Version classiqueVersion mobile

Les paradoxes de l’enfermement dans l’Europe moderne (xvie-xviiie siècles)

 | 
Marie-Noëlle Ciccia
, 
Sylvie Favalier
, 
Sylvie Imparato-Prieur

La clôture dans l'espace domestique : de la violence à la paradoxale liberté

Figurations de l’enfermement dans la correspondance de Marie-Anne Victoire de Bourbon (1718-1781), reine du Portugal

Vanda Anastácio

Texte intégral

  • 1 Michel Antoine, Louis XV, Paris, Fayard, 1989 ; Simone Bertière, « L’Infante-Reine », Les Reines d (...)
  • 2 Alfred Baudrillart, Philippe V et la Cour de France d’après des documents inédits tirés des archiv (...)

1Aujourd’hui, Marie-Anne Victoire de Bourbon est un personnage presque oublié. Née en 1718, elle était la première fille de Philippe V, le petit-fils de Louis XIV qui fut le premier roi Bourbon sur le trône espagnol, et de sa deuxième femme, Elisabeth Farnèse. À l’âge de trois ans, Marie-Anne fut fiancée à Louis XV, qui n’avait alors que 11 ans, et partit pour la France en 1722 pour y être élevée à la Cour. Du fait que le traité de son mariage avait été signé en des termes définitifs, elle fut reçue à Paris avec les honneurs d’une reine. Elle demeura en France où elle vécut, dans un premier temps au palais du Louvre et, ensuite, à Versailles. En février 1725, à la suite d’une maladie de Louis XV, on décida qu’il fallait assurer avec urgence1 sa succession. L’infante, alors âgée d’à peine sept ans, fut renvoyée en Espagne, au grand regret de la duchesse de Ventadour, qui avait été la gouvernante de Louis XV pendant sa petite enfance, et avait aussi été chargée de Marie-Anne Victoire dès son arrivée en France2.

  • 3 Louis XIV, qui avait été le parrain de D. José, était représenté dans la cérémonie du baptême par (...)

2Cette décision offensa les parents de la petite Marie-Anne qui entreprirent immédiatement des négociations pour la marier à un autre roi catholique. Étant donné qu’étaient alors en cours des pourparlers relatifs au mariage du prince des Asturies, D. Fernando, avec l’infante portugaise D. Maria Bárbara de Bragança, l’union entre Marie-Anne Victoire et le frère de Maria Bárbara et héritier du trône portugais, D. José3, fut projetée et, finalement, réalisée.

  • 4 Lettre du 27 octobre 1729, publiée par Caetano Beirão, op. cit., p. 59.
  • 5 Lettre du 3 novembre 1729, publiée par Beirão, op. cit., p. 60.
  • 6 Lettre du 13 septembre 1730, publiée par Beirão, op. cit., p. 71.
  • 7 Lettre du 24 mai 1731, publiée par Beirão, op. cit., p. 80.

3Quand l’échange des princesses eut lieu, en janvier 1729, entre Elvas et Badajoz, sur la rivière Caia, Marie-Anne Victoire n’avait pas encore 11 ans, puisqu’elle était née le 31 mars. Elle se trouvait à nouveau dans la situation d’épouse, bien qu’à son âge elle ne fût pas plus que la première fois en état de consommer le mariage. Il faut dire que son « mari » n’était guère plus âgé qu’elle même si, né en juin 1714, il était déjà adolescent. Malgré leur jeunesse, les deux princes montrèrent de l’inclination l’un pour l’autre. En octobre 1729, Marie-Anne écrivait à sa mère : « Madame mon prinse et si joli et si agréable pour mua que jan suis fole et lui de même avec mua4 » ; en novembre de la même année elle écrivait à nouveau : « le prinse et chaque jur plus galan5 ». L’année suivante, au mois de septembre, elle répétait : « Le prense ma chere mere et plus galan pour moi chaque jur6 » et, en mai 1731, elle revenait sur le même sujet par ces mots : « mon prinse et chaque jour plus galant pour moi et moi aussi7 ».

  • 8 Lettre du 16 septembre 1731, publiée par Beirão, op. cit., p. 84 : « je sais quele dit quele ne ve (...)

4Toutefois, l’examen des lettres écrites par Marie-Anne Victoire à Elisabeth Farnèse pendant ses premières années à Lisbonne permet de comprendre que la jeune fille vécut entre la pression de sa mère, qui voulait à tout prix voir ce mariage consommé, et la résistance qu’y opposa Marie-Anne d’Autriche, la reine mère du Portugal, qui essaya, au nom de la santé de la jeune princesse et peut-être aussi du bon sens, de différer le début de la cohabitation du couple jusqu’à ce qu’elle fût « devenue femme », c’est-à-dire jusqu’à ce qu’elle eût ses premières règles8. Marie-Anne Victoire raconte à la reine Elisabeth les détails de cette espèce de « guerre sourde » en présentant D. José comme son allié et comme un opposant à la reine mère :

  • 9 Lettre du 29 novembre 1729. AHM Estado, Legajo 2557. Publiée par Beirão, op. cit., p. 88-89.

Mon chaire prince ma dit lotre jur qu’il viendre dormir isi le jur 23 de Janvier ancor que ses peres ne voluse il ma dit ausi quil avet eut assez de pasiance et que si sa mere ne vousle pas quelle l’ore ausi. Croie moi ma chaire mere le roy le veut mais la reyne dit toujoir que non que je ne suis pas famme et que en alemagne il fait fort mal9.

  • 10 C’est ce qu’on peut déduire de passages tels que : « ma chaire mere vous pouves bien croire la pen (...)
  • 11 Lettre du 27 mars 1732, publiée par Beirão, op.cit., p. 97.

5Dans les lettres qu’elle écrit pendant ses quatre premières années de résidence à Lisbonne, la princesse multiplie les excuses et les justifications, laissant comprendre indirectement qu’elle se trouvait prise entre les pressions de sa mère (qui craignait peut-être un nouvel échec matrimonial) et l’autorité de sa belle-mère, qui, finalement, avait le pouvoir de décision sur son sort10. C’est ce qu’on peut déduire de passages comme celui-ci : « Ma chaire mere vous pouvez bien croire la pene que je de netre pas avec mon prince mais vous saves bien aussi que je ne le peut pas remedier si vous le voule ecrivele au roi ou a la reyne parce que vous saves bien que je ne put pas parler de sela11. »

  • 12 « Mon tres chaire Père et ma tres chaire mere je ne vous peut pas espliquer la joit avec laquele j (...)
  • 13 « Je crois que je ne vous pourrai donner une plus agréable nouvelle que vous dire que j’ai trouvé (...)

6Cette épreuve de force se prolongea jusqu’à ce que la princesse eût la permission de vivre avec « son prince », bien que n’étant pas encore « devenue femme » à l’âge de 15 ans. La décision fut prise par les beaux-parents, Jean V et Marie-Anne d’Autriche, qui la présentèrent comme une sorte de cadeau fait à la fiancée le jour de son anniversaire12. Trois mois plus tard, à la fin juin 1732, la princesse du Brésil annonça à sa mère qu’elle était finalement « devenue femme13 ». C’était une nouvelle importante puisqu’elle lui offrait la possibilité d’accomplir son rôle en tant qu’épouse de l’héritier du trône, c’est-à-dire, d’assurer la succession de ce dernier.

  • 14 Lettre du 14 août 1736, publiée par Beirão, op. cit., p. 146 : « moi ses jours pases je ne me suit (...)
  • 15 Lettre du 11 Juin 1734, publiée par Beirão, op. cit., p. 124.

7Marie-Anne Victoire fut enceinte l’année suivante. Dans les lettres écrites pendant cette grossesse, on trouve déjà les manifestations d’un sentiment de malaise, associé à l’opposition qu’elle ressentit de la part des rois du Portugal quand elle voulut prendre l’initiative de sortir du palais. Elle attribua cette opposition à l’indifférence de ses beaux-parents envers elle puisque, selon ses lettres, les médecins qui la soignaient lui recommandaient des séjours à la campagne14. Elle écrit, par exemple : « Moi je suis an jour mieux et autre plus mal et on ne pense pas a me tirer d’isi en otre que les médesins l’ont dit tant de fois que je ne sais pas15. » Malheureusement, en décembre 1734, au lieu de l’héritier espéré, elle accoucha d’une petite fille, D. Maria Francisca.

  • 16 Lettre du 6 mars 1736, publiée par Beirão, op. cit., p. 139.

8L’année suivante, elle fut à nouveau enceinte, avec l’espoir d’avoir, enfin, un enfant mâle. Marie-Anne écrit par exemple : « Dieu veuille me doner un fils, mais qu’il me done ce qu’il voudra e je l’estimere de même16. » En octobre 1736, la princesse du Brésil accoucha d’une deuxième fille, D. Maria Ana Francisca, et entre 1736 et 1738 elle fit plusieurs fausses couches. Elle réussit malgré tout à mener à terme une troisième grossesse et accoucha à nouveau d’une fille, Maria Francisca Doroteia, en septembre 1739.

  • 17 Bien que la date généralement admise pour le début de la maladie de Jean V soit l’année 1742, Mari (...)
  • 18 On trouve la description de la maladie du roi chez José Timóteo Montalvão Machado, Causas de Morte (...)
  • 19 Dans une lettre de 1742, publiée par Beirão (op. cit., p. 184), Marie-Anne Victoire écrit : « cet (...)

9Même si personne n’en parlait ouvertement, la déception de la famille royale à l’occasion de la naissance de cette troisième princesse était évidente. L’infante d’Espagne, qui avait été si bien reçue, n’assurait pas l’héritier au trône qu’on attendait d’elle. La situation se compliqua au printemp. 1740, quand le roi Jean V eut un premier accident vasculaire17 et que le problème de la succession de la couronne fut remis à l’ordre du jour. À partir de ce jour et jusqu’à sa mort en 1750, Jean V eut d’autres accidents vasculaires suivis d’épisodes d’épilepsie. En 1742, il devint hémiplégique, ce qui l’empêcha de gouverner18. Bien qu’officiellement, la reine Marie-Anne d’Autriche assurât la régence, ce fut le confesseur du roi, João da Mota e Silva, le cardinal da Mota, qui prit les rênes du pouvoir19. Désespérée du peu de succès que les expédients des médecins avaient eu sur la santé de son mari, la reine mère, qui avait toujours été d’une religiosité extrême, se réfugia dans la religion et se livra à la dévotion.

10Dans ce contexte, la pression sur Marie-Anne Victoire pour avoir un fils augmenta, bien qu’elle n’eût aucun contrôle possible sur la nature. Et la façon dont la princesse était traitée à la Cour, surtout par sa belle-mère, devint pour elle de plus en plus difficile à supporter. Il faut dire que durant les cinq années suivantes, Marie-Anne s’efforça d’être à la hauteur de son rôle. Elle fut enceinte plusieurs fois, ses grossesses ne parvenant jamais à leur terme. Dans la correspondance de ces années-là, elle alterne les annonces de grossesse avec l’expression des regrets, de la douleur et de l’épuisement physique qu’elle éprouva à la suite de ses fausses couches successives. Son quatrième enfant, né en juillet 1746, fut encore une fille, D. Maria Francisca Benedita.

11Il faut rappeler que les relations diplomatiques entre le Portugal et l’Espagne avaient été interrompues entre les mois de février 1735 et de mai 1737, à la suite d’un incident survenu à Madrid avec l’ambassadeur portugais. Les relations entre les deux monarchies étaient devenues alors particulièrement tendues, et quand l’Espagne attaqua la colonie de Sacramento, dans le sud du Brésil, en novembre 1735, la guerre entre les deux couronnes parut imminente. Les attaques espagnoles se succédèrent dans la région du Rio da Prata jusqu’en mars 1737, quand fut signée une première convention de paix, et le conflit s’acheva au Brésil en novembre. Il est possible que la tension entre les deux couronnes pendant ces années ait eu des effets sur le comportement des rois du Portugal envers l’infante, même si elle écrit à sa mère :

  • 20 Lettre du 2 mars 1735, publiée par Beirão, op. cit., p. 132.

Le roy manvoie une satisfaction fort grande de priver lambassadeur de venir au Palais mais que pour cela il ne laissent de mestimer et de maimer toujours de plus an plus ; je suis bien fache quon fasse quelques chose qui nous puisent deplaire mais se net pas ma faute20.

Dans les lettres que Marie-Anne Victoire écrit entre 1735 et 1747, à une période où sa vie paraît tourner exclusivement autour de ses grossesses, elle se représente fréquemment comme un être enfermé, sans espace de mouvement ni influence et sans la possibilité d’agir sur son propre destin. Son expérience nous permet de réfléchir sur un certain nombre de problèmes posés par la représentation de l’enfermement dans ces lettres.

12On peut se demander, par exemple, jusqu’à quel point cet enfermement dont parle la princesse correspond à une situation réelle ou s’il s’agit d’une perception subjective de la part de quelqu’un qui n’a pas le pouvoir d’intervenir sur son entourage et à qui on refuse un espace d’action et de décision.

13On peut se demander aussi dans quelle mesure le discours sur la situation d’enfermement et la représentation de soi comme un être enfermé peuvent être utilisés comme une façon de rechercher l’appui du destinataire (Elisabeth Farnèse, en l’occurrence) et de la pousser à agir pour renforcer son autorité sur sa fille.

14Enfin, on peut analyser la fonction de ces lettres : quel est le gain que peut obtenir, par l’intermédiaire de la correspondance à sa mère, quelqu’un qui, comme Marie-Anne Victoire, a été, d’une part, séparée de sa mère et de sa famille d’origine à un si jeune âge et, d’autre part, n’avait aucune possibilité d’échapper à la vie que sa famille avait choisie pour elle ?

  • 21 Luisa Velandia commenta ainsi la séparation rigide des sexes qui se pratiquait à la Cour de Lisbon (...)

15Il faut dire que peu de temps après son arrivée à Lisbonne, la jeune princesse du Brésil écrivait qu’elle trouvait la vie de société à la Cour de Lisbonne assez triste. Les sociabilités, les formes de convivialité, les occasions où l’on jouait de la musique, où l’on dansait, les rituels de deuil, etc., contrastaient apparemment avec ce que la princesse avait connu à Versailles et même à Madrid21. Or, avec la maladie du roi, l’atmosphère psychologique à la Cour de Lisbonne se fit plus maussade et les décès survenus à la Cour, dans la famille royale portugaise et dans la maison impériale d’Autriche pendant ces années-là, la rendirent encore plus difficile à supporter : en 1736, l’infant D. Carlos, fils de Jean V, et D. Maria Francisca, sœur du roi, décédèrent à quelques mois d’intervalle ainsi que le secrétaire d’État Diogo de Mendonça Corte Real ; en 1740, l’empereur Charles VI, frère de la reine du Portugal, et Marianne de Neubourg, reine douairière d’Espagne sa sœur, moururent également. En août 1741, une autre sœur de la reine, Marie-Elisabeth, décéda, suivie en 1743, par une troisième sœur, Marie-Madeleine. L’infant D. Francisco, frère de Jean V trouva la mort en 1742. En 1745 ce fut le tour de l’empereur Charles VII, puis, en 1746, de Philippe V (le père de Marie-Anne Victoire) et, en 1747, du cardinal da Mota et de l’infant portugais D. António.

  • 22 Lettre du mai 1736, publiée par Beirão, op. cit., p. 142.
  • 23 Lettre du 26 juillet 1742, publiée par Beirão, op.cit., p. 187.
  • 24 Lettre du 19 Juillet 1736, publiée par Beirão, op. cit., p. 145.
  • 25 Lettre du 24 août 1737, publiée par Beirão, op. cit., p. 159.

16« Je n’en puis plus avec ces impertinences de deuil », écrivait la princesse en mai 173622 ; et, en 1742, elle se plaignait toujours à sa mère : « je suis bien faché et aussi a cause du deuille et de ne sortir point de la maison23 ». Selon les mœurs portugaises d’alors, pendant les périodes de deuil, la musique, les promenades, les bals et les habits de couleur étaient interdits. Marie-Anne communique le même sentiment de désarroi quand elle écrit : « Je passe a cette heure bien tristement sans aucun divertissement mais pacience24. » Et on retrouve régulièrement dans ses lettres cette phrase : « La vie qu’on mène ici est la plus triste du monde25. »

  • 26 Lettre du 28 juillet 1737, publiée par Beirão, op. cit., p. 157.

17On peut déduire les réponses de la reine d’Espagne à ces plaintes d’après quelques réflexions de la princesse du Brésil, qui indiquent qu’elle tenta, à distance, d’influencer le comportement de sa fille et de lui conseiller la résignation. Ce sont, par exemple, des mots comme ceux-ci : « Je fais tout mon posible pour divertir ma melancolie puisque vous aves la bonté de le vouloir ensi encore qu’il soit très difficile dans un pais ou il ni a auquen divertissement26. »

  • 27 Lettre du 11 août 1739, publiée par Beirão, op. cit., p. 168.
  • 28 Marie-Anne Victoire écrit, par exemple : « Moi je me porte pas trop bien ses jours sis […], je suis (...)

18Mais il est manifeste que Marie-Anne Victoire se sentait de plus en plus mal. Les mots « tristesse » et « melancolie » sont fréquents dans ses lettres des années 1735 à 1737, dans lesquelles elle se réfère aux divertissements que lui propose sa belle-mère, comme des obligations ennuyeuses toujours liées à la dévotion ou à la religion, sans joie et sans intérêt. Son impression de la vie de Cour à Lisbonne à cette période transparaît dans le commentaire suivant : « La duchesse de Cadaval qui venoit de France est enfin arrivée mais je ne l’ai pas encore veut on dit qu’elle n’est pas belle ; comme elle a été élevée dans un couvent elle s’acommodera mieux aux coutumes de ce pays27. » Après 1738, l’expression des sentiments de « tristesse » et d’ennui se double presque toujours de plaintes de douleur physique28 — Marie-Anne Victoire pâtit, entre autres, de maux de tête et d’estomac —, qu’elle associe au désir de changer de lieu ou de sortir :

  • 29 Lettre du 4 juin 1738, publiée par Beirão, op.cit., p. 162.

Moi je ne me porte pas encore bien car j’ai des douleurs de teste casi continuels ce qui m’est necessaire est de me tirer d’ici mais je ne sçait pas comment cela sera avec ces gens29.

19Comment comprendre tout cela ? Il s’agissait jusqu’à un certain point d’un enfermement réel, puisqu’à chaque fois que Marie-Anne Victoire tombait enceinte ou qu’elle faisait une fausse couche, les médecins lui conseillaient des périodes de repos, lui interdisaient les longues promenades à pied et à cheval ainsi que la chasse. Mais Marie-Anne Victoire vécut ces périodes d’enfermement forcé comme l’équivalent d’une privation de liberté qu’elle décrit en des termes extrêmes, comme lorsqu’elle raconte dans une lettre du 13 mai 1738 ce qu’elle ressent, à un moment où ses beaux-parents lui refusent l’autorisation de se retirer à la campagne :

  • 30 Lettre du 13 mai 1738, publiée par Beirão, op.cit., p. 161.

Je man allois a ma chambre ou je plurois tout le soir car la faute de liberté se me fait tout les jours plus sensible et je ne sai pas comme je pourrois vivre si je navois tant de plaisir pour la musique jatents chaque jour can il lui déplait ausi et qu’ils me privent de ce divertissement alors ce sera me desesperer tout à fait30.

  • 31 L’intervention d’Elisabeth Farnèse en faveur de l’infante est notifiée, par exemple, dans une lett (...)
  • 32 Lettre citée par le Visconde de Santarém, Quadro elementar das relações políticas e diplomáticas d (...)

Il importe de dire que les plaintes de Marie-Anne ont été prises au sérieux par sa mère. En 1740, quand Chavigny, le nouvel ambassadeur français nommé à la Cour portugaise, lui rendit visite à Madrid, la reine d’Espagne, décidée à intervenir en faveur de sa fille, le chargea de l’informer avec exactitude de la façon dont la princesse était traitée à Lisbonne31. Dans une lettre envoyée de la capitale portugaise et datée du 6 juillet 1740, Chavigny rassurait Elisabeth Farnèse, lui expliquant que, tout simplement, « Son altesse vivait selon le style » de la Cour du Portugal32.

20Quelques années plus tard, en 1743, devant la possibilité d’aller séjourner au palais de Mafra, la princesse du Brésil emploiera même des termes tels que « tyrannie », « esclavage », « prison » et « grilles » pour décrire sa situation :

  • 33 La Princesse se réfère à la station thermale de Caldas da Rainha, près de la ville du même nom.
  • 34 Lettre du 26 mars 1743, publiée par Beirão, op. cit., p. 200-201.

On ne parle plus de me faire sortir dici ni de me doner (permission de) me promener ; je des jour dune melancolie horrible ; je vous asure ma chere mere que cela me devient chaque jour plus insuportable mais ce net pas trop quil ne montre point se soucier de ma sante puisque il font si peut de cas de cequi peut conduire pour la susesion de ce royaume je crois rien mais come ils nen on point fait je prie Dieu quil me done pacience car je des jours ou je nen puis plus ; et ou si ce netoit pas pour la tendresse que je pour mon prince qui certainement la merite beaucoup, je vous prirois et a mon cher père de me tirer dun si grand esclavage car je ne lui puit doner autre nom je vous prie de me pardoner de vous importuner mais je crois en meme temps que vous ne trouveres pas mauvais que je me soulage avec ma chere mere qui a toujours de bonnes exprances mais je crois quici il nia rien a esperer si Dieu ne fait quelque miracle. On dit que le roy continue bien aujourdui on faira une consulte pour lui sil plait a Dieu pour savoir sil doit aller a las Caldas33 Dieu lui done ce qui sera mieux pour lui pour moi je naurois aucun plaisir di aller car prison pour prison je suis mieux accomodee ici ; seulement on peus mettre lá la tete en dehors car il n’y a point de grilles et voir du monde34.

  • 35 Lettre du 3 avril 1735, AHN Estado Legajo 2615.
  • 36 Lettre du s. d. 1742, publiée par Beirão, op. cit., p. 185.
  • 37 Lettre du s. d. 1742, publiée par Beirão, op. cit., p. 185.
  • 38 Lettre du 23 avril 1743, publiée par Beirão, op. cit., p. 205.

Cette perception de soi comme d’un être enfermé paraît s’être construite et intensifiée au fil des années, en même temps que l’on voit la princesse chercher des formes d’évasion, sinon physique, du moins psychologique. C’est ainsi qu’elle semble envisager son application à la musique quand elle écrit, par exemple : « L’unique divertissement que je et de doner lecsion de musique et a cet’heure je ne peux la donner pour le moins un en mois ou deux35 » ou qu’elle explique : « Nous menons la plus triste vie du monde et mon prince par pitié quil a eu de moi ma dit que comme le roi était beaucoup mieux je pouvois bien me doner un peu de lecsion de musique dans ma chambre cant il nia persone36. » C’est aussi comme une possibilité d’évasion qu’elle paraît envisager les lettres adressées à sa famille qui représentent, semble-t-il, un réseau de soutien en dépit de la distance. Elle écrit ainsi : « je vous remercie ma chere mere de la pitie que vous aves de moi et cet ma plus grande consolation de voir que vous me continuez vos precieuses bontés et mon cher père aussi ; mes affaires son toujours dans le même état37 » ou bien : « Je vous remercie ma chere mere de tant de tendresse que vous avez la bonté d’avoir pour moi et de la part que vous prenez à la triste vie que je mene mais il n’y a point de remède que la patience38. »

21Pour conclure, quelques réflexions.

22La perception de l’espace où l’on vit comme un espace fermé peut correspondre à une réalité spatiale, c’est-à-dire au confinement dans un lieu plus ou moins étroit, à l’impossibilité de sortir au grand air, etc. Toutefois, dans le cas de Marie-Anne Victoire de Bourbon, on a l’impression d’avoir surtout affaire à un sentiment de manque de liberté et de malaise psychique qui se double d’un malaise physique. Ceci semble naître de la perception qu’elle a d’être emprisonnée dans un système auquel elle ne s’identifie pas, obligée à mener une vie qui ne la rend pas maîtresse de son propre destin et du sentiment d’être isolée parmi des gens qui ne l’aiment pas, ne la comprennent pas, avec qui elle ne peut — ou ne veut — pas s’identifier.

23Dans ce contexte, il est intéressant de s’arrêter un instant sur le rôle et la fonction que peuvent jouer les lettres écrites par la princesse du Brésil à sa mère Elisabeth Farnèse et les réponses de celle-ci à sa fille, surtout quand on se souvient qu’il s’agit de deux femmes qui, malgré les liens de famille, ont à peine vécu ensemble. Lorsqu’on se considère en situation d’enfermement, la possibilité d’établir un contact hors du lieu où l’on se trouve devient une forme d’évasion et la simple possibilité d’existence de destinataires d’un message écrit peut ressembler, au moins au niveau fantasmatique, à un réseau de soutien. Bref, ces lettres ont permis à Marie-Anne Victoire de trouver un espace mental lui donnant l’occasion de verbaliser ce qu’elle ressentait et même de partager des expériences dont elle ne pouvait parler à personne dans son entourage.

24Finalement, la possibilité de parole concrétisée dans cette correspondance a ouvert un espace de proximité, faute d’intimité, entre ces deux femmes, qui a permis à l’une de s’évader de son lieu d’enfermement et, à l’autre, de maintenir le contact et d’accomplir son désir l’influence sur cette enfant dont elle s’était séparée trop tôt et qu’elle connaissait, au fond, assez mal.

Notes

1 Michel Antoine, Louis XV, Paris, Fayard, 1989 ; Simone Bertière, « L’Infante-Reine », Les Reines de France au temps des Bourbons, vol. III : La Reine et la favorite : Marie Lesczynska, Madame de Pompadour, Paris, Éditions de Fallois, 2000, p. 71-94.

2 Alfred Baudrillart, Philippe V et la Cour de France d’après des documents inédits tirés des archives espagnoles de Simancas et d’Alcala de Hénarès et des Archives du Ministère des affaires étrangères à Paris, vol. II. Philippe V et le duc d’Orléans, Paris, Firmin-Didot, 1890-1901.

3 Louis XIV, qui avait été le parrain de D. José, était représenté dans la cérémonie du baptême par l’abbé d’Orléans, alors ambassadeur de France à Lisbonne. Cf. Manuel Caetano de Sousa, História Genealógica da Casa Real Portuguesa, tome VIII, Lisboa, Régia Officina Sylviana, 1741, p. 185-186. Caetano Beirão, « Introdução », Cartas da Rainha D. Mariana Vitória para a sua Família de Espanha, Lisboa, Empresa Nacional de Publicidade, 1936, p. LIX-CXL.

4 Lettre du 27 octobre 1729, publiée par Caetano Beirão, op. cit., p. 59.

5 Lettre du 3 novembre 1729, publiée par Beirão, op. cit., p. 60.

6 Lettre du 13 septembre 1730, publiée par Beirão, op. cit., p. 71.

7 Lettre du 24 mai 1731, publiée par Beirão, op. cit., p. 80.

8 Lettre du 16 septembre 1731, publiée par Beirão, op. cit., p. 84 : « je sais quele dit quele ne veut pas nous soion amsamble jusuqe je sois famme mais on ma dit sela an secret ; mon Prince fait toujoir tou se quil peut mais vous saves bien que sela ne de pan pas de lui ».

9 Lettre du 29 novembre 1729. AHM Estado, Legajo 2557. Publiée par Beirão, op. cit., p. 88-89.

10 C’est ce qu’on peut déduire de passages tels que : « ma chaire mere vous pouves bien croire la pene que jai de netre pas avec mon Prince mais vous savez bien que je ne peux pas parler de cela ». Lettre du 27 mars 1732, publiée par Beirão, op. cit., p. 97.

11 Lettre du 27 mars 1732, publiée par Beirão, op.cit., p. 97.

12 « Mon tres chaire Père et ma tres chaire mere je ne vous peut pas espliquer la joit avec laquele je vous ecrit cette letre parce que le Roy me dit cand je lui baiser la main quil croie que le melleure présan qu’il me pouves faire éte de me metre des aujourd’hui avec mon chaire Prince, le Roy et la Reine mambrassere beaucoup et pleurire de joie tant que je ne vous peut pas espliquer ». Lettre du 31 mars 1732, publiée par Beirão, op. cit., p. 98.

13 « Je crois que je ne vous pourrai donner une plus agréable nouvelle que vous dire que j’ai trouvé cette nuit que j’étais déjà femme, mon Prince est fort content et la Reine aussi m’est venue visiter avec beaucoup de joie ». Lettre du 25 juin 1732, publiée par Beirão, op. cit., p. 102.

14 Lettre du 14 août 1736, publiée par Beirão, op. cit., p. 146 : « moi ses jours pases je ne me suit pas bien porte et a cause de cela les medesins mont ordone daler pour un mois a une quinta ».

15 Lettre du 11 Juin 1734, publiée par Beirão, op. cit., p. 124.

16 Lettre du 6 mars 1736, publiée par Beirão, op. cit., p. 139.

17 Bien que la date généralement admise pour le début de la maladie de Jean V soit l’année 1742, Marie-Anne Victoire écrit à sa mère dans une lettre du 22 avril 1740 : « Le Roy ut lundi passé une petite repetition de son acident on dit quil ne perdit les sens entierement. »

18 On trouve la description de la maladie du roi chez José Timóteo Montalvão Machado, Causas de Morte dos Reis Portugueses, Lisboa, s.n., 1974. Rui Bebiano (D. João V. Poder e Espectáculo, Lisboa, Livr. Estante Editora, 1982, p. 149) cite le texte manuscrit d’un contemporain, nommé Matoso, conservé à la Bibliothèque Municipale d’Évora : « em Maio de 1742, acabou el-rei por sofrer “um estupor que o privou dos sentidos, e ficou teso de toda a parte esquerda, com a boca à banda” ». (En mai 1742, le roi finit par souffrir d’une attaque qui le priva de ses sens, et tour son côté droit resta paralysé, et la bouche tordue).

19 Dans une lettre de 1742, publiée par Beirão (op. cit., p. 184), Marie-Anne Victoire écrit : « cet le Cardinal motta qui gouverne entierement elle ne fait que signer ce qu’il lui porte ». Le Cardinal João da Mota e Silva décéda en 1747. Cf. José de Castro, O Cardial Nacional, Lisboa, Divisão de Publicações e Biblioteca da Agência Nacional das Colónias, 1943.

20 Lettre du 2 mars 1735, publiée par Beirão, op. cit., p. 132.

21 Luisa Velandia commenta ainsi la séparation rigide des sexes qui se pratiquait à la Cour de Lisbonne en septembre 1730 : « el prinzipe cada dia mas galan com SA el ynfante dn Pedro no tiene lizenzia de su madre para sentrar en el cuarto de mi ama solo estan juntos en el cuarto de la Reyna o en el ayrado o tribunas el prinzipe ba y biene siempre que cuyere el ynfante dn franco bino anoche y di | jo a la reyna yna a berla princeza y la Reyna enbio a dezir a SA si queria pasar a su cuarto questaba el ynfante yo no se si aqui guardan las mugeres o los ombres en todas las tieras difrentes costumbres y modas ». AGS Estado, Legajo 7161. Sur la correspondance de cette dame cf. Elisabeth Hasse, « Maria Ana Victoria. Das Leben einer spanishen Infantin am portugiesischen Hof in den Briefen ihrer Zofe », in Grenzüberschreitende Familienbeziehungen. Akteure und Medien des Kulturtransfers in der frühen Neuzeit, Köln – Weimar – Wien, Böhlau Verlag, 2008, p. 239-252.

22 Lettre du mai 1736, publiée par Beirão, op. cit., p. 142.

23 Lettre du 26 juillet 1742, publiée par Beirão, op.cit., p. 187.

24 Lettre du 19 Juillet 1736, publiée par Beirão, op. cit., p. 145.

25 Lettre du 24 août 1737, publiée par Beirão, op. cit., p. 159.

26 Lettre du 28 juillet 1737, publiée par Beirão, op. cit., p. 157.

27 Lettre du 11 août 1739, publiée par Beirão, op. cit., p. 168.

28 Marie-Anne Victoire écrit, par exemple : « Moi je me porte pas trop bien ses jours sis […], je suis fort melancolique ; seulement ce qui me diverti et ma lecsion de musique et je me fatigue beaucoup en marchant ; quelque chose le cœur me bat enfiniment. » Lettre du 5 décembre 1736, publiée par Beirão, op. cit., p. 151-152.

29 Lettre du 4 juin 1738, publiée par Beirão, op.cit., p. 162.

30 Lettre du 13 mai 1738, publiée par Beirão, op.cit., p. 161.

31 L’intervention d’Elisabeth Farnèse en faveur de l’infante est notifiée, par exemple, dans une lettre du 24 août 1737, publiée par Beirão (op.cit., p. 158-159). Marie-Anne Victoire y remercie sa mère de ses diligences : « je vous remercie infiniment de ce que vous me dites que vous faire pour moi can votre ambassadeur viendra je crois bien de la bonté que vous aves pour moi que vous voudres bien me soulager un peu car la vie conmene ici et la plus triste du monde ». De la même manière, dans une lettre du 3 août 1739, publiée par Beirão (op.cit., p. 167), elle écrit : « je vous remercie aussi de la bonté que vous aves de vouloir bien que je vous ecrive longuement et de masurer me pouvoir soulager ».

32 Lettre citée par le Visconde de Santarém, Quadro elementar das relações políticas e diplomáticas de Portugal com as diversas potências do mundo desde o princípio da monarchia portugueza até aos nossos dias, ordenado e composto pelo Visconde de Santarém, Paris, J. P. Aillaud, 1842-1869, vol. V, note 1, p. CLXXVI.

33 La Princesse se réfère à la station thermale de Caldas da Rainha, près de la ville du même nom.

34 Lettre du 26 mars 1743, publiée par Beirão, op. cit., p. 200-201.

35 Lettre du 3 avril 1735, AHN Estado Legajo 2615.

36 Lettre du s. d. 1742, publiée par Beirão, op. cit., p. 185.

37 Lettre du s. d. 1742, publiée par Beirão, op. cit., p. 185.

38 Lettre du 23 avril 1743, publiée par Beirão, op. cit., p. 205.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search