Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Rythmes. Histoire, littérature

 | 
Marie Blaise
, 
Alain Vaillant

Dossier. La recherche dix-neuviémiste et les nouvelles technologies

Un CD-ROM pour la recherche en littérature ?

Irène Langlet

Texte intégral

1Que peuvent apporter ce qu’il est convenu d’appeler les « nouvelles technologies » à la recherche en littérature ? Et peut-on poser pareille question ? Chacun de ses termes recouvre à lui seul un entrelacs considérable de problèmes. Que l’on entende dans « nouvelles technologies » la numérisation des données textuelles, la programmation informatique des liens hypertextes ou encore la mise en réseau mondial des machines, et l’on verra d’emblée se dessiner des approches différentes. Comprend-on par « recherche » l’investigation érudite d’un texte pris mot par mot, la mise au jour d’un ensemble de relations entre le texte et ses contextes, ou l’élaboration d’un modèle théorique général destiné à être éprouvé sur de multiples objets, et l’on envisagera spontanément le recours à des outils bien séparés. Quant à « littérature »… no comment. À une extrémité de la chaîne des recherches (dépouillement, investigation), il n’est plus à démontrer l’intérêt de la numérisation des textes pour le recensement stylistique, les statistiques lexicales et, en règle générale, pour tout ce qui a trait au comptage critique des éléments de la langue. Encore faut-il tenir compte du fait que les programmes informatiques de comptage ne maîtrisent pas le langage naturel : un affinement par le chercheur du résultat brut est toujours nécessaire, avant même son interprétation. Et tous les phénomènes de composition du texte, au-delà de l’échelle de la phrase (paragraphes, chapitres, pièces d’un recueil, volumes d’une série), restent inaccessibles à la machine. À l’autre extrémité de la chaîne (publication des résultats), les liens hypertextes favorisent utilement la mise en relation d’un texte et de ses contextes, littéraires ou non, textuels ou non (image, son). S’en trouve facilité l’éclairage d’une matrice intertextuelle, d’un réseau de références ou d’allusions croisées, ou encore des coïncidences ou des ruptures avec le milieu socio-historique. La mise en réseau mondial des machines ouvre à ces possibilités l’espace planétaire. À une condition toutefois, évidemment : que l’interconnexion des machines soit couplée à la numérisation des données…

2Dans tous les cas, ne sera-t-on pas, en fin de compte, face à des innovations qui ne permettent que de gagner du temps, sans changer fondamentalement le travail du chercheur ? Les comptages, on l’a vu, requièrent en dernière analyse l’œil du lecteur et les concepts du spécialiste ; les liens hypertextes raccourcissent, mais ne modifient pas vraiment les trajets que l’on fait d’un livre à un autre, d’un index à une page ou d’une allusion à l’entrée d’une encyclopédie. La possibilité de relier différents types de documents : textes, images, son, relève sans doute moins d’une innovation radicale des « nouvelles technologies » que de l’invention magistrale, mais déjà ancienne, de l’enregistrement (ou de la copie), sur quelque support que ce soit ; la numérisation harmonise les supports, mais rien n’a jamais empêché un conférencier de faire écouter un disque à son public, ou de lui projeter une diapositive. Est nouvelle, sûrement, la facilité avec laquelle on s’installera devant un terminal qui répétera la « conférence » autant de fois que l’on voudra : de la recherche à l’âge de la reproductibilité industrielle… Compulser les catalogues des grandes bibliothèques mondiales est un geste de chercheur qui se trouve facilité, mais guère transformé, par la présence sur le réseau des fichiers en ligne ; certes ils seront plus vite à jour, on accédera plus vite à des catalogues moins connus, des bibliothèques plus discrètes. Là encore, on n’aura fait que gagner un peu de temps. Mais peut-être est-ce le principal dans ces domaines ? Et c’est toute la définition qu’on supposera à « recherche en littérature » qui s’en trouve mise en cause : chantier perpétuel (et qui n’acquiert de sens qu’en tant que tel) d’un discours critique à renouveler en permanence ? ou lieu de possibles découvertes, entraînant de possibles mutations, comme dans les sciences de la vie et de la matière ?

3Je ne me risquerai évidemment pas à trancher dans le débat. Pour le mettre en perspective des recherches actuellement en cours, je ferai simplement état d’un travail collectif qui recourt à la technologie du CD-ROM, avec des paramètres de finalisation qui diffèrent sensiblement des objectifs de départ : manière de suggérer peut-être autant les potentialités (autres que de « gain de temps ») de la nouvelle technologie que ses limites (intrinsèques ou non).

4Au départ, un projet bilatéral franco-allemand entre la Maison des Sciences de l’Homme et l’université de Tübingen ; de 1990 à 1996, de nombreuses confrontations en France et en Allemagne, des colloques, des séances de travail, des thématiques parallèles ou en faisceau, des organismes ou des chercheurs ponctuellement associés (présentation succincte à l’adresse www.eliber.de/hlm/hlm1.html). Rendre compte de cette recherche sur « Historicisme et modernité littéraire », c’était bien sûr publier, régulièrement, les travaux des groupes engagés. Mais l’idée fut lancée de systématiser l’ensemble sur un support différent du livre ou de la revue papier : un CD-ROM aurait pour fonction non seulement de regrouper les travaux, mais aussi de fournir au lecteur l’ensemble des textes d’appui, et enfin de donner une image approximative des problématiques qui les ont fédérés. Le CD-ROM pouvait ouvrir un chantier éditorial de grande ampleur, et laissait espérer à la fois coût réduit, souplesse d’utilisation et ancrage des résultats : le corpus de textes étudiés représenterait une sorte d’anthologie sur le thème de la recherche menée, pendant que les communications et interventions diverses seraient reliées les unes aux autres par des mots et concepts-clés. Un triple réseau, dans lequel le lecteur pourrait se diriger librement, aurait rendu compte du foisonnement, de la fécondité et de la cohérence de la réflexion menée pendant six ans : réseau des communications entre elles, réseau entre les communications et les textes d’appui, réseau des textes d’appui entre eux.

5À l’arrivée, un CD-ROM toujours en chantier à l’automne 2000, quatre ans après la fin du programme bilatéral, et dont la réalisation se heurte à des problèmes qui ne sont finalement pas tant ceux du nouveau support que ceux de l’édition savante en règle générale : le problème le plus banalement décourageant résidant sans doute dans l’aridité et la lourdeur de la tâche d’indexation des mots-clés (les regrouper en colonnes en fin d’ouvrage, ou en faire des liens hypertexte dans le corps du texte, cela revient dans les deux cas à les marquer électroniquement). Moins lié à la nature du projet (mais dépendant du faible tirage attendu, comme dans toute publication dans ce domaine), le problème des droits : l’anthologie de textes, qui pouvait apparaître comme une motivation majeure, s’est réduite à mesure que l’addition des droits s’est allongée. Pour certains axes de la problématique, cela réduit presque à néant l’intérêt de la publication sur CD-ROM.

6C’est le cas, par exemple, d’une proposition de lecture de la modernité des genres littéraires, que j’avais présentée dans le cadre d’une journée de travail sur les discours hétérogènes, les procédures mixtes et le travail du composite dans l’émergence de la modernité littéraire. L’hypothèse était de rapporter le bouleversement des genres, autant à des expérimentations internes de la langue poétique (allemande ou française) qu’à une mobilisation des possibilités para-textuelles entendues au sens large ; l’illustration prenait appui sur l’observation de la généricité ambiguë mais tenace de l’essai littéraire, judicieusement négociée dans la structure des recueils « de commande » qui rassemblaient ceux de Paul Valéry et Robert Musil. On voit d’emblée comment que le CD-ROM pouvait enrichir la simple publication de la communication : en renvoyant aussi souvent que nécessaire à l’ensemble de chaque recueil, à ses sous-ensembles signifiants, bref à ses réseaux internes, le support électronique amplifiait considérablement la portée de cette « explication de textes » dans laquelle le pluriel était primordial. Là où l’exposé oral avait supposé une lecture commune par les membres du public, là où la communication devenue article publié aurait engagé le feuilletage assidu et de bonne volonté du lecteur intéressé, le CD-ROM facilitait le partage d’une hypothèse, et engageait donc à sa vérification, aisée. Les contraintes éditoriales liées au droit d’auteur ont réduit les citations des recueils à quelques pages choisies ; la démonstration ne se fait donc plus que sur une seule relation, celle d’un texte et de la table générale du recueil, soit guère davantage que s’il n’y avait pas de citation du tout.

7Reste le réseau des communications entre elles, l’aperçu anthologique qui demeurera dans l’objet fini (dont l’éditeur, si tout va bien, devrait présenter une « version bêta » à la prochaine foire de Francfort), et l’encouragement à faciliter l’accès au débat critique sur la littérature. Cette conclusion pourra paraître pusillanime, mais je l’énoncerai très sincèrement : s’il ne devait rester que cela, ce serait déjà beaucoup pour la « recherche » en littérature ainsi entendue.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter