Version classiqueVersion mobile

Rythmes. Histoire, littérature

 | 
Marie Blaise
, 
Alain Vaillant

Dossier. La recherche dix-neuviémiste et les nouvelles technologies

Après la Révolution.com

Les études dix-neuviémistes et Internet

Emmanuelle Cullmann

Texte intégral

1Il semble désormais impossible, dès qu’une réflexion s’amorce sur un domaine de recherche, d’éluder les questions posés par ce « nouvel » outil. Des espoirs immenses soulevés par la numérisation croissante de textes au désarroi des internautes un peu perdus dans la masse d’information proposée, mais aussi des tentatives de réglementation — stagnant trop souvent à l’état de propositions en quête de réalisation — aux premiers projets, entre espoirs donc et agacement : on sent bien que c’est là qu’est la rose, que c’est là qu’il faut danser, mais les pas semblent bien difficiles à apprendre…

  • 1 La collection « Écritures électroniques », dirigée par Béatrice Didier et Nathalie Ferrand, chargé (...)
  • 2 C’est-à-dire la « Société d’analyse de la topique romanesque », fondée en 1986 à Paris par Nicole (...)
  • 3 Localisée à Paris III, « Hubert de Phalèse est une équipe de recherche fondée en 1989 par Henri Bé (...)

2Les études littéraires s’intéressent de très près à l’informatique, témoins la nouvelle collection « écriture électronique » aux PUF1, et des projets d’envergure comme SATOR2 ou Hubert de Phalèse3. Mais la problématique « informatique — ou électronique — et littérature », ne se confond pas exactement avec celle de l’internet, qui elle se découpe sur fond d’enjeux démocratiques et communicationnels, pour ne citer que les plus débattus. Les deux problématiques sont passablement distinctes. Personne ne remet en question les progrès immenses permis par l’usage de l’informatique dans les études littéraires — même si certaines voix s’élèvent qui redoutent que la nouveauté technologique ne finisse par faire oublier l’objet. Qu’en est-il d’Internet ? Bien sûr, c’est cet immense réseau d’information, accessible de partout. Reste à savoir quelle information. Reste à penser sa fiabilité, son accessibilité en termes de classement, de visibilité… « Un livre mal rangé est un livre perdu » peut-on lire dans de nombreuses bibliothèques. On serait tenté d’afficher cette mise en garde sur toute page d’accueil. On serait tenté parfois aussi de se demander si le fond est bien satisfaisant.

Une recherche

3Dialogue surpris dans un délicieux petit café — puisqu’il est de tradition de discuter dans de délicieux petits cafés :

  • Je viens de finir *** de ***, j’aimerais avoir de plus amples informations sur les circonstances de rédaction.
  • Tu as regardé sur Internet ?

4En fait, du néophyte au « professionnel » de la littérature, Internet s’impose de plus en plus parmi les réflexes élémentaires pour tout travail de recherche.

5Mais est-ce vraiment un nouveau lieu ? Ou un pèlerinage obligé ?

6Reprenons ce dialogue surpris et remplissons les blancs : « Je viens de finir La Cousine Bette de Balzac, et… »

7Notre lecteur n’est pas totalement novice : il cherche une information un tant soit peu spécifique, et a une pratique régulière d’Internet. De n’importe quel terminal — car c’est là un des principaux avantages d’Internet que de pouvoir être consulté depuis n’importe quel lieu équipé d’un ordinateur et d’une connexion —, il consultera un moteur de recherche réputé pour sa fiabilité, et je suggère ici Copernic — téléchargeable gratuitement à l’adresse www.copernic.com — qui combine plusieurs moteurs de recherche et classe les résultats par ordre supposé de pertinence.

8Entrons « Balzac » : le lecteur était distrait mais les 64 résultats proposés le rappellent vite à l’ordre. Il va falloir être plus précis. Pourtant le chiffre est faible, et en dehors d’un site consacré à un cabinet d’avocats, les liens fournis renvoient tous à l’auteur, ce qui est avantageux par rapport aux résultats qu’aurait pu fournir un moteur non sélectif.

9Avec « La Cousine Bette », 74 résultats… L’affaire se complique, et toujours rien qui ressemble de près ou de loin à une étude des circonstances de rédaction : chaque lien s’accompagne de quelques mots, résumé parfois, phrase contenant le mot ou la suite de mots cherchée le plus souvent, ce qui est supposé permettre d’opérer un premier tri. À moins d’ouvrir les 74 liens.

10En critères croisés, « Balzac » et « La Cousine Bette » : 54 liens, c’est mieux. 10 de moins que sur la première recherche. 20 par rapport à la seconde. Et pas nécessairement les mêmes.

11Un peu agacé, le lecteur a parcouru la liste de résultats, trouvé plusieurs liens morts, découvert qu’il pouvait voir un film tiré de l’œuvre de Balzac — de la télévision luxembourgeoise, malheureusement —, acheter le roman qu’il a en mains sur trois sites différents, mais aussi en obtenir plusieurs versions numérisées, correspondant à plusieurs éditions. Dont de toutes façons il n’aura pas les notes, droits d’auteur oblige.

12Pas encore découragé, il tente de consulter son bookmark (ou répertoire de liens, liste de favoris), se souvenant d’avoir trouvé lors de navigations antérieures des informations majeures sur Balzac qui pourraient peut-être l’éclairer. En internaute méthodique, il a tenté de classer les liens qu’il a précédemment enregistrés selon différentes catégories. Dans le sous-dossier « littérature », il consulte la section xixe. Mais comment différencier « littérature du 19e » de « littérature française du 19e »… ou bien était-ce « le 19e siècle » ?

13Que souhaitait ce futur amoureux de Balzac que n’importe quelle édition critique un tant soi peu sérieuse ne lui aurait pas fourni ?

14C’est une question que l’on finit par se poser assez souvent, après avoir en vain passé des heures à « surfer ». Et l’on se surprend — mais on ne l’avouerait pour rien au monde — à rêver d’une bonne petite bibliothèque bien classée, par rubriques, familière, chaque ouvrage disposant d’une tranche bien lisible et d’une quatrième de couverture explicite.

15Après cette longue introduction qui se voulait ludique, je voudrais tenter un petit état des lieux et une ébauche de synthèse des problèmes posés par la recherche littéraire sur Internet — problématique qui n’est pas toujours spécifique aux études littéraires — et des solutions proposées.

Les ressources disponibles

16Il y a des sites passionnants. Mais aussi une sorte de paradoxe : les grands auteurs, les figures majeures sont finalement moins représentés, proportionnellement, que des auteurs considérés comme mineurs ou secondaires. Il y a là à voir avec l’aspect homemade d’Internet : les grands font peur, les plus petits se prêtent à toutes les tentatives. De fait, l’information peut tout aussi bien se trouver sur des sites d’institutions reconnues que sur des sites personnels, et ce n’est pas là un des moindres problèmes que cette prolifération qui n’assure pas toujours la fiabilité.

1. Les textes numérisés

  • 4 Pierssens Michel, « Le xixe siècle et l’Internet », Dix-neuvième siècle, n° 26, novembre 1997, p. (...)

17C’est un des premiers avantages d’Internet que de proposer un large choix de textes numérisés. Les études dixneuviémistes sont dans ce domaine les plus favorisées, par rapport aux autres siècles, cela grâce à plusieurs facteurs que rappelait Michel Pierssens en 1997 : l’abondance de la production éditoriale au xixe siècle, la continuité typographique avec les usages contemporains, la disponibilité des ouvrages dans les bibliothèques et sur le marché du livre ancien, la liberté de reproduction. Les ouvrages des périodes antérieures présentent en effet le handicap d’une plus grande difficulté pour la numérisation et la nécessité d’une révision manuelle plus complexe, sans parler d’une moins grande accessibilité. Quant aux ouvrages contemporains, les contraintes du droit d’auteur limitent très souvent leur exploitation informatique4.

18On peut penser ici par exemple à la décision prise par la Direction juridique des éditions Gallimard, rendant impossible la consultation des textes de Louis-Ferdinand Céline sur le site http://perso.infonie.fr/​garp01. Et Michel Pierssens de conclure sur une note d’optimisme : « Il est donc permis de penser que l’ère de l’internet va représenter un formidable atout de développement pour la recherche sur le xixe siècle, dont un nombre considérable de textes sont d’ailleurs déjà disponibles » (ibid, p. 3)

19De fait, le projet Gallica (http://gallica.bnf.fr) — véritable et ambitieux projet pour le xixe siècle — regroupe déjà des millions de pages, certaines en mode texte, d’autres en mode image, y compris d’ouvrages rares. Le site est bien souvent saturé, et il faut une grande patience pour parvenir à télécharger l’intégralité d’un ouvrage, mais quel plaisir que d’avoir à disposition, par exemple, et cela dans un format relativement léger, Le Livre des Cent-et-un, ou d’accéder à la Revue des Deux-Mondes.

20 Internet abonde de curiosités, et c’est précisément un de ses atouts majeurs que de proposer des textes qui n’auraient pu trouver d’éditeurs ailleurs, grâce au faible coût de la mise en ligne et à l’explosion des initiatives personnelles et passionnées5.

  • 6 Oliver Andrew, « Du bon usage des textes électroniques : lesquels ? », Texte, Toronto, numéros 13/ (...)

21Si l’enthousiasme affleure, des progrès restent à faire : ainsi, quand on trouve plusieurs versions d’un même texte, d’autres, pourtant majeurs, restent absents. On souhaiterait aussi que les ouvrages rares considérés pourtant comme importants pour les études dixneuviémistes — on pense par exemple aux Français peints par eux-mêmes soient présents sur Internet. D’autre part, les textes proposés ne sont pas toujours fiables. On renvoie à l’article d’Andrew Oliver, « Du bon usage des textes électroniques : lesquels ? »6, avec en contrepoint les différentes tentatives pour échafauder des protocoles scientifiques fiables.

22Reste un autre problème, qui est loin d’être indifférent pour la recherche : comment concilier la mise en ligne d’un texte et la constitution d’un appareil critique cohérent ?

  • 7 Sur cette question, cf. les « Minutes des Rencontres de BIBLIO-FR » tenues à l’Université de Caen, (...)

23On ne peut trouver en ligne d’éditions critiques, pour des questions de copyright : si le texte est libre de droits, le livre en tant que tel, avec sa mise en page, son appareil critique, est soumis au copyright7. Cela ne peut que compliquer l’utilisation des résultats par le chercheur qui en général travaille sur une édition de référence. Ainsi des recherches balzaciennes : Étienne Brunet reproduit la pagination Pléiade pour des citations d’extraits, mais le texte complet n’est pas disponible, de manière linéaire, et tous les romans de La Comédie humaine ne font pas partie du corpus — sans parler des œuvres divers et des romans de jeunesse.

2. Documents

24Dans les domaines autres que l’accès aux textes, la recherche reste trop souvent frustrante : peu de bibliographies, et celles qui existent restent lacunaires, peu de biographies exploitables, peu d’études… Quel chercheur débutant sur Internet n’a pas eu de ces fausses joies qui consistent à trouver un lien incluant les références exactes d’un article, frémir de plaisir à l’idée de le lire de suite pour découvrir qu’il s’agit d’un simple renvoi bibliographique ? Le privilège reste avant tout généralement au livre, et quand on demande au livre s’il consentirait à se mettre en ligne, il hésite et recule.

  • 8 Domaine un peu à part, mais au domaine des succès, la chronologie du second xixe siècle proposée p (...)

25Si l’on peut trouver un bon nombre de bibliographies sommaires, qui sont comme un premier niveau et une initiation, il faudrait souhaiter qu’elles soient doublées d’un second niveau, constamment mis à jour — puisque c’est là un des atouts majeurs d’Internet — autorisant l’exhaustivité et des recherches très fines, y compris à critères croisés. Les lacunes sont importantes. Une chose aussi majeure et « évidente » pour un balzacien, par exemple, que les articles de L’Année balzacienne, n’est pas présente intégralement (les PUF ne proposent sur leur site que quelques numéros, et le sommaire est consultable par année, ce qui interdit une recherche affinée rapide)8.

26Force est de constater que pour le moment, les bibliographies de référence sont essentiellement disponibles sur CD-ROM, ou par minitel, ce qui dans les deux cas restreint l’accessibilité. Même chose pour ce qui est des thèses en cours et publiées.

27Quant à l’iconographie elle reste souvent décevante. Il n’est pas question d’envisager Internet comme un outil à vocation ludique. Mais sans que cela entame sa légitimité, on attendrait précisément qu’il développe sa spécificité, les possibilités offertes par le multimédia.

28Pour ce qui est des travaux en ligne, on l’annonçait, on va de frustration en frustration, notamment quand il s’agit des auteurs que l’université revendique. Rien ou presque. Les initiatives individuelles qui font vivre le réseau — du bon et du moins bon, il faut le reconnaître — semblent effrayées par les monuments de la littérature, et s’expriment plus volontiers sur des auteurs négligés ou sur des auteurs contemporains, dans une sorte de réactivité immédiate. Se pose pour les travaux d’envergure la question des droits d’auteur et du copyright. Quand bien même un auteur accepterait de voir ses travaux mis en ligne, sa maison d’édition possède le copyright.

29Les projets se multiplient qui, tenant compte des difficultés financières de l’édition universitaire — de la recherche universitaire dans l’ensemble —, proposent à l’avenir que les revues se mettent en ligne : on consultera par exemple le projet de Marianne Pernoo-Becache, « Solutions pour aider les revues à se mettre en ligne » sur http://www.ifrance.com/mp1000/ADELFI3.htm, et la liste de liens qu’elle propose à http://membres.tripod.fr/Marianne/revues.html, ou le projet revues.org, qui voit déjà quelques réalisations dans le domaine des sciences sociales (www.revues.org). Marin Dacos, fondateur de la revue, dans un passionnant article intitulé « Le Numérique au secours du papier », fait le point sur l’édition électronique et l’information scientifique, cela à partir de l’Histoire mais la réflexion s’applique tout aussi bien aux études littéraires (http://www.revues.org/​cahiers-histoire/​1-1999/​02-1-1999b.html). Stefan Sinclair (http://qsilver.queensu.ca/​french/​Confs/​Lil97/​StefanSinclair.html) va jusqu’à proposer des colloques informatisés pour réduire les coûts et d’organisation et de publication. Le système du « pay per view » se présente pour beaucoup comme l’avenir, quand on ne propose pas tout simplement de ne prendre en compte que la nécessité de renvoyer à ses sources, pour une libre-circulation des idées. Certaines revues se mettent ainsi en place, dont l’existence est essentiellement online, on pense par exemple à Romantism On The Net, à l’adresse http://users.ox.ac.uk/​~scat0385/​. Dire que le monde anglo-saxon — avec la place du Canada — a une avance considérable dans le domaine de la mise en ligne est plus qu’un poncif — bien vérifié.

3. Équipes de recherche, annuaires

30De plus en plus d’universités proposent en ligne l’annuaire de leurs chercheurs : l’arrivée de l’e-mail a cela de bon que le dialogue est direct sans mettre en danger le privé et l’intime. Si cela ne peut qu’aller dans le sens d’un enrichissement et d’une plus grande spontanéité des rapports entre chercheurs, on attend encore l’annuaire des annuaires, qui permettrait également une recherche par critères d’intérêt.

4. Les listes de diffusion

  • 9 Appellation reprise par un site au demeurant fort intéressant (http://www.ifrance.com/ril/) ayant (...)

31Dans le même esprit — favoriser l’échange entre chercheurs ou amateurs, collaborer à l’établissement d’une sorte de nouvelle République des Lettres9 — on trouve de nombreuses listes de diffusion. Le site « francolistes » (http://www.francopholistes.com) propose de recenser toutes les listes de diffusion francophones. De manière générale, les utilisateurs des listes de diffusion disent leur déception, notamment parce qu’il apparaît que soit il ne se passe rien, soit l’on croule sous des dizaines de messages quotidiens, dont l’intérêt — avec ou sans modérateur — n’est pas hiérarchisé. Peut-être faudrait-il envisager des listes très spécialisées, comme c’est le cas par exemple avec la liste « Paul Gadenne et le roman des années cinquante ». On découvrira ainsi avec surprise que la liste Balzac-l (balzac-l@cc.umontreal.ca) ne parle que très accessoirement de Balzac… elle est en réalité très large puisqu’elle prend pour sujet les « littératures française, québécoise et francophones ».

32Il faut pourtant insister sur le fait qu’il appartient précisément aux utilisateurs de la liste de lancer et d’alimenter des débats de qualité.

La lisibilité de l’information

33La majorité des problèmes évoqués tient en fait à la difficulté de s’orienter, de parvenir rapidement à l’information demandée, et d’estimer la validité du résultat trouvé.

1. Quel public ?

  • 10 Wolton Dominique, Internet et après ? une théorie critique des nouveaux médias, Paris, Flammarion, (...)

34Dans son livre Internet et après ? une théorie critique des nouveaux médias10, Dominique Wolton resitue Internet par rapport à la notion de média, selon le schéma d’une situation de communication :

Avec le Net, on est du côté de l’émission, de la capacité de transmission sans réflexion a priori sur le récepteur qui peut être n’importe quel internaute dans le monde. À l’inverse il ne peut y avoir de média que s’il existe une certaine réflexion sur ce que peuvent être la demande et le public. Le rapport au public n’est donc pas d’abord une donnée technique, mais un choix parmi des conceptions différentes de la communication. La radio et la télévision ont été d’emblée pensées comme des médias avec un projet de communication vers un public, tandis que le Net se pense d’abord par rapport à ses capacités techniques de transmission. (p. 104)

35Et de conclure que « pour l’essentiel, le Net n’est pas un média » — même s’il est « un formidable système de transmission et d’accès à un nombre incalculable d’informations » (p. 105). L’internet obéirait essentiellement à une logique marchande. Dominique Wolton distingue de plus communication fonctionnelle et communication normative, l’une de l’ordre de la nécessité et l’autre de l’ordre de l’idéal.

36Ce rapide — trop rapide — balisage théorique crée une sorte de malaise. Quelle peut être la place des études littéraires dans ce paysage ?

37Il apparaît que les différents sites existant sont trop souvent victimes de ces contradictions : hésitant sur le public à toucher, hésitant sur l’information qu’on veut lui proposer (sur le type d’information même) on trouve tout et n’importe quoi, sans hiérarchie. Une interrogation, telle que celle que l’on présentait plus haut en manière de jeu, mélange tous les niveaux, ce qui remet en question l’efficacité de la recherche et la satisfaction du chercheur. Et pour appuyer cette idée, on citera en contre-point l’excellent site d’Etienne Brunet qui, se présentant comme une étude lexicologique sans compromis, pourrait-on dire, destinée à un public de spécialistes, atteint parfaitement son but et remplit ses promesses quand tant d’autres sites tâtonnent.

38Les universités commencent à trouver leur style, mélangeant programmes de cours, annonces de manifestation, articles, bibliographies, etc. selon une arborescence claire — que tout renvoi à la page en question devrait prendre en compte.

39Parmi les questions à poser figurerait donc la plus évidente mais aussi peut-être une des plus difficiles, quant à la méthodologie

  • 11 Un public scolaire n’a pas les mêmes attentes qu’un public universitaire : si l’usager mû par la l (...)

40— à la présentation — comme quant à l’idéologie : quel public les projets en rapport avec la littérature du xixe siècle souhaitent-ils toucher à travers l’internet ? La question est d’autant plus sensible pour ce siècle qu’il est le plus représenté dans l’éducation secondaire. Au fond, cette question du public devrait présider à toute mise en ligne, en liaison étroite avec les contenus mis en ligne, et surtout être intégrée dans les résultats fournis par les moteurs de recherche11.

2. Lisibilité des résultats

41Si l’on considère Internet comme un véritable répertoire d’informations — et il est possible d’y voir aussi un terrain ludique, riche potentiellement en même temps de découvertes, les deux logiques n’étant pas en totale contradiction depuis que les sites réputés sérieux ont renoncé à l’austérité —, il faut que ces dernières soient exploitables pour un maximum de rentabilité, c’est-à-dire identifiables et sûres.

42Tentons de faire une synthèse rapide — et probablement très lacunaire — des difficultés.

  • On est souvent confronté à des documents de provenance a priori invérifiable, question de statut et de légitimité qui fait que se multiplient aux États-Unis des ouvrages du type Authoritative Guide to Evaluating Information on the Internet12 ;
  • il y a de plus une évidente difficulté à identifier le contenu des sites proposés, à moins de les explorer en détail, ce qui, vu le nombre de résultats fournis à chaque requête, promet un travail titanesque — et non nécessairement récompensé — contraire à la vocation affichée de « rapidité » du Net ;
  • ce qui renvoie à un double problème : noms des pages (noms de domaine, plus largement) et sommaire descriptif suffisamment explicite, de manière à ce qu’un répertoire de liens renvoie logiquement à des contenus ;
  • liens qui devront aussi être permanents (l’horreur des liens déliés…), ce qui suppose la constitution d’archives à leur tour logiquement et lisiblement classées.

43À chaque site il faudrait, on le disait, son titre, sa quatrième de couverture, et la confiance qu’inspire une sérieuse et ancienne maison d’édition.

3. Les sites portails : une solution… à venir

  • 13 Pour les répertoires consacrés proprement au xixe siècle, et parmi les initiatives les plus intére (...)

44Ce qui manque, au fond, c’est une sorte de filtre qui classe, hiérarchise, choisisse et préfère… un travail d’autorité scientifique, de regroupement, de présélection, de présentation… À savoir ce que de nombreux sites proposent déjà sous le titre général de « liens » ou « liens choisis » : bookmarks en ligne, listes de liens… Et portails. Ces derniers venus promus enfants prodiges se proposent de regrouper des liens selon les centres d’intérêts des utilisateurs. Les plus visibles actuellement sont les portails féminins — et il faudrait réfléchir sur les nouveaux découpages identitaires induits par ce type de choix —, mais pour en revenir à notre sujet, on trouve déjà des ébauches de portails littéraires13. Émanant essentiellement d’universités, ce qui résout la question de la légitimité de l’autorité supposée fournir une légitimité aux sites présentés. Et ne lasse pas d’être questionnant quant à notre faculté à importer systématiquement les critères les plus anciens dans ce qui est supposé être innovation radicale.

45Ces initiatives sont fort profitables en ce qu’elles permettent des découvertes inattendues et surtout d’accéder plus rapidement à des sites réputés fiables et riches. Mais, puisqu’il y a toujours un « mais », le plus souvent on reste un peu sur sa faim : que faire de tous ces liens ? à céder au fantasme — généré par la navigation — même, en réalité — de l’exhaustivité, ces sites finissent par présenter des listes infinies qui reconduisent dans un domaine précis le problème que posaient les moteurs de recherche classiques — et qui de plus souffrent d’un manque de classement rigoureux. Généralement, le schéma est le suivant : la page répertoriant les liens — commentés dans le meilleur des cas — est constituée de différentes rubriques de type « genre », « période », « auteur ». Chacune a sa petite touche personnelle, selon l’orientation du site, privilégiant tel ou tel axe — générique, chronologique, alphabétique… — qui commande ensuite la typologie. Certaines croisent les critères. Mais dans cet effort, on remarque trop souvent que, par souci d’éviter les redites, des entrées sont incomplètes, et les rubriques « autres » — nommément désignées ou non — concentrent bien souvent le plus grand nombre de liens. Parfait pour une découverte, mais encore insuffisant pour une recherche efficace.

46Les études dix-neuviémistes devraient s’inspirer de sites à vocation lucrative (sites qui tirent leurs revenus de leur fréquentation grâce à des bannières de publicité, pour l’essentiel) comme auteurs. net que l’on citait en note, qui accompagnent tout lien d’un commentaire, d’une critique, d’une description et d’une note, selon un principe d’organisation que l’on peut juger rudimentaire mais qui a le mérite d’être clair. Investissement de temps et d’énergie considérable mais réalisable si l’on envisage une véritable collaboration de tous. Il y a aussi cet idéal communautaire dans Internet.

47Le principe selon lequel « Qui aime bien châtie bien » dictait toutes ces observations. Et de fait, qui se soucierait de critiquer, si ce n’est pour améliorer ? Chaque critique se doublait donc de renvois à des solutions possibles et de grands espoirs dans les futures potentialités de l’internet, comme véritable outil de communication et de diffusion de l’information.

Vers des protocoles

48De plus en plus d’organismes et d’institutions se penchent sur la question de la réglementation et d’une « conscientisation » des usagers comme des créateurs de sites. Il n’est pas toujours facile de se repérer dans les organigrammes, les champs décisionnels se croisent : initiatives particulières type loi de 1901, projets institutionnels, et là-même l’autorité n’est pas toujours clairement identifiable. Répondant au flou du statut de l’internet, la multiplicité des partenaires convoqués va dans le sens de ce que montrait Dominique Wolton, à savoir l’hésitation entre les différentes fonctions, les différents statuts.

49Le PNER, Programme de numérisation pour l’éducation et la recherche (http://www.pner.org), confié par le ministère de l’Éducation nationale à la fondation Maison des Sciences de l’Homme, réunit des partenaires publics et privés pour « un travail de réflexion et de proposition sur les usages et besoins de documents numériques pour l’enseignement et la recherche. Il vise à établir des cahiers des charges juridiques, techniques et éditoriaux en vue d’un dispositif d’offre de ressources numériques en ligne. » Il promet d’être achevé en 2001. On trouve là une très abondante documentation, de nombreuses études… et le tout finit par pêcher par souci d’exhaustivité.

50Le Catalogue critique des ressources critiques sur Internet (C.C.R.T.I. — http://inalf.ivry.cnrs.fr/​ccrti/​index.htm), plus modeste mais aussi plus efficace dans l’immédiat, est une initiative de l’Institut national de la langue française (INaLF — C.N.R.S.) et se donne pour but « d’aider les internautes en quête de textes littéraires en langue française à sélectionner, parmi les nombreux sites qui diffusent des ressources textuelles en ligne sur la Toile, ceux qui présentent les caractères les plus sérieux tant sur le plan du traitement éditorial que numérique des textes. » et propose d’ores et déjà une sélection de liens qui répondent aux critères énoncés (http://inalf.ivry.cnrs.fr/​ccrti/​lien.htm). Sélection qui, du fait même de la rigueur de sélection, est encore bien pauvre : deux liens pour les études dix-neuviémistes.

51D’un autre côté, Internet a déjà acquis, presque sui generis, un statut de référence exploitable grâce aux efforts entrepris en matière de copyright (tout le monde a à gagner dans des jurisprudences claires dans ce domaine, et la logique commerciale a accéléré le processus), de réglementation de l’usage citationnel, mais aussi grâce à l’effort de non caducité des liens.

52Tentatives nationales, internationales (et l’harmonisation mondiale est absolument indispensable dans ce domaine), commerciales, privées, publiques… Il s’agit pour le bénéfice de tous de parvenir rapidement à l’établissement de protocoles clairs — d’un protocole clair, en réalité mais qui soit la véritable et unique référence, communément admise et intégrant des balisages universels.

53Et il s’agit aussi sans doute, par là-même, de créer un vrai média.

54L’internaute en mal de « Cousine Bette » attend encore LE document-maître. Qui lui épargnerait des recherches… À force de parler de révolution, de simplicité, de rapidité, d’efficacité, quant il s’agit de l’internet, on oublie peut-être que tout savoir est à construire. Et qu’un réseau, si abouti soit-il, ne peut remplacer l’acquisition de compétences.

Notes

1 La collection « Écritures électroniques », dirigée par Béatrice Didier et Nathalie Ferrand, chargée de recherche au C.N.R.S. et membre de la SATOR, se propose d’étudier les « apports théoriques, méthodologiques et pratiques des nouvelles technologies dans le domaine des sciences humaines et de la littérature en particulier », et comprend parmi les titres parus : Dictionnaires et nouvelles technologies, par Jean Pruvost ; Banques de données et hypertextes pour l’étude du roman, par Nathalie Ferrand ; Introduction aux études littéraires assistées par ordinateur, par Michel Bernard, un des membres fondateurs du Centre de recherches Hubert de Phalèse. Les PUF consacraient leur dossier du mois d’octobre 2000 à « texte, culture et électronique » (http://www.puf.com). On pourra aussi consulter en ligne sur le sujet « Recherche littéraire et informatique », L’astrolabe www.uottawa.ca/academic/arts/astrolabe/

2 C’est-à-dire la « Société d’analyse de la topique romanesque », fondée en 1986 à Paris par Nicole Boursier (Canada), Henri Coulet (France) et Eglal Henein (USA). « La Société d’analyse de la topique romanesque (SATOR) est une entreprise internationale qui travaille à la constitution d’un thésaurus informatisé de topoi tirés des romans français antérieurs à 1800. Réunissant des chercheurs de plusieurs pays, la SATOR offre actuellement deux Centres, l’un combinant les universités McMaster, Queen’s et de Toronto (province d’Ontario, Canada), l’autre à l’université de Montpellier III (France) et un centre associé à l’université d’Amsterdam (Pays- Bas) » annonce le site http://www.chass.utoronto.ca/french/sator/

3 Localisée à Paris III, « Hubert de Phalèse est une équipe de recherche fondée en 1989 par Henri Béhar (directeur), Michel Bernard, Jean-Pierre Goldenstein, Pascal Mougin, et Patrick Rebollar. [Sa] mission est de développer les études littéraires assistées par ordinateur et de diffuser ces nouveaux savoirs. » (http://www.cavi.univ-paris3.fr/phalese/hubert1.htm) L’une des principales réalisations porte sur l’oeuvre de Lautréamont.

4 Pierssens Michel, « Le xixe siècle et l’Internet », Dix-neuvième siècle, n° 26, novembre 1997, p. 3. Cet article fournit une liste précieuse de sites de références dont la plupart sont encore valides — preuve que les bons sites demeurent.

5 On citera par exemple la bibliothèque de Lisieux (http://www.bmlisieux.com/ sommaire.htm) ; Athéna (http://un2sg4.unige.ch/athena/html/fran_fr. html) ; le surprenant « antre littéraire » (http://www.multimania.com/almasty/ lit.htm) ; la « Bibliothèque universelle » (http/:/abu.cnam.fr/) ; ClicNet (http://www.swarthmore.edu/Humanities/clicnet/litterature/sujets/XIX.html).

6 Oliver Andrew, « Du bon usage des textes électroniques : lesquels ? », Texte, Toronto, numéros 13/14, 1993. Un article synthétisant cette question et traitant plus particulièrement de l’exemple de Balzac sur internet est disponible dans « Chronique — Le xixe siècle et recherches sur Internet », à l’adresse http://www.chass.utoronto.ca/french/xix/chronique/ chronique.html

7 Sur cette question, cf. les « Minutes des Rencontres de BIBLIO-FR » tenues à l’Université de Caen, 3-6 avril 1998, http: //www.info. unicaen.fr/bnum/biblio-fr/rencontres98/minutes/

8 Domaine un peu à part, mais au domaine des succès, la chronologie du second xixe siècle proposée par Patrick Rebollar, riche et plaisante, exploite les ressources de l’informatique, et ne cesse de croître : http://www.twics.com/~berlol/chrono/chrono2.htm

9 Appellation reprise par un site au demeurant fort intéressant (http://www.ifrance.com/ril/) ayant entre autres un répertoire de liens — la nouvelle République des Lettres, mérite d’être pensée, en nouveaux Érasme connectés…

10 Wolton Dominique, Internet et après ? une théorie critique des nouveaux médias, Paris, Flammarion, 1999. Pour une vue générale de cet ouvrage, on peut se reporter à la critique de Libération, suivie d’un entretien avec l’auteur.
http://www.liberation.com/multi/actu/semaine990315/art990320a.html

11 Un public scolaire n’a pas les mêmes attentes qu’un public universitaire : si l’usager mû par la logique d’une découverte plaisir est comblé par un site comme auteurs.net, le chercheur reste sur sa faim.

12 Cooke Alison, Authoritative Guide to Evaluating Information on the Internet, New York, Neal-Schuman Publishers, 1999, « Neal-Schuman Netguide Serie ».

13 Pour les répertoires consacrés proprement au xixe siècle, et parmi les initiatives les plus intéressantes, on peut se reporter au site de l’Université de Liverpool, par Tim Unwin, http://www.liv.ac.uk/www/french/dix-neuf/ qui est probablement ce qui s’approche le plus de la notion de « portail », regroupant liste de discussion, actualités et annonces, bibliographies, etc., ou à son miroir sur le site de l’Université de Toronto http://www.chassutoronto.ca/french/sable/dix-neuf/
Un fort complet répertoire de liens se trouve à l’adresse http://globegate.utm.edu/french/globegate_mirror/19.html
Le répertoire de liens le plus clair et le plus complet est sans doute celui de Marianne Pernoo-Becache, qui englobe les études littéraires en général et a l’avantage de distinguer les types d’information :
http://membres.tripod.fr/Marianne/Marianne_Pernoo.html.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search