Version classiqueVersion mobile

L’écriture et le sacré

 | 
Jean-François Durand

I. Mythologies senghorienne

Léopold Sédar Senghor, du paradis perdu au « Royaume d'enfance »

Geneviève Lebaud-Kane

Texte intégral

1Au-delà du mythe biblique, le thème du « paradis perdu » fait partie des grands archétypes de l'humanité. Il n'est pas étonnant qu'il ait particulièrement sollicité l'imaginaire des poètes. Dans le cas de L. S. Senghor, ce thème universel se double évidemment de connotations culturelles et historiques précises, car il renvoie au déracinement induit par la colonisation.

2L. S. Senghor a vécu ce déracinement comme une chute hors du jardin d'éden :

Paradis mon enfance africaine, qui gardait l'innocence de l'Europe.

3a-t-il écrit avec beaucoup de force dans un des chants d'ombre, le poème intitulé « Que m'accompagnent kôras et balafongs », et son œuvre poétique aura été en grande partie une tentative de réintégration de ce jardin d'avant la chute. La création du mythe du Royaume d'enfance répond à ce but, mais elle ne s'est pas faite en un jour. Il n'y aura pas fallu moins de six recueils, sans compter le septième, perdu puis retrouvé comme le temps mythique du jardin de l'enfance.

4Ce septième recueil, qui était en fait le premier, a été inséré par L. S. Senghor, en 1990, dans l'édition définitive de son Œuvre poétique, sous le nom de « Poèmes perdus ». Ce recueil étant constitué des premiers poèmes écrits par L. S. Senghor, sa publication ouvre à la critique littéraire de nouvelles pistes de recherche. Elle permet d'étudier la genèse de certains thèmes clefs, en particulier celui du paradis perdu.

5Le titre même de « Poèmes perdus » et la présentation que L. S. Senghor fait de ce recueil dans l'introduction à l'édition de 1990 de son Œuvre poétique laissent entendre que le poète en relisant ces poèmes y a retrouvé un peu de sa jeunesse perdue (« comme un souffle de jeunesse », écrit-il).

6En même temps qu'il redécouvrait, revivait la fraîcheur de ses premiers élans poético-amoureux, le poète a dû voir dans le ton nostalgique de ses premiers poèmes comme une écho anticipé de ses regrets d'homme vieillissant. Et dans le souvenir du paradis perdu de l'enfance une vision en abîme d'une nostalgie existentielle qui l'habite encore aujourd'hui.

7La publication de ces premiers vers s'inscrit ainsi dans un processus personnel d'anamnesis. Le poète, relisant ses poèmes de jeunesse, s'est, semble-t-il, repris à « rêve(r) aux rêves de jeunesse », aussi allons-nous interroger ces textes pour essayer d'y découvrir quelques-uns des germes de l'aventure poétique senghorienne.

8Dès les « poèmes perdus », le temps affirme sa présence obsédante. Sur un total de vingt-six, cinq titres de poèmes comportent une référence précise à un moment du temps : « Les heures », la nuit (« Nuit blanche »), les mois (« Tristesse en mai »), les saisons (« Printemps de Touraine », « Printemps »). Quatre s'inscrivent nécessairement à l'intérieur d'un espace-temps : « Régénération », « Encore toi », « Je viendrai », « Comme je passais ». Quatre autres évoquent des thèmes ou sentiments liés à la mémoire : « Fidélité », « Oubli », « Regrets », « Nostalgie ».

9Dès cette époque, se compose donc l'image, assez banale somme toute, d'un homme pris entre le regret du passé, la déception du présent et d'incertains espoirs d'avenir.

10Mais le temps et l'espace offrent à l'imagination des poètes un cadre où projeter des sentiments qui dépassent en réalité les limites du domaine spatio-temporel. Ils servent souvent de support à l'expression d'une nostalgie plus profonde, plus essentielle.

11Dans l'œuvre ultérieure, le regret du paradis perdu s'exprime à travers l'image du « Royaume d'enfance », un royaume qui synthétise en lui les réminiscences de l'enfance personnelle, la geste des ancêtres, le mythe de l'Afrique mère et les rêves d'amour du poète. Un royaume perdu, que le poète recrée à travers l'amour, l'écriture et l'exaltation de la Négritude.

12Le thème de l'enfance est très présent dans les « poèmes perdus ». Mais le terme de « Royaume d'enfance » n'y apparaît pas encore. Car nommer son univers d'enfant « Royaume d'enfance », c'est déjà le rebâtir, et L. S. Senghor est encore loin de cet acte fondateur. Il se trouve alors en France, pris entre deux mondes : celui de l'Afrique et celui de l'Europe. Comme l'indique le poème intitulé « Intérieur » — qui sera repris plus tard, avec quelques modifications, dans les Nocturnes —, dès cette époque, le poète rêve de reconstituer autour de lui l'univers de l'Afrique. Rêvant déjà sur les yeux de la femme, comme il le fera plus tard dans les Nocturnes et dans les Lettres d'hivernage, il lit dans les yeux d'une jeune fille noire, comme un écho à sa propre nostalgie, « la nostalgie / Des splendeurs du Mali sous les sables ensevelies ». Et « penché au bord » des yeux d'une antillaise « Ouverts comme des palais ombreux », il voit « Surgir la fierté triomphante des vieux Guélwars », les guerriers ancêtres d'où descendrait son père.

13Mais curieusement, le terme d'enfance n'est pas encore associé clairement à l'Afrique, en particulier aux villages de la Petite Côte où L. S. Senghor passa les premières années de sa vie. L'enfance des « poèmes perdus » est une enfance métaphorique, essentiellement liée à la découverte des jeux de l'amour. Dans la lignée baudelairienne du « vert paradis des amours enfantines », l'enfance senghorienne se trouve alors liée au printemps, à la verdeur des prés. Une verdeur printanière que le poète n'a pu connaître réellement au Sénégal, mais qu'il a découverte plus vraisemblablement en France, particulièrement en Touraine, à l'occasion de vacances passées dans la famille de ses compagnons d'études :

Sous le pagne lisse du ciel d'été,
Le soleil a saccagé
Le velours vert des jours d'enfance.
(O.P., p. 336)

14À cette image peut se superposer une métaphore marine, suggérée par la fraîcheur et l'humidité de l'herbe ainsi que par ses ondulations de vagues sous le vent :

La mer des prés m'attend,
La mer verte et son odeur de rosée,
La mer fleurant des baisers d'enfant.
(O.P., p. 346)

15Conjugués peut-être à des thèmes picturaux, la lecture des poètes français et les jeux amoureux dans l'herbe humide de rosée composent ainsi l'image d'un éden assez éloigné du pays joalien, aride et sans printemps, où Senghor vécut sa vraie enfance.

16Le paradis de l'enfance évoqué dans les « poèmes perdus » n'a donc rien à voir avec le « Royaume d'enfance », c'est à dire les « quelques villages sérères perdus parmi les tanns, les bois, les bolongs et les champs » qu'évoquera plus tard la postface du recueil Éthiopiques. Estce pour autant un thème purement littéraire ? Nous ne le pensons pas. Plusieurs des « poèmes perdus » indiquent que dans le contexte de ces amours champêtres, L. S. Senghor s'est senti réellement revivifié, ressourcé, rajeuni au contact de la nature. En fait, le paradis de l'enfance évoquée par le poète est un état d'être : une « fraîcheur de vivre », une jeunesse intérieure, dont le souvenir rejaillit au contact de l'émotion amoureuse et de la nature :

J'ai oublié la mécanique des thèmes,
Les catéchismes récités durant quinze ans.
J'ai oublié l'huile rance d'hier (...).

Mon corps où s'ouvrent des bouches neuves
Filtre les courants des fraîcheurs,
Des sons, des couleurs, des senteurs,
Toutes les voluptés païennes
Loin de la rancœur des livres d'hier.
(O.P., p. 346)

17Dans ces vers où filtrent quelques réminiscences rimbaldiennes, s'expriment le rejet d'une certaine culture occidentale, la volonté d'un retour aux sources qui passe par l'amour et par l'exaltation des sens. Une exaltation « païenne » que le poète oppose à sa formation intellectuelle (« la mécanique des thèmes) et à sa formation religieuse (« les catéchismes récités »).

18Le dernier des « poèmes perdus » s'achève sur le constat douloureux de l'impuissance des livres à satisfaire les aspirations du poète :

Pas un livre pour accompagner la solitude du soir,
Pas même un livre !
(O.P., p. 353)

19Étrange paradoxe pour un agrégé de grammaire, membre de l'Académie Française, le rejet des livres et de la culture universitaire est un thème récurrent dans l'œuvre de L. S. Senghor. Dans le poème « Que m'accompagnent kôras et balafongs », il exprime à travers l'image d'un puits de pierre (traduction littérale du nom du petit séminaire de Ngas-o-bil, où il effectua une partie de ses études secondaires), l'insatisfaction éprouvée au contact de l'éducation occidentale :

Fontaines plus tard, à l'ombre étroite des Muses latines
Que l'on proclamait mes anges protecteurs
Puits de pierre, Ngas-o-bil ! vous n'apaisâtes pas mes soifs.
(O.P., p. 29)

20Dans une autre section du même poème, L. S. Senghor, s'adressant à ses élèves de lycée, parle de la « plaine aride » des livres. Dans les lettres d'hivernage, il déplore :

Mais aucun livre aucun qui arrose mon angoisse.
L'esprit est bien plus désert que le Sahara.
(O.P., p. 237)

21et va jusqu'à proclamer l'incendie de la Sorbonne :

Et tu me répondras :
— Il te faut brûler la Sorbonne, mon Athlète de nuit.
— Mais elle a choisi de brûler. Que ses cendres fertilisent les fièvres de nos vies !
(O.P., p. 254)

  • 1 La Poésie de l'action, p. 152.

22À ces prises de position, il convient, certes, d'opposer toutes les affirmations du poète en faveur de la culture et des livres. En particulier cette confidence faite à Mohamed Aziza : « Il y a deux choses qui m'intéressent : les livre et la femme. »1. Quoi qu'il ait pu dire ou écrire à certains moments de sa vie, Senghor reste un homme de culture, fervent lecteur, et qui plus est écrivain ! Cependant, il est certain qu'en homme enraciné d'abord dans une culture orale, il place la parole avant le livre et l'écriture. « L'encre du scribe est sans mémoire », écrit-il dans le poème « Congo », demandant aux kôras de se joindre à lui pour chanter le grand fleuve africain. Car dit-il dans la « postface à Éthiopiques, le poème n'est accompli que s'il se fait chant, parole et musique en même temps (...) Il est temps d'arrêter le processus de désagrégation du monde moderne, et d'abord de la poésie. Il faut restituer celle-ci à ses origines, au temps qu'elle était chantée — et dansée. Comme en Grèce, en Israël, surtout dans l'Égypte des pharaons. »

23Les « poèmes perdus » ne renferment pas d'indication orchestrale. Ils sont écrits en un mélange de vers de différentes longueurs. Le poète n'y a pas encore choisi « le verset des fleuves, des vents et des forêts ». Bien qu'il récuse l'étroitesse des livres et cherche un souffle nouveau, il n'a pas encore su donner à sa parole poétique la coulée des grands fleuves. Il se voit lui-même englué dans l'ennui et la solitude, avec en lui un livre ouvert, mais ce livre est un livre plein de mots vides :

Je suis envahi de brume
Et de solitude
Aujourd'hui,
Et je fuis.

Livre ouvert en moi.
Dans mon cerveau gris
Défilent des mots vides
Et défilent des pages, rues désertes
Sans cabarets.
(O.P., p. 337-338)

24Le défilé monotone des mots et des pages paraît épouser le rythme monotone et inéluctable du temps, « le glas des heures, / Lent / Tenace, / Implacable » (O.P., p. 343). Le langage écrit ou pensé, au lieu d'être instrument d'expression et de libération, se fait, ici, instrument d'oppression.

25On songe, ici, à l'évocation des poète négro-africains que L. S. Senghor publiera plus tard dans la postface à Éthiopiques : « morts les cours d'amour et les jeux gymniques ! Ils n'ont plus, pour les nourrir, les rythmes des tam-tams et des balafongs, la voix des kôras, l'encens de l'Amante. Le voilà donc, le poète d'aujourd'hui, gris par l'hiver dans une grise chambre d'hôtel. Comment ne songerait-il pas au Royaume d'enfance, à la Terre promise de l'avenir dans le néant du temps présent ? »

26Le paradis perdu n'est pas seulement un état d'être, c'est aussi un état de langue, un état d'inspiration. Un état de Création. L'auteur des « poèmes perdus » n'est pas encore parvenu à recréer, avec l'aide des seuls mots, la profusion verbale et instrumentale qui caractérise l'art des poétesses et des griots d'Afrique noire. D'où le spleen, la nostalgie qui le hantent. Il est pris entre le présent décevant des « jours pourrissants » et les regrets d'un passé qu'il ne parvient pas à faire revivre. Sa poésie s'épuise alors à dire cette aporie, ce manque essentiel. Mais par un retournement, de la profération même de ce manque naît une présence en négatif, fugitive clarté accrochée au fil des mots comme gouttelettes d'eau au fil des poteaux télégraphiques :

Gouttelettes blanches,
Lentes gouttelettes,
Gouttelettes de lait frais,
Clartés fugitives le long des longs jours monotones et gris,

Où vous en allez-vous ?
Où vous en allez-vous ?
À quel paradis ? Je dis : paradis,
Clartés premières de mon enfance
Jamais retrouvée.

27Des « poèmes perdus » aux œuvres ultérieures, la redécouverte du « Royaume d'enfance » passe par la mise en œuvre d'un verbe poétique capable de faire renaître la puissance de création imaginaire que possédait l'enfant. Et par la prise de conscience qu'il suffit de dire pour porter à l'existence : « Il me suffit de (...) nommer pour revivre le Royaume d'enfance », écrira L. S. Senghor dans sa postface à Éthiopiques.

28Comme l'indique ce très beau texte, le Royaume d'enfance n'est pas un passé, il est une aspiration, et partant un avenir à recréer par la magie de la parole poétique. Comme L. S. Senghor l'explique lui-même en réponse à Mohamed Aziza dans la Poésie de l'action, c'est la traduction des poètes négro-américains et surtout celle des poètes négro-africains, puis la lecture de Claudel, Péguy et Saint-John Perse qui l'ont mis sur la voie d'un vers plus adapté à son génie et apte à recréer le mirage du paradis perdu : le verset.

29La définition que L. S. Senghor donne du « Royaume d'enfance » dans la postface à Éthiopiques est essentiellement spatiale. Cela tient sans doute aux mécanismes de la mémoire, qui ne peut se remémorer le passé qu'en le situant à l'intérieur d'un contexte spatial. Cela vient aussi de l'ampleur de respiration donnée au poète par le verset. Alors que le vers un peu grêle des « poèmes perdus » — réduit parfois à un mot — était soumis tyranniquement à l'écoulement du temps, la coulée du verset s'étale sur la page et dilate à la fois le temps présent et le temps du souvenir. Le verset est l'instrument qui permet au poète de rompre le fil du temps et de réintégrer l'espace mythique d'un temps anhistorique où se mêlent à la fois les souvenirs de sa propre enfance, ceux de son ethnie et la mémoire de l'Afrique. Le verset transfigure passé et présent en un temps immémorial, un temps élargi et devenu espace, un temps devenu « Royaume ».

30La magie du poème senghorien provient en grande partie de l'entrelacement qu'elle parvient ainsi à tisser entre divers moments de ce temps devenu spatial. Une polyphonie de rêves et de souvenirs fait voler en éclats la linéarité du discours poétique et nous installe dans un Ailleurs où passé et présent se répondent, où proche rime avec lointain et où la mort et la vie se confondent.

Ma tête sur le sable de ton sein, mes yeux dans tes yeux d'Outre-mer
Quand les piroguiers de la Grande-Mer nous livreront-ils les poissons du rêve ?
Notre pagne est d'or blanc, d'or rouge les nuages notre haut pavillon seigneurial.
Vois les deux cités sœurs par-delà le bolong, la pourpre des vivants la cité bleue des Morts.
Je rêve le soir d'un pays perdu, où les Rois et les Morts étaient mes familiers.
(O.P., p. 184)

31Le verset est aussi le lieu où L. S. Senghor parvient à réconcilier les deux pôles de sa culture : le pôle africain et le pôle européen, l'instrument qui lui permet, dit-il, d'écrire « des vers nègres en français ». Un instrument poétique fédérateur à l'intérieur duquel le poète parvient à fondre les divers aspects de sa personnalité et d'une culture proprement encyclopédique.

32Tandis que les « poèmes perdus » lamentaient le paradis perdu, la dernière des « élégies majeures » proclame au contraire le retour au « Royaume d'enfance » : la résurrection du poète au jardin de l'enfance par la double médiation de l'amour et de la poésie :

Il me faut chanter ta beauté pour apaiser l'angoisse, vers la colline
Entrer au Royaume d'Enfance pour accomplir la promesse à Sira Badral (...)
Or notre attente fut encore de neuf nuits et neuf jours pour nous entrer au Royaume d'Enfance
Mais nous voici tout neufs, ressuscités au jardin de l'enfance (...)
Lors je crée le poème : le monde nouveau dans la joie pascale.

33Véritable testament poétique, l'élégie pour la reine de Saba clôt ainsi triomphalement une aventure poétique commencée dans le doute et l'aveu d'impuissance. L'étrange construction « pour nous entrer au Royaume d'Enfance » souligne qu'il s'agit bien ici non d'évoquer avec nostalgie un paradis perdu, mais bel et bien de réintégrer ce paradis. Et cette réintégration se fait, bien entendu, par la création poétique.

Notes

1 La Poésie de l'action, p. 152.

Auteur

Université Paul-Valéry, Montpellier III

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search