Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Terres Gastes

 | 
Marie Blaise

Exergues

Texte intégral

Le monde doit être romantisé. C'est ainsi que l'on retrouvera le sens originel. Romantiser n'est rien d'autre qu'une potentialisaton qualitative. Le Soi inférieur en cette opération est identifié à un Soi meilleur. Nous sommes nous-mêmes une telle série de puissances qualitatives. Cette opération est encore totalement inconnue. Lorsque je donne à l’ordinaire un sens élevé, au commun un aspect mystérieux, au connu la dignité de l'inconnu, au fini l'apparence de l'infini, alors je les romantise —L’opération s'inverse pour le plus haut, l'inconnu, le mystique, l’infini – elle est logarithmisée par celle liaison — Elle reçoit une expression courante. Philosophie romantique. Lingua romana. Alternance d'élévation et d'abaissement.

Novalis, Le monde doit être romantisé, Paris, éditions Allia, 2002, fragment 105, p. 45. Le texte date de 1798.

Le journaliste répétant : Mélancolie ! Simplement mélancolie ? Vous… Et S. disant Oui. Simplement, disant tout de suite que Non ce n’est pas si simple non plus, pas du tout. Parce que c'est un mot ambigu, à malentendus, disant que probablement pour le journaliste...

Claude Simon, Le Jardin des Plantes, Paris, Les Éditions de Minuit, 1997, p. 301.

Disant que probablement pour le journaliste, comme d'une façon générale, le mot mélancolie doit faire surgir de ces images plus ou moins mièvres à la mode chez les préraphaélites anglais, aux couleurs fades, de femmes languissantes, à l'œil rêveur, ou encore, en mettant les choses au mieux, de cet ange pensivement assis, drapé dans une longue robe, soutenant sa tête d'un poing, son autre main prête à abandonner un inutile compas et entouré sur la gravure de multiples accessoires allégoriques dont l’ensemble évoque la lamentation du poète « La chair est triste, hélas, et j'ai lu tous les livres », et S. dit que c'était même exactement le contraire : ni ces mauves, ces roses, ces verts pâles, ces iris, ces chlorotiques Ophélies, ni non plus cet allégorique fatras de livres rejetés, d'inutile compas, cette amère songerie, mais quelque chose de violent qui protestait, furieux, bâillonné mais hurlant : Jamais je n'avais tant désiré vivre, jamais je n'avais regardé avec autant d'avidité, d'émerveillement, le ciel, les nuages, les prés, les haies...

Claude Simon, Le Jardin des Plantes, Paris, Les Éditions de Minuit, 1997, p. 302-303.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540