Version classiqueVersion mobile

L’écriture et le sacré

 | 
Jean-François Durand

III. Métissages, réécritures, transpositions

Fascination et mise à distance d'un mythe dans La Tragédie du roi Christophe

Michel Dyé

Texte intégral

1Symbolisant une situation humaine essentielle, le mythe est révélateur de l'être. Parce qu'il découvre les ressorts intimes de l'esprit humain, il a une portée pédagogique. Pour ce militant du peuple martiniquais qu'est Aimé Césaire, l'histoire et la légende du roi Christophe ont constitué un terreau précieux pour partir à la reconquête de la personnalité antillaise. Lors du voyage qu'il fit dans l'île de Haïti en 1944, troublé par l'histoire de ce monarque, le premier du Nouveau Monde, et par la Citadelle inexpugnable que fit construire ce roi noir au cœur des montagnes sauvages, Césaire a médité la leçon de Henri Christophe. Cette réflexion fut longuement mûrie puisqu'il ne livra sa tragédie au public qu'en 1963, puis la remania. Soucieux de susciter une large prise de conscience, ce poète a vu dans le langage dramatique le moyen de toucher une frange importante de la population. Reflet des drames politiques qui virent les leaders africains sombrer dans la dictature, sa tragédie apparaît comme la métaphore des temps difficiles qui suivirent l'exaltation des combats pour la libération des peuples noirs. Se refusant à prendre pour modèle le héros de la décolonisation que fut Toussaint Louverture, Césaire a choisi son compagnon d'armes, le général Christophe, ancien esclave qui après avoir lutté aux côtés du libérateur de Haïti érigea son pays en royaume. De l'histoire, le poète martiniquais a retenu la période de la vie de Christophe qui a valeur de symbole celle où se pose le problème de la construction de la nation. Sa pièce se présente comme une chronique du royaume haïtien de 1806 à 1820, date de la mort de Christophe qui, vaincu par ses ennemis et abandonné par ses collaborateurs, se tira une balle dans la tête. Césaire a été fasciné par ce personnage de bâtisseur d'empire qui créa une cour, relança l'économie, conduisit une politique de grands travaux, affirma avec hauteur l'indépendance de son pays face aux tentatives de récupération de l'ancien colonisateur, mais sombra dans le despotisme et la tyrannie au point d'être condamné par l'Histoire qui retint de lui l'image d'un autocrate cruel. Avec sa Tragédie du roi Christophe, le dramaturge antillais a réévalué en quelque sorte le jugement porté sur ce leader mégalomane. Sensible au grand dessein de ce chef antillais, il nous dit son attachement pour ce personnage hors du commun, mais souligne aussi par une mise à distance ironique les limites de ce roi noir. À partir d'un épisode de l'histoire haïtienne, il pose le drame du leader révolutionnaire que l'amour sacré de la patrie peut conduire à violer les droits naturels et inaliénables de la personne humaine. Représentative des problèmes inhérents aux peuples décolonisés au cours du siècle écoulé, sa peinture du Nègre dans l'histoire nous offre une illustration symbolique séduisante d'une situation revêtant un caractère d'exemplarité. Dans cette tragédie des indépendances, je me propose de mettre en relief l'idéal de Christophe qui, s'appuyant sur une haute idée de la négritude, s'enracine aux sources du sacré africain mais aussi le regard critique posé par un philosophe désabusé sur les limites de la nature humaine.

*

  • 1 La Tragédie du roi Christophe, Présence Africaine, 1963, présente réédition revue par l'auteur en 1 (...)

2Prenant au sérieux les idéaux de la Révolution française, Christophe, soucieux de remettre son peuple debout, se refusa à accepter la présidence de la République que lui proposait le Sénat de Port-au-Prince à la mort de Dessalines. La conception élevée qu'il se faisait de l'Etat le conduisit à renoncer à une fonction vidée de toute substance. Parce qu'il voulait faire du peuple haïtien une nation, il repoussa la « raclure de pouvoir1 (20) qu'on lui offrait. Il n'était pas en effet « un mulâtre à tamiser les phrases » (20). À la différence de Pétion prêt à composer avec les anciens colons « pour se faire reconnaître par le roi de France » (26), Christophe aspirait à relever les humiliations subies ; il n'entendait pas que « soit dilapidé le trésor que le martyr de [son] peuple a[vait] amassé en cent ans de labeur et de coups de fouet » (29) et se proposait de refondre « le matériau humain » (20), de pétrir « l'argile haïtienne » pour forger à ses frères aliénés par la colonisation et l'esclavage une nouvelle identité. Ainsi conduit à pratiquer une politique volontariste, il commença par créer un royaume. Par la structure monarchique, il visait à donner forme à la nation haïtienne. L'ancien colonisateur ne nourrissant aucune considération pour la république, Christophe qui entendait se poser en égal de ses maîtres antérieurs décida tout comme Napoléon Bonaparte de se faire couronner. Sacré roi par un archevêque français, en la cathédrale du Cap, il prit le nom de Henry Ier. Par cette cérémonie religieuse catholique, le général Christophe visait à conférer à sa personne un caractère inviolable à l'instar des rois de France qui recevaient de l'évêque de Reims leur couronne. Sa souveraineté, ainsi consacrée par l'Église, était susceptible d'acquérir aux yeux du colonisateur une puissance digne de respect. Mais au cours de cette célébration, Césaire dans un souci d'authenticité mêle au rituel catholique des pratiques animistes ; le chœur, qui figure le peuple haïtien, après avoir loué le guerrier Henry chante et danse un hymne à la gloire de Shango, dieu de la pluie bienfaisante chez les Noirs du Nouveau Monde aussi bien que chez les Yorubas. Transplanté, déraciné du fait de la traite négrière, le peuple antillais se réclame en effet de ses ancêtres africains. S'il entend emprunter les armes mêmes du colonisateur pour s'affirmer, Césaire qui souhaite également se purifier de son assimilation européenne recherché aussi le chemin de sa race. Dans ce syncrétisme religieux s'affirme sa négritude. Soucieux de « laisser parler le génie national » (53), Christophe crée une cour, calquée certes sur le modèle napoléonien, mais à travers le choix des noms accolés aux titres nobiliaires, celle-ci exprime la spécificité haïtienne. Parce que les noms indigènes ont été oblitérés par la colonisation, le roi Christophe qui souffre cruellement d'ignorer son identité véritable, connue de sa seule mère l'Afrique, appelle ses frères à une nouvelle naissance. Les nobles de sa cour empruntent de ce fait leurs dénominations aux villages haïtiens. Revanche d'une race asservie, ces appellations neuves permettent aux Antillais de renouer avec leurs racines. À l'idée d'une négritude ainsi retrouvée, le poète Césaire s'enflamme et le ton devient lyrique. Destinée à éveiller la conscience nationale d'un peuple dégradé, la cour du roi Christophe a pour objectif de créer un cadre propre à manifester aux yeux de l'Occident l'importance de la civilisation noire. Affirmant avec force son appartenance à la race africaine, le roi Christophe, dont l'idéal est de restaurer une noblesse perdue, constate amer que le choix du Sénat se porte sur Louis XVIII plutôt que sur sa personne désireuse de réunifier l'île sous son autorité. Lui qui voudrait constituer pour son peuple « un patrimoine d'énergie et d'orgueil » (62), souffre cruellement de ne rencontrer que faiblesse chez les membres de cette assemblée. Dès lors abandonnant le sud de l'île à la république mulâtre de Pétion qu'il juge inauthentique, il se retranche dans le Nord pour tenter de forger un homme nouveau. Parce que pour lui l'essentiel n'est pas la liberté mais la grandeur de l'état haïtien qui permettra d'affirmer à la face du monde la renaissance du peuple noir, il décide l'édification d'une citadelle colossale qui, « bâtie par le peuple tout entier » et « pour le peuple tout entier » (63), sera à la fois un instrument de défense face aux invasions éventuelles en provenance de l'ancienne métropole et un symbole de la réussite des Haïtiens et de l'honneur nègre retrouvé. Obsédé par la misère de ce peuple méprisé, il le lance dans une lutte sans merci « contre le sort, contre l'Histoire, contre la Nature » (62). Développant une mystique du travail, il s'efforce de mettre en valeur les richesses du pays et s'engage dans une politique de grands travaux. Justifiée par une négritude bafouée, cette politique volontariste s'incarne en un despotisme éclairé jugé très supérieur à la démocratie formelle d'un Pétion. Conscient d'être « dans la raque de l'histoire » (98), le roi Christophe proclame haut et fort que la liberté pour le nègre n'a d'autre sens que de sortir du « plus bas de la fosse » (59) où il se trouve enlisé.

*

  • 2 Interview accordée à la presse par Jacques Nichet lors de la présentation de la mise en scène de La (...)

3Cette problématique spécifique au monde noir conduit Césaire à une réflexion sur la fin et les moyens, le noble idéal du roi Christophe se muant en une dictature féroce que met en relief, par son côté spectaculaire, le langage dramatique. Hanté par la pauvreté de son peuple et impatient de l'arracher à sa misère, Christophe ne recule devant aucun moyen. Scandalisé par ses frères de race, qui dansent au lieu de bâtir la cité future, il se montre tyrannique et astreint ses sujets au travail forcé. Convaincu que la liberté ne peut subsister sans un rude labeur, il prend des mesures draconiennes et procède à une militarisation à outrance. Un corps spécial de gendarmes parcourt le pays et fait régner une discipline stricte ; l'idéologie de Christophe en référence constante à l'Afrique de ses ancêtres les a baptisés du nom de Royal-Dahomets. Justifié par l'intérêt supérieur du peuple et d'une négritude censée s'affirmer avec éclat à la face du monde, le pouvoir totalitaire du roi Christophe évolue vers une brutalité sauvage. Femmes et enfants sont réquisitionnés pour les grands travaux et l'état s'immisce dans la vie privée des citoyens ; le caractère inviolable de la personne n'est plus respecté et Christophe n'hésite pas à porter atteinte à la dimension sacrée de l'être humain en sanctionnant toute défaillance par une exécution capitale. Se refusant à écouter les avertissements de sa femme qui dans son bon sens l'invite à la modération, il manifeste des exigences abusives et se perd dans son rêve de grandeur. Servant « la liberté par les moyens de la servitude » (80) comme le fait remarquer une dame de la bourgeoisie du Cap-Henry, sa dictature militaire débouche sur la barbarie totalitaire la plus cruelle ; en témoigne notamment le supplice imposé à l'ambassadeur du roi de France qui, jugé traître à la cause du peuple haïtien, doit écouter sa propre messe de requiem « debout auprès de son cercueil » (94). Par sa toute puissance, ce roi noir tend à figer le monde autour de lui. Ce monarque qui voulait construire se pétrifie en quelque sorte lui-même. À partir de ce personnage clef, Césaire nous invite à une réflexion de type métaphysique sur l'essence même du pouvoir. La politique totalitaire de Christophe, justifiée par une éthique du développement et une idéologie de retour aux sources africaines qui ont la sympathie de l'auteur, est l'expression d'une puissance qui statufie et que Césaire naturellement condamne. À côté de Christophe, incarnation du dieu Shango qui figure à la fois la pluie fécondante et le tonnerre, Césaire a du reste placé Hugonin qui comme l'a fait remarquer Jacques Nichet, metteur en scène de la pièce lors de sa représentation au Festival d'Avignon en 1996, symbolise Edshon, le dieu rusé des Yorubas2. Opposé à la raideur de Christophe, Hugonin incarne la mobilité et la vie. Le couple Christophe Hugonin témoigne du regard distancié que pose Césaire sur un personnage qui l'attire et le déçoit à la fois. Figure antithétique du roi, le bouffon Hugonin dégonfle l'enflure de la personne royale et en dénonce les illusions. Dans la scène des mariages forcés, il fait ainsi rire de la politique de Christophe en en exagérant la portée. Par son persiflage, le fou Hugonin qui accompagne son roi tout au long de la pièce ne cesse d'en dénoncer les excès. Mais cette distanciation humoristique voulue par l'auteur ne concerne pas uniquement le personnage du bouffon, le personnage du roi Christophe lui-même prend un aspect parodique. Le roi de Césaire est non seulement ambivalent parce qu'il est presque constamment accompagné par un fou obscène et sarcastique, mais aussi parce qu'il passe lui-même fréquemment du lyrisme à la bouffonnerie. Tantôt inspiré, tantôt ubuesque, Christophe oscille entre la grandeur mythique et la caricature. Lui-même rit des titres de noblesse qu'il a distribués. Et il y a quelque humour à charger de la moralité publique un bouffon aux mœurs légères. L'assimilation par Christophe de la fornication à la conspiration ne va pas non plus sans ironie. Assurer la reconstruction nationale et la stabilité de l'État par des accouplements forcés témoigne d'une vision des choses non exempte de drôlerie. Par un comique qui confine à la farce, Césaire dénonce le grotesque d'une politique qui tantôt porte atteinte à la vie privée, tantôt témoigne d'une inadaptation. En mettant en scène des nobles dérisoires aux allures de soudards qui singent les mœurs de la cour de France, Césaire démystifie les prétentions ridicules d'un roi gonflé de vanité et souligne l'incongruité d'une étiquette étrangère au milieu africain. À la manière du théâtre élisabéthain, la pièce évolue ainsi du lyrisme au burlesque. Dès le début de sa tragédie, avec le combat des coqs qui simule le duel où s'affronteront Christophe et Pétion, le dramaturge introduit une distance parodique. L'épopée de ce roi noir qui le fascine se double constamment d'un regard critique. Alors que le caractère sacré de l'être humain se trouve bafoué par ce monarque sombrant dans le totalitarisme, par son humour Césaire rend vie et mouvement à un royaume tendant à se pétrifier dans un rêve d'absolu.

*

  • 3 « Saint-Pierre, Saint-Pierre, voudrais-tu nous faire la guerre ? » (107).
  • 4 « Ni Dieu, ni dieux, rien que la nuit » (140).

4Poème baroque mêlant le comique et l'épique à la manière shakespearienne, La Tragédie du roi Christophe s'assombrit au cours de l'acte II en raison des excès d'un libérateur entraîné par le vertige du pouvoir. Figure mythique du fait de ses efforts titanesques, Christophe prend progressivement le visage d'un conquistador fou et une distance s'installe entre lui et son peuple. Parce qu'il demande le dépassement de soi et exige des habitants des campagnes un travail forcené, il leur donne l'impression d'être dépossédés d'une terre durement arrachée à l'emprise du colonisateur. Opposé au bien individuel, qui ne peut selon Christophe que favoriser l'exploitation, ce libérateur-tyran bafoue aux yeux des paysans le droit inviolable de la propriété. Ne laissant pas même à ses sujets le temps de célébrer leurs dieux, l'autocrate Christophe s'attaque en toute inconscience aux droits sacrés de l'être humain. L'exubérance anarchique de ce despote le pousse à commettre des crimes qui témoignent d'une volonté en délire. Un pauvre paysan est tué pour la seule raison qu'il est fatigué, un gérant démoli « à coups de sabre, membre après membre » (84) sur la place publique parce qu'il a malmené des travailleurs agricoles, et l'archevêque Brelle assassiné sous le prétexte qu'il demande un congé. Pris dans les rets du pouvoir, ce roi rétif à la moindre critique, celle-ci fût-elle émise par une autorité spirituelle, élimine celui même qui l'avait couronné au nom de l'ordre supérieur de l'État. En faisant emmurer vivant dans son palais un haut dignitaire de l'Église, il se rend coupable d'un acte profanateur. Victime de sa démesure, il attente cette fois non plus à la seule dignité de la personne, mais à celle d'un être revêtu d'un caractère sacré. Dans son vertige, ce roi prométhéen n'entend en effet plier ni devant les hommes ni devant le Ciel. Et lorsque la tempête freine ses travaux pharaoniques, il défie la nature en faisant donner tambours, cymbales et autres instruments de musique afin d'opposer « l'éclair à l'éclair », de « cravacher les pluies et [de] faire assavoir à la nue » qu'avec ses compagnons d'armes il l'ira « provoquer à vif pour dégager le soleil » (106). La foudre qui, tombant sur la poudrière, ensevelit sous les décombres une partie de la garnison ne l'émeut guère car il n'y voit qu'une bataille de plus à mener ; aussi se réclamant du roi du Dahomey, brandit-il vigoureusement son épée contre le ciel qu'il invective. Forte de cette plongée au cœur de sa race, la volonté de Christophe demeure inébranlable ; face à l'hostilité des éléments, il ne s'en interroge pas moins sur les desseins du Dieu chrétien à son égard comme en témoigne la fin de l'acte II3. Le caractère ambigu de la religion de Christophe qui reconnaît le culte catholique tout en s'appuyant sur une Afrique ancestrale et idéale transparaît dans le cérémonial que met en scène le poète dramaturge lors de la fête de l'Assomption célébrée en l'église de Limonade. Tandis que l'évêque Juan de Dioz Gonzalez implore la Vierge Marie, Christophe répond à ses litanies par des couplets où il invoque tantôt les divinités païennes de la foudre et du feu relevant du culte vaudou, tantôt les héros haïtiens Toussaint Louverture et Dessalines sanctifiés dans le cadre de ces oraisons. Se fondant sur la légende, Césaire introduit alors dans la trame historique le merveilleux en faisant apparaître le fantôme de l'évêque Brelle assassiné. Alors même qu'il vient d'adresser des remontrances au prélat qui officie, Christophe se croyant victime d'un dieu maléfique s'affaisse frappé d'une attaque d'apoplexie à la vision du spectre. Trahi par la nature, il restera paralysé. Par delà la vision historique, Césaire brosse ici la figure d'un héros victime de ses outrances ; en ce sens Christophe rappelle Don Juan, autre créature mythique frappée elle aussi par le Destin du fait de ses excès. Se survivant à lui-même, le roi Christophe, très diminué, continue à faire preuve d'exigences tyranniques et à interpréter comme signe de révolte le moindre conseil de modération. Trahi par son peuple et par ses généraux, son pouvoir s'effondre. Pour n'avoir pas voulu reconnaître que « les peuples vont de leur pas » (139), sa tâche d'éducation s'avère un échec et son rêve se brise. Héros tragique par excellence, ce roi nègre atteint de l'hybris, qui incite l'homme à vouloir s'égaler aux dieux, devient comme chez les auteurs grecs victime de la Némésis. Refusant les consolations du Dieu du christianisme aussi bien que des divinités païennes4, ce titan décide de mourir le front haut et entonne un hymne à la nuit et à la mort où éclate une négritude qui est compréhension intuitive du monde :

nuit de l'herbe et des racines
nuit des sources et du scorpion
je ne tituberai point à ta rencontre...
or ça,
Congo
c'est précisément un proverbe de chez toi, de chez
nous :
Toute flèche dont tu sais qu'elle ne te manquera pas,
bombe du moins la poitrine pour qu'elle y frappe en plein. (140)

5Cette marche vers la mort ne va cependant pas sans oscillations et dans la scène suivante, Christophe tente un dernier recours auprès des puissances du Vaudou qu'il avait tout d'abord refusées. Cherchant la communion avec l'Afrique originelle, « lieu de [ses] forces » (143), il fait à nouveau appel au Congo, au Soleil, aux oiseaux et aux divinités africaines qui le raniment assez pour qu'il soit en mesure de haranguer ses troupes. Sa négritude témoigne, on le voit, d'une attitude existentielle où l'être humain, avec ses sens largement ouverts sur l'univers environnant, tente de se fondre dans un monde de forces variées et complémentaires traversées par le souffle des esprits. Le sursaut de Christophe est toutefois de courte durée ; abandonné des dieux et hanté par les spectres, il adresse une ultime invocation à sa mère l'Afrique pour qu'elle le prenne en charge et le délivre de toutes les souillures de ses frères de race incapables de le suivre :

Afrique ! aide-moi à rentrer, porte-moi comme un vieil enfant dans tes bras et puis tu me dévêtiras, me laveras [...]
[...] Oh, lave-moi de leur fard, de leurs baisers, de mon royaume. (147)

6L'homme qui avait voulu défier l'histoire est brisé par elle. Soucieux de traduire dans les faits une formidable utopie, le libérateur Christophe, animé d'une force de volonté peu commune, s'est mué en un orgueilleux tyran. Incarnation du dieu Shango à la fois salutaire et destructeur, Christophe, malgré ses errements est porteur d'un message d'espoir ; « son poids, c'est sa parole » (150) reconnaît un des hommes qui porte son corps après sa mort. Illustration d'un défi exceptionnel, Christophe sera emmuré debout dans sa citadelle invincible, la tête tournée vers l'ennemi de Port-au-Prince. Sa dimension historique ainsi reconnue, ce roi noir demeure un phare dont le feu continue à briller comme une invitation pour ses frères à sortir de la fondrière de l'histoire.

*

  • 5 Cahier d'un retour au pays natal, Présence Africaine, 1956, Copyright 1971, p. 119.
  • 6 Cahier d'un retour au pays natal, p. 125.

7Dans ce puissant poème dramatique, Aimé Césaire à travers la peinture d'un roi à la fois généreux et cruel, laisse percer une secrète douleur. Le personnage ambigu de Henri Christophe, dont il nous conte la grandeur et la décadence, symbolise la tragédie du pouvoir révolutionnaire ; l'auteur en démontre les ressorts et en souligne les perversions. S'intéressant au mythe de la liberté, le poète martiniquais nous dit par cette grandiose chronique nègre, son difficile apprentissage. Parce que la liberté n'est qu'un mot vide de sens sans le développement aux yeux du leader progressiste qu'est le roi Christophe, celui-ci demande à son peuple des sacrifices démesurés. Particulièrement exigeant, le code Henry vise à contrer une inertie, mais incompris des siens, l'éducateur du peuple connaît un isolement d'autant plus grand qu'il se montre impitoyable. Pour avoir voulu forcer la nature humaine, ce héros noir transcendant ses frères de race connaît l'échec. L'idéologie de ce monarque haïtien prend néanmoins sa source dans une négritude authentique accordée au cosmos. Elle incarne une manière d'être originale face à l'univers et exprime les forces primitives d'un peuple accordé aux rythmes de la nature et vibrant à son spectacle. « Poreux à tous les souffles du monde » et « palpitant du mouvement même du monde » selon le poète du Cahier d'un retour au pays natal5, l'Antillais comme le Noir d'Afrique est véritablement le « fils aîné(s) du monde » (ibidem). Cette proximité à l'environnement transparaît notamment dans le culte vaudou, largement représenté dans cette pièce. Greffés sur une croyance monothéiste d'inspiration chrétienne, les rites animistes célèbrent des divinités païennes souvent liées aux forces naturelles. S'ils empruntent fréquemment leur tonalité au sacré de la tradition africaine, les cris d'orgueil de Christophe n'en témoignent pas moins d'une démesure, cause de sa perte. Ses multiples transgressions tant à l'égard de la personne de ses sujets que des autorités religieuses catholiques, signe d'une profanation à l'encontre de ce qui est vénérable et a priori inviolable, sont comme dans le fait tragique grec sanctionnées par la mort. Puni par les dieux, ce héros nègre criminel sombre dans la démence et se suicide. Exprimant la noblesse tragique d'un chef idéaliste au point de perdre le sens des limites de l'homme, le dramaturge raconte à travers une fable où le réel se mêle au merveilleux l'espérance déçue de la démocratie et d'une négritude capable de prendre en main son destin. Constat d'échec, cette tragédie de la démesure ne sombre pas pour autant dans le pathétique. L'alternance du tragique et du comique fait de ce grand poème baroque un drame total. Le couple Christophe Hugonin emprunté à la mythologie Yoruba permet notamment à Césaire d'entremêler avec bonheur le lyrisme flamboyant à la trivialité et la verdeur et d'opposer le mouvement et la vie à la rigidité pétrifiante qu'engendre le pouvoir absolu. C'est ainsi que lors de la mort du « bêcheur de [...] race »6, l'arrivée d'Hugonin, à moitié ivre, freine l'émotion même si celui-ci en tenue de Baronsamedi incarne le dieu de la mort haïtien. L'auteur des Armes miraculeuses a su donner à cette pièce qui s'alimente aux sources du sacré une fluidité qui est celle même de la vie.

Notes

1 La Tragédie du roi Christophe, Présence Africaine, 1963, présente réédition revue par l'auteur en 1970. Les références des citations de cette pièce seront dorénavant données entre parenthèses sans autre précision.

2 Interview accordée à la presse par Jacques Nichet lors de la présentation de la mise en scène de La Tragédie du roi Christophe au Cloître Saint Louis d'Avignon en juillet 1996.

3 « Saint-Pierre, Saint-Pierre, voudrais-tu nous faire la guerre ? » (107).

4 « Ni Dieu, ni dieux, rien que la nuit » (140).

5 Cahier d'un retour au pays natal, Présence Africaine, 1956, Copyright 1971, p. 119.

6 Cahier d'un retour au pays natal, p. 125.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search