Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Modes de lecture dans l’Europe des Lumières

Abstracts/Résumés

Texte intégral

Élisabeth DÉTIS. Représentations picturales du livre et de la lecture dans l’Angleterre du XVIIIe siècle : quel iconotexte ?

1La lecture se pratiquait selon des modes multiples (silencieuse, à la famille rassemblée...) et les sujets d’intérêt étaient extrêmement divers (Shakespeare, Milton, Pope, récits de voyage, biographies, essais économiques, fiction...). En peinture, la représentation d’eux-mêmes, de leurs maisons, de leurs chevaux et de leurs familles était le principal sujet d’intérêt des commanditaires de tableaux. Héritières des peintures hollandaises où figure en bonne place un livre ouvert ou une lettre, de nombreuses toiles anglaises mettent en scène la « textualité en peinture » (« textuality in painting ») selon les mots de W. J. T. Mitchell. Le corpus retenu pour cet article est d’une douzaine d’œuvres. L’étude des représentations picturales du livre et de la lecture obéit à des contraintes particulières qui tiennent essentiellement à la nature particulière de l’objet décrit. Représenter en effet un livre dans une image c’est faire d’un texte une image : c’est elle qui est vue et non le texte qui est lu directement, mais le texte est à la fois présupposé (on sait ce que contient un livre : des mots) et donné à lire (au modèle). L’on part de l’image et l’on aboutit au texte, voire au contexte : qu’est ce que cette image dit de l’écriture, de la lecture à l’époque ? Qu’est ce qu’elle reflète des goûts du personnage ? Mais l’on n’a pas pour autant quitté l’image : quel est le mode de représentation picturale de ces activités de lecture et de ces objets-supports, les livres ? L’on revient enfin à l’image-texte : l’écriture qui a le texte comme résultat et la lecture dont il est le support sont-elles des activités humaines qui donnent lieu à une représentation fondamentalement différente que ne le serait par exemple celle du sport ou des loisirs. À quel genre d’iconotexte le spectateur-lecteur est-il confronté quand le livre est représenté par l’image, quand la peinture parle et que la poésie se tait (« Pictura loquens, poesis tacens ») ?

Pictorial representations of books and reading in eighteenth-century England. A study of iconotexts

2In eighteenth-century England, reading took many forms (silent, for the family circle) and the choice of books was wide-ranging (Shakespeare, Milton, Pope, travel stories, biographies, economic essays, fiction). In painting however the most common subjects the wealthy asked artists to represent were their houses, their horses, their families. Following the example of Dutch paintings, in which an open book or a letter was often given pride of place, many British artists showed what W.T. Mitchell calls “textuality in painting”. The present analysis is based on a corpus of a dozen such works. The study of pictorial representations of books and reading is confined by a certain number of constraints linked to the specific nature of the objects described. Representing a book in an image turns that text into an image: it is the image which is seen and not the text which is being read; yet the text is both presupposed-we know that books contain words-and given as something to be read (by or to the sitter). The starting-point is thus an image, but we move on to a text, and even to a context. What does this image reveal about writing and reading at the time? How does it hint at the character’s personality? But the image is still to be looked at as an image. What is the pictorial mode of representing reading and how are books imaged as objects? Finally, the issue is that of the relation between image and text, between the text written to be read and its image in a picture. Is the specific activity of reading represented in a fundamentally different way from other activities, such as sport and leisure for instance? What sort of iconotext is the spectator confronted with when books are presented in icons, when painting is speaking while poetry is keeeping quiet (“Pictura loquens, poesis tacens”)?

Sandrine ARAGON. Les lectrices des lumières dans la littérature française : des images d’« illuminées » ou de femmes éclairées ?

3Peut-on parler d’une révolution dans les images de lectrices au cours du XVIIIe siècle ? Le siècle paraît découpé en trois grands temps qui constituent une progression vers l’autonomie et la légitimité de la lectrice : celui des images de lectrices libertines de la première moitié du siècle, puis celui du succès des personnages de Rousseau, qui révolutionne les représentations et les discours sur l’éducation féminine dans les années soixante, celui enfin, de la progression des discours sur l’éducation dans la seconde moitié du siècle et des images de lectrices éclairées dans les fictions. Les héroïnes de la dernière décennie du siècle lisent librement et en égale des hommes, pour leur bonheur et traversent ainsi les affres de la Révolution en véritables femmes éclairées.

Women readers in eighteenth-century French literature : images of “clear thinking” or enlightened women ?

4Can we say that there was a revolution in eighteenth-century images of women readers? The century may be divided into three main periods that mark out a progress towards autonomous and recognised women readers: in the first half of the century, images of libertine readers are to be found; then comes the period in which Rousseau’s characters meet with such success that they radically transform representations of and discourses on women’s education in the 1760s; and finally the second half of the century with the growth of discussions about education and images of enlightened women in fiction. In the last decade, heroines could read freely for their own sake, like men, and thus live through the horrors of the French revolution as truly enlightened women.

Ansgard DANDERS. « Jamais fille chaste n’a lu de romans ». La lecture dans le débat sur les femmes au XVIIIe siècle

5Face à l’importance de la lecture, les auteurs de la Querelle des femmes abordent deux questions principales : les femmes doivent-elles apprendre à lire ou non, et, dans l’affirmative, quelles femmes doivent lire quels livres et de quelle manière. Au XVIIIe siècle, un large éventail d’opinions s’étend d’un pôle négatif : les auteurs adversaires de toute alphabétisation de la femme ; passe par des positions intermédiaires : ceux qui permettent la lecture de certains genres ; jusqu’au pôle positif : des plaidoyers pour l’accès libre à toute lecture. Pour résumer le rôle de la lecture dans le débat sur les femmes, on peut signaler deux aspects importants : d’abord, tous ceux qui participent à ce débat sont convaincus que lire et écrire sont des techniques culturelles qui rendent possible une plus grande autonomie féminine. Deuxièmement, tous sont confrontés à la contradiction entre les postulats des Lumières, dont l’image du flambeau du savoir écartant les préjugés n’est pas la moins connue, et la pensée traditionnelle sur les femmes qui insiste sur l’inutilité, voire le danger de la lecture et du savoir.

« Jamais fille chaste n’a lu de romans ». Reading in eighteenth-century debates about women

6Given the growing number of readers in the eighteenth century, the authors of Querelle des femmes ask whether women should or should not learn to read, and if they should, what women and what kind of books and under what conditions they should read. In the eighteenth century opinions on the subject range from negative positions that reject any teaching of reading to women, through compromise positions that would restrict women’s reading to specific genres, and on to favourable attitudes that argue that women should have free access to reading. The importance of reading in eighteenth-century debates about women is revealed firstly in the fact that everyone involved in such debates was convinced that reading and writing were cultural facilities that enabled greater female autonomy; and secondly, that they were all faced with the contradiction between two enlightenment tenets — the well-known metaphor of the torch of knowledge burning prejudices away and traditional views which considered women’s access to reading and knowledge as useless or even dangerous.

Isabelle BROUARD ARENDS. La Relation auteur-lecteur dans les paratextes de la fiction des Lumières : une logique de la contrainte

7L’étude interroge en particulier deux romans épistolaires qui ont marqué les esprits du temps, La Nouvelle Héloïse et Adèle et Théodore de Mme de Genlis (1782). La question posée est la suivante : en quoi La Nouvelle Héloïse et son paratexte, en particulier, son Entretien sur les romans entre l’éditeur et un homme de lettres, peuvent être considérés comme une étape décisive dans l’élaboration de la relation auteur-lecteur, peut-on préciser auteur-lectrice ? Julie, est-elle emblématique des rapports de la femme au savoir, tels que la fiction les a construits à cette époque ? En quoi le roman de Mme de Genlis qui est précédé d’une préface, dans les éditions postérieures à la première édition, dans laquelle il est fait mention et de la Nouvelle Héloïse et d’Émile et qui reprend les mêmes configurations décelables dans l’Entretien sur les romans, en quoi donc ce roman entérine une démarche d’adresse au lecteur, ou plutôt, d’adresse à la lectrice ?

The author-reader relationship in paratexts of eighteenth-century fiction : the logic of restraint

8This study examines two epistolary novels that made a specific impact on their times, La Nouvelle Héloïse and Adèle et Théodore by Mme de Genlis (1782). The problem here is to know why La Nouvelle Héloïse and its paratext, more particularly Entretien sur les romans entre l’éditeur et un homme de lettres, may be considered as landmarks in the author-reader relationship, in particular the relationship between author and women readers? Is Julie emblematic of women’s attitudes towards knowledge represented in eighteenth-century fiction? In the preface of Mme de Genlis’ novel, not to be found in the first edition, both La Nouvelle Héloïse and Émile were mentioned and hypotheses that had been put forward in Entretien sur les romans were repeated. In what way therefore does this novel confirm the author’s approach to addressing his readers, or rather, his women readers?

Jens HÄSELER. Lectures entrecoupées : la logique de la périodicité et la logique de l’alphabet

9Face à la multiplication des textes imprimés, l’extension des connaissances et la lente compartimentalisation des sciences, de nouvelles formes de présentation des savoirs surgissent au dix-huitième siècle. Deux formes de publication sont particulièrement représentatives de l’éclatement du système du savoir et des stratégies nouvelles de publication : la publication périodique des revues et celle dans l’ordre de l’alphabétique des dictionnaires. Toutes deux invitent les lecteurs à suivre un rythme entrecoupé de lecture. La loi de cohésion est remplacée soit par la valeur de la nouveauté, soit par la place facilement identifiable dans l’ordre de l’alphabet (et le système des connaissances). La variété des genres textuels utilisés et le mode de lecture — par petit morceaux — rapproche les publications périodique et alphabétique. Une analyse synchronique, en l’occurence de certaines années du Journal encyclopédique et de l’Encyclopédie permet de voir les parallèles. Le Siècle des lumières apparaît dans ce sens comme l’époque de la diversification radicale des modes de lecture... et d’écriture.

Interrupted reading : periodical and alphabetical systems

10In the eighteenth century, the ever increasing number of printed texts, the spread of knowledge and the growing number of sub-divisions in science led to radical changes in the presentation of knowledge. Two modes of publication corresponding to these new categories of knowledge and strategies of information appeared, the periodical publication of magazines and the alphabetically-ordered information found in dictionaries. Both systems entailed interrupted rhythms of reading. The rule of cohesion was replaced either by new forms of information or by the more simply read alphabetical order. Diversity of textual genres and new fragmented modes of reading are two points held in common by periodical and alphabetical publications. This similarity can be brought to light by a synchronic survey of given copies of the Journal encyclopédique and the Encyclopédie. Thus in the eighteenth century diverse modes of reading and writing emerged.

Françoise WEIL. Réimpressions et contrefaçons à la fin du XVIIIe siècle

11Si une « nouveauté » au XVIIIe siècle a du succès, le premier tirage est vite épuisé, et on réimprime. Qui réimprime ? Parfois le premier éditeur, parfois un des imprimeurs de province ou de l’étranger comme la Société typographique de Neuchâtel, spécialisée dans les contrefaçons. Mais qu’entend-on par contrefaçon ? Encore aujourd’hui le débat n’est pas clos : faut-il la limiter aux pays où il existe des privilèges, c’est-à-dire à la France et éventuellement à la Hollande ? Il n’existe aucun signe caractéristique d’une contrefaçon, seul un examen attentif des exemplaires, en particulier des ornements typographiques, permet de les distinguer. L’article discute des contrefaçons d’ouvrages français privilégiés et parus sans privilège français, celles d’ouvrages parus sous leur véritable adresse en Hollande ou en Suisse respectivement, et les contrefaçons d’ouvrages parus sous fausse adresse.

Re-impressions and pirated editions at the end of the eighteenth century

12In the eighteenth century when a “new” book met with great success, it soon became out of print and had to be printed again. But by whom? Sometimes the original publisher or a provincial or foreign printer like the Société typographique de Neuchâtel specialized in pirated editions. What exactly is a pirated edition? The question remains open. Is it limited to countries with privileges like France and possibly the Netherlands? Pirated editions have no typical marks. The only way to distinguish them is to examine each copy thoroughly and particularly the typographic ornaments and decoration. This article looks into pirated editions of French works with or without privileges, of works with genuine addresses of publication, in the Netherlands or in Switzerland, as well as works with fake addresses.

Christophe LOSFELD. Clio et clivages politiques. La lecture de l’Histoire chez les pédagogues français du XVIIIe siècle

13Avant le dix-huitième siècle, l’enseignement de l’histoire, qui s’adresse prioritairement à la noblesse, s’intéresse de manière privilégiée aux histoires religieuse et antique. À ce titre, il évolue doublement durant l’époque des Lumières, en s’ouvrant à un public qui n’est plus exclusivement aristocratique comme à l’histoire nationale. Par là, l’Histoire, qui n’est plus garantie par une interprétation providentielle mais est l’objet d’un examen par la raison, s’avère peu à peu sujette à l’interprétation politique. Cela jette sur elle le soupçon d’être un instrument idéologique des élites en place qui, par sa lecture, s’efforcent de conforter le pouvoir, ainsi que le formulera Rousseau avec le plus de clarté dans l’Émile en dénonçant tout enseignement de l’histoire dès qu’il ne concerne plus une Antiquité quasiment mythifiée. Cette critique radicale sera confortée par les théoriciens traditionnalistes de l’éducation mais décriée par les partisans de l’enseignement de l’Histoire qui voient en celle-ci un instrument de l’enseignement moral.

Clio and political dissensions. French teachers’ readings of history in the eighteenth century

14Prior to the eighteenth century, history was mainly taught to young aristocrats and mostly focussed on Antiquity and religion. During the period of the Enlightenment, history teaching evolved in two ways: it addressed a new non-aristocratic audience and included national history. Consequently history which was no longer seen as providential was examined by reason and thus subjected more frequently to political interpretation. That is why history was suspected of becoming an ideological instrument for influential elites who used such an interpretation as a means to reinforce their power. This is what Rousseau clearly described in l’Emile when he rejected any teaching of history other than the history of mythic Antiquity. Such a radical position was confirmed by traditional theorists of education, but rejected by those who wanted history to be taught, but saw this as an instrument of moral teaching.

Valérie LE VOT. De l’onanisme moral, ou la médecine des Lumières face à la fureur de lire

15Leselust (soif de lecture), Lesesucht (manie de lecture), Lesewut (fureur de lire) : les discours sur la prétendue « révolution de la lecture » qui prend place dans la seconde moitié du XVIIIe siècle dans les territoires allemands empruntent beaucoup au lexique médical. Par ce recours, le discours sur la lecture, volontiers imprécatoire et émotionnel, se pare d’objectivité scientifique et souligne la gravité de la situation, comparée à une épidémie (Leseseuche) qui réclame une réponse thérapeutique rapide et radicale. C’est dans le discours des médecins qu’on trouvera les réflexions les plus avancées sur les mécanismes de l’imagination, excitée par la lecture et rendue responsable de tous les maux, ainsi que les protocoles thérapeutiques les plus précis. Les écrits du médecin sans doute le plus influent des Lumières allemandes, Christoph Wilhelm Hufeland (1762-1836), se trouvent donc au cœur de l’analyse.

Moral onanism, or the medical response of the Enlightenment to reading mania

16Leselust (lust for reading), Lesesucht (mania for reading), Lesewut (passion for reading): these were the medical terms used in most discourses about the so-called “revolution in reading” that took place in the second half of the eighteenth century in Germany. Thus discourses on reading, though generally imprecatory and emotional, became scientifically objective and identified a serious condition comparable to an epidemic (Leseseuche) which needed quick and radical therapy. The most advanced thinking on the workings of the imagination when aroused by reading and the cause of all those evils, as well as the most specific medical treatment, are to be found in discourses by doctors. This analysis looks at the writings of Christoph Wilhem Hufeland (1762-1836) who was undoubtedly the most influential doctor in eighteenth-century Germany.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540