joyfully than pensively for God loves a chearful giver. For your religion, let it be directed according to that which shall be taught by those who are in God’s church, the proper teachers thereof8.

10Très largement conatif, le propos de l’homme d’État est imprégné de formules religieuses et d’extraits de la Bible fréquemment repris dans des sermons de l’époque : « for the heart of man is deceitful above all things » (Jer. XVII, 9) ou « God loves a chearful giver » (I Cor. IX, 7).

  • 9 Ernest Gordon Rupp, Religion in England, 1688-1791, Oxford, Oxford University Press, 1986, p. 297.
  • 10 La lettre apparaît dans plus de dix éditions successives de The Complete Letter-Writer au cours du (...)

11Il importe aussi de rappeler, aux jeunes gens en particulier, qu’ils doivent respecter le repos dominical, credo partagé par les membres de l’Église d’Angleterre et par les dissidents9, comme le rappelle la lettre restée célèbre et très souvent reproduite que le juge Hale, Président de la Haute Cour d’Angleterre (Lord Chief Justice of England) destine à ses enfants, qui porte sur l’importance de respecter le jour du Seigneur (« On the serious Observance of the Lord’s Day (commonly called Sunday) when he was on a journey10 »). L’argument principal y est répété :

  • 11 Parce que j’ai vérifié, de longue et saine expérience, que le respect de ce jour et de ses devoirs (...)

Because I have, by long and sound experience, found that the due observance of that day, and the duties of it, have been of singular comfort and advantage to me; and I doubt not but it will prove so to you. God Almighty is the Lord of our time and lends it us; and it is but just we should consecrate this part of that time on him11.

12Bien que peu argumenté, le propos se résume à une célébration de la présence divine ; la missive dans son intégralité n’a pas d’autre objectif. En 1755, Halifax en propose une autre, plus complète, sur le même sujet, intitulée « To a son newly set up in London, on the subject of religion » (p. 233-234), où un père reproche à son fils de profiter du dimanche pour travailler à son activité en dressant le bilan de la semaine et en effectuant diverses tâches administratives. Il poursuit en ces termes :

  • 12 « Le service public de l’Église compte sur vous ces jours-là. L’exemple que vous pourrez offrir à v (...)

The public service of the Church expects you on these days; and the Example which you might set to your Family would be of vast Service to you as well as to them. The Servants in any House naturally suppose their Master knows more of Things than themselves; and even if they would not be ready to follow him in good, they will be apt enough to imitate him in bad Customs. When you neglect the Church, there will not be much Religion in your Family: And let me tell you that if there were no other Consideration, Religion ought to be kept up by every Master of a Family, as the Bond of Honesty among his Servants12.

13Les motifs avancés par le père sont donc à la fois d’ordre personnel (« the Church expects you »), collectif et social, puisque le maître de maison doit donner l’exemple, à ses domestiques en particulier. Son fils se doit de changer d’attitude.

  • 13 La missive est reprise dans plusieurs autres manuels du siècle, notamment dans John Newbery, Letter (...)
  • 14 « Publié afin de cultiver les principes de la vertu et de la religion dans les esprits des jeunes d (...)

14Reflets de l’éducation, les lettres rappelaient l’importance d’une vie en accord avec Dieu, quelle que soit l’origine sociale des jeunes destinataires de ces conseils : la dernière citée apparaît en 1758 dans A Compleat Introduction to the Art of Writing Letters ; Universally Adapted to All Classes and Conditions of Life de Samuel Johnson13 (p. 43-44). Leur objectif était peu différent de celui de certaines lettres fictives rédigées par Samuel Richardson dans Pamela ; Or, Virtue Rewarded... dont le titre complet précisait à l’origine : « Published in order to cultivate the principles of Virtue and Religion in the Minds of the Youth of both Sexes14. »

  • 15 Cela s’explique notamment par les forts taux de mortalité des xvie et xviie siècles. Voir Ralph Ant (...)

15Toutefois, le recours à Dieu se trouve le plus souvent dans les lettres de condoléances, où le discours religieux se fait entendre de manière récurrente, bien avant le xviiie siècle15. Le propos y est le plus souvent compatissant :

  • 16 « Je vous plains, Monsieur, ainsi que votre enfant, pour cette grande perte et cette douloureuse ép (...)

I pity you, Sir, and your child, under such a Loss and shocking trial. But this is the doing of the Lord; therefore we ought to be dumb, not opening our mouth, because He did it. God is righteous in all his doings, but we have sinned and deserve the worst we can meet with. May we be awakened to consider our ways, and to turn to him that smileth, and who alone can heal. Peace with God through Christ is the best cordial under trouble, and at a dying hour16.

  • 17 A New Academy of Compliments (1748), p. 25 (lettre XXIX).

16S’il n’est pas surprenant ici que la lettre soit attribuée à un homme d’Église, le révérend Gustard, ce n’est pas toujours le cas ; à bien d’autres reprises sont convoquées les idées de péché originel, de volonté divine pour rappeler qu’il convient de ne point trop s’apitoyer sur son sort17. Le propos est parfois plus ironique lorsque Jonathan Swift s’adresse au Lord Treasurer of Oxford, au moment du décès de la fille de ce dernier, la marquise de Carmarthen. La lettre est datée du 21 novembre 1713 :

  • 18 La lettre est publiée en 1753 dans The Works of Dr. Jonathan Swift, Dean of St. Patrick’s, Dublin. (...)

My Lord, both Religion and Reason forbid me to have the least concern for that Lady’s death, upon her own account; and he must be an ill Christian, or a perfect stranger to her virtues, who would not wish himself, with all submission to God Almighty’s will, in her condition. [...] To say the truth, my Lord, you began to be too happy for a mortal; much more happy than is usual with the dispensations of Providence long to continue. You have been the great instrument of preserving your country from foreign and domestic ruin. You have had the felicity of establishing your family in the greatest lustre without any obligation to the bounty of your prince, or any industry of your own: You have triumphed over the violence and treachery of your enemies by your courage and abilities; and by the steadiness of your temper, over the inconstancy and caprice of your friends. Perhaps your Lordship has felt too much complacency within yourself upon this universal success: and God Almighty, who would not disappoint your endeavours for the public, thought fit to punish you with a domestic loss, where he knew you heart was most exposed [...] I know not, my Lord, why I write this to you, nor hardly what I am writing18.

  • 19 Une lettre de The Complete Letter-Writer de W. H. Dilworth (1758) ne contient aucune dimension reli (...)
  • 20 Voir Epistolary Correspondence (1759), p. 144.
  • 21 A President for Young Pen-Men (1615), « A comfortable letter to a kinsman, upon the buriall of a yo (...)

17Provocatrices comme celle-là ou non, très rares19 sont les missives de condoléances qui ne contiennent les mots « God », « Christian » ou quelque autre périphrase (« Will of the Divine Being20 »). Si le propos semble moins systématique qu’au siècle précédent où l’on trouve des images comme « he is among the Angels. Yea, he is with God himself, and are you not glad that he is with him?21 » dans The New Art of Letter-Writing ; à l’époque, chaque lettre exemplaire se compose de deux à quatre mentions de Dieu (« God » ou une périphrase) et contient de manière récurrente les termes « Piety » (p. 51, 52), « Religion » (p. 51, 52), « Heaven » (p. 49, 52, 174). The New Art of Letter-Writing stipule d’ailleurs dans son introduction théorique : « Sentiments of Piety are properly inserted in Letters of Consolation, particularly those addressed to Ladies remarkable for their Devotion and Charities » (p. 51). De plus, la certitude que le défunt se trouve au ciel constitue un élément systématique de consolation :

  • 22 « Sa grandeur d’âme se doublait d’une piété si sincèrement chrétienne que je ne pense pas que nous (...)

She accompanied this greatness of Soul with so truly Christian a Piety, that I think we ought not to mourn for her. It is loving her with too selfish an Affection, to be sorrowful when she leaves us in order to be better, and when she goes to enjoy in the other World, a Repose which she could never find in this22.

  • 23 The New Art of Letter-Writing (1762), p. 48.

18Aucune lettre de condoléances n’émet la moindre réserve au sujet de la destinée du défunt, peut-être parce que, si c’était le cas, il conviendrait de ne pas le dire dans une lettre de condoléances, comme le suggère encore l’introduction théorique de The New Art of Letter-Writing23 (1762).

19Le propos de nombreuses lettres est donc susceptible d’être teinté de références religieuses au sein des manuels épistolaires. Pour autant, la religion n’y occupe alors qu’une place secondaire dans la plupart des cas. Dès lors, on peut se demander s’il existe des lettres exemplaires plus particulièrement destinées aux contacts épistolaires entre les hommes d’Église et leurs paroissiens.

20Les manuels d’apprentissage de l’écriture épistolaire accordaient-ils une place particulière à des « lettres religieuses » ?

  • 24 The British Letter-Writer, Londres, J. Cooke, n. d. [1765 ?]
  • 25 David Fordyce, The New and Complete British Letter-Writer, Londres, C. Cooke, n. d. [1790 ?].
  • 26 Every Man his Own Letter-Writer, Londres, J. Cooke, [1782].
  • 27 James Wallace and Charles Townshend, The Universal Letter-Writer ; Or, The New and Complete Art of (...)

21Examinons tout d’abord leurs titres. Quatre manuels, parus entre 1765 et 1790, font apparaître la religion comme sujet ou axe d’approche de leurs contenus. Dans The British Letter-Writer ; Or, Letter-Writer’s Complete Instructor ; Containing a Course of Letters on the Most Useful, Important, Instructive, and Entertaining Subjects viz. Business, Friendship, Love and Marriage, Wit and Humour, Instruction, Advice, Compliments, Condolance, Religion and Morality, & c24 et dans David Fordyce, The New and Complete British Letter-Writer ; Or, Young secretary’s Instructor in Polite Modern Letter-writing. Containing near Four Hundred Original, Plain, Easy, Instructive, and Entertaining Letters on the most Useful and Important Subjects, Particularly Education, Business, Friendship, Love and Courtship, Marriage, Wit and Humour, Instruction, Advice, Compliments, Condolance, Religion and Morality25, la religion figure au nombre des douze sujets « utiles, importants, instructifs et divertissants » mis en exergue sous forme de colonne, parmi bon nombre de relations sentimentales (l’amitié, l’amour, le mariage, la séduction, l’affection), des rapports de type pédagogique (le conseil, l’instruction, le devoir), sans oublier l’amusement (l’esprit et l’humour). Si les liens internes entre les deux séries peuvent paraître peu évidents, le titre du manuel n’en met pas moins l’accent sur la religion de manière plus importante que dans Every Man his Own Letter-Writer26 et The Universal Letter-Writer (1790) où le mot apparaît sur la page de garde au cœur d’une liste de plus de soixante-dix unités27.

22D’un point de vue technique, juste après le titre, plusieurs manuels expliquent quelles formulations doivent être employées sur les enveloppes adressées à diverses catégories de destinataires, parmi lesquels figurent des gens d’Église. C’est le cas de The Young Secretary’s Guide de John Hill (1719) (p. 99), dont on retrouve mot pour mot les formulations dans les nombreuses rééditions de A New Academy of Compliments : Or ; The Lover’s Secretary, en 1727, 1734, 1743, 1754 et 1784 :

  • 28 A New Academy of Compliments (1727), p. 99 : « Styles et titres honorifiques, & c. À sa Grâce Monse (...)

Stiles and titles of Honour, & c.
To his Grace the Lord A. B. of Canterbury.
To his Grace the Lord A. B. of York.
And frequently the Stile is, To the Most Reverend Father in God, & c.
If to other Bishops, To my Lord, or The Reverend Father in God, & c.
And to the other Inferiour Clergy, Reverend Doctor, or otherwise according to their Degree and Quality28.

23Ces formules ont peu varié depuis le premier ouvrage en langue anglaise, publié par Angel Day, The English Secretorie en 1586.

24Une fois réglée la question du destinataire se pose celle de la formule d’appel de la missive, à laquelle plus de manuels encore accordent une place. On constate une double évolution de la théorie en ce domaine. Au début du siècle, les formules d’usage sont rangées parmi une liste de personnes de rang, c’est le cas par exemple dans The Compleat English Secretary (1714) ou dans A New Academy of Compliments (1748). Ce modèle persiste en 1759 dans The Epistolary Correspondence de Gignoux. Pourtant, dans la plupart des ouvrages de la seconde moitié du xviiie siècle, une rubrique particulière est consacrée au clergé, sous le titre « To the Clergy », qui figure le plus souvent après « To the Royal Family », « To the nobility », « To the Parliament », et avant « To the officers of his Majesty’s Household ». Les formules recommandées y changent au cours du siècle, en fonction des manuels. Le tableau ci-contre en dresse un relevé quasi exhaustif.

  • 29 Dès le début du xviiie siècle, « My Lord » est employé pour les ducs, marquis, comtes et barons. Vo (...)

25On note tout d’abord l’apparition de « My Lord » à partir de la seconde moitié du siècle, pour les archevêques, mais aussi pour les évêques29. De cet emploi de « Lord » découle une nette distinction entre « your Lordship », utilisé pour les évêques et « Your Grace », qui demeure réservé aux archevêques d’un bout à l’autre du siècle. En conséquence, on observe un resserrement de la formulation en « Reverend » sur les deux catégories les plus basses où l’on perçoit aussi une tendance à la simplification, les formulations « Reverend Sir », voire « Sir » semblant s’imposer par rapport à « Reverend Doctor » dans le dernier quart du siècle.

  • 30 En revanche, au siècle précédent, les directions proposées au début de A Flying Post : With a Packe (...)

26À ce stade, il paraît utile de préciser que ces conseils initiaux sont davantage reproduits d’un manuel à l’autre qu’ils ne correspondent aux lettres des secrétaires dans lesquels ils figurent. The Experienced Secretary (1707) ne présente aucune réutilisation des formules destinées au clergé dans les modèles de lettres qu’il propose ; il en est de même pour The Ladies Complete Letter-Writer (1763) qui se contente de citer les formules réservées aux archevêques et aux évêques (p. 13), bien qu’il ne soit pas envisagé, dans le reste du manuel, qu’une femme puisse écrire à un haut ecclésiastique30.

a. Idem dans Tavernier, The Entertaining Correspondent (1759), The Art of Letter Writing (1762), The New Art of Letter-writing (1762), The Newest and most Compleat Polite Familiar Letter-Writer (1762), The British Letter-Writer (1765), The Complete Letter-Writer (1767), The Court Letter-Writer ; Or, The Complete English Secretary for Town and Country (1773), The Complete Letter-Writer ; Or, Polite English Secretary (1778), Hogg, The New and Complete Universal Letter-Writer (1790), The Complete Letter-Writer ; Or, Polite English Secretary (1800).
b. Idem dans Dorothea Dubois, The Lady’s Polite Secretary ; Or, New Female Letter-Writer (1771) et dans The Complete Letter-Writer (Édimbourg, 1781).
c. Idem dans l’édition du même manuel, 1748. Il est attribué à Henry Scougal (1650-1678), théologien écossais, auteur notamment de The Life of God in the Soul of Man : Or, The Nature and Excellency of the Christian Religion et il fut publié sous le titre de A New Academy of Complements en 1669.
d. Les formules initiales ne sont pas données car l’ouvrage de Goodman confond ici mention à mettre sur l’enveloppe et début de la lettre.

27Par ailleurs, il existe quelques propos théoriques sur la lettre religieuse au sein des manuels, dès le xvie siècle, à l’exemple de The Enemy of Idleness (1571) de William Fullwood, où, dans une section consacrée à la prise en compte du destinataire, l’auteur consacre un paragraphe aux destinataires religieux :

  • 31 « Lorsque nous écrivons aux ecclésiastiques, nous devons les vénérer et cela de droit car de telles (...)

When we write to the spirituality, wee must reverence them, and that by righte for such persons are called of GOD to high dignities: and if wee request anye thing at their handes, wee must humble our selves, giving them that honoure and reverence which is iustly due unto them. Yet we must awarily take heed that wee exalt them not too much, and more then reason would permitte for so might wee bee noted of flattery and adulation, and they themselves also might therewithal iustly be offended therefore let us take heed that we write not hastily or unadvisedly31.

28Il en ressort clairement qu’il convient de respecter les dignitaires de Dieu sans pour autant tomber dans des extrémités dont ils pourraient s’offusquer. Il convient, aux dires du manuel, de trouver un savant dosage.

  • 32 The Works of Monsieur de St Evremond, Made English from the French Original, t. II, Londres, [1714] (...)

29Dans The Art of Letter Writing, Divided into Two Parts (1762) figure une lettre (p. 239-242) intitulée « On Religion » qui n’est autre qu’une adaptation sous forme à peine modifiée (ajout d’un « Sir » initial ; ajout d’alinéas) d’un texte des « Réflexions sur la religion », initialement paru en 1684, alors disponible dans la traduction anglaise de l’œuvre au sein de The Works of Monsieur de St Evremond, Made English from the French Original32. S’il est probable que ces pensées furent inspirées à Saint-Évremond par la résolution où semblait alors être la duchesse de Mazarin d’entrer dans un couvent, après la mort de M. de Banier son amant, tué en duel par le prince Philippe de Savoie, neveu de la duchesse, l’auteur de la lettre ne s’intéresse pas au genre épistolaire, mais à l’entrée au couvent. La dernière missive de The Complete Art of Writing Letters (1779), p. 232, a pour titre « On the advantages of religion ». Il s’agit d’un extrait du Rambler, du 18 août 1750, par Samuel Johnson. Y sont exposés, sous forme de dialogues, les méfaits de la superstition par rapport aux bienfaits de la religion. Là encore, en dépit de l’affichage initial, le contenu n’a pas trait à l’écriture d’une lettre religieuse.

30En dehors de ces exemples, les propos théoriques des manuels ne concernent pas particulièrement des correspondants religieux. Sans doute leurs lettres sont-elles censées rejoindre, dans leur composition comme dans leurs centres d’intérêts, celles des autres utilisateurs.

31Au sein des manuels figurent toutefois quelques lettres rédigées par des hommes d’Église ou destinées à ces derniers. Le tableau ci-contre en dresse le bilan.

32Le manuel intitulé Elegant Epistles, paru à Dublin en 1791, propose la plus forte densité de textes rédigés par des gens d’Église ou destinés à des ecclésiastiques. Pourtant, leur variété ne tient pas tant à l’originalité de leurs formulations ni à l’intérêt de leur contenu qu’au renom des individus concernés. Il s’agit exclusivement d’évêques comme Atterbury, évêque de Rochester ou d’archevêques tel Tillotson, qui s’entretiennent avec des membres de l’aristocratie ou des personnes célèbres comme Alexander Pope (1688-1744). La notoriété des intéressés importe plus aux auteurs de manuels que le message qu’ils transmettent.

  • 33 Le curé en question a pour habitude d’employer l’expression « Z- - - - - - - ds ». Ce détail, l’inv (...)

33Par ailleurs, certaines lettres peuvent être rédigées par des hommes d’Église sans pour autant contenir de propos religieux. Comme le laisse suggérer son titre, « From a noble Earl in London to his friend a Clergyman in the country » (p. 165), la lettre, reprise dans les six premières éditions de The Complete Letter-Writer, entre 1756 et 1767, est surtout amicale : elle exprime l’absence de l’autre et le désir de rencontre, rapporte quelques nouvelles ; tout au plus y trouve-t-on le portrait assez savoureux d’un curé ami du destinataire qui a rendu visite à l’auteur de la missive33. Les membres du clergé écrivaient et recevaient des lettres familières. Dans cette logique, on peut noter que certains manuels épistolaires sont entièrement conçus par des hommes d’Église, comme David Fordyce, théologien presbytérien, moraliste et philosophe écossais, originaire d’Aberdeen, dont le manuel, The New and Complete British Letter-Writer (1790), ne comporte que deux modèles de ce type, copiés du secrétaire de Cooke paru en 1775.

  • 34 « De même, je vous le dis, il y aura plus de joie dans le ciel pour un seul pécheur qui se repent, (...)

34Toutefois, quelques exemples proposent des situations dans lesquelles un ecclésiastique est susceptible de s’adresser par écrit à un membre de sa communauté. Dans The New English Letter-Writer (1779), un pasteur s’adresse à un jeune homme à l’éducation duquel il a participé, mais qui s’est laissé aller à la débauche au point de compromettre la vie d’une jeune fille. Sans l’accabler, il tente de montrer à son ancien élève qu’il est, lui aussi, sujet à la tentation mais parvient à s’en garder grâce à Dieu. Il termine par une citation de Luc, à peine adaptée de la Bible de 1611 : « I say unto you that likewise joy shall be in heaven over one sinner that repenteth, more than over ninety and nine just persons, which need no repentance34 » (Luc, XV, 7).

  • 35 Dans l’unique lettre de condoléances de Every-Man His Own Letter-Writer (1782), un prêtre recommand (...)
  • 36 Il s’agit d’une des célèbres batailles de la Guerre de Sept Ans, qui eut lieu le 1er août 1759. L’a (...)

35Une séquence de lettres échangées entre une veuve éplorée et son pasteur propose une vision unique dans The New English Letter-Writer (1779). Elle fait écho à deux missives de The Universal Letter-Writer (1771)35, échangées entre un gentilhomme et son pasteur. Le premier rapporte les circonstances du décès de son épouse, le second lui répond en s’appuyant sur de nombreux exemples tirés de la Bible et en expédiant un exemplaire de Life of Christ de Fleetwood. Il s’agit des lettres LVII, LVIII et LIX du manuel édité par le Révérend George Brown. La première missive, « From a Lady to a Clergyman, on Her Husband and Son being killed in Battle », présente les circonstances de la mort des deux hommes, tombés à la bataille de Minden36. Y sont exprimés à la fois l’appel à l’aide de l’auteur — « I apply to God and to you : and will my pious pastor bear with me the infirmities of a weak, a distressed woman ? Yes, he will. » — et ses doutes, sous la forme d’une série de questions :

  • 37 « Mon Dieu a-t-il, dans sa grâce et sa bonté, ordonné ces choses ? Ou bien arrivent-elles en conséq (...)

Has my good and gracious God ordered these things? Or do they happen in consequence of the unalterable decrees of fate? I declare, I am lost in amazement when I look at the mystery of Divine Providence; and as I can only judge of causes from their effects, I am sometimes induced to become an infidel. Is God unjust37?

a. Letter XXXI. From a Superstitious Old Gentleman to a Clergy-Man, about Disposing of some Estate to a Pious Use. ’Twas directed to Dr. B -, at his House in Watling-street, London, p. 104.
b. Letter I. Ab Jove Principium. To the Reverend Mr.A.B. near Canterbury, Kent. That Religion in the World is only Humour, p. 21.
c. Mr Pope to the Bishop of Rochester, May 1723. Reprise dans The Art of Letter-Writing, Divided into Two Parts, Londres, 1762.
d. From a noble Earl in London to his friend a Clergyman in the country, p. 165. Lettre reprise dans The British Letter-Writer : or letter-writer’s complete instructor (1765), p. 27.
e. Mr Pope to the Bishop of Rochester, May 1723 (p. 44) et Sir William Temple to the Bishop of Rochester (p. 167).
f. The following most charming and affectionate letter, universally admired, was written by Mr Pope, to the Bishop of Rochester, about a month before his banishment, p. 203.
g. A letter from Bishop Atterbury to his son Obadiah, at Christ-church college in Oxford, p. 179.

a. Letter CV. From a Gentleman, whose Wife was lately dead, to a Clergyman in the Neighbourhood, p. 105 ; Letter CVI. The Clergyman’s Answer, p. 106 ; Letter CVII. From a Clergyman to a young Gentleman who had formerly been his Pupil, but now at the University, p. 109 ; Letter CVIII. The Clergyman’s second Letter on the same important Subject, p. 112 ; Letter CIX. The young Gentleman’s Answer, p. 115 ; Letter CX. The Clergyman’s Answer, p. 116 ; Letter CXI. From the same, p. 118 ; Letter CXII. From the same, p. 121 ; Letter CXIV. The Lady’s Answer.
b. Letter IV. A Letter from Bishop Atterbury to his Son Obadiah, at Christchurch College. Voir Complete Letter-Writer (1768).
c. Letter VIII. From a Clergyman in the Country to a Lady in London, on the Death of a Friend, p. 168.
d. Letter CLXXXVII. From a Gentleman whose Wife was lately deceased, to a Clergyman in the Neighbourhood, p. 161 ; réponse p. 162.
e. Letter LXXXIV. A Letter from Bishop Atterbury to his Son Obadiah, at Christchurch College, in Oxford, p. 167. Voir Complete Letter-Writer (1768).
f. Letter LXXX. From a Clergyman in the Country, to a Lady in London, on the death of a Friend, p. 159.

a. Letter I. An humorous Letter of Thanks. From the Rev. Mr. Straight to Bishop Hoadly, p. 77.
b. Letter XXXVI. A Letter of Thanks from a young Gentleman to a Clergyman who had been his private Tutor, p. 56. ; Letter XXI. To a Young Clergyman, on the Subject of Oratory, p. 260.
c. Letter XXXIV. To the Rev. J. Duncomb from the celebrated Author of Clarissa, p. 214 ; Letter XXXV. From Archbishop Herring to the Rev. Dr. George Benson, an eminent dissenting Teacher, on the Blessings of Toleration, p. 215.
d. Letter XXXV. From Archbishop Herring to the Rev. Dr. George Benson, an eminent dissenting Teacher, on the Blessings of Toleration ; Letter XVIII. From Archbishop Herring to Mr. Duncombe, p. 258.
e. Letter XXVI. An entertaining Epistle from Bishop Herring to Mr. Duncomb, p. 106 ; Letter XXV. To Mr. Duncombe from Bishop Herring, a descriptive and entertaining Epistle, p. 203.
f. Letter V. Reflections upon undue Compliance with the Customs of the World. From a Clergyman in the Country to his Son in Town, p. 181 ; Letter I. On the Death of a Patron, from a Clergyman in the Country to his Son in Town, p. 238 ; Letter XIII. From a young Clergyman to his generous Friend, who had procured him a Living, p. 251 ; Letter XXII. From a Clergyman to his Friend, on Philosophy and Religion, p. 261 ; Letter XXVII. From a Clergyman to his Friend, during his last Sickness, p. 266 ; Letter XXVIII. From the same to the same, in a more advanced State of his Illness, p. 267.
g. Letter I. An humorous Letter of Thanks. From the Rev. Mr. Straight to Bishop Hoadly, p. 77.
h. Les deux lettres sont les mêmes.
i. « From a clergyman to another », p. 36, réponse p. 37 ; « A clergyman to a Gentleman of Rank », p. 97, réponse p. 98.

a. Lady Russell to Archbishop Tillotson, p. 374.
b. James Howell to Bishop of Saint David’s, p. 312 ; Mr Pope to Bishop of Rochester, p. 527, 528, 533, 533, 534, 538, 539.
c. Archbishop Herring to Rev. Whiston and to Rev. Benson, p. 581, 582 ; James Howell to Rev. [...] p. 350 ; Thomas Rundle to the Rev. Dean Clarke, p. 547 ; Dr Johnson to Rev. Dr. Taylor, p. 793, 795.
d. Archbishop Tillotson to Lady Russell p. 373 ; 12 lettres de l’archevêque Herring, p. 581-585.
e. Bishop of Rochester to Mr Pope, p. 525, 526, 529, 531, 533, 534, 535, 536, 537, 538, 540, 541.
f. Rev. Dean Berkley to Mr Pope, p. 490, 493.
g. Archbishop Secker to a Clergyman who applied to him for advice on his son’s becoming a Calvinist, p. 750.
h. Letter CV. From a Gentleman, whose Wife was lately dead, to a Clergyman in the Neighbourhood, p. 104 ; Letter CIX. The young Gentleman’s Answer, p. 114.
i. Letter CVI. The Clergyman’s Answer, p. 106 ; Letter CVII. From a Clergyman to a young Gentleman who had formerly been his Pupil, but now at the University, p. 108 ; Letter CVIII. The Clergyman’s second Letter on the same important Subject, p. 111 ; Letter CX. The Clergyman’s Answer, p. 115 ; Letter CXI. From the same, p. 117 ; Letter CXII. From the same.
j. Certaines lettres reviennent plusieurs fois.

  • 38 The New English Letter-Writer (1779), lettre LVIII : « Man is born to trouble “as the sparks fly up (...)
  • 39 The New English Letter-Writer (1779), lettre LIX : « How happy, Madam, could I persuade you to look (...)

36Le pasteur y répond en deux temps. Il adresse une première missive (lettre LVIII) assez peu rassurante à la femme éplorée : il lui rappelle qu’il ne faut point rechercher le bonheur terrestre mais savoir regarder au-delà de la tombe, qu’il faut prendre du recul devant l’adversité, qu’il n’y a aucune raison pour qu’un autre soit mort à la place de son mari. Il fait usage de plusieurs citations pour inscrire ses propos dans la parole divine38. Sa seconde lettre se veut plus rassurante, en promettant le bonheur à la veuve, lorsqu’elle rejoindra son époux et son fils dans l’éternité39. Toutefois, cela suppose qu’elle accepte la soumission face à Dieu et son retour dans le droit chemin. Le rôle dont se sent investi l’homme d’Église débouche sur deux lettres très peu différentes des sermons dont l’objectif premier est de convaincre. Si ces modèles peuvent avoir été utiles à d’autres ecclésiastiques, il semble peu probable qu’ils aient pu influencer des gens du siècle, plus soucieux de combiner conseils religieux et sentiments plus chaleureux.

  • 40 Voir V. M. Jacob, The Clerical Profession in the Long Eighteenth Century, 1680- 1840, Oxford, Oxfor (...)

37Les manuels épistolaires du xviiie siècle accordaient quelque place à la religion qui imprégnait une partie des textes donnés en exemple et, au-delà de quelques recommandations de pure forme, proposaient des lettres échangées entre gens d’Église et paroissiens. Ces derniers semblaient, plus que les hommes d’Église, devoir apprendre la manière de s’adresser à leurs pasteurs. Cela ne paraît pas tout à fait illogique car on peut se demander si les ecclésiastiques avaient besoin de manuels pour apprendre à écrire des lettres. Il suffit sans doute pour cela de mesurer l’ampleur de leur éducation et de leurs lectures40. La plupart d’entre eux devait parler latin et pouvait avoir accès aux premiers ouvrages de référence en matière de style épistolaire qui étaient ceux d’Érasme, Desiderii Erasmi Roterodami Liber Utilissimus de Conscribendis Epistolis (1521) ou de Georgius Macropedius, Conscribendis Epistolis (1580). Très complet aussi, l’ouvrage d’Angel Day, maintes fois réédité depuis le xviie siècle, permettait encore de maîtriser l’art de la rhétorique épistolaire dans ses moindres détails.

  • 41 Lancelot Addison, The Christian’s Manual. In two parts. I. The catechumen : ... II. An introduction (...)
  • 42 A Brief Account of the Life of the Reverend Mr John Rawlet, Author of the Christian Monitor, Londre (...)
  • 43 Voir encore Joseph Alleine, Christian Letters (Londres, R. Hawes, 1778) : la première lettre destin (...)

38Des ouvrages d’autre nature étaient susceptibles de leur apporter conseil en matière de rédaction épistolaire. Une longue lettre de Lancelot Addison, The Christian’s Manual. In two parts. I. The catechumen : ... II. An introduction to the sacrament, permet d’établir un parallèle entre le style des prières adressées à Dieu, notamment dans la partie « The Communicant’s Assistant » (p. 147) et celui des lettres à travers la relation I/you en particulier. De plus, l’organisation du propos est très bien structurée : First, Secondly, Thirdly, Fourthly (p. 4-9) ; les dernières pages comprennent quelques références bibliques : Hébreux XI, 27 ; XIII ; I Corinthiens XV ; I Pierre I, 341. De même, la missive intitulée « A Consolatory Letter of that Reverend and Pious Man, Mr Rowlett, the Author of the Christian Monitor to his Mother, upon his Apprehension of Dying by the Plague » dans A Brief Account of the Life of the Reverend Mr John Rawlet, Author of the Christian Monitor. Given in a Preface to a Valuable Remain of His, Never Before Printed, viz. His Consolatory Letter to his mother, Written on Occasion of his Apprehension of Dying by the Great Plague, 166542, se compose d’un long propos de vingt-trois pages, très bien structuré, où la proximité entre sermons et écriture épistolaire semble là encore évidente43.

39Enfin, Thomas Bray précise dans la préface de A Brief Account of the Life of the Reverend Mr. John Rawlet, author of The Christian Monitor :

  • 44 « Enfin, je résumerai mes remarques sur la lettre toute entière par cette remarque : bien qu’écrite (...)

Lastly, I shall sum up my Remarks upon the whole Letter, with this Observation, that tho’written upon a particular Occasion, and respecting one Kind of Affliction, the unexpected Death of the nearest Friend or Relation; yet it is equally Medicinal to the Asswaging of Grief and Pain under any Affliction whatsoever; and Man being Born to Trouble as the Sparks fly upwards, there is no Person, and in no Station of Life to whom it may not be sometime or other useful. But to the Clergy’s Perusal, I would more especially Recommend it, not only as furnishing them with Sentiments of Singular Use in Visiting the Sick, or those who are any Ways afflicted in Body or Mind44 [...]

40Là encore, on comprend que le discours religieux s’apprend. Les mots n’ont sans doute pas la même portée suivant qu’ils sont prononcés en présence d’un malade ou qu’ils sont envoyés par lettre. Pourtant, le propos reste similaire. S’ils ne se détournèrent pas complètement des manuels épistolaires, puisque certains en composèrent, sans doute les ecclésiastiques avaient-ils d’autres moyens d’apprendre à écrire des lettres.

Notes

1 Voir par exemple John Telford, The Letters of John Wesley, Londres, Epworth Press, 1931 et Madeleine Descargues, Correspondances : étude critique de la correspondance de Laurence Sterne dans son œuvre, Paris, Didier, 1994.

2 « La prospérité est [...] plus dangereuse que l’adversité. Elle tend à nous rendre vains et insolents, à nous faire négliger les autres et oublier Dieu, à nous montrer ambitieux dans nos entreprises et excessifs dans nos joies : cela a été le cas pour l’homme le plus sage de la terre, à savoir Salomon. » Cette lettre est reprise dans plusieurs éditions du manuel au xixe siècle, The New Universal Letter-Writer ; Or, Complete Art of Polite Correspondence, Londres, 1818, p. 151 ; The New Universal Letter-Writer, Londres, 1867, p. 153.

3 John Conybeare, (1692-1755), Sermons by John Conybeare, D.D..., Londres, 1757), sermon 5 (« The History of Joseph »), p. 143. Conybeare fut un célèbre ecclésiastique du xviiie siècle ; il servit comme doyen de Christ Church, à Oxford, à partir de 1732, puis devint évêque de Bristol en 1750. Ses sermons connurent un grand succès avec notamment 4 590 souscriptions. Sur ce dernier point, voir Jeremy Black, Culture in Eighteenth-century England, Londres, Continuum International Publishing Group, 2007, p. 93 et Leslie Stephen, « Conybeare, John (1692-1755) », rev. William Gibson, Oxford Dictionary of National Biography, Oxford, Oxford University Press, 2004, [www.oxforddnb.com/view/article/6127, dernière consultation le 12 janvier 2011].

4 « Oh ! Que l’Être Divin vous protège contre les nombreux dangers de cet élément turbulent qu’il vous faut traverser ! Qu’il fasse naître des brises douces et favorables qui vous conduisent à votre port de destination ! Qu’il fasse aussi que votre voyage soit heureux et profitable ! Et, pour couronner mes vœux, qu’il vous accorde de revenir vite et en bonne santé. » (The Complete Letter-Writer [1755], p. 58).

5 Le manuel, initialement paru en 1755, atteint sa dix-neuvième édition en 1800. Cette édition est celle qui est utilisée ici.

6 Voir p. 54-55, lettre 8 : « Si ma conscience ne m’accuse pas d’avoir commis quoi que ce soit de criminel, j’en rends gloire à Dieu et, à genoux et le cœur humble, le remercie sincèrement pour la protection qu’il m’apporte contre ces tentations par lesquelles l’ennemi de l’humanité est prêt à nous séduire. »

7 « The more you examine the works of nature, the more you will learn to love and adore the great God of nature, the fountain of all pleasure » (The Complete Letter-Writer [1800], p. 73-74).

8 La lettre (p. 138) est écrite par Thomas Wentworth (1672-1739), premier comte du nom et Lord of the Admiralty à son fils unique William Wentworth, 2nd Earl of Strafford (1722 – 1791). Elle est publiée en 1758 par Samuel Johnson dans A Compleat Introduction to the Art of Writing Letters ; Universally Adapted to All Classes and Conditions of Life ;... Londres, 1758. « Servez Dieu avec diligence, matin et soir, et recommandez-vous à lui, tout en le gardant sous vos yeux à chaque instant [...] Car le cœur de l’homme est trompeur par-dessus tout. Faites encore en sorte que tous vos devoirs et dévotions envers Dieu soient remplis avec enthousiasme, et non de manière rêveuse, car Dieu aime qu’on donne avec plaisir. Que votre religion soit dirigée selon ce qui vous sera enseigné par ceux qui exercent dans l’église de Dieu, les véritables maîtres de la question. »

9 Ernest Gordon Rupp, Religion in England, 1688-1791, Oxford, Oxford University Press, 1986, p. 297.

10 La lettre apparaît dans plus de dix éditions successives de The Complete Letter-Writer au cours du siècle. Sir Matthew Hale (1609-1676) fut président de la Haute Cour d’Angleterre de 1671 à 1676. Il écrivit Contemplations Moral and Divine (1676), d’où est extraite la présente, qui n’était pas une lettre initialement, voir éd. 1705, p. 260, et The History of the Common Law of England (1713). Il est resté tristement célèbre pour ses positions sur le viol, désignées par « Hale warning » dans les tribunaux anglais et américains jusqu’aux années 1970. Pour une biographie de Hale, voir Gilbert Burnet, The Life of Sir Matthew Hale, Knt., Sometime Lord Chief Justice of His Majesty’s Court of King’s-Bench, Londres, C. & J. Rivington, 1823.

11 Parce que j’ai vérifié, de longue et saine expérience, que le respect de ce jour et de ses devoirs m’a apporté un confort et un avantage uniques, je ne doute pas qu’il en sera de même pour vous. Dieu tout puissant est le maître de notre temps, il nous le prête, il est donc juste que nous lui consacrions cette portion de temps.

12 « Le service public de l’Église compte sur vous ces jours-là. L’exemple que vous pourrez offrir à votre maisonnée vous sera fort utile à vous ainsi qu’à ses membres. Les domestiques de toute maison présument naturellement que leur maître connaît mieux les choses qu’eux-mêmes, et même s’ils ne sont pas toujours disposés à suivre ses bonnes coutumes, ils sont souvent enclins à imiter ses mauvaises habitudes. Si vous négligez l’Église, il n’y aura guère de religion dans votre foyer. Laissez-moi ajouter que s’il devait y avoir une seule justification, elle serait que la religion devrait être observée par tout maître de maison, pour garantir des rapports honnêtes entre ses domestiques. »

13 La missive est reprise dans plusieurs autres manuels du siècle, notamment dans John Newbery, Letters on the Most Common, As Well As Important, Occasions in Life, Londres, Newbery, 1758, p. 100 ; John Tavernier, The Entertaining Correspondent ; Or, Newest and Most Compleat Polite Letter-Writer, Berwick, 1759, p. 137.

14 « Publié afin de cultiver les principes de la vertu et de la religion dans les esprits des jeunes des deux sexes. »

15 Cela s’explique notamment par les forts taux de mortalité des xvie et xviie siècles. Voir Ralph Anthony Houlbrooke, Death, Religion, and the Family in England, 1480-1750, Oxford, Oxford University Press, 2000, p. 245-248 et p. 386-387. Pour un exemple au xviie siècle, voir A President for Young Pen-Men (1615) : « All is referred to the will of God. I am assured that you pray dayly that his will may be done, and will you grieve that his will is done ? Farre be it from you : you know it is written, and I am assured you believe it, that whosoever loveth Father or Mother, or Wife, or Child more than God, is not worthy of his love : Take heed therefore not to offend the Creator, with to much loving his Creature ».

16 « Je vous plains, Monsieur, ainsi que votre enfant, pour cette grande perte et cette douloureuse épreuve. Toutefois, il s’agit de l’œuvre du Seigneur, c’est pourquoi nous devons rester muets, ne pas ouvrir la bouche, car c’est lui qui l’a voulu. Dieu est juste dans tous ses actes, mais nous avons péché et méritons les pires épreuves. Puissions-nous être éclairés de façon à mieux faire notre examen de conscience et à nous tourner vers lui qui sourit et qui seul peut guérir. La paix avec Dieu à travers le Christ est le meilleur des remèdes dans une période de troubles ou à l’heure d’un décès. » Letters of the Right Honourable Lady Jane Douglas With Several Other Important Pieces of Private Correspondence, Londres, J. Wikie, 1767, p. 130-131.

17 A New Academy of Compliments (1748), p. 25 (lettre XXIX).

18 La lettre est publiée en 1753 dans The Works of Dr. Jonathan Swift, Dean of St. Patrick’s, Dublin. Volume XIII, p. 37. Elle est reprise à partir de 1768 dans les éditions successives de The Complete Letter-Writer. « Milord, la religion comme la raison m’interdisent le moindre regret pour la mort de cette Dame en ne considérant que son intérêt ; et il faudrait être mauvais chrétien, ou complètement étranger à ses vertus, pour ne pas désirer, avec toute la soumission due aux volontés du Tout-puissant, un sort semblable au sien. [...] à dire vrai, Milord, vous commenciez à être trop heureux pour un mortel, beaucoup plus heureux qu’il n’est ordinaire de l’être selon les décrets de la Providence, cela ne pouvait durer. Vous avez été le principal instrument du salut de votre pays en le préservant de calamités étrangères et domestiques. Vous avez eu le bonheur d’établir votre famille avec le plus grand éclat, sans aucune obligation à la bonté de votre souverain, sans aucune entreprise de votre part. Vous avez triomphé de la violence et de la perfidie de vos adversaires par votre courage et votre habileté, de l’inconstance et du caprice de vos amis, par la fermeté de votre caractère. Peut-être votre seigneurie a-t-elle ressenti trop de complaisance en elle-même devant ce succès universel : le Tout-puissant, qui ne voulait pas interférer dans vos efforts pour la cause publique, a jugé convenable de vous punir par une perte domestique, à laquelle il savait que votre cœur plus exposé [...] Je ne sais, Milord, pourquoi je vous écris, ni à peine ce que j’écris [...] »

19 Une lettre de The Complete Letter-Writer de W. H. Dilworth (1758) ne contient aucune dimension religieuse (lettre LXXVII, p. 111).

20 Voir Epistolary Correspondence (1759), p. 144.

21 A President for Young Pen-Men (1615), « A comfortable letter to a kinsman, upon the buriall of a young sonne ».

22 « Sa grandeur d’âme se doublait d’une piété si sincèrement chrétienne que je ne pense pas que nous devrions la pleurer. C’est l’aimer d’une affection trop égoïste que d’être malheureux alors qu’elle nous quitte pour être mieux, alors qu’elle va jouir, dans l’autre monde, d’un repos qu’elle n’a jamais pu trouver dans celui-ci. » The Complete Letter-Writer (1755), p. 134-135 (lettre XIX, « A Letter of Consolation on the Death of a Friend »). Voir aussi The New Art of Letter-Writing (1762), p. 51 ; A New Academy of Compliments (1748), p. 24-25.

23 The New Art of Letter-Writing (1762), p. 48.

24 The British Letter-Writer, Londres, J. Cooke, n. d. [1765 ?]

25 David Fordyce, The New and Complete British Letter-Writer, Londres, C. Cooke, n. d. [1790 ?].

26 Every Man his Own Letter-Writer, Londres, J. Cooke, [1782].

27 James Wallace and Charles Townshend, The Universal Letter-Writer ; Or, The New and Complete Art of Letter-Writing Made Plain and Familiar to every Capacity. Containing a collection of upwards of two hundred original letters, On the most interesting, important, and instructive Subjects, and adapted for general Use and Benefit, by directing every Person to indite Letters, without any other Assistance, on all the various Occasions of Life. But more particularly on the following Heads, viz. Adversity, Advice, Affection, Ambition, Anger, Avarice, Benevolence, Business, Centure, Charity, Confidence, Condolance, Courtship, Dependance, Diligence, Duty, Education, Emulation, Excellence, Fame, Fidelity, Flattery, Folly, Friendship, Frugality, Generosity, Gratitude, Guilt, Happiness, Honour, Hope, Humanity, Indiscretion, Indolence, Integrity, Industry, Justice, Learning, Love, Marriage, Modesty, Moderation, Morality, Negligence, Passion, Patience, Peevishness, Piety, Pleasure, Politeness, Pride, Prodigality, Prudence, Reproof, Religion, Retirement, Secrecy, Shame, Sobriety, Solitude, Temptation, Trade, Truth, Variety, Vice, Virtue, Understanding, Wisdom, Wit, Letter-Writing. To which is added, A Collection of Complimentary Cards... Londres, J. Cooke, [1782].

28 A New Academy of Compliments (1727), p. 99 : « Styles et titres honorifiques, & c. À sa Grâce Monseigneur A. B. de Cantorbéry/À sa Grâce Monseigneur A. B. de York/Et fréquemment le style est : Au Très Révérend Père, & c. Pour les autres évêques, À mon Seigneur, ou Le Révérend Père & c. Et pour le reste du bas Clergé, Révérend Docteur ou sinon en fonction de leur diplôme ou de leur qualité. »

29 Dès le début du xviiie siècle, « My Lord » est employé pour les ducs, marquis, comtes et barons. Voir Thomas Goodman, The Experienc’d Secretary : Or, Citizen and Countryman’s Companion (1707), p. 61.

30 En revanche, au siècle précédent, les directions proposées au début de A Flying Post : With a Packet of Choice New Letters and Complements, Londres, John Williamson, 1672, correspondaient uniquement aux lettres données en exemple dans le manuel.

31 « Lorsque nous écrivons aux ecclésiastiques, nous devons les vénérer et cela de droit car de telles personnes sont appelées par Dieu à de hautes fonctions ; si nous demandons quoi que ce soit de leurs mains, nous devons nous faire tout petits en leur rendant ainsi l’honneur et la révérence qui leur sont justement dus. Pour autant, nous devons consciemment prendre garde de ne point trop les exalter, pas plus que la raison ne le permet car nous pourrions alors être accusés de flatterie ou d’adulation ce qui pourrait à juste titre les offenser. C’est pourquoi, prenons garde de n’écrire trop vite, ni sans mûre considération. »

32 The Works of Monsieur de St Evremond, Made English from the French Original, t. II, Londres, [1714] 1728.

33 Le curé en question a pour habitude d’employer l’expression « Z- - - - - - - ds ». Ce détail, l’invention de mots, l’exagération d’autres attitudes et le recul pris par l’auteur de la lettre ne sont pas sans rappeler le roman Tristram Shandy de Sterne.

34 « De même, je vous le dis, il y aura plus de joie dans le ciel pour un seul pécheur qui se repent, que pour quatre-vingt dix-neuf justes qui n’ont pas besoin de repentance. »

35 Dans l’unique lettre de condoléances de Every-Man His Own Letter-Writer (1782), un prêtre recommande également cet ouvrage de Fleetwood à un gentilhomme dont la femme vient de mourir. Il s’agit sans doute de l’ouvrage The life of Jesus Christ... Together with the Lives and Sufferings of His Holy Apostles, Evangelists, and Other Primitive Martyrs... To Which is Added, A Full Defence of Christianity..., Londres, 1767.

36 Il s’agit d’une des célèbres batailles de la Guerre de Sept Ans, qui eut lieu le 1er août 1759. L’alliance formée par les Britanniques, la Prusse et le Hanovre triomphe des Français dont les pertes humaines dépassent les dix mille soldats, contre moins de trois mille pour les vainqueurs.

37 « Mon Dieu a-t-il, dans sa grâce et sa bonté, ordonné ces choses ? Ou bien arrivent-elles en conséquence des décrets inaltérables du destin ? J’admets que je me sens perdue et stupéfaite quand je contemple le mystère de la Providence divine ; et comme je ne peux juger les causes que d’après les effets, je suis souvent tentée de devenir infidèle. Dieu est-il injuste ? »

38 The New English Letter-Writer (1779), lettre LVIII : « Man is born to trouble “as the sparks fly upwards” [...] “to be humble in the day of prosperity, and in the day of adversity to consider” ».

39 The New English Letter-Writer (1779), lettre LIX : « How happy, Madam, could I persuade you to look to eternity. There you will enjoy your husband’s and your son’s company ; and there you will enjoy the divine favour. »

40 Voir V. M. Jacob, The Clerical Profession in the Long Eighteenth Century, 1680- 1840, Oxford, Oxford University Press, 2007, p. 41 sq.

41 Lancelot Addison, The Christian’s Manual. In two parts. I. The catechumen : ... II. An introduction to the sacrament, Londres, 1719. Lancelot Addison meurt en 1686, soit vingt et un ans après avoir écrit cette lettre.

42 A Brief Account of the Life of the Reverend Mr John Rawlet, Author of the Christian Monitor, Londres, W. Roberts, 1728.

43 Voir encore Joseph Alleine, Christian Letters (Londres, R. Hawes, 1778) : la première lettre destinée à sa femme est structurée exactement de la même manière que celle ci-dessus. Elle est datée : 1659. On retrouve cette structure dans la lettre X. Cette édition est préfacée par John Wesley.

44 « Enfin, je résumerai mes remarques sur la lettre toute entière par cette remarque : bien qu’écrite en une occasion particulière et concernant une forme d’affliction, la mort inattendue de l’ami ou du parent les plus proches, cette lettre est également un remède qui soulage le chagrin et la douleur pour toute autre occasion. Car l’homme étant né pour les maux, comme les étincelles jaillissent vers le haut, il n’est nulle personne, à quelque rang que ce soit, qui n’ait besoin d’y avoir recours à un moment ou à un autre. Pourtant, c’est à la lecture du Clergé que je la recommanderais tout particulièrement, car elle fournit des sentiments fort utiles lors de visites de malades ou de ceux qui sont affligés de corps ou d’esprit. »

Table des illustrations

Titre Tableau 1. — Locutions interjectives ayant pour racine « God » dans les manuels anglais les plus célèbres du xviiie siècle
Légende a. On compte treize occurrences de l’expression dans Elegant Epistles : Or, A Copious Collection of Familiar and Amusing Letters, Selected for the Improvement of Young Person, Dublin, 1791.
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/17915/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Légende a. Idem dans Tavernier, The Entertaining Correspondent (1759), The Art of Letter Writing (1762), The New Art of Letter-writing (1762), The Newest and most Compleat Polite Familiar Letter-Writer (1762), The British Letter-Writer (1765), The Complete Letter-Writer (1767), The Court Letter-Writer ; Or, The Complete English Secretary for Town and Country (1773), The Complete Letter-Writer ; Or, Polite English Secretary (1778), Hogg, The New and Complete Universal Letter-Writer (1790), The Complete Letter-Writer ; Or, Polite English Secretary (1800).b. Idem dans Dorothea Dubois, The Lady’s Polite Secretary ; Or, New Female Letter-Writer (1771) et dans The Complete Letter-Writer (Édimbourg, 1781).c. Idem dans l’édition du même manuel, 1748. Il est attribué à Henry Scougal (1650-1678), théologien écossais, auteur notamment de The Life of God in the Soul of Man : Or, The Nature and Excellency of the Christian Religion et il fut publié sous le titre de A New Academy of Complements en 1669.d. Les formules initiales ne sont pas données car l’ouvrage de Goodman confond ici mention à mettre sur l’enveloppe et début de la lettre.
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/17915/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Légende a. Letter XXXI. From a Superstitious Old Gentleman to a Clergy-Man, about Disposing of some Estate to a Pious Use. ’Twas directed to Dr. B -, at his House in Watling-street, London, p. 104.b. Letter I. Ab Jove Principium. To the Reverend Mr.A.B. near Canterbury, Kent. That Religion in the World is only Humour, p. 21.c. Mr Pope to the Bishop of Rochester, May 1723. Reprise dans The Art of Letter-Writing, Divided into Two Parts, Londres, 1762.d. From a noble Earl in London to his friend a Clergyman in the country, p. 165. Lettre reprise dans The British Letter-Writer : or letter-writer’s complete instructor (1765), p. 27.e. Mr Pope to the Bishop of Rochester, May 1723 (p. 44) et Sir William Temple to the Bishop of Rochester (p. 167).f. The following most charming and affectionate letter, universally admired, was written by Mr Pope, to the Bishop of Rochester, about a month before his banishment, p. 203.g. A letter from Bishop Atterbury to his son Obadiah, at Christ-church college in Oxford, p. 179.
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/17915/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Légende a. Letter CV. From a Gentleman, whose Wife was lately dead, to a Clergyman in the Neighbourhood, p. 105 ; Letter CVI. The Clergyman’s Answer, p. 106 ; Letter CVII. From a Clergyman to a young Gentleman who had formerly been his Pupil, but now at the University, p. 109 ; Letter CVIII. The Clergyman’s second Letter on the same important Subject, p. 112 ; Letter CIX. The young Gentleman’s Answer, p. 115 ; Letter CX. The Clergyman’s Answer, p. 116 ; Letter CXI. From the same, p. 118 ; Letter CXII. From the same, p. 121 ; Letter CXIV. The Lady’s Answer.b. Letter IV. A Letter from Bishop Atterbury to his Son Obadiah, at Christchurch College. Voir Complete Letter-Writer (1768).c. Letter VIII. From a Clergyman in the Country to a Lady in London, on the Death of a Friend, p. 168.d. Letter CLXXXVII. From a Gentleman whose Wife was lately deceased, to a Clergyman in the Neighbourhood, p. 161 ; réponse p. 162.e. Letter LXXXIV. A Letter from Bishop Atterbury to his Son Obadiah, at Christchurch College, in Oxford, p. 167. Voir Complete Letter-Writer (1768).f. Letter LXXX. From a Clergyman in the Country, to a Lady in London, on the death of a Friend, p. 159.
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/17915/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Légende a. Letter I. An humorous Letter of Thanks. From the Rev. Mr. Straight to Bishop Hoadly, p. 77.b. Letter XXXVI. A Letter of Thanks from a young Gentleman to a Clergyman who had been his private Tutor, p. 56. ; Letter XXI. To a Young Clergyman, on the Subject of Oratory, p. 260.c. Letter XXXIV. To the Rev. J. Duncomb from the celebrated Author of Clarissa, p. 214 ; Letter XXXV. From Archbishop Herring to the Rev. Dr. George Benson, an eminent dissenting Teacher, on the Blessings of Toleration, p. 215.d. Letter XXXV. From Archbishop Herring to the Rev. Dr. George Benson, an eminent dissenting Teacher, on the Blessings of Toleration ; Letter XVIII. From Archbishop Herring to Mr. Duncombe, p. 258.e. Letter XXVI. An entertaining Epistle from Bishop Herring to Mr. Duncomb, p. 106 ; Letter XXV. To Mr. Duncombe from Bishop Herring, a descriptive and entertaining Epistle, p. 203.f. Letter V. Reflections upon undue Compliance with the Customs of the World. From a Clergyman in the Country to his Son in Town, p. 181 ; Letter I. On the Death of a Patron, from a Clergyman in the Country to his Son in Town, p. 238 ; Letter XIII. From a young Clergyman to his generous Friend, who had procured him a Living, p. 251 ; Letter XXII. From a Clergyman to his Friend, on Philosophy and Religion, p. 261 ; Letter XXVII. From a Clergyman to his Friend, during his last Sickness, p. 266 ; Letter XXVIII. From the same to the same, in a more advanced State of his Illness, p. 267.g. Letter I. An humorous Letter of Thanks. From the Rev. Mr. Straight to Bishop Hoadly, p. 77.h. Les deux lettres sont les mêmes.i. « From a clergyman to another », p. 36, réponse p. 37 ; « A clergyman to a Gentleman of Rank », p. 97, réponse p. 98.
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/17915/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Légende a. Lady Russell to Archbishop Tillotson, p. 374.b. James Howell to Bishop of Saint David’s, p. 312 ; Mr Pope to Bishop of Rochester, p. 527, 528, 533, 533, 534, 538, 539.c. Archbishop Herring to Rev. Whiston and to Rev. Benson, p. 581, 582 ; James Howell to Rev. [...] p. 350 ; Thomas Rundle to the Rev. Dean Clarke, p. 547 ; Dr Johnson to Rev. Dr. Taylor, p. 793, 795.d. Archbishop Tillotson to Lady Russell p. 373 ; 12 lettres de l’archevêque Herring, p. 581-585.e. Bishop of Rochester to Mr Pope, p. 525, 526, 529, 531, 533, 534, 535, 536, 537, 538, 540, 541.f. Rev. Dean Berkley to Mr Pope, p. 490, 493.g. Archbishop Secker to a Clergyman who applied to him for advice on his son’s becoming a Calvinist, p. 750.h. Letter CV. From a Gentleman, whose Wife was lately dead, to a Clergyman in the Neighbourhood, p. 104 ; Letter CIX. The young Gentleman’s Answer, p. 114.i. Letter CVI. The Clergyman’s Answer, p. 106 ; Letter CVII. From a Clergyman to a young Gentleman who had formerly been his Pupil, but now at the University, p. 108 ; Letter CVIII. The Clergyman’s second Letter on the same important Subject, p. 111 ; Letter CX. The Clergyman’s Answer, p. 115 ; Letter CXI. From the same, p. 117 ; Letter CXII. From the same.j. Certaines lettres reviennent plusieurs fois.
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/17915/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 33k

Auteur

Université de Brest
Est maître de conférences à l’université de Brest. Il est l’auteur de Une épistolière anglaise du xviiie siècle : Mary Delany (1700-1788) (L’Harmattan, 2004) et a fait paraître, sur la question des secrétaires, « L’expression de l’intimité chez les épistolières anglaises au xviiie siècle : de la théorie à la pratique », dans Paul Servais et Laurence Van Ypersele (éd.), La Lettre et l’intime. L’émergence d’une expression du for intérieur dans les correspondances privées (xviie-xixe siècles) (Louvain-la-Neuve, 2007) p. 81-119, « La Lettre de condoléances dans les secrétaires du xviiie siècle », Bulletin de la Société d’études anglo-américaines des xviie et xviiie siècles, 62, juin 2006, p. 105-126. Ses autres articles et communications concernent la correspondance de Mary Delany et quelques autres correspondances féminines du xviiie siècle. Il a également publié deux éditions critiques, Polite Letters : The Correspondence of Mary Delany (1700-1788) and Francis North, Lord Guilford (1704-1790) (Cambridge Scholars Publishing, 2009) et The Ladies Complete Letter-Writer (1763) (Cambridge Scholars Publishing, 2010).

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2012

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search