Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Rythmes. Histoire, littérature

 | 
Marie Blaise
, 
Alain Vaillant

Les rythmes de la littérature

Daudet, un impressionniste littéraire

Anne-Simone Dufief

Texte intégral

DAUDET LA PEINTURE ET LES PEINTRES

  • 1 Préface à Vingt ans de Paris d’André Gill, in A. Daudet Œuvres complètes, Librairie de France, Pari (...)

Je n’entends rien à la peinture et ne l’aime guère, — tant d’autres s’y connaissent et se pâment devant par profession1.

1Voilà une déclaration provocante si on précise que Daudet l’écrit dans une préface qu’il donne à un ouvrage du peintre André Gill, qui fut un ami et un compagnon de jeunesse.

2L’écrivain est assurément sincère en affirmant son incompétence. En effet, il n’a jamais été critique d’art, alors que ce fut le cas de Zola, ami de Cézanne et défenseur des impressionnistes ou de Huysmans pourfendeur de ces peintres académiques — que nous appelons aujourd’hui pompiers mais qui alors tenaient le haut des cimaises. Tandis que son ami Edmond de Goncourt, amateur éclairé de dessins et de peintures était un assez bon aquarelliste et pouvait également dessiner avec talent, Alphonse Daudet ne fut ni un dessinateur et encore moins un peintre. Tout au plus peut-on noter la présence dans les marges de ses manuscrits de petits croquis, pochades alertes qui signalent un vrai talent de caricaturiste qui s’épanouit dans son œuvre de romancier et de conteur.

  • 2 Voir Histoire de mes livres, annexe de Tartarin de Tarascon, Pléiade t. I, éd. R. Ripoll.

3Daudet eut-il au moins des rapports avec les peintres impressionnistes, ses contemporains ? Sa jeunesse tumultueuse au Quartier Latin et à la Brasserie de Martyrs le mit nécessairement en contact avec le milieu des « rapins » — d’autant que sa maîtresse Marie Rieu avait été modèle. Mais les rencontres, si elles eurent lieu, furent superficielles. En revanche, il garda longtemps des rapports amicaux avec un peintre à la personnalité fantasque aujourd’hui oublié, Gonzague Privat, à qui il dédia Tartarin de Tarascon. L’écrivain évoque la rédaction de Tartarin de Tarascon, dans l’atelier de Delacroix que louait la famille Daudet cet été-là.2 Le romancier, selon son habitude essayait les meilleures pages de son œuvre à haute voix pour son ami dont les rires constituaient un applaudimètre apprécié. Le peintre lui fit cet été là un portrait de Léon âgé de 4 ans que possède Madame François Daudet.

4Frédéric Mistral — à l’un de ses séjours dans le Midi — lui fit connaître le peintre Grivolas, surnommé « le félibre du pinceau » ; celui-ci s’était spécialisé dans la peinture folklorique, au sens noble du terme, rendant avec pittoresque et précision les costumes et les coutumes du Midi. Daudet lui écrira en 1883, alors qu’il travaille à Sapho, en lui demandant de lui envoyer des gouaches représentant des paysans et paysannes. Grivolas avait été sollicité par Gounod pour les costumes et décors de Mireille.

5En 1876, devenu un jeune romancier « lancé », Daudet invite Renoir, portraitiste en vogue dans les milieux littéraires depuis qu’il a peint Madame Charpentier, la femme de l’éditeur des naturalistes, mais encore discuté chez les bourgeois. Le peintre vient passer un mois à Champrosay où il fera le portrait de Julia Daudet — actuellement au Musée d’Orsay —, une étude de Léon aujourd’hui disparue et un paysage intitulé « La Seine à Champrosay ». Il ne semble pas que les affinités aient été grandes entre le peintre et l’écrivain, c’est du moins ce qu’on peut déduire du témoignage de Lucien Daudet :

  • 3 Lucien Daudet, Vie d’Alphonse Daudet, Paris, Gallimard, 1941, p. 124.

Madame Daudet qui admirait la peinture de Renoir fut enchantée qu’il fît un portrait d’elle, malgré la tristesse de ses parents, et les « Ma pauvre enfant tu es folle ! » courants en ce temps-là. « Mais où vois-tu un œil dans cette figure informe ? etc. » Alphonse Daudet qui se fiait aveuglément au goût de sa femme, décida que Renoir était un grand peintre et depuis ce jour et jusqu’à la fin eut toujours à portée de son regard cette image de sa chère Julia. […] À cette époque Madame Daudet était peu communicative. De son côté Renoir, absorbé dans son travail ne disait rien non plus et, par une chaleur caniculaire, ces séances que venait quelques fois animer Alphonse Daudet pendant un quart d’heure, étaient pénibles comme doit l’être l’élaboration d’un chef d’œuvre3.

6Alphonse Daudet était l’ami le plus intime d’Edmond de Goncourt ; il rencontra chez lui à Auteuil quelques peintres et se lia avec l’Italien Giuseppe de Nittis. Celui-ci aurait pu l’initier à l’impressionnisme car il avait d’abord participé au mouvement des Macchiaioli, des tachistes, des impressionnistes italiens. Mais à son arrivée à Paris, Giuseppe de Nittis s’était tourné vers une peinture plus mondaine et était devenu le peintre chroniqueur de la bonne société parisienne. L’intimité fut suffisamment grande pour que les deux ménages fassent un voyage en Suisse — voyage qui inspira du reste le romancier dans Tartarin sur les Alpes. Les Daudet se brouillèrent avec les de Nittis — ces derniers auraient accusé Julia de chercher à capter l’héritage d’Edmond et la mort prématurée — à trente-huit ans du peintre — empêcha toute réconciliation. Daudet fréquenta également le peintre Eugène Carrière qui fit un très beau portrait d’Alphonse et de sa fille Edmée. La peinture de Carrière est proche à certains égards de la vision du monde de Daudet, ses tableaux, toujours enveloppés d’un voile de mystère, aux contours effacés, aux tonalités grises ou ocres dominantes, disent le charme mélancolique des intérieurs modestes ; Carrière fut le peintre de la famille et surtout des maternités, on peut voir au musée de Saint Cloud certaines des œuvres qu’admira Daudet.

  • 4 Voir l’appareil critique de Tartarin sur les Alpes, Œuvres complètes, op. cit., t. X, p. 169, où ce (...)

7C’est bien peu de choses si l’on pense aux impressionnistes qu’un homme aussi lancé que Daudet aurait pu connaître ; Lucien prétend que Daudet refusa de poser pour Manet qui aurait aimé faire son portrait, par ennui des séances de pose. Très myope, issu d’un milieu étroitement bourgeois, il n’était probablement pas ouvert aux Beaux Arts et c’est en toute lucidité qu’il affirmait ne rien y entendre. Goncourt se moque souvent de son intérieur mal meublé et de ses murs ornés de « croûtes ». Un interviewer a laissé une description de son cabinet de travail ; sur les murs des portraits de proches : Julia par Renoir, Goncourt par Bracquemond — le célèbre aquafortiste qui fut le maître de gravure de Théodore Rousseau et de Manet et l’ami de nombreux écrivains comme Goncourt ou Barbey d’Aurevilly, une lithogravure de Flaubert et deux paysages, une marine de son ami André Gill et une vue de Suisse peinte par de Nittis lors de leur voyage commun en Suisse.4 Assurément ce sont de grands noms mais, malgré tout, bien peu de chose si on songe aux trésors que sut rassembler Octave Mirbeau un peu plus tard, lui qui fut l’heureux propriétaire de tableaux de Van Gogh et en particulier « Les Iris ». Daudet décore son bureau en sentimental et non en collectionneur et n’a pas de prétentions d’esthète ; c’est en cela qu’il choque son ami Goncourt, si fier de son intérieur d’Auteuil, qu’il le fera photographier et surtout en publiera l’inventaire minutieux dans La Maison d’un artiste. Tout artiste qu’il est, Goncourt n’a pas su reconnaître la valeur des impressionnistes et ceci explique peut-être qu’il n’ait pas pu y initier son ami Daudet.

8Lorsque parut en 1879 le roman Les Rois en exil, le critique Ferdinand Brunetière donna à la Revue des Deux Mondes un article intitulé « L’Impressionnisme dans le roman », repris dans un important volume consacré entre autres à Zola et à Flaubert, Le Roman naturaliste, chez Calmann-Lévy en 1884. Brunetière est donc le premier à parler d’impressionnisme à propos de littérature ; s’il le fait c’est pour avertir ses lecteurs que le roman, tel que l’a pratiqué Flaubert et que le pratiquent après lui Daudet ou Zola, traverse une crise. Dans cette nouvelle école littéraire — que combat Brunetière — Daudet occupe selon lui une place originale :

  • 5 Ferdinand Brunetière Le Roman naturaliste, Paris, Calmann-Lévy 1884, p. 82-83.

Ce qui est douteux, c’est que Monsieur Daudet soit un romancier dans le sens ordinaire du mot ; ce qui est certain, c’est qu’il est un artiste et c’est qu’il est un poète. Et c’est ce mélange en lui de l’artiste et du poète que j’essaie de caractériser d’un trait quand je l’appelle un impressionniste dans le roman. Ne vous arrêtez pas au mot un peu bizarre et soyez seulement certains qu’en dépit des railleries trop faciles, il représente une idée5.

  • 6 Émile Zola, Les Romanciers naturalistes, « L’expression personnelle ».

9Tous les contemporains de Daudet ont été sensibles à ce mélange de poésie et de réalisme. Qualifiant l’art de son confrère, Zola parle avec bonheur de « ce point exquis où la poésie prend fin et où commence la réalité. »6 Que d’analogies entre un art de l’impression, de l’instant et l’essence du projet poétique : rendre l’insaisissable, l’impression fugitive et réussir à démêler une par une les impressions élémentaires qui concourent à former et à produire l’impression globale.

  • 7 Ferdinand Brunetière, op. cit., p. 83.

10Mais Brunetière ne se borne pas à ce constat — peu éclairant pour ce qui serait de l’impressionnisme — et tente d’affiner sa définition de l’impressionnisme littéraire ; il écrit : « Nous pourrons définir déjà l’impressionnisme littéraire une transposition systématique des moyens d’expression d’un art, qui est l’art de peindre, dans le domaine d’un autre art, qui est l’art d’écrire »7. Brunetière sent fort bien toutes les objections qu’on peut faire à cet impressionnisme littéraire et les souligne en ouvrant le débat sur la langue artiste et ses dangers :

  • 8 Ibid., p. 98.

Vouloir peindre avec les mots, et prétendre épuiser avec les ressources finies du langage l’infinie diversité des aspects des choses, c’est un peu comme si on voulait, en peinture, à force d’empâtements, donner aux objets qu’on représente leur épaisseur réelle8.

  • 9 Ibid., p. 100 : « […] que serait un roman et généralement une œuvre de la parole et de la plume qui (...)

11Il souligne également une autre difficulté : un tableau se saisit globalement et librement tandis que l’œuvre littéraire a besoin de temps pour être lue et comporte un commencement et une fin.9

L’ARTISTE

12La réflexion sur l’impressionnisme littéraire implique que l’on prenne en compte la notion d’artiste qui émerge à la fin du xixe siècle, notion d’artiste qui témoigne d’un très grand sentiment de solidarité entre les arts. Un mouvement comme l’impressionnisme — mais il en avait été de même pour le romantisme — ne se conçoit que comme un projet esthétique globalisant.

13La cohésion du mouvement artistique est d’abord due à la proximité des hommes. L’artiste se définit en s’opposant au bourgeois et la vie de Bohème, pour reprendre le titre du roman de Murger, est commune aux peintres, sculpteurs, écrivains, musiciens ; les Brasseries sont un terrain neutre où fraternisent la jeunesse des deux rives, celle des ateliers et celle du Quartier Latin. Daudet évoque volontiers le milieu bohème où il a passé sa jeunesse parisienne, de 1859 à son mariage en 1867. Cette expérience personnelle s’inscrit bien sûr dans un mouvement littéraire qui a donné Manette Salomon des frères Goncourt, L’Éducation sentimentale de Flaubert et qui inspirera Zola et Huysmans.

14Dès 1874, dans le recueil Femmes d’artistes, Daudet utilise le mot d’artiste indifféremment pour désigner des peintres, des sculpteurs ou des écrivains. Le romancier fait revivre les milieux artistes dans Le Nabab, Félicia femme sculpteur — comme Sarah Bernhard ou comme Judith Gautier — reçoit dans son atelier-salon. Dans Sapho un bal costumé réunit le tout Paris des Arts et des Lettres et l’héroïne elle-même — égérie des Arts — n’a pas fait d’exclusive puisqu’elle a été la maîtresse d’un sculpteur, d’un poète, d’un peintre, d’un graveur, d’un architecte avant de devenir celle d’un étudiant en Droit. Dans L’Immortel le sculpteur Védrine — qui à la fin du roman a la « fantaisie de se mettre à l’huile » et de s’installer sur un bateau atelier comme Monet — est l’ami intime du poète Freydet.

  • 10 Daudet inspira Van Gogh ; celui-ci écrit à son frère Théo : « As-tu relu les Tartarins, ah, ne l’ou (...)
  • 11 Edmond de Goncourt rapporte dans son Journal : « Daudet me dit aujourd’hui très justement que la li (...)

15Entre littérature et peinture, les échanges sont constants : on se souvient de l’hommage aux romanciers naturalistes rendu par Van Gogh dans son tableau « les livres jaunes » — ceux que publie Charpentier, l’éditeur entre autres de Zola, Goncourt et Daudet10. Les romanciers pour leur part sont parfaitement conscients de l’influence de la peinture sur la littérature, qui se traduit notamment par l’abondance des descriptions11. Le roman du peintre — où le héros est un peintre — est un autre témoignage de ce goût des écrivains, citons les personnages d’Anatole dans Manette Salomon, de Lantier dans L’Œuvre, de Cyprien Tibaille dans En Ménage ou d’Olivier Bertin dans Fort comme la mort : autant de portraits d’artistes au chevalet, où l’on a voulu voir des autoportraits des écrivains eux-mêmes. Pas de roman du peintre dans l’œuvre de Daudet même si le personnage du peintre apparaît épisodiquement. En revanche l’écrivain se plaît à souligner les analogies qui existent entre sa méthode de travail et celle des peintres :

  • 12 Histoire de mes livres, Fromont jeune et Risler aîné, Pléiade t. I. p. 1186-1187.

D’après nature !
Je n’eus jamais d’autre méthode de travail. Comme les peintres conservent avec soin des albums de croquis où des silhouettes, des attitudes, un raccourci, un mouvement de bras ont été notés sur le vif, je collectionne depuis trente ans une multitude de petits cahiers […]12

  • 13 Le Petit Chose, Pléiade, t. I, p. 116-117.

16Un autre trait rapproche Daudet des peintres impressionnistes : son goût de l’indépendance et son refus de la tutelle académique. Dès 1867, dans Le Petit Chose, il affirme son besoin d’indépendance. Dans une séquence où le jeune Daniel et son frère Jacques rêvent la gloire littéraire dans leur mansarde, la position est catégorique : « Jacques veut qu’à trente-cinq ans j’entre à l’Académie française. Moi je m’y refuse énergiquement. Foin de l’Académie ! c’est vieux, démodé, pyramide d’Egypte en diable. »13 Vingt ans plus tard l’auteur célèbre se brouillera définitivement avec l’Académie française en écrivant le roman charge L’Immortel. Ce refus de faire partie de toute école — ni naturalisme, ni félibrige — est une constante de la personnalité de Daudet.

L’HÉROÏSME DE LA VIE MODERNE

17La révolution impressionniste passe par le renouvellement complet des sources d’inspiration. Les peintres impressionnistes abandonnent l’atelier et fuient le sujet académique, les romanciers nouveaux demandent à la vie quotidienne le sujet de romans qu’ils appellent du reste volontiers « études », terme emprunté au vocabulaire de la peinture. Impressionnistes et romanciers naturalistes sont bien la postérité de ces artistes que Baudelaire disait « pressés par l’héroïsme de la vie moderne ».

18Paris et les paysages d’Île-de-France — pour des raisons historiques — sont très représentés dans la production des impressionnistes. Or, paradoxalement, Daudet le Provençal est un des romanciers qui peint le mieux et le plus abondamment le Paris de la fin du Second Empire et des débuts de la Troisième République.

19Rien ne serait plus facile que d’illustrer un documentaire audiovisuel sur l’impressionnisme en lisant des morceaux de Daudet. Il existe une géographie du Paris de Daudet qui se superpose aisément à celle des impressionnistes. Badaud au regard neuf, doté d’un sens aigu de l’observation, poète et caricaturiste, Daudet excelle dans les instantanés de quartiers : le Marais où son beau-père avait une fabrique de meubles et où lui-même habita est maintes fois décrit dans Fromont jeune et Risler aîné ou dans Les Rois en exil ; les quartiers populaires, Ménilmontant où habite Jack ou le pourtour de la gare Montparnasse au caractère si original où se mêlent les masures et les maisons neuves de si médiocre qualité qu’elles sont dégradées presque avant d’avoir été habitées. Mais également les beaux quartiers, la rue de la Paix où Claire Fromont choisit une parure à la vitrine d’un joaillier, la place de la Concorde à l’heure où les voitures de maître reviennent du Bois de Boulogne par les Champs-Élysées, les abords du parc Monceau.

20L’industrialisation du IIe Empire a créé des paysages hybrides ni ruraux ni urbains : Daudet décrit la banlieue miteuse que traverse Jack en longeant la Seine au-delà des entrepôts de Bercy.

21Daudet émaille volontiers ses récits de croquis de la vie quotidienne — moins par souci documentaire ou par volonté de faire œuvre de sociologue — mais parce qu’il est sensible au pittoresque du petit fait vrai : des ouvrières d’atelier qui vont regarder les sorties de messe des mariages riches en mangeant deux sous de frites, saynètes en omnibus ou emplettes au moment des étrennes dans les échoppes volantes des grands boulevards. Les plaisirs et les jours le fascinent et font de lui le peintre des dimanches parisiens. Il suit ses personnages à Enghien ou à Ville d’Avray, il peint les alentours de Champrosay et la forêt de Sénart. L’écrivain qui avait une passion pour le bateau — comme Maupassant — évoque la Seine des canotiers, du côté d’Asnières, là où se trouvent les établissements de bains où l’on loue des canots :

  • 14 Fromont jeune et Risler aîné, Pléiade, t. I., p. 1056.

De ses fenêtres, Sidonie pouvait voir les restaurants du bord de l’eau, silencieux en semaine, débordant le dimanche d’une foule bigarrée et bruyante, dont les gaietés se mêlaient aux plongeons lourds des rames et partaient des deux rives pour se rejoindre au dessus de la rivière dans ce courant de rumeurs, de cris, d’appels, de rires de chansons qui les jours de fête monte et redescend, ininterrompu sur dix lieues de Seine14.

22Son œuvre ressuscite la diversité des plaisirs offerts aux Parisiens qu’il s’agisse des éléphants du jardin d’acclimatation au Bois de Boulogne ou du spectacle bariolé — baraques des forains, parade et marchands de gâteaux — de la foire aux pains d’épices dans le Bois de Vincennes. Comme les impressionnistes encore, il est le peintre des jardins publics : dans l’Évangéliste, Éline et Lorie promènent les enfants à la pépinière du Luxembourg ; Jack accompagne sa mère au tout récent parc des Buttes Chaumont qui domine :

  • 15 Jack, Pléiade, t. II, p. 410.

Un Paris bleuâtre noyé de poussière flottante et de lointain […] une cuve gigantesque, surmontée de buées chaudes, de rumeurs confuses15.

23Par goût, — par métier puisqu’il fut dix ans durant chroniqueur dramatique — Daudet aime le monde du théâtre et des spectacles : il fait revivre les décors et l’atmosphère des spectacles parisiens depuis les petits théâtres de banlieue jusqu’à ceux plus installés des grands boulevards ou même la prestigieuse Comédie-Française, salle un peu guindée qu’il raille avec humour dans L’Immortel. Il n’oublie ni les bals populaires, ni les salles de café concert avec leur ambiance étouffante et leurs couleurs criardes dans le flamboiement du gaz.

24Attentifs à la vie quotidienne, peintres et écrivains témoignent des progrès techniques, spectaculaires en cette fin de siècle, et c’est surtout le train qui fascine, bouleverse les paysages urbains ou ruraux : la locomotive, la gare, les rails sont autant de motifs communs. Le train fait découvrir la vitesse et impose une nouvelle représentation d’un espace déformé. Le célèbre tableau de Turner « Steam, Speed and Rain » représente une locomotive lancée à toute vapeur dans la grisaille d’un jour de pluie, les formes se devinent à peine car le peintre se veut fidèle à la perception que peut avoir une spectateur immobile. Les impressionnistes multiplient les tableaux de trains ou de rails vus d’un pont ou au contraire, en changeant de point de vue — mais moins souvent —, de paysages déformés par la grande vitesse. Le voyage en train, la description de la gare sont également des topoï du roman naturaliste. Daudet se plaint dans les Lettres de mon moulin que le bruit du chantier du P.L.M. trouble la paix du cimetière des Alyscamps, mais dans presque tous ses romans il fait une place au chemin de fer : grouillement des gares où la foule se presse pour les grandes excursions des « trains de plaisir » ou les dimanches banlieusards : c’est la gare St Lazare dans Fromont jeune et Risler aîné ou dans Sapho. Il renouvelle la description en faisant défiler par les fenêtres des wagons des paysages affolés, lors du voyage en Bavière dans les Contes du lundi ou le long de la vallée du Rhône dans Le Nabab ou Numa Roumestan.

  • 16 Numa Roumestan, Œuvres Complètes, éd. cit., t. IX, p. 48.
  • 17 Lettres de mon moulin, Pléiade, t. I, p. 248.

25Est-ce le passage du soleil provençal à la grisaille lyonnaise qui marqua Daudet enfant ? En tous cas il fait preuve d’une sensibilité météorologique qui le rend très attentif aux jeux de la lumière et de l’eau. Loin du poncif d’un Midi coloré, il sait que la forte lumière décolore le paysage et peint « […] ces petites collines grisâtres, ternes au fond de tout paysage provençal, mais que le couchant irise de teintes féeriques »16. Dès les Lettres de mon moulin il constate : « Tout ce beau paysage provençal ne vit que par la lumière »17. Cette sensibilité au temps qu’il fait le pousse à rivaliser avec les peintres quand il décrit des impressions de lever de soleil, ou la couleur du ciel d’orage ou les zébrures d’un paysage pluvieux. Il note dans ses carnets une expérience sur la luminosité, faite pendant une promenade en forêt de Fontainebleau :

  • 18 Notes sur la vie, Œuvres Complètes, éd. cit., t. XVI. p. 99.

Je sais maintenant ce qu’est la lumière du Nord, les objets y rayonnent comme d’eux-mêmes et d’une façon toute concentrée, le soleil n’y est presque pas, les couleurs dansent distinctes, ce n’est plus notre éparpillement, l’effervescence du Midi[…] dans le Midi la lumière est sur les objets ; dans le Nord elle est en dedans18.

26Lorsque Daudet associe la lumière, le mouvement et l’eau, il rivalise avec les peintres impressionnistes et en est bien conscient. En voici un exemple extrait du recueil Robert Helmont, au sous titre significatif, « études et paysages », qui pourrait être la légende du célèbre tableau de Renoir « La Seine à Champrosay » :

[…] j’ai eu la curiosité de descendre le petit chemin qui conduit à la Seine […] une fantaisie de peintre. Le fleuve est l’âme du paysage. C’est lui surtout qui le fait vivre avec ses vagues sans cesse en mouvement, tout ce qui passe en un jour et cet élargissement de la nature par le reflet, les rives doubles, les soleils couchants profonds comme des abîmes de feu.

ORIGINALITÉ DE L’IMPRESSIONNISME LITTÉRAIRE

27Démontrer la communauté des thèmes, définir une sensibilité commune ne suffit pas cerner l’originalité de l’impressionnisme littéraire de Daudet. Deux questions au moins sont restées en suspens. La première était déjà posée par Brunetière : comment transposer les moyens d’un art dans un autre art ? La seconde, plus générale, revient à se demander quelle image l’impressionnisme donne du monde.

  • 19 Jules Lemaître Journal des Débats, 20 août 1888, reproduit dans l’appareil critique de L’Immortel, (...)

28Mon propos n’est pas de proposer une analyse stylistique, aussi me limiterai-je à deux exemples. Le premier sur la composition d’ensemble : les impressionnistes éliminent ou déplacent certains points de fuite, à ces jeux sur la perspective pourrait correspondre en littérature une composition où le romancier refuse de développer une intrigue selon une progression dramatique, ce que Flaubert appelait non sans pittoresque un roman qui « fait la pyramide ». Daudet multiplie les ruptures à tous les niveaux de son art romanesque : composition mosaïque, intrigues multiples et simultanées, mise en place fragmentée des personnages. Jules Lemaître perçoit la nouveauté et les limites de cette technique : « […] les livres de M. Daudet, construits uniquement sur des impressions notées, participent du décousu de ces impressions, en même temps qu’ils en conservent l’incomparable vivacité »19.

29Au niveau de la phrase, on signalera une transposition du procédé de la tache si caractéristique de l’impressionnisme : voici un buffet lors d’une réunion mondaine :

  • 20 Les Rois en exil, Pléiade t. II, p. 924.

[…] dans la vaste baie noire du buffet débordante et gesticulante, les chapeaux clairs des femmes, les tabliers blancs du service éclatant sur le fond des vêtements sombres20.

30C’est l’effet de foule qui est ici recherché, les personnages sont réduits à la perception brute qu’en a l’observateur : des taches de couleur, des fragments de vêtements qui accrochent la lumière sur un fond sombre — celui de la baie qui encadre en quelque sorte le tableau.

31Un critique de l’époque, Francisque Sarcey, a fort bien défini cet aspect du style de Daudet :

  • 21 Francisque Sarcey, Le Parti national, 13 juillet 1888, reproduit dans l’appareil critique de L’Immo (...)

C’est une série de points brillants et lumineux, de touches spirituellement jetées sur la toile, dont l’effet est prodigieux quand on ne les analyse pas de trop près. Et le style chez Daudet se compose d’une suite de notations brèves, toutes pleines de lumière et vibrantes qui accrochent l’œil et l’amusent. Cela est délicieux et inquiétant21.

  • 22 Jacques Dubois, Romanciers français de l’instantané au xixe siècle, Bruxelles, Palais des Académies (...)

32Les séries impressionnistes — celles de Monet — revendiquent l’incapacité pour le tableau à exprimer le temps autrement que par une série d’instants. On y a vu une infériorité dans la rivalité entre la peinture et la littérature qui exige de s’inscrire dans la durée — ne serait-ce que celle de la lecture. Or Daudet appartient à ces romanciers qu’un critique — Jacques Dubois — a regroupé dans une étude Romanciers français de l’instantané au xixe siècle22 . Son œuvre se caractérise par la fragmentation de la durée en une juxtaposition d’instants. L’écrivain se situe aux antipodes du Flaubert de L’Éducation sentimentale ou bien évidemment de Proust.

33Enfin, l’impressionnisme est avant tout un matérialisme, un sensualisme sous toutes ses formes philosophiques ou morales : il intègre les travaux scientifiques sur la discontinuité de la matière ; il refuse les reconstructions intellectuelles et affirme la primauté de la sensation ; il est hédoniste par son culte de la vie. Cette pensée trouve sa traduction esthétique dans cette peinture du monde sensible qui exclut tout mysticisme et tout surnaturel, qui veut — ou croit — représenter sans interpréter. C’est cette philosophie que refuseront peintres et écrivains symbolistes — tant il est vrai que les écoles ne se succèdent qu’en s’opposant.

34Daudet, pour sa part, est un sceptique convaincu. Que de témoignages sur son amour de la vie ; atteint d’un mal incurable il note dans son journal intime :

  • 23 La Doulou, Œuvres Complètes, éd. cit., t. XVII.

Je ne sais qu’une chose, crier à mes enfants « Vive la vie » ! Déchiré de maux comme je suis, c’est dur23.

35Sur son agnosticisme, sa défiance vis-à-vis des idées générales et des théories :

  • 24 Léon Daudet, Alphonse Daudet, Charpentier, 1898, p. 208.

[…] le plus souvent les idées générales nous dupent, un bon fait bien observé par des yeux clairs, est aussi vaste, aussi troublant, aussi fécond que n’importe quelle hypothèse24.

36aime-t-il répéter à son fils, le mettant en garde contre les « systèmes »

37Ce scepticisme trouve son expression naturelle dans un art aux multiples affinités avec l’impressionnisme. Rien de calculé pourtant chez cet artiste qui, à l’heure du bilan, note dans son journal :

  • 25 Notes sur la vie, Œuvres Complètes, éd. cit., t. XVI, p. 55.

Fallait-il que je fusse poreux et pénétrable ; des impressions, des sensations à remplir des tas de livres, et toutes d’une intensité de rêve25 !

Notes

1 Préface à Vingt ans de Paris d’André Gill, in A. Daudet Œuvres complètes, Librairie de France, Paris, 1930, t. XII, p. 7.

2 Voir Histoire de mes livres, annexe de Tartarin de Tarascon, Pléiade t. I, éd. R. Ripoll.

3 Lucien Daudet, Vie d’Alphonse Daudet, Paris, Gallimard, 1941, p. 124.

4 Voir l’appareil critique de Tartarin sur les Alpes, Œuvres complètes, op. cit., t. X, p. 169, où cet entretien est reproduit.

5 Ferdinand Brunetière Le Roman naturaliste, Paris, Calmann-Lévy 1884, p. 82-83.

6 Émile Zola, Les Romanciers naturalistes, « L’expression personnelle ».

7 Ferdinand Brunetière, op. cit., p. 83.

8 Ibid., p. 98.

9 Ibid., p. 100 : « […] que serait un roman et généralement une œuvre de la parole et de la plume qui ne commencerait, ni ne finirait ».

10 Daudet inspira Van Gogh ; celui-ci écrit à son frère Théo : « As-tu relu les Tartarins, ah, ne l’oublie pas ! Te rappelles-tu dans Tartarin la complainte de la vieille diligence, cette admirable page, Et bien je viens de la peindre cette voiture rouge et verte dans la cour de l’auberge. » Lettres à Théo, citée par J. H. Bornecque dans son édition de Tartarin de Tarascon, éd. Garnier, p. LXX.

11 Edmond de Goncourt rapporte dans son Journal : « Daudet me dit aujourd’hui très justement que la littérature après avoir subi l’influence de la peinture pendant ces dernières années était aujourd’hui en train de subir l’influence de la musique […] ». 4 mai 1890.

12 Histoire de mes livres, Fromont jeune et Risler aîné, Pléiade t. I. p. 1186-1187.

13 Le Petit Chose, Pléiade, t. I, p. 116-117.

14 Fromont jeune et Risler aîné, Pléiade, t. I., p. 1056.

15 Jack, Pléiade, t. II, p. 410.

16 Numa Roumestan, Œuvres Complètes, éd. cit., t. IX, p. 48.

17 Lettres de mon moulin, Pléiade, t. I, p. 248.

18 Notes sur la vie, Œuvres Complètes, éd. cit., t. XVI. p. 99.

19 Jules Lemaître Journal des Débats, 20 août 1888, reproduit dans l’appareil critique de L’Immortel, Œuvres Complètes, éd. cit. t. XI, p. 214.

20 Les Rois en exil, Pléiade t. II, p. 924.

21 Francisque Sarcey, Le Parti national, 13 juillet 1888, reproduit dans l’appareil critique de L’Immortel, Œuvres Complètes, éd. cit. t. XI, p. 214.

22 Jacques Dubois, Romanciers français de l’instantané au xixe siècle, Bruxelles, Palais des Académies, 1963.

23 La Doulou, Œuvres Complètes, éd. cit., t. XVII.

24 Léon Daudet, Alphonse Daudet, Charpentier, 1898, p. 208.

25 Notes sur la vie, Œuvres Complètes, éd. cit., t. XVI, p. 55.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter