Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Rythmes. Histoire, littérature

 | 
Marie Blaise
, 
Alain Vaillant

Les rythmes de l’édition

L’Événement (1848-1851) : la littérature comme sujet d’actualité, l’actualité comme objet de l’écriture littéraire

Michèle Fizaine

Texte intégral

1Dans son premier numéro du 30-31 juillet 1848, le journal L’Événement précise clairement sa ligne rédactionnelle, cosignée par les fils de Victor Hugo, Charles et François-Victor, encadrés par les fidèles amis Auguste Vacquerie et Paul Meurice, et « éclairés » par leur père. Le journal consacre trois articles à la définition de son projet. C’est donc une entrée en matière selon trois points de vue différents, qu’il s’agisse du premier-Paris « Ce que nous sommes, ce que nous voulons », de l’article central « Un mot sur notre titre », ou du feuilleton « Les premières hirondelles ». La rédaction manifeste la volonté d’occuper tout l’espace de la page, en réunissant les trois champs d’écriture : le sujet, le commentaire et la critique.

2C’est plus que ne font d’ordinaire les journaux lors de leur création. Mais le but que se fixe L’Événement, au risque de paraître farfelu, est de déplacer la fonction même du journal quotidien dans son rapport au réel, et précisément à la quotidienneté. Ce qui correspond à l’entrée en lice de champions romantiques. Car à la différence d’autres organes de 1848, qui sur un modèle révolutionnaire sont la voix ou l’écho d’un groupe social ou politique (tel Le National), ou d’un homme (tel Lamartine), les rédacteurs affirment « une franche impartialité », même s’ils choisissent pour repère la déclaration de Victor Hugo en 1848. Leur ligne est clairement exposée :

Il est même bien entendu que nous nous séparerions des penseurs éminents avec lesquels nous avons tant d’idées communes, là où leurs vues viendraient à différer des nôtres. L’admiration que nous leur avons vouée se conservera jalousement libre et volontaire devant leur génie. Que ceci soit nettement établi dès l’abord pour éviter toute équivoque et toute méprise : nous demeurerons toujours indépendants vis-à-vis d’eux ; ils demeureront toujours irresponsables vis-à-vis de nous.

3Se référer à cette position exprimée le 24 février 1848, c’est prendre Victor Hugo comme modèle d’indépendance, et s’affirmer comme « ultra » sur ce point. Néanmoins, cela paraît bien vague de prendre comme principe dans l’impartialité, surtout lorsque les impératifs définis semblent une hypertrophie tautologique de la fonction du journal quotidien :

  • « parler au riche des droits du pauvre, au pauvre des droits du riche, à chacun de ses devoirs », dans un rôle de médiateur social ;
  • « donner tout ce que nous avons de lumière » ;
  • « chercher des solutions aux difficultés sociales » ;
  • « voir comment on pourrait équilibrer les forces de la société ».

4Éloquence, médiation, remédiation ne sont pas les données ordinaires de l’écriture de presse du milieu du xixe siècle, si ce n’est qu’à cette époque un journal était véritablement un lieu d’expression très investi, très convoité, une « tribune » pour un homme célèbre.

5Dans le feuilleton « Les premières hirondelles » de Charles Hugo, L’Événement se définit comme le journal de Victor Hugo et de ses amis, assignant aux dates une fonction plus symbolique qu’historique : 1830, c’est un soleil couchant, c’est Notre-Dame de Paris ; 1848, c’est une aurore, c’est le livre des Misères. Sous la plume de Charles Hugo, on trouve l’énumération traditionnelle (souvent hebdomadaire) des feuilletons, mais les signatures illustres apportent un caractère sensationnel nouveau. Que va souhaiter lire le lecteur ? Est-ce le « Mouvement des lettres et du théâtre », les « Ateliers des peintres et des sculpteurs », ou un article d’Auguste Vacquerie, un feuilleton de Théophile Gautier ? L’attirance doit être particulièrement forte en ce qui concerne ce dernier, car il annonce un feuilleton constituant un livre entier, « La Plastique de la civilisation »… dont il n’écrit finalement qu’un seul chapitre. Primauté du sujet ou de la signature ? La question implicitement soulevée par L’Événement est bien celle du statut du texte éphémère.

6L’article le plus curieux de ce numéro, qui lance une polémique d’avant-garde non signée, mais sans doute attribuable à la plume d’Auguste Vacquerie, se trouve à la page 3. Pour marquer des distances vis-à-vis de la presse où la politique occupe le premier rang, la rédaction définit son rôle en des termes entièrement nouveaux :

Il appartient à la presse de marquer aux faits leur place véritable. Elle doit les échelonner selon leur importance propre, dégager sous la popularité momentanée et superficielle la vraie et solide valeur, et donner dès à présent aux choses l’attitude qu’elles auront dans l’histoire. Elle doit recueillir, n’importe où, dans la mansarde de l’ouvrier si ce n’est pas dans le salon du ministre, dans l’industrie ainsi que dans l’art, dans la charité ou dans le courage, l’acte quelconque qui est le réel événement du jour, et le poser glorieusement debout sur la première colonne comme sur son piédestal.

7Cette notion d’événement et ce travail proposé dans le champ quotidien pour prélever, établir un discrimen dans la variété des faits sont totalement inédits en 1848. Ils constituent le projet du jeune journal, sur lequel celui-ci ne manque pas d’insister :

Notre idée est bien simple, et cependant elle n’est encore venue à personne : nous rangerons les faits, non selon l’espèce, mais selon l’importance. Nous ne retrancherons rien des matières habituelles, mais nous honorerons les questions en raison de leur grade. Nous mettrons en relief l’incident significatif des vingt-quatre heures. Cela n’empêchera pas notre journal d’être tout ce que sont les autres : il sera la polémique, la nouvelle, l’entrefilet, la sténographie de l’Assemblée, etc. ; mais il sera d’abord, et surtout, l’événement du jour.

8La rédaction ne manque pas de préciser que l’événement peut être littéraire. Il le sera pratiquement tous les jours, personnifié par Victor Hugo. Considérer la littérature comme un événement ouvre un vaste champ de réflexion : comment la littérature est-elle un sujet d’actualité, comment l’actualité peut-elle être un objet littéraire ?

LA VIE QUOTIDIENNE DE L’ÉVÉNEMENT

9L’Événement n’est pas un journal comme les autres : il le dit, et on le lit dès le premier numéro. Tous les témoignages de l’époque l’attestent avec insistance. Sa principale réputation est celle d’un organe dévoué aux causes défendues par Victor Hugo — une extension de la tribune de l’Assemblée en somme. Pourtant il présente bien d’autres caractéristiques qui en font un modèle exemplaire :

  • C’est un « produit » Girardin, et il vient prendre le relais de La Presse après sa suspension durant l’été 1848.
  • C’est le journal qui atteint les plus fortes ventes en mai 1850 (42 000 exemplaires et même 50 000 le 16 mai).
  • C’est le seul journal démocratique qui parvienne encore à paraître en 1850 malgré la censure, et le seul de tous les journaux à résister à l’accumulation des poursuites judiciaires en 1851.
  • C’est un nouveau « journal des débats ». Il révolutionne l’information sur l’Assemblée au même titre que les Débats par le passé. C’est la seule feuille qui puisse paraître quotidiennement une heure après la fin des séances parlementaires — rapidité qui serait impensable de nos jours. Il s’est doté de moyens et de techniques d’avant garde et peut tirer 12 000 exemplaires et même 100 000 dans la soirée si nécessaire. Cas unique, il publie tous les jours la séance complète.
  • C’est le journal qui a subi le plus grand nombre de poursuites et de condamnations. Interdit et immédiatement remplacé par L’Avènement du peuple, il voit tous ses rédacteurs envoyés en prison. Un poème de Victor Hugo « À Quatre prisonniers »1 y fait explicitement allusion.

10Pour permettre une approche de la réalité de ces difficultés, une chronologie rapide permet de survoler les principaux conflits :

111849 Avril : plainte de Jules Bastide « républicain notoire », ministre des affaires étrangères et rédacteur du National. Démêlés avec Carlier, préfet de police : fin 1849, fausse conspiration légitimiste. 20 avril : interdiction de vente sur la voie publique. 27-28 avril : saisie dans les succursales.

121850 27 mai : poursuite pour l’article « Le Contraste » (sur la violence de la Droite). Acquittement. Automne (six mois de poursuites diverses). Lois sur la presse qui saignent les journaux (de 2 500 F à 1 à millions pour une seule contravention). L’Événement est condamné à 3 000 F, ramenés en appel à 1 500 F, pour défaut de signature. Puis pour défaut de timbre (un centime par numéro) à 21 000 F, ramenés en appel à 4 550 F (procès avec le gérant). Il faut ajouter 200 F pour annonce de loterie prohibée, 200 F pour le duel de Charles Hugo contre le fils Viennot du Corsaire en novembre 1850.

131851 Dès le début mai le ministère semble chercher des raisons de poursuivre L’Événement. 16 mai : procès de la peine de mort pour l’article « L’exécution de Montcharmont ». Erdan est acquitté, Charles Hugo condamné à six mois de prison et 500 F d’amende. Il obtient de n’être incarcéré que le 1er août. 3 juin : pétitions révisionnistes (affaire du maire de Poissy et des marchands de bestiaux). Paradis est condamné à deux mois de prison et 500 F d’amende, Erdan à un mois et 500 F, plus les frais, la contrainte par corps et la destruction des numéros. 9 septembre : procès de François-Victor Hugo pour l’article « Un aveu » où il montre l’hostilité du gouvernement aux réfugiés allemands. Il est condamné à neuf mois de prison et 2 000 F d’amende, et Paul Meurice à neuf mois et 3 000 F. L’Événement est suspendu.

14Enfin le procès de L’Événement du peuple, accusé de reprendre le titre de L’Événement, met fin à l’aventure. Le journal est soutenu par Le National, Le Siècle, aussi bien que par Le Pays. Vacquerie est condamné à six mois de prison et 1 000 F d’amende.

15Pour la première fois dans l’histoire de la presse tous les rédacteurs sont emprisonnés. Finalement Paradis est libéré le 14 octobre, Paul Meurice rachète le journal pour 9 020 F, et Pierre Bernard prend en charge la rédaction jusqu’au coup d’État.

16Pour comprendre l’originalité de L’Événement, il faut aussi considérer sur quels grands thèmes le journal a fait campagne. Ce sont principalement la pénalité — peine de mort, prisons, juridictions et transportations —, les questions sociales — travail, misère, enseignement —, la liberté d’expression — presse, enseignement et tribune. D’autre part, L’Événement a suivi de près, avec certaines nuances, l’évolution politique de Victor Hugo en 1849. Tout d’abord, dans la campagne électorale contre Cavaignac, le journal est moins favorable que La Presse à la candidature de Louis-Napoléon Bonaparte. S’il est désireux de faciliter la nomination de Victor Hugo à un poste de ministre, il se montre critique vis-à-vis des positions de Girardin. L’Événement affiche une indépendance grâce à laquelle il veut se placer au-dessus des engagements politiques, en choisissant une réflexion prévisionnelle, et en se donnant le rôle de donneur de conseils. Ainsi manifeste-t-il clairement sa déception vis-à-vis de Lamartine, et pose des conditions préalables à toute allégeance : un ministère pour Victor Hugo et la création des États Unis d’Europe. Il inscrit à son programme la défense des classes souffrantes.

  • 2 Publiée le 18 mars 1849.

17À cette époque, le journal est assez favorable à Montalembert, dans lequel il voit le défenseur de la Pologne, et il est vrai que celui-ci se montre plutôt proche de Victor Hugo dans ses options comme dans son style. Ce sont les débats sur l’Expédition de Rome et sur la Misère, en 1849, qui marquent une rupture avec la droite, bientôt définitive, rupture déjà entamée par la position prise par Victor Hugo à l’égard du pillage des imprimeries, au mois de juin. Dans cette période où le poète-représentant a signé la Déclaration du Comité de la Rue de Poitiers2, sa candidature est soutenue par l’Union Électorale, Le Siècle et le Comité de la presse modérée : c’est une alliance particulièrement réussie, et L’Événement développe alors, en bonne entente avec Girardin, l’idée d’un Tiers Parti, tout en gardant comme objectif principal de libérer et promouvoir la presse.

LA LITTÉRATURE DANS L’ACTUALITÉ

18L’Événement est une nouveauté médiatique, et, ce qui le distingue fondamentalement des autres organes de presse, ce sont les modifications apportées à la notion de représentation et à la prise en compte de la temporalité par un texte. Comment la littérature peut-elle entrer dans l’actualité autrement que comme objet d’étude, c’est-à-dire par une approche différente des cadres de la rubrique, de la chronique, du compte rendu, de la critique ou des bonnes feuilles ?

19Les raisons sont d’abord extérieures : les rédacteurs sont des écrivains, souvent connus : c’est la première fois qu’une rédaction est aussi largement et ostensiblement littéraire. Qui plus est, ils sont les représentants du Romantisme.

20Si la littérature fournit l’événement du jour — comme le prévoit le programme —, si elle a une place de choix dans ce très grand catalogue que constitue la collection du journal, ce n’est pas seulement au sens d’une irruption éphémère, comme on feuilletterait un éphéméride, dans lequel un événement chasse l’autre. On ne parle pas d’« événement littéraire » comme on parle d’« événement historique », puisqu’il peut échapper à l’histoire comme à la chronologie — ou du moins ne dépend pas d’un mode de pensée historique ou chronologique.

  • 3 EV, 19 et 20 septembre 1848.

21L’Événement se propose donc d’échelonner, de mettre en relief, de « donner aux choses l’attitude qu’elles auront dans l’histoire ». Le terme « attitude » est essentiel, on se trouve dans une temporalité strictement médiatique : il n’y a pas de date, ni de présent, si ce n’est pris dans une chaîne de sens. Le feuilleton « Choses écrites il y a vingt ans »3, qui collecte les textes passés de Victor Hugo en les éclairant d’une actualité, en est un superbe exemple. Un titre comme « La révision de la Constitution » court sur une assez large période en 1851, tout comme celui de « Le procès de la peine de mort ». De même l’affaire Lesurques est réactualisée par la révision de son procès, en février de la même année.

  • 4 Maurice Mouillaud et Jean-François Tétu, Le Journal quotidien, Presses universitaires de Lyon, 198 (...)

22Parler de « faits » en matière de presse est une image4. Ils existeraient difficilement dans un passé proche ou lointain puisque le texte de presse les en arrache. Le sujet traité est identifié à son support dans un présent qui réunit le présent de la parution, le présent du rédacteur et le présent du lecteur. C’est en somme ce qui définit l’actualité : un présent en acte, en attente d’un futur. Ce que fait donc L’Événement par rapport à ces données, c’est déplacer le champ de l’actualité en le situant sur le champ littéraire : « échelonner », c’est adopter une perspective verticale et non plus horizontale. Et il n’y a plus de discours clos, spécialisé, plus de presse dite littéraire, plus de surface déterminée — même emplacement, même lignage. Frédérick Lemaître, par exemple, devient une notion repère qui circule d’un article à l’autre. Ou bien la question de la pénalité est un sujet réflecté par des textes de types très différents.

  • 5 Ibid.

23Déterminer un événement, c’est une question de bornage. Il est vrai, comme l’expliquent Mouillaud et Têtu dans les préliminaires de leur ouvrage sur le journal quotidien5, qu’en ce qui concerne la presse une écriture de l’espace prend la place de la rhétorique du discours. Il y a lieu de parler de scène parce qu’il n’y a plus rhétorique ou rumeur, mais inscription, à partir d’éclairages divers, d’axes différents. Le réel, forcément absent, est, selon le programme « romantique » de L’Événement, tout aussi bien social que politique, littéraire et artistique. Dans une construction mentale cumulative : « Et… et… », et non pas alternative : « Ou… ou… ».

24L’ostentation littéraire que l’on trouve dans L’Événement renvoie à un réel autopsié comme littéraire. Sans doute peut-on appeler cela interprétation. En fait, il y a une exténuation du réel au profit du littéraire. Mais de quoi le littéraire serait-il le porteur privilégié ? En réalité, il introduit une raison, un ordre, et donne une raison d’être à ce qui est reçu comme anormal et imprévisible, l’événement. Rien d’étonnant à ce que la littérature soit particulièrement destinée à proposer des modèles. Sur le modèle d’ailleurs de Victor Hugo, qui, à l’Assemblée choque beaucoup par la mobilité de son lieu de parole, de l’origine de son discours.

25Seule la littérature serait susceptible de fournir réponse à un type d’attente du lecteur, car elle s’avère un bon instrument d’optique pour l’approche des événements. Et chaque article rappelle implicitement le contrat de lecture que passe le lecteur avec le journal. Si celui-ci comprend le rapport qui lie Notre-Dame de Paris et 1830, il comprend le rapport entre Les Misères et 1848, le rapport entre Le Dernier jour d’un condamné et la peine de mort, entre la pièce de Vacquerie, Tragaldabas et les attaques du National.

26Le bornage arbitraire assigné à l’événement est donc consensuel ; l’événement peut être affirmé comme évident et la littérature est légitimée comme seul moyen d’accès au réel. Seul « média » par conséquent. Telle est la véritable originalité de L’Événement. Le premier-Paris « La Littérature en cour d’assises » du 10 décembre 1850 est sans doute le meilleur exemple de cette rupture marquée par L’Événement avec le reste de la presse. L’Univers et L’Opinion publique ont vu dans le succès du roman-feuilleton la cause d’une perte générale de la moralité : le crime dont s’est rendu coupable l’abbé Gothland, qui passe en jugement pour empoisonnement, en est, selon eux, un symptôme. Charles Hugo répond aux attaques portées par Louis Veuillot contre les « moralistes du socialisme », et dénonce son jésuitisme :

Vous poursuivez, dans les hommes de la littérature contemporaine, les grands hommes de la littérature du dix-huitième siècle que vous n’osez attaquer en face ! Que le chiffonnier Tartuffe emplisse chaque soir son journal des immondices du coin de la borne, rien de mieux ; mais nous ne lui permettrons pas de vider sa hotte sur Molière.

27Le mot est lâché : « Libres penseurs ». Sous ce titre, le lendemain, Charles Hugo répond à l’accusation de « lèse-barbarie ». Et il défend la littérature dans la fonction « moderne » que peut lui assigner la presse de 1850 :

C’est parce qu’il y a au bas de la société des êtres méprisés, souffrants, courbés sous les dédains et sous les affronts, depuis la femme qui veut se purifier et que la police cadenasse dans la honte, jusqu’au criminel qui peut vouloir se repentir et à qui la société fait traîner le boulet de la réprobation après le boulet du bagne ; c’est parce que ces misères silencieuses et désolées existent dans les profondeurs douloureuses de ce monde que la littérature contemporaine est allée les y chercher, les y consoler, les y relever en leur portant l’espérance ! C’est pour cela que nous honorons cette littérature et que nous la défendons. Elle purifie la boue, c’est vrai, mais la boue que votre talon a faite ; et elle attaque vos égoïsmes, vos préjugés et vos tyrannies, lorsqu’elle jette ses rayons sur cette fange où vous ne jetez que vos crachats !

28On ne peut rêver plus intéressante rencontre entre les deux instances chargée de donner des outils à la pensée. On trouve là une définition in vivo et in situ du rôle de la littérature dans la société. L’Événement n’a jamais été aussi clair et incisif dans sa fonction médiatique.

L’ACTUALITÉ DANS LA LITTÉRATURE

29Le milieu du xixe siècle est une période de paroxysme exemplaire dans l’histoire de la communication. La littérature est affirmée comme beaucoup plus intéressante que le champ politique parce qu’elle fournit des penseurs et des idées, et l’on considère que la liberté civique — le suffrage universel — en dépend bien plus que d’une nouvelle révolution. Dans le même temps, ce qui légitime la littérature, c’est le fait qu’elle dit tout et englobe tout. Un « tout » universel et encyclopédique — le « Tout pour tous » de Girardin bien sûr. Mais aussi le tout pluriel, éclaté, la vision multiple de l’Argus fétiche.

30Pour Victor Hugo, représentant de la littérature à l’Assemblée et dans la presse, L’Événement est une expérience de la réflexion à divers titres. Son rôle journalistique est bien différent de celui qu’il jouait dans Le Conservateur littéraire, en 1820, dans La Muse française, en 1823. Il est évidemment le sujet de nombreux articles, donc d’une certaine manière la raison d’exister du journal. Il en est aussi la source puisqu’à l’occasion il fournit de la copie, suggère un article, participe à la réunion de rédaction quotidienne, ou plus humblement apporte la sténo des débats de l’Assemblée, et en relit les épreuves sur le marbre. Sa correspondance l’atteste. Mais il s’agit du côté matériel de cette activité, et Victor Hugo, comme ses contemporains le lui reprochent, en fait une expérience personnelle, plus que professionnelle ou institutionnelle. Il n’est pas homme de presse. Comme livre de raison, il s’est donné Littérature et philosophie mêlées, considéré à juste titre comme un manuel de journalisme. Sa pratique a été entretenue, son regard n’a rien perdu de son acuité grâce à l’écriture des Choses vues. Le programme de la « substitution des questions sociales aux questions politiques » peut être mis en route.

  • 6 EV, 21 janvier au 31 mars 1849.

31Pour Victor Hugo et pour ses amis, L’Événement permet à la littérature de plonger dans la réalité : prélever, analyser, prendre la température, catalyser… Extirper un événement de sa trivialité, l’« optique » littéraire le peut. Par référence oblique, les bavardages d’Adèle ou de Léonie Biard dans les feuilletons attestent que la vie mondaine, les rencontres lestent l’écrivain du poids du quotidien. Les feuilletons historiques ou les récits de voyage sont implicitement, ou explicitement, liés à l’actualité. Ce qui est accident dans la presse ordinaire entre en système dans L’Événement. Les feuilletons « Henri de Bourbon » de Lacretelle, « Le Transporté » de Méry, développent une fiction à partir d’un thème appartenant aux sujets du jour. L’esprit quarante-huitard du « Transporté »6, et son bonapartisme, correspondent bien aux préoccupations des premiers mois de 1849. L’écart, caractéristique de la fiction, est plus dans l’optimisme du ton (on espère une solution humaine pour les condamnés politiques de 1848) que dans l’exotisme du cadre de Madagascar.

  • 7 EV, juin à octobre 1850.

32Un roman fleuve d’Alexandre Dumas, « Le Trou de l’enfer », devenu ensuite « Dieu dispose »7, occupe longuement le rez-de-chaussée de L’Événement. Outre qu’il manifeste un intérêt pour la musique aussi passionné que celui de Balzac ou d’Hoffmann — avec un goût comparable du frénétique —, il évoque avec une grande précision le milieu royaliste et le monde diplomatique en situant le début du récit en 1829, et en faisant abondamment allusion aux contemporains : Armand Carrel et son National, le milieu de la Charbonnerie, Augustin Thierry, Ary et Henry Schaëffer, Pierre Leroux… Ce sont là surtout des références, des citations. En revanche des études assez exhaustives sur Balzac, sur Michelet — éclairés par des feux multiples : feuilletons, articles, premiers-Paris, entrefilets — ainsi que sur Marie Dorval, Rachel, Frédérick, sont plus que des portraits. Eux-mêmes sont des relais de la réalité, comme écrivains, comme acteurs d’un siècle.

  • 8 EV, 20 avril 1851.

33L’Événement se charge de déterminer ce qui appartient à ce champ littéraire observé par la presse. Et ces textes ne fonctionnent jamais de façon close. On pourrait étudier longuement comment on passe des nouvelles diverses aux nouvelles littéraires écrites par Monselet ou Barthet, ou aux « bohêmes » de Mürger, éclairées par les questions artistiques et picturales du moment. Ou comment le talent multiple d’un Champfleury prend en compte des « choses vues » au cabaret, des souvenirs napoléoniens, fait un clin d’œil à Hoffmann, ou choisit l’écriture éclatée de carnets de voyage. Baudelaire n’est pas loin : Champfleury en fait d’ailleurs la présentation8.

34La digestion quotidienne du réel n’est pas seulement l’assouvissement d’un appétit littéraire destiné à procurer un sentiment de satisfaction chez le lecteur. La correspondance des différents types de textes dans un même numéro, ou dans la collection entière du journal, permet un fonctionnement ouvert, donc l’élaboration d’une esthétique, même de plusieurs esthétiques. Ces textes visent un « à-venir ». Notamment le feuilleton d’Henri de Lacretelle en avril 1850, « Henri de Bourbon », qui situe son action entre 1901 et 1950, et est un roman d’anticipation. Nostalgie monarchiste, Vendéens, aérostat : le passé proche de 1850 et le futur rêvé du xxe siècle se rejoignent comme « la quantité de futur que l’on peut introduire dans le présent », selon la formule de Victor Hugo. Tout finit par une citation de Chateaubriand, car en 1950 ( !) le héros veut que soit gravé sur sa tombe : « Tout est dans la main de Dieu excepté le passé, qui, lorsqu’il est tombé de cette main toute puissante, n’y rentre plus ».

  • 9 EV du 14 mai, 14 août et 1er septembre 1851.

35À la différence de Jules Verne, une responsabilité « politique » de la littérature semble engagée dans la qualité de la prévision. Cette responsabilité est évidemment très grave lorsque L’Événement se mêle d’annoncer « l’Avènement du peuple », et les « Choses étonnantes qu’on verra en 1852 », la France délivrée de Louis-Napoléon Bonaparte. Mais le dernier événement, analysé d’avance par L’Événement, n’a pas lieu9.

36Si l’on trouve l’ombre portée de tout cela dans l’œuvre littéraire de Victor Hugo, y chercher strictement ce qu’on appelle des sources serait réducteur. Il est certain qu’il y a dans les faits divers de quoi alimenter Les Misères. Et l’on sait bien que Victor Hugo était un « lecteur avec des ciseaux », c’est à dire qu’il prélevait au cours de son observation régulière de la presse les articles, fragments ou éléments qui attiraient son attention. Par ailleurs, dire que tout se tient, depuis l’entrefilet jusqu’au roman, en prenant comme repères en matière de littérature les originalités stylistiques des premiers-Paris, n’a pas grand sens. Ce qui est important et crée une continuité d’écriture, c’est le point commun de re-présentation qu’il y a entre un article de journal et une œuvre littéraire. Il est vrai que dans L’Événement cette re-présentation est morcelée et quotidienne : on trouve dans ses articles une poétique de l’antiphrase, des images constituant une symbolique des adversaires, désignés en tant que monstres et bêtes comme dans Châtiments, mais la construction est lâche. La cohérence est implicite, et surtout, par définition, elle n’est pas nécessaire.

37En revanche, lorsque L’Événement évoque avec détails le refus des charpentiers de construire la guillotine, lorsqu’il parle avec insistance de l’égout de Paris, des violences, du bagne social, il donne à voir au lecteur, par une sorte de réflexion optique, ce qui a attiré son regard dans le cadre d’un discours général, parfois d’une argumentation. Le Gibet, Les Misérables, donnent à relire un présent qui n’est plus d’actualité, qui n’est plus un événement, mais qui prend dans la fiction poétique ou romanesque un caractère d’exemplarité. Le lien argumentaire a une autre fonction, puisqu’il s’agit bien là de deux philosophies différentes du temps.

  • 10 Sur Victor Hugo représentant, on peut consulter, outre Michèle Fizaine, Victor Hugo et l’Événement (...)

38Plus étrange est bien sûr la transformation littéraire de l’expérience de la tribune qu’a faite Victor Hugo entre 1848 et 1851. Si l’on peut penser à la dimension vécue dont témoignent Quatre-Vingt treize et L’Homme qui rit, il s’agit là encore de l’élaboration d’une image de l’orateur. La série de L’Événement, les prélèvements d’articles, la construction des Actes et Paroles forment un terrain soigneusement travaillé. Ou plutôt fournissent à Victor Hugo ce faisceau de points de vue qui permettent à un orateur de se constituer ce regard sur lui-même dont il est forcément privé par son expérience. Dans l’affrontement d’une assemblée hostile qui le désigne souvent comme monstrueux, Victor Hugo connaît un exil intra muros, avant que le Coup d’État du 2 décembre n’inscrive cette coupure dans le temps et dans l’espace10.

39On n’oubliera pas que re-présenter est surtout ressusciter. Rappeler à la vie — alors que le journal suivant du clan Hugo s’appellera Le Rappel —, c’est un rôle de la presse qui est parfois éludé. Mémoire proche, mais mémoire tout de même. Témoignage élaboré en fiction, mais témoignage tout de même. En 1850, L’Événement est un lieu de parole unique où des gens appartenant à la fois à la littérature et à la presse réfléchissent aux responsabilités individuelles et communes aux deux instances. De façon à en modifier définitivement les stratégies : il n’est pas inutile de revenir à l’origine, aux « événements » qui ont ouvert cette sorte de « révolution lecturelle et scripturelle » à partir de laquelle ultérieurement le xxe siècle redéfinit culture et information.

Notes

1 Châtiments, IV, 12.

2 Publiée le 18 mars 1849.

3 EV, 19 et 20 septembre 1848.

4 Maurice Mouillaud et Jean-François Tétu, Le Journal quotidien, Presses universitaires de Lyon, 1989, Première partie « Critique de l’événement », p. 11-33.

5 Ibid.

6 EV, 21 janvier au 31 mars 1849.

7 EV, juin à octobre 1850.

8 EV, 20 avril 1851.

9 EV du 14 mai, 14 août et 1er septembre 1851.

10 Sur Victor Hugo représentant, on peut consulter, outre Michèle Fizaine, Victor Hugo et l’Événement : journalisme et littérature, thèse nouveau régime, Université Paul Valéry, Montpellier III, 1994, 1062 p., ses articles « De la littérature à la satire politique (1848-1851) », in Victor Hugo, Literatura i politica, Barcelona, P.P. U., 1987, pp. 131-142, et « Provisam rem : les manuscrits des discours de 1848 à 1851 », in Hugo, de l’écrit au livre, P.U.V., Paris VII, 1988, pp. 113-132.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter