Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Rythmes. Histoire, littérature

 | 
Marie Blaise
, 
Alain Vaillant

Dossier. La recherche dix-neuviémiste et les nouvelles technologies

(R)évolution dans la recherche

Marie-Ève Thérenty

Texte intégral

1Sommes-nous les témoins et les acteurs d’une révolution de la recherche ? Devons-nous nous préparer à une mutation fondamentale dans nos façons de travailler et d’envisager notre rapport au savoir ? Il est légitime sans doute de se poser cette question devant l’apport de plus en plus évolutif des nouvelles technologies : CD-ROM, sites internet, livres numériques… En quelques années, nous venons effectivement de vivre ce qui ressemble extérieurement à un séisme culturel. Munis d’ordinateurs portables, nous communiquons à l’aide de courriers électroniques, nous avons abandonné le papier pour la mémoire informatique et nous regardons celui qui ne s’adapte pas à ses mœurs comme un dinosaure culturel, un gardien du temple à empailler ou à mettre sous verre, dernier vestige d’une civilisation disparue.

  • 1 Marianne Pernoo-Bécache a publié dans la bibliographie annuelle du dix-neuvième siècle éditée chez (...)

2Que de changements notamment dans le monde dix-neuviémiste ! Des sites Internet1 se sont développés offrant des textes de plus en plus rares, difficilement accessibles en bibliothèque et qui se trouvent aujourd’hui à portée d’ordinateur : ainsi le site Gallica de la Bibliothèque nationale de France propose-t-il des trésors fascinants qui peuvent susciter chez le chercheur des émotions de bibliophile. Difficile de résister à la tentation de tout télécharger — l’opération s’avère d’ailleurs méritoire car elle prend du temps et il lui arrive même d’échouer... Mais une fois la période de cristallisation achevée, des frustrations risquent de s’élever : pourquoi Le Livre des Cent-et-un et pas Les Français peints par eux-mêmes, pourquoi la Revue des deux Mondes et pas la Revue de Paris ? On se découvre rapidement devant une bibliothèque virtuelle, soumis intellectuellement au règne de l’arbitraire d’un autre, conservateur ou chercheur. D’autre part, Chateaubriand, Dumas, Balzac trônent maintenant en CD-ROM dans nos bibliothèques. Voilà des habits nouveaux auxquels ils ne nous avaient pas habitués et qui tranchent avec les reliures qu’ils côtoient. Mais comment résister aux attraits de l’hypertexte qui donne facilement l’illusion de l’érudition ? Ces nouvelles technologies nécessitent un apprentissage. On ne s’improvise pas « surfeur » sur Internet ou utilisateur de bases de données et de CD-ROM. Nous sommes quelquefois effrayés par l’ampleur et la rapidité des évolutions technologiques mais souvent, bercés par un discours médiatique plutôt optimiste, nous nous imaginons à l’ère d’une révolution dans la recherche.

3Peut-on vraiment parler de « révolution » ? Sans même évoquer — ce qui pourrait finalement apparaître comme du fétichisme d’antiquaire — un attachement viscéral au papier et à l’objet-livre, il n’est pas évident que nos modes de réflexion traditionnels soient remis en question. Il nous semble en effet que dans cette révolution technologique, les gains ne sont pas qualitatifs mais se mesurent essentiellement en terme de temps gagné, ce qui est, il est vrai, vital pour un chercheur. Nous communiquons plus vite. Nous pouvons vérifier des hypothèses plus rapidement. Mais ce nouveau rapport au temps est ambigu. L’hypolecture peut être la conséquence de l’hypertexte. Il faut se laisser la possibilité d’assimiler les informations accumulées et éviter que, chez les étudiants notamment, l’économie de la lecture ne devienne le gain pervers de l’hypertexte. Le texte ne se lirait plus que verticalement de mot indexé en mot indexé et non plus horizontalement.

  • 2 Andrew Oliver rappelait dans une chronique récente (Dix-neuvième siècle n° 30, janvier 2000, p. 98 (...)

4De plus, ces nouvelles technologies apportent leur lot de problèmes notamment au niveau de la validité scientifique de ces informations qui nous arrivent en grand nombre et instantanément. Rien n’empêche personne — et heureusement en somme — d’ouvrir un site sur Baudelaire mais aussi de faire circuler des textes erronés ou lacunaires2 et des commentaires affligeants. Nous savons tous que l’édition d’un texte littéraire pose des problèmes essentiels, que les choix de variantes doivent être réfléchis et justifiés. Il appartiendra sans doute à l’université de cautionner ou non les sites en créant des sites-portails.

5Les nouvelles technologies ne s’abordent pas en néophyte et nécessitent donc des apprentissages, des réflexions préalables qui portent d’ailleurs tout autant sur les enjeux scientifiques que véritablement sur les réalités techniques. À l’université de Montpellier III, où nous travaillons sur une base de données qui permet d’indexer la presse quotidienne du xixe siècle, nos tâtonnements nous ont fait réfléchir sur « l’objet-presse », sur ce que peut être la définition d’un « Premier-Paris » par exemple ou sur la place à accorder à une brève. La mise au point de l’outil informatique s’accompagne forcément d’une réflexion purement intellectuelle sur l’objet étudié. Cette étape ne peut pas être occultée.

6Tout d’abord, un certain savoir technique devient indispensable. Nous devons, sans forcément devenir des informaticiens, apprendre à « comprendre » nos machines, intégrer des connaissances minimales qui passent notamment par le maniement élémentaire des outils informatiques et également sans doute par l’acquisition d’un certain vocabulaire. C’est une évidence, mais nous avons tous, sans doute, de cuisantes expériences en ce domaine. D’une manière générale, il apparaît à travers les récits des pionniers qui ont édifié des bases de données ou des CD-ROM, que pour espérer un jour gagner du temps, il faut d’abord beaucoup en perdre. Le pragmatisme s’impose pour tenter une conciliation entre la machine toujours imperturbablement logique, donc limitée, et nos objectifs souvent utopiques. Il faut aussi s’initier à un savoir bibliographique d’un genre nouveau et maîtriser la connaissance de sites fluctuants, c’est-à-dire effectuer en somme le même travail de validation scientifique pour Internet et les CD-ROM que celui fait habituellement pour les nouvelles publications.

7C’est dans cet esprit que nous publions dans ce numéro de Lieux littéraires à la fois une réflexion sur la pratique dix-neuviémiste d’Internet qui est également un répertoire des sites essentiels (Emmanuelle Cullman) et des récits de conception de CD-ROM (Irène Langlet et Tony Williams) avec tous les doutes et enthousiasmes que cette expérience peut comporter. Enfin Alexandre Gefen, François Lermigeaux et le groupe de recherche Fabula rapportent les résultats d’une tentative unique : la création de Fabula, premier site Internet de recherche sur les théories de la fiction.

8Il est nécessaire de suivre et de favoriser ces initiatives. Mais, sur la question générale qui ouvrait cet article, il est évidemment prématuré de conclure, dans un sens ou dans l’autre. Certes les nouvelles technologies nous conduisent à modifier notre relation concrète avec le savoir, mais ses changements risquent d’être plus marginaux qu’on ne le prétend. Les institutions, l’université en premier lieu, sera affectée par cette « révolution » mais les modes et les catégories fondamentaux de la réflexion y resteront, sans doute et heureusement indifférents. L’œuvre du chercheur est de prendre en compte sans les exagérer les mutations dans les modalités de l’acquisition du savoir. Le xixe siècle avait connu avant nous l’inflation quantitative des textes, la généralisation de l’accession au savoir, l’accélération brutale de la transmission des informations, le développement inouï de la presse… De ce point de vue, les mutations technologiques d’aujourd’hui, s’inscrivent dans la continuité, économique et culturelle, de la révolution de l’imprimé apparue au siècle précédent, si bien que par un heureux effet de ricochet, pour mieux comprendre la révolution médiatique d’aujourd’hui, sans doute faudra-t-il persévérer dans l’amélioration des méthodes d’analyse de notre objet propre — le xixe siècle.

Notes

1 Marianne Pernoo-Bécache a publié dans la bibliographie annuelle du dix-neuvième siècle éditée chez Sedes sous la direction de Claude Duchet une liste exhaustive des sites consacrés au xixe siècle.

2 Andrew Oliver rappelait dans une chronique récente (Dix-neuvième siècle n° 30, janvier 2000, p. 98) que l’on pouvait trouver sur le site ABU, un des sites les plus riches en documents numérisés, une version d’Adolphe de Benjamin Constant amputée de l’élément essentiel qu’est le cadre narratif.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter