Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Terres Gastes

 | 
Marie Blaise

Chapitre 3. Ce est li contes do greal1

Testo integrale

  • 1 Chrétien De Troyes, Le Conte du Graal, édition Charles Méla, Le Livre de Poche, collection « Lettre (...)
  • 2 Ibidem vers 9038-9039. « Nous devrions être dans l’effroi, / l’inquiétude et le désespoir ».

Nos deüssien estre an esfroi
Et esmaié et esperdu2.

Le roman : conversion et conjointure

  • 3 Rappelons une nouvelle fois que la majuscule est conventionnelle en français moderne mais qu’elle e (...)
  • 4 Ce motif n’est pas particulier et ne constitue en aucun cas un mode « d’élection » lié au Graal ; o (...)

1Le « traducteur-auteur » du Roman d’Énéas – selon l’expression de Jean-Charles Huchet – ouvrait son œuvre en décrivant le massacre de Troie. Celui du Roman de Thèbes achève le sien par la destruction de Thèbes. Dans le Conte du Graal3 la catastrophe originelle, la mort d’Utherpendragon et la bataille qui vit s’entretuer la chevalerie, est représentée fragmentairement par la mère de Perceval et reprise en échos dans d’autres épisodes du roman : celui qui raconte la rencontre du Roi-Pêcheur ou celui du château de la Merveille, lorsque Gauvain est prisonnier dans un Autre Monde, où règne Ygerne, mère d’Arthur et veuve d’Utherpendragon, avec une foule de dames et de serviteurs qui attendent leur sauveur4. Si le roman d’Antiquité prend pour acte de fondation du récit une catastrophe initiale, la destruction sauvage d’une cité, la déstructuration radicale de la loi, le roman courtois convertit le thème.

  • 5 Jean-Charles Huchet et Francis Dubost tiennent tous deux cette thèse.

2La naissance du roman ne met pas par hasard en scène le motif de la terre gaste. Que celui-ci inscrive, dans l’espace romanesque, une dimension ethnologique et psychanalytique qui n’a rien à voir avec le temps, parce qu’elle participe de la nature humaine, ne fait aucun doute. Mais l’acte de conversion romanesque n’est pas seulement – encore moins dans le contexte du XIIe siècle – la commémoration d’un meurtre originaire et il n’est pas seulement non plus – mais l’est aussi – représentation de la crise d’un sujet. La mise en roman implique la constitution d’un nouvel espace de la représentation, un fonctionnement différent du système en son ensemble, qui prend le nom de courtoisie. La mise en scène romanesque de la terre gaste dit alors autre chose que la ré-itération de « la dimension incestueuse du désir qui égare le sujet et livre l’Histoire au malheur5 », même si celle-ci est parfaitement figurée et à l’œuvre dans le motif.

3Le roman n’est pas un espace rituel, il est un espace de conversion des valeurs ; le processus de traduction qui le soutient engage le risque de la perte du sens, c’est-à-dire la question de l’autorité. La terre gaste représente le risque absolu de la double mort romanesque – réalisé dans la Mancha de Don Quichotte – et son dépassement possible dans l’articulation d’une nouvelle conjointure. La question de la liaison, et donc celle de l’autorité, est partout présente dans Le Conte du Graal : lien entre Perceval, sa mère, et leur ascendance ; lien entre les trois chastoiements dans le discours de la mère ; lien entre la noblesse de Perceval et son inculture ; lien entre les divers éléments du cortège qui sont trois : la lance, le Graal et le tailloir ; entre la pièce où a lieu le repas de la cour et l’autre scène vers laquelle se dirige le cortège et qui reste toujours hors du champ du texte ; entre le roi méhaigné et sa terre gaste ; entre le temps de l’ordre initial figuré par le royaume d’Utherpendragon et le temps du désordre qu’il subit sous le règne d’Arthur – désordre représenté dans l’épisode où Perceval rencontre le roi alors que celui-ci est bafoué, devant toute la cour, en la personne de la reine et menacé de perdre son royaume, désordre repris dans les derniers vers du roman qui voient le roi s’évanouir de désespoir ; lien entre les morts et les vivants, comme le montre l’épisode suivant la visite au château du Graal et qui narre la rencontre de Perceval avec une demoiselle de ses cousines tenant la tête coupée de son amant sur ses genoux ; lien entre les divers éléments qui forment la figure de la demoiselle à la mule rousse ; lien entre les deux parties du roman. Tous les niveaux du texte sont concernés.

  • 6 Chrétien de Troyes, Le Conte du Graal, op. cit., vers 3488 : « sans qu’il y ait pourtant chair ni v (...)
  • 7 Ibidem, vers 3225.
  • 8 Hugo von Hofmannsthal, « Lettre du voyageur à son retour » dans Lettre de Lord Chandlos et autres t (...)

4En posant ses questions, Perceval aurait conjoint tout cela, il aurait, autrement dit, renoué la chaîne des représentations qui lie un sujet au réel et à la culture qui lui fournit les éléments imaginaires nécessaires pour s’y concevoir. Le Roman de Perceval présente les données d’une crise dont la scène au château du Roi-Pêcheur se donne comme résolution possible : il aurait été possible de sauver le roi et sa terre en posant deux questions. Non pas en faisant la guerre ni en conquérant une femme, ni non plus en partant à la quête d’un objet merveilleux, matériel ou spirituel, mais en posant deux questions : qui sert-on du Graal ? Pourquoi la Lance Blanche saigne-t-elle alors qu’elle n’a ni sang ni veines ? Les termes de la rédemption sont si simples que les continuations n’ont eu de cesse de les rendre autrement. Il ne s’agit même pas, comme en une énigme inversée, de trouver les termes de ces questions : le poème ne cesse de les formuler. Ce n’est pas que Perceval ne sait pas quoi dire ou qu’il ne reconnaît pas les objets : c’est qu’il n’ose pas formuler ses questions. Il n’y a pas d’énigme inversée. C’est simplement que Perceval aurait dû, à ce moment-là, devant le cortège et la cour réunie, prononcer les questions, demander. Contrairement à ce que l’on retient en général, et ce depuis les premiers continuateurs, ce n’est pas le Graal en tant qu’objet qui fait question : certes il est fait de l’or le plus fin et les pierreries qui le sertissent sont extraordinaires, mais il est d’autres objets ainsi décrits dans les romans, le procédé est courant et n’engage même pas nécessairement l’ordre du merveilleux. S’il est, d’ailleurs, une « merveille » dans le cortège, c’est-à-dire un objet présentant un caractère illogique, ce n’est pas le « graal » simplement introduit par un article indéfini, mais la lance blanche qui saigne « et si n’i a ne char ne vaine6 ». Mais comme le Graal, elle aurait dû faire l’objet d’une demande et non d’une quête. Le fait que le troisième élément du cortège, le tailloir d’argent, n’ait pas été retenu dans la suite du texte par les continuateurs ou les critiques ne doit pas autoriser à le négliger. Le tailloir n’a, certes, rien d’extraordinaire : on le retrouve d’ailleurs dans le service de la cour7. C’est ce caractère anodin qui fait la particularité de l’objet par rapport aux deux autres : comme le seau d’Hugo von Hofmannsthal8, cette banalité confère le sentiment d’inquiétante étrangeté représentant – comme il arrive avec le Graal et la lance mais sous une autre forme (la merveille et le luxe inouï) – la déstructuration du sens. Il est significatif à cet égard que les deux personnages principaux se retrouvent à chercher les éléments dispersés du cortège et tout aussi significatif que Perceval, après la malédiction de la demoiselle hideuse, dise « tout autrement » que les chevaliers de la cour qui vont chercher aventure :

  • 9 Chrétien de Troyes, Le Conte du Graal, op., cit., vers 4657 à 4670.

Et Percevaus redit tot el,

Perceval, lui, dit tout autre chose :

Que il ne jerra en ostel

il ne prendra son gîte au même endroit,

Deus nuiz en trestot son aaige,

de toute sa vie, deux nuits de suite,

Ne n’orra d’estrange passaige

il n’entendra nouvelles de passages

Novelles que passer n’i aille,

en étrange terre qu’il ne s’y risque,

Ne de chevalier qui mielz vaille

ni de chevalier qui vaille mieux

Q’autres chevaliers ne que dui

qu’un autre ou même que deux autres

Que il n’aille combatre a lui,

qu’il n’aille se mesurer à lui,

Tant que il do graal savra

jusqu’à ce qu’il sache à propos du Graal

Cui l’en an sert, et qu’il avra

qui l’on en sert, et qu’il ait

La lance qui saigne trovee,

trouvé la Lance qui saigne,

Tant que la verité provee

et que la vérité bien établie

Li soit dite por qu’ele saigne,

lui soit dite de pourquoi elle saigne.

Ja no laira por nule paine9.

Quelle que soit la peine, il ne renoncera pas avant.

5Tous les chevaliers se lèvent alors et jurent eux aussi de courir l’aventure. Mais le serment de Perceval est d’une nature différente : il met en balance, d’un côté, la prouesse chevaleresque, de l’autre, la réponse aux deux questions que le « valet » a omis de poser, omission qui perpétue la terre gaste. Autrement dit, obtenir la réponse aux questions marque la fin de la prouesse. Ce sont encore les données fondamentales de la courtoisie qui sont mises en cause.

  • 10 Francis Dubost, « Le conflit des lumières : lire “tot el” la dramaturgie du Graal chez Chrétien de (...)

6Comme l’a montré Francis Dubost10 la seule question portant sur la nature de l’objet concerne la lance ; le graal, lui, semble ne présenter aucun problème particulier lié à son aspect, il ne constitue pas une merveille. La demande de Perceval à propos du Graal aurait dû concerner sa « finalité » et non sa nature. Quant au tailloir, auquel aucune question n’est explicitement liée, il place les deux autres éléments dans leur contexte manifeste : celui d’un repas se déroulant en même temps que celui que prennent les convives du Roi-Pêcheur, sur un plan invisible. Les questions de Perceval auraient donc eu pour conséquence, au niveau du récit, de lier ces deux plans ou ces deux cènes, le visible et l’invisible, et de coordonner dans ce lien et par lui les différents éléments du cortège. Dans la réalisation de cette conjointure, la terre aurait retrouvé l’ordre en même temps que le champ des significations son sens ; en réalité, il s’agit d’une seule et même chose, ce que dit bien le serment de Perceval : la prouesse n’a de sens que dans son rapport avec « l’autre scène ». On voit comment ces autres « traducteurs » que sont les moines cisterciens ont instrumentalisé la Queste du Saint Graal à partir de ces mêmes données, simplifiées.

« Or œz commant s’an delivre11 »

  • 11 Chrétien de Troyes, Le Conte du Graal, op. cit., vers 66.

7Le Conte du Graal, dernier des romans du maître champenois, que l’on appelle aussi le Roman de Perceval, soit en négligeant par là-même tout le second versant du texte, soit pour signifier la cohérence des deux parties en faisant de Gauvain un masque de Perceval (mais cette seconde hypothèse est plus un vœu qu’une hypothèse stricto sensu), Le Conte du Graal, donc, a justement longtemps posé des problèmes de composition. Le premier de ces problèmes est l’inachèvement du texte : le récit s’interrompt brusquement lors de l’arrivée à la cour d’Arthur d’un messager de Gauvain que nous n’entendrons pas délivrer son message. La cour est au désespoir, le roi s’évanouit de douleur et une certaine dame Lore se précipite chez la reine, « Explicit li romanz de Perceval ».

  • 12 Cf. Gerbert de Montreuil, Continuation de Perceval, édition de Mary Williams et Marguerite Oswald, (...)
  • 13 Chrétien de Troyes, Le Conte du Graal, op. cit., vers 58 à 66 : « Oïl, n’en dotez ja de rien. /Dont (...)

8Un autre problème de composition, indissolublement lié au premier, se pose du fait que le texte présente deux parties dont le lien n’est pas apparent ou plutôt ne semble pas suffisant à un esprit éduqué aux proportions classiques. Ces parties sont consacrées, respectivement, la première aux aventures de Perceval, la seconde à celles de Gauvain. L’un des continuateurs de Chrétien, Gerbert de Montreuil, ayant assuré que la mort avait devancé le poète, et que telle était la raison de l’inachèvement de l’œuvre à l’accomplissement de laquelle lui-même, Gerbert, s’était attelé12 fut tout simplement cru pendant des siècle s, sans qu’il vienne à l’idée de considérer qu’une telle déclaration pouvait fort bien s’apparenter au mode de liaison d’une œuvre à une autre qui préside, durant tout le Moyen Âge, à la « publication » d’un texte et qui consiste à le placer sous l’autorité d’un autre texte. Selon cet usage, Chrétien lui-même assure, dans le prologue du Conte du Graal, qu’il ne fait que rimer un texte dont le conte Philippe d’Alsace lui a remis le livre13. Ce livre, sorte de furet du Bois Joli, ne court pas que dans le prologue de Chrétien : son continuateur allemand, Wolfram von Eschenbach, qui inspirera Wagner, déclare l’avoir lui aussi suivi. Il s’agirait, affirme-t-il, de l’œuvre d’un certain Kyot, « maître provençal », qui donne « l’authentique version » d’une histoire à laquelle Chrétien de Troyes « a fait du tort » « en ne rapportant pas la vérité », vérité que Wolfram a, lui, rétablie « sans apporter de modifications de [sa] propre autorité » :

  • 14 Wolfram von Eschenbach, Parzival, texte traduit et présenté par Danielle Buschinger, Wolfgang Spiew (...)

Si Chrétien de Troyes a fait du tort à l’histoire en ne rapportant pas la vérité, cela doit bien irriter Kyot qui nous en a donné la version exacte. [...] L’authentique version dans son exact dénouement nous est venue de Provence en pays allemand, et moi, Wolfram d’Eschenbach, je ne veux rien ajouter à ce que conta le maître provençal. Sans apporter de modifications de ma propre autorité, je vous ai conté l’histoire de la noble lignée et des enfants de Parzival, que j’ai conduite moi-même jusqu’au zénith de sa fortune14.

  • 15 Ibidem, p. 12-13 : « Or, il n’est dans toute la littérature française du Moyen Âge fait aucune ment (...)
  • 16 Gottfried de Strasbourg, Tristan et Isolde dans Tristan et Yseut, Paris, Gallimard, « Bibliothèque (...)

9Bien entendu on ne connaît aucun poète du nom de Kyot – transcription du francien Guiot et dont la forme occitane serait Guizot – auteur d’un Roman de Perceval ou d’une version du Conte du Graal, dans toute la littérature médiévale, comme le soulignent les auteurs de l’édition française du Parzival15. Gottfried de Strasbourg, le grand rival de Wolfram et son contemporain, lui reproche d’ailleurs, dans son Tristan, d’être de ces « braconniers d’histoires », « l’inventeur » « en termes obscurs et ineptes » « de récits insensés » qui « dupent des esprits obtus 16 ». Gottfried lui-même s’inspire des versions précédentes du Tristan et Béroul, peut-être l’auteur de la plus ancienne version connue, se réfère lui-même à une « estoire » qu’il a lue dans un livre.

10Ces exemples montrent comment les « romanciers » usent d’une tradition littéraire, essentielle dans le monde médiéval, et Gerbert, en invoquant la mort de Chrétien, ne fait que se placer sous son autorité et n’exprime par-là, très vraisemblablement, que la manière d’introduire son roman dans le corps de la littérature. Que Chrétien soit mort ou non n’y change pas grand-chose : l’important est que Gerbert formule le lien qui fait de son œuvre une continuation et non une invention. On pourrait comparer ce procédé aux préfaces et autres prologues qui, de Jean-Jacques Rousseau ou Choderlos de Laclos jusqu’à Edgar Pœ ou Nathaniel Hawthorne, pour ne citer que quelques exemples, ont eu pour but de certifier l’authenticité de telles lettres ou manuscrits trouvés dans des bouteilles, en mettant en scène un narrateur-éditeur qui, tout en ancrant dans la réalité le texte de fiction, établit un lien entre le lecteur et un auteur fictif en se portant garant des conditions de sa trouvaille.

  • 17 Cf. Surtout Roger Dragonetti, La vie de la lettre au Moyen Âge, op. cit., et Henri Rey-Flaud, Le Sp (...)

11Mais tout cela a provoqué quelques méprises et la dernière œuvre de Chrétien de Troyes n’a été considérée dans son unité qu’assez récemment17. Cela est particulièrement paradoxal car la composition de l’œuvre, essentielle à la compréhension du texte plus peut-être, s’il était possible, qu’ailleurs, en a été souvent ignorée et le roman amputé d’une grande partie de sa logique.

  • 18 Chrétien de Troyes, Le Conte du Graal, op. cit., vers 16 à 20 : « Mais je proverai que li cuens/Vau (...)

12Le Conte du Graal commence par un prologue, procédé habituel qui situe le texte dans le monde de parole duquel il est partie, en invoquant son dédicataire et sa matière. La manière dont opère à cet égard le prologue de Chrétien est particulière : il est apparemment construit sur une comparaison entre le dédicataire du roman, le comte Philippe de Flandres, qui se trouve être en même temps celui qui lui a remis le livre que Chrétien a entrepris de « rimer », et Alexandre le Grand, héros des romans d’Antiquité et, comme Énée, parangon des vertus chevaleresques en « translation ». Procédé mélioratif classique : le comte est le meilleur des meilleurs. Mais la comparaison est étrangement menée et elle se convertit en une opposition franche entre les deux personnages, Philippe représentant la vraie courtoisie et Alexandre étant accusé de tous les vices « don li cuens est mondes et saux18 ». On peut alors se demander quel est le sens d’une comparaison entre le meilleur et le pire et si le comte s’en trouve en quelque manière loué, être au-dessus du plus mauvais ne relevant guère de la prouesse. La démonstration que Chrétien entend mener n’a d’ailleurs pas véritablement lieu et l’opposition se transforme en un portrait de Philippe, qui se change en une autre opposition, celle de la main gauche et de la main droite :

  • 19 Ibidem, vers 37 à 44.

La senestre selonc l’estoire

La gauche, dans la tradition,

Senefie la vaine gloire

veut dire ostentation

Qui vient par fause ypocresie.

qui vient d’hypocrite fausseté

Et la destre que senefie?

Et la droite, que veut-elle dire?

Charité, qui de sa boene oevre

La charité, qui de ses bonnes oeuvres

Pas ne se vante, ançois se coevre

ne se vante pas, mais qui se cache,

Si qu’il ne la set se cil non

si bien que personne ne le sait,

Qui Dex et charitez a non19.

sinon Celui qui a nom Dieu et Charité.

13Les deux mains sont les deux tendances vers lesquelles tout être humain est porté, de par sa double nature, depuis le péché originel. Il ne s’agit donc pas d’une opposition entre le bien le mal, le présent et le passé. Alexandre, d’ailleurs, fait partie du monde imaginaire du XIIe siècle depuis son « roman » qui a transformé le conquérant macédonien en chevalier aventureux, remarquable voyageur, un peu magicien, grand guerrier. Philippe et la cour de Champagne sont probablement friands des récits de ses exploits et nul doute que Philippe ne prétend aucunement à les surpasser. La comparaison serait, à cet égard, toute rhétorique. Aussi ce n’est pas le champ de la prouesse chevaleresque que vise Chrétien mais celui du rapport à l’autre. Ce faisant, le prologue ne compare pas deux hommes mais deux situations de parole. Cette dualité sera reprise dans le roman ; elle est peut-être la clef de l’équilibre entre les deux parties. En tout cas elle permet de comprendre le début du roman.

  • 20 Comme on l’a fait souvent remarquer, le passage de l’eau conduit, dans la littérature médiévale, à (...)

14Après le prologue, le récit s’ouvre sur le réveil d’un jeune homme, un « valet » qui, tout à la joie d’une matinée de printemps, part à la chasse dans la forêt profonde où il vit avec sa mère et y rencontre cinq chevaliers tout armés. Dire qu’il n’en avait jamais vus serait insuffisant : il en ignorait l’existence. Cet incident initie l’une des lignes directrices du roman qui pourrait être représentée comme la mise en scène d’un déséquilibre fondamental entre la « culture » générale ou, pour le dire autrement, le réseau imaginaire que l’on peut désigner par le terme de « courtoisie », et le destin des personnages. Non pas, en effet, le destin du seul « valet » mais aussi celui de tous les autres personnages du livre à des degrés divers, y compris le roi Arthur que Perceval trouve en posture de perdre son royaume et sa reine parce que nul n’ose répondre à un défi et que lui-même, en tant que roi, ne peut combattre. Le déséquilibre ne s’écrit pas seulement au niveau des personnages ; on le retrouve pour le temps où se situe l’action et pour les divers lieux qui vont l’animer et qui sont décalés par rapport à un temps ou un à lieu de l’équilibre, souvent désigné, mais pas toujours, comme « passé », ou présenté avec les caractéristiques d’un outre-monde20.

15Encore faut-il prêter une attention particulière à ce qui pourrait constituer un défaut d’interprétation : la culture, au sens moderne, n’est pas un concept médiéval. Le terme de « culture » employé ici ne vise pas à représenter la somme des savoirs, il désigne plutôt ce que la scène de la forêt met en cause et que le prologue laisse entendre dans la comparaison entre deux situations de parole : un processus dynamique qui engage toute la chaîne des représentations et forme le rapport au monde d’une époque.

16Comme le montrent les vers qui ouvrent le prologue, le double sens de « culture » (comme d’ailleurs, étymologiquement, celui de « culte ») a permis de développer de nombreuses images allant jusqu’au cliché, où la terre bien soignée est comparée à un esprit bien développé selon des moyens appropriés, comme c’est le cas dans les Évangiles, cela depuis l’Antiquité. C’est pourquoi les premiers vers de Chrétien, dans le contexte du roman qui va s’ouvrir et de ses deux héros, sont particulièrement lourds de signification :

  • 21 Chrétien de Troyes, Le Conte du Graal, op. cit., vers 1 à 10

Qui petit seime petit quiaut

Qui sème peu récolte peu

Et qui auques recoillir viaut

et qui veut avoir belle récolte,

En tel leu sa semence espande

qu’il répande sa semence en un lieu

Que fruit a cent doble li rande,

qui lui rende fruit au centuple !

Car en terre qui rien ne vaut

Car en terre qui ne vaut rien

Bone semence seiche et faut.

la bonne semence se dessèche et meurt.

Crestïens seime et fait semence

Chrétien sème et fait semence

D’un romanz que il encommence

d’un roman qu’il commence,

Et si lo seime en sin bon leu

et il le sème en si bon lieu

Qu’il ne puet estre sanz grant preu21.

qu’il ne peut être sans grand profit.

17Certes, l’image est traditionnelle. Mais c’est sur elle que le prologue repose. Si le roman est une graine, il lui faut bonne terre, riche culture. Philippe sera cette terre fertile. L’opposition avec Alexandre, par laquelle Chrétien entend montrer le bien fondé du choix de sa « terre », repose sur le déploiement de la même image. En comparant le conquérant et le seigneur, le « semeur » met en tension deux rapports à la culture de l’esprit inséparable du rapport au monde que réalise la terre cultivée. Puisqu’il n’y a de lieu que dans son rapport à un sujet, la civilisation ou la sauvagerie sont fonction d’une situation de parole. La terre est alors support et représentation de ce rapport de parole et Philippe et Alexandre, la main gauche et la main droite, sont eux aussi des figurations de ce rapport. En présentant la situation de parole figurée par le comte comme la bonne terre où semer son conte, Chrétien, au-delà du panégyrique à son destinataire, expose le sujet de son roman : si le monde est ordonné comme un langage, le défaut de la terre est un défaut de l’ordre du langage.

  • 22 L’une des seules acceptions plausibles du mot « graal » serait « plat à poisson » ; on voit bien au (...)

18Dans le Conte, le personnage du Roi-Pêcheur symbolise ce défaut de liaison entre la terre et l’ordre qu’il devrait, comme Arthur, incarner : il est le roi infirme d’un espace infirme qu’une parole pourrait rémunérer. La figure qui le désigne, « roi » et « pêcheur », marque d’emblée le défaut symbolique : si la chasse est le passe-temps des rois et des chevaliers, la pêche est le domaine des vilains. Il n’est nul besoin d’aller chercher quelque figuration de saint Pierre ou le poisson symbolique des premiers chrétiens pour commenter une si curieuse association. C’est son incongruité même qui l’explique. Par ailleurs, si le Conte insiste sur la sagesse et la bonté du personnage, ses continuateurs auront tôt fait de le marquer du sceau d’un péché que l’homophonie et surtout l’ambiguïté de son nom semblaient autoriser : ainsi s’explique la blessure d’Amfortas. Mais au temps du Conte du Graal, le Roi-Pêcheur n’a nul besoin d’avoir commis une faute pour être invalide : son nom porte le défaut symbolique dont il représente l’épreuve, avec son château et le cortège insolite qui s’y déroule au moment du repas. Certes, il serait curieux que Chrétien n’ait pas pensé à une interprétation chrétienne, mais ces données s’intègrent d’elles-mêmes dans la pluralité de sens22 du drame qu’il présente : celui d’un roi « délié » de sa terre, d’un ordre qui ne relève plus le sens. « Roi-Pêcheur », son nom et sa blessure désignent le « prodome » comme en défaut de l’ordre courtois.

19Le lien rompu qui fait la terre gaste, une parole – deux questions – aurait pu le renouer et, comme le dit le texte :

  • 23 Chrétien de Troyes, Le Conte du Graal, op. cit., vers 3521 à 3530.

Ha! Percevaus, malaürous,

Ah, malheureux Perceval,

Com iés or mal aventurous

quelle triste aventure est la tienne

Quand tu tot ce n’as demandé,

de n’en avoir rien demandé,

Que tant aüsses amande

car tu aurais si bien pu guérir

Lo bon roi qui est mehaigniez

le bon roi qui est infirme

Que toz aüst rehaitiez

qu’il eût recouvré l’entier usage

Les manbres et terre tenist,

de ses membres et le maintien de ses terres.

Et que molt granz biens en venist !

Que de biens en seraient advenus !

Mais or saiches que grant anui

Sache maintenant que le malheur

En avenra toi et autrui23.

va s’abattre sur toi et sur les autres.

20Qu’il s’agisse de demander et non pas de répondre à une énigme ni, encore moins, de trouver le Graal, est évidemment primordial. La situation de parole que suppose la question est particulière. Questionner suppose quelqu’un à qui adresser la question. Le choix du bon interlocuteur peut poser des problèmes, offrir la matière d’une quête. Tel n’est pas ici le cas : le narrateur ne met nullement en doute que le Roi-Pêcheur eût répondu. Mais questionner suppose aussi que celui qui pose les questions soit en mesure de le faire. Les termes de la question peuvent faire problème, son énoncé conduire à une autre réponse. Tel n’est pas non plus le cas : Perceval sait bien ce qu’il doit demander. Ce n’est pas non plus que le « valet » ne s’intéresse pas à ce qu’il voit ou qu’il ne comprenne pas, sauvage qu’il est, la merveille que constitue la lance ou la beauté du Graal : il a, tout au contraire, le texte insiste sur ce point, envie de savoir. Perceval, dit le Conte, a peur de commettre une vilenie s’il parle :

  • 24 Ibidem, vers 3148 à 3150.

Et crient, se il lo demandast,

Ainsi craint-il, s’il le demandait,

C’on nel tenist a vilenie,

qu’on ne jugeât la chose grossière.

Por ce si no demanda mie24.

C’est pourquoi il n’en demanda rien.

21Le mot est particulièrement fort. Il est utilisé pour qualifier une action particulièrement basse, telle qu’un vilain pourrait en accomplir. Le personnage de Perceval (surtout dans l’ambiguïté qui le lie à Gauvain, son double inversé) est le résultat d’une composition complexe. Dans les premières scènes du roman, il ne cesse de poser des questions ; en montrant au maître des chevaliers l’une après l’autre ses pièces d’équipement, il acquiert son premier vocabulaire chevaleresque, mais ce vocabulaire « technique » ne repose sur rien de concret et Perceval renvoie sans cesse les réponses qu’on lui donne à sa propre réalité, la forêt et les animaux qui la peuplent. Surtout, il est désormais possédé par le désir de devenir semblable aux chevaliers qu’il a rencontrés dans la forêt. Il part sans rien écouter des supplications de sa mère, sans s’intéresser nullement à sa propre histoire qu’elle lui révèle enfin, lui parlant de son lignage et du destin tragique de son père et de ses frères ; sans non plus, semble-t-il, entendre les bribes de culture qu’elle lui livre concernant les trois chastoiements nécessaires dans le monde courtois, Dieu, la femme, la guerre. Car

  • 25 Ibidem, vers 486 à 490.

Mal seroiz afaitiez do tot,

Vous en serez instruit tout à fait mal.

N’il n’et merveille, ce m’et vis,

Il n’y a rien d’étonnant, à mon avis,

S’an ne set ce qu’an [n]’a apris.

à ne pas savoir ce qu’on n’a pas appris.

Mais merveille est que l’an [n]’aprant

L’étonnant est plutôt de ne pas apprendre

Ce que l’an ot et voit sovant25.

ce que l’on entend et voit souvent.

22Seule le retient un instant une question dont l’effet de comique et de surprise sur le public médiéval ne pouvait manquer d’être important. Qu’est-ce qu’une église ? Qu’est-ce qu’une abbaye ? Le catéchisme est aussi bref et superficiel que les autres chastoiements. Perceval n’a qu’un seul désir : demander à Arthur de le faire chevalier. Ayant obtenu l’armure du chevalier vermeil qu’il tue d’un coup de javelot – rien de moins courtois –, il entreprend de rentrer chez lui et rencontre un prodome, Gornemant de Goort, qui entreprend, en deux jours, de lui apprendre tout ce qui manque à son éducation. Il ajoute aux conseils de la mère une autre leçon :

Qui trop parole pechié fait.

Trop parler c’est pécher.

  • 26 Ibidem, vers 1612.

23On a beaucoup glosé sur le rôle de Gornemant dans « l’échec » de Perceval. Et, en effet, devant le cortège, il se souvient du chastoiement du prodome et renonce à poser ses questions de peur de commettre une vilenie. Si Perceval renonce, c’est qu’il est incapable de reconnaître une situation de parole, impuissant à intégrer son désir de savoir dans la logique générale26.

  • 27 Ibidem, vers 4.

24C’est donc ce « valet », absolument inculte, à peine revêtu du vernis de savoir que sa mère essaie, au moment de son départ, de lui inculquer et de la non moins brève leçon de Gornemant, qui aurait pu renouer le lien de la terre et du roi. Lui, aurait pu racheter le défaut du rapport au symbolique en question dans la scène du château du Graal. À moins justement qu’il n’ait pas pu le faire. Qu’étant ce qu’il est, héros des terres gastes, il n’ait pas pu le faire, de même que Gauvain échouera à lever l’accusation de traîtrise qui pèse sur lui parce qu’il est Gauvain, le bien appris. À moins, donc, que Chrétien n’ait voulu représenter l’échec du nouage par l’incapacité à reconnaître une situation de parole. C’est justement par son aptitude à discerner la vraie parole que Philippe, d’après Chrétien, est si loin d’Alexandre. C’est en cette faculté qu’il représente la terre idéale en laquelle le livre s’épanouira et rendra « fruit au centuple27 », comme la terre de Job après que celui-ci s’est rendu à l’argument suprême de l’Éternel, le Léviathan :

  • 28 Ibidem, vers 21 à 24.

Li cuens est tex qu’il n’escoute

Le comte est ainsi fait qu’il n’écoute

Vilain gap ne parole estoute

ni laide moquerie ni parole d’orgueil,

Et s’il ot mau dire d’autrui,

et s’il entend médire d’autrui,

Qui que il soit, ce poise lui28.

qui que ce soit, il en a le coeur lourd.

Le nice et le bien appris

  • 29 Par exemple dans le don que lui fait le Roi-Pêcheur d’une épée destinée à se briser.

25Les continuateurs ont voulu voir le signe de l’élection du jeune chevalier dans la présentation qu’en fait le roman : du maître des chevaliers jusqu’à Arthur, tous ceux qu’il croise sont remarquablement indulgents devant ses gaffes répétées, tous reconnaissent en lui « quelque chose » au-delà de son indécrottable maladresse. Ce caractère de l’élection est d’ailleurs clairement exploité par Chrétien dans le roman, mais de manière ironique29 dans toute la partie réservée à Perceval. En voici les éléments principaux.

  • 30 Chrétien de Troyes, Le Conte du Graal, op. cit., vers 1125. « Lourde tâche que d’enseigner un fou »
  • 31 Blanchefleur est la nièce de Gornemant. Pratiquement tous les personnages du roman ont des liens de (...)

26Fasciné, lors de sa rencontre avec les chevaliers, par l’allure de ces hommes qu’il est impuissant à identifier, le jeune homme, qui n’est pas nommé et ne le sera qu’à la moitié du roman en un moment où, littéralement, son nom lui vient à l’esprit, décide de devenir semblable à eux. Il s’enquiert donc de la méthode à suivre et apprend qu’il existe un roi qui « fait » les chevaliers. Il laisse donc sa mère pâmée à l’entrée du pont qui ferme son domaine et part en quête d’Arthur. Ainsi s’ouvrent les aventures de Perceval qui s’interrompent au beau milieu du roman, après qu’on l’a suivi dans diverses péripéties qui commencent avec son passage à la cour d’Arthur où il s’empare de l’armure vermeille d’un chevalier qui défiait le roi et que le « valet » assassine proprement d’un coup de javelot dans l’œil. Sur les habits que sa mère lui a donnés et dont il refuse de se séparer, le jeune homme a revêtu, avec l’aide d’Yvonet, hilare, l’armure rouge du chevalier tué. « Molt grief chose est de fol apanre30 », conclut Yvonet. Le chemin de Perceval devrait, selon son vœu, le reconduire chez sa mère, satisfait. Au lieu de quoi, après son passage chez Gornemant, il sauve une demoiselle31 assiégée dans son château, au beau milieu d’une terre gaste

  • 32 Chrétien de Troyes, Le Conte du Graal, op. cit., vers 1666-1667.

[...] ors des murs n’avoit noiant

[...] à l’extérieur des murs, il n’y avait rien

Fors mer et eve et terre gaste 32.

que la mer, l’eau et la terre déserte.

  • 33 Un autre des romans de Chrétien, Yvain ou le Chevalier au lion, exploite ce motif.
  • 34 Chrétien de Troyes, Le Conte du Graal, op. cit., vers 2913.

27On le supplie de rester, et certes, c’est là la fin attendue d’un roman de chevalerie que la terre possédée par le biais de la dame33 mais Perceval reprend son voyage de retour chez sa mère, « si con il vint34 ».

  • 35 Autre scène comique mais dont l’issue est tragique pour la demoiselle : Perceval, à peine sorti du (...)
  • 36 Le Conte du Graal, vers 4422.
  • 37 Ibidem, vers 4439.
  • 38 Ibidem, vers 4473.
  • 39 Elle concernait pourtant le royaume à la mort d’Utherpendragon, c’est-à-dire avant la naissance de (...)

28Le spectacle d’une étrange cérémonie à laquelle il assiste, comme par hasard, le plonge dans le malheur du monde. À partir de là, le comique attaché à la plus grande partie des scènes disparaît. Après l’aventure, célèbre entre toutes, au château du Roi-Pêcheur, le garçon rencontre une sienne cousine, découvre son nom, délivre une demoiselle que son ami, orgueilleux et jaloux, avait condamnée à ne jamais changer de vêtements jusqu’à ce qu’il obtienne vengeance d’un homme qui lui avait pris un baiser et sans doute, croit-il, sa vertu – Perceval lui-même, à peine sorti des domaines de sa mère et mettant en application les quelques mandements de courtoisie qu’elle lui a donnés, juste avant son départ, sur le pouce pourrait-on dire35 –, rêve sur trois gouttes de sang répandues sur la neige par une oie blessée et finalement arrive à la cour d’Arthur ou, plus exactement, est retrouvé par la cour d’Arthur, partie à sa recherche. Il y rencontre le plus « appris » de tous les chevaliers, Gauvain, le neveu du roi, jusque-là personnage secondaire du récit, qui l’arrache à la contemplation du sang sur la neige et avec qui il se lie de « compagnie36 ». Se prêtant mutuellement le serment de ne pas se quitter, ils « s’entreconjoient37 » et rejoignent la cour. Perceval enfin vêtu « bel et bien38 » par les soins de Gauvain – les vicissitudes de l’habillement du « valet » jusqu’à cet instant sont exemplaires de son parcours – semble au comble des honneurs quand survient un personnage étrange, une « pucelle » montée sur une mule rousse, une demoiselle si laide qu’elle paraît toute décomposée plutôt que formée par les morceaux des différents animaux à qui sont comparés les éléments de son visage. Elle maudit Perceval et lui déclare, comme sa cousine avant elle mais de manière beaucoup plus violente, qu’à cause de son silence au château du Graal les pires maux s’abattront sur la terre du Roi-Pêcheur. La description de la terre gaste qui s’ensuit correspond en tous points à celle que la mère de Perceval a faite du royaume après la mort d’Uther39 pour son fils sourd à toute autre chose qu’à son désir de devenir semblable à ceux qu’il avait croisés dans le bois. La laide « pucelle » mentionne encore une ou deux aventures qui mettent la cour en émoi et les chevaliers – Gauvain le tout premier – sur le départ : « courtois », ils n’ont évidemment de cesse de prouver leur valeur.

  • 40 Chrétien de Troyes, Le Conte du Graal, op. cit., vers 4657 : « Et Percevaus redit tot el ».

29Perceval, lui, dit « tout autrement40 » et jure de retrouver le château du Graal pour y poser les questions qu’il avait négligé de formuler la première fois. C’est alors que surgit un autre personnage, tout aussi inattendu que la laide demoiselle, Guingambrésil. Guingambrésil s’en prend à Gauvain comme un instant plus tôt la demoiselle à la mule à Perceval et l’accuse publiquement d’avoir, par trahison, causé la mort de son seigneur. À partir de là, le Conte suit les aventures du neveu d’Arthur – qui jure de se rendre chez le roi d’Escavalon pour répondre de l’accusation de trahison – et ne retrouve Perceval qu’une seule fois – au moment où celui-ci recouvre la mémoire au bout de cinq années d’errance, durant lesquelles il avait même oublié Dieu – pour le laisser à nouveau, cette fois pour toujours. À la cour d’Arthur, l’élan de Gauvain est brisé net : au lieu de voler au secours d’une demoiselle assiégée (comme Perceval pour Blanchefleur), il devra répondre de l’accusation portée contre lui. Tout autant, mais autrement, que Perceval au début du Conte, le voilà hors du jeu chevaleresque jusqu’à ce que les soupçons qui pèsent contre lui soient lavés lors du jugement de Dieu où Guingambrésil le convoque. Gauvain est dans une situation très particulière : s’il meurt au combat, il ne pourra prouver son innocence. Le voici parti, mais en bien étrange équipage :

  • 41 Ibidem, vers 4734-4735.

Set escuiers maine aviau lui

Il emmène avec lui sept écuyers,

Et set destriers et dos escuz41.

sept coursiers et deux écus.

30Deux écus, c’est un de trop et les mauvaises langues ne manquent pas de le remarquer :

  • 42 Ibidem, vers 4899 à 4908.

« Dex, biaux sire ! cist chevaliers

« Doux Seigneur Dieu ! Le chevalier que voici

A tant hernois et tant destriers

mène un tel équipage et tant de grands chevaux

Qu’il en aüssent assez dui,

qu’il y en aurait assez pour deux,

Si n’a compaignon aviau lui.

pourtant il n’a pas de compagnon avec lui.

Que fera il de dos escuz ?

Que va-t-il faire de deux écus ?

Ainz chevaliers ne fu veiiz

On n’a jamais vu de chevalier

Qui portast .II. escuz ensanble.

porter deux écus à la fois.

Por ce grant merveille me samble

Il y a bien lieu de s’émerveiller, je crois,

Se cil chevaliers qui est seus

si ce chevalier qu’on voit seul

Porte ces escuz ameudes42 »

doit porter ces deux écus »

  • 43 Ibidem, vers 460 à 468. Dans l’iconographie médiévale le fou est représenté soit nu soit portant de (...)
  • 44 Ibidem, vers 4988 et vers 4991.
  • 45 Ibidem, vers 230.

31L’équipement de Gauvain est aussi inattendu que celui de Perceval mais dans un tout autre registre : si le second porte les habits que sa mère lui a donnés, des habits d’un seul tenant qui, dans l’iconographie médiévale, évoquent l’image du fou43, Gauvain est pris pour un marchand ou un changeur44. Tout comme les compagnons du maître des chevaliers se gaussent de Perceval qui « ne set mie totes lois45 », les gens de Tintagel se moquent de Gauvain :

  • 46 Ibidem, vers 5060 à 5063.

Or veez lo plus debonaire

Regardez là le chevalier

Chevalier qui onques fust nez !

le plus débonnaire qui soit jamais né.

Que qui li avroit toz plumez

On lui plumerait les moustaches

Les grenons ne se movroit il46.

Qu’il ne bougerait pas !

32Le chevalier bien appris est tout aussi exclu du monde de l’imaginaire courtois que le jeune sauvage. Rien de plus infamant pour un chevalier que d’être pris pour un marchand ou un changeur : le commerce d’argent est une occupation vile. Comme le Roi-Pêcheur, le chevalier -marchand est une incongruité.

  • 47 Le Roi-Pêcheur est assis sur un lit, voir les vers 3023 et 3024 : « Ami la sale avait un lit, / Un (...)

33La suite de ses aventures forme une série de contretemps qui obligent Gauvain à oublier sa parole et à se battre : à Tintagel pour une petite fille, à Escavalon pour une princesse qui n’est autre que la fille de celui qu’il est accusé d’avoir tué, aventure dont le dénouement provisoire l’enverra à la quête de la lance blanche qui saigne ; enfin, passée la borne de Galvoie, le chevalier se trouve prisonnier d’un château où vivent des dames mortes, parmi lesquelles Ygerne, la mère d’Arthur, femme d’Utherpendragon, et sa propre mère à lui, la femme du roi Lot, ainsi qu’une sœur dont il ignorait même l’existence. Dans ce château se trouve un lit47 magnifique ; comme le Graal, il est étincelant de pierreries dont l’éclat surpasse celui des cierges. C’est le lit de la merveille, dans lequel nul ne s’est jamais reposé sans mourir. Des traits de flèches et des carreaux d’arbalète assaillent Gauvain tandis qu’un formidable tintamarre retentit dès qu’il s’y assoit, puis un lion bondit sur lui. Il sort vainqueur de l’épreuve et tous les habitants du palais, apparus, lui prêtent allégeance. Mais lorsque l’étrange nocher qui lui a fait traverser la rivière lui apprend qu’il ne pourra plus jamais quitter le château enchanté, Gauvain sombre dans la mélancolie : le beau parleur en oublie toute courtoisie et reste littéralement sans voix devant les dames qui se désolent. Si Perceval ne connaît pas son nom avant sa rencontre avec sa cousine, Gauvain tait le sien. De même que Perceval apprend dans la conversation avec sa cousine son nom et le destin de sa mère, Gauvain apprend de Guiromelant qui sont les dames du château de la merveille. Après sa rencontre avec Guiromelant, Gauvain envoie, sur sa demande, un messager à Arthur pour demander au roi qu’il vienne avec toute sa cour assister à leur combat, qui prend ainsi la forme d’une ordalie. Avec l’arrivée du messager en Orcanie, où toute la cour se lamente de la disparition de Gauvain, s’achève ou plutôt s’inachève le conte.

  • 48 Ibidem, vers 238.
  • 49 Ibidem, vers 7512.

34Les deux versants du roman semblent, de prime abord, ne présenter aucune unité, tout au plus une juxtaposition, comme lors d’une course de relais dont l’échange des vêtements serait le témoin. Mais en regardant de plus près les épisodes qui forment les deux parties, on s’aperçoit qu’ils s’ordonnent de manière spéculaire ; ainsi le château de la Merveille, où Gauvain rencontre les « mères », est le pendant du château du Graal, où le Roi-Pêcheur est la victime de la même blessure qui frappa le père de Perceval. Gauvain sur sa haridelle, conduit par la « male pucele », n’évoque-t-il pas la demoiselle à la tente menée par l’Orgueilleux de la lande ? Jusqu’aux personnages qui se présentent comme des doubles inversés : Perceval, le « nice », « plus fol que bestes en pasture48 » et Gauvain, le beau parleur, le bien appris. Et si Perceval ne sait rien des femmes, Gauvain est un véritable Don Juan : apparemment aimé de toutes, il n’en possède aucune. Gauvain pénètre dans un château vide ; Perceval quitte un château vide. Nul, lui apprend le nocher, ne peut demeurer dans le château à moins d’être – comme Philippe – « sans vilenië et sans mal49 ». Le défaut de parole dont l’un et l’autre sont à la fois les victimes et les acteurs se retrouve dans les deux cas.

35Dans les deux cas aussi la déconstruction de l’espace qu’ils traversent est relevée. La terre que traverse Gauvain est

  • 50 Ibidem, vers 7378 et 7379.

[...] une terre salvaige,

[...] une terre sauvage

Tote pleine de granz mervoilles50.

toute pleine d’étranges merveilles.

  • 51 Ibidem, vers 7479-7480.

36Gauvain apprend du nocher, son hôte, que le magnifique château de la merveille, situé sur une falaise, au cœur d’une contrée riante aux larges plaines et aux forêts giboyeuses, abrite « nombre de jeunes gens, venus de maints pays51 » et des serviteurs de tous les âges, mais

  • 52 Ibidem, vers 7490 à 7497.

Et si a dames ancïenes

Il y a aussi des dames de grand âge

Qui n’ont ne mariz ne seignors,

qui n’ont plus ni maris ni seigneurs,

Ainz sunt de terres et d’enors

mais qui sont de leurs terres et de leurs domaines

Deseritees a grant tort

injustement déshéritées,

Puis que lor mari furent mort,

depuis la mort de leurs maris.

Puis que lor mari furent mort,

Et puis il y a des demoiselles orphelines

Et avec les does reines,

vivant avec les deux reines

Qui molt a grant henor les tienent52

qui les traitent avec de très grands honneurs.

37Le château abrite les déshérités des terres gastes.

  • 53 Ibidem, vers 7498 à 7505.

Telx genz el palais vont et vienent

Tels sont les gens qui vont et viennent dans le palais.

S’atandent une grant folie

Ils sont remplis d’une folle attente,

Que ne porroit avenir mie,

qui ne pourrait se réaliser,

Qu’eles atandent que ça veigne

car ils attendent qu’en ces lieux vienne

Uns chevaliers qui les mainteigne,

un chevalier qui les prenne sous sa garde,

Qui rande as dames lor enors

qui rende aux dames leurs domaines,

Et as puceles doint seignors

donne aux jeunes filles des maris

Et des vaslez chevaliers face53(...)

et fasse chevaliers les jeunes nobles.

38Les données sont les mêmes pour Gauvain que pour Perceval. Gauvain, comme Perceval, pourrait rendre la terre à l’ordre signifiant qui lui manque. En ce sens, Le Conte du Graal, dans son ensemble et à travers sa composition tout entière, est bien le roman des « terres gastes ».

*

39L’origine des terres gastes semble plus de l’ordre de l’outrage que de la faute : il s’agit non pas d’une destruction mais d’un anéantissement total, de la ville dans le roman d’Antiquité, du principe d’ordre lui-même dans le roman courtois où la confusion des valeurs est le trait le plus spécifique du motif. Si les personnages qui traversent ces terres « dévastées », où la différence entre la vie et la mort n’opère plus, subissent la tentation du désespoir, risquent le péché mortel de la mélancolie ce n’est ni au terme d’une quête ni par enquête, mais dans les termes d’une épreuve – cortège du graal ou lit de la Merveille – qui se présente comme la rencontre « d’une image centrale », selon les mots de Jacques Lacan. À la limite même que l’outrage visait, se situe soit la composition d’un espace nouveau, soit le risque de la dissolution totale, équivalente à celle que subit le personnage de Perceval dans le Conte.

  • 54 Jacques Lacan, L’Éthique de la psychanalyse, op. cit., p. 290.

Qu’est-ce qui fait le pouvoir dissipant de cette image centrale, par rapport à toutes les autres, qui semblent tout d’un coup se rabattre sur elle, et s’évanouir54 ?

40C’est que sous la clarté éblouissante du Graal se devine le masque de la Gorgone.

Note

1 Chrétien De Troyes, Le Conte du Graal, édition Charles Méla, Le Livre de Poche, collection « Lettres gothiques », 1990, vers 64.

2 Ibidem vers 9038-9039. « Nous devrions être dans l’effroi, / l’inquiétude et le désespoir ».

3 Rappelons une nouvelle fois que la majuscule est conventionnelle en français moderne mais qu’elle est fautive dès lors qu’on la rapporte au texte médiéval.

4 Ce motif n’est pas particulier et ne constitue en aucun cas un mode « d’élection » lié au Graal ; on le retrouve par exemple dans Lancelot ou le Chevalier de la Charrette, le roman précédent de Chrétien de Troyes : Lancelot, comme Gauvain, traverse une eau périlleuse pour pénétrer dans le pays des captifs, où Guenièvre est retenue prisonnière, et dont tous les habitants attendent celui qui les sauvera. À la différence de Gauvain, Lancelot délivrera les prisonniers.

5 Jean-Charles Huchet et Francis Dubost tiennent tous deux cette thèse.

6 Chrétien de Troyes, Le Conte du Graal, op. cit., vers 3488 : « sans qu’il y ait pourtant chair ni veine ».

7 Ibidem, vers 3225.

8 Hugo von Hofmannsthal, « Lettre du voyageur à son retour » dans Lettre de Lord Chandlos et autres textes, Paris, Gallimard, collection « Poésie », 1980.

9 Chrétien de Troyes, Le Conte du Graal, op., cit., vers 4657 à 4670.

10 Francis Dubost, « Le conflit des lumières : lire “tot el” la dramaturgie du Graal chez Chrétien de Troyes », Le Moyen Âge, tome XCVIII, n° 2,1992.

11 Chrétien de Troyes, Le Conte du Graal, op. cit., vers 66.

12 Cf. Gerbert de Montreuil, Continuation de Perceval, édition de Mary Williams et Marguerite Oswald, Paris, Champion, 1922,1925, vers 6984/6987 : « Ce nous dist Crestiens de Troie/Qui de Percheval commençant, / Mais la mor qui l’adevancha/Ne li laissa pas traire affin ».

13 Chrétien de Troyes, Le Conte du Graal, op. cit., vers 58 à 66 : « Oïl, n’en dotez ja de rien. /Dont aura bien sauve sa poine/Crestïens qui en tant et poine/Par lo commandemant le comte/A arimer lo meilleur conte/Qui soit contez en cort reial. / Ce est li contes do greal/Don li cuens li bailla lo livre. /Or oez commant s’an delivre ».

14 Wolfram von Eschenbach, Parzival, texte traduit et présenté par Danielle Buschinger, Wolfgang Spiewok et Jean-Marc Pastré, Paris, U.G.E., 10/18, « Bibliothèque médiévale », 1989, p. 381-382. La version de Wolfram date du début du XIIIe e.

15 Ibidem, p. 12-13 : « Or, il n’est dans toute la littérature française du Moyen Âge fait aucune mention d’un poète du nom de Kyot [...]. On doit voir dans l’œuvre de Chrétien effectivement la source de Wolfram, cela est montré par de nombreuses concordances dans sa composition [...] »

16 Gottfried de Strasbourg, Tristan et Isolde dans Tristan et Yseut, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1995, p. 449-450 et note, p. 1429.

17 Cf. Surtout Roger Dragonetti, La vie de la lettre au Moyen Âge, op. cit., et Henri Rey-Flaud, Le Sphinx et le Graal et Le Chevalier, l’Autre et la Mort, Paris, Payot, 1998.

18 Chrétien de Troyes, Le Conte du Graal, op. cit., vers 16 à 20 : « Mais je proverai que li cuens/Vaut mielz que cil [Alexandre] ne fist assez,/Car il ot an li amassez/Toz les vices et toz les maux/Don li cuens est mondes et saux ». Traduction de Charles Méla : « Mais je prouverai que le comte/Vaut bien mieux qu’il ne le fit/Car il avait réuni en lui/Tous les vices et tous les maux/Dont le comte est pur et intact ».

19 Ibidem, vers 37 à 44.

20 Comme on l’a fait souvent remarquer, le passage de l’eau conduit, dans la littérature médiévale, à un « autre » monde où le temps ne coule pas de la même façon ; il est par ailleurs fait allusion dans le roman au temps du règne du bon roi Utherpendragon.

21 Chrétien de Troyes, Le Conte du Graal, op. cit., vers 1 à 10

22 L’une des seules acceptions plausibles du mot « graal » serait « plat à poisson » ; on voit bien aussi comment, même sans le saint ermite, on peut passer à l’hostie. Et comme il s’agit d’un souper, la cène s’impose à l’imagination.

23 Chrétien de Troyes, Le Conte du Graal, op. cit., vers 3521 à 3530.

24 Ibidem, vers 3148 à 3150.

25 Ibidem, vers 486 à 490.

26 Ibidem, vers 1612.

27 Ibidem, vers 4.

28 Ibidem, vers 21 à 24.

29 Par exemple dans le don que lui fait le Roi-Pêcheur d’une épée destinée à se briser.

30 Chrétien de Troyes, Le Conte du Graal, op. cit., vers 1125. « Lourde tâche que d’enseigner un fou ».

31 Blanchefleur est la nièce de Gornemant. Pratiquement tous les personnages du roman ont des liens de parenté.

32 Chrétien de Troyes, Le Conte du Graal, op. cit., vers 1666-1667.

33 Un autre des romans de Chrétien, Yvain ou le Chevalier au lion, exploite ce motif.

34 Chrétien de Troyes, Le Conte du Graal, op. cit., vers 2913.

35 Autre scène comique mais dont l’issue est tragique pour la demoiselle : Perceval, à peine sorti du domaine de sa mère, voit une tente magnifiquement ornée qu’il prend pour une église puisque le caractère de magnificence avait été attribué par sa mère aux « moustiers ». Il entre pour se recueillir et trouve une demoiselle qui attend son ami, il lui vole un baiser, un anneau et du pâté — toujours fort des conseils de sa mère — avant de la quitter sans plus s’en inquiéter.

36 Le Conte du Graal, vers 4422.

37 Ibidem, vers 4439.

38 Ibidem, vers 4473.

39 Elle concernait pourtant le royaume à la mort d’Utherpendragon, c’est-à-dire avant la naissance de Perceval : le temps ne s’écoule pas uniformément, il s’actualise comme modalité de l’espace, en fonction de cet espace.

40 Chrétien de Troyes, Le Conte du Graal, op. cit., vers 4657 : « Et Percevaus redit tot el ».

41 Ibidem, vers 4734-4735.

42 Ibidem, vers 4899 à 4908.

43 Ibidem, vers 460 à 468. Dans l’iconographie médiévale le fou est représenté soit nu soit portant des habits d’un seul tenant. Voir Muriel Laharie, « Les fous de cour dans l’Occident médiéval (XIe-XVe siècles) : de la déviance psychopathologique à la déviance allégorique », Conformité et déviances au Moyen Âge, Les Cahiers du CRISIMA, n° 2, Publications de l’Université Paul-Valéry, Montpellier, 1995.

44 Ibidem, vers 4988 et vers 4991.

45 Ibidem, vers 230.

46 Ibidem, vers 5060 à 5063.

47 Le Roi-Pêcheur est assis sur un lit, voir les vers 3023 et 3024 : « Ami la sale avait un lit, / Un prodome seoir i vit ».

48 Ibidem, vers 238.

49 Ibidem, vers 7512.

50 Ibidem, vers 7378 et 7379.

51 Ibidem, vers 7479-7480.

52 Ibidem, vers 7490 à 7497.

53 Ibidem, vers 7498 à 7505.

54 Jacques Lacan, L’Éthique de la psychanalyse, op. cit., p. 290.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2005

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540