Version classiqueVersion mobile

Les paradoxes de l’enfermement dans l’Europe moderne (xvie-xviiie siècles)

 | 
Marie-Noëlle Ciccia
, 
Sylvie Favalier
, 
Sylvie Imparato-Prieur

Introduction : Clôtures et évasions du corps féminin dans le discours médical du xvie siècle

Evelyne Berriot-Salvadore

Texte intégral

  • 1 Science pour s’enrichir honnestement et facilement intitulee l’Economic Xenophon, nagueres transla (...)

« Il me semble que Dieu nous a produit la Femme en ce Monde, pour prendre la garde en la Maison. Et luy a faict le corps plus mol et debile affin quelle feist et exerceast son Office entre les clostures de la dicte maison1 ? »

  • 2 De l’Institution de la femme chrestienne, avec l’office du mary, traduit en françois par Pierre de (...)

1Cet extrait de l’Economique de Xénophon, dans l’adaptation qu’en offre l’imprimeur humaniste Geoffroy Tory, en 1531, peut servir d’introduction à notre propos, parce que le terme qu’il choisit, « clôture », met d’emblée en exergue le sujet même de cet ouvrage et aussi parce qu’il présente ce qui est le lieu commun d’un discours inscrivant dans un ordre naturel le rapport entre les sexes. En effet, si la femme était aussi robuste que l’homme, interroge Jean-Louis Vivès, dans l’Institution de la femme chrestienne, comment « se rendroit-elle en la subjection d’ung pareil ou moindre de soy ? Qui la tiendroit à l’hostel2 ? »

  • 3 Op. cit., Prologue, p. 8.
  • 4 Trois livres appartenans aux infirmitez et maladies des femmes, Paris, Jacques Du Puy, 1582. Nous (...)

2À la clôture domestique, à la clôture physiologique répond une sorte de clôture du discours que l’on observe dans les traités spécifiquement consacrés à la femme. Jean-Louis Vivès explique ainsi pourquoi il peut proposer en un seul petit livre L’Institution de la femme chrestienne : c’est que les mœurs et la condition des femmes ne réclament que peu de règles dont la principale est la « pudicité » ; la même concision serait impossible pour l’institution des hommes qui ont tant d’offices divers à la maison et au dehors, en négoces publics et privés3. La spécificité de la nature féminine est aussi l’argument qui justifie la démarche de Jean Liebault lorsqu’il publie son adaptation du médecin italien Giovanni Marinello, Trois livres appartenans aux infirmitez et maladies des femmes : certes la condition humaine sujette à tant de maladies est misérable mais elle est beaucoup plus « à déplorer au corps de la femme », qui supporte les mêmes affections que l’homme et, en plus, des « myriades » de maux causés par sa nature « imbecille4 ».

3Depuis l’Antiquité, la plupart des médecins suivent la théorie des humeurs transmise par le corpus hippocratique : la femme a un corps « mol et débile », parce que, comme l’enfant, elle est par nature humide et froide. À s’en tenir à cette définition bien connue, la question paraît aussi simple qu’est récurrent l’argument. Galien, dans le 14e livre du De usu partium, reprend ce postulat — « La femelle est plus imparfaite que le mâle par une première raison capitale, c’est qu’elle est plus froide » — et fournit tous les éléments de ce qui est, en somme, la vive représentation d’une dichotomie dedans/dehors :

  • 5 Galien, Œuvres médicales choisies I De l’utilité des parties du corps humain, Paris, Gallimard, 19 (...)

Toutes les parties de l’homme se trouvent aussi chez la femme. Il n’y a de différence qu’en un point [...] c’est que les parties de la femme sont internes, celles de l’homme sont externes à partir de la région dite périnée. Figurez-vous celles qui s’offrent les premières à votre imagination, n’importe lesquelles, retournez en dehors celles de la femme, tournez et repliez celles de l’homme, et vous les trouverez toutes semblables les unes aux autres5.

  • 6 Nous avons plus longuement traité de cette question dans Un corps, un destin. La femme dans la méd (...)
  • 7 Thomas Laqueur, La Fabrique du sexe. Essai sur le corps et le genre en Occident, Paris, Gallimard, (...)
  • 8 Voir, par exemple, Katharine Park, Secrets de femmes. Le genre, la génération et les origines de l (...)

4Ce texte est essentiel car Galien projette dans l’ordre d’une spéculation intellectuelle une figure de renversement et d’enfermement, à partir non d’une observation mais d’une conception hiérarchisée de l’univers qui fait du système urogénital masculin le modèle achevé. Le passage est repris presque textuellement par nombre de médecins des xvie et xviie siècles, même lorsque les études anatomiques ont pu en montrer l’erreur. Ainsi Charles Estienne, qui, dans La Dissection des parties du corps humain, consacre sept chapitres à l’étude et à la représentation de l’appareil uro-génital de la femme, conclut avec l’affirmation la plus strictement galénique : le col et « membre honteux » de la femme sont des parties entièrement correspondantes au « membre viril6 ». Faut-il voir dans cette attitude la permanence de ce que Thomas Laqueur appelle le modèle unisexe oxymorique7 ? Ce n’est pas la question que nous retiendrons ici, et qui a déjà donné lieu à un débat nourri, et, si l’on peut dire, tranché8, mais plutôt celle du vocabulaire et des métaphores qui caractérisent l’anatomie du corps féminin.

  • 9 De l’usage des parties du corps humain, Lyon, Guillaume Rouillé, 1566, p. 834.

5Les traductions, les paraphrases en latin ou en français donnent à l’opposition interne/externe toute sa dimension symbolique avec un double paradigme, celui du « caché », celui du « renfermé ». Jacques Dalechamps, qui, en 1566, donne la première traduction en français du De usu partium, choisit, pour le fameux passage cette formulation : « n’y a qu’une seule difference [...] qui est qu’en la femme elles sont cachées et tapies dedans le corps ; et aux masles sont forjettées et éminentes9 [...] ».

6Le corps même de la femme est la métonymie de l’espace social qui lui est imparti. Si bien que si l’on veut penser une inversion ou perversion des rôles, il suffit d’imaginer soit une sorte d’incarcération, soit une sorte d’évasion organique, ainsi que le fait le médecin Juan Huarte en paraphrasant Galien :

  • 10 Juan Huarte de San Juan, Examen de ingenios para las ciencias, Baeza, 1575, XV, parte I : « si aca (...)

Si nature achevant de former un homme parfait, le vouloit convertir en femme, il n’y auroit autre chose à faire, que de remetre au dedans les instrumens de la generation : et si estant la femme faite elle vouloit la changer en homme, elle n’auroit autre chose à faire qu’à luy tirer les couillons dehors10...

  • 11 André Vésale, De humani corporis fabrica, Bâle, Jean Oporinus, 1555, p. 584 (adresse de l’image : (...)
  • 12 L’Histoire du monde de C. Pline second, trad. Antoine Du Pinet, Lyon, Claude Senneton, 1562, Livre (...)
  • 13 Les diverses leçons d’Antoine du Verdier suivans celles de Pierre Messie, Lyon, B. Honorat, 1577, (...)
  • 14 Journal de voyage de Michel de Montaigne, éd. François Rigolot, Paris, PUF, 1992, p. 6-7. Voir aus (...)
  • 15 Des monstres et prodiges, éd. Jean Céard, Genève, Droz, 1971, chap. VII, p. 29-30.
  • 16 Des Hermaphrodits, accouchemens des femmes et traitement qui est requis, Rouen, D. Geuffroy, 1612, (...)

La spéculation prend forme dans l’iconographie, avec les vagins phalliques que représentent les traités d’anatomie illustrés, dont le plus célèbre est sans doute celui de Vésale11, mais aussi dans les histoires d’inversions sexuelles, lues déjà chez Pline12, et rebattues aussi bien dans le discours médical que dans le discours commun qui se servent de caution réciproque : le polygraphe Antoine Du Verdier, dans ses Diverses leçons13, raconte l’histoire de Marie Pachieque ou Pateca qui, à l’âge où les femmes commencent de « mettre hors leurs menstrues », « jetta hors le membre viril qui jusqu’à l’heure avoit demeuré caché dedans le corps », avec pour garant de son histoire le médecin portugais Amatus Lusitanus ; de même, le Journal de voyage de Montaigne14, relatant une semblable curiosité, renvoie à Ambroise Paré qui consacre un chapitre du Livre des monstres à ces « Histoires mémorables » de transsexualité15, où l’on retrouve, outre ce Germain Marie de Vitry-le-François qui, alors qu’il sautait un fossé, vit apparaître testicules et verge virile, « s’estant rompus les ligamens par lesquels au-paravant estoyent tenus clos et enserrez », le récit déjà cité d’Amatus Lusitanus. Sans doute, les médecins donnent-ils une explication rationnelle à l’inversion : si avec l’âge, la chaleur est rendue plus active et l’humidité exhalée, il n’est pas incroyable qu’une excitation sexuelle ou qu’un mouvement violent puissent achever cette libération des organes. Il va de soi alors que, malgré la projection imaginaire de Huarte, on ne saurait trouver une histoire véritable d’un homme devenu femme, puisque, comme l’explique Paré, et après lui Jacques Duval, le spécialiste de l’hermaphrodisme, « les hommes formez tels en la vulve maternelle, ne deposent jamais leur nature virile et ne retournent arrière vers le sexe féminin, d’autant que toutes choses tendent à perfection16 ».

  • 17 Voir Thomas Laqueur, op. cit., p. 145.
  • 18 En 1624, Guy Patin choisit comme sujet de thèse « La femme ne peut-elle pas se transformer en homm (...)
  • 19 Les Œuvres de Me André Du Laurens, trad. Théophile Gelée, Paris, M. Guillemot, 1646, Livre VII, Qu (...)

7Cependant, ces récits que l’on a souvent commentés17, n’emportent pas la conviction de tous les médecins. André Du Laurens fait justement de la question de savoir « si la femme peut estre changée en homme » un point de ses « Controverses anatomiques ». Donnant d’abord une longue liste de ces histoires, tirées des Anciens ou des médecins modernes, comme pour montrer la résistance de ce fantasme18, il invite ses confrères « à chasser ces nuages » de leur esprit, au nom d’une autre conviction : les parties génitales des femmes diffèrent des masculines non seulement en situation mais aussi en nombre, figure et composition19.

8Le xvie siècle, en réalité, oscille entre deux modèles, isomorphique et dimorphique, parce qu’il hérite également d’une représentation qui entre en concurrence avec le modèle du « mâle inachevé » et qui oblige à nuancer beaucoup l’idée selon laquelle le sexe, en tant que différenciation biologique, serait une invention du xviiie siècle ; la femme est tout entière définie par sa matrice, « mundus conclusus », « kleineste Welt », selon l’expression de Paracelse :

  • 20 Œuvres complètes, trad. Grillot de Givry, Paris, 1913, tome II, p. 201.

Le vase qui conçoit et protège l’enfant est communément désigné sous le nom de matrice, bien que la femme soit celle-ci tout entière [...] c’est à cause de ce vase que la femme a été constituée, et non pour la nécessité d’aucun autre membre ou partie20.

  • 21 Id., p. 144. Selon Paracelse, les organes sont ainsi différenciés suivant le sexe : voir aussi p.  (...)

Aussi la femme est-elle en tout différente de l’homme : « elle a son anatomie particulière ainsi que sa théorie, ses causes, raisons et traitement21 ».

  • 22 Jean Liébault, Trois livres appartenans aux infirmitez des femmes, op. cit., éd. 1598, p. 1-2.
  • 23 Id., p. 4.

9Cette même conviction oblige les auteurs du traité sur Les infirmitez et maladies des femmes à contester, sur ce point, Galien et surtout Aristote qui nomme la femme « animant manque, mutile, imparfaict, impuissant, et comme un masle blessé, voire un defaut et erreur de nature22 ». Le but de la nature, en créant une femelle, est d’engendrer un vivant qui puisse concevoir en soi un vivant semblable à soi. Pour cette fin, le corps de la femme n’est pas moins parfait que celui de l’homme et où Galien voit un inachèvement, il faut au contraire admirer la sagacité de la nature qui a su « cacher, mettre et situer » en lieu sûr l’organe propre à recevoir la semence et à la faire fructifier23.

  • 24 André Du Laurens, op.cit., p. 364-365.
  • 25 Erreurs populaires et propos vulgaires touchant la Medecine, Paris, Claude Micard, 1587, Livre V, (...)
  • 26 Id., p. 210.
  • 27 Très commun dans le lexique érotique. Joubert, plus haut, p. 90, évoque les femmes de mauvaise vie (...)
  • 28 « Il perqué destandosi in lui tale che forse dormiva, tentò di venir a l’ultimo godimento che gli (...)

10Si le lexique aristotélicien du défaut ou du manque est abandonné, le paradigme de la clôture reste présent dans les nombreuses métaphores auxquelles ont recours les médecins qui écrivent en vernaculaire. Les organes génitaux féminins enferment tous les secrets de la vie mais aussi de la vertu. L’entrée du col de la matrice est-elle gardée par ce que les matrones nomment « la dame du milieu » et les anatomistes « hymen » ? La question est controversée, d’autant que la « bouclure » ou « clôture » décrite par les Anciens n’est pas celle de l’hymen mais celle d’une carnosité « contrenature », dite aussi phimosis24. Laurent Joubert, qui dénonce les fausses croyances populaires sur les signes de la virginité, reconnaît l’existence de l’hymen après avoir lu Gabriel Fallope et surtout après avoir procédé à des anatomies. Ni l’image populaire, ni le mot tiré du grec ne suffisent à Joubert qui use, comme nombre de ses confrères, de comparaisons et de périphrases pour expliquer la fonction de cette membrane : « ceinture ou zone et cloître de virginité25 ». Mais ce cloître n’est pas conçu pour rester inviolé ; Joubert substitue alors une métaphore à une autre : la « dame du milieu » est « comme une case-matte dans le fossé, laquelle doit estre rompue du premier qui fera le passage26 ». Le registre militaire27 traduit une conception du rapport entre les sexes somme toute assez commune ; il suffit de se rappeler comment Panurge enseigne une nouvelle manière de construire murailles défensives avec les « callibistrys » des Parisiennes ou bien de relire les conteurs : entre autres, l’histoire de cette épouse bien niaise, chez Matteo Bandello, qui pense, lors de la nuit de noce, que son mari veut l’éventrer. Le mari « étant fin prêt à assaillir la citadelle et s’en emparer, il voulut battre en brèche les bastions et les retranchements qui lui en empêchaient l’entrée28 »...

11Ce vocabulaire n’est pas propre à la littérature érotique, il participe aussi d’une visualisation de la description anatomique. Pour Joubert, l’hymen n’est qu’une des clôtures du camp ; après la casemate, se trouve encore un « fort » ou « ravelin » bien plus difficilement accessible : le col de la matrice, véritable « arrière-fort » de la virginité qui semble doté, grâce à l’introduction d’un autre registre lexical, d’une force de résistance offensive.

  • 29 Laurent Joubert, Op. cit., p. 213.

Ce col de matrice est rond et dur, ressemblant à une teste de lamproye, ainsi fendu et aspre, comme s’il estoit garni de dents. Il faut que ce conduit se ouvre pour la conception. Car que la semence soit jettee au grand canal tant qu’on voudra, sans entrer en ce destroit, il n’y a rien de fait29.

  • 30 Cf. Rabelais, Œuvres complètes, éd. M. Huchon, Paris, Gallimard, Bibliothèque de La Pléiade, 1994, (...)
  • 31 Laurent Joubert, Op. cit., p. 215.

Toutefois, malgré la comparaison utilisée ici, le fantasme de la femme dévorante ou castratrice n’habite pas Joubert, pas plus que ne le hante l’obsession de la clôture virginale ; malgré toutes les indications que l’on peut chercher dans l’anatomie externe ou interne des organes génitaux, les signes du pucelage sont assez douteux ; avec humour, le médecin fait d’abord appel au proverbe populaire — c’est un bétail de mauvaise garde que la femme —, puis au vieillard d’Ésope qui, des deux filles pendues à son col, ne pouvait garantir que la virginité de celle qu’il portait devant lui, et enfin à Pantagruel pour nous faire sage de l’anneau de Hans Carvel30. La clôture est avant tout imaginaire et ne peut exister, inviolable, que dans la volonté des filles chastes. Ce qu’il raconte des pays où se pratique l’infibulation a fonction d’exemplum. Les sages-femmes, après avoir coupé le cordon ombilical, cousent « la première valve, porte ou entree du grand canal » ; la clôture ainsi ne peut être rompue que le jour des noces où l’on remet solennellement au mari un petit couteau pour qu’il puisse couper le fil virginal de son épouse. Meilleure des garanties, parce qu’il est peu croyable qu’une fille se découse elle-même pour endurer encore la douleur d’être recousue juste avant ses noces. Voire, car « fatta la legge, fatto l’inganno » ! Laurent Joubert s’amuse alors à décrire longuement le procédé qui pourrait, en toute sécurité et sans douleur, permettre à ces filles de conserver la maîtrise de leur clôture artificielle : ne pourrait-on faire comme avec les oreilles que l’on a percées pour y mettre quelque pendant ? Le trou, une fois cicatrisé, « on y passe et repasse ce qu’on veut sans douleur31 ». L’habile conteur qu’est le pourfendeur des « erreurs populaires » montre bien, avec cette chute du récit, que le fort inexpugnable de virginité est, avant tout, métaphore d’une volonté de résistance.

  • 32 Voir Jacques Duval, Op. cit., p. 101-102 et p. 111.
  • 33 Galien, De l’usage des parties du corps humain, trad. Dalechamps, op. cit., Livre XV, chap. VII, p (...)

12Monde clos, défendu par les « portes » que décrivent les anatomistes, la citadelle utérine est défensive pour l’honneur, parce que réside en elle, plus que dans l’hypothétique hymen, le véritable pucelage. Si, en effet, l’hymen peut être forcé, pas la matrice dont l’orifice ne s’ouvre, pour recevoir la semence génitale, sans plaisir et volonté. Aussi Jacques Duval maintient-il que « la fille qui par force et violence aura esté contrainte subir l’ouverture de son porche [...], si est-il que la fille restera encor pucelle : pouveu qu’en son cœur, desir et affection, elle n’ait donné consentement aux violents embrassements32 ». Mais, surtout, la matrice est défensive pour la vie qu’elle abrite. Dotée, selon les théories anciennes, d’une faculté attractrice et rétentrice, elle se retire et se ferme dès l’émission de la semence masculine, si bien qu’on n’y pourrait mettre le bout d’un poinçon ou une « esprouvette » sans violence, selon une image qui vient d’Hippocrate et de Galien33. Le vase de la vie nourrit et protège mais hermétiquement clos, il peut aussi se transformer en prison pour l’enfant qui ne peut venir au monde sans la lutte terrible que décrit Lazare Pena, le continuateur de Jean Liebault :

  • 34 Trois livres des maladies et infirmitez des femmes, Rouen, Jean Berthelin, 1649, p. 860-861.

La matrice qui embrassoit captivement et comme un prisonnier l’enfant, et sembloit le retenir par force, s’esleve violemment, se relasche, et le pousse comme par les espaules [...]. Il se fait un temblement universel par toute la machine [...], l’horreur se saisit de tout le corps34.

  • 35 Ambroise Paré, op. cit. Livre XXIV De la generation, chap. XXXVI, p. 967.

Les figures hyperboliques de Lazare Pena, qui font de la naissance une sorte de combat titanesque, sont à l’opposé, il est vrai, du discours des obstétriciens que sont Euchaire Rösslin ou Ambroise Paré s’efforçant de dédramatiser la délivrance, d’autant qu’une « grande crainte » peut causer la « difficulté d’enfanter35 ».

  • 36 C’est le terme employé dans le De secretis mulierum, cité par Thomas Laqueur, p. 89.
  • 37 Jacques Duval, op. cit., p. 104.

13Le paradigme de la clôture et les différentes métaphores qui peuvent l’exprimer ne sont certes pas neutres, et un médecin comme Jacques Duval le souligne : ce n’est pas aussi le terme « bourse36 » ou « citadelle » qu’il retient pour définir l’organe de la vie mais celui de « temple » parce que l’architecte divin y a enclos le mystère de la création37. Le vocabulaire n’est pas éloigné de celui qu’employait Paracelse : tout le corps de la femme est formé et constitué pour le service de ce temple sacré.

  • 38 Platon, dans le Timée (90c) décrit la matrice comme un « vivant possédé du désir de faire des enfa (...)

14Cependant au lexique architectural, qu’il soit militaire ou religieux, se superpose un autre registre, celui de l’animalité selon une réinterprétation du Timée transmise par la médecine antique38, et que le docteur Rondibilis a rendue célèbre :

  • 39 Tiers Livre, op. cit., chap. XXXII, p. 453-454.

Quand je diz femme, je diz un sexe tant fragil, tant variable, tant muable, tant inconstant, et imperfaict, que nature me semble (parlant en tout honneur et reverence) s’estre esguarée de ce bon sens, par lequel elle avoit créé et formé toutes choses, quand elle a basty la femme [...] Certes Platon ne sçait en quel ranc il les doibve colloquer, ou des animans raisonnables ou des bestes brutes. Car Nature leurs a dedans le corps posé en lieu secret et intestin un animal, un membre, lequel n’est es hommes, on quel quelques foys sont engendrées certaines humeurs salses, nitreuses, bauracineuses, acres, mordicantes, lancinantes, chatouillantes amerement : par la poincture et fretillement douloureux desquelles (car ce membre est tout nerveux et de vif sentement) tout le corps est en elles esbranlé, tous les sens raviz, toutes affections interinées, tous pensemens confonduz39.

Rabelais, ici, ne fait que pasticher le discours savant qui use des mêmes images et également de l’accumulation verbale, pour gloser l’aphorisme hippocratique (V, 57) : les maladies des femmes, les plus fâcheuses, proviennent de la matrice. Jean Liebault ne procède pas autrement lorsqu’il énumère, au mépris de toute nosographie, les affections les plus diverses causés par l’humeur spermatique et le sang menstruel retenus dans la matrice :

  • 40 Jean Liébault, op. cit., Liv. I, chap. II « Quelles sont les maladies des femmes, et les causes d’ (...)

Qu’ainsi soit, leur retention en temps indeu cause ces symptomes : strangulations, palpitations, syncopes, convulsions, manies, resveries, fureurs de matrice, tres-longs sommeils, estonnemens, mouvemens desordonnez, pasles couleurs, fleurs blanches, sterilité, mole, douleurs coliques, douleurs de reins, nausées, vomissemens, inflammations, abscez, chancre, scyrrhe, inflation, hydropisie, rhagadies, verrues, erysipeles, carcinomes, condylomes, hemorrhoydes, et autres maux infinis40.

  • 41 Id., p. 6.

Puisque la femme n’a été créée que pour perpétuer l’espèce humaine, l’utérus définit et enferme, en quelque sorte, son corps tout entier par la colligence qu’il a avec toutes ses parties, auxquelles les nerfs, les veines et les artères le relient41 ; la plus petite offense qu’il reçoit entraîne alors les accidents les plus fâcheux.

  • 42 Galien, contrairement à Hippocrate, explique les mouvements de la matrice non par une faculté de c (...)
  • 43 Le terme fait le titre d’un chapitre du traité : L. II, chap. 41 « La matrice vagabonde ».
  • 44 Jean Liébault, op. cit., p. 409.
  • 45 Op. cit., Livre III, chap. II, p. 530.

15De toutes ces pathologies, celle qui a suscité la littérature la plus abondante est la « suffocation ou estranglement de la matrice » et la « fureur uterine » que l’on nommera plus tard hystérie. Une question discutée également puisque s’affrontent, sur ce point, l’autorité d’Hippocrate et celle de Galien42. Nous ne nous arrêterons pas ici à la controverse anatomique proprement dite mais plutôt aux conséquences de ce débat sur la représentation même du corps féminin. Ainsi Jean Liebault, tout en exposant le point de vue de Galien, qui n’attribue les mouvements de l’utérus qu’à une rétractation ou un relâchement des ligaments, préfère suivre Platon et Hippocrate parce qu’ils corroborent sa vision d’une matrice « errante et vagabonde43 ». À l’opinion de Galien, il oppose le témoignage des médecins et des sage-femmes, mais le vocabulaire qu’il choisit pour relater une auscultation montre que les symptômes sont interprétés selon une étiologie a priori admise : appelés au chevet d’une malade, les praticiens ont « apperceu au tact de la main la matrice en forme de boule voltiger dedans le ventre44 ». Les cas de « vagabondage » de l’utérus sont alors décrits comme une « sédition45 » ; enfermé dans la caverne viscérale, l’utérus « s’indigne » comme un animal, voltigeant « deçà et delà quasi demandant les moyens de satisfaire à la concupiscence », chez les jeunes filles qui n’ont encore la jouissance de concevoir, chez les veuves qui ne l’ont plus ; ou bien il « s’agite » chez la femme qui a travaillé ou jeûné trop longtemps. Enfin, Ambroise Paré, avant Jean Liebault, exprime en quelques mots la tyrannie exercée par cet organe :

  • 46 Ambroise Paré, op. cit., Livre XXIV, chap. LII, p. 990.

...la matrice a ses sentimens propres, estans hors la volonté de la femme : de maniere qu’on la dict estre un animal, à cause qu’elle se dilate et accourcist plus ou moins, selon les diversitez des causes. Et quand elle desire, elle fretille, et se meut faisant perdre patience et toute raison à la pauvre femmelette, luy causant un grand tintamarre46.


Pour calmer l’étrange animal enfermé, il faut le satisfaire ou le dompter ; le satisfaire en lui donnant, lorsque c’est possible sans offenser la morale, la part de semence masculine qu’il désire ; le dompter grâce aux fumigations de parfums agréables ou fétides qui lui feront reprendre place. Cette représentation n’est-elle pas celle que les femmes elles-mêmes ont de leur propre corps ? Le médecin Louis Guyon contestant, lui, les mouvements de l’utérus, laisse entendre la voix de ses patientes qui, même si elles n’ont pas lu le Timée, sentent dans leur corps l’inquiétant animal vagabond :

  • 47 Le miroir de la beauté et santé corporelle, Lyon, Antoine Chard, 1625, Livre V, chap. X « Du mal d (...)

Il ne faut pas croire ce que les femmes disent, que l’amarrhi ou matrice court par leurs corps de tous costez, comme feroit un animal dans une chambre47.

  • 48 Sur le vocabulaire des organes génitaux, voir l’« Epistre apologitique » de l’anatomiste B. Cabrol (...)

Si les étranges révoltes utérines inspirent les commentaires les plus imagés, les descriptions d’anomalies anatomiques, qui sont reprises d’un traité à l’autre, sont habitées par une autre fantasmagorie de l’évasion. Les organes génitaux externes, dont la description comme la terminologie sont encore incertaines au xvie siècle48, apparaissent comme une sorte de menace à un ordre anatomique et social en deux termes — dedans/dehors.

  • 49 Jacques Duval, op. cit., chap. VIII « Du sein de pudicité de la femme et des oreilles y encloses » (...)
  • 50 Ambroise Paré, op. cit., Livre III, chap. XXXIV, p. 137 ; Chirurgie françoise recueillie par M. Ja (...)
  • 51 Dans Chirurgie françoise, op. cit., chap. 70 « La maniere de couper la partie dicte Nympha et la q (...)
  • 52 De immodica landica, quam Graeci yos nymfin appellant ; turpitudinis symptoma est grandis yos nymf (...)
  • 53 De la grossesse et accouchement des femmes, Paris, A. Pacard, 1620, L. III, chap. XLIV « De l’excr (...)
  • 54 Historiale description de l’Afrique, Anvers, C. Plantin, 1556, p. 178. Ambroise Paré, p. 137 : « L (...)
  • 55 Op. cit., chap. X « Du cleitoris ou gaude mihi », p. 65. Brantôme, qui se délecte de telles histoi (...)
  • 56 Éd. Lyon, A. Chard, 1625, Livre V, chap. 20, p. 868.
  • 57 De nobilitate et praecellentia foeminei sexus, éd. s. la dir. de R. Antonioli, Genève, Droz, 1990, (...)
  • 58 Histoire naturelle, VII, 18, 1. D’après De nobilitate, op. cit., p. 59, note 20.

16Un médecin comme Jacques Duval est conscient, on l’a vu, de la portée symbolique des mots qui désignent les parties sexuelles externes : « sein de pudicité » ou « partie honteuse » selon le vocabulaire des moralistes ; trigramme fait de la 3e, 13e et 14e lettre de l’alphabet pour le mot et la chose aimés des « jouvenceaux vénériques », « sépulcre » ou « porte du diable » dans le langage des prédicateurs49. Un vocabulaire anatomique plus précis peut également prêter à commentaire. Ainsi ce que les Grecs appellent « Pterygomata », et les Français « ailes », « haleron » ou « landies », à l’entrée de la nature de la femme, est connoté positivement par l’étymologie, car c’est « comme si nous disions ailes ou levres du couronnement de la femme », d’après Dalechamps ou Paré50. Entre ces « ailes » se trouvent les « nymphes » ou « caruncules » qui couvrent et serrent l’issue de l’urètre : telle est l’utilité de la partie conçue par la nature. Mais les anciens, Aëce ou Paul d’Égine, décrivent une anomalie, l’hypertrophie des nymphes, « honteuse et laide difformité » s’il faut accorder crédit à ceux qui racontent que certaines femmes affligées de cette excroissance « dressent cette partie là comme les hommes et sont incitees à rechercher la compagnie des femmes51 ». Le doute introduit par le conditionnel n’empêche que soit donnée la description de l’excision de ce que le médecin romain Moschion (vie siècle) appelle le « symptôme de deshonnêteté52 ». Si aucun médecin du xvie siècle n’avoue avoir fait pratiquer lui-même une telle opération, bien que Jacques Guillemeau — qui, lui, réprouve la cruauté de l’intervention — affirme qu’elle se « practique tous les jours53 », les traités médicaux et chirurgicaux commentent à l’envi ce même texte et le récit de Léon l’Africain sur les « fricatrices » du royaume de Fez54. Peuvent avoir crédit toutes les histoires de « tribades, fricatrices, subigatrices ou ribaudes » abusant soit de l’hypertrophie des nymphes, soit de celle du clitoris comme l’explique, avec force détails anatomiques et lexicaux, Jacques Duval55. L’ablation, lorsqu’elle est recommandée vise moins à éradiquer un appétit sexuel désordonné — Laurent Joubert n’est pas le seul à penser que toute pratique chirurgicale est impuissante à y parvenir — qu’à remettre en ordre un dessin et dessein anatomique : c’est une chose fort laide à voir, et qui rend les femmes honteuses, dit encore Louis Guyon, dans Le Miroir de la beauté et santé corporelle, lorsque les ptérigies, nymphes ou ailes sortent « hors la nature56 ». Pas de condamnation morale ici, pas d’histoire de ribaudes mais un jugement esthétique qui repose sur deux visions contraires du mâle et de la femelle : extériorité/intériorité, montré/caché. Ce sont celles qui s’imposaient dans la traduction de Geoffroy Tory et celles qui apparaissent aussi dans le plaidoyer d’Henri Corneille Agrippa en faveur de la femme. Sa beauté, sa vertu et sa pudeur s’illustrent dans une morphologie qu’a voulue Nature, lui donnant des cheveux qui peuvent couvrir ses pudenda, non saillantes, comme chez l’homme, mais disposées dans un lieu très secret et très sûr57. L’affirmation de Pline peut servir d’apologue : « les cadavres des hommes flottent sur le dos, ceux des femmes sur le ventre, comme si la nature, même après la mort, ménageait leur pudeur58 ».

17Ainsi, quel que soit le modèle de représentation — mâle inversé ou femelle-utérus —, les mêmes fantasmes traversent le discours. Cependant la définition même de la physiologie féminine dominée par la froideur et l’humidité sous-tend une conception à bien des égards paradoxale : aux figures de la clôture ou de l’enfermement se superposent, en effet, d’autres images, labiles celles-ci, celles des mouvements de l’utérus, celles des échappées monstrueuses des organes, celles du sang et des semences qui s’écoulent. La femme, être instable, à l’instar du tempérament et de l’anatomie qui la définissent, est alors toujours susceptible, aux yeux des médecins fascinés par les lieux secrets du corps féminin, de mettre en péril l’ordre idéal de la nature.

Notes

1 Science pour s’enrichir honnestement et facilement intitulee l’Economic Xenophon, nagueres translatée de grec et latin en langaige françoys par Maistre Geofroy Tory, Paris, Au pot cassé, 1531, in Luce Guillerm, Jean-Pierre Guillerm, Laurence Hordoir et Marie-France Piéjus (dir.), Le Miroir des femmes. I Moralistes et polémistes au xvie siècle, Lille, Presses universitaires de Lille, 1983, p. 33. La métaphore de la clôture disparaît de la traduction de François de Ferris, en 1562 : « Il me semble que Dieu des le commencement a bastie la femme toute propre, pour prendre la cure des negoces privez dans la maison. Veu que pour ces fins il l’a complexionée de nature delicate et doillete » (Le mesnagier de Xenophon, Paris, Jean Dalier, 1562, f. 38r.).

2 De l’Institution de la femme chrestienne, avec l’office du mary, traduit en françois par Pierre de Changy, Lyon, 1540, Livre IV, chap. II, « De eslire femme », p. 216.

3 Op. cit., Prologue, p. 8.

4 Trois livres appartenans aux infirmitez et maladies des femmes, Paris, Jacques Du Puy, 1582. Nous citons d’après l’édition de Lyon, J. Veyrat, 1598, Au lecteur, f. 2v°.

5 Galien, Œuvres médicales choisies I De l’utilité des parties du corps humain, Paris, Gallimard, 1994, L. XIV, chap. VI, p. 266-267.

6 Nous avons plus longuement traité de cette question dans Un corps, un destin. La femme dans la médecine de la Renaissance, Paris, Champion, 1993, p. 20-21.

7 Thomas Laqueur, La Fabrique du sexe. Essai sur le corps et le genre en Occident, Paris, Gallimard, 1992, p. 35 et 37.

8 Voir, par exemple, Katharine Park, Secrets de femmes. Le genre, la génération et les origines de la dissection humaine, Fabula, Les Presses du réel, 2009 [éd. anglaise, 2006], et Hervé Baudry, « Approches iconographiques du corps féminin dans le livre médical (xvie-xviie s.) — Essai d’iconogynie historique », in Palmira Fontes da Costa, Adelino Cardoso (dir.), Percursos na História do Livro Médico (1450-1800), Lisboa, Edições Colibri, 2011, p. 111-131.

9 De l’usage des parties du corps humain, Lyon, Guillaume Rouillé, 1566, p. 834.

10 Juan Huarte de San Juan, Examen de ingenios para las ciencias, Baeza, 1575, XV, parte I : « si acabando Naturaleza de fabricar un hombre perfecto, le quisiese convertir en mujer, no tenía otro trabajo más que tornarle adentro los instrumentos de la generación ; y, si hecha mujer, quisiese volverla en varón, con arrojarle el útero y los testículos fuera, no había más que hacer ».

(http://electroneubio.secyt.gov.ar/Juan_Huarte_de_San_Juan_Examen_de_ingenios.htm). Nous citons la traduction de Gabriel Chappuis : Anacrise ou parfait jugement des Esprits propres et naiz aux sciences, Lyon, F. Dicier, 1580, chap. XV, f. 302.

11 André Vésale, De humani corporis fabrica, Bâle, Jean Oporinus, 1555, p. 584 (adresse de l’image : http://www.biusante.parisdescartes.fr/histmed/image?08811. Voir Thomas Laqueur, op. cit., p. 101-104 et Évelyne Berriot-Salvadore, Op. cit., p. 17-19.

12 L’Histoire du monde de C. Pline second, trad. Antoine Du Pinet, Lyon, Claude Senneton, 1562, Livre VII, chap. I, p. 257.

13 Les diverses leçons d’Antoine du Verdier suivans celles de Pierre Messie, Lyon, B. Honorat, 1577, Livre IV, chap. XXV, p. 298.

14 Journal de voyage de Michel de Montaigne, éd. François Rigolot, Paris, PUF, 1992, p. 6-7. Voir aussi Les Essais, éd. P. Villey, Paris, PUF, 1992, tome I, I, 21 « De la force de l’imagination », p. 99.

15 Des monstres et prodiges, éd. Jean Céard, Genève, Droz, 1971, chap. VII, p. 29-30.

16 Des Hermaphrodits, accouchemens des femmes et traitement qui est requis, Rouen, D. Geuffroy, 1612, chap. LI, p. 253.

17 Voir Thomas Laqueur, op. cit., p. 145.

18 En 1624, Guy Patin choisit comme sujet de thèse « La femme ne peut-elle pas se transformer en homme ? », montrant ainsi, même s’il conclut quant à lui par la négative, que la question est encore d’actualité.

19 Les Œuvres de Me André Du Laurens, trad. Théophile Gelée, Paris, M. Guillemot, 1646, Livre VII, Question 8, p. 357-358. Jourdain Guibelet, réfutant Huarte, nie semblablement les « mutations de sexe » puisque « c’est un abus de dire qu’il n’y a difference entre l’homme et la femme que de situation de certaines parties » (Examen de l’Examen des Esprits, Paris, M. Soly, 1631, chap. XLI, p. 678).

20 Œuvres complètes, trad. Grillot de Givry, Paris, 1913, tome II, p. 201.

21 Id., p. 144. Selon Paracelse, les organes sont ainsi différenciés suivant le sexe : voir aussi p. 158.

22 Jean Liébault, Trois livres appartenans aux infirmitez des femmes, op. cit., éd. 1598, p. 1-2.

23 Id., p. 4.

24 André Du Laurens, op.cit., p. 364-365.

25 Erreurs populaires et propos vulgaires touchant la Medecine, Paris, Claude Micard, 1587, Livre V, chap. IV, p. 205.

26 Id., p. 210.

27 Très commun dans le lexique érotique. Joubert, plus haut, p. 90, évoque les femmes de mauvaise vie, ces « bagasses eschauffadasses », dont le « harnois » est tendu comme le membre viril. Voir également, Jacques Duval, op. cit., p. 61, à propos de la description des « nymphes » qui couvrent le conduit de l’urine : « Aussi ce lieu ou barre feminine n’empesche que l’ourachos ne se vide commodément. Mais, il faut qu’il relasche manifestement, non sans douleur, à la première volee de canon qui est donnee dans la citadelle ».

28 « Il perqué destandosi in lui tale che forse dormiva, tentò di venir a l’ultimo godimento che gli amanti ricercano et cui senza pare che amore resti insipidissimo. Essendo adunque ad ordine per espugnar la ròcca e prender il possesso di quella, si mise a voler rompere i bastioni e ripari che l’entrata gli impedivano. » La terza parte de le novelle, a cura di D. Maestri, Alessandria, Edizioni dell’orso, 1995, n. III, p. 22. La traduction est donnée d’après Matteo Bandello, Nouvelles, Paris, Club français du livre, 1961, p. 94.

29 Laurent Joubert, Op. cit., p. 213.

30 Cf. Rabelais, Œuvres complètes, éd. M. Huchon, Paris, Gallimard, Bibliothèque de La Pléiade, 1994, Tiers Livre, chap. XXVIII, p. 442-443.

31 Laurent Joubert, Op. cit., p. 215.

32 Voir Jacques Duval, Op. cit., p. 101-102 et p. 111.

33 Galien, De l’usage des parties du corps humain, trad. Dalechamps, op. cit., Livre XV, chap. VII, p. 905. CfAmbroise Paré, Œuvres, Paris, Gabriel Buon, 1585, Livre XXIV De la generation, chap. VI « Comment la matrice se resserre si tost que la semence y est jettee et retenue », p. 930 ; Jacques Duval, op. cit., p. 110.

34 Trois livres des maladies et infirmitez des femmes, Rouen, Jean Berthelin, 1649, p. 860-861.

35 Ambroise Paré, op. cit. Livre XXIV De la generation, chap. XXXVI, p. 967.

36 C’est le terme employé dans le De secretis mulierum, cité par Thomas Laqueur, p. 89.

37 Jacques Duval, op. cit., p. 104.

38 Platon, dans le Timée (90c) décrit la matrice comme un « vivant possédé du désir de faire des enfants » mais après avoir expliqué que, chez les mâles, « ce qui touche la substance des parties honteuses est insolent et autoritaire, tel un vivant rebelle au raisonnement ». Arétée de Cappadoce transmet cette conception mais en la réservant au seul organe féminin (De causis et signis acutorum morbrum, Lib. II, cap. XI) — la matrice est un viscère féminin, ayant complètement la nature d’un animal ; c’est un animal dans l’animal. Elle est de nature errante et instable, se délectant des odeurs suaves, et fuyant les odeurs nauséabondes. Galien fait de même, dans ses diverses allusions au Timée (Kühn, vol. 4, De semine, Lib. I, cap. II, p. 515).

39 Tiers Livre, op. cit., chap. XXXII, p. 453-454.

40 Jean Liébault, op. cit., Liv. I, chap. II « Quelles sont les maladies des femmes, et les causes d’icelles en general », op. cit., p. 6-7.

41 Id., p. 6.

42 Galien, contrairement à Hippocrate, explique les mouvements de la matrice non par une faculté de cet organe, mais par une réaction des ligaments et vaisseaux qui la tiennent. À propos de cette controverse, voir André Du Laurens, op. cit., p. 359. On consultera, pour les diverses théories antiques, Danielle Gourevitch, Le mal d’être femme. La femme et la médecine à Rome, Paris, 1984, chap. V « Les maladies hystériques », p. 113-128, et Ilza Veith, Histoire de l’hystérie, Paris, Seghers, 1972.

43 Le terme fait le titre d’un chapitre du traité : L. II, chap. 41 « La matrice vagabonde ».

44 Jean Liébault, op. cit., p. 409.

45 Op. cit., Livre III, chap. II, p. 530.

46 Ambroise Paré, op. cit., Livre XXIV, chap. LII, p. 990.

47 Le miroir de la beauté et santé corporelle, Lyon, Antoine Chard, 1625, Livre V, chap. X « Du mal de la mere, autrement suffocation de matrice », p. 820.

48 Sur le vocabulaire des organes génitaux, voir l’« Epistre apologitique » de l’anatomiste B. Cabrol lequel, plaidant pour l’authenticité des dépositions de sage-femmes que Joubert a insérées dans le chap. IV du livre V des Erreurs populaires, énumère les 17 parties « qui distinguent le sexe » (Seconde partie des Erreurs populaires, et propos vulgaires touchant la Medecine et le regime de santé, Paris, Claude Micard, 1587, fol. ++2ro).

49 Jacques Duval, op. cit., chap. VIII « Du sein de pudicité de la femme et des oreilles y encloses », p. 56.

50 Ambroise Paré, op. cit., Livre III, chap. XXXIV, p. 137 ; Chirurgie françoise recueillie par M. Jaques Dalechamps, Lyon, G. Rouillé, 1569, chap. 70, p. 424.

51 Dans Chirurgie françoise, op. cit., chap. 70 « La maniere de couper la partie dicte Nympha et la queue, dicte cercosis aux femmes », p. 424.

52 De immodica landica, quam Graeci yos nymfin appellant ; turpitudinis symptoma est grandis yos nymfe. Le terme « nymphe » ne désigne pas, chez Moschion, les petites lèvres de la vulve mais le clitoris (Jacques André, Le vocabulaire latin de l’anatomie, Paris, Les Belles Lettres, 1991, p. 187 ; on pourra voir aussi pour ce vocabulaire, Coelius Rhodiginus, Lectionum Antiquarum, Bâle, H. Froben, 1542, Lib. IV, cap. 7 « Pudendi muliebris nomina », 125a).

53 De la grossesse et accouchement des femmes, Paris, A. Pacard, 1620, L. III, chap. XLIV « De l’excrescence deshonneste du clitoris et des nymphes », p. 694.

54 Historiale description de l’Afrique, Anvers, C. Plantin, 1556, p. 178. Ambroise Paré, p. 137 : « Les Grecs les appellent Nymphes, qui pendent et sortent à aucunes femmes hors le col de leur matrice, et s’allongent et accourcissent, comme fait la creste d’un coq d’Inde : principalement lors qu’elles desirent le coït, et que leurs maris les veulent approcher, se dressent comme la verge virile, tellement qu’elles s’en jouent avec les autres femmes. Aussi les rendent fort honteuses et difformes, estant veues nues. Et à telles femmes on leur doit lier, et couper ce qui est superflu, par-ce qu’elles en peuvent abuser [...]. Or qu’il y ait des femmes, qui par le moyen de ces caruncules ou Nymphes abusent les unes des autres, c’est chose aussi vraye, comme monstrueuse, et difficile à croire, confirmé toutefois par un narré memorable, tiré de l’histoire d’Afrique, composee par Leon l’Afriquain, livre 3. (Voyez l’arrest de Jehan Papon, en son Recueil, livre 22. tiltre 7. Arrest 2. Deux femmes, etc. lesquelles furent bruslees.) asseurant en autre lieu, qu’il y a gens en Afrique, qui vont par la ville à la mode de nos Chastreux, et font mestier de couper telles caruncules, comme avons dit aux Operations de Chirurgie ». Voir aussi Jacques Dalechamps, op. cit., p. 424-426 ; Jacques Duval, op. cit., p. 68 ; André Du Laurens, op. cit., p. 355.

55 Op. cit., chap. X « Du cleitoris ou gaude mihi », p. 65. Brantôme, qui se délecte de telles histoires, commente aussi, grâce à l’étymologie, la signification des termes tribades ou fricatrices (Recueil des Dames, éd. Etienne Vaucheret, Paris, Gallimard, 1991, II, 1, p. 363).

56 Éd. Lyon, A. Chard, 1625, Livre V, chap. 20, p. 868.

57 De nobilitate et praecellentia foeminei sexus, éd. s. la dir. de R. Antonioli, Genève, Droz, 1990, p. 59 (texte latin), p. 102 (traduction).

58 Histoire naturelle, VII, 18, 1. D’après De nobilitate, op. cit., p. 59, note 20.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search