Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Rythmes. Histoire, littérature

 | 
Marie Blaise
, 
Alain Vaillant

Les rythmes de l’édition

Rythmes et supports de l’écriture romanesque de Balzac (1831-1836)

Joëlle Gleize

Texte intégral

  • 1 Voir en particulier les recherches de René Guise (Balzac, Presses Universitaires de Nancy, 1994) e (...)
  • 2 Ce travail doit évidemment beaucoup aux travaux de Roland Chollet (Balzac journaliste. Le tournant (...)

1La relation entre publication en librairie et dans la presse, entre roman-livre et roman-feuilleton est un aspect assez bien connu désormais de l’entreprise balzacienne1 ; j’aborderai la question en prenant en compte la publication en revue2. L’opposition livre / presse, pour respecter la spécificité du travail d’écrivain-éditeur de Balzac, me semble en effet devoir être compliquée par l’intervention de ce tiers qu’est la revue. Je m’intéresserai pour ce faire à la période restreinte qui commence en 1831, période où il renonce à des activités purement journalistiques, et qui se termine en 1836, l’année de l’entrée de ses romans dans la presse quotidienne, et j’explorerai l’hypothèse selon laquelle, entre les modes de publication différents qu’utilise Balzac, la continuité l’emporte sur la différenciation.

2On sait le goût de Balzac pour l’innovation éditoriale. Tentons de donner une vision d’ensemble des premières publications selon leur support (livre, revue ou quotidien)en délimitant quatre périodes successives.

3La première, depuis les premiers romans de littérature marchande jusqu’en 1830, voit Balzac produire pour les cabinets de lecture, seul ou en collaboration, et sous pseudonyme, puis après l’échec de son aventure d’imprimeur, faire alterner travaux de journalisme et premières publications en volumes, activités éphémères et premières pierres de l’édifice futur, encore lointainement et différemment entrevu. Le déséquilibre se fait très nettement en faveur des publications périodiques : trois livres (Le dernier chouan, La Physiologie du mariage et Scènes de la vie privée) contre quatre-vingt treize articles donnés aux périodiques, parmi lesquels dominent les articles non fictionnels.

4Pendant une seconde période allant de 1831 à 1836, celle sur laquelle nous nous attarderons, la publication suit deux voies — que l’on ne peut dire parallèles puisqu’elles se recoupent parfois — en librairie et en revue.

5À partir de 1836 et jusqu’en 1842, ces deux voies de la librairie et du périodique se prolongent mais la seconde se subdivise en revues et presse quotidienne avec une nette prédominance de cette dernière.

6À partir de 1842, presque toutes les premières publications se font par périodique et essentiellement dans la presse quotidienne ; deux exceptions seulement, Ève et David, dont la première publication se fait simultanément en volume et en feuilleton en 1843, et Splendeurs et misères des courtisanes dont la dernière partie est publiée en volume pour la première fois en 1844.

  • 3 XIeLettre sur Paris, Œuvres diverses, t. II, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 1996, p. 935.

7En dépit des critiques constantes et virulentes portées par Balzac à la presse périodique, « gouffre qui dévore tout et ne rend rien »3, il apparaît donc que Balzac donne très fréquemment à cette même presse la première publication de ses textes. La diversité des modes de publication semble n’accorder aucun privilège au livre ; cela tient à l’évidence à leur caractère de premières publications, toutes destinées, après corrections, à devenir livre, et livre de livres, selon les formes successives prises par la permanente et mouvante réorganisation et recollection de Balzac en vue de l’œuvre à construire.

BALZAC AUTEUR-ÉDITEUR

8Les choix opérés de supports différents correspondent en outre à des phases de mutation de la librairie et de la presse, et particulièrement au développement de la presse périodique : à l’essor des revues littéraires à partir de 1829 et à l’entrée de la littérature dans les journaux politiques à partir de 1836. En effet Balzac se montre soucieux d’accompagner voire de précéder la plupart des innovations de la librairie et de la presse au cours de la période considérée.

  • 4 Voir l’étude de R. Chollet : « Un épisode inconnu de l’histoire de la librairie : la Société d’abo (...)

9Ainsi s’intéresse-t-il très tôt et vivement aux possibilités qu’offre le recueil périodique qu’est la revue. Sa première participation littéraire à une revue se fait dès octobre 1830, alors même que les premières revues s’ouvrant à la littérature d’imagination (La Revue de Paris et La Revue des deux mondes sont créées en avril et juin 1829). C’est à cette même époque, entre septembre et novembre 1830, qu’il élabore un tout autre projet, la création d’une Société d’abonnement général, dont la diffusion par abonnement est destinée à atteindre le public aristocratique dans ses demeures de province4. Le projet n’aboutira pas mais Balzac revient à la charge en 1833 pour tenter à nouveau de procéder à la diffusion du livre par abonnement ; un acte est signé le 17 septembre avec deux éditeurs, Victor Bohain et Achille Everat, et Balzac se met à la recherche d’un papier de bonne qualité et à bon marché.

  • 5 Lettre du 3 avril 1834, Lettres à Madame Hanska, R. Pierrot éd. t. I, Éditions du Delta, 1967, p. (...)
  • 6 Correspondance, R. Pierrot éd., t. II, Éditions Garnier, 1961, p. 526.

10On voit combien Balzac poursuit avec obstination la recherche de solutions concrètes aux maux qui accablent la librairie et qu’il analyse et dénonce sans relâche : rareté et cherté du livre, diffusion trop restreinte. Et cette solution lui semble à chercher du côté de la périodicité, l’abonnement au livre combinant périodicité et fidélité du lectorat de la revue avec le support noble du livre. Un peu plus tard, on le voit projeter une édition du Médecin de campagne à 30 sous5 puis lui substituer un autre projet qui anticipe sur une innovation encore lointaine : en juillet 1834, toujours pour le Médecin de campagne qu’il considère comme un livre pouvant toucher un public large, il envisage une « belle et noble édition en un seul volume in-18 pour les amateurs »6 Là encore, cela ne se fera pas et Werdet rééditera ce roman en deux volumes in-8° en 1836.

  • 7 3,50 F au lieu de 7 F pour un in-8°.

11Or c’est ce même changement de format accompagné d’une suppression des grandes marges pour une mise en page compacte et d’une baisse du prix de vente qui fera le succès du libraire Charpentier quand celui-ci lancera une collection de rééditions d’ouvrages en un volume in-18 à prix réduit de moitié7. On sait que la création de cette collection, en 1838, marque un seuil important dans l’histoire du livre à partir duquel s’amorce une plus large diffusion. Et, en octobre 1838, la réédition de La Physiologie du mariage fait partie des premiers livres de la Bibliothèque Charpentier, lancée en août.

  • 8 Journal politique et littéraire, fondé en mai 1834 par William Duckett.
  • 9 Il continue cependant quelque temps à y publier.
  • 10 Revue mensuelle présentant en un volume in-32 de 1 F de la critique littéraire, une chronique poli (...)

12D’autre part, Balzac tente à plusieurs reprises de se doter d’une publication périodique dont il serait maître : ainsi, en décembre 1835, achète-t-il une feuille bihebdomadaire, la Chronique de Paris8, et, non content d’y publier de nombreux textes de fiction comme La Messe de l’athée ou L’Interdiction, il rêve d’en faire l’organe du « parti des intelligentiels » et y publie aussi des articles politiques. La société est cependant contrainte de se dissoudre en juillet 1836 et Balzac en est exclu9. Cet échec financier n’entame pas son désir de revue puisqu’il s’engage dans un projet similaire en juillet 1840 avec la Revue parisienn10, revue qui n’aura que trois numéros, presque entièrement rédigés par Balzac.

  • 11 Il faut y ajouter celle qui eut le plus de conséquences et de succès, et dont Balzac n’est pas l’i (...)

13Que conclure de ces opérations de librairie innovant avec plus ou moins de bonheur11 ? Il s’agit peut-être là pour Balzac de trouver un mode de diffusion plus efficace de ses propres textes mais, à l’évidence, son ambition dépasse largement ses intérêts propres pour concerner la librairie toute entière. Balzac se veut éditeur. C’est en cela et pour cela que toute son œuvre est adressée, et que s’y inscrit la quête d’un public toujours différent, plus large ou plus exigeant, un public avec lequel s’instaure un dialogue permanent, un public immédiat, plutôt qu’une abstraite postérité, celle que vise cependant l’auteur des Études sociales avant d’être celui de la Comédie humaine.

LA REVUE, ENTRE JOURNAL ET LIVRE

  • 12 La Revue de Paris est dirigée par Amédée Pichot, puis par Achille Brindeau ; La Revue des deux mon (...)
  • 13 Le Temps du 31 octobre 1830.

14En 1830, la revue apparaît comme une tentative audacieuse pour transposer dans le paysage éditorial de la toute nouvelle monarchie de Juillet le modèle anglais du recueil périodique consacré à la critique scientifique, politique et littéraire. Les deux revues qui se créent en 1829 se veulent différentes : La Revue de Paris plus aristocratique, plus ouverte à la création littéraire et artistique, la Revue des deux mondes plus académique et ouverte à un plus large public12 ; l’une et l’autre cependant, la seconde plus tardivement et avec plus de frilosité, publient de la littérature d’imagination. Toutes deux tiennent à se distinguer du journal : La Revue de Paris se veut « un recueil qui se rapproche du livre par l’étendue qu’il offre aux écrivains »13. De fait la revue partage avec le livre son format (in-8°) qui lui permet ensuite d’être reliée en volume, et s’adresse sensiblement au même public, socialement déterminé par le coût de l’abonnement (80 F la Revue de Paris et 50 F la Revue des deux Mondes)

  • 14 Cinq nouvelles dans la Revue de Paris, une dans la Revue des deux mondes, une dans L’Artiste.

15Entre 1831 et 1836, la participation de Balzac à des revues est très importante, tout en se réduisant et en se modifiant progressivement. Quantitativement, elle passe de 15 nouvelles ou fragments de romans en 1831, répartis principalement sur les deux grandes revues littéraires encore rivales — La Revue de Paris pour plus de la moitié (9) et la Revue des deux mondes (3) —, à 9 nouvelles publiées en revues en 1832, et plus dispersées14. À partir de 1833, le nombre d’articles romanesques diminue (j’en compte 6) et change de nature : il s’agit surtout de fragments de romans : Ferragus dans la Revue de Paris, Ne touchez pas la hache dans l’Écho de la Jeune France, un fragment du Médecin de campagne intitulé La veillée et la première partie d’Eugénie Grandet dans L’Europe littéraire. Cette réduction et cette dispersion sont liées aux relations difficiles que Balzac entretient avec les directeurs de revue et sur lesquelles je reviendrai.

16En 1834 et 1835, ce mouvement se confirme : moins d’articles (3 en 1834, 5 en 1835) mais qui sont des fragments de véritables romans, comme Séraphita ou Le Lys dans la vallée ; et c’est la totalité du Père Goriot, qui est publiée par la Revue de Paris. En revanche, l’année 1836 se distingue par une recrudescence de publications en revue, facilement explicable par les facilités qu’offre à Balzac cette Chronique de Paris éphémère mais dont il peut faire le tremplin de ses publications en librairie et où il publie sept romans et nouvelles ainsi que l’Historique du procès auquel a donné lieu Le Lys dans la vallée. Ce regain d’importance de la publication en revue ne dure pas, les années suivantes font la part belle aux feuilletons-romans et au livre, et Balzac ne publie plus qu’un article ou deux par an en revue.

  • 15 Lettre du 22 septembre 1832, Correspondance, t. II, op. cit., p. 126.

17Balzac a placé beaucoup d’espoir dans ce support nouveau, moyen de diffusion qui assure des revenus réguliers en argent frais. De ce point de vue économique, essentiel pour un écrivain qui veut vivre de sa plume, la publication en revue présente les mêmes avantages que le journalisme. Elle constitue également une campagne de publicité pour la publication en librairie, une pré-publication qui permet d’assouvir la curiosité des lecteurs et joue le même rôle qu’une série de lectures dans les salons parisiens. Telle a été la fonction des fragments de La Peau de chagrin : Le Suicide d’un poète et Une débauche publiés respectivement dans La Revue de Paris en mai et dans la Revue des deux mondes en juin 1831. Le plus souvent pourtant, il s’agit de véritables premières publications en revue : c’est le cas pour tous les contes, mais aussi pour certains romans comme Le Père Goriot — publications qui permettent d’atteindre d’autres lecteurs et de « grossir sa réputation »15.

  • 16 Lettre du 3 décembre 1832, Correspondance, t. II, op. cit., p. 185.
  • 17 Lettre à Adolphe Everat du 22 octobre 1834, Correspondance, t. II, op. cit., p. 561.

18Cependant ce mode de diffusion présente des contraintes auxquelles Balzac ne se plie qu’avec la plus grande répugnance. La première contrainte est sans aucun doute celle de la dimension du texte publié. Le 23 novembre 1832, Amédée Pichot fait remarquer à Balzac que « tout article de plus de deux feuilles est peu lu » ; à quoi celui-ci répond avec hauteur : « Je ne veux pas être exclusivement un contier. Autre est ma destinée. La preuve me regarde »16. Loin de se plier à cette exigence de brièveté, Balzac impose aux revues des textes de plus en plus longs. Et il le fait en toute connaissance de cause. Ainsi à propos de la Revue de Paris avec laquelle il a signé un nouveau traité dès l’arrivée d’un nouveau directeur (Achille Brindeau remplace Amédée Pichot avec lequel Balzac s’était brouillé), il écrit qu’« il pourrait ne pas convenir à ces messieurs de prendre une œuvre qui doit se diviser en 3 ou 4 numéros »17. Ce sont sans doute ces contraintes de longueur qu’il subvertit le plus aisément, instaurant déjà un rythme de lecture morcelé qu’il considère comme un pis-aller mais qui préfigure la lecture du roman-feuilleton.

  • 18 Lettre du 15 décembre 1832, Correspondance, t. II, p. 196.
  • 19 Lettre d’août 1833, Correspondance, t. II, p. 334.
  • 20 Lettre du 23 novembre 1832, Correspondance, t. II, p. 175.

19D’autres contraintes lui paraissent plus insupportables en ce qu’elles contreviennent à ses principes esthétiques ; Amédée Pichot en 1832 tente en vain de détourner Balzac d’une écriture digressive et trop attardée aux détails : « Vous écraserez vos rivaux, si vous en avez, Monsieur, par la puissance de l’intérêt bien plus que par les détails. Je vous parle en sot peut-être, mais en éditeur »18. Les revues ont en outre une coloration politique plus ou moins marquée qui peut fournir des arguments pour le refus d’un texte. Jules Forfelier, directeur de L’Écho de la Jeune France, revue ultra-catholique et conservatrice, interrompt la publication de Ne touchez pas la hache parce qu’il juge que le début du roman (la peinture du faubourg Saint-Germain) n’est « pas dans la ligne des principes de la revue »19. La censure est plus souvent encore morale que politique et certains reproches font écho à ceux que recevra à satiété Balzac à partir de 1836 et des publications en feuilleton ; ainsi cette remarque d’Amédée Pichot : « Le double sens, l’équivoque, etc. sont choses terribles dans notre public d’abonnés ; ce qui peut passer dans un volume […] saute aux yeux dans un article de Revue »20.

  • 21 L’expression se trouve dans l’Historique du procès auquel a donné lieu Le Lys dans la vallée, La C (...)

20À ces contraintes formelles, esthétiques et idéologiques, s’ajoute le nécessaire respect des délais qui assurent la régularité de la publication périodique et on sait que Balzac parvient difficilement à s’y plier. De tout cela résultent des relations souvent conflictuelles avec les éditeurs des revues auxquelles il collabore. Les querelles sont inévitables, envenimées parfois par l’hostilité exprimée par une revue à l’encontre de tel ou tel livre de Balzac paru en librairie ; et les brouilles qui en résultent expliquent plusieurs interruptions de publication (celle de Séraphita par exemple) ainsi que les interruptions dans la collaboration avec la Revue de Paris entre mars 1833 et mai 1834. Ces incidents peuvent prendre les proportions d’une « guerre littéraire »21 quand sont violés trop outrageusement les droits de la propriété littéraire. Les revues avaient pris l’habitude de communiquer des bonnes feuilles d’un roman en cours de publication. Mais c’est une dérive de cet usage vers l’abus de confiance qui suscita l’affaire du Lys en 1836 : des pages non corrigées, « épreuves encore informes et non revêtues du bon à tirer » selon les termes du jugement, avaient paru, avant même leur publication dans La Revue de Paris, dans La Revue étrangère à Saint-Pétersbourg. Le procès contre Buloz, propriétaire de la Revue à cette date, malgré la victoire remportée par Balzac, marque un seuil dans les relations de l’écrivain avec les revues, mais non avec la presse puisqu’à partir de cette année, 1836, commence la collaboration de Balzac avec le journal quotidien.

21À bien considérer l’ensemble des publications en revue et sans tenir compte de celles de la Chronique de Paris où Balzac est maître du jeu, le rapport de forces paraît finalement pencher en faveur de l’écrivain. Les éditeurs acceptent la publication de romans de plus en plus longs et qui ne concèdent rien à l’intérêt, mais relèvent au contraire de l’esthétique du détail réprouvée par A. Pichot, comme Eugénie Grandet (dont la publication est interrompue mais du fait de Balzac) ou Le Père Goriot. Et si, avec Roland Chollet, on peut trouver que les premiers contes publiés en revue s’intègrent difficilement à la Comédie humaine, on ne peut pas dire cela de la plupart des publications postérieures à 1831. Balzac réussit à plier la revue à ses exigences.

  • 22 Lettre du 12 ou 13 août 1832, Correspondance, t. II, p. 94.

22Il est pourtant un point et essentiel, sur lequel c’est lui qui est amené à faire des concessions ; c’est celui du caractère « industriel » de la littérature. Il parle ainsi à Buloz des « feuilles de papier noirci que vous m’avez habitué à considérer comme une marchandise »22. Mais il cherchera à avoir le dernier mot sur ce plan là aussi puisqu’il retournera la situation à l’avantage des auteurs : sa défense de la propriété littéraire se fonde précisément sur la revendication paradoxale d’une égalité de traitement et de protection entre les livres et les balles de coton.

ENTRE LE PLÂTRE ET LE MARBRE

23Parmi les premières publications de Balzac en librairie de 1831 à 1836, prédominent les textes intégrés à des recueils. Sur la totalité des premières publications en livres, seuls sept titres font l’objet d’une publication séparée : La Peau de chagrin, en 1831, les deux premiers dizains des Cent contes drolatiques en août 1832 et juillet 1833, Le Médecin de campagne en 1833, Le Lys dans la vallée et Vie et malheur d’Horace de Saint-Aubin en 1836. Pour les autres titres, ils sont publiés dans les Contes philosophiques, ou dans les livraisons des Études de mœurs au xixe siècle, ou encore dans Le Livre mystique. Le travail de regroupement qui mène à La Comédie humaine est donc déjà bien avancé ; des cadres sont posés, provisoires, et demandent à être remplis ou complétés.

24Ce mode de publication en librairie est-il moins contraignant que la revue ? Plusieurs éléments semblent l’attester : et tout d’abord le fait que plusieurs des publications interrompues par décision du directeur d’une revue sont reprises en livres : Séraphita, dont Buloz n’avait plus voulu, est édité par Werdet dans Le Livre mystique, Ne touchez pas la hache est publié dans son intégralité par Mme Béchet en 1834. Un exemple tout aussi probant est celui des Contes drolatiques que La Revue de Paris avait refusés pour des raisons politiques, jugeant un conte trop anticlérical dans le contexte de 1832, et qui sont publiés en volumes par Gosselin. Cette plus grande liberté idéologique tient évidemment à ce que le lecteur de livre est libre de son choix à la différence de l’abonné, fait souvent évoqué dans l’argumentation des directeurs de revue.

25Une certaine censure n’en existe pas moins, plus feutrée, moins unilatérale : c’est avec l’accord de l’auteur qu’un conte drolatique (Dires des trois pèlerins) est écarté comme trop leste dans le troisième dizain en 1837. Et Balzac lui-même prévient les critiques en modifiant la composition de la nouvelle édition des Contes philosophiques : « Les deux contes retranchés — Étude de femme et Sarrasine — n’étant ni assez philosophiques, ni d’une donnée facile à découvrir, il faut ôter ce prétexte aux critiques. » écrit Balzac à Gosselin le 11 septembre 1832.

  • 23 Préface de la première édition des Employés (La Femme supérieure) La Comédie humaine, op. cit., t. (...)
  • 24 Id. p. 891.

26À première vue, la librairie devrait accepter avec plus de souplesse les dimensions des romans. Mais c’est oublier « l’explication positivement littéraire » dont Balzac préface la première édition de La Femme supérieure et où il expose « les lois capricieuses du goût et de la convenance des marchands », celles du journal, puis celles de la Librairie : « La Librairie vient, elle veut deux volumes ni plus ni moins, ou un bout de conte pour mettre à ceci plus d’ampleur. Elle a ses habitudes de format, elle tient à ses marges »23. Et les contraintes sont encore plus sévères lorsqu’un roman entre dans la composition d’un recueil. Les contraintes de format obligent à compléter, à développer ou à unifier. Un exemple célèbre : la genèse de La Femme de trente ans est marquée fortement par l’obligation d’étoffer une première fois le tome IV de la seconde édition des Scènes de la vie privée chez Mame-Delaunay en 1832, puis une seconde fois, en 1834 pour sa réédition chez Mme Béchet dont la composition est plus dense que celle de Mame. En 1832, Balzac ajoute une nouvelle (L’Expiation) ; en 1834, il écrit Souffrances inconnues et opère un premier travail d’unification des six fragments sous le titre Même histoire. L’unité de ce qui s’intitule aujourd’hui La Femme de trente ans est née pour une grande part des contraintes de format : « Eh bien, vous qui riez de cet état de choses ou vous qui pleurez, croyez-vous que l’art y perde ? L’art se plie à tout, il se loge partout… »24

  • 25 Lettre du 18 octobre 1834, Lettres à Madame Hanska, op. cit., p. 258

27Quant à la liberté de se corriger que la librairie accorderait davantage, cela n’est guère probant pour Balzac qui corrige tout autant une réédition en volume que la première édition d’un article. On le voit cependant rêver de « fixer définitivement les textes de la grande édition générale de l’œuvre » encore intitulée Études sociales en 183425. Mais on connaît ses énormes corrections, « à la Buffon » dit-il dans la même lettre. Aucune édition en volume, fût-elle la dernière — celle de la Comédie humaine chez Furne —, n’a empêché Balzac de se corriger, et de faire du livre publié un manuscrit pour l’édition suivante. Le livre ne fixe rien, il n’est qu’une avancée de plus vers le monument toujours et encore à venir.

  • 26 Le roman paraît en février 1837.

28Un dernier trait spécifique de la méthode de travail de Balzac fait peser sur l’édition en librairie les mêmes contraintes que sur la publication périodique : pour gagner sa vie d’« ouvrier littéraire », Balzac est amené à vendre des volumes encore non écrits et les échéances fixées par les contrats, même si elles n’ont pas la régularité d’un périodique, constituent autant de mises en demeure d’écrire, sous peine de sanction pénale. Pour répondre aux sommations de Mme Béchet qui exige dans les vingt-quatre heures le texte de la sixième et dernière livraison des Études de mœurs, en juin 1836, Balzac fuit à Saché, où il écrit 16 heures par jour Illusions perdues26, et se plaint à ses correspondantes, Zulma Carraud et Mme Hanska, de « cette odieuse Mme Béchet ». Bien qu’il s’en défende avec virulence dans l’Historique du procès du Lys, Balzac se met souvent dans son tort vis-à-vis de ses éditeurs, à qui il vend parfois des ouvrages qu’il n’écrira finalement pas. Ainsi le roman historique Le Privilège, promis et retardé pendant plus d’un an, et qui nécessite une trop lourde documentation, constitue un des motifs de rupture avec Gosselin en 1834.

  • 27 Lettre du 15 juillet 1834, Lettres à Madame Hanska, p. 231.

29Balzac se place donc en situation de devoir fournir de la copie à dates fixes et parfois peu négociables ; mais ce n’est pas seulement par besoin d’argent frais. C’est sa conception même de l’œuvre qui entre en jeu ici. Il lui faut rassembler ses textes épars, constituer des ensembles et des ensembles d’ensembles, et pour cela s’engager à publier des séries de livraisons : « L’illustre Werdet […] m’achète une première édition des Études philosophiques (25 volumes in-12 comme Le Médecin de campagne) en 5 livraisons de chacune cinq volumes pour paraître de mois en mois » écrit Balzac en 183427. Ce rythme de publication mensuelle pour des livres — rythme souhaité mais non respecté — témoigne de la visée du travail d’écrivain-éditeur de Balzac : assurer à la publication de son œuvre en librairie la continuité et la régularité d’une publication périodique.

  • 28 Lettre du 29 août 1833, Correspondance, op. cit., t. II, p. 349.
  • 29 Historique du procès auquel a donné lieu « Le Lys dans la vallée » op. cit., p. 924.
  • 30 Correspondance, op. cit., t. I, p. 217.

30Quand on voit Balzac, dans sa correspondance, aspirer sans cesse à une liberté qui n’arrive jamais, il faut donc bien comprendre qu’il ne s’agit pas de se libérer des contraintes de la publication en revue en ne publiant plus que des livres, comme le lui conseille Zulma Carraud : « Une fois libre, vous ne ferez que des livres. […] Oh mon cher Honoré, n’écrivez pas, à moins d’urgence première, n’écrivez pas dans un journal ! N’usez pas le seul génie littéraire de l’époque. Quelque grande que soit votre facilité, comment voulezvous faire des ouvrages dignes de vous, avec la préoccupation d’un article à livrer à jour fixe ? »28 Cette lettre est significative de l’écart qui sépare cette opposition simple — la plus répandue — entre librairie et journal et que confortera Un grand homme de province à Paris, de la complexification que lui fait subir Balzac : les contraintes des deux modes de publication sont, de fait, assez semblables, et dans l’Historique du procès du Lys, il constate que ce qui aurait dû être point d’appui, le libraire et le journal, sont devenus pour lui « obstacles à vaincre »29. Que représente alors cette liberté dont rêve Balzac ? Le 3 juin 1834, il annonce à Mme Hanska « Quelle nouvelle ! Pichot renvoyé de la R (de Paris), j’y suis rentré ! avec quelques avantages pécuniaires qui vont m’aider à devenir libre »30. Devenir libre serait donc signer un nouveau contrat avec une revue ? Bien plus que des contraintes de publication, Balzac rêve de se libérer de toute astreinte financière, et plus radicalement du caractère commercial de la littérature. Face à cela, livre et presse se valent.

  • 31 Correspondance, op. cit., t. I, p. 590-1.

31L’opposition entre le livre définitif et la publication périodique provisoire ne peut donc convenir à ce moment de l’œuvre balzacienne où publier en périodique est publier en revue ; un livre, pour Balzac, n’est jamais définitif, ni en lui-même ni à lui seul. Dès 1831, à une correspondante anonyme qui critique La Peau de chagrin, il répond : « cet ouvrage n’est pas destiné à rester seul ; […] lisez la seconde édition. Sous le titre de Romans et contes philosophiques, j’ai un peu avancé dans le plan. L’un des meilleurs écrivains de notre époque a bien voulu soulever le voile de ma pensée intime et future dans une introduction »31. Balzac ne peut concevoir un livre comme une publication isolée.

32Le livre est en attente d’œuvre, c’est-à-dire des compléments — corrections, autres textes, paratexte, cadres, qui lui permettront de se muer en œuvre. Non seulement le livre est une réalité mouvante et non pas fixe, mais il est une réalité multiple, destinée à être complétée, entourée d’autres livres, pierres d’un édifice qui se construit dans le temps, qui a besoin de temps pour se construire, comme une revue.

  • 32 Préface de la première édition des Employés (La Femme supérieure), op. cit., p. 882.

33Dans sa première lettre à Mme Hanska, en mai 1832, Balzac montre qu’il conçoit la perfection à atteindre comme celle d’un « monument durable plus par la masse et par l’amas des matériaux que par la beauté de l’édifice ». Amas des matériaux : leur nature propre est indifférente à partir du moment où l’essentiel est le processus, le travail de construction. Dans l’analyse qu’il fait des conditions de la production littéraire, dans la préface déjà citée, Balzac compare la future mosaïque que sera peut-être son œuvre — si le hasard est bon ouvrier — à celles qui ornent les églises des villages italiens plutôt qu’à celles de Saint-Marc à Venise : « elle accusera plus de patience que de talent, une probe indigence de matériaux et la parcimonie des moyens d’exécution »32. Accès de modestie ? Bien plutôt orgueil, orgueil d’entreprendre une œuvre monumentale dans de telles conditions, à partir de genres non nobles, de sujets de moindre importance, et d’aussi fragiles supports que le périodique ou ce livre plus mal traité qu’une balle de coton.

Notes

1 Voir en particulier les recherches de René Guise (Balzac, Presses Universitaires de Nancy, 1994) et l’article d’Isabelle Tournier, « Les livres de compte du feuilleton (1836-1846) », dans A. Vaillant (dir.), Mesure(s) du livre, Bibliothèque nationale, 1992.

2 Ce travail doit évidemment beaucoup aux travaux de Roland Chollet (Balzac journaliste. Le tournant de 1830, Klincksieck, 1983) et de Stéphane Vachon (Les travaux et les jours de Balzac, Presses universitaires de Vincennes et Presses universitaires de Montréal, 1992).

3 XIe Lettre sur Paris, Œuvres diverses, t. II, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 1996, p. 935.

4 Voir l’étude de R. Chollet : « Un épisode inconnu de l’histoire de la librairie : la Société d’abonnement général. Avec le texte inédit de Balzac », Revue des Sciences humaines n° 141, janvier-mars 1971.

5 Lettre du 3 avril 1834, Lettres à Madame Hanska, R. Pierrot éd. t. I, Éditions du Delta, 1967, p. 199.

6 Correspondance, R. Pierrot éd., t. II, Éditions Garnier, 1961, p. 526.

7 3,50 F au lieu de 7 F pour un in-8°.

8 Journal politique et littéraire, fondé en mai 1834 par William Duckett.

9 Il continue cependant quelque temps à y publier.

10 Revue mensuelle présentant en un volume in-32 de 1 F de la critique littéraire, une chronique politique et des productions romanesques, qu’il crée avec Dutacq.

11 Il faut y ajouter celle qui eut le plus de conséquences et de succès, et dont Balzac n’est pas l’initiateur : sa participation inaugurale à un journal politique, La Presse d’Émile de Girardin.

12 La Revue de Paris est dirigée par Amédée Pichot, puis par Achille Brindeau ; La Revue des deux mondes par François Buloz qui achète la Revue de Paris en 1834.

13 Le Temps du 31 octobre 1830.

14 Cinq nouvelles dans la Revue de Paris, une dans la Revue des deux mondes, une dans L’Artiste.

15 Lettre du 22 septembre 1832, Correspondance, t. II, op. cit., p. 126.

16 Lettre du 3 décembre 1832, Correspondance, t. II, op. cit., p. 185.

17 Lettre à Adolphe Everat du 22 octobre 1834, Correspondance, t. II, op. cit., p. 561.

18 Lettre du 15 décembre 1832, Correspondance, t. II, p. 196.

19 Lettre d’août 1833, Correspondance, t. II, p. 334.

20 Lettre du 23 novembre 1832, Correspondance, t. II, p. 175.

21 L’expression se trouve dans l’Historique du procès auquel a donné lieu Le Lys dans la vallée, La Comédie humaine, éd de P. G. Castex, t. IX, Gallimard, Bibliothèque de la pléiade, p. 918.

22 Lettre du 12 ou 13 août 1832, Correspondance, t. II, p. 94.

23 Préface de la première édition des Employés (La Femme supérieure) La Comédie humaine, op. cit., t. VII, p. 891.

24 Id. p. 891.

25 Lettre du 18 octobre 1834, Lettres à Madame Hanska, op. cit., p. 258

26 Le roman paraît en février 1837.

27 Lettre du 15 juillet 1834, Lettres à Madame Hanska, p. 231.

28 Lettre du 29 août 1833, Correspondance, op. cit., t. II, p. 349.

29 Historique du procès auquel a donné lieu « Le Lys dans la vallée » op. cit., p. 924.

30 Correspondance, op. cit., t. I, p. 217.

31 Correspondance, op. cit., t. I, p. 590-1.

32 Préface de la première édition des Employés (La Femme supérieure), op. cit., p. 882.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter