Version classiqueVersion mobile

L’écriture et le sacré

 | 
Jean-François Durand

II. Figures du sacré

La prière dans la poésie de Césaire et de Senghor

Bernousi Saltani

Texte intégral

1Se nourrir au, du ou encore dans le sacré, c'est pour la poésie, surtout la poésie famélique, une manière de donner figure à la divinité, et c'est pour le poète l'occasion de négocier sa fine gourmandise envers Dieu.

  • 1 L. S. Senghor, préface à Éthiopiques, Œuvre poétique, Seuil/Points, Paris, 1990, p. 161.

2On ne doute point dès lors des liens étroits qui existent entre la poésie et le silence, depuis que les dieux ne parlent plus aux hommes comme il était de tradition dans l'univers poétique de la Grèce antique. En effet, le silence, c'est-à-dire ce phénomène qui cache une parole qui de surcroît se refuse à venir et par là même oblige les poètes à devenir « des auditifs »1 et à renoncer à être essentiellement « visionnaires » — l'un des rares poètes à avoir su se maintenir entre les deux statuts est assurément Rimbaud qui, dans sa lettre du voyant, souligne ses deux tâches :

  • 2 Arthur Rimbaud, Poésies, Une Saison en enfer, Illuminations, Paris, NRF, Poésie/Gallimard, 1998, p. (...)

inspecter l'invisible et entendre l'inouï2

3— ce silence, disais-je, est un verbe qu'il faut forcer à l'interaction communicationnelle. Et c'est dans ce sens, me semble-il, que Senghor cite Jean-Claude Renard qui dit :

  • 3 L. S. Senghor, « Lettre à trois poètes de l'Hexagone », Op. cit., p. 377.

Il est probable que le poète ne peut parler que d'une seule chose, de l'unique mystère qui habite ses cavernes et ses labyrinthes, l'obsède, le fascine, le foudroie ; mais finalement le mène... jusqu'au centre de ce silence où commence la seule parole importante : celle qui justifie l'homme3.

4Bien évidemment, aussi loin que l'on remonte dans les temps modernes — temps de toutes sortes de crises — la poésie se fait tentative voire tentation d'un retour à la communicabilité — problématique certes mais néanmoins possible — avec le royaume de la sacralité (êtres, espaces et temps subtils). Bref la poésie est démarche de reconquête du moi total : symbiose et symbole sacrés.

5Joëlle Tamine et Jean Molino, soucieux au départ de donner de la poésie une définition strictement structurale et matérialiste, écrivent dans Introduction à l'analyse linguistique de la poésie :

  • 4 Joëlle Tamine et Jean Molino, Introduction à l'analyse linguistique de la poésie, Paris, PUF, p. 8.

La poésie est l'application d'une organisation métrico-rythmique sur l'organisation linguistique4.

6Mais ils ne tardent pas à se reprendre, un peu plus loin, et à la reposer en termes d'élan vers le sacré par le biais du rythme et du rythme seul. Car disent-ils, par le rythme, la poésie échappe à l'étroitesse du langage et finit par :

  • 5 Ibid., p. 9.

renvoyer à d'autres expériences, spatiales, affectives ou cognitives et de les symboliser5.

  • 6 Arthur Rimbaud, op. cit., « Lettre à Paul Demeney », p. 202 p. 128.
  • 7 Ibid., « Mauvais sang », pp. 128 et 129.

7La poésie force donc le langage à quitter la sphère des signes pour s'intégrer dans l'univers des symboles, et ce par la magie du rythme. Le rythme, on le sait, est la composante fondamentale — force vitale — de toute parole poétique et notamment nègre, non seulement chez les poètes négro-africains, mais aussi chez tous les poètes qui ont troqué leur âme blanche contre une âme noire, à commencer par Rimbaud, qui après s'être senti à l'étroit dans son moi gaulois, dira : « Je est un autre »6 et un peu plus tard : « Je suis un nègre... J'entre au vrai royaume des enfants de Cham... Cris. Tambour. Danse, danse, danse, danse ! »7. Je passe sous silence tous les poètes et artistes français qui ont participé de et à la « révolution nègre » et dont parlent Lylian Kesteloot, Jacques Chevrier et bien d'autres ; mais je marquerai, pour un bref instant, le pas sur Saint-John Perse, à propos duquel Senghor écrit :

  • 8 L. S. Senghor, op. cit., p. 377.

Quant à Saint-John Perse, comme l'a montré un Antillais, agrégé de philosophie, il a emprunté son style au « parler antillais »8.

8D'ailleurs la créolité de Perse, son antillanité, voire la négritude de sa poésie, sont de plus en plus avancées à juste titre par de nombreux persiens.

9Il est certain que la polémique autour de Perse n'est pas mon propos. Je voudrais néanmoins dire tout simplement que les poètes noirs — qu'ils vouent un culte démesuré à Perse ou qu'ils le désavouent — et notamment Césaire et Senghor, ont quelque chose à voir avec la gorge divine de Perse, qui a, dans Éloges IX, eu cette chataha (danse extatique de l'esprit dans le soufisme musulman) :

  • 9 Saint-John Perse, Œuvres complètes, Paris, NRF/Gallimard, B. de la Pléiade, 1986, p. 41.

Vraiment, j'habite la gorge d'un Dieu9,

10qui n'a laissé indifférent ni les critiques ni les poètes. Mireille Sacotte, à titre d'exemple, nous la visualise ainsi :

  • 10 Mireille Sacotte, Éloges de Saint-John Perse, Paris, Gallimard/Folio, 1999, p. 59.

une gorge ronde, d'où naissent un monde et des mots tournés dans cette forme et répercutés par le poète10.

11Certes, mais la question demeure : comment le poète est-il arrivé dans cet habitat ? A-t-il pris d'assaut ou par effraction la gorge d'un Dieu ? S'est-il laissé, de son propre gré, ingurgité ? Et de quel Dieu s'agit-il ? Dans tous les cas, il y a égosillement ou strangulation ou chant ininterrompus.

12Or si Dieu est nègre et le poète aussi, on comprendra mieux la complexité de leurs rapports, complexité que Senghor conçoit ainsi :

  • 11 L. S. Senghor, op. cit., p. 380.

Le poète, se « convertissant » en Dieu par la force de la parole, fait plus que reproduire le cosmos : par la force du verbe divin, mais aussi par la maîtrise de la langue, il re-crée. Un mythe négro-africain va jusqu'à suggérer que l'artiste-poète, musicien, sculpteur-travaille au perfectionnement de Dieu, qui a, ainsi, besoin de lui11

13Aussi le poète négro-africain est-il jaloux de son autodéification voire de son pouvoir à inventer et créer Dieu lui-même ; et on saisit mieux ainsi cette réponse de Césaire à Perse à propos de la gorge divine. Le poète antillais, après ces injonctions :

  • 12 Aimé Césaire, Cahier d'un retour au pays natal, in Poésie complète, Paris, Seuil, 1996, p. 28.

Voum Rooh oh
Pour que revienne le temps de la promesse et l'oiseau qui savait mon nom...12

14dénonce le locataire illégal de sa gorge (Saint-John Perse) qui a eu l'insolence de s'insinuer dans sa divinité :

  • 13 Ibid., p.29.

Mais qui tourne ma voix ? qui écorche ma voix ? Me fourrant dans la gorge
mille crocs de bambou.
Mille pieux d'oursin.
C'est toi sale bout du monde. Sale bout de petit matin.
C'est toi sale haine. C'est toi poids de l'insulte et cent ans de coups de fouet.
C'est toi cent ans de ma patience, cent ans de mes soins juste à ne pas
mourir13

  • 14 L. S. Senghor, op. cit., p. 373.

15Senghor, qui ne se sent nullement menacé dans sa gorge, ce tabernacle où s'accomplit la miraculeuse « intégration de l'homme en Dieu »14 et vice versa, bien au contraire, fait siens la rhétorique, la rythmique voire le lexique persiens et son souffle. Césaire, quant à lui, et pour qui

  • 15 A. Césaire, op. cit., p. 5.

La poésie est cette démarche qui par le mot, l'image, le mythe, l'amour et l'humour (l') installe au cœur vivant de (lui-)même et du monde15

  • 16 Mircea Eliade, Le sacré et le profane, Paris, Gallimard, coll. Folio/Essai, 1998.

16se sent décentré — pris à la gorge —, c'est-à-dire menacé dans ce centre du monde qui est le sien, cet espace sacré, mis en relief par Mircea Eliade dans Le Sacré et le profane16.

17Et la poésie nègre, surtout césairienne, consciente de la colonisation de son centre, tente de le reconquérir, de se recentrer et de retrouver sa cosmocité. C'est d'ailleurs pour cela que Senghor, serein et nullement dérangé par l'intrus de sa gorge — hôte qu'il accueille en toute quiétude — invite Césaire à chanter l'essentiel et non l'accidentel, dans « Lettre à un poète », missive curieusement toute persienne qui ne va pas sans rappeler le message que fait parvenir le Prince au Sage dans « Amitié du prince ». Senghor écrit :

Aurais-tu oublié ta noblesse, qui est de chanter les Ancêtres et les Dieux qui ne sont fleurs ni goutte de Rosée ?...

  • 17 L. S. Senghor, « Chants d'ombre », op. cit. pp. 12-13.

Mon ami, mon ami — ô ! tu reviendras
Tu reviendras ! Je t'attendrai — message confié au patron du cotre — sous le Kaïcédrat »17

18Le retour « au pays natal », espace des êtres subtils, comme le fait de se maintenir en lui, se fait, on s'en doute, par l'invocation, par le rythme. Mais qu'est-ce que le rythme pour un Noir ?

19Énumérant les composantes de la poésie, Césaire donne à lire, dans la préface à son œuvre poétique complète, un extrait d'une lettre qu'il avait adressée à Lylian Kesteloot, ce passage hautement significatif :

  • 18 A. Césaire, op. cit., p. 5.

Le rythme enfin, et peut-être est-ce par là que j'aurais dû commencer, car c'est en définitive l'émotion première, prière et injonction, qu'annonce d'abord sa rumeur...18

  • 19 Robert Jouanny, Les voies du lyrisme dans les poèmes de L. S. Senghor, Paris, Champion, 1986.
  • 20 Hervé Beranguier, « Richesse folklorique (rythmes musicaux) dans l'œuvre de Césaire et de Senghor » (...)

20Redisons-le donc : la poésie est rythme. Sur le rythme, je n'ai sincèrement rien à ajouter vu les nombreuses études érudites qui lui ont été consacrées par les éminents spécialistes de la poésie francophone, dont Robert Jouanny dans Les voies du lyrisme dans les poèmes de L. S. Senghor19 ou encore le musicologue Hervé Bérenguier dans son article « Richesse folklorique (rythmes musicaux) dans l'œuvre de Césaire et de Senghor »20, sinon ce que je tiens de Césaire lui-même : le rythme est prière et injonction.

21La poésie, et c'est là l'objet de mon propos, est prière, aussi bien pour Césaire que pour Senghor et notamment dans leurs premières œuvres. Sans faillir à la règle formulée par Dominique Combe selon lequel :

  • 21 Dominique Combe, Aimé Césaire, Cahier d'un retour au pays natal, Paris, PUF, 1993.

Le parallèle entre Césaire et Senghor est devenu aujourd'hui un thème obligé21,

22j'énoncerai une évidence paradoxale : la poésie de Senghor et celle de Césaire sont des prières, à cette différence près, mais combien fondamentale, que chez Senghor la poésie est « prière pieuse » alors qu'elle est « prière virile » chez Césaire.

23En effet, dans son poème « Le retour de l'enfant prodigue (guimm pour une Kôra) », Senghor, louant l'Eléphant de Mbissel, le prie d'intercéder pour lui, auprès de ses ancêtres, en ces termes :

  • 22 L. S. Senghor, op. cit., p. 49.

... par tes oreilles absentes aux yeux entendent mes Ancêtres ma prière pieuse.22

24L'expression « Prière pieuse » peut sembler pléonastique mais elle a l'avantage de rappeler l'attitude classique, et donc normale, de celui qui s'adresse à Dieu.

25Quant à Césaire, après avoir stigmatisé sa race pour « ses agenouillements », ses ancêtres pour les fictions tissées autour d'eux et les Blancs pour leurs crimes et arrogance, il retrouve une certaine sérénité et dit :

  • 23 A. Césaire, op. cit., pp. 43-44.

Eia pour la joie
Eia pour l'amour
Eia pour la douleur aux pis de larmes réincarnées
et voici au bout de ce petit matin
ma prière virile23

26Et plus loin encore :

  • 24 Ibid., p. 46.

Au bout de ce petit matin, ma prière virile24

27La formule Césairienne, « prière virile » est un oxymoron. C'est la prière de celui qui ne se soumet pas dans sa communication avec la divinité, y compris la sienne, surtout si elle altérée par une puissance intruse.

28Prière de Thanatos contre prière d'Éros, voilà deux prières contrarotatives qui ramènent le poète au cœur du sacré : l'un c'est Senghor à supplier Dieu de l'écouter, l'autre c'est Césaire à l'obliger à l'entendre. Imploration d'un côté, injonction de l'autre ; horizontalité et prostration chez Senghor ; verticalité et protestation chez Césaire.

  • 25 Expression empruntée à Hugo Friedrich, Structure de la poésie moderne, rééd Livre de poche, 1999, p (...)

29En effet, que ce soit dans Cahier d'un retour au pays natal ou dans Chants d'ombre et Hosties noires, le lexique, le langage et les images christiques, les rites et les rituels de l'interpellation des divinités et des êtres subtils sont là, respectueux et respectés dans la poésie de Senghor, « ruineux et décomposés »25 dans la poésie de Césaire.

30C'est sur le jour du Seigneur, dimanche, que s'ouvre le premier recueil de Senghor Chants d'ombre, qui comporte un poème intitulé « Prière aux masques ». Le second recueil Hosties noires — coloration qui a son mot à dire — inscrit sa religiosité dans le titre, comme d'ailleurs Chants d'ombre — l'ombre étant l'habitat de Dieu comme dans L'Aventure ambiguë de Cheikh Hamidou Kane —, se clôt par le poème « Prière de paix ».

31Tout le long de ces deux recueils, le poète ne cesse de prier. Il prie pour ses frères noirs, pour ses « frères aux yeux bleus », pour la France, pour « l'Europe blanche », pour l'Afrique. Il prie le Seigneur Jésus, les totems, les masques, les ancêtres dont la reine de Saba. Le registre épidectique de sa prière, bien qu'il n'oublie pas d'énumérer les souffrances des Noirs, les fusillades, les flagellations, les gifles, les solitudes, les affres de la colonisation et de la guerre, se fait laudatif, conciliant, empathique et doux.

32Senghor prie, c'est-à-dire qu'il dévoile sa fragilité d'homme noir, mais surtout sa fragilité et sa compassion d'homme de Dieu. Robert Jouanny dira de lui :

  • 26 Robert Jouanny, op. cit., p. 64.

Il dresse son premier réquisitoire, en utilisant pour la première fois un procédé qu'il affectionnera : dire le mal tout en le récusant au nom d'une espérance religieuse ou morale26

33car, ajoute-il :

  • 27 Ibid., p. 70.

Il a retrouvé la foi chrétienne qu'il avait perdue durant une dizaine d'années : le pardon qu'il demande pour l'Europe est le pardon chrétien...27

34Sa prière est donc moins celle d'une victime qui demande que justice soit faite à l'encontre de ceux qui ont humilié les hommes noirs que celle d'un saint martyr qui intercède pour tous les hommes — victimes et bourreaux — auprès de Dieu. Qu'importe pour Senghor de majorer la souffrance des Blancs et de minorer la sienne et celle de sa race, l'essentiel est de faire don de toutes ses souffrances à Dieu :

  • 28 L. S Senghor, « Prière des Tirailleurs sénégalais, op. cit, p. 702.

Seigneur, écoute l'offrande de notre foi militante
Reçois l'offrande de nos corps...
Nous t'offrons nos corps avec ceux des paysans de France, nos camarades...28

  • 29 Roger Mercier, « Poétique française et poétique africaine », Congrès Mondial des Littératures Franc (...)

35Son militantisme, on le voit, se mue en militance, en complainte murmurée, en plainte monotone, parce que sa prière est trop classique, trop prévisible, trop formulaire, ne fût-ce que de par la répétition des supplications « bénis, bénissez », les déclarations des principes de fraternisation et les professions de foi. La poésie de Senghor est hautement sacerdotale et donc normative et normée, morale et normale. Et comme elle est prière pieuse, elle est du même coup rythme pieux, fondé sur les procédés de l'homéotéleute et le parallélisme29, ce qui donne à la poésie-prière-rythme de Senghor une fluidité sans cassure ni révolte ni surprise, parce qu'elle est chaleur, méditation et humanisme.

36Le rythme dans la poésie de Senghor n'est pas force vitale mais soumission vitale, et je dirai plus, contrairement à beaucoup d'autres : le rythme chez Senghor est « un beau mouvement « , fidèle en cela à la définition de cet autre africain : Saint-Augustin.

37Senghor est un troubadour-prieur ; il connaît les codes de la prière élogieuse et humble et sait briller dans ses canevas formulaires. Hervé Bérenguier qualifie le poète de :

  • 30 Hervé Bérenguier, op. cit., p. 29.

doux, tendre, nostalgique, monotone et contemplatif30.

38Comparant Senghor et Césaire, H. Bérenguier ajoute :

  • 31 Ibid., p. 30.

La voix grave, profonde, sombre, est la voix féminine par excellence pour l'Africain Senghor... Pour Césaire, l'esprit instrumental du tam-tam est moins lié à la féminité, et différent de Senghor dans ce sens31.

39L'expertise des rythmes des deux poètes par Hervé Bérenguier nous ramène bien évidemment au point de départ de leur conception de la prière : « féminine » chez Senghor, « virile » chez Césaire, dans le sens cosmique des deux termes.

40En effet, contrairement à la prière de Senghor, celle de Césaire est un rude combat épique entre lui et les esprits subtils : elle est d'abord anathème lancé contre la servilité des Noirs, le passé peu glorieux des ancêtres et l'indifférence des divinités. Elle est surtout prière de « l'être noir au monde » qui n'attend rien des autres. Les souffrances que continuent à endurer les Noirs, la religion chrétienne devenue spiritualité de façade et de complicité et le sentiment exacerbé de l'injustice irréparable font que la prière de Césaire éclate en cris, en hurlements, en paroles qu'on prendrait pour blasphématoires, alors qu'elle est danse extatique, mal comprise et interprétée de ce fait comme insulte envers Dieu. De l'avis même de Senghor, la poésie de Césaire est :

  • 32 L. S. Senghor, Anthologie de la nouvelle poésie nègre et malgache, Paris, PUF, rééd., 1998, p. 55.

une poésie raciale, mais gonflée d'un amour tyrannique pour tous les hommes ses frères, d'un amour catholique32.

  • 33 A. Césaire, op. cit., p. 50.

41Pour Césaire, prier n'est pas d'emblée pardonner et se soumettre ; car la prière-rythme est « injonction », « convocation », pour reprendre les mots de son cru. Prier, c'est plutôt transformer la méditation en jugement, — celui de soi, des siens, des autres et des dieux —, en révolte, avant d'arriver au fameux « j'accepte »33, qui, loin de connoter l'abdication, exprime l'issue consensuelle de la « colère sainte ».

  • 34 Dominique Combe, op. cit., p. 58.
  • 35 A. Césaire, op. cit., p. 13.
  • 36 Ibid., p. 15.

42Quand Césaire évoque les grandes galères des Noirs en voyage forcé, enchaînés, bestialisés et martyrisés, c'est pour en faire le récit de l'exode nègre ; c'est pour reprocher aux divinités — l'emploi des démonstratifs dans le cahier du retour au pays natal aidant parce que visualisant le drame par sa remise au présent34 — leur absence et leur silence au moment où se déroulait la tragédie sous leurs yeux. Il n'est pas question pour Césaire de se faire plaindre mais d'adresser une plainte — et non une complainte — qui contraint Dieu à reconnaître le mal commis en son nom. Dieu est d'abord provoqué dans le symbole de son corps : « sodomies monstrueuses de l'hostie et du victimaire »35, par la carnavalisation de la nuit de la nativité36, par l'exortation à peine voilée à la révolte de la ville contre Dieu :

  • 37 Ibid., p. 17.

Elle (La ville) rampe sur les mains sans jamais aucune envie de vriller le ciel d'une stature de protestation37,

43par le défi que lance le poète à Dieu de se passer de lui pour retrouver le verbe et la lumière :

  • 38 Ibid., p. 20.

Je retrouverai le secret des grandes communications et des grandes combustions38,

44par l'absence de remords et l'affichage de l'indifférence aux châtiments :

  • 39 Ibid., p. 27.

Douaniers anges qui montez aux portes de l'écume la garde des prohibitions
Je déclare mes crimes et qu'il n'y a rien pour ma défense
Danses. Idoles. Relaps. Moi aussi j'ai assassiné Dieu de ma paresse de mes paroles de mes gestes de mes chansons obscènes39 ;

  • 40 Ibid. p. 40.
  • 41 Lilian Pestre de Almeida, « La cosmogonie césairienne : fête d'Éros », Congrès Mondial des littérat (...)

45et par l'auto-déification du poète — péché de démesure — qui prend en charge de recréer l'univers, après avoir jeté, comme Rimbaud dans « Le Bateau ivre », tout ce qui gêne son projet, animé par « cet étrange orgueil (qui) tout soudain (l')illumine »40 : anthropogonie, cosmogonie et théogonie, subtilement mises en relief par Lilian Pestre de Almeida dans son étude « La cosmogonie césairienne, fête d'Éros »41.

46On le voit donc, le Cahier d'un retour au pays natal n'est pas un chant de prière pieuse à la manière de

  • 42 A. Césaire, op. cit., p. 40.

ceux qui se sont assouplis aux agenouillements
ceux qu'on domestiqua et christianisa
ceux qu'on inocula d'abâtardissement
tam-tams inanes de plaies sonores
tam-tams burlesques de trahison tabide42,

47ni prière-méditation bercée par l'espoir facile de l'union avec la divinité, mais une prière de guerrier, une expression fondamentale de haute lutte qui revendique avec véhémence l'expérience du sacré, la présence péremptoire de Dieu devant le poète.

48Césaire cherche à faire le siège de Dieu, à lui tendre des pièges pour qu'il y ait re-connaissance entre eux : naître à nouveau l'un à l'autre. Une fois la « négraille debout » par la magie et la force de la prière vigoureuse, le poète retrouve enfin l'humilité de la poésie pieuse, sans pour autant changer de ton, car il reste après tout le maître :

  • 43 Ibid., p. 56.

du rire, du silence formidable, de l'espoir et du désespoir, de la paresse et des danses43

  • 44 Ibid., p. 43.

49et livre, ultimement, sa conscience, son rythme et ses paroles abruptes44. Bref, le poète fait dépôt de tout ce qu'il est aux bons soins de « la colombe », chargée, comme le « Bouraq » — cheval ailé du prophète Mohammed — de son ascension vers la lumière « noire » de la spiritualité nègre. Et Salah Satié a raison de dire de Césaire :

  • 45 Salah Satié, « Moi qui Krakatoa », Europe, n° spécial Aimé Césaire, août/septembre 1998, p. 32.

On le croirait fils de la haine, mais ce n'est là — tout le démontre — que trompe-l'œil45

50Le Cahier d'un retour au pays natal est d'abord une prière vivifiante, parce qu'elle est sommation, convocation et provocation du sacré, avant d'évoluer vers l'invocation. Elle est aubade : « Au bout du petit matin », anaphorique, scande la moitié du texte, car le poète cherche à surprendre le monde des êtres, des choses et des esprits aux premières lueurs du jour, à leur parler le langage de la violence, de la vérité et du soupçon, avant de se les concilier dans la sérénade. C'est pour cette raison que le Cahier est un dyptique : un volet chaotisé, un autre « cosmicisé » : les morsures du premier débouchent sur « les embrassades » du second. La prière se fait révolte et révolution qui se convertit en paix et en réconciliation.

  • 46 Dominique Combe, op. cit., p. 59.

51La prière virile est forme-sens. La forme du Cahier a été maintes fois explicitée : sonorités qui s'entrechoquent, mots rares et mots courants qui cohabitent et se neutralisent au point que le sens est constamment tenu en haleine, syntaxe qui se « parataxe », vocatifs, impératifs, démonstratifs qui impliquent le lecteur et lui font violence46 ; bref tout dans ce texte rappelle le travail du forgeron mystique, vénéré et craint, dans la culture nègre.

  • 47 Saint-John Perse, op. cit., « Écrit sur la porte », p. 7, où l'on lit avec étonnement ces versets : (...)

52Deux prières, deux poésies, deux poètes différents, antithétiques et inconciliables ? Je dirais que non, car ils sont surtout complémentaires. Et le secret de la prière nègre est justement dans cette fièvre poétique qui monte chez Césaire et s'apaise chez Senghor : un « non » édifiant et un « amen » serein sont sources de prière-rythme et d'excellence. Car Senghor comme Césaire, chacun à sa manière, disputent la gorge de Dieu prise par Saint-John Perse, auteur d'« Écrit sur la porte »47.

Notes

1 L. S. Senghor, préface à Éthiopiques, Œuvre poétique, Seuil/Points, Paris, 1990, p. 161.

2 Arthur Rimbaud, Poésies, Une Saison en enfer, Illuminations, Paris, NRF, Poésie/Gallimard, 1998, p. 205.

3 L. S. Senghor, « Lettre à trois poètes de l'Hexagone », Op. cit., p. 377.

4 Joëlle Tamine et Jean Molino, Introduction à l'analyse linguistique de la poésie, Paris, PUF, p. 8.

5 Ibid., p. 9.

6 Arthur Rimbaud, op. cit., « Lettre à Paul Demeney », p. 202 p. 128.

7 Ibid., « Mauvais sang », pp. 128 et 129.

8 L. S. Senghor, op. cit., p. 377.

9 Saint-John Perse, Œuvres complètes, Paris, NRF/Gallimard, B. de la Pléiade, 1986, p. 41.

10 Mireille Sacotte, Éloges de Saint-John Perse, Paris, Gallimard/Folio, 1999, p. 59.

11 L. S. Senghor, op. cit., p. 380.

12 Aimé Césaire, Cahier d'un retour au pays natal, in Poésie complète, Paris, Seuil, 1996, p. 28.

13 Ibid., p.29.

14 L. S. Senghor, op. cit., p. 373.

15 A. Césaire, op. cit., p. 5.

16 Mircea Eliade, Le sacré et le profane, Paris, Gallimard, coll. Folio/Essai, 1998.

17 L. S. Senghor, « Chants d'ombre », op. cit. pp. 12-13.

18 A. Césaire, op. cit., p. 5.

19 Robert Jouanny, Les voies du lyrisme dans les poèmes de L. S. Senghor, Paris, Champion, 1986.

20 Hervé Beranguier, « Richesse folklorique (rythmes musicaux) dans l'œuvre de Césaire et de Senghor », Congrès mondial des littératures de langue française, Padoue, mai 1983, pp. 25-38.

21 Dominique Combe, Aimé Césaire, Cahier d'un retour au pays natal, Paris, PUF, 1993.

22 L. S. Senghor, op. cit., p. 49.

23 A. Césaire, op. cit., pp. 43-44.

24 Ibid., p. 46.

25 Expression empruntée à Hugo Friedrich, Structure de la poésie moderne, rééd Livre de poche, 1999, p. 58, qu'il utilise à propos de la vision du Christianisme chez Arthur Rimbaud.

26 Robert Jouanny, op. cit., p. 64.

27 Ibid., p. 70.

28 L. S Senghor, « Prière des Tirailleurs sénégalais, op. cit, p. 702.

29 Roger Mercier, « Poétique française et poétique africaine », Congrès Mondial des Littératures Francophones, p. 137.

30 Hervé Bérenguier, op. cit., p. 29.

31 Ibid., p. 30.

32 L. S. Senghor, Anthologie de la nouvelle poésie nègre et malgache, Paris, PUF, rééd., 1998, p. 55.

33 A. Césaire, op. cit., p. 50.

34 Dominique Combe, op. cit., p. 58.

35 A. Césaire, op. cit., p. 13.

36 Ibid., p. 15.

37 Ibid., p. 17.

38 Ibid., p. 20.

39 Ibid., p. 27.

40 Ibid. p. 40.

41 Lilian Pestre de Almeida, « La cosmogonie césairienne : fête d'Éros », Congrès Mondial des littératures Francophones, op. cit., pp. 217-232.

42 A. Césaire, op. cit., p. 40.

43 Ibid., p. 56.

44 Ibid., p. 43.

45 Salah Satié, « Moi qui Krakatoa », Europe, n° spécial Aimé Césaire, août/septembre 1998, p. 32.

46 Dominique Combe, op. cit., p. 59.

47 Saint-John Perse, op. cit., « Écrit sur la porte », p. 7, où l'on lit avec étonnement ces versets : « Mon orgueil est que ma fille soit très-belle quand elle commande aux femme noires, ma joie, qu'elle découvre un bras très-blanc parmi ses poules noires.... »

Auteur

Université Stendhal, Grenoble III

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search