Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Modes de lecture dans l’Europe des Lumières

Réimpressions et contrefaçons à la fin du XVIIIe siècle

Re-impressions and pirated editions at the end of the eighteenth century

Françoise Weil

Résumé

Si une « nouveauté » au XVIIIe siècle a du succès, le premier tirage est vite épuisé, et on réimprime. Qui réimprime ? Parfois le premier éditeur, parfois un des imprimeurs de province ou de l’étranger comme la Société typographique de Neuchâtel, spécialisée dans les contrefaçons. Mais qu’entend-on par contrefaçon ? Encore aujourd’hui le débat n’est pas clos : faut-il la limiter aux pays où il existe des privilèges, c’est-à-dire à la France et éventuellement à la Hollande ? Il n’existe aucun signe caractéristique d’une contrefaçon, seul un examen attentif des exemplaires, en particulier des ornements typographiques, permet de les distinguer. L’article discute des contrefaçons d’ouvrages français privilégiés et parus sans privilège français, celles d’ouvrages parus sous leur véritable adresse en Hollande ou en Suisse respectivement, et les contrefaçons d’ouvrages parus sous fausse adresse

In the eighteenth century when a “new” book met with great success, it soon became out of print and had to be printed again. But by whom? Sometimes the original publisher or a provincial or foreign printer like the Société typographique de Neuchâtel specialized in pirated editions. What exactly is a pirated edition? The question remains open. Is it limited to countries with privileges like France and possibly the Netherlands? Pirated editions have no typical marks. The only way to distinguish them is to examine each copy thoroughly and particularly the typographic ornaments and decoration. This article looks into pirated editions of French works with or without privileges, of works with genuine addresses of publication, in the Netherlands or in Switzerland, as well as works with fake addresses

Texte intégral

1« Best-seller » = livre à succès, qui a une grosse vente ; et aussi : gros tirage. Or, au dix-huitième siècle les tirages restent modestes, en général 1500 exemplaires, et on cite toujours comme exceptionnels les tirages de La Nouvelle Héloïse à 2 000 exemplaires. Donc, si une « nouveauté » a du succès, le premier tirage est vite épuisé, et on réimprime. Qui réimprime ? Parfois le premier éditeur, mais s’il est parisien il va être vite devancé par les imprimeurs de province ou de l’étranger comme la Société typographique de Neuchâtel, spécialisée dans les contrefaçons.

  • 1 Dictionnaire encyclopédique du livre, Paris, Cercle de la Librairie, tome I, 2002, p. 633. Voir au (...)

2Mais qu’entend-on par contrefaçon ? Encore aujourd’hui le débat n’est pas clos : faut-il la limiter aux pays où il existe des privilèges, c’est-à-dire à la France et éventuellement à la Hollande ? Comme le rappelle François Moureau, « au sens étroit et juridique du terme, un livre de contrefaçon est un ouvrage publié sans l’aveu du possesseur du droit de copie dans un territoire où ce droit est protégé1 ».

1 Contrefaçons d’ouvrages français privilégiés

3On lit dans le Mercure de France de mars 1777 :

Nous devons prévenir le Public que des imprimeurs de province que l’on pourrait citer, dont toute l’industrie pernicieuse et criminelle est de contrefaire grossièrement les bons livres qu’ils volent aux propriétaires, ont réimprimé Les Incas et que ces forbans ont le projet de tromper les citoyens dupes et inattentifs en leur vendant comme éditions originales leurs livres comblés de fautes ridicules. On ne peut méconnaître la seule véritable édition originale à la correction du style, à la beauté du papier, à l’élégance de l’impression et de la gravure qu’ils ont pu contrefaire.

  • 2 Sur ce sujet voir Anne Boës, Robert Dawson « The legitimation of contre-façons and the police stam (...)

4Il n’est pas certain d’ailleurs que les éditions originales aient toujours été remarquables dans leur présentation matérielle, et le journaliste du Mercure ne faisait guère que défendre les intérêts des libraires parisiens qui étaient en jeu lors de la préparation des arrêts d’août 1777. Un de ces arrêts prévoyait en effet la légalisation des contrefaçons provinciales2.

  • 3 Collection particulière.

5Il n’existe aucun signe caractéristique d’une contrefaçon. Tout au plus peut-on supposer que la présence d’un errata à la fin du volume suggère une édition originale. Seul un examen attentif des exemplaires, en particulier des ornements typographiques, permet de les distinguer. C’est pourquoi, faute d’avoir examiné les différentes éditions des ouvrages de Mme Le Prince de Beaumont imprimés avec privilège par le libraire lyonnais Pierre Bruyset Ponthus — les Lettres de Mme Dumontier (1758, 1767, 1773 et 1780) ou le Magasin des enfans (1777, 1778, 1780) — nous ne pouvons que supposer qu’il s’agit de réimpressions par l’éditeur lui-même. Par contre nous avons eu entre les mains un exemplaire3 d’une « nouvelle édition » de l’Histoire des empereurs romains depuis Auguste jusqu’à Constantin de Crevier, publiée pour la première fois de 1749 à 1755 par les libraires parisiens Desaint et Saillant. Il existe plusieurs réimpressions de cet ouvrage. L’exemplaire que nous avons vu porte les dates 1763-1766 ; et l’examen des ornements typographiques nous a montré qu’il s’agit certainement d’une contrefaçon lyonnaise, peutêtre antidatée.

2 Contrefaçons d’ouvrages parus sans privilège français

6Les ouvrages sans privilège peuvent avoir été publiés à l’étranger sous leur véritable adresse (ainsi le Tableau de Paris de Mercier dont la première édition parut à Neuchâtel chez Samuel Fauche) ou n’importe où sous une fausse adresse (ainsi les Mémoires secrets pour servir à l’histoire de la république des Lettres, Londres, Adamson, 1777-1789).

  • 4 M. Marion, Dictionnaire des institutions de la France, Paris, 1923 (1984), p. 458.

7La consécration de la propriété est le privilège. On se demandera donc comment il peut y avoir vol s’il n’y a pas de propriétaire. Rappelons qu’« en matière de librairie le privilège n’était pas une précaution de l’autorité contre la licence de la presse, mais une mesure tutélaire pour préserver le libraire [=l’éditeur] d’une fâcheuse concurrence ou d’une contrefaçon4 ». « Sa Majesté », lit-on dans l’arrêt, « a reconnu que le privilège en librairie est une grâce fondée en justice et qui a pour objet [...] si elle est obtenue par un libraire de lui assurer le remboursement de ses avances et l’indemnité de ses frais ». L’ambiguïté de la notion de privilège n’avait pas échappé au libraire David qui lui avait préféré dans l’Encyclopédie l’expression « droit de copie » :

le droit de propriété que le libraire a sur un ouvrage littéraire, manuscrit ou imprimé, soit qu’il le tienne de l’auteur même, soit qu’il ait engagé un ou plusieurs hommes de lettres à l’exécuter. [...] Il est appelé droit de copie parce que l’auteur garde ou est censé garder l’original de son ouvrage et n’en livrer au libraire que la copie sur laquelle il doit imprimer.

  • 5 A. Ch. Renouard Traité des droits d’auteurs dans la littérature, les sciences et les beaux-arts, P (...)

8Dans un ouvrage paru en 1838, Renouard avait cru utile d’inventer l’expression de « privilège commercial5 ».

9Quoi qu’il en soit, le droit de propriété est une partie non négligeable du privilège comme le montrent les inventaires après décès ou les ventes des libraires, où l’on voit énumérés non seulement le nombre d’exemplaires restant de chaque titre dans leurs magasins, mais les privilèges ou les portions de privilèges possédés par le libraire, parfois même lorsqu’il n’y a plus d’exemplaire du livre en magasin.

10Surtout ce droit de propriété s’étendit dans la pratique à des ouvrages qui ne possédaient pas de privilège au sens strict du terme :

C’est par extension, écrit encore David, qu’on a appelé droit de copie la propriété que le libraire acquiert sur un ouvrage déjà imprimé dans un pays étranger, mais cette extension a été jusqu’à présent autorisée par l’usage.

  • 6 Voir F. Weil, « Les libraires parisiens propriétaires d’éditions sans véritable privilège : l’exem (...)

11C’est ainsi que l’inventaire du libraire Duchesne en 1765 nous apprend qu’il possédait le privilège entier de la Henriade et du Candide de Voltaire6.

12C’est pourquoi on peut parler d’un droit de propriété pour les livres publiés avec permission tacite, même dans les cas où la permission tacite était « très tacite », c’est-à-dire purement verbale, sans aucune trace dans les registres de permissions tacites. Le droit de propriété était tout aussi tacite que la permission.

13Le fonctionnement de la librairie fut probablement assez différent dans la réalité de celui prévu par les textes.

  • 7 Malesherbes, Mémoires sur la librairie et sur la liberté de la presse, Paris, 1809 (Genève, 1969), (...)

14Malesherbes essaya d’officialiser les permissions tacites ; c’est à son époque que se généralisa la formule de type « À Amsterdam et se vend à Paris chez... ». Mais il ne put empêcher ce qu’il appelle les « assurances d’impunité » : « Il n’y a que le lieutenant de police de Paris qui puisse promettre à un libraire de le mettre à l’abri des recherches7 ».

15Nous manquons évidemment de statistiques sur le nombre respectif des éditions privilégiées, des éditions avec permission tacite et des éditions sans permission, dont une partie seulement expressément interdites. D’autant plus qu’une même édition pouvait passer d’un statut à l’autre.

16Mais il y avait toujours un propriétaire de l’édition originale, et ce propriétaire pouvait vendre ses droits, moyennant des tractations dont les documents ont disparu, et qui pouvaient rester orales.

17Le terme de contrefaçon est employé à l’époque, et les contrefacteurs sont montrés du doigt, traités comme on l’a vu de forbans et de voleurs.

3 Contrefaçons d’ouvrages parus sous leur véritable adresse en Hollande

18Il faut mettre à part le cas des éditions hollandaises car il y avait une sorte de droit de copie, sanctionné ou non par un privilège des États de Hollande :

  • 8 Otto Lankhorst, « Reiner Leers et ses contrefaçons » (Les Presses grises, op. cit., p. 62).

Les libraires de Hollande respectaient tant bien que mal l’usage qui faisait du détenteur du manuscrit original ou de l’édition à partir de laquelle on imprimait le possesseur du droit de copie. Ce droit pouvait être établi par un privilège valable pour une période de quinze ans. Mais ce ne fut le cas que pour une partie infime de la production livresque. Pour la majorité des titres, la plupart des libraires se contentèrent généralement d’annoncer la parution imminente de tel ou tel ouvrage dans leur officine8.

19Prenons le cas de Marc-Michel Rey à Amsterdam.

  • 9 Jeroom Vercruysse, « Typologie de Marc-Michel Rey » (Wolfenbütteler Schriften zur Geschichte des B (...)

20Les éditions empruntant son nom à Marc-Michel Rey sont nombreuses, et Jeroom Vercruysse a dressé une double liste provisoire de cent quarante-cinq éditions (cent six authentiques et trente-neuf suspectes)9.

21Mais évidemment les éditions suspectes ne sont pas toutes des contrefaçons d’ouvrages publiés antérieurement par Marc-Michel Rey.

22Rey étant un des premiers éditeurs de Jean-Jacques Rousseau, en particulier pour des Œuvres en 1766, on vit paraître sous son adresse au moins les contrefaçons suivantes qui semblent bien d’origine lyonnaise :

  • Œuvres de M. Rousseau de Genève, nouvelle édition, Revue, corrigée et augmentée de nouveaux morceaux, avec figures, 1774 ;
  • Œuvres de J.-J. Rousseau, de Genève, nouvelle édition, revue, corrigée, & augmentée de plusieurs morceaux qui n’avoient point encore paru, 1776.

23Rey publia en 1775 des Maximes de droit public françois de C. Mey en édition 4°. Un contrefacteur publia sous la même adresse et la même date une soi-disant seconde édition en 6 volumes in-12.

Contrefaçons d’ouvrages parus sous leur véritable adresse en Suisse

24Au printemps 1781 sortait de presse chez Samuel Fauche à Neuchâtel la première édition du Tableau de Paris de Louis-Sébastien Mercier. « Si l’on excepte la première édition les éditions originales ainsi que leurs contrefaçons sont à l’adresse d’Amsterdam ».

25Parmi ces contrefaçons il y eut probablement une édition de Bouillon ; nous avons vu à Beaune une contrefaçon lyonnaise que nous attribuons au libraire-imprimeur Périsse.

4 Contrefaçons d’ouvrages parus sous fausse adresse

  • 10 D’après l’introduction de Michel Schlup à L.S. Mercier Tableau de Paris, édition établie sous la d (...)

26En août 1782 Mirabeau arriva à Neuchâtel pour y publier ses ouvrages. Jonas Fauche et son beau-frère Jérémie Wittel, fils et gendre de Samuel Fauche, créèrent à cette occasion une nouvelle société sous la raison sociale J. S. Fauche fils aîné, Favre et compagnie. Ils devaient se spécialiser dans le livre prohibé ; pour leur coup d’essai ils tirèrent à 9 000 exemplaires les Lettres de cachet qui avaient été imprimées soi-disant à Hambourg en 1782 sous la surveillance de leur auteur. Sous la pression du gouvernement français l’atelier fut fermé10.

27Un éditeur lyonnais, sans doute Périsse, ne fut pas en reste pour imprimer une contrefaçon. Elle porte comme l’édition originale l’adresse de Hambourg (mais avec la date de 1882) et on la trouve dans les bibliothèques de Dijon et de Dole.

28Prenons le cas des Mémoires secrets pour servir à l’histoire de la république des lettres, Londres, Adanson, 1777-1789, trente-six volumes.

29Il n’y a jamais eu d’éditeur de ce nom à Londres. Toutes les éditions parurent sous la même adresse.

30L’édition originale a tous les caractères d’une impression hollandaise. Il y eut au moins deux réimpressions, sans compter une deuxième édition hollandaise qui porte les mêmes dates que l’édition originale mais qui débuta en réalité en 1781.

31La première réimpression est due à l’imprimeur genevois Nouffer qui a réimprimé en 1780-1781 les tomes I à XVI et qui a été dénoncé dans le tome XVI de l’édition hollandaise :

  • 11 C’est nous qui soulignons.

Quand il serait vrai qu’ils tinssent les conditions qu’ils promettent, on pourrait toujours reprocher à ces pirates
1° de s’emparer d’un bien étranger avant de savoir si la première édition est épuisée et sans le consentement des propriétaires ;
2° d’ajouter à cette malhonnêteté l’infamie plus grande de la décrier pour donner plus de cours à la leur11.

32La réimpression de Nouffer en resta là, et coïncide avec la faillite de l’éditeur suisse, sans que nous sachions s’il y a un rapport de cause à effet entre ces deux événements.

33Nous trouvons ensuite pendant quelques années certaines réimpressions difficiles à identifier, mais surtout une réimpression lyonnaise (toujours sous l’adresse d’Adamson) qui demeure pour les derniers volumes la seule à côté de l’édition hollandaise ; elle n’a fait l’objet d’aucune attaque des premiers éditeurs, et tout se passe comme s’il y avait eu entente entre les « Hollandais » et les « Lyonnais », à moins qu’il ne se soit agi d’une même société.

34Les frères Périsse, probablement responsables de cette édition, n’hésitaient pas à publier des ouvrages sous la fausse adresse de la Société typographique de Neuchâtel. C’est le cas des Discours politiques, historiques et critiques du comte d’Albon dont Périsse publia deux volumes en 1779. Ils ont respectivement cent soixante et cent quanrante-cinq pages. Le tome I porte « Neufchatel » à l’adresse et « De l’imprimerie de la Société typographique » à la fin du volume : présentation qui n’est pas dans les habitudes de la STN ; mais les ornements sont lyonnais. Cette édition se trouve dans les bibliothèques municipales de Dole et Lyon.

35Dominique Varry a retrouvé une lettre écrite le 24 juillet 1779 par les frères Périsse à la STN :

  • 12 L’Europe et le livre, Paris, 1996, d’après BPU ms 1191, fos 27 à 30. C’est nous qui soulignons.

Nous croirions manquer essentiellement à l’honnêteté si nous ne nous empressions de vous témoigner notre gratitude pour l’obligeante et officieuse célérité avec laquelle vous nous avez contrefait les Discours du comte d’Albon [...]. Vous annoncez votre contrefaçon dont vous jugez à propos d’établir le prix à 20 sols pour débusquer plus sûrement la notre, c’est à quoi vous avez réussi à merveille12.

  • 13 D’après Michael Schmidt dans L’Édition neuchâteloise au siècle des Lumières : La Société typograph (...)

36Ainsi, la STN aurait contrefait une édition publiée par les frères Périsse de Lyon sous l’adresse de la STN ! Nous avons vu à la bibliothèque de Göttingen un exemplaire de cette contrefaçon neuchâteloise ; l’adresse est « À Neuchatel, de l’imprimerie de la Société typographique, 1779 ». Ils ont respectivement quatre cent quatre et quatre cent quarante-trois pages. La bibliothèque de Neuchâtel possède ces deux volumes datés de 1779 et 1782, ainsi qu’une réimpression du tome I datée de 1784. Le tome III est de 178513. Le comte d’Albon est bien oublié aujourd’hui. Né à Lyon en 1753, il mourut à Paris le 8 octobre 1789. Il fut l’ami de Quesnay et de Court de Gebelin, et ses Discours comprennent une critique sévère du régime anglais.

37L’interrogation des catalogues collectifs français et l’examen sur place d’un certain nombre d’ouvrages nous laissent supposer que les bibliothèques de Grenoble, Beaune, Dôle et Besançon possédaient un certain nombre de contrefaçons lyonnaises. Alors qu’elles sont très rares apparemment à Göttingen ou à la Bibliothèque royale de Bruxelles. Le marché lyonnais avait sans doute des limites géographiques.

38La difficulté pour les chercheurs de ce siècle est de pouvoir identifier l’origine de ces multiples éditions, mais le nombre même de ces éditions est un indice de succès qui ne peut tromper.

Notes

1 Dictionnaire encyclopédique du livre, Paris, Cercle de la Librairie, tome I, 2002, p. 633. Voir aussi Les Presses grises. La contrefaçon du livre (XVIe-XIXe siècles), textes réunis par François Moureau, Paris, Aux amateurs de livres, 1988.

2 Sur ce sujet voir Anne Boës, Robert Dawson « The legitimation of contre-façons and the police stamp of 1777 » (Studies on Voltaire and the eighteenth century, vol. 230, Oxford, 1985, p. 461-484) et Robert Dawson The French booktrade and the « permission simple » of 1777, Oxford, 1992 (SVEC, vol. 301).

3 Collection particulière.

4 M. Marion, Dictionnaire des institutions de la France, Paris, 1923 (1984), p. 458.

5 A. Ch. Renouard Traité des droits d’auteurs dans la littérature, les sciences et les beaux-arts, Paris, 1838, I, p. 121.

6 Voir F. Weil, « Les libraires parisiens propriétaires d’éditions sans véritable privilège : l’exemple de Voltaire ». (Studies on Voltaire and the 18th century, Oxford, 1987, vol. 249, p. 227-239).

7 Malesherbes, Mémoires sur la librairie et sur la liberté de la presse, Paris, 1809 (Genève, 1969), p. 315.

8 Otto Lankhorst, « Reiner Leers et ses contrefaçons » (Les Presses grises, op. cit., p. 62).

9 Jeroom Vercruysse, « Typologie de Marc-Michel Rey » (Wolfenbütteler Schriften zur Geschichte des Buchwesens, Bd. 4).

10 D’après l’introduction de Michel Schlup à L.S. Mercier Tableau de Paris, édition établie sous la direction de Jean-Claude Bonnet, tome I,1994.

11 C’est nous qui soulignons.

12 L’Europe et le livre, Paris, 1996, d’après BPU ms 1191, fos 27 à 30. C’est nous qui soulignons.

13 D’après Michael Schmidt dans L’Édition neuchâteloise au siècle des Lumières : La Société typographique de Neuchâtel, Neuchâtel, 2002, p. 260.

Auteur

Conservateur honoraire de bibliothèque à Lyon et docteur ès lettres avec une thèse sur « L’interdiction du roman et la librairie 1728-1750 ». Elle est auteur de plusieurs articles d’histoire du livre au XVIIIe siècle et éditeur de textes (Montesquieu, Considérations sur les Romains dans l’édition actuellement en cours publiée par la Voltaire Foundation, Bréviaire philosophique et journaux de voyages chez Champion, Lettres de Paris à un diplomate hollandais 1715-1719 chez Slatkine)
“Conservateur honoraire de bibliothèque” in Lyon and “docteur ès lettres”. Her thesis is on “L’interdiction du roman et la librairie 1728-1750”. She has written several articles about book history in the eighteenth century and edited a number of texts (Montesquieu, Considérations sur les Romains to be published by the Voltaire Foundation, Bréviaire philosophique et journaux de voyages, Champion, Lettres de Paris à un diplomate hollandais 1715-1719, Slatkine)

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540